Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 19
View Marie-Claude Bibeau Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Chair.
It's good to be back.
I will start by saying that I appreciate the work you do at this committee. I hear about it regularly. I realize that farmers' needs are always at the heart of your discussions. I want to thank you for your recent reports on mental health and indigenous peoples in agriculture. These are issues that impact our farming communities across Canada, and we have a duty to take immediate action.
Today, we are looking at the main estimates for 2019-20. The estimates underline the government's commitment to the Canadian agriculture and food sector. Over the coming fiscal year, we are budgeting $2.5 billion to support key priorities of the sector. This morning, I would like to touch on some of these.
On trade, the canola situation in China continues to be a top priority. Last month, I met with Minister Han, my Chinese counterpart, at the G20 ministers' meeting in Japan. I expressed Canada's deep concerns about the suspension of Canadian canola exports to China and urged that this issue needs to be resolved quickly. Canada's ambassador to the WTO—the World Trade Organization—has also urged China to work with Canada on solutions.
Responding to industry, we have extended the loan limit of the advance payments program to $1 million for all producers, with $500,000 interest-free for canola producers. The regulations are now in place and producers will be able to apply for new amounts as early as June 10.
We have also worked with provinces and territories to extend the deadline for AgriStability. This will give producers a great opportunity to make use of an important risk management tool in uncertain times.
We are taking a Team Canada approach. Our working group meets once a week, bringing together the industry, the provinces and, obviously, our officials at Agriculture and Agri-Food Canada, as well as Global Affairs Canada.
On the Japan mission, I was joined by Jim Everson, president of the Canola Council of Canada. We met with some key Japanese importers to look at ways to grow our business in this key market, especially with opportunities opening up under the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership, or CPTPP.
I also took the opportunity to meet with other G20 ministers, including European Commissioner of Agriculture Phil Hogan, to express Canada's concerns about barriers to our durum wheat in Italy and our pulses in India.
We continue to diversify trade for our canola and all of our great agri-food products through new free trade agreements such as the CPTPP.
There is more good news, Mr. Chair. Japan recently announced that it will now accept Canadian beef from animals over 30 months of age. This gives our beef producers full access to Japan, so they can take full advantage of the new opportunities under the CPTPP.
There is more good news for our farmers and food processors. The U.S. lifted section 232 tariffs on steel and aluminum, which strengthens our relationship with our largest trading partner. As you know, the Prime Minister has introduced legislation to ratify the new NAFTA. Last week, he and Vice-President Pence both expressed the aim of moving forward as quickly as possible to ratification.
The new NAFTA is imperative for our agri-food industry. The United States and Mexico buy $37 billion of our agri-food products, and we know we can grow that business even more. We are also working very closely with the United States and Mexico to take measures to keep African swine fever from our shores.
Building on our international African swine fever meeting in Ottawa last month, Canada and the United States have reached an agreement on the application of zones. This measure will allow safe trade in pork to continue in the event of an outbreak of this serious disease.
Some $200 million of the estimates will support year two of the Canadian agricultural partnership. Programs under the partnership are also helping farmers capitalize on opportunities for sustainable growth while adapting to climate change.
In agricultural science, there's $70 million to address emerging priorities, such as climate change, and soil and water conservation. To help meet these goals, our government has committed to hiring 75 new scientists and science professionals in emerging fields of agriculture, and we have launched a world-first living laboratories project, bringing scientists and farmers together in the field to conduct environmental research that producers can apply directly to their farms.
It will help farmers adopt climate smart technologies at a faster pace. This made-in-Canada approach was embraced by G-20 agriculture ministers at our meeting in Japan.
Environmental sustainability is also a key pillar of our new $50 million Canadian agricultural strategic priorities program.
Mr. Chair, we have a busy few weeks ahead.
We are aiming to announce the details of our investment in support of our supply-managed producers and processors soon.
That includes $2.4 billion to sustain the incomes of dairy, poultry and egg farmers as a result of the Canada-European Union Comprehensive Economic and Trade Agreement, or CETA, and the CPTPP.
As promised, we will support our dairy, poultry and egg producers who are impacted by trade agreements. We continue to work with industry to secure the long-term prosperity of producers and processors.
I also look forward to announcing Canada's first-ever food policy. There has been much enthusiasm across Canada. In fact, 45,000 people have participated in the consultations and I have had some excellent discussions on the policy, including at the recent national conference on food security. The policy sets out an ambitious vision to ensure that all people in Canada are able to access safe and healthy food through a healthier and sustainable Canadian food system. Therefore, we continue to work hard to advance the industry.
Once again, I want to thank you for your great work on some key issues impacting our sector.
I would be pleased to answer any questions you have.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Cela me fait plaisir d'être de retour parmi vous.
Tout d'abord, je voudrais vous remercier et souligner l'excellent travail de votre comité. On m'en parle régulièrement. Je comprends que vous êtes toujours très centrés sur les besoins de nos producteurs. Je tiens aussi à vous remercier tout particulièrement de vos récents rapports, entre autres sur la santé mentale et sur les peuples autochtones dans le secteur de l'agriculture. Ce sont des questions qui touchent nos collectivités agricoles partout au Canada et nous avons le devoir d'agir rapidement.
Aujourd'hui, nous examinons le Budget principal des dépenses de 2019-2020. Ce budget démontre l'engagement du gouvernement envers le secteur agricole et agroalimentaire canadien. Au cours du prochain exercice financier, nous avons prévu un budget de 2,5 milliards de dollars pour appuyer les grandes priorités du secteur. Je voudrais en aborder quelques-unes avec vous.
Concernant le commerce, la situation du canola en Chine continue d'être une grande priorité. Le mois dernier, j'ai rencontré le ministre Han, mon homologue chinois, lors de la rencontre des ministres du G20 tenue au Japon. Je lui ai fait part des vives inquiétudes du Canada au sujet de la suspension des exportations de canola canadien vers la Chine et insisté sur le fait que ce problème doit être réglé rapidement. L'ambassadeur du Canada à l'OMC — l'Organisation mondiale du commerce — a également exhorté la Chine à travailler avec le Canada sur des solutions.
En réaction aux demandes de l'industrie, nous avons étendu la limite de prêt du Programme de paiements anticipés à 1 million de dollars pour tous les producteurs, dont 500 000 $ sans intérêt pour les producteurs de canola. La réglementation est maintenant en place, et les producteurs pourront présenter une demande en vue d'obtenir de nouvelles sommes dès le 10 juin.
Nous avons également travaillé avec les provinces et les territoires afin de reporter la date limite pour s'inscrire à Agri-stabilité. Ainsi, les producteurs auront une excellente possibilité d'utiliser un important outil de gestion des risques dans une période d'incertitude.
Nous adoptons l'approche Équipe Canada. Notre groupe de travail se réunit une fois par semaine; il rassemble des représentants de l'industrie et des provinces, ainsi que, évidemment, nos responsables d'Agriculture et Agroalimentaire Canada et d'Affaires mondiales Canada.
Lors de notre mission au Japon, j'étais accompagnée de Jim Everson, président du Conseil canadien du canola. Nous avons rencontré quelques grands importateurs japonais pour trouver des moyens d'élargir nos activités commerciales dans ce marché. C'est un marché de premier plan, surtout compte tenu des débouchés qui découlent de l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste, le PTPGP.
J'ai aussi saisi l'occasion de rencontrer d'autres ministres du G20, y compris le commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, pour leur faire part des préoccupations du Canada au sujet des barrières commerciales imposées à notre blé en Italie et à nos légumineuses en Inde.
Nous continuons de diversifier les débouchés pour notre canola et pour tous nos excellents produits agroalimentaires grâce aux nouveaux accords de libre-échange, comme le PTPGP.
Les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là, monsieur le président. Le Japon a récemment annoncé qu'il acceptera désormais le bœuf canadien provenant d'animaux âgés de plus de 30 mois, ce qui procurera à nos producteurs de bœuf un accès complet au Japon; ils pourront donc tirer pleinement profit des nouvelles possibilités au titre du PTPGP.
Il y a d'autres bonnes nouvelles pour nos agriculteurs et transformateurs alimentaires. Les États-Unis ont levé les tarifs au titre de l'article 232 sur l'acier et l'aluminium, ce qui renforce notre relation avec notre plus grand partenaire commercial. Comme vous le savez, le premier ministre a instauré des mesures législatives visant la ratification du nouvel ALENA. La semaine dernière, le vice-président Pence et lui ont tous deux affirmé avoir l'intention de progresser le plus rapidement possible vers la ratification.
Le nouvel ALENA est essentiel à notre industrie agroalimentaire. La valeur des produits agroalimentaires que les États-Unis et le Mexique achètent du Canada s'élève à 37 milliards de dollars, et nous savons que nous pouvons accroître ce volume encore plus. Nous travaillons également en étroite collaboration avec les États-Unis et le Mexique afin d'empêcher l'introduction de la peste porcine africaine sur notre continent.
À la suite du forum international sur la peste porcine africaine qui a eu lieu à Ottawa le mois dernier, le Canada et les États-Unis ont conclu un accord sur l'application de zones. Grâce à cette mesure, le commerce du porc pourra se poursuivre de façon sécuritaire si jamais une éclosion de cette grave maladie devait survenir.
Quelque 200 millions de dollars du budget des dépenses appuieront la deuxième année du Partenariat canadien pour l'agriculture. Les programmes exécutés au titre du partenariat aident également les agriculteurs à tirer parti des possibilités de croissance durable, tout en s'adaptant aux changements climatiques.
En ce qui concerne l'agronomie, une somme de 70 millions de dollars servira à tenir compte des nouvelles priorités, comme les changements climatiques et la conservation des sols et des eaux. Pour nous aider à atteindre ces buts, notre gouvernement s'est engagé à embaucher 75 nouveaux scientifiques et professionnels des sciences spécialisés dans de nouveaux domaines de l'agriculture, et nous avons lancé le premier projet de laboratoires vivants au monde, qui rassemble des scientifiques et des agriculteurs sur le terrain afin qu'ils mènent des recherches environnementales que les producteurs pourront appliquer directement à leur exploitation.
Les agriculteurs pourront ainsi adopter des technologies adaptées au climat plus rapidement. Cette approche proprement canadienne a été accueillie favorablement par les ministres de l'agriculture du G20 lors de notre rencontre au Japon.
La durabilité environnementale est également un pilier clé de notre nouveau Programme des priorités stratégiques de l'agriculture canadienne de 50 millions de dollars.
Monsieur le président, les semaines à venir sont chargées.
Nous prévoyons bientôt annoncer les détails de notre engagement pour venir en aide à nos producteurs et à nos transformateurs dans les secteurs sous gestion de l'offre.
Cela comprend 2,4 milliards de dollars pour soutenir les revenus des producteurs laitiers, de volaille et d'oeufs dans la foulée de l'Accord économique et commercial global avec l'Union européenne, ou AECG, et du PTPGP.
Comme promis, nous soutiendrons nos producteurs de lait, de volaille et d'oeufs qui sont touchés par les accords commerciaux. Nous continuons de travailler de concert avec l'industrie afin d'assurer la prospérité à long terme de nos producteurs et de nos transformateurs.
Je suis aussi impatiente d'annoncer la toute première Politique alimentaire pour le Canada. Beaucoup d'enthousiasme a été manifesté partout au pays. De fait, 45 000 personnes ont participé aux consultations, et j'ai tenu d'excellentes discussions sur la politique, y compris lors de la récente conférence nationale sur la sécurité alimentaire. La politique établit une vision ambitieuse pour garantir que tout le monde au Canada est en mesure d'accéder à des aliments salubres et sains grâce à un système alimentaire national durable et novateur. Par conséquent, nous continuons à travailler d'arrache-pied pour faire progresser l'industrie.
Encore une fois, je vous remercie de votre excellent travail dans plusieurs dossiers clés pour notre secteur.
C'est avec plaisir que je répondrai maintenant à vos questions.
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Mr. Dickson, you've mentioned an interesting stat. Regarding the diversification of our markets, you mentioned that if Japan were to close, for instance, that would be the end for pork producers in Manitoba.
On our side, you mentioned that the BRM programs are not responding, that they're not necessarily answering those types of issues. What are you suggesting? I know those conversations happen every five years with the provinces. How do we move forward from here in terms of ensuring that our BRMs are responsive?
Monsieur Dickson, vous avez mentionné une statistique intéressante. En ce qui concerne la diversification de nos marchés, vous avez dit que, si le Japon cessait d'acheter nos produits, par exemple, ce serait la fin des producteurs de porcs du Manitoba.
De notre côté, vous avez signalé que les programmes de gestion des risques de l’entreprise, GRE, n'intervenaient pas dans ces genres de situations, qu'ils ne répondaient pas nécessairement à ces genres de besoins. Que suggérez-vous? Je sais que ces discussions sont menées avec les provinces tous les cinq ans. Comment, à l'avenir, pouvons-nous nous assurer que nos programmes de GRE sont sensibles à vos besoins?
View Marie-Claude Bibeau Profile
Lib. (QC)
Thank you very much, Mr. Chair.
I'm so pleased to have this opportunity to meet with you for the first time.
As you know, these have been some very busy first weeks for me since I took over the portfolio at Agriculture and Agri-Food Canada on March 1. I've embraced my new role with a lot of enthusiasm. I thought I had the best job as the Minister of International Development, but I must admit that I very much enjoy Agriculture and Agri-Food as well.
I will certainly be relying on the expertise around this table. Thank you for your important work. I know you are exploring the issues that matter for the industry—climate change, non-tariff trade barriers and a food policy for Canada, to name just a few.
This morning I am pleased to outline some of the key priorities we are focusing on at the department and across the government.
The government has high ambitions for our agricultural trade. Taken together, our trade agreements are giving our farmers a competitive edge in 60% of the global economy. Canada is the only G7 member to have trade agreements with all the others.
The government's top priority is to regain full market access for our canola seed exports to China. At the same time, we are ensuring Canadian producers have the support they need. The industry has been very clear that farmers will need additional assistance this year to manage cash flow pressures. That is why yesterday the Minister of International Trade Diversification and I announced that the federal government will amend the regulations of the Agricultural Marketing Programs Act to increase the loan limits under the advance payments program.
The regulatory amendment will change the loan limits for the advance payments program for 2019 as follows: Advances will increase from $400,000 to $1 million on all commodities, and the first $100,000 will remain interest-free on all commodities except canola, for which the interest-free advances will be eligible for up to $500,000. These measures will give producers the support they need to manage their cash flow. As well, we are extending the AgriStability enrolment deadline by two months without penalty, from April 30 to July 2.
These measures reflect the commitment of federal and provincial governments to work together to respond to the needs of farmers and industry. Our working group with industry and provinces has been meeting weekly, and today again, and is focused on supporting the sector, including the importance of diversifying into new markets.
Our canola working group has been meeting weekly to discuss ways of supporting the sector, including the importance of diversifying into new markets.
We are diversifying our trade through agreements like the CPTPP, which will eliminate tariffs on canola products going into Japan. Already, Canadian beef exports to Japan have doubled in the first two months of 2019, compared to the same period last year. And Canadian pork exports to that country increased by nearly 14%.
Next week, I will travel to Japan to participate in the G20 agriculture ministers' meeting. While in Japan, I will meet with Japanese industry leaders and officials from several countries to advance Canada's agricultural trade.
We are optimistic that, as more Canadians pursue opportunities created by the CPTPP and the free trade agreement with Europe, we will see these numbers grow.
At the same time, we are protecting our pork industry by taking measures to keep African swine fever out of Canada.
Canadian pork producers depend on exports to sell 70% of their production. We are investing in stronger border controls and stronger inspection of feed imports.
Canada is taking international leadership on African swine fever. On Tuesday, I addressed an international forum on the subject that we organized in partnership with the United States. Twenty-five countries participated, including the European Union.
Canada's trade strategy is strong and balanced. At the same time, we know that our trade agreements have impacts on our dairy, poultry and egg producers, who are subject to supply management.
That is why the 2019 budget proposes an investment of up to $3.9 billion to deal with income losses associated with the CPTPP and the free-trade agreement with Europe, and to protect against any reduction in quota value.
Since I took the position, I have had many meetings with producers, processors and those who represent them. I also attended the first meeting of the strategic working group for dairy. Our common goal is the long-term competitiveness of our dairy, poultry and egg producers.
Another major priority for us is to launch a food policy for Canada.
Last week, we had a great discussion on the food policy with some key stakeholders at the food security symposium in Toronto.
In the 2019 budget, we are proposing to invest $134.4 million to support the food policy, the first of its kind for Canada. The policy sets out an ambitious vision of ensuring that all people in Canada are able to access a sufficient amount of safe, nutritious, and culturally diverse food. It seeks to make Canada's food system resilient and innovative, to sustain our environment, and to support our economy.
The future is full of promise for Canada's agriculture and agri-food industry. Demand for Canadian food continues to rise, and Canada has the competitive advantages to meet that demand sustainably.
I look forward to working with you and all stakeholders to help our agriculture and agri-food sector grow, innovate, and prosper.
Thank you.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je suis vraiment heureuse d'avoir l'occasion de vous rencontrer pour la première fois.
Comme vous le savez, depuis que j'ai endossé la responsabilité du portefeuille d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, le 1er mars, mes semaines ont été très chargées. J'ai plongé dans ce nouveau rôle avec beaucoup d'enthousiasme. Je croyais avoir le meilleur emploi en tant que ministre du Développement international, mais je dois admettre que j'aime aussi beaucoup Agriculture et Agroalimentaire.
Votre savoir-faire à tous me sera évidemment précieux. Je tiens à vous remercier de l'important travail que vous faites. Je sais que vous vous penchez sur les enjeux qui comptent pour l'industrie — les changements climatiques, les barrières non tarifaires au commerce et une politique alimentaire pour le Canada, pour n'en nommer que quelques-uns.
Ce matin, j'ai le plaisir de vous présenter quelques-unes des grandes priorités du ministère et de l'ensemble du gouvernement.
Le gouvernement nourrit de grandes ambitions pour le commerce agricole canadien. Combinés, nos accords commerciaux confèrent aux agriculteurs canadiens un avantage concurrentiel dans 60 % de l'économie mondiale. Le Canada est le seul pays du G7 à avoir des accords commerciaux avec tous les autres pays membres.
Le gouvernement a pour priorité absolue de retrouver le plein accès au marché pour nos exportations de graines de canola vers la Chine. Entretemps, nous nous assurons que les producteurs canadiens reçoivent l'aide dont ils ont besoin. L'industrie a très clairement indiqué que les agriculteurs auront besoin d'une aide supplémentaire cette année pour gérer leurs problèmes de liquidités. C'est pourquoi, hier, le ministre de la Diversification du commerce international et moi avons annoncé que le gouvernement fédéral modifiera le règlement d'application de la Loi sur les programmes de commercialisation agricole afin d'augmenter les plafonds des prêts au titre du Programme de paiements anticipés.
Les modifications réglementaires changeront les plafonds des prêts octroyés dans le cadre du Programme de paiements anticipés, pour l'année de programme 2019, comme suit: pour tous les produits agricoles, les avances disponibles seront de 1 million de dollars au lieu de 400 000 $, et la première tranche de 100 000 $ de ces prêts restera sans intérêt pour tous les produits, sauf le canola. Pour le canola en particulier, la première tranche sans intérêt pourra atteindre un total de 500 000 $. Ces mesures donneront aux producteurs la marge de manœuvre dont ils ont besoin pour gérer leurs liquidités. Nous avons aussi reporté la date limite d'inscription au programme Agri-stabilité de deux mois, sans pénalité, soit du 30 avril au 2 juillet 2019.
Ces mesures témoignent de l'engagement des gouvernements fédéral et provinciaux à travailler ensemble pour répondre aux besoins des agriculteurs et de l'industrie. Notre groupe de travail avec l'industrie et les provinces se réunit chaque semaine — il s'est d'ailleurs réuni aujourd'hui encore —, et travaille à trouver des moyens d'appuyer le secteur, notamment par la diversification du commerce vers de nouveaux marchés.
Notre groupe de travail sur le canola se réunit chaque semaine pour discuter des différentes façons d'appuyer le secteur, y compris par la diversification du commerce vers de nouveaux marchés.
Nous diversifions nos échanges commerciaux au moyen d'accords comme le PTPGP, qui éliminera les droits de douane sur les produits du canola exportés au Japon. Déjà, les exportations de bœuf canadien au Japon ont doublé dans les deux premiers mois de 2019, par rapport à la même période l'année passée, et les exportations de porc canadien dans ce pays ont augmenté de près de 14 %.
La semaine prochaine, je participerai à la rencontre des ministres de l'Agriculture du G20, au Japon. Je profiterai de l'occasion pour rencontrer des leaders de l'industrie japonaise et des représentants de plusieurs pays pour promouvoir le commerce agricole du Canada.
Nous avons bon espoir de voir ces chiffres augmenter, parce que de plus en plus de Canadiens saisiront les possibilités qui s'offrent à eux grâce au PTPGP et à l'accord de libre-échange avec l'Europe.
Parallèlement, nous prenons des mesures pour protéger l'industrie canadienne du porc contre la peste porcine africaine et pour éviter l'introduction de cette maladie au Canada.
Les exportations représentent 70 % des ventes des producteurs de porc canadiens. Nous investissons de façon à renforcer les contrôles frontaliers et l'inspection des importations d'aliments pour animaux.
Sur la scène internationale, le Canada fait figure de chef de file à l'égard de la peste porcine africaine. Mardi, j'ai pris la parole à un forum international à ce sujet, que nous avions organisé en partenariat avec les États-Unis et auquel ont participé 25 pays, incluant l'Union européenne.
La stratégie commerciale du Canada est solide et équilibrée. Toutefois, nous savons que nos accords commerciaux ont des répercussions sur les producteurs soumis à la gestion de l'offre, soit les producteurs de produits laitiers, de volaille et d'œufs.
C'est pourquoi le budget de 2019 propose d'investir 3,9 milliards de dollars pour compenser les pertes de revenus découlant du PTPGP et de l'accord de libre-échange avec l'Europe, de même que pour protéger les producteurs contre toute baisse de valeur de leurs quotas.
Depuis mon arrivée en poste, je multiplie les rencontres avec les producteurs, les transformateurs et leurs représentants. J'ai aussi assisté à la première réunion du groupe de travail stratégique pour l'industrie laitière. Notre objectif commun est d'assurer la viabilité et la compétitivité à long terme des producteurs canadiens de produits laitiers, de volaille et d'œufs.
Le lancement d'une politique alimentaire pour le Canada est une autre de nos grandes priorités.
La semaine dernière, j'ai eu une excellente discussion sur la politique alimentaire avec certains intervenants clés lors du Symposium sur la sécurité alimentaire, à Toronto.
Le budget de 2019 prévoit un investissement de 134,4 millions de dollars à l'appui de la politique alimentaire, qui sera la première au Canada. La politique propose une vision ambitieuse qui vise à garantir à toutes les personnes habitant au Canada l'accès à une quantité suffisante d'aliments salubres, nutritifs et diversifiés sur le plan culturel. Elle tend vers un système alimentaire canadien robuste, souple et novateur qui préserve l'environnement et qui soutient l'économie.
L'avenir est prometteur pour l'industrie canadienne de l'agriculture et de l'agroalimentaire. La demande d'aliments canadiens ne cesse d'augmenter, et le Canada dispose des avantages concurrentiels nécessaires pour répondre à cette demande de façon durable.
Je me réjouis à la perspective de collaborer avec vous et tous les intervenants afin de contribuer à la croissance, à l'innovation et à la prospérité du secteur canadien de l'agriculture et de l'agroalimentaire.
Merci.
View Pierre Breton Profile
Lib. (QC)
View Pierre Breton Profile
2019-04-09 12:52
Thank you, Mr. Chair.
I would like to inform you that I will be sharing my time with my colleague, Mr. Poissant.
We are seeking solutions on the canola crisis matter. In recent weeks, the Minister of Agriculture and Agri-Food and the Minister of Foreign Affairs have appeared before the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development.
Currently, Ms. Bibeau, the Minister of Agriculture and Agri-Food, is working extremely hard and in close collaboration with the industry to manage this issue. We are working in partnership with the industry to make progress on and deal with this issue appropriately.
My thanks to the witnesses for joining us.
Mr. Murray and Mr. Van Tassel, you are from Quebec, so my questions will be for you.
You talked about harvesting once every four years. At least, that is what Mr. Van Tassel said, if I am not mistaken. I don't know what Mr. Murray's situation is.
How do the current restrictions on canola exports to China affect your stock and liquidity?
Do the Agri-Stability and Agri-Invest programs tools address the problems that you may be experiencing?
Merci, monsieur le président.
Je vous informe que je vais partager mon temps de parole avec mon collègue M. Poissant.
Nous sommes en mode solution dans le dossier de la crise du canola. Au cours des dernières semaines, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire et la ministre des Affaires étrangères ont comparu devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international.
Actuellement, Mme Bibeau, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, travaille extrêmement fort et de façon étroite avec l'industrie pour traiter de ce dossier. Nous travaillons en partenariat avec l'industrie pour avancer et pour traiter ce dossier de façon adéquate.
Je remercie les témoins d'être ici.
Messieurs Murray et Van Tassel, qui êtes du Québec, mes questions s'adresseront à vous.
Vous avez dit faire la récolte une fois tous les quatre ans. C'est du moins ce qu'a dit M. Van Tassel, si je ne m'abuse. Je ne sais pas ce qu'il en est du côté de M. Murray.
Dans quelle mesure les restrictions actuelles sur les exportations de canola vers la Chine touchent-elles vos stocks et vos liquidités?
Les programmes Agri-stabilité et Agri-investissement sont-ils des outils adaptés à ces problèmes que vous pourriez vivre?
View Erin Weir Profile
CCF (SK)
Thanks very much, Mr. Chair. I appreciate the time at this committee.
The closure of China's market to Canadian canola is a huge challenge for Saskatchewan's economy. As an aside, Viterra's head office is on the same block as my constituency office so it's nice to welcome a neighbour to committee.
I think we've heard loud and clear from all witnesses that the top priority needs to be reopening the Chinese market. What I want to ask is, what would be the single best thing the federal government could do to support our canola producers in the meantime? Would it be increasing the loan amounts under the advance payments program? Would it be waiving the interest on those loans, or might it be some other initiative?
Je vous remercie, monsieur le président. Je vous suis reconnaissant du temps de parole que vous m'accordez.
La fermeture du marché chinois au canola canadien constitue un énorme défi pour l'économie de la Saskatchewan. En passant, le siège social de Viterra se trouve dans le même pâté d'immeubles que mon bureau de circonscription. C'est un plaisir de retrouver ici un voisin.
Je crois que tous les témoins ont clairement indiqué que la priorité absolue est la réouverture du marché chinois. Ce que je veux savoir est qu’elle pourrait être la meilleure chose que le gouvernement fédéral pourrait faire d'ici cette réouverture pour soutenir nos producteurs de canola. Serait-ce d'accroître le montant des prêts consentis dans le cadre du Programme de paiements anticipés? Serait-ce de renoncer aux intérêts sur ces prêts ou pourrait-il s'agir d'un autre type de mesure?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
Well, of course, as you know, the business risk management is under the CAP program, which is administered by both levels of government. It was indicated quite clearly by a number of groups that the speed and the efficiency of the departmental process had to be speeded up—
Ma foi, comme vous le savez, la gestion des risques de l'entreprise relève du Partenariat canadien pour l'agriculteur, qui est administré par les deux ordres de gouvernement. Plusieurs groupes ont dit très clairement qu'il fallait accélérer le processus ministériel et en accroître l'efficacité...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
It will be reviewed.
I'll turn it over to Chris Forbes.
Il sera revu.
Chris Forbes va vous répondre.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
It's an important question, and it's the best question that has to be addressed—
La question est importante, et c'est la meilleure question à aborder...
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
—because I understand how important it is.
... car j'en connais toute l'importance.
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
When anything happens in agriculture, the problem is to get the money into the hands of farmers.
Lorsqu'il se passe quelque chose en agriculture, le problème est de mettre l'argent entre les mains des agriculteurs.
View Francis Drouin Profile
Lib. (ON)
Great. Thank you.
Mr. Brock, I'm glad to hear that you're farming around Hensall. Other than Mr. Shipley, nobody knows where Hensall is, but I do, and so does Lloyd. My better half is from there. I'm glad to hear that I know somebody else.
You've touched on a point with AgriStability. Production margins used to be at 85%, and now they're at 70%. If your organization or some farmers experience a lower price one year or if beef producers experience a disease, for instance, they could access it, but we are hearing from multiple witnesses that nobody is accessing this program. You've said that the threshold is important, but it's not the only thing. What else would be important? I heard you talk about flexibility, but what would flexibility look like?
Super. Merci.
Monsieur Brock, je suis content d'apprendre que vous avez une ferme près de Hensall. À part M. Shipley et moi-même, personne ne sait où se trouve Hensall. Ma douce moitié vient de là. Je suis heureux de savoir que j'y connais maintenant deux personnes.
Vous avez soulevé quelque chose en parlant d'Agri-stabilité. Les marges de production se situaient auparavant à 85 %, et maintenant elles sont à 70 %. Si votre organisation ou certains producteurs êtes confrontés à des prix moins élevés que prévus une année donnée ou si les producteurs bovins font face à une maladie, par exemple, ils pourront y avoir accès; or, de nombreux témoins nous disent que personne n'a accès à ce programme. Vous avez parlé de l'importance d'avoir un certain seuil, mais ce n'est pas tout. Qu'est-ce qu'il y a d'autre d'important? Je vous entends parler de flexibilité, mais à quoi ressemblerait cette flexibilité?
View Joe Peschisolido Profile
Lib. (BC)
Okay.
Would AgriStability be helpful to you, or are you looking for—
D'accord.
Est-ce que le programme Agri-stabilité vous serait utile ou cherchez-vous...
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2016-11-22 10:33
I'm looking for some type of policy to grab onto. We are in the midst of an agricultural policy review. Our previous witnesses this morning were talking about the changes that had been made to the AgriStability funding, cutting it from 15% losses to 30% losses.
By the numbers being thrown out this morning, it sounds like you're in the 30% range, but it's coming too little, too late. We're looking at the next policy to try and see what is more effective that people could use, and how it could be employed. It's very unusual that in the middle of one of our studies, we're actually dealing with this in real time. We have a long-term decision we're trying to make on how to set up a better policy framework for ranchers, but in the meantime the dike is bursting on us and we're trying to solve an immediate problem.
Have you any comments on the province declaring this a disaster provincially? Are there any comments on what's being done provincially?
Je cherche une politique à laquelle m'accrocher. Nous sommes en plein examen de la politique agricole. Nos témoins précédents, ce matin, parlaient des changements qui avaient été apportés au fonds d'Agri-stabilité, qui est réduit de pertes de 15 % à des pertes de 30 %.
Si l'on se fie aux chiffres lancés ce matin, il semble que vous vous situiez dans la fourchette des 30 %, mais c'est trop peu, et ça arrive trop tard. Nous étudions la prochaine politique pour voir comment elle pourrait être plus efficace et plus facilement disponible. C'est très inhabituel qu'en plein cours d'examen, nous soyons confrontés à un événement en temps réel. Nous essayons de prendre une décision pour le long terme sur la façon d'établir un meilleur cadre stratégique pour les éleveurs, mais entretemps, la digue est pleine et il faut résoudre un problème dans l'immédiat.
Avez-vous des observations sur le fait que la province puisse déclarer cette situation une catastrophe provinciale? Des observations sur ce qui est mis en place à l'échelle de la province?
Results: 1 - 15 of 19 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data