Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-24 11:50 [p.15587]
Madam Speaker, my colleague was not talking about the fight against ISIS. He was talking about how this government is treating our serving military members. Its treatment of them is callous. It is turning its back on our veterans and even now threatening to cut the monthly allowance for injured soldiers.
The Liberals are proposing a state-funded program for radicalized terrorists, but they are not even providing a similar level of service to law-abiding Canadian citizens.
Why should terrorists who fought against our country be entitled to free reintegration services even as the Liberals abandon our own veterans and serving military members?
Madame la Présidente, mon collègue ne parlait pas de la lutte contre Daech, il parlait du traitement que ce gouvernement réserve à nos militaires en service actuellement. Il les traite de façon impitoyable; il tourne le dos à nos vétérans et menace de couper l'allocation mensuelle de service pour les soldats blessés à l'heure même où nous nous parlons.
Tandis que les libéraux proposent un programme d'aide financé par l'État pour les terroristes radicalisés, ils n'offrent même pas ce genre de service aux citoyens canadiens respectueux de la loi.
Pourquoi des terroristes qui se sont battus contre notre pays auraient-ils droit à des services de réintégration gratuits alors que, du même coup, les libéraux abandonnent nos propres vétérans et militaires actifs en ce moment?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-03 11:06 [p.14956]
Mr. Speaker, this November, as members of Parliament, we have the duty and privilege to say a few words in the House to acknowledge the extraordinary dedication that our veterans and active military members show to our country, day after day, from one military conflict to the next.
We must not forget that these men and women in uniform often serve on Canadian soil, as we saw most recently during the unfortunate flooding last spring.
Therefore, in addition to remembering their many sacrifices, we must also develop legislation that helps improve their lives. I have taken action, and in May, I introduced Bill C-357 to fix a bureaucratic injustice that affects veterans.
During this time of remembrance, I urge my colleagues from all parties to take a serious look at this bill and to help me pass it, to guarantee that our veterans will be respected in their transition to civilian life.
Monsieur le Président, en ce mois de novembre, nous, les députés fédéraux, avons le devoir et le privilège d'exprimer quelques mots à la Chambre pour souligner l'extraordinaire dévouement que nos vétérans et nos militaires toujours en service témoignent à l'égard de notre patrie jour après jour, de conflit militaire en conflit militaire.
Également, n'oublions pas que ces mêmes hommes et femmes en uniforme nous servent souvent en sol canadien, tel que nous avons pu le constater tout récemment, lors des malheureuses inondations du printemps dernier.
Nous nous devons donc non seulement de nous remémorer de manière constante leurs sacrifices nombreux, mais aussi d'élaborer parallèlement des mesures législatives qui visent à améliorer leur sort. À cet égard, je ne suis pas en reste: j'ai déposé au mois de mai le projet de loi C-357, qui vise à corriger une injustice bureaucratique qui touche nos vétérans.
En cette période du souvenir, je demande à mes collègues de tous les partis de prendre ce projet de loi au sérieux et de m'aider à en faire une réalité, et ce, pour garantir à nos vétérans une transition respectueuse vers une vie civile.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-05 15:12 [p.12019]
moved for leave to introduce Bill C-357, An Act to amend the Public Service Superannuation Act (Group 1 contributors).
He said: Mr. Speaker, it is with honour and pride, but mostly with humility that I rise today because this is the first time in my life that I have had the opportunity and incredible privilege, as a Canadian, to act as a legislator and introduce my first bill.
It is a private member's bill, of course, but it would require royal assent. I intend to do everything I possibly can to make the government see the importance of this bill.
It seeks to ensure that veterans can benefit from the grandfather provision in the changes made to the federal public service pension legislation.
In 2012, some changes were made to ensure the vitality of federal public service pensions. Some grandfather provisions were applied to ensure that those who were public servants before 2013 could benefit from the status quo. Veterans were inadvertently excluded from this.
When a veteran who fought for our country for many years brought the issue to my attention, I did not hesitate to move forward. For a year, I prepared everything I needed to and today I am very pleased to introduce this bill.
In closing, I would like to say that I love grassroots politics, but I want to be a full-fledged legislator. This is a big day for me and for all the veterans who served this country in another way, in the Canadian federal public service in particular.
That is why I am introducing this bill today.
demande à présenter le projet de loi C-357, Loi modifiant la Loi sur la pension de la fonction publique (contributeurs du groupe 1).
— Monsieur le Président, c'est avec honneur et fierté, mais surtout avec humilité, que je me lève aujourd'hui, parce que c'est la première fois de ma vie que j'ai l'occasion et le privilège incroyable, comme Canadien, d'agir en tant que législateur et de déposer un premier projet de loi.
C'est un projet de loi émanant d'un député, bien entendu, mais il a des conséquences nécessitant une sanction royale. J'ai bien l'intention de faire tout le travail requis de ma part pour que le gouvernement constate l'importance de ce projet de loi.
Celui-ci vise à faire en sorte que les anciens combattants puissent bénéficier de la disposition de droits acquis pour les changements relatifs à la loi sur la pension fédérale pour les fonctionnaires.
En 2012, on a apporté certains changements à cette pension pour assurer la vitalité de la pension des fonctionnaires du niveau fédéral. On a appliqué certaines dispositions de droits acquis pour que ceux qui étaient fonctionnaires avant 2013 puissent bénéficier du statu quo. Par mégarde, on avait omis d'y inclure les vétérans.
Un ancien combattant, qui a combattu très longuement pour notre pays, m'a informé de cela. Je suis donc tout de suite allé de l'avant. Pendant un an, j'ai préparé le tout et je suis très heureux aujourd'hui de déposer ce projet de loi.
En terminant, je voudrais dire que j'adore la politique de terrain, mais que je veux être un législateur en bonne et due forme. Ce jour est donc un grand jour pour moi et pour tous les vétérans qui servent ce pays d'une autre manière, notamment dans la fonction publique canadienne, au fédéral.
Je dépose donc ce dépôt de projet de loi aujourd'hui.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-05-30 14:52 [p.11668]
Mr. Speaker, the Liberal government has managed to mess up yet another an important file, that is, the replacement of Canada's search and rescue aircraft.
That is not surprising, however, since the department has been without leadership since 2015, and even more so for the past two months, considering the very partisan parliamentary secretary who is responsible for the department's policy issues.
When will the Prime Minister understand how important and how urgent procurement is and finally intervene before this completely falls apart?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral a encore réussi à mettre à mal un dossier important, celui du remplacement des avions de recherche et de sauvetage.
Toutefois, ce n'est pas surprenant, puisque ce ministère n'a aucun leadership depuis 2015, et encore moins depuis 2 mois, avec le très partisan secrétaire parlementaire qui est responsable des questions politiques de ce ministère.
Quand le premier ministre va-t-il comprendre l'importance et l'urgence de l'approvisionnement et va-t-il enfin intervenir avant que cela ne tombe à l'eau?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-05-08 16:04 [p.10910]
Mr. Speaker, I will begin by simply saying that the Minister of National Defence must resign, not only because of numbers or political decisions, but because of ministerial responsibility, a very important constitutional convention in this country. Since he does not want to follow that convention, we need to use an opposition day today to call for his resignation, which is coming soon. By the end of my speech, members will understand why.
I would like to take this opportunity to thank all of the men and women who serve their country in the Canadian Armed Forces for the hard work they do every day, as demonstrated recently when they took quick action to help address the flooding in many regions of Quebec and Ontario.
I would also like to thank the members of the 6th Field Artillery Regiment, with whom I had the honour of serving our country, for the dedication they have shown since the regiment was created to the homeland and in every conflict.
Like my other opposition colleagues, today, I want to talk about our motion, which reads as follows:
That the House has lost confidence in the Minister of National Defence's ability to carry out his responsibilities on behalf of the government since, on multiple occasions the Minister misrepresented his military service and provided misleading information to the House.
This is really very serious. It all began with earlier issues, which I will talk about shortly. First, I want to explain a little about what has brought us to this opposition day, namely Operation Medusa, which took place in Afghanistan in 2006.
The minister’s political career began recently, in 2015. Before the November 2015 election, he was still in the Canadian Armed Forces. In a speech in New Delhi, India, for the second time in his political career, he stated that he was the main architect of Operation Medusa. This was not an inadvertent error, since he had made the same false statement, the same exaggeration, previously, during the 2015 election campaign, in an interview with a journalist.
Operation Medusa was one of the most important operations conducted by the Canadian Armed Forces in Afghanistan. It has contributed to our national pride, since it was a success, according to a majority of analysts.
Since making that false statement, the minister has been severely criticized for this lie by the media, the opposition, and numerous active or retired members of the Canadian Armed Forces. Today, my colleagues have clearly shown this by referring to a number of retired members of the military who are disappointed and stunned by this minister’s conduct.
What is unfortunate, but what reinforces our position on this opposition day, is that the Minister of National Defence is setting a trend in terms of how he performs his ministerial duties.
Right at the beginning of his term as minister, in December 2015, when the newly elected government decided to end our CF-18 campaign in Iraq, the Minister of National Defence held talks with certain members of the Iraqi government. When the minister returned to Canada, we asked him several times whether he had actually heard any comments about the withdrawal of our CF-18s in Iraq, and he said that was not the case. However, thanks to the good work done by journalists, we recently learned that, on the contrary, the Iraqi government had informed the minister on numerous occasions of its concerns regarding the withdrawal of the CF-18s. That is the first point on which the Minister of National Defence misled us.
The second example of the trend that the minister is setting relates to Kuwait. We have armed forces personnel in Kuwait, and, since October 5, 2014, they have received tax relief that was put in place by the Conservative government, as is often the case for other missions.
Responding to questions on the Order Paper, the Minister of National Defence acknowledged that the Conservative government had in fact put that tax relief in place. In spite of the minister’s clear statements saying that members of the military deployed in Kuwait were entitled to tax relief offered by the previous Conservative government, he kept saying, several months later, falsely, that those soldiers were deployed without receiving tax relief from the Conservative government. Why did he change his mind? Did his parliamentary assistants not bother to tell him that he had signed a paper saying that in the House? That is probably what happened, and that is another example of incompetence.
The third thing that further highlights the minister’s pattern of misleading conduct toward Canadians and the House is our fighter fleet’s lack of capacity. There is no such thing. The commander of the air force, Lieutenant-General Michael Hood, said when he appeared before the Standing Committee on National Defence, as my colleague from Charlesbourg—Haute-Saint-Charles who sits on that committee and was there can attest, that there was no lack of capacity when it comes to Canada’s fighter fleet.
I have given three flagrant examples that show that the minister has misled the House of Commons, the parliamentarians who must vote for or against the government’s decisions. His pattern seems quite obvious to me, and that brings me to the second part of my speech.
I want to come back to the convention of ministerial responsibility. If there is one fantastic thing bequeathed to us by mother England, and its fantastic mother of parliament, Westminster, it is ministerial responsibility, which rests, first and foremost, on the honour of a man or woman, the honour of serving and of acknowledging that, when the time comes, he or she must resign from his position or her position.
I have to say that Canada has an interesting history when it comes to ministerial responsibility. I am going to give all the examples of ministers who have resigned, since 1867, for reasons ranging from the trivial to the most serious.
I thought that the change in the political culture that had taken place since the 1950s should have meant that very few ministers had resigned recently. We treat politicians as we treat products of mass consumption: we toss them out when they are no longer good. Contrary to what I thought, until this millennium, ministers have had the courage to resign for much more trivial reasons than we are currently discussing in the case of the Minister of National Defence.
Mr. Galt, one of the founders of the nation, resigned in 1867 because he no longer had the support and confidence of his cabinet colleagues, who held his policy responsible for the collapse of the Commercial Bank of Canada.
In 1878, Mr. Vail, defence minister, resigned because he had violated ministerial directives by being a shareholder of a company that had received government printing and advertising contracts.
In 1907, the minister of railways and canals, Mr. Emmerson, resigned because he had been accused of going to a Montreal hotel with a person of ill repute. Is that not unbelievable?
In 1965, the secretary of state of Canada, Mr. Lamontagne, resigned because he had been accused by the opposition, not by a court, of being involved in the scandal relating to a bankruptcy close to the prime minister.
Mr. Dupuis, a minister without portfolio, resigned in 1965 after exerting undue influence in the matter of a race track in Saint-Luc.
In 1986, the minister of regional industrial expansion, Mr. Stevens, resigned because he was being investigated in relation to conflict of interest allegations, which is much more serious.
In 2002, the solicitor general of Canada, currently Minister of Agriculture and Agri-food, resigned because he was being investigated in relation to conflict of interest allegations.
In 2005, the present member for Humber River—Black Creek resigned in the midst of allegations of improprieties.
Last, in 2010, minister of state Helena Guergis resigned because she was being investigated regarding allegations relating to her conduct.
As we can see, for various reasons, trivial or otherwise, ministers have followed a very important convention in our country, a constitutional convention that requires a man or woman who holds office as a minister of Canada to resign when the members of the House question their confidence in him or her. Here, it is not only us; it is the entire Canadian Forces that are questioning their confidence in the minister. He should simply resign.
When we learn the truth about all of the issues that concern us, and if he did not in fact lie to Canadians, he will be able to return.
Monsieur le Président, je commencerai tout simplement en disant que le ministre de la Défense nationale ne doit pas seulement démissionner en raison de chiffres ou de décisions politiques, mais en raison de la responsabilité ministérielle, une convention constitutionnelle très importante dans ce pays. Comme il ne veut pas suivre celle-ci, nous devons aujourd'hui utiliser une journée de l'opposition pour demander sa démission, qui viendra bientôt. À la fin de mon discours, on comprendra pourquoi.
J'aimerais quand même remercier tous les hommes et les femmes qui servent leur pays dans les Forces armées canadiennes pour le travail acharné qu'ils font tous les jours, comme en témoigne dernièrement leur action rapide pour aider à remédier aux inondations qui ont lieu dans plusieurs régions du Québec et de l'Ontario.
J'aimerais également remercier les membres du 6e Régiment d'artillerie de campagne, avec lesquels j'ai eu l'honneur de servir notre pays, pour tout le dévouement dont ils font preuve envers la patrie depuis la création du régiment et dans tout conflit.
Tout comme mes autres collègues de l'opposition, aujourd'hui, je veux parler de notre motion, que voici:
Que la Chambre n'a plus confiance en l'habileté du ministre de la Défense nationale à exercer ses fonctions au nom du gouvernement puisqu'il a présenté plusieurs fois son service militaire sous un faux jour et induit la Chambre en erreur.
C'est quand même très grave. Tout a commencé par des enjeux antérieurs, dont je parlerai très bientôt. Tout d'abord, je veux expliquer un peu ce qui nous a amenés à cette journée de l'opposition, c'est-à-dire l'opération Méduse, qui a eu lieu en Afghanistan en 2006.
La carrière politique du ministre a débuté récemment, en 2015. Avant les élections de novembre 2015, il était toujours au service des Forces armées canadiennes. Dans un discours à New Delhi, en Inde, pour la deuxième fois dans sa carrière politique, il a précisé qu'il était l'architecte principal de l'opération Méduse. Ce n'était pas une erreur de parcours, puisqu'il avait déjà prononcé cette fausseté, cette exagération lors de la campagne électorale de 2015 lors d'une entrevue avec un journaliste.
L'opération Méduse était l'une des opérations les plus importantes menées par les Forces armées canadiennes en Afghanistan. Elle fait partie de notre fierté nationale, puisqu'elle a été un succès, selon la majorité des analystes.
Depuis qu'il a fait cette fausse déclaration, le ministre a fait l'objet de fortes critiques à l'égard de ce mensonge de la part des médias, de l'opposition et de nombreux membres des Forces armées canadiennes actifs ou retraités. Aujourd'hui, mes collègues en ont bien fait la démonstration en mentionnant plusieurs militaires retraités qui sont déçus et accablés par le comportement de ce ministre.
Ce qui est malheureux, mais qui renforce notre point de vue en cette journée de l'opposition, c'est que le ministre de la Défense nationale est en train de créer une tendance dans le cadre de l'exercice de sa fonction ministérielle.
Au tout début de son mandat ministériel, en décembre 2015, lorsque le gouvernement, tout nouvellement élu, a décidé de mettre fin à notre campagne de CF-18 en Irak, le ministre de la Défense nationale a discuté avec certains membres du gouvernement irakien. À son retour en sol canadien, nous avons demandé plusieurs fois au ministre s'il avait effectivement entendu des commentaires sur le retrait de nos avions CF-18 en Irak, et il a dit que ce n'était pas le cas. Toutefois, grâce au bon travail des journalistes, nous avons récemment appris que le gouvernement irakien, au contraire, avait à de nombreuses reprises fait part au ministre de ses préoccupations concernant le retrait des avions CF-18. C'est le premier élément par rapport auquel le ministre de la Défense nationale nous a trompés.
Le deuxième exemple de la tendance que le ministre est en train de créer concerne le Koweït. Nous avons des militaires au Koweït qui, depuis le 5 octobre 2014, bénéficient d'un allégement fiscal qui a été mis en place par le gouvernement conservateur, comme c'est souvent cas dans le cadre d'autres missions.
Le ministre de la Défense nationale a reconnu, dans une réponse aux questions au Feuilleton, que le gouvernement conservateur avait effectivement mis en place ces allégements fiscaux. Malgré les indications claires du ministre, à l'effet que les militaires déployés au Koweit avaient droit à un allégement fiscal offert par le gouvernement conservateur précédent, il n'a cessé d'affirmer quelques mois après, faussement, que ces militaires ont été déployés sans obtenir d'allégement fiscal de la part du gouvernement conservateur. Pourquoi a-t-il changé d'avis? Ses assistants parlementaires n'ont-ils par pris le temps de lui dire qu'il avait signé une feuille à cet effet à la Chambre? C'est probablement ce qui est arrivé, et il s'agit là d'un autre exemple d'incompétence.
La troisième notion qui renforce le modèle de tromperie du ministre envers les Canadiens et la Chambre, c'est le manque de capacités de notre flotte aérienne. Cela ne s'avère pas du tout. Le lieutenant-général Michael Hood, commandant des forces aériennes, a dit, lors de son passage au Comité permanent de la défense nationale, auquel siège mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles — il était là et peut en témoigner — qu'il n'y avait pas de manque de capacité en ce qui a trait à la flotte aérienne du Canada.
J'ai donné trois exemples patents qui démontrent que le ministre a faussement guidé la Chambre des communes, les parlementaires qui doivent voter pour ou contre les décisions du gouvernement. Son modèle me semble assez évident, et c'est ce qui m'amène à la deuxième partie de mon discours.
Je veux revenir sur la convention de la responsabilité ministérielle. S'il y a bien une chose fantastique que nous a légué la mère patrie, l'Angleterre et son Parlement mère, le fantastique Parlement de Westminster, c'est la responsabilité ministérielle qui, d'abord et avant tout, repose sur l'honneur d'un homme ou d'une femme, l'honneur de servir et de reconnaître que, en temps et lieu, il ou elle doit mettre fin à ses fonctions.
Je dois dire que le Canada a un historique intéressante en ce qui a trait à la responsabilité ministérielle. Je vais nommer tous les exemples des ministres qui, depuis 1867, ont démissionné pour des raisons qui vont du banal au plus grave.
Je pensais que le changement de la culture politique qui s'effectue depuis les années 50 avait dû faire en sorte que peu de ministres auraient démissionné récemment. On traite les politiciens comme on traite un produit de consommation de masse, c'est-à-dire qu'on les met à la poubelle quand ils ne sont plus bons. Contrairement à ce que je pensais, jusqu'aux années 2000, des ministres ont eu le courage de démissionner pour des raisons beaucoup plus banales que ce dont nous discutons présentement par rapport au ministre de la Défense nationale.
M. Galt, l'un des pères fondateurs du pays, démissionne en 1867 parce qu'il manque d'appui et de confiance de la part de ses collègues du Cabinet qui tenaient sa politique responsable de l'effondrement de la Commercial Bank of Canada.
En 1878, M. Vail, ministre de la Défense nationale, démissionne parce qu'il contrevient aux directives ministérielles en étant actionnaire d'une compagnie ayant obtenu des contrats d'imprimerie et de publicité du gouvernement.
En 1907, le ministre des Chemins de fer et Canaux, M. Emmerson, démissionne, car il a été accusé d'être allé dans un hôtel de Montréal avec une personne de mauvaise vie. N'est-ce pas incroyable?
En 1965, le secrétaire d'État du Canada, M. Lamontagne, démissionne parce qu'il est accusé par l'opposition, pas par un tribunal, d'être impliqué dans le scandale d'une histoire de faillite proche du premier ministre.
M. Dupuis, un ministre sans portefeuille, démissionne en 1965 après avoir exercé une influence indue dans une affaire de pistes de courses à Saint-Luc.
En 1986, le ministre de l'Expansion industrielle régionale, M. Stevens, démissionne car il était l'objet d'une enquête au sujet d'allégations de conflit d'intérêts, ce qui est beaucoup plus grave.
En 2002, le solliciteur général du Canada, l'actuel ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, démissionne parce qu'il fait l'objet d'une enquête sur des allégations de conflit d'intérêts.
En 2005, l'actuelle députée de Humber River—Black Creek démissionne au milieu d'allégations d'actes irréguliers.
Finalement, en 2010, Helena Guergis, ministre d'État, démissionne puisqu'elle est l'objet d'une enquête au sujet d'allégations en ce qui a trait à sa conduite.
Comme on peut le voir, pour diverses raisons, banales ou non, les ministres ont appliqué une convention fort importante de notre pays, une convention constitutionnelle qui demande à un homme ou une femme qui exerce un ministère du Canada de démissionner lorsque les députés de la Chambre remettent en doute leur confiance à son endroit. Or Ce n'est pas seulement nous, c'est l'entièreté des forces canadiennes qui remet en doute leur confiance envers le ministre. Il devrait tout simplement démissionner.
Lorsqu'on connaîtra la vérité sur tous les enjeux qui nous préoccupent, et si effectivement il n'a pas menti aux Canadiens, il pourra revenir.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-13 11:42 [p.10516]
Mr. Speaker, the military see the truth. They see it on their paycheque at the end of the month.
On April 6, the hon. member for Gatineau told me that I would get evidence of the capability gap that was cited as the reason for procuring the 18 Super Hornet jets without a bidding process. He told me that the Department of National Defence would provide me with that information.
However, on Tuesday, in committee, the Liberals voted twice against the Conservative motion calling on the Minister of National Defence to come present that evidence.
The Liberals keep saying that this capability gap exists. Why are two ministers responsible for this file unable to prove it and unable to illustrate their point in writing in a letter?
Monsieur le Président, les militaires voient la vérité. Ils la voient sur le chèque de paie qu’ils reçoivent à la fin du mois.
Le 6 avril dernier, le député de Gatineau m'a confirmé que j'obtiendrais la preuve du manque de capacité évoqué pour justifier l'achat, sans appel d'offres, des 18 avions de chasse Super Hornet. Il m'a confirmé que le ministère de la Défense nationale me donnerait ces preuves.
Pourtant, mardi dernier, en comité, les libéraux ont voté deux fois contre la motion conservatrice invitant le ministre de la Défense nationale à venir nous démontrer cette preuve.
Les libéraux n'arrêtent pas de dire que cet écart de capacité existe. Comment se fait-il que les deux ministres responsables du dossier ne sont ni capables de le démontrer ni capables de l'illustrer par écrit dans une lettre?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-06 18:47 [p.10313]
Mr. Speaker, somebody needs to get the situation at Public Services and Procurement Canada under control yesterday. Just look at the outrageous bonuses paid to executives involved with the Phoenix fiasco in various capacities.
I wish my colleague from Miramichi—Grand Lake were still here so I could tell him that the fact is, the Minister of Public Services and Procurement launched the Phoenix pay system on February 24, 2016. All of the access to information requests and all of the questions that we put on the House of Commons Order Paper leave no room for doubt, and the member for Gatineau knows it.
We initiated the Phoenix project as any responsible government would have done. We realized the previous pay system was outdated and had to be changed. However, we were not the ones who implemented it. Again, all of the access to information requests show that expert reports to the minister of the day said the system was not ready.
This evening, I want to talk about the Super Hornets, which the government plans to acquire very soon. My colleague from Edmonton West spoke about the advisability of procuring these aircraft and how long it would take. I would like to address another aspect of the problem.
The Government Contracts Regulations must apply to the Department of Public Services and Procurement because, in the end, that department's minister must give the go-ahead to the department that wants to enter into procurement contracts. The reason we have a framework for government procurement, the Government Contracts Regulations, is to prevent questionable acquisitions of this magnitude.
What I suspect, and I am confident in saying that my party colleagues agree, is that the exceptions in the regulations were rigged by the Liberal Party because it often mentions the exception contained in subsection 3(1)(g), which allows a contract to fulfill an interim requirement for defence supplies. I would like the record to show that this is not simply a legal void that the Liberal Party can use to contravene the Government Contracts Regulations.
For greater clarity, if the Minister of Public Services and Procurement approved the future purchase of the Super Hornets without a tender, she must have a letter from the Department of National Defence stating, in black and white, why an exception is being made to proceed without a tender. There are four possible reasons for the exception: state of war, an emergency, a gap, and so forth. In this case, the Liberals are saying that there is a capability gap. I do not believe it, and my party does not either. Where is the proof?
Can the parliamentary secretary show us a document from the Department of National Defence, signed by the minister, that proves there is a capability gap?
Monsieur le Président, de toute évidence, le feu est dans la demeure au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, notamment en raison des primes éhontées accordées aux hauts fonctionnaires qui ont touché, de près ou de loin, au fiasco qu'est le système de paye Phénix.
J'aurais aimé que mon honorable collègue de Miramichi—Grand Lake reste ici, parce que je lui aurais dit que les faits démontrent que c'est le 24 février 2016 que la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement a mis en branle le système de paye Phénix. Toutes les demandes d'accès à l'information et toutes les questions que nous avons inscrites au Feuilleton à la Chambre le démontrent sans équivoque, et le député de Gatineau le sait très bien.
Nous avons amorcé le projet Phénix comme tout gouvernement responsable. Nous avions constaté que le système de paye était désuet et qu'il fallait le changer. Toutefois, ce n'est pas nous qui l'avons mis en marche, et encore une fois, toutes les demandes d'accès à l'information démontrent que des rapports d'experts disaient à la ministre à l'époque que le système n'était pas prêt.
Ce soir, je veux parler de l'acquisition des Super Hornet, que le gouvernement entend faire très bientôt. Mon collègue d'Edmonton-Ouest a parlé du bien-fondé de l'équipement et du temps requis pour en faire l'acquisition. Pour ma part, j'aimerais aborder un autre aspect du problème.
Le Règlement sur les marchés de l'État doit s'appliquer au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, puisqu'en fin de compte, c'est la ou le ministre de ce ministère qui doit donner son approbation au ministère qui veut faire des contrats d'approvisionnement. Nous avons un cadre qui régit les achats de l'État, c'est-à-dire le Règlement sur les marchés de l'État, justement pour que les achats de cette ampleur ne fassent pas l'objet d'ententes louches.
Ce que je soupçonne, et je dis avec assurance que mes collègues de mon parti sont d'accord, c'est que les exceptions contenues dans le règlement ont été truquées par le Parti libéral, car il mentionne souvent l'exception mentionnée à l'alinéa 3(1)g) du Règlement sur les marchés de l'État, qui permet de combler un besoin provisoire en matériel de défense. J'aimerais qu'il soit écrit dans les Débats que cela n'est pas un simple vide juridique qui permet au Parti libéral d'enfreindre le Règlement sur les marchés de l'État.
Pour être plus clair, si la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement a approuvé le futur achat des Super Hornet sans appel d'offres, elle doit avoir en sa possession une lettre du ministère de la Défense nationale qui dit, noir sur blanc, pourquoi on devait faire exception pour ne pas procéder à un appel d'offres. Il y a quatre raisons possibles pour faire exception: l'état de guerre, une urgence, une lacune, et ainsi de suite. Dans ce cas-ci, les libéraux disent qu'il y a un manque de capacité. Je ne le crois pas, et mon parti ne le croit pas. Où est la preuve, au ministère?
Est-ce que le secrétaire parlementaire peut nous montrer un papier du ministère de la Défense nationale signé par la ministre qui démontre un manque de capacité?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-06 18:54 [p.10314]
Mr. Speaker, the parliamentary secretary mentioned an honest political disagreement between the two of us. That is indeed the case, but that is not what I am talking about.
I would point out that Denmark was able to complete an open, transparent competition in 11 months.
I am speaking to the parliamentary secretary, and it is not up to the Department of National Defence to answer me. My question is this. The rules surrounding government contracts demand that the Minister of Public Services and Procurement play a role. Any department can say that it wants this or that, for any given reason. It is too easy. Public Services and Procurement and the Government Contracts Regulations necessitate, require, and demand that the minister of public services receive a letter that explains why there is an exception, why the need is exceptional. I assume that, for the Liberals, the exception here is the capability gap. Personally, I do not think the capability gap exists—
Monsieur le Président, le secrétaire parlementaire parle de mésentente politique honnête entre nous deux. C'est effectivement le cas, mais ce n'est pas de cela que je parle.
Je dirai qu'une compétition ouverte et transparente a pris 11 mois au Danemark.
Je m'adresse au secrétaire parlementaire, et ce n'est pas au ministère de la Défense nationale de répondre. Je lui demande ce qui suit. Les règles entourant les marchés de l'État demandent à la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement de jouer son rôle. N'importe quel ministère pourrait dire qu'il veut ceci ou cela pour telle ou telle raison. C'est trop facile. Services publics et Approvisionnement Canada et les règles des marchés de l'État nécessitent, requièrent et demandent que la ministre des Services publics reçoive une lettre qui explique en quoi il y a exception, en quoi le besoin est exceptionnel. Je présume que, pour les libéraux, l'exception, c'est le manque de capacité. Personnellement, je pense que le manque de capacité n'existe pas...
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-02-10 11:48 [p.8795]
Mr. Speaker, there is clearly a political controversy surrounding the procurement of the Super Hornet fighter jets.
At the Standing Committee on Government Operations and Estimates yesterday, the Liberals refused to hold an emergency debate, even though that committee's mandate is to examine procurement contracts. The goal is to ensure that everything is done by the book and that Canada's Government Contracts Regulations are followed.
Will the Liberal government allow our committee to do its job on these important matters and will it respect the parliamentary process?
Monsieur le Président, il y a clairement une controverse politique entourant l'achat des avions de chasse Super Hornet.
Hier, au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, les libéraux ont refusé de tenir un débat d'urgence. C'est pourtant le mandat de ce comité d'étudier les contrats d'approvisionnement. Le but est de s'assurer que tout est fait en bonne et due forme et qu'on suit le Règlement sur les marchés de l’État.
Le gouvernement libéral permettra-t-il à notre comité de faire son travail sur des questions importantes et respectera-t-il les procédures parlementaires?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-02-07 14:44 [p.8583]
Mr. Speaker, that is the main point: it is not the right equipment.
The Super Hornets will be operational for about 12 years, at most, and will cost Canadian taxpayers over $300 million per plane. Worse still, there are no significant industrial benefits on the horizon for Canadian workers or businesses. The Minister of Public Services and Procurement has a duty to manage taxpayers' money prudently, while also supporting Canadian industries.
How far is the minister willing to go to promote the Liberal Party's political interests rather than the interests of all Canadians in this great federation?
Monsieur le Président, voilà le coeur du problème: le gouvernement n'achète pas le bon appareil.
Les avions Super Hornet seront utilisés une douzaine d'années tout au plus et vont coûter aux Canadiens au-delà de 300 millions de dollars par unité. Pire encore, aucun bénéfice industriel important ne semble se pointer à l'horizon pour les travailleurs et entreprises du Canada. La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement est pourtant tenue de gérer l'argent des contribuables avec parcimonie tout en favorisant les industries canadiennes.
Jusqu'où la ministre est-elle prête à aller pour favoriser les intérêts politiques du Parti libéral au lieu de favoriser les intérêts de tous les Canadiens dans notre grande fédération?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-12-12 15:57 [p.7968]
Mr. Speaker, I thank the member for her speech.
I heard something that really surprised me. Perhaps I am mistaken, but I thought she said that jobs in the Canadian Armed Forces are precarious. I would like to tell all Canadians who are listening that, on the contrary, working for the Canadian Armed Forces is wonderful. I did it, as did my brother, father, grandfather and great-grandfather. It is a very well-paid job.
I strongly encourage all young millennials who are watching at home to contact their closest recruitment centre and join the Canadian Armed Forces.
If the member is saying that being a member of the Canadian Armed Forces is precarious because it involves dangerous missions, I would like to remind her that statistics show that it is much more dangerous to be a fisherman in Acadie or a city firefighter than to be part of the Canadian Armed Forces.
I want Canadians to know that being part of the Canadian Armed Forces is a wonderful experience.
Monsieur le Président, je remercie la députée de son discours.
J'ai entendu quelque chose qui m'a vraiment surpris. Je me trompe peut-être, mais elle semblait dire que travailler au sein des Forces armées canadiennes était un travail précaire. J'aimerais préciser à tous les Canadiens et Canadiennes qui nous écoutent qu'au contraire, travailler au sein des Forces armées canadiennes est fantastique. Je l'ai fait, tout comme l'ont fait mon frère, mon père, mon grand-père et mon arrière-grand-père. Il s'agit d'un emploi très bien rémunéré.
J'encourage fortement tous les jeunes milléniaux qui nous écoutent à se renseigner auprès du centre de recrutement le plus près de leur banlieue ou village et à se joindre aux Forces armées canadiennes.
Si la députée prétend qu'il s'agit d'un emploi précaire puisque le fait d'aller en mission est dangereux, je lui rappellerai que les statistiques démontrent que c'est beaucoup plus précaire d'être un pêcheur en Acadie ou un pompier dans une ville, par exemple, que de faire partie des Forces armées canadiennes.
Je veux que les Canadiens et les Canadiennes sachent que faire partie des Forces armées canadiennes est une expérience fantastique.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-12-05 14:52 [p.7638]
Mr. Speaker, last week, the Minister of Public Services and Procurement indicated that she did not intend to provide Canadians with the financial details of the contract to purchase Super Hornet fighter jets. She said that she wanted to talk to Boeing and the American government about it first.
The minister suggested that her government has not yet entered into discussions with Boeing, which is rather unbelievable. What is worse, Canadians are being treated like a second-class third party in this transaction, even though the minister is accountable to Canadians and Canadians only.
When will she rectify this situation and tell Canadians the unit price of the Super Hornets?
Monsieur le Président, la semaine dernière, la ministre de l'Approvisionnement a affirmé qu'elle n'avait pas l'intention d'informer les Canadiens quant aux détails financiers du contrat d'achat des avions de chasse Super Hornet. Elle dit vouloir en parler à Boeing d'abord, puis au gouvernement américain.
La ministre suggère donc que son gouvernement n'a pas encore entamé de discussions avec Boeing, ce qui est quand même incroyable, et pire encore, que les Canadiens sont une tierce partie de second ordre dans cette transaction. Or la ministre est redevable au peuple canadien et seulement au peuple canadien.
Quand va-t-elle rectifier la situation et dire le prix unitaire des Super Hornet au peuple canadien?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-12-01 14:46 [p.7519]
Mr. Speaker, we know three things for sure.
First, the Minister of Procurement does not know how much Super Hornet fighters cost. Second, in negotiations with Boeing and the United States, the Liberals put their cards on the table before the game even started. Third, the process to replace our fighter jets will not be done before the 2019 election.
Obviously, either the Liberals are totally incompetent, or they have a hidden agenda.
Can the minister tell us which is true?
Monsieur le Président, nous savons d'ores et déjà trois choses.
Premièrement, la ministre de l'Approvisionnement ne connaît pas le prix des avions de chasse Super Hornet. Deuxièmement, les libéraux entament des négociations avec Boeing et les États-Unis en mettant cartes sur table avant même que la partie n'ait eu le temps de débuter. Troisièmement, le processus pour remplacer la flotte des avions de chasse ne sera pas conclu avant les élections de 2019.
Clairement, soit les libéraux sont complètement incompétents, soit ils détiennent un programme caché.
La ministre peut-elle confirmer laquelle de ces deux propositions est la bonne?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-11-30 14:54 [p.7442]
Mr. Speaker, I asked the Minister of Public Services and Procurement a very simple question yesterday. She did not answer me, so I would like to repeat my question.
Her government's controversial decision to purchase 18 outdated Super Hornet fighter jets makes no sense. The minister's mandate is to ensure that all contracts awarded by the Canadian government are as profitable as possible and represent the best possible value for Canadian taxpayers.
Will the minister finally confirm the unit price of each Super Hornet? If she cannot do so, we will have to assume that she went ahead without full knowledge of the facts.
Monsieur le Président, hier, j'ai posé une question très simple à la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement. Elle ne m'a pas répondu et je vais donc réitérer ma question.
Son gouvernement a pris la décision controversée d'acheter 18 avions de chasse Super Hornet désuets. Le mandat de la ministre est de faire en sorte que les contrats scellés par le gouvernement canadien soient les plus rentables possible et au meilleur prix pour l'ensemble des contribuables.
La ministre peut-elle enfin nous confirmer quel est le prix unitaire des Super Hornet? Si elle ne peut pas le faire, on doit conclure qu'elle est allée de l'avant sans connaissance de cause.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-11-30 14:55 [p.7442]
Mr. Speaker, the truth is simple. She is not answering because she does not know the cost of the planes. That is what we call bad governance.
In Norway, their open and transparent process to replace their fleet of fighter jets took two years. The same kind of process took 16 months in South Korea and 11 months in Denmark.
The Liberals know that their management of this file will be a turning point for Canadians, who will judge the current government's performance very severely. That is precisely why they extended the bidding period over five years, until after the next election.
When will the minister properly fulfill her ministerial mandate instead of—
Monsieur le Président, la vérité est simple. La ministre ne répond pas parce qu'elle ne connaît pas le coût des avions. C'est ce qu'on appelle de la mauvaise gouvernance.
Le processus ouvert et transparent pour remplacer leur flotte d'avions de chasse a pris respectivement 2 ans à la Norvège, 16 mois à la Corée du Sud et 11 mois au Danemark.
Les libéraux savent que la gestion de ce dossier sera un point tournant à partir duquel les Canadiens évalueront sévèrement la performance du gouvernement actuel. C'est justement pourquoi ils ont prolongé l'appel d'offres sur cinq ans, ce qui nous mène après les élections.
Quand la ministre va-t-elle remplir convenablement son mandat ministériel au lieu de...
Results: 1 - 15 of 30 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|