Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-06-12 18:20 [p.29026]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House. As usual, I want to say hello to all the residents of Beauport—Limoilou who are watching right now. I had the honour of meeting thousands of them last weekend at the Grand bazar du Vieux-Limoilou, where I had a booth, as the local member of Parliament. It was a fantastic outdoor party, and the weather co-operated beautifully.
Before I discuss the motion, I just want the people of Beauport—Limoilou to know that we will have plenty of opportunities to meet this summer at all the events and festivals being held in Beauport and Limoilou. As usual, I will be holding my annual summer party in August, where thousands of people come to meet me. We often eat hot dogs, chips and popcorn from Île d'Orléans together. It is a chance for me to get to know my constituents, talk about the issues affecting the riding, and share information about the services that my office can provide to Canadians dealing with the federal government.
I also want to say that this may be the last speech I give in the House during the 42nd Parliament. It was a huge honour to be here, and I hope to again have that honour after election day, October 21.
I plan to run in the upcoming election and I hope to represent my constituents for a long time to come. I am extremely proud of the work I have done over the past four years, including the work I did in my riding, on my portfolio, Canada's official languages, and during debates.
I am asking my constituents to do me a favour and put their trust in me for another four years. I will be here every day to serve them.
Today we are debating Motion No. 227, a Liberal motion to conduct a study in committee. It is commendable to do a study at the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities. This is a very important House of Commons committee. A Liberal Party MP is proposing to conduct a study on labour shortages in the skilled trades in Canada.
As soon as I saw that I wanted to say a few words about this motion. Whether it be in Quebec City, Regina, Nanaimo, or elsewhere in Canada, there is a crisis right now. The labour shortage will affect us quite quickly.
We have heard that, a few years from now, the greater Quebec City area will need an additional 150,000 workers. This remarkable shortage will be the result of baby boomers retiring. Baby boomers, including my parents, will enjoy a well-deserved retirement. This is a very important issue, and we must address it.
I would like to remind the House that, in January, February and March, I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour about the serious labour shortage problem in Canada. Each time, she made a mockery of my question by saying that the Liberals had created 600,000 new jobs. Today, they say one million.
I am glad that this motion was moved, but it is more or less an exercise in virtue signalling. Actually, it is more of an exercise in public communications, although I am not questioning my colleague's sincere wish to look into the issue. In six or seven days, the 42nd Parliament will be dissolved. Well, the House will adjourn. Parliament will be dissolved in a few months, before the election.
My colleague's committee will not be able to study the motion. My colleagues and I on the Standing Committee on Official Languages are finishing our study of the modernization of the Official Languages Act. We decided that we would finalize our recommendations tomorrow at noon, to ensure that we are able to table the report from the Standing Committee on Official Languages in the House.
In essence, this is a public communications exercise, since the committee will not be able to study the issue. However, I think it would be good to talk about the labour shortages in the skilled trades with the Canadians who are watching us. What are skilled trades? We are talking about hairdressers, landscapers, cabinetmakers, electricians, machinists, mechanics, and crane or other equipment operators. Skilled trades also include painters, plumbers, welders and technicians.
I will explain why the labour shortage in the skilled trades is worrisome. When people take a good look around they soon realize that these trades are very important. Skilled tradespeople build everything around us, such as highways, overpasses, waterworks, subways, transportation systems like the future Quebec streetcar line that we have talked about a lot lately, the railroads that cross the country, skyscrapers in major cities like Montreal, Toronto and Vancouver, factories in rural areas, tractors, equipment and the canals of the St. Lawrence Seaway, which were built in the 1950s.
China, India and the United States are making huge investments in infrastructure. For example, in recent years, the U.S. government did not flinch at investing $5 billion to improve the infrastructure of the Port of New York and New Jersey, which was built by men and women in the trades. In Quebec, we are still waiting for the Liberals to approve a small $60-million envelope for the Beauport 2020 project, now called the Laurentia project, which will ensure the shipping competitiveness of the St. Lawrence for years to come.
There has been a lack of infrastructure investment in Canada. The Liberals like to say that their infrastructure Canada plan is historic, but only $14 billion of the $190 billion announced have actually been allocated. That is not all. Even if the Liberals were releasing the funds and making massive investments to surpass other G20 and G7 countries, the world's largest economies, they would not be able to deliver on their incredible projects without skilled labour. Consider this: even Nigeria, with a population of 200 million, is catching up with us when it comes to infrastructure investments.
It is about time that we, as legislators, dealt with this issue, but clearly that is not what the Liberals have been doing over the past few years, although I have heard some members talk about a few initiatives here and there in some provinces. The announcement of this study is late in coming.
I would also remind the House that this is a provincial jurisdiction, given that provincial regulations govern the training of skilled workers. That said, the federal government can still be helpful by implementing various measures through federal transfers, such as apprenticeship grants and loans, tax credits and job training programs. This all requires a smooth, harmonious relationship between the provinces and the federal government. Not only do the political players have to get along well, but so do the politicians themselves.
If, God forbid, the Liberals get another four-year term in office, taxes will increase dramatically, since they will want to make up for the huge deficits they racked up over the past four years. In 2016, they imposed conditions on health transfers. Then, they rushed ahead with the legalization of marijuana even though the provinces wanted more time. Then, they imposed the carbon tax on provinces like New Brunswick, which had already closed a number of coal-fired plants and significantly reduced its greenhouse gas emissions. The Liberals said that they still considered the province to be an offender and imposed the Liberal carbon tax. Finally, today, they are rushing through the study of Bill C-69, which seeks to implement regulations that are far too rigid and that will interfere with the development of natural resources in various provinces, even though six premiers have stated that this bill will stifle their local economies.
How can we hope that this government will collaborate to come to an agreement seeking to address skilled trades shortages when it has such a poor track record on intergovernmental relations?
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre. Comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent présentement. Nous avons eu l’honneur de nous rencontrer, par milliers, en fin de semaine, au Grand bazar du Vieux-Limoilou, où j'avais un kiosque, en tant que député. C’était une très belle fête à l’extérieur, et le beau temps était présent.
Avant de discuter de la motion, j’aimerais dire aux citoyens de Beauport—Limoilou que nous pourrons nous rencontrer tout au long de l'été, lors des activités ou des festivals qui se tiendront à Beauport ou à Limoilou. Comme chaque année, je vais tenir, au mois d’août, la Fête de l’été du député, où plusieurs milliers de personnes viennent me rencontrer. Souvent, nous dégustons ensemble des hot dogs, des croustilles et du blé d’Inde de l’île d’Orléans. C’est pour nous une chance de nous rencontrer, de discuter des enjeux de la circonscription et de faire part des services que mon bureau peut donner en ce qui a trait au gouvernement fédéral.
J’aimerais dire qu'il s'agit peut-être du dernier discours que je prononcerai à la Chambre lors de la 42e législature. Ce fut un honneur incroyable d'être ici, et je voudrais voir cet honneur renouvelé le 21 octobre prochain, le jour de l'élection.
J’ai l’intention de présenter ma candidature lors des prochaines élections, et j'espère représenter mes concitoyens encore très longtemps. Je suis extrêmement fier du travail que j’ai fait au cours des quatre dernières années, que ce soit le travail que j'ai fait dans ma circonscription, le travail relatif à mon portefeuille, les langues officielles du Canada, ou le travail que j'ai fait lors des débats.
Je demande donc à mes concitoyens de me faire une faveur, soit celle de me faire confiance pour quatre autres années. Je serai présent tous les jours pour les servir.
Aujourd’hui, nous débattons de la motion M-227, une tentative libérale visant à faire une étude en comité. C’est quand même louable de faire une étude au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées. Il s'agit d'un comité fort important de la Chambre des communes. Un député du Parti libéral propose de mener une étude sur la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés au Canada.
Dès que j’ai vu cela, j’ai voulu parler un peu de cette motion. Que ce soit à Québec, à Regina, à Nanaimo ou ailleurs au Canada, il y a une crise en ce moment. La pénurie de main-d’œuvre nous touchera assez rapidement.
On dit que, d’ici quelques années, il manquera 150 000 travailleurs dans la grande région de Québec. Cela est dû à un phénomène assez incroyable: les baby-boomers ont pris leur retraite. En effet, les baby-boomers, y compris mes parents, partent à la retraite, une retraite bien méritée. C’est donc un enjeu très important, et il faut s’y attarder.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler que, en janvier, en février et en mars, j’ai posé quelques questions à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Je lui disais qu’il y avait un grave problème de pénurie de main-d’œuvre au Canada. Chaque fois, elle tournait ma question en dérision en disant que les libéraux avaient créé 600 000 emplois. Aujourd’hui, ils disent en avoir créé 1 million.
Je suis content que la motion ait été déposée, mais il s'agit davantage d'un geste vertueux que d’autre chose. En fait, il s'agit davantage d'un exercice public de communication, bien que je ne remette pas en question le fait que mon collègue souhaite vraiment aborder le problème. Dans six ou sept jours, la 42e législature sera dissoute. En fait, la Chambre va s'ajourner. Pour ce qui est de la dissolution, elle aura lieu dans quelques mois, lors des élections.
Le comité auquel siège mon collègue ne pourra pas faire l'étude de la motion. Nous, les députés qui siégeons au Comité permanent des langues officielles, terminons notre étude sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous nous sommes dit que nous terminerions nos recommandations demain, à midi, pour nous assurer de pouvoir déposer à la Chambre le rapport du Comité permanent des langues officielles.
Bref, il s'agit d'un exercice de communication publique, car le comité ne pourra pas se pencher sur la question. Toutefois, je trouve que ce serait bien de parler de la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés aux Canadiens qui nous écoutent. Que sont les métiers spécialisés? Il s’agit du coiffeur, du paysagiste, de l’ébéniste, de l’électricien, du machiniste, du mécanicien, de l’opérateur d’équipement, comme les grues. Ce dernier est un emploi incroyable. Ce n’est pas facile d'obtenir un emploi d’opérateur de grue. Il s'agit aussi du peintre, du plombier, du soudeur et du technicien.
Je vais expliquer pourquoi la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés est inquiétante. Si les citoyens regardent autour d'eux, ils réaliseront que ces métiers sont essentiels. Ce sont ces travailleurs qui font tout ce qui nous entoure: les autoroutes, les viaducs, les aqueducs, les métros, les réseaux de transport structurants, comme le futur tramway de Québec, dont nous parlons beaucoup dernièrement, les chemins de fer qui traversent le pays, les gratte-ciels dans les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver, les usines en région rurale, les tracteurs, les machines, les canaux de la voie maritime du Saint-Laurent, qui ont été construits dans les années 1950, etc.
En Chine, en Inde et aux États-Unis, les investissements en infrastructure sont énormes. Par exemple, dans les dernières années, le gouvernement américain n'a pas rechigné une seconde à investir 5 milliards de dollars pour améliorer les infrastructures du port de New York et du New Jersey, qui a été construit par des hommes et des femmes des corps de métiers spécialisés. De notre côté, à Québec, nous attendons toujours que les libéraux confirment une petite enveloppe de 60 millions de dollars pour le projet Beauport 2020, qui s'appelle aujourd'hui le projet Laurentia et qui vise à assurer la compétitivité maritime du fleuve Saint-Laurent dans les années à venir.
Il y a donc un manque d'investissement dans les infrastructures canadiennes. Les libéraux aiment dire que le projet d'Infrastructure Canada est historique, mais seulement 14 milliards des 190 milliards de dollars annoncés ont été dégagés. Cependant, ce n'est pas tout. Même si les libéraux débloquaient l'argent et faisaient des investissements massifs pour dépasser les autres pays du G20 et du G7, les grandes économies mondiales, ils ne pourraient pas concrétiser leurs projets incroyables sans main-d’œuvre spécialisée. D'ailleurs, au chapitre des investissements en infrastructure, même le Nigeria, qui a 200 millions d'habitants, est en train de nous rattraper.
Il est donc temps que nous, les législateurs, nous attardions à cette question, mais de toute évidence, ce n'est pas ce que les libéraux ont fait au cours des dernières années, même si j'ai entendu parler de certaines mesures saupoudrées d'une province à l'autre. L'annonce de cette étude est tardive.
Par ailleurs, rappelons que cette question relève de la compétence provinciale, puisque c'est la réglementation provinciale qui encadre la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Cela dit, le gouvernement fédéral peut quand même être utile en mettant en place différentes mesures par l'entremise des transferts fédéraux, comme des subventions et des prêts aux apprentis, des crédits d'impôt et des programmes de formation de la main-d’œuvre. Tout cela nécessite une relation harmonieuse entre les provinces et le gouvernement fédéral. Non seulement les acteurs politiques doivent bien s'entendre, mais les politiciens eux-mêmes aussi.
Si, par grand malheur, les libéraux obtiennent un autre mandat de quatre ans, les impôts et les taxes vont augmenter considérablement, puisqu'ils voudront combler les grands déficits qu'ils ont accumulés depuis quatre ans. En 2016, ils ont imposé des conditions concernant les transferts en santé. Ensuite, ils ont précipité la légalisation de la marijuana, alors que les provinces voulaient plus de temps. Puis, ils ont imposé la taxe sur le carbone à des provinces comme le Nouveau-Brunswick, qui avait fermé plusieurs centrales au charbon et qui avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre substantiellement. Les libéraux lui ont dit qu'ils le considéraient toujours comme un délinquant et qu'il lui imposait la taxe libérale sur le carbone. Finalement, aujourd'hui, ils précipitent l'étude du projet de loi C-69, qui vise à mettre en œuvre une réglementation beaucoup trop rigide qui empêchera l'exploitation des ressources naturelles dans différentes provinces, alors que six premiers ministres ont affirmé que cela suffoquerait leur économie locale.
Comment peut-on espérer que ce gouvernement collabore pour arriver à une entente afin de pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés, lorsqu'on constate que son bilan en matière de relations intergouvernementales est complètement médiocre?
View Robert Nault Profile
Lib. (ON)
View Robert Nault Profile
2019-06-05 17:32 [p.28602]
moved:
That the House: (a) call on the Standing Committee on Health to undertake a study and report its findings to determine (i) the factors that contribute to significant disparities in the health outcomes of rural Canadians, compared to those in urban centres, (ii) strategies, including the use of modern and rapidly improving communications technologies, to improve health care delivery to rural Canadians; and (b) call on the government to work with the provinces and territories, and relevant stakeholders, to further address and improve health care delivery in rural Canada.
He said: Mr. Speaker, it is an honour and a pleasure to get the chance to speak to my private member's motion, Motion No. 226, which relates to health care delivery in rural Canada.
As a representative of the Kenora riding, one of the largest rural ridings in Canada, which stretches from almost the American border all the way to Hudson Bay, I know this is probably one of the easiest ridings to use to explain what it means for an area to be remote and inaccessible, or accessible only by plane or a winter road when the lakes freeze over.
This is an important subject matter for all rural Canadians, because it is one of those issues all Canadians think about, which is their health care, the health care delivery and the ability of government to deliver health care products to all Canadians, particularly in the north. For these reasons, northwestern Ontario presents a unique case study in many ways. From infrastructure to environment, transportation and employment, the north forces us to think outside the box.
Health care can be approached from many different angles, including mental health treatment, health care providers and availability, prescription drug coverage and culturally appropriate care, just to name a few.
The 2016 Statistics Canada census data indicates that Canada's population was over 35 million individuals, of whom 16.8% live in rural Canada. The 2006 report by the Canadian Institute for Health Information entitled “How Healthy are Rural Canadians? An Assessment of Their Health Status and Health Determinants” found that rural Canadians have higher death rates, higher infant mortality rates and shorter life expectancies than their urban counterparts.
Health-related factors such as a higher proportion of smokers, lower consumption of fruit and vegetables, and obesity disproportionately affect rural residents. Additionally, the population in rural areas tends to be older than in urban areas.
The recruitment and retention of physicians and health care professionals are also a significant challenge. Throughout the years that I have been involved in this, it has never been easy to find enough professionals to work in rural Canada. According to 2016 data from the Canadian Institute for Health Information, there were approximately 84,000 physicians in Canada, of whom only 6,790, or 8% , practised in rural settings.
In 2006, the Canadian Institute for Health Information issued a report that found that populations living in rural areas had a shorter average life expectancy by almost three years for men, as well as higher smoking rates compared to their urban counterparts. These numbers are statistically significant, according to the report.
Mortality risk for diseases such as heart disease and heart attacks, as well as respiratory diseases like influenza and pneumonia, were also significantly higher in rural versus large urban areas. There is a variation in the levels of services available, as rural areas lack the population base to warrant the construction of extensive health infrastructure.
In addition, rural and remote communities face challenges in recruiting and retaining health care professionals. I will keep repeating that, because it is something we talk about in my riding almost weekly.
On the youth side, there is no process for measuring health disparities in Canada. If we look at the experience of rural children and youth in the health care system, we get a good idea of what is happening. Indigenous populations, particularly those that are rural and remote, are the most underserved communities in all of Canada.
I would like to take a minute to provide an example of health care delivery in the north so that we can see how different it is from the urban experience.
In September 2018, the Sioux Lookout First Nations Health Authority released “Our Children and Youth Health Report”, which represents the experiences of 31 first nations communities in the Sioux Lookout area.
Since 1991, the population of the Sioux Lookout area first nations has grown by 74%. The primary point of care for the majority of these communities is the local nursing station, and in many cases, emergency services are available only by plane. For example, women from Sioux Lookout first nations leave their homes and families and travel hundreds of kilometres to give birth at a hospital. Can members imagine being put in a situation like that? In these communities, basically for all the births, families have to fly out, leave for weeks when it is close to the due date, and then be prepared to spend weeks waiting for the child to be born.
The primary point of care for the majority of these communities is their local nursing station, and in many cases, emergency services are available only by plane. For example, women from Sioux Lookout area first nations leave their homes, as I said, and if infants need emergency care, they are transported out by medevac, because there are no emergency departments in these communities. Since 2012, there has been an 11% increase in the rate of emergency room visits for infants.
In the Sioux Lookout area, first nations youth attend the emergency room department for mental health reasons at a rate five times greater than the Ontario average. Between 2012 and 2016, the rate of emergency department visits for mental health increased by 123%.
These are examples of just some of the issues faced by rural and remote communities when it comes to health care delivery. I am here to talk about how we can find a way to deal with the challenges that rural communities face in making sure that their health care and their standards are equal to the health care standards of urban centres.
Jurisdictional issues pose one of the largest roadblocks to providing quality health care in the north. What is the role of our levels of government in this game of what I would call jurisdictional football? The federal government is responsible for the delivery of health care to certain population groups. Of course, the provinces are responsible for the general population of the province.
Section 10 of the Canada Health Act stipulates that each province's health insurance scheme must be universal, which means that it “must entitle one hundred per cent of the insured persons of the province to the insured health services provided for by the plan”. What does this mean? It boils down to the need for a collaborative approach. Rather than working from the top down, we need to approach these communities and regions to establish their unique needs and find those solutions.
Simply put, there is no cookie-cutter answer, and what works for one community may not work for another. The bottom line is that we need to listen to those who live and work within the system every day to make sure that we understand how to deliver health care in rural Canada.
When we have these discussions, sometimes it is hard for people to compare apples and apples or oranges and oranges, so I spent some time doing some comparisons between Canada and Australia. Like most developed countries, Canada and Australia have publicly funded, universal health care coverage. The two countries have similar population densities and geographic areas. As of June 2018, just under 25 million people resided in Australia, and 11.4% resided in remote or rural locations. The Australian federal government is playing an active role in addressing health disparities between urban and rural or remote populations.
The Australian government provides funding to incentivize physicians to work in rural or remote areas and to encourage the uptake of telemedicine technology in those areas. Like rural Canada, rural Australia is under-serviced with respect to the number of physicians. However, the Australian government also realizes that to change that, it needs to have a solution. This is what Australia is doing, and it is something that I think Canada should consider.
Like rural Canada, rural Australia is under-serviced, so in 2009, the Rural Health Standing Committee of the Australian Health Ministers’ Advisory Council was asked to develop a national strategic framework for rural and remote health. It was published in 2011, and then updated in 2016.
In 2014, the Australian government implemented the indigenous Australians' health programme to improve access to health services that are culturally appropriate, throughout Australia.
In June 2017, the Government of Australia passed legislation to establish a national rural health commissioner, as part of the government's efforts to reform health care in rural and remote Australia. As in Canada, the indigenous population in Australia is more likely than non-indigenous Australians to have respiratory diseases, mental health problems, cardiovascular disease, diabetes and chronic kidney disease, as well as reduced life expectancy.
In the private members' business we are in, it is always good to try to do this from the perspective of making sure that it is non-partisan and that it crosses party lines. Last month, I was pleased to second Bill C-451, an act to establish a children’s health commissioner of Canada, which was put forward by the member for Simcoe—Grey. Bill C-451 puts priority on the well-being, health, security and education of children and youth by recognizing that every child has the right to enjoy a standard of living that allows for the child's physical, mental and social development to flourish. To help see these measures through, the bill seeks to establish an independent commissioner to report, advise and provide recommendations to Parliament.
To complement Bill C-451, my motion seeks to shed further light on the health care delivery gaps between rural and urban Canadians. This area needs to be studied, because current evaluations of the health status of rural Canadians are very limited. Because we do not have the population density to build some of the health infrastructure necessary to deliver adequate services, we must look at existing, new and emerging technologies to address this service gap. This particular type of study has never been undertaken in Canada, so I look forward to working with all parties to see that it takes place.
In my riding, we are working on an all nations hospital. We are looking at health care delivery in our region from the perspective of an all nations hospital health care system, to include everyone in the region. We have included all governments and the local communities to look at how best to deliver those kinds of services. This is a potential way forward.
I think that working together, as we did last week with the Minister of Indigenous Services when we announced our government's support for the all nations hospital health care system, we can find ways to better deliver health care in rural communities.
In conclusion, no matter whether a person is rich or poor, young or old, living in a rural or urban setting, Canada's public health care system must provide equal access and care to all. I believe very much that this government and this Parliament have a role to play in making sure that we do the right assessments and find the right structures to put in place good health care.
My last point is that if people are to be allowed to live their lives in rural Canada, including as seniors throughout their retirement years, we are going to have to find the right health care system to make sure that this takes place. Otherwise, as I hear from all my colleagues, a lot of seniors move to urban centres because they have few choices for places to live in rural Canada.
I thank the House for the opportunity to say a few words about this motion.
propose:
Que la Chambre: a) demande au Comité permanent de la santé d’entreprendre une étude et d'en faire rapport afin de déterminer (i) les facteurs qui contribuent aux importantes disparités dans les résultats en matière de santé des Canadiens vivant en milieu rural, comparativement à ceux des Canadiens vivant dans les centres urbains, (ii) des stratégies, y compris le recours à des technologies des communications modernes et qui progressent rapidement, afin d’améliorer la prestation de services de santé aux Canadiens en milieu rural; b) demande au gouvernement de travailler de concert avec les provinces et les territoires, ainsi que les intervenants concernés, à améliorer par de nouvelles mesures la prestation de services de santé dans le Canada rural.
— Monsieur le Président, c’est un honneur et un plaisir pour moi de prendre la parole au sujet de ma motion d’initiative parlementaire, la motion M-226, qui concerne la prestation des soins de santé en milieu rural au Canada.
Je représente la circonscription de Kenora, l’une des plus grandes circonscriptions rurales du Canada: délimitée au nord par la baie d’Hudson, elle atteint presque la frontière américaine au sud. C’est probablement l’un des meilleurs exemples que l’on puisse utiliser pour illustrer ce qu’est une région éloignée et inaccessible, ou accessible seulement par avion ou par route d’hiver, lorsque les lacs sont gelés.
Il s’agit d’un sujet important pour tous les Canadiens qui vivent en milieu rural. Les soins de santé et leur prestation, ainsi que la capacité du gouvernement de fournir des produits de santé à toute la population canadienne, notamment dans le Nord, sont des questions qui préoccupent tous les Canadiens. Pour ces raisons, le Nord-Ouest de l’Ontario représente une étude de cas unique à bien des égards. De l’infrastructure à l’environnement, en passant par les transports et l’emploi, le Nord nous oblige à trouver des solutions innovatrices.
Les soins de santé peuvent être abordés sous différents angles, notamment ceux des soins de santé mentale, des fournisseurs de soins de santé et de leur disponibilité, de la couverture des médicaments sur ordonnance et des soins adaptés à la culture, pour ne nommer que ceux-là.
Selon les données du recensement de 2016 de Statistique Canada, la population du pays dépassait les 35 millions d'habitants, et 16,8 % d'entre eux vivaient en milieu rural. En 2006, l'Institut canadien d'information sur la santé a publié un rapport intitulé « Comment se portent les Canadiens vivant en milieu rural? Une évaluation de leur état de santé et des déterminants de la santé ». On peut y lire que les taux de mortalité et de mortalité infantile sont plus élevés chez les Canadiens des régions rurales et que ceux-ci ont une espérance de vie plus courte que les personnes vivant dans les centres urbains.
Des facteurs liés à la santé, comme une proportion plus élevée de fumeurs, une consommation moindre de fruits et de légumes et un taux d'obésité élevé, touchent de façon disproportionnée les résidants des régions rurales. De plus, la population en milieu rural a tendance à être plus âgée que dans les villes.
Le recrutement et le maintien en poste de médecins et de professionnels de la santé représentent aussi un défi de taille. Tout au long des années où je me suis intéressé à la question, il n'a jamais été facile de trouver suffisamment de professionnels qui veulent travailler dans les régions rurales. Selon les données de 2016 de l'Institut canadien d'information sur la santé, il y avait environ 84 000 médecins au Canada et seulement 6 790 d'entre eux, ou 8 %, pratiquaient en milieu rural.
Selon un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé publié en 2006, les hommes vivant en milieu rural, où les fumeurs y sont plus nombreux, avaient une espérance de vie moyenne plus courte de presque trois ans par rapport à leurs concitoyens urbains. Le rapport indique que ces chiffres sont statistiquement importants.
Le risque de mortalité causée par des maladies ou des crises cardiaques, ou par des maladies respiratoires comme l'influenza et la pneumonie, était aussi beaucoup plus élevé en milieu rural que dans les grands centres urbains. Les niveaux de services offerts varient, étant donné que les régions rurales n'ont pas le bassin de population pour justifier la construction de grandes infrastructures de santé.
De plus, les collectivités rurales et éloignées ont de la difficulté à recruter et à maintenir en poste des professionnels de la santé. J'y reviens souvent parce que c'est un enjeu qui est soulevé pratiquement toutes les semaines dans ma circonscription.
Du côté des jeunes, il n'y a pas d'outil pour mesurer les disparités en matière de santé au Canada. Si on se penche sur l'expérience que les enfants et les jeunes vivant en milieu rural ont du système de santé, on obtient une bonne idée de l'état de la situation. Les populations autochtones, surtout celles qui se trouvent en régions rurales et éloignées, sont les communautés les plus mal desservies du Canada.
J'aimerais prendre une minute pour donner un exemple de situations vécues dans le Nord afin que chacun comprenne bien à quel point la prestation des soins de santé y est différente de ce qui se fait dans le Sud du pays.
En septembre 2018, l'autorité sanitaire des Premières Nations de Sioux Lookout a publié le rapport « Our Children and Youth Health Report », dans lequel est consignée l'expérience de 31 communautés autochtones de la région de Sioux Lookout.
Depuis 1991, la population des Premières Nations de Sioux Lookout a augmenté de 74 %. Pour la plupart, les gens qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent donc quitter leur domicile, laisser leur famille derrière elles et parcourir des centaines de kilomètres pour donner naissance à leur enfant à l'hôpital. Les députés peuvent-ils s'imaginer se retrouver un jour dans une pareille situation? Dans la quasi-totalité des cas, aussitôt que la date de l'accouchement approche, la famille doit prendre l'avion et s'absenter pendant des semaines, absence qui peut se prolonger de plusieurs semaines si le bébé se fait attendre.
Pour la plupart, les gens qui habitent dans la région et qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent quitter leur domicile, comme je le disais, et si leur nouveau-né a besoin de soins d'urgence, il est transporté par hélicoptère, parce qu'aucun établissement de la région n'a de service des urgences. Depuis 2012, le nombre de nouveau-nés qui ont eu besoin de soins d'urgence a augmenté de 11 %.
Les jeunes des Premières Nations de Sioux Lookout sont cinq fois plus nombreux que la moyenne ontarienne à se rendre aux urgences pour des problèmes de santé mentale. De 2012 à 2016, le nombre de personnes qui se sont rendues aux urgences pour cette raison a crû de 123 %.
Ces exemples illustrent bien les obstacles que doivent surmonter les Canadiens qui vivent dans un milieu rural ou éloigné et qui ont besoin de soins médicaux. Je suis ici pour trouver des moyens d'abattre ces obstacles et d'aider les localités rurales à obtenir les mêmes soins de santé qu'en ville, y compris sur le plan de la qualité.
Les questions de compétence représentent l'un des plus grands obstacles à la prestation de soins de santé de qualité dans le Nord. Quel est le rôle des divers ordres de gouvernement dans le contexte de ces diverses compétences? Le gouvernement fédéral est responsable de la prestation de soins de santé à certains groupes de la population. Évidemment, les provinces sont responsables de leur population générale respective.
L'article 10 de la Loi canadienne sur la santé prévoit que le régime d'assurance-santé de chacune des provinces doit être universel, ce qui suppose « qu’au titre du régime provincial d’assurance-santé, cent pour cent des assurés de la province ait droit aux services de santé assurés prévus par celui-ci ». Qu'est-ce que cela veut dire? En résumé, il faut adopter une approche axée sur la collaboration. Plutôt que d'avoir une approche descendante, il faut veiller à ce que les collectivités et les régions déterminent leurs besoins particuliers et qu'elles trouvent les solutions qui s'imposent.
Bref, il n'existe pas de panacée, et ce qui fonctionne dans une collectivité ne marchera pas forcément dans une autre. En fin de compte, il faut écouter les personnes qui vivent et qui travaillent dans le système tous les jours, afin de pouvoir bien comprendre le mode de prestation de soins de santé qui s'impose dans les régions rurales du pays.
Dans le cadre de ces discussions, il est parfois difficile de comparer des pommes avec des pommes ou des oranges avec des oranges. C'est pourquoi j'ai passé un peu de temps à établir des comparaisons entre le Canada et l'Australie. Comme la plupart des pays développés, le Canada et l'Australie ont un système de santé public et universel. Les deux pays ont des densités de population et des zones géographiques comparables. En juin 2018, l'Australie comptait un peu moins de 25 millions d'habitants, dont 11,4 % vivaient dans des régions rurales ou éloignées. Le gouvernement fédéral de l'Australie joue un rôle actif dans la lutte contre les disparités en matière de santé entre les populations urbaines et les populations rurales ou éloignées.
Le gouvernement australien fournit des fonds pour inciter les médecins à travailler dans les régions rurales ou éloignées et pour encourager l'adoption de la technologie de télémédecine dans ces régions. L'Australie rurale, tout comme le Canada rural, est mal desservie en ce qui concerne le nombre de ses médecins. Toutefois, le gouvernement australien est également conscient que pour changer cela, il doit trouver une solution. C'est ce que fait l'Australie, et je pense que le Canada devrait en tenir compte.
L'Australie rurale manque tellement de services qu'en 2009, on a demandé au comité permanent sur la santé rurale du conseil consultatif des ministres de la Santé de l'Australie d'élaborer un cadre stratégique national pour la santé en régions rurales et éloignées. Il a été publié en 2011, puis mis à jour en 2016.
En 2014, le gouvernement australien a mis en œuvre l'Indigenous Australians' Health Programme afin d'améliorer l'accès à des services de santé culturellement adaptés dans toute l'Australie.
En juin 2017, dans le cadre de ses efforts pour réformer le système de santé dans les régions rurales et éloignées de l'Australie, le gouvernement australien a adopté une loi visant à créer un poste de commissaire national à la santé rurale. Comme au Canada, la population autochtone d'Australie est plus susceptible d'être atteinte de maladies respiratoires, de problèmes de santé mentale, de maladies cardiovasculaires, de diabète et de maladies rénales chroniques, ainsi que d'avoir une espérance de vie réduite que les Australiens non autochtones.
Lors de l'étude des initiatives parlementaires, comme en ce moment, il est toujours bon de faire un effort pour que le débat soit non partisan et qu'il transcende les lignes de parti. Le mois dernier, j'ai eu le plaisir d'appuyer le projet de loi C-451, Loi constituant le poste de commissaire à la santé des enfants du Canada, présenté par le député de Simcoe—Grey. Le projet de loi C-451 priorise le bien-être, la santé, la sécurité et l'éducation des enfants et des adolescents en reconnaissant à tout enfant le droit de jouir d’un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental et social. Pour faciliter la concrétisation de ces mesures, le projet de loi vise à créer un poste de commissaire indépendant, qui sera chargé de faire rapport, de donner des conseils et de faire des recommandations au Parlement.
Dans le prolongement du projet de loi C-451, ma motion vise à faire la lumière sur les écarts dans la prestation des services de santé entre les Canadiens des régions rurales et ceux des régions urbaines. C'est un domaine qui doit être étudié, car il y a actuellement très peu d'évaluations de la situation sanitaire des Canadiens en région rurale. Du fait que nous n'avons pas une population assez dense pour construire certaines des infrastructures nécessaires pour offrir des services de santé adéquats, nous devons nous tourner vers les technologies nouvelles et émergentes pour remédier à l'écart dans les services. Ce type particulier d'étude n'a jamais été fait au Canada. J'ai donc hâte de travailler avec tous les partis pour qu'une telle étude soit menée.
Dans ma circonscription, nous sommes à créer un hôpital pour toutes les nations. Nous étudions la prestation des soins de santé dans la région, avec l'intention de développer un système de soins de santé pour toutes les nations, y compris un hôpital. Nous avons consulté tous les ordres de gouvernement et les collectivités locales pour déterminer la meilleure façon d'offrir ces services. Il s'agit d'une solution possible.
Je crois qu'en travaillant de concert, comme nous l'avons fait la semaine dernière avec le ministre des Services aux Autochtones lorsque nous avons annoncé l'appui du gouvernement envers un système de soins de santé pour toutes les nations, nous pouvons améliorer la prestation des services de soins de santé dans les collectivités rurales.
En conclusion, peu importe qu'une personne soit riche ou pauvre, jeune ou âgée, ou qu'elle vive dans un milieu rural ou urbain, le système de soins de santé du Canada doit offrir à tous un accès et des soins équivalents. Je suis persuadé que l'actuel gouvernement et la Chambre ont un rôle à jouer pour faire en sorte qu'on mène des évaluations appropriées et trouve les bonnes structures afin d'offrir de bons soins de santé.
Enfin, je dirai que si on permet aux gens de vivre dans les régions rurales du Canada, y compris durant leurs vieux jours, il faudra trouver un système de soins de santé adéquat pour que cela soit possible. Autrement, beaucoup de personnes âgées déménageront dans les centres urbains, en raison du nombre limité d'endroits où vivre dans les régions rurales du Canada.
Je remercie la Chambre de m'avoir donné l'occasion d'intervenir au sujet de la motion.
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
View Christine Moore Profile
2019-06-05 18:03 [p.28607]
Mr. Speaker, I would first like to clarify something about the motion. Although the federal government does have jurisdictional powers over certain aspects of heath care, including that of ensuring that all Canadians have equal access to health care services, the actual implementation of health services is a provincial responsibility.
The federal government provides health transfers to the provinces, but it is up to the provinces and the provinces alone to decide how to use those funds. Managing all health services falls under the exclusive jurisdiction of the provinces. This motion is aimed at improving the delivery of health services. It therefore interferes directly in a provincial jurisdiction. The member himself even admitted it. Strategies and communications technologies pertain to health care management, so this motion extends beyond the federal government's general jurisdiction. Only the provinces can deliver health care directly to Canadians and are able to develop the strategies needed to change health care management.
The NDP recognizes the importance of respecting provincial jurisdiction, especially in Quebec. That is why we adopted the Sherbrooke declaration, which acknowledges Canada's asymmetry and affirms Quebec's right to opt out with compensation. The member's motion directly interferes in an area under provincial jurisdiction.
Let me say that the timing of this motion is peculiar. When the member answered my question, he said that he did not choose when to present his motion, but the fact is, he most certainly did have a choice. He could have chosen to present any number of measures over the past four years.
For example, I myself presented a number of bills and motions that I believed merited the attention of the House even though I was well aware they would not be debated. Unfortunately, members have only one chance to introduce a bill of their own, and that is if they are lucky. The member presented the motion a month ago knowing full well it would probably never be voted on. This motion would have to go to committee, but that will never happen.
If the member truly wanted to improve the health outcomes of rural Canadians, which, I recognize, is a very important issue, he could have chosen measures that do not overstep federal jurisdiction. For example, he could have asked that federal health transfers be increased by the amount requested by the provinces. The Quebec health minister has said that the federal government must stop meddling in provincial jurisdictions and that it start by increasing our health transfers.
Lack of money is one of the biggest obstacles to the implementation of different technologies that could help rural Canadians. Hospitals are already accumulating deficits because they pay nurses a lot of overtime due to the shortage of staff and staff burnout. Unfortunately, the increase in health transfers is not enough to meet provincial needs. That is one thing that the member could have requested and that would have fallen within federal jurisdiction.
With respect to the labour shortage, there is another useful measure that falls within federal jurisdiction: improving the immigration process and the recruitment of foreign professionals. I have often been told by hospital administrators that they had found a very interesting candidate, a specialist from abroad. The specialist was interested in the position but was discouraged by the process and chose to settle in another country where procedures are much less complex. The process is expensive and very complicated. Also, immigration services do not exist in rural regions.
A hospital board that wants to recruit abroad does not even have access to services in its region where it can get help and support and find out the most effective way of handling the process. If the board wants access to those services, it has to manage by telephone, by Internet or by talking to agents who do not really understand all the ins and outs of the process. It is extremely complex. The member could have asked for immigration services to be set up in rural areas. That would also have helped in terms of recruitment.
To help improve care and services in rural areas, the member could have done something about travel. Patients often have to travel long distances, which gets expensive. That is difficult from a financial perspective.
In order to be entitled to the medical expense tax credit, which can include travel expenses, a person must be making a certain income. If that person did not pay any taxes, he or she is not entitled to the tax credit. In the end, we are not helping those who would benefit the most from this help, those who cannot afford to pay for travel expenses.
There are quite a few concrete measures that the member could have chosen instead of moving a motion calling for a committee study that will never be done. That is why the motion does not sit well with me. I can see that the member is genuinely concerned about health care in rural areas, but I am having a hard time understanding why he chose such an ineffectual way to address the issue. It is most unfortunate, especially considering he has been an MP for four years. Some of us have been here longer, but the member has been in the House of Commons for four years. He could have sought advice. He knows enough about how things work that he should have realized this was not the best way to proceed.
If the member is really interested in what has been going on with new technologies, he could have asked the research service for help. All MPs have access to the services of the Library of Parliament for conducting research. For instance, the member could have asked the Library of Parliament to perform an exhaustive search for different strategies that have been used in various regions across Canada or around the world to improve services in rural areas. That would have generated plenty of fascinating reading material for him.
When new technologies become established, scientific, medical or nursing journals often publish articles highlighting their positive impact. The data on the methodology are already available and accessible to anyone who is interested.
Once again, I understand the member's desire to improve health care services in rural areas, but I do not think that we should be trying to make improvements by interfering in provincial jurisdictions.
I suggested a number of ways to find a much more effective solution for our rural areas. These methods fall within federal jurisdiction.
I strongly urge my colleague to talk to his colleagues and to listen to Quebec's minister of health and social services. She has suggested that the current government stop interfering in provincial jurisdiction over health care and immediately increase federal transfers to the provinces so that they can implement the measures that are already on the table but cannot be implemented because of a lack of money and commitment from the federal government.
Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord préciser quelque chose au sujet de la motion. Bien que le gouvernement fédéral dispose de certaines compétences en matière de santé, notamment celle d'assurer un accès égal aux services de santé à tous les Canadiens, la mise en œuvre concrète des services de santé relève de la compétence des provinces.
Le gouvernement fédéral fait des transferts en santé aux provinces, mais il revient ensuite aux provinces seulement de décider de l'utilisation de ces transferts. La gestion de l'ensemble des services de santé constitue une des compétences exclusives des provinces. Or la présente motion vise à améliorer la prestation des services de santé. On s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial. Le député l'a lui-même avoué. Les stratégies et les technologies de communication concernent la gestion des soins de santé. Cela dépasse donc la compétence générale du fédéral. Seules les provinces peuvent fournir des soins de santé directement aux Canadiens et sont à même d'élaborer des stratégies pour changer la gestion de ces soins.
Pour nous, au NPD, il est important de respecter les compétences des provinces, particulièrement au Québec. C'est d'ailleurs dans cet esprit que nous avions adopté la Déclaration de Sherbrooke pour refléter le caractère asymétrique du Canada et appliquer le droit de retrait avec compensation du Québec. La motion du député s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial.
Par ailleurs, on a choisi un moment bizarre pour déposer cette motion. En répondant à ma question, le député a dit qu'il ne pouvait pas choisir le moment où sa motion serait débattue. Cependant, il avait totalement le choix du moment où il allait la déposer. Il avait totalement le choix de déposer plusieurs mesures au cours des quatre dernières années.
Par exemple, j'ai déposé plusieurs projets de loi et motions qui, selon moi, méritaient l'intérêt de la Chambre, même si je savais très bien qu'ils ne seraient pas débattus. Malheureusement, les députés, pour ce qui est de leur projet de loi, n'ont qu'un seul tour, lorsqu'ils ont de la chance. Le député a déposé la motion il y a un mois en sachant très bien qu'elle ne serait probablement jamais votée. C'est une motion qui demande une étude en comité, mais celle-ci n'aura jamais lieu.
Si le député voulait vraiment améliorer la santé des gens en région rurale, une question extrêmement importante, je le reconnais, il aurait pu choisir différentes méthodes qui n'outrepassaient pas le champ de compétence fédéral. Par exemple, il aurait pu demander que les transferts en santé soient augmentés à la hauteur des demandes des provinces. D'ailleurs, la ministre de la Santé du Québec a dit qu'il fallait que le fédéral arrête de s'ingérer dans le champ de compétence provincial et qu'il commence par augmenter nos transferts en santé.
L'un des obstacles les plus importants à la mise en œuvre des différentes technologies qui pourraient aider les Canadiens en milieu rural, c'est l'argent. Les hôpitaux accumulent déjà des déficits, parce qu'ils paient énormément d'heures supplémentaires aux infirmières à cause de la pénurie de personnel et de l'épuisement du personnel. Malheureusement, l'augmentation des transferts en santé n'est pas à la hauteur des besoins des provinces. C'est une des choses que le député aurait pu demander et qui n'aurait pas outrepassé le champ de compétence fédéral.
Au sujet de la pénurie de main-d'œuvre, il y a une autre chose qui aurait pu être très utile sans outrepasser le champ de compétence fédéral: améliorer tout le processus d'immigration et de recrutement de professionnels à l'étranger. Je me suis souvent fait dire par des directeurs d'hôpitaux qu'ils avaient réussi à trouver un candidat très intéressant, un médecin spécialiste qui venait de l'étranger, et que celui-ci était intéressé, mais qu'il avait été découragé par le processus et qu'il avait choisi d'aller s'établir dans un autre pays où les démarches étaient beaucoup moins complexes. Le processus est coûteux et extrêmement compliqué. De plus, les services d'immigration sont absents dans les régions rurales.
La direction d’un hôpital qui veut recruter à l’étranger n’a même pas accès à des services offerts dans sa région en vue de l’aider, de l’appuyer et de lui expliquer comment faire les démarches de manière efficace. Si elle veut obtenir ces services, il faut qu’elle se débrouille par téléphone, par Internet ou en parlant à des agents qui ne comprennent pas les nuances. C’est extrêmement complexe. Le député aurait pu demander que des services d’immigration soient implantés dans les régions rurales. Cela aurait également pu aider sur le plan du recrutement.
Afin d'améliorer les soins ou les services en milieu rural, le député aurait pu faire quelque chose en lien avec les déplacements. En effet, les patients ont souvent de longs déplacements à effectuer, ce qui leur coûte cher. Cela est difficile sur le plan financier.
Pour avoir droit au crédit d'impôt pour frais médicaux, qui peut inclure les frais de déplacement, la personne doit avoir un revenu suffisant. Si elle n'a pas payé d'impôt, elle n'a pas droit au crédit d'impôt. En fin de compte, on n’aide pas ceux qui en bénéficieraient le plus, c'est-à-dire ceux qui n’ont pas les moyens de payer les frais de déplacement.
Le député aurait pu choisir de mettre en place plusieurs mesures concrètes au lieu de présenter une motion demandant que l'on procède à une étude en comité qui n'aboutira jamais. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle je suis mal à l'aise au sujet de la motion. Bien que je comprenne que le député a un réel intérêt pour la santé en milieu rural, j’ai beaucoup de difficultés à comprendre le moyen totalement inefficace qu’il a choisi. Cela est malheureux, surtout qu'il est député depuis quatre ans. Certains d’entre nous sont ici depuis plus longtemps, mais le député siège quand même à la Chambre des communes depuis quatre ans. Il aurait pu recevoir des conseils. D'ailleurs, il connaît suffisamment la démarche pour savoir que ce n’était pas la meilleure façon de procéder.
Si le député s'intéresse à tout ce qui a été fait dans le domaine des nouvelles technologies, il a la possibilité d'avoir recours aux services de recherches. En tant que députés, nous avons accès aux services de la Bibliothèque du Parlement pour effectuer des recherches. Par exemple, le député aurait pu demander à la Bibliothèque du Parlement de faire une recherche exhaustive à propos des différents moyens qui ont été mis en place dans différentes régions du Canada ou du monde afin d'améliorer les services offerts dans les milieux ruraux. Cela lui aurait d'ailleurs permis de faire plusieurs lectures intéressantes.
Lorsque de nouvelles technologies sont implantées, des articles démontrant leurs impacts positifs sont souvent publiés dans les revues scientifiques, médicales ou infirmières. Les données relatives aux moyens qui ont été utilisés sont déjà disponibles et accessibles pour les gens qui s’intéressent à la question.
Encore une fois, je comprends la volonté du député d’améliorer les services de santé en région rurale. Cependant, je ne crois pas que c’est en s’ingérant dans les champs de compétence provinciale qu’on va y arriver.
J’ai suggéré plusieurs moyens permettant d'en arriver à une solution beaucoup plus efficace pour nos régions rurales. Ces moyens respectent les champs de compétence fédérale.
Je conseille fortement à mon collègue de discuter avec ses collègues et d’écouter la ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Cette dernière a suggéré au gouvernement actuel de cesser de s’ingérer dans les champs de compétence des provinces en ce qui a trait à la santé et d’augmenter immédiatement les transferts fédéraux aux provinces, pour qu’elles puissent implémenter plusieurs mesures qui sont déjà sur la table, mais qui ne peuvent être implémentées à cause du manque d’argent et du désengagement du gouvernement fédéral.
Results: 1 - 3 of 3