Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-18 12:08 [p.22544]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Portneuf—Jacques-Cartier.
As always, I will begin by saying hello to my constituents in Beauport—Limoilou, many of whom are watching today, as I am told every time I go door to door.
I also want to tell them that the issue we are discussing today is a very delicate subject. We are talking about the prison environment and about people's lives, namely, the lives of victims of crime and the lives of criminals in prison. This subject can be unsettling, and people often have very strong views on one side or the other. Some people want a really tough-on-crime approach, while others want a softer approach, for reasons that are equally legitimate on both sides.
I would like to ease into the debate and explain the Conservative caucus's take on Bill C-83, an act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another act.
My colleague from Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, our public safety critic, was the commanding officer of the Régiment de la Chaudière. I have a lot of faith in him. Today he moved a motion calling on the House to simply end the debate on Bill C-83. My colleague believes that the bill is so botched that we need to shut down debate. In other words, we want to stop this bill and keep it from moving forward or being voted on in this place.
What I find interesting is that the NDP members have said that the bill does not go far enough in terms of protecting people who are incarcerated, while we are saying that it goes too far because it compromises the safety of prison guards and Canadians in general. Given that the motion moved by my colleague from Charlesbourg—Haute-Saint-Charles will not be voted on right away, I will address some of the main aspects of this bill.
I want to address my constituents in Beauport—Limoilou. The bill would eliminate the use of administrative segregation in correctional facilities. Everyone is entitled to an opinion on administrative segregation. These opinions are often based on Hollywood movies. Administrative segregation is used when an inmate is imprisoned for life, or for 10 or 2 years. Inmates serving a life sentence already know that they are not getting out of prison and that they will probably die there, even though there is a provision allowing them to request a discharge after 25 years and leave prison, even in very serious cases of premeditated murder.
Nevertheless, life in prison is a very long period of time for someone who is incarcerated. How can the correctional facility and the guards compel or force this prisoner to comply with disciplinary guidelines? The prison guards are ordinary men and women, with normal lives, who go home at night, who have children, and all that. How are they meant to impose order every day in prison when there are inmates who will be there for the rest of their lives? These lifers could go so far as to kill another inmate since they will be in prison either way.
What I am saying is that correctional facilities need access to measures that are psychologically difficult for prisoners, like segregation, otherwise known as the hole. I do not think that is a good word, since they are no longer holes. They are real and proper cells, just used as a means of segregation.
The inmates eat well enough, and they have access to sanitation facilities. Prisons are not like Alcatraz in the 19th century. We are talking about orderly, coordinated disciplinary segregation that gives correctional officers some measure of control over hardened criminals who do not follow the rules unless they are afraid of ending up in segregation.
This bill would eliminate that. Considering the argument I just laid out, we think that is totally ridiculous. The bill would also replace those facilities with structured intervention units, but it does not tell us exactly what those units are or how they will work.
The bill also talks about using a body scanner, and that is one part of the bill we support, as do corrections professionals and unions. Visitors often find ways that I will not describe in detail to bring drugs and other objects, such as cell phones, to prisoners. That is not allowed. Using a body scanner could make life easier for corrections officers, visitors and prisoners because there would be no need to conduct uncomfortable searches.
The bill specifies that exceptions for indigenous offenders, women offenders and offenders diagnosed with mental health issues need to be formalized. It is about time.
Speaking for myself, there is something I find intriguing. The bill comes in response to recent superior court decisions that found that indefinite segregation was unacceptable under the Canadian Charter of Rights and Freedoms.
I want to respond to something my colleague from Scarborough—Guildwood said in answer to a question I asked 15 or 20 minutes ago. He told me that we make law, but the courts and judges interpret the law.
Nowhere in the Canadian Constitution does it say that lawmakers do not have the right to interpret the law. It is ironic to hear a lawmaker say something so absurd, because we interpret laws every day in the House of Commons. We interpret them in debate and in committee. We review laws, we rewrite laws, we pass laws and we repeal laws. The role of interpreting law belongs as much to the legislative branch as to the executive branch. The executive branch is even required to apply the Canadian Charter of Rights and Freedoms and to evaluate every bill through the lens of the charter.
Distinguished Professor Christopher Manfredi of McGill University, who is recognized by his peers around the world, said that the interpretation of each of the three branches is important because they each have their own interpretation of Canadian law and that we achieve better results for Canadians when there is vigorous competition between the powers.
In conclusion, I will say that we could have a philosophical debate about the existence of prisons. No one thinks that prisons are wonderful. At a human level, I believe prisons are probably the most horrible thing there is. However, the historical evolution of humanity shows that this is the only known way to ensure that the most dangerous members of our society will not have any further criminal impact on others. The objective is public safety. The Canadian government's main objective is Canadians' safety. That is why I told the member from Scarborough—Guildwood that he should have instead introduced another bill that emphasizes the government's role in protecting Canadians and that tells the court that it is absolutely wrong about administrative segregation in prison. It is unfortunate, but we must have prisons.
As I reiterated in my arguments, administrative segregation is the only real tool that ensures that prisoners serving a life sentence, for example, have a psychological constraint preventing them from harming other inmates in jail. How can we control a lifer without administrative segregation? It is good for the effectiveness of prisons and for the safety of guards.
We hope that the government will reverse course on this bill. I do not understand why the NDP does not want to support the Union of Canadian Correctional Officers, which believes that ending the practice of administrative segregation will jeopardize the safety of correctional officers.
I thank the citizens of Beauport—Limoilou for listening.
Monsieur le Président, je vais partager le temps dont je dispose avec le député de Portneuf—Jacques-Cartier.
Comme toujours, j'aimerais commencer par saluer tous mes concitoyens et toutes mes concitoyennes de Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre, comme ils m'en font part chaque fois que je fais du porte-à-porte.
J'aimerais également leur dire que le sujet dont nous discutons aujourd'hui est très délicat. Nous parlons du milieu carcéral et de la vie d'individus, soit de celle des victimes d'actes criminels, soit de celle des criminels dans les prisons. Ce sujet ébranle souvent les gens et les amène à avoir des opinons très tranchées d'un côté ou de l'autre. Certains veulent qu'on soit extrêmement dur envers les criminels, d'autres veulent qu'on soit plus tendre, pour des raisons tout aussi légitimes les unes que les autres.
J'aimerais me glisser dans ce débat pour faire part de la vision du caucus conservateur concernant le projet de loi C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi.
Mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, qui est porte-parole en matière de sécurité publique, a été commandant du Régiment de la Chaudière. C'est un homme en qui j'ai une grande confiance. Il a présenté une motion aujourd'hui qui demande à la Chambre de mettre fin, ni plus ni moins, au débat sur le projet de loi C-83. Mon collègue juge que ce projet de loi est tellement bâclé qu'il faut mettre fin au débat. Cela, en d'autres mots, veut dire que nous voudrions mettre fin à ce projet de loi pour qu'il ne voie pas le jour de manière officielle en étant voté ici même.
Ce que je trouve intéressant, c'est que les députés NPD ont dit que le projet de loi ne va pas assez loin sur le plan de la protection des gens incarcérés, alors que nous disons qu'il va trop loin en diminuant la sécurité des gardiens de prison et des Canadiens en général. Puisque la motion présentée par mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles ne sera pas votée immédiatement, je vais discuter des grandes lignes du projet de loi.
À l'intention de mes concitoyens de Beauport—Limoilou, je dirai que le projet de loi propose d'abord d'éliminer l'isolement préventif dans les établissements correctionnels. On peut avoir bien des opinions sur l'isolement préventif. Ces opinions sont souvent forgées par des films hollywoodiens. L'isolement préventif, par exemple, c'est lorsqu'un détenu est emprisonné à vie, ou pour 10 ans ou 2 ans. Un prisonnier qui purge une peine à vie sait déjà qu'il ne sortira pas de prison et qu'il va probablement mourir là, bien qu'il existe une disposition permettant de demander une absolution après 25 ans et sortir de prison, même dans les cas extrêmement graves de meurtres prémédités.
Quand même, pour quelqu'un qui est incarcéré, la prison à vie est quelque chose d'immense et de lointain. Comment peut-il se sentir obligé ou contraint par les balises disciplinaires imposées par l'institution carcérale et par les gardiens? Les gardiens de prison sont des hommes et des femmes tout à fait ordinaires, qui ont une vie normale, qui entrent à la maison le soir, qui ont des enfants, et le reste. Comment peuvent-ils imposer de l'ordre chaque jour dans des prisons où se trouvent des gens qui sont là pour l'entièreté de leur vie? Ils pourraient, à la limite, tuer un autre individu incarcéré, puisque, de toute façon, ils vont rester en prison.
Ce que je veux dire, c'est que l'institution carcérale a besoin de mesures qui sont effectivement très difficiles psychologiquement pour les prisonniers, comme l'isolement, ce qu'on appelle le fameux trou. Je ne pense pas que ce soit le bon mot, parce que ce ne sont pas des trous aujourd'hui, ce sont des cellules en bonne et due forme, sauf que c'est une sorte d'isolement.
Les détenus mangent quand même bien, et ils ont accès à des installations sanitaires. Ce n'est plus comme à Alcatraz au XIXe siècle. Il s'agit d'un isolement disciplinaire ordonné et coordonné qui vise à faire que les agents correctionnels peuvent à tout le moins avoir un certain contrôle sur les grands criminels qui ne suivent aucune règle, mis à part lorsqu'ils ont peur de se retrouver en isolement.
Le projet de loi vise à éliminer cela. Nous pensons que c'est totalement ridicule, étant donné l'argumentation que je viens d'étayer. Le projet de loi vise également à remplacer ces établissements par des unités d'intervention structurée. Ce qu'il reste à définir exactement, c'est ce que seront ces unités et la façon dont elles vont fonctionner.
On parle aussi de l'utilisation du scanographe. Il s'agit de l'une des particularités du projet de loi que nous appuyons. Cela est également appuyé par les gens du milieu carcéral, dont les syndicats. Effectivement, plusieurs visiteurs amènent avec eux, d'une manière ou d'une autre — je n'entrerai pas dans les détails — de la drogue ou d'autres objets destinés aux prisonniers, comme des téléphones cellulaires. Ce sont des choses interdites. Le fait d'utiliser un scanneur pourrait rendre la vie des agents correctionnels, des visiteurs et des prisonniers plus facile, puisqu'on n'aurait pas besoin de procéder à certaines fouilles inconfortables.
Le projet de loi précise qu'il faut officialiser les exceptions concernant les contrevenants autochtones, les femmes et les contrevenants ayant des troubles de santé mentale diagnostiqués. Cela est quand même opportun.
Personnellement, il y a une chose qui me titille. Le projet de loi fait suite à certaines décisions récentes de la Cour supérieure, dans lesquelles on a déterminé que l'isolement indéfini était plus ou moins adéquat en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.
J'aimerais répondre à mon collègue de Scarborough—Guildwood qui, en réponse à une question que j'ai posée il y a 15 ou 20 minutes, m'a dit que nous créons la loi, mais que ce sont les cours et les juges qui l'interprètent.
Il n'est écrit nulle part dans la Constitution canadienne que les législateurs n'ont pas le droit d'interpréter les lois. C'est ironique d'entendre un législateur dire une telle sottise, parce que nous interprétons les lois chaque jour à la Chambre des communes. Nous les interprétons lors des débats et en comité. Nous revoyons les lois, nous reformulons les lois, nous adoptons des lois et nous annulons des lois. Bref, le rôle d'interprétation des lois revient aussi bien au pouvoir législatif qu'au pouvoir exécutif. Le pouvoir exécutif est même tenu de faire appliquer la Charte canadienne des droits et libertés et d'évaluer chaque projet de loi en vertu de celle-ci.
L'éminent professeur Christopher Manfredi de l'Université McGill, qui est reconnu par ses pairs partout dans le monde, a dit que l'interprétation de chacune des trois branches du pouvoir est importante, car celles-ci interprètent chacune à leur façon le droit canadien et que c'est lorsqu'il y a une vigoureuse compétition entre les pouvoirs qu'on arrive à de meilleurs résultats pour les Canadiens.
En conclusion, je dirai qu'on pourrait tenir un débat philosophique sur l'existence des prisons. Personne ne dira que les prisons sont formidables. Moi-même, je trouve que, d'un point de vue humain, c'est probablement la chose la plus terrible qui soit. Toutefois, l'évolution historique de l'humanité démontre que c'est la seule façon connue de faire en sorte que les plus dangereux de notre société ne puissent pas avoir davantage d'impact criminel sur autrui. L'objectif, c'est la sécurité publique. L'objectif principal du gouvernement canadien, c'est la sécurité des Canadiens. C'est la raison pour laquelle j'ai dit au député de Scarborough—Guildwood qu'il aurait dû, au contraire, déposer un autre projet de loi qui réitère le rôle du gouvernement dans la protection des Canadiens et qui dit à la Cour qu'elle s'est complètement trompée dans son interprétation de l'isolement préventif en prison. C'est dommage, mais les prisons doivent exister.
Comme je l'ai répété dans mon argumentation, l'isolement préventif est le seul outil véritable qui fonctionne pour faire en sorte que les prisonniers qui sont incarcérés à vie, par exemple, ont une contrainte psychologique pour ne pas agir au détriment des autres gens incarcérés dans la prison. Comment veut-on contrôler un prisonnier incarcéré à vie s'il n'y a pas de mesure d'isolement préventif? C'est bon pour l'efficacité des prisons et pour la sécurité des gardiens.
Nous espérons que le gouvernement va rebrousser chemin à l'égard du projet de loi. Je ne comprends pas pourquoi le NPD ne veut pas appuyer le Syndicat des agents correctionnels du Canada. Selon ce dernier, ce ne serait pas bon pour la sécurité des agents correctionnels de mettre fin à l'isolement préventif.
Je remercie les citoyens de Beauport—Limoilou de leur écoute.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data