Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-30 14:57 [p.28342]
Mr. Speaker, in 2015, the Prime Minister, surrounded by Liberal candidates, including the member for Orléans and the Minister of National Defence, who are both veterans themselves, made a solemn promise that under his leadership, veterans would never, ever have to go to court to get their due. He broke that promise.
He also promised to restore the pension for life option in the proper way. That was another broken promise. We are not the ones saying so. It is veterans themselves, the ones who are the most affected by this affair, who are saying that the money is just not there for the pension for life option.
Why?
Monsieur le Président, en 2015, le premier ministre, la main sur le cœur et entouré de candidats libéraux, dont le député d'Orléans et le ministre de la Défense nationale, eux-mêmes des vétérans, a promis que jamais, au grand jamais, sous sa gouverne, les anciens combattants n'allaient devoir se battre en justice pour obtenir gain de cause. Il a brisé cette promesse.
Il avait également promis de rétablir l'option de la pension à vie en bonne et due forme. C'est encore une promesse brisée. Ce n'est pas nous qui le disons, ce sont les vétérans eux-mêmes, ceux qui sont les plus concernés par cette histoire, qui disent que l'argent n'est pas au rendez-vous en ce qui concerne l'option de la pension à vie.
Pourquoi?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-29 14:48 [p.28261]
Mr. Speaker, the Prime Minister is the head of the government. He has many roles and responsibilities, but his primary duty consists of two fundamental objectives. First of all, he must ensure our great federation is politically united. Second, he must ensure that the government is there for our military personnel, and that includes giving them the honours they deserve.
Did the Prime Minister share the profound disappointment felt by Canadians and by our troops when they learned that the families of fallen Afghanistan war soldiers were excluded from the war memorial event?
Monsieur le Président, le premier ministre est le chef du gouvernement. Parmi ses fonctions, il a plusieurs responsabilités, mais son devoir premier est composé de deux objectifs fondamentaux. Premièrement, il doit assurer l'unité politique de notre grande fédération. Deuxièmement, il doit s'assurer que l'État est présent pour nos militaires, notamment en leur rendant les honneurs qu'ils méritent.
Le premier ministre a-t-il éprouvé la profonde déception des Canadiens et de nos militaires lorsqu'il a appris que les familles des défunts de l'Afghanistan ont été exclues d'une cérémonie de commémoration de cette guerre?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-08 14:49 [p.23503]
Mr. Speaker, it is not just a matter of investments. This goes beyond the government's broken promises to veterans. We are talking about red tape and a lack of respect within Veterans Affairs Canada itself for the calls it receives from our brave men and women in uniform. I have heard stories from people who, every year anew, have to provide proof of having lost their arm in Afghanistan.
Does the government think it is right or fair to do that to our dedicated soldiers who often continue to serve here or abroad?
The Prime Minister needs to understand and commit today to reduce the department's red tape and burdensome rules.
Monsieur le Président, ce n'est pas juste une question d'investissements. Au-delà des promesses envers les vétérans que ce gouvernement a brisées, c'est une question de lourdeur administrative et d'un manque de respect au coeur même d'Anciens Combattants Canada envers les appels qu'ils reçoivent de nos valeureux militaires. Il y a des histoires de gens qui, chaque année, doivent prouver encore une fois qu'ils ont perdu leur bras en Afghanistan.
Pense-t-on que c'est juste et normal de faire cela à nos valeureux militaires qui continuent souvent à combattre ici-même ou ailleurs?
Le premier ministre doit comprendre et s'engager aujourd'hui à faire en sorte de réduire la paperasse et les règles encombrantes qu'il y a au sein du ministère.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-26 14:40 [p.17386]
Mr. Speaker, in the last 10 years, we increased all benefits. That is the story the Liberals do not want to tell.
Today, the Prime Minister has a golden opportunity to show that he still respects veterans. This evening, he can vote in favour of the opposition motion.
A prime minister simply cannot claim that veterans are asking for too much when his own government has been spending money recklessly day after day for three years.
Will the Prime Minister do the right thing this evening and vote in favour of the motion moved by Her Majesty's official opposition?
Monsieur le Président, au cours des 10 dernières années, nous avons accru toutes les prestations. Voilà ce que les libéraux refusent de dire.
Aujourd'hui, le premier ministre a une occasion en or pour démontrer aux vétérans qu'il les respecte toujours. Il peut dès ce soir voter en faveur de la motion de l'opposition.
Un premier ministre ne peut tout simplement pas prétendre que les vétérans en demandent trop lorsque son propre gouvernement fait des dépenses irresponsables, jour après jour, depuis trois ans.
Est-ce que le premier ministre va se rendre à l'évidence et voter ce soir en faveur de la motion de l'opposition officielle de Sa Majesté?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:27 [p.17305]
Mr. Speaker, my hon. colleague from Saint-Laurent certainly knows that the Liberals did not invent the wheel when it comes to the veterans reintegration, rehabilitation services, and vocational assistance program.
I was the veterans affairs critic in 2015-16. The hon. member for Saint-Laurent is a member of the Standing Committee on Veterans Affairs. Perhaps she should do her homework. Maybe she did, but is not saying. She talked about the increased benefits under her government, and if that is true then that is great, but we did the same thing. We increased all the benefits. The first time the charter came into effect, in 2006, it was under Mr. Harper's Conservative government. Most benefits were increased.
However, we did not make sweeping promises during an election. We never over-promised anything, not for any sector of society.
Unfortunately, the hon. member did not touch on what we are talking about. I would like her to answer the following: does she think that it was honourable of the Prime Minister to solemnly promise in 2015, hand on his heart, that veterans should never, ever have to go to court to fight for their rights, when this very government has now allowed its Department of Justice to take veterans back to court in the Equitas Society case? Does she think that is acceptable and that the Prime Minister was right to break his promise to veterans? That was a solemn promise.
Monsieur le Président, ma chère collègue de Saint-Laurent doit savoir que les libéraux n'ont pas inventé la roue en ce qui a trait au programme de réinsertion, de réadaptation et d'aide aux vétérans.
J'étais porte-parole en matière d'anciens combattants en 2015-2016. La députée de Saint-Laurent siège au Comité permanent des anciens combattants. Elle devrait peut-être faire ses devoirs. Elle les a peut-être faits, mais elle ne le dit pas. Elle a parlé de l'augmentation des avantages sous son gouvernement — si c'est le cas tant mieux —, mais nous avons fait la même chose. Nous avons augmenté l'ensemble des avantages. La première fois que la charte a été mise en vigueur, en 2006, c'était sous le gouvernement conservateur de M. Harper. On a augmenté la majorité des avantages.
Par contre, nous n'avons pas fait de promesses à l'emporte-pièce lors d'une élection. Nous n'avons jamais dit que nous ferions ce que nous savions que nous ne ferions jamais. Nous avons agi de la sorte pour n'importe quel secteur de la société.
Malheureusement, la députée n'a pas évoqué ce dont nous discutons. J'aimerais qu'elle nous réponde: est-ce qu'elle pense que c'est honorable que le premier ministre, la main sur le coeur et de manière solennelle en 2015, ait dit que jamais au grand jamais les vétérans ne devraient se battre en cour pour bénéficier de leurs droits, alors que maintenant, c'est ce même gouvernement qui a permis à son ministère de la Justice de retourner en cour contre les vétérans dans la cause Equitas Society? Pense-t-elle que c'est bien et que le premier ministre a eu raison de rompre sa promesse envers les vétérans? C'était une promesse solennelle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:32 [p.17306]
Mr. Speaker, I am very honoured to rise today. I will be sharing my time with the member for Lakeland.
As usual, I would like to say hello to the many constituents of Beauport—Limoilou who are watching. Two months ago, as I was going door to door in Limoilou, I met a man who said that he listened to all of my speeches. He talked to me about how the festivals at Cartier-Brébeuf park cause noise disturbances. I want to say hello to him.
First, I would like to say that I am very passionate and care a lot about any issues that affect Canada's veterans, mainly for family reasons. On the Clarke side of the family, fathers and sons have served in the Canadian Armed Forces since 1890, and I was no exception. My great-grandfather, William Clarke, served in the First World War and the Boer War. My grandfather, Robert Clarke, served in the Second World War. My father, Patrick Clarke, served our country in Berlin during the German occupation in the 1970s. My brother, Anthony Clarke, served in Afghanistan in 2006 during the campaign in which most lives were lost. I served the country in the reserves and never went overseas. It is perhaps one my biggest disappointments that I was not able to serve this beautiful country in times of war.
My colleagues opposite say that we, as Conservatives, should be embarrassed about how we treated veterans. However, I just shared my family's and my history, and I am in no way embarrassed to be a Conservative. I assure my colleagues opposite that I am being sincere. If the Conservatives had acted poorly towards veterans, I would admit it, if I were minimally honourable and capable of analyzing public policy—which I am. This is not at all the case, however, and I will have to talk about everything that we did for veterans. This is not the primary focus of my speech, but I have no choice, because all the Liberal members have been saying since this morning that the Conservatives were horrible to veterans. Our treatment of veterans is not the focus of this opposition day. Today's focus is the following:
That the House call on the Prime Minister to apologize to veterans for his insensitive comments at a recent town hall in Edmonton and show veterans the respect that they deserve by fulfilling his campaign promise to them, when he said on August 24, 2015, that “If I earn the right to serve this country as your Prime Minister, no veteran will be forced to fight their own government for the support and compensation they have earned”.
Not only did the Prime Minister break this solemn promise in an egregious manner when he stated at a town hall in Edmonton that veterans were asking for too much, but he broke three other promises. The Prime Minister promised Canadians that, if they voted for him, he would restore lifetime pensions for veterans. He broke this promise because the lifetime pension established and presented by the Liberals before Christmas does not really restore the old lifetime pension. Most veterans who elect to pull out of the former system, which applies to those who fought before 2006, will not get 100% of the amounts they were receiving.
The Prime Minister also promised that veterans would not have to fight their own government to obtain the support and compensation they deserve. Yesterday, my great colleague from Barrie—Innisfil introduced a bill that proposes a covenant. It is a commitment, an agreement, or a contract. My colleague from Barrie—Innisfil probably wanted to enter into a proper contract with veterans by changing the Department of Veterans Affairs Act and compensation for the Canadian Armed Forces by amending section 4 of the act by adding the following:
...the Minister shall take into account the following principles:
(a) that the person, as well as their dependants or survivors, is to be treated with dignity, respect and fairness;
It is interesting, because the Prime Minister delivered a big speech here yesterday about the relationship that his government and Canada have with our brave indigenous peoples, who have been here for thousands of years. He said we do not need to change the Constitution, because section 35 already says that we recognize the rights of indigenous peoples. The Prime Minister said that instead, we need to change the way we view indigenous peoples and treat them with dignity and respect, and that is how we will give them the recognition they want.
However, that is exactly what my colleague from Barrie—Innisfil wrote in his motion on veterans. His motion called for the concept of treating veterans with dignity and respect to be incorporated into the act, so that bureaucrats and judges would take that concept into consideration when making decisions about veterans' benefits. Sadly, the Prime Minister voted against that motion yesterday. Is that not a shame?
I am disappointed, not only because the Liberals voted against this motion, but also because day after day in question period, the Minister of Veterans Affairs, the Prime Minister, and his veteran colleagues trot out the same hogwash about how the Conservatives treated veterans disgracefully. Those are lies.
Ours was the first government to implement the new veterans charter. We significantly increased virtually all of the compensation amounts. Every day in question period, rather than actually answering questions and apologizing for what the Prime Minister said, the Liberals spout off this kind of nonsense when what they should be doing is explaining how they intend to respect veterans, some of whom are meeting with a number of my colleagues outside.
Another thing I am disappointed about has to do with Bill C-357, a bill I introduced to create a grandfather clause for veterans wanting to transition to the public service. They could thus avoid having to work another five years to collect full retirement benefits. It is a very simple bill.
I have repeatedly requested a meeting with the Minister of Veterans Affairs. I even told him to forget about my bill and incorporate its amendments into the Treasury Board rules so that the 80 veterans who have to work an extra five years in Canada's public service to retire with dignity can benefit from the grandfather clause. The Minister of Veterans Affairs refused to meet with me. This would cost about $2 million. That is peanuts.
As a final point, in response to my colleagues, I want to point out what we, the Conservatives, have done since 2006. First, we created the position of veterans ombudsman. Second, we announced clinics for veterans affected by post-traumatic stress disorder. Third, we established the Veterans Bill of Rights, which is on my desk in Beauport—Limoilou. On top of that, we announced additional funding to support operational stress injury clinics.
Furthermore, we created the atomic veterans recognition program. We launched an outreach campaign with community partners to identify and support homeless veterans in the Montreal area. In addition, in 2010, we created a community war memorial program, because once again, veterans often need recognition. We also introduced benefits for seriously injured veterans, including the earnings loss benefit, to increase monthly financial support.
All of that was introduced by the Conservative government, and that is not all. We also improved access to the career impact allowance, another measure created by the Conservative government. Is that not incredible? We also created a $1,000 supplement to the career impact allowance for the most seriously injured veterans. That is another Conservative government measure. Lastly, let us not forget the flexible payment options for veterans and Canadian Forces members who are receiving a disability award. That is another Conservative government measure. Is that not incredible, Mr. Speaker?
Despite everything I just said, the bottom line is that the Prime Minister made a solemn promise in 2015, hand on heart and surrounded by top military brass who are now MPs. He said that veterans would never, ever have to fight in court for their rights.
That is what is going on. He broke his promise. There is nothing honourable about that. It is most unfortunate.
Monsieur le Président, je suis très honoré de prendre la parole aujourd'hui. Je vais partager mon temps de parole avec la députée de Lakeland.
Comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens de ma circonscription, Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre. D'ailleurs, il y a deux mois, j'ai fait du porte-à-porte dans un secteur de Limoilou et j'ai rencontré un homme qui m'a dit qu'il écoutait tous mes discours. C'est l'homme qui m'a parlé du bruit qu'il n'aime pas trop au parc Cartier-Brébeuf et qui est causé par les festivals. Je le salue.
En premier lieu, j'aimerais dire que j'ai une passion et un amour certain pour toutes les questions qui touchent les anciens combattants au Canada, d'abord et avant tout pour des raisons familiales. Dans la famille Clarke, depuis 1890, de père en fils, nous servons les Forces armées canadiennes, et je n'ai pas fait exception à cet égard. Mon arrière-grand-père, William Clarke, a participé à la Première Guerre mondiale et à la guerre des Boers. Mon grand-père, Robert Clarke, a participé à la Seconde Guerre mondiale. Mon père, Patrick Clarke, a servi le pays à Berlin lors de l'occupation allemande, dans les années 1970. Mon frère, Anthony Clarke, a été en Afghanistan en 2006, lors de la campagne où il y a eu le plus de morts. Pour ma part, j'ai servi le pays dans la réserve et je ne suis pas allé outre-mer. C'est peut-être une de mes grandes déceptions de ne pas avoir servi cette belle patrie en temps de guerre.
Mes collègues de l'autre côté de la Chambre disent qu'en tant que conservateurs, nous devrions avoir une certaine gêne par rapport au traitement que nous avons réservé aux vétérans. Or je viens de faire tout cet historique de ma famille et moi et je ne suis aucunement gêné d'être conservateur. Mes collègues de l'autre côté de la Chambre devraient voir cela comme un gage de sincérité. Si les conservateurs n'avaient vraiment pas bien agi par rapport aux vétérans et que j'étais le moindrement honorable et capable d'analyser des politiques publiques, ce qui est le cas, je l'admettrais. Or c'est tout le contraire, et je vais devoir énoncer tout ce que nous avons fait pour les vétérans. Ce n'est pas le sujet principal de mon discours, mais je n'ai pas le choix, parce que depuis ce matin, tous les députés libéraux disent que les conservateurs ont été monstrueux envers les vétérans. Toutefois, ce n'est pas le sujet principal de cette journée de l'opposition. Voici le sujet principal:
Que la Chambre demande au premier ministre de présenter ses excuses aux anciens combattants, étant donné qu’il a formulé des commentaires insensibles lors d’une assemblée publique ayant eu lieu récemment à Edmonton, et de les traiter avec le respect qu’ils méritent en donnant suite à l’engagement qu’il a pris à leur égard pendant sa campagne électorale, puisqu’il a dit, le 24 août 2015, que si on lui confiait le mandat de diriger notre pays comme premier ministre, aucun ancien combattant ne serait forcé de se battre contre son propre gouvernement pour obtenir le soutien et l’indemnisation qu’il mérite.
Pourtant, non seulement le premier ministre a rompu de manière flagrante cette promesse solennelle lorsqu'il a déclaré, lors de cette consultation publique à Edmonton, que les vétérans en demandaient trop, mais il a également brisé trois promesses. Le premier ministre avait promis aux Canadiens que, s'ils votaient pour lui, il rétablirait les pensions à vie pour les vétérans. Il a brisé cette promesse, parce que le retour de la pension à vie tel qu'établi et présenté par les libéraux avant Noël n'est pas un vrai retour de la pension à vie. La majorité des vétérans qui voudront délaisser l'ancien régime, qui concerne ceux qui ont participé à des campagnes avant 2006, n'obtiendront même pas 100 % des montants qu'ils touchaient.
Le premier ministre avait aussi promis que les vétérans ne seraient jamais obligés de se battre contre leur propre gouvernement pour avoir le soutien et l'indemnisation qu'ils méritent. Hier, mon grand collègue de Barrie—Innisfil a présenté un projet de loi qui propose un covenant. En français, cela veut dire un engagement, une convention, un accord ou un contrat. Mon collègue de Barrie—Innisfil voulait probablement sceller un contrat en bonne et due forme avec les anciens combattants en modifiant la Loi sur le ministère des Anciens Combattants et les indemnités pour les Forces armées canadiennes en modifiant l'article 4 de la loi par adjonction de ce qui suit:
[...] le ministre tient compte des principes suivants:
a) ces personnes, ainsi que leurs survivants et les personnes à leur charge, sont traitées de façon digne, respectueuse et juste; [...]
C'est intéressant, parce que le premier ministre nous a fait un grand discours, hier, sur la relation de son gouvernement et du Canada avec nos valeureux Autochtones, qui sont sur ce territoire depuis des milliers d'années. Il a dit qu'il ne fallait pas changer la Constitution, puisqu'il est déjà inscrit à l'article 35 que nous reconnaissons les droits des peuples autochtones. Le premier ministre a dit qu'il fallait plutôt changer notre perception des Autochtones et faire preuve de dignité et de respect à leur égard, et que c'est ainsi que nous leur accorderons la reconnaissance qu'ils désirent.
Pourtant, c'est exactement ce qui était inscrit dans la motion de mon collègue de Barrie—Innisfil au sujet des vétérans. Il s'agissait d'ajouter dans la loi les concepts de dignité et de respect à l'égard des anciens combattants, afin que les bureaucrates ou les juges prennent ces notions en considération lorsqu'ils rendent des jugements concernant des indemnisations pour des vétérans. Or le premier ministre a voté contre cette motion, hier. C'est quand même honteux, n'est-ce pas?
Je suis déçu, non seulement parce que les libéraux ont voté contre cette motion, mais également parce que, jour après jour, à la période des questions orales, le ministre des Anciens Combattants, le premier ministre ainsi que ses collègues vétérans nous racontent les mêmes salades en disant que les conservateurs ont été exécrables à l'égard des anciens combattants. Ce sont des mensonges.
Nous avons été le premier gouvernement à appliquer la Nouvelle Charte des anciens combattants. Nous avons modifié presque l'ensemble des indemnisations en augmentant radicalement toutes les indemnités. Tous les jours, à la période des questions orales, plutôt que de répondre concrètement aux questions et de s'excuser pour ce que le premier ministre a dit, les libéraux nous lancent des balivernes et des sottises. Ils devraient plutôt nous expliquer comment ils vont s'assurer de respecter les vétérans. D'ailleurs, ceux-ci sont en train de rencontrer certains de mes collègues à l'extérieur.
Une autre de mes déceptions concerne le projet de loi C-357 que j'ai déposé et qui vise à créer une clause de droits acquis pour les vétérans qui veulent faire la transition vers un service public assumé au sein de la fonction publique. Cela leur éviterait d'avoir à travailler cinq ans de plus pour toucher leurs pleines prestations de retraite. C'est un projet de loi extrêmement simple.
Plus de deux fois, j'ai demandé une rencontre au ministre des Anciens combattants. Je lui ai même dit d'oublier mon projet de loi et d'intégrer les modifications qu'il propose aux réglementations du Conseil du Trésor, afin que les 80 vétérans qui doivent travailler cinq ans de plus au sein de la fonction publique canadienne pour accéder à une retraite digne puissent bénéficier de la clause de droits acquis. Le ministre des Anciens Combattants a refusé de me rencontrer. On parle de dépenses d'environ 2 millions de dollars. Ce n'est rien.
Avant de terminer, en guise de réponse à mes collègues, je vais mentionner ce que nous, les conservateurs, avons fait depuis 2006. Tout d'abord, nous avons créé le poste d'ombudsman des anciens combattants. Puis, nous avons annoncé des cliniques sur l'état de stress post-traumatique. Ensuite, nous avons fait la Déclaration des droits des anciens combattants, qui est sur mon bureau, dans Beauport—Limoilou. Par ailleurs, nous avons annoncé des fonds additionnels pour soutenir quatre cliniques sur les traumatismes liés au stress opérationnel.
D'autre part, nous avons créé le Programme de reconnaissance des vétérans atomiques. Nous avons lancé une campagne de liaison avec des partenaires communautaires afin d'identifier et d'aider les vétérans sans-abri dans la région de Montréal. De plus, en 2010, nous avons créé un programme concernant les monuments commémoratifs, car encore une fois, les vétérans ont souvent besoin d'être reconnus. En outre, nous avons créé des prestations pour les vétérans grièvement blessés, dont l'allocation pour perte de revenus, pour augmenter le soutien financier mensuel.
Tout cela a été créé par le gouvernement conservateur, et ce n'est pas tout. Nous avons aussi amélioré l'accès à l'Allocation pour incidence sur la carrière, une autre création du gouvernement conservateur. N'est-ce pas incroyable? De plus, nous avons créé un supplément de 1 000 $ à l'Allocation pour incidence sur la carrière pour les vétérans les plus grièvement blessés. C'est encore une création du gouvernement conservateur. Enfin, n'oublions pas les options de paiement pour les hommes et les femmes en uniforme et les vétérans touchant des indemnités d'invalidité. C'est une autre création du gouvernement conservateur. N'est-ce pas incroyable, monsieur le Président?
Malgré tout ce que je viens de dire, l'essentiel est de se rappeler que le premier ministre a fait une promesse solennelle, en 2015, la main sur le coeur et entouré de généraux et de colonels qui sont maintenant députés. Il a dit que jamais, au grand jamais les vétérans n'auraient à se battre en cour pour leurs droits.
C'est ce qui se passe en ce moment. Il a rompu sa promesse. Ce n'est pas honorable et c'est bien malheureux.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:43 [p.17307]
Mr. Speaker, we did not leave a mess. Concerning the Equitas Society, the hon. member for Durham came to a truce with them with dignity and respect, and said that when the Conservatives came back as the next government, they would continue to discuss together how to deal with this situation, which did not happen.
The reality is that the Prime Minister went further in his campaign and did politics on the backs of veterans, on the back of this court case, as he did politics this week on the back of a court case in Saskatchewan. He is always doing that. He did that with Equitas. This is the basis of the discourse today. With his hand on his heart, he said that veterans will never, ever have to fight the government for their rights. Then he broke his promise. This is what is happening today. This is what we are fighting against.
Monsieur le Président, nous n'avons pas laissé de gâchis. En ce qui concerne le groupe Equitas Society, le député de Durham a fait une trêve avec eux avec dignité et respect et a dit que, lorsque les conservateurs seraient de nouveau au pouvoir, ils continueraient de discuter ensemble de la façon de régler cette situation, ce qui ne s'est pas produit.
La réalité, c'est que le premier ministre est allé plus loin dans sa campagne électorale et qu'il a fait de la politique sur le dos des anciens combattants, en se servant de cette cause devant les tribunaux, comme il l'a fait cette semaine au sujet d'une affaire judiciaire en Saskatchewan. Il fait toujours ça. Il l'a fait avec Equitas. Telle est la base du discours d'aujourd'hui. Avec la main sur le cœur, il a dit que les anciens combattants n'auront jamais à se battre contre le gouvernement pour défendre leurs droits. Puis il a rompu sa promesse. C'est ce qui se passe aujourd'hui. C'est contre cela que nous luttons.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:47 [p.17308]
Mr. Speaker, I too have a great deal of respect for my NDP colleague who makes very impassioned speeches.
I have two answers that are short and to the point. The new veterans charter is a new paradigm for the treatment of veterans. It is not perfect. I would say that if it were up to me, I would get rid of the new veterans charter and go back to the old system, which had better pensions. A veteran should not have to prove that he suffered. When he returns home from war let us just give him what he is owed.
This new paradigm was put in place by the Paul Martin government in December 2005. Ours was the first government to work with this new paradigm, whereby veterans carry the burden of proof. They have to prove that they suffered mentally or physically. That is the problem. In the United States, the government has the burden of proof. If the Liberals want to improve the situation, they have to reverse the onus.
Monsieur le Président, moi aussi je respecte beaucoup ma collègue du NPD qui fait de très bons discours enflammés.
J'ai deux réponses concrètes et rapides. La Nouvelle Charte des anciens combattants est un nouveau paradigme de traitement des anciens combattants. Ce n'est pas un paradigme parfait. Je dirais même que, s'il n'en tenait qu'à moi, je me débarrasserais de la Nouvelle Charte et je reviendrais à l'ancien système avec des pensions bonifiées, plus au point. Un vétéran ne devrait jamais avoir à prouver qu'il a souffert. Il arrive de la guerre; qu'on lui donne ce qui lui est dû.
Ce nouveau paradigme a été mis en place par le gouvernement de Paul Martin en décembre 2005. Nous avons été le premier gouvernement à travailler avec ce nouveau paradigme. C'est un paradigme qui repose sur le fait que les vétérans ont le fardeau de la preuve; ils doivent prouver qu'ils ont souffert mentalement ou physiquement. C'est cela le grand problème. Aux États-Unis, le fardeau de la preuve repose sur le gouvernement. Si les libéraux veulent améliorer la situation, ils doivent renverser ce fardeau de la preuve.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 14:30 [p.17316]
Mr. Speaker, on December 9, 2014, in a solemn and firm tone of voice, the member for Papineau said that “we have a sacred obligation to our veterans”. At the time, the member for Papineau claimed that as prime minister he would be the ultimate champion of our veterans' honour and rights.
Why then is he today shamefully reneging on his promise made in 2015?
Monsieur le Président, le 9 décembre 2014, sur un ton sobre et assuré, le député de Papineau a dit: « nous avons une obligation sacrée envers les anciens combattants ». À cette même époque, le député de Papineau a prétendu qu'à titre de premier ministre il serait l'ultime défenseur de l'honneur et des droits de nos vétérans.
Pourquoi alors, aujourd'hui, renie-t-il de manière si déconcertante sa promesse faite en 2015?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 14:31 [p.17316]
Mr. Speaker, here is what veterans have to say. Don Sorochan, lead counsel for Equitas Society, said that the government's position was astonishing and for the Prime Minister to stand up and say that we do not have any special obligation to veterans was completely contrary to everything he has said in Parliament and everything that he said during the election campaign.
What is worse, the Prime Minister and veteran Liberal candidates made a solemn promise in 2015, with their hands on their hearts, that veterans would never, ever have to go to court to defend their rights. Those were nothing more than empty words.
When will the Liberals make good on their promises?
Monsieur le Président, voici ce que les vétérans ont à dire. Don Sorochan, avocat principal d'Equitas Society, a dit que la position du gouvernement était stupéfiante et que le premier ministre devrait se lever et dire qu'il n'a aucune obligation particulière envers les anciens combattants, ce qui est tout à fait contraire à tout ce qu'il a dit au Parlement et pendant la campagne électorale.
Pire encore, le premier ministre et ses candidats libéraux vétérans, en 2015, on fait une promesse solennelle, la main sur le coeur, que jamais, au grand jamais, les vétérans ne devraient aller en cour pour avoir leurs droits. Ce sont de vaines paroles, ni plus, ni moins.
Quand vont-ils reprendre leurs promesses?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-01-31 14:58 [p.16597]
Mr. Speaker, veterans have made the solemn decision to turn to the Supreme Court of Canada.
In 2015, the Prime Minister promised them, hand on his heart, the return to a real pension for life. He also promised them that they would never ever have to take the government to court to fight for their own rights and their pensions. That is another broken promise. This time it affects our valiant veterans.
Will the Prime Minister honour the solemn promise he made in 2015 to our veterans or will he once again turn his back on our valiant soldiers?
Monsieur le Président, les vétérans ont pris la décision solennelle de se rendre à la Cour suprême du Canada.
En 2015, le premier ministre leur avait promis, la main sur le coeur, un retour véritable — j'insiste sur le mot « véritable » — d'une pension à vie. Également, il leur avait promis que jamais, au grand jamais ils ne devraient se rendre en cour pour combattre le gouvernement au sujet de leurs propres droits et de leurs pensions. C'est une autre promesse brisée, qui touche cette fois-ci nos valeureux vétérans.
Le premier ministre va-t-il honorer l'engagement solennel qu'il a pris en 2015 envers nos vétérans, ou va-t-il encore une fois tourner le dos à nos valeureux militaires?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-20 12:01 [p.14366]
Mr. Speaker, working for veterans is not just a matter of putting together beautiful public policy, it is a matter of reaching out, giving a hand, and listening. A year ago, there was a veteran on a hunger strike on the Hill. The minister refused to go and meet him. Today, the Desmond family is on the Hill. They need the minister's compassion. Will he go and meet them today, right now, after QP in a few minutes?
Monsieur le Président, travailler auprès des anciens combattants, ce n'est pas seulement élaborer des politiques publiques attrayantes; c'est aussi se rapprocher, aider et écouter. Il y a un an, un ancien combattant a fait la grève de la faim sur la Colline. Le ministre a refusé d'aller à sa rencontre. Aujourd'hui, les membres de la famille Desmond sont sur la Colline. Ils ont besoin de la compassion du ministre. Va-t-il aller à leur rencontre aujourd'hui, dès que la période des questions prendra fin, dans quelques minutes?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-11-02 14:19 [p.6462]
Mr. Speaker, the Great War ended on November 11, 1918, which we commemorate at the 11th hour of the 11th day of the 11th month.
Today, it is a day to honour and remember our veterans and their efforts to defend Canada. As the official opposition critic for veterans affairs, I know how proud veterans are of their service to their country and, in return, I wanted to show them how proud I am to serve them and listen to them.
In November, all Canadians must be of service to and recognize our veterans for what they have done for Canada throughout their lives.
In that regard, I would like to bring to the attention of the House a veteran from Beauport—Limoilou, Raoul Fournier, who is now 92. This proud Second World War veteran is finding it difficult to get the care he needs. That makes me sad.
However, Remembrance Day will remind all of us to be there for our veterans and to ensure that we do not let them down.
Monsieur le Président, le 11 novembre marque la fin de la Grande Guerre. C'était le 11e jour du 11e mois, à la 11e heure, en 1918.
Aujourd'hui, il s'agit d'un jour de reconnaissance et de commémoration de nos vétérans et des efforts qu'ils ont déployés pour la défense du Canada. Dans mon poste, à titre de porte-parole de l'opposition officielle en matière d'anciens combattants, j'ai constaté à quel point les vétérans étaient fiers du service qu'ils ont rendu à leur patrie, et en retour, j'ai voulu leur montrer à quel point j'étais fier de pouvoir être là pour les servir et les écouter.
Nous tous, citoyens Canadiens, devons à notre tour, en ce mois de novembre, servir et reconnaître nos anciens combattants à la juste valeur de ce qu'ils ont fait pour le Canada tout au long de leur vie.
À cet effet, je tiens à signaler à la Chambre un vétéran de Beauport—Limoilou, M. Raoul Fournier, maintenant âgé de 92 ans. Celui-ci, un fier vétéran ayant fait la Seconde Guerre mondiale, expérimente des difficultés à recevoir les soins nécessaires, dont il a besoin; cela m'attriste.
Néanmoins, le jour du Souvenir va nous rappeler à tous d'être là, présents pour nos vétérans, et à toujours veiller à ne pas les laisser tomber.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-10-07 11:59 [p.5651]
Mr. Speaker, approximately 150 people participated in the veterans summit this week, yet one-quarter of them had never been in the Canadian Armed Forces and nearly half were not recipients of Veterans Affairs Canada programs or services.
Must I remind the minister that the point of this type of summit is to improve the benefits offered by his department, not to serve the Liberal government's own agenda?
The minister told veterans to be patient because he was still working on identifying the most pressing issues.
Why then does he not consult the veterans who are most affected by his department?
Monsieur le Président, parmi les quelque 150 personnes qui ont participé au sommet des vétérans, cette semaine, un quart n'avaient jamais été dans les Forces armées canadiennes et près de la moitié n'étaient même pas des bénéficiaires de programmes ou de services du ministère des Anciens Combattants du Canada.
Dois-je rappeler au ministre que ce type de sommet a pour objectif d'améliorer les prestations de son ministère et non de servir les objectifs du gouvernement libéral?
Le ministre a dit aux vétérans d'être patients, car il ne pouvait pas encore convenablement cibler les problématiques les plus pressantes.
Alors, pourquoi ne consulte-t-il pas les vétérans qui sont le plus touchés par son ministère?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-10-06 15:03 [p.5603]
Mr. Speaker, what is happening with Mr. Lalancette, one of our veterans? Let me tell you. He has been on a hunger strike for three days and slept outside on Parliament Hill for three nights, but he has not received a visit from either the Prime Minister or his minister.
What the parliamentary secretary said yesterday in the House should worry all members. Some ministers are said to have used a parliamentary committee as a negotiating tool. We all know very well that the committees are mandated to take action beyond the reach of the government.
Why did this government make promises when it knew very well that it did not have the authority to keep them?
Monsieur le Président, où en sommes-nous par rapport au vétéran M. Lalancette? Je vais le dire, moi. Cela fait trois jours qu'il fait la grève de la faim et trois soirs qu'il dort dehors, sur la Colline du Parlement, sans visite ni du premier ministre ni même de son ministre.
Ce que la secrétaire parlementaire a avoué hier, à la Chambre, devrait troubler tous les députés ici. Des ministres auraient utilisé un comité de ce Parlement comme un objet de négociation. Or on sait très bien, tout comme moi, que les comités ont le mandat d'agir à l'abri du gouvernement.
Pourquoi ce gouvernement fait-il des promesses, alors qu'il sait très bien qu'il n'a pas l'autorité de les respecter?
Results: 1 - 15 of 51 | Page: 1 of 4

1
2
3
4
>
>|