Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 13 of 13
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2019-06-20 16:27
It is not the case that Conservatives have ever advocated for any steps at the NEB to be skipped. Those steps, of course, were all followed and completed when Kinder Morgan, the private sector proponent, was advancing the Trans Mountain expansion, after which you failed to provide the legal and political certainty for them to go ahead.
Ian Anderson has also indicated that the court injunction remains in place, so what is your government prepared to do if foreign-funded or domestic anti-energy protestors seek to hold up construction?
Ce n'est pas vrai, les conservateurs n'ont jamais réclamé de négliger l'une ou l'autre des mesures à prendre pour répondre aux exigences de l'ONE. Bien entendu, nous avons pris toutes les mesures requises quand Kinder Morgan, le promoteur privé, a voulu agrandir le réseau de Trans Mountain, c'est vous qui n'avez pas voulu lui fournir les assurances juridiques et politiques nécessaires pour que ce projet aille de l'avant ensuite.
Ian Anderson a également rappelé que l'injonction de lacour demeure en vigueur, donc que votre gouvernement est-il prêt à faire si des militants anti-énergie, financés par des sources étrangères ou nationales, cherchent à freiner la construction du pipeline?
View Amarjeet Sohi Profile
Lib. (AB)
As I said earlier, unfortunately energy sector projects such as [Technical difficulty—Editor] controversial because of the steps taken by the Stephen Harper government to polarize Canadians by not respecting Canadians' right to participate and by gutting the environmental protections that were put in place. We will do whatever we can to ensure that this project moves forward in the right way.
In the case of an injunction, I understand that an injunction is in place and we expect anyone who is going to participate in any form of activity to do that within the rule of law. The rule of law will be respected, but I'm not going to speculate on something that has not happened. Our goal is to reduce the tension. Our goal is to reduce the polarization.
I'm confident that the work we have done over the last seven months will allow us to demonstrate to Canadians that we followed due process and are offering accommodations that appropriately deal with the concerns of indigenous communities.
Comme je l'ai dit un peu plus tôt, malheureusement, les projets énergétiques comme [difficultés techniques] sont controversés à cause de tous les efforts déployés par le gouvernement de Stephen Harper pour polariser les Canadiens en ne respectant pas leur droit de participer au processus et en vidant de leur substance les protections environnementales mises en place. Nous ferons tout en notre pouvoir pour que ce projet aille de l'avant de la bonne façon.
Pour ce qui est de l'injonction, je sais très bien qu'il y a une injonction en vigueur, et nous nous attendons à ce que quiconque participe à une quelconque forme d'activité le fasse dans le respect de la loi. La primauté du droit sera respectée, mais je ne m'avancerai pas sur des événements fictifs. Notre objectif est de réduire les tensions. Notre objectif est de réduire la polarisation.
J'ai confiance que le travail que nous avons abattu au cours des sept derniers mois nous permettra de montrer aux Canadiens que nous avons pris toutes les mesures nécessaires, en bonne et due forme, et que nous avons offert des mesures d'accommodement appropriées pour répondre aux préoccupations des communautés autochtones.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
On the point of the wild boar risk, the point was that we have to get rid of them. My question is: How do we do that? You will have to deal with other animal rights groups and so on, because there will be people saying that they're the same as people and all these kinds of things.
How do you propose going through that particular process?
Pour ce qui est des porcs sauvages, vous avez dit qu'il faut les éliminer. Ma question est la suivante: comment devrons-nous nous y prendre? Nous devrons traiter avec d'autres groupes de défense des animaux, parce que certains diront que ces animaux sont comme les humains, et tout ce genre de choses.
Comment proposez-vous de mener ce processus à bien?
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Thank you to our guests, Ryder in Regina and Mr. Ceelen here.
I think one of the reasons we are studying this is the issue of public trust. It's interesting. Every group and every organization is going to say what it is they do, so that we understand the significance of their engagement.
One of the things that we had heard from the study we had done previously on mental health, as far as farmers and producers are concerned, was about attacks on farmers, social media attacks by animal welfare advocates that are outside of what one would consider is normal.
How are you managing that? Is there is a recognition within the organizations that these attacks are out there? If they don't believe these are attacks, is there at least a recognition that farmers are feeling as though they are being attacked? That was one of the very critical things....
We look at marketing schemes. We have to make sure that the public feels this is right. If the public is not being given proper information, if there is marketing that says there are no antibiotics, and no added hormones and that sort of thing to meat, and then they move from there into “let's have a veggie burger”.... If you want to look at the estrogen that is associated with it you go from 5 nanograms to 7 nanograms, when you have thousands in the bun. Yet we're still supposed to believe that here's some organization or business standing up for the health of Canadians.
Then in the labelling aspect of that you might as well have boneless watermelon. That's about how all of this relates in some of the commentary.
Because we have representatives who are dealing with large animals, bovines and so on, I think it's important we talk about some of the other aspects of it. Of course, the CFIA has put together new regulations on transport of animals. That's a critical part. These rules will be taking place in February 2020. Of course, it's dealing with all types of movement of animals, which is important, but it's also a case that it is being done well now.
Yes, any time you want to take another look at things, we can consider that as being improvements, but we see the new trucks that are there, and the way in which they are being loaded, and the care that's associated with it. All of those things are already being done in industry, but when we focus on it, it is as though...“look at the terrible things that are happening here”.
The concept of taking it from 48 hours on a truck to 48 sounds good. Everyone is saying, “if I were in vehicle for 36 hours, I would want to stretch”, but every time you take an animal off, injuries take place.
It's these kinds of things. Farmers are looking at this, and they are saying once again we're putting out these flags and giving another chance for these people who do not understand the industry, and only have vested interest in it, to make added points.
I know I don't have much time left. I've talked for most of it, but perhaps, Ryder, you could talk a little bit about that and then Mr. Ceelen could speak on some of the other issues.
Je remercie nos témoins, M. Lee à Regina et M. Ceelen ici même.
Je pense que l'un des motifs de notre étude est la question de la confiance du public. C'est intéressant. Chaque groupe, chaque organisation dira ce qu'elle fait pour que nous comprenions l'importance de son engagement.
Notre étude antérieure sur la santé mentale des agriculteurs et des producteurs a révélé les attaques outrancières qu'ils subissaient dans les médias sociaux de la part des partisans du bien-être des animaux.
Comment vous tirez-vous d'affaire? Est-ce que les organisations reconnaissent la réalité de ces attaques? Si elles n'y voient pas des attaques, reconnaissent-elles au moins que les agriculteurs se sentent attaqués? C'était l'une des choses très importantes...
Les mécanismes de commercialisation, nous devons nous assurer que le public sente qu'ils suivent les règles. S'il est mal informé, si, d'après la publicité, on ne trouve aucun antibiotique, aucune hormone ajoutée ni autre substance de ce genre dans la viande et que, ensuite, à partir de là, il s'emballe pour les hamburgers végés... Par exemple, les estrogènes qu'on y trouve passent de cinq à sept nanogrammes, quand il y en a des milliers dans le pain. Pourtant, nous sommes encore censés croire qu'il y a des organisations ou des entreprises qui prennent la défense de la santé des Canadiens
Ensuite, les indications sur l'emballage pourraient aussi bien faire croire au consommateur qu'il a acheté un melon d'eau désossé. C'est à peu près ce qu'il faut en comprendre d'après certains commentaires.
Comme nos témoins s'occupent de gros animaux, de bovins et ainsi de suite, je pense qu'il importe que nous parlions de certains des autres aspects de la question. Bien sûr, l'Agence canadienne d'inspection des aliments a publié de nouveaux règlements sur le transport des animaux. C'est un point essentiel. Ils entreront en vigueur en février 2020. Bien sûr, ils visent tous les modes de transport, ce qui est important, mais c'est aussi un exemple des progrès actuels.
Effectivement, chaque fois qu'on veut réexaminer une question, ça peut passer pour du progrès, mais les nouveaux camions, les nouvelles méthodes de chargement et les soins pris dans ces circonstances, tout ça c'est visible. Tout ça, le secteur le fait déjà, mais quand on s'intéresse à lui, c'est comme si c'était pour le dénigrer.
L'idée de faire passer la durée de transport par camion de 48 à 36 heures semble excellente. Chacun dit qu'après 36 heures dans un véhicule, il aurait besoin de se délier les membres un peu, mais chaque fois qu'on sort un animal, des blessures surviennent.
Voilà ce qui se passe. Les agriculteurs se disent que, encore une fois, ces hauts cris, c'est pour donner une autre chance de se faire valoir à des personnes qui ne comprennent rien à l'industrie et qui sont seulement intéressées à marquer d'autres points.
Je sais qu'il ne me reste pas beaucoup de temps. J'ai presque tout pris pour moi, mais peut-être, Ryder, pourriez-vous faire connaître votre réaction, puis M. Ceelen pourrait aborder quelques-unes des autres questions.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Thank you very much, Mr. Chair.
Thank you to all our witnesses. We certainly appreciate your interventions and this opportunity to hear what you plan to be doing while we work our way through this particular study. As we recognized Bell Let's Talk Day, I know that it was a year ago that I was honoured to first introduce this request for a study to deal with the mental health issues among farmers, ranchers and producers.
As a farmer myself, I can say this is certainly something we have seen in our communities. I'm pleased that we've had this important discussion. I thank all of the witnesses who have come forward to contribute to this report.
As was mentioned, I'm also pleased to hear that you're looking forward to hearing from this study and from all of its different aspects. These are so important, because sometimes not everything is presented. I'm sure your organizations will read through all of the testimony and understand all of the different things that have affected farmers and ranchers particularly.
I'd also like to specifically thank the amazing women farm operators who have been such strong advocates for mental health within the rural communities, as well as in their family farm operations. I think this was probably what instigated this in my mind—to know how committed these different groups were and just to make sure that things were working well in their communities.
Of course, the 4-H pledge is the head to clearer thinking, the heart to greater loyalty, the hands to larger service and, of course, the health to better living. That is for themselves and their club and, of course, for their nation. These are critical points. As a former 4-H'er, I'm so honoured that you've taken on this particular task.
In terms of the concerns that I do have, we had anticipated that some of these initiatives would come forth after our report and we had had a chance to discuss some of these issues. I think now we can simply take the commitment that all three organizations have and move forward with it and to try to give you the best facts we have. We can't lose sight of the fact that agriculture is being attacked in many different ways. There was the comment that we need to talk about food nutrition and so on. However, for many of these farm groups, we see food nutrition being compromised by some of the outside actors who are trying to take on Canadian farmers and minimize their relevance.
As a beef producer, I understand that. I certainly feel that we need to be sure to keep in mind how we will react to anti-farm activists, the social media trolls who demonize our agriculture industry, and the specific things that matter to a farm—the carbon taxes in the tens of thousands of dollars per farm, the massive red-tape hurdles, and the aggressive CRA tactics that have demonized small business owners and farmers particularly. We have to make sure that all of that is brought into the discussion. Every one of the kids in 4-H that we've spoken about hear this every day. They're not going to be hearing government messages; they're going to be hearing the messages that come around the kitchen table. They see the effects of it on their parents.
I think one of the major concerns you had, Ms. Smith, was how that affects the young person as well. Those effects arise because of what is happening in the community and what is happening around the kitchen table. I'm wondering if you can address how we will be able to use what we have seen in the study, in all of the testimony, and if in your mandate you'll be looking at ways to integrate that so that we can also find a way to push back and put some pressure on those groups that are out there simply to demonize agriculture.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je remercie tous nos témoins. Nous vous savons gré de vos interventions et nous sommes ravis d'avoir l'occasion d'entendre ce que vous comptez faire alors que nous travaillons à cette étude particulière. Nous avons souligné la journée Bell Cause pour la cause, et je sais qu'il y a un an, j'avais l'honneur de demander pour la première fois la réalisation de cette étude sur les problèmes de santé mentale chez les agriculteurs, les éleveurs et les producteurs.
Étant moi-même agriculteur, je peux affirmer que nous avons vu cela dans nos collectivités. Je suis ravi de cette importante discussion. Je remercie tous les témoins qui ont manifesté le désir de contribuer à ce rapport.
Je suis aussi heureux d'entendre que vous avez hâte de connaître les résultats de cette étude et tous les aspects qui auront été traités. C'est si important, car il arrive que tout ne soit pas présenté. Je suis sûr que vos organismes vont parcourir tous les témoignages et saisir l'ampleur de tous les facteurs qui ont des effets sur les agriculteurs et les éleveurs en particulier.
Je veux aussi remercier en particulier les femmes extraordinaires à la tête d'exploitations agricoles, qui préconisent vigoureusement la promotion de la santé mentale dans les collectivités rurales, ainsi que dans leurs exploitations agricoles familiales. C'est, je crois, ce qui a fait germer cela dans mon esprit, connaissant l'engagement profond de ces divers groupes et l'importance pour eux de veiller à ce que les choses aillent bien dans leurs collectivités.
Bien sûr, le serment d'allégeance des 4-H, c'est l'engagement à faire preuve d'un jugement éclairé, de grande loyauté et de solidarité envers son prochain, ainsi qu'à adopter un mode de vie sain, bien sûr. Ils font cela pour eux-mêmes et leur club, et pour leur nation, naturellement. En tant qu'ancien membre des 4-H, je suis très heureux que vous ayez décidé de vous attaquer à cette tâche en particulier.
En ce qui concerne mes préoccupations, nous nous attendions à ce que certaines de ces initiatives nous parviennent après la production de notre rapport et après que nous ayons eu l'occasion de discuter de certains de ces enjeux. Je crois que maintenant, nous pouvons simplement nous baser sur l'engagement des trois organismes, aller de l'avant et essayer de vous présenter les meilleurs faits que nous ayons. Nous ne devons pas oublier que l'agriculture est attaquée de bien des façons. Quelqu'un a dit que nous devions parler de la nutrition, et ainsi de suite. Cependant, pour bon nombre de ces groupes d'exploitants agricoles, la nutrition est compromise par certains des acteurs extérieurs qui essaient de s'attaquer aux agriculteurs canadiens et cherchent à minimiser leur pertinence.
En tant que producteur de boeuf, je comprends cela. J'estime que nous devons bien penser à notre façon de réagir aux militants qui s'opposent à l'agriculture, aux trolls des médias sociaux qui démonisent notre secteur agricole, ainsi qu'aux choses qui sont particulièrement importantes pour les exploitations agricoles, comme des taxes sur le carbone atteignant des dizaines de milliers de dollars par exploitation, les énormes obstacles liés aux formalités administratives et les tactiques agressives de l'ARC qui ont démonisé les petits propriétaires d'entreprises et les petits exploitants agricoles en particulier. Nous devons veiller à ce que tout cela fasse partie de la discussion. Tous les jeunes membres des 4-H dont nous avons parlé entendent cela jour après jour. Ils ne vont pas entendre les messages du gouvernement, mais plutôt les messages qui se passent autour de la table de cuisine. Ils voient les effets de cela sur leurs parents.
Je crois qu'une de vos grandes préoccupations, madame Smith, était l'effet de cela sur les jeunes. Ces effets se produisent à cause de ce qui se passe dans la collectivité et autour de la table. Je me demande si vous pouvez nous parler de la façon dont nous pourrons utiliser ce que nous avons constaté dans l'étude, ce que nous avons entendu comme témoignages, et nous dire si, dans le cadre de votre mandat, vous allez vous pencher sur des façons d'intégrer cela pour que nous puissions trouver des façons de réagir et d'exercer des pressions sur ces groupes qui ne sont là que pour démoniser l'agriculture.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Thank you very much, Mr. Chair.
The testimony this morning has been interesting.
First of all, I'll talk to Mr. Guest and Mr. Johnson.
I am a farmer, and many of my neighbours are farming in wheelchairs. I know that one of our neighbours had lost his hand in the Korean War. However, as my dad always used to say, he could do more with one hand than most men could do with two, because it had to do with determination and the things that are so important to people.
We listened to some of the experts, from the universities and so on, and there were a number of things mentioned that were negatives: the climate change, the shift towards mega-farms, the toxic notion of masculinity, and the large multinationals as being problems.
To those of us who farm, there is a certain amount of reality to the situations that occur, but what we've heard in testimony over the last few weeks is that the connotation that comes from the stressors that were just mentioned is as much of a problem to the farmers as anything else. When people are saying it's the big mega-farms that are causing the problems, or when they say it is the new technology that people have to deal with, these are certainly not factors on the farm. It might look that way from 10,000 feet, but the most expensive seed is the first seed that is bought, because that is the one that is going to give you the most potential.
Those are things we've looked at, issues and concerns that many of us have. I just want to put that on the table because farmers get attacked in so many different ways. We've heard the social media attacks, the PETA groups, and we have the others who don't wish to have hormone injections into beef because they say it's going to be so disastrous, when there is more estrogen in the bun than there is in the meat. These are the kinds of things that farmers have to sort through, and they realize that there are issues.
As far as costs are concerned, when we speak about climate change, I have a chart as to how much it is going to cost the average farm just for the carbon tax alone. In Alberta, where we have a carbon tax, on my farm alone it's nearly $20,000.
When we look at it from that 10,000 feet and say this would be a good idea and that would be a good idea, it doesn't hit the realities on the farm.
Mr. Guest, now that I've taken up half of my time, I'll ask, how is your organization trying to deal with both the mental and physical aspects of the disabilities?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Les témoignages ce matin ont été intéressants.
J'aimerais pour commencer m'adresser à M. Guest et M. Johnson.
Je suis un agriculteur, et bon nombre de mes voisins exploitent leur ferme en fauteuil roulant. Je sais qu'un de nos voisins a perdu une main durant la guerre de Corée. Cependant, comme mon père le disait toujours, il réussissait à en faire plus avec une main que la plupart des hommes qui en avaient deux. C'était une question de détermination, et c'était aussi lié à toutes les choses que les gens ont tellement à coeur.
Nous avons écouté certains experts, des gens de l'université et ainsi de suite, et un certain nombre de choses négatives ont été mentionnées: le changement climatique, la tendance aux mégafermes, la notion toxique de masculinité et les grandes multinationales, tout ça étant problématique.
Pour ceux d'entre nous qui exploitent des fermes, les situations qui se présentent ont un certain niveau de réalité, mais ce que nous avons entendu durant les témoignages au cours des dernières semaines, c'est que la connotation associée aux facteurs de stress qui viennent d'être mentionnés est tout aussi problématique pour les agriculteurs que le reste. Lorsque les gens disent que ce sont les grandes mégafermes qui causent les problèmes ou encore, les nouvelles technologies avec lesquelles les gens doivent composer, ce ne sont assurément pas des facteurs ayant une incidence à la ferme. On dirait peut-être que c'est le cas lorsqu'on regarde les choses de très haut, mais les semences les plus onéreuses sont les premières semences achetées, parce que ce sont elles qui ont le plus de potentiel.
Ce sont des choses que nous avons examinées, des problèmes et des préoccupations avec lesquels bon nombre d'entre nous composons. Je voulais le dire tout simplement parce que les agriculteurs sont la cible de tellement d'attaques différentes. On a entendu parler des attaques sur les médias sociaux, des groupes comme PETA, et il y a les autres qui ne veulent pas qu'on injecte des hormones dans le boeuf, parce que, selon eux, les résultats seront désastreux, alors qu'il y a plus d'estrogène dans le pain que dans la viande. C'est le genre de choses avec lesquelles les agriculteurs doivent composer, et ils savent qu'il y a des problèmes.
Pour ce qui est des coûts, lorsque nous parlons des changements climatiques, j'ai un tableau qui montre combien la taxe seule sur le carbone coûtera pour une ferme moyenne. En Alberta, où il y a une taxe sur le carbone, il en coûte près de 20 000 $ pour mon exploitation agricole seulement.
Lorsqu'on regarde tout ça de 10 000 pieds d'altitude et qu'on se dit que telle chose serait une bonne idée, et telle autre aussi, on est loin des réalités des agriculteurs.
Monsieur Guest, maintenant que j'ai pris la moitié du temps qui m'était accordé, j'aimerais savoir de quelle façon votre organisation essaie de composer à la fois avec les composantes psychologique et physique des invalidités.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
There must be other hurdles to bringing the investment up.
Il doit y avoir d'autres obstacles qui se dressent devant les investisseurs.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
Do you have any documentation to prove that?
Avez-vous des documents permettant de prouver ce que vous avancez?
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
When we talk about that.... I know people who are involved in the business that you are. With the other stressors, it comes down to having to buy a $250,000 piece of machinery to take out five or six people who would be working on the line, because you just can't afford it.
Of course, the other thing, sadly—not so much with the foreign workers but with other workers—is that if they're supposed to be there on a certain day, maybe you're going to get a phone call saying they're not coming—or maybe you're not. These are the other issues. How do you run a business that way?
Ms. MacTavish, one of the things you mentioned was the vilification of the industry and attacks that come from what I would suggest are vested interests. Whatever they are trying to do just ends up doing damage to the farms.
Could you explain that in the short time I have left?
À ce sujet... Je connais des gens qui travaillent dans votre secteur. En plus des autres facteurs de stress, il faut acheter une pièce d'équipement de 250 000 $ pour retirer cinq ou six personnes qui travailleraient dans la chaîne de production, parce qu'on n'en a tout simplement pas les moyens.
Bien sûr, l'autre chose, malheureusement — qui ne concerne pas tant les travailleurs étrangers que les autres travailleurs —, c'est que s'ils sont censés être présents un jour donné, peut-être qu'ils appelleront pour dire qu'ils ne viendront pas — ou peut-être pas. Ce sont les autres problèmes. Comment gérer une entreprise de cette façon?
Madame MacTavish, vous avez parlé entre autres du dénigrement de l'industrie et des attaques de la part de groupes d'intérêts, j'imagine. Peu importe leurs intentions, cela finit par faire du tort aux exploitations agricoles.
Pourriez-vous en parler dans le peu de temps qu'il me reste?
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Thank you very much, Mr. Chair. I will try to split my time. I know Mr. Motz has a question.
First of all, though, I would like to speak with Pierrette Desrosiers.
The things you talked about are exactly the key issues in agriculture. I have said for years that the issues we have with, as I believe you indicated, animal rights activists and other groups and organizations that look at.... I'm a grain farmer, so they look at other non-tariff trade barriers and issues—such as GMOs, neonicotinoids, trace elements—and all of these sorts of things that are done to protect other people's investments. When farmers look at these things, they understand what is happening. There is a discord between agriculture and those who live in urban centres.
Merci beaucoup monsieur le président. Je tenterai de partager mon temps. Je sais que M. Motz a une question.
Cependant, tout d'abord, j'aimerais m'adresser à Pierrette Desrosiers.
Ce dont vous avez parlé représente précisément les enjeux clés en matière d'agriculture. Je dis depuis des années, tout comme je pense que vous l'avez indiqué, que nous avons des problèmes avec des militants des droits des animaux et d'autres groupes et organisations qui s'intéressent à... Je suis producteur céréalier, ils se penchent donc sur les barrières non tarifaires et d'autres enjeux, comme les OGM, les néonicotinoïdes et les oligo-éléments, c'est-à-dire tout ce qui est fait pour protéger les investissements des autres. Lorsque les agriculteurs voient cela, ils comprennent ce qui se passe. Il règne une certaine discorde entre les agriculteurs et ceux qui habitent dans les centres urbains.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Another aspect—and I believe this is a point for other guests as well—is the fact that the farm is your workplace and the workplace is your farm, and the massive investments you have are always in jeopardy.
Then we have all of these different groups who just don't care. I look at the A&W ad that talks about no added hormones, where you go from five nanograms of estrogen to seven, if it is used, while the bun would have thousands of nanograms. These things are frustrating and they are done simply for market share.
I wonder if you could comment on that, and then I will give the rest of my time to Mr. Motz.
Thank you.
Un autre aspect, et je pense que c'est un point qui concerne aussi d'autres invités, est le fait que votre exploitation agricole est votre lieu de travail et votre lieu de travail est votre exploitation agricole. Et les importants investissements que vous faites sont toujours en péril.
Par ailleurs, il existe tous ces groupes qui s'en moquent tout simplement. Prenez par exemple la publicité d'A&W dans laquelle on annonce qu'il n'y a pas d'hormones ajoutées, où l'on passe de cinq nanogrammes d'oestrogènes à sept, s'ils sont employés, alors que le pain, lui, compterait des milliers de nanogrammes. C'est le genre de choses qui nous frustrent et qui sont faites simplement pour gagner des parts de marché.
Je me demandais si vous pouviez nous faire part de vos observations à ce sujet, puis je céderai le reste de mon temps à M. Motz.
Merci.
View Earl Dreeshen Profile
CPC (AB)
Mehgin, you came from a different way of life and then went into farming. In one of the discussions we had earlier today, the frustration presented was that agriculture is being attacked. It is being attacked by different types of activists. I won't go through the list, because you would be well aware of what they would be. What we need to do is find a way to perhaps start in schools to determine how we can come up with solutions.
I was formerly a school teacher to support my farming habit. I see school groups writing letters to say that we have to save the bees and therefore we have to make sure that we get rid of the neonicotinoids. They just don't understand.
How do we get into the communities and into the urban areas so that they'll have some idea of the actual business? Then maybe we can start talking about how it affects the actual producers.
Mehgin, vous venez d'un mode de vie différent et vous avez décidé de devenir agricultrice. Plus tôt, au cours d'une des discussions que nous avons eues, certains ont exprimé leur frustration, disant que l'agriculture se faisait attaquer. Elle se fait attaquer par différents types de militants. Je ne vais pas passer la liste en revue, car vous savez très bien qui ils sont. Ce que nous devons faire, c'est trouver une façon de commencer dans les écoles pour voir comment nous pouvons trouver des solutions.
J'ai été enseignant pour financer ma passion pour l'agriculture. Je vois des groupes scolaires qui envoient des lettres pour dire que nous devons sauver les abeilles et que nous devons donc nous assurer de nous débarrasser des néonicotinoïdes. Ils ne comprennent tout simplement pas.
Comment peut-on se rendre dans les collectivités et les régions urbaines pour que les gens aient une meilleure idée de notre travail? On pourrait peut-être ensuite commencer à parler des effets de tout cela sur les producteurs.
Results: 1 - 13 of 13

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data