Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-30 14:57 [p.28342]
Mr. Speaker, in 2015, the Prime Minister, surrounded by Liberal candidates, including the member for Orléans and the Minister of National Defence, who are both veterans themselves, made a solemn promise that under his leadership, veterans would never, ever have to go to court to get their due. He broke that promise.
He also promised to restore the pension for life option in the proper way. That was another broken promise. We are not the ones saying so. It is veterans themselves, the ones who are the most affected by this affair, who are saying that the money is just not there for the pension for life option.
Why?
Monsieur le Président, en 2015, le premier ministre, la main sur le cœur et entouré de candidats libéraux, dont le député d'Orléans et le ministre de la Défense nationale, eux-mêmes des vétérans, a promis que jamais, au grand jamais, sous sa gouverne, les anciens combattants n'allaient devoir se battre en justice pour obtenir gain de cause. Il a brisé cette promesse.
Il avait également promis de rétablir l'option de la pension à vie en bonne et due forme. C'est encore une promesse brisée. Ce n'est pas nous qui le disons, ce sont les vétérans eux-mêmes, ceux qui sont les plus concernés par cette histoire, qui disent que l'argent n'est pas au rendez-vous en ce qui concerne l'option de la pension à vie.
Pourquoi?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-27 17:01 [p.24092]
Madam Speaker, I personally believe we should ensure that workers pensions are protected when a company files for bankruptcy.
As a society, we cannot tell workers who have worked for 30 or 40 years and who were counting on a pension that, all of a sudden, for purely capitalist reasons, their pension will be slashed.
There are people in my riding who suffered a great deal when White Birch Paper almost went under. There were unbelievable cuts to employees’ pensions. The only comfort I could find when I met with the people on the board of White Birch Paper, which employed 400 people, was when they told me that their pensions had been cut as well.
The NDP is working hard on this. Good for them, because it is an important issue.
Madame la Présidente, personnellement, je pense qu'on devrait protéger les pensions des travailleurs lorsqu'une entreprise fait faillite.
En tant que société, on ne peut pas se permettre de dire à des travailleurs qui ont travaillé pendant 30 ou 40 ans et qui avaient l'espoir d'avoir une pension que tout à coup, à cause de décisions purement capitalistes, leur pension sera coupée de manière importante.
Il y a des gens de ma circonscription qui ont extrêmement souffert quand Papiers White Birch a presque fait faillite. Il y a eu d'incroyables coupes relativement aux pensions. La seule chose qui m'a réconforté lorsque j'ai rencontré les gens du conseil d'administration de Papiers White Birch, qui employait 400 personnes, c'est qu'ils m'ont dit que leur pension avait aussi été coupée.
Effectivement, le NPD travaille fort sur ce dossier. C'est tant mieux pour eux car c'est quelque chose d'important.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-26 14:40 [p.17386]
Mr. Speaker, in the last 10 years, we increased all benefits. That is the story the Liberals do not want to tell.
Today, the Prime Minister has a golden opportunity to show that he still respects veterans. This evening, he can vote in favour of the opposition motion.
A prime minister simply cannot claim that veterans are asking for too much when his own government has been spending money recklessly day after day for three years.
Will the Prime Minister do the right thing this evening and vote in favour of the motion moved by Her Majesty's official opposition?
Monsieur le Président, au cours des 10 dernières années, nous avons accru toutes les prestations. Voilà ce que les libéraux refusent de dire.
Aujourd'hui, le premier ministre a une occasion en or pour démontrer aux vétérans qu'il les respecte toujours. Il peut dès ce soir voter en faveur de la motion de l'opposition.
Un premier ministre ne peut tout simplement pas prétendre que les vétérans en demandent trop lorsque son propre gouvernement fait des dépenses irresponsables, jour après jour, depuis trois ans.
Est-ce que le premier ministre va se rendre à l'évidence et voter ce soir en faveur de la motion de l'opposition officielle de Sa Majesté?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:27 [p.17305]
Mr. Speaker, my hon. colleague from Saint-Laurent certainly knows that the Liberals did not invent the wheel when it comes to the veterans reintegration, rehabilitation services, and vocational assistance program.
I was the veterans affairs critic in 2015-16. The hon. member for Saint-Laurent is a member of the Standing Committee on Veterans Affairs. Perhaps she should do her homework. Maybe she did, but is not saying. She talked about the increased benefits under her government, and if that is true then that is great, but we did the same thing. We increased all the benefits. The first time the charter came into effect, in 2006, it was under Mr. Harper's Conservative government. Most benefits were increased.
However, we did not make sweeping promises during an election. We never over-promised anything, not for any sector of society.
Unfortunately, the hon. member did not touch on what we are talking about. I would like her to answer the following: does she think that it was honourable of the Prime Minister to solemnly promise in 2015, hand on his heart, that veterans should never, ever have to go to court to fight for their rights, when this very government has now allowed its Department of Justice to take veterans back to court in the Equitas Society case? Does she think that is acceptable and that the Prime Minister was right to break his promise to veterans? That was a solemn promise.
Monsieur le Président, ma chère collègue de Saint-Laurent doit savoir que les libéraux n'ont pas inventé la roue en ce qui a trait au programme de réinsertion, de réadaptation et d'aide aux vétérans.
J'étais porte-parole en matière d'anciens combattants en 2015-2016. La députée de Saint-Laurent siège au Comité permanent des anciens combattants. Elle devrait peut-être faire ses devoirs. Elle les a peut-être faits, mais elle ne le dit pas. Elle a parlé de l'augmentation des avantages sous son gouvernement — si c'est le cas tant mieux —, mais nous avons fait la même chose. Nous avons augmenté l'ensemble des avantages. La première fois que la charte a été mise en vigueur, en 2006, c'était sous le gouvernement conservateur de M. Harper. On a augmenté la majorité des avantages.
Par contre, nous n'avons pas fait de promesses à l'emporte-pièce lors d'une élection. Nous n'avons jamais dit que nous ferions ce que nous savions que nous ne ferions jamais. Nous avons agi de la sorte pour n'importe quel secteur de la société.
Malheureusement, la députée n'a pas évoqué ce dont nous discutons. J'aimerais qu'elle nous réponde: est-ce qu'elle pense que c'est honorable que le premier ministre, la main sur le coeur et de manière solennelle en 2015, ait dit que jamais au grand jamais les vétérans ne devraient se battre en cour pour bénéficier de leurs droits, alors que maintenant, c'est ce même gouvernement qui a permis à son ministère de la Justice de retourner en cour contre les vétérans dans la cause Equitas Society? Pense-t-elle que c'est bien et que le premier ministre a eu raison de rompre sa promesse envers les vétérans? C'était une promesse solennelle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:32 [p.17306]
Mr. Speaker, I am very honoured to rise today. I will be sharing my time with the member for Lakeland.
As usual, I would like to say hello to the many constituents of Beauport—Limoilou who are watching. Two months ago, as I was going door to door in Limoilou, I met a man who said that he listened to all of my speeches. He talked to me about how the festivals at Cartier-Brébeuf park cause noise disturbances. I want to say hello to him.
First, I would like to say that I am very passionate and care a lot about any issues that affect Canada's veterans, mainly for family reasons. On the Clarke side of the family, fathers and sons have served in the Canadian Armed Forces since 1890, and I was no exception. My great-grandfather, William Clarke, served in the First World War and the Boer War. My grandfather, Robert Clarke, served in the Second World War. My father, Patrick Clarke, served our country in Berlin during the German occupation in the 1970s. My brother, Anthony Clarke, served in Afghanistan in 2006 during the campaign in which most lives were lost. I served the country in the reserves and never went overseas. It is perhaps one my biggest disappointments that I was not able to serve this beautiful country in times of war.
My colleagues opposite say that we, as Conservatives, should be embarrassed about how we treated veterans. However, I just shared my family's and my history, and I am in no way embarrassed to be a Conservative. I assure my colleagues opposite that I am being sincere. If the Conservatives had acted poorly towards veterans, I would admit it, if I were minimally honourable and capable of analyzing public policy—which I am. This is not at all the case, however, and I will have to talk about everything that we did for veterans. This is not the primary focus of my speech, but I have no choice, because all the Liberal members have been saying since this morning that the Conservatives were horrible to veterans. Our treatment of veterans is not the focus of this opposition day. Today's focus is the following:
That the House call on the Prime Minister to apologize to veterans for his insensitive comments at a recent town hall in Edmonton and show veterans the respect that they deserve by fulfilling his campaign promise to them, when he said on August 24, 2015, that “If I earn the right to serve this country as your Prime Minister, no veteran will be forced to fight their own government for the support and compensation they have earned”.
Not only did the Prime Minister break this solemn promise in an egregious manner when he stated at a town hall in Edmonton that veterans were asking for too much, but he broke three other promises. The Prime Minister promised Canadians that, if they voted for him, he would restore lifetime pensions for veterans. He broke this promise because the lifetime pension established and presented by the Liberals before Christmas does not really restore the old lifetime pension. Most veterans who elect to pull out of the former system, which applies to those who fought before 2006, will not get 100% of the amounts they were receiving.
The Prime Minister also promised that veterans would not have to fight their own government to obtain the support and compensation they deserve. Yesterday, my great colleague from Barrie—Innisfil introduced a bill that proposes a covenant. It is a commitment, an agreement, or a contract. My colleague from Barrie—Innisfil probably wanted to enter into a proper contract with veterans by changing the Department of Veterans Affairs Act and compensation for the Canadian Armed Forces by amending section 4 of the act by adding the following:
...the Minister shall take into account the following principles:
(a) that the person, as well as their dependants or survivors, is to be treated with dignity, respect and fairness;
It is interesting, because the Prime Minister delivered a big speech here yesterday about the relationship that his government and Canada have with our brave indigenous peoples, who have been here for thousands of years. He said we do not need to change the Constitution, because section 35 already says that we recognize the rights of indigenous peoples. The Prime Minister said that instead, we need to change the way we view indigenous peoples and treat them with dignity and respect, and that is how we will give them the recognition they want.
However, that is exactly what my colleague from Barrie—Innisfil wrote in his motion on veterans. His motion called for the concept of treating veterans with dignity and respect to be incorporated into the act, so that bureaucrats and judges would take that concept into consideration when making decisions about veterans' benefits. Sadly, the Prime Minister voted against that motion yesterday. Is that not a shame?
I am disappointed, not only because the Liberals voted against this motion, but also because day after day in question period, the Minister of Veterans Affairs, the Prime Minister, and his veteran colleagues trot out the same hogwash about how the Conservatives treated veterans disgracefully. Those are lies.
Ours was the first government to implement the new veterans charter. We significantly increased virtually all of the compensation amounts. Every day in question period, rather than actually answering questions and apologizing for what the Prime Minister said, the Liberals spout off this kind of nonsense when what they should be doing is explaining how they intend to respect veterans, some of whom are meeting with a number of my colleagues outside.
Another thing I am disappointed about has to do with Bill C-357, a bill I introduced to create a grandfather clause for veterans wanting to transition to the public service. They could thus avoid having to work another five years to collect full retirement benefits. It is a very simple bill.
I have repeatedly requested a meeting with the Minister of Veterans Affairs. I even told him to forget about my bill and incorporate its amendments into the Treasury Board rules so that the 80 veterans who have to work an extra five years in Canada's public service to retire with dignity can benefit from the grandfather clause. The Minister of Veterans Affairs refused to meet with me. This would cost about $2 million. That is peanuts.
As a final point, in response to my colleagues, I want to point out what we, the Conservatives, have done since 2006. First, we created the position of veterans ombudsman. Second, we announced clinics for veterans affected by post-traumatic stress disorder. Third, we established the Veterans Bill of Rights, which is on my desk in Beauport—Limoilou. On top of that, we announced additional funding to support operational stress injury clinics.
Furthermore, we created the atomic veterans recognition program. We launched an outreach campaign with community partners to identify and support homeless veterans in the Montreal area. In addition, in 2010, we created a community war memorial program, because once again, veterans often need recognition. We also introduced benefits for seriously injured veterans, including the earnings loss benefit, to increase monthly financial support.
All of that was introduced by the Conservative government, and that is not all. We also improved access to the career impact allowance, another measure created by the Conservative government. Is that not incredible? We also created a $1,000 supplement to the career impact allowance for the most seriously injured veterans. That is another Conservative government measure. Lastly, let us not forget the flexible payment options for veterans and Canadian Forces members who are receiving a disability award. That is another Conservative government measure. Is that not incredible, Mr. Speaker?
Despite everything I just said, the bottom line is that the Prime Minister made a solemn promise in 2015, hand on heart and surrounded by top military brass who are now MPs. He said that veterans would never, ever have to fight in court for their rights.
That is what is going on. He broke his promise. There is nothing honourable about that. It is most unfortunate.
Monsieur le Président, je suis très honoré de prendre la parole aujourd'hui. Je vais partager mon temps de parole avec la députée de Lakeland.
Comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens de ma circonscription, Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre. D'ailleurs, il y a deux mois, j'ai fait du porte-à-porte dans un secteur de Limoilou et j'ai rencontré un homme qui m'a dit qu'il écoutait tous mes discours. C'est l'homme qui m'a parlé du bruit qu'il n'aime pas trop au parc Cartier-Brébeuf et qui est causé par les festivals. Je le salue.
En premier lieu, j'aimerais dire que j'ai une passion et un amour certain pour toutes les questions qui touchent les anciens combattants au Canada, d'abord et avant tout pour des raisons familiales. Dans la famille Clarke, depuis 1890, de père en fils, nous servons les Forces armées canadiennes, et je n'ai pas fait exception à cet égard. Mon arrière-grand-père, William Clarke, a participé à la Première Guerre mondiale et à la guerre des Boers. Mon grand-père, Robert Clarke, a participé à la Seconde Guerre mondiale. Mon père, Patrick Clarke, a servi le pays à Berlin lors de l'occupation allemande, dans les années 1970. Mon frère, Anthony Clarke, a été en Afghanistan en 2006, lors de la campagne où il y a eu le plus de morts. Pour ma part, j'ai servi le pays dans la réserve et je ne suis pas allé outre-mer. C'est peut-être une de mes grandes déceptions de ne pas avoir servi cette belle patrie en temps de guerre.
Mes collègues de l'autre côté de la Chambre disent qu'en tant que conservateurs, nous devrions avoir une certaine gêne par rapport au traitement que nous avons réservé aux vétérans. Or je viens de faire tout cet historique de ma famille et moi et je ne suis aucunement gêné d'être conservateur. Mes collègues de l'autre côté de la Chambre devraient voir cela comme un gage de sincérité. Si les conservateurs n'avaient vraiment pas bien agi par rapport aux vétérans et que j'étais le moindrement honorable et capable d'analyser des politiques publiques, ce qui est le cas, je l'admettrais. Or c'est tout le contraire, et je vais devoir énoncer tout ce que nous avons fait pour les vétérans. Ce n'est pas le sujet principal de mon discours, mais je n'ai pas le choix, parce que depuis ce matin, tous les députés libéraux disent que les conservateurs ont été monstrueux envers les vétérans. Toutefois, ce n'est pas le sujet principal de cette journée de l'opposition. Voici le sujet principal:
Que la Chambre demande au premier ministre de présenter ses excuses aux anciens combattants, étant donné qu’il a formulé des commentaires insensibles lors d’une assemblée publique ayant eu lieu récemment à Edmonton, et de les traiter avec le respect qu’ils méritent en donnant suite à l’engagement qu’il a pris à leur égard pendant sa campagne électorale, puisqu’il a dit, le 24 août 2015, que si on lui confiait le mandat de diriger notre pays comme premier ministre, aucun ancien combattant ne serait forcé de se battre contre son propre gouvernement pour obtenir le soutien et l’indemnisation qu’il mérite.
Pourtant, non seulement le premier ministre a rompu de manière flagrante cette promesse solennelle lorsqu'il a déclaré, lors de cette consultation publique à Edmonton, que les vétérans en demandaient trop, mais il a également brisé trois promesses. Le premier ministre avait promis aux Canadiens que, s'ils votaient pour lui, il rétablirait les pensions à vie pour les vétérans. Il a brisé cette promesse, parce que le retour de la pension à vie tel qu'établi et présenté par les libéraux avant Noël n'est pas un vrai retour de la pension à vie. La majorité des vétérans qui voudront délaisser l'ancien régime, qui concerne ceux qui ont participé à des campagnes avant 2006, n'obtiendront même pas 100 % des montants qu'ils touchaient.
Le premier ministre avait aussi promis que les vétérans ne seraient jamais obligés de se battre contre leur propre gouvernement pour avoir le soutien et l'indemnisation qu'ils méritent. Hier, mon grand collègue de Barrie—Innisfil a présenté un projet de loi qui propose un covenant. En français, cela veut dire un engagement, une convention, un accord ou un contrat. Mon collègue de Barrie—Innisfil voulait probablement sceller un contrat en bonne et due forme avec les anciens combattants en modifiant la Loi sur le ministère des Anciens Combattants et les indemnités pour les Forces armées canadiennes en modifiant l'article 4 de la loi par adjonction de ce qui suit:
[...] le ministre tient compte des principes suivants:
a) ces personnes, ainsi que leurs survivants et les personnes à leur charge, sont traitées de façon digne, respectueuse et juste; [...]
C'est intéressant, parce que le premier ministre nous a fait un grand discours, hier, sur la relation de son gouvernement et du Canada avec nos valeureux Autochtones, qui sont sur ce territoire depuis des milliers d'années. Il a dit qu'il ne fallait pas changer la Constitution, puisqu'il est déjà inscrit à l'article 35 que nous reconnaissons les droits des peuples autochtones. Le premier ministre a dit qu'il fallait plutôt changer notre perception des Autochtones et faire preuve de dignité et de respect à leur égard, et que c'est ainsi que nous leur accorderons la reconnaissance qu'ils désirent.
Pourtant, c'est exactement ce qui était inscrit dans la motion de mon collègue de Barrie—Innisfil au sujet des vétérans. Il s'agissait d'ajouter dans la loi les concepts de dignité et de respect à l'égard des anciens combattants, afin que les bureaucrates ou les juges prennent ces notions en considération lorsqu'ils rendent des jugements concernant des indemnisations pour des vétérans. Or le premier ministre a voté contre cette motion, hier. C'est quand même honteux, n'est-ce pas?
Je suis déçu, non seulement parce que les libéraux ont voté contre cette motion, mais également parce que, jour après jour, à la période des questions orales, le ministre des Anciens Combattants, le premier ministre ainsi que ses collègues vétérans nous racontent les mêmes salades en disant que les conservateurs ont été exécrables à l'égard des anciens combattants. Ce sont des mensonges.
Nous avons été le premier gouvernement à appliquer la Nouvelle Charte des anciens combattants. Nous avons modifié presque l'ensemble des indemnisations en augmentant radicalement toutes les indemnités. Tous les jours, à la période des questions orales, plutôt que de répondre concrètement aux questions et de s'excuser pour ce que le premier ministre a dit, les libéraux nous lancent des balivernes et des sottises. Ils devraient plutôt nous expliquer comment ils vont s'assurer de respecter les vétérans. D'ailleurs, ceux-ci sont en train de rencontrer certains de mes collègues à l'extérieur.
Une autre de mes déceptions concerne le projet de loi C-357 que j'ai déposé et qui vise à créer une clause de droits acquis pour les vétérans qui veulent faire la transition vers un service public assumé au sein de la fonction publique. Cela leur éviterait d'avoir à travailler cinq ans de plus pour toucher leurs pleines prestations de retraite. C'est un projet de loi extrêmement simple.
Plus de deux fois, j'ai demandé une rencontre au ministre des Anciens combattants. Je lui ai même dit d'oublier mon projet de loi et d'intégrer les modifications qu'il propose aux réglementations du Conseil du Trésor, afin que les 80 vétérans qui doivent travailler cinq ans de plus au sein de la fonction publique canadienne pour accéder à une retraite digne puissent bénéficier de la clause de droits acquis. Le ministre des Anciens Combattants a refusé de me rencontrer. On parle de dépenses d'environ 2 millions de dollars. Ce n'est rien.
Avant de terminer, en guise de réponse à mes collègues, je vais mentionner ce que nous, les conservateurs, avons fait depuis 2006. Tout d'abord, nous avons créé le poste d'ombudsman des anciens combattants. Puis, nous avons annoncé des cliniques sur l'état de stress post-traumatique. Ensuite, nous avons fait la Déclaration des droits des anciens combattants, qui est sur mon bureau, dans Beauport—Limoilou. Par ailleurs, nous avons annoncé des fonds additionnels pour soutenir quatre cliniques sur les traumatismes liés au stress opérationnel.
D'autre part, nous avons créé le Programme de reconnaissance des vétérans atomiques. Nous avons lancé une campagne de liaison avec des partenaires communautaires afin d'identifier et d'aider les vétérans sans-abri dans la région de Montréal. De plus, en 2010, nous avons créé un programme concernant les monuments commémoratifs, car encore une fois, les vétérans ont souvent besoin d'être reconnus. En outre, nous avons créé des prestations pour les vétérans grièvement blessés, dont l'allocation pour perte de revenus, pour augmenter le soutien financier mensuel.
Tout cela a été créé par le gouvernement conservateur, et ce n'est pas tout. Nous avons aussi amélioré l'accès à l'Allocation pour incidence sur la carrière, une autre création du gouvernement conservateur. N'est-ce pas incroyable? De plus, nous avons créé un supplément de 1 000 $ à l'Allocation pour incidence sur la carrière pour les vétérans les plus grièvement blessés. C'est encore une création du gouvernement conservateur. Enfin, n'oublions pas les options de paiement pour les hommes et les femmes en uniforme et les vétérans touchant des indemnités d'invalidité. C'est une autre création du gouvernement conservateur. N'est-ce pas incroyable, monsieur le Président?
Malgré tout ce que je viens de dire, l'essentiel est de se rappeler que le premier ministre a fait une promesse solennelle, en 2015, la main sur le coeur et entouré de généraux et de colonels qui sont maintenant députés. Il a dit que jamais, au grand jamais les vétérans n'auraient à se battre en cour pour leurs droits.
C'est ce qui se passe en ce moment. Il a rompu sa promesse. Ce n'est pas honorable et c'est bien malheureux.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:43 [p.17307]
Mr. Speaker, we did not leave a mess. Concerning the Equitas Society, the hon. member for Durham came to a truce with them with dignity and respect, and said that when the Conservatives came back as the next government, they would continue to discuss together how to deal with this situation, which did not happen.
The reality is that the Prime Minister went further in his campaign and did politics on the backs of veterans, on the back of this court case, as he did politics this week on the back of a court case in Saskatchewan. He is always doing that. He did that with Equitas. This is the basis of the discourse today. With his hand on his heart, he said that veterans will never, ever have to fight the government for their rights. Then he broke his promise. This is what is happening today. This is what we are fighting against.
Monsieur le Président, nous n'avons pas laissé de gâchis. En ce qui concerne le groupe Equitas Society, le député de Durham a fait une trêve avec eux avec dignité et respect et a dit que, lorsque les conservateurs seraient de nouveau au pouvoir, ils continueraient de discuter ensemble de la façon de régler cette situation, ce qui ne s'est pas produit.
La réalité, c'est que le premier ministre est allé plus loin dans sa campagne électorale et qu'il a fait de la politique sur le dos des anciens combattants, en se servant de cette cause devant les tribunaux, comme il l'a fait cette semaine au sujet d'une affaire judiciaire en Saskatchewan. Il fait toujours ça. Il l'a fait avec Equitas. Telle est la base du discours d'aujourd'hui. Avec la main sur le cœur, il a dit que les anciens combattants n'auront jamais à se battre contre le gouvernement pour défendre leurs droits. Puis il a rompu sa promesse. C'est ce qui se passe aujourd'hui. C'est contre cela que nous luttons.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 13:47 [p.17308]
Mr. Speaker, I too have a great deal of respect for my NDP colleague who makes very impassioned speeches.
I have two answers that are short and to the point. The new veterans charter is a new paradigm for the treatment of veterans. It is not perfect. I would say that if it were up to me, I would get rid of the new veterans charter and go back to the old system, which had better pensions. A veteran should not have to prove that he suffered. When he returns home from war let us just give him what he is owed.
This new paradigm was put in place by the Paul Martin government in December 2005. Ours was the first government to work with this new paradigm, whereby veterans carry the burden of proof. They have to prove that they suffered mentally or physically. That is the problem. In the United States, the government has the burden of proof. If the Liberals want to improve the situation, they have to reverse the onus.
Monsieur le Président, moi aussi je respecte beaucoup ma collègue du NPD qui fait de très bons discours enflammés.
J'ai deux réponses concrètes et rapides. La Nouvelle Charte des anciens combattants est un nouveau paradigme de traitement des anciens combattants. Ce n'est pas un paradigme parfait. Je dirais même que, s'il n'en tenait qu'à moi, je me débarrasserais de la Nouvelle Charte et je reviendrais à l'ancien système avec des pensions bonifiées, plus au point. Un vétéran ne devrait jamais avoir à prouver qu'il a souffert. Il arrive de la guerre; qu'on lui donne ce qui lui est dû.
Ce nouveau paradigme a été mis en place par le gouvernement de Paul Martin en décembre 2005. Nous avons été le premier gouvernement à travailler avec ce nouveau paradigme. C'est un paradigme qui repose sur le fait que les vétérans ont le fardeau de la preuve; ils doivent prouver qu'ils ont souffert mentalement ou physiquement. C'est cela le grand problème. Aux États-Unis, le fardeau de la preuve repose sur le gouvernement. Si les libéraux veulent améliorer la situation, ils doivent renverser ce fardeau de la preuve.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 14:30 [p.17316]
Mr. Speaker, on December 9, 2014, in a solemn and firm tone of voice, the member for Papineau said that “we have a sacred obligation to our veterans”. At the time, the member for Papineau claimed that as prime minister he would be the ultimate champion of our veterans' honour and rights.
Why then is he today shamefully reneging on his promise made in 2015?
Monsieur le Président, le 9 décembre 2014, sur un ton sobre et assuré, le député de Papineau a dit: « nous avons une obligation sacrée envers les anciens combattants ». À cette même époque, le député de Papineau a prétendu qu'à titre de premier ministre il serait l'ultime défenseur de l'honneur et des droits de nos vétérans.
Pourquoi alors, aujourd'hui, renie-t-il de manière si déconcertante sa promesse faite en 2015?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-15 14:31 [p.17316]
Mr. Speaker, here is what veterans have to say. Don Sorochan, lead counsel for Equitas Society, said that the government's position was astonishing and for the Prime Minister to stand up and say that we do not have any special obligation to veterans was completely contrary to everything he has said in Parliament and everything that he said during the election campaign.
What is worse, the Prime Minister and veteran Liberal candidates made a solemn promise in 2015, with their hands on their hearts, that veterans would never, ever have to go to court to defend their rights. Those were nothing more than empty words.
When will the Liberals make good on their promises?
Monsieur le Président, voici ce que les vétérans ont à dire. Don Sorochan, avocat principal d'Equitas Society, a dit que la position du gouvernement était stupéfiante et que le premier ministre devrait se lever et dire qu'il n'a aucune obligation particulière envers les anciens combattants, ce qui est tout à fait contraire à tout ce qu'il a dit au Parlement et pendant la campagne électorale.
Pire encore, le premier ministre et ses candidats libéraux vétérans, en 2015, on fait une promesse solennelle, la main sur le coeur, que jamais, au grand jamais, les vétérans ne devraient aller en cour pour avoir leurs droits. Ce sont de vaines paroles, ni plus, ni moins.
Quand vont-ils reprendre leurs promesses?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-01 12:26 [p.16650]
Madam Speaker, I am very pleased to speak in this august House for the first time in 2018. We were elected in 2015 and here we are in 2018 already. Life goes so fast. I would like to wish all of the citizens of Beauport—Limoilou, many of whom are tuning in today, a very happy New Year, health, prosperity and happiness. I am very happy to have seen them throughout Parliament’s winter break and during door-to-door events and various activities, including the Christmas gala at my constituency office. I thank them for attending in large numbers.
It is unfortunate that the member across the way has left, but in February 2016, the Gartner report said quite clearly that the Phoenix system had major problems and should not be implemented. The report also featured some important recommendations that would have allowed us to avoid the considerable problems now facing public servants, if only the Liberal government had shown as much wisdom as we have, and followed those recommendations and if it had not given the project the green light in February 2016.
I would like to respond to certain allegations by my Liberal colleagues today, but I must first say that Bill C-62 is an outright abdication by the executive for electoral gains. In 2015, we Conservatives were forced to call an election four months early because the major unions in Canada would not stop making electoral expenditures day after day, week after week, to help either the New Democratic Party or the Liberal Party, because those parties had apparently given them what they wanted. They absolutely wanted to defeat the Conservatives and were spending millions of dollars on advertising against us on television, on the radio and in print media. That is why it was the longest election in Canadian history. We were honourable and we had to respond to those daily frontal media attacks from the unions. We therefore triggered the election campaign to be able to use electoral funds ourselves to respond to those attacks.
Without even realizing it, the member for Vaughan—Woodbridge accurately described this bill when he said that his government is working hand-in-hand with the major unions. He could not have said it better. With Bill C-62, the government is not only abdicating its responsibilities to the benefit of big union bosses, who claim to be great leaders who want to protect workers, but it is also returning the favour to the major unions that supported the Liberal Party in 2015 to bring down one of the best governments in the history of Canada. In 10 years, the previous Conservative government got Canada through the biggest economic crisis in world history since the Great Depression in 1929 and 1930. In short, it is shameful that these unions interfered in an election campaign without the support of their members.
Furthermore, I am fed up of hearing our colleague from Winnipeg North portray himself as the paragon of universal virtue, as if the Liberal government was the only one to have good intentions and to work for the well-being of public servants, for Canadians and for humanity. It is completely ridiculous. Every Canadian government, be it Liberal or Conservative, works for the well-being of this country. Will they one day stop harping on about these platitudes, telling us that Conservatives do not work for the well-being of all Canadians or all of humanity? It is utter nonsense, and I am starting to get really fed up. It is extreme arrogance. We respect public servants, and that is why we had two objectives when we introduced Bills C-377 and C-525.
First, we wanted to ensure the sustainability of public service pensions. If there is one thing we can do to show respect for our public servants, who work very hard for Canada, and keep the government apparatus running smoothly, it is to ensure that, when the day comes, they will retire with honour and dignity, and have access to a sustainable, vital pension that really exists.
When we came to power after the era of Paul Martin and the Liberals from 1990 to 2004, we had to face the facts. Not only had millions of sick days been banked, be we could foresee some major deficits in the public service pension fund in the following decades. Together, both of these things threaten not only existing pension funds as they now stand, but also access to these pension funds for any public servant retiring in the next 10, 20, 30 or 40 years.
We have so much respect for public servants that we made difficult decisions for them. They are not the executive, the government is. We made decisions to ensure that they could retire with dignity when the time came. That was Bill C-377. There was also Bill C-525 to promote democracy in labour organizations and unions in Canada.
This House is one of the most democratic in the world, if not the most democratic. Is it any wonder that we did everything in our power to further promote democracy within unions?
It is unfathomable that one of the first things the Liberals did after arriving on Parliament Hill was to try to repeal the provision of Bill C-525 that allows for a secret vote at union meetings. There are sometimes thousands of people at union meetings. There is intimidation. There is strong-arming. Things get rowdy. Not all Canadians have the courage to voice their opinion, as they may be afraid of being bullied. Have we not been talking for weeks and months about the many types of bullying in Canadian society? In the world of unions, there is bullying. It is no secret. It is a huge factor.
We were working not only for public servants, but also for workers. We wanted to give them a secret ballot so they could vote transparently and without fear of recrimination to determine the direction of their union leadership and the decisions made.
With the Liberals, we are dealing with a party that is completely blind. It is blind to the sustainability of pension funds in the public sector and sometimes the private sector. It is even blind to the sustainability of insurance for seniors in Canada. We made a decision that I found to be very interesting as a young man. I am now 31 years old and was 27 at the time. We decided to raise the age of eligibility for old age security from 65 to 67. That was probably one of the most courageous decisions for an OECD country, for a G7 country. It was clearly something that needed to be done.
When he was a Bay Street tycoon in Toronto, the Minister of Finance wrote a fantastic book in which he said that this was exactly what needed to be done and that Mr. Harper’s government had made a very good decision.
The member for Winnipeg North should set a better example for all his colleagues. He should stop being arrogant, truly work for public servants, resolve the problems with Phoenix, and stop claiming he has the moral high ground.
We worked for workers with Bill C-525 to give them a secret ballot. We worked with public servants to ensure the sustainability of their pension funds with Bill C-377.
I will close by saying that Bill C-62 is an abdication by the executive in favour of the major unions. The purpose of this bill is to reward them in order to obtain electoral gains in 2019.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole en cette auguste Chambre pour la première fois en 2018. Nous avons été élus en 2015 et nous voilà déjà en 2018. La vie va tellement vite. À tous les citoyens de Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre, je souhaite une très belle année, santé, prospérité et bonheur. Je suis très content de les avoir vus tout au long de la pause hivernale parlementaire et lors du porte-à-porte et des différentes activités, dont la soirée de Noël à mon bureau de circonscription. Je les remercie de leur présence en grand nombre.
C'est dommage que le député d'en face soit parti, mais le rapport Gartner, en février 2016, spécifiait noir sur blanc qu'il ne fallait pas lancer le système Phénix, puisqu'il comportait de graves lacunes. Le rapport contenait toutes sortes de recommandations phares qui auraient permis d'éviter les grandes difficultés que les fonctionnaires vivent actuellement, si seulement le gouvernement libéral avait été sage comme nous, s'il avait suivi ces recommandations et s'il n'avait pas appuyé sur le bouton en février 2016.
J'aimerais répondre à certaines allégations faites par mes collègues libéraux aujourd'hui, mais je dois d'abord dire que le projet de loi C-62 est carrément une abdication de l'exécutif pour des gains électoraux. En 2015, nous, les conservateurs, avons été forcés d'entamer le scrutin électoral quatre mois à l'avance, parce que les grandes centrales syndicales du Canada ne cessaient, jour après jour, semaine après semaine, d'engager des dépenses électorales pour aider soit le Nouveau Parti démocratique, soit le Parti libéral, puisque ces deux partis leur auraient donné ce qu'elles voulaient. Elles voulaient absolument battre les conservateurs et dépensaient des millions de dollars dans des publicités contre nous à la télévision, à la radio et dans la presse écrite. Voilà pourquoi cela a été les plus longues élections de l'histoire du Canada. Nous étions honorables et nous devions répondre à ces attaques frontales médiatiques quotidiennes de la part des syndicats. Nous avons donc déclenché la campagne électorale pour pouvoir nous-mêmes utiliser des fonds électoraux pour répondre à ces attaques.
Le député de Vaughan—Woodbridge, sans s'en rendre compte, a également défini convenablement ce projet de loi en disant que son gouvernement travaille main dans la main avec les centrales syndicales. Il ne pouvait dire mieux que cela, puisque le projet de loi C-62 est non seulement une abdication de l'exécutif au profit des grands patrons syndicaux, qui prétendent être de grands leaders voulant protéger les travailleurs, mais il constitue un renvoi d'ascenseur aux grandes centrales syndicales, qui se sont associées au Parti libéral, en 2015, pour faire tomber un des meilleurs gouvernements de l'histoire du Canada. En 10 ans, celui-ci a réussi à nous sortir de la plus grande crise économique de l'histoire du monde depuis la grande récession des années 1929 et 1930. Bref, il est déplorable que ces groupes se soient immiscés dans une campagne électorale sans même l'aval de leurs travailleurs.
Par ailleurs, j'en ai marre d'entendre notre collègue de Winnipeg-Nord, qui se fait constamment l'apôtre d'une vertu universelle, comme si le gouvernement libéral était le seul à avoir de bonnes intentions et à travailler pour le bien-être des fonctionnaires, des Canadiens et de l'humanité. C'est complètement ridicule. Tout gouvernement canadien, qu'il soit conservateur ou libéral, travaille pour le bien-fondé de ce pays. Vont-ils cesser un jour de nous rabâcher ces sottises en nous disant que les conservateurs ne travaillent pas pour le bien-être de tous les Canadiens ou de toute l'humanité? C'est vraiment de la foutaise et je commence à en avoir marre. C'est de l'arrogance extrême. Nous respectons les fonctionnaires. C'est pourquoi, par l'entremise des projets de loi C-377 et C-525, nous avons voulu faire deux choses.
D'abord, nous avons voulu nous assurer de la pérennité des fonds de pension de nos fonctionnaires. S'il y a bien une chose qui fait en sorte qu'on respecte nos fonctionnaires, qui travaillent très fort pour l'État canadien et pour que la machinerie gouvernementale fonctionne adéquatement, c'est le fait de s'assurer que lorsque le jour viendra où ils prendront leur retraite dans l'honneur et dans la dignité, ils auront accès à un fonds de pension pérenne, vital et qui existe.
Après l'ère de Paul Martin et des libéraux, des années 1990 à 2004, nous avons pris le pouvoir et avons été mis au fait d'une réalité concrète: des millions de jours de congé de maladie étaient stockées dans des banques de jours de congé de maladie. De plus, des déficits importants dans le fonds de pension de la fonction publique canadienne était à prévoir dans les décennies à venir. Ensemble, ces deux choses mettaient à mal non seulement l'existence des fonds de pension dans leur état actuel, mais également l'accès à ces fonds de pension pour un fonctionnaire qui prendrait sa retraite d'ici 10, 20, 30 ou 40 ans.
Nous respectons les fonctionnaires à tel point que nous avons pris des décisions difficiles pour eux. Ils ne sont pas l'exécutif, c'est le gouvernement qui l'est. Nous avons pris des décisions pour nous assurer qu'ils pourront prendre leur retraite en toute dignité le temps venu. C'était ce qui était dans le projet de loi C-377. Il y avait aussi le projet de loi C-525 qui avait pour objectif de favoriser la démocratie dans les organisations et les centrales syndicales du Canada.
La Chambre est l'une des plus démocratiques dans le monde entier, si ce n'est pas la plus démocratique. N'est-il donc pas normal que nous ayons tout fait en notre pouvoir pour favoriser davantage de démocratie au sein des organisations syndicales?
Comment peut-on imaginer qu'une des premières choses que les libéraux ont fait en arrivant sur la Colline du Parlement a été de chercher à abroger la disposition du projet de loi C-525 qui permettait un vote secret lors des assemblées syndicales? Il y a parfois des milliers de personnes dans les assemblées syndicales. Il y a de l'intimidation. Il y a des gros bras. Ça brasse. Ce ne sont pas tous les Canadiens qui ont le courage d'affirmer leur opinion, car ils peuvent avoir peur de se faire intimider. Depuis plusieurs semaines et plusieurs mois, ne parle-t-on pas d'intimidation dans la société canadienne et de toutes ses diverses expressions? Dans le monde syndical, il y a de l'intimidation. C'est un secret de Polichinelle. Il y en a au plus haut point.
Nous travaillions non seulement pour les fonctionnaires mais pour les travailleurs. Nous voulions leur donner un vote secret pour qu'ils puissent, de manière transparente et sans craindre des récriminations, voter pour déterminer le cours des choses par rapport à leur leadership syndical et aux décisions prises.
Avec les libéraux, nous sommes pris avec un parti complètement aveugle. Il est aveugle en ce qui a trait à la pérennité des fonds de pension du secteur public et parfois du secteur privé. Il est même aveugle par rapport à la pérennité de l'assurance pour les personnes âgées au Canada. Nous avions pris une décision que je trouvais être la plus intéressante en tant que jeune homme. J'ai 31 ans et j'avais 27 ans à l'époque. Nous avions décidé de faire passer l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse de 65 ans à 67 ans. C'était probablement une des décisions les plus courageuses pour un pays de l'OCDE, pour un pays du G7. De toute évidence, c'était une chose qu'il fallait faire.
Le ministre des Finances, alors qu'il était un magnat de Bay Street à Toronto, avait écrit un livre fantastique dans lequel il disait que c'était exactement ce qu'il fallait faire et que le gouvernement de M. Harper avait pris une très bonne décision.
Le député de Winnipeg-Nord devrait donner un meilleur exemple à tous ses collègues. Il devrait arrêter d'être arrogant, travailler vraiment pour les fonctionnaires, régler les problèmes de Phénix et arrêter de prétendre qu'il maîtrise une soi-disant vertu universelle.
Nous avons travaillé pour les travailleurs avec le projet de loi C-525 afin de leur donner le vote secret. Nous avons travaillé avec les fonctionnaires pour assurer la pérennité de leur fonds de pension avec le projet de loi C-377.
Je termine en disant que le projet de loi C-62 est l'abdication de l'exécutif devant les grandes centrales syndicales. Le but du projet de loi est de les récompenser en vue d'obtenir des gains électoraux en 2019.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-01 12:37 [p.16651]
Madam Speaker, democracy entails the competition of interest groups. We would like it to be different, but that is how it works. We have to put interest groups and competition on a level playing field in this country. As much as I respect them, bureaucrats are part of an interest group. Most Canadians will never have the wealth in their life that bureaucrats will have, for example, with their retirement pension, which is amazing. Most Canadians in my riding will not have a retirement pension from the government.
We were executively responsible. We told the unions of the bureaucrats how it was going to work to ensure that a public pension plan would be a household phrase for every Canadian in 40 years, because Canadians put a lot of money into those pension plans. People who work in shops and pizzerias, and only earn 12 bucks an hour, pay for public pensions.
Therefore, we as executives have to make sure it is equitable for all Canadians. That is why we did it, and that is being responsible.
Madame la Présidente, la démocratie implique la concurrence entre des groupes d'intérêt. Nous aimerions que ce soit différent, mais c'est ainsi que cela fonctionne. Nous devons mettre les groupes d'intérêt et la concurrence entre eux sur un pied d'égalité au Canada. Malgré tout le respect que je leur porte, les fonctionnaires font partie d'un groupe d'intérêt. La plupart des Canadiens n'auront jamais dans leur vie la richesse que les fonctionnaires auront, par exemple, avec leur pension de retraite. C'est extraordinaire. La plupart des Canadiens de ma circonscription n'auront pas droit à une pension de retraite du gouvernement.
Nous formions un gouvernement responsable. Nous avons dit aux syndicats des fonctionnaires ce qu'il fallait faire pour que, dans 40 ans, tous les Canadiens aient accès à un régime de pension public, parce que les Canadiens ont investi beaucoup d'argent dans ces fonds de pension. Les gens qui travaillent dans les magasins et les pizzerias, et qui ne gagnent que 12 $ de l'heure, paient pour les pensions du secteur public.
Par conséquent, l'exécutif doit veiller à ce que le régime soit équitable pour tous les Canadiens. C'est la raison pour laquelle notre gouvernement a agi comme il l'a fait, et c'est ce que nous appelons être responsables.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-01-31 14:58 [p.16597]
Mr. Speaker, veterans have made the solemn decision to turn to the Supreme Court of Canada.
In 2015, the Prime Minister promised them, hand on his heart, the return to a real pension for life. He also promised them that they would never ever have to take the government to court to fight for their own rights and their pensions. That is another broken promise. This time it affects our valiant veterans.
Will the Prime Minister honour the solemn promise he made in 2015 to our veterans or will he once again turn his back on our valiant soldiers?
Monsieur le Président, les vétérans ont pris la décision solennelle de se rendre à la Cour suprême du Canada.
En 2015, le premier ministre leur avait promis, la main sur le coeur, un retour véritable — j'insiste sur le mot « véritable » — d'une pension à vie. Également, il leur avait promis que jamais, au grand jamais ils ne devraient se rendre en cour pour combattre le gouvernement au sujet de leurs propres droits et de leurs pensions. C'est une autre promesse brisée, qui touche cette fois-ci nos valeureux vétérans.
Le premier ministre va-t-il honorer l'engagement solennel qu'il a pris en 2015 envers nos vétérans, ou va-t-il encore une fois tourner le dos à nos valeureux militaires?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-28 11:55 [p.15688]
Mr. Speaker, as usual, I would like to acknowledge the people of Beauport—Limoilou who are listening to us today. I am sure they have some serious questions with respect to all of the question period speeches they have been watching on television or reading about in the papers.
Canadians are all wondering the same thing: can we trust the Minister of Finance? As we debate the 2017 budget and the proposed spending to achieve the government's objectives, all Canadians are watching the Minister of Finance closely and wondering if they can trust him.
Indeed, over the past three months, the finance minister has done some things and shown some lapses in judgment that have been revealed by journalists, the official opposition, the NDP, and Canadians. Paradoxically, ironically, and sadly, members of the Liberal Party are still smiling and laughing about it today, and not taking it seriously. As my colleague from Barrie—Innisfil was finishing his speech this morning on yesterday's motion, which calls on the government to end the debate on the 2017 budget implementation bill, we saw several members of the Liberal Party laughing and dismissing it all as nonsense. Basically, they are saying the opposition is lampooning them and engaging in gutter politics, but that is not at all the case.
Since July, the Minister of Finance has been saying that he wants to stand up for taxpayers by going after people who cheat when filing their income tax returns to pay less in taxes. To that end, he implemented certain tax reforms, or rather tax hikes for small and medium-sized businesses, which create jobs for the so-called middle class that the government is always talking about. I have a problem with all of that. We should be talking about Canadians, not about classes. Meanwhile, the minister hid from the Conflict of Interest and Ethics Commissioner that he had a company in France, which owns his villa there. He paid a $200 fine for that just under a month ago.
While he was trying to go after small and medium-sized businesses, farmers, mechanics, and hairdressers, among others, he made millions of dollars on his shares in Morneau Shepell, which he held until recently and were worth roughly $20 million. Instead of putting those assets in a blind trust, he hid them in a numbered company in Alberta. While he was going after small businesses that create jobs in Canada, he failed to disclose to the Ethics Commissioner the fact that he had assets in France and Alberta. What is more, he devised and introduced a bill that seeks to make changes to Canada's pension plans and will benefit three companies that specialize in pensions, including Morneau Shepell.
The Minister of Finance keeps spouting nonsense every time we ask him if we can trust him in light of the revelations from journalists and the official opposition. Yesterday, our venerable official opposition finance critic, the hon. member for Carleton, and several other opposition members, asked a very specific question. It takes a lot for me to feel discouraged, but I am starting to have serious doubts about the integrity of this Minister of Finance.
The hon. member for Carleton reminded him that he introduced a bill in 2015, after the Liberal government was elected, making changes that, according to the Liberals, would increase taxes on the wealthiest. That is not what happened. Several academic papers show that it is not the case. Ultimately, the wealthy are paying less taxes.
In short, two weeks before the announcement of the bill's implications for the stock market, the Minister of Finance—or someone else, but we do not know who—sold millions of Morneau Shepell shares in order to save about half a million dollars. If it was not the minister, can he tell us who it was? Yesterday, during question period, he did not answer.
The situation has only gotten worse over the past three months. After the villa in France, the $20 million in Morneau Shepell shares hidden in Alberta, and the bill that benefited Morneau Shepell, today we learned that someone sold shares to avoid the consequences of the proposed tax increase.
The Minister of Finance must stop playing ridiculous, partisan politics, which are no longer acceptable. It is high time he gave serious answers to the questions asked by the official opposition of Canada. We represent the Canadian people and we hold the government to account to ensure ministerial responsibility. The members of the Liberal Party of Canada must stop making light of the situation. Their Minister of Finance has committed serious violations. He must answer the questions and stop telling us nonsense day after day in the House.
I would still like to say a few words about the 2017 federal budget. Once again, it is a completely ridiculous budget and the Liberals are calling it a feminist budget. The budget should be for all Canadians, not just a special interest group. Of course, we know that the Liberals are centralists and that they work on behalf of special interest groups, including post-materialist groups.
What is more, this budget is in the red and speaks to the many promises the government has broken. Unfortunately, what has defined the Liberals over the past two years is a series of broken promises, including their promise on electoral reform. We are lucky that they broke that promise, because it would be a very bad idea to change the way we vote in Canada. We must retain our Westminster system of voting. The Liberals also broke another promise they made to their environmentalist base by keeping the same greenhouse gas emissions targets as our Conservative government.
Most importantly, the Liberals said that they would run a modest deficit of $10 billion per year in their first two years in office, when in reality they ran a deficit of $30 billion in the first year and $19 billion in the second year, 2017-18. What is even more worrisome is that they broke their promise to balance the budget by 2019-20, even though we are not in an economic crisis or at war. They themselves are saying that the economy is doing great. When we, the Conservatives, ran a deficit in 2008-09, it was because Canada was weathering the worst economic crisis since 1929 and 1930. Today, there is no economic crisis and no war, so there is no reason for the government to be running a deficit.
A recent article in the Financial Post indicated that, according to the OECD, household debt, particularly mortgage debt, is the highest it has ever been. For the past few years, the household debt ratio in Canada, including debt for houses, cars, and all the rest, has been the highest of all the OECD countries. This could have a serious impact on Canada's economic growth.
The Liberals say the economy is doing great. They keep sending Canadians an endless stream of Canada child benefit cheques. Despite adding up to thousands of dollars a year, they do not seem to be working, because Canadian households are more in debt than ever. This debt could be extremely dangerous for the country.
How can we expect Canadians to behave any differently, when the example they are given is a Minister of Finance who cannot be trusted and a government that urges them to spend as recklessly as it does? It is time for the Liberals to get a grip on themselves.
Monsieur le Président, comme à l'habitude, je salue tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. Ceux-ci se posent certainement de sérieuses questions à la lumière des nombreux discours de la période des questions, qu'ils ont dû suivre à la télévision ou dans les journaux.
Les Canadiens se posent tous la même question: peut-on faire confiance au ministre des Finances? À l'heure même où nous débattons du budget de 2017 et des dépenses qui seront engagées pour réaliser les objectifs du gouvernement, tous les Canadiens ont le regard fixé sur le ministre des Finances et se demandent s'ils peuvent lui faire confiance.
En effet, depuis trois mois, un certain nombre de gestes et manquements graves de la part du ministre ont été mis au jour par des journalistes, l'opposition officielle, le NPD et les Canadiens. Paradoxalement, ironiquement et tristement, encore aujourd'hui, on voit les députés du Parti libéral rire, sourire et prendre cela à la légère. Ce matin, lorsque mon collègue de Barrie—Innisfil terminait son discours sur la motion d'hier, qui demande au gouvernement de mettre fin au débat sur le projet de loi de mise en oeuvre du budget de 2017, on a vu plusieurs députés du Parti libéral rire et dire que tout cela était de la foutaise. Bref, ils disent que l'opposition ne fait que des railleries et de la politique négative. Or ce n'est pas du tout le cas.
Dès le mois de juillet, le ministre des Finances disait vouloir être le défenseur des contribuables en s'attaquant à ceux qui trichent au moment de faire leur déclaration d'impôt afin de payer moins d'impôt. Pour ce faire, il a mis en vigueur des réformes fiscales, ou plutôt des hausses d'impôt, pour les petites et moyennes entreprises, celles qui créent des emplois pour la supposée classe moyenne dont parle toujours ce gouvernement. Je n'aime pas du tout cela. On devrait parler des Canadiens et non pas de classes. Bref, pendant ce temps, le ministre cachait à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique qu'il avait une compagnie en France, laquelle était propriétaire d'une villa. Cela lui a valu une amende de 200 $, il y a de cela moins d'un mois.
Également, pendant qu'il voulait s'attaquer aux petites et moyennes entreprises, aux fermiers, aux agriculteurs, aux mécaniciens et aux coiffeurs, entre autres, il a fait des millions de dollars grâce à ses actions de la compagnie Morneau Shepell qu'il détenait jusqu'à tout récemment et qui valaient environ 20 millions de dollars. Plutôt que de les mettre dans une fiducie sans droit de regard, il les avait cachées dans une compagnie à numéro en Alberta . Pendant qu'il s'attaquait aux petites et moyennes entreprises qui créent des emplois au Canada, il a caché à la commissaire à l'éthique qu'il avait des actifs en France et en Alberta. En outre, il a concocté et mis en place un projet de loi qui vise à apporter des modifications aux régimes de pension au Canada et qui va favoriser trois entreprises spécialisées dans ce domaine, dont Morneau Shepell.
Le ministre des Finances ne cesse de dire des balivernes chaque fois qu'on lui demande si on peut lui faire confiance à la lumière des révélations des journalistes et de l'opposition officielle. Hier, notre vénérable porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, le député de Carleton, ainsi que plusieurs députés de l'opposition ont posé une question très précise. Cela m'en prend beaucoup pour être découragé, mais je commence à avoir des sérieux doutes sur l'intégrité de ce ministre de Finances.
Le député de Carleton lui a rappelé qu'il avait déposé un projet de loi, en 2015, à la suite de l'élection du gouvernement libéral, qui proposait des changements fiscaux qui, aux dires des libéraux, allaient hausser les impôts des plus riches. Ce n'est pas ce qui est arrivé. Plusieurs documents universitaires nous démontrent que ce n'est pas le cas. Finalement, les plus riches paient moins d'impôt.
Bref, deux semaines avant qu'on annonce les conséquences de ce projet de loi sur le marché boursier, le ministre des Finances ou quelqu'un d'autre — on ne sait pas qui —  a vendu des millions d'actions de Morneau Shepell, ce qui lui a permis d'économiser environ un demi-million de dollars. Si ce n'est pas le ministre, peut-il nous dire c'est qui? Hier, lors de la période des questions, il ne nous a pas répondu.
La situation s'est aggravée depuis trois mois. Après la villa en France, les actions de Morneau Shepell d'une valeur de 20 millions de dollars cachées en Alberta et le projet de loi qui profite à Morneau Shepell, on découvre aujourd'hui que quelqu'un a vendu des actions afin d'éviter les conséquences de la hausse d'impôt proposée.
Le ministre des Finances doit arrêter de faire de la politique ridicule, partisane et moribonde. Il est temps qu'il réponde sérieusement aux questions de l'opposition officielle du Canada. Nous représentons le peuple canadien afin de demander des comptes au gouvernement et d'assurer la responsabilité ministérielle. Les députés du Parti libéral du Canada doivent arrêter de prendre la situation à la légère. Leur ministre des Finances a commis des manquements graves. Il doit répondre aux questions et cesser de nous dire des balivernes jour après jour à la Chambre.
Je voudrais quand même dire quelques mots concernant le budget fédéral de 2017. Encore une fois, c'est un budget complètement ridicule que les libéraux appellent un budget féministe. Le budget devrait s'adresser aux Canadiens et non pas à un groupe d'intérêt particulier, mais on sait que les libéraux sont des centralisateurs et qu'ils travaillent pour des groupes d'intérêt particuliers, dont les groupes postmatérialistes.
De plus, c'est un budget qui est dans le rouge et qui fait état de nombreuses promesses brisées. Malheureusement, c'est une série de promesses brisées qui distingue les libéraux depuis deux ans, comme celle sur la réforme électorale. C'est une chance qu'ils aient brisé cette promesse, car ce serait une très mauvaise idée de réformer la façon de voter au Canada. Nous devons absolument conserver notre mode de scrutin de type westminstérien. Par ailleurs, les libéraux ont gardé les mêmes cibles que les nôtres en ce qui a trait aux émissions de gaz à effet de serre. Ils ont donc rompu une autre promesse qu'ils ont faite aux électeurs environnementalistes.
Par-dessus tout, ils ont dit qu'ils allaient accuser des déficits modestes de 10 milliards de dollars par année au cours des deux premières années de leur mandat, alors qu'ils ont accusé un déficit de 30 milliards de dollars au cours de la première année et un déficit de 19 milliards de dollars lors de la deuxième année, soit l'année en cours 2017-2018. Ce qui est encore plus troublant, c'est qu'ils aient rompu leur promesse d'équilibrer le budget d'ici 2019-2020, et ce, alors qu'on est ni en période de crise économique ni en période de guerre. Ils disent eux-mêmes que l'économie va très bien. Lorsque nous, les conservateurs, avons accusé un déficit en 2008-2009, c'était pendant la pire crise économique depuis la crise des années 1929 et 1930. Aujourd'hui, il n'y a pas de crise économique ni de guerre, alors il n'y a aucune raison d'accuser des déficits.
Un article récent du Financial Post affirme que, selon l'OCDE, les dettes des particuliers, notamment en ce qui concerne leur hypothèque, n'ont jamais été aussi élevées. Depuis plusieurs années, le ratio de la dette privée des Canadiens, qui comprend leur maison, leur voiture et tout le reste, est le plus élevé parmi les pays membres de l'OCDE. Cela pourrait avoir de graves répercussions sur l'essor économique du pays.
Ils disent que l'économie va très bien. Ils envoient des chèques à n'en plus finir aux Canadiens dans le cadre de l'Allocation canadienne pour enfants. Ce sont des milliers de dollars par année, mais cela ne semble pas porter des fruits, parce que les ménages s'endettent plus que jamais. Cet endettement peut être extrêmement dangereux pour le pays.
Comment veut-on que les Canadiens fassent autrement, quand l'exemple que leur donne ce gouvernement est celui d'un ministre des Finances à qui on ne peut pas faire confiance et d'un gouvernement qui leur dit de dépenser parce que lui-même dépense sans compter. Il est temps que les libéraux contrôlent leurs actions.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-23 12:02 [p.15508]
Mr. Speaker, a lot of people in Beauport—Limoilou are listening to us right now, and I want to say hello to them.
Our political system is a parliamentary democracy. I believe that it is the best system in the world, and I think all members of the House would agree.
In this system, ministerial responsibility is the most important thing we carry out every day, primarily in question period and through opposition days like today. Ministerial responsibility was acquired as a result of long debates and long military campaigns.
Les Patriotes were not all French Canadians; they included some English Canadians, too. They fought in the 1820s and 1830s to obtain ministerial responsibility, which the British monarchy and British Parliament granted us with the Act of Union, creating a united Canada in 1841.
What we are doing today with our opposition day is exercising that ministerial responsibility and ensuring that it is fulfilled. One of the ways this is done is through investigative journalism, which is very important and which we on this side of the House take very seriously. In fact, with the help of its sponsor here, the member for Louis-Saint-Laurent, a senator in the other place managed to get a bill passed that provides greater protection to whistleblowers and the confidential sources of investigative journalism.
What have investigative journalists discovered in recent months? The Minister of Finance did three things, or overlooked three things, or made three serious mistakes.
Need we remind members that the finance minister is second in command in the Government of Canada. He is second in command not because he is more important than other ministers, but it can still be argued that a country's finances are critical given their implications for education, health, and the well-being of Canadians. For that reason, the position of finance minister is held in high regard and the incumbent must do everything possible to ensure that Canadians' confidence in the minister is never in doubt or undermined.
Unfortunately, the three things that the finance minister did in two years, which were reported by investigative journalists in recent months, have slowly and surely undermined Canadians' confidence in the minister.
In my view, the attitude, behaviour, and actions of all members in their day-to-day activities both inside and outside the House must always be guided by three principles: a sense of duty, a sense of responsibility, and a sense of honour.
I urge my Liberal colleagues to listen carefully. The Minister of Finance, like all of us, had the solemn, legal duty to disclose his assets to the Ethics Commissioner right away. He had six months to do so, using a form that is pretty easy to fill out. It may have been more difficult for him, since he has so many assets. However, he had a duty to disclose all of his assets, in black and white, clearly and openly, leaving no doubt and leaving nothing out. He had a duty, and he did not properly fulfill it. I will get back to this and explain why.
The minister also had the responsibility, and still does today, to inform the Ethics Commissioner of any changes to his personal situation throughout his term. Such changes would include a new acquisition, a boat in the Bahamas, or, who knows, a second villa in France.
As a member of Parliament, I receive updates from the Ethics Commissioner reminding me of my responsibility and duty to disclose any new assets, throughout my term. For example, I recently declared that I purchased a home for my lovely little family; I was happy to do so. All members of Parliament have this responsibility.
In my opinion, however, honour is even more important than duty or responsibility. When members of Parliament are guided by a sense a honour, their actions are naturally guided by a sense of duty and responsibility. The Minister of Finance failed in his duty and his responsibility as an elected official, minister, and member of Cabinet over the past two years, and I will talk about this failure in a few seconds. Unfortunately for him and for this government, he sullied his honour.
First, two years ago, when he was made to fill out the much-discussed form disclosing his assets, interests, and so on to the Ethics Commissioner, he forgot, nay, omitted to declare a company incorporated in France that owns a luxurious villa in Provence in the south of France. I imagine it is very luxurious and quite expensive. That is unbelievable.
I have here a public notice of penalty issued under the authority of the Conflict of Interest Act. This is not a joke. These are not allegations or opposition attacks. This is fact. The Ethics Commissioner issued a penalty just a few weeks ago and fined the Minister of Finance $200 for violating paragraphs 22(2)(a) and 22(2)(d) of the Conflict of Interest Act by failing to include in a confidential report a corporation established in France and an estimate of its value and, crucially, by failing to include in the report his directorship in that corporation. This is serious business.
The Minister of Finance, an important businessman from Bay Street in Toronto who manages a huge family business, somehow forgot to report that asset in France, although he claims it was just an administrative oversight. That is a first. This actually happened; he paid the fine. He was caught and had to face the music, although only administratively. Of course, these are not criminal charges. That was his first dereliction of duty and breach of Canadian laws, the first stain on his reputation, and the first thing that shook Canadians' confidence in him.
On top of that, he did not put his shares in Morneau Shepell, worth $20 million, in a blind trust. He hid them in a numbered company in Alberta and has made millions on them over the past two years. Thank goodness he donated it to charity. It was the least he could do, but he still has not apologized and he refuses to talk about the fact that he has been violating the spirit of the law over the past year.
Lastly, he is once again being investigated by the Ethics Commissioner regarding a conflict of interest, because he introduced Bill C-27, which makes changes to pension plans and will benefit the family business started by his father. He is therefore in a direct conflict of interest, he failed in his duty and his responsibilities, and his honour is besmirched.
Monsieur le Président, je salue tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre actuellement.
Notre système politique, c'est la démocratie parlementaire. Selon moi, c'est le meilleur système au monde, et je crois bien que tous les députés à la Chambre sont aussi de cet avis.
Dans ce système, la responsabilité ministérielle est la chose la plus importante que nous exerçons tous les jours, grâce à la période des questions notamment, et par le biais des journées de l'opposition comme celle d'aujourd'hui. La responsabilité ministérielle a été acquise à la suite de longs débats et de longues campagnes militaires.
Les Patriotes n'étaient pas seulement des Canadiens français, car il y avait des Canadiens anglais également. Ils se sont battus dans les années 1820 et 1830 pour obtenir la responsabilité ministérielle, ce que la monarchie britannique et le Parlement britannique nous a donnée avec l'Acte d'union du Canada, le Canada-Uni, en 1841.
Ce que nous faisons aujourd'hui avec la journée de l'opposition, c'est de mettre en avant cette responsabilité ministérielle et de nous assurer de son application. Cela se fait, entre autres, grâce au travail du journalisme d'enquête qui est très important et que nous, de ce côté-ci de la Chambre, prenons très au sérieux. Par ailleurs, c'est un sénateur de l'autre Chambre qui, grâce au parrainage du député de Louis-Saint-Laurent, a pu faire passer un projet de loi qui veut protéger davantage les divulgateurs, ainsi que les sources anonymes du journalisme d'enquête.
Que nous ont appris les journalistes d'enquête au cours des derniers mois? Ce sont trois actions, trois oublis ou trois manquements graves qui ont été commis par le ministre des Finances.
Le ministre des Finances, doit-on le rappeler, est le numéro 2 du gouvernement au Canada. Il est numéro 2, non pas parce qu'il est plus important que d'autres ministres, mais on pourrait quand même prétendre que les finances d'un pays sont fondamentales, avec tout ce qui en découle comme l'éducation, la santé et le bien-être des Canadiens. C'est pour cette raison que le poste de ministre des Finances est tenu en haut égard et que la personne qui détient ce poste doit tout faire pour que la confiance des Canadiens à son égard ne soit jamais mise en doute ou effritée.
Malheureusement, les trois actions que le ministre des Finances a posées au cours des deux dernières années, mais qui ont été rapportées par des journalistes d'enquête dans les derniers mois, ont effrité lentement, mais sûrement la confiance des Canadiens envers le ministre.
Selon moi, dans leurs activités de tous les jours, trois principes doivent toujours guider l'attitude, le comportement et les actions de tous les députés, tant à la Chambre qu'à l'extérieur de la Chambre. Il s'agit du sens du devoir, du sens de la responsabilité et du sens de l'honneur.
Je prie mes collègues du Parti libéral de bien vouloir écouter cela avec attention. Le ministre des Finances, comme nous tous, avait le devoir solennel et le devoir légal, ni plus ni moins, de dévoiler, d'entrée de jeu, ses actifs à la commissaire à l'éthique. Il avait quand même six mois pour le faire avec un formulaire assez facile à remplir. C'était peut-être plus difficile pour lui, étant donné ses nombreux actifs. Toutefois, son devoir était de dévoiler, noir sur blanc, sans ambivalence, sans laisser de doute et sans aucune cachette, tous ses actifs. C'était son devoir et il ne l'a pas fait en bonne et due forme. Je vais y revenir et expliquer pourquoi.
Il avait également la responsabilité, il l'a d'ailleurs encore aujourd'hui, de s'assurer que tout au long de son mandat, s'il y avait un changement sur le plan de son statut personnel, de le mentionner à la commissaire à l'éthique. Cela pourrait être une nouvelle acquisition, un bateau dans les Bahamas ou, qui sait, une deuxième villa en France.
En tant que député, je reçois des mises à jour de la commissaire à l'éthique qui me rappellent de me conformer à mon devoir et à ma responsabilité de dévoiler tout nouvel acquis, et ce, tout au long de mon mandat. Par exemple, j'ai dévoilé récemment l'achat d'une maison pour ma belle petite famille, et j'en suis très heureux. C'est une responsabilité qui incombe à tous les députés.
Enfin, il s'agit de l'honneur, qui est encore plus important, selon moi, que le devoir et la responsabilité. Lorsque nous gardons précieusement cet honneur dans notre coeur en tant que députés, le devoir et la responsabilité se manifestent naturellement dans nos gestes. Or le ministre des Finances, de par ses actes, dont je vais parler dans quelques secondes, a manqué à son devoir et à sa responsabilité en tant qu'élu, ministre et membre du Cabinet de ce gouvernement au cours des deux dernières années. Bien malheureusement pour lui et pour ce gouvernement, il a entaché son honneur.
D'abord, il y a deux ans, lorsqu'il a dû remplir le fameux formulaire de divulgation d'acquis et intérêts, entre autres, auprès de la commissaire à l'éthique, il a oublié, voire omis de divulguer une société établie en France qui possède une villa somptueuse en Provence, dans le Sud de la France. Cela doit être assez somptueux et assez cher. C'est incroyable.
J'ai ici un avis public de pénalité émis en vertu de la Loi sur les conflits d'intérêts. Ce n'est plus une blague. Ce ne sont pas que des suppositions ou des attaques de l'opposition. C'est vrai. Une pénalité a été émise par la commissaire à l'éthique, pas plus tard qu'il y a quelques semaines, disant que le ministre des Finances doit payer une amende de 200 $ parce qu'il a violé les alinéas 22(2)a) et 22(2)d) de la Loi sur les conflits d'intérêts, par défaut d'inclure dans un rapport confidentiel une société établie en France ainsi que sa valeur estimative, et surtout, par défaut d'y inclure son poste d'administrateur dans cette société. Bon Dieu, c'est grave!
Le ministre des Finances, un grand homme d'affaires de Bay Street, à Toronto, qui gère une compagnie familiale d'une grande ampleur, aurait oublié, par mégarde administrative, dit-il, de faire état de cette possession en France. C'est une première. C'est concret, puisqu'il a payé une amende. Il a donc été pris en défaut et a été mis au banc des accusés, bien que ce soit administratif. Ce n'est pas criminel, bien entendu. C'est son premier manquement à son devoir et au respect des lois canadiennes, la première tache à son honneur et le premier geste qui a ébranlé la confiance des Canadiens à son égard.
Par ailleurs, il n'a pas mis ses actions de la compagnie Morneau Shepell, d'une valeur de 20 millions de dollars, dans une fiducie sans droit de regard. Il les a cachées dans une compagnie à numéro en Alberta, dont il a tiré des millions de dollars au cours des deux dernières années. Dieu merci, il a donné cela à des oeuvres de charité. C'était la moindre des choses, mais il ne s'est toujours pas excusé, et il passe sous silence le fait qu'il a contrevenu à l'esprit de la loi au cours de la dernière année.
Finalement, il fait encore une fois l'objet d'une enquête de la commissaire à l'éthique relativement à un conflit d'intérêts, puisqu'il a déposé le projet de loi C-27, qui vise à apporter des changements aux régimes de pension et qui va profiter à la compagnie familiale que son père a créée. Il est donc en plein conflit d'intérêts, il a manqué à son devoir et à sa responsabilité, et son honneur est entaché.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:07 [p.15049]
Mr. Speaker, hon. colleagues, dear Canadians who are watching us, I just want to say, “wow”. One hundred and fifty years ago, on November 6, 1867, the first Canadian parliamentarians from Upper Canada and Lower Canada, as well as the colonies of New Brunswick, Prince Edward Island, and Nova Scotia, gathered here in a federal Parliament for the first time. It was surely to have a debate, but I imagine that first day must have been rather solemn. I do not know if they started any work that first day. I imagine they wanted to get started right away on working hard to build a federation from coast to coast. It must have been extraordinary to take part in achieving that dream.
I wanted to take a minute or two to say that I agree with what my leader said about his vision of the country, and his take on the parliamentary system and the role of parliamentarians. I was impressed by his speech.
Certainly, I want to thank the Prime Minister for taking the time to deliver a speech on this solemn day. I also found it extraordinary that four former prime ministers were here today. I appreciated the speech of the House leader of the New Democratic Party and that of the Bloc Québécois member who took the time to say a few words despite his opposition to our great federation.
I am more mature now as I begin my third year as MP than I was at the very beginning. There are three things I consider important and that I would like to bring back to the Canadian political agenda. If I come to Ottawa every week, it is not to talk about rights but about duty. It is not to talk about about pride, but about honour. More importantly, it is not to talk about entitlements but about each individual's responsibility and their role in community development.
Guided by these three beacons that shape my approach to parliamentarism and Canadian politics, I come here each week in an attempt to improve things in this country, even only a little bit.
I would like nothing more than to be able to speak at length in this House about the Constitution of Canada, the role of the provinces in our constitutional order and the dialogue that Philippe Couillard would like to open about Quebec's place in Canada.
I would like to talk about our founding peoples, linguistic rights, creating new provinces to pursue Canada's territorial and economic expansion, as well as international relations and Canada's role in the 21st century in light of all the world's emerging powers on all continents who are challenging us in ever more extreme ways. I would also like us to discuss our vision of federalism for the hundred years to come.
However, I cannot talk about that today, as the government is busy introducing a bill to confirm and put in place the budgetary measures which were announced in March, as is the custom in this great Parliament.
We returned to the House two months ago, but we have not touched on the constitutional debates and the international relations debates I talked about, debates I would really like us to have here. This all started in July, when the government put forward its tax reforms, which amounted to tax hikes for small and medium-sized businesses. It really botched those reforms. Just two weeks ago, the Minister of Finance presented his economic update. He tried to convince us that his tax reforms are working well and that he merely adjusted a few elements of it in response to what he heard from Canadians.
Simply put, the tax reform is a thing of the past. It is moot. The government backtracked thanks to some very good work by the official opposition of Canada and our leader, the member for Regina—Qu'Appelle. Every sitting day from September to November, our leader proved to Canadians that the tax reform benefited the rich, those who want to avoid paying taxes, and, it bears mentioning, even the Minister of Finance, as we all know. The whole thing is absolutely unbelievable.
The reform benefits the rich rather than ordinary Canadians—the workers, the mechanics, the labourers, the farmers. The Liberal economic update is merely a repeat of the same measures and broken promises we have seen from the beginning of their mandate in 2015. The only thing that is new is that they are going to lower the overall tax rate for small and medium-sized business.
Once again, that was nothing really new, since the Liberals had announced it during the campaign. They first decided not to keep that promise, but faced with the political uproar created by their ethical scandal, they thought they might present a gift to shift the media's focus. It did not work.
Then, at the end of September, the scandal linked to the finance minister himself, personally, was uncovered. This is not a debate about whether this is a good policy, nor is it a debate on the tax measures he wants to bring in. Indeed, thanks to research done by our party and by some investigative journalists, it became clear that the Minister of Finance was in a total conflict of interest, both personally and with respect to his significant financial assets. He made his fortune by working very hard, good for him.
According to the Liberal members, Morneau Shepell, and the government, everyone believed that the Minister of Finance had taken his fortune, including the $20 million he owned in Morneau Shepell shares, and placed it in a blind trust back in 2015. That was not the case. For the past month, I have been expecting him to stand up in the House and make a formal apology. In the end, he made a donation to charity, which is nice, but he has yet to apologize to Canadians.
We have been talking about this issue for a month and a half. There was also the property in France, which he hid from the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, as well as Bill C-27, which directly benefits his family business, Morneau Shepell. The proof is right in front of us: the Minister of Finance is in a direct conflict of interest. He has yet to apologize to Canadians.
Yesterday, it emerged that the Liberal Party of Canada's own chief fundraiser is implicated in tax avoidance schemes involving tropical tax havens south of here. The news has made this government even more of a laughingstock.
Today, on this 150th anniversary of the first parliamentary sitting of November 6, 1867, four former prime ministers, unfortunately, had to witness a question period that I found to be shameful and that did not focus on the issues that we should be discussing. As I said, we should be discussing the Canadian federation, the coming century, and how to always strive to make Canada the best country in the world.
Instead, we are talking about this government's hypocrisy. We are talking about the things it does that create conflicts of interest. In short, we are talking about its real intentions, which are to help interest groups, not Canadians. These interest groups, whatever their cause, may be chartist groups that go through the Supreme Court to impose new policies on our country rather than coming and fighting in the House, economic interest groups, like the finance minister and his Bill C-27, or groups that fight for the government's own party. What is worse, the Liberals are shamelessly claiming that theirs is a feminist budget. I have never heard anything so ridiculous in my life. Well, perhaps that is a bit of an exaggeration, but even so. This should not be a feminist budget. It should be a Canadian budget for all Canadians.
Since when does a government have the nerve to rise in the House and claim that a budget has been put in place for a particular group, to cater to a certain ideology or stripe, or individual interests? How does this government have the nerve to talk about a feminist budget? What would happen if it was a masculinist budget? It is completely ridiculous.
What have the Liberals done in the past two years? They have eliminated tax credit after tax credit, to the point where, according the Fraser Institute, a typical Canadian family with two children is now paying $840 more in taxes a year.
It is unprecedented in Canada for a government to run a deficit that is double what was promised with no plan to balance the budget. That is the Liberal government.
Rather than celebrating the Constitution on this 150th anniversary, we are celebrating the Liberals' hypocrisy.
Monsieur le Président, chers collègues, chers Canadiens qui nous écoutent, j'aimerais dire: wow! Il y a 150 ans, le 6 novembre 1867, les premiers parlementaires canadiens du Haut-Canada et du Bas-Canada, ainsi que les colonies du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, se sont retrouvés ici pour la première fois, dans un Parlement fédéral. C'était sûrement pour débattre, mais j'imagine que cette première journée devait être solennelle. Je ne sais pas s'ils ont entamé des travaux dès la première journée. J'imagine qu'ils voulaient tout de suite commencer leur travail ardu pour bâtir une fédération d'un océan à l'autre. Cela devait être extraordinaire de participer à la réalisation de ce rêve.
Je ne pouvais m'empêcher de prendre une ou deux minutes pour dire à quel point je partage les pensées que mon chef a exprimées aujourd'hui en ce qui concerne sa vision du pays et sa conception du parlementarisme et de la fonction de parlementaire. J'ai été impressionné par son discours.
Bien entendu, je remercie le premier ministre d'avoir pris la peine de faire un discours en cette journée solennelle. J'ai aussi trouvé cela extraordinaire que quatre anciens premiers ministres soient venus ici. Bien entendu, j'ai également apprécié le discours du leader à la Chambre du Nouveau Parti démocratique et celui du député du Bloc québécois qui, même s'il s'oppose à notre grande fédération, a pris le temps de prononcer quelques paroles à cet égard.
Alors que j'entame ma troisième année en tant que député, j'ai une plus grande maturité qu'au tout début, et il y a trois choses qui me semblent importantes et que je veux ramener à l'ordre du jour de la politique canadienne. Si je viens à Ottawa chaque semaine, ce n'est pas pour parler de droits, mais de devoir. Ce n'est pas pour parler de fierté, mais d'honneur. Surtout, ce n'est pas pour parler d'acquis, mais de responsabilités individuelles qui, ensemble, participent à la collectivité et à son épanouissement.
Éclairé par ces trois éléments phares de mon esprit qui façonnent mon approche concernant le parlementarisme et la politique canadienne, je viens ici chaque semaine pour tenter d'améliorer les choses au pays, ne serait-ce qu'un tant soit peu.
J'aimerais bien qu'on puisse discuter à la Chambre, cette semaine, la semaine passée et la semaine prochaine, de la Constitution du Canada, de la place des provinces dans notre ordre constitutionnel et du dialogue que Philippe Couillard veut ouvrir sur la place du Québec dans le Canada.
J'aimerais parler des peuples fondateurs, des droits linguistiques, de la création de nouvelles provinces pour continuer l'expansion territoriale et économique du pays, de relations internationales et de la place du Canada dans le siècle à venir face à l'émergence de grandes puissances sur tous les continents qui nous concurrencent de manière de plus en plus extrême. J'aimerais aussi qu'on parle de la vision du fédéralisme pour le prochain siècle.
Toutefois, je ne peux pas parler de cela aujourd'hui, parce que nous sommes devant un gouvernement qui nous présente un projet de loi visant à confirmer et à mettre en place les mesures budgétaires qu'il nous a annoncées au mois de mars, comme il est de coutume dans ce beau Parlement.
Cela fait deux mois que la session parlementaire a débuté et on est très loin des débats constitutionnels et des débats sur les relations internationales dont j'ai parlé et que j'aimerais bien qu'on ait ici. Tout a commencé au mois de juillet, lorsqu'on a proposé des réformes fiscales, soit des hausses d'impôt pour les petites et moyennes entreprises. Ces réformes ont été complètement bâclées. Il y a à peine deux semaines, le ministre des Finances a présenté sa mise à jour économique et a essayé de nous faire croire que ses réformes fiscales allaient bon train et qu'après avoir écouté les Canadiens, il avait seulement modifié certains éléments de la réforme fiscale.
En deux mots, la réforme fiscale est caduque. C'est terminé. Le gouvernement a rebroussé chemin, grâce au travail efficace de l'opposition officielle du Canada et de notre chef, le député de Regina—Qu'Appelle. Chaque jour, à la Chambre, de septembre à novembre, ce dernier a démontré aux Canadiens que cette réforme profitait aux riches, à ceux qui veulent éviter l'impôt et — j'y arrive, puisque cela fait partie de l'actualité — même au ministre des Finances. Il n'y a rien de plus incroyable.
La réforme profite donc aux riches au lieu de bénéficier aux Canadiens, aux travailleurs, aux mécaniciens, aux laboureurs et aux fermiers. La mise à jour économique des libéraux était une répétition de toutes les mesures et de toutes les promesses brisées depuis le début de leur mandat en 2015. La seule nouveauté qu'il y avait, c'est qu'ils vont baisser le taux d'imposition général des petites et moyennes entreprises.
Encore là, ce n'était pas vraiment une nouvelle, puisqu'ils l'avaient annoncé lors de la campagne électorale. Les libéraux avaient décidé de ne pas honorer cette promesse, mais face au brouhaha politique créé par leur scandale éthique, ils ont voulu donner un cadeau pour changer le discours des médias. Cela n'a pas fonctionné.
Ensuite, à la fin de septembre, il y a eu le scandale lié au ministre des Finances lui-même, comme individu. Il ne s'agit pas d'un débat pour savoir si sa politique est bonne ou non ni d'un débat sur les mesures fiscales qu'il veut faire appliquer. En effet, on s'est rendu compte, grâce aux recherches faites par des membres de notre parti et des journalistes d'enquête, que le ministre des Finances était en conflit d'intérêts total par rapport à sa propre personne et par rapport à ses actifs financiers importants; grand bien lui fasse, il a fait sa fortune en travaillant très fort.
En 2015 et au dire des députés libéraux, de Morneau Shepell et du gouvernement, tout le monde était convaincu que le ministre des Finances avait effectivement pris sa fortune, les 20 millions de dollars qu'il avait en actions de Morneau Shepell, et qu'il les avait placé en fiducie sans droit de regard. Ce n'était pas le cas. Pendant un mois, je m'attendais à ce qu'il arrive à la Chambre et qu'il nous présente des excuses officielles. Il a finalement fait un don, tant mieux, mais il ne s'est pas encore excusé auprès des Canadiens.
Cela fait un mois et demi que nous parlons de ce sujet. Il y avait aussi la propriété en France, qu'il avait caché à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, et le projet de loi C-27 qui profite directement à sa compagnie familiale, Morneau Shepell. La preuve est devant nous: le ministre des Finances est en conflit d'intérêts total. Il ne s'est pas encore excusé auprès les Canadiens.
Nous avons appris hier que le grand argentier du Parti libéral du Canada participe à des stratagèmes d'évitement fiscal dans des pays tropicaux, au Sud du Canada, ce qui fait que ce gouvernement est encore plus la risée de tous.
Aujourd'hui, en ce 150e anniversaire de la rentrée législative du 6 novembre 1867, quatre ex-premiers ministres ont malheureusement assisté une période des questions que j'ai trouvé déplorable et qui n'a pas porté sur des enjeux que nous devrions discuter. Comme je l'ai dit, nous aurions dû discuter de la fédération canadienne, du siècle à venir, et de comment placer le Canada toujours plus haut dans le monde entier.
Cependant, non, on parle plutôt de l'hypocrisie de ce gouvernement. On parle de ses actions qui créent des conflits d'intérêts, bref, on parle de sa véritable volonté, soit celle d'aider des groupes d'intérêts et non pas le peuple canadien. Ces groupes d'intérêts, toutes causes confondues, peuvent être des groupes chartistes qui passent par la Cour suprême pour imposer des nouvelles politiques à notre pays, au lieu de venir se battre à la Chambre, des groupes d'intérêts économiques, comme c'est le cas pour le ministre des Finances avec son projet de loi C-27, ou concernant les intérêts de leur propre parti. Pire encore et sans vergogne, les libéraux disent que leur budget est un budget féministe. Je n'ai jamais rien entendu d'aussi ridicule de toute ma vie. J'exagère un peu, mais quand même. Cela ne devrait pas être un budget féministe, cela devrait être un budget canadien pour tous les Canadiens.
Depuis quand un gouvernement ose-t-il se lever à la Chambre et prétendre qu'un budget est mis en place pour un groupe en particulier, pour satisfaire une allégeance particulière ou pour satisfaire une idéologie quelconque ou les intérêts individuels? Comment ose-t-il nous parler d'un budget féministe? Que dirait-on si c'était un budget masculiniste? C'est complètement ridicule.
Qu'ont-ils fait depuis deux ans? Ils ont éliminé crédit d'impôt après crédit d'impôt, ce qui fait dire à l'Institut Fraser, qu'aujourd'hui une famille classique canadienne qui a 2 enfants, paie 840 $ d'impôt de plus par année.
Un déficit deux fois plus élevé que prévu, aucun retour à l'équilibre budgétaire prévu, c'est du jamais vu au Canada. C'est cela le gouvernement libéral.
Au lieu de célébrer la Constitution en ce 150e anniversaire, on célèbre l'hypocrisie libérale.
Results: 1 - 15 of 23 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|