Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2018-06-07 18:55 [p.20486]
Mr. Speaker, I wish I could say that I am pleased to rise to speak to Bill C-59 this evening. However, I have to admit that what I am really feeling is more a sense of disappointment.
That is because, first of all, there is very little difference between the previous Conservative government's BillC-51 and the Liberal government's Bill C-59. They certainly have a lot in common. Not only do they look disturbingly alike, but they were also handled much the same way.
Those who were here in the previous Parliament will remember that BillC-51 was kind of rushed through, the better to capitalize on Canadians' strong emotional response to an increasing number of terrorist attacks, which continue to this day. There was hardly what could be considered a full debate.
As I recall, when discussions were in their infancy, the NDP was the only party resolutely opposed to BillC-51. The government was trying to sell the idea that we had to compromise between keeping Canadians safe, which is every government's top priority, and protecting the charter rights and freedoms we are all entitled to.
From the outset, the NDP said we should not be seeking a compromise. Rather, we should bring about an evolution with respect to these two fundamental aspects of Canadian rights that belong to every individual.
I feel like the government is taking a similar approach with Bill C-59 now. When we are debating a bill as important as this one, there should be no reason for a time allocation motion that limits MPs' right to speak.
The 338 members of the House represent 35 million Canadians. Each one of those MPs has something to say about this. They are all concerned about the prospect of terrorist attacks here and elsewhere, in people's workplaces, or while they are on vacation. This issue is on the minds of all Canadians, and the best and only way for them to be heard by the government is here in the House. Even so, the government is limiting the time for debate.
Members will also recall that when the NDP took a firm stand against Bill C-51, the Liberals, who were in opposition at the time, pulled a rabbit out of their hat by essentially saying that they would vote in favour of BillC-51 in order to replace it when they formed the government. If they want to replace a bill, they should vote against it. I may have been inexperienced at that time. The Conservatives' position was clear, the NDP's position was clear, and the Liberals' position was clear.
Over time, and in light of what the Liberal government has done in the past, I can clearly see that they tend to do things a certain way. For example, during the election campaign, this same government sincerely promised to reform our electoral system. As the months passed, this changed to a minor revision of certain election rules, but the overhaul of the electoral system was forgotten.
These same Liberals promised to cut taxes for the middle class. I admit that we may not have been in agreement on what the middle class is, because where I come from, the median salary is about $32,000 a year. To access the tax cuts, the threshold is at least $45,000 a year. Those who really benefit are people like me, who have a salary that is more than decent. How have middle-class taxes been cut? I am still struggling to understand that. These same Liberals promised to axe the EI reform that the Conservatives put in place to give people some time to recover when tragedy strikes.
At the moment, the figures are the same as during the Conservative era. Roughly six out of 10 Canadians who pay into EI do not qualify for benefits when times get tough. I could keep listing examples in almost every field. It is clear that this is a Liberal way to approach the big issues.
We could talk about greenhouse gas reduction, for example. “Canada is back” was the message trumpeted at the Paris conference. I thought that meant Canada was back on the world stage, but I later realized it meant Canada is at the back of the pack and staying there. That is the Liberal approach.
To sum up the issue at hand, Bill C-59 still has many flaws. I will give you some examples. The Liberals are using this bill to establish a legal framework that would allow the Canadian Security Intelligence Service, or CSIS, to store sensitive metadata on completely innocent Canadians. This is a practice that has already been rejected by the Federal Court. To back up my statements, and to show that this is not just my personal opinion, but based on testimony from people far better informed than me, allow me to quote Daniel Therrien. For those who have not heard of him, he is the Privacy Commissioner of Canada. He testified before the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics on November 22, 2016, and said:
Think of the recent judgment by the Federal Court that found that CSIS had unlawfully retained the metadata of a large number of law-abiding individuals who are not threats to national security because CSIS felt it needed to keep that information for analytical purposes.
These are not theoretical risks. These are real things, real concerns. Do we want a country where the security service has a lot of information about most citizens with a view to detecting national security threats? Is that the country we want to live in?
We have seen real cases in which CSIS had in its bank of information the information about many people who did not represent a threat. Is that the country we want?
We can already see that things have gotten out of hand, and there is a question that has people increasingly worried, as it pertains not only to the issue being debated this evening, but also to all this personal data that is being asked of us and that we often send against our will on the Internet. The question is: how will we protect this personal information? Because if it is truly personal, that means that it belongs to someone, and that someone is the only person that can consent to its use.
That is not the only problem. I see that I am running out of time, so instead of naming the problems, I will summarize the proposals presented by the NDP. The first was to completely repeal Bill C-51 and replace the current ministerial directive on the matter of torture to ensure that Canada stands for an absolute prohibition on torture. Absolute means that we will not allow through the back door what we would not allow to enter through the front door.
Based on what I have heard in the House today, all the parties agree and everyone is against torture. However, some parties seem to be saying that they might use the information obtained through torture by other countries if that information seemed pertinent. History has made it abundantly clear that not only is torture inhumane, but in most cases, the information turns out to be false, precisely because it was obtained by torture. I imagine that I would be willing to say just about anything if I were being tortured.
In closing, between Bill C-59 and BillC-51, we still have a long way to go. Under time allocation, I simply cannot vote in favour of this bill.
Monsieur le Président, j'aimerais bien dire que c'est avec plaisir que je me lève pour prendre la parole sur le projet de loi  C-59 ce soir, mais j'avoue que le sentiment qui m'habite vraiment en est davantage un de déception.
Il en est d'abord ainsi parce que les différences sont minces entre le projet de loi C-51 présenté par le précédent gouvernement conservateur et le projet de loi C-59 présenté par le gouvernement libéral. En fait, ils ne sont pas si éloignés que cela l'un de l'autre. D'autant plus, qu'il y a des similitudes même sur la forme et la présentation qui me dérangent.
On se rappellera, ceux qui étaient présents lors de la dernière législature,, que le projet de loi C-51 avait été présenté un peu à toute vapeur, de façon à pouvoir profiter d'un sentiment émotif important que vivaient les citoyens canadiens face à des gestes terroristes qui se multipliaient — et qui continuent d'exister malheureusement aujourd'hui — sans avoir un débat complet.
Je me rappellerai même qu'au début, alors que les discussions étaient dans leurs balbutiements, le NPD était le seul parti à s'être résolument positionné contre le projet de loi C-51. On tentait de nous vendre un genre de compromis d'intersection qu'il nous fallait absolument faire entre la possibilité d'assurer la sécurité des Canadiens — on s'entendra que c'est le principal mandat d'un gouvernement —, et la défense des droits et des libertés qui appartiennent à tout un chacun et qui sont garantis par la Charte canadienne des droits et libertés
Or dès le début, nous avions dit, au NPD, que ce n'était pas d'un compromis dont nous avions besoin, mais de faire évoluer ces deux éléments fondamentaux de droits canadiens qui appartiennent à chacune des personnes.
Or j'ai l'impression qu'on voit un peu la même approche avec le projet de loi  C-59 maintenant. D'autant plus que sur un projet aussi fondamental que celui-là, je ne m'explique pas qu'on soit réduits par une motion d'attribution de temps à limiter le droit de parole des députés.
Nous sommes 338 députés à la Chambre pour représenter 35 millions de Canadiens. Ils auraient tous un mot à dire, parce qu'ils se sentent tous concernés, entre autres, par les attaques terroristes qu'on peut craindre chez nous comme ailleurs, dans notre milieu de travail ou au moment où on part en vacances. C'est une question qui préoccupe l'ensemble des citoyens et la seule et aussi la meilleure façon qu'ils ont de faire entendre leur voix auprès du gouvernement, c'est bien à la Chambre. Or on limite le temps de débat.
On se rappellera également qu'au moment où le NPD prenait résolument position contre le projet de loi C-51, les libéraux, à l'époque dans l'opposition, nous avaient sorti un lapin de leur chapeau en nous avançant une proposition qui disait à peu près qu'ils allaient voter pour le projet de loi C-51, afin de le remplacer quand ils seraient au pouvoir. Si le but est de le remplacer, on vote contre. J'avoue peut-être mon inexpérience à ce moment-là. La position des conservateurs était claire, la position des néo-démocrates était claire et la position des libéraux était libérale.
À l'expérience, avec ce que je vois du gouvernement libéral précédent, je vois bien qu'il y a là une façon de faire, une tendance. C'est d'ailleurs le même gouvernement qui, en campagne électorale, avait promis main sur le coeur de réformer notre mode de scrutin par exemple. Au fil des mois, cela s'est transformé en révision mineure de certaines règles électorales, mais on a oublié la révolution du mode de scrutin.
Ce sont les mêmes libéraux qui avaient promis de réduire les taxes pour la classe moyenne. J'avoue que nous nous étions peut-être pas entendus sur ce qu'était la classe moyenne, parce que chez nous, le salaire médian tourne autour de 32 000 $ par année. Pour avoir accès aux réductions d'impôt, il faut gagner minimalement 45 000 $ par année. Ceux qui en profitent vraiment sont des gens comme moi qui font un salaire plus qu'honorable. Où réduit-on les impôts pour la classe moyenne? J'ai encore peine à comprendre. Ce sont les mêmes qui avaient promis de mettre à mort la réforme de l'assurance-emploi que les conservateurs avaient mise en place, pour redonner enfin un peu d'air à ceux qui vivent une situation tragique quand cela leur arrive.
Au moment où on se parle, les mêmes statistiques que celles de l'époque des conservateurs continuent de s'appliquer. En effet, environ 6 Canadiens sur 10 ne réussissent pas à se qualifier pour le régime d'assurance-emploi auquel ils ont contribué, quand le malheur les frappe. Je pourrais continuer à donner des exemples relatifs à presque tous les domaines. On voit bien que c'est une façon libérale d'approcher les grands intérêts.
On pourrait parler par exemple de réduction de gaz à effet de serre. Canada is back, annonçait-on à la Conférence de Paris. C'est peut-être mon mauvais anglais, mais je pensais que cela voulait dire: le Canada est de retour. J'ai compris plus tard que Canada is back voulait dire que le Canada continuera de traîner de l'arrière. Voilà l'approche libérale.
Dans le cas du projet de loi  C-59, puisqu'il faut bien revenir à l'essentiel du propos de ce soir, les problèmes restent encore multiples. Je vais donner quelques exemples de cela. Les libéraux se servent de ce projet de loi pour créer un cadre juridique qui permettra au Service canadien du renseignement de sécurité, le SCRS, de stocker des métadonnées sensibles sur des Canadiens tout à fait innocents. C'est une pratique que la Cour fédérale a d'ailleurs déjà rejetée. Pour corroborer mes dire et pour démontrer que ce n'est pas juste une opinion personnelle, mais que cela se fonde sur des témoignages de gens nettement plus éclairés que moi, je vais citer M. Daniel Therrien. Pour ceux qui nous écoutent à qui le nom ne dirait rien, il s'agit du commissaire à la protection de la vie privée du Canada. Il a comparu devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique le 22 novembre 2016 et il nous disait:
Il suffit de penser [...] à la récente décision de la Cour fédérale selon laquelle le SCRS avait conservé de façon illicite les métadonnées d’un grand nombre de personnes respectueuses des lois qui ne menaçaient aucunement la sécurité nationale parce que le SCRS estimait devoir conserver cette information à des fins d’analyse.
Ce ne sont pas des risques théoriques. Ce sont des réalités, de vraies préoccupations. Voulons-nous un pays où le service du renseignement de sécurité conserve beaucoup d'information sur la plupart des citoyens afin de détecter des menaces à la sécurité nationale? Est-ce le pays dans lequel nous voulons vivre?
Nous avons vu de vraies situations où le SCRS conservait dans ses banques de données des renseignements au sujet de nombreuses personnes qui ne constituaient pas une menace. Est-ce le pays que nous voulons avoir?
On voit bien là une dérive évidente, et il y a une question qui préoccupe les citoyens de plus en plus, non seulement dans le cas dont nous débattons ce soir, mais aussi dans le cas de toutes ces données personnelles qui nous sont demandées et que nous transmettons souvent contre notre gré, par Internet, entre autres. La question: comment arrivera-t-on à protéger les données personnelles et à donner tout ce sens à une donnée personnelle qui doit donc appartenir à une personne qui, elle seule, devrait avoir le mandat de consentir à ce que ses données personnelles soient utilisées?
Ce n'est pas là le seul problème. Je vois que le temps file, alors plutôt que de citer les problèmes, je ferai une mise en portefeuille des propositions présentées par le NPD. La première était d'abroger complètement le projet de loi C-51 et de remplacer la directive ministérielle actuelle au sujet de la torture, afin de s'assurer que le Canada adopte une position qui interdit la torture de manière absolue. Absolue, cela veut dire qu'on ne fera pas par la porte d'à côté ce qu'on ne s'autoriserait pas à faire par la porte d'en avant.
Selon les débats que j'ai entendus aujourd'hui à la Chambre, tous les partis s'entendent pour dire qu'ils sont contre la torture. Or certains partis semblent dire qu'ils pourraient par exemple utiliser des informations obtenues sous la torture par d'autres pays si l'information leur apparaissait pertinente. Or l'histoire a abondamment démontré non seulement que la torture est un traitement inhumain, mais que dans la plupart des cas, ces informations se sont révélées fausses, justement parce qu'obtenues par la torture. J'imagine qu'on pourrait me faire dire des choses auxquelles je ne crois pas vraiment si on me soumettait à la torture.
En conclusion, entre le projet de loi  C-59 et le projet de loi C-51, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Sous le coup d'une motion d'attribution de temps, je ne pourrai pas voter en faveur de ce projet de loi.
Result: 1 - 1 of 1