Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I wish I were rising today to support Bill C-83. We have a problem in our corrections system with the use of what was originally called solitary confinement, which then became administrative segregation and is now being rebranded as structured integration units. We are trying to deal with a real problem in the corrections system, but instead, the bill is trying to rebrand the problem out of existence.
I do not think there is any way the courts will be fooled by the bill. The B.C. Supreme Court and the Ontario Superior Court have clearly found that the practice of solitary confinement is unconstitutional. The bill would actually make that practice more common than it is now, and it would have fewer protections for inmates than there are now. I will return to this question of rights later.
I want to talk about the bill from two other perspectives, which I think are equally important: the perspective of corrections workers and the perspective of victims.
In the last Parliament, I was privileged to serve as the NDP public safety critic. I was given that task based on my 20 years of teaching criminal justice at Camosun College, which is essentially a police and corrections worker training program.
The majority of the students who came into that program wanted to be police officers, as they still do. Once they are in the program, they find out that there are a lot of other jobs within the corrections, policing and criminal justice world. Many of them end up going into corrections.
I always talk to the students who are about to go into corrections about the challenges of that job. It is not as glamourous as policing. There are not many shows on TV glamourizing corrections officers. However, it is an equally challenging job.
One of the first challenges workers have to learn to deal with is being locked in during the day. For some, that is psychologically too difficult to handle. That goes along with the second challenge of that job: Corrections workers do not get any choice in who they deal with. In fact, they have to deal the most anti-social and most difficult people to deal with in our society.
Our corrections system often makes corrections workers' jobs harder. We have long wait-lists for treatment programs within our system. We also have long waits for rehabilitation programs. While people are serving their time, it is not just that they are not getting the rehabilitation they need for when they come out. It is not just that they are not getting the addiction treatment they need. They are not getting anything. They are just serving time.
Many will say that this is the kind of punishment people need. However, they tend to forget the fact that far more than 90% of the people in our corrections system will come back into society. If we are worried about the perspective of victims, we have to do a good job on rehabilitation and addiction treatment so that we do not create more victims when people come out of our corrections system.
In response to a question I posed earlier, the minister claimed that I was living in a time warp. He said the Liberals have solved all these problems and have earmarked new money for addiction and mental health treatment within prisons. He said that on the one hand, while on the other hand, he is making cuts in the corrections system.
We have a system, which is already strained from years of cuts by the Conservatives, being held in a steady state of inadequacy by the Liberal budget. It is great for the Liberals to say that they have earmarked these new programs, but if they do not have the staff and facilities to deliver those programs and the things they need to make those programs work, it does not do much good to say they are going to do it, when they cannot do it.
One of the other critical problems in our corrections system is the corrections system for women. It is even more challenging than the corrections system for men in that it is by nature, given the number of offenders, a much smaller system. There are fewer resources and fewer alternatives available for offenders within the women's system.
I think the women's corrections system also suffers from what many would call “essentialism”. That is the idea that women are somehow different from men, and therefore, with their caring and nurturing nature, do not belong in prison. There is a prejudice against women offenders that they must somehow be the worst people, even worse than male offenders, because we expect it from men but we do not expect it from women. That kind of essentialism has really stood in the way of providing the kinds of programs we need to help women offenders, who largely deal with mental health and addiction problems.
While women have served traditionally, or experientially I would say, less often in solitary confinement and shorter periods in solitary confinement, it is the same phenomenon for women as for men. It means that all kinds of mental illnesses, rather than being treated, end up being exacerbated, because while an inmate is in segregation he or she does not have access to those mental health programs. The same thing is true of addiction problems. If an inmate is in administrative segregation, he or she does not have access to those programs.
In the women's system of corrections those programs are already very limited, are hard to access, are hard to schedule and if women spend time in and out of administrative segregation, they do not get the treatment and rehabilitation that they deserve before they return to society.
Sometimes politicians make correctional workers' jobs harder and they do this by making offenders harder to manage. One of the things we hear constantly from the Conservatives is a call for consecutive sentences. They say the crimes are so horrible that if there is more than one victim we ought to have consecutive rather than concurrent sentences. We have to make sure that the worst of the worst do not get out. That is the Conservative line.
When we do that, however, we make sure we have people in the system who have no interest in being rehabilitated, they have no interest in being treated for their addictions, and they have no interest in civil behaviour, if I may put it that way, within the prison. If inmates are never going to get out, then they might as well be the baddest people they can be while they are in that situation. Calling for consecutive sentences just makes correctional workers' jobs that much harder and encourages all of the worst behaviours by offenders.
Related to that was the elimination of what we had in the system before, which was called the faint hope clause. This, for the worst offenders, allowed people to apply for early parole after serving 15 years.
The argument often becomes entitlement. Why would these people be entitled to ask for early parole? But it is the same kind of thing I was just talking about earlier. If people have a faint hope, which is why it is called faint hope, that they may eventually be released, then there is still an incentive to behave civilly while within the system. There is an incentive to get addiction treatment and there is an incentive to do rehabilitation work.
If we take away that faint hope, which we did in the last Parliament as an initiative of the Conservatives, an initiative that was supported by the Liberals, then we end up with people in prisons who are extremely difficult to manage and, therefore, very dangerous for correctional workers to deal with.
The people who are trying to use the faint hope clause are not the most attractive people in our society. The issue of eliminating the faint hope clause from the Criminal Code came up in the case of Clifford Olson in 1997. He was the serial killer of 11 young men and women. It is important to point out that when he applied for his early release, it took only 15 minutes to quash the process. Those people who are in fact the worst of the worst will never get out of prison.
There were about 1,000 applications under the existing faint hope clause. Of those 1,000 applications, 1.3% received parole, and of those 1.3%, there were virtually no returns to prison, no recidivism.
The faint hope clause worked very well in preserving discipline inside the corrections system and in making the environment safer for correctional workers but unfortunately only the NDP and the Bloc opposed eliminating the faint hope clause.
A third way in which politicians make things worse, which I mentioned in an earlier question to my Conservative colleague, is the creation of mandatory minimums. Under the Harper government we had a whole raft of mandatory minimum sentences brought in with the idea that we have to make sure that each and every person who is found guilty is punished. I would argue that we have to make sure that each and every person who is found guilty is rehabilitated. That is what public safety is all about.
The Liberals promised in their election campaign they would repeal these mandatory minimums, yet when they eventually got around after two and a half years to bringing in Bill C-75, it did not repeal mandatory minimum sentences.
We are still stuck with lots of offenders, be they aboriginal people or quite often women, or quite often those with addiction and mental health problems, who do not belong in the corrections system. They belong in the mental health treatment system. They belong in the addictions treatment system. They need supports to get their lives in order. However, under mandatory minimums, the Conservatives took away the tools that the courts had to get those people into the programs that they needed to keep all the rest of us safe.
When we combine all of these things with the lack of resources in the corrections system, which the Conservatives made a hallmark of their government and which has been continued by the Liberals, then all we are doing here is making the work of corrections officers more difficult and dangerous, and we are making the effort to make sure people are rehabilitated successfully less likely.
I want to talk about two cases, one federal and one provincial, to put a human face on the specific problem of solitary confinement.
The first of those is the sad case of Ashley Smith. Ashley Smith, from the Maritimes, was jailed at the age of 15 for throwing crabapples at a postal worker. She was given a 90-day sentence, but while she was in custody for that 90-day sentence, repeated behavioural problems resulted in her sentence being extended and extended until eventually she served four years, 17 transfers from one institution to another, because she was so difficult to manage, forced medication and long periods in solitary confinement.
What happened with Ashley Smith is a tragedy, because she died by suicide after repeated incidents of self-harm while she was in custody. It is unfortunately a sad example of the outcomes when we place people in, whatever we want to call it, solitary confinement, administrative segregation or structured integration units. It does not matter what the label is. It has enormously negative impacts on those in particular who have a mental illness.
The second case is a provincial case in Ontario, the case of Adam Capay, a mentally ill indigenous man who was kept in isolation for more than four years, without access to mental health services, and under conditions that the courts found amounted to inhumane treatment. The effects on Mr. Capay were permanent memory loss and an exacerbation of his pre-existing psychiatric disorders.
While he was in an institution, unfortunately, Mr. Capay did not get the treatment he needed, and he ended up stabbing another offender, resulting in the death of that offender. What this did, of course, was to create new victims, not only the person who lost his life while in custody but the family of that person.
The result here was a ruling by provincial court Judge John Fregeau that Mr. Capay was incapable of standing trial for that murder within the corrections system because of the way he had been treated and the excessive periods of time he had spent in solitary confinement. The prosecutors did not appeal this decision. It resulted in Mr. Capay's release, to the great distress of the family of the murder victim.
What is the real cause here? The real cause, the fundamental cause, and I am not even going to say it is solitary confinement, is the lack of resources to deal with mental health and addictions problems within our corrections system.
Let me come back to the bill very specifically. The Liberals say they are setting up a new system here to deal with the difficult offenders. They have given it that new title. Senator Kim Pate, who spent many years heading up the Elizabeth Fry Society and has received the Order of Canada for her work on women in corrections, said:
With respect to segregation, Bill C-83, is not only merely a re-branding of the same damaging practice as “Structured Intervention Units”, the new bill...also virtually eliminates existing, already inadequate limitations on its use.
Strangely, what the Liberals have done in the bill, in attempting to get rid of administrative segregation, is that they have cast a broader net. They are setting up a system that will actually bring more people into the isolation and segregation system within the corrections system. The Liberals have actually removed some of the safeguards that existed on the length of time someone could end up spending in what should be called solitary confinement. There is actually no limit in the bill on how long someone could end up in solitary confinement.
Our correctional investigator, Ivan Zinger, an independent officer of Parliament, has criticized the bill, saying people will end up in much more restrictive routines under the new system than most of them would have under the old system. The bill would make things worse.
Josh Patterson, from the B.C. Civil Liberties Association, pointed out that the bill would allow the same practices that the courts had criticized as inhumane treatment in the new bill as existed under the old administrative segregation. Therefore, we have merely relabelled the existing practices in the bill.
The final piece I want to talk about is the question of oversight. In earlier debate, the minister said I was living in a time warp. Sometimes I wish that were true. However, he was talking about oversight and said that I had missed the amendments he made on oversight. What is really true is the minister missed the point of the witnesses on oversight. Stretching all the way back to the inquiry into events at the prison for women in Kingston, Louise Arbour recommended judicial oversight of the use of solitary confinement. That is truly independent. That is truly an outside review of what happens.
Also, as Josh Patterson pointed out, not only is there no judicial oversight, there is no recourse for those who are subjected to solitary confinement to have legal representation to challenge the conditions under which they are being held.
Therefore, what the government has done in its amendments is to create not independent review but an advisory committee to the minister. That is not independent oversight and that is one of the reasons the NDP continues to oppose the bill.
I want to come back to the B.C. court decision, which pointed to two key reasons why the existing regime was unconstitutional. Those are the lack of access to counsel for what amounts to additional punishment measures being applied when someone is placed into solitary confinement and the possibility of indefinite extra punishment by being in solitary confinement. The bill deals with neither of those two key unconstitutional provisions of solitary confinement.
Therefore, where are we likely to find ourselves down the road? We are going to find ourselves back in court, with the new bill being challenged on the same grounds as the old regime of solitary confinement.
As I said at the beginning, I would like to be standing here to support a bill that would create a system for managing those most difficult offenders, those with mental health and addiction problems, in a way that would respect their constitutional rights and in a way that would guarantee treatment of their addictions and rehabilitation so when they would come out, they could be contributing members of society. Unfortunately, Bill C-83 is not that bill.
Monsieur le Président, j'aurais bien voulu prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-83. Le recours à ce qu'on appelait au départ l'isolement dans une cellule, qui est ensuite devenu l'isolement préventif et qu'on veut maintenant appeler les unités d'intégration structurée, dans le système correctionnel canadien pose un problème. Alors qu'on veut régler un vrai problème qui existe dans le système correctionnel, le gouvernement essaie avec ce projet de loi de le rebaptiser pour qu'on l'oublie.
Je serais étonné que les tribunaux se laissent prendre par ce projet de loi. La Cour suprême de la Colombie-Britannique et la Cour supérieure de l'Ontario ont toutes les deux conclu clairement que l'isolement dans une cellule était une pratique inconstitutionnelle. En réalité, ce projet de loi rendrait la pratique plus courante qu'elle ne l'est à l'heure actuelle et réduirait les mesures de protection dont bénéficient les détenus. Je vais revenir sur la question des droits un peu plus tard.
J'aimerais parler du projet de loi depuis deux autres points de vue, qui sont, à mon avis, tout aussi importants, soit ceux des travailleurs des services correctionnels et des victimes.
Au cours de la dernière législature, j'ai eu le privilège d'être le porte-parole néo-démocrate en matière de sécurité publique. On m'avait confié la tâche en raison de mes 20 années d'expérience en tant que professeur de justice pénale au collège Camosun, dans un programme de formation des futurs policiers et travailleurs des services correctionnels.
La plupart des étudiants qui participaient à ce programme souhaitaient devenir policiers, ce qui est toujours le cas. Lorsqu'ils commencent leurs études, ils se rendent compte qu'il existe beaucoup d'autres emplois au sein du système correctionnel, dans les services de police et dans l'univers de la justice pénale. Bon nombre d'entre eux finissent dans le système correctionnel.
Je parle toujours aux étudiants qui s'apprêtent à commencer un emploi au sein du système correctionnel des difficultés de ce travail. Ce n'est pas aussi prestigieux qu'être policier. Il n'y a pas beaucoup d'émissions de télévision qui glorifient les agents correctionnels. Toutefois, ce travail est tout aussi difficile.
L'une des premières difficultés que les travailleurs doivent apprendre à gérer, c'est le fait d'être enfermé pendant la journée. Pour certains, c'est trop difficile à gérer psychologiquement. Cela va de pair avec la deuxième difficulté de ce travail: les travailleurs des services correctionnels ne choisissent pas les individus qui sont incarcérés. Ils doivent s'occuper des personnes les plus antisociales et les plus difficiles de la société.
Le système correctionnel complique souvent la tâche de ses travailleurs. Au sein du système, il y a de longues listes d'attente pour les programmes de traitement. Il y a aussi de longues listes d'attente pour les programmes de réadaptation. Tandis que les détenus purgent leur peine, le problème n'est pas seulement qu'ils ne reçoivent pas les services de réadaptation dont ils ont besoin pour les aider à leur sortie de prison ou qu'ils ne reçoivent pas les traitements contre la toxicomanie dont ils ont besoin. C'est qu'ils ne reçoivent tout simplement rien. Ils ne font que purger leur peine.
Nombreux sont ceux qui estiment que c'est le genre de punition que méritent les délinquants. Ceux qui pensent ainsi ont tendance à oublier que plus de 90 % des détenus dans nos établissements correctionnels réintégreront la société tôt ou tard. Si nous nous soucions des victimes, si nous voulons éviter que les délinquants fassent d'autres victimes à leur sortie de prison, il faut leur offrir de bons programmes de réadaptation et de traitement de la toxicomanie.
Tout à l'heure, en réponse à une question que je venais de lui poser, le ministre a dit que je ne semblais pas au fait des derniers développements. Selon lui, les libéraux ont réglé tous les problèmes. Ils ont injecté de l'argent frais dans les soins en santé mentale et le traitement de la toxicomanie. D'un côté, il affirme prévoir ce financement, mais, de l'autre, il fait des compressions dans le système correctionnel.
Notre système était déjà à bout de ressources à cause des compressions effectuées pendant des années par les conservateurs, mais le budget des libéraux ne fait rien pour répondre aux besoins. C'est bien beau de se vanter de financer de nouveaux programmes, mais si les libéraux n'ont pas le personnel, les installations et tout ce qui est nécessaire pour assurer leur prestation efficace, cela ne sert pas à grand-chose. Annoncer des mesures qu'on est incapable de concrétiser ne sert pas à grand-chose.
Un des autres graves problèmes dans le système correctionnel est le système correctionnel pour les femmes. Il présente encore plus de difficultés que celui pour les hommes parce que, étant donné le nombre de délinquantes, il est, de par sa nature, un système beaucoup plus petit. Il offre moins de ressources et moins d'options de rechange pour les délinquantes.
Je pense que le système correctionnel pour les femmes est aussi victime de ce que beaucoup de gens qualifieraient d'« essentialisme ». Il s'agit d'un principe selon lequel les femmes sont en quelque sorte différentes des hommes et que, en raison de leur nature compatissante et bienveillante, elles n'ont pas leur place en prison. Il existe un préjugé contre les délinquantes. Les gens pensent qu'elles doivent être en quelque sorte les pires êtres humains, encore pires que les délinquants, parce qu'ils s'attendent à ce que des crimes soient commis par des hommes, mais pas par des femmes. Ce genre d'essentialisme a vraiment fait obstacle à la prestation des types de programmes nécessaires pour venir en aide aux délinquantes, dont la plupart sont atteintes de problèmes de santé mentale ou de toxicomanie.
Bien que, habituellement — c'est ce qui a été observé — les femmes sont mises en isolement moins souvent et moins longtemps que les hommes, leur expérience est la même. Autrement dit, l'état de la personne qui souffre d'une maladie mentale va s'aggraver plutôt que s'améliorer, car lorsqu'un détenu est en isolement, il n'a pas accès aux programmes de santé mentale. C'est la même chose pour les problèmes de dépendance. Si un détenu est placé en isolement préventif, il n'a pas accès à des programmes de traitement.
Dans les établissements correctionnels pour femmes, ces programmes sont déjà très limités, difficiles d'accès et difficiles à organiser, et si des femmes sont sans cesse placées en isolement préventif, elles ne reçoivent pas les services de traitement et de réadaptation qu'elles méritent avant de réintégrer la société.
Parfois, les politiciens compliquent la tâche des travailleurs correctionnels en rendant la gestion des délinquants plus difficile. Les conservateurs réclament constamment des peines consécutives. Ils disent que les crimes sont si graves que, s'il y a plus d'une victime, nous devrions imposer des peines consécutives plutôt que concurrentes. Il faut garder les pires monstres enfermés. C'est la position des conservateurs.
Ce genre d'approche fait en sorte que les détenus dans le système n'ont aucun intérêt à faire des efforts de réadaptation, de désintoxication ou de civisme durant leur séjour en prison. Tant qu'un détenu se trouve dans une situation où il n'a aucune chance d'être libéré, il n'a aucun intérêt à faire autre chose qu'adopter la pire conduite possible. Ainsi, les peines consécutives ne font qu'alourdir encore plus la tâche des agents correctionnels et encouragent les pires comportements de la part des délinquants.
Dans le même ordre d'idées, on a éliminé la disposition de la dernière chance, qui permettait aux pires délinquants de faire une demande de libération conditionnelle anticipée après avoir purgé 15 ans de leur peine.
Pour s'opposer à cette disposition, on la présente souvent comme un droit acquis. Pourquoi ces délinquants auraient-ils droit à une libération conditionnelle anticipée? Or, le même raisonnement que je viens d'invoquer s'applique. En offrant aux gens une dernière chance, si minime soit-elle, d'être éventuellement libérés, on les encourage à bien se comporter durant leur incarcération. On les incite aussi à suivre un traitement de désintoxication et à entreprendre un travail de réadaptation.
Sans la disposition de la dernière chance, qui a été abolie lors de la dernière législature dans un projet de loi des conservateurs appuyé par les libéraux, nous nous retrouvons avec des pénitenciers remplis de détenus qui sont extrêmement difficiles à gérer et, par conséquent, qui menacent sérieusement la sécurité des agents correctionnels.
Les personnes qui tentent de sortir de prison au moyen de la disposition de la dernière chance ne sont pas les plus engageantes de la société. La question de l'élimination de la disposition de la dernière chance du Code criminel a été soulevée en 1977, dans l'affaire Clifford Olson. Ce tueur en série a assassiné 11 jeunes hommes et femmes. Il est important de souligner que, lorsque M. Olson a présenté sa demande de libération anticipée, 15 minutes ont suffi pour la rejeter. Les pires criminels ne parviendront jamais à sortir de prison.
Parmi les 1 000 détenus qui ont présenté une demande de libération en vertu de la disposition de la dernière chance, 1,3 % ont été libérés sous condition, et aucun n'a récidivé.
La disposition de la dernière chance s'est avérée très efficace pour maintenir la discipline au sein du système correctionnel et renforcer la sécurité des travailleurs correctionnels. Malheureusement, seuls le NPD et le Bloc se sont opposés à l'élimination de la disposition de la dernière chance.
Comme je l'ai mentionné tout à l'heure dans une question adressée au député conservateur, l'imposition de peines minimales obligatoires est une troisième façon pour les politiciens d'empirer les choses. Sous le gouvernement Harper, nous avons eu droit à toute une série de peines minimales obligatoires qui ont été créées dans l'intention de punir toute personne reconnue coupable. J'estime plutôt que nous devons veiller à ce que chaque personne reconnue coupable puisse être réadaptée. Il s'agit de la meilleure manière d'assurer la sécurité publique.
Lors de la campagne électorale, les libéraux avaient promis d'abroger les peines minimales obligatoires. Pourtant, ils ont mis deux ans et demi à présenter le projet de loi C-75, qui ne respecte pas cette promesse.
Nous nous retrouvons encore avec beaucoup de contrevenants — par exemple des Autochtones, souvent des femmes, souvent des personnes ayant des problèmes de toxicomanie ou de santé mentale — qui ne devraient pas être dans le système correctionnel. Leur place serait plutôt dans le système des soins de santé mentale ou dans le système des traitements pour toxicomanes. Ils ont besoin de soutien pour se remettre sur pied. Malheureusement, comme l'ancien gouvernement conservateur a choisi d'imposer des peines minimales obligatoires, il a éliminé les outils dont les tribunaux disposaient pour que ces personnes soient placées dans les programmes dont elles auraient besoin pour assurer notre sécurité à tous.
Étant donné tous ces éléments, auxquels s'ajoute le manque de ressources du système correctionnel — un manque de ressources dont l'ancien gouvernement conservateur avait fait sa marque de commerce et qui continue sous les libéraux —, tout ce qui se passera ici, c'est que le travail des agents correctionnels deviendra plus difficile et plus dangereux, et qu'il sera moins probable qu'on déploie les efforts nécessaires à une réelle réhabilitation.
Pour donner un visage humain au problème que pose l'isolement, je présenterai deux cas, l'un du niveau fédéral, l'autre du niveau provincial.
Le premier de ces tristes exemples est celui d'Ashley Smith. Cette jeune fille des Maritimes a été emprisonnée à 15 ans pour avoir lancé des pommettes à un facteur. Elle a reçu une peine d'emprisonnement de 90 jours mais, en raison de multiples problèmes de comportement pendant sa détention, sa peine a été prolongée, puis prolongée de nouveau, jusqu'à atteindre 4 ans. Comme c'était une détenue difficile, elle a été transférée 17 fois d'un établissement à l'autre; elle a été forcée de prendre des médicaments et elle a subi de longues périodes d'isolement.
Ce qui est arrivé à Ashley Smith est une tragédie, car elle s'est suicidée après de nombreux incidents d'automutilation survenus pendant sa détention. C'est malheureusement un triste exemple de ce qui se passe lorsque des gens sont placés en isolement cellulaire, en isolement préventif ou dans des unités d'intervention structurée — peu importe le nom qu'on veut leur donner. Ce n'est pas le nom qui importe; ce sont les terribles effets négatifs que subissent en particulier ceux qui souffrent d'une maladie mentale.
Le deuxième cas est survenu dans un établissement provincial en Ontario. Il s'agit du cas d'Adam Capay, un Autochtone atteint d'une maladie mentale qui est demeuré en isolement pendant plus de quatre ans, sans accès à des soins de santé mentale et dans des conditions que les tribunaux ont jugées inhumaines. Les effets subis par M. Capay comprennent une perte de mémoire permanente et l'exacerbation des problèmes psychiatriques qu'il éprouvait déjà.
Lorsqu'il était dans un établissement carcéral, M. Capay n'a malheureusement pas obtenu les traitements dont il avait besoin et il a fini par poignarder un autre délinquant, qui est décédé des suites de l'agression. Ces événements ont créé de nouvelles victimes, dont la personne tuée, mais aussi sa famille.
Le résultat, dans ce cas, a été un jugement rendu par le juge de la cour provinciale John Fregeau, qui a conclu que M. Capay était incapable de subir un procès pour ce meurtre au sein du système correctionnel en raison de la manière dont il avait été traité et des périodes excessives qu'il avait passées en isolement. Les poursuivants n'ont pas interjeté appel de cette décision. M. Capay a donc été libéré, au grand désarroi de la famille de la victime du meurtre.
Quelle est la véritable cause ici? La véritable cause, la cause fondamentale — et je ne dirai même pas qu'il s'agit de l'isolement —, c'est le manque de ressources pour gérer les problèmes de santé mentale et de dépendance dans le système correctionnel.
Je reviens au projet de loi. Les libéraux disent qu'ils établissent un nouveau système pour gérer les délinquants récalcitrants. Ils y ont donné un nouveau titre. La sénatrice Kim Pate, qui a passé de nombreuses années à la tête de la Société Elizabeth Fry et qui s'est vu décerner l'Ordre du Canada pour son oeuvre auprès des femmes en milieu carcéral, a déclaré:
En ce qui concerne l'isolement, en plus de renommer la même pratique nuisible « unités d'intervention structurée », le nouveau projet de loi C-83 [...] élimine aussi pratiquement les restrictions existantes, déjà insuffisantes, s'appliquant à son application.
Les libéraux ont présenté ce projet de loi pour tenter d'éliminer l'isolement préventif. Or, étrangement, le projet de loi élargira l'application de cette pratique. En effet, les dispositions prises par les libéraux augmenteront le nombre de personnes placées en isolement dans le système correctionnel. Les libéraux ont, en fait, éliminé des mesures de protection qui limitaient le temps pendant lequel un détenu pouvait être isolé dans une cellule. Le projet de loi n'impose aucune limite au temps qu'un détenu peut passer en isolement.
L'enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger, un mandataire indépendant du gouvernement, a critiqué le projet de loi. Selon lui, le nouveau régime mettrait en place des routines beaucoup plus restrictives que celles imposées à la plupart des détenus dans le régime actuel. Le projet de loi empirerait la situation.
Josh Patterson, de l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, a souligné que le projet de loi autoriserait les mêmes pratiques que celles qui existent sous le nom d'isolement préventif dans le régime actuel. Or, les tribunaux ont qualifié ces pratiques de traitement inhumain. Le projet de loi ne fait donc que renommer les pratiques existantes.
En dernier lieu, je veux aborder la question de la surveillance. Plus tôt aujourd'hui, le ministre m'a reproché, en quelque sorte, de vivre dans le passé. Parfois, j'aimerais bien que ce soit le cas. Cela dit, il a affirmé que je ne semblais pas être au fait des amendements qu'il avait proposés concernant la surveillance. La vérité, c'est que le ministre n'a pas compris ce que les témoins ont dit à ce sujet. En remontant jusqu'à l'enquête sur certains événements survenus à la prison des femmes de Kingston, Louise Arbour a recommandé de mettre en place une surveillance judiciaire du recours à l'isolement. Voilà qui serait un processus vraiment indépendant. Ce serait un véritable examen externe des mesures prises.
Par ailleurs, Josh Patterson a souligné que non seulement on ne prévoit pas de surveillance judiciaire, mais qu'on ne prévoit pas non plus de recours pour ceux qui sont placés en isolement. On ne prévoit pas l'accès à un avocat pour permettre aux détenus de contester leurs conditions de détention.
Donc, avec ses amendements, le gouvernement n'a pas créé de mécanisme de surveillance indépendant, mais plutôt un comité consultatif pour le ministre. Ce n'est pas un mécanisme de surveillance indépendant, et c'est l'une des raisons pour lesquelles le NPD continue de s'opposer au projet de loi.
J'aimerais revenir à la décision du tribunal britanno-colombien. Deux grandes raisons ont été données pour justifier la non-constitutionnalité du régime actuel: le manque d'accès à un avocat relativement à ce qui s'apparente à des mesures punitives additionnelles imposées aux détenus placés en isolement cellulaire, et le fait que l'isolement puisse avoir une durée indéterminée. Le projet de loi n'aborde aucun de ces deux aspects constitutionnels clés en ce qui a trait à l'isolement cellulaire.
Où risquons-nous de nous retrouver après un certain temps? Nous serons à nouveau devant les tribunaux, et le projet de loi sera contesté pour les mêmes raisons que l'ancien régime d'isolement cellulaire.
Comme je l'ai dit au début de mon discours, j'adorerais offrir mon appui à un projet de loi qui créerait un système de gestion des détenus les plus difficiles, ceux qui ont des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie par exemple, un système qui respecterait leurs droits constitutionnels et qui ne les priverait pas des programmes de traitement de leurs dépendances et de réadaptation, de manière à ce qu'ils deviennent des membres à part entière de la société à leur sortie de prison. Malheureusement, le projet de loi C-83 n'est pas ce projet de loi-là.
Result: 1 - 1 of 1