Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 7 of 7
View Ralph Goodale Profile
Lib. (SK)
Mr. Chairman, thank you for your very kind remarks. They are much appreciated, and I'm glad to be back with the committee once again, this time, of course, presenting the 2019-20 main estimates for the public safety portfolio.
To help explain all of those numbers in more detail and to answer your questions today, I am pleased to be joined by Gina Wilson, the new deputy minister of Public Safety Canada. I believe this is her first appearance before this committee. She is no stranger, of course, in the Department of Public Safety, but she has been, for the last couple of years, the deputy minister in the Department for Women and Gender Equality, a department she presided over the creation of.
With the deputy minister today, we have Brian Brennan, deputy commissioner of the RCMP; David Vigneault, director of CSIS; John Ossowski, president of CBSA; Anne Kelly, commissioner of the Correctional Service of Canada; and Anik Lapointe, chief financial officer for the Parole Board of Canada.
The top priority of any government, Mr. Chair, is to keep its citizens safe and secure, and I'm very proud of the tremendous work that is being done by these officials and the employees who work following their lead diligently to serve Canadians and protect them from all manner of public threats. The nature and severity of those threats continue to evolve and change over time and, as a government, we are committed to supporting the skilled men and women who work so hard to protect us by giving them the resources they need to ensure that they can respond. The estimates, of course, are the principal vehicle for doing that.
The main estimates for 2019-20 reflect that commitment to keep Canadians safe while safeguarding their rights and freedoms. You will note that, portfolio-wide, the total authorities requested this year would result in a net increase of $256.1 million for this fiscal year, or 2.7% more than last year's main estimates. Of course, some of the figures go up and some go down, but the net result is a 2.7% increase.
One key item is an investment of $135 million in fiscal year 2019-20 for the sustainability and modernization of Canada's border operations. The second is $42 million for Public Safety Canada, the RCMP and CBSA to take action against guns and gangs. Minister Blair will be speaking in much more detail about the work being done under these initiatives when he appears before the committee.
For my part today I will simply summarize several other funding matters affecting my department, Public Safety Canada, and all of the related agencies.
The department is estimating a net spending decrease of $246.8 million this fiscal year, 21.2% less than last year. That is due to a decrease of $410.7 million in funding levels that expired last year under the disaster financial assistance arrangements. There is another item coming later on whereby the number goes up for the future year. You have to offset those two in order to follow the flow of the cash. That rather significant drop in the funding for the department itself, 21.2%, is largely due to that change in the DFAA, for which the funding level expired in 2018-19.
There was also a decrease of some $79 million related to the completion of Canada's presidency of the G7 in the year 2018.
These decreases are partially offset by a number of funding increases, including a $25-million grant to Avalanche Canada to support its life-saving safety and awareness efforts; $14.9 million for infrastructure projects related to security in indigenous communities; $10.1 million in additional funding for the first nations policing program; and $3.3 million to address post-traumatic stress injuries affecting our skilled public safety personnel.
The main estimates also reflect measures announced a few weeks ago in budget 2019. For Public Safety Canada, that is, the department, these include $158.5 million to improve our ability to prepare for and respond to emergencies and natural disasters in Canada, including in indigenous communities, of which $155 million partially offsets that reduction in DFAA that I just referred to.
There's also $4.4 million to combat the truly heinous and growing crime of child sexual exploitation online.
There is $2 million for the security infrastructure program to continue to help communities at risk of hate-motivated crime to improve their security infrastructure.
There is $2 million to support efforts to assess and respond to economic-based national security threats, and there's $1.8 million to support a new cybersecurity framework to protect Canada's critical infrastructure, including in the finance, telecommunications, energy and transport sectors.
As you know, in the 2019 federal budget, we also announced $65 million as a one-time capital investment in the STARS air rescue system to acquire new emergency helicopters. That important investment does not appear in the 2019-20 main estimates because it was accounted for in the 2018-19 fiscal year, that is, before this past March 31.
Let me turn now to the 2019-20 main estimates for the other public safety portfolio organizations, other than the department itself.
I'll start with CBSA, which is seeking a total net increase this fiscal year of $316.9 million. That's 17.5% over the 2018-19 estimates. In addition to that large sustainability and modernization for border operations item that I previously mentioned, some other notable increases include $10.7 million to support activities related to the immigration levels plan that was announced for the three years 2018 to 2020. Those things include security screening, identity verification, the processing of permanent residents when they arrive at the border and so forth—all the responsibilities of CBSA.
There's an item for $10.3 million for the CBSA's postal modernization initiative, which is critically important at the border. There is $7.2 million to expand safe examination sites, increase intelligence and risk assessment capacity and enhance the detector dog program to give our officers the tools they need to combat Canada's ongoing opioid crisis.
There's also approximately $100 million for compensation and employee benefit plans related to collective bargaining agreements.
Budget 2019 investments affecting CBSA main estimates this year include a total of $381.8 million over five years to enhance the integrity of Canada's borders and the asylum system. While my colleague Minister Blair will provide more details on this, the CBSA would be receiving $106.3 million of that funding in this fiscal year.
Budget 2019 also includes $12.9 million to ensure that immigration and border officials have the resources to process a growing number of applications for Canadian visitor visas and work and study permits.
There is $5.6 million to increase the number of detector dogs deployed across the country in order to protect Canada's hog farmers and meat processors from the serious economic threat posed by African swine fever.
Also, there's $1.5 million to protect people from unscrupulous immigration consultants by improving oversight and strengthening compliance and enforcement measures.
I would also note that the government announced through the budget its intention to introduce the legislation necessary to expand the role of the RCMP's Civilian Review and Complaints Commission so it can also serve as an independent review body for CBSA. That proposed legislation, Bill C-98, was introduced in the House last month.
I will turn now to the RCMP. Its estimates for 2019-20 reflect a $9.2-million increase over last year's funding levels. The main factors contributing to that change include increases of $32.8 million to compensate members injured in the performance of their duties, $26.6 million for the initiative to ensure security and prosperity in the digital age, and $10.4 million for forensic toxicology in Canada's new drug-impaired driving regime.
The RCMP's main estimates also reflect an additional $123 million related to budget 2019, including $96.2 million to strengthen the RCMP's overall policing operations, and $3.3 million to ensure that air travellers and workers at airports are effectively screened on site. The increases in funding to the RCMP are offset by certain decreases in the 2019-20 main estimates, including $132 million related to the completion of Canada's G7 presidency in 2018 and $51.7 million related to sunsetting capital infrastructure projects.
I will now move to the Correctional Service of Canada. It is seeking an increase of $136 million, or 5.6%, over last year's estimates. The two main factors contributing to the change are a $32.5-million increase in the care and custody program, most of which, $27.6 million, is for employee compensation, and $95 million announced in budget 2019 to support CSC's custodial operations.
The Parole Board of Canada is estimating a decrease of approximately $700,000 in these main estimates or 1.6% less than the amount requested last year. That's due to one-time funding received last year to assist with negotiated salary adjustments. There is also, of course, information in the estimates about the Office of the Correctional Investigator, CSIS and other agencies that are part of my portfolio. I simply make the point that this is a very busy portfolio and the people who work within Public Safety Canada and all the related agencies carry a huge load of public responsibilities in the interests of public safety. They always put public safety first while at the same time ensuring that the rights and freedoms of Canadians are properly protected.
With that, Mr. Chair, my colleagues and I would be happy to try to answer your questions.
Monsieur le président, merci de vos très aimables paroles. Je vous en suis très reconnaissant, et je suis heureux de revenir encore une fois au Comité, cette fois-ci, bien sûr, pour présenter le Budget principal des dépenses 2019-2020 pour le portefeuille de la Sécurité publique.
Pour m'aider à expliquer tous ces chiffres plus en détail et répondre à vos questions aujourd'hui, je suis heureux d'être accompagné de Gina Wilson, la nouvelle sous-ministre de Sécurité publique Canada. Je crois que c'est sa première comparution devant le Comité. Bien sûr, elle n'est pas étrangère au ministère de la Sécurité publique, mais elle a été au cours des dernières années sous-ministre des Femmes et de l'Égalité des genres, un ministère dont elle a présidé la création.
Aux côtés de la sous-ministre aujourd'hui, nous accueillons Brian Brennan, sous-commissaire de la GRC; David Vigneault, directeur du Service canadien du renseignement de sécurité; John Ossowski, président de l'Agence des services frontaliers du Canada; Anne Kelly, commissaire du Service correctionnel du Canada; et Anik Lapointe, dirigeante principale des finances de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
La priorité absolue de tout gouvernement, monsieur le président, est d'assurer la sécurité des citoyens, et je suis très fier de l'immense travail qui est réalisé par ces représentants et les employés qui travaillent sous leur gouverne afin de servir les Canadiens et de les protéger contre toutes sortes de menaces publiques. La nature et la gravité de ces menaces continuent d'évoluer et de changer au fil du temps, et, en tant que gouvernement, nous sommes déterminés à appuyer les femmes et les hommes qualifiés qui travaillent d'arrache-pied afin de nous protéger en leur fournissant les ressources dont ils ont besoin pour pouvoir intervenir. Le budget des dépenses est bien sûr le principal véhicule qui permet de le faire.
Le Budget principal des dépenses 2019-2020 reflète l'engagement d'assurer la sécurité des Canadiens tout en protégeant leurs droits et leurs libertés. Vous remarquerez que, à l'échelle du portefeuille, les autorisations totales demandées cette année entraîneraient une augmentation nette de 256,1 millions de dollars pour le présent exercice, ou 2,7 % de plus que le budget principal de l'an dernier. Bien sûr, certains des chiffres augmentent, et d'autres diminuent, mais le résultat net est une augmentation de 2,7 %.
Un élément clé est un investissement de 135 millions de dollars au cours de l'exercice 2019-2020 pour assurer la durabilité et la modernisation des opérations frontalières du Canada. Le deuxième est 42 millions de dollars pour Sécurité publique Canada, la GRC et l'ASFC, afin qu'elles puissent prendre des mesures contre les armes et les gangs. Le ministre Blair parlera plus en détail du travail qui est réalisé dans le cadre de ces initiatives lorsqu'il comparaîtra devant le Comité.
Pour ma part, aujourd'hui, je vais simplement résumer plusieurs autres mesures de financement qui touchent mon ministère, Sécurité publique Canada, et tous les organismes connexes.
Le ministère prévoit une diminution des dépenses nettes de 246,8 millions de dollars au cours de l'exercice, soit 21,2 % de moins que l'an dernier. C'est attribuable à une diminution de 410,7 millions de dollars dans les niveaux de financement qui ont expiré l'an dernier dans le cadre des Accords d'aide financière en cas de catastrophe. Il y a un autre poste que je présenterai plus tard où le chiffre augmente pour le prochain exercice. Nous devons compenser ces deux postes afin de respecter le flux de trésorerie. Cette baisse assez importante du financement pour le ministère lui-même, 21,2 %, est en grande partie attribuable au changement des AAFCC, pour lesquels le niveau de financement a expiré en 2018-2019.
Nous avons aussi vu une diminution de quelque 79 millions de dollars liée à la présidence par le Canada du G7 en 2018.
Ces diminutions sont partiellement compensées par un certain nombre d'augmentations au chapitre du financement, y compris une subvention de 25 millions de dollars attribuée à Avalanche Canada pour soutenir ses efforts de sensibilisation, de sécurité et de sauvetage; 14,9 millions de dollars pour des projets d'infrastructure liés à la sécurité dans les collectivités autochtones; 10,1 millions de dollars de financement supplémentaire pour le Programme de services de police des Premières Nations; et 3,3 millions de dollars pour réagir aux blessures de stress post-traumatique qui touchent notre personnel qualifié de la Sécurité publique.
Le Budget principal des dépenses reflète aussi des mesures annoncées il y a quelques semaines dans le budget de 2019. Pour Sécurité publique Canada, c'est-à-dire le ministère, ces mesures renferment 158,5 millions de dollars pour veiller à une meilleure préparation et intervention pour la gestion des urgences et des catastrophes naturelles au Canada, y compris dans les collectivités autochtones, dont 155 millions de dollars pour compenser en partie cette réduction dans les AAFCC que je viens de mentionner.
On prévoit aussi 4,4 millions de dollars pour lutter contre les crimes vraiment haineux et grandissants de l'exploitation sexuelle en ligne des enfants.
Il y a une somme de 2 millions de dollars pour le programme d'infrastructure, afin de continuer d'aider les collectivités à risque de crimes haineux à améliorer leur infrastructure de sécurité.
On prévoit 2 millions de dollars pour soutenir les efforts visant à évaluer les menaces pour la sécurité nationale fondées sur l'économie et à intervenir en conséquence, et 1,8 million de dollars pour soutenir un nouveau cadre de cybersécurité pour protéger les infrastructures essentielles du Canada, notamment dans le secteur des finances, de l'énergie, des télécommunications et du transport.
Comme vous le savez, dans le budget fédéral de 2019, nous avons également annoncé 65 millions de dollars comme investissement de capitaux ponctuel dans le système de sauvetage aérien STARS afin d'acquérir de nouveaux hélicoptères d'urgence. Cet investissement important ne figure pas dans le Budget principal des dépenses 2019-2020, puisqu'il a été comptabilisé dans l'exercice 2018-2019, c'est-à-dire avant le 31 mars.
Je vais maintenant passer au Budget principal des dépenses 2019-2020 pour les autres organisations du portefeuille de la Sécurité publique, qui ne sont pas le ministère lui-même.
Je vais commencer par l'ASFC, qui sollicite pour le présent exercice une augmentation nette totale de 316,9 millions de dollars. C'est 17,5 % de plus que le budget des dépenses 2018-2019. En plus de ce poste important concernant la durabilité et la modernisation des opérations frontalières dont j'ai déjà parlé, quelques autres augmentations notables comprennent 10,7 millions de dollars pour soutenir les activités liées au Plan des niveaux d'immigration qui a été annoncé pour les trois années 2018 à 2020. Ces activités comptent notamment le contrôle de sécurité, la vérification de l'identité, le traitement des résidents permanents lorsqu'ils arrivent à la frontière et ainsi de suite — toutes les responsabilités de l'ASFC.
Il y a un poste qui prévoit 10,3 millions de dollars pour l'Initiative de modernisation des opérations postales de l'ASFC; il est d'une importance capitale. On prévoit 7,2 millions de dollars pour élargir les sites d'examen sécuritaires, accroître la capacité en matière de renseignement et d'évaluation du risque et renforcer le programme des chiens de détection afin de donner à nos agents les outils dont ils ont besoin pour lutter contre la crise des opioïdes qui continue de sévir au Canada.
Le budget renferme aussi environ 100 millions de dollars en rémunération et régimes d'avantages sociaux des employés liés aux conventions collectives.
Les investissements du budget de 2019 qui ont une incidence sur le Budget principal des dépenses de l'ASFC cette année comprennent un total de 381,8 millions de dollars sur 5 ans pour accroître l'intégrité des frontières et du système d'octroi de l'asile. Même si mon collègue, le ministre Blair, fournira plus de détails sur cette mesure, l'ASFC recevra 106,3 millions de dollars de ce financement au cours du présent exercice.
Le budget de 2019 prévoit aussi 12,9 millions de dollars pour faire en sorte que les agents d'immigration et les agents frontaliers détiennent les ressources nécessaires pour traiter un nombre croissant de demandes de visas canadiens de visiteur et de permis de travail et d'études.
On prévoit 5,6 millions de dollars pour accroître le nombre de chiens de détection déployés dans l'ensemble du pays, afin de protéger les producteurs de porcs et les transformateurs de viande contre les graves menaces économiques posées par la peste porcine africaine.
De plus, il y a 1,5 million de dollars pour protéger les personnes contre les consultants en immigration sans scrupule, en améliorant la surveillance et en renforçant les mesures de conformité et d'application de la loi.
Je souligne également que le gouvernement a annoncé dans le cadre du budget son intention d'introduire la législation nécessaire pour élargir le rôle de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes de la GRC, de manière à ce qu'elle serve d'organisme d'examen indépendant pour l'ASFC. Cette législation proposée, le projet de loi C-98, a été présentée à la Chambre le mois dernier.
Je vais maintenant passer à la GRC. Son budget pour 2019-2020 reflète une augmentation de 9,2 millions de dollars par rapport aux niveaux de financement de l'an dernier. Les principaux facteurs qui contribuent à ce changement comprennent des augmentations de 32,8 millions de dollars pour indemniser les membres blessés dans l'exécution de leurs fonctions, 26,6 millions de dollars pour l'initiative visant à assurer la sécurité et la prospérité à l'ère numérique et 10,4 millions de dollars pour des services de toxicologie judiciaire dans le cadre du nouveau régime concernant la conduite avec facultés affaiblies par la drogue.
Le Budget principal des dépenses pour la GRC reflète aussi 123 millions de dollars supplémentaires liés au budget de 2019, y compris 96,2 millions de dollars pour renforcer les opérations policières et globales de la GRC, et 3,3 millions de dollars pour que l'on puisse s'assurer que les voyageurs aériens et les travailleurs des aéroports font l'objet d'un contrôle efficace sur place. Les augmentations du financement pour la GRC sont contrebalancées par certaines diminutions dans le Budget principal de dépenses 2019-2020, y compris 132 millions de dollars liés à la présidence par le Canada du G7 en 2018 et 51,7 millions de dollars liés à l'élimination progressive de projets d'infrastructure.
Je vais maintenant passer au Service correctionnel du Canada. Il sollicite une augmentation de 136 millions de dollars, ou 5,6 %, par rapport au budget de l'an dernier. Les deux principaux facteurs qui contribuent au changement sont une augmentation de 32,5 millions de dollars dans le programme de prise en charge et garde, dont la plus grande partie, 27,6 millions de dollars, vise la rémunération des employés, et 95 millions de dollars annoncés dans le budget de 2019 pour soutenir les activités de détention du SCC.
La Commission des libérations conditionnelles du Canada prévoit une diminution d'environ 700 000 $ dans le Budget principal des dépenses ou 1,6 % de moins que le montant demandé l'an dernier. Et c'est attribuable à un financement ponctuel reçu l'an dernier pour appuyer les rajustements salariaux négociés. Bien sûr, le budget des dépenses renferme également des renseignements au sujet de Bureau de l'enquêteur correctionnel, du SCRS et d'autres organismes qui font partie de mon portefeuille. Je vais simplement mentionner que c'est un portefeuille très chargé, et que les gens qui travaillent au sein de Sécurité publique Canada et de tous les organismes connexes assument d'énormes responsabilités publiques dans l'intérêt de la sécurité publique. Ils mettent toujours la sécurité publique au premier plan tout en s'assurant que les droits et les libertés des Canadiens sont correctement protégés.
Cela dit, monsieur le président, mes collègues et moi serons heureux d'essayer de répondre à vos questions.
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
Thank you, Ms. Shariff and Ms. Karaian, for great presentations and lots to think about.
I'll try to go through a couple of questions about where we've positioned the conversation in what appears, from my point of view—and I'm not following my notes—to be a big piece.
What I'd like both of you to talk about a little bit is, if we're looking at a large policy piece for the government around gender-based violence, what part of what you're talking about today would fit into that framework? I think some of it was in the earlier part of both your presentations when you started talking about the intersectoral nature.
I would ask you to comment on your direction to the committee about where to focus on what seems to be a very.... We could go all the way back to positive education and whatnot, and we can talk about the other end of it when you were talking about the Stanford case. Could you give us some advice about where to focus our resources to be able to move to a better place on this issue, for both children and ourselves, I guess?
Merci, mesdames Shariff et Karaian, pour vos excellents exposés. Vous nous avez certainement donné matière à réflexion.
J'ai quelques questions à vous poser sur ce qui semble monopoliser le débat, de mon point de vue. Et je vais délaisser mes notes un moment.
J'aimerais que vous nous disiez, toutes les deux, comment s'imbriquerait le cadre dont vous parlez aujourd'hui dans une importante politique du gouvernement concernant la violence fondée sur le sexe? Je crois que vous avez abordé le sujet au début de vos deux exposés, mentionnant que c'était une question de nature intersectorielle.
J'aimerais que vous disiez au Comité quelle devrait être la direction à prendre dans ce qui semble être... Nous pourrions revenir aux toutes premières étapes, à l'éducation positive et le reste, et nous pourrions aussi parler de l'autre extrémité, par exemple le cas de Stanford. Pourriez-vous nous donner quelques conseils sur la meilleure façon de cibler nos ressources afin de faire avancer les choses dans l'intérêt de tous, de nos enfants et de nous-mêmes?
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
I'm going to interrupt because I'm going to ask Ms. Karaian to continue.
I'm hearing you say there is a need to be able to have more support and funding and evidence-based research so when we start to intervene in a policy area, we are not simply throwing good money after bad. You end up in the wrong place, getting the least impact.
Since my time is limited—
Je dois vous interrompre car je vais demander à Mme Karaian de continuer.
Vous dites que nous devons être en mesure d'avoir plus de soutien, de financement et de recherches fondées sur des données probantes de manière à ce que lorsque nous commençons à intervenir dans un secteur stratégique, nous ne jetions pas seulement de l'argent par les fenêtres. Vous ferez fausse route et vous engendrez le moins de répercussions.
Puisque mon temps est limité...
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
I see what you're saying.
Je comprends ce que vous dites.
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
Thank you both for being here.
I want to reiterate comments from other committee members here. In particular, I appreciate the view you and other speakers have brought, giving us a perspective from young people. I see just by some of our questions that it's an adult view of a world for children. They have a different perspective and have grown up—some of us are younger than others here—in a different place, so I really appreciate that both of you have brought that view, those voices of kids, from the work you've done together.
We heard from the other speaker as well that when we start to treat children as objects and start using words like “cyber” and create something new, in fact we're just confusing things in a way.
I'd like both of you to comment on a more general piece.
The other speakers spoke as well about the importance of using a lens that looks at the intersection of sexism, classism, and racism within this particular subject. It's important to have that lens, but I'm wondering how this fits into the overall narrative when we look at gender-based violence. Do you feel it's detracting or adding when we use terms like “cyberviolence” and “date culture”? From my point of view, it seems to kind of get us off track. It's almost as though it puts in barriers to what the real issue is. My concern is that we'll start to implement interventions and we'll have missed the point.
I'd like your general comments, Jane and Matthew.
J'aimerais remercier les témoins d'être ici.
J'aimerais répéter les commentaires formulés par d'autres membres du Comité. En particulier, je vous suis reconnaissante de nous avoir présenté, comme l'ont fait d'autres témoins, le point de vue des jeunes. Je constate, par l'entremise de certaines de nos questions, que nous avons une vision d'adulte du monde des enfants. Ils ont une perspective différente et ont grandi — certains d'entre nous sont plus jeunes que d'autres — dans un endroit différent, et je vous suis donc très reconnaissante d'avoir présenté ce point de vue, c'est-à-dire la voix des enfants, par l'entremise du travail que vous avez accompli ensemble.
Un autre témoin nous a également dit que lorsque nous commençons à traiter les enfants comme des objets et à utiliser des mots comme « cyber » et à créer de nouvelles choses, nous ne faisons que semer la confusion.
J'aimerais entendre votre avis sur un sujet plus général.
D'autres témoins ont également parlé de l'importance d'adopter une perspective qui tient compte de la combinaison du sexisme, du classisme et du racisme relativement à ce sujet particulier. Il est important d'adopter cette perspective, mais j'aimerais savoir comment cela s'intègre dans le discours général sur la violence fondée sur le sexe. Avez-vous l'impression que l'utilisation de mots comme « cyberviolence » et « culture du viol » contribue ou nuit à la discussion? Selon moi, ces mots semblent nous éloigner du sujet. C'est presque comme si ces mots occultaient le vrai problème, et je crains donc que nous rations la cible au moment d'intervenir.
Jane et Matthew, pourriez-vous formuler des commentaires à cet égard?
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
I will ask each of you to leave us with one or two comments about what you feel is the most important thing we should take away from what you've brought to our conversation today. It's an easy question to ask, but....
J'aimerais que chaque témoin nous dise en une ou deux phrases ce qui, à son avis, est la chose la plus importante à retenir de la discussion d'aujourd'hui. C'est une question facile à poser, mais...
View Sheri Benson Profile
NDP (SK)
Can Matthew just say one too?
Matthew peut-il aussi formuler un commentaire?
Results: 1 - 7 of 7

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data