Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 7 of 7
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-25 12:47 [p.21790]
Mr. Speaker, I am honoured to stand here today.
I am disappointed, but not surprised, by the comments coming from some of our colleagues across the floor, some who I deeply respect with respect to their service to our country. However, it is the talking points. I have listened intently to this debate.
It was August 28 when I received a message from our veteran community, asking if I heard about Chris Garnier who had heinously murdered Catherine Campbell, a Truro police officer of six years, badge 137. Catherine was also a volunteer firefighter.
In the process of the legal battle that he and his family waged, they used every dilatory motion possible to re-victimize Ms. Campbell's family, such as putting a peace bond on her family members during the court case because Mr. Garnier's family felt threatened. When the sentencing came up, all of a sudden he had PTSD. From what? He had PTSD from the murder he committed. How did we find this out? An email was sent during the sentencing, which was only about a month and a half ago.
Since August 28, when I did a video on my social media, over 90,000 Canadians have viewed it and they are angry. The comments we have received have been incredible. People are furious. I want to read one for members. It states:
“I am not allowed to lend my voice to the outrage of providing services to a non-veteran convicted murderer, however, I am absolutely speechless. Well, perhaps not speechless, but I'm trying to be polite and professional.”
“ As a citizen of this country, I am so angry and ashamed. As a Veterans Affairs employee, this is not what I signed up for when I began my career, providing services to our veterans and their families. I love my job and it is an honour to support those who are willing to lay down their lives for me and my fellow citizens, but now I just want to go home with my head hung in shame. knowing what someone in my organization has approved.”
It goes on to say, “Under family services, it clearly states that we do not cover family members' own mental health issues. It is a provincial jurisdiction, or in this case, it is a Corrections Canada jurisdiction. We only directly support veterans' family members with their mental health issues only as needed for them to participate in a veterans rehab plan.”
I offer that to members. All we have heard from the minister straight across the Liberal caucus is garbage. There is no other way to put it. It is shameful.
Veterans and first responders are listening today. I have had, if not hundreds, possibly thousands of messages regarding this issue. Chris Garnier murdered Catherine Campbell. He is currently appealing his case now because the judge was heavy-handed in sentencing. Chris Garnier met Catherine Campbell and two hours later he murdered her. He dumped her in a recycling bin, wheeled her through Halifax and tossed her away like a piece of trash. Now he and his family are trying to milk the system, using PTSD as an excuse. It is shameful.
Through my work on Bill C-211, we have worked hard in trying to break the stigma so those who are suffering can feel comfortable and know that when they come forward to talk about their stories, they will be believed. Now we have this dirt bag. I have said it, and I believe that with my whole heart.
This man is re-victimizing the family. He is taking advantage of a situation. He is using every tool possible. Now he is using PTSD as a mitigating factor, hoping to get some leniency in his sentencing. We have colleagues across the way, all whom I respect dearly for their service, coming out, spewing the talking points.
If a veteran commits a crime, he or she loses his or her benefits. My hon. colleague, the member for Barrie—Innisfil, mentioned it earlier that a 30 year old was not a dependant. To have a convicted murderer jumping in front of a veteran or a first responder who requires treatment is shameful.
The day after I posted my video, the minister said that he was seized with this issue. It has been 28 days. He stands in the House and blathers on. He had an opportunity at the beginning of this debate to talk about the action he had taken on this case, but he continued to spew political talking points. We can tell we are going into an election season, but on an issue like this, it is absolutely shameful.
I promised I was not going to get heated up, but I have received more messages from veterans.
One veteran says, “Hey, Mr. Doherty, I just want to scream and cry at the same time. I have been waiting in line for what seems like forever. Every time, veterans affairs has some excuse as to why. I served 21 years for my country, yet I have to continue to wait in line.”
Mr. Garnier has already been receiving this treatment, yet he was only just sentenced about a month and a half ago. He immediately jumped to the front of the line. How did he do that? We have a lot of questions. Is he highly connected? We do not know. It is absolutely shameful.
This veteran goes on to say, “I am so lit up. I don't know what to do. I don't even know if.... the thoughts that are going through my mind. I don't know what to do.”
I have two minutes left and I wish I had so much more time for this. It is absolutely shameful.
Catherine Campbell served our country and served our community. She wore two uniforms, and Christopher Garnier took her life.
It is not about hypothetical cases. It is not about “coulda, woulda, shoulda”. It is not about his father's treatment plan. It has nothing to do with that. That is what is being paraded out there. It has not even been brought up. What was brought up is that his lawyer has said that he needs treatment for PTSD because of the crime he committed, the murder he committed. That is shameful. He has jumped to the front of the line.
I am going to leave the House with this, because it is important.
Freedom is not free. Our brave men and women, who have served our country and our communities, have paid our collective debt for our freedom, our safety and our security. When they ask for help, rather than welcoming them and telling them that their bill is paid in full, they are continually refused service or told to go to the back of the line. Many of them are losing hope. We continue to lose veterans and first responders at a horrendous rate. Why? Because of issues like this. They lose faith in the process.
This is wrong. Those brave men and women, who put the uniform on every day in service to our country, to our community and to our flag, sacrifice for us. Christopher Garnier did not serve. Instead, he took the life of someone who served her community and who was willing to give her life for her community. The Campbells and our veterans and first responders deserve better than what they are hearing in the talking points from the minister.
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui.
Je ne suis pas étonné, mais je suis quand même déçu des propos de certains de nos collègues d'en face, dont certains qui ont tout mon respect pour avoir servi notre pays. Or, ils se rabattent sur des arguments préfabriqués. J'ai écouté attentivement le débat.
Le 28 août dernier, je recevais un message du milieu des anciens combattants me demandant si j'étais au courant du meurtre haineux commis par Chris Garnier, qui avait assassiné Catherine Campbell, agente de police de Truro depuis six ans, matricule 137, et pompière volontaire.
Au cours de la bataille judiciaire qui a suivi, M. Garnier et sa famille ont employé toutes les motions dilatoires possibles pour victimiser de nouveau les membres la famille de Mme Campbell, demandant, par exemple, un engagement de leur part ci à ne pas troubler l'ordre public pendant le procès parce que la famille de M. Garnier se sentait menacée. Quand est arrivé le moment du prononcé de la sentence, tout à coup, M. Garnier était atteint de stress post-traumatique. Causé par quoi? Par ses propres actes, le meurtre qu'il avait commis. Comment l'a-t-on appris? Par un courriel envoyé au stade du prononcé de la sentence, il y a environ un mois et demi seulement.
Depuis le 28 août, plus de 90 000 Canadiens ont visionné la vidéo j'ai mise sur les médias sociaux et ils sont en colère. Les commentaires sont incroyables. Les gens sont furieux. En voici un exemple:
« Je n'ai pas le droit de dire ma colère de voir des services offerts à un individu reconnu coupable de meurtre qui n'est pas un ancien combattant. Je n'en suis pas moins sans voix. Peut-être pas tout à fait sans voix, mais j'essaie de me montrer poli et professionnel.
« En tant que citoyen de ce pays, je suis furieux et honteux. En tant qu'employé du ministère des Anciens Combattants, j'estime que ce n'est pas ce à quoi je me suis engagé quand j'ai commencé ma carrière et que je devais fournir des services à nos anciens combattants et à leur famille. J'adore mon travail et c'est un honneur pour moi d'être là pour ceux qui sont prêts à sacrifier leur vie pour moi et mes concitoyens. Je n'ai cependant qu'une envie, en ce moment, c'est de rentrer chez moi, tête basse, honteux parce que quelqu'un, dans mon ministère, a donné son accord. »
La lettre continue ainsi: « Il est dit clairement, en ce qui concerne les services offerts aux familles, que nous ne nous occupons pas des problèmes de santé mentale des membres de la famille. Ce sont des problèmes qui relèvent de la province ou, comme dans ce cas-ci, des services correctionnels canadiens. Nous nous occupons directement des problèmes de santé mentale de membres de la famille d'un ancien combattant seulement s'ils ont besoin de cette aide pour pouvoir participer au programme de réadaptation de cet ancien combattant. »
Aux députés d'en déduire ce qu'ils veulent. Des foutaises, voilà tout ce que le ministre et le caucus libéral nous ont servi. Il n'y a pas d'autre manière de le dire. C'est honteux.
Les anciens combattants et les premiers intervenants sont à l'écoute aujourd'hui. J'ai reçu des centaines, voire des milliers, de messages concernant cette affaire. Chris Garnier a assassiné Catherine Campbell. Il a récemment interjeté appel, qualifiant d'excessive sa peine d'emprisonnement. Chris Garnier a rencontré Catherine Campbell et, deux heures plus tard, il la tuait. Il a jeté son corps dans un bac de recyclage qu'il a traîné dans Halifax, puis il a jeté le cadavre comme si c'était une ordure. Aujourd'hui, sa famille et lui essaient de profiter du système, invoquant le syndrome de stress post-traumatique comme excuse. Quelle honte.
Dans le cadre du projet de loi C-211, que j'ai présenté, nous nous sommes employés à faire tomber les préjugés pour que les personnes qui souffrent de stress post-traumatique se sentent à l'aise de raconter leur histoire et qu'elles sachent que cela les soulagera. Nous voilà confrontés au cas de cette pourriture. Voilà ce que je pense du fond du coeur.
Cet homme fait subir une nouvelle épreuve à la famille de la victime. Il profite de la situation. Il utilise tous les outils à sa disposition. Maintenant, il invoque le syndrome de stress post-traumatique comme circonstance atténuante, dans l'espoir que le tribunal fasse preuve de clémence dans la détermination de sa peine. Certains collègues d'en face, auxquels je voue énormément de respect pour leur service à la nation, se contentent de débiter des réponses toutes faites.
Un ancien combattant qui commet un acte criminel perd ses avantages sociaux. Mon distingué collègue de Barrie—Innisfil a mentionné plus tôt qu'un homme de 30 ans n'est pas une personne à charge. Il est honteux qu'un meurtrier passe devant un ancien combattant ou un premier intervenant qui a besoin de soins.
J'ai publié une vidéo et, le lendemain, le ministre a déclaré avoir été saisi de l'affaire. C'était il y a 28 jours. Le ministre intervient à la Chambre pour débiter des bêtises. Dès le début du présent débat, il avait l'occasion de parler des mesures qu'il a prises dans cette affaire, mais il a continué à présenter des arguments politiques. On constate déjà que la période électorale pointe à l'horizon, mais dans un dossier comme celui-ci, il est absolument inadmissible de faire de la politique.
J'ai promis de ne pas m'emporter, mais j'ai reçu de nouveaux messages d'anciens combattants.
Un ancien combattant m'a écrit ceci: « M. Doherty, j'ai envie de crier et de pleurer en même temps. J'ai l'impression d'attendre mon tour depuis des lustres. Chaque fois, le ministère des Anciens Combattants trouve une excuse pour justifier cette attente. J'ai servi mon pays pendant 21 ans, et pourtant je dois continuer à attendre. »
M. Garnier a été condamné il y a à peine un mois et demi, mais il reçoit déjà des soins. Il est tout de suite passé devant tout le monde. Comment y est-il arrivé? Nous avons beaucoup de questions. A-t-il des amis influents? Nous n'en avons aucune idée. C'est tout à fait scandaleux.
Cette même personne poursuit en disant ceci: « J'éprouve une très grande frustration. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais même pas si... je m'imagine tellement de choses. Je ne sais pas quoi faire. »
Il me reste deux minutes, mais j'aurais aimé en parler beaucoup plus longuement. C'est carrément honteux.
Catherine Campbell a servi notre pays et notre collectivité. Elle portait deux uniformes, et Christopher Garnier lui a enlevé la vie.
Il ne s'agit pas ici de cas hypothétiques. Il ne s'agit pas ici de ce qui aurait pu ou dû être fait. Il ne s'agit pas ici du plan de traitement du père de l'individu en question. Cela n'a rien à voir. C'est pourtant ce qu'on tente de nous faire croire. Toutefois, cette question n'a même pas été soulevée. La réalité, c'est que l'avocat de cet individu a déclaré que son client a besoin d'un traitement pour soigner un trouble de stress post-traumatique causé par le meurtre qu'il a commis. C'est honteux. Il a resquillé.
En terminant, je vais faire part à la Chambre de quelques réflexions importantes.
La liberté n'est pas gratuite. Les femmes et les hommes courageux qui ont servi leur pays et leurs collectivités ont payé une dette collective pour assurer notre liberté et notre sécurité. Lorsqu'ils demandent de l'aide, au lieu de les accueillir et de leur dire que leurs factures seront entièrement payées, on continue de leur refuser l'accès à des services ou on leur dit de retourner au bout de la queue. Bon nombre d'entre eux perdent espoir. Nous continuons de perdre des vétérans et des premiers intervenants à un rythme affolant. Pourquoi? À cause de problèmes comme celui-ci. Ils ne font plus confiance au processus.
C'est inacceptable. Ces femmes et ces hommes courageux, qui revêtent l'uniforme tous les jours pour servir leur pays, leurs collectivités et leur drapeau, se sacrifient pour nous. Christopher Garnier n'a pas servi dans l'armée. Il a plutôt enlevé la vie d'une personne qui a servi sa collectivité et qui était prête à faire le sacrifice ultime pour celle-ci. Les Campbell ainsi que les vétérans et les premiers intervenants canadiens méritent mieux que les vieilles rengaines que répète le ministre.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2018-09-25 13:16 [p.21794]
Mr. Speaker, I want to start off with a golf clap. My colleague stood for 10 minutes and gave a speech. At the very end of his speech, he said that this is a horrific case. He dedicated three lines of that 10-minute speech to Catherine Campbell and Christopher Garnier and the issue at hand.
He said that the government listens to veterans. What would my colleague say to the veterans who are watching right now who rose up and said that his is horrific? They shared their own stories of Veterans Affairs turning a blind eye and shutting the door on them and shuffling them to the back. They are outraged about this. What does the member have to say to that?
Monsieur le Président, d'abord, j'applaudis silencieusement mon collègue. Il a livré un discours de 10 minutes, à la conclusion duquel il a qualifié l'affaire de tragique. Durant ce discours de 10 minutes, il a consacré trois phrases à Catherine Campbell et à Christopher Garnier, ainsi qu'à la question à l'étude.
Le député dit que le gouvernement écoute les anciens combattants. Qu'a-t-il à dire à ceux qui sont à l'écoute en ce moment et qui dénoncent la situation? Des anciens combattants ont raconté comment Anciens Combattants Canada ne se préoccupe pas d'eux, leur ferme la porte au nez et les renvoie au bout de la file d'attente. Ils en sont outrés. Qu'est-ce que le député a à dire à propos de cela?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I would like to thank the member of Parliament for Selkirk—Interlake—Eastman for his continuing support for veterans, both in his riding and across the country.
I have some very serious concerns about how this particular debate has been unfolding. Let us start with how we got to this point. In this case, when citizens learned that a man convicted of murdering a female police officer was receiving veterans benefits and then learned that this particular man was not a veteran and has never served, it created a strong level of outrage. Let us also be clear that these concerns came first and foremost from the family of the victim. I mention that so we can be perfectly clear that this was not something dreamt up by the opposition party. These are legitimate concerns raised by the family of a murdered police officer, concerns raised by veterans who know full well that this was never what post-traumatic stress disorder benefits were created for and finally, concerns raised by everyday Canadians.
Even the Liberals' own veterans minister has conceded and stated in this place that “there are many of us who are uncomfortable with the decision that was made.”
What happened next? Well, we know that the Prime Minister was asked about this. What did he have to say? This Prime Minister demonstrated an unaccountable level of arrogance when he told Canadians that he would not answer questions on this subject, that for some reason, he should not be held accountable for this decision. It is all part of the same pattern of a Prime Minister who has one set of rules for everyone else but a very different set of rules for himself and his inner circle. He says that these questions are playing politics with tragedy and he will not answer them. He even called these questions “disgusting political games”.
What happened next? The minister did his usual tap dance, and of course, the go-to Liberal talking point was to blame Harper. This, of course, is how Liberals try to cover for their ongoing failure, despite the fact that they are three years into their own term. Keep in mind, it was not previous prime minister Harper who set Liberals' own performance standards on serving veterans, which we learned recently has resulted in the Liberal government failing to even meet its own veterans service targets.
Despite these failures to serve actual veterans, somehow the government found a way to provide veterans benefits to a cop killer who was never a veteran. Now, this outraged the family of the victim. As well, we have cases where veterans are in court fighting the Liberal government to fulfill its promises made to veterans. Veterans see a convicted murderer, who is not a veteran, receiving the benefits they fought for, and in some cases are still fighting for. That creates a level of outrage, and people are going to ask the Prime Minister why it is happening under his watch.
This Prime Minister may not like the question, but to call it a disgusting political game and then refuse to answer? Would this Prime Minister seriously pick up the phone and accuse the family of the victim of playing disgusting political games because they are outraged by this decision by his own government? That is what this is about: accountability. This family wants answers. This family deserves answers.
Earlier today, the minister joined this debate, and I followed his comments closely. Only at the very end of his speech did he actually address the issue we are debating. The minister told us that if veterans services are being received by a family member of a veteran when they are not related to the veteran's service-related illness or injury, the case will be reviewed by a senior official before a decision is rendered. Let us fast forward to this afternoon when we were in question period. While in question period, the CBC released a report that entirely contradicted what the minister told this place this morning. CBC now reports that Veterans Affairs Canada will no longer “pay for benefits for incarcerated relatives of veterans in the wake of the Christopher Garnier case.”
While I believe that many Canadians will strongly support this new policy, it does raise a few troubling questions. Why did the minister tell us something completely different this morning? Why was the minister in this place during question period arguing in favour of the do-nothing approach? Why is it that we only learned of this important new policy from the CBC and not from the minister during question period? Seriously, is the minister even running his own department?
On the weekend, we witnessed a minister responsible for border security who clearly has no idea what is going on in his department, and now this today. This, of course, all comes back to what I view as the core problem here. Let me recap first.
When this subject first arose, the Prime Minister called it “disgusting political games” and refused to answer it, yet here we are. Not only has the question been validated but the department has actually changed its policy because of it.
Let me quote again. CBC now reports, “Veterans Affairs Canada will not pay for benefits for incarcerated relatives of veterans in the wake of the Christopher Garnier case.” I repeat, “in the wake of the Christopher Garnier case.” It was never a foolish political game. Those were real concerns from real people. For the Prime Minister to simply blow them off with his usual habit of trying to shame anyone who dares to expect accountability from him is getting tired.
It also points to a pattern with the Prime Minister. In the past, when the Prime Minister did not like uncomfortable questions, he would often accuse the opposition of throwing mud. Many of those uncomfortable questions led to the Prime Minister and members of his own cabinet being found guilty of ethics violations. In other words, I am seeing a bit of a pattern. When the Prime Minister hits the mass outrage button over a question he does not like, all too often it is because he does not know the answer. He just does not want to reveal it. Generally, this only applies to the Prime Minister and his inner circle, one of which is the Veterans Affairs minister. This matter has shown us that the Prime Minister needs to be more accountable to Canadians.
Now I will go back to the topic at hand. We can commend the department for changing this policy, thanks to the concern raised by the opposition. I say thanks to the department, because the minister clearly knew nothing about it. Otherwise we would have learned about this policy change from him instead of from the CBC during question period today.
That leaves only one important unanswered question. We know that Veterans Affairs will no longer pay for benefits for the incarcerated relatives of veterans. What we do not know is whether the Liberal government will stop providing veterans benefits to Christopher Garnier. We have asked this of the minister repeatedly. He has refused to answer, and he hides behind his department. In fairness to the minister, perhaps like this most recent policy change, he does not know. Maybe he is waiting for his department to tell the CBC, so it can tell us. Whatever the answer is, the minister has had ample opportunity to provide a simple answer, and he refuses to do so.
This is not ministerial accountability in this place. Everyone in this place knows that. We can all send a message to the minister, who is a BF to the Prime Minister. We can vote to stop these benefits. That is what I am asking all members in this place to do: join with the Conservatives in saying “no more” in this case. That is what this motion is about, and that is what it should remain when we stand in our places today and vote as hon. members.
Monsieur le Président, je remercie le député de Selkirk—Interlake—Eastman pour son appui indéfectible envers les anciens combattants de sa circonscription et de partout au pays.
Je suis vivement préoccupé par l'évolution de ce débat. Voyons comment nous en sommes arrivés là. Quand des citoyens ont appris qu'un homme condamné pour le meurtre d'une policière bénéficiait d'avantages sociaux conçus pour les anciens combattants et que cet homme n'était pas un ancien combattant et n'avait jamais servi dans l'armée, ils ont été profondément choqués. Il convient de rappeler que cette situation a été signalée, à l'origine, par la famille de la victime. Je tiens à le souligner pour indiquer clairement qu'il ne s'agit pas d'un problème imaginé par l'opposition officielle, mais bien de préoccupations légitimes exprimées par la famille d'une policière assassinée, par d'anciens combattants qui savent très bien que les mesures de soutien liées au trouble de stress post-traumatique n'ont jamais été conçues pour des situations comme celle-là et, finalement, par des Canadiens ordinaires.
Le ministre des Anciens Combattants du gouvernement libéral a lui-même reconnu le problème et déclaré en cet endroit que « nous sommes nombreux que cette décision met mal à l'aise ».
Que s'est-il passé ensuite? Eh bien, nous savons que le premier ministre a été interrogé à ce sujet. Qu'a-t-il dit? Il a fait preuve d'une extrême arrogance en disant aux Canadiens qu'il ne répondrait pas à des questions sur ce sujet et que, pour une raison quelconque, il ne devrait pas être tenu responsable de cette décision. C'est toujours le même scénario: le premier ministre et sa garde rapprochée sont assujettis à des règles différentes du reste du monde. Le premier ministre soutient que ces questions cherchent à politiser une tragédie, et il refuse d'y répondre. Il a même dit qu'en posant ces questions, nous faisions « de la politique de bas étage ».
Que s'est-il passé par la suite? Comme d'habitude, le ministre a esquivé les questions et les libéraux ont bien sûr blâmé Harper, ce qui est leur activité favorite. C'est évidemment de cette façon que les libéraux tentent de camoufler leurs échecs permanents, alors qu'ils sont au pouvoir depuis trois ans. N'oublions pas que ce n'est pas l'ancien premier ministre Harper qui a établi les normes de rendement des libéraux en matière de prestation de services aux anciens combattants, cibles qu'ils ne sont même pas capables d'atteindre, comme nous l'avons appris récemment.
Le gouvernement n'a pas été capable de servir les anciens combattants, mais il a trouvé le moyen de payer les soins d'un tueur de policier qui n'a jamais été ancien combattant. La famille de la victime est outrée. De plus, des anciens combattants sont devant les tribunaux en train de se battre contre le gouvernement libéral pour qu'il tienne les promesses qu'il leur a faites. Les anciens combattants voient qu'un meurtrier, qui n'est pas ancien combattant, profite des services pour lesquels ils se sont battus et pour lesquels certains continuent de se battre. Cela soulève l'indignation générale, et les gens vont demander au premier ministre de leur expliquer pourquoi cela a lieu sous sa direction.
Peut-être bien que le premier ministre n'aime pas cette question, mais de là à dire qu'il s'agit d'un jeu politique de bas étage et à refuser de répondre? Le premier ministre appellerait-il vraiment la famille de la victime pour l'accuser de jouer à un jeu politique de bas étage parce qu'elle est scandalisée par la décision prise par son gouvernement? C'est de reddition de comptes qu'il est question. Cette famille veut des réponses. Cette famille mérite qu'on les lui donne.
Plus tôt aujourd'hui, le ministre a participé au débat et j'ai bien écouté ses interventions. Ce n'est qu'à la toute fin de son discours qu'il a fini par aborder le sujet du débat d'aujourd'hui. Le ministre nous a dit que, dans le cas où un des membres de la famille d'un ancien combattant reçoit des services s'adressant aux anciens combattants alors que le besoin n'est pas lié à la maladie ou à la blessure subie par l'ancien combattant pendant son service, le dossier sera revu par un haut fonctionnaire avant qu'une décision soit rendue. Avançons maintenant jusqu'à cet après-midi, pendant la période des questions. À ce moment, la CBC a rendu public un rapport qui contredit absolument ce que le ministre nous avait dit ce matin. Selon la CBC, à la lumière de l'affaire Garnier, Anciens Combattants Canada ne couvrira plus les frais liés aux services rendus aux membres de la famille d'un ancien combattant qui sont incarcérés.
Bien que, selon moi, de nombreux Canadiens appuieront fermement cette nouvelle orientation, cette dernière soulève des questions troublantes. Pourquoi le ministre a-t-il affirmé complètement le contraire ce matin? Pourquoi le ministre a-t-il défendu, pendant la période des questions, l'approche du laisser-faire? Comment se fait-il que ce soit la CBC qui ait annoncé cet important changement de politique plutôt que le ministre pendant la période des questions? Honnêtement, est-ce que le ministre s'occupe vraiment de son ministère?
Pendant la fin de semaine, nous avons pu constater que le ministre responsable de la sécurité à la frontière n'est absolument pas au courant de ce qui se passe dans son ministère et voilà cette nouvelle affaire aujourd'hui. Tout cela, évidemment, est lié à ce que je considère comme étant le principal problème. Je vais d'abord refaire le fil des événements.
Lorsque la question a été soulevée, le premier ministre a déclaré qu’il s’agissait de jeux politiques « de bas étage » et a refusé de répondre aux questions. Pourtant, nous en sommes là. Non seulement la question a-t-elle été justifiée, mais le ministère a en fait modifié sa politique pour en tenir compte.
Je vais citer encore une fois la CBC: « À la lumière de l'affaire Garnier, Anciens Combattants Canada ne couvrira plus les frais liés aux services rendus aux membres de la famille d'un ancien combattant qui sont incarcérés. » Je répète, « à la lumière de l'affaire Garnier ». Cela n’a jamais été un jeu politique futile, il s’agissait de réelles inquiétudes exprimées par de vraies personnes. Il est lassant de voir le premier ministre les balayer du revers de la main, avec sa manie de sermonner quiconque s’attend à une quelconque reddition de comptes de sa part.
Cela dénote aussi une tendance chez le premier ministre. Par le passé, lorsque le premier ministre n’aimait pas certaines questions qui le rendaient mal à l’aise, il accusait souvent l’opposition de salissage. Bon nombre de ces questions délicates ont débouché sur des accusations d’entorse à l’éthique à l’encontre du premier ministre et de membres de son Cabinet. En d’autres mots, je peux discerner une tendance. Lorsque le premier ministre appuie sur le bouton de l’outrage absolu face à une question qu’il n’aime pas, c’est trop souvent parce qu’il ne connaît pas la réponse. Il ne veut simplement pas que cela se sache. Cela ne s’applique en général qu’au premier ministre et à son cercle restreint, dont le ministre des Anciens Combattants fait partie. Cette question nous a montré que le premier ministre doit être plus honnête avec les Canadiens.
Je reviens maintenant à la question du jour. Nous pouvons féliciter le ministère d’avoir modifié sa politique, grâce aux préoccupations dont l’opposition a fait état. Je remercie le ministère parce qu’il est clair que le ministre n’en savait rien. Autrement, il nous aurait fait part de ce changement d’orientation au cours de la période des questions d’aujourd’hui au lieu de laisser la CBC nous l’apprendre.
Cela ne laisse qu’une question importante sans réponse. Nous savons qu’Anciens Combattants Canada ne couvrira plus les frais liés aux services rendus aux membres de la famille d'un ancien combattant qui sont incarcérés. Ce que nous ne savons pas, c’est si le gouvernement libéral cessera d'utiliser l'argent destiné aux anciens combattants pour offrir des services à Christopher Garnier. Nous avons posé plusieurs fois la question au ministre. Il a refusé de répondre et il se retranche derrière son ministère. En toute justice pour le ministre, peut-être qu’il ne le sait pas, comme dans le cas du plus récent changement de politique. Peut-être qu’il attend que le ministère l’apprenne à la CBC, pour qu’elle nous fasse le message. Quoi qu'il en soit, le ministre a amplement eu la possibilité de donner une simple réponse et il refuse de le faire.
Ce n'est pas ce que j'appellerais de la responsabilité ministérielle. Tous les députés le savent. Nous pouvons envoyer un message au ministre, qui est un grand ami du premier ministre. Nous pouvons voter pour que Christopher Garnier arrête de se faire payer des soins. C’est ce que je demande à l’ensemble des députés: qu'ils se joignent aux conservateurs pour dire « plus jamais » dans cette affaire. C’est le but de cette motion, et c’est ce but qu’il faut poursuivre en exerçant notre devoir de députés aujourd’hui.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, there is outrage from the family, outrage from veterans and outrage from Canadians in regard to this specific case.
Now the department has changed the policy, but the minister has shown less than to dignify us with a proper response. The member wants to talk about policy, but when policies are put in place and people start falling through the cracks, when there are failures and gaps in that policy, then it is up to backbench MPs and not just the opposition to go to their Parliament here to hold the government and their ministers to account. That is exactly what we are supposed to do.
The member can try and say if we only had the perfect policy, but then we would not need ministers anymore, and we would not need MPs anymore. We are here to fight for our constituents to make sure their voices are being heard. We want that member to hear that.
Monsieur le Président, cette affaire est un scandale pour la famille, les anciens combattants et les Canadiens.
Le ministère a maintenant changé de politique, mais le ministre n’a pas daigné nous répondre. Le député veut parler des politiques, mais lorsque les politiques sont en place et que des gens passent entre les mailles du filet, cela veut dire que les politiques sont lacunaires. Il incombe alors aux députés d’arrière-ban et pas seulement à ceux de l’opposition de demander des comptes au gouvernement et aux ministres. C’est exactement ce que nous sommes censés faire.
Le député peut bien souhaiter l'avènement de la politique parfaite, mais si c’était possible, nous n’aurions plus besoin ni de ministres ni de députés. Nous sommes ici pour défendre nos concitoyens et faire en sorte que leur voix soit entendue. Nous voulons que le député l’entende.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2017-02-13 15:53 [p.8857]
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to rise in the House and talk about the Canada-European Union trade agreement, which is one that I have spoken on a number of times. We have the opportunity to stand in the House to speak about Canada's opportunities on the world stage and the promotion of Canada on the world stage. It always brings me back to the opportunities and experiences I had in the promotion of Canada for over 20 years working in aviation and trade. Indeed, it brings back some great memories.
I am going to focus my speech on a couple of different areas. Obviously, we have heard a lot of speeches over this debate and, indeed, on the earlier versions of this agreement. I am going to talk about why Canada has this agreement, and then get into the agreement as it sits today. I also want to talk a little bit beyond the trade agreements, what we need to do, and what the government needs to do to make sure that we capitalize on the opportunities that trade agreements bring.
The question we always have with respect to a trade agreement as we move forward is making sure that it is the right deal for Canadians, and making sure that Canadian jobs are always promoted first and foremost, and are top of mind. I know that for the previous government under Stephen Harper, first and foremost of critical importance was creating an environment that precipitated investment and trade, and also furthered trade. This was what Prime Minister Harper and his strong team of ministers focused on.
Again, we should always be mindful that we give kudos to the hon. colleague, the member for Abbotsford, who moved this agreement to where it is today. As well, we had the former minister of trade, the member for York—Simcoe, as well who did considerable work in moving agreements such as this.
If I remember correctly, our former Conservative government put over 40-plus agreements in place. The reason we got over 40 agreements done and in place is that we had a focused government that understood that Canada first and foremost is indeed a trading nation. We understood that our economy is predicated on the commodities that we produce. One in five Canadian jobs is directly or indirectly linked to trade. Trade allows us to secure and be the drivers of our prosperity. Every billion dollars in exports generates as many as 11,000 new jobs.
The Canada-EU agreement will be one of the largest agreements that we have had since NAFTA. The history of our Canada-EU relations goes back to 1497 when John Cabot landed. He was looking for spices, but instead found fish, cod at the time, and lots of it. Subsequently, a lot of boats from Europe came to get our cod, because Canadians had some of the best north Atlantic cod. It was dried, salted, and shipped over to Europe. This expanded into the fur trade with our first nations and further with the Hudson's Bay Company. We have a long history of trade with Europe.
As I said, earlier, the Canada-Europe trade agreement is a landmark agreement. It has been mentioned in the House that it really is a gold-plated agreement. It sets the standard for agreements.
This agreement connects producers to over 500 million consumers. It connects our producers to the world's largest economy. Indeed, the EU represents 500 million people and an annual economic activity of almost $20 trillion.
The day that this agreement comes into place, it is said that Canada could experience a 20% boost in bilateral trade, and I believe it has been mentioned time and again that we could experience a $12-billion annual increase in our Canadian economy. That is not chump change. That is a lot of money. That is a lot of jobs. That represents over 80,000 new Canadian jobs.
On the day that it comes into force, nearly 100% of all EU tariff lines on non-agricultural products would be duty-free, along with close to 94% of all EU tariff lines on agricultural products.
The Canada-EU agreement would also give Canadian service providers, which employ more than 13.8 million Canadians and account for 70% of Canada's total GDP, the best market access the EU has ever granted to any of its free trade agreement partners.
This agreement would also give Canadian suppliers of goods and services secure preferential access to the world's largest procurement market. The EU's $3.3-trillion government procurement market would provide our industry and our service providers with the most significant new export opportunities that they have seen in decades.
We have talked a lot about what CETA would bring and we have talked a lot about when it comes into force. I always like to bring it back to what it means for my province of British Columbia. I am the first to stand to say how proud I am to be from British Columbia and to be one of the MPs from there. The EU is already B.C.'s fifth-largest export destination and it is our fourth-largest trading partner. British Columbia stands to benefit significantly from the preferential access to the EU market. Once in force, CETA would eliminate tariffs on almost all of B.C.'s exports and provide access to new market opportunities in the EU. The provision of CETA would help erase regulatory barriers, reinforce intellectual property rights, and ensure more transparent rules for market access. B.C. would be positioned to have a competitive advantage over exporters from other countries that do not have a free trade agreement with the EU.
I have said this before, and I will say it again. We have one of the most business-ready and most competitive business environments and supportive climates in B.C. Our province consistently receives AAA credit ratings. We have vast resources, low tax rates, a stable and well-regulated financial system, and a fiscally responsible government that attracts investment from around the world.
Canada used to have that, as well.
In the previous government, we had a government that understood that to be competitive on the world stage, we had to create a business environment, an investment environment, with low taxes, quality jobs, quality tradespeople. Our government understood that.
B.C. is at the commercial crossroads of Asia-Pacific and North America. We are also equidistant, in terms of flights, between Asia and the European markets. Our fish and seafood exporters would benefit from CETA. I have said this before.
The seafood industry has gone through many transitions and, indeed, faces an uncertain future. We are just finishing up our study of the Fisheries Act review. We studied the northern cod. We are seeing that fishery has yet to rebound. We have studied our Atlantic salmon fisheries, as well. We know that our fishing communities on the east coast are hurting, but there are incredible opportunities for them. When CETA comes into force, almost 96% of EU tariff lines for fish and seafood products would be duty-free and on 7%, 100% of the products would be duty-free.
It is hugely important because the EU is the world's largest importer of fish and seafood products. EU tariffs for fish and seafood average 11% and can be as high as 25%. It comes down to a competitive advantage, and Canada has it. Once the deal comes into force, Canada can be even more competitive on the world stage.
I talked a lot about what CETA would do and what it would bring, but I want to focus on getting agreements in place, what that means, and how we go about doing that.
We have strong familial ties with Europe. There is a large European diaspora in Canada making sure we can connect with those Canadians. Getting trade access is about more than just formal agreements. It is not enough to just sign the agreement. We have to make sure we have resources and that we are doing everything in our power to build the capacity to take advantage of these opportunities. Whether it is a strategy that looks at our ports or an airports strategy, the previous Conservative government understood that. We invested in our trade commissioners. We invested in making sure that our air policy was there to support our trade and agreements.
I want to talk a bit about that. As we said, getting the agreements across the finish line is just one thing, but we need to make sure that we get a strategy that leverages all of our advantages, including our geographic advantages at home and abroad. Whether it is our trade commissioners, whether it is making available marketing dollars or export investment dollars, it is always so critically important that there is a holistic program that backs up any trade agreement. Access to markets and trade promotion are futile if we cannot move the goods we produce faster and more efficiently than our competitors.
Our former Conservative government invested $14.5 billion in our gateway program, into our ports, our airports, and our transportation networks. We have a world-class multimodal system that competes with none other. We are well positioned to take advantage of our geographic position. In 2006, under former Prime Minister Harper, we launched the Asia–Pacific gateway program, and in 2007 we started a national policy framework for strategic gateways and corridors. On that, I would like to get into a bit about our gateway system. It is incumbent upon us that we talk about this. Again, signing the agreements is just one part of it. We have to be able to make sure that we can move our goods and move the people faster and more efficiently than others before.
I have spoken about the port of Prince Rupert time and again, the closest marine port to Asia compared to any other western seaport. It allows us the competitive advantage that our goods can arrive one to two days faster than from any other west coast port. As I said before, it means that products from and to North America arrive at their destination quicker, with less fuel and less risk. We also have the fastest and greenest road and rail networks into the U.S. Midwest, running right straight through Canada and into the heartland of the U.S. I mentioned Prince George Airport, my home airport, which has the third-longest runway in Canada. It was an investment that our previous government made so that we can compete on the world stage. That is just in my riding.
Port Metro Vancouver is North America's most diversified port. It trades 75 billion dollars' worth of goods with more than 160 trading economies annually. The port-related activity alone has an economic impact of $9.7 billion a year and continues to grow. These are all great investments that our previous government put in, and again it is about making sure that once they get that agreement in place they can capture those opportunities.
I want to talk again about the gateways. We have three major gateways in Canada. There is the Asia–Pacific gateway. We have the Ontario–Quebec continental gateway that our previous government invested huge amounts of money in. Thanks to CentrePort in Winnipeg and other trade corridors and supply chain logistics investments in marketing, we were able to capture that movement into the U.S. heartlands.
The Atlantic Canada gateway program in 2007 capitalized on many centuries of background in terms of using Atlantic Canada as a springboard into the U.S. for trading.
Our Conservative government understood that investments went beyond just signing an agreement. We looked at investing in our trade corridors. Whether it was the third-largest container port of Halifax or North America's most efficient class 1 rail carrier, double-stacked container service on both the east and west coasts, our government understood that it took more than just signing agreements to allow our consumers and producers to capitalize on them.
Trade is such a complex file. We have to look at many things. We talked about the umbrella, about ensuring we had a bit of strategy, a holistic approach to this. I go back to the agreement done in 2007. Our Conservative government recognized the direction we were moving in with our trade agreements and we recognized where we wanted to go. In December 2009, we signed a comprehensive air transport agreement, which allowed Canadian carriers access into 27 other markets. We reciprocated on that agreement, allowing those member states access to our Canadian market.
Atlantic Canada is situated right on the flight path. One of the very first airports in North America was Gander airport. It gets an incredible amount of traffic from Europe in the trans-Atlantic cargo network, and it is through the investments that our government made. We looked at our air policy to ensure our air cargo policy was where we wanted to go, that our aspirations matched what we were doing with our regulatory and policy framework.
Our government invested in information and technology to ensure Canada was in tune with some of its largest trading partners, whether it was the U.S. to the south of us and our largest trading partner, or the EU. We wanted to be in line with the information and technology of those countries. We wanted to ensure we had a secure supply chain as we moved forward.
I talk a lot about trade gateways and the promotion of Canada, because I was on the front line of promoting Canada. We always ask, why Canada? I had the opportunity to be in Europe this past fall. I boarded a bus with my Canadian pin. A handful of people wanted that pin. People want to trade with Canada. They want to be associated with Canada. Why? We have the rule of law and one of the safest and most secure countries in the world. We have a political system that rivals any.
Up until the last 18 months, for the most part, we had a secure business environment. Canada did not have a large debt, which usually creates political unrest, certainly with investors. We had principled and pragmatic leadership that saw where Canada wanted to go, but we looked at our policies, whether it was our air policy, our regulations, or our framework. We ensured our small and medium-sized enterprises could take that opportunity to invest, expand and see the benefits of trade agreements, whether it was our go global fund that helped with funding and marketing products.
Signing an agreement is just one part of the process. We celebrate and congratulate the government across the way for getting CETA to the finish line, but there are a whole host of things that need to accompany that agreement. Our Conservative government set them up very well. We hope the Liberal government recognizes that, sees this through and continues with some of the programs our government funded. We funded a number of different initiatives because, under Prime Minister Harper, we understood that Canada was a trading nation first and foremost and that Canadian jobs and Canadian prosperity depended on trade.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, question que j'ai abordée à plusieurs reprises. Nous avons l'occasion de parler des débouchés du Canada et de la promotion du pays à l'échelle internationale. Ces discussions me ramènent toujours aux occasions et aux expériences que j'ai vécues en faisant la promotion du Canada pendant plus de 20 ans dans le secteur de l'aviation et du commerce. Voilà qui me rappelle d'excellents souvenirs.
Mon discours ciblera différents thèmes. De toute évidence, nous avons entendu de nombreux discours sur l'Accord et, également, sur ses versions précédentes. Je parlerai des raisons pour lesquelles le Canada a cet accord, pour ensuite me pencher sur la version dont nous sommes saisis aujourd'hui. Je vais également dépasser le cadre des accords de libre-échange pour traiter de ce que nous devons faire — ce que le gouvernement doit faire — pour veiller à ce que nous tirions le maximum de ces accords.
L'essentiel, lorsque nous cherchons à aller de l'avant avec un accord commercial, est de veiller à ce que ce soit le bon accord pour les Canadiens et à promouvoir d'abord et avant tout les emplois canadiens — à leur accorder la priorité. Je sais que, pour le gouvernement précédent, le gouvernement de Stephen Harper, la création d'un environnement qui provoquait les investissements et le commerce, et qui favorisait le commerce, était d'importance capitale. C'est ce sur quoi mettaient l'accent le premier ministre Harper et sa solide équipe de ministres.
Je le répète, nous ne devons pas oublier de féliciter mon collègue, le député d'Abbotsford, qui est celui qui a fait de l'accord ce qu'il est aujourd'hui. De plus, l'ancien ministre du Commerce, le député d'York—Simcoe, a consacré des efforts considérables à faire avancer des accords tels que celui-ci.
Si ma mémoire est bonne, le gouvernement précédent a conclu plus de 40 accords. La raison pour laquelle nous avons réussi à conclure et à mettre en place plus de 40 accords, c'est que le gouvernement savait où il s'en allait et qu'il comprenait que le Canada était d'abord et avant tout un pays commerçant. Nous savions que notre économie était fondée sur les biens que nous produisons. Un emploi canadien sur cinq est lié directement ou indirectement au commerce. Le commerce nous permet d'assurer notre prospérité. Un milliard de dollars en exportations représente quelque 11 000 nouveaux emplois.
L'accord entre le Canada et l'Union européenne sera l'un des plus importants accords commerciaux que nous aurons signés depuis l'ALENA. Nos relations avec l'Union européenne remontent à 1497, quand Jean Cabot a débarqué au Canada. Il cherchait des épices, mais il a plutôt trouvé une grande quantité de poisson, plus spécifiquement de la morue. Par la suite, beaucoup de navires en provenance de l'Europe sont venus ici pour se procurer de la morue parce que la morue de l'Atlantique Nord prise au Canada était parmi les meilleures du monde. Elle était séchée, salée et envoyée en Europe. Par la suite, il y a eu la traite des fourrures avec les Premières Nations établies ici, puis avec la Compagnie de la Baie d'Hudson. Nous avons une longue histoire commerciale avec l'Europe.
Comme je l'ai dit plus tôt, l'accord commercial entre le Canada et l'Europe est un accord historique. À la Chambre, on l'a qualifié d'accord en or parce qu'il s'impose comme modèle à suivre pour les autres accords.
Il permettra aux producteurs canadiens d'avoir accès à plus de 500 millions de consommateurs. Il leur ouvrira la porte de la plus grande économie mondiale. En effet, l'Union européenne compte 500 millions de consommateurs et génère chaque année près de 20 billions de dollars d'activité économique.
On estime que l'Accord se traduira par une augmentation de 20 % des échanges bilatéraux et, comme on l'a maintes fois répété, qu'il pourrait injecter 12 milliards de dollars par année dans l'économie canadienne. Ce n'est pas rien. C'est beaucoup d'argent. C'est beaucoup d'emplois. Cela représente plus de 80 000 nouveaux emplois canadiens.
Lorsque l'Accord entrera en vigueur, près de 100 % des droits de douane européens sur les produits non agricoles seront éliminés et près de 94 % de ces droits sur les produits agricoles le seront aussi.
Cet accord va aussi donner aux fournisseurs de services canadiens, qui emploient plus de 13,8 millions de Canadiens et représentent 70 % du PIB total du Canada, le meilleur accès au marché que l'Union européenne ait jamais accordé à ses partenaires de libre-échange.
L'Accord offrira aussi aux fournisseurs de biens et services canadiens un accès sûr et préférentiel au plus grand marché d'approvisionnement du monde. Le secteur des marchés publics de l'Union européenne, dont la valeur est estimée à 3,3 billions de dollars, offrira à notre industrie et aux fournisseurs de services du Canada les meilleures possibilités d'exportation qu'il nous ait été donné de voir depuis des décennies.
Nous avons beaucoup débattu de ce que l'Accord procurera et de ce qui se produira lorsqu'il entrera en vigueur. J'aime toujours considérer les choses en fonction de ce qu'elles signifient pour ma province, la Colombie-Britannique. Je suis toujours le premier à dire à quel point je suis fier de venir de la Colombie-Britannique et d'être un député de cette province. L'Union européenne représente déjà le cinquième marché d'exportation et le quatrième partenaire commercial en importance de la Colombie-Britannique. La Colombie-Britannique bénéficiera grandement d'un accès préférentiel au marché de l'Union européenne. Une fois en vigueur, l'Accord éliminera les droits de douane sur presque toutes les exportations de la Colombie-Britannique, et il ouvrira des débouchés dans l'Union européenne. Les dispositions de l'Accord aideront à éliminer les obstacles réglementaires, à renforcer les droits de propriété intellectuelle et à garantir une plus grande transparence des règles en matière d'accès au marché. Grâce à l'Accord, la Colombie-Britannique aura un avantage concurrentiel par rapport aux exportateurs des pays qui n'ont pas conclu d'entente de libre-échange avec l'Union européenne.
Je l'ai déjà dit et je le répète: la Colombie-Britannique jouit de l'un des environnements commerciaux les plus concurrentiels, favorables et propices pour les entreprises. La province reçoit toujours des cotes de crédit triple A. La Colombie-Britannique dispose de vastes ressources, de faibles taux d'imposition, d'un système financier stable et bien réglementé, et d'un gouvernement financièrement responsable qui attire des investissements de partout dans le monde.
Tout cela a aussi déjà été le cas pour le Canada.
Le gouvernement précédent comprenait que pour que le Canada soit concurrentiel sur la scène mondiale, il devait créer un climat propice aux affaires et aux investissements, notamment en offrant une faible imposition, des emplois de qualité et des gens de métiers compétents. Le gouvernement conservateur comprenait cela.
La Colombie-Britannique est un carrefour commercial pour l'Asie-Pacifique et l'Amérique du Nord. Elle est également située à distance égale, par avion, entre les marchés de l'Asie et de l'Europe. L'Accord serait bénéfique pour nos exportateurs de poisson et de fruits de mer. Je l'ai déjà dit.
L'industrie des fruits de mer a connu de nombreuses transitions et son avenir est incertain. Nous venons tout juste d'achever notre étude de l'examen de la Loi sur les pêches. Nous avons étudié le stock de morue du Nord. Cette pêche n'a toujours pas été rouverte. Nous avons également étudié la pêche du saumon atlantique. Nous savons que les villages de pêche de la côte Est sont en difficulté, mais il existe des possibilités incroyables pour eux. Lorsque l'Accord entrera en vigueur, près de 96 % des lignes tarifaires de l'Union européenne pour le poisson et les produits de la mer seront libres de droits de douane et dans 7 ans, ce sera 100 % des produits qui seront exempts de droits de douane.
C'est énorme, car l'Union européenne est le plus important importateur de poisson et de produits de la mer au monde. En moyenne, les droits de douane de l'Union européenne pour le poisson et les fruits de mer sont de 11 % et peuvent atteindre 25 %. Le Canada jouira donc d'un avantage concurrentiel. Une fois que l'Accord entrera en vigueur, le Canada sera mieux placé pour livrer concurrence sur la scène mondiale.
J'ai beaucoup parlé de ce que l'AECG ferait et de ce qu'il apporterait, mais je veux parler de la mise en oeuvre d'accords, ce que cela suppose et comment il faut procéder.
Nous avons de solides liens familiaux avec l'Europe. Nous avons une vaste diaspora européenne au Canada qui nous assure de pouvoir nouer des liens. L'accès au commerce ne tient pas qu'aux accords officiels. Il ne suffit pas de signer l'accord. Nous devons veiller à avoir les ressources et faire tout en notre pouvoir pour être en mesure de tirer parti de ces débouchés. Qu'il s'agisse d'une stratégie portant sur nos ports ou nos aéroports, c'est un aspect que l'ancien gouvernement conservateur comprenait. Nous avons augmenté le budget pour les délégués commerciaux. Nous avons injecté les sommes nécessaires pour que notre politique sur le transport aérien soutienne nos activités commerciales et nos accords.
Je vais poursuivre sur ce sujet. Comme nous l'avons déjà dit, la signature des accords n'est qu'un pas, il faut ensuite une stratégie pour tirer profit de nos avantages, notamment nos avantages géographiques, au pays et à l'étranger. Qu'il s'agisse des délégués commerciaux, de dépenses en marketing ou d'investissements en soutien à l'exportation, un accord commercial doit toujours être appuyé par un programme global. L'accès aux marchés et la promotion du commerce ne servent à rien si nous ne pouvons pas déplacer les biens que nous produisons plus rapidement et plus efficacement que ne le font nos concurrents.
Le gouvernement conservateur précédent avait investi 14,5 milliards de dollars dans un programme des portes du Canada, dans les ports, les aéroports et le réseau de transport. Le Canada dispose d'un système multimodal de classe mondiale sans égal; nous sommes prêts à tirer profit de notre situation géographique. En 2006, sous le premier ministre Harper, le gouvernement a créé le programme de la porte de l'Asie-Pacifique, puis, en 2007, nous avons lancé le Cadre de politique national sur les portes et les corridors commerciaux stratégiques. Je voudrais d'ailleurs en parler davantage, car il est important d'en parler. Je le répète, la signature des accords ne représente qu'un pas. Le Canada doit faire en sorte que l'exportation des marchandises et les déplacements des gens se fassent plus rapidement et de manière plus efficiente qu'auparavant.
J'ai déjà parlé à maintes reprises du port de Prince Rupert, le port maritime occidental le plus près de l'Asie. Ce port nous procure un avantage concurrentiel, en ce sens que nos marchandises peuvent arriver un ou deux jours plus tôt que celles en provenance de n'importe quel autre port de la côte Ouest. Comme je l'ai déjà dit, les produits en provenance ou à destination de l'Amérique du Nord arrivent à bon port plus rapidement, en nécessitant moins de carburant et en étant moins exposés à des risques. De plus, nos réseaux routier et ferroviaire à destination du Midwest américain sont les plus rapides et les plus écologiques; ils traversent le Canada et se rendent directement au coeur des États-Unis. J'ai déjà dit que la piste de l'aéroport de Prince George, ma ville, se situe au troisième rang des plus longues au Canada. Le gouvernement conservateur précédent a investi dans cet aéroport afin qu'il puisse soutenir la concurrence sur la scène mondiale. Je ne parle ici que de ma circonscription.
Le port du Grand Vancouver est le port le plus diversifié d'Amérique du Nord. Chaque année, il y transite pour 75 milliards de dollars de marchandises provenant de plus de 160 économies fondées sur les échanges commerciaux. À elles seules, les activités portuaires ont des répercussions économiques de 9,7 milliards de dollars par année et elles ne cessent de croître. Tous ces excellents investissements réalisés par le gouvernement conservateur précédent permettront au pays de se prévaloir des débouchés qui découleront de l'accord de libre-échange.
Je voudrais parler encore des portes d'entrée. Il y en a trois grandes au Canada, notamment la porte d'entrée de l'Asie-Pacifique et la porte d'entrée continentale Ontario-Québec, à laquelle le gouvernement précédent, formé par mon parti, a consacré des sommes d'argent énormes. Grâce à CentrePort, à Winnipeg, et à d'autres investissements dans les corridors commerciaux et la logistique des chaînes d'approvisionnement, nous avons pu nous insérer dans les flux économiques vers les régions des États-Unis.
Mis sur pied en 2007, le programme de la Porte de l'Atlantique misait sur la tradition séculaire d'utilisation des provinces de l'Atlantique comme tremplin commercial vers les États-Unis.
Le gouvernement conservateur savait que les investissements n'arriveraient pas simplement en signant un accord. Nous nous sommes penchés sur la question de nos corridors commerciaux. Qu'il s'agisse du port d'Halifax, qui occupe le troisième rang pour le transport des conteneurs, ou encore du transporteur ferroviaire de première classe le plus efficace d'Amérique du Nord, du service de transport de conteneurs à deux niveaux sur la côte Est et la côte Ouest, le gouvernement savait qu'il lui fallait faire davantage que simplement conclure des accords pour permettre aux consommateurs et aux producteurs d'en tirer parti.
Le commerce international est un dossier très complexe que nous devons examiner sous plusieurs angles. Nous avons parlé d'un cadre servant à définir la stratégie et l'approche globale en matière de commerce international. Je prends de nouveau l'exemple de l'accord conclu en 2007. Le gouvernement conservateur a su bien définir la tendance qui se dégageait de nos accords commerciaux et l'orientation que nous voulions prendre. En décembre 2009, nous avons signé un accord général sur le transport aérien qui a permis aux sociétés aériennes canadiennes de trouver des débouchés sur 27 autres marchés. En retour, nous avons accordé aux autres États signataires le même droit d'accès dans le cas du marché canadien.
Le Canada atlantique est situé directement sur la trajectoire des vols internationaux. L'aéroport de Gander est l'un des plus vieux aéroports d'Amérique du Nord. Il reçoit une quantité impressionnante de fret d'outre-Atlantique, et ce, grâce aux investissements réalisés par le gouvernement conservateur. Nous avons examiné notre politique aérienne afin que la politique portant sur le fret aérien soit conforme à notre vision et que nos aspirations correspondent à nos projets en matière de cadre réglementaire et stratégique.
Le gouvernement conservateur a investi dans l'information et la technologie afin que le Canada soit en harmonie avec certains de ses principaux partenaires commerciaux, qu'il s'agisse des États-Unis — notre principal partenaire commercial — ou de l'Union européenne. Nous voulions être au diapason de ces pays sur le plan de l'information et de la technologie. Nous voulions une chaîne d'approvisionnement sûre.
Je parle beaucoup des portes d'entrée commerciales et de la promotion du Canada, car j'ai été en première ligne de la promotion de notre pays. On demande toujours pourquoi le Canada? J'ai eu l'occasion d'aller en Europe l'automne dernier. J'ai pris un autobus en portant mon épinglette du Canada. Quelques personnes m'ont demandé cette épinglette. Les gens veulent commercer avec le Canada. Ils veulent être associés au Canada. Pourquoi? Parce que nous avons la primauté du droit et que notre pays est l'un des plus sûrs au monde. Notre système politique est sans pareil.
Jusqu'à il y a 18 mois, le contexte commercial était assez sûr. La dette du Canada n'était pas élevée, ce qui crée généralement une certaine incertitude politique, surtout auprès des investisseurs. Nous formions un gouvernement pragmatique qui fondait ses actions sur des principes et qui savait dans quelle direction le pays voulait s'engager, et nous avons examiné nos différentes politiques, notre politique aérienne, notre réglementation, notre cadre opérationnel. Nous nous sommes assurés que nos PME avaient la possibilité d'investir, de prendre de l'expansion et de constater les avantages des accords commerciaux, notamment grâce à notre programme Le monde à votre portée, qui fournissait des conseils en matière de financement et de commercialisation.
La signature d'un accord ne représente qu'une partie du processus. Nous félicitons le gouvernement d'avoir fait franchir la ligne d'arrivée à l'Accord économique et commercial global et nous célébrons cet accomplissement, mais il y a encore une panoplie de démarches à faire avant l'entrée en vigueur de cet accord. Le gouvernement conservateur a très bien fait les préparatifs. Nous espérons que le gouvernement libéral le reconnaît, qu'il mènera ce dossier à terme et qu'il poursuivra certains des programmes financés par le gouvernement précédent. Nous avons financé de nombreuses initiatives différentes parce que, sous le premier ministre Harper, nous comprenions que le Canada est avant tout un pays commerçant et que les emplois des Canadiens et la prospérité du Canada dépendent du commerce.
View Alice Wong Profile
CPC (BC)
View Alice Wong Profile
2016-11-22 11:17 [p.7045]
Madam Speaker, this is exactly why I mentioned in my speech that the government should encourage SMEs to be prepared to go into this large market. At the same time, we would also like to make sure that all the barriers are gone, because there will be certain labour agreements that allow our service providers to provide their services not only in Canada but in the EU market. Usually those services are not easily accessed if we do not have a good agreement.
This is exactly why I applaud the current government for doing a good job. Now it should follow up. For SMEs, this is a very important step. In my own riding, engineers, accountants, and other financial consultants will have good opportunities to expand their businesses to Europe.
Madame la Présidente, c’est justement pour cela que j’ai dit que le gouvernement devrait inciter les PME à préparer leur entrée sur ce grand marché. En même temps, nous voudrions aussi être sûrs que toutes les barrières seront tombées, parce que certains accords sur la main d’oeuvre permettront aux Canadiens de fournir leurs services non seulement au Canada, mais aussi sur le marché européen. Habituellement, ces services ne sont pas facilement accessibles si nous n’avons pas un bon accord.
C’est exactement pourquoi je félicite le gouvernement d’avoir fait du bon boulot. Il lui reste à faire les suivis. Pour les PME, c’est une étape très importante. Dans ma circonscription, les ingénieurs, les comptables et les autres conseillers financiers auront de bonnes perspectives d’expansion en Europe.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2016-10-25 17:52 [p.6123]
Mr. Speaker, it is a pleasure to speak again in the House on an issue of great importance to many of my constituents and to many Canadians. I will be supporting the bill.
The bill before us is Bill S-201, genetic non-discrimination act. The summary of the bill says that:
This enactment prohibits any person from requiring an individual to undergo a genetic test or disclose the results of a genetic test as a condition of providing goods or services to, entering into or continuing a contract or agreement with, or offering specific conditions in a contract or agreement with, the individual.
Essentially, the bill is to prevent discrimination based on genetic testing information to ensure that Canadians are not required to give that information to a third party and that this information cannot be shared without their consent.
I want to commend the member for Don Valley West on the speech he gave to introduce the bill in the chamber. I would recommend it to people who want to get a full appreciation of all the intricacies of the law and the amazing genetic testing and research that is out there.
We are in a new age, and the number of tests are expanding, as are the number of diseases that can be detected early on, and the number of genetic markers. The science is expanding every day. We want to ensure that Canadians are protected as more and more of our information, more and more of who we are, is exposed as a result of this testing.
The reason I wanted to talk about this is because of some families in my riding that have already experienced difficulties as a result of diseases they have been tested for, which have affected their ability to obtain life insurance. This is already happening. This is not some futuristic problem that may happen somewhere down the line. This is happening right now.
I would like to share a couple of stories from some people in my area. Quite frankly, I am not going to share their names or even the disease they are suffering from, because they are already concerned about what the repercussions would be for them if some of this information was revealed.
This is from a mom who says, “We chose not to get my son diagnosed, because he is basically healthy. I am looking to renew my life insurance and my agent was told by the underwriter that all patients with this disease have been denied insurance.” It should say whether they are symptomatic or not. She goes on to say, “It seems so unfair because this disease is typically not life-threatening. Disabling, yes, but I was seeking life insurance. If we tell sports organizations or community centres about my daughter's complicated medical history, they will not let us enrol. I need to not disclose health and safety issue so that she can live a normal life.”
Already there are some problems with obtaining life insurance.
Another family wrote to me and said, and this is about a hereditary disease in this family:
“For us, we had my son and I diagnosed before we knew anything, and before we knew we would never qualify for disability insurance. We have a very difficult time getting life insurance. I pay at least three times the amount for life insurance, even though my disease does not actually affect my lifespan. We are now in a predicament that our daughter is showing signs of this disease as well. We have to make a decision to get her tested. With testing, we can then qualify for things like the disability tax credit and possibly at-home funding and definitely special needs funding in school, but we are holding off because of the insurance implications. I worry how this testing and a diagnosis will affect her in the future. So we are paying out of pocket right now for her weekly physiotherapy sessions, $70 a week, and other therapies. We probably spend about $400 to $500 a month out of our own pockets so that we can protect her in the future, so that she is not discriminated against.”
Another person wrote to me about this and said that teachers and parents push for and are compelled to get kids outside the typical diagnosis, and funded, but this is going to follow them. It is going to help in some ways but it will hinder in others.
This is a choice that no parent should have to make. They should not have to be faced with the choice of getting funding for their kid, because then their kid will not be able to get life insurance when they are an adult. This is not the kind of country that we should live in, and it is something that we as parliamentarians should strive to protect people from. This is why the bill is so necessary.
There are other cases I think we need to look at. We have seen that mental health care has been an expanding field. This is something that we absolutely have to do more to address as governments at all levels.
I have talked to people who work in the House of Commons who have made it clear as well that not only are they not willing to come forward with their own mental health struggles because of the stigma surrounding it, but they are worried about their insurance and their health care plan. They are worried about the implications for them should they reveal a mental health issue. We encourage people to come forward, but we send a mixed message if we allow those people to be discriminated against for coming forward with that information and for seeking treatment.
This is why I was upset earlier. There is treatment available. There is a course of therapy available. There is funding available for kids, but parents have to make a choice right now, because they know from previous experience that if they reveal this to the wrong medical professional, the wrong insurance company, or even reveal it outside of the school system perhaps, that the child will pay a price for it, even though it will not affect their lifespan. This is not right.
Therefore, I am hopeful that as we study the bill, as we move forward to send it to committee and get more information out there, that we can talk about not only this area but other areas where perhaps our laws are not doing enough to protect those Canadians who are vulnerable, who could be helped but are afraid to seek help because of the repercussions.
I also want to mention, perhaps on a lighter note, that there are companies now that are advertising that we could just take a swab from our mouths and find out all about our ancestry; go to ancestry.ca and learn more about the makeup of our DNA. I think that, without the protections in the bill, we should be very concerned about that. This information is being retained. If we are not protecting people, what is to say that an insurance company might not ask if one has ever provided a DNA sample to determine one's heritage? If we do not protect those people, what is to say that it would not be a reason to deny insurance if they did not provide that information?
Again, it is more of a concern with this growing availability of DNA testing, of genetic testing. We need to be careful that we protect Canadians. We certainly need to stand up for those Canadians who are currently being negatively affected by the discrimination in the system.
I commend the member for bringing the bill forward, and Senator Cowan as well for starting this. The bill will have my enthusiastic support.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir intervenir à nouveau à la Chambre sur un sujet d'une grande importance pour bien des électeurs de ma circonscription et bien des Canadiens. Je vais appuyer ce projet de loi.
Le projet de loi dont nous sommes saisis est le projet de loi S-201, Loi visant à interdire et à prévenir la discrimination génétique. Voici ce que dit le sommaire de cette mesure:
Le texte interdit à quiconque d’obliger une personne à subir un test génétique ou à en communiquer les résultats comme condition préalable à la fourniture de biens et services, à la conclusion ou au maintien d’un contrat ou d’une entente avec elle ou à l’offre de modalités particulières dans un contrat ou dans une entente.
Ce projet de loi vise essentiellement à prévenir la discrimination fondée sur les résultats de tests génétiques, afin que les Canadiens ne soient pas obligés de transmettre cette information à des tiers, et qu'elle ne puisse pas être divulguée sans leur consentement.
Je souhaite féliciter le député de Don Valley-Ouest pour son discours de présentation du projet de loi à la Chambre. Je recommande à tous ceux qui veulent avoir un portrait complet de la loi dans ses moindres détails ainsi que des formidables tests génétiques et de la recherche qui sont effectués de nos jours d’écouter son discours.
Nous entrons dans une nouvelle ère. Le nombre de tests augmente au même rythme que le nombre de maladies qui peuvent faire l’objet d’un dépistage précoce et le nombre de marqueurs génétiques. La science progresse tous les jours. Nous voulons que les Canadiens soient protégés alors que ces tests permettent de découvrir de plus en plus de renseignements sur nous et notre identité.
J’aborde cette question, car des familles de ma circonscription éprouvent déjà des difficultés après avoir reçu un diagnostic qui les a empêchées d’obtenir une assurance-vie. Le problème est déjà présent. Il ne s’agit pas d’un problème qui surviendra un jour. Certains doivent déjà y faire face.
Je souhaite vous présenter deux cas qui concernent des gens de ma circonscription. Pour être honnête, je ne vais pas nommer de noms ni même dire de quelle maladie il s'agit, puisque ces gens s’inquiètent déjà des conséquences de la divulgation de cette information.
Une mère m’a dit: « Nous avons choisi de ne pas faire passer de tests à notre fils, puisqu’il est en bonne santé. Je souhaite renouveler mon assurance-vie, et mon agent a été informé par l’assureur que la couverture avait été refusée à tous les patients atteints de cette maladie. » On devrait mentionner s’ils montrent des symptômes ou non. Elle a ajouté: « C’est injuste, parce que la maladie n’est généralement pas mortelle. Elle est invalidante, bien sûr, mais c’est une assurance-vie que je voulais. Si nous parlons aux associations sportives ou aux centres communautaires des antécédents médicaux de ma fille, ils ne voudront pas qu’elle s’inscrive. Je ne dois pas parler des problèmes de santé et de sécurité si je veux qu’elle mène une vie normale. »
Certains éprouvent déjà des difficultés à obtenir une assurance-vie.
Une autre famille m’a écrit au sujet d’une maladie héréditaire:
« Mon fils et moi avons reçu le diagnostic avant de savoir quoi que ce soit, et avant même de savoir que nous ne pourrions jamais souscrire une assurance-invalidité. Nous avons beaucoup de difficulté à obtenir une assurance-vie. Je dois payer une prime d’assurance-vie au moins trois fois plus élevée, même si la maladie dont je suis atteint n’a aucune incidence sur mon espérance de vie. Maintenant, la situation est plus délicate, car ma fille commence à avoir des symptômes. Nous devons prendre la décision de lui faire passer des tests ou non. Si nous demandons un diagnostic, nous pourrons être admissibles notamment au crédit d’impôt pour personnes handicapées et peut-être à du financement pour l’adaptation aux besoins spéciaux à la maison et à l’école, mais nous ne sommes pas certains de vouloir le faire en raison des conséquences sur les assurances. Je suis inquiet des répercussions que les tests et le diagnostic auront sur elle à l'avenir. Pour le moment, nous assumons nous-mêmes toutes les dépenses liées aux séances hebdomadaires de physiothérapie — 70 $ par semaine — et à d’autres traitements. Nous dépensons probablement de 400 à 500 $ par mois pour la protéger contre la discrimination qu'elle pourrait subir à l’avenir. »
Une autre personne m’a écrit à ce sujet pour me dire que des enseignants et des parents font des pressions pour que des enfants ne fassent plus l’objet du diagnostic type, et ne soient plus financés, parce que cela va les suivre. Cela les aidera pour certaines choses, mais leur nuira pour d’autres.
C’est un choix qu’aucun parent ne devrait être obligé de faire. Aucun ne devrait être forcé de faire le choix ou non d’obtenir de l’aide financière pour son enfant, parce que son enfant ne pourra pas obtenir d’assurance-vie une fois adulte. Ce n’est pas le genre de pays dans lequel nous voulons vivre, et c’est quelque chose que nous, les parlementaires, devrions chercher à faire pour protéger les gens. Voilà donc pourquoi le projet de loi est si nécessaire.
D’autres cas méritent également notre attention. Nous avons vu que les soins de santé mentale sont en augmentation. Voilà un domaine où tous les ordres de gouvernement doivent absolument faire plus.
J’ai discuté avec des gens qui travaillent à la Chambre des communes et qui m’ont dit clairement qu’ils ne veulent pas parler de leurs problèmes de santé mentale non seulement parce qu’ils ne veulent pas être stigmatisés, mais parce qu’ils craignent également de perdre leurs assurances et leur régime de soins de santé. Ils craignent les répercussions que cela pourrait avoir si leurs problèmes de santé mentale étaient connus. Nous encourageons les gens à parler ouvertement, mais nous envoyons un double message si nous permettons à ces gens d’être victimes de discrimination parce qu’ils ont révélé leur état et demandé un traitement.
Voilà pourquoi j’étais outré plus tôt. Un traitement existe. Une thérapie est disponible. Il y a du financement pour ces enfants, mais les parents doivent faire un choix à l’heure actuelle, parce qu’ils savent à la lumière d’expériences antérieures que, s’ils révèlent la condition de leur enfant au mauvais professionnel de la santé, à la mauvaise compagnie d’assurance ou même à quelqu’un à l’extérieur du réseau scolaire, leur enfant en paiera peut-être le prix plus tard, même si le problème dont il souffre actuellement ne l’affectera pas tout au long de sa vie. Ce n’est pas correct.
J’ai donc bon espoir qu’à mesure que nous étudierons le projet de loi, lequel sera soumis à l’examen d’un comité qui obtiendra plus d’informations, nous pourrons discuter non seulement de ce problème, mais d’autres pour lesquels nos lois n’assurent peut-être pas une protection suffisante aux Canadiens vulnérables; ces Canadiens qui pourraient obtenir une aide, mais qui ont peur de la demander à cause des répercussions possibles.
Je veux également mentionner, sur un ton peut-être plus léger, que des compagnies annoncent maintenant que nous n’avons qu’à donner un frottis buccal pour tout savoir sur nos ancêtres; allez à ancestry.ca et apprenez-en plus sur la composition de votre ADN. Je crois que, sans les mesures de protection du projet de loi, nous devrions être très inquiets de cela. Cette information est conservée. Si nous ne protégeons pas les gens, qui sait si une compagnie d’assurance ne pourrait pas demander si quelqu’un a fourni un échantillon d’ADN pour établir son héritage génétique? Si nous ne protégeons pas ces gens, qui sait si les compagnies d’assurance ne pourraient pas refuser d’assurer quelqu’un qui n’aurait pas fourni cette information?
Là encore, la disponibilité plus grande des tests d’ADN, des tests génétiques, fait que la situation est plus préoccupante. Nous devons faire bien attention de protéger les Canadiens. Nous devons assurément défendre les Canadiens qui subissent actuellement une discrimination dans le système.
Je félicite le député d'avoir présenté ce projet de loi, et le sénateur Cowan également, qui en est l’instigateur initial. J’appuierai le projet de loi avec enthousiasme.
Results: 1 - 7 of 7

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data