Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 577
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Thank you very much, Mr. Chair.
Good morning, members of the Standing Committee on Public Safety and National Security.
I am very proud to appear before you to present Motion M-124, which I had the opportunity and the privilege to introduce and debate in the House of Commons on November 9, 2017. It was put to a vote on January 29, 2018, and adopted unanimously on January 31, 2018. I would like to take this opportunity to thank all the members of the House of Commons, both those in the government and in the opposition parties, for supporting this motion.
Today, I am asking you to undertake a study to determine the feasibility of equipping emergency vehicles across Canada with automated external defibrillators (AEDs) and to ensure that the necessary measures be taken following discussions with the other levels of government, the municipalities and organizations concerned, with due regard for their respective jurisdictions.
Every year, there are some 40,000 sudden cardiac arrests. When such events take place, every second counts. For every minute that passes, a cardiac arrest victim's chances of survival decrease by 7 to 10%. In 85% of cases, cardiac arrest occurs outside hospital, usually in private residences, with no AED nearby.
That, unfortunately, was what happened to Michel Picard, a resident of Victoriaville in my constituency. On December 30, 2017, Mr. Picard collapsed at his home, in front of his family, without warning. He had suffered a life-threatening arrhythmia. Happily, emergency services were contacted immediately. During the six minutes it took emergency services to get there, Mr. Picard's son-in-law, Steve Houle, administered first aid in the form of external cardiac massage. This procedure increased the victim's chances of survival until the paramedics arrived with a defibrillator and administered three shocks. Fortunately, Mr. Picard regained consciousness and is today considered a miraculous survivor since he has no lasting effects from the incident. This outcome was made possible by the rapid response of paramedics.
In a cardiac arrest, external cardiac massage helps keep blood and oxygen circulating in the victim's body. However, a person cannot be resuscitated with cardiac massage alone; a defibrillator is essential to stop the arrhythmia and allow the heart to return to its normal state.
AEDs increase the chances of survival by 75%. That is why it is so important to have access to a defibrillator.
What would have happened to Mr. Picard if the first responders had been firefighters or police officers who do not have AEDs in their vehicles?
Regrettably, less than 5% of people who suffer a heart attack outside hospital survive. In an emergency, police officers or firefighters are often first on the scene, because of their proximity, even before paramedics. They are trained to administer first aid until paramedics arrive. If their vehicles were all equipped with AEDs, response time would be much shorter, and more lives would be saved.
In Quebec, some effort is being made in this area. The Sûreté du Québec has implemented a pilot project to put AEDs in all of its vehicles. There are also AEDs in some fire trucks and some public places. In fact, that saved the life of my friend Stéphane Campagna. While playing hockey with some friends in Victoriaville, he suffered a cardiac arrest in the arena. Fortunately, thanks to the contribution of some proactive business people, there was an AED in the arena. Thanks to that device and the cool-headedness of Marcel Duquette, Jean-François Gagné and Francis Garneau, Stéphane was resuscitated. The three men raced over to assist him and saved his life with the defibrillator, which was close at hand.
A number of police services have AEDs in their vehicles. Unfortunately, coverage is not uniform and comprehensive. Some areas still have not started making these life-saving devices available.
When I was mayor of Victoriaville, my team and I made sure, given what happened to my friend Stéphane, that every municipal building, sports facility and emergency response vehicle was equipped with a defibrillator. Furthermore, during the Souper du maire, a call went out to the people of the business community to ask them to purchase these devices themselves. In the two or three weeks that followed, more than a hundred businesses had gotten defibrillators.
The AED is an essential device for saving lives. Like most citizens, I want to know that my children, my family, my friends and all of our fellow citizens are safe, no matter where there are. I want to know that even if they are farther from a hospital, they are safe because emergency vehicles and public places are equipped with AEDs. All Canadians deserve the same chance, the same level of safety, no matter where they decide to live, in the city or in the country. Every person should have an equal chance of survival, and no one should be penalized for the location they chose to raise their family.
Someone suffers a heart attack every 12 minutes. It is a fact that the farther that person is from a hospital, the lower his or her chances of survival are. Why is that? Because the chances of survival are just about zero when a cardiac arrest victim gets to hospital; it is already too late. For the victim to have a better chance of survival, without aftereffects, an AED must be used as soon as possible.
As I stated previously, for every minute that passes, the chances of survival are 7% to 10% lower. We have no more than 10 minutes to save the victim, hence the urgent need to equip all emergency vehicles in Canada with defibrillators.
Fortunately, AEDs are easy to use. No training is needed to use one. Every AED has an on-board feature that describes each step in its operation, and the device decides on the strength of the shock to be administered. It is impossible to injure someone by mistake with a defibrillator, since only a person in cardiac arrest will receive a shock.
So, in my view, only one conclusion is possible: Having more AEDs available will save more lives every year. We can substantially increase the number of survivors by equipping emergency vehicles with AEDs.
The concern that many people have about equipping every emergency vehicle with an AED is, of course, the cost. But that small device is less expensive than you might think. On average, an AED costs between $1,000 and $2,000. That is a pittance in comparison with the value of the lives saved.
There is no doubt in my mind that AEDs are absolutely necessary to save the lives of our fellow citizens. AEDs clearly have a very important role to play in helping people survive a heart attack. They can save hundreds or even thousands of lives every year. That is a statistic we cannot ignore.
I am confident that with your study and the recommendations it will produce, the outcome will be positive. More Canadians will be able to live safely and with peace of mind; more first responders will be able to take concrete action in the event of a cardiac arrest; and of course, more lives will be saved every year. This is a concrete solution that can help increase people's chances of survival.
Consequently, I am asking you specifically to include not just RCMP vehicles but all emergency vehicles in the study.
I hope that we will be able to save lives by carrying out this study. That is my profound hope, and I offer you my full support.
Thank you.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Bonjour, chers membres du Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Je suis très fier d'être ici devant vous afin de vous présenter la motion M-124, que j'ai eu la chance, et je dirais même le privilège, de présenter et de débattre à la Chambre des communes le 9 novembre 2017. Cette motion a été mise aux voix le 29 janvier 2018 et adoptée à l'unanimité le 31 janvier 2018. J'en profite pour remercier tous les députés de la Chambre des communes, tant ceux du gouvernement que ceux des partis de l'opposition, d'avoir appuyé cette motion.
Aujourd'hui, je vous demande d'entreprendre une étude afin de déterminer s'il est possible d'équiper de défibrillateurs externes automatiques — ce qu'on appelle les DEA — les véhicules d'urgence partout au Canada, et que soient prises les mesures nécessaires à cet égard à la suite de discussions avec les autres ordres de gouvernement, les municipalités et les organisations concernées, tout en respectant les compétences de chacun.
Chaque année, quelque 40 000 arrêts cardiaques soudains se produisent. C'est dans ces moments que chaque seconde compte. Pour chaque minute écoulée, les chances de survie d'une victime d'arrêt cardiaque diminuent de 7 à 10 %. Dans 85 % des cas, ces malaises se produisent à l'extérieur des centres hospitaliers, très souvent dans les résidences, loin des défibrillateurs externes automatiques.
C'est malheureusement ce qui est arrivé à M. Michel Picard, un résidant de Victoriaville, la municipalité où je suis né, dans ma circonscription. Le 30 décembre dernier, il s'est écroulé sans crier gare dans sa résidence, en présence de sa famille. Michel Picard avait subi une arythmie mortelle. Heureusement, les secours ont immédiatement été appelés et, pendant les six minutes d'attente des secours, le gendre de M. Picard, Steve Houle, a prodigué les premiers soins en donnant un massage cardiaque. Cette manoeuvre a permis d'augmenter les chances de survie de la victime en attendant que les ambulanciers arrivent avec un défibrillateur cardiaque et lui administrent trois décharges électriques. M. Picard a heureusement repris connaissance, et il est aujourd'hui ce qu'on appelle un miraculé, puisqu'il ne conserve aucune séquelle de son accident. Cette conclusion a été possible grâce à la vitesse de réaction des ambulanciers.
Lors d'un arrêt cardiaque, le massage cardiaque est utile pour continuer à faire circuler le sang et l'oxygène dans le corps de la victime. Cependant, il n'est pas possible de réanimer une personne seulement avec le massage cardiaque. Il faut absolument un défibrillateur pour arrêter l'arythmie et permettre au coeur de retrouver son état normal.
Cet appareil augmente les chances de survie de 75 %. C'est pourquoi il est primordial d'avoir accès à un défibrillateur.
Que serait-il arrivé à M. Picard, si les premiers intervenants avaient été des pompiers ou bien des policiers qui ne possédaient pas de DEA dans leurs véhicules?
Malheureusement, seulement moins de 5 % des victimes qui subissent une crise cardiaque à l'extérieur d'un centre hospitalier survivent. En situation d'urgence, les premiers répondants sont souvent les policiers ou les pompiers, en raison de leur proximité; ils arrivent même avant les ambulanciers. Tous ces intervenants sont formés pour prodiguer les premiers soins en attendant les ambulanciers. Si tous leurs véhicules étaient équipés d'un défibrillateur, cela offrirait un temps de réponse beaucoup plus rapide, ce qui aurait pour conséquence de sauver plus de vies.
Au Québec, une certaine mobilisation est déjà en branle. En effet, la Sûreté du Québec a lancé un projet pilote afin d'équiper tous ses véhicules de défibrillateurs. Il y en a aussi chez nos pompiers et dans certains lieux publics. C'est d'ailleurs ce qui a sauvé la vie de Stéphane Campagna, un de mes amis personnels. Alors qu'il jouait au hockey à l'aréna avec des amis à Victoriaville, il a subi un arrêt cardiaque. Heureusement, l'endroit possédait un défibrillateur, grâce à une généreuse contribution des gens d'affaires de la région. C'est grâce à cet outil et au sang-froid de Marcel Duquette, Jean-François Gagné et Francis Garneau que Stéphane a pu être réanimé. Les trois hommes lui sont venus en aide rapidement et lui ont sauvé la vie grâce au défibrillateur cardiaque qui était sur place, à proximité.
Plusieurs services policiers possèdent déjà des défibrillateurs dans leurs véhicules. Malheureusement, cette couverture n'est pas uniforme ni complète au pays. Certains territoires n'ont toujours pas commencé à assurer la disponibilité de ces appareils qui permettent de sauver des vies.
Lorsque j'étais maire de Victoriaville, après l'événement qu'a subi mon ami Stéphane, je me suis assuré, avec mon équipe, d'équiper de défibrillateurs cardiaques tous les édifices municipaux, toutes les installations sportives ainsi que tous les véhicules de premiers répondants. De plus, un appel avait été lancé aux gens du milieu économique, lors du Souper du maire, afin de les inciter à se procurer eux-mêmes un tel appareil. En l'espace de deux à trois semaines, plus d'une centaine d'entreprises s'étaient équipées d'un défibrillateur.
Il s'agit d'un appareil essentiel lorsque vient le moment de sauver des vies. Comme la grande majorité des citoyens, je tiens à savoir que mes enfants, ma famille, mes amis et tous les citoyens canadiens sont en sécurité, peu importe l'endroit où ils se trouvent. Je veux savoir que, même s'ils sont plus loin d'un hôpital, ils sont en sécurité, puisque les véhicules des premiers répondants et les lieux publics sont équipés de défibrillateurs cardiaques automatiques. Tous les Canadiens méritent d'avoir la même chance et de bénéficier du même niveau de sécurité, peu importe l'endroit où ils décident de s'installer, que ce soit en ville ou à la campagne. Les chances de survie de chaque citoyen et citoyenne devraient être égales, et aucune personne ne devrait être pénalisée en raison de l'endroit où elle choisit de fonder sa famille et de résider.
Toutes les 12 minutes, une personne subit une crise cardiaque. C'est bien prouvé: plus cette personne est loin d'un hôpital, plus ses chances de survie diminuent. En effet, les chances de survie sont pratiquement nulles lorsqu'une victime d'un arrêt cardiaque arrive à l'hôpital; souvent, il est déjà trop tard. Afin que les victimes aient plus de chances de survie et n'en gardent aucune séquelle, un défibrillateur doit être utilisé le plus rapidement possible.
Je vous rappelle que les chances de survie diminuent de 7 à 10 % pour chaque minute écoulée. On dispose donc d'un maximum de 10 minutes pour sauver la victime, d'où l'urgence d'équiper d'un défibrillateur tous les véhicules d'urgence sur le territoire canadien.
Heureusement, les défibrillateurs sont faciles à utiliser. Aucune formation n'est nécessaire pour utiliser l'appareil. Il contient une fonction intégrée qui dicte chaque étape de l'opération, et l'appareil décide de la force de la décharge électrique administrée. Il est donc impossible de blesser quelqu'un par erreur avec un défibrillateur, puisqu'une décharge électrique est administrée seulement à une personne en arrêt cardiaque.
Il n'y a donc qu'une conclusion possible à mes yeux: la présence de plus de défibrillateurs cardiaques automatiques sauvera plus de vies chaque année, partout au Canada. Nous pouvons augmenter considérablement le nombre de survivants en équipant les véhicules des premiers répondants de défibrillateurs cardiaques automatiques.
La crainte de plusieurs personnes liée au fait d'équiper tous les véhicules d'urgence de défibrillateurs, c'est bien entendu le coût de l'opération. Je tiens à souligner que ce petit appareil est beaucoup moins coûteux que ce que l'on peut imaginer. En moyenne, un défibrillateur coûte entre 1 000 $ et 2 000 $, ce qui représente un montant vraiment dérisoire lorsqu'on le compare au prix de chacune des vies sauvées.
Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le défibrillateur cardiaque automatique est un appareil de la plus grande nécessité qui permet de sauver la vie de nos concitoyens et de nos concitoyennes. Il est évident que cet appareil joue un rôle très important dans la survie des gens subissant une crise cardiaque. Il permet de sauver des centaines, voire des milliers de vies tous les ans. C'est une donnée qu'il ne faut surtout pas négliger.
Je suis convaincu que votre étude et les recommandations qui en découleront donneront des résultats positifs. Plus de Canadiens et de Canadiennes pourront vivre dans la sécurité et la paix d'esprit, plus de premiers répondants pourront agir en cas d'arrêt cardiaque en faisant un geste concret et, bien entendu, plus de vies seront sauvées chaque année. C'est une solution concrète qui peut contribuer à augmenter les chances de survie.
Je vous demande ouvertement que cette étude ne se limite pas aux véhicules de la GRC, mais qu'elle s'étende à tous les véhicules des premiers répondants.
J'espère de tout mon coeur que nous serons capables de sauver des vies grâce à cette étude. Je vous offre mon plein soutien dans votre démarche, si vous avez besoin de mon aide.
Merci.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Excuse me, can you repeat the question, while I fix the device?
Excusez-moi, pouvez-vous répéter la question, pendant que je règle l'appareil?
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Equipping all emergency vehicles with defibrillators is important, simply because, in many places, the paramedics aren't the first ones to arrive on the scene in situations of cardiac arrest. In my friend's case, there was a defibrillator in the arena. However, we can assume that police officers are often the first to arrive on the scene when people are located slightly further away from hospitals or from the paramedics' stations, for example, in the countryside.
If we made an effort to study how we could support all the safety agencies across Canada, we could save more lives. Furthermore, I even think that it would be timely to ask ourselves if we should include volunteer groups. Some communities call on volunteers to respond to emergencies. Take indigenous peoples and First Nations, for example. I didn't check, but I'm not sure that all of their vehicles are equipped with defibrillators. We could do something to that end.
Il est important d'équiper tous les véhicules d'urgence de défibrillateurs pour la simple et unique raison que, à bien des endroits, ce ne sont pas les ambulanciers qui arrivent en premier sur les lieux où quelqu'un est en arrêt cardiaque. Dans le cas de mon ami, il y avait un défibrillateur dans l'aréna. Cependant, on peut supposer que, lorsque la personne se trouve un peu plus loin d'un centre hospitalier ou du point d'où partent les ambulanciers ou le personnel paramédical, par exemple à la campagne, c'est souvent un policier qui arrive le premier sur les lieux de l'événement.
Si on s'efforçait d'évaluer de quelle façon on pourrait appuyer l'ensemble des organismes de sécurité sur tout le territoire, on pourrait sauver plus de vies. D'ailleurs, je pense même qu'il y aurait lieu de se demander si cela devrait comprendre les groupes de bénévoles. Certaines communautés font appel à des bénévoles pour répondre aux urgences. On peut aussi penser aux Autochtones et aux Premières Nations. Je n'ai pas vérifié, mais je ne suis pas certain que l'ensemble de leurs véhicules sont équipés de défibrillateurs. Un travail pourrait être fait à cet égard.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Yes. you can have that type of device, but, because the technology has advanced, there are now devices that are much smaller. Some are also portable. I even know someone who bought one for himself and keeps it in his car or in his house. Given the current competition in manufacturing the products, a device of that kind costs about $1,000. The device is not very big and it can be easily carried around by anyone who wants to buy one. It measures about 1 foot by 1 foot. It looks like the devices that usually hang on walls.
Oui. On pourrait avoir ce type d'appareils, mais, grâce aux avancées technologiques, il y a maintenant des appareils beaucoup plus petits. D'ailleurs, certains appareils sont portables. Je connais même quelqu'un qui s'en est acheté un et qui le garde dans sa voiture ou dans sa maison. Vu la concurrence qu'il existe pour la fabrication de ces produits, le prix d'un tel appareil est d'environ 1 000 $. L'appareil n'est pas très grand et il peut être transporté facilement par toute personne qui voudrait s'en procurer un. L'appareil mesure environ 1 pied sur 1 pied. Cela ressemble aux appareils qui sont habituellement accrochés au mur.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
It is not complicated: without a defibrillator nearby, if you are not in a hospital, or somewhere with a defibrillator, such as a municipal or government building, your chances of survival are practically nil.
Even when there is a defibrillator in a building, the problem is knowing where it is. That is quite the challenge. When I was mayor, we had a situation just like that. After installing the defibrillators, we had to put signage in place to make sure that they were readily accessible. For example, if someone had a heart attack in the committee room we are now in, I am not even sure if I would know where to find a defibrillator so that I could respond quickly and come to the assistance of the person in distress. That is an additional challenge that we will also have to address.
In the motion I am tabling today, the priority is to equip all the vehicles we have. It is very simple: the chances of survival go down 10% per minute. You can look at the statistics to see the average time taken for an ambulance to get to the scene of an incident. I am not sure of the exact figure, but if the average is six minutes, it means that the person has a 40% chance of survival left. The longer it takes, the more permanent the consequences are likely to be.
Ce n'est pas compliqué: s'il n'y a pas de défibrillateur à proximité, si la personne ne se trouve pas dans un centre hospitalier ou dans un endroit où il y a un défibrillateur cardiaque, par exemple un bâtiment municipal ou gouvernemental, ses chances de survie sont presque nulles.
Même lorsqu'il y a un défibrillateur dans un bâtiment, le problème est de savoir où il se trouve. Cela représente tout un défi. Lorsque j'étais maire, nous avons vécu une telle situation. Après avoir installé les défibrillateurs, il a fallu mettre en place une signalisation afin de les rendre accessibles rapidement. Par exemple, si quelqu'un faisait un arrêt cardiaque dans la salle de comité où nous nous trouvons, je ne suis même pas sûr que je saurais où trouver un défibrillateur afin d'intervenir rapidement et de venir en aide à la personne en détresse. C'est un défi supplémentaire sur lequel il faudra se pencher également.
Dans la motion que je dépose aujourd'hui, la priorité est d'équiper l'ensemble des véhicules sur le territoire. Ce n'est pas compliqué: les chances de survie diminuent de 10 % par minute. Vous pourriez examiner les statistiques pour savoir combien de temps met une ambulance, en moyenne, pour se rendre sur les lieux d'un événement. Je ne connais pas le chiffre exact, mais si c'est six minutes, en moyenne, cela veut dire qu'il reste 40 % de chances de survie à la personne. Plus cela prend du temps, plus les séquelles risquent d'être permanentes.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Yes, exactly. It is more than significant. It is a question of survival for a lot of people.
Oui, tout à fait. C'est plus que considérable. C'est une question de survie pour bien des personnes.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
For the most part, first responders are already trained. They are professionals, so would they need a little extra training? In my opinion, it could be quite quick.
I can tell you that, from my own personal experience, it is quite a simple exercise. We even established first responder training for people with a handicap or a challenge. A 10-year-old child can go through the drill; you just have to take the device, open it and put it on the patient's chest. The device gives you all the information you need and tells you what to do.
I invite you to ask someone to come to give you a demonstration. It would be a very good idea for an expert to come and show committee members how the device works. You would see that it is something quite simple.
Before anyone asks, I have calculated how much it would cost. According to my data, which perhaps are not the most up-to-date, it would cost $8 million at most to equip all emergency vehicles and finish the work started by a number of services across the country. When I look at the budget of the federal government, I do not consider that to be an astronomical expense.
Les premiers répondants sont déjà formés, pour la plupart. Ces gens, qui sont des professionnels, auraient-ils besoin d'une petite formation supplémentaire? D'après moi, cela pourrait être assez rapide.
Je peux vous dire, d'après mon expérience personnelle, que c'est un exercice assez simple. On a même mis sur pied des formations de premiers répondants pour des personnes qui avaient un handicap ou une déficience. Un enfant de 10 ans peut faire l'exercice, c'est-à-dire prendre l'appareil, l'ouvrir et le mettre sur la poitrine de la personne. L'appareil dicte toutes les informations et les actions à faire.
Je vous invite à demander à quelqu'un de venir vous faire une démonstration. Cela serait une très bonne idée qu'un expert vienne montrer aux membres du Comité comment l'appareil fonctionne. Vous verriez que c'est quelque chose d'assez simple.
Avant que quelqu'un ne me pose la question, j'ai fait le calcul pour déterminer combien cela coûterait. D'après mes données, qui ne sont peut-être pas les plus à jour, il en coûterait tout au plus 8 millions de dollars pour équiper tous les véhicules d'urgence et terminer le travail commencé par plusieurs services dans l'ensemble du pays. Quand je regarde le budget du gouvernement fédéral, je constate que ce n'est pas une dépense astronomique.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Yes, exactly.
I would not say that the RCMP has not started the process. According to my data, some divisions in some areas, in British Columbia, for example, have already begun to equip their vehicles with defibrillators. The same goes for the Sûreté du Québec. I can also tell you that a number of municipal forces have begun the process.
I assume that, if everyone had not begun the process in 2018, it must have been for budgetary reasons. Today, I do not see why all emergency vehicles have not been equipped with defibrillators. This shows how important it is for your committee to conduct a little more exhaustive study of the situation, to do the necessary assessments, and then to submit its recommendations.
I must emphasize one thing in regard to this motion. I have separated it into two distinct stages, because I really wanted it to be passed. I feel that jurisdictions have to be respected, but, once the analysis is done, nothing is preventing the government from coming to an agreement with the provinces, the territories, the First Nations and the municipalities to determine the best way to provide the necessary financial resources, if that is the obstacle in the way of the project.
Oui, tout à fait.
Je ne dirais pas que la GRC n'a pas commencé le processus. Selon mes données, certaines divisions dans certains secteurs, par exemple en Colombie-Britannique, ont déjà commencé à équiper leurs véhicules de défibrillateurs. C'est la même chose du côté de la Sûreté du Québec. Je peux vous dire aussi que plusieurs corps municipaux ont commencé l'exercice.
J'imagine que, en 2018, si tout le monde n'a pas enclenché le processus, ce doit être pour des questions budgétaires. Je ne vois pas ce qui fait que, aujourd'hui, on n'a pas équipé l'ensemble des véhicules d'urgence de défibrillateurs. Cela démontre à quel point il est important que votre comité fasse une analyse un peu plus exhaustive de la situation, qu'il procède aux évaluations nécessaires et qu'il soumette ensuite ses recommandations.
Je tiens à souligner une chose à propos de cette motion. Je l'ai séparée en deux étapes distinctes, parce que je voulais vraiment qu'elle soit adoptée. Je pense qu'il faut respecter les compétences, mais rien n'empêche le gouvernement, une fois l'analyse faite, de s'entendre avec les provinces, les territoires, les Premières Nations ou les municipalités pour déterminer quel est le meilleur moyen d'offrir les ressources financières nécessaires, si c'est ce qui bloque le projet.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Yes. I even go further. I must point out that my motion is not simply about the police, but about all emergency vehicles. I feel that firefighters should be included. It might even be worthwhile to look at volunteer emergency vehicles. We know that some communities have an emergency system that relies on volunteers. If we do this exercise, we could increase manyfold the number of people who could provide first aid when unfortunate incidents occur.
Oui. Je vais même plus loin. Je tiens à dire que ma motion ne vise pas seulement les policiers, mais bien tous les véhicules d'urgence. Je pense que les pompiers devraient être inclus là-dedans. À la limite, il serait question de faire l'analyse des véhicules d'urgence de bénévoles. On sait que des communautés sont dotées d'un système d'urgence qui s'appuie sur des bénévoles. Si l'on fait l'exercice, on pourrait multiplier le nombre d'intervenants qui pourraient prodiguer les premiers soins en cas d'événements malheureux.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Exactly.
Basically, it would not be right for me to make a motion that involves all other jurisdictions. So, for this motion, I focused on the RCMP. I have to tell you that Ralph Goodale, the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, introduced a similar project in 2013. I used it as a model, but I did not want to limit myself to the RCMP.
I come from Quebec, as you know. In Quebec, we do not have RCMP officers, but we have other police forces. In my view, the exercise must be done for all Canadians. We represent all Canadians, in all parts of the country. It would not be right for me to have introduced a motion asking the committee to do work and come up with recommendations that left part of Canada's population unassisted.
I defer to you to recommend the best way for the government to go about starting the procedure as quickly as possible. I hope that it can be done in the next budget year.
Tout à fait.
À la base, je ne pouvais pas me permettre de faire une motion qui tenait compte de toutes les autres compétences. Je me suis donc concentré sur la GRC pour cette motion. Je tiens à dire que le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, M. Ralph Goodale, avait présenté un projet similaire en 2013. Je m'y suis collé, mais je ne voulais pas me limiter à la GRC.
Je viens du Québec, comme vous le savez. Au Québec, nous n'avons pas de policiers de la GRC, mais il y a d'autres corps policiers. À mes yeux, l'exercice doit être fait pour tous les citoyens. Nous représentons l'ensemble des citoyens canadiens sur la totalité du territoire. Je me voyais mal déposer une motion qui aurait demandé au Comité d'effectuer un travail menant à des recommandations du gouvernement canadien qui n'auraient pas profité à une partie de la population du Canada.
Je m'en remets à vous pour recommander la meilleure façon de s'y prendre pour que le gouvernement puisse enclencher cette procédure le plus rapidement possible. J'espère que cela pourra se faire dans le prochain exercice budgétaire.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
I’m sure they have all taken first aid courses. Today, everyone in the police force must have basic training.
Some people may have fears. In fact, I had some myself when defibrillators were installed in our municipality. Some people are afraid to use the device, even if they are told that they just have to follow the instructions. It can be a disturbing situation for many people when something like that happens.
Having said that, I think basic training is given to police officers.
Je suis certain que ces gens ont tous suivi des cours de premiers soins. Aujourd'hui, tout le monde au sein de la police doit avoir suivi une formation de base.
Certaines personnes peuvent avoir des craintes. D'ailleurs, j'en ai moi-même eu quand des défibrillateurs ont été installés dans notre municipalité. Certaines personnes craignent d'utiliser l'appareil, même si on leur dit qu'ils n'ont qu'à suivre les instructions. Ce peut être une situation dérangeante pour bien des gens lorsqu'un tel événement se produit.
Cela dit, je pense qu'une formation de base est offerte aux policiers.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
That’s a very good question. I think we should probably look into that.
I don't have a lot of experience in the area, but from what I've read on the subject, the defibrillator will not work if it is not a cardiac arrest. In other words, the defibrillator will not be activated if it is not a cardiac arrest.
I don't believe the stories we have heard in the past about people giving heart massages and, for various reasons, breaking the person's ribs or causing other damage.
That being said, I am not an expert on justice and I do not want to get into that too much. However, I believe that, in an emergency situation, we have an obligation to provide first aid as best we can. I repeat that, according to everything I have read about cardiac defibrillators, the machine does not work if there is no cardiac arrest.
La question est tout à fait pertinente. Je crois que l'on devrait probablement vérifier cet aspect.
Je n'ai pas une grande expérience en la matière, mais, selon ce que j'ai lu sur le sujet, le défibrillateur ne fonctionnera pas s'il ne s'agit pas d'un arrêt cardiaque. Autrement dit, le défibrillateur ne sera pas mis en action s'il ne s'agit pas d'un arrêt cardiaque.
Je ne crois pas aux histoires que nous avons entendues dans le passé à propos de gens qui auraient fait des massages cardiaques et qui, pour différentes raisons, auraient brisé les côtes de la personne ou créé d'autres dommages.
Cela étant dit, je ne suis pas un expert en matière de justice et je ne veux pas trop m'avancer à ce sujet. Toutefois, je crois qu'en situation d'urgence, on a l'obligation de prodiguer les premiers soins le mieux possible. Je répète que, selon tout ce que j'ai lu sur les défibrillateurs cardiaques, la machine ne fonctionne pas s'il n'y a pas d'arrêt cardiaque.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
I'll be very honest with you: the forecast is that it would cost about $8 million to finalize the project to equip all emergency vehicles with defibrillators. So it's less than $1 million per province, if you do a quick calculation. That's an approximate figure. My training as a math teacher helps me get that figure fairly quickly.
Compared to other issues where the federal government has negotiated with all the provinces, I think it is a tiny amount. All it takes for this project to apply to the entire country and to all organizations is some political will.
Now that I am a federal member, I am trying to push the issue further. I did the exercise while I was at the municipal level: I asked myself what role I could play as mayor of the municipality. I have shown leadership. I could not impose this measure on companies or the Sûreté du Québec. I could only influence the firefighters and the volunteer safety organization in my municipality. I think it's largely a leadership issue. As I said before, I do not think money is blocking the project.
Now that I am a federal legislator like all of you here, my wish quite simply is that all Canadians across the country have the same chances of survival.
I expect that, as a result of your study, your committee will have gathered all the research, will have more tools than I had to do the first part of the work and will be able to make recommendations. I guess that is the sort of thing that could be relatively easy to impose in a budget. That being said, as you all know, my motion could not include items with a budgetary cost, since I am not a member of the government. However, I think it is something that could very well be done.
Je vais être très honnête avec vous: selon les prévisions, il en coûterait environ 8 millions de dollars pour finaliser le projet qui consiste à équiper de défibrillateurs l'ensemble des véhicules d'urgence. Il s'agit donc de moins de 1 million de dollars par province, si l'on fait un calcul rapide. C'est un chiffre approximatif. Ma formation de professeur de mathématiques me permet d'en arriver à cela assez rapidement.
Comparativement à d'autres enjeux pour lesquels le gouvernement fédéral a négocié avec l'ensemble des provinces, c'est un montant minime, selon moi. Tout ce qu'il faut pour que ce projet s'applique à l'ensemble du territoire et des organisations, c'est un peu de volonté politique.
Maintenant que je siège au fédéral, j'essaie de pousser le dossier plus loin. J'ai fait l'exercice alors que j'étais au palier municipal: je me suis demandé quel rôle je pouvais jouer, comme maire de la municipalité. J'ai fait preuve de leadership. Je ne pouvais pas imposer cette mesure aux entreprises ni à la Sûreté du Québec. Je pouvais seulement avoir une influence sur les pompiers et sur l'organisme de sécurité bénévole de la municipalité. Je crois que c'est en grande partie une question de leadership. Comme je l'ai déjà dit, je ne crois pas que ce soit l'argent qui bloque ce projet.
Maintenant que j'agis comme législateur fédéral au même titre que vous tous ici, mon souhait est que tous les citoyens sur le territoire aient les mêmes chances de survie, tout simplement.
Je m'attends à ce que, à la suite de votre étude, votre comité se soit bien documenté, qu'il ait plus d'outils que je n'en avais pour faire la première partie du travail et qu'il puisse faire des recommandations. J'imagine que c'est le genre de chose qui pourrait être relativement facile à imposer dans le cadre d'un budget. Cela étant dit, comme vous le savez tous, ma motion ne pouvait pas inclure d'éléments comportant un coût budgétaire, puisque je ne fais pas partie du gouvernement. Toutefois, je crois que c'est quelque chose qui pourrait très bien se faire.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
Absolutely. The Standing Committee on Public Safety and National Security could make other recommendations, but I would not want those recommendations to interfere with this project.
My brother is a firefighter with the City of Montreal, so I sort of know how it works. The City of Montreal firefighters are first responders. Their stations are much more dispersed across their territory. Often, they arrive first at the scene, until other people arrive who will be able to provide the services that the situation requires.
My only goal is to increase the number of people with defibrillators who can get to the scene quickly, be they police officers, firefighters or paramedics. They could also be volunteer responders or professional volunteers, as I like to call them. These people have basic training and want to give their time. If there was no defibrillator in a nearby building, at least the first responders on the scene would have one in their vehicle and could use it.
That is the main purpose of my motion. That said, I would never be against adding more resources to security services.
Tout à fait. Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale pourrait faire d'autres recommandations, mais je ne voudrais pas que celles-ci nuisent à la réalisation de ce projet.
Mon frère est pompier à la Ville de Montréal, alors je sais un peu comment cela fonctionne. Les pompiers de la Ville de Montréal sont des premiers répondants. Ils ont des casernes beaucoup plus dispersées sur l'ensemble du territoire. Souvent, ce sont eux qui arrivent les premiers lors d'un événement, le temps qu'arrivent d'autres personnes qui pourront donner les services que la situation exige.
Mon seul objectif est qu'on multiplie le nombre de personnes ayant un défibrillateur qui peuvent se rendre rapidement sur les lieux de l'événement, que ce soit des policiers, des pompiers ou des ambulanciers paramédicaux. Ce pourrait aussi être des intervenants bénévoles ou des bénévoles professionnels, comme j'aime les appeler. Il s'agit de personnes qui ont une formation de base et qui veulent donner de leur temps. S'il n'y avait pas de défibrillateur dans un édifice à proximité, au moins les intervenants qui seraient les premiers arrivés sur les lieux en auraient un dans leur véhicule et pourraient s'en servir.
C'est là le principal objectif de ma motion. Cela dit, je ne serai jamais contre la multiplication des ressources destinées aux services de sécurité.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
I think all professionals will ask for basic training.
As for the maintenance of those devices, we will have to rely on their technical features. I think you have to test them after a while, but I can't answer that with certainty. I am convinced that the companies that sell those devices provide details on the technical things to do to ensure that they work properly.
Je pense que tous les professionnels vont demander à suivre une formation de base.
Quant à l'entretien de ces appareils, il faudrait se fier aux caractéristiques techniques. Je pense qu'après un certain temps, il faut faire des tests, mais je ne peux pas vous répondre avec certitude à ce sujet. Je suis convaincu que les compagnies qui vendent ces appareils donnent des précisions sur les éléments techniques à respecter pour s'assurer de leur bon fonctionnement.
Results: 1 - 15 of 577 | Page: 1 of 39

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data