Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 2 of 2
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2018-06-07 13:47 [p.20440]
Mr. Speaker, maybe I can best speak to this by quoting the experts from the University of Ottawa and the University of Toronto, who said that this is the biggest reform of Canadian national security law since 1984 and the creation of CSIS. We have needed this for a while. They said that there “are solid gains—measured both from a rule of law and civil liberties perspective—and come at no credible cost to security.”
The bill is supported by Amnesty International, civil liberties groups, and the Canadian Civil Liberties Association. These are the people who are standing up to support this to ensure that there is a balance between the safety and security of Canadians and our right to democratically act in a way that we feel is important.
Monsieur le Président, le mieux serait peut-être que je cite les experts de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Toronto, qui ont déclaré qu’il s’agit de la plus importante réforme de la loi canadienne sur la sécurité nationale depuis 1984 et la création du SCRC. La nécessité s’en faisait sentir depuis un moment. Ils ont également noté « les gains solides, mesurés en fonction de la primauté du droit et de la protection des libertés civiles [...] sans véritablement nuire à la sécurité ».
Amnistie internationale, des groupes de défense des libertés civiles et l’Association canadienne des libertés civiles appuient le projet de loi. Ils prennent la parole pour l’appuyer afin qu’il y ait un équilibre entre la sûreté et la sécurité des Canadiens, d’une part, et notre droit d’agir démocratiquement d’une manière qui nous semble importante, d’autre part.
View Nick Whalen Profile
Lib. (NL)
View Nick Whalen Profile
2018-06-07 18:09 [p.20479]
Mr. Speaker, perhaps I misheard and referred to Bill C-69 and not Bill C-59 when I rose to speak earlier.
I am pleased to rise again to support Bill C-59, the government's proposed legislation to update and modernize the country's national security framework. This landmark bill covers a number of measures that were informed by the views and opinions of a broad range of Canadians during public consultations in 2016.
It was in that same spirit of openness, engagement, and transparency that Bill C-59 was referred to the Standing Committee on Public Safety and National Security before second reading, and the committee recently finished its study of this bill. I want to thank the committee members for their diligent and thorough examination of the legislation. An even stronger bill, with over 40 adopted amendments, is now before the House, thanks to their great work.
The measures would do two things at once. They would strengthen Canada's ability to effectively address and counter 21st-century threats while safeguarding the rights and freedoms we cherish as Canadians.
This is where I get into some new material. Rather than elaborate on any specific proposed measure, I will focus my remarks today on the high level of engagement, consultation, and analysis that contributed to the legislation we find before us today.
Bill C-59 is a result of the most comprehensive review of Canada's national security framework since the passing of the CSIS Act more than 30 years ago. That public review included unprecedented open and transparent public consultations on national security undertaken by Public Safety Canada and the Department of Justice. Canadians were consulted on key elements of Canada's national security laws and policies to ensure that they reflected the rights, values, and freedoms of Canadians. Several issues were covered, including countering radicalization to violence, oversight and accountability, threat reduction, and the Anti-terrorism Act, 2015, which is the former BillC-51.
All Canadians were invited and encouraged to take part in the consultations, which were held between September and December 2016. The response was tremendous. Thousands of people weighed in through a variety of avenues, both in person and online. Citizens, community leaders, experts and academics, non-governmental organizations, and parliamentarians alike made their views and ideas known over the course of the consultation period. In the end, tens of thousands of views were received, all of which were valuable in shaping the scope and content of Bill C-59.
With almost 59,000 responses received, the online consultation is what generated by far the largest volume of input, using a questionnaire consisting of more than 60 questions organized into 10 themes.
Nearly 18,000 submissions were also received by email. These consisted mainly of letters and other pieces of communication submitted by individuals. In addition, public town halls were held in five Canadian cities: Halifax, Markham, Winnipeg, Vancouver, and Yellowknife. This gave citizens across the country a chance to share their thoughts and opinions in person.
The Standing Committee on Public Safety and National Security also held numerous meetings and consultations. It even travelled across the country to hear testimony not only from expert witnesses but also from members of the Canadian public, who were invited to express their views.
A digital town hall and two Twitter chats were also organized. Members of the public also had the opportunity to make their voices heard at 17 engagement events led by members of Parliament at the constituency level. In addition, 14 in-person sessions were held with academics and experts across the country, as well as one round table of civil society experts.
A total of 79 submissions were received from stakeholders, experts, and academics. The Canadian Bar Association, the Canadian Association of Chiefs of Police, and the Information Technology Association of Canada are just a few of the organizations that participated in the consultations.
A great deal of time, effort, and expertise was spent not only to ensure that engaged citizens and interested parties were heard, but also to painstakingly collect and consider all input received from the public. All data collected during the consultation process was reviewed and prepared for analysis. The next step was to carefully analyze every comment, submission, letter, and other forms of input.
These views have been published on the Government of Canada's open data portal, so anyone interested in learning more about what was said can see what was said.
In addition, an independently prepared report provides an overview of what was heard during the consultation. The results are summarized in 10 sections, one for each of the themes explored in both “Our Security, Our Rights: National Security Green Paper, 2016” and the online questionnaire.
While it would be difficult to summarize everything we have heard from Canadians, I can speak to a few key themes that emerged. First of all, I can attest that in any large volume of input, there will be widely different opinions. That was certainly the case in the public consultation on national security. However, the results made one thing perfectly clear. Canadians want accountability, transparency, and effectiveness from their security and intelligence agencies. They also expect their rights, freedoms, and privacy to be protected at the same time as their security.
Consistent with what was heard, Bill C-59 would modernize and enhance Canada's security and intelligence laws to ensure that our agencies have the tools they need to protect us. It would do so with a legal and constitutional framework that complies with the Charter of Rights and Freedoms.
Taken together, the proposed measures in Bill C-59 represent extensive improvements to Canada's national security framework. They also reflect thousands upon thousands of opinions expressed by this country's national security community, Parliamentarians across party lines, and the Canadian public writ large.
I firmly believe that it is important for all Canadians to be informed and engaged on Canada's national security framework. I am proud to stand behind a government that shares that belief.
The input received during the public consultation process in the pre-study period at committee was both considerable and instrumental in the development of Bill C-59 itself. There is no doubt in my mind that the legislation before this House today has been strengthened and improved as a result of the committee's close scrutiny and clause-by-clause consideration of the bill. To highlight just one example, the bill would now include provisions enacting the avoiding complicity in mistreatment by foreign entities act. This act would have to do with the ministerial directions issued last fall to Canada's national security and intelligence agencies. To ensure transparency and accountability, those directions would be made public under an amended Bill C-59. They would also be reported on annually to the public, to review bodies, and to the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians.
I encourage all members of this House to vote in favour of Bill C-59. Should Bill C-59 pass, this important piece of legislation would enhance Canada's national security, keep its citizens safe, and safeguard Canadians' constitutionally protected rights and freedoms. For all these reasons, I urge my honourable colleagues to join me in supporting Bill C-59.
With the bit of extra time that remains to me after my prepared remarks, I would just like to talk a little bit about my experience at the door during the election in 2015.
In the early part of June and July, many Canadians were concerned about BillC-51. It was a hot topic of conversation. What the former Liberal third party opposition had attempted to do at committee in the previous session of Parliament was at least get some amendments into BillC-51 to encourage and strengthen oversight and make sure that the bill not only protected security but made sure that Canadians' privacy and freedoms were being respected.
That led to a lot of difficult conversations, because during the campaign, the three parties were really divided on this particular issue. The Conservatives were adamant that they had struck the right balance. The New Democratic Party wanted to repeal it entirely. The Liberal Party stuck to its guns and said that it was a difficult conversation to have with people, but the legislation was needed. They said we needed this legislation but we needed to fix it, we needed to do it right, and we needed to make sure that it had the safeguards we promised and attempted to achieve at the amendment stage for BillC-51 in the last Parliament.
That is what we have done. However, we have done even more than that. We have gone back to the drawing board and have let many different groups participate to make sure that we got it right.
I just want to provide one little quote, from national security experts Craig Forcese and Kent Roach, who have said that this legislation is “the real deal: the biggest reform in this area since 1984” and that it comes “at no credible cost to security.”
I believe that through all the consultations, the drafting of the bill by the minister and his staff, the review of the bill at committee, and the help of all members of the House, we now have a piece of legislation that strikes the right balance that will make Canadians safer and will also protect their rights and freedoms, which is what we promised in the 41st Parliament we would do if elected, and we are doing it now.
Monsieur le Président, j'ai peut-être mal entendu et j'ai parlé du projet de loi C-69 et non du projet de loi  C-59 lorsque j'ai pris la parole plus tôt.
Je suis heureux de prendre de nouveau la parole pour appuyer le projet de loi  C-59, le projet de loi du gouvernement qui vise à mettre à jour et à moderniser le cadre de sécurité nationale du pays. Ce projet de loi historique traite d'un certain nombre de mesures inspirées des points de vue et des opinions exprimés par un large éventail de Canadiens lors des consultations publiques de 2016.
C'est dans ce même esprit d'ouverture, d'engagement et de transparence que le projet de loi  C-59 a été renvoyé au Comité permanent de la sécurité publique et nationale avant la deuxième lecture, et le comité a récemment terminé l'étude de ce projet de loi. Je tiens à remercier les membres du Comité de leur examen rigoureux et diligent du projet de loi. Après l'adoption de plus de 40 amendements, un projet de loi encore plus solide est maintenant devant la Chambre, grâce à leur excellent travail.
Les mesures proposées feraient deux choses. Elles renforceraient la capacité du Canada de contrer efficacement les menaces du XXIe siècle tout en protégeant les droits et libertés que nous chérissons en tant que Canadiens.
C'est là que j'entre dans le nouveau contenu. Plutôt que de palabrer sur une mesure précise, je concentrerai mes remarques d'aujourd'hui sur le niveau élevé d'engagement, de consultation et d'analyse qui a contribué à l'élaboration du projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Le projet de loi  C-59 est le résultat de l'examen le plus complet du cadre de sécurité nationale du Canada depuis l'adoption de la Loi sur le SCRS, il y a plus de 30 ans. Cet examen public comprenait des consultations publiques ouvertes et transparentes sans précédent sur la sécurité nationale entreprises par Sécurité publique Canada et le ministère de la Justice. Les Canadiens ont été consultés sur les éléments clés des lois et des politiques du Canada en matière de sécurité nationale afin de s'assurer qu'ils reflètent les droits, les valeurs et les libertés des Canadiens. Plusieurs questions ont été abordées, notamment la lutte contre la radicalisation qui mène à la violence, la surveillance et la reddition de comptes, la réduction de la menace et la Loi antiterroriste de 2015, qui est l'ancien projet de loi C-51.
Tous les Canadiens ont été invités et encouragés à participer aux consultations, qui ont eu lieu entre septembre et décembre 2016. La réponse a été extraordinaire. Des milliers de personnes se sont exprimées par divers moyens, tant en personne qu'en ligne. Des citoyens, des dirigeants communautaires, des experts et des universitaires, des organisations non gouvernementales et des parlementaires ont fait connaître leurs points de vue et leurs idées au cours de la période de consultation. En fin de compte, des dizaines de milliers de points de vue ont été reçus, qui ont tous contribué à façonner la portée et le contenu du projet de loi  C-59.
Avec près de 59 000 réponses reçues, la consultation en ligne est de loin celle qui a généré le plus grand nombre de commentaires, grâce à un questionnaire composé de plus de 60 questions organisées en 10 thèmes.
Près de 18 000 présentations sont également arrivées par courriel. Il s’agissait principalement de lettres et d’autres formes de communication soumises par des particuliers. Il y a aussi eu des assemblées publiques dans cinq villes canadiennes: Halifax, Markham, Winnipeg, Vancouver et Yellowknife. Ces assemblées ont donné la chance aux citoyens du pays d’exprimer leurs idées et leurs opinions en personne.
Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale a également tenu de nombreuses rencontres et séances de consultations. Il a même parcouru le pays pour entendre non seulement les témoins experts, mais aussi de simples citoyens invités à exprimer leurs points de vue.
Une assemblée publique numérique et deux séances de clavardage sur Twitter ont également été organisées. Les simples citoyens ont aussi eu l’occasion de se faire entendre dans le cadre de 17 activités de consultation organisées par les députés dans leur circonscription. De plus, 14 séances en personne ont été tenues auprès d’universitaires et d’experts partout au pays, ainsi qu’une table ronde qui réunissait des experts de la société civile.
Des intervenants, des experts et des universitaires ont fait parvenir un total de 79 mémoires. L’Association du Barreau canadien, l’Association canadienne des chefs de police et l’Association canadienne de la technologie de l’information ne sont que quelques-unes des organisations qui ont participé aux consultations.
Beaucoup de temps, d’efforts et de savoir-faire ont été consacrés non seulement pour s’assurer que les citoyens mobilisés et les parties intéressées puissent se faire entendre, mais aussi pour recueillir et examiner minutieusement toutes les observations transmises par le public. Toutes les données recueillies au cours du processus de consultation ont été examinées et mises en forme afin d’en faire l’analyse. L’étape suivante consistait à analyser soigneusement chaque commentaire, chaque présentation, chaque lettre et toutes les autres formes d’observations.
Ces points de vue ont été publiés sur le portail des données ouvertes du gouvernement du Canada, de sorte que quiconque veut en savoir plus sur ce qui a été dit peut voir ce qui a été dit.
Un rapport préparé en toute indépendance offre également un aperçu de ce qui a été entendu au cours de la consultation. Les résultats sont résumés en 10 sections, une pour chacun des thèmes explorés à la fois dans le document intitulé « Notre sécurité, nos droits: Livre vert sur la sécurité nationale de 2016 » et dans le questionnaire en ligne.
Bien qu’il serait difficile de résumer tout ce que nous avons entendu de la part des Canadiens, je peux aborder quelques-uns des principaux thèmes qui en ont émergé. Je peux vous assurer en premier lieu que tout grand volume de commentaires contiendra des opinions aux antipodes. Cela a certainement été le cas de la consultation publique sur la sécurité nationale. Mais les résultats ont mis une chose parfaitement en évidence. Les Canadiens veulent une reddition de comptes, de la transparence et de l’efficacité de la part de leurs organismes de sécurité et de renseignement. Ils s’attendent également à ce que leurs droits, leurs libertés et leur vie privée soient protégés au même titre que leur sécurité.
À la lumière de ce qui a été entendu, le projet de loi  C-59 moderniserait et renforcerait les lois canadiennes en matière de sécurité et de renseignement afin d’assurer que nos agences disposent des outils dont elles ont besoin pour nous protéger. Il ferait cela au moyen d’un cadre juridique et constitutionnel conforme à la Charte des droits et libertés.
Dans leur intégralité, les mesures proposées dans le projet de loi  C-59 représentent des améliorations considérables au cadre de sécurité nationale du Canada. Elles reflètent également des milliers et des milliers d’opinions exprimées par la communauté de la sécurité nationale de notre pays, les parlementaires de tous les partis et la population canadienne au sens large.
Je crois fermement qu'il est important que tous les Canadiens soient bien informés et mobilisés à l'égard du cadre de sécurité nationale du Canada. Je suis fier de soutenir un gouvernement qui partage cette conviction.
Les commentaires reçus durant le processus de consultation publique à l'étape préalable à l'étude en comité ont été nombreux et ils ont beaucoup contribué à l'élaboration du projet de loi  C-59 proprement dit. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le projet de loi dont la Chambre est saisie aujourd'hui a été renforcé et amélioré grâce à l'examen minutieux et à l'étude article par article menés par le comité. Pour ne citer qu'un exemple, le projet de loi comprend maintenant des dispositions qui édictent la Loi visant à éviter la complicité dans les cas de mauvais traitements infligés par des entités étrangères. Cette loi se rapporte aux instructions ministérielles données l'automne dernier aux organismes canadiens de sécurité nationale et de renseignement. Afin d'assurer la transparence et la reddition de comptes, ces instructions seraient rendues publiques aux termes de la version modifiée du projet de loi  C-59. Elles feraient également l'objet d'un rapport annuel à l'intention de la population, des organismes de surveillance et du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement.
J'encourage tous les députés à voter en faveur du projet de loi  C-59. Advenant son adoption, cette importante mesure législative permettra de renforcer la sécurité nationale du Canada, de protéger ses citoyens et de préserver les droits et libertés constitutionnels des Canadiens. Pour toutes ces raisons, j'exhorte mes collègues à se joindre à moi pour appuyer le projet de loi  C-59.
Comme j'ai terminé les observations que j'avais préparées et qu'il me reste encore un peu de temps, je voudrais parler de mon expérience de porte-à-porte lors de la campagne électorale de 2015.
En juin et en juillet, de nombreux Canadiens étaient préoccupés par le projet de loi C-51. C'était un sujet brûlant. Lors de la dernière législature, le Parti libéral, qui était alors le troisième parti de l'opposition, avait tenté en comité de faire adopter au moins quelques amendements au projet de loi C-51, afin de renforcer la surveillance et de veiller à ce que la mesure législative assure la sécurité des Canadiens et protège leur vie privée et leurs libertés.
Ce projet de loi a suscité de nombreuses conversations difficiles. Pendant la campagne électorale, les trois partis étaient vraiment divisés sur cet enjeu. Les conservateurs étaient convaincus d'avoir atteint un juste équilibre. Le NPD souhaitait abroger totalement le projet de loi. Quant au Parti libéral, il n'a pas changé d'avis et a affirmé que le projet de loi était nécessaire, même si tout le monde n'était pas du même avis. Les libéraux ont alors dit que le projet de loi C-51 s'imposait, mais qu'il serait nécessaire de le corriger et de veiller à ce qu'il contienne les mesures de protection qu'ils avaient promises et tenté de faire adopter en tant qu'amendements au projet de loi lors de la législature précédente.
C'est ce que nous avons fait. Nous sommes cependant allés plus loin encore. Nous sommes revenus à la case départ et nous avons permis à de nombreux groupes différents de participer pour nous assurer de bien faire les choses.
J'ai une petite citation, des propos tenus par des experts de la sécurité nationale, Craig Forcese et Kent Roach, qui ont dit que cette mesure législative était « du concret: la plus grande réforme dans le domaine depuis 1984 » et que cette réforme se ferait « sans véritablement nuire à la sécurité ».
À mon avis, grâce à toutes les consultations, à la démarche de rédaction du projet de loi par le ministre et son équipe, à l'examen du projet de loi au comité et à l'aide de tous les députés de la Chambre, nous avons à présent une mesure législative établissant un juste équilibre qui permettra d'accroître la sécurité des Canadiens tout en protégeant leurs droits et libertés, ce que nous avions promis de faire pendant la 41e législature si nous étions élus et que nous sommes en train de faire.
Results: 1 - 2 of 2

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data