Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 22
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to the members of the committee, many of whom look a bit tanned. I appreciate that it's summer. I'd like to thank everyone for convening today in August. I recognize that it's summer and that this means you're being pulled away from your ridings and perhaps some personal plans, but I greatly appreciate the opportunity to be able to speak with all of you about the government's approach to the Supreme Court of Canada appointment process, the new selection process that we outlined on August 2.
As you know, the Honourable Justice Thomas Cromwell will be retiring on September 1, 2016, creating a vacancy that we are aiming to fill in this court's fall session. As stated in my mandate letter, the Government of Canada is committed to a Supreme Court of Canada appointments process that is transparent, inclusive, and accountable to Canadians, includes engagements with all parties of the House of Commons as well as consultation with all relevant stakeholders, and ensures that those appointed to the court are functionally bilingual.
My aim today is twofold: first, to outline the new process to you, detailing how it encompasses these and other fundamental values; and second, to hopefully hear the committee's views and perspectives, given your experience and expertise.
Before continuing, I want to emphasize the great sense of responsibility with which our government approaches the Supreme Court of Canada appointment process. This committee knows well that the Supreme Court is an essential pillar of Canada's constitutional architecture. As the final court of appeal on all legal questions, including constitutional questions, the Supreme Court plays a pivotal role in promoting respect for fundamental rights and the rule of law. The way we select judges to the Supreme Court is therefore of the utmost importance. Enhancing the credibility of the appointment process will bolster Canadians' confidence in this fundamental institution.
The appointment of a Supreme Court of Canada justice is one of the most important decisions the Prime Minister makes. The top court's decisions affect us all. They influence our economy, our cultural mores, and our definition of individual and collective rights and responsibilities. Throughout our history, we have most often found and been served by the very best within our legal community, but the process used to appoint Supreme Court justices is opaque, outdated, and in need of an overhaul. We believe Canadians deserve consistent, rigorous processes that are transparent and inclusive and that set a high standard for accountability.
I wish now to briefly describe how these three important values—transparency, inclusiveness, and accountability—play out in the new selection process. I will then note two other factors that are equally crucial, namely, the need to safeguard judicial independence and the desire to identify jurists of the highest calibre who represent the diversity of our country.
A transparent process is one that is clear, open, and easily understood. This requires a clear public explanation of how the process is to operate. We have therefore provided not just a detailed description of the various steps in the process but also information, such as the criteria used to assess candidates and the identity of those doing the assessment. Last week we posted this information online so that Canadians can know and understand how and on what basis the next justice will be selected. My appearance before you today is another important part of this effort to publicly explain the process and to ensure that it is clear to all.
Transparency is also a prerequisite to accountability. If the process and the criteria for decision-making are not publicly known, it is difficult to hold decision-makers to account for the exercise of their responsibilities. As such, this process is designed to be open, transparent, and based on established and publicly available criteria. As I will make clear later in my remarks, you, as members of the justice and human rights committee, will play a crucial role in holding the government to account, both for its selected nominee and for its adherence to an established process.
An inclusive process is one that ensures that the widest range of candidates from the broadest variety of backgrounds is available for selection. It is a process characterized by outreach and engagement. The goal of inclusivity must be reflected in matters such as the manner in which the initial list of candidates is generated. Further, an inclusive process avoids criteria or procedures that can hinder individuals from traditionally under-represented groups from receiving fair and equal consideration in the process.
A further value is the need to safeguard judicial independence, a requirement flowing from the Constitution itself. Judges must be, and be seen to be, fair, impartial, and open-minded, and not beholden to any particular group or interest. Supreme Court justices must in no way be seen to be indebted to or dependent on those who selected or appointed them. The role of an independent, non-partisan advisory board, which I will describe shortly, advances this principle.
Further, the selection process must safeguard the integrity of the Supreme Court and the judiciary in general in order to maintain public confidence. Care must be taken to avoid a process that inadvertently undermines the judiciary as an institution or the reputation of individual judges. This requires, for example, that the confidentiality of applicants be respected and preserved by all those involved in the process. The selection process must be designed to identify individuals with the highest degree of professional excellence and personal suitability. Assessments of candidates must be based on objective criteria that set out the professional capabilities and personal qualities needed to serve effectively as a justice of the Supreme Court of Canada. To this end, consultations and decisions at all stages of the selection process will be guided by assessment criteria that have been published on the website of the Office of the Commissioner for Federal Judicial Affairs, criteria that I will review later in my remarks.
Canadian society is rich in diversity, and this has important consequences for the selection process. Justices of the Supreme Court of Canada must be able to adjudicate complex legal questions affecting those with a wide variety of experiences, backgrounds, and perspectives. For this reason, one of the assessment criteria is the ability to appreciate a diversity of views, perspectives, and life experiences, including those related to groups historically disadvantaged in Canadian society.
Diversity within the Supreme Court itself is important for two main reasons: first, bringing together individuals with various perspectives and life experiences enriches the collegial decision-making process of the court; second, a Supreme Court that reflects the diversity of the society it serves enhances public confidence in the court. The assessment criteria therefore require that candidates be considered with a view towards ensuring that members of the Supreme Court are reasonably reflective of the diversity of Canadian society.
The selection process that I will now describe is designed to concretely embody these values and objectives.
At the heart of the process is an independent, non-partisan advisory board tasked with identifying suitable candidates for appointment.
The seven-member board is chaired by former Prime Minister Kim Campbell, also a former justice minister and Canadian consul general, and currently the founding principal of the Peter Lougheed college at the University of Alberta.
The board also includes four members nominated by independent professional organizations. These are Richard J. Scott, former chief justice of the Manitoba Court of Appeal and currently counsel in a Winnipeg law firm, nominated by the Canadian Judicial Council; Susan Ursel, a senior partner with a Toronto law firm, who also provides legal research support to Envisioning Global LGBT Human Rights, nominated by the Canadian Bar Association; Jeff Hirsch, president of the Federation of Law Societies of Canada and partner in a Winnipeg law firm, nominated by the Federation of Law Societies; and Camille Cameron, dean of the Schulich School of Law at Dalhousie University and president of the Canadian Council of Law Deans, nominated by the Canadian Council of Law Deans.
The advisory board also includes two government-appointed non-lawyers chosen for their outstanding community leadership and involvement: Stephen Kakfwi, former premier of the Northwest Territories and president of the Dene Nation, currently working to improve the recognition and realities of aboriginal peoples within Canada; and Lili-Anna Pereša, president and executive director of Centraide of Greater Montreal.
We believe that the involvement of respected stakeholder organizations is important to ensuring the objectivity and independence of the process. Representation from the legal community on the advisory board provides critical input into assessing the professional qualifications of candidates. The lay members provide valuable input and help bring diversity of views to the advisory board's deliberations.
Unlike earlier processes, the advisory board will not take as its starting point an initial list of candidates proposed by the government, but it will consider individuals who have submitted their candidacies through an open application process. The open nature of this process is unprecedented. To ensure as broad and diverse a pool of candidates as possible, the advisory board may also proactively encourage outstanding candidates to apply. For the public who may be watching, I encourage you to identify qualified candidates and encourage them to put their names forward. I will continue to repeat that message in all different forums.
The application process will be open to Canadians from across the country. The government is mindful of the important custom of regional representation, and it values the importance of regional diversity on the court. The Prime Minister has specifically asked the advisory board to provide a list of three to five qualified and functionally bilingual candidates, and that includes candidates from Atlantic Canada. In making that selection, he has asked that the board consider the custom of regional representation on the court.
In assessing candidates, the advisory board will be guided by assessment criteria that have been made public and by our government's commitment to ensure that the Supreme Court nominees are functionally bilingual. As part of the assessment process, the advisory board will consult with the Chief Justice of Canada and any key stakeholders that the members consider appropriate. I expect the board's consultations to be wide and all-encompassing.
While the objectives of openness and transparency will inform all steps of the process, current aspects of the process, such as the deliberations of the advisory board, will remain confidential. This protects the privacy interests of candidates and allows for full and frank discussion of all candidates.
To promote transparency, the advisory board will provide a report to the Prime Minister within one month of a vacancy being filled, outlining information about the process, including statistics related to applications received, the manner in which the board executed its mandate, and the costs associated with the process. This report, which must be made public, may also contain recommendations to improve the process.
Upon concluding its assessment, the advisory board will submit a short list of three to five candidates for the Prime Minister's consideration and will include an explanation as to how these individuals meet the statutory requirements and the assessment criteria. All candidates on the short list must be functionally bilingual, as confirmed through an objective assessment administered by the Office of the Commissioner for Federal Judicial Affairs.
I will then consult on the short list of candidates with the Chief Justice of Canada, relevant provincial and territorial Attorneys General, cabinet colleagues, and opposition critics, as well as members of this committee and the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs. The purposes of my consultations on this short list will be to develop my recommendation to the Prime Minister as to who the government's choice should be. The Prime Minister and I anticipate that choosing from a list of eminently qualified jurists will be a difficult and humbling task, and we will greatly value your views.
After the Prime Minister announces the government's nominee, I will appear with the chairperson of the advisory board before this committee to explain how the process unfolded and how our nominee meets the assessment criteria. The main purpose will be to allow you, as parliamentarians, to hold the government to account for the manner in which the nominee has been selected. There will be a week between the announcement of the nominee and the hearing in order to give committee members time to prepare.
In addition to this hearing, the nominee will take part in a question-and-answer session moderated by a law professor, with members of this committee, the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs, and representatives from the Bloc Québécois and the Green Party. The Prime Minister will review and consider any views of the committee prior to making his final selection.
Before concluding, I would like to briefly discuss the assessment criteria that will guide all decisions throughout this process.
The assessment criteria relate to the skills, experience, and qualities candidates need to excel. The criteria also relate to the institutional needs of the Supreme Court. As I noted earlier, these criteria have been published on the website of the Office of the Commissioner for Federal Judicial Affairs. I encourage you to visit this website, given that the document in which the criteria are set out sets out the rationale for why each criterion has been included.
Candidates will be assessed based on the following personal skills and experience: demonstrated superior knowledge of the law; superior analytical skills; ability to resolve complex legal problems; awareness of, and the ability to synthesize information about, the social context in which legal disputes arise; clarity of thought, particularly as demonstrated through written expression; the ability to work under significant time pressures requiring diligent review of voluminous materials in any area of law; and a commitment to public service.
Applicants will also be assessed on the following personal qualities: irreproachable personal and professional integrity; respect and consideration for others; the ability to appreciate a diversity of views, perspectives, and life experiences, including those relating to historically disadvantaged groups in Canadian society; moral courage; discretion; and open-mindedness.
Finally, in carrying out their assessments, the advisory board will consider the following institutional needs of the court: ensuring a reasonable balance between public and private law enterprise, bearing in mind the historic patterns of distribution between those areas in Supreme Court appeals; expertise in any specific subject matter that regularly features in appeals and is currently under-represented on the court; and ensuring that members of the Supreme Court are reasonably reflective of the diversity of Canadian society.
The government is confident that in the application process, these assessment criteria will lead to the identification of outstanding candidates for our highest court.
In conclusion, I wish to again thank you for coming here and convening today on this matter that is of the utmost importance to Canadians. I look forward to appearing before you again on the same matter. Certainly, Mr. Chair, I would be happy to take questions, and further to that I would be happy to hear any perspectives or contributions that the members care to provide.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Merci aux membres du comité. Je constate que bon nombre d'entre eux ont pris quelques couleurs. Je sais que nous sommes en été. Je vous remercie tous d'être venus aujourd'hui au mois d'août. Je sais que nous sommes en été, ce qui veut dire que vous êtes revenus de vos circonscriptions, que vous avez peut-être modifié des projets personnels, mais j'apprécie énormément la possibilité de vous parler de l'approche qu'a adoptée le gouvernement au processus de nomination des juges de la Cour suprême du Canada, le nouveau processus que nous avons exposé le 2 août.
Comme vous le savez, l'honorable juge Thomas Cromwell va prendre sa retraite le 1er septembre 2016, ce qui créera un poste vacant que nous aimerions combler au cours de la session d'automne de la Cour. Comme cela est mentionné dans ma lettre de mandat, le gouvernement du Canada a décidé que le processus de nomination des juges de la Cour suprême du Canada sera transparent, inclusif et axé sur la reddition de comptes aux Canadiens; ce processus prévoit la participation de tous les partis qui siègent à la Chambre des communes ainsi que la consultation de tous les intervenants concernés, et il exigera que les personnes nommées à ce tribunal soient effectivement bilingues.
Mon but aujourd'hui est double: premièrement, vous décrire le nouveau processus, en montrant comment il s'inspire de ces valeurs et d'autres valeurs fondamentales et, deuxièmement, prendre connaissance des opinions et des points de vue des membres du comité, compte tenu de leur expérience et de leur expertise.
Avant de poursuivre, je tiens à insister sur le fait que notre gouvernement aborde le processus de nomination à la Cour suprême du Canada en étant très conscient des responsabilités qui lui incombent. Le comité sait fort bien que la Cour suprême est un pilier essentiel de l'architecture constitutionnelle du Canada. À titre de tribunal de dernier ressort sur toutes les questions juridiques, y compris sur les questions constitutionnelles, la Cour suprême joue un rôle essentiel dans la défense et la promotion des droits fondamentaux et de la suprématie de la loi. C'est pourquoi la façon dont nous choisissons les juges de la Cour suprême revêt une importance extrême. En renforçant la crédibilité du processus de nomination, nous amènerons les Canadiens à respecter encore davantage cette institution fondamentale.
La nomination d'un juge à la Cour suprême du Canada est une des décisions les plus importantes que prend le premier ministre. Les arrêts de ce tribunal suprême nous touchent tous. Ils influencent notre économie, nos valeurs culturelles et notre définition des droits et responsabilités collectifs et individuels. Tout au cours de notre histoire, nous avons, la plupart du temps, réussi à obtenir les services d'éminents juristes qui nous ont fourni d'excellents services, mais le processus utilisé pour nommer les juges à la Cour suprême est opaque, désuet et il doit être révisé. Nous croyons que les Canadiens méritent que soit mis sur pied un processus cohérent et rigoureux qui soit transparent et inclusif et qui reflète des normes élevées en matière de reddition de comptes.
Je vais maintenant décrire brièvement comment s'articulent ces trois valeurs importantes — transparence, inclusivité et reddition de comptes — dans le cadre du nouveau processus de sélection. Je mentionnerai ensuite deux autres facteurs qui jouent un rôle tout aussi important, à savoir la nécessité de préserver l'indépendance de la magistrature et le souci de trouver des juristes éminents qui soient à l'image de la diversité de notre pays.
Un processus transparent est un processus qui est clair, ouvert et facile à comprendre. Son fonctionnement doit donc être clairement expliqué au public. C'est pourquoi nous n'avons pas seulement fourni une description détaillée des diverses étapes du processus, mais également de l'information, notamment sur les critères utilisés pour évaluer les candidats et sur l'identité des personnes chargées de le faire. La semaine dernière, nous avons affiché cette information en ligne pour que les Canadiens puissent prendre connaissance de la façon dont le prochain juge sera choisi et pour qu'ils comprennent le processus suivi. Je comparais devant vous aujourd'hui dans le cadre de cet important effort qui vise à expliquer à la population le processus et à faire en sorte qu'il soit clair pour tous.
La transparence est également un préalable à la reddition de comptes. Quand le processus et les critères utilisés pour prendre des décisions ne sont pas rendus publics, il est difficile de demander aux décideurs de rendre des comptes sur la façon dont ils ont exercé leurs attributions. C'est pourquoi le processus veut être ouvert, transparent et fondé sur des critères préétablis et accessibles au public. Comme je vais le préciser dans un instant dans mes remarques, vous, les membres du Comité de la justice et des droits de la personne, allez jouer un rôle essentiel pour amener le gouvernement à rendre des comptes, à la fois au sujet des candidats retenus et du respect du processus adopté.
Un processus inclusif permet à un vaste éventail de candidats, présentant une très grande diversité d'antécédents, d'être susceptibles d'être choisis. C'est un processus qui se caractérise par l'ouverture et la participation. L'inclusivité doit marquer certains éléments comme la façon dont la liste de présélection des candidats est établie. En outre, un processus inclusif évite de prévoir des procédures ou des critères qui risqueraient d'empêcher certaines personnes faisant partie de groupes traditionnellement sous-représentés d'être prises en compte en toute justice et équité.
Une autre valeur est celle de l'indépendance de la magistrature, un principe qui découle directement de la Constitution. Les juges doivent être, et sembler être, justes, impartiaux et ouverts d'esprit, ne pas être rattachés à des groupes ou à des intérêts particuliers. Les juges de la Cour suprême ne doivent jamais être perçus comme étant dépendants de ceux qui les ont choisis ou nommés, ni être redevables de quoi que ce soit envers ces personnes. Un comité consultatif, non partisan et indépendant, que je vais décrire dans un moment, respecte ce principe.
En outre, le processus de sélection doit, d'une façon générale, préserver l'intégrité de la Cour suprême et de la magistrature, de façon à préserver la confiance de la population dans cette institution. Il faut donc écarter tout processus qui risquerait, même de façon involontaire, de compromettre l'institution qu'est la magistrature ou la réputation de certains juges. Il faut, par exemple, que toutes les personnes qui participent au processus respectent le caractère confidentiel des renseignements touchant les candidats. Le processus de sélection doit être conçu de façon à pouvoir identifier les personnes qui possèdent des qualités personnelles et professionnelles exceptionnelles. Les candidats doivent être évalués en fonction de critères objectifs qui précisent les aptitudes professionnelles et les qualités personnelles nécessaires pour être juge à la Cour suprême du Canada. C'est dans ce but que les consultations et les décisions prises à chaque étape du processus de sélection seront encadrées par les critères de sélection qui ont été publiés sur le site Web du Commissariat à la magistrature fédérale, critères que je vais exposer plus tard dans mes commentaires.
La société canadienne présente une grande diversité, ce qui a des répercussions importantes sur le processus de sélection. Les juges de la Cour suprême du Canada doivent être capables de se prononcer sur des questions juridiques complexes touchant des personnes qui reflètent une grande diversité d'expériences, de formations et de points de vue. C'est pourquoi un des critères de sélection est la capacité de prendre en compte toute la diversité des points de vue, des perspectives et des expériences de vie, notamment celles qui concernent les groupes qui ont été historiquement désavantagés dans la société canadienne.
La diversité au sein de la Cour suprême est importante pour deux grandes raisons: premièrement, le fait de regrouper des personnes ayant différents points de vue et expériences de vie enrichit le processus décisionnel collégial de la Cour; deuxièmement, le fait que la Cour suprême soit à l'image diverse de la société ne peut que renforcer la confiance de la population dans ce tribunal. C'est pourquoi les critères de sélection exigent que les candidatures soient examinées en veillant à ce que les membres de la Cour suprême reflètent le plus possible la diversité de la société canadienne.
Le processus de sélection que je vais décrire maintenant a été conçu dans le dessein de refléter concrètement ces valeurs et ces objectifs.
Au coeur du processus, on trouve un comité consultatif, non partisan et indépendant qui est chargé d'identifier les candidats susceptibles d'être nommés.
Le comité composé de sept membres est présidé par Kim Campbell, ancienne première ministre, également ancienne ministre de la Justice et consule générale du Canada, et qui est aujourd'hui la directrice fondatrice du Peter Lougheed College à l'Université de l'Alberta.
Le comité comprend également quatre membres nommés par des organisations professionnelles indépendantes. Ce sont Richard J. Scott, ancien juge en chef de la Cour d'appel du Manitoba et à l'heure actuelle avocat dans un cabinet de Winnipeg, proposé par le Conseil canadien de la magistrature, Susan Ursel, associée principale dans un cabinet de Toronto et qui agit comme soutien à la recherche juridique pour le projet Envisioning Global LGBT Human Rights, proposée par l'Association du Barreau canadien, Jeff Hirsch, président de la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada et associé dans un cabinet d'avocats de Winnipeg, proposé par les Ordres professionnels de juristes du Canada, et Camille Cameron, doyenne de la Faculté de droit Schulich de l'Université Dalhousie et présidente du Conseil des doyens et des doyennes des facultés de droit du Canada, et proposée par ce Conseil.
Le comité consultatif comprend également deux personnes non juristes, nommées par le gouvernement, qui ont été choisies pour leur leadership et leurs activités communautaires extraordinaires: Stephen Kakfwi, ancien premier ministre des Territoires du Nord-Ouest et président de la Nation dénée, qui travaille actuellement à mieux faire reconnaître les réalités que vivent les populations autochtones au Canada et Lili-Anna Pereša, présidente et directrice générale du Centraide du Grand Montréal.
Nous estimons qu'il est important de prévoir la participation d'organismes intéressés et respectés de façon à assurer l'objectivité et l'indépendance du processus. Les représentants des milieux juridiques qui font partie du comité consultatif jouent un rôle essentiel dans l'évaluation des qualifications professionnelles des candidats. Les membres du comité non juristes apportent une contribution importante et des points de vue différents aux délibérations du comité consultatif.
À la différence des processus antérieurs, le comité consultatif ne va pas prendre comme point de départ une première liste de candidats proposés par le gouvernement; il va plutôt examiner le dossier des personnes qui auront soumis leur candidature lors d'un processus ouvert. Le caractère ouvert du processus est sans précédent. Le comité consultatif doit également inviter des candidats exceptionnels à présenter leur candidature de façon à constituer un bassin de candidats aussi large et diversifié que possible. J'invite les personnes qui nous regardent à songer à des candidats qualifiés et à les inviter à présenter leurs noms. Je continuerai à diffuser ce message dans toutes sortes d'instances.
Le processus de demandes sera ouvert à tous les Canadiens, quelle que soit leur région d'origine. Le gouvernement est très conscient de l'existence d'une coutume importante en matière de représentation régionale et il privilégie la diversité régionale au sein de la Cour. Le premier ministre a expressément demandé au comité consultatif de fournir une liste de trois à cinq candidats qualifiés et effectivement bilingues, notamment des candidats de la région de l'Atlantique. En procédant à cette sélection, il a invité le comité à prendre en compte la coutume favorisant la représentation régionale au sein de la Cour.
Le comité consultatif évaluera les candidats selon les critères d'évaluation qui ont été rendus publics et conformément à l'engagement qu'a pris notre gouvernement d'exiger que les candidats à la Cour suprême soient effectivement bilingues. Dans le cadre de ce processus d'évaluation, le comité consultatif consultera le juge en chef du Canada et ainsi que les intervenants clés qu'il estime appropriés. Je pense que le comité procédera à des consultations très larges et très diverses.
Les objectifs d'ouverture et de transparence vont se refléter à toutes les étapes du processus, mais certains aspects actuels du processus, comme les délibérations du comité consultatif, demeureront de nature confidentielle. Il s'agit de protéger le droit à la vie privée des candidats et de susciter des discussions franches et sincères avec tous les candidats.
Dans le but de favoriser la transparence, le comité consultatif remettra dans le mois suivant la nomination d'un juge, un rapport contenant des renseignements au sujet du processus, notamment les données statistiques concernant les demandes reçues, la façon dont le comité a rempli son mandat et les coûts associés au processus. Ce rapport sera rendu public et pourra également comprendre des recommandations sur les façons d'améliorer le processus.
Après avoir achevé l'évaluation des candidats, le comité consultatif transmettra une liste restreinte contenant trois à cinq candidats qui sera remise au premier ministre, accompagnée d'explications sur la façon dont ces personnes répondent aux exigences légales et aux critères d'évaluation. Tous les candidats figurant sur la liste restreinte devront être effectivement bilingues, conformément à l'évaluation objective qu'aura effectuée le Commissariat à la magistrature fédérale.
J'examinerai ensuite la liste restreinte des candidats avec le juge en chef du Canada, avec les procureurs généraux territoriaux et provinciaux concernés, avec mes collègues du cabinet et les porte-parole de l'opposition, ainsi qu'avec les membres de votre comité et du Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles. Ces consultations au sujet de la liste restreinte me permettront de formuler des recommandations au premier ministre pour ce qui est du nom que le gouvernement devrait retenir. Le premier ministre et moi estimons que la tâche consistant à choisir un nom parmi une liste d'éminents juristes qualifiés sera complexe et qu'elle nous incitera à la modestie; nous souhaiterons énormément recevoir vos avis.
Lorsque le premier ministre aura annoncé le nom du candidat du gouvernement, je comparaîtrai devant votre comité avec la présidente du comité consultatif pour expliquer le déroulement du processus ainsi que les raisons pour lesquelles notre candidat répond aux critères d'évaluation. Le principal but de cette séance sera de vous permettre, à vous les parlementaires, d'amener le gouvernement à rendre des comptes au sujet de la façon dont le candidat a été choisi. Il s'écoulera une semaine entre l'annonce du candidat et la séance du comité pour que ses membres aient le temps de se préparer.
En plus de cette séance, le candidat participera à une session de questions et réponses animée par un professeur de droit, avec les membres de votre comité, du Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles, ainsi qu'avec des représentants du Bloc québécois et du Parti vert. Le premier ministre étudiera les avis du comité avant de rendre une décision définitive.
Avant de conclure, j'aimerais dire quelques mots des critères d'évaluation qui vont guider toutes les décisions prises au cours de ce processus.
Les critères d'évaluation concernent les aptitudes, l'expérience et les qualités exceptionnelles que doivent posséder les candidats. Ces critères touchent également les besoins institutionnels de la Cour suprême. Comme je l'ai mentionné plus tôt, ces critères ont été publiés sur le site Web du Commissariat à la magistrature fédérale. Je vous invite à visiter ce site, étant donné que le document qui présente ces critères explique également les raisons pour lesquelles chaque critère a été retenu.
Les candidats feront l'objet d'une évaluation basée sur leurs aptitudes et leur expérience personnelles suivantes: connaissance supérieure démontrée du droit, aptitudes analytiques supérieures, capacité à résoudre des problèmes juridiques complexes, conscience du contexte social dans lequel les litiges surviennent et capacité à résumer les renseignements pertinents, clarté de pensée se manifestant particulière dans l'écrit, capacité à travailler dans des délais très serrés tout en examinant attentivement et avec diligence un volume important de documents écrits dans tous les domaines du droit, engagement à l'égard du service public.
Les candidats seront également évalués en fonction des qualités personnelles suivantes: intégrité personnelle et professionnelle irréprochable, respect et considération envers les autres, capacité à tenir compte d'opinions, de points de vue et d'expériences de vie variés, y compris concernant des groupes traditionnellement désavantagés de la société canadienne, force morale, discrétion et ouverture d'esprit.
Enfin, le comité consultatif tiendra également compte, dans son évaluation, des besoins institutionnels de la Cour: assurer un équilibre entre l'expertise en droit public et celle en droit privé, en tenant compte des tendances historiques de répartition de ces domaines dans les pourvois introduits devant la Cour suprême, expertise dans les domaines précis dont il est régulièrement question dans les pourvois et qui sont actuellement sous-représentés à la Cour et veiller à ce que les membres de la Cour suprême reflètent la diversité de la société canadienne.
Le gouvernement est convaincu que les critères d'évaluation appliqués aux candidats vont permettre d'identifier des candidats exceptionnels pour notre tribunal de dernier ressort.
En conclusion, je vous remercie encore une fois d'être venus et de vous être réunis aujourd'hui pour étudier un sujet qui est d'une importance extrême pour les Canadiens. Je serais heureuse de comparaître devant vous encore une fois sur le même sujet. Monsieur le président, je serai heureuse de répondre aux questions et également très heureuse d'entendre les points de vue ou les commentaires des membres du comité.
Je vous remercie.
View Rob Nicholson Profile
CPC (ON)
Thank you very much, Mr. Chairman.
Thank you, Minister, for appearing here today.
I think I join with all members of the committee in giving our best wishes to the retiring judge, Justice Thomas Cromwell. We wish him all the best and thank him for his service to the courts of this country.
Minister, you talked about the list that will be considered and you indicated that there would be a judge on there, or judges, from Atlantic Canada. You referred to the process by which judges from Atlantic Canada or from different parts of the country have been submitted and considered in the past. You referred to it as a custom. Wouldn't you say that something that's been in place since 1875 is more than just a custom, and that it could be more properly characterized as a constitutional convention that Atlantic Canada will have one member on the Supreme Court of Canada, as allotted across the country? Wouldn't you say that's a constitutional convention?
Merci, monsieur le président.
Madame la ministre, je vous remercie d'être venue aujourd'hui.
Je crois que tous les membres du comité se joignent à moi pour souhaiter bonne chance au juge qui va prendre sa retraite, le juge Thomas Cromwell. Nous lui souhaitons bonne chance et le remercions pour les services qu'il a fournis aux tribunaux de notre pays.
Madame la ministre, vous avez parlé de la liste qui serait étudiée et vous avez mentionné qu'elle comprendrait un ou plusieurs juges originaires de la région de l'Atlantique du Canada. Vous avez fait référence au processus selon lequel la candidature de juges de la région de l'Atlantique ou d'autres régions du pays a été présentée et examinée antérieurement. Vous avez parlé de coutume. Seriez-vous prête à reconnaître qu'un élément qui existe depuis 1875 représente plus qu'une coutume et que l'on pourrait plutôt le qualifier de convention constitutionnelle, à savoir que la région de l'Atlantique doit avoir un membre qui siège à la Cour suprême du Canada, selon la répartition prévue? Pensez-vous que l'on pourrait parler de convention constitutionnelle?
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Thank you for the question, and I would certainly echo your comments with respect to the Honourable Justice Cromwell and his service.
It's fair to say that it is a convention. I recognize that regional representation has existed for over a hundred years. There was a point where that convention diverged, but I recognize that regional representation has been reflected for over a hundred years.
Merci d'avoir posé la question et je vais me faire l'écho des commentaires que vous avez formulés au sujet de l'honorable juge Cromwell et des services qu'il a rendus au pays.
Je crois que l'on peut effectivement parler de convention. Je sais que la représentation régionale existe depuis plus d'un siècle. Il est arrivé que cette convention soit assouplie, mais je reconnais que la représentation régionale est un élément qui existe depuis plus d'un siècle.
View Rob Nicholson Profile
CPC (ON)
Are you saying that the person will not necessarily be from Atlantic Canada? Is that what you're saying to the committee?
Affirmez-vous que la personne choisie ne sera pas nécessairement originaire de la région de l'Atlantique? Est-ce bien ce que vous dites au comité?
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
The next appointment to the Supreme Court of Canada will not necessarily be a person from Atlantic Canada. That said, we recognize the importance of regional representation.
La prochaine personne qui sera nommée à la Cour suprême du Canada ne sera pas nécessairement originaire des provinces de l'Atlantique. Cela dit, nous sommes conscients de l'importance de la représentation des régions.
View Rob Nicholson Profile
CPC (ON)
It would be somewhat difficult, if we believed that Atlantic Canada should have the next appointment to the Supreme Court, to know to whom we would give that advice. Perhaps you could tell us what sort of response you got when you contacted the Attorneys General in Atlantic Canada with this new system, these new criteria, and the fact that the next justice of the Supreme Court may not come from Atlantic Canada. Were they supportive, were they indifferent, or did they express some concerns?
Il semble un peu difficile de savoir, si nous pensons que le prochain juge nommé à la Cour suprême devrait venir de l'Atlantique, à qui nous devrions communiquer cet avis. Vous pourriez peut-être nous dire le genre de réponse que vous avez obtenue lorsque vous avez communiqué avec les procureurs généraux de l'Atlantique pour leur expliquer le nouveau système, les nouveaux critères, et le fait que le prochain juge nommé à la Cour suprême ne sera pas nécessairement originaire de la région de l'Atlantique. Vous ont-ils semblé favorables, indifférents ou ont-ils exprimé certaines préoccupations?
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I have had an opportunity on one or more occasions to speak with the Attorneys General of the Atlantic region. While I would like most of those conversations to remain between the Attorneys General and me, broadly speaking there was a recognition that an appointment from Atlantic Canada was a convention, as we've talked about, but there was a general positive reception to opening up the process, ensuring that there's clarity around how the process will unfold, and an appreciation of having conversations. Again, I encourage the Attorneys General to bring forward and encourage candidates that they know of within their jurisdictions to apply for this esteemed position.
J'ai déjà eu, une fois au moins, la possibilité de parler avec les procureurs généraux de la région de l'Atlantique. J'aimerais que l'essentiel de ces conservations demeure confidentiel, mais d'une façon générale, ils ont reconnu que la nomination d'un juge des provinces de l'Atlantique est une convention, comme nous l'avons mentionné, mais ces personnes avaient une attitude généralement positive face à l'ouverture du processus, face à la clarté entourant le déroulement du processus et elles ont apprécié le fait d'avoir ces conversations avec moi. Encore une fois, j'invite les procureurs généraux à demander aux candidats qu'ils connaissent dans leur région de postuler ce poste prestigieux.
View Colin Fraser Profile
Lib. (NS)
View Colin Fraser Profile
2016-08-11 14:30
I'd like to join my colleagues in thanking Mr. Justice Cromwell for his exemplary service on the Supreme Court of Canada.
Thank you, Minister, for being with us today. I believe this is your fourth appearance before the committee.
I would certainly like to thank you for all your work on the new appointment process we are discussing today.
I'd also like to commend the new process for the independent advisory board. I agree with you that making the process more open and transparent and basing it on criteria that are known by the public will serve Canadians well. That said, as a lawyer from Nova Scotia, and knowing the importance of regional representation on the Supreme Court of Canada and how that has played out in our past, I believe that the custom of regional representation has served us well as a country. I do have some concerns regarding what has already been discussed here today, namely, there not being certainty that the next appointment will be an Atlantic Canadian.
I wonder, then, given the fact that the seat is being vacated by Justice Cromwell and that it is a long-standing custom that an Atlantic Canadian holds one seat—there are two from the west, three from Ontario, and three from Quebec, by the Constitution—what preferential weight will be given in the selection criteria for the next representative to be an Atlantic Canadian.
J'aimerais me joindre à mes collègues pour remercier M. le juge Cromwell des services exemplaires qu'il a rendus à la Cour suprême du Canada.
Je vous remercie beaucoup, madame la ministre, de votre présence devant notre comité. Je crois que c'est la quatrième fois que vous comparaissez devant nous.
Je tiens certainement à vous remercier de votre travail en ce qui concerne le nouveau processus dont nous discutons aujourd'hui.
J'aimerais également féliciter le gouvernement d'avoir adopté ce nouveau processus qui s'appuie sur un comité consultatif indépendant. Je reconnais comme vous qu'un processus plus ouvert et transparent, basé sur des critères connus par la population, ne pourra que mieux servir les Canadiens. Cela dit, comme je suis avocat originaire de la Nouvelle-Écosse et que je connais l'importance de la représentation régionale à la Cour suprême du Canada et la façon dont cet élément a joué antérieurement, je pense que la coutume d'assurer une représentation régionale a bien servi notre pays. J'ai quelques réserves à l'égard de ce qui a été dit aujourd'hui, à savoir qu'il n'est pas certain que le prochain juge viendra des provinces de l'Atlantique.
C'est pourquoi je me demande, compte tenu du fait que c'est le siège du juge Cromwell qui devient vacant et qu'il existe une coutume traditionnelle selon laquelle le Canada atlantique détient un siège — il y en a deux pour l'Ouest, trois pour l'Ontario, trois pour le Québec, selon la Constitution — quelle sera l'importance accordée, parmi les critères de sélection, au fait que le prochain juge soit originaire des provinces de l'Atlantique.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I understand the importance of regional representation on the Supreme Court. In this process we have made it very clear that regional representation is something fundamental that the advisory board should consider in assessing candidates.
Likewise, in terms of our government commitments, the next Supreme Court justice, and all members of the short list that's put together by the board, must be functionally bilingual. We also want to ensure—and this is in the assessment criteria—that there is a reflection of diversity in terms of the candidates that are brought forward. The mandate letter that the Prime Minister wrote to former Prime Minister Kim Campbell states very clearly that on the short list of three to five candidates, there will be candidates from Atlantic Canada.
Again, I recognize that regional representation is important. So too is diversity. So too is ensuring that we have the most qualified jurist to fill the vacancy of Justice Cromwell. I have every expectation that there will be a significant number of qualified jurists from Atlantic Canada who will put their names forward.
Je comprends l'importance du principe de la représentation régionale à la Cour suprême. Nous avons très clairement indiqué que, dans ce processus, la représentation régionale est un aspect fondamental dont le comité consultatif doit tenir compte pour évaluer les candidats.
De la même façon, sur le plan des engagements qu'a pris le gouvernement, je dirais que le prochain juge de la Cour suprême, et tous les membres qui figureront sur la liste restreinte présentée par le comité, devront être effectivement bilingues. Nous tenons également à veiller — et cela fait partie des critères d'évaluation — à ce que les candidats présentés reflètent la diversité de notre population. La lettre de mandat que le premier ministre a envoyée à l'ancienne première ministre Kim Campbell énonce très clairement que sur la liste restreinte de trois à cinq candidats figureront des candidats des provinces atlantiques.
Encore une fois, je reconnais toute l'importance de la représentation régionale. Tout comme celle de la diversité. Tout comme le souci de demander au juriste le plus qualifié de combler le poste du juge Cromwell. Je suis convaincue qu'un bon nombre de juristes qualifiés et originaires des provinces de l'Atlantique se porteront candidats à ce poste.
View Colin Fraser Profile
Lib. (NS)
View Colin Fraser Profile
2016-08-11 14:33
I certainly concur that there are excellent jurists in Atlantic Canada, and no doubt we'll be well served by having their names on the short list for consideration. I certainly encourage those people to submit their application to the new process so they can be considered.
With regard to the Atlantic Canadian seat, if you will, on the Supreme Court of Canada, that representation from Atlantic Canada is considered, I think, in the mandate letter as one factor to be considered. I'm wondering if there will be different weight apportioned to the different factors. How do you see that playing out when making the decision on who the next Supreme Court nominee will be?
Je reconnais bien sûr avec vous qu'il existe d'excellents juristes dans les provinces de l'Atlantique et il est certain qu'il serait très souhaitable que leurs noms figurent sur la liste restreinte. J'encourage bien sûr ces personnes à présenter, dans le cadre du nouveau processus, une demande qui pourrait ainsi être examinée.
Pour ce qui est du siège des provinces de l'Atlantique, si je peux m'exprimer ainsi, à la Cour suprême du Canada, le fait de représenter la région de l'Atlantique est mentionné dans la lettre de mandat comme étant un des facteurs à prendre en compte. Je me demande si les différents facteurs feront l'objet d'une pondération différente. Comment pensez-vous que cet aspect influencera le choix du prochain juge à la Cour suprême?
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
As you quite rightly state, there are different criteria or factors for the advisory board to take into account, which I certainly will take into account in my review of the short list in the consultations, as will the Prime Minister upon making his recommendation to the Governor in Council to officially appoint the next Supreme Court justice. As we've discussed, regional representation is important and is a consideration, as is ensuring that we have a diversity of candidates brought forward who are reflective of Canadian society. Another important criterion that we have put in place and are committed to is having a functionally bilingual next justice of the Supreme Court.
It's equally as important, to underscore the realities and highlight the assessment criteria that are articulated publicly, that we have the most qualified, meritorious candidates. There are a lot of different categories in the breakdown of what merit actually means in terms of the next justice of the Supreme Court. There are a number of different criteria, as you rightly point out, all of which will be considered by the advisory board.
Comme vous l'avez dit avec raison, le comité consultatif doit prendre en compte différents critères ou différents facteurs et je vais également en tenir compte dans mon examen de la liste restreinte au cours des consultations, tout comme le fera le premier ministre lorsqu'il présentera au gouverneur en conseil sa recommandation au sujet de la personne à nommer juge de la Cour suprême. Comme nous l'avons mentionné, la représentation régionale est importante et c'est un élément à considérer, tout comme le souci de voir se présenter des candidats qui reflètent la diversité de la société canadienne. Nous avons également ajouté un autre critère important, que nous nous engageons à respecter, à savoir le fait que le prochain juge de la Cour suprême sera effectivement bilingue.
Il est également tout aussi important, pour insister sur la réalité et pour souligner les critères d'évaluation qui ont été exposés publiquement, que nous ayons les candidats les mieux qualifiés et les plus méritoires. Le mérite peut s'apprécier de nombreuses différentes façons pour ce qui est du prochain juge de la Cour suprême. Il fait appel à de nombreux critères différents, comme vous l'avez fait remarquer avec raison, et ils seront tous pris en compte par le comité consultatif.
View Thomas Mulcair Profile
NDP (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I'd like to welcome the minister to the committee and thank her for being here today.
I'd like to begin by setting the backdrop, if I may, with a quick recap of the summer all of us parliamentarians have been experiencing. I think we're witnessing a fundamental shift in the executive branch's attitude towards the legislative branch, and, as we are seeing, it's becoming quite the problem. Allow me to explain.
We have the government's decision to deploy troops to Latvia without the least bit of discussion in Parliament, despite the fact that, when they were part of the opposition, the Liberals were very vocal about the need to consult Parliament on any decision to send our troops abroad. Then, we have the talks that took place in the Prime Minister's very own office with the parliamentary budget officer—not the Prime Minister's budget officer, I would point out, but indeed the parliamentary budget officer. No matter what example we use, we've seen this strong trend building yet again. In this case, a mere letter was sent out, not to every newspaper simultaneously, but to just two of them, The Globe and Mail, which published the letter in its print edition, and La Presse, which obviously no longer puts out a print edition on weekdays.
I tried to understand the legal nature of what we have before us today. I searched high and low to see what the law says about statutory instruments, but to no avail. I found a reference to publication in the Canada Gazette, but there's no mention of publication in the Gazette. We are trying, unsuccessfully, to figure out whether this involves a substantive change, as the Supreme Court indicated in Nadon. In its decision, the court deemed such a substantive change ultra vires of Parliament itself. The ultra vires finding is even more applicable when you have the executive branch making substantive changes of this nature. As my Conservative colleague, a former attorney general, pointed out, the century-old convention of appointing judges from regions of the country such as Atlantic Canada cannot simply be flouted as though it were business as usual. What we're dealing with here is completely short-lived.
My first question for the minister has to do with one of the first criteria she talked about today, that is, that a judge be able to understand and read both official languages. On that point, I want to thank the former member for Acadie—Bathurst, Yvon Godin, who fought so persistently to make bilingualism a requirement for the appointment of judges to the Supreme Court.
I have been in Parliament for nine years, and this is at least the third completely different set of criteria for judicial appointments to the Supreme Court I have seen in that time. If the minister is indeed sincere when she says she wants judges to be bilingual, why has she still done nothing about it? The Liberals have been in power for nearly a year. We've known since March that Justice Cromwell was retiring, and yet this is all being done in haste. It's a completely short-lived solution. There is absolutely nothing permanent about the process being announced today.
If the minister feels so strongly about making bilingualism a condition of judicial appointments to the Supreme Court, why, then, was she content to have the Prime Minister submit a simple letter to two newspapers? Given her party's majority in the House of Commons, why did she not use her authority to enshrine the process in law? Why be satisfied with such a short-lived solution?
Merci, monsieur le président.
Je tiens à souhaiter la bienvenue à Mme la ministre. Je la remercie de sa présence parmi nous.
Je vais commencer par dresser, en toile de fond, une brève analyse de l'été que nous avons tous vécu en tant que parlementaires. Je crois que nous voyons actuellement un problème qui illustre un changement fondamental dans l'attitude du pouvoir exécutif par rapport au pouvoir législatif. Je m'explique à cet égard.
Que ce soit au sujet du déploiement de nos troupes en Lettonie sans la moindre discussion au sein du Parlement— alors que les libéraux, lorsqu'ils étaient dans l'opposition, réclamaient haut et fort que chaque fois que nous allions envoyer nos militaires dans un autre pays, il fallait que le Parlement soit consulté— , ou encore au sujet des discussions qui ont eu lieu au sein même du Bureau du premier ministre avec le directeur parlementaire du budget — ce n'est pas le directeur du premier ministre du budget, mais bien le directeur parlementaire du budget —, nous avons vu cette tendance lourde se manifester encore une fois au grand jour. Il y a eu une simple lettre qui a été envoyée non pas à tous les journaux en même temps, mais à deux journaux, soit au quotidien The Globe and Mail, où elle a été publiée en version papier, et à La Presse où, évidemment, il n'existe pas en semaine de version papier.
J'ai tenté de comprendre la nature juridique de ce que nous avons entre nos mains aujourd'hui. J'ai tenté, autant que faire se peut, de vérifier dans la loi ce qu'on dit au sujet des textes réglementaires, mais je n'ai rien trouvé. On parle d'une publication dans la Gazette du Canada, mais on ne parle pas d'une publication dans la “gâzette” On essaie en vain de savoir s'il s'agit d'un changement substantiel ou d'un changement de fond, comme l'a dit la Cour suprême dans l'affaire Nadon. Un tel changement de fond dans l'affaire Nadon a été déclaré ultra vires même en ce qui a trait au Parlement du Canada. À fortiori, il est ultra vires, pour le pouvoir exécutif, d'apporter des changements de fond de cette nature. Comme mon collègue du Parti conservateur et ancien procureur général a eu l'occasion de le dire, une telle habitude centenaire de nommer des gens d'une région comme celle de l'Atlantique ne peut pas être rompue comme si de rien n'était. Si cela se produit, on est en train de traiter de quelque chose qui est totalement éphémère.
Ma première question à la ministre concerne un des premiers critères qu'elle a abordé aujourd'hui — et je tiens, en l'évoquant, à remercier l'ancien député d'Acadie—Bathurst, M. Yvon Godin, qui s'est battu autant comme autant pour en faire un critère de nomination à la Cour suprême —, soit qu'un juge soit en mesure de comprendre et de lire les deux langues officielles.
Je suis ici depuis neuf ans. Or, c'est au moins la troisième version complètement différente concernant les critères de nomination à la Cour suprême que je vois depuis que je suis ici. Si la ministre est sincère quand elle nous dit qu'elle veut que les juges soient bilingues, pourquoi n'a-t-elle encore rien fait à cet égard? Les libéraux sont au pouvoir depuis presque un an. Nous savons depuis le mois de mars que le juge Cromwell va quitter son poste. Pourtant, tout est en train de se faire à la hâte. C'est totalement éphémère. Il n'y a rien de pérenne dans ce qui est en train d'être annoncé.
Si la ministre considère le bilinguisme comme étant une caractéristique importante pour qu'une personne soit nommée à la Cour suprême, pourquoi se contente-t-elle d'une feuille de papier remise à deux journaux par son premier ministre? Pourquoi ne pas avoir utilisé les pouvoirs qui sont les siens, avec une majorité au sein de la Chambre des communes, pour enchâsser cela dans une loi? Pourquoi se contenter de quelque chose d'aussi éphémère?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Thank you, Madam Minister, for that answer.
Turning to the substance of why you are here today, in terms of the process that your government has unveiled, I have to admit I have some concerns with it. One of these is with respect to the fact that the process does not respect the long-standing constitutional convention of ensuring that Atlantic Canada has at least one seat on the Supreme Court, a convention that dates back more than a hundred years.
I was wondering if you might be able to comment on what authority the executive has to overturn a constitutional convention—the effect of which will change the composition of the court—unilaterally, without the consent of Parliament and without the consent of the provinces, as provided for in paragraph 41(d) of the Constitution Act of 1982.
Merci, madame la ministre, d'avoir fourni cette réponse.
Pour en venir au sujet qui vous amène ici aujourd'hui, à savoir le processus que votre gouvernement vient d'annoncer, je dois avouer qu'il suscite chez moi quelques préoccupations. L'une d'entre elles concerne le fait que le processus n'est pas conforme à la convention constitutionnelle traditionnelle selon laquelle les provinces de l'Atlantique ont droit à au moins un siège à la Cour suprême, une convention qui remonte à plus d'un siècle.
Pouvez-vous me dire quel pouvoir l'exécutif a-t-il invoqué pour supprimer une convention constitutionnelle — mesure qui a pour effet de modifier la composition de la Cour — de façon unilatérale, sans le consentement du Parlement et sans celui des provinces, comme l'exige l'alinéa 41d) de la Loi constitutionnelle de 1982.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Thank you for the question.
Again, focusing on regional representation, I will underscore that regional representation is an important consideration criterion for this process. We recognize, as I said earlier, that this appointment process does not preclude an appointment from Atlantic Canada. The Prime Minister has, based on the policies and the approach, ensured that other criteria are present, such as diversity, such as ensuring we have a deep pool of qualified jurists for consideration of the advisory board.
That is not to say that regional representation is not important, and we recognize there will be candidates from the Atlantic on the short list that is provided to the Prime Minister.
Merci d'avoir posé cette question.
Encore une fois, pour ce qui est de la représentation régionale, je vais mentionner encore une fois que la représentation régionale est un critère qui joue un rôle important dans ce processus. Nous savons, comme je l'ai dit il y a un instant, que ce processus de nomination n'interdit pas la nomination d'un juge de la région de l'Atlantique. Conformément aux politiques mises en place et à l'approche adoptée, le premier ministre a voulu introduire d'autres critères, comme la diversité, comme la création d'un bassin de juristes qualifiés qu'évaluera le comité consultatif.
Ça ne veut pas dire que la représentation régionale n'est pas importante et nous savons qu'il y aura des candidats originaires des provinces de l'Atlantique sur la liste restreinte qui sera remise au premier ministre.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Thank you, Minister. I certainly agree that diversity and all of those things are important. I also acknowledge what you said—that Atlantic Canada would not necessarily be precluded—but you've also said that the government may appoint someone other than an Atlantic Canadian, and I want to get back to the question of what authority the executive of the government has to do that unilaterally.
To that end, I would just draw your attention to paragraph 74 of the Nadon decision. I'll read it. It says, and I quote:
Parliament cannot unilaterally change
—so in this case, it's not even Parliament; it's the executive—
the composition of the Supreme Court of Canada. Essential features of the Court are constitutionally protected under Part V of the Constitution Act, 1982. Changes to the composition of the Court can only be made under the procedure provided for in s. 41...
—which, again, requires the consent of Parliament and the consent of all 10 provinces.
Could you perhaps clarify, in light of the clear pronouncement of the Supreme Court in Nadon, what authority the executive has to unilaterally overturn this constitutional convention related to the composition of the court?
Merci, madame la ministre. Je reconnais évidemment tout comme vous que la diversité et toutes ces autres choses sont importantes. Je tiens également compte de ce que vous avez dit — que ce processus n'aura pas nécessairement pour effet d'exclure un juge des provinces de l'Atlantique — mais vous avez également déclaré que le gouvernement pourrait nommer une personne qui ne serait pas originaire de cette région; ce qui me ramène à la question de savoir quelle est la source du pouvoir qu'exerce de façon unilatérale le pouvoir exécutif sur ce point.
À cette fin, j'aimerais simplement attirer votre attention sur le paragraphe 74 de l'arrêt Nadon. Je vais le lire. Il énonce, et je cite:
Le Parlement ne peut pas modifier unilatéralement
— dans ce cas-ci, ce n'est même pas le Parlement, c'est l'exécutif —
la composition de la Cour suprême du Canada. Les caractéristiques essentielles de la Cour sont protégées par la partie V de la Loi constitutionnelle de 1982. La composition de la Cour ne peut être modifiée que conformément à l'article 41...
— ce qui, encore une fois, exige le consentement du Parlement et celui des 10 provinces.
Pourriez-vous préciser, compte tenu de l'affirmation très claire qu'a faite la Cour suprême dans l'arrêt Nadon, quel est le pouvoir qui permet à l'exécutif de supprimer unilatéralement la convention constitutionnelle concernant la composition de la Cour?
Results: 1 - 15 of 22 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data