Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-15 17:17 [p.27900]
Mr. Speaker, I would like to say hello to the many constituents of Beauport—Limoilou who are watching. Today, it is my pleasure to debate Motion No. 170, which reads as follows:
That, in the opinion of the House, a special committee, chaired by the Speaker of the House, should be established at the beginning of each new Parliament, in order to select all Officers of Parliament.
Before I begin, I would like to recognize with all due respect that the motion was moved by the member for Hamilton Centre, who is with the NDP and has been in Parliament for quite a while, but will not seek re-election. If he is listening right now, I would like to acknowledge him and thank him for his work and decades of public service. The member for Hamilton Centre was once an MPP in Ontario, as well, and worked hard on all sorts of causes that were important to his constituents. I would like to congratulate him on his service.
Moreover, he is more than just a good parliamentarian. I remember hearing one of his speeches at the Standing Committee on Government Operations and Estimates, if I remember correctly. I took note of his delivery, because he is a fine public speaker with good rhetorical skills. I have always had a great deal of respect for my colleagues with vast parliamentary experience. I try to learn from the best.
I am sure the member for Hamilton Centre wants to leave his mark on Canadian democracy. I too want to improve Canada's Westminster-style parliamentary democracy. Our role as MPs is the cornerstone of parliamentary democracy. It is fundamental. MPs must play a leading role in the workings of Canadian democracy, which includes the selection and appointment of officers of Parliament. That is what this motion is about.
Officers of Parliament are individuals jointly appointed by the House of Commons and the Senate to look into matters on our behalf and help us carry out our duties and responsibilities. For example, Canada has a Conflict of Interest and Ethics Commissioner, a position created by Mr. Harper and the Conservative Party.
There is also the Information Commissioner, who ensures that Canadians are able to have access to all government information so that they can get to the bottom of things. Then, there is the Commissioner of Lobbying. We heard a lot about her because of the Prime Minister's trip to the Aga Khan's island. Then there is the Commissioner of Official Languages. I am the official languages critic and I worked on the appointment of the new commissioner, Mr. Théberge. There is also the Auditor General. That position is currently vacant because the former auditor general passed away just a few months ago. God rest his soul. I send my best wishes to his family. Finally, there is the Chief Electoral Officer and the Public Sector Integrity Commissioner.
There are other officers of Parliament, but the ones I mentioned are the main commissioners who have been mandated by Parliament to conduct investigations in order to ensure proper accountability in the Canadian democratic process.
The member for Hamilton Centre wants to improve and strengthen parliamentary democracy with respect to the process for appointing commissioners and other officers of Parliament. Here is why.
During the last election campaign, the Prime Minister made some promises that he mostly did not keep. He promised to make the process for appointing commissioners more democratic. Under the Conservative government, from 2006 to 2015, the process for appointing commissioners was much more democratic from the perspective of a Westminster-style parliamentary system. It was also much more transparent than what we have seen over the past few years with the Prime Minister and the Liberal government.
When the Prime Minister chose the Official Languages Commissioner a year and a half ago, I am sure that the member for Hamilton Centre noticed, as we all did, that the process for appointing officers of Parliament was anything but open and transparent. Note that I am not in any way trying to target the individual who was selected and who currently holds that position.
This was done differently before 2015. For example, the Standing Committee on Official Languages used to send the Prime Minister of Canada a list of potential candidates for the position of Commissioner of Official Languages. The Prime Minister, with help from his advisors and cabinet, selected one of the candidates suggested. That is far more transparent and democratic than what the Prime Minister and member for Papineau is doing.
What has the Prime Minister done these past few years? Instead of having committees with oversight and the necessary skills for selecting commissioners, such as the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics or the Standing Committee on Official Languages, the Prime Minister is no longer relying on committees to send him a list of names of people or experts in the field. They are no longer able to send a list to the Prime Minister. He said to trust him, that he had set up a system involving people in his own office who send him lists of candidates with absolutely no partisan connections or any connections whatsoever to the Liberal list, candidates who were found by virtue of their expertise.
What actually happened? We saw one clearly terrible case with Ms. Meilleur. Far be it from me to badmouth her, but unfortunately, she was part of this undemocratic process. Ms. Meilleur had been a Liberal MPP in Ontario. She donated money to the Liberal Party of Canada, and less than a year later, she was nominated for the position of official languages commissioner. The Prime Minister did not send a list of candidates' names to the opposition parties. He did not start a discussion with the other party leaders to ask who they thought the best candidate was. He sent a single name to the leader of the official opposition and to the then NDP leader, saying that this was his pick and asking if they agreed.
Not only did the committees have no input under the current Liberal Prime Minister, but the Prime Minister actually only sent one name to the opposition leader.
What the member for Hamilton Centre wants to do is set up a process whereby candidates are selected by a committee, which would be chaired by you, Mr. Speaker, amazingly enough. First off, the idea suggested by my colleague, the member for Hamilton Centre, could not be implemented before the session ends. We have only a few weeks left, and I gather that an NDP member will be proposing an amendment to the motion in a few minutes. We will see what happens then.
Personally, I would say we need to go even further than the motion moved by the member for Hamilton Centre. I will speak to my colleagues about this once we are in government, as of October.
Why not be even bolder and give parliamentary committees not just the power to refer candidates to the Prime Minister for him to decide, but also the power to appoint officers of Parliament? I want to point out that I am speaking only for myself here. I began reflecting on this a year and a half ago, after what happened with Ms. Meilleur and the current commissioner.
I have been a member of the Standing Committee on Official Languages for two years now, and I humbly believe that I have learned a lot about official languages issues. I am familiar with the key players on the ground and I am beginning to understand who the real experts are, who the stakeholders are and who might make a good commissioner. I have to wonder why we would not go even further than what my colleague from Hamilton Centre is proposing, and perhaps even give the real power to the committees.
Imagine the legitimacy the process would have if parliamentary committees could one day choose officers of Parliament. These appointments should still be confirmed by both chambers, as is always the case.
Careful reflection is still needed. What is certain is that we are too close to the end of the current parliamentary session for the motion moved by the member for Hamilton Centre to become a reality. This is even less likely to happen under the current Liberal government, which made many promises to please the Canadian left, including a promise for democratic emancipation. All those promises have been broken.
I wish the hon. member for Hamilton Centre continued success.
Monsieur le Président, comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre. J'ai le plaisir de débattre aujourd'hui de la motion M-170, qui se lit comme suit:
Que, de l'avis de la Chambre, un comité spécial présidé par le Président de la Chambre devrait être constitué au début de chaque législature afin de sélectionner tous les agents du Parlement.
Avant de commencer, j'aimerais reconnaître, avec honneur et justesse, que la motion a été déposée par le député d'Hamilton-Centre, un député du NPD qui siège ici depuis assez longtemps. Il a mentionné qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections, alors s'il nous écoute, j'aimerais le saluer et le remercier pour son travail et ses décennies de service public. Le député d'Hamilton-Centre a également été député provincial de l'Ontario et il a œuvré pour toutes sortes de causes importantes pour ses concitoyens. J'aimerais donc le féliciter.
D'ailleurs, il n'est pas seulement un bon parlementaire. Je l'ai déjà vu faire un discours au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, si je me rappelle bien, et j'ai noté sa façon de faire, car il est un bon orateur qui a une bonne rhétorique. J'ai toujours beaucoup d'estime pour mes collègues qui ont une très grande expérience parlementaire, et j'essaie d'en tirer les meilleures leçons.
Le député d'Hamilton-Centre veut certainement laisser sa marque sur la démocratie canadienne. Je partage sa volonté d'améliorer la démocratie parlementaire de type Westminster, soit celle que nous avons ici, au Canada. Effectivement, le rôle des députés est à la base même de la démocratie parlementaire. Il est fondamental. Les députés doivent avoir un rôle prépondérant dans l'exercice de la démocratie canadienne, notamment en ce qui a trait à la sélection et à la nomination des agents du Parlement. C'est ce dont il est question dans la motion.
Les agents du Parlement sont des individus que la Chambre des communes et le Sénat nomment conjointement pour qu'ils fassent des vérifications à notre place dans le but de nous aider dans le cadre de nos fonctions et de nos responsabilités. Par exemple, au Canada, nous avons un commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique. D'ailleurs, ce commissariat a été mis en branle par M. Harper et le Parti conservateur.
Il y a aussi le commissaire à l'information, qui s'assure que les Canadiens peuvent avoir accès à toutes les informations du gouvernement pour aller au fond des choses. Ensuite, il y a le commissaire au lobbying. On a souvent entendu parler de lui en raison du voyage du premier ministre à l'île de l'Aga Khan. Puis, il y a le commissaire aux langues officielles. Je suis d'ailleurs porte-parole en matière de langues officielles. J'ai moi-même travaillé sur le dossier de la nomination du nouveau commissaire, M. Théberge. En outre, il y a le vérificateur général. Ce poste est actuellement vacant, puisque l'ancien vérificateur général — que Dieu ait son âme — est décédé il y a quelques mois. Je tiens à saluer toute sa famille. Finalement, mentionnons le commissaire aux élections et le commissaire à l'intégrité du secteur public.
Il y a d'autres agents du Parlement, mais ceux que j'ai nommés sont les commissaires principaux que le Parlement a chargés de mener des enquêtes dans le but d'assurer une reddition de comptes adéquate dans le cadre de l'exercice de la démocratie canadienne.
Le député d'Hamilton-Centre veut améliorer et renforcer la démocratie parlementaire en ce qui a trait au processus de nomination des commissaires et des autres agents du Parlement. Voici pourquoi il veut faire cela.
Lors de la dernière campagne électorale, le premier ministre a fait quelques promesses, qu'il n'a pas tenues pour la plupart. Il avait notamment promis de rendre le processus de sélection des commissaires plus démocratique. Sous le gouvernement conservateur, de 2006 à 2015, le processus de nomination des commissaires était beaucoup plus démocratique du point de vue du système parlementaire de type Westminster, et beaucoup plus transparent que ce qu'on a vu au cours des dernières années avec le premier ministre et le gouvernement libéral.
Lorsque le commissaire aux langues officielles a été choisi par le premier ministre, il y a de cela un an et demi, je suis certain que le député d'Hamilton-Centre a constaté, comme nous tous, que le processus de nomination des agents du Parlement était tout le contraire d'un processus ouvert et transparent. Ici, je ne vise pas du tout l'individu qui a été choisi et qui occupe le poste actuellement.
Avant 2015, cela fonctionnait différemment. Par exemple, c'était le Comité permanent des langues officielles qui envoyait au premier ministre du Canada une liste de candidats potentiels au poste de commissaire aux langues officielles. Le premier ministre, avec l'aide de ses conseillers et de son Cabinet, choisissait une candidature parmi celles qui avaient été suggérées. On voit déjà que c'était beaucoup plus transparent et démocratique que ce que fait le premier ministre et député de Papineau.
Qu'a fait le premier ministre au cours des dernières années? Au lieu d'avoir des comités qui ont un droit de regard et des compétences certaines quant à la sélection de commissaires, par exemple le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique ou le Comité permanent des langues officielles, les comités ne peuvent plus aujourd'hui envoyer au premier ministre une liste de noms de gens ou d'experts dans le domaine. Ils n'ont plus la possibilité d'envoyer une liste au premier ministre. Ce dernier a dit de lui faire confiance, qu'il avait installé, dans son propre bureau, un système où les gens lui envoient des listes de candidats qui ne sont aucunement reliés à la partisanerie, qui ne sont aucunement reliés à la liste libérale et qui sont des gens qui ont été découverts grâce à leur expertise.
Or qu'est-ce qu'on a vu? On a assisté à un cas patent terrible: celui de Mme Meilleur. Je n'ai pas du tout envie de parler contre cette personne, mais, malheureusement, elle a fait partie de cet exercice non démocratique. Mme Meilleur avait été députée libérale en Ontario. Elle était une donatrice du Parti libéral du Canada, et ce, moins d'un an avant d'avoir été choisie pour être commissaire aux langues officielles. Le premier ministre n'a pas envoyé de liste aux partis d'opposition. Il n'a pas ouvert une discussion avec les autres chefs de parti pour connaître leur opinion concernant la meilleure candidature. Il a envoyé un seul nom au chef de l'opposition officielle, au chef du NPD de l'époque, et lui a dit que c'était la candidature qu'il avait retenue. Puis, il lui a demandé s'il était d'accord.
Non seulement les comités n'avaient pas de droit de regard, sous le premier ministre libéral actuel, mais, en plus, ce dernier envoyait une seule candidature au chef de l'opposition.
Ce que veut faire le député d'Hamilton-Centre, c'est faire en sorte qu'il y ait un comité — présidé par vous-même, monsieur le Président, n'est-ce pas incroyable? — qui choisirait des candidatures. Premièrement, l'idée de mon collègue le député d'Hamilton-Centre ne pourra pas être achevée avant la fin des travaux parlementaires. Il ne nous reste que quelques semaines, et je crois avoir compris qu'un député du NPD va proposer un amendement à la motion dans les minutes qui vont suivre. On verra alors ce qui arrivera.
Personnellement, je dirais qu'il faut aller encore plus loin que la motion présentée par le député d'Hamilton-Centre. Je vais en parler à mes collègues lorsque nous allons former le gouvernement, en octobre prochain.
Pourquoi ne redonnerions-nous pas non seulement le pouvoir aux comités parlementaires d'envoyer des candidatures au premier ministre pour qu'il choisisse, mais également — soyons encore plus audacieux — le pouvoir de nomination des agents parlementaires? Je tiens à dire que je parle ici en mon nom. J'ai entamé cette réflexion personnelle il y a un an et demi, à la suite de ce qui s'est passé avec Mme Meilleur et le commissaire actuel.
Cela fait deux ans que je siège au Comité permanent des langues officielles, et je pense humblement que j'ai acquis une certaine connaissance des questions touchant les langues officielles. Je connais les acteurs présents sur place et je commence à avoir une bonne idée de qui sont les experts, de qui sont les personnes intéressées et de qui pourraient être de bons commissaires. Je me demande pourquoi nous n'irions pas encore plus loin que ce que mon collègue d'Hamilton-Centre dit et peut-être même donner le vrai pouvoir aux comités.
Imaginons la légitimité que cela donnerait si, un jour, les comités parlementaires pouvaient choisir les agents du Parlement. Cette nomination devrait quand même être confirmée par les deux Chambres, comme c'est toujours le cas.
Plusieurs réflexions doivent avoir lieu. Chose certaine, nous sommes trop près de la fin de l'actuelle session parlementaire pour que le projet du député d'Hamilton-Centre soit réalisable. C'est encore moins possible que ce soit réalisable sous le gouvernement libéral actuel, qui a fait une multitude de promesses pour plaire à la gauche canadienne, dont des promesses d'émancipation démocratique. Ces promesses ont toutes été rompues.
Je souhaite une bonne continuation au très cher député d'Hamilton-Centre.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-04-01 14:39 [p.26557]
Mr. Speaker, last week, confidential information about an individual's candidacy to the Supreme Court was reported by the media.
Let's be clear. The fundamental purpose of that media leak was to have Canadians believe that the relationship between the Prime Minister and his former attorney general began to fray some time ago.
There is every reason to believe that the source of the leak is the Prime Minister in an effort to launch a smear campaign, but in doing so he wilfully tarnished the reputation of Manitoba Justice Glenn Joyal.
Will the Minister of Justice launch an official investigation into this breach of confidentiality?
Monsieur le Président, la semaine dernière, des informations confidentielles relatives à la nomination d’un individu à la Cour suprême ont été rapportées par les médias.
Ne soyons pas dupes: l'objectif fondamental de cette fuite médiatique est de faire croire aux Canadiens que la relation conflictuelle entre le premier ministre et son ancienne procureure générale ne date pas d’hier.
Tout porte à croire que cette fuite médiatique provient du premier ministre pour une campagne de « salissage », mais en faisant cela, il salit sciemment la réputation du juge manitobain Glenn Joyal.
Le ministre de la Justice va-t-il enquêter officiellement sur cette violation de confidentialité?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-22 11:58 [p.13425]
Mr. Speaker, the committee overseeing the appointment process for the next official languages commissioner is currently evaluating the applications received. At this point, the official opposition has not yet been consulted. The Fédération des communautés francophones et acadiennes has stated that it is concerned and will wait to see what happens.
Will the next commissioner be non-partisan, or will he or she be a Liberal Party donor? How many people have applied? When is the deadline for the evaluation process? Can the government enlighten us on the process that is under way?
Monsieur le Président, le comité qui encadre le processus de nomination du commissaire aux langues officielles est à l'étape d'évaluer les candidatures reçues. L'opposition officielle, à ce stade-ci, n'a pas été encore consultée. La Fédération des communautés francophones et acadiennes se dit, et je cite, pas rassurée et en attente.
Le prochain commissaire sera-t-il non partisan, ou aura-t-il contribué aux coffres du Parti libéral? Combien de candidatures y a-t-il? Quelle est la date butoir pour l'évaluation des candidatures? Le gouvernement peut-il nous éclairer sur le processus en cours?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-02-07 11:32 [p.8555]
Mr. Speaker, I appreciate having the opportunity to speak this morning. I will be sharing my time with the member for Richmond Centre.
Like the members who have already spoken today, I want to talk about Bill C-36, which is meant to strengthen Statistics Canada's independence. Together, we will look at whether this bill can achieve that official objective because it might also have unofficial objectives.
I think it would be useful to explain to our constituents, including the wonderful people of Beauport—Limoilou, that Statistics Canada was created in 1971 because the federal government has a duty to collect and compile statistics on Canada and its people. Its duty is right there in the law that sets out the federal government's responsibilities. Statistics are therefore under federal jurisdiction. Even provincial statistics are within the agency's purview.
Statistics Canada has been serving Canadians for 40 years. It has produced many studies that I am sure have formed the basis for many of Canada's public policies. Those studies have led to positive outcomes for all Canadians.
In our Liberal democracy, data are extremely important. I used data when I was studying political science, and I use them now in my day-to-day work.
Statistics Canada seeks to produce statistics on the country's populations, resources, economy, society, and culture. Statistics Canada is currently conducting over 300 studies, which will provide us with objective information that will help us make informed decisions while ensuring that the source of that information, the everyday lives of our fellow Canadians, is kept confidential.
I use these data in my capacity as an MP and so do my employees. The data are also used by businesses, universities, and scientists. They are used by the parties to determine their political platforms so that, when a party wins the election and takes office, it can develop informed public policies.
What does Bill C-36 do exactly? After reading the bill, my understanding is that it makes changes to four key areas.
First, the chief statistician would be appointed for a fixed term of five years, renewable for good behaviour and removable only for cause by the Governor in Council. That seems commendable. Although it is not the bill's intention, the chief statistician would nonetheless be authorized to choose where the statistical data would be stored. We think that could be problematic since the government gave the new Canadian statistics advisory council its name and so it obviously expects that council to advise the chief statistician.
Second, the bill provides for the creation of a new Canadian statistics advisory council made up of 10 members. It would replace the National Statistics Council, which currently has 13 members. I will come back to this later since it seems that this change will negatively impact provincial and territorial representation.
Third, under the bill, the consent of Canadians will no longer be required to transfer their census information to Library and Archives Canada.
Fourth, the bill will remove the penalty of imprisonment for Canadians who fail to fill out the census forms, a change that we strongly support.
I would like to say that one of our Conservative colleagues in the previous Parliament, Mr. Preston, had brought forward a bill to repeal the penalty of imprisonment for all surveys. Unfortunately, the bill did not receive royal assent before the writ was dropped.
Obviously, we support this aspect of the bill given that we wanted to make this change.
I will now speak to our position on this bill. We want to debate it in the House and vote to send it to committee for more in-depth study in order to make some amendments. In particular, we find that it is very important to amend the provisions of the bill that would change the National Statistics Council to the Canadians Statistics Advisory Council, a body with 10 members instead of 13.
We believe that this new advisory council would give the Liberals another opportunity to appoint their cronies. We have another concern. Since the council will provide advice about relevance, the surveys could be biased towards the Liberals and even friends of the council.
We find it hard to understand why the government must establish a new council rather than just revising the mandate of the current National Statistics Council, which currently has 13 members representing the 10 provinces and three territories.
Much like we did during the debate on the selection of the next Supreme Court of Canada justice, we voiced our grave concerns regarding the importance of ensuring strong representation from all regions of Canada on the Supreme Court.
Because the council is going to have only 10 members instead of 13, we find ourselves debating the issue through the lens of defending the federation. Obviously, the representation of three jurisdictions in Canada will have to be cut from the council. Does this mean that three of the 10 provinces will no longer be represented on the new council, or have the Liberals decided that the three Canadian territories, that is, Nunavut, Yukon, and the Northwest Territories, will no longer be represented? In either case, whether representation on the council is taken away from three provinces or the three territories, we think it is appalling.
As I said earlier, the mission of Canada's statistics agency is to provide information to Canadians, particularly for the development of sound public policies with objectives based on reliable hard facts. At present, the council that is supposed to support the work of the chief statistician so that he can effectively run the agency will not have the support of people who understand the realities of the provinces and territories.
Furthermore, the bill does nothing to address the concerns raised by Mr. Smith, the former chief statistician. He resigned last summer after voicing his concerns, which are being ignored. When he appeared before the Standing Committee on Government Operations and Estimates on November 16, 2016, Mr. Smith shared his three main concerns with us. This first was this:
...Shared Services Canada represented a major and unacceptable intrusion on the independence of Statistics Canada.
His second concern was as follows:
...the arrangement with Shared Services Canada imposed on Statistics Canada was inconsistent with the confidentiality guarantees given by the Statistics Act to persons and organizations providing information to Statistics Canada for statistical purposes.
His third concern was:
...dependence on Shared Services Canada was hobbling Statistics Canada in its day-to-day operations, reducing effectiveness, increasing costs, and creating unacceptable levels of risk to the delivery of Statistics Canada's programs.
The former chief statistician says he was not satisfied with the government's response to his concerns. I get the impression that this new bill does not fare much better.
For all these reasons, we hope that during review in committee, the government will accept our key amendments.
Monsieur le Président, je suis heureux qu'on me donne la parole ce matin. J'aimerais d'abord indiquer que je compte partager mon temps de parole avec la députée de Richmond-Centre.
Aujourd'hui, tout comme les députés qui m'ont précédé, je désire parler du projet de loi C-36, qui vise à accroître l'indépendance de Statistique Canada. Nous allons examiner ensemble si ce projet de loi va effectivement remplir cet objectif officiel, puisqu'il risque également d'y avoir des objectifs officieux.
Il serait d'abord quand même intéressant d'expliquer à nos concitoyens, surtout aux résidants de ma circonscription de Beauport—Limoilou que j'adore, que Statistique Canada fut créé en 1971 pour la simple raison que le gouvernement fédéral a comme mandat de faire la collecte et la compilation de statistiques sur le Canada et ses habitants. Cela provient carrément de la loi qui établit les mandats du fédéral. De ce fait, les statistiques sont de compétence fédérale. En effet, même celles qui concernent les provinces sont prises en charge par cet organisme.
Statistique Canada est donc au service des Canadiens depuis 40 ans, et l'organisme a produit de nombreuses enquêtes, qui sont à la base, j'oserais dire, de plusieurs des politiques publiques canadiennes actuelles, et qui donnent des résultats positifs pour tous les Canadiens.
Dans notre démocratie libérale, les données sont extrêmement importantes. En tant qu'étudiant en science politique, j'en ai fait usage et j'en fais usage aujourd'hui dans mon travail de tous les jours.
Dans le cadre de son travail, Statistique Canada veut produire des statistiques sur les populations, les ressources du pays, l'économie, notre société et notre culture. Plus de 300 enquêtes sont actuellement actives à Statistique Canada, lesquelles nous permettent d'avoir de l'information objective et de mettre en place des décisions éclairées, tout en gardant l'aspect confidentiel de la provenance de cette information, c'est-à-dire de la vie de tous les jours de nos concitoyens canadiens.
Les données sont utilisées par moi-même, en tant que député et par mes employés, mais également par les entreprises, les universités, les scientifiques et dans les plateformes politiques des partis, afin d'être à même d'élaborer des politiques publiques éclairées, lorsqu'ils remportent les élections et forment le gouvernement.
Que fait le projet de loi C-36 en tant que tel? À la suite de ma lecture du projet de loi, je comprends qu'il mettra en avant quatre éléments prioritaires.
D'abord, le statisticien en chef sera nommé pour un mandat fixe renouvelable de cinq ans, à titre inamovible, sous réserve de révocation motivée par le gouverneur en conseil. Cela semble tout à fait louable. Bien que ce ne soit pas l'intention du projet de loi, le statisticien en chef pourrait néanmoins être autorisé à choisir l'endroit où toutes les statistiques seront conservées. Nous pensons que cela pourrait peut-être poser problème, étant donné que dans sa nouvelle présentation de Conseil consultatif canadien de la statistique, c'est le gouvernement qui choisira le nom de ce conseil qui donne, de toute évidence, des conseils au statisticien en chef.
La deuxième priorité qui découle de ce projet de loi est de prévoir que la constitution d'un nouveau conseil consultatif canadien de la statistique sera formé de dix membres et va remplacer le Conseil consultatif canadien de la statistique, tel qu'il est présentement, soit composé de 13 membres. Je reviendrai sur cet élément, puisqu'il nous semble qu'une modification se fera ici au détriment de la représentativité des membres de la fédération.
En troisième lieu, le projet de loi va annuler l'obligation d'obtenir le consentement des répondants pour transférer leurs données de recensement à Bibliothèque et Archives Canada.
Enfin, le quatrième aspect de ce projet de loi, que nous appuyons vraiment d'emblée, c'est qu'il va supprimer la peine d'emprisonnement prévue à l'égard des répondants, en cas d'infraction.
À cet égard, j'aimerais spécifier justement qu'un de nos collègues conservateurs de la législature précédente, M. Preston, avait mis en avant un projet de loi qui tentait d'abroger la peine d'emprisonnement pour toutes les enquêtes. Malheureusement, ce projet de loi n'a pas reçu de sanction royale avant l'émission du bref d'élection.
Alors, de toute évidence, nous appuyons cet aspect du projet de loi, puisque nous voulions nous-mêmes emprunter cette voie.
Je parlerai maintenant de notre position par rapport à ce projet de loi. Nous voulons le débattre à la Chambre et voter en sa faveur afin qu'il soit renvoyé au comité pour y être étudié plus en profondeur et pour que nous puissions y apporter quelques modifications. Notamment, nous estimons primordial d'amender l'aspect du projet de loi qui vise à faire du Conseil national de la statistique un conseil consultatif canadien de la statistique qui compterait 10 membres plutôt que 13.
Selon nous, sous sa nouvelle apparence, ce conseil consultatif représenterait pour les libéraux une autre occasion d'accorder des nominations à des amis proches du pouvoir et du Parti libéral du Canada. Nous avons également une autre préoccupation: puisque le conseil donnera des avis en matière de pertinence, les enquêtes pourraient être déformées en faveur des libéraux, voire en faveur des amis du conseil.
Nous comprenons mal pourquoi le gouvernement doit établir un nouveau conseil plutôt que de simplement réviser le mandat du Conseil national de la statistique actuel. Celui-ci compte présentement 13 membres représentant les 10 provinces et les trois territoires.
Tout comme nous l'avons fait lors du débat sur la sélection du futur juge de la Cour suprême du Canada, nous avons fait état de nos préoccupations importantes quant à la priorité devant être accordée à la représentation de toutes les régions du Canada à la Cour suprême.
Le fait que le conseil comptera 10 membres plutôt que 13 nous amène à débattre la question sous une optique de défense de la fédération. De toute évidence, il faudra couper la représentation de trois entités juridictionnelles du Canada au sein de ce conseil. Cela signifie-t-il que trois des 10 provinces ne seront plus représentées au sein du nouveau conseil, ou décidera-t-on plutôt que les trois territoires canadiens, c'est-à-dire le Nunavut, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest, n'y seront plus représentés? Dans les deux cas, qu'il s'agisse d'enlever la représentation de trois provinces ou des trois territoires au sein de ce conseil, nous pensons que ce serait déplorable.
Comme je l'ai dit précédemment, la mission de l'agence canadienne de la statistique consiste à fournir des informations à tous les Canadiens, notamment afin d'élaborer des politiques publiques saines et ayant des objectifs qui reposent sur des données fiables et véritables. Actuellement, le conseil qui vise à appuyer le travail du statisticien en chef afin que celui-ci puisse bien diriger l'agence n'aura pas l'appui de gens qui connaissent les réalités de provinces ou de territoires.
Par ailleurs, le projet de loi ne répond pas aux préoccupations émises par M. Smith, l'ancien statisticien en chef. Celui-ci a démissionné l'été dernier après avoir émis ses préoccupations, lesquelles n'ont pas été considérées. Lors de sa comparution au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, le 16 novembre dernier, M. Smith nous a fait part de ses trois préoccupations. Sa première était la suivante:
[...] Services partagés Canada empiétait de façon importante et inadmissible sur l'indépendance de Statistique Canada.
Sa deuxième préoccupation était la suivante:
[...] l'arrangement avec Services partagés Canada qui a été imposé à Statistique Canada allait à l'encontre des garanties de confidentialité conférées par la Loi sur la statistique aux personnes et aux organisations qui fournissent des renseignements à Statistique Canada à des fins statistiques.
Enfin, voici sa troisième préoccupation:
[...] la dépendance de Statistique Canada à l'égard de Services partagés Canada entravait ses opérations quotidiennes, réduisait son efficacité, accroissait les coûts et créait des niveaux de risques inadmissibles pour la prestation des programmes de Statistique Canada.
L'ancien statisticien en chef dit qu'il n'était pas satisfait de la réponse du gouvernement à ses préoccupations. Pour ma part, j'ai l'impression que le nouveau projet de loi n'y répond toujours pas.
Pour toutes ces raisons, nous espérons que, lors de l'étude en comité, le gouvernement acceptera nos principaux amendements.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:26 [p.4971]
Mr. Speaker, I, too, believe that I am the voice of the people of Atlantic Canada, where I lived between the ages of two and 11. Acadia is still very much a part of me, and that is why I absolutely had to speak about it today.
Right in the middle of summer, the Prime Minister arrogantly and unabashedly announced that he intended to change the historic process for appointing Supreme Court justices that has been in place since 1875.
More than any other, this government announcement has has made me dislike the political party that currently governs our great country. Yes, like many Canadians, I am outraged by such actions and attitudes that show the true arrogance of this government.
I am saddened by this unsettling desire, so brazenly expressed by the Prime Minister, to radically alter our constitutional customs, the very customs that have informed government policy for so long in Canada.
If this Liberal government decides to change the constitutional convention for choosing Supreme Court justices without first obtaining the consent of all parliamentarians in the House, it will be going too far. Therefore, and I am choosing my words carefully, this government's actions in the past few months make me fear the worst for the federal unity of this great country.
The Prime Minister is not just interfering in provincial jurisdictions whenever he feels like it, but also interfering in his own areas of jurisdiction by planning to make sweeping changes without even consulting the opposition parties or the public. This is nothing short of anti-democratic. There are other examples of this.
First, the Prime Minister plans to change Canada's nearly 150-year-old voting system without holding a referendum to do so. It is no secret that he and his acolytes are doing this for partisan reasons and to protect their political interests as well.
Then, this same Prime Minister shamelessly suggested just this morning that he wanted to put an end to a 141-year-old constitutional convention. I am talking about the constitutional convention whereby a Prime Minister selects and appoints a judge to the Supreme Court when a seat becomes vacant while ensuring that the new appointee comes from a region similar to that of the person who occupied the vacant seat.
The purpose of this constitutional convention is to guarantee that the decisions rendered by the highest court in the country reflect the regional differences in our federation. Must I remind the political party before me that Canada has five distinct regions and that those regions are legally recognized?
The fact is that Jean Chrétien's Liberal government passed a law that provides for and gives each of the regions of Canada a quasi-constitutional right of veto. Accordingly, the Atlantic provinces, and their region as a whole, do have a say when it comes to the Constitution Act of 1982.
What is more, the British North America Act guarantees the Atlantic provinces fair and effective representation in the House of Commons. For example, New Brunswick is guaranteed 10 seats. The same is true in the Senate, where it is guaranteed just as many seats. Under the same convention, each of the Atlantic provinces holds at least one seat on the Council of Ministers.
How can our friends opposite justify threatening, out of the blue, to reduce to nil the Atlantic provinces' presence in the highest court of the country? If the government moves forward with this new approach, will it do the same to Quebec, the national stronghold of French Canadians? That does not make any sense.
I invite the government to think about this: can the Supreme Court of Canada really render fair and informed decisions on cases affecting the Atlantic provinces without any representation from that region?
Justice for Atlantic Canadians means treating them as equals. It seems the Liberals could not care less about the regions even though every one of them includes distinct communities that want Supreme Court decisions to reflect their values, goals and ideas about the world.
For the Prime Minister to suggest, if only in passing, we defy the convention whereby one seat on the Supreme Court of Canada's bench is reserved for Atlantic Canada is offensive to many legal experts and associations, including Janet Fuhrer, a past president of the Canadian Bar Association, and Ann Whiteway Brown, president of the New Brunswick branch of the Canadian Bar Association.
Echoing this sentiment are the Law Society of New Brunswick, the Atlantic Provinces Trial Lawyers Association, and the Société nationale de l'Acadie, which advocates on behalf of Acadians worldwide.
Disregarding this constitutional convention is tantamount to stripping four out of ten provinces of their voice in the highest court in the land.
Must I also remind members that the Atlantic provinces have a large pool of extremely qualified legal professionals who come from every region and background and who are perfectly bilingual? More importantly, these are candidates who have a vast knowledge of the Atlantic provinces' legal systems and issues. Is there anyone in this House, or elsewhere, who would dispute that?
Even more importantly, there are a few significant constitutional cases on the horizon that could have major repercussions on the Atlantic provinces. Consider, for example, the case referred to the Nova Scotia Court of Appeal regarding the elimination of protected Acadian ridings. Hearings on this are currently under way.
Is the Prime Minister really thinking about having judges from other regions rule on a case that deals with how Acadians are represented, when Acadians have been fighting for their survival on this continent for generations?
Is that really what our friends across the aisle want? Do the Liberals from Atlantic Canada really want to muzzle New Brunswick and Nova Scotia, two founding provinces of this great country?
The change that the Prime Minister wants to make to how judges are lawfully appointed to the Supreme Court is essentially a total and complete reversal of this country's established constitutional practices. How shameful and how arrogant.
It would seem the son is following in his father's footsteps. Do hon. members not see what is happening? Just like his father before him, the Prime Minister wants to alter the constitutional order of our country.
Fear not, however, because we in the Conservative Party are not buying it. We not only see what this Prime Minister is doing, but we also see know full well that behind this change in convention is a much greater ideological design.
There is an underlying desire to profoundly change Canadian constitutional arrangements and replace them with a post-materialist world view that is a departure from our constitutional traditions.
In this world view, the main objective is to eliminate from our government institutions, in this case the Supreme Court, the historical and traditional community characteristics that have defined Canada since day one by replacing them with individual and associational characteristics.
In other words, the Prime Minister obviously wants to eliminate the political predominance of certain constituencies in the Canadian constitutional order, at the Supreme Court in particular. He wants to promote a new political predominance, that of associational groups that bring together individuals who share individual rights rather than constituent rights.
Although that may be commendable in some ways, it is a major change because the Prime Minister is ensuring that the very essence of political representativeness and the concept of diversity within the judiciary is changed. The Prime Minister wants a representativeness based on a concept of individual diversity and fragmented by idiosyncratic characteristics.
In light of this potential change, Canadians across the country, including those from Atlantic Canada, must protest and call on the Prime Minister to answer for this. The Prime Minister cannot act unilaterally in this case and must involve all the players concerned.
Monsieur le Président, moi aussi, j'ai bien la certitude d'être la voix des gens de l'Atlantique, où j'ai grandi de l'âge de 2 ans à 11 ans. L'Acadie résonne encore en moi, et c'est pourquoi je tenais absolument à en parler aujourd'hui.
Au beau milieu de l'été, le premier ministre a annoncé, de manière arrogante et sans vergogne, qu'il avait l'intention de changer la procédure historique par laquelle sont choisis les juges de la Cour suprême depuis 1875.
Plus que toute autre, cette annonce faite par ce gouvernement engendre chez moi une aversion définitive à l'égard de la formation politique qui gouverne actuellement notre grand pays. Oui, comme de nombreux Canadiens, je suis outré par de telles actions et attitudes qui témoignent d'une arrogance authentique, celle de ce gouvernement.
Je suis attristé par cette volonté déconcertante, exprimée sans timidité, faut-il le dire, par le premier ministre, qui vise à engendrer un changement significatif à nos moeurs constitutionnelles, celles qui, après tout, guident nos actions gouvernementales depuis si longtemps ici, au Canada.
Si ce gouvernement libéral décide de changer la convention constitutionnelle relative à la sélection des juges de la Cour suprême sans d'abord avoir eu l'assentiment de l'ensemble des parlementaires de la Chambre, il va bien trop loin. Suivant ce raisonnement, et je pèse bien mes mots, les actions posées par ce gouvernement dans les derniers mois me font craindre le pire pour l'unité fédérale de ce grand pays.
En effet, le premier ministre s'adonne non seulement à de l'ingérence dans les compétences provinciales quand bon lui semble, mais de plus, dans ses propres compétences, il prévoit y conduire des changements d'envergure sans toutefois consulter les partis de l'opposition ni même la population. Cela n'est ni plus ni moins qu'antidémocratique. D'ailleurs, quelques exemples en témoignent d'ores et déjà.
D'abord, le premier ministre entend changer notre mode de scrutin canadien, vieux de presque 150 ans, sans faire de référendum. C'est un secret de Polichinelle: lui et ses acolytes le font pour des raisons partisanes et pour assurer leur intérêt politique de surcroît.
Ensuite, ce même premier ministre a laissé entendre jusqu'à ce matin, sans honte, qu'il voulait mettre fin à une convention constitutionnelle vieille de 141 années. Je parle ici de la convention constitutionnelle qui veut qu'un premier ministre choisisse et nomme un juge à la Cour suprême, lorsqu'un siège est libéré, tout en s'assurant que la nouvelle nomination est issue d'une région semblable à celle de la personne qui occupait le siège laissé vacant.
Cette convention constitutionnelle a comme objectif de garantir que les décisions rendues par la plus haute institution judiciaire du pays reflètent les particularités régionales qui composent notre fédération. Dois-je rappeler à ce parti politique qui est devant moi que nous avons, au Canada, cinq régions distinctes et que ces mêmes régions ont une reconnaissance légale de fait?
Notons à ce sujet que le gouvernement libéral de l'honorable Jean Chrétien a adopté une loi qui prévoit et alloue un droit de veto quasi-constitutionnel à chacune des régions du Canada. Ainsi, on accorde aux provinces de l'Atlantique et à leur région dans son ensemble un droit de regard en ce qui concerne la Loi constitutionnelle de 1982.
De plus, nonobstant cet état de fait, notons que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique garantit aux provinces de l'Atlantique une représentation efficace et équitable à la Chambre des communes. Par exemple, 10 sièges sont garantis au Nouveau-Brunswick, et il en va de même au Sénat, où autant de sièges lui sont garantis. La même convention veut que chacune des provinces de l'Atlantique reçoive au moins un siège au Conseil des ministres.
Alors, comment nos amis d'en face peuvent-ils justifier que, du jour au lendemain, on ait menacé de réduire à néant la présence des provinces de l'Atlantique au plus haut tribunal du pays? Si cette nouvelle façon de faire voit le jour, sera-t-elle répétée dans le cas du Québec également, le bastion national des Canadiens français de ce grand pays? Cela n'a aucun sens.
J'invite ce gouvernement à songer à la chose suivante: la Cour suprême du Canada peut-elle vraiment rendre des jugements justes et éclairés sur des causes qui concernent les provinces de l'Atlantique en l'absence de toute représentation de cette région?
Traiter les Canadiens de l'Atlantique avec justice, c'est les mettre sur un pied d'égalité. Toutefois, peut-être les libéraux veulent-ils tout simplement faire fi de nos régions canadiennes. Pourtant, chacune d'entre elles détient en son sein des communautés constitutives bien distinctes dont chacune espère voir ses valeurs, ses aspirations et ses visions du monde reflétées dans des décisions rendues par la Cour suprême.
Laisser entendre, comme le premier ministre l'a fait, ne serait-ce que quelques secondes, qu'on ne veut pas respecter la convention qui veut qu'on réserve pour la région de l'Atlantique un siège à la Cour suprême du Canada est très grave aux yeux de plusieurs juristes et associations. C'est le cas notamment de Janet Fuhrer, qui fut présidente de l'Association du Barreau canadien, et d'Ann Whiteway Brown, présidente de la division du Nouveau-Brunswick de l'Association du Barreau canadien.
C'est le cas également pour le Barreau du Nouveau Brunswick, pour l'Association des avocats plaideurs de l'Atlantique et pour la Société nationale de l'Acadie, présente dans le monde entier à la défense des Acadiens.
Songer à ne pas respecter cette convention constitutionnelle, c'est songer à priver quatre provinces sur dix de toute voix au chapitre au sein de la plus haute institution judiciaire du pays.
Doit-on aussi rappeler que les provinces de l'Atlantique possèdent un grand bassin de juristes candidats des plus qualifiés, originaires de toutes les communautés de la région et, qui plus est, parfaitement bilingues. Surtout, il s'agit de candidats qui possèdent une connaissance approfondie des systèmes judiciaires et des enjeux de l'Atlantique. Y a-t-il quelqu'un à la Chambre ou ailleurs pour dire le contraire?
Plus important encore, d'importantes causes à caractère constitutionnel ou qui auront des retentissements majeurs dans les provinces de l'Atlantique sont à l'horizon au moment même où on se parle. À titre d'exemple, mentionnons le renvoi de la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse dans la cause portant sur l'abolition des circonscriptions électorales acadiennes. Les audiences sont en cours en ce moment même.
Le premier ministre a-t-il vraiment songé à faire en sorte que des juges d'autres régions déterminent l'issue d'une cause qui porte sur la représentativité des Acadiens, ce peuple qui se bat depuis des générations pour survivre sur ce continent?
Est-ce bien cela que veulent nos amis d'en face, les libéraux des provinces atlantiques, faire taire le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, deux provinces fondatrices de ce grand pays?
Le changement que veut apporter le premier ministre à la façon dont il lui est loisible de choisir les juges de la Cour suprême n'est ni plus ni moins qu'un renversement radical des coutumes constitutionnelles du pays. Quelle honte et quelle arrogance!
De toute évidence, le fils suit les traces de son père. Ne voit-on pas ce qui se passe? Tout comme son aïeul, le premier ministre veut aujourd'hui altérer l'ordre constitutionnel de notre pays.
Cependant, que l'on soit sans crainte, car au Parti conservateur du Canada, nous ne sommes pas dupes. Non seulement nous voyons ce à quoi s'adonne ce premier ministre, mais nous savons aussi très bien que derrière cette modification conventionnelle loge un dessein idéologique bien plus grand.
En effet, il y a une volonté sous-jacente qui vise à changer de manière profonde les arrangements constitutionnels canadiens afin de les remplacer par une vision post-matérialiste du monde qui fait route à part avec nos traditions constitutionnelles.
Dans cette vision du monde, l'objectif principal consiste à effacer de nos institutions gouvernementales, en l'occurrence la Cour suprême, les particularités communautaires historiques et traditionnelles dont est composé le Canada depuis sa naissance, et, pour ce faire, à les remplacer par des particularités individuelles et associationnelles.
En d'autres mots, il est évident que le premier ministre veut mettre fin à la prédominance politique des communautés constitutives dans l'ordre constitutionnel canadien, tout particulièrement à la Cour suprême. Il veut ainsi favoriser une nouvelle prédominance politique, celle des groupes associationnels qui regroupent des individus partageant des droits individuels plutôt que des droits constitutifs.
Bien que cela puisse être louable à certains égards, bien entendu, il s'agit d'un changement profond, car ce faisant, le premier ministre fait en sorte que l'essence même de la représentativité politique et du concept de diversité au sein du pouvoir judiciaire soit modifiée. Le premier ministre veut donc voir une représentativité basée sur un concept de diversité individuelle et atomisée basée sur des particularités idiosyncratiques.
Devant un tel changement potentiel, les Canadiens de tout le pays, incluant ceux de l'Atlantique, doivent protester et amener le premier ministre à répondre de ses intentions. Le premier ministre ne peut agir de manière unilatérale dans ce dossier et se doit de faire appel à tous les acteurs concernés.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:36 [p.4973]
Mr. Speaker, I would like to say to my dear colleague from Louis-Hébert that it is all well and good that the committee will consider regional representation, but that it should not be a consideration. It should be a given for the government, which would do well to accept it and choose a judge from Atlantic Canada.
As for the new consultative groups, I believe that they are puppets whose role is to hide the true interests of the Prime Minister.
Monsieur le Président, j'aimerais répondre à mon cher collègue de Louis-Hébert que c'est très bien que le comité prenne en considération les représentativités régionales, mais que cela ne devrait pas être une considération. En effet, cela devrait être un état de fait. Le gouvernement devrait l'assumer et choisir un juge de l'Atlantique.
Pour ce qui est des nouveaux groupes consultatifs, selon moi, ce sont des groupes de polichinelles qui sont là pour cacher les vrais intérêts du premier ministre.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:39 [p.4973]
Mr. Speaker, I agree with everything my colleague said. The important thing to remember is that, in a letter published in a newspaper, the Prime Minister announced his intention to change the process for selecting Supreme Court justices in Canada. That is what we need to remember.
Just this morning, the member for Louis-Hébert mentioned that his colleagues were going to support the motion, but they announced it this morning. This is not just about supporting a motion. It is about appointing a judge from Atlantic Canada to fill the next vacancy in the Supreme Court of Canada.
Monsieur le Président, je ne peux qu'être d'accord avec mon collègue sur tout ce qu'il a dit. L'essentiel est de prendre conscience que le premier ministre, dans une lettre publiée dans un journal, a annoncé son intention délibérée de changer le processus de sélection des juges à la Cour suprême du Canada. C'est cela qu'il faut se rappeler.
Ce matin même, le député de Louis-Hébert a mentionné que ses collègues allaient appuyer la motion, mais ils l'ont annoncé ce matin. Il ne s'agit pas seulement d'appuyer une motion, mais de nommer un juge de l'Atlantique pour combler le prochain poste vacant à la Cour suprême du Canada.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:40 [p.4973]
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for her question.
I completely agree with her, particularly since, if we want to be completely loyal to our colleagues from Atlantic Canada, we need to recognize that, since 1867, the Atlantic region has been short-changed within the Canadian federation. It has been short-changed in terms of public contracts and wealth creation. The government therefore needs to recognize constitutional conventions, not just in institutions such as the House of Commons and the executive branch, but also in the Supreme Court. These constitutional conventions are extremely important even if it is only to leave a little bit of room for the Atlantic provinces, which are at a numerical disadvantage.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier ma collègue de sa question.
Je suis tout à fait d'accord avec elle, d'autant plus que, si on veut être tout à fait loyal envers nos collègues de l'Atlantique, il faut reconnaître que depuis 1867 la région de l'Atlantique est une grande perdante dans la fédération canadienne. Elle est perdante sur le plan des contrats publics et de la création de la richesse. Il faut donc une reconnaissance de conventions constitutionnelles, non seulement dans nos institutions comme la Chambre des communes et le pouvoir exécutif, mais également à la Cour suprême. Ces conventions constitutionnelles sont extrêmement importantes, ne serait-ce que pour laisser un tant soit peu de place aux provinces de l'Atlantique, qui sont minoritaires en ce qui a trait au nombre.
Results: 1 - 8 of 8