Interventions in the House of Commons
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to participate in this debate, following two of my colleagues who I thought gave excellent speeches, and to talk about the issue of gender-based analysis, to talk about issues of gender in our politics. In my remarks today, I am going to talk about them in a number of different areas.
What I want to say right off the top is one of the things that troubles me a bit is this presumption about women's issues and men's issues. In my constituency the issues that women write to me about are often the same issues that men write to me about. It is not the kinds of stereotypical issues. A lot of people in my riding and across Alberta are very concerned about the state of the economy and are very concerned about what is happening in the energy sector. I get a lot of correspondence, yes, from women who are concerned about the energy sector. They are concerned about the fact that they may be losing jobs in the energy sector, that members of their family, male or female, may be losing jobs in the energy sector, and the lack of response from the government to those issues.
We know there are certain kinds of occupations where women are overrepresented. There are certain kinds of occupations where men are overrepresented. We see that on both sides of the ledger. At the same time, we also see that the interest in the broad spectrum of issues, in this particular example, energy and the economy, is really part of what I hear, and I think what other members of Parliament hear, from women as well as from men. We need to think about that in the context of the full spectrum of issues.
A lot of women contact my office about issues around national security, support for the military, and our response to terrorism. These are issues that deal with Canadian security, the security of Canadian society. Sometimes people are motivated in terms of support for the military by the fact that members of their family, or sometimes themselves, are in the military. Sometimes it is a broader concern with policy issues.
We cannot really be too narrow about talking about women's issues versus men's issues. I think that is some of what this committee report actually speaks to in terms of saying we need to look at the impact of a range of different policy areas, the particular impact of them on women, and we need to be listening to the perspectives that women as well as men bring across the spectrum of issues.
We also need to recognize that sometimes there is a failure to recognize this in certain quarters. We need to recognize that women have the full range of possible opinions on different issues as well, even on contentious social questions, such as abortion or anything else. Women have different perspectives on these issues. They do not all have the same opinion on these kinds of questions. Sometimes the discourse does not reflect that reality, that there is intellectual diversity among women just as there is intellectual diversity among men.
We could say that about women, that women are interested in the full range of issues. The same, by the way, is true of men. Men are also very concerned about child care, about support for families, about safe communities. That should be obvious to all members, but sometimes it is not reflected in the way we talk about things. There has been a lot of discussion recently about how we make the House of Commons more family friendly. Sometimes those issues are discussed as if they were only of concern to women, but they are of course a concern for men as well. How people integrate work with family life is something that men and women both have to pay attention to.
I think that is some important context as we proceed with these discussions.
I do want to pick up on some of the themes in terms of specific issues that have been raised by colleagues throughout this debate. There are, in particular, three key policy areas that we can discuss with respect to the particular impact on women and reflect a discussion that has happened at the status of women committee and that is happening in Canadian society more broadly.
Obviously, when we talk about women's issues, one of the first things that people bring up is the question of child care, as it has come to be called, the way in which people who have children either look after those children themselves or engage somebody else in their life to look after those children at certain times of the day.
Oftentimes when we talk about child care, our friends on the left, in the government and in the NDP, want to paper over some of these distinctions between the way in which people look for child care options. The only solution they want to talk about is government-funded and often government-administered child care programs. The parliamentary secretary who spoke recently was very proud of the amount of money that the government proposed to put into state-run day care programs.
We in the Conservative Party took a very different approach. It was actually a very popular approach. Some of the polling results I saw showed that it was the most popular policy we had implemented, and we implemented a lot of popular policies, but this one was the most popular. We said we were not going to decide how parents should raise their children. We were not going to say that there was a one-size-fits-all approach with respect to child care. We said we would give more support directly to parents so they could decide how they wanted to use their own money. Families in my constituency told me they liked our emphasis on choice and flexibility, that they wanted to be able to use their own money to raise their children in the way they saw fit.
There is a whole spectrum of models with respect to how people raise their children. In some families, one parent stays at home. In some families, both parents may stay at home but at different times with some sharing of the responsibilities. Some families may have someone come into their home to look after a child. It might be a family member, a neighbour, or someone they hire to do that work. Some families use external child care services, and that too may take different forms. It may be a private home or it may be a centralized child care centre in the form that the government wants to support exclusively.
Another proposal that the Conservatives as a government explored was that we could help employers facilitate the creation of infrastructure for child care within their workplace. Parents could bring their children with them to work and have them looked after on sight or close by so they could easily access their children on breaks and at other times, particularly if there was a pressing urgent need. Parents would have that flexibility but it would be in the context of their place of work.
I could go on listing different kinds of child care arrangements.
We see more and more that people are combining arrangements. One parent might work full time or a bit less while another member of the family works part time. They adjust their hours so that there is always one parent with the children. Their children might be in a particular program a couple of days a week and the parents would adjust their time accordingly. This is the kind of normal flexibility we often see in families today.
The previous Conservative government took the approach that it was not up to the state to make a value judgment about what was the better way children should be raised. We applaud parents who make any choice that they believe to be in the best interests of their children. We applaud their good intentions in doing so. We believe they, and not the state, are best positioned to make decisions with respect to child care.
The approach that we emphasized was flexibility. The Liberal government lauds its approach, which is completely different. One might say it is less feminist. It seeks to take more money from people in the form of taxes and thus limit their choices. Putting money into one specific option may work for some families in some situations in some places but likely will not work for other families in other situations or other places.
There is more we could do to support families through different kinds of flexible arrangements. We could do more with respect to maternity and parental leave. We could increase the flexibility of that. There was a time when people had to work at a place outside of their home, for example, in an office or a plant or whatever. There was a time when there was no working from home. People either went to work outside their home or they stayed at home.
Nowadays that reality is very different. There are a lot more people working from home, perhaps with flexible hours. A lot more people, because of the Internet, can be involved in direct sales. Many new parents in my social network do not want to be stuck in that binary between going to work or staying at home. They may want to develop some combination thereof. Parents might think about starting a business that they can manage from home, such as working in direct sales or some other avenue that allows them to do that work while also being at home with their children. That is a flexibility that is facilitated by technology.
As legislators we need to recognize that reality on the ground in terms of what people want to do and we need to see what we can do to be supportive of that reality. That means trying to make the programs for maternity and parental leave more flexible and reasonably financially advantageous so someone can say, “I want to stay at home with my new child for a certain period of time, but I also want to take a couple of files home from work.” People may want to maintain a more flexible relationship with their employer while taking a longer period of time at home, perhaps to facilitate an easier transition back to work, but also to maintain some degree of engagement outside of the home environment.
That is a choice that many people might want to make, but not everyone would want that. Others might prefer to make the choice of staying at work or being at home full time. Recognizing that more and more it is possible for people to combine being at home and working, we need to also recognize that the way in which we provide maternity and parental leave has not actually kept up with that. I know there was a pilot project in place which provided some of that support, but we need to make those types of programs permanent. We need to increase the ability of people to keep doing some work on the side while on parental leave.
I will just share on anecdote on that. This is a pretty clear case of someone I know whose child was being watched by a friend during the day. That person was being paid, but then that person had another child and could not continue to provide that child care service to someone else. Theoretically they could, but it was not financially advantageous for them to do so because as soon as the person providing the child care had another child, they could claim certain benefits, but they could not claim those benefits if they were earning unemployment income. It did not make any sense that one family lost child care and the other family lost an opportunity to earn some income because of the perverse incentives in the benefits structure. These are things we need to look at and explore in terms of enhancing flexibility of child care.
That is a very different mentality that we bring to the discussion than the government and the NDP do, because they see child care as a one-size-fits-all approach, that we need to fund these kinds of centres that are often government administered. From my perspective, that is quite at odds with what families are looking for. Some families are looking for that option, but other families are looking for different options. We need to have flexibility.
The government also took away choice from families by doing away with income splitting for young families. It left income splitting in place for seniors, but not for young families. Income splitting recognizes the reality that different families make different kinds of choices, but it ensures that all families with the same family income pay the same amount of tax. Under the new system the Liberals have brought in, there can be different families who, because of their child care choices and the kinds of work and family balance they choose to have, might have to pay a higher rate of tax than a different family who makes a different set of choices but has the same income. As I said, state institutions should be neutral with respect to these kinds of choices and should give families the greatest possible flexibility.
Having spoken about these issues around child care, I would like to now proceed to talk a bit about changes with respect to criminal justice. I had the opportunity of sitting at a number of meetings of the status of women committee in its study of violence against women. Before being elected, I was on the board of an organization in my constituency that provided counselling services as well as public education in an effort to combat bullying, more generally, but in particular, violence against women and sexual violence.
There are a number of worthwhile initiatives members in this House have championed that I think we need to work to move forward on. One of them, from our leader, is on providing better education to judges in terms of sexual violence, but there is more we need to do as well. My colleague from Peace River—Westlock put forward a motion to have the health committee study the impact of violent sexual images and how they might contribute to people having attitudes that then lead them to be perpetrators of violence against women. My colleague was quite right to raise this issue, and I look forward to the results of that health committee study. This is something we heard at the status of women committee as well from some of the witnesses who were also concerned about the relationship between people viewing certain kinds of violent images and perhaps acting those out. These issues have been taken up by different members of the House and need further discussion and further action.
We also, though, need to look at ways of addressing the reality of how many crimes related to sexual assault go unreported and how rarely those that are reported actually lead to convictions. We need to look at why this is the case. We need to explore reforms to our criminal justice system that will encourage people who are victims to come forward and increase the likelihood that if they have something terrible happen to them, and they have the willingness to go forward and make that accusation, it will actually lead to a conviction. We need to explore reforms to our system that will increase the likelihood of that, and of course, always, in all cases of crime, but in particular here, we need to champion the rights of victims, the protection victims have, and the ability of victims to have a meaningful role in the criminal justice process.
I want to touch finally on the issue of international affairs, because a commitment to women's rights as objectively reflecting something about who we are as human beings should not be limited to just our borders. It should be a commitment that extends to the actions within our control as a country all over the world. This means speaking out clearly about human rights. This means encouraging all of our ambassadors and other public servants to speak out clearly about human rights issues. That can mean some challenging situations, because it can require us to actually confront our allies on issues of gender-based violence and women's rights that may be an issue in their countries. It means confronting countries with whom we do not have good relationships but also confronting our friends, because that is what friends do in international politics, as well as in any other situation. They challenge each another to do better when it comes to issues of human rights.
We need to have a government that is going to speak clearly internationally on these issues, that is going to be confronting these abuses, and that recognizes, in the case of terrible abuses, like those perpetrated by Daesh, the need to defeat Daesh and ensure that its approach to women's rights, as well as to human rights more broadly, is one we confront effectively and with the full measure of force.
In the previous government, these were issues we raised. Sometimes they were not issues our allies wanted us to raise, but we raised them anyway. On issues of criminal justice reform and international affairs as well as on child care, I am proud of the approach we took, and I think these are issues that require further discussion.
I will just say briefly that it is unfortunate that mostly what we hear from the government is an emphasis on the cabinet it appointed. Regardless of that decision, what I hear on the ground is not that we need more of this or less of this in cabinet. What I hear from people on the ground is a concern about policy outcomes that affect their lives. My colleagues have done a good job of pointing out the smoke-and-mirrors show associated with the supposedly gender-based cabinet, where some of the female ministers cannot even bring memorandums to cabinet. They were initially paid less and are at a lower rank in terms of the way the cabinet system works. There is a dissonance in terms of the words and the reality.
More fundamentally, what women and men I talk to are concerned about are actual policy outcomes. They are concerned about choice and flexibility when it comes to the arrangements parents use with their children, about criminal justice reform, and about a strong commitment to international human rights.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au présent débat à la suite des discours de deux de mes collègues, discours que j'ai trouvé excellents. Je suis heureux de pouvoir parler de la question de l'analyse comparative entre les sexes et du traitement des femmes et des hommes dans notre univers politique. Dans mon intervention d'aujourd'hui, je vais aborder ces questions relativement à divers domaines.
Je voudrais dire en commençant que l'idée qu'il existe des problèmes de femmes et des problèmes d'hommes me dérange un peu. Les femmes de ma circonscription qui m'écrivent me parlent souvent des mêmes problèmes que les hommes. Ce ne sont pas des problèmes qui correspondent aux stéréotypes. Dans ma circonscription et dans le reste de l'Alberta, les gens sont nombreux à être très inquiets de l'état de l'économie et de ce qui se passe dans le secteur de l'énergie. Je reçois effectivement beaucoup de correspondance de la part de femmes qui se préoccupent du secteur de l'énergie. Elles ont peur de perdre leur emploi dans le secteur de l'énergie ou de voir d'autres membres de leur famille, hommes ou femmes, perdre leur emploi dans ce secteur. Elles déplorent l'immobilisme du gouvernement à ce sujet.
Nous savons qu'il existe certaines professions où les femmes sont surreprésentées. Dans certaines autres professions, les hommes sont surreprésentés. Nous voyons cette situation des deux côtés. En même temps, nous voyons aussi l'intérêt exprimé envers un large éventail de questions. Dans ce cas particulier, il s'agit de l'énergie et de l'économie. Voilà ce dont j'entends parler. Je crois que c'est ce dont les autres députés entendent aussi parler, tant de la part des femmes que de celle des hommes. Nous devons en tenir compte dans le contexte de toutes les questions dont nous sommes saisis.
Bon nombre de femmes communiquent avec mon bureau au sujet de la sécurité nationale, de l'appui aux militaires et de notre réaction au terrorisme. Ce sont des questions qui traitent de la sécurité des Canadiens, c'est-à-dire de la sécurité de la société canadienne. Parfois, les gens souhaitent appuyer les militaires parce qu'un membre de leur famille est militaire et parfois, parce qu'ils le sont eux-mêmes. Il arrive aussi qu'il s'agisse d'une préoccupation plus générale sur le plan des politiques.
Mieux vaut ne pas adopter une vision trop étroite en parlant des questions féminines par rapport aux questions masculines. Je crois que le rapport du comité affirme que nous devrions examiner les répercussions de différents domaines, sur les femmes en particulier, et que nous devrions tenir compte du point de vue que les femmes et les hommes apportent à l'ensemble des questions.
Nous devons également reconnaître que ce fait est parfois mis de côté dans certains dossiers. Il faut admettre que les femmes présentent une grande diversité d'opinions sur différents enjeux, même sur les questions sociales controversées, comme l'avortement par exemple. Les femmes ont des points de vue différents: ceux-ci ne doivent pas être réduits à une seule possibilité pour ce genre de questions. Il arrive que le discours ne reflète pas cette réalité. La diversité intellectuelle est aussi présente chez les femmes que chez les hommes.
Ce que nous pouvons dire sur les femmes, c'est qu'elles s'intéressent à tous les dossiers. En fait, c'est la même chose pour les hommes. Les hommes aussi se préoccupent grandement des services de garde, de l'appui aux familles et des milieux de vie sécuritaires. Ce fait devrait être une évidence pour tous les députés, mais ce n'est pas toujours clair dans notre façon de nous exprimer. Nous avons beaucoup discuté dernièrement des moyens de faciliter la conciliation travail-famille à la Chambre des communes. On parle parfois de ce type de sujets comme s'ils ne concernaient que les femmes, mais les hommes sont évidemment touchés. La façon de concilier le travail et la famille est un défi qui se pose aux hommes et aux femmes.
Il est important de ne pas oublier ces faits pendant le débat.
Je tiens toutefois à revenir sur certains des thèmes abordés par quelques-uns de mes collègues depuis le début du débat. Il existe trois grands enjeux ayant une incidence toute particulière sur les femmes qui ont fait l'objet de discussions au comité de la condition féminine et qui reflètent bien ce qui se passe dans la société canadienne en général.
Quand il est question de la condition féminine, les gens pensent presque aussitôt à la garde des enfants, c'est-à-dire à la manière dont les Canadiens qui ont des enfants en prennent soin eux-mêmes ou engagent une tierce personne pour s'en occuper pendant certaines période de la journée.
Bien souvent, quand il est question de la garde des enfants, mes collègues de la gauche, qu'ils soient libéraux ou néo-démocrates, cherchent à gommer certaines distinctions pourtant bien réelles entre les différentes options qui s'offrent aux parents. À les entendre, une seule solution mérite d'être discutée, et c'est celle des programmes de garderies financés et souvent administrés par l'État. Le secrétaire parlementaire qui a pris la parole peu de temps avant moi est d'ailleurs très fier de l'argent que le gouvernement envisage de consacrer à ces programmes gouvernementaux.
De notre côté, au Parti conservateur, nous voyons les choses d'un tout autre oeil. Notre approche a d'ailleurs été extrêmement bien reçue. Selon les résultats de certains sondages que j'ai consultés, il s'agissait même de la plus populaire des politiques mises en oeuvre par les conservateurs. Dieu sait que nous comptons beaucoup de politiques populaires à notre actif, mais il semblerait que celle-ci était la plus populaires de toutes. Notre position était simple: ce n'est pas à nous de décider comment les parents doivent élever leurs enfants. Nous avons résisté à la tentation d'imposer une solution universelle. Nous avons plutôt choisi de soutenir directement les parents afin qu'ils puissent décider eux-mêmes où leur argent serait le mieux dépensé. Selon ce que m'ont dit les familles de ma circonscription, elles étaient contentes qu'on leur laisse le choix, car elles voulaient pouvoir utiliser leur argent de la manière qui leur semblait la plus appropriée en ce qui concerne la garde d'enfants.
Il y a bien des façons pour les familles d'élever leurs enfants. Dans certains cas, un parent reste à la maison. Dans d'autres, les deux parents restent à la maison en alternance et se partagent les responsabilités familiales. D'autres familles décident de faire venir quelqu'un à la maison pour prendre soin d'un enfant, que ce soit un membre de la famille, un voisin ou une personne embauchée à cette fin. Certaines familles ont recours à des services de garde externes, et même cette option se décline de différentes façons. Il peut s'agir d'un service de garde dans une maison privée ou d'une garderie dans un réseau centralisé qui répond aux critères exigés par le gouvernement.
Le gouvernement conservateur a également exploré la possibilité d'aider les employeurs à aménager des infrastructures pour la garde d'enfants en milieu de travail. Les parents pourraient ainsi amener leurs enfants au travail, où on s'occuperait d'eux à portée de vue ou à proximité du lieu de travail, afin que les parents puissent facilement retourner auprès de leurs enfants, que ce soit pendant les pauses ou dans d'autres circonstances, notamment en cas d'urgence. Les parents bénéficieraient ainsi d'une certaine souplesse, mais dans le cadre de leur travail.
Je pourrais citer bien d'autres modèles pour la garde d'enfants.
On constate de plus en plus que les gens prennent diverses dispositions. Par exemple, un parent travaille à temps plein ou un peu moins alors qu'un autre membre de la famille travaille à temps partiel. Ils organisent leur horaire de travail de sorte qu'il y a toujours quelqu'un à la maison avec les enfants. Les enfants peuvent aussi participer à un programme particulier quelques jours par semaine, et les parents organisent leur horaire de travail en conséquence. C'est ce genre d'horaire souple que l'on voit souvent chez les familles aujourd'hui.
Le gouvernement conservateur avait adopté une approche selon laquelle il ne revenait pas à l'État de porter un jugement de valeur sur la meilleure façon d'élever les enfants. Nous félicitons les parents qui choisissent l'option qu'ils estiment être dans l'intérêt supérieur de leurs enfants. Nous les félicitons de leurs bonnes intentions. Nous croyons que ce sont eux et non l'État qui sont les mieux placés pour prendre des décisions relatives à la garde de leurs enfants.
L'approche que nous préconisions était axée sur la souplesse. Le gouvernement libéral se félicite quant à lui de l'approche qu'il a adoptée. Il s'agit d'une approche tout à fait différente. On pourrait dire qu'elle est moins féministe. Le gouvernement va chercher plus d'argent sous forme d'impôts dans les poches des gens et limite ainsi les choix qui s'offrent à eux. Financer une option particulière peut s'avérer une bonne solution pour certaines familles, dans certaines situations et à certains endroits, mais cela ne fonctionnera probablement pas pour d'autres familles, dans d'autres situations et à d'autres endroits.
Nous pouvons faire davantage pour aider les familles en mettant l'accent sur la souplesse. Nous pouvons faire davantage en ce qui concerne les congés de maternité et les congés parentaux. Nous pourrions offrir une plus grande souplesse. À une certaine époque, les gens devaient travailler à l'extérieur de la maison, par exemple dans un bureau ou dans une usine. À une certaine époque, il n'était pas possible de travailler à partir de son domicile. Soit que les gens travaillaient à l'extérieur de leur maison, soit qu'ils restaient à la maison.
De nos jours, la réalité est tout autre. Beaucoup plus de personnes se tournent vers le télétravail et ont sans doute un horaire plus souple. Grâce à Internet, beaucoup plus de gens ont la possibilité de travailler dans le domaine des ventes directes. De nombreux nouveaux parents dans mon entourage ne veulent pas être confrontés au choix difficile d'aller travailler ou de rester à la maison. Ils veulent trouver un juste équilibre entre les deux. Certains parents pourraient songer à démarrer une entreprise qu'ils peuvent gérer de la maison, comme une entreprise qui réalise des ventes directes ou toute autre solution qui leur permet de travailler tout en restant à la maison avec leurs enfants. Voilà le genre de souplesse que leur offre la technologie.
En tant que législateurs, nous devons reconnaître ce que veut la population et examiner quelles avenues nous pouvons emprunter pour répondre à ses désirs. Cela signifie que nous devons essayer de rendre plus souples et plus financièrement avantageux, dans la mesure du raisonnable, les programmes qui sont en place pour les congés de maternité et les congés parentaux. Les nouveaux parents devraient être en mesure de dire: « je veux rester à la maison avec mon nouveau-né pour quelque temps, mais je veux aussi apporter quelques dossiers du boulot à la maison. » Certaines personnes pourraient même vouloir s'absenter du bureau pour une plus longue période, tout en conservant avec leur employeur une relation plus souple qui leur permettrait de faciliter leur retour au travail et de maintenir un certain niveau d'engagement à l'extérieur de la maison.
Il s'agit là d'un choix que de nombreuses personnes pourraient vouloir faire, mais pas tout le monde. D'autres préféreraient peut-être travailler ou rester au foyer à temps plein. Il est de plus en plus possible de combiner les deux, mais nous devons reconnaître que les programmes actuels de congés parentaux et de congés de maternité ne sont pas adaptés à cette nouvelle réalité. Je sais qu'un projet pilote avait été mis en place pour aider les familles dans ce genre de situations, mais nous devons rendre ces programmes permanents. Nous devons faciliter la tâche des personnes qui veulent continuer à faire un peu de travail pendant leur congé parental.
Je vais raconter une anecdote à ce sujet. L'une de mes connaissances faisait garder son enfant par une amie pendant la journée. Elle la payait en échange de ce service, mais son amie a eu un enfant à son tour, et elle n'a pas pu continuer à garder l'enfant de quelqu'un d'autre. Théoriquement, elle aurait pu continuer à le faire, mais ce n'était pas avantageux sur le plan financier. En effet, dès qu'une personne a un enfant, elle peut réclamer certaines prestations, mais pas si elle touche un revenu. Il n'est pas logique qu'une famille ait perdu une gardienne d'enfants et qu'une autre ait perdu la chance de gagner un peu d'argent à cause des incitatifs pervers prévus dans la structure des prestations. Ce sont des lacunes que nous devrions songer à corriger si nous voulons offrir davantage de souplesse aux familles en ce qui concerne la garde de leurs enfants.
Notre mentalité à cet égard est très différente de celle du gouvernement et du NPD, qui croient que la garde d'enfants exige une approche universelle et que nous devons financer les garderies, qui sont souvent administrées par le gouvernement. À mon avis, ce n'est pas ce que toutes les familles souhaitent. Cette option convient à certaines familles, mais pas à d'autres. Nous devons assurer une certaine souplesse.
Le gouvernement a en outre privé de choix les familles en renonçant au fractionnement du revenu pour les jeunes familles. Il l’a laissé en place pour les aînés, mais pas pour les jeunes familles. Le fractionnement du revenu tient compte du fait que les choix divergent selon les familles, mais il fait en sorte qu’à revenu familial égal, on paie le même montant d’impôt. Aux termes du nouveau régime proposé par les libéraux, des familles, en raison des choix qu’elles font pour la garde des enfants, des emplois qu’elles occupent et de l’équilibre qu’elles souhaitent avoir pourraient être imposées à un taux plus élevé que d’autres qui font des choix différents tout en ayant les mêmes revenus. Comme je l’ai dit, les institutions étatiques devraient être neutres par rapport aux choix qui sont faits et donner aux familles le plus de marge de manoeuvre possible.
Voilà ce que j'avais à dire sur la garde des enfants. J’aimerais maintenant parler brièvement des changements concernant le système de justice pénale. J’ai eu l’occasion de participer à diverses réunions du comité de la condition féminine à l’occasion de son étude sur la violence faite aux femmes. Avant d’être élu, j’ai siégé dans ma circonscription au conseil d’administration d’une organisation offrant des services de counseling et de sensibilisation du public visant à lutter contre l’intimidation en général et contre la violence faite aux femmes et la violence sexuelle en particulier.
Différentes initiatives dignes d'intérêt ont été présentées par des députés à la Chambre et je crois qu'il serait souhaitable d'y donner suite. L'une de ces initiatives provient de notre chef et demande une meilleure formation des juges en matière d’agressions sexuelles, mais il ne faut pas s'arrêter là. Mon collègue de Peace River—Westlock a présenté une motion demandant que le comité de la santé étudie les effets des images à caractère sexuel violentes et leur contribution possible dans l'attitude adoptée par les gens coupables de violence contre des femmes. Mon collègue avait bien raison de s'interroger à ce sujet et je suis impatient de connaître les conclusions du comité de la santé. Il s'agit d'une question qui a été abordée par le comité de la condition féminine, où des témoins étaient également préoccupés par la relation possible entre le visionnement de certains types d'images violentes et le passage à l'acte des agresseurs. Des députés ont décidé de s'attaquer à ces questions et elles méritent de plus amples discussions et un suivi approprié.
Cependant, il faut également chercher des moyens pour réduire le nombre de crimes liés à des agressions sexuelles qui ne sont pas signalés et pour augmenter le nombre de crimes signalés qui mènent à une condamnation. Il faut comprendre ce qui a mené à la situation actuelle. Il faut trouver des façons de réformer le système de justice pénale afin d'encourager les femmes à dénoncer les crimes dont elles sont victimes et d'accroître la probabilité que, si un acte terrible a été commis à leur endroit et qu'elles veulent le dénoncer, leur démarche mènera à une condamnation. Nous devons examiner des façons de réformer le système pour accroître cette probabilité, évidemment pour tous les crimes, mais en particulier dans le cas des agressions sexuelles afin de protéger les victimes, de défendre leurs droits et de leur donner un rôle significatif dans le processus de justice pénale.
Je veux aborder la question des affaires internationales, car un engagement à défendre les droits des femmes, pour qu'il reflète objectivement qui nous sommes en tant qu'êtres humains, ne doit pas se limiter à nos frontières. Ce doit être un engagement que nous portons partout dans le monde autant que possible. Il faut défendre explicitement les droits de la personne. Il faut inviter tous les ambassadeurs et les fonctionnaires à dénoncer les violations des droits de la personne. Certes, il se peut que cela entraîne des situations difficiles, qui nous obligent à tenir tête à nos alliés en ce qui concerne la violence fondée sur le sexe et les droits des femmes dans leur pays. Il faut parfois dénoncer les mauvais choix de pays avec lesquels nous n'avons pas de bonnes relations tout comme ceux de pays alliés, car c'est ce que font les amis en politique internationale, et ailleurs aussi. Ils se poussent mutuellement à faire mieux en matière de droits de la personne.
Nous avons besoin d'un gouvernement qui va se prononcer clairement sur ces questions sur la scène internationale, qui va dénoncer les abus et qui va reconnaître, dans le cas d'atrocités, notamment celles commises par Daech, le besoin de vaincre Daech, et de s'assurer de lutter avec fermeté contre son déni des droits des femmes et des droits de la personne.
Nous avons soulevé des questions de ce genre lors de la législature précédente. Il y en a que nos alliés ne voulaient pas que nous soulevions, mais nous l'avons tout de même fait. En ce qui concerne la réforme de la justice pénale, les affaires internationales ainsi que la garde d'enfants, je suis fier de notre approche et je pense que nous devons discuter davantage de ces questions.
Bref, je dirai simplement que, hélas, le gouvernement parle surtout de la composition du Cabinet des ministres. Toutefois, les gens sur le terrain ne me parlent pas de la situation au sein du Cabinet. Ils me disent plutôt qu'ils sont préoccupés par les effets des politiques gouvernementales sur leur vie. Mes collègues ont souligné avec raison que le Cabinet soi-disant paritaire n'est que de la poudre aux yeux. Certaines ministres ne peuvent même pas présenter de mémoires au Cabinet. Au départ, elles touchaient une rémunération moins élevée que celle consentie à leurs collègues de sexe masculin et elles occupent un rang inférieur dans la hiérarchie du Cabinet. Il y a donc un décalage entre les paroles et la réalité.
Chose plus importante encore, les gens me disent qu'ils sont inquiets au sujet des résultats concrets des politiques du gouvernement. Ils s'intéressent aux choix et à la souplesse offerts aux parents pour s'occuper de leurs enfants, à la réforme du système de justice pénale et à la nécessité de prendre un engagement solide à l'égard des droits de la personne à l'échelle internationale.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2017-04-04 15:32 [p.10150]
I declare the amendment defeated.
The question is on the main motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
Some hon. members: No.
The Speaker: All those in favour of the motion will please say yea.
Some hon. members: Yea.
The Speaker: All those opposed will please say nay.
Some hon. members: Nay.
The Speaker: All those opposed will please say nay.
Some hon. members: Nay.
The Speaker: I declare the motion carried.
Je déclare l'amendement rejeté.
La question porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?
Des voix: D'accord.
Des voix: Non.
Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
Des voix: Oui.
Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
Des voix: Non.
Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
Des voix: Non.
Le Président: Je déclare la motion adoptée.
View Gordon Brown Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, on a point of order, it is clear that some members said no. I know there was a bit of noise in the House, but there were a number of members who did indicate that they wanted to oppose the motion.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Il est évident que certains députés ont dit non. Je sais qu'il y avait pas mal de bruit à la Chambre, mais quelques députés ont indiqué qu'ils souhaitent s'opposer à la motion.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2017-04-04 15:33 [p.10151]
In fact, I only heard a very faint no, and when I asked a second time, there were none. Some members are insisting they said no, so I am going to accept that. If there are more than five who rise, we will have a vote.
And five or more members having risen:
En fait, je n'ai entendu qu'un non très faible et, lorsque j'ai posé la question une deuxième fois, je n'ai obtenu aucune réponse négative. Certains députés soutiennent qu'ils ont dit non, et je reconnaîtrai donc ce fait. Si plus de cinq députés se lèvent, nous tiendrons un vote.
Et cinq députés ou plus s'étant levés:
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I move that the 11th report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs, presented to the House on Wednesday, June 15, 2016, be concurred in.
I am pleased to comment on the 11th report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs as a new member of Parliament and a member of the committee. One of the first things we worked on in committee was how to make this place more family friendly and how we could change the way we do business here. One of the things that is most important is that we remember we are in this place representing Canadians. Therefore, it is very important we make Parliament work better for Canadians and not necessarily ourselves.
Before I get going, I would like to mention that I am sharing my time with the member for Lanark—Frontenac—Kingston.
I will get into what is in the report and then I will comment on what is not in the report.
We had a number of witnesses. We held a number of meetings. For the most part, we agreed on a number of the proposed changes, but there were areas that we did not agree with. I will comment on that in a moment.
Predictability was one that we agreed on. Predictability on when votes can happen was one of the main issues we looked into. On how to make this more family friendly, we came to an agreement that the House leaders should work together and maybe schedule votes after question period or immediately after certain events that would bring us all to the House. If members have family, have children, they would be better able to work it within their schedule. If we are here anyway, we might as well have votes after question period. That actually sounds like a good idea and was something we all supported in the procedure and House affairs committee. House leaders on all sides have done a great job in trying to make that happen, to make it work better for those with families here. That was one thing we did agree on, and I supported it.
As far as efficiency is concerned, we talked about the work calendar, about how many weeks we sit and how many weeks we are back in the riding, and making sure we do not go longer than three sitting weeks in a row. We allow for that break week or constituency week, when we are back in our ridings. We could maybe see our families, work on behalf of our constituents, and do local meetings there. That was a very important one that we all supported, again, because it made sense and made sure we would all be more efficient in our duties. It also helps Canadians as well, so we were in agreement.
On modernization, we looked at ensuring that child care facilities were available for those with children, that there was better access and that hours were modified to allow those members with children to access those services. What we found out in the committee when we did our study was that a lot of the day care hours were basically office hours and did not allow for those with children to attend a vote in the evening or attend meetings or a reception.
I was happy to learn that the Parliament of Canada did create a position within House operations so that there is now child care service provided in those off-hours. That was a good thing, because in our jobs as parliamentarians we want to encourage as many Canadians as possible to run for these positions, to run for nomination and election. It is very important to have a very diverse group in this place as we represent Canadians.
We also talked about the Board of Internal Economy examining the House bus service. We noted that those who may have injuries or disabilities were not always able to make it up to Centre Block without the help of the bus service. We agreed that we would look at the bus service and how that service is being provided and that we would also ensure the timeliness of that service during certain events that have limited its access to Centre Block. As an example, when President Obama was in town and came before Parliament, the bus service was limited, and sometimes members were not able to access this place. Especially for those we are not able to get up by their own means to Parliament Hill, that is a very important piece to remember. We always have to be thinking a couple of steps ahead in ensuring that there is that access for all members of this place. That was unanimously agreed on.
We also talked about work-life balance, and here is where I will get into the most important part. It is not only about reuniting the family, allowing members to be with their family and looking at how we do what is called “travel points”. Those watching TV probably will not have too much knowledge in that field, but for us it is a system we use to get back and forth to our ridings and also to bring our families either to the riding or to Ottawa to better do our jobs. Of course when we see our family more often, that is the most basic principle. As father of a young child, I try to ensure that I see my child as much as possible among my duties either in Ottawa or back home.
One of the things that was not included in the report was the elimination of Friday sittings. When we examined the procedure and House affairs report, we questioned witnesses, brought in experts, and other members of Parliament. It was agreed that cancelling Friday sittings and extending the workday Monday to Thursday had negative effects as well. Because of that problem, it was determined by the committee that we continue the calendar as was, five days a week in Ottawa during sitting weeks. What we noticed when we did the family-friendly initiative was starting earlier and extending the hours later actually caused a number of problems and some negative unintended consequences. It was agreed by members, even those who had to travel to British Columbia and had pretty rigorous travel schedules, that the Friday sittings remain in place.
I will also take a quick snippet from my friend from Chilliwack—Hope when he spoke about the Standing Orders and talked about military families. They are not the ones asking for work-life balance. They are working hard defending our rights and freedoms across the world. They are not the ones asking for Fridays off. In our ridings we have truck drivers and business people who travel. They are not asking for Fridays off. They are not asking for a shortened workweek. They are not asking for less accountability. That is where it is so frustrating.
There is a historic precedence that when changes to the Standing Orders are made, that it is done by unanimous consent. This is where the government is going in the total opposite direction. The way the Liberals are ramming this through, using their majority to make life better for them while taking away from the opposition, is totally ridiculous.
We all were elected knowing what we were getting into. We all knew what the job entailed. There are ways to make this place family friendly. That is where the report clearly identifies a number of initiatives Parliament can take to help those with young families. However, as it said in the report, we all agreed, based on the evidence we listened to from the witnesses and experts, that getting rid of Fridays was not the right way to go about it. As I mentioned, the Liberals have decided that does not really matter, that they agreed at committee, but they will go through with this anyway because they have a majority. They will ram it down everyone's throats and we will have to live with this.
This is not how Canadians expect democracy to work. There is historical precedence that unanimous consent is agreed to. I know the committee is adjourned until Wednesday at 4 p.m. and we will see what comes of that, but I really hope the Liberals take a step back, realize what they are doing and come into a debate with the opposition. There are number of initiatives they have proposed that we are willing to discuss. We might not agree with them all, but we are willing to discuss them. Let us have this conversation that the government House leader says needs to happen. We are happy to have it and are ready to do that. However, we cannot take away the opposition's role in this Parliament.
Monsieur le Président, je propose que le 11e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, présenté à la Chambre le mercredi 15 juin, 2016, soit adopté.
À titre de nouveau député et de membre du Comité, c'est pour moi un plaisir d'intervenir au sujet du 11e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Au départ, le Comité s'est entre autres demandé comment rendre cette institution plus compatible avec la vie familiale et comment en modifier le mode de fonctionnement. Néanmoins, voici l'une des choses les plus importantes que nous devons nous rappeler: nous siégeons dans cette enceinte pour représenter les Canadiens. Par conséquent, il est très important de faire en sorte que le Parlement serve mieux les Canadiens et pas nécessairement les députés.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je signale que je partagerai mon temps de parole avec le député de Lanark—Frontenac—Kingston.
Dans un premier temps, je me pencherai sur le contenu du rapport, puis je ferai des observations sur ce qui n'y figure pas.
Le Comité a entendu de nombreux témoins et a tenu de nombreuses séances. Dans l'ensemble, les membres se sont entendus sur bon nombre des changements proposés, mais dans certains cas, les opinions différaient. Je reviendrai là-dessus dans un moment.
La prévisibilité est l'un des changements pour lequel nous étions d'accord. L'un des principaux problèmes que nous avons examinés est la prévisibilité des votes. En ce qui a trait à la manière de rendre les travaux plus propices à la vie de famille, nous avons convenu que les leaders parlementaires devraient travailler ensemble et, peut-être, planifier la tenue de votes après la période des questions ou immédiatement après certaines activités qui rassembleraient tous les députés à la Chambre. Si les députés ont des enfants, il leur serait plus facile de conjuguer leur vie familiale avec leur horaire. Si nous sommes ici de toute façon, aussi bien tenir des votes après la période des questions. Cette idée semble bonne, et tous les membres du comité de la procédure et des affaires l'ont appuyée. Les leaders parlementaires de tous les partis ont fait un excellent travail pour tenter d'y arriver afin d'améliorer le fonctionnement pour les députés qui ont une famille. Il s'agit d'un changement pour lequel nous étions d'accord, et je l'ai appuyé.
Pour ce qui est de l'efficacité, nous avons parlé du calendrier des travaux, du nombre de semaines de séance, du nombre de semaines passées dans la circonscription et du fait qu'il faille veiller à ne pas siéger plus de trois semaines d'affilée. Nous permettons la semaine de relâche ou la semaine de travail dans les circonscriptions, lorsque nous sommes de retour dans notre circonscription. Nous pourrions peut-être voir notre famille, travailler au nom de nos concitoyens et y tenir des assemblés locales. Il s'agissait d'un changement très important que nous avons tous appuyé, une fois de plus, parce qu'il était logique et qu'il veillait à accroître l'efficacité de tous les députés dans l'exercice de leurs fonctions. Il aide aussi les Canadiens, alors nous étions d'accord.
Pour ce qui est de la modernisation, nous avons étudié l'accessibilité des services de garderie et la modification de leurs heures d'ouverture en vue de mieux servir les députés qui ont des enfants. Le Comité a découvert que l'horaire des services de garderie correspondait aux heures normales de bureau et ne permettait pas aux députés ayant des enfants d'assister à une activité en soirée, qu'il s'agisse de la tenue d'un vote, d'une réunion ou d'une réception.
J'ai été heureux d'apprendre que le Parlement du Canada a créé un poste à la Chambre afin de fournir des services de garderie en dehors des heures normales de bureau. C'est une bonne chose, car dans le cadre de notre travail à titre de parlementaires, nous souhaitons encourager le plus de Canadiens possible à poser leur candidature à ce poste pour une élection. Pour bien représenter les Canadiens, il est très important que la Chambre soit composée d'un groupe des plus diversifié.
Nous avons aussi parlé de faire examiner le service de navette de la Chambre par le Bureau de régie interne. Nous avons noté que les personnes blessées ou handicapées ne pouvaient pas toujours se rendre à l'édifice du Centre sans l'aide du service de navette. Nous avons convenu d'examiner ce service ainsi que la façon dont il est offert et aussi d'en assurer la ponctualité pendant les événements limitant l'accès à l'édifice du Centre. Par exemple, lorsque le président Obama était de passage à Ottawa et s'est adressé au Parlement, le service de navette a été réduit, ce qui a parfois empêché certains députés de se rendre à la Chambre. Il est très important de s'en rappeler, particulièrement pour les personnes ne pouvant pas se rendre à la Colline du Parlement par leurs propres moyens. Nous devons toujours prévoir des façons de faire en sorte que la Chambre demeure accessible à tous les députés. Ces mesures ont été approuvées à l'unanimité.
Nous avons aussi parlé de la conciliation travail-vie personnelle, et c'est ici que j'aborderai l'aspect le plus important. Il ne s’agit pas seulement de réunir les familles en permettant aux députés d'être avec leur famille et en étudiant la façon de gérer ce que l'on appelle les « points de déplacement ». Cela ne dira pas grand-chose aux gens qui nous écoutent, mais il s'agit d'un système utilisé pour le déplacement des députés et de leur famille entre Ottawa et les circonscriptions afin de nous permettre de mieux nous acquitter de nos fonctions. Bien sûr, l'objectif premier est de permettre aux députés de voir leur famille plus souvent. En tant que père d'un jeune enfant, j'essaie de voir mon enfant le plus souvent possible, que je sois à Ottawa ou dans ma circonscription.
L'une des choses qui n'ont pas été incluses dans le rapport est l'élimination des séances du vendredi. Lorsque nous avons examiné le rapport du comité de la procédure et des affaires de la Chambre, nous avons interrogé des témoins, et consulté des spécialistes et d'autres députés. Il a été convenu que l'annulation des séances du vendredi et la prolongation des journées de travail du lundi au jeudi avaient également des effets négatifs. En raison de ce problème, le comité a déterminé que nous maintiendrions le calendrier tel qu'il est, c'est-à-dire cinq jours par semaine à Ottawa les semaines où la Chambre siège. Ce que nous avons remarqué en étudiant les conditions propices à la vie de famille, c'est que commencer la journée plus tôt et la terminer plus tard cause en fait de nombreux problèmes et a des conséquences indésirables. Les députés, même ceux de la Colombie-Britannique aux horaires de déplacement exigeants, ont convenu de conserver les séances du vendredi.
Je vais suivre l'exemple de mon collègue de Chilliwack—Hope qui, lorsqu'il a parlé du Règlement, a abordé le sujet des familles militaires. Ces personnes ne plaident pas la conciliation travail-famille. Elles travaillent dur pour défendre nos droits et nos libertés partout dans le monde. Elles ne réclament pas un congé le vendredi. Nos circonscriptions comptent des camionneurs et des gens d'affaire qui se déplacent. Ces personnes ne réclament pas un congé le vendredi. Elles ne demandent pas une semaine de travail réduite. Elles ne demandent pas qu'il y ait moins de comptes à rendre. C'est là que c'est frustrant.
Le précédent historique veut que, lorsque des modifications sont apportées au Règlement, elles le soient par consentement unanime. Or, le gouvernement s'apprête à faire le contraire. La façon dont les libéraux imposent ceci, utilisant leur majorité pour rendre leur vie meilleure au détriment de l'opposition, est totalement ridicule.
Au moment des élections, nous savions tous dans quoi nous nous embarquions. Nous comprenions tous ce que notre travail en tant que député entraînerait. Il y a des façons de rendre le Parlement propice à la vie familiale. Le rapport fait d'ailleurs état de bon nombre d'initiatives que peut adopter le Parlement pour aider ceux et celles qui ont de jeunes enfants. Toutefois, comme l'indique le rapport, à la lumière des témoignages des experts, nous nous sommes tous entendus pour dire que l'élimination des séances du vendredi n'était pas la meilleure solution. Comme je l'ai dit, les libéraux ont décidé que cela n'avait guère d'importance, même si le contraire avait été convenu au comité, et qu'ils adopteront cette proposition simplement parce qu'ils ont la majorité. Ils vont nous imposer cette mesure de force et nous devrons l'accepter.
Ce n'est pas le genre de démocratie à laquelle s'attendent les Canadiens. Le précédent historique veut que les modifications soient apportées par consentement unanime. Le comité est ajourné jusqu'à mercredi 16 heures et nous verrons alors ce qui arrivera. J'espère sincèrement que les libéraux prendront du recul, qu'ils réaliseront ce qu'ils font et qu'ils choisiront d'entamer un débat avec l'opposition. Nous sommes prêts à discuter d'un certain nombre d'initiatives qu'ils ont proposées. Nous ne souscrirons peut-être pas à toutes ces propositions, mais nous sommes disposés à en discuter. Qu'on nous permette d'avoir cette conversation qui, selon la leader du gouvernement à la Chambre des communes, est essentielle. Nous sommes disposés et prêts à établir ce dialogue. On ne peut toutefois pas ignorer le rôle que joue l'opposition au Parlement.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 15:26 [p.10064]
Mr. Speaker, it is important to recognize that we need to have this discussion. That is the reason the government House leader brought forward a discussion paper.
Let me pick up on one point the member referenced. He argues and articulates about Fridays. I can assure the member that I work seven days a week. I technically work on Sundays. Whether I work in Ottawa or in Winnipeg, both are of great value to me and the constituents I represent. If we could take the three hours of the half day we work on Friday and add them to Tuesdays and Thursdays, that would then allow me to attend many different events and functions in my riding of Winnipeg North.
It does not mean there are fewer hours. It would allow members of Parliament to work more in their constituencies. I would think all of us would welcome that, unless MPs are in fear of going to their constituencies. I would welcome the opportunity.
Would the member not, at the very least, acknowledge that it is important we have this discussion? For some members of Parliament, working seven days a week is very real. If we were allowed the opportunity to work a little longer on Tuesdays and Thursdays, I am in favour of that. It would give me more time with my constituents.
Monsieur le Président, il est important de reconnaître que nous devons avoir cette discussion. C'est la raison pour laquelle la leader du gouvernement à la Chambre des communes a présenté un document de travail.
J'aimerais revenir sur un point que le député a soulevé. Il s'obstine au sujet du vendredi. Je peux assurer au député que je travaille sept jours sur sept. Je travaille même le dimanche. Que je sois à Ottawa ou à Winnipeg, le travail que je fais est d'une grande valeur pour moi et pour les personnes que je représente. Si nous pouvions prendre les trois heures de travail du vendredi et les répartir sur le mardi et le jeudi, cela me permettrait d'assister à de nombreux événements et activités dans ma circonscription, Winnipeg-Nord.
Cela ne veut pas dire qu'il y aurait moins d'heures de travail. Les députés auraient tout simplement la possibilité de travailler davantage dans leurs circonscriptions respectives. Je pense que nous en serions tous ravis, à moins que certains députés aient peur d'aller dans leurs circonscriptions. Personnellement, j'accueillerais volontiers cette possibilité.
Le député, peut-il, au moins, reconnaître qu'il est important que nous ayons cette discussion? Certains députés travaillent vraiment sept jours sur sept. Je suis favorable à l'idée de travailler un peu plus longtemps le mardi et le jeudi. Je pourrais ainsi passer plus de temps auprès des électeurs de ma circonscription.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, we all go back to our ridings, for the most part, every weekend to attend events and engage with constituents. However, the point is, like I said in my speech, we want to have the conversation. Ramming it through without engagement from the opposition is not the way to do it. It is not in historic precedents that the government uses its majority to ram something through, changing the way this place works, so it better suits its members. Opposition parties are united upon this. We are not going to give up on this fight. We have said that we will have this conversation. We are happy to have this conversation.
The procedure and House affairs committee had an investigation, a report, and a discussion on how to make this place more family friendly. As I mentioned in my speech, it was agreed, whether we talk about staff, current members of Parliament, or people behind the scenes who worked to make the House operate, that eliminating Friday sittings would have a number of unintended consequences that the Liberals members want just because it would benefit them.
Monsieur le Président, la plupart des députés retournent toutes les fins de semaine dans leur circonscription pour assister à des événements et pour échanger avec les gens qu'ils représentent. Cependant, comme je l'ai indiqué dans mon discours, nous tenons à ce qu'il y ait un débat. On ne peut pas imposer ce changement sans en discuter avec l'opposition. Il n'y a aucun précédent dans l'histoire où le gouvernement se serait servi de sa majorité pour changer le fonctionnement des Communes parce que cela convient mieux à ses députés. Les partis de l'opposition sont unis à l'égard de cette question. Nous ne renoncerons pas à nous battre. Nous disions qu'il fallait qu'une discussion ait lieu. Nous sommes heureux d'y prendre part.
Le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a effectué une étude, produit un rapport et tenu une discussion sur les moyens à prendre pour que le travail aux Communes puisse être plus facilement concilié avec la vie familiale. Comme je l'ai indiqué dans mon discours, on constate qu'éliminer les séances du vendredi aurait diverses conséquences sur les députés, le personnel et les gens qui, en coulisses, font tourner la machine de la Chambre. Les députés libéraux ne se soucient pas de ces conséquences parce que le changement leur serait avantageux.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2017-04-03 15:29 [p.10064]
Mr. Speaker, the part of the debate that has been shocking to me is that the Liberals have elected a bunch of new members who have suddenly come up with the idea that we need to radically change Parliament.
I know the member was elected for the first time in 2015, so I have a few questions for him. Was he shocked to learn that the House of Commons, the Parliament of Canada, sat 25 or 26 weeks a year, that he would be required to travel to Ottawa to do that work, and that Parliament sat five days a week when in session? Also, was he forced to run?
Monsieur le Président, le présent débat me choque particulièrement lorsque je vois la bande de députés libéraux novices se mettre soudainement dans la tête de changer radicalement le Parlement.
Je sais que le député a été élu pour la première fois en 2015, alors j'ai quelques questions à lui poser. A-t-il été choqué d'apprendre que la Chambre des communes, le Parlement du Canada, siégeait 25 ou 26 semaines par année, que lui-même allait devoir se rendre à Ottawa pour faire ce travail et que le Parlement siégeait cinq jours par semaine, pendant les sessions? Le député a-t-il été obligé de se porter candidat aux élections?
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I would like to think we all knew what we were getting into when we ran for election. I would like to think that we all did some research, found out how many days we had to be in Ottawa, how many weeks, and what the job entailed before we made the decision on whether we would seek the nomination.
I will quote my friend from Chilliwack—Hope, from his speech before Parliament. He stated:
Members are asking about taking Friday off, getting back to their ridings, and being here only Monday to Thursday. What would happen in most situations is that we would all go to work on Friday. We would be working in a different location, and there would be less accountability here for the government, with one fewer day for question period and one fewer day for legislation to be examined. It would do nothing for work-life balance.
That is an important point to note.
I should also point out that the Prime Minister is trying to attend only one day a week. Attending question period for 45 minutes is the Prime Minister's idea of a job well done, that he will show up to work in Parliament, be accountable to his peers for 45 minutes a week, and then call it a day. That is unacceptable.
Monsieur le Président, je suis persuadé que nous savions tous à quoi nous attendre quand nous nous sommes présentés aux élections. Je suis certain qu'avant de briguer une place de candidat, nous avons tous fait des recherches pour avoir une idée du travail requis et savoir combien de jours et de semaines les députés devaient passer à Ottawa.
Voici ce qu'a dit mon collègue de Chilliwack—Hope lorsqu'il est intervenu à la Chambre:
Certains députés voudraient avoir congé le vendredi pour retourner dans leur circonscription et voudraient n’être ici que du lundi au jeudi. Ce qui arriverait dans la plupart des cas, c’est que nous irions tous travailler le vendredi. Nous travaillerions ailleurs et le gouvernement aurait moins de comptes à rendre puisqu’il y aurait un jour de moins pour la période des questions et un jour de moins pour étudier les mesures législatives. Cela ne servirait à rien du point de vue de la conciliation travail-vie personnelle.
C'est un point important.
Rappelons également que le premier ministre cherche à se présenter à la Chambre une seule journée par semaine. Le premier ministre considère qu'il aura fait du bon boulot s'il assiste à une seule période de questions de 45 minutes, donc s'il rend des comptes à ses pairs pendant 45 minutes par semaine. C'est inacceptable.
View Filomena Tassi Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I have a couple of questions I would like to put to the member.
I am a member on PROC. Essentially, the motion before PROC is to start the discussion. This is to have a discussion about how we can make this place more effective and more efficient, how to bring it into the 21st century, so we can use our time better. As a a new member, there are definitely ways we can make our time better here, and that is the discussion ahead of us now. How are we spinning this into certain conclusions, running to conclusions that this is about Fridays off? It is not about Fridays off. Let us have the discussion to determine whether we will be here all day Friday. We are in a position now where we cannot even enter into the dialogue, we are being stopped.
What does the member have against opening this up, having a discussion, bringing evidence in so we can make this place more efficient and more effective? Because we can do better than we are currently.
Monsieur le Président, je souhaite poser quelques questions au député.
Je suis membre du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. La motion dont le Comité est saisi vise essentiellement à lancer une discussion sur la façon d'accroître l'efficacité et l'efficience de cette enceinte, ainsi que de la faire entrer dans le XXIe siècle, afin de pouvoir mieux utiliser notre temps. À titre de nouvelle députée, je crois qu'il y a assurément des moyens d'améliorer notre emploi du temps à la Chambre, et voilà la discussion qui nous attend. Comment d'aucuns en arrivent-ils à la conclusion que l'objectif est d'avoir congé le vendredi? Ce n'est pas le cas. Nous devons avoir une discussion pour déterminer si nous siégerons toute la journée le vendredi. À l'heure actuelle, il n'est même pas possible d'en parler. On nous empêche de le faire.
Pourquoi le député s'oppose-t-il à ouvrir un tel débat, à avoir une discussion sur le sujet et à faire comparaître des témoins afin de pouvoir accroître l'efficacité et l'efficience de cet endroit? En effet, des améliorations s'imposent.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I appreciate the member's comments and her work on the committee. The member opposite is on step B and we are on step A. We are happy to have this conversation, but the first thing is that we as the opposition need some assurances that the Liberals will not just ram those changes down our throats. They want to have the Prime Minister here for only 45 minutes a week and us here for only four days a week when Parliament is sitting. We want to have discussion on that, but we may not agree on it.
One thing I should point out for the member opposite is none of that was in the Liberal campaign platform. If the Liberals ran on a campaign of working four days a week during parliamentary sittings, I do not think they would be sitting on that side of the House.
Monsieur le Président, je remercie la députée de ses remarques et de son travail au sein du Comité. La députée d'en face parle de la deuxième étape, alors que nous sommes encore à la première. Nous serions heureux d'avoir la discussion qu'elle souhaite. Cependant, en tant que députés de l'opposition, nous devons d'abord obtenir l'assurance que les libéraux ne nous forceront pas à accepter ces changements. Ils veulent que le premier ministre soit seulement présent à la Chambre pendant 45 minutes par semaine, et que nous ayons uniquement quatre jours de séance par semaine lorsque le Parlement siège. Nous désirons discuter de ces propositions, mais il se peut que nous nous y opposions.
Je signale à la députée d'en face qu'aucune de ces propositions ne se trouvait dans le programme électoral des libéraux. Si les libéraux avaient indiqué, durant la campagne électorale, qu'ils prévoyaient réduire le nombre de séances parlementaires hebdomadaires à quatre, je ne pense pas qu'ils auraient été élus.
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
View Scott Reid Profile
2017-04-03 15:33 [p.10065]
Mr. Speaker, I am rising today to speak to the 11th report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs, a committee on which I have served for over a decade. I am currently the longest-serving member of that committee. I am rising to speak to this not because of anything intrinsically important in this particular report. It is the 11th committee report. We have had a number of other committee reports before and since, and this one is of just average importance. I am doing it because this is our way, on the opposition benches, of drawing attention to the fact that the committee, and indeed this entire place, operates with the sword of Damocles hanging over its collective head.
The Liberals have proposed a motion in committee, a motion my colleague from Hamilton West—Ancaster—Dundas mentioned just a moment ago, a motion that, far from opening up debate actually ensures that debate will be shut down by a definable, very brief deadline on all the Standing Orders, which is that the committee will report back to the House on all matters dealing with the Standing Orders by June 2.
As a practical matter, no committee ever comes to an agreement without having procedural meetings that take some time on the day it makes its report, so we are actually looking at meetings that would have to wrap up, in practice, in terms of the new substance, some time much earlier than that, probably a week or two weeks at best.
The report would be imposed using closure within the committee, something committees do not normally do, something that is not normally tolerated in committee. That closure or guillotine or termination of debate is the reporting deadline of June 2. It is very brief. That is the fundamental issue here.
We hear talk from Liberal members here of a discussion paper that was produced. We have a discussion paper. Let us just discuss what is in that discussion paper. We have a discussion paper that is, I believe, 12 pages long, put out by the government House leader on March 10, right before our most recent break week but one. The very same day, the member for Bonavista introduced it.
I actually checked by going back and finding out when the paper was submitted by the House leader and when the motion was submitted to the committee clerk by the member for Bonavista. One hour and 11 minutes later, it might have been two hours and 11 minutes, but you will see my point, Mr. Speaker, the member for Bonavista produced a motion to impose closure. It is a motion that is almost a page long. It contains five subsidiary points, one of which has a subordinate list. We are to believe that the member for Bonavista produced this motion, all on his own, after he brought forward the government's paper, and got it translated, because the member is not bilingual, and got it to the clerk all in the space of a couple of hours.
What was really going on was that there was a great rush to ensure that this could be submitted two sleeps, as we say, two government business days, prior to the return of the committee to business so that it could be introduced at an in-camera hearing and the government could then push through this profoundly undemocratic motion at that committee hearing.
I raised the issue in the House and said that the Liberals were about to push this through at an in-camera meeting, and to his credit, the deputy government House leader said he would like this meeting to go in public, and in public we were able to raise our concerns, thereby forestalling this way of doing things.
However, if that motion were withdrawn, the dialogue could begin. The dialogue can begin, in fact, if the government will instruct its members on the committee to vote in favour of an amendment I put forward, and that amendment says, simply, “Nothing will come out of this committee as a recommendation to the government without the unanimous consent of all the members of the committee”, which in practice means without the consent of the New Democrats and the Conservatives as well as the Liberal Party members.
If the government members really want a discussion, if their words are sincere, the government has a number of options.
First, the government could agree to the motion, the amendment I proposed in committee, saying that we will not move forward anything without unanimous consent. That would allow us to get something done by June 2. As a practical matter, I think we would need a great deal more time to go through all the Standing Orders. We could start that work now, if that is the government's choice. That is the first thing it could do.
Second, the Liberals could withdraw the motion put forward by the member for Bonavista. After I do not know how many hours of debate in committee, it should be apparent to them that there is not all-party support for that motion, to put it mildly. Therefore, it could be withdrawn.
Third, the Liberals could move forward with some other motion. I actually submitted another motion to be ready to go in case the government did decide to withdraw its motion. It is a motion that calls for the discussion, on a piecemeal or subject-by-subject basis, of the various items on the government's agenda. There is nothing wrong with discussing Friday sittings. To the government's credit, it not only says that it thinks we should consider getting rid of Friday sittings. It also says it wants to consider the possibility of having the House sit all day long on Friday, making it a full day. There might be a willingness to move in that direction. However, to make the obvious point, we cannot do both of those things at the same time. Presumably, there needs to be a discussion of both of those.
Also, with regard to the Prime Minister's question time, changing the times of votes, and all the other issues that are discussed in the House leader's proposals, if we go through them, we see that they include topics as disparate as sittings of the House; electronic voting; the House calendar and sitting further into the end of June and starting earlier in September and January; how routine proceedings are conducted; and changes to private members' business, an item which, on its own, in 2003, occupied a similar committee of the House long enough for it to produce several reports over the course of a year. It includes prorogation, something that would be a vexed question to deal with, because it deals with crown prerogatives, so that would take a fair bit of time, some nuancing, and some expert testimony to deal with. It also includes time allocation, how question period is done, omnibus bills, and the management of committees. These are all topics. There is no way we could discuss these things by June 2.
That would be true even if it were not also true that our committee has been charged by the Minister of Democratic Institutions to, by the middle of May, complete its hearings on the Canada Elections Act. The Minister of Democratic Institutions spoke very eloquently to us on March 9, one day before this paper was released, explaining why it was important for us to get this done. She said that Elections Canada could not respond to the recommendations we would be making and that she, the minister, would be incorporating into government legislation, on a short-term basis. They need to have enough time before the 2019 election to put these things in place. The minister needs to introduce legislation in September. That means that we need to report back to her by the end of May, or the beginning of June at the latest, exactly the same deadline that has been foisted upon this committee by the motion from the member for Bonavista.
Therefore, the most sensible thing of all would simply be to withdraw the motion. Having said that, I want to make an amendment to this motion.
I move:
That the motion be amended by deleting all the words after the word “That” and substituting the following:
“The 11th Report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs, presented on December 16, 2016, be not now concurred in, but that it be recommitted to the Standing Committee on Procedure and House Affairs with instruction that it amend the same to clarify that in all of its reviews of the procedures and practices of the House, the committee will only make recommendations to the House that enjoy the support of all the members of the committee.”
Monsieur le Président, j’interviens aujourd’hui pour parler du 11e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, auquel je siège depuis plus de 10 ans. Je suis d’ailleurs le vétéran de ce comité. Si je prends la parole au sujet ce rapport, ce n'est pas parce que son contenu revêt une importance particulière. Il s'agit du 11e rapport du comité. Nous avons eu d’autres rapports et celui-ci n’a pas plus d’importance que ceux qui l'ont précédé et ceux qui l'ont suivi. J’en parle parce que c’est notre façon à nous, qui sommes sur les bancs de l’opposition, d’attirer l’attention sur l’épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête non seulement des membres du comité, mais aussi de l'ensemble des députés.
Les libéraux ont proposé en comité une motion, dont ma collègue de Hamilton-Ouest—Ancaster—Dundas vient de parler et qui, loin d’ouvrir le débat, aura assurément pour effet de le clore en imposant un délai précis et très bref pour l'examen de tous les articles du Règlement. De fait, le comité devra soumettre à la Chambre son rapport concernant toutes les questions relatives au Règlement d’ici le 2 juin.
En pratique, aucun comité n'en arrive à une entente sans tenir de séance sur la procédure, ce qui prend un certain temps, le jour de la présentation du rapport. Autrement dit, ces séances devraient se conclure, en ce qui concerne les nouvelles questions, beaucoup plus tôt, probablement une semaine ou deux plus tôt dans le meilleur des cas.
Le rapport aura été imposé au moyen de la clôture des travaux du Comité, pratique qui n'est généralement ni utilisée ni tolérée aux comités. Le délai de présentation du rapport, fixé au 2 juin, n'est rien d'autre que l'imposition de la clôture ou l'interruption du débat. En fait, ce très court délai constitue le coeur du problème.
Les députés libéraux affirment qu'un document de travail a été présenté. Il y a effectivement un document de travail. Jetons un coup d'oeil sur le contenu de ce document. Si je ne m'abuse, ce document compte 12 pages et a été présenté par la leader du gouvernement à la Chambre le 10 mars, juste une semaine avant l'avant-dernière relâche parlementaire. Le même jour, la députée de Bonavista l'a présenté au Comité.
J'ai en fait vérifié quand le document de travail a été présenté par la leader du gouvernement à la Chambre et quand la motion a été présentée par le député de Bonavista au greffier du comité. Une heure et 11 minutes plus tard, ou peut-être deux heures et 11 minutes plus tard, si vous voyez ce que je veux dire, monsieur le Président, le député de Bonavista a présenté une motion visant à imposer la clôture. Cette motion fait environ une page complète. Elle contient cinq points secondaires, dont un point contient une liste subordonnée. Nous devrions croire que le député de Bonavista a préparé cette motion par lui-même, après avoir présenté le document du gouvernement, l'avoir fait traduire, parce qu'il n'est pas bilingue, et l'avoir remis au greffier en l'espace de quelques heures seulement.
Ce qui s'est réellement produit, c'est qu'ils se sont empressés de présenter la motion après deux dodos, comme on dit souvent, ou après deux jours consacrés aux affaires émanant du gouvernement, avant que le comité ne reprenne ses activités, de sorte que la motion puisse être présentée dans le cadre d'une audience à huis clos et que le gouvernement puisse ensuite faire adopter cette motion antidémocratique lors de l'audience du comité.
En soulevant la question à la Chambre, j'ai déclaré que les libéraux étaient sur le point de faire adopter cette motion lors d'une séance à huis clos. Le leader adjoint du gouvernement à la Chambre a dit qu'il souhaiterait que la réunion soit publique, ce qui est tout à son honneur. Par conséquent, nous avons pu soulever nos préoccupations en public et prévenir ainsi cette façon de faire les choses.
Toutefois, nous pourrions entreprendre le dialogue si le gouvernement décidait de retirer la motion en question. En fait, nous pourrions entreprendre le dialogue si le gouvernement demandait aux députés libéraux membres du comité de voter en faveur de l'amendement que j'ai proposé et qui dit simplement ceci: « Le comité ne fera aucune recommandation au gouvernement sans le consentement unanime de ses membres. » En pratique, cela signifie qu'il faudra obtenir le consentement des députés du NPD, du Parti conservateur et du Parti libéral qui sont membres du comité.
Si le gouvernement souhaite vraiment avoir une discussion, si ses paroles sont sincères, un certain nombre d'options s'offrent à lui.
D'abord, le gouvernement pourrait appuyer la motion, en l'occurrence l'amendement que j'ai proposé lors de l'étude en comité, voulant que rien ne soit adopté sans consentement unanime. Cela nous permettrait d'accomplir quelque chose d'ici le 2 juin. Sur le plan pratique, je pense qu'il nous faudrait beaucoup plus de temps pour passer en revue tous les articles du Règlement. Nous pourrions commencer ce travail sans attendre, si c'est ce que le gouvernement choisit de faire. Voilà la première possibilité.
Ensuite, les libéraux pourraient retirer la motion présentée par la députée de Bonavista. Après d'innombrables heures de débat en comité, ils devraient avoir compris que la motion ne bénéficie pas de l'appui de tous les partis, et c'est le moins qu'on puisse dire. Cette dernière pourrait donc être retirée.
Enfin, les libéraux pourraient accepter une autre motion. En fait, j'ai présenté une autre motion déjà toute prête au cas où le gouvernement déciderait de retirer sa motion. Il s'agit d'une motion dans laquelle on demande que les divers éléments du programme du gouvernement soient étudiés séparément ou sujet par sujet. Il n'y a rien de mal à discuter des séances du vendredi. Il faut souligner que le gouvernement a le mérite de ne pas seulement dire qu'il pense que nous devrions envisager de laisser tomber les séances du vendredi; il indique aussi qu'on pourrait étudier la possibilité que la Chambre siège toute la journée le vendredi. Ce serait peut-être une possibilité. Toutefois, il va sans dire qu'on ne peut pas faire les deux. On peut supposer qu'il faudrait étudier les deux possibilités.
De plus, si on examine la question de la présence du premier ministre à la période des questions, celle du changement de l'heure des votes et tous les autres points mentionnés dans les propositions de la leader parlementaire, on constate qu'ils comprennent des sujets très différents comme les séances de la Chambre; le vote électronique; le calendrier de la Chambre, afin de siéger plus tard en juin et de recommencer plus tôt en septembre et en janvier; le déroulement des affaires courantes et les changements aux initiatives parlementaires, un élément qui, à lui seul, en 2003, a été étudié assez longtemps par un comité semblable de la Chambre pour que celui-ci produise plusieurs rapports sur une période d'un an. La motion comprend la prorogation. Il s'agit d'une question épineuse à traiter parce qu'elle porte sur les prérogatives de la Couronne. Son traitement prendrait donc beaucoup de temps, de nuances et de témoignages d'experts. La motion traite aussi de l'attribution de temps, du déroulement de la période des questions, des projets de loi omnibus et de la gestion des comités. Ce sont tous des sujets dans la motion. Il serait impossible de tous les aborder avant le 2 juin.
Ce serait vrai même si la ministre des Institutions démocratiques n'avait pas déjà demandé au Comité de terminer les audiences sur la Loi électorale du Canada d'ici la mi-mai. La ministre est venue nous abreuver de belles paroles le 9 mars, soit la veille du jour où elle a rendu son document de travail public, pour nous expliquer pourquoi cette étude était si importante. Selon elle, Élections Canada a besoin de temps pour donner suite à nos recommandations et à celle qu'elle ajoutera au texte législatif. Comme Élections Canada a besoin d'un certain laps de temps avant les élections de 2019 pour mettre toutes ces choses en oeuvre, la ministre doit présenter son projet de loi en septembre, ce qui veut dire que nous devons lui remettre notre rapport d'ici la fin mai ou le début juin au plus tard. Or, cette échéance, c'est exactement la même que celle qui a été imposée au Comité dans la motion présentée par le député de Bonavista.
La chose la plus sensée à faire serait donc de retirer la motion. Comme c'est irréaliste, je propose de l'amender.
Je propose:
Que la motion soit modifiée par substitution, aux mots suivant le mot « Que », de ce qui suit:
le onzième rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, présenté le 16 décembre 2016, ne soit pas maintenant agréé, mais qu'il soit renvoyé au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre avec l'instruction de le modifier de manière à préciser qu'à l'issue de tout examen de la procédure et des usages de la Chambre, le Comité ne soumet à la Chambre que les recommandations ayant reçu l'appui de tous les membres du Comité.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I congratulated the hon. member several years ago. He did something that does not happen very often. He managed to change the Standing Orders in this House with a private member's motion. It was on the election of the Speaker. I voted for it at the time, but over 40% of the people in this House did not.
The member just moved an amendment and alluded to the fact that any changes to the Standing Orders require unanimous consent. When he changed the rules in this House, did he seek unanimous consent? Yes or no.
Monsieur le Président, j'ai félicité le député il y a plusieurs années. Il a fait quelque chose qui n'arrive pas très souvent. Il est arrivé à modifier le Règlement de la Chambre à l'aide d'une motion d'initiative parlementaire. La modification portait sur l'élection du Président. À l'époque, j'ai voté en sa faveur, mais plus de 40 % des députés à la Chambre s'y opposaient.
Le député vient tout juste de proposer un amendement et il a fait allusion au fait que tout changement au Règlement nécessite le consentement unanime. Lorsqu'il a changé les règles à la Chambre, a-t-il demandé le consentement unanime? Oui ou non?
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
View Scott Reid Profile
2017-04-03 15:46 [p.10066]
Mr. Speaker, first of all, I stand corrected. It was, in fact, June 15, 2016. My apologies for that. I hope that correction is accepted.
The other thing I did wrong was that I got the member's riding incorrect. I said it was Bonavista. Of course, I would have said Coast of Bays had I been keeping up on riding names. Unfortunately, as I know from bitter personal experience, even someone as elevated as the Speaker of the House of Commons can occasionally get the names of ridings muddled up. The people of the County of Lennox and Addington, who I formerly represented, were frequently the ones who suffered because of that.
Turning to the question the member raised, he has an interesting point. He is saying that the motion I proposed, which was adopted by the House, under which the Standing Orders were changed to cause the Speaker to be elected by preferential ballot, was not done by unanimous consent. He is quite right. There were members opposed in the then governing party, the Conservatives, my party. There were members opposed and in favour in the NDP and likewise in the Liberal Party.
In fact, that was the only vote I am aware of in the last Parliament that was done without any party discipline at all. That is actually a very healthy way of dealing with something that comes via the novel approach of private members' business.
I will say this. That approach is not remotely like the approach the member's government is attempting, of ramming through changes with the absolute opposition of the other parties. That is the big difference here.
Monsieur le Président, premièrement, je reconnais mon erreur. C'était, en fait, le 15 juin 2016. Je m'en excuse. J'espère que cette correction est acceptée.
Mon autre erreur est que je me suis trompé en nommant la circonscription du député. J'ai dit que c'était Bonavista. Bien entendu, j'aurais dit Coast of Bays si j'étais resté à l'affût du nom des circonscriptions. Malheureusement, comme j'ai pu l'apprendre à partir d'une amère expérience personnelle, même une personne d'un rang aussi élevé que le Président de la Chambre des communes peut occasionnellement confondre le nom des circonscriptions. La population du comté de Lennox et Addington, que je représentais avant, a été fréquemment victime de ce défaut.
En ce qui a trait à la question du député, il soulève un point intéressant. Il affirme que la motion que j'ai proposée, qui a été adoptée par la Chambre et aux termes de laquelle le Règlement a été modifié pour que le Président soit élu par scrutin préférentiel, n'a pas été adoptée par consentement unanime. Il a tout à fait raison. Il y avait des députés qui s'y opposaient dans le gouvernement de l'époque, les conservateurs, mon parti. Il y avait des députés qui s'y opposaient et qui l'appuyaient au sein du NPD et du Parti libéral.
En fait, à ma connaissance, il s'agit du seul vote, au cours de la dernière législature, qui a eu lieu sans aucune discipline de parti. C'est une façon très saine de fonctionner dans le cadre de la nouvelle approche des initiatives parlementaires.
Cette approche ne ressemble pas du tout à ce qu'essaie de faire le gouvernement libéral, c'est-à-dire imposer des modifications alors que les autres partis s'y opposent totalement. Voilà la différence.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2017-04-03 15:48 [p.10066]
Mr. Speaker, I share the concern of the member for Lanark—Frontenac—Kingston that we need consent, that is a consensus, preferably unanimity, in this place for changing the Standing Orders.
I would not blame some Canadians if their eyes glazed over at the notion that it matters how we vote or how much time we have for debate. However, I think it is fundamental to this place when we are changing the rules with basically a very wide range of changes. I have opened them up with further changes this day. I tried to send to members' personal emails a paper suggesting that we consider the climate impact of our schedule in this place, something I think the current government would want to think about, and that we consider the role of individual MPs and not just political party power. This place, our Parliament, is fundamentally about members of Parliament who, at least in theory, are equals.
Does my hon. colleague think the growing role of political parties undermines the role of individual members in representing their constituencies?
Monsieur le Président, je partage les inquiétudes du député de Lanark—Frontenac—Kingston. Il faut qu'il y ait consentement à la Chambre, c'est-à-dire un consensus, préférablement l'unanimité, pour modifier le Règlement.
Je n'en voudrais pas aux Canadiens qui diraient que la façon dont nous votons et la durée des débats leur importent peu. Cependant, je pense que ces questions sont fondamentales lorsqu'il s'agit d'apporter un large éventail de modifications à nos règles. J'ai élargi l'éventail aujourd'hui. J'ai essayé d'envoyer un document à l'adresse courriel personnelle des députés, suggérant de tenir compte des conséquences qu'a l'horaire sur le climat à la Chambre. C'est un élément que le gouvernement actuel aurait avantage à considérer. Il faut penser au rôle de chaque député, pas seulement au rôle des partis politiques. Le Parlement repose sur l'idée que les députés sont, en théorie du moins, égaux.
Mon collègue est-il d'accord pour dire que le rôle croissant des partis politiques mine le rôle de chaque député dans son travail de représentant de circonscription?
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
View Scott Reid Profile
2017-04-03 15:49 [p.10066]
Mr. Speaker, as the time left is short, I will avoid the elaborate analogy I was working on between this process and electoral reform. I was going to provide a colourful illustration of just how people can be engaged in an apparently technical issue by pointing to that issue and citing the hon. member's extensive experience in this.
I am not sure I am answering the member's question exactly, but I think this gets to the nub of what she is getting at here. There is a process we have had in place. It was there during the Harper government. It was there during the Chrétien government. If we look back, we can find elements of it going back as far as November 1867, when the very first Standing Orders of the House of Commons were adopted.
What happened at that time was that an all-party committee was struck. It brought its report back to the House. The report was not adopted by consensus. Rather, the leader of the opposition raised concerns about the report. Those were then put into the report, and amendments were made. That was adopted by unanimous consent.
This practice has allowed us to have increased openness and flexibility for members, opposition parties, and also people who are treated as independents in this place. Moving away from that is always a bad idea. I would strongly say that in this case, it is a very bad idea indeed.
Monsieur le Président, comme il me reste peu de temps, je vais éviter la comparaison complexe que je me préparais à établir entre ce processus et la réforme électorale. Je voulais m'appuyer sur cet exemple et sur la vaste expérience de la députée à cet égard pour montrer de façon éloquente comment il est possible d'étudier une question en apparence complexe.
Je ne suis pas sûr que je répondrai exactement à la question de la députée, mais je pense que ma réponse touche à l'essentiel de sa question. Le processus actuel était en place sous le gouvernement Harper et sous le gouvernement Chrétien. Si on remonte dans le temps, on se rend compte que des éléments de ce processus remontent à aussi loin que novembre 1867, soit au moment où la Chambre des communes a adopté sa toute première version du Règlement.
À l'époque, un comité multipartite avait été mis sur pied. Il a fait rapport à la Chambre, mais ce rapport n'a pas fait l'objet d'un consensus. En fait, le chef de l'opposition a soulevé certaines préoccupations qui ont été incluses dans le rapport et qui ont donné lieu à des modifications. Voilà ce qui a permis d'adopter le Règlement à l'unanimité.
Cette façon de procéder nous a permis de favoriser l'ouverture et d'accroître la marge de manoeuvre des députés, des partis de l'opposition ainsi que des députés qui siègent à titre indépendant. C'est toujours une mauvaise idée de procéder autrement. Je le dis sans ambages: en l'occurrence, ce serait une très mauvaise chose.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, it is an honour for me to stand here to do this. I appreciate what my colleague from Bonavista—Burin—Trinity said about our riding names and how they have changed and evolved over time. I no longer represent beautiful Bonavista.
Speaking of evolution, let us talk about how we have evolved in many ways, but we have much further to go in order to modernize our Parliament as it is right now. This has been a discussion for quite some time. In certain cases in a miniscule way we have crept along inch by inch on certain individual initiatives. The member who just spoke talked about how we changed the election of the Speaker. We had a member from the NDP who instilled e-petitions, which I think was one of the best things that I voted for regarding motions to change the Standing Orders over the past little while.
By way of illustration, as the president of Canada-Europe Parliamentary Association, I hosted several members of the European Parliament. They were here from 2 p.m. until about 3:30 p.m. and managed to take in several things, such as Standing Order 31 statements and oral questions. They also took in voting, because we had a vote after question period. I asked the member from the Netherlands what she thought of the whole 90 minutes. She said it was a contrasting tale of two stories. She said, “You debate like it is the 21st century, but why do you vote like it is still the 19th century?”
Most legislatures around the world have some form of electronic voting or modernized voting. The vote of each individual member is recorded. In some places they have an ID card and members press a button “yes” or “no”. In the British Westminister system, members line up in different aisles as to which way they are voting. Voting is done electronically in the American Congress. Not very many have a way of voting such as we do. If it is a legislature of about 20 people, that is fine, but when it is a legislature of 338 members, it is time-consuming. I know Canadians want to see how their members of Parliament vote, but some may say there are better ways to do it. That being said, during the current process that we have introduced in the motion, we have heard from several people, even members of their own party, conflicted as to how they feel about it. There is nothing wrong with that, because that it is how it should be.
I use the example of electronic voting only because I have enjoyed the discussion so far and I want this discussion to continue. Let me illustrate my current frustrations with this, and I hope that we get beyond this impasse, this filibuster and get into the study itself.
Let me clarify by saying this first and foremost. If I were to stand in the House and look at my colleagues in the NDP and say how dare they do this filibuster, I would be very insincere. After 10 years in opposition dealing with the fair or unfair elections act, I know first-hand that doing a filibuster is a right of every member in the House, to the point where I even would say a lot of it I have been enjoying, quite frankly. I just wish we could take some of this debate that has been playing out in this filibuster and move it into the study, because I want to hear from witnesses from the outside.
There are several bones of contention. Let me address the unanimity aspect of this. The opposition members cite the McGrath report. I am going to pick on the McGrath report because it is a shining example, as they have said, of how it should be. I agree that it should be that way in this report. We should be able to come out with a unanimous report citing several ways to make major changes. However, my motion is to start the study by which we can get into a unanimous report, which I hope we can. The McGrath report which is from 1984, the way the motion is written, it is very complex. It never asks for unanimous consent; it just asks for a report to modernize the House of the day.
The result of that motion was a unanimous report, thank goodness. If we had to pin this down to unanimity, I am not sure that we would have a full debate.
I could debate the idea about the June 2 deadline that I put in my motion. I am willing to talk about that. I have not reached that point yet, but I certainly would like to.
I want to put to rest right away one of the other points which the member brought up earlier. She said that my motion was developed within two hours of reading or tabling the discussion paper. That is not true. Three days prior to the release, the minister showed me the discussion paper. I read it, took it in, took my notes from the take-note debate in October with my own views, and in that period I was able to draft a motion. It was not a two-hour episode. Yes, I saw it before other members. That is true. I am being honest about it.
I want the committee to study this and I want it done quickly so that we can provide the House with what we have discovered through our own testimony, which was far more robust than I had figured because of some of the input from the Conservative Party, the NDP, and from my own party. I have rather enjoyed it. For goodness' sake, for two hours we talked about the Magna Carta. To say that I was absolutely enthralled and gripped with it would not be entirely true but would be pretty close. I forget the name of the riding of the individual who brought it up. I only know him by name. I must say it was a good discussion which I enjoyed very much.
There were several discussions about how other parliaments, particularly the Westminster model in Australia, New Zealand, our own of course, and other jurisdictions, managed to get through the day when modernizing their parliaments.
I talked about electronic voting. I would like to talk about another aspect that was not brought up during the campaign but was in the discussion paper for a very good reason. This was brought to my attention some time ago. It is all about programming.
Some people looking at this would say that I was just defining what the debate is going to be. What happened is that back in the late 1990s there was a great deal of frustration about debate. Debate would go on for so long and then it would end on time allocation. The U.K. MPs call it the guillotine, which is probably a more apt description. Debate would go along; the guillotine would drop, and then it was done. It is frustrating for those in the opposition because they do not know when it is going to happen.
The U.K. decided that after second reading, the debate would be programmed such that they would know how long they would have for report stage, the third stage into the vote. That way each party would be able to present its arguments the way they want to. However, there was a frustrating part. Let us say there were three elements to a debate, with number three being the important one. Members want to build narrative into their debate by saying, “This is bad, and this is bad, but this is really bad.” By the time they got to the second point, all of a sudden the debate would be guillotined and over.
The U.K. has brought in programming, and surprisingly, even a vast majority of members on the opposition side agreed that it was a sensible way to handle legislation. It was not automatic. It required a discussion among the House leaders and if they agreed, debate would be programmed after second reading.
One of the other issues in the discussion paper is about omnibus legislation. Could the Speaker have a more active role in dividing up the omnibus legislation to make it more palatable, certainly to make it more discernible in several ways or in certain areas? For example, a particular topic would be cleaved off into this type of legislation and another topic would go another way.
My hon. colleague from the Conservatives brought up a good point which I think is a precursor to this study, and asked, is that possible? Does the Speaker have the authority? Maybe he or she does; I do not know. It is worth discussing, because as we know, omnibus legislation was a factor that weighed heavily among parliamentarians in the last Parliament and we discussed it quite a bit.
Those are a few elements of the discussion paper that we got into.
There were several aspects that we campaigned on as a party, and we would like to go forward with them, obviously. It is something we campaigned on and something we would like to do.
One of the issues brought up was Fridays. It seems pretty rich when we say to the House, “We don't want to work on Fridays, but if you look at the situation, we never said we wouldn't.”
Here is my problem with Fridays, and I hope the opposition can hear this. It is a half day. It is not a very effective day. Let us take effective hours in this Parliament and apportion them either to other days or make Friday a full day. Those are the options that we wanted to put in front of the committee. They said, “Canadians show up to work on Friday.” That is true. Canadians show up to work at 8:30 in the morning. We show up at 10 a.m. Canadians go to work in September. We do not, according to that logic. Canadians show up to work in January. We do not. Why not? Why can we not apportion some of these hours to those months?
My father was an electrician in a mill for 43 years. Many years ago the company came to him and said, “Instead of working eight-hour shifts, why don't you work 12, and that way you can spend more time with your family on the other four days? Instead of two days off, you get four.” What an idea. The difference here is that my father had some time off on those four days.
Let us be quite honest. There is another part we are missing. I do not know about the other members, and I am not presupposing they do because I know we all do, but my time away from Ottawa is spent working, attending meetings and constituency events, which is where we get our feedback. In many cases, trying to get from here to Newfoundland, I might as well just be going to Iceland, for goodness' sake. It takes about the same amount of time to get there. There is the travel that is involved. Instead of calling them break weeks, they truly are constituency weeks.
I saw the Twitter feed from my hon. colleague from Avalon last week. My goodness, I do not think he slept in four days. It was just a constant ream of work. The man is seven feet tall but he should be five foot two he ran around so much in his riding. It is unbelievable. He is a hard-wording member.
I just wanted to bring these points to the fore, but I will conclude with this point. This is a motion to do a study. All the things that members have been saying about unanimity, we want and desire, but what if we put out this report and it has to be unanimous and only one thing is agreed upon? It is a report of just one thing to do. There is so much discussion that can be had. There is so much to talk about that would not be included in this report. That is the unfortunate part. They might not agree with the logic, but in the past, as I have said before, from the very beginning, if we are going to use a report that has received unanimous consent, the motion did not call for unanimous consent and I wonder why. The member who changed the Standing Orders, who just talked about unanimous consent, not once asked for unanimous consent when he changed the rules.
There was a member from the NDP who also changed the rules on e-petitions. He did a good job and I supported it, but he did not ask for unanimous consent.
To achieve unanimous consent is the aspirational goal for which we strive. I understand the politics of this. I understand the Facebook stuff. I understand the filibuster. That is one of the privileges of serving both sides of the House, not because we think we can argue out of both sides of our mouth, but because we have a different perspective of both sides. We know what it is like to govern and we know what it is like to be in opposition. I stand on both principles. I participated fully in a filibuster, and I will sit here and sit in front of a filibuster against me. I even spoke in the filibuster. It is my motion that they are filibustering, and I spoke to it. I do not know if we would call that a “counter-buster” or what the heck we would call it. The reason I spoke to it is we had several hours of fantastic information that was put forward, even in a filibuster. Now go figure that.
Here is why I want to get to the study. There are so many people out there who are not sitting in this House and who can give us great information as to how we can modernize this place. This discussion paper is not a motion in front of the House saying that the majority rules, we vote for it or that is it.
That is what happened before. The perpetrators of the unfair elections act crawled on this high horse and said, “You can't do that.” We are not putting something in the House to vote on now; we are putting a motion to study the possibility of changing the Standing Orders.
I ask members this. At what point does that involve ramming things through? It is not. This is discussion. If opposition members do not like the programming that I just talked about, well, I like it. If they do not like it, they should not support it and should argue against it. I have already acquiesced, on many occasions, about some of the arguments that were put forward, such as omnibus legislation and all of that.
Again, if we take into account what we have done in the past, here is what I like. I liked the McGrath report, because it was unanimous. It was not required, but it was unanimous. We had a take-note debate, started by the Liberals. We did not ram through anything; we said we should have a debate and discuss these ideas. Now we have this motion, together with the discussion paper, some of which we may not even support, but it certainly is worth talking about. This is nowhere near what it used to be.
If we want to talk about precedents, opposition members say they have always acted this way. That is not so. In the early 1990s, Brian Mulroney slapped a motion in this House saying that the Standing Orders needed to be changed. Did he do a motion? No. Did he do a take-note debate? No. Did he do a discussion paper? No. It was, “Here are the changes. Vote for it. We have the majority, so good luck.”
Mr. David Christopherson: That sounds familiar.
Mr. Scott Simms: That is not what we are doing now, Mr. Speaker. That is an absolutely insincere argument.
Mr. David Christopherson: That is not insincere.
Mr. Scott Simms: That is totally insincere, Mr. Speaker, to the point where all they have to do is start this study and get moving. That is all I ask.
Each and every time that we have done this, the opposition talks about the precedents, and there are a lot of them. I do not want to take this off the rails, in the sense that I do not want people to think that we are against a unanimous report. We would all love to have one, all of us. It is an aspirational goal that we believe in.
Mr. David Christopherson: We are good. We are getting there. It is not an aspirational goal.
Mr. Scott Simms: That is right, Mr. Speaker.
However, in the discussions, like I said, I want to talk about all of these things. Before that discussion took place, it was a race to a filibuster and a race to Facebook. That is their right. They can do that, and that is fine. However, I hope we can get through this, because I think modernizing Parliament is sadly overdue. We should do this in all aspects of programming, with voting, and all the matters we can modernize to make this better for all members of Parliament, now that we have 338 members.
That being said, I want to thank all members for listening to me on this. Unanimity would be a wonderful thing. Despite the fact that sometimes I get pretty angry about it, I certainly want that. This place deserves it, and, more than that, Canadians deserve it.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de prononcer cette allocution. Je remercie ma collègue de Bonavista—Burin—Trinity de ce qu'elle a dit sur le nom des circonscriptions et sur leur évolution. Je ne représente plus la belle région de Bonavista.
Puisqu'il est question d'évolution, bien des choses ont été modernisées au Parlement, mais il reste encore beaucoup à faire. La modernisation du Parlement fait depuis longtemps l'objet de discussions. Certaines initiatives font avancer les choses petit à petit. Le député qui vient de faire son allocution a parlé du processus d'élection de la présidence. Un député néo-démocrate a proposé la création de pétitions électroniques. Il s'agissait selon moi d'une des meilleures motions visant à améliorer le Règlement à avoir été présentées depuis un certain temps.
Par exemple, en tant que président de l'Association parlementaire Canada-Europe, j'ai reçu plusieurs députés du Parlement européen. Ils sont venus assister aux débats des Communes de 14 heures à 15 h 30 et ils ont pu voir les déclarations de députés et la période des questions. Ils ont pu également assister au vote qui a eu lieu après la période des questions. J'ai demandé à la députée des Pays-Bas ses impressions sur ces 90 minutes de travaux. Elle m'a répondu qu'elle y avait vu un grand contraste: « Vous débattez comme des gens qui vivent au XXIe siècle, mais pourquoi votez-vous comme si vous étiez encore au XIXe siècle? »
Dans la plupart des assemblées législatives du monde, on vote par voie électronique ou d'une façon moderne. Le vote de chaque député est enregistré. À certains endroits, les députés ont une carte d'identité et appuient sur le bouton « oui » ou le bouton « non ». Dans le système britannique de Westminster, les députés font la file dans le couloir correspondant à leur choix. Au Congrès des États-Unis, les votes se font électroniquement. Peu d'assemblées votent comme nous le faisons. S'il n'y avait qu'une vingtaine de députés, il n'y aurait pas de problème, mais comme il y en a 338, les votes prennent beaucoup de temps. Je sais que les Canadiens veulent savoir quels choix fait leur député lors des votes, mais on pourrait dire qu'il existe probablement de meilleurs moyens d'y arriver. Néanmoins, lorsque nous avons présenté une motion à ce sujet, nous avons entendu les points de vue de plusieurs personnes, et même des députés d'un même parti n'étaient pas d'accord entre eux. Il n'y a rien de mal à cela; c'est normal.
Je prends l'exemple du vote électronique seulement parce que j'apprécie cette discussion et que je veux la poursuivre. Je vais parler de mes frustrations actuelles à cet égard et j'espère que nous surmonterons cette impasse, l'obstruction parlementaire, et que nous pourrons passer à l'étude proprement dite.
J'aimerais clarifier un point en disant, d'abord et avant tout que, si je prenais la parole à la Chambre pour accuser mes collègues néo-démocrates de faire de l'obstruction, je serais très hypocrite. Après 10 ans dans l'opposition, après avoir étudié la loi sur l'intégrité, ou le manque d'intégrité, des élections, je sais que tous les députés ont le droit de faire de l'obstruction. En toute franchise, j'irais même jusqu'à dire que, très souvent, j'y ai pris plaisir. Je souhaiterais seulement qu'une partie du débat que nous avons durant cette obstruction se déroule dans le cadre de l'étude, car je veux entendre des témoins de l'extérieur.
Il y a plusieurs points litigieux. Je vais parler de l'unanimité. Les députés de l'opposition citent le rapport McGrath. Je retiens ce rapport parce que c'est un exemple éloquent, comme ils ont dit, de ce qui devrait être. Je conviens qu'il devrait en être de même dans le présent rapport. Nous devrions être capables de présenter un rapport unanime mentionnant plusieurs façons d'apporter des changements importants. Toutefois, dans ma motion, je demande d'entreprendre l'étude qui nous permettra, je l'espère, d'en arriver à un rapport unanime. Dans le cas du rapport McGrath, qui date de 1984, le libellé de la motion est très complexe. La motion ne demande jamais de consentement unanime, mais seulement un rapport pour moderniser la Chambre.
Dieu merci, la motion a abouti à un rapport unanime. S'il fallait exiger qu'il y ait unanimité, je ne suis pas certain qu'un débat exhaustif aurait lieu.
Je pourrais aussi débattre de la date butoir du 2 juin proposée dans ma motion. Je suis prêt à en parler. Je n'en suis pas là, mais j'aimerais que ce soit le cas.
Je veux mettre les choses au clair dès maintenant concernant un point que la députée a soulevé tout à l'heure. Elle a affirmé que ma motion avait été rédigée dans les deux heures qui ont suivi le dépôt du document de travail. C'est faux. La ministre m'a montré le document trois jours avant sa divulgation. Je l'ai lu, j'y ai réfléchi et j'ai ressorti les notes que j'avais écrites à l'occasion du débat exploratoire tenu en octobre, et c'est après cela que j'ai rédigé la motion. Je ne l'ai pas fait en deux heures. Oui, j'ai vu le document avant d'autres députés. C'est vrai. Je le reconnais.
Je veux que le comité étudie cette question et j'aimerais que cela se fasse rapidement pour que nous puissions partager avec la Chambre les conclusions tirées de notre propre témoignage, un témoignage qui s'avère bien plus profond grâce à la contribution du parti conservateur, du NPD et de mon propre parti. J'ai trouvé l'expérience fort intéressante. Pour l'amour du ciel, nous avons discuté de la Magna Carta pendant deux heures. De dire que j'en étais complètement captivé ne serait pas tout à fait vrai, mais ce serait assez proche. J'oublie le nom de la circonscription du député qui a soulevé le sujet; je ne connais que son nom. Je dois admettre qu'il s'agissait d'une bonne discussion que j'ai beaucoup appréciée.
Il y a eu plusieurs discussions sur la façon dont d'autres pays, notamment le modèle de Westminster en Australie, en Nouvelle-Zélande et, bien sûr, au Canada, sont parvenus à moderniser leur Parlement.
J'ai parlé de voter électroniquement. J'aimerais aborder un autre aspect dont on n'a pas parlé pendant la campagne, mais qui était dans le document de travail pour une très bonne raison. C'est une question qui a été portée à mon attention il y a un certain temps. C'est au sujet de l'organisation des débats.
Certaines personnes examinant la situation diraient simplement que je suis en train de définir en quoi consistera le débat. À la fin des années 1990, les débats donnaient lieu à énormément de frustration. Ils duraient longtemps, puis on avait recours à l'attribution de temps. Les députés du Royaume-Uni appellent cela la guillotine, ce qui est probablement une description plus juste. Un débat avait lieu, puis la guillotine y coupait court. C'est frustrant pour les députés de l'opposition, parce qu'ils ne savent pas quand cela se produira.
Le Royaume-Uni a décidé que, après la deuxième lecture, le débat serait organisé de sorte que les députés sachent combien de temps ils ont pour l'étape du rapport, qui est la troisième étape avant le vote. De cette façon, chaque parti serait en mesure de présenter ses arguments comme il le souhaite. Autrement, il y avait quelque chose de frustrant. Disons qu'il y avait trois éléments à un débat et que le troisième élément était le plus important. Les députés veulent présenter leur argument de façon progressive en disant « cet élément est mauvais, celui-ci, encore plus, mais celui-là est vraiment très mauvais ». Une fois qu'ils arrivaient au deuxième point, la guillotine coupait court au débat, et c'était terminé.
Le Royaume-Uni a instauré un programme de déroulement des débats et, étonnamment, les députés de l'opposition ont convenu en grande majorité que c'était une façon pratique de traiter les projets de loi. L'application de ce programme n'était pas automatique. Les leaders parlementaires devaient d'abord en discuter et, s'ils étaient d'accord, le débat était programmé après la deuxième lecture.
Le document de travail aborde aussi la question des projets de loi omnibus. La présidence pourrait-elle jouer un rôle plus actif lorsqu'il est question de diviser une mesure omnibus afin qu'on puisse la traiter plus facilement et mieux cerner certains ou plusieurs de ses éléments? À titre d'exemple, un sujet pourrait être séparé de la mesure, alors qu'un autre suivrait un autre chemin.
Mon collègue conservateur a soulevé un point qui m'apparaît sous-tendre l'étude envisagée. Il a demandé si ce changement demandé était possible, si la présidence avait l'autorité nécessaire. Elle a peut-être l'autorité requise, mais peut-être pas; je l'ignore. C'est un enjeu qui mérite discussion car, comme le savent les députés, les projets de loi omnibus ont causé beaucoup de maux de tête aux parlementaires pendant la dernière législature. Nous en avons beaucoup discuté.
Voilà quelques-uns des sujets abordés dans le document de travail dont nous avons parlé.
Notre parti a fait plusieurs promesses durant la campagne électorale, et nous aimerions évidemment y donner suite. Nous voulons respecter nos promesses électorales.
L'une des questions soulevées est celle des séances du vendredi. Il semble plutôt fort de dire à la Chambre que nous ne voulons pas travailler le vendredi. Or, nous n'avons jamais dit que nous ne travaillerions pas cette journée-là.
Voici le problème que me posent les séances du vendredi, et j'espère que l'opposition pourra entendre ce que j'ai à dire. Ces séances durent seulement une demi-journée. Elles ne sont pas très efficaces. Au cours de la présente législature, nous devrions transférer ces heures à d'autres jours de la semaine ou faire du vendredi une journée complète de séance. Voilà les options que nous voulions présenter au comité. Les députés de l'opposition ont affirmé que les Canadiens travaillaient le vendredi. C'est vrai. Cependant, en appliquant cette logique, on pourrait dire que les Canadiens se présentent au travail à 8 h 30, alors que nous commençons notre travail à 10 heures. De plus, contrairement à nous, les Canadiens travaillent en septembre et en janvier. Pourquoi ne pas suivre leur exemple? Pourquoi ne pouvons-nous pas transférer une partie de ces heures à ces mois?
Mon père a été électricien dans une usine pendant 43 ans. Il y a de nombreuses années, la direction de l'entreprise lui a offert de travailler des quarts de 12 heures, au lieu de 8 heures. Il pourrait ainsi passer plus de temps avec sa famille les quatre jours de repos. Il obtenait deux jours de congé au lieu de quatre. Quelle idée géniale. La différence, c'est que mon père avait un peu de temps libre pendant ces quatre journées.
Soyons honnêtes. Une partie de la situation n'est pas prise en compte. Je ne peux pas parler pour les autres députés, mais les jours où je ne suis pas à Ottawa — je ne présume de rien, mais je sais que nous le faisons tous —, je continue à travailler. Je participe à des rencontres et à des activités dans ma circonscription; c'est notre façon d'obtenir des commentaires. Très souvent, le trajet d'ici à Terre-Neuve me semble aussi complexe que de me rendre en Islande. La durée du déplacement est à peu près la même. Il faut en tenir compte. Au lieu de les appeler les semaines de relâche, on devrait parler des semaines de travail dans les circonscriptions.
La semaine dernière, j'ai lu le fil Twitter du député d'Avalon. Ma foi, je pense qu'il n'a pas dormi pendant quatre jours. C'était un flot incessant d'activités. Il mesure sept pieds, mais il doit maintenant faire cinq pieds deux après tous ces déplacements dans sa circonscription. C'est incroyable. Il travaille sans relâche.
Je souhaitais simplement attirer l'attention sur ces éléments, et je terminerai par ce point. L'objectif de cette motion est de réaliser une étude. Tout ce que les députés ont dit concernant l'unanimité est souhaitable, mais qu'adviendra-t-il si nous publions ce rapport qui demande un appui unanime et que nous nous entendons sur un seul élément? Le rapport contient une seule mesure. Tant de discussions pourraient avoir lieu à ce sujet. Il y a tant de choses dont nous pourrions débattre qui ne seraient pas incluses dans ce rapport. Voilà ce qui est regrettable. Ils ne seront peut-être pas d'accord avec la logique, mais par le passé, comme je l'ai déjà dit, depuis le début, si nous utilisons un rapport qui a reçu le consentement unanime de la Chambre, je me demande pourquoi la motion n'a pas demandé le consentement unanime. Le député qui a modifié le Règlement et qui vient tout juste de parler de consentement unanime n'a pas une seule fois demandé le consentement unanime lorsqu'il a modifié le Règlement.
Un député du NPD a aussi modifié le Règlement concernant les pétitions électroniques. Il a fait du bon travail et je l'ai appuyé, mais il n'a pas demandé le consentement unanime.
Nous aspirons à obtenir le consentement unanime. Je comprends la nature politique de la chose. Je comprends ceux qui s'expriment sur Facebook. Je comprends les raisons de la manoeuvre dilatoire. C'est l'un des privilèges que l'on acquiert en servant des deux côtés de la Chambre, pas parce que l'on pense jouer sur tous les tableaux, mais parce que l'on a une différente façon de voir les choses des deux côtés. On sait ce que c'est que de gouverner, tout comme on sait ce que c'est que de faire partie de l'opposition. Je vois les deux côtés de la médaille. J'ai déjà pleinement participé à une manoeuvre dilatoire, et voilà qu'une manoeuvre dilatoire a maintenant lieu contre moi. J'ai même pris la parole. C'est ma motion qu'ils contestent. J'en ai parlé. Je ne sais pas comment on peut qualifier cela — contre-manoeuvre dilatoire, peut-être? La raison pour laquelle j'ai pris la parole est que nous avons pu transmettre de l'information exceptionnelle pendant plusieurs heures, et ce, même dans le contexte d'une manoeuvre dilatoire. Allez comprendre cela.
Voici la raison pour laquelle je veux que cette étude ait lieu: il y a tellement de personnes qui ne siègent pas à la Chambre qui pourraient nous donner de judicieux conseils sur la façon dont nous pourrions moderniser nos façons de faire. Ce document de travail n'est pas une motion présentée à la Chambre qui exige que la majorité l'emporte, point final.
Cela s'est produit auparavant. Les auteurs de la loi sur le manque d'intégrité des élections sont montés sur leurs grands chevaux et ont affirmé que cela ne se faisait pas. Pourtant, nous ne présentons pas cette mesure à la Chambre pour qu'elle soit mise aux voix tout de suite; nous ne faisons que proposer une motion qui vise à étudier la possibilité de modifier le Règlement de la Chambre des communes.
Voici ce que je demande aux députés: qu'est-ce qui laisse entendre que nous voulons imposer quoi que ce soit? Ce n'est pas du tout le cas. Nous ne faisons que discuter. Si les députés de l'opposition n'aiment pas la programmation que je viens de présenter, ils ont juste à ne pas l'appuyer et à expliquer pourquoi ils s'y opposent. Moi, je l'aime. J'ai déjà accueilli favorablement, à maintes occasions, les arguments qui ont été soulevés, comme au sujet des projets de loi omnibus et d'autres choses du genre.
Je le redis, voici ce qui me plaît à la lumière de ce qu’on a fait. J’ai aimé le rapport McGrath, qui a fait l’unanimité, même si cela n’était pas nécessaire. Nous avons eu un débat exploratoire amorcé par les libéraux. Nous n’avons rien précipité. Nous avions souhaité un débat d’idées. Nous avons maintenant cette motion et ce document de travail dont nous n’appuierons peut-être même pas tous les éléments, mais il vaut certainement la peine d’en parler. Nous sommes bien loin de ce qui s’était passé.
Si nous voulons parler de précédents, les députés de l’opposition disent qu’ils ont toujours agi ainsi. C’est faux. Au début des années 1990, Brian Mulroney a imposé à la Chambre une motion selon laquelle il fallait changer le Règlement. A-t-il proposé une motion? Non. A-t-il tenu un débat exploratoire? Non. A-t-il produit un document de travail? Non. Il a simplement déclaré: « Voici les changements que je mets aux voix. Comme nous avons la majorité, je vous souhaite bonne chance. »
M. David Christopherson: Cela donne une impression de déjà-vu.
M. Scott Simms: Ce n’est pas ce que nous faisons, monsieur le Président. Il n’est absolument pas sincère en disant cela.
M. David Christopherson: Je suis sincère.
M. Scott Simms: Cela manque totalement de sincérité, monsieur le Président. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est d’amorcer l’étude et d’y donner suite. C’est tout ce que nous demandons.
Chaque fois que nous faisons cela, l'opposition parle de précédents, lesquels sont nombreux. Je ne souhaite pas faire dérailler le processus; je ne veux pas qu'on pense que nous nous opposons à l'idée d'un rapport unanime. Nous souhaitons tous de tout coeur atteindre un tel objectif. C'est un objectif ambitieux auquel nous croyons.
M. David Christopherson: Les choses avancent bien. Nous nous approchons du but. Il ne s'agit pas d'un objectif ambitieux.
M. Scott Simms: C'est exact, monsieur le Président.
Comme je l'ai dit, cependant, je souhaite parler de toutes ces choses pendant les discussions. Avant même que n'aient lieu les discussions, les opposants ont cherché à faire de l'obstruction et à s'exprimer sur Facebook. C'est leur droit. Ils peuvent agir ainsi. C'est bien. Toutefois, j'espère que nous pourrons nous entendre, car, selon moi, il est malheureusement plus que temps de moderniser le Parlement. Nous devrions moderniser tous les aspects du processus, dont la façon de voter, maintenant qu'il y a 338 députés à la Chambre.
Cela dit, je tiens à remercier les députés d'avoir écouté mon discours sur cette question. L'unanimité serait une chose merveilleuse. Même si, parfois, je me mets passablement en colère à ce sujet, je souhaite certainement que nous obtenions l'unanimité. C'est ce que mérite cette enceinte et, par-dessus tout, c'est ce que méritent les Canadiens.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2017-04-03 16:10 [p.10069]
Mr. Speaker, I want to thank my friend, the member for Coast of Bays—Central—Notre Dame for his remarks. He was doing pretty good there for a while, and then he got into a couple of rough bumps.
I know time is tight on these questions and answers, but there are a couple of things that absolutely scream out to be responded to. The first is, the member talked about the McGrath report and holds it up as something they want to do. In that report, they talk about how proud they are of the fact that they did not have to have any votes. The member says they are not saying that there have to be votes, though I am not really sure. It depends on what part of his speech we are referring to, as he kind of bounces around.
Here is the reality. There is no open, give-and-take, free discussion, as we would all like to have, if the government insists on retaining the right to ram it through if it does not agree with the proposed unanimity. This is the issue. The government keeps saying it does not know why the opposition is doing this, why it is causing such turmoil. By the way, they were the ones who forced it 24-7, not us. They wonder why we cannot have a nice discussion, why we cannot just talk about these things.
Let me ask the hon. member this question. If he were prepared to guarantee that there would be no ramming through, under no condition would the government believe it had the right to ram something through, would he accept that then we could have a fair and informed discussion? He must recognize that as long as the government retains the right, or believes that it retains the right to unilaterally ram it through, the idea of having nice, equal, fair-minded discussions is just not going to happen, for obvious reasons.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon ami, le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame, de ses observations. Tout allait très bien pour lui, puis il s'est mis à déraper un peu.
Je sais qu'il y a peu de temps pour les questions et observations, mais il y a quelques points qui nécessitent absolument une réponse. D'abord, le député a parlé du rapport McGrath et l'a donné comme exemple de ce que le gouvernement veut faire. Dans ce rapport, les auteurs indiquent à quel point ils sont fiers du fait qu'il n'était pas nécessaire de tenir des votes. Le député affirme qu'ils ne disent pas que des votes sont obligatoires, mais je ne suis pas vraiment sûr. Cela dépend de la partie de son discours à laquelle on renvoie puisqu'il passait d'un sujet à l'autre.
Voici la réalité. Contrairement à ce que nous voulons tous, il n'y a aucune discussion libre, ouverte et donnant-donnant si le gouvernement insiste pour conserver le droit de faire adopter la motion à toute vapeur en cas de désaccord avec l'unanimité proposée. Voilà le problème. Le gouvernement ne cesse de dire qu'il ne comprend pas pourquoi l'opposition agit ainsi et pourquoi elle provoque de tels bouleversements. Soit dit en passant, c'est le gouvernement qui a insisté sans relâche, et non nous. Il se demande pourquoi on ne peut pas avoir une bonne discussion et simplement parler de ces sujets.
Je souhaite poser la question suivante au député. S'il était prêt à garantir que la motion ne serait pas adoptée à toute vapeur et que, sous aucune condition, le gouvernement ne croirait qu'il a le droit de faire adopter la motion à toute vapeur, le député admettrait-il qu'il soit alors possible de tenir une discussion franche et éclairée? Il doit reconnaître que, tant que le gouvernement conserve ou croit conserver le droit de faire adopter la motion de façon unilatérale et à toute vapeur, il n'y aura simplement jamais de bonnes discussions équitables et impartiales, pour des raisons évidentes.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, the member has to back up a minute. What was the very first thing that I said? It was that he too uses the McGrath report. I agree with all the things he has said, all the wonderful things that are in this are real gems, about no votes and that sort of thing. That is great. However, if we look at the set-up for the report, it did not restrict these people into doing that. It started out on a good foot. It basically said that this is what they wanted to do and all the things they wanted to talk about to modernize the House of Commons where unanimity was not required. That was a set-up from the very beginning. That was what that was.
Monsieur le Président, le député doit revenir en arrière une seconde. Qu'est-ce que j'ai dit tout au début? J'ai dit que lui aussi citait le rapport McGrath. Je suis d'accord avec tout ce qu'il a dit. Ce document est rempli de merveilleuses idées au sujet de l'absence de vote, et ainsi de suite. C'est très bien. Par contre, si on s'attarde au cadre de l'élaboration de ce rapport, on voit qu'il n'y avait pas de restrictions. Les choses étaient parties du bon pied. En gros, ils ont dit ce qu'ils voulaient faire et indiqué toutes les choses dont ils voulaient parler relativement à la modernisation de la Chambre des communes dans les cas où l'unanimité n'était pas nécessaire. C'était cela l'idée, dès le départ. Voilà de quoi il s'agissait.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, the very last sentence of that motion talks about June. The member knows it. I know it. The last sentence in that motion requires a timeline. If he is going to argue it, he has to read it first.
Monsieur le Président, la dernière phrase de la motion parle du mois de juin. Le député le sait tout aussi bien que moi. La dernière phrase de la motion établit un échéancier. Que le député lise la motion avant d'avancer quoi que ce soit.
View Filomena Tassi Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for offering some clarification. It is very important. Passions do rise here, because this is an important issue for Canadians.
As a member on the committee, we want to ensure that Canadians understand exactly what is happening. I am very happy to hear my hon. friend make very clear that this is about having the discussion. This is about inviting witnesses to come so that the committee can make best practices suggestions, evidence based, on how we move forward.
I have two questions for my friend. The first is with respect to the comment about this being expedited and trying to make it happen overnight. I know, as a committee member, that I am willing to work extra hours to make this happen. If we need further time, would my friend be willing to say yes to that? If we need further time to make a good decision, would we do that?
Second is with respect to efficiency and effectiveness. How important is this for Canadians? Can my friend give examples of how we are not being as effective and efficient as we could be, because I know as a new member that we could do much better.
This is exactly what the committee wants to undertake, so that we can fulfill our promise to Canadians, so that every minute we spend here, we are making the absolute best use of our time so we can serve Canadians to the best of our ability.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'avoir apporté quelques précisions. C'est très important. Le débat s'échauffe parce que cette question compte pour les Canadiens.
Moi qui suis membre du comité, je tiens d'abord à ce que les Canadiens comprennent bien de quoi il s'agit. Je suis très contente que mon collègue ait bien précisé qu'il faut que ces discussions aient lieu. Il faut que le comité invite des témoins à comparaître pour qu'il puisse prendre connaissance des meilleures suggestions d'amélioration fondées sur des faits.
J'ai deux questions à poser à mon collègue. La première porte sur l'empressement à agir et la volonté que les changements se fassent en criant ciseau. Moi qui suis membre du comité, je suis bien prête à faire des heures supplémentaires pour que nous puissions y parvenir. Le député serait-il prêt à accorder plus de temps au comité s'il en avait besoin? Lui donnerions-nous le temps qu'il faut pour prendre une bonne décision?
Ma deuxième question porte sur l'efficience et l'efficacité. Ces aspects ne sont-ils pas importants pour les Canadiens? Le député pourrait-il donner des exemples de situations où nous ne sommes pas aussi efficaces et efficients que nous pourrions l'être? Je suis nouvellement élue, et je sais que nous pourrions faire beaucoup mieux.
Voilà précisément ce que veut accomplir le comité. Nous voulons respecter la promesse que nous avons faite aux Canadiens et faire en sorte que chaque minute soit utilisée de façon optimale pour servir les intérêts des Canadiens du mieux que nous le pouvons.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, this is one of those times when I hear an intervention and I just want to say that is a good point and then sit down. However, I will not. I will elaborate by saying this. There were several times in this House, and I point to the opposition because I mentioned two earlier, when I kind of picked on the opposition. I am reticent to do that because I supported both of those initiatives. I thought it was the right thing to do.
Now we are looking at more holistic changes, in a much broader fashion, for the discussion. If we look at it through private members' motions, they start talking about changing, but we do not have a lot of time by which we can examine fully some of these concepts we are talking about. Here, we can. When we look at changes, we can get witnesses to come in to talk about some of the concepts. These witnesses are people who have not just read about it, they have been through it. They are parliamentarians and former parliamentarians from around the world who can discuss that they tried programming, that they did electronic voting, that they did many of these things. In doing so, they can say that here are some of the snags.
The bad thing is that when countries come last, they are plodding along and are the last ones to do it. However, one of the good things is that we can take from the good and the bad from everyone else who has done it, in cases such as New Zealand, Australia, certainly from Westminster, and maybe Scotland as well, because the Scottish parliament, being fairly new, adopted some best practices as it started. That is one of the things we can do to modernize, and I hope that is the type of discussion we will get into when we do this study.
Monsieur le Président, c'est l'une de ces occasions où, après avoir écouté une intervention, je veux simplement dire que c'est un bon point, puis m'asseoir. Cependant, ce n'est pas ce que je ferai. Je vais préciser ma pensée en disant ceci: il m'est souvent arrivé, à la Chambre — je regarde l'opposition parce que j'ai mentionné deux de ses députés tout à l'heure —, de m'en prendre à l'opposition. J'hésite à le faire parce que j'ai appuyé les deux initiatives. Je croyais qu'elles représentaient ce qu'il convenait de faire.
Maintenant, nous envisageons de discuter de changements plus globaux, de manière beaucoup plus large. Si nous les examinons dans le cadre de motions d'initiatives parlementaires, nous commencerons à parler de changements, mais nous ne disposerons pas de beaucoup de temps pour examiner certains concepts en profondeur. Or, ici, nous pourrons le faire. Quand nous examinerons les changements, nous pourrons inviter des témoins à nous parler de certains des concepts. Les témoins sont des personnes qui n'ont pas simplement lu sur le sujet; c'est quelque chose qu'elles ont réellement vécu. Ce sont des parlementaires et d'anciens parlementaires du monde entier qui peuvent raconter comment ils ont essayé d'organiser les débats, de voter électroniquement, de faire toutes sortes de choses. Ce faisant, ils sont en mesure de dire où sont les écueils.
L'aspect négatif, c'est que quand un pays est parmi les derniers, on traîne de la patte et c'est laborieux. Cependant, l'aspect positif, c'est qu'on peut tirer des leçons des succès et des échecs de tous les autres pays qui sont passés par là, comme la Nouvelle-Zélande, l'Australie, certainement Westminster et peut-être même l'Écosse, car le Parlement écossais, étant relativement récent, a adopté certaines pratiques exemplaires dès ses débuts. Voilà une des choses que nous pourrions faire pour moderniser le Parlement, et j'espère que c'est le genre de discussion que nous aurons lorsque nous réaliserons l'étude.
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
View Scott Reid Profile
2017-04-03 16:16 [p.10070]
Mr. Speaker, I want to ask my colleague from Coast of Bays—Central—Notre Dame this. He indicated in his lengthy remarks that he is not willing to negotiate on everything in his motion, but he is willing to negotiate on the deadline. I have the feeling that would not be enough for me and my colleagues, but it does raise a question.
The member introduced his motion on March 22, and about two weeks have gone by. We will be returning to this on April 5, so that is two weeks gone. If we push back two weeks from June 2, we are at June 16. As well as now having some time lost on this important business, we have the important business of changes to the Canada Elections Act. This is a matter which the very day before the member introduced his motion, the Minister of Democratic Institutions said it must be rushed through committee by the end of May. That is a schedule that conflicts entirely with our timeline.
Therefore, my question is this. Would the member be willing to consider moving back his deadline to the autumn in order to allow us to properly fulfill that mandate regarding democratic institutions while still dealing with the Standing Orders in more detail? I would point out that would leave us the entire summer to have meetings and discuss this.
Monsieur le Président, j'ai une question pour mon collègue de Coast of Bays—Central—Notre Dame. Dans son long discours, il a mentionné ne pas être ouvert à négocier tous les éléments de la présente motion, mais qu'il est prêt à négocier l'échéance. Cela ne me suffit pas et j'ai l'impression que mes collègues sont d'accord. De plus, cela soulève une question.
Le député a présenté sa motion le 22 mars, il y a environ deux semaines. Nous y reviendrons le 5 avril. Cela fait donc deux semaines en moins. Si nous repoussons l'échéance du 2 juin de deux semaines, cela nous amène au 16 juin. En plus de consacrer du temps à dossier important, nous devons discuter de l'importante question des modifications à la Loi électorale du Canada. La veille du jour où le député a présenté sa motion, la ministre des Institutions démocratiques a indiqué que le comité devra examiner la question des modifications à la Loi à toute vapeur, d'ici à la fin du mois de mai. C'est un délai qui chamboule totalement le calendrier actuel.
Par conséquent, voici ma question. Le député serait-il prêt à envisager de repousser l'échéance à l'automne afin de nous donner assez de temps pour que nous remplissions le mandat relatif aux institutions démocratiques tout en traitant la question du Règlement de façon plus approfondie? Je tiens à souligner que cela nous laisserait tout l'été pour organiser des réunions et en discuter.
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I would be willing to discuss it, but I do not think that was in their amendment. Their amendment was solely concerned with the idea of unanimity, if I recall. That is what we are on right now, which is the amendment.
However, when I mentioned earlier about discussions of the time spent, I was talking about the time during the day that we can sit, a time throughout the week, five days a week. As a matter of fact, the finance committee does this during pre-budget consultations. It goes for five days a week and extends the hours. I see nothing wrong with that, unless maybe Fridays are out of the question for the member. I would be willing to sit on a Friday. I am not sure about my colleagues, but there we go.
Monsieur le Président, je serais prêt à en discuter, mais je ne crois pas que cet élément fasse partie de leur amendement. Si je me souviens bien, leur amendement ne vise que l'idée d'unanimité. C'est ce dont nous parlons en ce moment, c'est-à-dire l'amendement.
Cependant, lorsque j'ai mentionné plus tôt les discussions entourant le temps qui nous est alloué, je parlais du temps au cours de la journée pendant lequel nous pouvons siéger, une période tout au long de la semaine, cinq jours par semaine. D'ailleurs, le comité des finances le fait au cours des consultations prébudgétaires. Il siège cinq jours par semaine et prolonge les heures. Je n'y vois rien de mal, à moins que les vendredis ne soient hors de question pour le député. Je serais prêt à siéger un vendredi. Je ne sais pas ce qu'en pensent mes collègues, mais voilà ce que j'en pense.
View Pat Kelly Profile
CPC (AB)
View Pat Kelly Profile
2017-04-03 16:18 [p.10071]
Mr. Speaker, the member had a lengthy speech. He is well versed in parliamentary process and knows the material very well. In his experience, he mentioned understanding fully the importance of parliamentary privilege for members, having sat on both sides of the House, and the importance of each member who has won an election representing her or his constituents.
The member commented on the high quality of the debate that is taking place at the Standing Committee on Procedure and House Affairs, and wished that some of that would be part of the discussion itself. However, does the member not see that it is entirely within his power and his colleagues' power to make that happen, by simply either adopting the amendment that is before the committee or withdrawing the motion and then beginning the debate where we can discuss modernizing this place?
Monsieur le Président, le discours du député était long. Il connaît très bien la procédure parlementaire et le sujet. Il a mentionné comprendre parfaitement, compte tenu de son expérience, l'importance du privilège parlementaire pour les députés, puisqu'il a siégé des deux côtés de la Chambre, et l'importance de chaque député qui a remporté une élection et qui représente ses concitoyens.
Le député a commenté la grande qualité des débats qui ont lieu au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre et il aurait voulu que certains de ces éléments fassent partie des discussions. Or, le député ne voit-il pas qu'il a entièrement le pouvoir, à l'instar de ses collègues, d'agir à cet égard simplement en adoptant l'amendement dont le Comité est saisi ou en retirant la motion pour ensuite entamer le débat au cours duquel nous pourrons discuter de la modernisation de la Chambre?
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I appreciate where my colleague is coming from by talking about the beginning of a debate, but we already began this debate. It started in October. All through that period we talked about it at committee. Now we are moving a motion to begin this discussion.
A take-note debate took place, and I really enjoyed that. Now we are into a discussion over how to have the study looked at. We can use the time wisely to do all that without withdrawing anything. The member talks about the amendment, but we have not voted on the amendment yet because the floor has not been ceded.
I appreciate what the member has said, however, we are to a point now where we are ready to move on this to say that in committee we want a study and provide recommendations to the House in order for the minister and other parties to consider it.
Monsieur le Président, je comprends pourquoi le député parle d'entamer un débat, mais nous avons déjà commencé le débat. Il a commencé en octobre. Durant tout ce temps, nous en avons parlé au comité. Nous présentons maintenant une motion pour lancer la discussion.
Il y a eu un débat exploratoire, que j'ai beaucoup apprécié. Nous discutons maintenant de la façon d'aborder l'étude. Nous pouvons utiliser le temps judicieusement pour faire tout cela sans rien enlever. Le député parle de l'amendement, mais nous n'avons pas encore voté sur l'amendement parce que la parole n'a pas été cédée.
Je comprends ce que dit le député, mais nous en sommes maintenant à un stade où nous sommes prêts à présenter une motion pour dire que nous, au comité, voulons faire une étude et formuler des recommandations à la Chambre pour que le ministre et les autres partis puissent les examiner.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2017-04-03 16:20 [p.10071]
Mr. Speaker, it is a pleasure to speak to concurrence in the committee's report, as well as the amendment to send it back to committee, and importantly to affirm and clarify that, in all of its reviews of the procedures and practices of the House, the committee will only make recommendations to the House that enjoy the support of all members of the committee. As I am sure all members know, that has been the subject of some debate pertaining to some other issues before the committee.
It may be that, at various times, some members in the past in Parliament may have made arguments as to why it might not make sense to always proceed on the basis of all-party support. I am not sure I would agree with those arguments. However, I want to speak to them because it is important both to this motion and to other matters at PROC. In the particular circumstances of this Parliament and where we have come from October 2015 until now, it is important that if parties are to engage in discussions, whether it is about family friendly or other rules about the House and changing them, opposition members have some assurances from the government that before setting out on that discussion it will have a proper decision-making process for the end of that discussion. What we do not want to do is create a pretext for the government to ram through whatever changes it would like, whether with respect to family friendly or other changes to the rules of the House.
That is why, notwithstanding any general arguments about why we may not in every case want all-party support for this or that or the other thing, in this Parliament it is important we have those reassurances. Whatever good faith or trust the government might have asked for at the beginning of its mandate has been burned up by the government. It took a serious hit about a year ago when it decided to introduce Motion No. 6, which was an ugly motion that sought to handcuff Parliament and make it a creature essentially of the government. Whenever something was going on that the government did not like, it would simply be able to shut down debate or adjourn the House, and to do it at will. That is why we see arguments from the government on some issues about programming bills, for instance, because it wants more predictability in the House.
Motion No. 6 had nothing to do with a predictable schedule. It had nothing to do with making the hours that we stay or leave predictable for the sake of members with young families or for the staff of members with young families. Therefore, there is good cause to suspect that when the government talks about making the House more predictable for the sake of families, really what it is doing is using the arguments of predictability and using young families as a screen for doing whatever is convenient to it at the time.
Because I will be splitting my time with the member for Hamilton Centre, he will have more to say on that, so I will leave that alone for now.
I do not think predictability is a real value that the government is promoting. It is cherry-picking when it talks about predictability. It is cherry-picking when it is convenient for it to have concern for members with young families and when it will not. That was part of Motion No. 6. I raise that argument just as one example. If people are just listening through the news and are not in this place every day, they do not see the way the government operates on a daily basis, so it sounds like a reasonable argument. If they have a family, it would be nice to know whether they would leave at 6 p.m. or 8 p.m. When the government had Motion No. 6 in its mind, it had nothing to do with that.
Another issue that pertains to this, because it has to do with democracy and how we set the rules for democracy, was on electoral reform. Again the government said that it needed opposition members to engage it in good faith. It even went so far as to tell members what they should or should not do, which the government ought never do. They were told to go into their constituencies, hold town halls, and then report those findings back to government. Many MPs on this side of the House did that in good faith. The results that came through that process and through the extended travelling of the committee, which heard from a number of experts and ordinary Canadians themselves, was they wanted a change in the voting system.
Then the government went further. In supplementary estimates, it asked for over $3 million extra to conduct a survey. As we found out later, that was the cost of the Liberals breaking a promise they never intended to keep, but not before they caused Canadians to have to pay a considerable amount of money for them to get to where they felt comfortable breaking that promise, not because of what they heard from Canadians, but simply because they realized they would not be able to blame it on someone else.
Those kinds of moves, whether it is Motion No. 6 or whether it is on electoral reform, really undermine the sense of trust that is necessary to move forward with democratic reforms in a country. Whether it is changing the way we vote or whether it is changing the rules in this place, members want to know they are dealing with a government that is actually negotiating in good faith. I put to the House that those two examples go a long way in explaining why all opposition parties are not prepared to extend the benefit of the doubt to the government, as we did on the electoral reform file. It only gets so many chances to engage in those processes in good faith.
What the opposition parties are asking for when it comes to reforming the rules of this place is quite reasonable, particularly in light of that lack of trust and good faith. We want the government simply to commit to what has been done many times in the past. When we are to change the rules of the House, we sit down with the other parties and say that whatever the government goes forward with will be something all parties of this place agree to, and that is it. That is not a lot to ask for.
There are a number of examples where that has been done before. That includes the McGrath committee. If anyone wondered if all-party consent would lead to gridlock and not being able to get anything done, I would remind the House that it was on the McGrath committee that we had a Speaker elected by secret ballot for the first time, which was interesting. It was a major reform of the House. That was not the case before the McGrath committee. It was out of the McGrath committee that we got votable private members' business, granted not in the form that we do it now where every PMB becomes votable if it makes it to the floor of the House. It was out of the McGrath committee, which required all-party consent, that we actually got some of those first reforms.
There is the idea that we cannot make substantive, meaningful reform to the rules of the House because we require all-party consent. On the other side of the coin is that somehow the only way to make meaningful and substantive changes to the rules of the House and to improve the functioning of this place is to have a government come in with less than 40% of the vote, steamroll the opposition parties and make whatever rules it wants, whether it is with respect for what we are talking about today, which is some of the proposals around family-friendly things, or other rules of the House.
If anyone gets up and says that the only way to make the House more modern, more efficient and substantially change the way we do business here is by having a strong-handed government come in and whip this place into shape, it is not true. Members of all parties traditionally have been willing and able to get together and hammer out new ways of going forward that represent the changing trends of society and work-life balance and everything else. It has been done.
The idea that somehow it will take a strongman government to come in and make things right in a place that has its challenges but overall operates pretty well is not on the table. It is particularly funny coming from a government that has one of the most meagre legislative agendas we have seen in a long time. The Liberals have been in government for a year and a half, and they have only seen fit to introduce about 40-some bills. Most of those are just regular procedural bills that have to do with the estimates process. Some of those are bills that were because of decisions of the Supreme Court, which required the government to make a decision. Then a third major category of those bills is simple repeals of Harper-era legislation. It is not like it took a lot of time to prepare, and with the exception of some of my colleagues on the opposition benches from the Conservative Party itself, those repeals tend to have pretty widespread support here in the House of Commons. When we take those three categories of bills together, what is left in terms of an authentic legislative proposal of the government is not very much.
The idea that we somehow have to overhaul the rules of the House to make it easier for government to ram things through, which I submit is a good part of what is really going on, for a government that cannot bring itself to write any legislation of its own is just laughable. Of all the governments, at least if we are to change things to make it “more efficient” around here, it should be for a government that is actually presenting a lot of legislation.
Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de parler de l'agrément du rapport du comité ainsi que de l'amendement demandant qu'il soit renvoyé au comité et, surtout, pour affirmer et clarifier que, dans tous les examens de la procédure et des usages de la Chambre qu'il fera, le comité n'adressera à la Chambre que les recommandations qui auront l'appui de tous les membres du comité. Comme tous les députés le savent, j'en suis sûr, ce point a suscité un débat concernant certaines autres questions dont le comité est saisi.
Auparavant, il est sûrement arrivé à diverses occasions que des députés présentent des arguments pour montrer qu'il n'est pas toujours judicieux de procéder systématiquement par consensus entre tous les partis. Je ne suis pas sûr d'accepter ces arguments. Cependant, je tiens à y répondre, car il est important d'en tenir compte dans les délibérations sur cette motion et sur d'autres questions à l'étude au comité de la procédure et des affaires de la Chambre. Dans le contexte particulier du Parlement du Canada, et à la lumière de ce qui s'est passé depuis octobre 2015 jusqu'à aujourd'hui, je dirais que, si les partis veulent discuter de la façon de modifier le Règlement de la Chambre en vue notamment de faciliter la conciliation famille-travail, il faut, avant même d'amorcer cette discussion, que le gouvernement donne aux députés de l'opposition l'assurance que la décision qui suivra cette discussion sera prise selon un processus adéquat. Que l'on veuille modifier le Règlement pour faciliter la conciliation famille-travail ou pour une autre raison, ce qu'il faut éviter, c'est que le gouvernement y voie un prétexte pour imposer tous les changements qu'il désire.
Voilà pourquoi, malgré tous les arguments que l'on pourrait avancer pour montrer qu'il n'est pas toujours nécessaire d'obtenir l'appui de tous les partis à l'égard d'une question donnée, je crois qu'il est important d'offrir ce genre de garantie au Parlement. Peu importe sa bonne foi ou la confiance qu'il a voulu obtenir au début de son mandat, le gouvernement a désormais épuisé son capital de confiance, qui avait été durement éprouvé lorsqu'il a décidé de présenter l'horrible motion M-6, qui visait essentiellement à menotter le Parlement et à le soumettre à la volonté du gouvernement. Dès que quelque chose ne fait pas son affaire, le gouvernement aurait pu tout simplement clore le débat ou ajourner la Chambre à sa guise. Voilà pourquoi les arguments du gouvernement portent notamment sur la difficulté de planifier l'étude des projets de loi: il veut rendre les travaux de la Chambre plus prévisibles.
La motion no 6 ne visait pas du tout à établir un horaire prévisible. Elle ne visait pas à établir des heures prévisibles de début et de fin des travaux pour aider les députés ou les membres du personnel ayant de jeunes familles. Par conséquent, il y a de bonnes raisons de croire que, lorsque le gouvernement parle d'établir des heures plus prévisibles pour aider les familles, il se sert en fait de cet argument et des familles comme prétexte pour pouvoir faire ce qui l'arrange.
Étant donné que je vais partager le temps qui m'est accordé avec le député d'Hamilton-Centre et qu'il en dira davantage à ce sujet, je vais passer à autre chose.
Je ne crois pas que le gouvernement souhaite vraiment favoriser la prévisibilité. Il invoque cette idée quand bon lui semble. Il se soucie des députés ayant une jeune famille seulement lorsque cela l'arrange, comme ce fut le cas lorsqu'il a présenté la motion no 6. Ce n'est qu'un exemple parmi beaucoup d'autres. Les gens qui entendent parler des travaux des Communes dans les médias et qui ne sont pas présents tous les jours dans cette enceinte ne voient pas comment le gouvernement manoeuvre, alors l'argument de la prévisibilité leur paraît raisonnable. Lorsque les gens ont une famille, il est bon qu'ils sachent s'ils pourront partir du travail à 18 heures ou à 20 heures. Toutefois, lorsque le gouvernement a décidé de présenter la motion no 6, ce n'est pas du tout ce qu'il avait en tête.
La réforme électorale est une autre question qui se rapporte à cela, parce qu'elle a trait à la démocratie et à la façon dont on établit les règles de fonctionnement de la démocratie. Une fois de plus, le gouvernement a affirmé que les députés de l'opposition devaient s'engager dans le débat de bonne foi. Il est même allé jusqu'à dire aux députés ce qu'ils doivent faire ou pas. Voilà quelque chose que le gouvernement ne devrait jamais faire. On leur a dit d'aller dans leur circonscription, de tenir des assemblées publiques, puis de présenter les résultats au gouvernement. De nombreux députés de ce côté-ci de la Chambre ont fait ce qu'on leur a demandé de bonne foi. Ce qui est ressorti du processus et des nombreux déplacements effectués par les membres du comité, qui a entendu les témoignages de divers experts et de Canadiens ordinaires, c'est que ceux-ci souhaitent que le système électoral soit modifié.
Le gouvernement est allé plus loin. Dans le Budget supplémentaire des dépenses, il a demandé plus de 3 millions de dollars supplémentaires pour mener un sondage. Comme on l'a appris plus tard, c'est ce que cela a coûté aux libéraux pour rompre une promesse qu'ils n'avaient jamais compté respecter. Ils se sont sentis à l'aise de rompre leur promesse seulement après que les Canadiens ont payé une somme d'argent considérable, et ce n'est pas en raison de ce qu'ils ont entendu de la part des Canadiens, mais simplement parce qu'ils se sont rendu compte qu'ils ne seraient pas en mesure de rejeter le blâme sur quelqu'un d'autre.
Ce genre de mesure, qu'il s'agisse de la motion no 6 ou qu'il s'agisse de la réforme électorale, mine le sentiment de confiance qui est nécessaire pour aller de l'avant avec des réformes démocratiques dans un pays. Qu'il s'agisse de changer la façon de voter ou de changer les règles à la Chambre, les députés veulent avoir l'assurance qu'ils traitent avec un gouvernement qui négocie de bonne foi. Je voudrais dire à la Chambre que les deux exemples présentés expliquent dans une large mesure pourquoi tous les partis de l'opposition ne sont pas disposés à donner au gouvernement le bénéfice du doute, comme nous l'avons fait dans le dossier de la réforme électorale. Le gouvernement n'a pas beaucoup d'occasions de s'engager de bonne foi dans ces processus.
Les demandes des partis de l'opposition par rapport à la réforme du Règlement sont très raisonnables, particulièrement compte tenu du manque de confiance et de bonne foi. Nous voulons seulement que le gouvernement s'engage à suivre ce qui s'est fait de nombreuses fois dans le passé. Pour modifier le Règlement de la Chambre, nous devons discuter avec tous les partis et convenir que les changements seront acceptés par tous avant d'être mis en oeuvre, et c'est tout. C'est très peu demander.
Il y a eu plusieurs exemples de ce processus dans le passé, dont le comité McGrath. À quiconque se demande si la recherche d'un consensus de tous les partis mènerait à une impasse et bloquerait tout avancement, je répondrai que c'est grâce au comité McGrath qu'un premier Président a été élu par scrutin secret, fait fort intéressant. C'était un changement important au Règlement de la Chambre. Ce n'était pas le cas avant le comité McGrath. C'est aussi grâce à ce comité que nous avons obtenu la mise aux voix de projets de loi d'initiative parlementaire, même si c'était dans une forme légèrement différente de celle d'aujourd'hui, où chaque projet de loi d'initiative parlementaire qui est présenté à la Chambre fait l'objet d'un vote. C'est le comité McGrath, qui nécessitait le consensus de tous les partis, qui a permis certaines des premières réformes.
D'un côté, il y a des gens qui croient que nous ne pouvons pas réformer considérablement et véritablement les règles de la Chambre sans le consensus de tous les partis. De l'autre, il y en a qui croient que seul un gouvernement porté au pouvoir avec moins de 40 % des voix peut procéder à une telle réforme et améliorer le fonctionnement de cet endroit en faisant fi des partis de l'opposition et en imposant tous les changements qu'il désire, que ce soit — comme il en est question aujourd'hui — pour rendre le Règlement de la Chambre plus propice à la vie de famille ou y apporter d'autres modifications.
Les personnes qui affirment que seule une intervention musclée du gouvernement visant à remettre la Chambre sur la bonne voie permettra de la moderniser, d'accroître son efficience et de modifier considérablement son mode de fonctionnement se trompent. Les députés de tous les partis ont toujours été disposés à travailler ensemble pour trouver des nouvelles façons de fonctionner qui tiennent compte de l'évolution de la société, de la conciliation travail-vie personnelle et de tout le reste. Cela s'est déjà fait.
Cela n'a aucun sens de penser qu'on aurait besoin qu'un gouvernement joue les sauveurs et vienne régler les problèmes de notre milieu de travail, un milieu qui comporte certes des défis mais qui fonctionne bien dans l'ensemble. Je trouve particulièrement amusant que cette idée vienne d'un gouvernement dont le programme législatif pèche vraiment par excès de prudence. Les libéraux sont au pouvoir depuis un an et demi, et ils n'ont présenté qu'une quarantaine de projets de loi. La plupart de ceux-ci n'étaient que des projets de loi de procédure en lien avec le processus budgétaire. D'autres faisaient suite à une décision de la Cour suprême qui obligeait le gouvernement à agir. Une troisième catégorie de mesures visait simplement à abolir des mesures législatives de l'époque Harper. Toutes ces mesures n'exigeaient vraiment pas beaucoup de préparation et la plupart bénéficiaient d'un bon appui à la Chambre, certains députés conservateurs mis à part. Outre ces trois catégories de mesures, le gouvernement n'a proposé qu'un programme législatif très mince.
Il est tout simplement risible de penser qu'il faudrait revoir le Règlement de la Chambre afin que le gouvernement puisse faire adopter des mesures législatives plus facilement — ce qui est probablement l'un des grands objectifs de la démarche —, alors qu'il ne présente presque pas de projets de loi de son cru. Si on souhaite vraiment apporter des changements qui rendront le Parlement plus « efficace », il nous faudrait un gouvernement qui présente beaucoup de projets de loi.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 16:31 [p.10072]
Mr. Speaker, I have had the good fortune of being able to work on PROC before, and in different capacities in my days as an MLA I also dealt with rule changes and the importance of rules for the House.
The last time we attempted to change rules, it was very difficult to get real, tangible changes, because at the time there was the feeling that we should be looking at getting all parties onside. The government of the day did not really feel motivated to change any rules. It seemed to have a laissez-faire approach to rules and the need to reform. We believe it is one of the reasons that Canadians want to see a modernized Parliament.
Would the member not agree that looking at how we can modernize Parliament is something that is very laudable, and that at the very least we should get on with the discussion paper or have that talk at the committee level and allow those expert witnesses to come forward and share their thoughts? I have a number of thoughts that I would like to share with the House and I hope to do so relatively shortly.
Monsieur le Président, j'ai eu la chance de travailler au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Par ailleurs, quand j'étais député provincial, le Règlement de l'Assemblée législative a été modifié. Je connais l'importance du Règlement à la Chambre.
La dernière fois que des changements au Règlement ont été envisagés, il a été très difficile d'apporter des changements concrets parce qu'à l'époque on estimait qu'il fallait tenter de rallier tous les partis. Le gouvernement d'alors ne se sentait pas obligé de changer les règles. Il semblait avoir une approche de « laissez-faire » concernant le Règlement et les changements au Règlement. On croit que c'est l'une des raisons pour lesquelles les Canadiens souhaitent que le Parlement se modernise.
Le député ne serait-il pas d'accord pour dire qu'il est très louable de souhaiter voir comment on peut moderniser le Parlement et que la moindre des choses serait de continuer de discuter du document de travail, ou du moins, en parler au Comité et permettre aux témoins experts de nous dire ce qu'ils en pensent? Il y a un certain nombre de choses dont je voudrais faire part à la Chambre et j'espère bientôt pouvoir le faire.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2017-04-03 16:33 [p.10072]
Mr. Speaker, I would start by mentioning it is hardly a criticism that the previous government did not have a desire to change the rules and then did not get them changed. I do not even know if it is really the beginnings of a criticism.
I do know that the current government has committed to changing the rules of the House. Then the question becomes whether the Liberals are proceeding in a way that will actually achieve so-called “real change”.
If we look at their record, attempt number one was Motion No. 6. It was a colossal failure for the government, and rightly so. That motion never should have come to the floor of the House of Commons in the first place, and certainly there was no attempt at collaboration.
Then, instead of learning from that mistake as a government that in good faith wants to change the rules of the House to make it better, as many members on all sides of the House want to do, the Liberals took the same tack, which was to publish a paper.
They had some ideas; fine, share them around. The issue was that at PROC the Liberals said we should come out with recommendations from a government majority-led committee on a timeline that they decided. They were going to have their members ram that through at the committee. That was the problem. It was a problem of process.
I submit to the government that if it is serious about changing the rules of the House and not just throwing the House into disorder, it should get on with having an appropriate process and proceeding in an appropriate way. With the lack of good faith that is in place now because of the government's way of proceeding, the Liberals need to have all parties agree with any changes that they will make.
Monsieur le Président, je dirai d'entrée de jeu que je ne trouve pas matière à critique dans le fait que le gouvernement précédent ne désirait pas changer les règles et que, partant, il ne les a pas changées. Je doute qu'on puisse même remettre cela en question.
Je sais que l'actuel gouvernement s'est engagé à changer les règles de la Chambre. Il s'agit maintenant de savoir si les libéraux procéderont de manière à réaliser un « vrai changement ».
La motion no 6 a été leur première tentative en ce sens. Elle s'est avérée un échec complet, et pour cause. Cette motion n'aurait jamais dû être présentée à la Chambre des communes au départ et elle n'a fait l'objet d'aucun effort de collaboration.
Au lieu d'apprendre de cette erreur et d'agir comme un gouvernement qui souhaite de bonne foi améliorer les règles de la Chambre, comme beaucoup de députés de ce côté-ci de l'allée le désirent, les libéraux ont continué dans la même foulée en publiant un document.
Ils avaient des idées. Très bien. Qu'ils les fassent circuler. Le problème, c'est qu'au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, les libéraux ont affirmé que le comité — où ils sont majoritaires — devait formuler des recommandations en respectant un échéancier qu'ils avaient eux-mêmes établi. Les libéraux du comité avaient pour tâche de précipiter les choses en comité. Le problème en était un de processus.
Selon moi, si le gouvernement désire sérieusement réviser les règles de la Chambre, et pas seulement y semer le désordre, il doit appliquer un processus approprié. La façon de faire du gouvernement a suscité tellement de mauvaise volonté que les libéraux doivent maintenant obtenir l'appui de tous les partis par rapport aux changements qu'ils apporteront.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-03 16:34 [p.10073]
Mr. Speaker, my hon. colleague gave a very good speech. I would first like to make a comment, and then I have a question for him.
Page 2 of the document tabled by the minister regarding the modernization of the Standing Orders of the House of Commons talks about ways “to empower Members...to increase their influence in the legislative process.” What needs to be done is simple: just close the Prime Minister's Office, which was created by former Prime Minister Trudeau, and put an end to party discipline. That would be fantastic. It is not complicated. Those are the two things that prevent members from doing their work and representing their constituents properly.
We have heard about electronic voting. I came here to safeguard the honour of this institution, as much as possible and as much as I can as a private citizen. The idea that someone could vote while sitting at their desk and simply pushing a button seems completely dishonourable to me. Plus, if that were to be done from our constituency offices, I see all kinds of terrible scenarios potentially playing out. Imagine if a staffer were to vote instead of the member.
Does my colleague not find dishonourable this effort to ensure that one day members are no longer required to stand up before Canadians to vote?
Monsieur le Président, mon honorable collègue a fait un très bon discours. J'aimerais d'abord faire un commentaire et lui poser une question par la suite.
À la page 2 du document déposé par la ministre concernant la modernisation du Règlement de la Chambre des communes, on retrouve les mots « d’autonomiser les députés [...] comment ils pourraient influer davantage sur le processus législatif ». Ce qu'il faut faire est très simple: il faut fermer le bureau du premier ministre, créé par l'ancien premier ministre Trudeau, et mettre fin à la discipline de parti. Ce serait fantastique. Ce n'est pas compliqué, ce sont les deux choses qui empêchent les députés de faire leur vrai travail et de représenter adéquatement les citoyens de leur circonscription.
On a parlé de faire un vote électronique. Je suis venu ici pour sauvegarder l'honneur de l'institution, dans la mesure du possible et dans le mesure de mes pouvoirs en tant que simple citoyen. L'idée qu'une personne pourrait voter en restant assise et en appuyant sur un bouton me semble totalement déshonorant. De plus, si c'était fait à partir d'un bureau de circonscription, on pourrait imaginer des scénarios terribles; par exemple, un employé pourrait voter à la place du député.
Mon collègue trouve-t-il déshonorant qu'on veuille faire en sorte qu'un jour les députés n'aient pas à se lever pour voter devant les Canadiens?
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2017-04-03 16:36 [p.10073]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question. I came here to stand up for the issues and measures that I consider important, and I am pleased to do so every day.
I also have a problem with the idea of electronic voting. If we were to do something like that, it should be done here in the House of Commons so that we would know which members are present. That way, other members would not be able to vote on behalf of those who are not present in the House of Commons by pushing a button.
I do not support this electronic model, because it has numerous flaws.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Je suis venu ici pour me tenir debout et défendre les enjeux et les mesures que je considère importants, et je suis heureux de le faire chaque jour.
L'idée du vote électronique me pose problème également. Si on faisait quelque chose du genre, cela devrait être fait ici, à la Chambre des communes, afin que l'on sache quels députés sont présents ou non. Ainsi, d'autres députés ne pourraient pas voter à la place de ceux qui ne sont pas présents à la Chambre des communes en appuyant sur un bouton.
Alors, je n'appuie pas ce modèle électronique, car il comporte de nombreuses lacunes.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2017-04-03 16:37 [p.10073]
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to join in the debate. I would like to start by coming back to the focus of what is actually on the floor, which is a report from the Standing Committee on Procedure and House Affairs. It just happens that this report is on the family-friendly Parliament changes. My friend from Elmwood—Transcona made a great deal about the fact that the problem we have right now is not whether we agree with electronic voting, or Wednesdays with the Prime Minister, and Fridays off; our problem right now is on process.
We pride ourselves in being a sports nation. Most Canadians have had some kind of attachment to some kind of sports. We all know that the first thing to do is to decide on what the rules are going to be. When the committee did this report, the one that is actually in front of us right now, I cannot say—and when this motion came up, it was not on the agenda, and I did not have time to look at Hansard to see whether an express statement was made—that there would only be things included in this report—I was there, I was part of this—but only if we all agreed.
I can certainly say, if we look at Hansard, that this was the working assumption. The proof positive would be that the government was very much pushing its idea of Fridays off at that time. It was the Conservatives and New Democrats who made it crystal clear at the beginning, the middle, and at the end of our discussion on that subject that there was no way in heck that there was going to be unanimity. Liberals can make all the speeches they want. They can have the floor; we would not dream of denying them that. However, they should understand that as it is right now, neither opposition party is willing to accept that.
When one turns to this report, one would start looking through to see what happened to the Fridays. I know every member has read every page and word of this report, because we are voting on it. However, I would remind people, in case they have forgotten since they read it, there is no reference to Fridays because everything in the report was agreed upon by the entire committee.
My friend, the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, said if there were only one agreement, how would we guarantee that there would be tangible results? This very report shows that we can do it. That speaks to how we run Parliament, which is why we all work under the implied understanding that if we did not all agree, it does not go in the report. That is exactly what happened, and the report is here now because it was approved with all-party agreement. There were things that members did not agree with that are not in the report. What is agreed to goes in the report and what is not agreed to does not go in the report.
As we talk process, as I share some side comments with the former government House leader, what is really interesting is again harkening back to my friend from Elmwood—Transcona talking about process. I am not showing everyone some arcane documents, but the document that is actually the focus of what we are doing, and it is only here because we all agreed.
Not only that, but on the process of how this was approached, again, I was here. Do members know how this started? It started when the previous government House leader, the current government's previous House leader, wanted us to undertake this study. It sounds familiar, right? That is exactly what the current House leader asked us to do, except the previous House leader did not just drop a document out there in the public domain, in the middle of a constituency week, with really no comment and no consultation. It was just, “There you go.”
The previous House leader, when the government wanted us to undertake a study, showed the respect the government said it was going to show more of to committees. He showed the respect of coming to the committee, presenting his thoughts, and making reference to his mandate, which I would like to underscore and which is on the front page of the report. The mandate letter the previous Liberal government House leader had stated:
Work with Opposition House Leaders to examine ways to make the House of Commons more family-friendly for Members of Parliament.
The first thing that veteran House leader did was come to the committee, have the respect to present what the government wanted us to do, and ask us to undertake it, which we then did, under the assumption that we would only put things in the report that we all agreed on, which we did. We had quite a number of significant changes that are going to make things better for the work-life balance of members of Parliament.
What is the problem? Why are we not doing the same thing? In this case, it was the official opposition formally asking the government, since it brought papers and we were not really sure what was going on, because we did not get the courtesy visit we got from the previous House leader, when we could ask questions. We just had this thing kind of dumped out there. The first thing that happened was, guess what? There was an amendment on the floor calling on the government to acknowledge that it will not make any changes unless there is all-party agreement.
Normally, what should have happened, if we followed the process we did with this, is that the government would have said, “Of course. What's the big deal?” We would have had a fast vote.
Now, as we are wasting all this time, we would have been discussing the very issues the government has asked us to undertake. Instead, look at the mess it has got us into.
I wish I had more time. I only have two minutes? That is what happens when we are having fun. I will do this as quickly as I can.
The government is the one that did not and would not adjourn that committee meeting, which pushed us into 24/7. Technically, in parliamentary la-la land, down the hall in one of the committee rooms it is still only a week ago last Tuesday. That is the bizarre situation we are in. The government amped that up, not the opposition. The government decided that it was going to take it from a filibuster in committee to a filibuster that overtook the committee.
All we are asking is to recognize that we cannot have honest and free give-and-take negotiations, or discussions, that are actually equal and fair and are going to get somewhere as long as the government still maintains that it has the right to ram them through afterwards. We cannot have that kind of discussion. I have been at the negotiating table. It is like saying to a company when at the table, “No matter what you offer, we are going to strike.” The government is basically saying, “We are going to negotiate with you, we are going to listen to you, we are going to be fair-minded, until you want to do something we do not agree with, and then we are going to utilize our majority and ram it through anyway.”
That is why we are in this jam. It is the government's doing. The same government, a year ago, did it the right way, and we did not have any problem. There were no filibusters. There were no accusations of a power grab.
The very report that we are looking at here now is the result of the same process that we should be undertaking, and yet the government is still, to this moment, refusing to accept the fact that it does not have the moral right to change the rules of the House unilaterally, without the agreement of the other participants. That is not on.
Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de participer au débat. Pour commencer, j'aimerais ramener l'attention sur le rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre dont nous sommes saisis. Ce rapport porte sur les mesures visant à rendre le Parlement propice à la vie de famille. Mon collègue d'Elmwood—Transcona a insisté sur le fait que le problème que nous avons actuellement n'est pas de savoir si nous appuyons le vote électronique, les séances du mercredi avec le premier ministre et les vendredis de congé; le problème actuel concerne plutôt le processus.
Le Canada est fier d'être une nation sportive. La plupart des Canadiens participent à un sport sous une forme ou une autre, et nous savons tous que dans les sports, la première chose à faire est d'établir les règles du jeu. Quand le comité a produit le rapport dont nous sommes saisis, je ne peux pas dire — et lorsque cette motion a été présentée, elle ne figurait pas à l'ordre du jour et je n'ai pas eu le temps de consulter le hansard pour voir si une déclaration expresse a été effectuée — que les seuls éléments inclus dans ce rapport — j'étais présent et j'ai participé — seraient ceux sur lesquels nous étions tous d'accord.
Je peux certainement dire, si nous examinons le hansard, que telle était l'hypothèse de travail. La preuve, c'est que le gouvernement exerçait alors beaucoup de pression pour faire adopter l'idée du congé le vendredi. Ce sont les conservateurs et les néo-démocrates qui ont précisé clairement au début, au milieu et à la fin de notre discussion sur le sujet qu'il n'y aurait sûrement pas unanimité. Les libéraux peuvent prononcer tous les discours qu'ils veulent. Ils peuvent prendre la parole; jamais nous n'oserions les en priver. Toutefois, ils doivent comprendre que pour l'instant, ni l'un ni l'autre des partis de l'opposition n'est prêt à accepter cela.
Si l'on consulte le rapport, on se demande où il est question du vendredi. Je sais que tous les députés l'ont lu intégralement, car nous allons le mettre aux voix. Or, je rappelle à ceux qui l'auraient oublié depuis qu'ils l'ont lu que le rapport ne mentionne pas le vendredi parce qu'il n'inclut que les points pour lesquels le comité entier était d'accord.
Mon collègue, le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, se demandait comment nous pourrions être certains d'en arriver à des résultats tangibles s'il faut obtenir l'accord de tous. Ce rapport-ci montre que nous le pouvons. Cela reflète le fonctionnement du Parlement. C'est la raison pour laquelle nous avons tous travaillé en reconnaissant implicitement qu'une chose devait faire l'unanimité pour figurer au rapport. C'est exactement ce qui est arrivé. Ce rapport est le résultat de l'accord de tous les partis. Les points sur lesquels les membres n'étaient pas tous d'accord ne figurent pas dans le rapport. Un point devait faire l'unanimité pour être dans le rapport.
Pendant que nous parlons de processus, que je fais quelques observations au sujet de l'ancien leader du gouvernement à la Chambre, je repense aux propos de mon collègue d'Elmwood—Transcona sur le sujet. C'est assez intéressant. Je ne parle pas à tous de documents obscurs, mais bien du document qui nous occupe. Un document qui repose sur un consensus.
Non seulement cela, mais sur le processus utilisé pour aborder le dossier, je le répète, j'étais ici. Les députés savent-ils comment tout cela a commencé? Tout a commencé lorsque le leader précédent du gouvernement à la Chambre, je veux dire l'ancien leader du gouvernement à la Chambre de l'actuel gouvernement, a voulu qu'on entreprenne cette étude. On s'en souvient, n'est-ce pas? C'est exactement ce que l'actuelle leader du gouvernement nous a demandé de faire, sauf que l'ancien leader du gouvernement n'a pas simplement déposé un document dans le domaine public, en plein milieu d'une semaine de relâche, sans offrir vraiment d'observations ni demander de consultations. C'était seulement: « Voici le document ».
Lorsque le gouvernement a voulu qu'on entreprenne une étude, l'ancien leader du gouvernement a accordé aux comités le respect que le gouvernement avait dit qu'il montrerait. Il a fait preuve de respect en venant devant le comité, en présentant ses idées et en faisant allusion à son mandat, que je tiens à souligner et qui se trouve sur la page frontispice du rapport. La lettre de mandat de l'ancien leader du gouvernement du gouvernement libéral énonçait:
Collaborer avec les leaders parlementaires de l’opposition afin de faire de la Chambre des communes un milieu plus favorable à la conciliation travail-famille.
L'expérimenté leader du gouvernement à la Chambre a d'abord tenu à se présenter devant le comité, où, en tout respect, il a expliqué ce que le gouvernement souhaitait que nous fassions. C'est ce que nous avons fait, en supposant que le contenu du rapport ferait l'unanimité au sein du comité, ce qui a été le cas. Nous avons proposé un grand nombre de changements importants, qui vont faciliter la conciliation travail-famille pour les députés.
Quel est le problème? Pourquoi ne procédons-nous pas de la même manière? En l'occurrence, c'est l'opposition officielle qui a posé des questions au gouvernement, puisque celui-ci a présenté des documents. Nous ne savions pas vraiment ce qui se passait, car nous n'avons pas eu droit à une visite de courtoisie comme l'avait fait l'ancien leader du gouvernement à la Chambre, à qui nous avions pu poser des questions. Le gouvernement a en quelque sorte jeté le document au comité. Eh bien, quelle a été la première réaction des membres? Nous avons proposé un amendement pour demander au gouvernement de reconnaître qu'il ne ferait pas de changements sans l'accord de tous les partis.
En temps normal, si nous avions suivi le processus établi, le gouvernement aurait déclaré: « Bien sûr. Quel est le problème? » Nous aurions tenu un vote rapide.
Au lieu de perdre notre temps, nous aurions pu parler des questions sur lesquelles le gouvernement nous a demandé de nous pencher. Nous voilà maintenant en plein gâchis.
Si seulement j'avais plus de temps. Ne me reste-t-il vraiment que deux minutes? Voilà ce qui arrive quand nous avons du plaisir. Je vais essayer d'être le plus bref possible.
C'est le gouvernement qui n'a pas voulu ajourner la réunion du comité, ce qui a fait en sorte que nous avons siégé jour et nuit. Techniquement, dans l'une des salles de comité au bout du couloir, comme dans une étrange dimension parallèle, c'est encore mardi de la semaine dernière. C'est l'étrange situation dans laquelle nous nous retrouvons. C'est ce que le gouvernement a voulu, pas l'opposition. Le gouvernement a décidé qu'il transformerait cette obstruction en comité en une obstruction qui envahit le comité.
Tout ce que nous demandons, c'est de reconnaître que nous ne pouvons pas avoir de négociations honnêtes, d'échanges intéressants et de bonnes discussions qui sont justes et équitables et qui feront avancer les choses tant que le gouvernement s'entête à dire qu'il a le droit de faire adopter ses changements à toute vapeur après ces entretiens. Nous ne pouvons pas nous permettre d'avoir ce genre de discussion. C'est comme si, pendant des négociations, un syndicat disait aux patrons: « Peu importe ce que vous offrez, nous allons faire la grève. » Le gouvernement dit essentiellement: « Nous sommes prêts à négocier avec vous, nous vous écouterons et nous serons impartiaux, jusqu'à ce que vous nous proposiez quelque chose qui ne fait pas notre affaire, après quoi nous utiliserons notre majorité pour imposer notre volonté. »
Voilà la raison pour laquelle nous sommes dans cet embrouillamini. C'est la faute du gouvernement. Le même gouvernement a d'ailleurs procédé de la bonne façon l'an dernier et nous n'avons pas eu de problème. Il n'y a eu aucune obstruction en comité. Personne n'a été accusé d'un abus de pouvoir.
Le rapport que nous examinons actuellement est le fruit du processus que nous devrions suivre. Pourtant, le gouvernement refuse toujours, pour le moment, d'accepter le fait qu'il ne détient pas le droit moral de modifier le Règlement de la Chambre de façon unilatérale, sans l'accord des autres participants. C'est inadmissible.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 16:47 [p.10074]
Mr. Speaker, I do not necessarily agree with all of the words that the member across the way has put on the record.
I do think it is important that we recognize that many members have a desire to modernize Parliament. What was asked of the procedure and House affairs committee was to take a look at and study a discussion paper that would help facilitate changing the Standing Orders, and in particular to look for experts in Canada and possibly outside of Canada. My question for the member is related to that.
Procedure and House affairs, as a standing committee, is afforded the opportunity to have individuals provide some opinions and some experiences. The member across the way has many years of experience, as I do. There are others who would like to participate in that discussion.
Would the NDP and the Conservatives recognize that what this is really about is an initiative by the government House leader to get people talking about the discussion paper, which will help assist us in changing the Standing Orders?
Monsieur le Président, je ne suis pas nécessairement d'accord avec tous les propos du député d'en face.
Je pense qu'il est important que nous reconnaissions que beaucoup de députés souhaitent moderniser le Parlement. On a demandé au comité de la procédure et des affaires de la Chambre d'examiner et d'étudier un document de travail qui permettrait de faciliter la modification du Règlement et, surtout, de chercher des experts au Canada et possiblement à l'étranger. Ma question au député porte sur ce sujet.
À titre de comité permanent, le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a l'occasion d'entendre les opinions et les expériences de certains témoins. Le député d'en face possède de nombreuses années d'expérience, tout comme moi. Il y a d'autres personnes qui aimeraient participer à cette discussion.
Les néo-démocrates et les conservateurs reconnaissent-ils que ce sujet porte réellement sur une initiative de la leader du gouvernement à la Chambre qui vise à inciter les gens à parler du document de travail, ce qui nous permettra de modifier le Règlement?
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2017-04-03 16:49 [p.10074]
Mr. Speaker, again, the government is insistent that the opposition should just be reasonable and start talking. What it is failing to accept is that the process that it has followed has made that impossible. The proof of that is where we are right now.
The member asked, in good faith, if I would like to have that kind of a discussion. Yes. Quite frankly, I enjoy working together and trying to find the language when we come from different places. It is a lot more stimulating and fun than just attacking the government and going for a headline. We have been doing that for decades, and it gets old.
What I really enjoy, though, is when all three sides come from different places and struggle to find language and an approach that we can agree on because it is for the betterment of all of us. That excites me. I enjoy that. I feel it is putting my experience to good use.
I am quite prepared to say yes to the member and commit our entire caucus to that process. Make it like we just did for the report in front of us, and we are more than willing to sit down. Maintain that the government has the right to unilaterally ram through what it wants if it does not like the way those negotiations happen, and it is not on.
Monsieur le Président, encore une fois, le gouvernement insiste pour dire que l'opposition devrait juste être raisonnable et commencer à discuter. Ce qu'il n'arrive pas à admettre, c'est que le processus qu'il suit rend cela impossible. J'en ai pour preuve la situation dans laquelle nous sommes en ce moment.
Le député a demandé, de bonne foi, si j'aimerais que nous ayons ce genre de discussion. Oui. Pour être franc, j'aime quand nous collaborons et que nous tentons de nous entendre sur le libellé alors que nous avons des points de vue différents. C'est bien plus stimulant et agréable que de simplement s'en prendre au gouvernement et d'essayer de faire la manchette. Nous le faisons depuis des décennies et cela devient lassant.
Toutefois, ce que j'aime vraiment, c'est lorsque les trois partis, partant de points de vue différents, s'efforcent de trouver un libellé et une approche sur lesquels nous pouvons nous entendre parce que c'est pour le bien de tous. Cela me stimule. J'aime cela. J'ai l'impression de faire bon usage de mon expérience.
Je suis plutôt disposé à dire oui au député et à engager tout notre caucus dans ce processus. Si on fait en sorte que ce soit comme pour le rapport dont nous sommes actuellement saisis, nous accepterons volontiers de discuter. Cependant, si on continue de dire que le gouvernement a le droit d'adopter unilatéralement ce qu'il veut s'il n'aime pas la façon dont les négociations se déroulent, il n'y aura pas de discussion.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, my friend is just as good in 10 minutes as he is in 10 hours at getting a point across.
We are having a discussion about the process here. I think what the parliamentary secretary to the government House leader is missing is that the process is important and that defining the process up front is important.
The government says that we should trust its good will, but we have seen on so many different files, whether it was with Motion No. 6 or the electoral reform issue, that the government wants to move unilaterally to do things that are to its advantage. We see it in the text of the discussion paper. All of the changes that are up for discussion are things that would be to the government's advantage.
It wants to move unilaterally if it can get away with it. What the opposition has said at PROC and elsewhere is that we cannot let them get away with moving unilaterally. This is precisely why we cannot assume good faith, since the government has shown bad faith in this process and in so many other cases. We need to have that assurance up front. If the government wants to work with the opposition to have this discussion, then it should pass the amendment and give us the assurance that we are actually going to work collaboratively. Once that is clearly defined in the motion, then we can move forward.
Would the member agree with that?
Monsieur le Président, mon ami arrive à faire valoir ses arguments aussi efficacement en 10 minutes qu'en 10 heures.
Nous sommes en train de discuter de la manière de faire les choses. Le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes ne semble pas comprendre que la manière de procéder est importante et qu'il faut l'établir au départ.
Le gouvernement affirme que nous devrions lui faire confiance et qu'il a de bonnes intentions, mais nous avons pu constater dans beaucoup de dossiers, qu'il s'agisse de la motion no 6 ou de la réforme électorale, que le gouvernement veut procéder unilatéralement à des changements qui sont à son avantage. Nous avons pu nous en rendre compte en lisant le document de travail. Tous les changements proposés seraient à l'avantage du gouvernement.
Il souhaite procéder unilatéralement s'il peut s'en sortir indemne. Cependant, lors des délibérations du comité de la procédure et des affaires de la Chambre et en d'autres circonstances, l'opposition a bien dit qu'il ne fallait pas laisser le gouvernement agir unilatéralement. Nous ne pouvons pas tenir la bonne foi du gouvernement pour acquise, car il a démontré sa mauvaise foi dans ce dossier et dans beaucoup d'autres. Nous devons avoir une garantie au départ. Si le gouvernement veut collaborer avec l'opposition pour qu'il y ait une discussion, il devrait adopter l'amendement et nous garantir que nous allons effectivement oeuvrer dans un esprit de collaboration. Une fois que ce sera clairement indiqué dans la motion, nous pourrons entreprendre le travail voulu.
Le député est-il d'accord avec moi sur ce point?
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2017-04-03 16:51 [p.10075]
Mr. Speaker, I want to compliment my friend for the outstanding job he has done at PROC. He is not a member but has subbed in. He pushed close to six hours of continuous filibustering. As someone who has done that sort of thing, it is not easy. He did an excellent job.
The hon. member is new to this place but he understands that when we work together, we can produce. He has pointed out that it is impossible for us to get to that point while the government remains in its stubborn power grab mode. I concur with him totally, and I again thank him for the work he has done.
I ask the government to stop reflecting only its talking points and to start listening. The process that we are in now is not the one the very same government used a year go that gave us something positive. All we are asking for is the assurance that the process will be the same and that the only things that will be included in the next PROC report, like this one, are by all-party agreement. That is all that is being asked, yet somehow the government believes it is going to convince the media and the Canadian public that retaining the right to ram something through and expecting the opposition to just merrily start having discussions is a responsible, respected approach, when it is in complete violation with the approach it used before, which we complimented. How much more do we have to spell this out?
Monsieur le Président, je tiens à féliciter mon collègue du travail exceptionnel qu'il a effectué au comité de la procédure et des affaires de la Chambre. Il n'en est pas membre, mais il a participé à ses travaux comme remplaçant. Il y a fait de l'obstruction systématique pendant près de six heures. Ayant moi-même fait ce genre de chose, je sais que ce n'est pas facile. Il a fait de l'excellent travail.
Le député est un nouveau venu dans cette enceinte, mais il sait que nous pouvons obtenir des résultats en travaillant en collaboration. Il a dit qu'une telle collaboration sera impossible tant que le gouvernement continuera de s'accrocher obstinément à tous les pouvoirs. Je suis tout à fait d'accord avec lui, et je le remercie encore du travail qu'il a fait.
J'exhorte le gouvernement à cesser de s'en tenir à ses arguments et à commencer à écouter. L'approche actuelle n'est pas la même que le gouvernement en place a employée il y a un an et qui a donné des résultats positifs. Tout ce que nous demandons, c'est d'avoir l'assurance que l'approche sera la même et que les seules recommandations qui seront incluses dans le prochain rapport du comité de la procédure et des affaires de la Chambre seront celles qui, à l'instar des recommandations du rapport dont nous sommes saisis, auront été approuvées par tous les partis. C'est tout ce que nous demandons. Or, le gouvernement croit qu'il réussira, d'une façon ou d'une autre, à convaincre les médias et la population canadienne que se réserver le droit d'imposer sa volonté et s'attendre à ce que l'opposition poursuive la discussion dans l'allégresse est une approche responsable et respectable, alors qu'elle va complètement à l'encontre de son approche précédente, que nous avons saluée. Comment pourrions-nous être plus clairs?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 16:53 [p.10075]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Waterloo.
Some issues interest me more than others. Today I had the chance to talk about the budget, which is of great importance for all Canadians, but for me personally, I love the debate about the Standing Orders and the way in which the House and its standing committees function.
I do not say that lightly. I was first elected in 1988, and I had the privilege of serving the residents of Inkster back then. Sharon Carstairs was the leader of the Liberal Party in Manitoba and she appointed me as party whip. That was back in 1988. Ever since then, I have always been a part of what one would classify as the House leadership team. I have been involved in discussions and negotiations on a wide spectrum of issues, in particular issues pertaining to the Standing Orders.
I have had the opportunity to sit down with Gary Filmon, a Progressive Conservative premier, and his designated individuals responsible to change Standing Orders. I have had the opportunity to sit down with Gary Doer, an NDP premier, and his designated individuals. I have even had the opportunity to speak to individuals inside this place with respect to the government under Stephen Harper, the former government House leader, and the designated individuals.
I like to think that I come to the table with a great deal of opposition experience especially. Most of my years in office have been on the opposition benches. I have spent over 20 years on the opposition benches.
I am very comfortable with this document, and I truly believe there are many members across the way who would be very comfortable with the document if we had this discussion.
I would also emphasize that at the end of the day, I believe, as this Prime Minister has clearly indicated, that there is a need for us to modernize the Canadian Parliament. I have been thinking that for years, and I am ever so grateful that we finally have a Prime Minister who wants to see that happen. We have a government House leader who has taken the initiative very seriously, and through her efforts has developed a discussion paper that is meant for the procedure and House affairs committee to sit down and have some dialogue on, and ensure that we can call some witnesses so we can hear from other parliamentary associations and from different levels of government.
Provinces do a lot of wonderful things. I for one think that we made some positive changes in the Manitoba legislature. When we were looking at changing the rules, we looked at Ottawa and the types of things that Ottawa did that maybe we could incorporate. There is a great deal of interest, especially from certain people or stakeholders, as to how Parliament actually functions, and the roles that both opposition and government members have in making it work.
I am very much familiar with filibusters. I have participated in them in the past and there is always a chance that I might be participating in them in the future. I understand the need for the government get its legislation through, not only when I have been on the government benches. In fact, if members across the way will read Hansard, when the Conservative government House leader would stand up and bring in time allocation at that record pace, when I stood up during the question-and-answer session, I would defend the government's ability to use time allocation.
Mr. Luc Berthold: Not often.
Mr. Kevin Lamoureux: But the point is I did, Mr. Speaker, because I recognize there is an obligation of the government to look at ways in which it can get its legislative agenda through.
We already have different situations, whether it be on private members' bills, opposition days, the government's budget, or the throne speech, where there are limits that are put into place. I would like to see that discussion take place at PROC. I would like to hear what others have to say. There are other parliamentary jurisdictions that have demonstrated that it can be more efficient.
We had members talk about the benefits of electronic voting. There is an alternative to standing up on every vote. I have had literally hundreds and hundreds of votes over the last number of years here. One stand-up vote takes roughly eight to 10 minutes, depending on who is calling it. Is that the best use of time, the hundreds of hours that we spend on standing in our place to vote, when in fact we could potentially push a button inside the chamber? I understand that there is even wiring that would allow that. If we want to see more debate on legislation, under the rules being proposed through the discussion paper, there is the potential to have even more debate on legislation. As opposed to focusing strictly on the negatives, I would suggest that members would be well served to get a better appreciation of what is in the discussion paper.
As I indicated, I have sat down with different levels of government, negotiating changes to the Standing Orders. Not once in those negotiations did I ever say I would not participate unless I have a guarantee that it passes by unanimous consent. There is no way they would have agreed to that. At least, I do not believe they would have agreed to it. I never used that as a strategy. I was open to the government and whoever was driving the need for change. I argue that it is because the former government did not make it a high priority and this government has made it a priority. There are members on all sides of the House who love to debate and talk about the rules and who want to look at ways that we can improve the system.
They talk about the prime minister's hour. Not one Liberal member of Parliament has suggested that the prime minister only be here once a day. That is not the intent. I like the idea of having a prime minister's hour. Not all members of this place can be a leader of a political party on the other side of the bench, or have the privilege of having the first series of questions, let us say, the first nine questions. Typically and historically, the prime minister answers the first nine, 10, 15 questions. After that, that is it. What about those members who are asking the 25th question? I like the idea of members knowing that on such and such a day, if they stand up, even if they are question number 20 or 25, they are going to get the opportunity to have the prime minister answer their question. I see that as a positive thing. That is not a negative. No one on this side is advocating that the prime minister should work only one day a week inside the House of Commons. That is not what is happening here.
I want to refer to the Fridays, because I want to emphasize, and I have said it before, as the member of Parliament for Winnipeg North, I genuinely believe that I work seven days a week. Some days are more hours than other days, but I go to events on Sundays, and do all sorts of things every day of the week. I would challenge members to think about how we could better serve our constituency by looking at the way we do our work here in Ottawa.
There are opportunities that would enable us to provide a better service to our constituents. The Friday is an excellent example. Today, it is a half day. If we were to shift those hours to a Tuesday and a Thursday, then we could be in our ridings on the Friday. I have missed many events in my riding on Fridays because I have to be here. It is such a privilege to be here. However, if it means that we could have a more productive day on a Tuesday and a Thursday and not have to work the half day here in Ottawa, if I could be in my constituency office meeting with people or going to an event, I would think my constituents would rather that I am there and servicing them. It does not mean that there would be fewer sitting hours in the House of Commons. Anyone who tries to give that impression is wrong.
Most importantly, when we talk about these changes, what we should be talking about is exactly what the government House leader has afforded the Standing Committee on Procedures and House Affairs to do.
The government House leader did a phenomenal job in putting the discussion paper together. She has put it before the Standing Committee on Procedure and House Affairs and is asking the committee to call in some witnesses. Let us hear what some of those witnesses have to say. A good, quality debate could be had. If the opposition sees merit in that, which I truly hope it will, we should take advantage of the opportunity and get engaged in making this a more modern Parliament.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec Ia députée de Waterloo.
Certaines questions m'intéressent plus que d'autres. Aujourd'hui, j'ai eu la chance de prendre la parole au sujet du budget, qui revêt une grande importance pour l'ensemble des Canadiens, mais personnellement, j'adore débattre du Règlement et de la façon dont la Chambre et ses comités permanents fonctionnent.
Je ne dis pas cela à la légère. J'ai été élu pour la première fois en 1988, et j'ai eu le privilège de servir les résidants d'Inkster à l'époque. Sharon Carstairs était la chef du Parti libéral du Manitoba et elle m'a nommé whip du parti. Depuis, j'ai toujours fait partie de ce qu'on appelle l'équipe des leaders parlementaires. J'ai participé à des discussions et à des négociations sur un large éventail de questions, en particulier les questions relatives au Règlement.
J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Gary Filmon, un premier ministre progressiste-conservateur, et les personnes qu'il avait désignées responsables de modifier le Règlement. J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Gary Doer, un premier ministre néo-démocrate, et ses responsables désignés. J'ai même eu l'occasion de parler à des personnes en cet endroit concernant le gouvernement de Stephen Harper, l'ancien leader du gouvernement à la Chambre et les responsables désignés.
J'aime à penser que j'apporte à la discussion une expérience considérable, particulièrement en matière d'opposition, puisque j'ai passé la plupart de mes années en fonction, plus de 20 ans, pour être exact, sur les banquettes de l'opposition.
Je suis très à l'aise avec le présent document, et je crois sincèrement que de nombreux députés d'en face le seraient aussi si nous en discutions.
Je tiens également à souligner qu'au bout du compte, je crois, comme le premier ministre l'a clairement indiqué, qu'il faut moderniser le Parlement canadien. C'est ce que je pense depuis nombre d'années, et je suis extrêmement reconnaissant que nous ayons enfin un premier ministre qui veut que cette modernisation se réalise. Nous avons une leader du gouvernement à la Chambre qui a pris très au sérieux cette initiative et a déployé beaucoup d'efforts pour préparer un document de travail visant à permettre au comité de la procédure et des affaires de la Chambre de discuter des propositions et de convoquer des témoins pour entendre l'avis d'autres associations parlementaires et d'autres niveaux du gouvernement.
Les provinces accomplissent bon nombre de choses merveilleuses. Je crois que nous avons effectué des changements positifs à l'Assemblée législative du Manitoba. Lorsque nous avons entrepris de changer les règles, nous avons examiné ce qui se faisait à Ottawa afin de voir s'il y avait lieu d'incorporer certaines pratiques du Parlement canadien au fonctionnement de l'Assemblée législative de ma province. Le Parlement et les rôles des députés de l'opposition et du gouvernement pour le faire fonctionner suscitent beaucoup d'intérêt, surtout de la part de certains particuliers ou intervenants.
Je sais très bien ce qu’est l’obstruction. J’y ai déjà participé et il est toujours possible que j’y participe encore. Je comprends la nécessité pour le gouvernement de faire adopter ses lois, et pas seulement lorsque je fais partie de la majorité. Si les députés d’en face lisent le hansard, ils verront bien que lorsque le leader du gouvernement conservateur à la Chambre proposait l’attribution de temps à un rythme sans précédent, je suis intervenu pour défendre la position du gouvernement à la période de questions et réponses.
M. Luc Berthold: Pas souvent.
M. Kevin Lamoureux: Mais le fait est que je l'ai fait, monsieur le Président, car je reconnais l’obligation qu’a le gouvernement de trouver des moyens de faire adopter son programme législatif.
Que ce soit pour des projets de loi d’initiative parlementaire, pendant les journées de l’opposition, pour le budget du gouvernement ou pour le discours du Trône, on a déjà imposé des limites. J’aimerais qu’une discussion ait lieu au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. J’aimerais entendre ce que d’autres ont à dire. Dans d’autres instances parlementaires, on a vu que cela pouvait marcher.
Des députés ont parlé des avantages du vote électronique. Il y a d’autres solutions que le vote par appel nominal. J’ai assisté à des centaines de votes au cours des années. Le vote par appel nominal prend de huit à 10 minutes selon le parti qui le propose. Ces centaines d’heures de vote sont-elles une utilisation opportune du temps, alors qu'il suffirait d'appuyer sur un bouton? Je crois savoir qu’on pourrait même utiliser pour ce faire un câblage existant. Si nous voulons débattre davantage des lois aux termes des règles proposées dans ce document de travail, nous pourrions le faire. Au lieu d’être obnubilés par les points négatifs, les députés devraient chercher à mieux comprendre ce que contient ce document travail.
Comme je le disais tout à l'heure, que ce soit au fédéral ou au provincial, j'ai souvent négocié des changements aux règles parlementaires. Or, pas une seule fois je n'ai refusé de participer aux négociations tant qu'on ne me donnerait pas l'assurance que les nouvelles règles seraient adoptées à l'unanimité. Personne n'aurait jamais consenti à une pareille chose. En tout cas, pas selon moi. Je n'ai jamais eu recours à une telle stratégie, en tout cas. J'étais ouvert aux idées du gouvernement et de la personne qui proposait les changements. Selon moi, nous en sommes là parce que, contrairement au gouvernement libéral, le gouvernement précédent n'a accordé aucune priorité à ce dossier. Des deux côtés de la salle on trouve des députés qui adorent débattre, qui veulent discuter des règles et qui espèrent trouver des façons de les améliorer.
L'opposition a beaucoup insisté sur l'heure réservée au premier ministre. Personne, du côté libéral, n'a dit que le premier ministre viendrait ici seulement une fois par jour. Ce n'est pas du tout l'intention recherchée. J'aime bien l'idée qu'on réserve une heure au premier ministre. Ce ne sont pas tous les députés qui sont chef de leur parti ou qui ont le privilège de participer à la première série de questions — disons aux neuf premières. Or, traditionnellement, le premier ministre n'a toujours répondu qu'aux 9, 10 ou 15 premières questions, un point c'est tout. Qu'en est-il du député qui pose la 25e question? J'aime l'idée que, pendant un jour donné, tous les députés qui prendront part à la période des questions — qu'ils soient le 20e ou le 25e à prendre la parole — pourront s'adresser au premier ministre. C'est positif, à mon avis, et pas le contraire. Personne, de ce côté-ci, n'est en train de dire que le premier ministre devrait se présenter à la Chambre des communes seulement une fois par semaine. Ce n'est pas du tout de cela qu'il est question ici.
J'aimerais parler des vendredis, parce que je veux mettre l'accent sur le fait qu'en tant que député de Winnipeg-Nord, je crois sincèrement que je travaille sept jours par semaine. Nous faisons de plus longues heures certains jours, mais j'assiste à des activités les dimanches, et je participe à toutes sortes de choses chaque jour de la semaine. J'invite les députés à réfléchir à la façon dont nous pourrions mieux servir les habitants de notre circonscription en examinant comment nous faisons notre travail ici, à Ottawa.
Il y a des occasions qui nous permettraient d'offrir un meilleur service aux habitants de notre circonscription. Le vendredi est un excellent exemple. Aujourd'hui, nous faisons une demi-journée. Si nous pouvions rajouter ces heures de travail à notre horaire du mardi et du jeudi, nous pourrions alors nous rendre dans notre circonscription le vendredi. J'ai raté de nombreuses activités dans ma circonscription les vendredis parce que je dois être ici. C'est un privilège d'être ici. Cependant, si je pouvais avoir des journées plus productives les mardis et les jeudis et ne pas avoir à faire cette demi-journée de travail ici à Ottawa, si je pouvais être dans mon bureau de circonscription pour rencontrer des gens ou assister à des activités, je crois que c'est ce que les habitants de ma circonscription préféreraient, de sorte que je puisse leur offrir mes services. Cela ne signifie pas que les heures de séance à la Chambre diminueraient. Quiconque essaie de donner cette impression a tort.
Lorsque nous parlons de changements, nous devons parler de ce que la leader du gouvernement à la Chambre a permis au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre de faire. Voilà le plus important.
La leader du gouvernement à la Chambre des communes a préparé un document de travail formidable. Elle l'a soumis au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre et demande à celui-ci d'inviter quelques témoins. Écoutons ce que ces témoins ont à dire. Ce serait l'occasion d'avoir un débat constructif. Si l'opposition reconnaît la valeur de cette démarche, ce que j'espère de tout coeur, nous devrions profiter de l'occasion et faire notre part afin de moderniser le Parlement.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, nobody is going to believe that my friend from Winnipeg North is selflessly trying to improve the Standing Orders for the good of all when the discussion paper put forward clearly contains exclusive provisions that work to the interests of the government and when Liberals refuse to accept an amendment that would require unanimous agreement.
We could have these discussions in a framework in which we agree, but the member should understand, with respect to Fridays, for example, that by reducing the number of days of sitting, the government would reduce those opportunities to hold it accountable. Even if we added the extra minutes or hours to days Monday through Thursday, the fact is that we would be reducing important opportunities on specific days for members of Parliament to challenge the government about the issues of the day. This is just one example of many examples in the discussion paper, which the Liberals know, which we know, and which we know they know work to the advantage of the government.
Liberals saying that they are going to selflessly do it all themselves for the interests of others argument clearly does not hold water for anyone who is watching this debate. Why does the government not agree to work with all parties, to have that discussion in a way that actually includes all voices. Then we can talk about things that would actually improve the Standing Orders, but still remain fair and facilitate honest and genuine discourse back and forth?
Monsieur le Président, personne ne croira que le député de Winnipeg-Nord tente généreusement d'améliorer le Règlement pour le mieux-être de tous alors que le document de travail contient des éléments qui servent manifestement les intérêts du gouvernement, et que les libéraux ne veulent pas accepter un amendement qui exigerait un accord unanime.
Nous pourrions convenir d'un cadre dans lequel nous aurions ces discussions. Le député doit toutefois comprendre qu'en ce qui concerne le vendredi, par exemple, si on réduit le nombre de jours de séance, nous aurons moins d'occasions de demander au gouvernement de rendre des comptes. Même si nous prolongeons les séances du lundi au jeudi, les députés auront moins d'occasions, en certains jours précis, de demander des comptes au gouvernement au sujet des enjeux du jour. Voilà l'un des nombreux éléments du document de travail qui jouent en faveur du gouvernement. Les libéraux le savent, nous le savons, et nous savons qu'ils le savent.
Les libéraux affirment qu'ils vont tout faire eux-mêmes de manière désintéressée, mais les gens qui suivent le débat ne sont pas dupes. Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de travailler avec tous les partis et de tenir une discussion où tous peuvent faire entendre leur voix? Nous pourrions alors discuter de ce qui pourrait améliorer le Règlement, tout en demeurant justes et en favorisant des échanges sincères de part et d'autre.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 17:05 [p.10077]
Mr. Speaker, I would welcome a back-and-forth question and answer in which there would be specific examples. I truly believe there is no government wins and opposition loses in the discussion paper. The member just referenced taking away Fridays. Let me use the example of question period. There would be one less day of question period. That time could be allocated to question period on other days, which would mean there would be more opportunity for the backbenchers to ask questions. On one special day of the week, the Prime Minister would answer all questions. He would also be here on other days, but it would provide the backbenchers, the ones who do not get up as often as they could because of the demands of the day, the opportunity to ask questions. That is more accountability.
Monsieur le Président, j'aimerais échanger et répondre à des questions renfermant des exemples précis. Je crois sincèrement que le document de travail ne comporte pas de gains pour le gouvernement ni de pertes pour l'opposition. Le député évoque la possibilité d'éliminer les séances du vendredi. Pensons par exemple à la période des questions. Il y aurait un jour de moins où une période des questions aurait lieu. Ce nombre de minutes pourrait être réparti entre les périodes de questions des autres jours, ce qui permettrait à plus de députés de l'arrière-ban d'y prendre part. On désignerait une journée où seul le premier ministre répondrait aux questions durant la période des questions. Il assisterait également à d'autres séances durant la semaine. Ainsi, les députés de l'arrière-ban, qui ne prennent pas la parole aussi souvent qu'ils le pourraient en raison d'un ordre du jour chargé, auraient la possibilité de poser des questions. Cela mènerait à une reddition de comptes accrue.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2017-04-03 17:06 [p.10077]
Mr. Speaker, for anybody watching, we have to separate the sincerity from the disingenuousness here.
The member for Winnipeg North said that having one day a week for the Prime Minister would subject the Prime Minister to questioning for the entire 45 minutes and that would be great, but there is nothing to stop the Prime Minister from answering every question in question period now. The Prime Minister could stand every day in the House and answer all the questions five days a week if the Liberals were really interested in accountability.
The hon. member for Winnipeg North said that the Liberals wanted to make this place run more efficiently and legislation needed to be passed. The government has the tool of time allocation now, but it wants to build into the rules an automatic way to limit opposition input in legislation without the Liberals wearing it, without the government having to publicly and transparently show Canadians that it is bringing in time allocation. Make no mistake, this is not about transparency, goodwill, and making this place work better. It is about the government trying to use the rules to seize the advantage.
My question for the hon. member is this. If he has such powerful arguments for why these are such common sense, modernizing innovations, why does he not trust that all members of the House could agree on that before moving forward?
Monsieur le Président, pensons aux gens qui nous regardent et distinguons la sincérité réelle de celle qui est feinte.
Selon ce que nous dit le député de Winnipeg-Nord, ce serait bien de réserver une période de questions par semaine au premier ministre, parce que celui-ci se ferait interroger pendant les 45 minutes au complet. Qu'est-ce qui empêche le premier ministre de répondre aujourd'hui même à toutes les questions? Si les libéraux accordaient vraiment de l'importance à la reddition de comptes, le premier ministre pourrait très bien répondre à toutes les questions, cinq jours par semaine.
Si on en croit le député de Winnipeg-Nord, les libéraux voudraient seulement rendre nos travaux plus efficaces et faire en sorte que les projets de loi soient adoptés en temps opportun. Le gouvernement peut déjà attribuer du temps à l'étude des projets de loi, mais voilà qu'il voudrait modifier le Règlement afin d'empêcher automatiquement l'opposition de se faire entendre, sans avoir à porter l'odieux de la chose et sans avoir à dire haut et fort aux Canadiens qu'il attribue du temps aux débats. Qu'on ne s'y trompe pas: la transparence, la bonne volonté et le déroulement des travaux parlementaires n'ont rien à voir là-dedans. Le gouvernement veut seulement modifier les règles à son avantage.
J'aimerais maintenant que le député nous dise une chose: s'il est aussi convaincu de la validité de ses arguments et s'il croit vraiment que ces modifications constituent des innovations sensées qui moderniseront le fonctionnement du Parlement, pourquoi refuse-t-il de laisser la chance aux députés de s'entendre avant d'aller de l'avant? Pourquoi ne leur fait-il pas confiance?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2017-04-03 17:08 [p.10077]
Mr. Speaker, I disagree with the member's assessment. I would encourage the member to go through the discussion paper.
He said that the Prime Minister could answer all the questions he wanted today. If we based it on that, there would be all sorts of rule changes that are currently in place. The rules allow for members of Parliament to get a better sense of what is going to be happening. For example, on a Wednesday or Tuesday, members know that in the first 35 or 40 questions, or whatever the number is, they will be able to put their questions directly to the Prime Minister. That is a significant gain. We should have that discussion and at the end of the day, we will have a more modern Parliament. The reason the government House leader brought this forward was for us to get into that discussion.
Monsieur le Président, je ne suis pas d'accord avec le député. Je l'invite à consulter le document de travail.
Il a dit que le premier ministre pourrait répondre à toutes les questions aujourd'hui s'il le voulait. Si c'était le cas, il y aurait toutes sortes de changements au Règlement qui est en place en ce moment. Le Règlement permet aux députés d'avoir une idée du déroulement de la séance. Par exemple, un mercredi ou un mardi, les députés savent que les 35 ou 40 premières questions — ou un autre nombre selon la journée — pourront être posées directement au premier ministre. Voilà un avantage important. Nous devrions en parler et, au bout du compte, nous pourrions moderniser le Parlement. La leader du gouvernement à la Chambre des communes a présenté ce document pour que nous lancions cette discussion.
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2017-04-03 17:09 [p.10077]
Mr. Speaker, I rise today to speak to the motion before the House to concur in the 11th report of the procedure and House affairs committee and our government's desire to modernize the House of Commons. We have put forward some ideas on how to improve this place to make it more accountable, more effective, and more transparent. I would like to make one thing clear. We want to hear from all parties and all MPs. We welcome a discussion on this matter. It would be good for this place and it would build on the work done on the 11th report.
In direct response to the Harper government's approach to this place, in the last campaign we spoke to Canadians about giving them more of a voice in Ottawa. Our goal is to make it a better place for members of Parliament to do their jobs and represent their constituents.
The discussion paper touches on three broad themes: What is the best way to manage time in the House of Commons? What is the best way to manage debate of legislation and motions? What is the best way to manage the work of committees?
Let me discuss some of the ideas in the discussion paper.
First is question period. We promised in the last election to reform question period so that all members, including the Prime Minister, are held to greater account. We said we would introduce a prime minister's question period to improve that level of direct accountability.
The discussion paper suggests that the British model of the prime minister's question period is one possible way of implementing this change to complement our current practices. We would like to look at a made-in-Canada approach. People have been saying for years they would like to improve question period, but again, let me make it clear: Liberal members will not be recommending that the Prime Minister only appear in question period once per week. The prime minister's question period would be in addition to the current practice of appearing on other days of the week. We are committed to more accountability in question period, not less.
Another idea that has drawn attention is Friday sittings. The House of Commons sits for fewer hours than normal on that day, four and a half hours. There are no votes in the House of Commons that day on the content of a bill, and committees do not sit on that day.
One idea worth exploring is reallocating the hours and questions on Friday to the other sitting days. The change would give MPs a chance to spend time in their communities on that weekday, meeting with their constituents and addressing their needs directly. Alternatively, we could perhaps make Friday a full day so that we could have committee time, and so forth. Regardless, for MPs Friday would continue to be a workday. The difference is that their focus on that day could be working in their ridings, being accountable to their constituents. It could become a constituency day.
Reallocating Friday sittings would not mean any less time in Parliament for MPs. The four and a half hours from that day could be redistributed to the other four days of the week. There would be more time for debate on those other days, and time could be added to the daily question period from Monday through Thursday as well. This could be easily accomplished, for instance, by having the House open at 9 a.m. instead of 10 a.m. on Tuesdays and Thursdays. Most Canadians start their workday at 9 a.m. or earlier; why should the House not start at 9 a.m. as well?
Another idea is whether we should consider electronic voting for members of Parliament. MPs spend a lot of time voting in the House of Commons, standing when their name is called. The discussion paper suggests members consider a more efficient method, electronic voting. With this method of voting, MPs could have more time to get work done outside the chamber. The result of the vote would presumably be instant, and Canadians would have an immediate record of how their MP voted.
This suggestion is not new. A parliamentary committee recommended electronic voting in a 1985 report on House of Commons reform. That was 32 years ago, before the Internet changed our lives.
We live in an information age. Let us adapt and bring this institution into the 21st century. Let us think about truly modernizing how we spend our time here and take a good look at electronic voting as an option. With the moving of the chamber to the West Block, why not explore a pilot project and give it a try?
The discussion paper says that MPs could consider changing the calendar of their sittings so that the House sits earlier in January, and/or later in June, and/or earlier in September. The paper suggests that more flexibility is needed in how often the House sits, so that if an urgent matter is before the Commons, MPs could spend more time debating it, potentially by sitting longer on a given day or beyond the planned adjournment.
It is important that MPs from all sides of the House have a meaningful role in the legislative process. There are different ways to accomplish that goal. One suggestion in the discussion paper is to add more time for private members' business each week. That means more opportunity for the House of Commons to debate private members' bills and motions that MPs put forward.
These are both ideas we think MPs on both sides of the aisle would want to explore further. I encourage us to do so.
Our government has pledged not to improperly prorogue Parliament to avoid difficult political circumstances, something that was done in the past. The previous government prorogued Parliament to avoid a confidence vote. To guard against the improper use of prorogation, one idea would be to require the government to table a document early in the following session that explains why Parliament was prorogued. The report would automatically be studied by a House of Commons committee. That is a suggestion which makes sense and I believe we should look at it.
I believe we have an opportunity to have a meaningful debate, recognizing that every member, every party has a role to play.
These are just some of the ideas in the discussion paper. We are genuinely hoping for a review of these ideas by our parliamentary colleagues. I am encouraging all members to start that discussion.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour parler de la motion d'adoption du 11e rapport du comité de la procédure et des affaires de la Chambre dont est saisie la Chambre et du souhait du gouvernement de moderniser la Chambre des communes. Nous avons proposé des idées pour améliorer le fonctionnement de la Chambre afin qu'elle soit plus responsable, plus efficace et plus transparente. J'aimerais qu'une chose soit claire. Nous voulons prendre connaissance du point de vue de tous les partis et de tous les députés. Nous serons heureux d'en discuter. Ce serait bien pour la Chambre et cela donnerait suite au travail effectué sur le 11e rapport.
Lors de la dernière campagne électorale, en réponse directe au gouvernement de M. Harper, nous avons dit aux Canadiens que nous leur donnerions une plus grande possibilité de s'exprimer à Ottawa. Notre objectif est d'améliorer le fonctionnement de la Chambre pour que les députés puissent faire leur travail et représenter leurs électeurs.
Le document de travail porte sur trois thèmes, soit la meilleure façon de gérer le temps à la Chambre des communes, de débattre des projets de loi et des motions et de gérer le travail des comités?
Je vais parler de certaines des idées contenues dans le document de travail.
La première est la période des questions. Lors de la dernière campagne électorale, nous avons promis de réformer la période des questions afin que tous les députés, y compris le premier ministre, soient davantage tenus de rendre des comptes. Nous avons dit que nous instaurerions une période des questions du premier ministre afin d'assurer une reddition de comptes plus directe.
D'après le document de travail, nous pourrions nous inspirer du modèle britannique pour l'instauration de cette pratique qui viendrait s'ajouter à nos pratiques actuelles. Cependant, nous aimerions adopter une approche canadienne. On réclame depuis des années des améliorations à la période des questions. Or, je tiens de nouveau à préciser très clairement que les députés libéraux ne recommanderont pas que le premier ministre n'assiste qu'à une seule période des questions par semaine. En plus de cette période des questions spéciale, le premier ministre continuerait d'assister à la période des questions lors d'autres jours de la semaine. Notre objectif est d'accroître la reddition de comptes durant la période des questions, et non de la réduire.
Il y a une deuxième idée qui a retenu notre attention. Elle se rapporte aux séances du vendredi. Cette journée-là, la Chambre des communes siège uniquement quatre heures et demie, ce qui est moins longtemps que les autres journées. Il n'y a pas de votes à la Chambre sur le contenu d'un projet de loi, et aucun comité ne siège.
La possibilité de répartir les heures et les questions du vendredi sur les autres jours de séance mérite notamment d'être examinée. Cela permettrait aux députés de passer ce jour-là dans leur circonscription à rencontrer leurs concitoyens et à répondre directement à leurs besoins. Par ailleurs, nous pourrions faire du vendredi une journée complète afin de permettre aux comités de se réunir ou d'autres choses du genre. Quoi qu'il en soit, le vendredi demeurerait une journée de travail pour les députés. La différence, c'est qu'ils pourraient s'en servir pour travailler dans leur circonscription et rendre des comptes aux électeurs qu'ils représentent. Le vendredi pourrait devenir un jour réservé aux circonscriptions.
La répartition des heures du vendredi ne diminuerait pas le temps que les députés passent au Parlement. Les quatre heures et demie du vendredi pourraient être réparties sur les autres jours de la semaine. Il serait ainsi possible d'accorder plus de temps aux débats durant ces autres jours, et les périodes des questions du lundi au jeudi pourraient également être prolongées. Cela pourrait facilement être accompli, par exemple, en ayant des séances débutant à 9 heures plutôt qu'à 10 heures les mardis et les jeudis. La plupart des Canadiens commencent leur journée de travail à 9 heures, et même plus tôt; pourquoi ne peut-on pas faire la même chose à la Chambre?
Une autre idée serait d’envisager le vote électronique. Les députés passent beaucoup de temps à voter à la Chambre, en se levant à l’appel de leur nom. Le document de travail propose d’examiner une méthode plus efficace, à savoir le vote électronique. Avec cette méthode, les députés auraient plus de temps pour travailler en dehors de la Chambre. Le résultat du vote serait instantané et les gens sauraient immédiatement comment leur député a voté.
Cette proposition n’est pas nouvelle. En 1985, un rapport parlementaire sur la réforme de la Chambre des communes recommandait déjà le vote électronique. C’était il y a 32 ans, avant Internet qui a changé nos vies.
Nous vivons dans l’ère de l’information. Adaptons-nous et faisons entrer cette institution dans le XXIe siècle. Pensons vraiment à moderniser notre façon de travailler et envisageons l’option du vote électronique. Ne devrions-nous pas profiter du déménagement de la Chambre à l’édifice de l’Ouest pour mettre cette option à l’essai dans le cadre d’un projet-pilote?
Selon le document de travail, les députés pourraient envisager de modifier le calendrier des séances de façon à ce que la Chambre siège plus tôt en janvier ou plus tard en juin, ou encore plus tôt en septembre. On propose également plus de souplesse dans la fréquence des séances pour faire en sorte que si la Chambre est saisie d’une affaire urgente, les députés puissent en débattre plus longtemps une journée donnée ou au-delà de la date d’ajournement prévue.
Il est important que les députés de part et d'autre de la Chambre aient un rôle concret à jouer dans le processus législatif. Il y a différentes façons d'accomplir cet objectif. L'une des suggestions dans le document de travail est de consacrer plus de temps aux initiatives parlementaires chaque semaine. Ainsi, la Chambre des communes aurait davantage l'occasion de débattre des projets de loi d'initiative parlementaire et des motions proposées par les députés.
Ce sont là deux idées que, selon nous, les députés des deux côtés de la Chambre auraient avantage à considérer. Je nous invite à le faire.
Le gouvernement a promis de ne pas proroger indûment le Parlement afin de parer aux situations politiques difficiles, comme cela s'est vu par le passé, notamment lorsque le gouvernement précédent a prorogé le Parlement pour éviter un vote de confiance. Afin de protéger contre le recours indu à la prorogation, une idée serait d'obliger le gouvernement à présenter, au début de la session parlementaire suivante, un document expliquant pourquoi le Parlement a été prorogé. Le rapport serait automatiquement renvoyé à un comité de la Chambre des communes. Il s'agit là d'une suggestion logique qui mérite d'être étudiée.
J'estime que nous avons l'occasion de tenir un débat de fond, en reconnaissant que chaque député, que chaque parti a un rôle à jouer.
Ce sont là simplement quelques-unes des idées qui se trouvent dans le document de travail. Nous espérons sincèrement que nos collègues parlementaires les étudieront. J'invite tous les députés à amorcer ce dialogue.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2017-04-03 17:16 [p.10078]
Mr. Speaker, earlier today the government House leader said that she had had meaningful discussion with her counterparts. As one of her counterparts in the House of Commons, I believe that a meaningful discussion is when one party says something and then follows through and actually does that. To this point, we have not had those meaningful discussions.
We want to approach any further discussions with the government House leader in good faith, with the expectation that the government will fix the mess that it has created. It can fix it by publicly committing that any changes to the Standing Orders will only occur if there is full agreement in this House. Until that commitment is made, any future discussions will be in vain and we as opposition will continue to use every tool that we have in order to ensure that the government does not remove our rights to hold it to account.
I want to give the government House leader another opportunity. We have asked it time and time again. It is a very simple solution, and if she can answer this, we could then go on and start to discuss all of the various ideas, how we could possibly look at them, which ones we could agree on, and which could be pilot projects. There is a host of ideas to talk about.
Will she agree, like precedent has set, that the government will not move ahead unless it has agreement from the opposition parties?
Monsieur le Président, plus tôt aujourd'hui, la leader du gouvernement à la Chambre a déclaré qu'elle avait eu une discussion constructive avec ses homologues. En tant que l'une de ses homologues à la Chambre des communes, je pense que, dans le cadre d'une discussion constructive, lorsqu'une personne dit qu'elle va faire quelque chose, elle doit passer de la parole aux actes. Jusqu'ici, on ne peut donc pas dire que la discussion a été constructive.
Nous souhaitons aborder de bonne foi les prochaines discussions avec la leader du gouvernement à la Chambre, dans l'espoir que le gouvernement répare le gâchis qu'il a créé. Il peut le faire en s'engageant publiquement à ce que tout changement au Règlement ne soit apporté qu'avec le consentement unanime de la Chambre. Il est inutile de tenir des discussions tant que le gouvernement n'aura pas pris cet engagement. L'opposition continuera d'avoir recours à tous les outils mis à sa disposition pour veiller à ce que le gouvernement ne lui enlève pas le droit de l'obliger à rendre des comptes.
Je vais donner une autre chance à la leader du gouvernement à la Chambre. Nous avons déjà posé la question à maintes reprises. La solution est très simple. Si la leader du gouvernement à la Chambre obtempère à notre demande, nous pourrons commencer à discuter des diverses idées proposées et de la façon de les examiner, nous entendre sur certaines d'entre elles et choisir celles qui pourraient faire l'objet d'un projet pilote. Nous pourrions discuter d'un large éventail d'idées.
Conformément aux précédents, va-t-elle accepter que le gouvernement n'apporte aucun changement au Règlement à moins d'avoir obtenu l'approbation des partis de l'opposition?
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2017-04-03 17:18 [p.10079]
Mr. Speaker, I have been clear from the beginning that I want to work with all members of Parliament and I want to work with all parties.
Today's conversation has shown many times that the government's approach to working better, more collaboratively with other MPs and other parties has resulted in some members stating that we have not advanced enough legislation. That is the price we pay when we work collaboratively. We will continue to do so.
In the campaign we committed to making changes to this place in direct response to the previous government's approach of using time allocation more than was needed and of not wanting to work with other parties. That is an approach we are not going to take. We will continue to work with all members and all parties in this House.
Monsieur le Président, je dis clairement depuis le début que je souhaite collaborer avec tous les députés et avec tous les partis.
La discussion d'aujourd'hui nous a permis de voir à de nombreuses reprises que l'approche du gouvernement consiste effectivement à mieux collaborer avec les autres députés et les autres partis, car certains députés ont affirmé que nous n'avions pas présenté assez de projets de loi. C'est le prix à payer lorsqu'on privilégie la collaboration comme nous allons continuer de le faire.
Lors de la campagne électorale, nous nous sommes engagés à apporter, aux Communes, des changements allant dans le sens contraire de l'approche du gouvernement précédent, qui s'est servi à outrance des motions d'attribution de temps et qui ne souhaitait pas collaborer avec les autres partis. Nous ne voulons pas adopter cette approche. Nous allons continuer de collaborer avec tous les députés et tous les partis aux Communes.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2017-04-03 17:18 [p.10079]
Mr. Speaker, I would like to ask the government House leader why she moved away from the approach of her predecessor who, as I mentioned in my remarks earlier, on January 28 of last year came into the committee, mentioned that his mandate was to work with House leaders to make the House of Commons more family friendly, and asked us to entertain that debate and discussion, which we did, with the understanding that the only things that would be in the report would be items that we agreed on. That led to this multiple-page report being here, and that we are all in support of.
Why did the government House leader abandon what was a proven, positive way to bring us all together, and instead head down this road that has led us to this ridiculous place?
Monsieur le Président, j'aimerais demander à la leader du gouvernement à la Chambre des communes pourquoi elle a abandonné l'approche de son prédécesseur. Comme je l'ai indiqué tout à l'heure, son prédécesseur est venu dire au comité, le 28 janvier 2016, qu'il avait le mandat de collaborer avec les leaders des partis politiques pour que la Chambre des communes soit un milieu plus sensible aux besoins des familles. Il nous a demandé d'en discuter, et c'est ce que nous avons fait en tenant pour acquis que le rapport ne contiendrait que des mesures sur lesquelles nous nous serions mis d'accord. C'est ainsi que nous avons produit le rapport de plusieurs pages qui est soumis à la Chambre et auquel nous souscrivons tous.
Pourquoi la leader du gouvernement à la Chambre des communes a-t-elle abandonné une approche efficace et rassembleuse pour y substituer une orientation stérile nous conduisant dans la ridicule situation actuelle?
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2017-04-03 17:19 [p.10079]
Mr. Speaker, we were all elected to this place to have meaningful discussions, to have tough conversations. The discussion paper that I released actually builds off of the report that the member referred to. I believe there are more conversations to have.
In the campaign, we made commitments to Canadians that we would modernize this place. In the discussion paper, I have suggested other ideas. That is not the be-all and end-all, by any means. I have made suggestions from multiple areas to allow us to have that conversation, to encourage us to have that conversation.
I know the member has been in this place for a long time. His experience and knowledge are more than welcome. I look forward to having meaningful conversation. I believe that we can have meaningfully productive conversation, and that is not what is taking place right now.
Monsieur le Président, nous avons tous été élus à la Chambre pour avoir des discussions constructives, des discussions difficiles. Le document de travail que j'ai rendu public s'appuie en fait sur le rapport auquel réfère le député. Je crois qu'il faut encore en discuter.
Pendant la campagne électorale, nous avons pris l'engagement envers les Canadiens de moderniser la Chambre. Dans le document de travail, j'ai suggéré d'autres idées. Il ne s'agit pas d'une panacée, loin de là. J'ai proposé des suggestions dans divers domaines pour alimenter nos discussions.
Je sais que le député travaille à la Chambre depuis longtemps. Son expérience et ses connaissances sont tout à fait les bienvenues. Je suis impatiente de participer à des discussions constructives. Je crois que nous sommes en mesure d'en avoir, mais ce n'est pas ce qui se passe actuellement.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2017-04-03 17:20 [p.10079]
Mr. Speaker, the hon. government House leader will know that I have put forward my ideas in response to her ideas. I look forward to the chance to work on them.
The difficulty here, which is an obvious obstacle, and I do not think all of the fault lies on one side of the House or the other, is that we need a process that ensures that all parties are comfortable with and support any changes to our House rules. Otherwise, the changes that are made now could be sweeping, and could always benefit a government party. What goes around comes around. I urge the government House leader to reconsider and ensure that changes are arrived at through a process that includes all parties in this place.
Monsieur le Président, l'honorable leader du gouvernement à la Chambre des communes n'est pas sans savoir que j'ai présenté mes idées en réponse à ses propositions. Je suis impatiente d'y travailler.
La difficulté — il s'agit d'un obstacle manifeste et, selon moi, le blâme ne revient pas à l'un ou l'autre des côtés de la Chambre — réside dans le fait qu'il nous faut un processus avec lequel tous les partis sont à l'aise et qui appuie tous les changements au Règlement de la Chambre, faute de quoi on pourrait apporter des modifications radicales favorisant un parti en particulier. On récolte ce que l'on sème. Je presse la leader du gouvernement à la Chambre des communes de revoir sa position et d'assurer que les modifications sont décidées suivant un processus qui tient compte de tous les partis de la Chambre.
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2017-04-03 17:21 [p.10079]
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. member for actually sharing her response to the discussion paper. It allowed me to see her perspectives on different ideas. To see someone in this place debating and discussing those ideas, to share a different perspective, is exactly the kind of perspective that I believe is needed for this debate to take place.
It is important that we modernize this place to bring it into the 21st century. It is important that we do that to ensure that more people consider elected office. Therefore, I appreciate the work that the member has provided me. I have just received that report today, and I can assure this House that I will be reading it.
Monsieur le Président, je remercie la députée de m'avoir communiqué sa réponse au document de travail. Cela m'a permis de connaître sa perspective sur différentes idées. Je crois qu'il nous faut discuter de ces idées et partager des points de vue différents pour que le débat ait véritablement lieu.
Il est important de moderniser la Chambre et de l'adapter aux réalités du XXIe siècle. Il faut le faire pour que plus de gens envisagent d'occuper une charge publique. Je remercie donc la députée pour la réponse qu'elle m'a soumise. Je l'ai reçue aujourd'hui et j'affirme à la Chambre que je vais la lire.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2017-04-03 17:22 [p.10079]
Mr. Speaker, I would like to say it is a pleasure to rise to be part of this debate today, but obviously, given the heavy-handed attempts of the government to try to ram through changes that would make it less accountable, I cannot say it is a pleasure. It is something I have to do, something we all have to do, to try to stand up for the rights of Canadians to make sure the government is held accountable. I am proud to do that, but I certainly wish I did not have to be doing it, because the government should not be taking this heavy-handed approach in trying to ram through the types of changes it is trying to ram through.
The government would obviously eliminate some of the accountability that is built into the measures put in place in the House by ensuring the prime minister only has to be, essentially, held accountable by Canadians for 25 hours in the entire year, by making sure there are less days members have to be here in the House of Commons to be held accountable, and by taking away some of the ability of the opposition parties to draw the attention of Canadians to important issues so the government can be held accountable by Canadians.
That is really why I am standing up today. I am doing everything I can and I know my colleagues across the opposition benches are as well. This is one of those rare moments when we see all the opposition parties standing united. That means something, because we are standing up for democracy. We are standing up for Canadians and their right to hold the government accountable through their members of Parliament whom they have elected. That is something too fundamental for us not to stand up and fight for all the way.
I listened to the government House leader give a speech that tried to deflect away from a lot of these things.
Before I get to that, Mr. Speaker, I will mention that I will be sharing my time with the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan. I cannot forget to let you know that.
The government House leader talked and used a lot of time to try to deflect away from the real issues here. She tried to claim that somehow this was going to make things more accountable, that somehow they really wanted to have this discussion, which no one seems to have heard is actually happening. The Liberals have had all kinds of time to have a discussion, but there does not seem to be one. They only want to have a discussion when they can be sure they are going to get their way. If they cannot have their way, they do not want to even start the discussion.
That is where we are. The opposition parties are saying these kinds of changes have always been done with the unanimous consent of the parties. That is to ensure that changes are not being made to simply benefit the party in power, which is what the government is very clearly trying to do. I think the Liberals are hoping and expecting that maybe Canadians will not pay attention to this. Maybe they think Canadians will not be smart enough to realize what they are trying to do. However, Canadians are not stupid, and they will not stand for this kind of garbage that we are seeing from the government. They will not stand for this kind of heavy-handed approach. They will not stand for a government that is trying everything it can to be held less accountable. They will not stand for a prime minister who refuses to answer questions of Canadians in the House of Commons.
As proof of that, I would like to just spend a little time reading some emails. Being a member of the committee that is looking at these changes, I have received hundreds, into the thousands, of emails over the last 10 days or so. I know Liberal members of the committee have been sent these as well, because I can see they are copied on a lot of these. In fact, it is usually me being copied on some of the ones being sent to them.
I hope this is something government members are listening to. I see the government members are having a conversation over there. Maybe they can have a conversation among themselves. It would be time they had a conversation with the opposition parties about actually getting down to work in trying to ensure that the changes being made are not being made by them and them alone to benefit them and them alone. It is time they actually benefit Canadians. They need to learn that. They need to listen, because this is Canadians speaking, and I am going to share their words with those Liberals right now and hope they will actually do some listening.
I will start out with some of the comments I have received here.
The first is from someone named Marilyn Raible. She says, “As a Canadian citizen and a taxpayer, it is with total disgust to hear the Liberal Party once again is trying to sneak something past the people of Canada that once again would only benefit the Liberals. All of those elected and now sitting in Parliament must be accountable to the Canadian people and the democratic principles. You were put in these positions to work for and represent the Canadian people and Canada as a whole.”
She goes on to say, “As a democracy, we have the right to have elected officials sit in Parliament from Monday to Friday and debate and scrutinize bills for the good of the people. The Liberal Party has no right in shutting down Parliament on Fridays and permanently limiting debate or scrutiny on their bills. Men went to war to fight for these freedoms that we experience in this great country of Canada. This is what democracy is all about, the freedom to speak up and debate and to work for the good of the Canadian people. I say no to shutting down Parliament on Fridays and no to limiting debate on bills.”
I have one from Hugh Freeman, who says, “This is in respect to the committee that you are currently participating in concerning the debating of the rules of the House of Commons. Be advised that I disagree with the formation of, the terms of reference of, and the timing of this to put it in conflict with the coincidental budget hearing, with the apparent purpose of trying to hide your committee from the Canadian public. I also disagree with the PM trying to shirk his own responsibility by trying to no longer attend Friday House sittings and have advised him separately of that.” The Prime Minister is hearing about this, too. He continues, “Although it seems clear that the intent was to hide this committee hearing behind budget matters, be assured the public has indeed noticed your nefarious behaviour and will endeavour to ensure you pay a price for this at the polls.”
I have read a couple of emails so members can get a sense of the pattern here, and I will read some others as well, but I think what we are hearing is Canadians saying, “We won't be fooled. We are not stupid. We see what this government is trying to do. We see they're trying to benefit themselves and themselves alone. We see that they're trying to make sure they're not held accountable. We see they're trying to avoid question period so that opposition members, on behalf of Canadians, can ensure they're held accountable.”
People are using words like “nefarious”. I can read a number of comments in here that refer to the Prime Minister as a dictator. Those are the kinds of comments Canadians are making, because they are so upset about what is being done here. They see it as akin to those kind of things. When people are seeing it and speaking about it in such strong terms, that means something. That means Canadians are seeing what is going on here. They understand what the government is trying to do and they are upset and they will not tolerate it. They are making threats even to the point of saying that the Liberals will pay the price for this at the polls.
Liberal backbenchers will see no benefit from this, because the Prime Minister is the one who is going to benefit in that he will not have to be held accountable. I hope some of those backbenchers are saying, “You know what, Mr. Prime Minister? My constituents won't stand for this and I can tell you I'm going to pay a price for this at the polls. I don't think it's acceptable and it's also not right.” I hope they speak up, maybe when they go to their caucus meeting on Wednesday, and let the Prime Minister know that this is completely and utterly unacceptable and it will not be tolerated by the Canadian people. Maybe some of them will have the guts to tell the Prime Minister that.
I will continue with some other emails. There are so many of them it is hard to choose which ones to read. I will read this one from Corey Smith. It is addressed to the Liberal members of the committee, and says, “Please stop the proposed changes to Parliament. I encourage you to keep the ability for debate and accountability available to both members of your own party and the opposition. I encourage you to encourage the Prime Minister to show up to work and be accountable more than one day a week. I understand the need to get home to your ridings, but working a half day on Fridays is not too much to expect. I personally work five to six days per week. I understand that you work long hours. I worked road construction. Often we worked until dark Mondays to Thursdays and we would finish early on Fridays to allow for travel, but not before noon. Is this a case where the Prime Minister is not capable of answering questions due to lack of experience and this is a good way for him to avoid this? Would you have allowed this from Mr. Harper? If things are getting to be too much for Prime Minister Trudeau, Parliament can be prorogued. This has happened. However, debate and accountability should never permanently be removed through limitations of this nature. Show how much you love Canada and stop this. You may be in the opposition in the future wishing you had the ability to debate and hold people accountable. It would be a shame if it is lost.”
There are hundreds more emails like these where people are telling the Liberal government that they will not stand for this, that they will not tolerate this, and it is time that the Prime Minister understood that he cannot just do whatever he wants. He has to be accountable to this House of Commons and accountable to the Canadian people. I can say that as the opposition, we will ensure that he does exactly that.
Monsieur le Président, j'aimerais bien dire que c'est un plaisir de prendre la parole pour participer au débat d'aujourd'hui. Cependant, compte tenu des tentatives musclées du gouvernement d'imposer des changements qui lui donneraient moins de comptes à rendre, je ne peux pas dire que c'est un plaisir. Il s'agit de quelque chose que je dois faire et que nous devons tous faire, c'est-à-dire essayer de défendre le droit des Canadiens d'obliger le gouvernement à rendre des comptes. Je suis fier de le faire, mais j'aurais certainement aimé que ce ne soit pas nécessaire, parce que le gouvernement ne devrait pas adopter cette approche musclée pour tenter d'imposer les types de changements qu'il veut.
De toute évidence, le gouvernement réduirait la reddition de comptes prévue dans les mesures appliquées à la Chambre en veillant, essentiellement, à ce que le premier ministre ait seulement à rendre des comptes aux Canadiens pendant 25 heures sur une période d'un an; en s'assurant qu'il y a moins de jours où les députés doivent être présents à la Chambre des communes pour y rendre des comptes; et en éliminant partiellement la capacité des partis de l'opposition d'attirer l'attention des Canadiens sur les dossiers importants afin que le gouvernement soit obligé de rendre des comptes aux Canadiens.
C'est vraiment pour cette raison que je prends la parole aujourd'hui. Je fais tout ce que je peux et je sais qu'il en va de même pour mes collègues sur les banquettes de l'opposition. C'est l'un des rares moments où nous voyons tous les partis de l'opposition faire front commun. Cela signifie quelque chose, car nous défendons la démocratie. Nous défendons les Canadiens et leur droit de demander des comptes au gouvernement par l'intermédiaire du député qu'ils ont élu. C'est un principe trop fondamental à nos yeux pour que nous renoncions à le défendre.
J'ai écouté la leader du gouvernement à la Chambre livrer un discours qui tentait de détourner l'attention de bon nombre de ces choses.
Avant d'en parler, monsieur le Président, je mentionne que je vais partager mon temps de parole avec le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Je ne peux oublier de vous en faire part.
La leader du gouvernement à la Chambre a beaucoup parlé, tentant de détourner l'attention des vraies questions ici. Elle a tenté de soutenir que, d'une manière ou d'une autre, cela allait accroître la reddition de comptes, que le gouvernement voulait vraiment en discuter, ce dont personne ne semble avoir eu connaissance. Les libéraux ont eu maintes fois l'occasion de discuter, mais il ne semble pas y avoir de discussion. Ils veulent discuter seulement lorsqu'ils sont certains qu'ils vont parvenir à leurs fins, à défaut de quoi ils ne veulent même pas lancer une discussion.
Voilà où nous en sommes. Les partis de l'opposition disent que ce genre de changements a toujours été apporté avec le consentement unanime des partis. Ce système fait en sorte que les changements ne sont pas apportés simplement pour avantager le parti au pouvoir, ce que le gouvernement tente très clairement de faire. Je crois que les libéraux s'attendent à ce que les Canadiens ne prêtent peut-être pas attention à leur manoeuvre. Peut-être croient-ils que les Canadiens ne sont pas assez intelligents pour se rendre compte de ce qu'ils tentent de faire. Or, les Canadiens ne sont pas stupides et ils ne toléreront pas le genre sottises que le gouvernement commet actuellement. Ils n'accepteront pas ce genre d'approche musclée. Ils ne supporteront pas un gouvernement qui tente par tous les moyens d'avoir moins de comptes à rendre. Ils ne toléreront pas qu'un premier ministre refuse de répondre aux questions des Canadiens à la Chambre des communes.
Pour prouver mes dires, je tiens à prendre un peu de temps pour lire quelques courriels. En tant que membre du comité qui examine ces changements, j'ai reçu des centaines, voire des milliers, de courriels dans les 10 derniers jours environ. Je sais que les membres libéraux du comité les ont aussi reçus parce que je peux voir que leur nom est inscrit en copie conforme sur un bon nombre d'entre eux. En fait, c'est habituellement mon nom qui est inscrit en copie conforme sur certains des courriels qui leur sont envoyés.
J'espère que les députés ministériels tiendront compte de ces commentaires. Je vois des ministériels qui discutent là-bas. Ils pourraient peut-être en discuter entre eux. Il serait temps qu'ils discutent avec les partis de l'opposition afin de s'assurer véritablement que les changements qui seront apportés ne viendront pas seulement d'eux et ne profiteront pas qu'à eux. Il est temps que les Canadiens en profitent. Les ministériels doivent s'en rendre compte. Ils doivent être à l'écoute, car ce sont des Canadiens qui parlent, et je vais dès maintenant faire part de leurs commentaires aux libéraux dans l'espoir qu'ils finiront par écouter.
Je vais commencer par quelques-uns des commentaires que j'ai reçus.
Le premier commentaire vient de Marilyn Raible. Je la cite: « En tant que citoyenne canadienne et contribuable, j'ai été complètement dégoûtée d'apprendre que le Parti libéral essaie encore d'adopter à l'insu des Canadiens des mesures qui ne profiteraient qu'aux libéraux. Tous les élus qui siègent actuellement au Parlement doivent rendre des comptes à la population canadienne dans le respect des principes démocratiques. Vous avez été élus afin de travailler dans l'intérêt de l'ensemble du Canada et de ses citoyens et pour les représenter. »
Elle ajoute ensuite: « Nous sommes dans une démocratie et nous avons des droits, parmi lesquels celui d'avoir des représentants élus qui siègent au Parlement du lundi au vendredi pour examiner les projets de loi et en débattre dans l'intérêt de la population. Le Parti libéral n'a pas le droit de fermer le Parlement le vendredi et de limiter de façon permanente les débats et l'examen de ses projets de loi. Des militaires ont combattu pour protéger les libertés qui sont les nôtres dans ce merveilleux pays. C'est le coeur même de la démocratie qui est en jeu, le pouvoir d'exprimer une opinion, de participer à des débats et d'oeuvrer dans l'intérêt de la population canadienne. Je ne suis pas d'accord pour qu'on ferme le Parlement le vendredi, ni qu'on limite les débats à propos des projets de loi. »
Hugh Freeman a aussi communiqué avec moi. Je le cite: « Je vous écris au sujet du comité dont vous faites partie, qui débat du Règlement de la Chambre des communes. Je tiens à vous signaler que je n'approuve pas la formation de ce comité, son mandat ni le moment choisi; la séance a eu lieu en même temps que l'audience sur le budget, ce qui donne l'impression qu'on souhaitait cacher les travaux du comité à la population canadienne. Je n'approuve pas non plus le fait que le premier ministre tente de ne plus participer aux séances du vendredi à la Chambre, une façon de se dérober à ses responsabilités. J'ai communiqué directement avec lui à ce sujet. » C'est donc dire que le premier ministre recevra lui aussi ce message. M. Freeman poursuit: « Il semble clair que le gouvernement espérait profiter du dossier du budget pour cacher les travaux du comité, mais sachez que la population a remarqué cette conduite abjecte et verra à ce que vous en payiez le prix lors des prochaines élections ».
J'ai lu ces quelques courriels afin de donner aux députés une idée du sentiment général qui anime la population, et d'autres suivront, mais je crois qu'on commence à comprendre ce que disent les Canadiens: « Nous ne sommes pas dupes. Nous ne sommes pas stupides. Nous voyons clair dans le jeu du gouvernement. Nous avons compris qu'il cherche à s'avantager lui, et personne d'autre, qu'il ne veut plus avoir de comptes à rendre et qu'il veut éviter la période des questions afin que l'opposition ne puisse plus lui demander des comptes au nom des Canadiens. »
Les gens sont rendus qu'ils parlent de « conduite abjecte ». J'ai en main plusieurs envois où le premier ministre est qualifié de dictateur. Voilà ce que disent les Canadiens, parce qu'ils sont révoltés par ce qu'ils voient. Ils font des parallèles. Quand les Canadiens utilisent des mots aussi forts, il faut tirer les conclusions qui s'imposent, et force est de conclure que les Canadiens comprennent ce qui se passe ici. Ils ont compris les intentions du gouvernement, ils en sont choqués et ils refusent de le laisser faire à sa guise. Ils en sont même au point de menacer les libéraux de leur faire payer le prix de leurs manigances aux prochaines élections.
Les députés d'arrière-ban libéraux ne tireront aucun avantage des nouvelles règles. Seul le premier ministre en profitera, puisqu'il n'aura plus de comptes à rendre. J'espère que certains d'entre eux auront l'audace de dire au premier ministre que les électeurs de leur circonscription refusent d'embarquer dans son jeu et que ce sont eux, les députés d'arrière-ban, qui risquent de faire les frais du mécontentement des électeurs aux prochaines élections. J'espère qu'ils lui diront que c'est inacceptable, que c'est même répréhensible. J'espère qu'ils se feront entendre, peut-être lorsqu'ils se réuniront en caucus mercredi, et qu'ils feront savoir au premier ministre que son attitude est absolument et fondamentalement inacceptable et que les Canadiens ne toléreront pas une telle chose. Peut-être quelques-uns d'entre eux auront-ils le cran de dire ses quatre vérités au premier ministre.
Je vais lire d'autres courriels. Il y en a tellement que j'ai du mal à choisir. Ce courriel-ci est de Corey Smith et s'adresse aux députés libéraux siégeant au comité. Il dit: « Veuillez mettre un frein aux changements proposés au Parlement. Je vous encourage à conserver la capacité de débat et l'obligation de rendre des comptes pour les députés de votre parti et ceux des partis de l'opposition. Je vous invite à encourager le premier ministre à se présenter au travail et à rendre des comptes plus souvent qu'un jour par semaine. Je comprends que vous deviez retourner dans votre circonscription, mais ce n'est pas trop demander que vous travailliez une demi-journée les vendredis. Pour ma part, je travaille cinq ou six jours par semaine. Je comprends que vous faites de longues heures de travail. J'ai travaillé dans la construction de routes. Il est arrivé souvent que nous travaillions jusqu'au soir du lundi au jeudi et que nous terminions plus tôt le vendredi pour retourner chez nous, mais nous ne terminions pas avant midi. Est-ce que c'est parce que le premier ministre n'est pas en mesure de répondre aux questions en raison de son manque d'expérience et qu'il s'agit d'une bonne façon pour lui d'éviter de le faire? Auriez-vous accepté cela de M. Harper? Si la situation est trop difficile pour le premier ministre Trudeau, le Parlement peut être prorogé. Cela s'est déjà produit. Cependant, le débat et l'obligation de rendre des comptes ne doivent pas être supprimés de façon permanente au moyen de restrictions de ce genre. Montrez à quel point vous aimez le Canada et mettez un frein à tout cela. C'est peut-être vous qui formerez l'opposition à l'avenir, et vous serez heureux de pouvoir tenir un débat et d'obliger les gens à rendre des comptes. Ce serait dommage si on perdait cela. »
Il y a des centaines d'autres courriels de ce genre dans lesquels des gens disent au gouvernement libéral qu'ils n'accepteront pas cette situation et que le temps est venu pour le premier ministre de comprendre qu'il ne peut pas faire simplement ce qu'il veut. Il doit rendre des comptes à la Chambre des communes et à la population canadienne. Je peux affirmer qu'en tant qu'opposition, nous veillerons à ce qu'il fasse exactement cela.
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2017-04-03 17:32 [p.10081]
Mr. Speaker, I know that we want many Canadians to pay attention to the important work that is done in this place, but it is not always the case. However, in the last campaign, I recall knocking on doors, and two words came up time and time again. Those two words were “time allocation”. That is something the previous government used time and time again to limit and restrict debate. It was a tool that was used many a time.
I recognize that it is an available tool, and if the member is so inclined to want meaningful debate, to want more meaningful debate, could the member please explain why the previous government used time allocation, in historic amounts, to limit and restrict debate when his party was on the government side of the House?
Monsieur le Président, je sais que nous voulons que de nombreux Canadiens prêtent attention au travail crucial réalisé à la Chambre, mais ce n'est pas toujours le cas. Toutefois, lors de la dernière campagne, je me rappelle avoir constamment entendu les mêmes mots quand je frappais aux portes: « attribution de temps ». C'est un outil dont le gouvernement précédent s'est servi à maintes reprises pour limiter et restreindre le débat.
Je reconnais qu'il avait le droit de l'utiliser. Toutefois, si le député veut réellement davantage de débats constructifs, peut-il expliquer pourquoi, lorsqu'il formait le gouvernement, son parti a présenté un nombre sans précédent de motions d'attribution de temps afin de limiter et de restreindre le débat?
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2017-04-03 17:33 [p.10081]
I apologize, Mr. Speaker. I did not realize I had done what you referred to. In all the other cases, I was trying to insert titles, but my apologies.
I listened to the so-called question from the government House leader, and I was saddened to listen to the deflection tactic being used. One of the changes the Liberals are trying to make is to basically be able to proactively time allocate on things and be able to say that they will dispense with the whole idea of pretending they will allow debate. They will just tell us right off the bat that they will not allow any debate. That is one of the changes they are proposing.
They are also proposing eliminating, basically, any ability for the opposition to debate things in committees. Essentially, that is what they are trying to do. They are trying to ensure that the Prime Minister only has to be here one day a week to be held accountable by Canadians. They are trying to have one less day a week of question period, where they have to be held accountable to Canadians.
I hear these deflection tactics. At the end of the day, this is really all about ensuring that they do not have to be held accountable to Canadians. That is what they want to do. Canadians are not stupid. They understand what the Liberals are trying to do, and they will not accept it. They will not tolerate it, so they might as well give up the ghost right now and start being held accountable, as they should be.
Je m'excuse, monsieur le Président. Je ne m'étais pas rendu compte que j'avais fait cela. Dans tous les autres cas, j'ai tenté d'insérer des titres. Toutes mes excuses.
J'ai écouté la supposée question de la leader du gouvernement à la Chambre. J'ai été triste de voir qu'elle utilisait des subterfuges. L'un des changements que les libéraux tentent d'apporter leur donnerait le droit d'utiliser l'attribution de temps de façon proactive afin de ne plus avoir à prétendre qu'ils permettent qu'on débatte. Ils pourront nous dire dès le départ que le débat n'est pas permis. C'est l'un des changements qu'ils proposent.
Ils proposent également d'enlever, en somme, toute capacité à l'opposition de débattre de quoi que ce soit en comité. C'est ni plus ni moins ce qu'ils tentent de faire. Ils essayent de faire en sorte que le premier ministre n'ait à se présenter ici qu'un jour par semaine pour rendre des comptes aux Canadiens. Ils souhaitent avoir un jour de moins par semaine pour la période des questions, pendant laquelle ils doivent rendre des comptes aux Canadiens.
Je vois bien le subterfuge. Au bout du compte, tout cela ne sert qu'à leur assurer de ne pas avoir à rendre des comptes aux Canadiens. Voilà ce qu'ils veulent faire. Les Canadiens ne sont pas stupides. Ils savent ce que tentent de faire les libéraux et ils ne l'accepteront pas. Ils ne le toléreront pas. Ils devraient donc laisser tomber tout cela dès maintenant et commencer à rendre des comptes comme il se doit.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2017-04-03 17:35 [p.10081]
Mr. Speaker, the more I listen to this debate, the more I realize that the government's proposals are a solution in search of a problem.
I do not know what is not working well here. We have committees that are well functioning. We have a House of Commons that is working well. The tools are all there.
We all know that the government has a majority, and when it really wants to, it can use that majority to win the vote at the end of the day. The only real currency the opposition has, on the other hand, is time. It is up to both sides to use those powers in a responsible manner. If the opposition is wasting time, the government has the tool of time allocation. If the government, on the other hand, is using its time allocation too much, we, as the opposition, can use certain techniques to slow it down but not stop it entirely.
I would like to ask my hon. colleague what problem he thinks is being addressed by the government's action. What does he think the government's motivation really is?
Monsieur le Président, plus j'écoute le présent débat, plus je réalise que les propositions du gouvernement sont une solution en quête d'un problème.
Je ne vois pas ce qui ne fonctionne pas bien ici. Les comités fonctionnent bien. La Chambre des communes fonctionne bien. Les outils sont tous là.
Nous savons tous que le gouvernement est majoritaire, et que, s'il le veut vraiment, il peut utiliser cette majorité pour remporter le vote. Par contre, le seul véritable outil dont dispose l'opposition est le temps. Il incombe à chacun d'utiliser ces pouvoirs de manière responsable. Si l'opposition gaspille du temps, le gouvernement peut recourir à l'attribution de temps. Par contre, si le gouvernement abuse de cet outil, l'opposition peut recourir à certaines techniques pour ralentir le gouvernement, mais ne peut pas l'arrêter complètement.
J'aimerais demander à mon collègue à quel problème remédie selon lui l'intervention du gouvernement. Quel est selon lui le véritable motif du gouvernement?
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2017-04-03 17:36 [p.10081]
Mr. Speaker, I think the problem the Liberals are trying to solve is that they have a Prime Minister who does not want to be held accountable. He probably cannot really answer the questions. If I read through these emails, it is very clear, in the theme of these things, that everyone in Canada sees that the Prime Minister is not capable of answering questions, and he does not want to have to do that. He does not want to be held accountable.
The member is correct that the way things function here now works really well. When we have a majority government, at the end of the day, the Liberals will almost certainly always be able to put through whatever legislation they seek to put through, but the tool the opposition has at its disposal is to make sure Canadians are aware of what is occurring.
Often what a government can try to do, much like what the government is trying to do in this case right now, is push something through, ram it through, so quickly that Canadians do not have a chance to become aware of it. The opposition members have these tools at their disposal to create debate about something to make sure that Canadians are aware of it. They can then make a judgment about whether they think this is something appropriate for the government to do. The government is trying to remove and eliminate those tools so Canadians will never have put in the light of day what it is trying to do. Therefore, it will avoid being held accountable, and that is not acceptable.
Monsieur le Président, je crois savoir quel problème les libéraux tentent de résoudre: le premier ministre ne veut pas rendre des comptes. Il est probablement incapable de bien répondre aux questions. À la lecture de ces courriels, il est évident que tout le monde au Canada constate que le premier ministre n'est pas capable de répondre aux questions et qu'il ne souhaite pas le faire. Il ne veut pas avoir à rendre des comptes.
Je suis d'accord avec le député lorsqu'il dit que la Chambre fonctionne très bien en ce moment. Comme les libéraux forment un gouvernement majoritaire, ils sont presque certains de toujours faire adopter les mesures législatives qu'ils défendent. Pour sa part, l'opposition dispose d'un outil: elle doit veiller à ce que les Canadiens soient au courant de ce qui se passe.
Souvent, un gouvernement peut tenter — comme il le fait en ce moment — d'imposer quelque chose, de le faire adopter à la hâte avant même que les Canadiens en apprennent l'existence. Les députés de l'opposition disposent de certains outils pour susciter un débat et permettre aux Canadiens d'en être informés. Ils peuvent ensuite juger si le gouvernement prend les mesures appropriées. Le gouvernement tente d'éliminer ces outils afin que ses actions ne soient pas révélées au grand jour. Il pourrait ainsi éviter de rendre des comptes, ce qui est inacceptable.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to join the debate in this chamber. I started to make some points on this issue at committee, but I just did not have enough time there to get to a lot of the things that I wanted to say. Therefore, I appreciate the opportunity to continue that dialogue here in the chamber.
It is interesting how much this issue has galvanized the interest of Canadians. Even before I started participating in the work of the committee, I was receiving correspondence on all kinds of different channels from Canadians who are interested in this issue. Who would have thought that Canadians would be so seized with the activities of the procedure and House affairs committee here in Ottawa? Canadians take the strength of our institutions very seriously. They take the integrity of those institutions seriously. They take the process by which we see developments and changes to those institutions very seriously, because there is something very insidious being talked about and being intended by the government.
The Liberals use nice-sounding weasel words like “modernization” and “having a conversation”, but it is actually very clear what they mean in every case. On this side of the House, we are very willing to have a conversation in a collaborative way about how the Standing Orders might be changed collaboratively going forward. No set group of Standing Orders is perfect and I am sure we can always learn from the experience and look for opportunities to improve them. However, there is a difference between that collective process of evolution that we can undertake together where we work on possible improvements and what is being proposed by the government, which is nothing short of a Standing Orders revolution, where the Liberals come in independently as the government and decide what they would like the Standing Orders to say. It is their concept of what constitutes modernization and they are going to impose that on the House.
Government members plead, “No, this is not our intent. We are not going to necessarily do it unilaterally. We just want to leave open the possibility to do it unilaterally.” As long as the government members leave that possibility open, surely members of the opposition cannot trust their good faith. Why do the Liberals not just take that option off the table, the option of unilateral action, of revolutionary changes to the Standing Orders, and instead say they are going to do this in an evolutionary way where members put forward different ideas but ultimately have to agree on the next steps we take forward? That would be a productive way of gradually improving our institution.
We hear members of the government say, “Let us just get on to the discussion on the substance. We want to have a discussion about these issues.” It is interesting that this actually parallels the conversation we had during the electoral reform debate. Members of the government said not to worry about the issue of a referendum but to just get on to talking about electoral systems, because, in fact, what they wanted was to push their preferred system. What I think the Liberals realized as that process went through was that Canadians were paying attention to what the Liberals were trying to do, that Canadians cared about the process by which these decisions were made, and they wanted to know that there was going to be a fair process established up front before proceeding to have the discussion. It is great to have the discussion, but they have to define a fair process up front.
What we saw with the electoral reform discussion was that in response to that public pressure, eventually the government realized that it was not going to be able to get away with it unilaterally, so it dropped it and decided it was not going to do anything. That is probably where we are going to end up eventually with respect to the Standing Orders, but it is unfortunate that the government members have yet to learn this lesson. They still want to make a unilateral change that reflects their concept of what the Standing Orders should be rather than work with the House in a constructive way to evolve those going forward.
Frankly, I am very interested in having a conversation about possible changes to the Standing Orders. We had a take-note debate in the House of Commons about those issues. I put forward some specific ideas about changes that could be made to the Standing Orders. Those might be changes that are shared by some members of the government. They might be changes that some members within my own party do not agree on. That was an opportunity to put forward ideas, to have that conversation, and to move that forward in a constructive way.
The framework that we thought we could work under was one in which the procedure and House affairs committee would study these prospective changes, work on them, and look for ways of moving them forward. It would be a more genuine, gradual process of moving forward, not a kind of unilateral process of the government House leader or the Prime Minister or some staffer in the PMO deciding, “No, this is what we want to do.”
The Liberals plead with us to accept their good faith, but when we look at what is in the discussion paper, these are all things that work to the advantage of the government.
It is interesting going through the discussion paper. I read it and spoke about it in detail at committee on what the government House leader was putting forward. The government always uses its human shield, the young family, the family friendliness of it. That is always the Liberals go-to for trying to make changes to the House of Commons that works to their political advantage.
I take exception to this as a member of Parliament with a young family, always very seized with these questions of how we balance the needs of our families with the needs of the work we do. Let us remember, as other members have pointed out, this is not unique to members of Parliament. All Canadians deal with this in different forms. Many people in my constituency have to travel for work as well, whether they work in the energy sector or perhaps the military. This is not just unique to members of Parliament.
I put forward some ideas of things that we could actually do that would not be about the political interests of the government but would actually help young families. The Liberals talk about having fewer days but more extended hours. However, extended hours is a real problem for people with young families. If we are sitting for very long days four days a week, that makes it much more difficult for members to have time to talk on the phone or to meet in person with members of their family. That creates some new additional challenges for families.
The elimination of Friday sittings is really about taking away a day on which the government would have to be accountable. Even if we add those extra minutes to question period at other times of the day, we know, and the Liberals know, that if Friday sittings are taken away that is one less day on which the government has to stand and answer questions which could appear on that day's news. There are only four days instead of five days on which we get to ask the government questions, which then can appear as part of the broader discourse.
The Liberals are using young families as their human shield for this change they want to make, which is in their interests, when we could have a real constructive discussion about ways to move forward. One of the suggestions I put forward was reducing the number of days on which votes could take place, continuing to have the same number of days for discussion, debate, and questions, but maybe having one additional day on which votes did not take place. That would provide an additional level of flexibility but would in no way slow down the existing legislative process.
If we work together in a constructive, collaborative way in which we establish ground rules from the start, we could have some of these ideas given a full airing. These are things that I mentioned when we debated the Standing Orders earlier.
Let us talk about some of the so-called reforms to question period that the Liberals want to make. I think Canadians are interested in discussions about potential changes to question period, but one the suggestions put forward is that we make better use of late shows in particular as a vehicle for more substantive exchanges. Perhaps we could require that ministers make themselves available to be scheduled for a late show exchange rather than parliamentary secretaries. That is an opportunity where the minister responsible for a given file has to answer, in long form, specific questions that members of Parliament have. This idea would enhance accountability.
What the government has proposed in its reforms are not some of the changes that were put forward in a private member's bill by my friend from Wellington—Halton Hills on question period reform, which would have involved an expectation that ministers actually answer the questions. That is not in the discussion paper. We see the government only putting forward changes that work to its interests. It is obvious what the Liberals are doing.
Another example is what the Liberals are doing on time allocation. Their proposal entails time allocation effectively being automatic, that on every bill, the Liberals would be allocating the time. This is different. They would not only be allocating the time in the House, but they would also be allocating the amount of time at committees. Therefore, committees would no longer be the masters of their own domain and would not have the flexibility. This is really concerning.
What if in the context of the study of a bill a committee doing its job suddenly realizes there is a significant issue that it was not aware of before and it needs to dig deeper into that to ensure it understands what is going on, so it needs more time. The government wants to completely take away that flexibility. It would be really good for the government, but it would not be good for this institution, it would not be good for the important role that the opposition has, and it would not be good for Canadians. We need to have the proper amount of time to debate legislation.
Let us agree to support a unanimous decision-making process where we can make changes collaboratively that are in the interests of Canadians and the institution. Let us do it that way, not in a unilateral way that the government wants. Let us agree to do it in that way and then we can start moving forward.
Monsieur le Président, je suis ravi de pouvoir participer au débat à la Chambre. J'ai commencé à formuler quelques observations sur ce sujet au comité, mais je n'ai tout simplement pas eu assez de temps pour y dire tout ce que je voulais dire. Par conséquent, je suis heureux d'avoir la possibilité de poursuivre le dialogue à la Chambre.
Il est intéressant de constater à quel point cette question a galvanisé l'intérêt des Canadiens. Même avant que je commence à participer aux travaux du comité, je recevais des lettres par différents moyens de la part de Canadiens intéressés par cette question. Qui aurait cru que les Canadiens s'intéressaient autant aux activités du comité de la procédure et des affaires de la Chambre ici à Ottawa? Les Canadiens prennent la force et l'intégrité de nos institutions très au sérieux. Ils prennent le processus avec lequel ces institutions se développent et changent très au sérieux parce que le gouvernement envisage quelque chose de très insidieux.
Les libéraux utilisent des termes enjôleurs mais ambigus tels que « modernisation » et « avoir une conversation » mais, dans tous les cas, on sait très bien ce que cela veut dire. De ce côté-ci de la Chambre, nous sommes tout à fait disposés à prendre part à une conversation sur les changements que nous pourrions apporter ensemble au Règlement. Aucun règlement n’est parfait et nous pouvons toujours tirer des leçons de l’expérience et trouver des possibilités d’amélioration. Il y a toutefois une différence entre le processus d’évolution que nous pouvons amorcer ensemble en vue d’éventuelles améliorations et ce que propose le gouvernement, qui n’est rien de moins qu’une révolution par laquelle les libéraux, qui forment le gouvernement, décident de façon indépendante ce qu’ils aimeraient lire dans le Règlement. Voilà le concept de modernisation qu’ils vont imposer à la Chambre.
Les députés du parti au pouvoir font valoir que ce n’est pas là leur intention, qu’ils ne vont pas nécessairement agir unilatéralement, mais qu’ils veulent avoir cette possibilité. Tant qu’ils se laissent cette possibilité, les députés de l’opposition ne pourront sûrement pas croire en leur bonne foi. Pourquoi les libéraux ne retirent-ils tout simplement pas cette option, à savoir la possibilité d'agir unilatéralement et d'apporter des changements révolutionnaires au Règlement, et n'affirment-ils pas plutôt qu’ils vont laisser les choses évoluer d'elles-mêmes en permettant aux députés de proposer différentes idées sur lesquelles ils devront se mettre d’accord? Ce serait une façon productive d’améliorer progressivement l’institution.
Les ministériels disent qu'ils veulent simplement passer à la discussion sur le fond et tenir une discussion sur ces sujets. Il est intéressant, en fait, que cela reflète la conversation qui a eu lieu au cours du débat sur la réforme électorale. Les ministériels nous ont dit de ne pas nous préoccuper de la question d'un référendum, mais de simplement parler des systèmes électoraux parce qu'ils voulaient faire adopter le système qu'ils privilégiaient. Dans le cadre du processus, je pense que les libéraux ont réalisé que les Canadiens prêtaient attention à ce qu'ils essayaient de faire, que les Canadiens tenaient au processus décisionnel et que les Canadiens voulaient confirmer qu'un processus équitable serait établi avant de procéder à la discussion. Il est formidable d'avoir la discussion, mais un processus équitable doit être défini dès le départ.
Lors de la discussion sur la réforme électorale, nous avons constaté que le gouvernement a fini par réaliser qu'il ne serait pas en mesure d'agir de façon unilatérale en raison des pressions du public et qu'il a donc décidé d'abandonner le projet et de ne rien faire. C'est probablement ce qui arrivera éventuellement au Règlement, mais il est regrettable que les ministériels n'aient pas encore appris cette leçon. Ils veulent toujours apporter une modification unilatérale qui illustre leur concept de ce que le Règlement devrait être au lieu de collaborer avec la Chambre de façon constructive pour le faire évoluer à l'avenir.
Pour être franc, j'aimerais beaucoup que nous ayons une discussion sur des changements possibles au Règlement. Nous avons eu un débat exploratoire à la Chambre des communes à ce sujet. J'ai présenté quelques idées précises concernant des changements qui pourraient être apportés au Règlement. Certains plaisent peut-être à quelques députés ministériels et d'autres ne font peut-être pas l'affaire de certains députés de mon propre parti. C'était une occasion de présenter des idées, de discuter et de progresser de manière constructive.
Le cadre dans lequel nous pensions pouvoir travailler en était un dans lequel le comité de la procédure et des affaires de la Chambre se pencherait sur ces changements potentiels, y travaillerait et chercherait des moyens de les faire accepter. Ce serait une façon plus graduelle et authentique de procéder qu'un processus unilatéral dans lequel la leader du gouvernement à la Chambre des communes, le premier ministre ou un membre du personnel du Cabinet du premier ministre impose sa volonté.
Les libéraux nous prient de croire en leur bonne foi. Or, lorsqu'on examine le document de travail, on se rend compte que tout ce qui est proposé serait à l'avantage du gouvernement.
Il est intéressant de consulter le document de travail. Je l'ai lu et, en comité, j'ai parlé en détail de ce que la leader du gouvernement à la Chambre a proposé. Le gouvernement se sert toujours des jeunes familles et des conditions propices à la vie de famille comme bouclier humain. C'est le prétexte que les libéraux utilisent constamment pour tenter d'apporter à la Chambre des communes des changements qui leur confèrent un avantage politique.
Je n'approuve pas ce genre d'approche en tant que député avec une jeune famille qui doit constamment se demander comment concilier les besoins de la famille avec les exigences de notre travail. N'oublions pas que, comme d'autres députés l'ont souligné, ce problème n'est pas propre aux députés. Tous les Canadiens doivent y faire face d'une manière ou d'une autre. Nombre de résidants de ma circonscription doivent aussi voyager dans le cadre de leur travail, que ce soit dans le secteur de l'énergie ou dans l'armée. Cette question ne concerne pas que les députés.
J'ai proposé quelques changements qui, au lieu de servir les intérêts politiques du gouvernement, aideraient vraiment les jeunes familles. Les libéraux proposent d'éliminer une journée de séance mais de prolonger les quatre autres jours. Rappelons toutefois que les horaires prolongés posent de réels problèmes aux députés qui ont une jeune famille. Si nous siégeons pendant de très longues heures quatre jours par semaine, les députés trouveront plus difficilement le temps de parler au téléphone avec leurs proches ou de passer du temps avec eux. Cet horaire compliquerait la vie des familles.
En réalité, l'élimination des séances du vendredi vise à réduire le nombre de jours où le gouvernement doit rendre des comptes. Même si nous ajoutons le même nombre de minutes aux différentes périodes des questions, nous savons, et les libéraux savent, que si les séances du vendredi sont annulées, ce sera une journée de moins où le gouvernement doit répondre aux questions portant sur les nouvelles du jour. Nous n'aurions que quatre jours par semaine, plutôt que cinq, pour poser des questions au gouvernement, alors que ces questions et réponses contribuent à l'ensemble de la discussion.
Les libéraux essaient de justifier ce changement, qui serait à leur avantage, en prétextant vouloir répondre aux besoins des jeunes familles. Nous pourrions pourtant avoir une discussion constructive sur les façons d'améliorer les choses. J'ai proposé notamment de réduire le nombre de jours au cours desquels la Chambre peut tenir des votes. Nous pourrions conserver le même nombre de jours pour débattre et pour poser des questions, tout en éliminant un jour pour la tenue des votes. Cette mesure permettrait d'accroître la souplesse de la Chambre, sans ralentir le processus législatif en place.
Si nous collaborons de façon constructive en vertu de règles établies dès le départ, nous pourrions examiner de très près certaines de ces idées. Il s'agit de questions que j'ai mentionnées lorsque nous avons débattu plus tôt du Règlement.
Examinons certaines des présumées réformes de la période des questions proposées par les libéraux. Je pense que les Canadiens s'intéressent aux discussions ayant trait à des changements éventuels à la période des questions. L'une des propositions mises de l'avant consiste à faire un meilleur usage des débats d'ajournement dans le but d'avoir des échanges plus approfondis. Nous pourrions exiger que les ministres participent eux-mêmes aux débats d'ajournement, plutôt que les secrétaires parlementaires. Ainsi, le ministre responsable d'un dossier donné pourrait répondre de façon détaillée à des questions précises de la part de députés. On pourrait ainsi accroître la reddition de comptes.
Les modifications que le gouvernement propose dans ses réformes diffèrent toutefois de celles que mon collègue de Wellington—Halton Hills avait présentées dans son projet de loi d'initiative parlementaire sur la réforme de la période des questions; celles-ci demandaient notamment à ce que les ministres soient tenus de vraiment répondre aux questions qui leur sont posées. Cela n'a pas été inclus dans le document de travail. Le gouvernement ne présente que les modifications qui l'avantagent. On voit bien ce que font les libéraux.
Un autre exemple est ce que font les libéraux relativement à la question de l'attribution de temps. La proposition des libéraux ferait en sorte que l'attribution de temps serait automatique et qu'ils décideraient du temps attribué pour tous les projets de loi. Ceci est différent. Non seulement les libéraux pourraient attribuer le temps de débat à la Chambre, mais ils pourraient aussi l'attribuer aux comités. Ainsi, les comités ne seraient plus maîtres de leurs affaires et n'auraient plus aucune flexibilité. C'est très inquiétant.
Qu'adviendrait-il si, lors de son étude d'un projet de loi, un comité se rendait soudainement compte d'un problème important et avait besoin de plus de temps afin d'effectuer un examen plus approfondi pour s'assurer de bien tout comprendre? Le gouvernement souhaite les priver de cette souplesse. Ce serait très profitable au gouvernement, mais ce serait préjudiciable à cette institution, à l'important rôle de l'opposition et aux Canadiens. Nous devons avoir suffisamment de temps pour débattre des mesures législatives.
Convenons d'un processus décisionnel unanime qui nous permettra d'apporter des modifications de façon collaborative dans l'intérêt des Canadiens et de la Chambre. Faisons les choses ainsi plutôt que de la façon unilatérale préconisée par le gouvernement. Entendons-nous pour procéder de cette façon afin de commencer à faire avancer les choses.
View Ruby Sahota Profile
Lib. (ON)
View Ruby Sahota Profile
2017-04-03 17:47 [p.10083]
Madam Speaker, I hear the NDP and the Conservatives talk about the need to only change the Standing Orders through unanimity. This has not always happened in the past. It has not happened in the case of the member for Lanark—Frontenac—Kingston. He is a member of the Standing Committee on Procedure and House Affairs. In a previous Parliament, he used a private member's motion to force a vote in the House of Commons to amend the Standing Orders with respect to how we elect our Speaker. Was there consensus? No, there was no consensus. Actually, over 42% of the members voted against that motion. Is this the threshold for consensus?
Let us also look to the NDP. The member for Burnaby South used his time allocation business motion in private members' business to change the Standing Orders to implement an e-petition scheme. Was there consensus to that change? No. Actually, over 49% of the members in this House voted against that proposal. How can this member, knowing that members of this House have passed changes to our current and past Standing Orders without unanimity, square this with a demand for unanimity this time around?
Madame la Présidente, j'entends des néo-démocrates et des conservateurs affirmer que l'unanimité est nécessaire pour apporter des modifications au Règlement. Il n'en a pas toujours été ainsi. Je pense notamment au député de Lanark—Frontenac—Kingston, qui siège au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Durant une législature précédente, il a présenté une motion d'initiative parlementaire pour forcer la Chambre des communes à tenir un vote en vue de modifier le Règlement, plus précisément la façon dont le Président est élu. Y a-t-il eu consensus? Non, il n'y a pas eu consensus. En fait, plus de 42 % des députés ont voté contre la motion. Est-ce à ce pourcentage qu'il y a consensus?
Passons au NPD. Le député de Burnaby-Sud a présenté une motion d'initiative parlementaire pour instaurer un système de pétitions électroniques. Le changement a-t-il fait consensus? Non. En fait, plus de 49 % des députés ont voté contre la proposition. Comment ce député peut-il concilier le fait que des députés ont fait adopter des changements à l'ancien et à l'actuel Règlement sans obtenir l'unanimité, avec le fait qu'on exige celle-ci dans le cas qui nous occupe?
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, my friend is very clearly comparing apples to oranges here. A proposal to change the process by which a Speaker is elected is a relatively minor change in the scheme of things. It was discussed and debated on, and there was a great diversity of opinions within individual parties. At the time, there were differences of opinion in every party. It would be very different from a majority government unilaterally trying to impose substantial changes to the legislative process without any kind of opposition buy-in.
I think there is a clear difference, especially in terms of the scale of the kind of changes we are talking about. From now on, automatically every piece of legislation would have the government dictating the amount of time that was spent discussing that, not only in the House but also in committee. That would be a revolutionary change, and it would completely undermine the role of the opposition.
I think the change with respect to the Speaker election was whether we have successive rounds of balloting or an instant run-off vote. With all due respect, whether we have an instant run-off or multiple rounds of balloting is a minor change compared to whether the government dictates how much time a committee can spend discussing legislation.
Madame la Présidente, ma collègue est vraiment en train de comparer des pommes et des oranges. Une proposition visant à modifier le processus par lequel un Président est élu constitue un changement relativement mineur en fin de compte. La question a fait l'objet de discussions et de débats, et les avis étaient très partagés au sein des partis. À ce moment-là, il y avait des divergences d'opinions au sein de chaque parti. Ce serait tout à fait différent si un gouvernement majoritaire tentait d'imposer unilatéralement des changements importants au processus législatif sans aucune approbation de la part de l'opposition.
Je crois qu'il y a une nette différence dans la situation actuelle, tout particulièrement en ce qui concerne l'ampleur des changements dont il est question. À compter d'aujourd'hui, le gouvernement établirait systématiquement le temps alloué pour le débat sur chaque mesure législative, pas seulement à la Chambre, mais également en comité. Il s'agirait d'un changement révolutionnaire, qui minerait complètement le rôle joué par l'opposition.
Je crois qu'en ce qui concerne l'élection du Président, il s'agissait de déterminer s'il y aurait des rondes successives de scrutin ou un vote alternatif. Sans vouloir offenser quiconque, que ce soit l'un ou l'autre, il s'agit d'un changement mineur, alors que c'est tout le contraire en ce qui concerne le fait pour le gouvernement de fixer le temps pendant lequel un comité peut débattre d'une mesure législative.
Results: 1 - 60 of 71 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|