Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-06-12 18:20 [p.29068]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House. As usual, I want to say hello to all the residents of Beauport—Limoilou who are watching right now. I had the honour of meeting thousands of them last weekend at the Grand bazar du Vieux-Limoilou, where I had a booth, as the local member of Parliament. It was a fantastic outdoor party, and the weather co-operated beautifully.
Before I discuss the motion, I just want the people of Beauport—Limoilou to know that we will have plenty of opportunities to meet this summer at all the events and festivals being held in Beauport and Limoilou. As usual, I will be holding my annual summer party in August, where thousands of people come to meet me. We often eat hot dogs, chips and popcorn from Île d'Orléans together. It is a chance for me to get to know my constituents, talk about the issues affecting the riding, and share information about the services that my office can provide to Canadians dealing with the federal government.
I also want to say that this may be the last speech I give in the House during the 42nd Parliament. It was a huge honour to be here, and I hope to again have that honour after election day, October 21.
I plan to run in the upcoming election and I hope to represent my constituents for a long time to come. I am extremely proud of the work I have done over the past four years, including the work I did in my riding, on my portfolio, Canada's official languages, and during debates.
I am asking my constituents to do me a favour and put their trust in me for another four years. I will be here every day to serve them.
Today we are debating Motion No. 227, a Liberal motion to conduct a study in committee. It is commendable to do a study at the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities. This is a very important House of Commons committee. A Liberal Party MP is proposing to conduct a study on labour shortages in the skilled trades in Canada.
As soon as I saw that I wanted to say a few words about this motion. Whether it be in Quebec City, Regina, Nanaimo, or elsewhere in Canada, there is a crisis right now. The labour shortage will affect us quite quickly.
We have heard that, a few years from now, the greater Quebec City area will need an additional 150,000 workers. This remarkable shortage will be the result of baby boomers retiring. Baby boomers, including my parents, will enjoy a well-deserved retirement. This is a very important issue, and we must address it.
I would like to remind the House that, in January, February and March, I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour about the serious labour shortage problem in Canada. Each time, she made a mockery of my question by saying that the Liberals had created 600,000 new jobs. Today, they say one million.
I am glad that this motion was moved, but it is more or less an exercise in virtue signalling. Actually, it is more of an exercise in public communications, although I am not questioning my colleague's sincere wish to look into the issue. In six or seven days, the 42nd Parliament will be dissolved. Well, the House will adjourn. Parliament will be dissolved in a few months, before the election.
My colleague's committee will not be able to study the motion. My colleagues and I on the Standing Committee on Official Languages are finishing our study of the modernization of the Official Languages Act. We decided that we would finalize our recommendations tomorrow at noon, to ensure that we are able to table the report from the Standing Committee on Official Languages in the House.
In essence, this is a public communications exercise, since the committee will not be able to study the issue. However, I think it would be good to talk about the labour shortages in the skilled trades with the Canadians who are watching us. What are skilled trades? We are talking about hairdressers, landscapers, cabinetmakers, electricians, machinists, mechanics, and crane or other equipment operators. Skilled trades also include painters, plumbers, welders and technicians.
I will explain why the labour shortage in the skilled trades is worrisome. When people take a good look around they soon realize that these trades are very important. Skilled tradespeople build everything around us, such as highways, overpasses, waterworks, subways, transportation systems like the future Quebec streetcar line that we have talked about a lot lately, the railroads that cross the country, skyscrapers in major cities like Montreal, Toronto and Vancouver, factories in rural areas, tractors, equipment and the canals of the St. Lawrence Seaway, which were built in the 1950s.
China, India and the United States are making huge investments in infrastructure. For example, in recent years, the U.S. government did not flinch at investing $5 billion to improve the infrastructure of the Port of New York and New Jersey, which was built by men and women in the trades. In Quebec, we are still waiting for the Liberals to approve a small $60-million envelope for the Beauport 2020 project, now called the Laurentia project, which will ensure the shipping competitiveness of the St. Lawrence for years to come.
There has been a lack of infrastructure investment in Canada. The Liberals like to say that their infrastructure Canada plan is historic, but only $14 billion of the $190 billion announced have actually been allocated. That is not all. Even if the Liberals were releasing the funds and making massive investments to surpass other G20 and G7 countries, the world's largest economies, they would not be able to deliver on their incredible projects without skilled labour. Consider this: even Nigeria, with a population of 200 million, is catching up with us when it comes to infrastructure investments.
It is about time that we, as legislators, dealt with this issue, but clearly that is not what the Liberals have been doing over the past few years, although I have heard some members talk about a few initiatives here and there in some provinces. The announcement of this study is late in coming.
I would also remind the House that this is a provincial jurisdiction, given that provincial regulations govern the training of skilled workers. That said, the federal government can still be helpful by implementing various measures through federal transfers, such as apprenticeship grants and loans, tax credits and job training programs. This all requires a smooth, harmonious relationship between the provinces and the federal government. Not only do the political players have to get along well, but so do the politicians themselves.
If, God forbid, the Liberals get another four-year term in office, taxes will increase dramatically, since they will want to make up for the huge deficits they racked up over the past four years. In 2016, they imposed conditions on health transfers. Then, they rushed ahead with the legalization of marijuana even though the provinces wanted more time. Then, they imposed the carbon tax on provinces like New Brunswick, which had already closed a number of coal-fired plants and significantly reduced its greenhouse gas emissions. The Liberals said that they still considered the province to be an offender and imposed the Liberal carbon tax. Finally, today, they are rushing through the study of Bill C-69, which seeks to implement regulations that are far too rigid and that will interfere with the development of natural resources in various provinces, even though six premiers have stated that this bill will stifle their local economies.
How can we hope that this government will collaborate to come to an agreement seeking to address skilled trades shortages when it has such a poor track record on intergovernmental relations?
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre. Comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent présentement. Nous avons eu l’honneur de nous rencontrer, par milliers, en fin de semaine, au Grand bazar du Vieux-Limoilou, où j'avais un kiosque, en tant que député. C’était une très belle fête à l’extérieur, et le beau temps était présent.
Avant de discuter de la motion, j’aimerais dire aux citoyens de Beauport—Limoilou que nous pourrons nous rencontrer tout au long de l'été, lors des activités ou des festivals qui se tiendront à Beauport ou à Limoilou. Comme chaque année, je vais tenir, au mois d’août, la Fête de l’été du député, où plusieurs milliers de personnes viennent me rencontrer. Souvent, nous dégustons ensemble des hot dogs, des croustilles et du blé d’Inde de l’île d’Orléans. C’est pour nous une chance de nous rencontrer, de discuter des enjeux de la circonscription et de faire part des services que mon bureau peut donner en ce qui a trait au gouvernement fédéral.
J’aimerais dire qu'il s'agit peut-être du dernier discours que je prononcerai à la Chambre lors de la 42e législature. Ce fut un honneur incroyable d'être ici, et je voudrais voir cet honneur renouvelé le 21 octobre prochain, le jour de l'élection.
J’ai l’intention de présenter ma candidature lors des prochaines élections, et j'espère représenter mes concitoyens encore très longtemps. Je suis extrêmement fier du travail que j’ai fait au cours des quatre dernières années, que ce soit le travail que j'ai fait dans ma circonscription, le travail relatif à mon portefeuille, les langues officielles du Canada, ou le travail que j'ai fait lors des débats.
Je demande donc à mes concitoyens de me faire une faveur, soit celle de me faire confiance pour quatre autres années. Je serai présent tous les jours pour les servir.
Aujourd’hui, nous débattons de la motion M-227, une tentative libérale visant à faire une étude en comité. C’est quand même louable de faire une étude au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées. Il s'agit d'un comité fort important de la Chambre des communes. Un député du Parti libéral propose de mener une étude sur la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés au Canada.
Dès que j’ai vu cela, j’ai voulu parler un peu de cette motion. Que ce soit à Québec, à Regina, à Nanaimo ou ailleurs au Canada, il y a une crise en ce moment. La pénurie de main-d’œuvre nous touchera assez rapidement.
On dit que, d’ici quelques années, il manquera 150 000 travailleurs dans la grande région de Québec. Cela est dû à un phénomène assez incroyable: les baby-boomers ont pris leur retraite. En effet, les baby-boomers, y compris mes parents, partent à la retraite, une retraite bien méritée. C’est donc un enjeu très important, et il faut s’y attarder.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler que, en janvier, en février et en mars, j’ai posé quelques questions à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Je lui disais qu’il y avait un grave problème de pénurie de main-d’œuvre au Canada. Chaque fois, elle tournait ma question en dérision en disant que les libéraux avaient créé 600 000 emplois. Aujourd’hui, ils disent en avoir créé 1 million.
Je suis content que la motion ait été déposée, mais il s'agit davantage d'un geste vertueux que d’autre chose. En fait, il s'agit davantage d'un exercice public de communication, bien que je ne remette pas en question le fait que mon collègue souhaite vraiment aborder le problème. Dans six ou sept jours, la 42e législature sera dissoute. En fait, la Chambre va s'ajourner. Pour ce qui est de la dissolution, elle aura lieu dans quelques mois, lors des élections.
Le comité auquel siège mon collègue ne pourra pas faire l'étude de la motion. Nous, les députés qui siégeons au Comité permanent des langues officielles, terminons notre étude sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous nous sommes dit que nous terminerions nos recommandations demain, à midi, pour nous assurer de pouvoir déposer à la Chambre le rapport du Comité permanent des langues officielles.
Bref, il s'agit d'un exercice de communication publique, car le comité ne pourra pas se pencher sur la question. Toutefois, je trouve que ce serait bien de parler de la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés aux Canadiens qui nous écoutent. Que sont les métiers spécialisés? Il s’agit du coiffeur, du paysagiste, de l’ébéniste, de l’électricien, du machiniste, du mécanicien, de l’opérateur d’équipement, comme les grues. Ce dernier est un emploi incroyable. Ce n’est pas facile d'obtenir un emploi d’opérateur de grue. Il s'agit aussi du peintre, du plombier, du soudeur et du technicien.
Je vais expliquer pourquoi la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés est inquiétante. Si les citoyens regardent autour d'eux, ils réaliseront que ces métiers sont essentiels. Ce sont ces travailleurs qui font tout ce qui nous entoure: les autoroutes, les viaducs, les aqueducs, les métros, les réseaux de transport structurants, comme le futur tramway de Québec, dont nous parlons beaucoup dernièrement, les chemins de fer qui traversent le pays, les gratte-ciels dans les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver, les usines en région rurale, les tracteurs, les machines, les canaux de la voie maritime du Saint-Laurent, qui ont été construits dans les années 1950, etc.
En Chine, en Inde et aux États-Unis, les investissements en infrastructure sont énormes. Par exemple, dans les dernières années, le gouvernement américain n'a pas rechigné une seconde à investir 5 milliards de dollars pour améliorer les infrastructures du port de New York et du New Jersey, qui a été construit par des hommes et des femmes des corps de métiers spécialisés. De notre côté, à Québec, nous attendons toujours que les libéraux confirment une petite enveloppe de 60 millions de dollars pour le projet Beauport 2020, qui s'appelle aujourd'hui le projet Laurentia et qui vise à assurer la compétitivité maritime du fleuve Saint-Laurent dans les années à venir.
Il y a donc un manque d'investissement dans les infrastructures canadiennes. Les libéraux aiment dire que le projet d'Infrastructure Canada est historique, mais seulement 14 milliards des 190 milliards de dollars annoncés ont été dégagés. Cependant, ce n'est pas tout. Même si les libéraux débloquaient l'argent et faisaient des investissements massifs pour dépasser les autres pays du G20 et du G7, les grandes économies mondiales, ils ne pourraient pas concrétiser leurs projets incroyables sans main-d’œuvre spécialisée. D'ailleurs, au chapitre des investissements en infrastructure, même le Nigeria, qui a 200 millions d'habitants, est en train de nous rattraper.
Il est donc temps que nous, les législateurs, nous attardions à cette question, mais de toute évidence, ce n'est pas ce que les libéraux ont fait au cours des dernières années, même si j'ai entendu parler de certaines mesures saupoudrées d'une province à l'autre. L'annonce de cette étude est tardive.
Par ailleurs, rappelons que cette question relève de la compétence provinciale, puisque c'est la réglementation provinciale qui encadre la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Cela dit, le gouvernement fédéral peut quand même être utile en mettant en place différentes mesures par l'entremise des transferts fédéraux, comme des subventions et des prêts aux apprentis, des crédits d'impôt et des programmes de formation de la main-d’œuvre. Tout cela nécessite une relation harmonieuse entre les provinces et le gouvernement fédéral. Non seulement les acteurs politiques doivent bien s'entendre, mais les politiciens eux-mêmes aussi.
Si, par grand malheur, les libéraux obtiennent un autre mandat de quatre ans, les impôts et les taxes vont augmenter considérablement, puisqu'ils voudront combler les grands déficits qu'ils ont accumulés depuis quatre ans. En 2016, ils ont imposé des conditions concernant les transferts en santé. Ensuite, ils ont précipité la légalisation de la marijuana, alors que les provinces voulaient plus de temps. Puis, ils ont imposé la taxe sur le carbone à des provinces comme le Nouveau-Brunswick, qui avait fermé plusieurs centrales au charbon et qui avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre substantiellement. Les libéraux lui ont dit qu'ils le considéraient toujours comme un délinquant et qu'il lui imposait la taxe libérale sur le carbone. Finalement, aujourd'hui, ils précipitent l'étude du projet de loi C-69, qui vise à mettre en œuvre une réglementation beaucoup trop rigide qui empêchera l'exploitation des ressources naturelles dans différentes provinces, alors que six premiers ministres ont affirmé que cela suffoquerait leur économie locale.
Comment peut-on espérer que ce gouvernement collabore pour arriver à une entente afin de pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés, lorsqu'on constate que son bilan en matière de relations intergouvernementales est complètement médiocre?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-27 16:46 [p.24090]
Madam Speaker, I would like to respond to something the member for Saanich—Gulf Islands said. She said the government always has iconic and historical engagement announcements. I have come to think that it is all the government is about. It is always historical, amazing, so great, but we have never in Canadian history seen a government spend so much money to do so little.
I am very happy to speak today in the House of Commons on behalf of the citizens of Beauport—Limoilou.
Centre Block will soon be closing for complete renovations for 10 or 15 years. I wanted to mention that. There is no cause for concern, however, because we will be moving to West Block. I will therefore be able to continue to speak on behalf of my constituents.
Today I am discussing Bill C-86, a second act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on February 27, 2018 and other measures.
I will focus on the fact that the members of the Conservative Party are extremely disappointed with the bill. We have witnessed a string of broken promises over the past three years. It is a little ironic that the hon. member for Papineau, the current head of the Liberal government, said during the election campaign that he wanted to do something to make people less cynical of politics, to help them have more confidence in politicians, in the ability of the executive branch, the legislative branch and members of Parliament to do things that are good for Canadians and especially to respect the major promises formally made during the campaign.
A group of researchers at Laval University have created what they call the Vote Compass. It shows the number of promises kept and broken by the provincial and federal governments.
I remember that, to their chagrin, a few months before the 2015 election, the research institute had to acknowledge that 97% of all promises made by Mr. Harper during the 2011 election campaign had been kept.
The Liberal government elected in 2015 broke three major promises and is continuing to break them in the 2018 budget. These were not trifling promises. They were major promises that were to set the guidelines for how the government was to behave and for the results Canadians would see.
The Canadians we talk to are familiar with the three major promises, since I often repeat them. I have to, because this is serious.
The Liberals promised to limit themselves to minor $10-billion deficits in the first two years and a $6-billion deficit in the third year.
What did they do? The first year, they posted a deficit of $30 billion. The second year, they posted a deficit of $20 billion. This year, the deficit is $18 billion, or three times what was announced.
That is the first broken promise, and it was not just some promise that was jotted down on the back of a napkin. In any case, I hope not. In fact, I remember quite well that the promise was made from a crane in the midst of the election campaign. The member for Papineau was in Toronto, standing on a crane when he said that he would run deficits to pay for infrastructure. That is the second broken promise. He said that the $10 billion a year in deficits would be used to inject more money into infrastructure. However, of the $60 billion in deficits this government has racked up to date, only $9 billion has gone to infrastructure. That is another problem, another broken promise.
That is why I was saying earlier that we have rarely seen, in the history of Canada, a government spend so much money for so few results. This is probably the first time we have seen this sort of thing.
I will give an example. He said that he would invest $10 billion in infrastructure in 2017, but he invested only $3 billion and yet racked up a deficit of $20 billion. Where did the other $17 billion go? It was used for all sorts of different things in order to satisfy very specific interest groups who take great pleasure in and boast ad nauseam about the Liberal ideology.
The third broken promise is an extremely important and strategic one. In fact, it was so obvious that we did not even really think of it as a promise before.
All Canadian governments, in a totally responsible manner and without questioning it, traditionally endorsed this practice. If there was a deficit, the document would indicate the date by which the budget would be balanced. There was a repayment date, just as there is for anyone in Canada. When the families of Beauport—Limoilou, many of whom are watching today, want to buy a car or appliance, such as a washer or dryer, not only does the seller ask them to get a bank loan, but he also asks them to sign a paper that indicates when the debt will be repaid in full.
Thus, it is quite normal to indicate when the budget will be balanced. We have been asking that question for three years, but what is even more interesting is that the Liberals had promised that the budget would be balanced in 2019, and now there are 45 days remaining in 2018. Telling us when the budget will be balanced is the least the Liberals could do.
There are consequences to running up large deficits, however. The Liberal government has been accumulating gigantic deficits at a time when the global economy is doing rather well, although forecasts indicate that we will enter a recession in the next 12 months. Although times are tough in Alberta and Ontario, where General Motors just closed a plant, the situation is positive. There are regions in Canada that are suffering tremendously, but the global economic context is nevertheless healthy. Knock on wood, which is everywhere in the House of Commons.
The first serious mistake is to run up deficits when times are good. When the global economy is doing well and our financial institutions are making money, we have to put money aside for an emergency fund and an assistance fund, especially for the employees of General Motors who lost their jobs and for all families in the riding of my Alberta colleague who have lost their jobs in the oil sector.
We have to have an emergency fund for the next economic crisis because that is how our capitalist system works. There are ups and downs. That is human nature. It is random. Agreements are signed, things are done, progress is made, and there are ups and downs. The current positive situation has been going on for five or six years now, so we need to be prepared. That is why growing the deficit during good economic times can have very serious consequences.
I would like to talk about another serious consequence, and I am sure this will strike a chord with the people of Beauport—Limoilou who are listening to us now. Does anyone know how many billions of dollars the government spends on federal health transfers? It is $33 billion per year. To service the debt, to pay back people around the world who lend us money, we spent $37 billion last year. We spent $4 billion more on servicing our debt than on health transfers.
An hon. member: That is shameful.
Mr. Alupa Clarke: Yes, Madam Speaker, it is shameful. It sure looks like bad management of public affairs. It makes no sense, and I am sure Canadians agree. I am sure they are sick and tired of hearing us talk about $10-billion, $20-billion, $30-billion deficits and so on.
Canada's total debt is now $670 billion. My fellow Canadians, that means that, at this point in time, your family owes $47,000. That is a debt you will have to pay.
The Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage was very proud to announce that the government was giving nearly $6,000 a year per child, through the Canada child benefit, to people earning less than $45,000 a year. They are not giving money away, however; they are buying votes, which is unfortunate, since the very children this money is helping will end up having to pay it back. This is completely unacceptable on the part of the government.
I am proud to be part of a former Conservative government that was responsible, that granted benefits without running deficits and that also managed to balance the budget.
Madame la Présidente, j’aimerais réagir à quelque chose qu’a dit la députée de Saanich—Gulf Islands. Elle a dit que le gouvernement avait toujours des mesures symboliques et sans précédent à annoncer. J’en suis venu à penser que c’est tout ce que ce gouvernement fait. C’est toujours sans précédent, incroyable, extraordinaire, mais nous n’avons jamais vu dans l’histoire du Canada un gouvernement dépenser tant d’argent pour si peu de résultats.
Je suis très content de prendre aujourd'hui la parole à la Chambre des communes, au nom des citoyens de Beauport—Limoilou.
L'édifice du Centre va bientôt fermer durant 10 ou 15 ans, parce que tout sera rénové. Je tenais à le dire. Cependant, il n'y a pas de crainte à avoir, parce que nous allons déménager à l'édifice de l'Ouest. Je vais donc pouvoir continuer à débattre au nom de mes concitoyens.
Aujourd'hui, je prends la parole pour discuter du projet de loi C-86, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 27 février 2018 et mettant en oeuvre d'autres mesures.
Je vais mettre l'accent sur le fait que les députés du Parti conservateur sont extrêmement déçus du projet de loi sur le budget. Depuis trois ans, on voit une série de promesses rompues. Ce qui est un peu paradoxal, c'est que le député de Papineau, l'actuel chef du gouvernement libéral, avait dit, pendant la campagne électorale, qu'il voulait faire en sorte que les gens soient moins cyniques envers la politique, que les gens croient plus en leurs politiciens, en la capacité de l'exécutif, du législatif et des représentants politiques d'effectuer des choses qui sont bonnes pour les gens et surtout de respecter les promesses phares faites en bonne et due forme lors de la campagne électorale.
À l'Université Laval, un groupe de recherche a créé ce qu'on appelle la Boussole électorale. Cela permet de connaître le nombre de promesses tenues ou non tenues par les gouvernements provinciaux et fédéral.
Je me rappelle que, quelques mois avant l'élection de 2015, à leur grand dam, cet institut de recherche avait dû confirmer que 97 % des promesses faites par M. Harper pendant la campagne de 2011 avaient été tenues.
Le gouvernement libéral de 2015 a rompu trois grandes promesses, et il continue de le faire dans le budget 2018. Il ne s'agit pas de promesse de pacotille, mais bien de promesses structurantes qui devaient permettre de fixer les balises quant à la façon dont le gouvernement allait se conduire et aux résultats pour les Canadiens.
Les citoyens qui nous écoutent connaissent ces trois grandes promesses, car je les répète souvent. Il faut le faire, parce que c'est grave.
Les libéraux avaient promis de faire seulement de petits déficits de 10 milliards de dollars durant les deux premières années et un déficit de 6 milliards de dollars la troisième année.
Qu'est-ce que nous avons vu? La première année, ils ont fait un déficit de 30 milliards de dollars. La deuxième année, ils ont fait un déficit de 20 milliards de dollars. Cette année, ils font un déficit trois fois plus élevé que ce qui était prévu, c'est-à-dire un déficit de 18 milliards de dollars.
C'est donc une première promesse rompue. On s'entend quand même pour dire qu'il ne s'agit pas d'une promesse faite sur le coin d'une table. En tout cas, je l'espère bien. En fait, je me rappelle très bien que la promesse a été faite sur une grue, en pleine campagne électorale. Le député de Papineau était à Toronto, sur une grue, quand il a dit qu'il ferait des déficits en faveur de l'infrastructure. Voilà la deuxième promesse rompue. Il a dit que les déficits de 10 milliards de dollars par année serviraient injecter davantage d'argent dans les infrastructures. Or sur les 60 milliards de dollars de déficit engrangés jusqu'à présent, seulement 9 milliards de dollars ont été dans les infrastructures. Voilà un autre point faible, une autre promesse rompue.
C'est pour la raison pour laquelle je disais plus tôt, en anglais, qu'on a rarement vu, dans l'histoire du Canada — c'est probablement la première fois qu'on le voit de cette manière —, un gouvernement dépenser autant pour en arriver à si peu de résultats.
Je vais donner un exemple. Il avait dit qu'il investirait 10 milliards de dollars dans les infrastructures en 2017, alors qu'il a investi seulement 3 milliards de dollars et qu'il a fait un déficit de 20 milliards de dollars. Où sont passés les 17 milliards de dollars? Ils ont servi à toutes sortes de fins pour satisfaire des groupes d'intérêt très précis qui se complaisent et se gargarisent à n'en plus finir dans l'idéologie libérale.
La troisième promesse rompue est une promesse structurante extrêmement importante. D'ailleurs, c'est une promesse qui, auparavant, n'était pas une promesse tellement cela allait de soi.
Tous les gouvernements canadiens, de manière tout à fait responsable et sans se poser de questions, adhéraient traditionnellement à cette pratique. Dans un budget, on indiquait, si déficit il y avait, une date de retour à l'équilibre budgétaire. Il y avait une date butoir, comme pour n'importe qui au Canada. Lorsque les familles de Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre, veulent s'acheter une voiture ou un appareil ménager, comme une laveuse ou une sécheuse, non seulement le vendeur leur demande de contracter un prêt à la banque, mais il leur demande aussi de signer un papier indiquant la date où la dette sera remboursée au complet.
Il n'y a donc rien de plus naturel que d'indiquer quand l'équilibre budgétaire sera atteint. Nous posons la question depuis trois ans, mais ce qui est encore plus intéressant, c'est que les libéraux avaient promis que l'équilibre budgétaire serait atteint en 2019, alors qu'il ne reste que 45 jours à l'année 2018. Ce serait la moindre des choses que les libéraux nous disent la date du retour à l'équilibre budgétaire.
Par ailleurs, quelles sont les conséquences de ces déficits importants? Le gouvernement libéral cumule des déficits gargantuesques dans une période économique mondiale plutôt favorable, bien que toutes les prévisions indiquent qu'on va tomber en récession d'ici 12 mois. Même s'il y a des situations difficiles en Alberta et en Ontario, où General Motors a fermé une usine, la situation est favorable. Il y a des régions du Canada qui souffrent énormément, mais le contexte économique mondial est quand même en santé. Touchons du bois; il y en a partout à la Chambre des communes.
La première erreur grave consiste donc à cumuler des déficits dans une bonne période. Lorsque nous sommes dans un contexte économique favorable sur le plan mondial et que nos institutions financières et le gouvernement font du fric, il faut mettre de l'argent de côté pour avoir des fonds d'urgence et des fonds d'aide, notamment pour les familles des employés de General Motors qui ont perdu leur emploi et pour toutes les familles de la circonscription de mon collègue de l'Alberta qui ont perdu leur emploi dans le secteur pétrolier.
Il faut surtout des fonds d'urgence pour la prochaine crise économique, puisque tel est fait notre système capitaliste: il y a des hauts et des bas. C'est la nature humaine. C'est aléatoire. On fait des ententes, on fait des choses, on avance et il y a des hauts et des bas. La situation favorable actuelle dure depuis cinq ou six ans, alors il faudrait se préparer. Voilà pourquoi cumuler des déficits dans un climat économique plutôt favorable a des conséquences très graves.
Je vais parler d'une autre conséquence grave, et je crois que cela va frapper l'imaginaire des citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. Sait-on combien de milliards de dollars on consacre chaque année aux transferts fédéraux en santé? C'est 33 milliards de dollars par année. Quant au service de la dette, soit la somme que l'on doit rembourser aux gens de partout dans le monde qui nous prêtent de l'argent, on y a consacré 37 milliards de dollars l'année passée. On a donc consacré 4 milliards de dollars de plus au service de la dette qu'aux transferts en santé.
Une voix: C'est une honte.
M. Alupa Clarke: Oui, madame la Présidente, c'est une honte. De toute évidence, c'est une mauvaise gestion des affaires publiques. Cela n'a pas de sens et je suis convaincu que les Canadiens sont du même avis. Je suis convaincu qu'ils sont tannés de nous entendre parler des déficits de 10 milliards de dollars, de 20 milliards de dollars, de 30 milliards de dollars, etc.
D'autre part, la dette totale du Canada se chiffre à 670 milliards de dollars. Chers Canadiens, cela veut dire que vous avez une dette personnelle familiale de 47 000 $ en ce moment. C'est une dette que vous devez payer.
Le secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien était très fier de dire que le gouvernement envoyait, par l'entremise de l'Allocation canadienne pour enfants, près de 6 000 $ par année par enfant aux personnes qui gagnent moins de 45 000 $ par année. Ce n'est pas donner de l'argent, c'est acheter des votes. C'est malheureux, car cet argent va devoir être remboursé par les mêmes enfants qui en bénéficient présentement. C'est complètement inacceptable d'agir de cette manière.
Personnellement, je suis fier d'appartenir à un ancien gouvernement conservateur qui était responsable, qui a consenti des allocations sans faire de déficits et qui a réussi à atteindre l'équilibre budgétaire.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-19 16:03 [p.23589]
Mr. Speaker, as usual, I am very pleased to rise today.
Without further delay, I would like to inform the House that I will be sharing my time with the hon. member for Barrie—Innisfil.
As always, I extend my warmest greetings to the many people in Beauport—Limoilou who are watching us today.
Today's debate is very interesting. An opposition motion was moved in the House by the Conservative Party, of which I am of course a member. It reads as follows, and I quote:
That the House call on the government to tell Canadians in what year the budget will be balanced, and to do so in this week’s Fall Economic Statement.
Canadians may be wondering what is happening and how it is possible that we still do not know when the government will balance the budget. That has always been a basic concept for me, even before I got into politics.
It seems to me that any reasonable, responsible government, whether it be Liberal or Conservative—and I was going to add NDP, but that has not happened yet at the federal level—with nothing to hide should indicate in its policy statement, budget, and everyday political messaging a date on which it will balance the budget, or at least a concrete timeframe for doing so.
There are two rather surprising things about the Liberals' refusal to give us a timeframe for returning to a balanced budget. There are two historic elements with regard to the practice that they are currently using.
As the hon. member for Louis-Saint-Laurent keeps saying, we have never seen a government run a deficit outside wartime or outside an economic crisis.
According to Keynesian economics, it is normal to run deficits. Keynes made some mistakes in several of his analyses, but there is one analysis he did that several governments have been adhering to for 60 years now. According to his analysis, when an international economic crisis is having an impact on every industrialized country in the world, it is not a bad idea for the government to invest heavily in its community, in its largest industries, in every industrial region of the country, to ensure that jobs are maintained and that there is some economic vitality despite the crisis.
For example, we Conservatives ran a few deficits in 2008, 2009, 2010 and 2011 because the country was going through the worst economic crisis ever, the greatest recession since the 1930s.
Our reaction was responsible. Why? First, because there was a major global recession. Second, because even though we were a Conservative government, we embraced Keynesianism because we felt it made good economic sense. Through our strategic reinvestment plan, we managed to maintain 200,000 jobs. Not only did we maintain jobs across Canada, but we also repaired infrastructure, bridges and overpasses.
Two years ago, when I was a member of the Standing Committee on Government Operations and Estimates, I read a report that noted this was the first time an economic recovery and stimulus plan had been implemented so quickly. In three or four years, we invested $80 billion in infrastructure to help Canada weather some rough economic times.
The first surprise from the Liberals was that they ran up massive deficits of $20 billion this year, $20 billion last year, and $30 billion in 2015-16, even though there is no major crisis or war going on.
There is a second surprising thing. Let us go back to the time when lords were waging wars against the king of England, which is in the 13th century. In 1215, the Magna Carta resulted from several confrontations between the lords, the capitalist bourgeoisie and the aristocracy, all pleading for their interests with the king. The idea was to create an assembly where they could present their admonitions and complaints to the king and could limit the outrageous sums the king wanted to spend on the holy crusades. That is when our parliamentary system was born.
When I was first elected to the House of Commons, I learned Parliament's primary function. My university professors knew I liked philosophy, but they said I would soon come to realize that, in the House of Commons, discussions are about money, the economy, the country's economic situation and public finances. I learned that, in the House of Commons, debates are almost entirely about public finances.
That is as it should be, since the philosophical and political foundations of the British parliamentary system are accountability and the principle of responsible government allowing citizens to know what their money is used for. In those days, it was the capitalist bourgeoisie who wanted to know, whereas nowadays all citizens expect it. Nevertheless, the process and the principle remain the same. We want to know what happens with our money. Why are there deficits, if any, and most importantly when is the government going to balance the budget? Deficits involve our money, and it is commendable and reasonable to know when the budget will be balanced.
My colleague from Longueuil—Saint-Hubert was just saying how absurd this is. What would a government MP do if an ordinary Canadian asked him to simply tell him when his party would balance the budget? For three years, members of Parliament have not really been allowed to answer such a question, yet it is quite a normal question. They have to come up with foolish answers, think about something else or say that everything is fine because they have been cutting taxes, when in fact each citizen in Beauport—Limoilou pays $800 more every year in income tax.
That amounts to almost $2,000 per family, not to mention the tax credits they axed, the oil that is not being shipped out of the country, all the cuts in exports to the U.S., all the U.S. investment in Canada that has been lost while Canadian investment in the U.S. has increased, not to mention the fact that household debt is at an all-time high. The OECD remarked on this recently. In short, I could go on for a long time without even talking about the USMCA.
Nonetheless, there are some surprising things. What is incredible, and I repeat this every time I give a speech about Canada's economy, is that, in 2015, the Liberals were smart enough and had enough honour to explain why they were running a deficit even though we were not at war or in an economic crisis. At the time, the member for Papineau, under a gigantic crane in Toronto—I remember watching on television from my campaign office in Beauport—Limoilou and that it was partly cloudy and it rained a little—announced to Canadians that the Liberals would run a deficit of $10 billion in the first two years and then a deficit of $6 billion in the third year. He promised a deficit. Everyone was surprised that he was promising a deficit. It was a first.
He added that the Liberals would run a deficit in order to invest in infrastructure, which, he said, had been abandoned, and to invest more in infrastructure in general across the country. At least he was consistent in his comments once he was elected. He announced that they were creating a historic infrastructure plan—everything is always historic with them—worth $187 billion, which is not bad either. That was a continuation of what we had done. We had invested $80 billion over the course of the six previous years. It is only natural to continue to invest in infrastructure in Canada. Some even claim that Canada exists thanks to the railroad. Infrastructure has always been foundational here in Canada.
However, the Parliamentary Budget Officer—which, I repeat every time, as we must not forget, is an institution created by Mr. Harper, a great democrat who wanted there to be an independent body in Parliament to constantly hold the government to account—informed us in a report that, of the $187 billion invested in infrastructure, only $9 billion has actually been spent over the past three years. If I am not mistaken, $9 billion divided by three is $3 billion. The Liberals have invested $3 billion a year in infrastructure, and yet, they ran a $30-billion deficit in the first year.
Let us not forget that the $10-billion deficit was supposed to be for infrastructure. However, in their first year in office, the Liberals ran a $30-billion deficit and only $3 billion of that went to infrastructure. The second year, they ran a $20-billion deficit with only $3 billion for infrastructure, and they did the same again this year. Obviously, we have never seen a government put so much energy into spending so much money in such a reckless and dishonourable way while achieving so little for the economic well-being of the country and Canadians at home.
In closing, setting a deadline for paying off debt is something that Canadian families do at home all the time, for example when paying off their mortgages or their car loans. When people borrow money for a car, the dealer does not just say, “Have a good day, sir. See you around.” He tells them that they need to take out a bank loan and that they have four years to pay it back. There is a deadline for all sorts of things like that.
When will a balanced budget be achieved?
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole aujourd'hui, comme d'habitude.
Sans plus tarder, j'aimerais informer la Chambre que je vais partager mon temps de parole avec l'honorable député de Barrie—Innisfil.
Comme toujours, je salue chaleureusement tous les citoyens et toutes les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent actuellement en grand nombre.
Aujourd'hui, c'est intéressant. Une motion d'opposition a été présentée à la Chambre par le Parti conservateur, dont je fais partie, bien entendu. La motion se lit comme suit:
Que la Chambre demande au gouvernement de dire aux Canadiens en quelle année l’équilibre budgétaire sera rétabli et de l’annoncer lors de son énoncé économique de l’automne présenté cette semaine.
Les citoyens se demandent peut-être ce qui se passe et comment c'est possible qu'on ne sache pas encore quand l'équilibre budgétaire sera atteint. C'était, pour moi, une notion de base, avant même d'entrer en politique.
Il me semble que tout gouvernement le moindrement raisonnable, responsable, qu'il soit libéral ou conservateur — j'allais aussi dire néo-démocrate, mais ce n'est pas encore le cas au fédéral —, et n'ayant rien à cacher devrait mettre en avant, dans son énoncé politique, dans son budget et dans ses discours politiques de tous les jours, une date de retour à l'équilibre budgétaire, ou au moins une échéance concrète pour y parvenir.
Il y a deux choses assez surprenantes au sujet du fait que les libéraux ne veulent pas nous faire part d'une échéance concernant le retour à l'équilibre budgétaire. Il y a deux éléments historiques à l'égard de la pratique qu'ils utilisent actuellement.
Comme le député de Louis-Saint-Laurent le dit chaque fois, jamais on n'a vu un gouvernement faire des déficits sans être en situation soit de guerre, soit de crise économique.
D'après ce qu'on a appris de l'économiste Keynes, le père du keynésianisme, il est normal de faire des déficits. Il a fait quelques erreurs dans plusieurs de ses analyses, mais il y a une analyse qu'il a faite et que plusieurs gouvernements suivent depuis déjà 60 ans. Selon son analyse, quand des crises économiques internationales ont des conséquences sur tous les pays industrialisés du monde, ce n'est pas une mauvaise chose que le gouvernement investisse massivement dans sa communauté, dans ses industries les plus importantes, dans chacune des régions industrielles du pays, pour faire en sorte que les emplois soient maintenus et qu'il y ait une certaine vitalité économique, malgré la crise.
Par exemple, nous, les conservateurs, avons accusé quelques déficits lors des années 2008, 2009, 2010 et 2011, parce que le pays faisait face à la plus grave crise économique, à la plus grande récession de l'histoire depuis les années 1930.
Nous y avons répondu de manière responsable. Pourquoi? En premier lieu, c'est parce qu'il y avait une raison fondamentale, soit une récession majeure internationale. En deuxième lieu, même si nous étions un gouvernement conservateur, nous avons épousé le keynésianisme en disant qu'il s'agissait d'une position économique sensée. Nous avons investi au moyen du plan stratégique de réinvestissement et nous avons maintenu 200 000 emplois. Non seulement nous avons permis de garder des emplois partout au Canada, mais nous avons aussi réparé des infrastructures, des ponts et des viaducs.
J'ai lu un rapport, il y a deux ans, alors que je siégeais au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Le rapport faisait état du fait que c'était la première fois qu'on voyait un plan de relance et de stimulation économique se faire aussi rapidement. En trois ou quatre ans, nous avons investi 80 milliards de dollars dans les infrastructures et pour aider l'économie canadienne, dans des périodes houleuses sur le plan économique.
La première chose surprenante que font les libéraux, c'est de nous amener dans une période déficitaire assez importante avec un déficit de 20 milliards de dollars cette année, 20 milliards de dollars l'année passée, 30 milliards de dollars en 2015-2016, alors qu'il n'y a pas de crise ni de guerre majeure.
Il y a une deuxième chose surprenante. Remontons au temps des guerres entre les seigneurs et le roi d'Angleterre, c'est-à-dire au XIIIe siècle. LaMagna Carta, en 1215, résultait de plusieurs affrontements entre les seigneurs, les bourgeois capitalistes et les aristocrates auprès du roi. Pourquoi? C'était pour avoir une assemblée dans laquelle ils pouvaient faire au roi des remontrances, des doléances et le restreindre dans ses dépenses outrancières par rapport aux croisades religieuses que le roi voulait payer à cette époque. C'est de là qu'est apparu le parlementarisme.
Quand je suis arrivé au Parlement, j'ai bien appris ce qu'était la fonction première du Parlement. Mes professeurs à l'université me disaient qu'ils savaient que j'aimais bien la philosophie, mais que j'allais réaliser que, à la Chambre des communes, on parle de fric, d'économie, de la situation économique du pays et des finances publiques. J'ai appris que, à la Chambre des communes, presque l'entièreté des débats porte sur les finances publiques.
C'est tout à fait normal, parce que l'essence même philosophique et politique de l'avènement du parlementarisme britannique, c'était de faire qu'il y ait une reddition de compte et responsabilité de la gouvernance pour savoir ce qui est fait avec l'argent des citoyens. À l'époque, c'était les bourgeois capitalistes, aujourd'hui, c'est l'ensemble des citoyens qui le demandent. Cependant, le processus et le principe demeurent les mêmes, à savoir ce qui se passe avec notre argent, pourquoi il y a des déficits s'il y en a et, surtout, quand le gouvernement atteindra l'équilibre budgétaire. Les déficits sont faits avec notre argent et c'est louable et raisonnable de savoir quand l'équilibre va être atteint.
Mon collègue de Longueuil—Saint-Hubert disait très bien que c'est aberrant. Que ferait un député du gouvernement devant un Canadien ordinaire qui lui demanderait simplement quand son parti va équilibrer le budget? Depuis trois ans, les députés n'ont pas vraiment le pouvoir de répondre à une question pourtant ordinaire. Ils doivent inventer des sottises, penser à d'autres choses ou dire que tout va bien parce qu'ils réduisent nos impôts, alors qu'ils ont augmenté les impôts de tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou de 800 $ par année chacun.
C'est presque 2 000 $ par famille, sans parler de tous les crédits d'impôt qu'ils ont coupé, du pétrole qui ne sort pas du pays, de toutes les exportations vers les États-Unis qui ont diminué, de tous les investissements américains au Canada qui ont chuté, alors que les investissements canadiens aux États-Unis ont augmenté, sans parler du fait que l'endettement de nos ménages n'a jamais été aussi grand. Cela a été commenté par l'OCDE dernièrement. Bref, je pourrais continuer très longtemps, sans parler de l'AEUMC.
Il y a quand même des choses surprenantes. Ce qui est incroyable — je le répète chaque fois que je fais un discours sur l'économie en général au Canada —, c'est qu'en 2015, les libéraux ont quand même eu l'intelligence et l'honneur d'expliquer pourquoi ils feraient des déficits sans qu'on soit en guerre ou en situation de crise économique. Le député de Papineau, à l'époque, sous une grue gigantesque à Toronto — je m'en souviens, il faisait un peu soleil et il pleuvait un peu, j'avais vu cela à partir du téléviseur dans mon bureau de campagne à Beauport—Limoilou —, annonçait aux Canadiens que pour les deux premières années, les libéraux allaient faire un déficit de 10 milliards de dollars et la troisième année, un déficit de 6 milliards de dollars. Il promettait de faire un déficit. Tout le monde était surpris qu'il promette de faire un déficit. C'était une première.
Il a ajouté que les libéraux allaient faire un déficit pour investir dans les infrastructures qui, selon lui, avaient été laissées à l'abandon et pour investir davantage dans les infrastructures en général partout au pays. C'est pour cela qu'une fois élu, il a quand même été cohérent dans son discours. Il a annoncé que c'était historique — avec eux, c'est toujours historique —, de mettre sur pied un plan d'infrastructure de 187 milliards de dollars, ce qui n'est pas mauvais non plus. C'est en continuité avec ce que nous avions fait. Nous avions mis 80 milliards de dollars au courts des six années antérieures. C'est normal de continuer à investir dans les infrastructures au Canada; on pourrait même prétendre que le Canada a vu le jour grâce aux chemins de fer. Les infrastructures ont toujours été fondamentales ici, au Canada.
Cependant, le directeur parlementaire du budget — comme je le répète chaque fois, ne l'oublions pas, c'est une institution crée par M. Harper, un grand démocrate, qui voulait qu'il y ait un organe indépendant dans le Parlement qui puisse demander des comptes constamment au gouvernement — nous a appris dans un rapport que, sur les 187 milliards de dollars prévus en infrastructure, seulement 9 milliards sont sortis dans les trois dernières années. Sauf erreur, 9 milliards divisés par 3 font 3 milliards. Les libéraux ont mis 3 milliards de dollars par année en infrastructure et pourtant, la première année, ils ont fait un déficit de 30 milliards de dollars.
Rappelons-nous que le déficit de 10 milliards de dollars devait être pour l'infrastructure. Cependant, la première année, il y a eu un déficit de 30 milliards de dollars, dont 3 milliards de dollars sont allés à l'infrastructure. La deuxième année, il y a un déficit de 20 milliards de dollars, dont 3 milliards de dollars en infrastructure et, encore cette année, il y a un déficit de 20 milliards de dollars, dont seulement 3 milliards de dollars sont allés à l'infrastructure. Clairement, jamais on n'a vu un gouvernement mettre autant d'énergie à dépenser autant d'argent de manière incontrôlable et sans honneur pour si peu de résultat pour le bien-être économique du pays et pour les Canadiens dans leur foyer.
En terminant, l'exercice visant à fixer une date d'échéance pour atteindre l'équilibre budgétaire, c'est une chose normale que toutes les familles canadiennes font dans leur propre foyer, que ce soit pour l'hypothèque de la maison ou pour les prêts automobiles. Quand on fait un emprunt pour une voiture, le concessionnaire ne dit pas « bonne journée, monsieur, on se reverra ». Il dit qu'il faut faire un emprunt à la banque et qu'on a quatre ans pour le rembourser. Il y a une date d'échéance pour toutes sortes de choses comme celle-là.
Quand l'équilibre budgétaire sera-t-il atteint?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-06 16:04 [p.23385]
Mr. Speaker, I am very pleased to rise. As usual, I would like to say hello to the many people of Beauport—Limoilou who are watching us live on CPAC or on platforms such as Facebook and Twitter later.
I would like to comment on the speech by the Minister of Status of Women. I found it somewhat hypocritical when she said that she hopes her opposition colleagues will support the bill and the budget's feminist measures, which she presented, when the Liberals actually and strategically included all these measures in an omnibus bill, the 2018 budget implementation bill. Clearly, we, the Conservatives, will not vote in favour of Bill C-86 because it once again presents a deficit budget that is devastating for Canada's economy and for Canadian taxpayers. It is somewhat hypocritical for the minister to tell us that she hopes we will support the measures to give women more power when she herself was involved in hiding these measures in an omnibus bill.
I would like say, as I often say, that it is a privilege for me to speak today, but not for the same reason this time. I might have been denied the opportunity to speak to Bill C-86 because this morning, the Liberal government imposed closure on the House. It imposed time allocation on the speeches on the budget. This is the first time in three years that I am seeing this in the House. Since 2015, we have had three budget presentations. This is the sixth time we are debating a budget since 2015 during this 42nd Parliament. This is the first time I have seen the majority of my Conservative colleagues and the majority of my NDP colleagues being denied speaking time to discuss something as important as Bill C-86 to implement budgetary measures. The budget implementation legislation is what formalizes the budget the government brought down in February. Implementation is done in two phases. This is the second phase and it implements the Liberal government's budget.
By chance, I have the opportunity to speak about the budget today and I want to do so because I would like to remind those listening about some key elements of this budget which, in our view, are going in the wrong direction. First, the Liberals are continuing with their habit, which has become ingrained in their psyches. They are continuing with their deficit approach. It appears that they are in a financial bind. That is why they are creating new taxes like the carbon tax. They also lack the personal ability to govern. You might say that it is not in their genes to balance a budget. The Liberals' budget measures are bad and their economic plan is bad. They are so incapable of balancing the budget that they cannot even give us a timeline. They cannot even tell us when they think they will balance the budget.
This is the first time that we have seen this in the history of our great Canadian parliamentary democracy, established in 1867, and probably before that, in the parliaments of the United Canadas. This is the first time since 1867 that a government has not been able to say when they will balance the budget. I am not one for political rhetoric, but this is not rhetoric, this is a fact.
The Liberals made big promises to us in that regard during the 2015 election. Unfortunately, the Liberals put off keeping those promises. They promised to balance the budget by 2019. Now, they have put that off indefinitely, or until 2045, according to the Parliamentary Budget Officer, a position that, let us not forget, was created by Mr. Harper. That great democrat wanted to ensure that there was budgetary accountability in Parliament. The Liberals also promised that they would run small deficits of $10 billion for the first three years and then balance the budget. The first year, they ran a deficit of $30 billion. The second year, they ran a deficit of $20 billion. The third year, they ran a deficit of $19 billion. Just a week or two ago, we found out from the Parliamentary Budget Officer that the Liberals miscalculated and another $4 billion in debt has been added to that amount. The Liberals have racked up a deficit of $22 billion. That is 6.5 times more than what they set out in their plan to balance the budget.
The other key budget promise the Liberals made was that the small deficits of $10 billion would be used to build new infrastructure as part of a $187-billion program.
To date, only $9 billion has flowed from the coffers to pay for infrastructure projects. Where is the other $170 billion? The Prime Minister is so acutely aware of the problem that he shuffled his cabinet this summer. He appointed the former international trade minister to the infrastructure portfolio, and the new infrastructure minister's mandate letter says he absolutely has to get on this troublesome issue of money not being used to fund infrastructure projects.
There is a reason the Liberals do not want to give us more than two or three days to discuss the budget. They do not want the Conservatives and the NDP to say quite as much about the budget as they would like to say because we have a lot of bad things to tell them and Canadians.
Fortunately, we live in a democracy, and we can express ourselves in the media, so all Canadians can hear what I have to say. However, it is important for us to express our ideas in the House too because listening to what we say here is how Canadians learn what happened in history.
Things are not as rosy as the Liberals claim when it comes to the economy and their plan. For instance, in terms of exports, they have not been able to export Canadian oil as they should. We have one of the largest reserves in the world, but the Liberals tightened rules surrounding the National Energy Board in recent years. As a result, several projects have died, such as the northern gateway project and energy east, and the Kinder Morgan Trans Mountain project, which the Liberals managed to save in the end using $4.5 billion of taxpayers money. In short, our exports are not doing very well.
As for investments, from 2015 to 2017, Canadian investments in the U.S. increased by 65%, while American investments in Canada dropped by 52%.
On top of that, one thing that affects the daily lives of Canadians even more is the massive debt, which could jeopardize all our future projects for our glorious federation. In 2018, the total accumulated debt is $670 billion. That comes out to $47,000 per family. Not counting any student debt, car payments or mortgage, every family already has a debt of $47,000, and a good percentage of that has increased over the past three years because of the Liberals' fiscal mismanagement.
That is not to mention the interest on the debt. I am sure that Canadians watching at home are outraged by this. In 2020, the interest on the debt will be $39 billion a year. That is $3 billion more than we invest every year in health.
The government boasts about how it came up with a wonderful plan for federal health transfers with the provinces, but that plan does not respect provincial jurisdictions. What is more, it imposes conditions on the provinces that they must meet in order to be able to access those transfers. We did not do that in the Harper era. We are investing $36 billion per year in health care and spending $39 billion servicing debt. Imagine what we could have done with that money.
I will close by talking about the labour shortage. I would have liked to have 20 minutes so I could say more, but we cannot take the time we want because of the gag order. It is sad that I cannot keep going.
Quebec needs approximately 150,000 more workers. I am appalled that the minister would make a mockery of my questions on three occasions. Meanwhile, the member for Louis-Hébert had the nerve to say that the Conservatives oppose immigration. That has nothing to do with it. We support immigration, but that represents only 25% of the solution to the labour shortage. This is a serious crisis in Quebec.
There are many things under federal jurisdiction that the government could do and that, in combination with immigration, would help fill labour shortages. However, all the Liberals can do is make fun of me, simply because I am a member of the opposition. I hosted economic round tables in Quebec City with my colleagues, and all business owners were telling us that this is a serious crisis. The Liberals should act like a good government and stop making fun of us every time we speak. Actually, it is even worse; they want to prevent us from speaking.
Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole. J'aimerais, comme d'habitude, saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre sur CPAC ou sur les plateformes comme Facebook et Twitter plus tard.
J'aimerais faire un commentaire sur le discours de la ministre de la Condition féminine. Je trouve un peu hypocrite qu'elle dise espérer que ses collègues de l'opposition appuieront le projet de loi et les mesures féministes de son budget, qu'elle nous a présentées, alors que les libéraux ont justement et stratégiquement inclus toutes ces mesures dans un projet de loi omnibus, le projet de loi d'exécution du budget de 2018. De toute évidence, nous, les conservateurs, ne voterons pas pour le projet de loi C-86, car il présente encore une fois un budget déficitaire et dévastateur pour l'économie canadienne, pour les payeurs de taxes canadiens. C'est un peu hypocrite que la ministre nous dise qu'elles espère que nous appuierons les mesures pour donner plus de pouvoir aux femmes, alors qu'elle a elle-même participé à cette stratégie de camouflage au sein d'un projet de loi omnibus.
Je voudrais dire aux citoyens que c'est un privilège pour moi de prendre la parole aujourd'hui, comme je le dis souvent, mais pas pour la même raison cette fois. J'aurais pu ne pas pouvoir parler du projet de loi C-86, puisque, ce matin, le gouvernement libéral a imposé un bâillon à la Chambre, comme on dit en bon québécois. Il a imposé une attribution de temps aux discours relatifs au budget. C'est la première fois en trois ans que je vois cela à la Chambre. Depuis 2015, nous avons eu trois présentations de budget. C'est la sixième fois que nous débattons d'un budget depuis 2015, en cette 42e législature. C'est la première fois que je constate que la majorité des mes collègues conservateurs et la majorité des mes collègues du NPD ne pourront pas prendre la parole pour s'exprimer sur une chose aussi importante que le projet de loi C-86, qui porte sur l'exécution des mesures budgétaires. La loi d'exécution du budget, en fait, c'est ce qui rend réel le budget présenté par le gouvernement en février. L'exécution se fait en deux temps. Nous sommes dans la deuxième partie, qui met en oeuvre le budget du gouvernement libéral.
Par hasard, j'ai la chance de parler du budget aujourd'hui et je veux en profiter, parce que je voudrais rappeler aux gens qui nous écoutent actuellement certains des attributs phares de ce projet de loi sur le budget qui, selon nous, vont dans la mauvaise direction. D'abord, les libéraux perpétuent leur habitude, qui est carrément rendue psychologique chez eux. Ils poursuivent cette approche déficitaire. Il apparaît qu'ils sont dans une incapacité financière. C'est pourquoi ils créent de nouvelles taxes comme la taxe sur le carbone. Ils ont aussi une incapacité gouvernementale qui semble personnelle. On dirait que ce n'est pas dans leurs gènes de pouvoir équilibrer un budget. Les mesures des budgétaires des libéraux sont mauvaises et leur plan économique est mauvais. Ils sont tellement incapables d'équilibrer le budget qu'ils ne peuvent même pas nous donner une date d'échéance. Ils ne peuvent même pas nous dire quand ils pensent arriver à un équilibre.
C'est la première fois qu'on voit cela dans l'histoire de notre belle démocratie parlementaire canadienne, depuis 1867, et probablement avant, dans les Parlements qui ont siégé avant cette date dans le Canada-Uni. Depuis 1867, c'est la première fois qu'un gouvernement ne peut pas donner une date de retour à l'équilibre budgétaire. Je n'aime pas faire de la rhétorique politique, mais ce n'est pas de la rhétorique, c'est un fait.
Les libéraux nous avaient fait de grandes promesses à cet égard en 2015 lors de l'élection. Malheureusement, les libéraux les ont reportées. Ils nous avaient promis un retour à l'équilibre budgétaire pour 2019. Maintenant, c'est remis aux calendes grecques, c'est-à-dire, à 2045, si l'on se fie au directeur parlementaire du budget, une institution créée par M. Harper, il faut le rappeler. Ce grand démocrate voulait qu'il y ait de la responsabilité budgétaire au Parlement. Également, les libéraux nous avaient promis qu'ils feraient des petits déficits de 10 milliards de dollars pour les trois premières années, avant d'atteindre l'équilibre budgétaire. La première année, ils ont fait un déficit de 30 milliards de dollars. La deuxième année, ils ont fait un déficit de 20 milliards de dollars. La troisième année, ils ont fait un déficit de 19 milliards de dollars. Or, le directeur parlementaire du budget nous annonce que, finalement, un montant de 4 milliards de dollars qui a été mal calculé par le gouvernement libéral se rajoute à la dette. On l'a su il y a une ou deux semaines. On est rendu à 22 milliards de dollars. C'est 6,5 fois plus que ce que les libéraux avaient prévu dans leur plan de retour à l'équilibre budgétaire.
L'autre promesse budgétaire phare des libéraux, c'était que les petits déficits de 10 milliards de dollars allaient être au service de la construction de nouveaux projets d'infrastructure, dans un programme de 187 milliards de dollars.
À ce jour, seulement 9 milliards de dollars sont sortis des coffres pour subvenir à des projets d'infrastructure. Il manque encore 170 milliards de dollars. Où sont-ils? Le premier ministre est tellement conscient du problème qu'il a lui-même fait un remaniement de son Cabinet l'été dernier. Il a nommé l'ancien ministre du Commerce international au poste de ministre de l'Infrastructure, et la lettre de mandat de ce dernier dit qu'il doit absolument se pencher sur cette fâcheuse situation de l'argent qui ne sort pas des coffres pour financer les projets d'infrastructure.
Ce n'est pas pour rien que les libéraux ne veulent pas que nous ayons plus que deux ou trois jours pour discuter du budget. Ils ne veulent pas que les conservateurs et le NPD s'expriment sur le budget autant qu'ils le pourraient, parce que nous aurions beaucoup de mauvaises choses à leur dire et à dire aux Canadiens.
Heureusement, nous sommes dans une démocratie et nous pouvons nous exprimer par l'entremise des médias, alors les Canadiens peuvent savoir ce que je vais dire. Toutefois, il est important que nous puissions nous exprimer à la Chambre également, car c'est en écoutant ce que nous disons ici que les Canadiens apprennent ce qui est arrivé dans l'histoire.
Les choses ne sont pas aussi roses que le prétendent les libéraux en ce qui a trait à l'économie et à leur plan. Par exemple, sur le plan des exportations, on est incapable d'exporter le pétrole canadien comme on le devrait. Nous possédons l'une des plus grandes réserves au monde, mais les libéraux ont resserré les règles à l'Office national de l'énergie au cours des dernières années. Cela a fait en sorte que de nombreux projets sont tombés à l'eau, comme le projet Trans Mountain de Kinder Morgan, que les libéraux ont finalement sauvé avec 4,5 milliards de dollars des contribuables, le projet Northern Gateway et le corridor de l'Est. Bref, en matière d'exportation, cela ne va pas très bien.
En ce qui a trait aux investissements, de 2015 à 2017, les investissements canadiens aux États-Unis ont augmenté de 65 %, alors que les investissements américains au Canada ont baissé de 52 %.
Par ailleurs, une chose qui touche davantage la vie quotidienne de nos concitoyens et nos concitoyennes, c'est la dette massive qui pourrait mettre à mal tous nos futurs projets pour notre glorieuse fédération. En 2018, la dette totale accumulée est de 670 milliards de dollars. Cela équivaut à 47 000 $ par famille. Alors, avant même de penser aux dettes étudiantes, aux paiements de voiture et à l'hypothèque, chaque famille a aussi une dette de 47 000 $, dont un bon pourcentage a augmenté au cours des trois dernières années à cause de la mauvaise gestion budgétaire des libéraux.
D'ailleurs, c'est sans parler des frais d'intérêt sur la dette. Je suis certain que cela enrage les citoyens qui nous écoutent. En 2020, les frais d'intérêt sur la dette seront de 39 milliards de dollars par année. C'est 3 milliards de dollars de plus que ce que nous investissons chaque année en santé.
Le gouvernement se targue d'avoir fait avec les provinces un merveilleux plan de transferts fédéraux en santé, mais ce plan ne respectait pas les champs de compétence provinciaux. De plus, il a imposé des conditions aux provinces pour avoir accès à l'argent des transferts fédéraux, ce que nous n'avions pas fait à l'époque du gouvernement Harper. Nous investissons 36 milliards de dollars par année en santé et notre service de la dette est de 39 milliards de dollars. Imaginons tout ce que nous pourrions faire avec cela.
Je terminerai sur la pénurie de main-d'oeuvre. J'aurais aimé avoir 20 minutes afin d'en dire plus, mais à cause du bâillon, il nous est impossible de parler autant que nous le voulons. C'est triste que je ne puisse pas continuer.
À Québec, on a besoin d'environ 150 000 travailleurs de plus. J'ai trouvé cela ahurissant que la ministre tourne mes questions en dérision à trois reprises. Le député de Louis-Hébert, quant à lui, a osé dire que nous, les conservateurs, n'aimions pas l'immigration. Cela n'a aucun rapport. Nous sommes pour l'immigration, mais cela représente seulement 25 % de la solution à la pénurie de main d'oeuvre. À Québec, la crise est grave.
Il y a plusieurs choses que le gouvernement fédéral peut faire qui relèvent de son champ de compétence et qui, combinées à l'immigration, aideront à pallier les pénuries de main-d'oeuvre. Toutefois, tout ce que les libéraux sont capables de faire, c'est se moquer de moi, seulement parce que je suis un député de l'opposition. J'ai pourtant organisé des tables rondes économiques à Québec avec mes collègues, et tous les entrepreneurs disaient que la crise est grave. Les libéraux devraient se comporter en bon gouvernement et arrêter de se moquer de nous chaque fois que nous prenons la parole. En fait, c'est encore pire; ils veulent nous empêcher de parler.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-01 11:34 [p.23157]
Madam Speaker, I thank the member for Louis-Hébert for his speech.
At the beginning of his speech he talked about historic investments in infrastructure. Sadly, it is historic in theory only, since we have seen just $9.3 billion of the $187 billion announced a few years ago.
Between 2010 and 2015, the Conservative government not only released the $80 billion from our economic action plan, but we also spent it in real time. Many observers even talked about how effective the plan was, since the money was getting out. I just wanted to set the record straight.
I would also like to ask my hon. colleague when the government plans to balance the budget. He did not mention that in his speech. One of the Liberal government's key promises in 2015 was to balance the budget by 2020. Promises must be kept if we want to reduce cynicism among Canadians instead of fuelling it. This is important to our democracy, and yet, it is clear that the government has shelved this promise and that it has absolutely no intention of keeping it.
When will the government balance the budget?
Madame la Présidente, je remercie le député de Louis-Hébert de son discours.
Au tout début, il a dit que les investissements prévus en infrastructure étaient historiques. Malheureusement, ce n'est historique que sur papier pour l'instant, puisque seulement 9,3 milliards des 187 milliards de dollars qui ont été annoncés il y a quelques années sont sortis.
De notre côté, entre 2010 et 2015, les 80 milliards de dollars de notre plan de relance économique ont non seulement été dégagés, ils ont été dépensés en temps réel. Plusieurs commentateurs disaient même à quel point ce plan était efficace, puisque l'argent sortait. J'aimerais donc remettre les pendules à l'heure à cet égard.
J'aimerais également demander à mon honorable collègue ce qu'il en est du retour à l'équilibre budgétaire. Il n'en a pas parlé dans son discours. En 2015, une des promesses phares du gouvernement libéral était d'équilibrer le budget avant 2020. Les promesses doivent être tenues pour que le cynisme canadien ne grandisse pas et pour qu'au contraire, il diminue. C'est une notion importante dans notre démocratie. Or, non seulement cette promesse a clairement été remise aux calendes grecques, mais le gouvernement ne compte pas la respecter du tout.
Quand allons-nous voir l'équilibre budgétaire?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-26 10:49 [p.22914]
Madam Speaker, it is always an honour to rise to speak in the House.
I would like to say hello to the people of Beauport—Limoilou who are watching us now on CPAC or watching a rebroadcast on Facebook or Twitter.
Without further delay, I would like to address the previous speaker's comments. I find it interesting that he said their objective was to prevent foreign influence from third parties.
The bill will pass, since the Liberals have a majority. However, one problem I have with the bill is that it will allow more than 1.5 million Canadians who have been living outside of Canada for more than five years to vote in general elections, even if they have been outside Canada for 10 or 15 years.
These people have a privilege that even Canadians who have never left the country do not even have. The Liberals will let them randomly choose which riding they want to vote in. This is a massive privilege.
If I were living in the United States for 10 years and saw that the vote was really close in a certain riding, thanks to the new amendments made to the bill, I could decide to vote for the Liberal Party in order to ensure that a Liberal member gets elected. That seems like a very dangerous measure to me. It will give a lot of power to people who have been living abroad for a very long time. That still does not make them foreigners, since they are Canadian citizens.
For those watching us, I want to note that we are talking about Bill C-76 to modernize the Canada Elections Act.
This is an extremely important issue because it is the Canada Elections Act that sets the guidelines for our elections in our democracy. These elections determine the party that will form the next government of Canada.
I am sure that the people of Beauport—Limoilou watching us right now can hardly believe the Liberal government when it says that it wants to improve democracy or Canada's electoral system or allow a lot of people to exercise their right to vote. The Liberals' record on different elements of democracy has been deplorable the past three years.
Two years ago when the House was debating the issue, I was a member of the Standing Committee on Government Operations and Estimates. The Liberals introduced a parliamentary reform that included some rather surprising elements. They wanted to weaken the opposition, thereby weakening roughly 10 million Canadians who voted for the opposition parties, including the Conservative Party, the New Democratic Party, and the Green Party.
They wanted to cut speaking times in the House, which is completely ridiculous. I have said it many times before and I will say it again. An MP currently has the right to speak for 20 minutes. Most of the time, each MP speaks for 10 minutes. Through the reform, the Liberals wanted to cut speaking times from 20 minutes to 10 minutes at all times. The 20-minute speaking slot would no longer exist.
I have a book at home that I love called The Confederation Debates. It features speeches by Papineau, Doyon, George-Étienne Cartier, John A. MacDonald, Louis-Hippolyte La Fontaine, among many others that I could name. These great MPs would speak for four, five, six, seven or eight hours without stopping, long into the night.
With their parliamentary reforms, the Liberals wanted to reduce MPs' speaking time to 10 minutes. They wanted to take away our right to speak for 20 minutes. All this was intended to minimize the opposition's speaking time, to stifle debate on various issues.
What they did yesterday was even worse. It was a clear-cut example of their attitude towards parliamentary democracy. They imposed time allocation. In layman's terms, they placed a gag order on a debate on the modernization of the Canada Elections Act. No example could more blatantly demonstrate their ultimate intent, which is to ram the bill through as fast as possible. It is really a shame. They want to ram this down our throats.
There is also what they did in 2015 and 2016 with their practice of cash for access.
When big-time lobbyists want to meet with a minister or the Prime Minister to discuss an issue, they just have to register and pay $1,500, or $1,575 now, for the opportunity to influence them.
These are not get-togethers with ordinary constituents. These are get-togethers arranged for the express purpose of giving prominent lobbyists access to top government officials and enabling them to influence decisions.
Here is a great example. The Minister of Finance attended a get-together with Port of Halifax officials and people closely connected to the Port of Halifax. No other Liberal Party MP was there. That is a blatant conflict of interest and cash for access.
If Canadians have a hard time trusting the Liberals when they say they introduced this bill because they want to enfranchise people or improve democracy and civic engagement, it is also because of all of the promises the Liberals have broken since their election in 2015.
Elections and electoral platforms form the foundations of Canadian democracy. Each party's political platform contains election promises. Personally, I prefer to call them commitments. The Liberals made some big promises. They said they would run small $10-billion deficits for the first two years and then reduce the deficits. Year after year, however, as they are in their third year of a four-year mandate, they have been running deficits that are much worse: $30 billion, $20 billion and, this year, $19 billion, although their plan projected a $6-billion deficit.
They broke that promise, but worse still, they broke their promise to return to a balanced budget. As my colleague from Louis-Saint-Laurent has put it so well often enough, this is the first time we are seeing structural deficits outside wartime or a major recession. What is worse, this is the first time a government has had no plan to return to a balanced budget. It defies reason. The Parliamentary Budget Officer, an institution created by the Right Hon. Stephen Harper, said again recently that it is unbelievable to see a government not taking affairs of the state more seriously.
Meanwhile, with respect to infrastructure, the Liberals said they were introducing the largest infrastructure program in Canadian history—everything is always historic with them—worth $187 billion. What is the total amount spent to date? They have spent, at most, $7 billion on a few projects here and there, although this was supposed to be a pan-Canadian, structured and large-scale program.
The Liberals also broke their promise to reform the electoral system. They wanted a preferential balloting system because, according to analyses, surveys and their strategists, it would have benefited them. I did not support that promise, but it is probably why so many Canadians voted for the Liberals.
There is then a string of broken promises, but electoral reform was a fundamental promise and the Liberals reneged on it. It would have made changes to the Election Act and to how Canadians choose their government. That clearly shows once again that Canadians cannot trust the Liberals when they say they will reform the Election Act in order to strengthen democracy in Canada.
Let us now get back to the matter at hand, Bill C-76, which makes major fundamental changes that I find deplorable.
First, Bill C-76 would allow the Chief Electoral Officer to authorize the use of the voter information card as a piece of identification for voting. As one of my Conservative colleagues said recently, whether we like it or not, voter cards show up all over, even in recycling boxes. Sometimes voter cards are found sticking out of community mailboxes.
There are all kinds of ways that an individual can get hold of a voter card and go to the polling station with it. It is not that difficult. This Liberal bill enables that individual to vote, although there is no way of knowing if they are that person, unless they are asked to provide identification—and that is not even the biggest problem.
It does not happen often, thank goodness, but when I go to the CHUL in Quebec City—which is the hospital where I am registered—not only do I have to provide the doctor's requisition for blood work, but I also have to show a piece of ID and my hospital card.
Madame la Présidente, je suis toujours honoré de prendre la parole à la Chambre.
J'aimerais saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en ce moment, par l'intermédiaire de CPAC, ou qui nous écouteront plus tard en rediffusion sur Facebook ou Twitter.
Sans plus tarder, j'aimerais répondre au commentaire qu'a fait le député qui vient de terminer son discours. C'est intéressant parce qu'il a précisé que leur objectif était de réduire l'influence et l'impact des tierces parties venant de l'extérieur, donc des gens venant de l'étranger.
Le projet de loi sera adopté, puisque les libéraux forment la majorité. Cependant, une des choses qui me titille le plus dans le projet de loi, c'est qu'il va dorénavant permettre à plus de 1,5 million de Canadiens vivant à l'extérieur du Canada depuis plus de 5 ans de voter lors des élections générales, même si cela fait 10 ou 15 ans qu'ils sont à l'extérieur du pays.
Ces personnes ont un privilège que même un Canadien qui vit ici et qui n'est jamais parti n'a pas. Les libéraux vont leur permettre de choisir aléatoirement une circonscription où voter. C'est un privilège complètement incommensurable.
Si j'étais aux États-Unis depuis 10 ans et que je voyais que le vote est très serré dans une circonscription, je pourrais, grâce aux amendements apportés au projet de loi, décider d'aller voter pour le Parti libéral, afin de m'assurer qu'un député libéral est élu. Cela m'apparaît être une mesure très dangereuse. Elle va justement donner du pouvoir à des gens qui vivent à l'étranger depuis fort longtemps. Ce ne sont tout de même pas des étrangers, puisqu'il s'agit de Canadiens.
À l'intention des citoyens qui nous écoutent, je précise que nous parlons du projet de loi C-76, qui vise à moderniser la Loi électorale du Canada.
Il s'agit d'un enjeu extrêmement important, parce que c'est la Loi électorale du Canada qui fixe les balises et les barèmes applicables à nos élections, dans notre démocratie. Ces élections déterminent le parti qui va former le prochain gouvernement du Canada.
Je suis sûr que les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en ce moment ont peine à croire le gouvernement libéral lorsqu'il dit vouloir améliorer la démocratie ou le système électoral du Canada ou permettre à de nombreuses personnes d'exercer leur droit de vote. L'historique libéral des trois dernières années, en ce qui a trait à différents attributs de la démocratie, est déplorable.
Il y a deux ans, alors que ce débat avait cours à la Chambre, je siégeais au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Les libéraux ont mis en avant une réforme parlementaire dans laquelle il y avait certains éléments assez surprenants. Ils voulaient amoindrir le pouvoir de l'opposition, donc amoindrir le pouvoir d'environ 10 millions de Canadiens qui ont voté pour des partis de l'opposition, ce qui comprend le Parti conservateur, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert.
Ils voulaient réduire le temps de parole à la Chambre, ce qui est complètement ridicule. Je l'ai souvent dit à la Chambre, mais je veux le redire. En ce moment, un député a le droit de parler pendant 20 minutes. La plupart du temps, chaque député parle pendant 10 minutes. Au moyen de la réforme, les libéraux voulaient faire passer le droit de parole de 20 minutes à 10 minutes, à n'importe quel moment. Le droit de parole de 20 minutes n'aurait même plus existé.
Chez moi, j'ai un livre que j'adore, qui s'intitule Les Débats de la Confédération. On peut y lire Papineau, Doyon, George-Étienne Cartier, John A. MacDonald et Louis-Hippolyte La Fontaine. Je pourrais en nommer plusieurs autres. Ces grands députés parlaient quatre, cinq, six, sept ou huit heures d'affilée, sans arrêt, toute la nuit.
Au moyen de leur réforme parlementaire, les libéraux voulaient réduire le temps de parole des députés à 10 minutes. Ils voulaient annuler le droit de parole de 20 minutes. Tout cela pour empêcher le plus possible l'opposition de s'exprimer, pour empêcher des débats qui portent sur toutes sortes d'enjeux.
Ce qu'ils ont fait hier est encore pire que cela. C'est un exemple patent de leur attitude envers la démocratie parlementaire. Ils ont imposé une attribution de temps. En jargon populaire ou comme on dit au Québec, ils ont imposé un bâillon sur un débat qui porte sur la modernisation de la Loi électorale du Canada. Il n'y a pas d'exemple plus flagrant que cela de leur intention. Cette dernière est justement de faire adopter le projet de loi à toute vitesse. Cela est vraiment dommage. Ils veulent nous faire passer cela dans la gorge.
Il y a aussi ce qu'ils ont fait en 2015 et en 2016 avec leur pratique du cash for access.
Quand de grands lobbyistes voulaient rencontrer un ministre ou le premier ministre pour parler d'une question particulière, ils n'avaient qu'à s'inscrire sur une liste et à payer 1 500 $ — c'est 1 575 $ aujourd'hui — pour pouvoir les influencer.
On ne parle pas d'un cinq à sept avec des citoyens de tous les jours d'une circonscription. On parle de cinq à sept mis en place exclusivement pour permettre à de grands lobbyistes d'atteindre les plus hauts sommets de l'État et d'influencer les prises de décisions.
Voici un exemple important. Le ministre des Finances a pris part à un cinq à sept avec les autorités portuaires du Port d'Halifax et des gens qui avaient seulement un intérêt pour le port d'Halifax. Il n'y avait aucun député du Parti libéral. C'est un exemple flagrant de conflit d'intérêts et d'accès au comptant.
Par ailleurs, s'il est très difficile pour les Canadiens de faire confiance aux libéraux quand ils disent qu'avec ce projet de loi, ils veulent agrandir le suffrage ou améliorer la démocratie et la participation citoyenne, c'est aussi à cause de toutes les promesses qu'ils ont brisées depuis qu'ils ont été élus en 2015.
Les élections et les plateformes sont des fondements de la démocratie canadienne. Dans la plateforme politique de chaque parti, il y a des promesses électorales. Moi, je préfère appeler cela des engagements. Les libéraux avaient fait de grandes promesses. Ils ont dit qu'ils allaient faire des petits déficits de 10 milliards de dollars pour les deux premières années et qu'ils diminueraient par la suite. Or, année après année, puisqu'ils en sont à la troisième année de leur mandat de quatre ans, ils nous ont servi des déficits bien pires: 30 milliards de dollars, 20 milliards de dollars et, cette année, 19 milliards de dollars, alors que leur plan prévoyait un déficit de 6 milliards de dollars.
Ils ont brisé cette promesse, mais pire encore, ils ont brisé leur promesse du retour à l'équilibre budgétaire. Comme mon collègue de Louis-Saint-Laurent le dit si bien assez souvent, c'est la première fois de l'histoire qu'on voit des déficits structurels hors d'une récession économique importante ou d'une période de guerre. Le pire, c'est que c'est la première fois qu'un gouvernement ne prévoit aucun retour à l'équilibre budgétaire. C'est un non-sens. Le directeur parlementaire du budget, une institution créée par le très honorable M. Harper, a dit encore récemment qu'il était incroyable de voir un gouvernement qui ne prend pas les affaires de l'État plus au sérieux que cela.
D'autre part, en ce qui concerne les infrastructures, les libéraux disaient qu'ils avaient le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire du Canada — avec eux, c'est toujours historique —, totalisant 187 milliards de dollars. Toutefois, de cette somme, qu'ont-ils dépensé à ce jour? Ce n'est pas plus que 7 milliards de dollars pour quelques projets ici et là, alors que ce programme était censé être pancanadien, structuré et de grande envergure.
Les libéraux ont aussi brisé leur promesse de réformer le mode de scrutin. Ils voulaient un mode de scrutin préférentiel, car selon les analyses, les sondages et leurs stratèges, cela les aurait avantagés. Je n'appuyais pas cette promesse, mais c'est probablement en raison de celle-ci qu'un grand pan de l'électorat canadien a voté pour les libéraux.
Ce sont donc des promesses brisées les unes après les autres, mais la réforme du mode de scrutin était une promesse fondamentale, et les libéraux l'ont reniée. Cela aurait touché la loi électorale et la façon dont les Canadiens sont appelés à choisir leur gouvernement. C'est un autre exemple patent qui démontre que les Canadiens ne peuvent pas faire confiance aux libéraux lorsqu'ils disent qu'ils vont réformer la loi sur les élections pour agrandir la démocratie au Canada.
Revenons maintenant au sujet qui nous intéresse plus particulièrement, c'est-à-dire le projet de loi C-76, qui apporte deux grands changements fondamentaux qui, selon moi, sont déplorables.
Premièrement, le projet de loi C-76 permettrait au directeur général des élections d'autoriser la carte d'électeur comme pièce d'identité pour voter. Comme l'a dit un de mes collègues conservateurs récemment, les cartes d'électeur peuvent, qu'on le veuille ou non, se retrouver un peu partout, comme dans les boîtes de recyclage. Parfois, il y a des cartes qui dépassent des boîtes postales communautaires.
Il y a donc toutes sortes de façons dont un citoyen peut trouver une carte d'électeur et se présenter au bureau de vote avec celle-ci. C'est même assez facile. Or, selon ce projet de loi libéral, cette personne-là pourrait voter, alors qu'il n'y aurait aucune façon de savoir si c'est la même personne, sauf en lui demandant de présenter une carte d'identité. Ce serait donc la moindre des choses.
Cela ne m'arrive pas souvent, Dieu merci, mais quand je vais au CHUL de Québec — c'est là que je suis inscrit —, je dois non seulement présenter la prescription du médecin pour une prise de sang, mais je dois aussi présenter une carte d'identité ainsi que la carte d'hôpital.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-10-04 13:33 [p.22259]
Mr. Speaker, I can understand my colleague's concern. I did have a point I was getting at. I want to talk about clauses 54 and 101 of Bill C-78 and how they contradict Bill C-75.
However, I was talking about something that is very important to me. I will use a different analogy. Let us leave NAFTA behind for a different analogy.
We have a Prime Minister who introduced Bill C-78, telling Canadians that after 20 years, he is proposing important amendments, some fundamental and others more technical, that will strengthen the legislation and the institution of marriage in Canada.
Notwithstanding the fact that we Conservative members plan to support this bill, following the committee studies, we feel it is hard to trust the Prime Minister when he says he wants to strengthen marriage, considering his behaviour as the head of government.
For example, when Mr. Trudeau was elected in 2015, we might say that it was a marriage between him and the people of Canada. However, after everything that the Prime Minister has done in the past three years, a marriage would not have lasted a year since he broke three major promises. I would even say that these are promises that break up the very core of his marriage with Canada. I will get to the clauses in this bill that have me concerned, but I want to draw a parallel. How can we trust the Prime Minister when it comes to this divorce bill, when he himself does not keep his promises to Canadians?
He made three fundamental promises. The first was to run deficits of only $10 billion for the first three years and then cut back on that. He broke that promise. The deficits have been $30 billion every year.
The second fundamental broken promise of his marriage with the people of Canada was to achieve a balanced budget by 2020-21. Now we are talking about 2045, my goodness. Is there anything more important than finances in a marriage? Yes, there is love. I get it.
However, budgets are essential in a home. Finances are essential for a couple to remain together. I can attest to that. Love has its limits in a home. Bills have to get paid and children have to eat. Budgets need to be balanced, something that Canadian families do all the time. Our Prime Minister is unable to keep that promise.
The other promise has to do with our voting system, how we are going to run our home, our political system. Just before they got married, the Prime Minister promised Canadians that he would reform the voting system. That was a key promise and he broke it. In fact it was one of the first promises he broke and it is a serious broken promise in his marriage with Canadians in my opinion. It is a broken promise to every young person who trusted him.
Personally, I completely disagree with reforming the voting system because I believe that the first past the post system is the best guarantee for a parliamentary democracy. That said, it was a key promise that he made to youth and the leftists of Vancouver, Toronto and Montreal, who view proportional representation as being better for them, their future and their concerns. However, he broke his promise. The marriage has been on the verge of breaking up for a long time now. I predict that it will only last one more year.
I have one last point to make in my analogy and then I will discuss the bill. I want to talk about his infrastructure promise. The Prime Minister said that he would invest $183 billion in infrastructure over the next 14 years. It was the largest program in the history of Canada because, according to the Liberals, their programs are always the largest in the history of Canada. I would remind members that ours was incredible as well, with $80 billion invested between 2008 and 2015.
I will ask my colleagues a question they are sure to know the answer to. How many billions of the $183 billion have been spent after four years? The answer is $7 billion, if I am not mistaken. Even the Parliamentary Budget Officer mentioned it in one of his reports.
Therefore, how can we have confidence in the Prime Minister, the member for Papineau, who is introducing a bill to strengthen the institution of marriage and the protection of children in extremely contentious divorces when he himself, in his solemn marriage with the Canadian people, has broken the major promises of his 2015 election platform?
The bond of trust has been broken and divorce between the Liberals and the people of Canada is imminent. It is set to happen on October 19, 2019.
Bill C-78 seeks to address some rather astonishing statistics. According to the 2016 census, more than two million children were living in a separated or divorced family. Five million Canadians separated or divorced between 1991 and 2011. Of that number, 38% had a child at the time of their separation or divorce. I imagine that is why the focus of Bill C-78 is protection of the child.
However, we have some concerns. Clause 101 introduces the idea that Her Majesty ranks in priority over the party that instituted the garnishment proceedings if the debtor is indebted or has any moneys to pay. That has us concerned. We will certainly call witnesses to our parliamentary committee to find out what they think and to see if we can amend this.
We also believe that clause 54 is flawed. It extends Her Majesty's binding period from five to 12 years. That is another aspect of the bill that could be problematic in our view.
I do not like to end on a negative note, but I absolutely have to mention a major contradiction pertaining to Bill C-78. Today, the Liberals enthusiastically shared with us, through this bill, their desire to make the protection of children, rather than parents, a priority in cases of divorce. However, when we look closely at Bill C-75, which, with its 300 pages, is a mammoth bill if ever there was one, we see that it seeks to rescind all of the great measures to strengthen crime legislation that our dear prime minister, Mr. Harper, implemented during his 10 years in office, a fantastic decade in Canada.
We are distressed to see that this bill lessens sentences for crimes committed against children. The Liberals are not content with just saying that they are good and the Conservatives are bad. They, who profess to believe in universal love, want to lessen the sentences for criminals who committed terrible, deplorable crimes against children. Then they tell us that the purpose of their bill is to help children.
We see these contradictions and we are concerned. I do not think that my constituents would let their spouses break promises as important as the ones the Prime Minister has broken since 2015. They would not want to stay in a relationship like that.
Canadians need to realize that their divorce from the Liberal government is imminent.
Monsieur le Président, je peux comprendre la préoccupation de mon collègue. Il y avait une logique dans mon approche. Je veux parler, notamment, des articles 54 et 101 du projet de loi C-78 et des contradictions avec le projet de loi C-75.
Toutefois, ce que j'étais en train de dire était fondamental pour moi. Je vais faire un parallèle différent. Sortons de l'ALENA et faisons un autre parallèle.
Nous avons un premier ministre qui dépose le projet de loi C-78. Il dit aux Canadiens que, après 20 ans, il leur propose des amendements importants, certains fondamentaux et d'autres plus techniques, qui vont renforcer les dispositions et l'institution du mariage au Canada.
Nonobstant le fait que nous, les députés conservateurs, croyons donner notre appui à ce projet de loi, par suite d'études en comité, nous constatons qu'il est difficile de faire confiance au premier ministre lorsqu'il dit vouloir renforcer le mariage, quand on regarde son comportement en tant que leader du gouvernement.
Par exemple, lorsque M. Trudeau a été élu en 2015, on pourrait dire que c'était un mariage entre lui et le peuple canadien. Toutefois, après trois ans, après tout ce que le premier ministre a fait, un mariage n'aurait même pas tenu un an, puisqu'il a rompu trois grandes promesses. Ce sont des promesses qui, selon moi, brisent même moralement le mariage entre lui et le Canada. J'en arriverai sous peu aux articles qui me préoccupent dans le projet de loi, mais je veux montrer le parallèle. Comment faire confiance au premier ministre dans le cadre de ce projet de loi sur le divorce, quand lui-même ne tient pas ses engagements envers le peuple canadien?
Il y avait trois promesses fondamentales. La première était de faire des déficits seulement de 10 milliards de dollars pour les trois premières années puis de réduire cela. Il ne l'a pas tenue. Les déficits ont été 30 milliards de dollars chaque année.
La deuxième promesse fondamentale de son mariage avec le peuple canadien qui fut brisée était d'atteindre l'équilibre budgétaire d'ici 2020-2021. Maintenant, on parle de 2045, saint bon Dieu! Y a-t-il quelque chose de plus important que les finances, dans un couple? Oui, bien sûr, il y a l'amour. Je comprends.
Toutefois, les budgets sont fondamentaux dans un foyer. Les finances sont fondamentales pour qu'un couple reste fusionné — je peux en témoigner moi-même. L'amour a ses limites, quand même, dans un foyer. Il faut tout de même faire vivre la maisonnée et les enfants doivent manger, entre autres. Il faut équilibrer les budgets, ce que les familles canadiennes font bien souvent. Notre premier ministre n'est pas capable de tenir cette promesse.
L'autre promesse concerne le mode de scrutin, à savoir comment nous allons fonctionner dans notre maisonnée, notre système politique. Il avait dit aux Canadiens que, quand ils allaient se marier avec lui, il s'engageait à réformer le mode de scrutin. C'est quand même une promesse phare et il ne l'a pas tenue. C'est, également, l'une des premières promesses qu'il a laissé tomber et qui constitue vraiment une promesse brisée grave de son mariage avec les Canadiens, selon moi. C'est une promesse brisée envers tous les jeunes qui lui ont fait confiance.
Personnellement, je suis totalement en désaccord pour réformer le mode de scrutin, parce que je considère que le mode de scrutin uninominal à un tour est le plus garant de la démocratie parlementaire. Cela dit, c'était une promesse phare qu'il avait faite aux jeunes et à la gauche de Vancouver, Toronto et Montréal, qui voient dans le mode proportionnel quelque chose de mieux pour eux, pour leur avenir et pour leurs préoccupations, entre autres. Toutefois, il a rompu cette promesse. Cela fait longtemps que le mariage serait terminé. Justement, il lui reste un an de mariage, selon mes prédictions.
Voici un dernier élément de mon parallèle. Ensuite, j'arriverai au projet de loi. Je parle de sa promesse sur l'infrastructure. Le premier ministre avait dit qu'il allait investir 183 milliards de dollars en infrastructure au cours des 14 prochaines années. C'était le plus grand programme de l'histoire du Canada, parce que, avec eux, ce sont toujours les plus grands programmes de l'histoire du Canada. Je rappelle que le nôtre était incroyable aussi, à hauteur de 80 milliards de dollars, de 2008 à 2015.
Je pose la question à mes collègues, qui le savent sans doute. Combien de milliards de dollars ont été dépensés à ce jour, sur les 183 milliards de dollars, après quatre ans? C'est 7 milliards de dollars, si je ne me trompe pas. Même le directeur parlementaire du budget en a fait état dans l'un de ses rapports.
Donc, comment pouvons-nous faire confiance au premier ministre et député de Papineau, qui nous présente un projet de loi visant à renforcer l'institution du mariage et la protection de l'enfant lorsqu'il y a des divorces extrêmement litigieux, quand lui-même, dans son mariage solennel avec le peuple canadien, a rompu les plus grandes promesses de sa plateforme électorale de 2015?
Le lien de confiance est donc déjà rompu et le divorce des libéraux avec le peuple canadien est imminent. Il va advenir le 19 octobre 2019.
Le projet de loi C-78 vise à s'attaquer à des statistiques assez étonnantes. En effet, selon le Recensement de 2016, plus de 2 millions d'enfants vivaient dans une famille séparée ou divorcée. Par ailleurs, 5 millions de Canadiens se sont séparés ou ont divorcé entre 1991 et 2011. De ce nombre, 38 % avaient un enfant au moment de leur séparation ou de leur divorce. J'imagine que c'est la raison pour laquelle le projet de loi C-78 veut cibler davantage la protection de l'enfant.
Toutefois, nous avons certaines préoccupations. L'article 101 introduit l'idée que la créance de l'État prend rang avant celle de la partie ayant engagé la procédure de saisie-arrêt si le débiteur est endetté ou a des sommes à payer. Cela nous préoccupe. Nous allons donc certainement inviter des témoins en comité parlementaire pour savoir ce qu'ils en pensent et pour voir si on pourrait modifier cela.
D'autre part, l'article 54 fait également défaut, selon nous. Il prolonge la durée de l'opposabilité à Sa Majesté de 5 à 12 ans. C'est un autre aspect du projet de loi qui pourrait être problématique, à notre avis.
Je n'aime pas terminer sur une note négative, mais je dois absolument soulever une contradiction importante en ce qui a trait au projet de loi C-78. Aujourd'hui, les libéraux nous ont fait part avec enthousiasme de leur désir, par l'entremise de ce projet de loi, de mettre la protection de l'enfant, et non les parents, au coeur du divorce. Cependant, lorsqu'on regarde de près le projet de loi C-75 — s'il y a un projet de loi mammouth, c'est bien lui, avec ses 300 pages —, on constate que celui-ci vise à annuler toutes les belles mesures que notre très cher premier ministre M. Harper avait prises lors de ses 10 années au pouvoir, une décennie fantastique au Canada, pour renforcer les lois en matière de criminalité.
On constate avec désarroi que ce projet de loi amoindrit les peines relatives aux crimes commis contre les enfants. Les libéraux ne se limitent même pas à dire qu'ils sont bons et que les conservateurs sont mauvais. Eux-mêmes, qui se targuent de prôner l'amour universel, veulent réduire les peines pour les criminels ayant fait des choses déplorables et terribles à des enfants. Ensuite, ils nous disent vouloir aider les enfants dans le projet de loi qui est devant nous.
Nous voyons donc des contradictions et nous avons des doléances. Je ne pense pas que mes concitoyens accepteraient que leur époux brise des promesses aussi substantielles que celles qu'a brisées le premier ministre depuis 2015. Ils ne voudraient pas continuer dans ce genre de relation.
Les Canadiens doivent se rendre compte que le divorce est imminent entre la population et le gouvernement libéral.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-31 16:21 [p.20030]
Mr. Speaker, thank you for recognizing me. First of all, I would like to say hello to all the people of Beauport—Limoilou, many of whom are listening today, and to thank them for all their work. They are definitely listening. When I go door to door, many of them tell me that they watch CPAC.
I would like to say something about what the hon. Liberal member for Hamilton West—Ancaster—Dundas said in response to the speech of my colleague from Sherwood Park—Fort Saskatchewan. She engaged in the usual Liberal demagoguery. She asked if we believed in climate change. I really would like my constituents to listen closely, because I want to make this clear to them and to all Canadians: we, the Conservatives, believe so strongly in climate change that, in 2007, Mr. Harper held a joint press conference with Mr. Charest to announce the implementation of the new Canada ecotrust program, supported by a total investment of $1.5 billion. The aim of the program was to give each province hundreds of millions of dollars to help with their respective climate change plans. It is easy to look this up on Google by entering “ecoTrust,” “2007,” “Harper,” “Charest.” Not only did Mr. Charest commend the Conservative government’s initiative, but even Steven Guilbeault from Greenpeace at the time—and I am certain that my colleague from Mégantic—L’Érable will find this hard to believe—saluted the initiative as something unheard of.
There is a reason why greenhouse gas emissions decreased by 2% under the decade-long Conservative reign. We had a plan, a plan with bold targets that the Liberals made their own.
Now let us talk a bit about the 2018-19 budget, which continues in the same vein as the other two budgets presented so far by the hon. member for Papineau's Liberal government. I would like to begin by saying that the government has been in reaction mode for the past three years and almost never in action mode.
It is in reaction mode when it comes to the softwood lumber crisis, although we do not hear much about it because the softwood lumber rates are still pretty attractive. However, the fact remains that this is a crisis and that, right now, industrial producers in the U.S. are collecting billions of dollars that they will eventually recover, as they do in every softwood lumber crisis.
The Liberal government is in reaction mode when it comes to NAFTA. They will say that they are not the ones who put Mr. Trump in office, but this is yet another major issue that has been taking up their time in the past year, and they are still in reaction mode. They are also in reaction mode when it comes to the imminent tariffs on aluminum and steel.
The Liberals are in reaction mode when it comes to almost every major issue in Canada. They are in reaction mode when it comes to natural resources development, for example with regard to Kinder Morgan’s Trans Mountain pipeline. Once again they were in reaction mode, because Kinder Morgan said that it would walk if the government could not assume responsibility and tell British Columbia in no uncertain terms that this was a matter of federal jurisdiction.
All of this shows that the Prime Minister is not the great diplomat he pretends to be across the globe, and in celebrity news and other media. He is such a poor diplomat that he was unable to avoid the softwood lumber crisis with Obama. He is such a poor diplomat that he has supposedly had a wonderful relationship with Mr. Trump for the past year and a half. He speaks to him on the telephone I do not know how many times a month, but that did not prevent Mr. Trump from taking deliberate action against Canada, as we saw today with the tariffs on steel and aluminum.
I would like to make a comparison. We, the Conservatives, were a government of action. We negotiated 46 free-trade agreements. We sent Canadian troops to Kandahar to demonstrate our willingness to co-operate with NATO and the G7 and to make a show of military force. We invested hugely in national defence, increasing our investments from 0.8% to almost 1.2% of the GDP following the dark days of Jean Chrétien’s Liberal government. We settled the softwood lumber issue in 2007, during the last crisis. We implemented the national shipbuilding strategy, investing more than $30 billion to renew our military fleet, to renew the Canadian Coast Guard’s exploration fleet in the Canadian Arctic, and to renew the fleet of icebreakers. The first of these icebreakers, the majestic Diefenbaker, will soon be under construction.
Let us not forget that we also told Mr. Putin to get out of Ukraine. There is no doubt that we were a government of action.
When the budget was tabled, several journalists said that it was more of a political platform than a budget. I find that interesting. In their opinion, the political platform contained no concrete fiscal measures to prepare Canada for tomorrow, for the next 10 years, or for the next century, as our founding fathers intended in 1867. Rather, it contained proposals, in particular concerning social housing. The NDP must be very happy. The Liberals promised billions of dollars if the provinces gave their assent. That was a promise.
The Liberals also made proposals concerning pharmacare. Once again, they were conditional on studies demonstrating the usefulness of such a plan. That, too, was a promise. The promises go on page after page in the budget, and it is obvious that it is a political platform. That is why the Liberals used the word “woman” more than 400 times, 30 times on each page. That is just demagoguery and totally abusive.
I would like to quote a very interesting CBC journalist, Chris Hall. Since he works at the CBC, the Liberals will surely believe him. He said that the government recently spent $233,000 to organize round table discussions to find out whether Canadians understood the message, and not the content, of their budget. I will quote Mr. Hall:
In particular, the report said the findings suggest middle-class Canadians—the very demographic the Liberals have been courting since their election with both policy initiatives and political messaging—don't feel their lives are getting better.
They are correct in thinking that their lives are not getting better. Even Chris Hall concluded, in light of these studies, that the 2018-19 budget is not a document that provides guidelines, includes concrete measures, or outlines actual achievements in progress. It is a political document that proposes ideologies.
The budget also contains a number of disappointments and shortcomings, precisely because it does not contain any actions. It does not respond to the fiscal reforms enacted by U.S. President Trump that give American companies an undue competitive advantage.
The 2018-19 federal budget does not address the tariffs on aluminum and steel either, although we all saw them coming. It does not specify what measures will be taken to implement carbon pricing. Most of all, it does not say how much it will cost every single Canadian. You would think it would at least do that. Some analysts say that it will cost approximately $2,500 per Canadian per year.
This budget is full of proposals but has no concrete measures, and it perpetuates broken promises. Instead of $10-billion deficits for two consecutive years, we have $19-billion deficits accumulating year over year until 2045. This year, we were supposed to have a deficit of $6 billion, but it has reached almost $20 billion. The Liberals also broke their promise to balance the budget. This is the first time that the federal government has not had a concrete plan to balance the budget.
We were supposed to run up deficits in order to invest in the largest infrastructure program in history, because with the Liberals everything is historic. Only $7 billion of the $180 billion of this program has been injected into the Canadian economy.
This is a very disappointing budget and, unfortunately, dear people of Beauport—Limoilou, taxes keep going up and the Liberal carbon tax is just the start.
Monsieur le Président, je vous remercie de m'accorder la parole. D'entrée de jeu, je voudrais dire un gros bonjour à tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre, et les remercier pour tout leur travail. C'est vrai qu'ils sont bien à l'écoute. Souvent, quand je fais du porte-à-porte, ils m'en parlent et disent qu'ils regardent CPAC.
Je voudrais juste revenir sur ce qu'a dit la députée libérale d'Hamilton-Ouest—Ancaster—Dundas en réponse au discours de mon collègue de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Elle faisait encore de la démagogie propre aux libéraux. Elle demandait si on croyait aux changements climatiques. Je voudrais vraiment que mes citoyens m'entendent bien, car je veux mettre cela au clair pour eux epour tous les Canadiens: nous, les conservateurs, croyons tellement aux changements climatiques qu'en 2007, M. Harper a fait une conférence de presse conjointe avec M. Charest où il a annoncé la mise en oeuvre du nouveau programme Éco-Fiducie Canada, doté d'un investissement total de 1,5 milliard de dollars. Le programme avait pour objectif de fournir des centaines de millions de dollars à chaque province, afin de contribuer à leurs plans respectifs pour répondre aux changements climatiques. Cela peut se vérifier dans Google en inscrivant « Éco-Fiducie », « 2007 », « Harper », « Charest ». Charest a non seulement fait l'éloge de cette approche du gouvernement fédéral sous les conservateurs, mais même Steven Guilbeault, de Greenpeace à l'époque — et je suis sûr que mon collègue de Mégantic—L'Érable va trouver cela incroyable —, a salué cette initiative comme étant quelque chose d'incroyable.
Ce n'est pas pour rien que sous le règne conservateur qui a duré 10 ans, on a réduit de 2 % les gaz à effet de serre au Canada, parce qu'il y avait un plan. Notre plan contenait d'ailleurs des cibles audacieuses que les libéraux ont gardées.
Discutons maintenant quelque peu du budget de 2018-2019, qui continue dans la même lignée que les deux autres budgets présentés jusqu'à ce jour par le gouvernement libéral du député de Papineau. J'aimerais dire au préalable que depuis trois ans, ce gouvernement est en mode réaction et presque jamais en mode action.
Il est en mode réaction par rapport à la crise du bois d'oeuvre, bien qu'on n'en entende pas trop parler, parce qu'en ce moment les taux sur le bois d'oeuvre demeurent substantiellement intéressants. Toutefois, il n'en demeure pas moins que c'est une crise et qu'actuellement, les producteurs industriels américains ramassent des milliards de dollars qu'ils vont recouvrir par la suite, comme ils le font à chaque crise du bois d'oeuvre.
Le gouvernement libéral est en mode réaction face à l'ALENA. Les libéraux vont nous dire que ce n'est pas eux qui ont élu le gouvernement de M. Trump, mais c'est quand même un autre gros dossier qui les accapare jour après jour depuis un an et dans lequel ils sont en mode réaction. Ils sont aussi en mode réaction depuis hier par rapport aux tarifs douaniers éminents sur l'aluminium et l'acier.
Les libéraux sont en mode réaction concernant presque tous les grands enjeux du Canada. Ils sont en mode réaction par rapport au développement économique des ressources naturelles, par exemple pour l'oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan. Ils étaient encore une fois en mode réaction, parce que Kinder Morgan a dit qu'il allait partir si le gouvernement était incapable de prendre ses responsabilités et de dire clairement à la Colombie-Britannique que c'était de compétence fédérale.
Tout cela démontre en fait que le premier ministre n'est pas le grand diplomate comme on aime le faire croire partout sur la planète, dans tous les médias de stars et dans les autres médias. Il n'est tellement pas diplomate qu'avec Obama, il a été incapable de faire éviter la crise du bois d'oeuvre. Il n'est tellement pas diplomate qu'il entretient supposément depuis un an et demi une belle relation avec M. Trump. Il lui parle au téléphone je ne sais pas combien de fois par mois, mais cela n'empêche pas M. Trump d'agir de manière délibérée contre le Canada comme on le voit aujourd'hui avec les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium.
J'aimerais faire une comparaison: nous, les conservateurs, sommes un gouvernement d'action. Nous avons conclu 46 traités de libre-échange. Nous avons envoyé les troupes canadiennes à Kandahar pour démontrer notre bonne volonté aux pays de l'OTAN et du G7, et la force militaire des Canadiens. Nous avons investi massivement dans la défense nationale, faisant passer les investissements de 0,8 à presque 1,2 % du PIB, à la suite de la période de noirceur des libéraux de Jean Chrétien. Nous avons réglé le dossier du bois d'oeuvre en 2007, soit lors de la crise précédente. Nous avons mis en place la Stratégie nationale de construction navale, en investissant plus de 30 milliards de dollars pour renouveler les flottes militaires, pour renouveler les flottes d'exploration de la Garde côtière canadienne dans l'Arctique canadien, et pour renouveler les flottes de brise-glaces, dont la construction du premier commencera bientôt, soit le majestueux Diefenbaker.
N'oublions pas non plus que nous avons dit à M. Poutine de sortir de l'Ukraine. Nous étions un gouvernement d'action, sans aucun doute.
Quand le budget a été déposé, plusieurs journalistes ont dit qu'il s'agissait d'une plateforme politique et non d'un budget à proprement parler. J'ai trouvé cela intéressant. Selon eux, cette plateforme politique n'énonçait pas de mesures concrètes budgétaires visant à faire avancer le pays pour demain, pour les 10 prochaines années ou pour le prochain siècle, comme le faisaient nos pères fondateurs en 1867. Elle contenait plutôt des propositions, notamment sur les logements sociaux. Cela fait sans doute plaisir au NPD. On promettait des milliards de dollars à condition que les provinces donnent leur accord. C'était donc une promesse.
Les libéraux ont également fait des propositions concernant une assurance médicaments. Encore une fois, c'était conditionnel à des études démontrant la pertinence d'un tel régime. C'est encore une promesse. Cela se poursuit ainsi de page en page dans le budget, et on constate que c'est une plateforme politique. C'est notamment pour cette raison que les libéraux ont utilisé le mot « femme » plus de 400 fois. On le relève 30 fois par page. C'est démagogique et totalement abusif.
J'aimerais citer un journaliste très intéressant de CBC, Chris Hall. Puisqu'il est de CBC, les libéraux vont sans doute le croire. Il nous dit que le gouvernement a dépensé 233 000 $ dernièrement pour organiser des tables rondes afin de savoir si les Canadiens comprenaient le message, et non le contenu, de leur budget. Je cite M. Hall en anglais:
En particulier, le rapport révèle que, selon les conclusions, les Canadiens de la classe moyenne — le groupe démographique que les libéraux courtisent depuis leur élection au moyen d'initiatives stratégiques et de messages politiques — n'ont pas l'impression que leur vie s'améliore.
Ils ont raison de penser que leur vie ne va pas mieux. Même ce journaliste conclut, à la lumière de ces études, que le budget de 2018-2019 n'est pas un document qui donne des directives, qui prévoit des mesures concrètes ou qui met sur la table de vraies réalisations en cours. C'est un document politique qui propose des idéologies.
Le budget contient aussi beaucoup de déceptions et de lacunes, puisqu'il est justement dépourvu d'action. Il ne répond pas aux réformes fiscales perpétrées par le président Trump aux États-Unis et qui donnent un avantage compétitif indûment immense aux compagnies américaines.
Le budget fédéral de 2018-2019 ne répondait pas non plus aux tarifs sur l'aluminium et l'acier. Il était pourtant évident que cela allait arriver. Il ne nous dit pas non plus quelles mesures seront prises pour mettre en oeuvre la tarification du carbone. Surtout, il ne nous dit pas combien cela va coûter à chaque habitant du Canada. Ce serait pourtant la moindre des choses. Certains analystes nous disent qu'elle va coûter environ 2 500 $ par année par habitant.
C'est un budget qui n'a que des propositions et aucune mesure concrète, et il perpétue des promesses brisées. Au lieu d'avoir des déficits de 10 milliards de dollars pour deux années consécutives, on a des déficits de 19 milliards qui s'accumulent d'année en année, et ce, jusqu'en 2045. Cette année, on devait avoir un déficit de 6 milliards de dollars, or il atteint presque 20 milliards de dollars. Par ailleurs, les libéraux ont également rompu leur promesse d'équilibrer le budget. C'est la première fois que le gouvernement fédéral n'a aucun plan concret pour équilibrer le budget.
Tous ces déficits étaient censés servir à investir dans le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire, puisque avec les libéraux, tout est toujours historique. Or seulement 7 milliards des 180 milliards de dollars de ce programme ont été injectés dans l'économie canadienne.
C'est un budget fort décevant et malheureusement, chers concitoyens de Beauport—Limoilou, les taxes et les impôts augmentent, et cela ne fait que commencer avec la taxe libérale sur le carbone.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:21 [p.17750]
Madam Speaker, first of all, I wish to inform you that I will be sharing my time with the very honourable and very competent member for Mégantic—L'Érable, a beautiful riding that has a beautiful lake I swam in a few years ago. As I always do, I would also like to say hello to the many residents of Beauport—Limoilou who are listening to us today and those I meet in my travels, whether I am going door to door or attending events at community centres and so on.
Today I want to talk about the stark realities of budget 2018. I would like to draw a parallel to the disastrous trip to India that my constituents have been upset about and have been talking about so much in recent weeks. This trip was not out of character for this government. The trip was ill-defined and achieved virtually nothing, other than having the Prime Minister dress up in ridiculous costumes—ridiculous only because it was the Prime Minister wearing them. The clothes themselves are not ridiculous; what is ridiculous is the fact that the Prime Minister of Canada wore them instead of wearing the type of clothing he should be wearing to such international meetings. He toured around India making a mockery of the office of Prime Minister, and he was the laughingstock of the international press. He then returned home after announcing hardly anything to Canadians.
This trip pretty much reflects how this government acts every day in the House. It is also exactly like budget 2018: a political agenda with no substance, with page after page of lofty words, and void of any concrete measures.
The Liberals and the Prime Minister, the hon. member for Papineau, brag about forming a government that is not cynical, that will put democracy back on track, that is more transparent, and that wants to restore Canadians' trust in the political system. In my opinion, one of the best ways to restore Canadians' trust is keep the most basic of promises. Not only have the Liberals broken key promises, such as changing the voting system, but they have also broken basic, structural promises that they made with their hands on their hearts in 2015.
The Prime Minister promised to run annual deficits of no more than $10 billion. He also said that in 2018, the deficit would not exceed $6 billion. Less than two weeks ago, the government announced that the deficit for 2018-19 is $18 billion, three times the amount that was promised during the 2015 campaign.
The second broken promise is just as important. The Liberals promised a return to a balanced budget by 2020. As my dear colleague from Louis-Saint-Laurent always says in a delightful turn of phrase, never has a Canadian government ever run a deficit outside wartime, such as during the Second World War, or outside a major economic crisis, like the one we went through when Mr. Harper was leading the government. He was a great prime minister, by the way.
The Prime Minister is running major deficits and has no plan to return to a balanced budget, even though our economy is in a favourable position compared to most countries around the world. I will get into this economic situation a bit later. It is unbelievable.
Here is what the parliamentary budget officer thinks about it, as reported by the QMI Agency:
...Canada's fiscal watchdog notes that the federal government's vagueness about [balancing the budget] conflicts with the objectives set out in the mandate letter of finance minister Bill Morneau.
The PBO also notes that the mandate letter from the Prime Minister explicitly asks the minister to ensure “that our fiscal plan is sustainable by meeting our fiscal anchors of balancing the budget in 2019/20 and continuing to reduce the federal debt-to-GDP ratio throughout our mandate”.
Lastly, the article states:
However, in its 2016 budget, Ottawa abandoned its intention of reaching a zero deficit in 2019-20.
Ottawa confirmed two weeks ago that not only will a balanced budget not be reached this year, but it will certainly not be reached by 2023, or by 2045, based on forecasts.
As for infrastructure, it is the biggest joke of all. It is unbelievable. After the election, the government bragged about implementing the largest infrastructure program in Canadian history, a $180-billion program.
I am not the one saying this. Barely a week ago, the parliamentary budget officer said that only $10 billion had been released so far. The media has been covering this story for last few days, thank heaven. All the billions of dollars that should be spent on infrastructure by 2019 will be delayed until 2022, 2023, and 2024.
I will come back to balancing the budget and to deficits. When the Prime Minister promised deficits of no more than $10 billion a year, he brazenly insisted that these deficits were for infrastructure, not for international relations, or for climate change in third-world countries, or for endless funding for all of Canada's diversity groups. No, he said that they were for infrastructure.
The parliamentary budget officer said that the Liberals do not yet have a plan for how the federal government will spend $186.7 billion in infrastructure money over the next 12 years. Is this not the same Liberal government that keeps repeating that meeting environmental targets, for example, requires a plan? The Liberals have no plan for the environment, just as they have no plan for infrastructure. One of their flagship promises, which was so important that it formed the basis for the other promises, was to balance the budget in 2019 and to run annual deficits of $10 billion.
Meanwhile, taxes are going up for the fine constituents of Beauport—Limoilou. The average increase for middle-income families is exactly $840 per year, whereas by the end of 10 wonderful years of Conservative government, from 2006 to 2015, the average Canadian family paid about $2,000 less in taxes. There is an increase in Canada Pension Plan contributions, up to $2,200 per household, there is a carbon tax, up to $2,500 per household, and the cancellation of the family tax cut. This has a direct impact on the people of Beauport—Limoilou. All my neighbours in Beauport—Limoilou have children who play sports or take part in fitness or arts activities. For example, on Sunday mornings, my daughter takes music lessons at the Cascades school of music. It is a great place and I am proud to mention it today. They also cancelled the tax credits for education and textbooks, which could be as much as $560 per student, and they raised EI premiums. This does not even include the disastrous tax reforms imposed by the Minister of Finance, even though he himself wanted to hide some of his income from the federal taxman, frankly.
The sad part is that the debt keeps piling up. After three years in office, the current government has grown the national debt by $60 billion. According to projections by the Department of Finance, in other words, our dear, dedicated public servants, the budget will not be balanced until 2045, which will add $450 billion to the debt. A colleague opposite spoke about 3- to 17-year-old girls not being able to access this or that thing. I will tell her that, in 30 years, fully all of these girls will be paying the debt piled up by the current government. Only one thing is certain: men and women alike will be paying a lot more on the debt in 30 or 40 years, because of the bad fiscal management by this bad government, which, I hope, will be calling it quits in 2019.
What is even more unbelievable is that the government brags about having wonderful financials thanks to its prowess at managing public funds. That is not the case. We know full well that the current growth is primarily due to a recovery in the oil sector. That is good for the entire oil industry, but again, it is not because of the Liberals' sound management. In addition, house prices increased by 16% in 2016, bringing in additional revenue. Oil and gas exports went up. The Canadian dollar fell, and so did interest rates. All those factors combined to produce strong economic growth in Canada. What should we do under such circumstances, when the economy is doing well? We should address the issues and ensure that there is money for potential emergencies, such as the crisis in the aluminum and steel industries, the potential end of NAFTA in a few months, or a global economic crisis that could erupt at any moment.
When the economy is doing well, we must prepare for future crises. The current government is simply being reckless with the Canadian economy. The constituents of Beauport—Limoilou have a right to know.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le très honorable et très compétent député de Mégantic—L'Érable, une très belle circonscription où il y a un très beau lac dans lequel je me suis baigné il y a quelques années. J'aimerais également, comme je le fais toujours, saluer les nombreux citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent et ceux que je rencontre un peu partout, que ce soit lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires ou lors d'autres activités.
Aujourd'hui, je vais parler un peu de la réalité patente du budget de 2018. J'aimerais faire un parallèle concernant le voyage en Inde dont mes concitoyens m'ont beaucoup parlé au cours des dernières semaines, ce voyage désastreux qui leur a tant déplu. Celui-ci était un peu à l'image de ce gouvernement. C'était un voyage flou et sans aucune substance lors duquel le premier ministre s'est drapé dans des costumes on ne peut plus ridicules, ridicules du fait que le premier ministre les a portés. Ce ne sont pas les costumes qui sont ridicules, c'est le fait que le premier ministre canadien les a portés plutôt que de s'être habillé comme il se doit lors de telles réunions internationales. Il a fait le tour de l'Inde en ridiculisant la fonction de premier ministre, et la presse internationale s'est moquée de lui. Il est ensuite revenu à la maison sans presque rien annoncer aux Canadiens.
Ce voyage ressemble à ce que nous voyons à la Chambre tous les jours de la part de ce gouvernement. C'est aussi exactement ce qu'est le budget de 2018: un programme politique sans aucune substance qui contient des mots vertueux page après page et qui ne contient aucune action concrète.
Les libéraux et le premier ministre, le député de Papineau, se targuent de former un gouvernement qui n'est pas cynique, qui va remettre la démocratie sur le droit chemin, qui est plus transparent et qui veut rétablir la confiance des Canadiens à l'égard du système politique. Eh bien, une des façons de rétablir la confiance des Canadiens, à mon avis, c'est d'abord et avant tout de remplir ses promesses les plus rudimentaires. Or non seulement les libéraux ont brisé plusieurs promesses d'envergure, comme celle concernant le changement du mode de scrutin, mais ils ont aussi brisé des promesses structurelles et rudimentaires qu'ils avaient faites la main sur le coeur en 2015.
Notamment, le premier ministre avait promis de faire des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année. Puis, il avait dit qu'en 2018, le déficit ne dépasserait pas 6 milliards de dollars. Or, il n'y a même pas deux semaines, le gouvernement nous a annoncé un déficit de 18 milliards de dollars pour l'année 2018-2019, soit trois fois plus que ce qui avait été promis lors de la campagne de 2015.
La deuxième promesse brisée est aussi importante. Les libéraux avaient promis de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2020. Comme mon chaleureux collègue de Louis-Saint-Laurent le dit toujours, et j'aime bien cette phrase, jamais, au grand jamais un gouvernement canadien n'a fait de déficits sans être en période de guerre, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, ou en période de crise économique majeure, comme celle que nous avons vécue lorsque M. Harper était à la tête du gouvernement. Il était un très grand premier ministre, en passant.
Le premier ministre crée donc des déficits importants et n'a aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, alors que nous sommes dans une situation économique favorable sur le plan international. D'ailleurs, je parlerai de cette situation économique un peu plus tard. C'est incroyable.
Voilà ce qu'en pense le directeur parlementaire du budget dans un article de l'Agence QMI:
[...] le chien de garde des finances canadiennes souligne que le flou entretenu par le fédéral sur [la question de l'équilibre budgétaire] contrevient aux objectifs formulés dans la lettre de mandat du ministre des Finances Bill Morneau.
Le DPB rappelle également que le premier ministre demande explicitement au ministre, dans sa lettre de mandat, de « s'assurer que notre plan fiscal est viable en respectant nos cibles fiscales, qui sont d'équilibrer le budget en 2019-2020 et de réduire le rapport entre la dette fédérale et le PIB tout au long de notre mandat. »
Finalement, dans cet article, on dit:
Ottawa a toutefois abandonné dans son budget 2016 son intention d'atteindre le déficit zéro en 2019-2020.
Ottawa l'a confirmé il y a deux semaines: non seulement l'équilibre budgétaire ne sera pas atteint cette année, mais il ne le sera sûrement pas d'ici 2023, ni d'ici 2045, si on se fie aux prévisions.
Par ailleurs, sur le plan des infrastructures, c'est la plus belle des blagues. C'est incroyable. Après les élections, le gouvernement se targuait de mettre en oeuvre le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire du Canada, un programme de 180 milliards de dollars.
Ce n'est pas moi qui le dis. Il y a une semaine à peine, le directeur parlementaire du budget a dit que seulement 10 milliards de dollars sont sortis jusqu'à maintenant. On en parle d'ailleurs dans les médias depuis quelques jours, Dieu merci. Tous les milliards de dollars qui devaient sortir pour l'infrastructure d'ici 2019 vont être retardés à 2022, 2023 et 2024.
Je vais revenir sur l'équilibre budgétaire et sur les déficits. Le premier ministre, lorsqu'il a promis qu'il ferait des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année, a soutenu sans vergogne que ces déficits étaient engrangés pour les infrastructures, pas pour les relations internationales, ni pour les changements climatiques dans les pays du tiers monde ni pour l'octroi de fonds à n'en plus finir à tous les groupes de diversité du Canada. Non, il a dit que c'était pour les infrastructures.
Le directeur parlementaire du budget « souligne que les libéraux n’ont pas encore de plan indiquant la façon dont le gouvernement fédéral dépensera 186,7 milliards $ en infrastructures au cours des 12 prochaines années. » N'est-ce pas ce même gouvernement libéral qui répète toujours que pour atteindre les cibles environnementales, par exemple, il faut un plan? Les libéraux n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'environnement, tout comme ils n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'infrastructure. Une de leurs promesses phares, qui était à ce point importante que c'est sur elle que se fondaient les autres promesses, était d'arriver à l'équilibre budgétaire en 2019 et de faire des déficits de 10 milliards de dollars par année.
Pendant ce temps, pour mes chers concitoyens de Beauport—Limoilou, les impôts augmentent. L'augmentation moyenne pour les familles à revenu moyen est de 840 $ par année, ni plus ni moins, alors qu'à la fin des 10 merveilleuses années au pouvoir des conservateurs, de 2006 à 2015, une famille moyenne canadienne payait environ 2 000 $ de moins d'impôt. Il y a une augmentation des cotisations au Régime de pensions du Canada, jusqu'à 2 200 $ par ménage, il y a la tarification du carbone, qui va jusqu'à 2 500 $ par ménage, et l'annulation de la baisse d'impôt pour les familles. Cela touche directement les gens de Beauport—Limoilou. Tous mes voisins à Beauport—Limoilou ont des enfants qui participent à des sports ou à des activités de conditionnement physique ou artistiques. Par exemple, les dimanches matins, ma fille suit des cours de musique à l'École de musique des Cascades. C'est un super endroit et je suis content d'en parler aujourd'hui. De plus, on a annulé les crédits d'impôt pour l'éducation et les manuels, qui pouvaient aller jusqu'à 560 $ par étudiant, et on a augmenté les cotisations à l'assurance-emploi. C'est sans parler des désastreuses réformes fiscales perpétrées par le ministre des Finances, alors que lui-même aimait bien cacher certains de ses revenus au fisc canadien, disons.
Ce qui est encore plus triste, c'est que l'endettement ne cesse d'augmenter. En trois années au pouvoir, le gouvernement actuel a augmenté la dette nationale de 60 milliards de dollars. Selon la projection du ministère des Finances, donc, de nos chers et valeureux fonctionnaires, le budget ne sera pas équilibré avant 2045, ce qui ajoutera 450 milliards de dollars à la dette. Une collègue de l'autre côté de la Chambre parlait des filles de 3 ans à 17 ans qui n'ont pas accès à telles ou telles choses. Je vais lui dire que, dans 30 ans, 100 % des filles vont payer la dette engrangée par le gouvernement actuel. Une seule chose est certaine: autant les hommes que les femmes vont payer beaucoup plus pour la dette dans 30 ans et 40 ans, à cause de la mauvaise gestion des finances publiques de ce mauvais gouvernement, qui va, je l'espère bien, retourner chez lui en 2019.
Ce qui est encore plus incroyable, c'est que le gouvernement se targue d'avoir des états financiers fantastiques grâce à sa gestion des finances publiques. Ce n'est pas le cas. Nous savons très bien que la croissance actuelle était principalement due à une reprise dans le secteur pétrolier. C'est bien, quand même, pour tout ce secteur, mais, encore une fois, ce n'est pas dû à la bonne gestion des libéraux. Également, le prix des habitations a augmenté de 16 % en 2016, apportant des revenus additionnels. Les exportations pétrolières et gazières ont augmenté. Le dollar canadien était plus bas et les taux d'intérêt également. Tout cela mis ensemble fait qu'il y a une forte croissance de l'économie au Canada. Que faut-il faire dans un tel contexte, alors que l'économie va bien? Il faut s'attarder aux enjeux et s'assurer d'avoir de l'argent pour des crises potentielles, comme celle de l'aluminium et de l'acier, comme la fin possible de l'ALENA dans quelques mois ou comme une crise économique mondiale qui pourrait advenir à tout moment.
Quand l'économie va bien, il faut se préparer aux crises à venir. Le gouvernement actuel ne fait qu'être insouciant par rapport à l'économie canadienne. Les citoyens de Beauport—Limoilou sont en droit de le savoir.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 16:50 [p.15046]
Mr. Speaker, one of the key promises the Liberals made in 2015, before they were in government, was to invest $120 billion in infrastructure. The Conservative Party supported the idea from the get-go; indeed, it ran the largest infrastructure program in Canada when Mr. Lebel headed the infrastructure department. This program had planned investments totalling $80 billion, which was unprecedented in Canada.
That said, what I find interesting is that, today, two years after the election, very rarely do we hear about a specific project benefiting from the $120 billion that have supposedly been invested since 2015.
I wonder if my colleague is able to name a single project in a single province that has benefited from this $120-billion investment in infrastructure.
Monsieur le Président, une des promesses phares des libéraux, en 2015, avant qu'ils soient au gouvernement, était d'investir 120 milliards de dollars en infrastructure. C'est une chose que nous appuyions d'emblée, au Parti conservateur, puisque nous avions l'un des plus grands programmes d'infrastructure, avec M. Denis Lebel à la tête du ministère de l'Infrastructure. Ce programme prévoyait des investissements totalisant 80 milliards de dollars, du jamais vu au Canada.
Toutefois, ce que je trouve paradoxal, c'est qu'aujourd'hui, deux ans après les élections, il est très rare de voir un projet précis qui bénéficie de ces supposés 120 milliards de dollars qui ont été investis depuis 2015.
Alors, est-ce que mon collègue pourrait nommer ne serait-ce qu'un seul projet dans une province qui bénéficie de ce programme de 120 milliards de dollars en infrastructure?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:22 [p.15051]
Mr. Speaker, I also have read that we have no assurance there will be any return for the people in Canada on the money we invest in Asian Infrastructure Bank. It is like a blind trust in the Chinese financial world. It is probably to get a deal on free commerce with China, which I kind of understand, but the Liberals should try to have better tactics to come to that end.
It is distraction after distraction. Two weeks ago, when we spoke about the finance minister, they came out with Bill C-24 to change the titles from ministers of state to ministers. It is complete nonsense. It has been like that for two years.
Monsieur le Président, j'ai aussi lu que rien ne garantit aux Canadiens que l'argent investi dans la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures leur rapportera quoi que ce soit. C'est comme une fiducie sans droit de regard qu'on confierait au milieu chinois de la finance. J'imagine que les libéraux espèrent ainsi conclure un accord de libre-échange avec la Chine, et je les comprends, mais ils devraient revoir leurs méthodes.
Nous avons droit à une diversion après l'autre. Il y a deux semaines, quand il a été question du ministre des Finances, les libéraux nous ont ressorti le projet de loi  C-24, qui ferait des ministres d'État des ministres à part entière. C'est absolument insensé, et c'est comme ça depuis deux ans.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-19 11:16 [p.12892]
Mr. Speaker, I know it is very honourable to present a bill and I understand it is a private member's bill, but certainly, with all due respect to the member, we must not have read the same bill, because he stated twice—not once, but twice—that the bill would reduce red tape. However, on the contrary, small and medium-sized enterprises would now have to produce a report to the minister that specifies the community benefit, and it is to his discretion concerning which benefits there will be.
Can the member explain to me how he can actually see the bill as a reduction of red tape when it is contrary to what is in the bill?
Monsieur le Président, il est tout à l'honneur du député de présenter ce projet de loi d'initiative parlementaire, mais, sauf le respect que je lui dois, il semble bien que nous n'ayons pas lu la même mesure législative. Deux fois plutôt qu'une, le député a déclaré que le projet de loi permettrait de réduire les formalités administratives. Au contraire, les PME auraient à produire un rapport précisant les retombées locales du projet, alors que la décision finale serait laissée au bon vouloir du ministre.
Le député pourrait-il m'expliquer en quoi le projet de loi permettrait de réduire les formalités administratives, alors que ses dispositions annoncent le contraire?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-19 11:21 [p.12893]
Mr. Speaker, I will continue this debate in French. I wish to inform you that Her Majesty's official opposition will oppose this private member's bill and vote against it.
I hate to rain on anyone's parade, and I know the bill sponsor is not going to like this, but we will be voting against the bill for some eminently sensible reasons that I will explain.
I would like to comment on the member for Brampton Centre's speech. The government's role is to allow everyone to compete. When it grants contracts to third parties, parties outside the government, such as small and medium-sized businesses, big businesses, and organizations, it must ensure that RFPs are written so as to maximize everyone's opportunity. That means minimizing paperwork and constraints, which can be obstacles for some small and medium-sized businesses that want to bid. In Canada, such businesses have fewer resources than large construction companies, for example.
The member said the bill would provide flexibility in granting contracts. That is ironic, because the opposite is true. This bill will make the RFP process, which is open to everyone, more cumbersome.
He also said that this would help communities. I only wish that were the case, but after reading the bill, which contains almost no details and consists of only one page and three clauses, I can find no indication that any assistance will be provided to communities. What will happen, however, is that small and medium-sized businesses will be subject to greater constraints and more red tape. I would like to believe the member when he says he wants to help Canadian communities and municipalities, but that is not at all what the bill appears to do. I say this with some reservation, since that is my interpretation, although it is also how the opposition sees it.
In addition, speaking of economic benefits for local communities, the member referred to the Olympic Village in Vancouver. That was one of the largest projects undertaken in Canada in recent years, and it is hardly the kind of local benefits our colleague was referring to in his bill, in other words, infrastructure such as bridges and so on. The Olympic Village in Vancouver was a megaproject involving huge Canadian corporations that are accustomed to being very efficient and getting sizable returns. They have good relationships with the government and are capable of meeting project deadlines, as was the case for the Olympic Games.
Vancouver's Olympic Village was in fact the worst example that the member could have used to illustrate how his bill would benefit the community, or at least help small businesses.
The member said not once, but twice that this bill would cut down on paperwork and red tape and reduce the number of forms small businesses have to fill; that was the point of the question I asked him. In fact, the opposite is true. The specific focus of the bill is to now make small businesses fill out a form for the minister; the community benefits will therefore be at his discretion. The very purpose of the bill is to create paperwork. It is an incredible thing to say that it will cut red tape.
That was my introduction.
Last week, during my speech on the 2017 budget, I said that the purpose of most of the Liberal bills introduced over the past two years has been to benefit certain special interest groups.
These bills are not introduced for the benefit of Canadians in general, that is, all individual Canadians, but rather to help special interest groups. I believe Bill C-344 to be a prime example of this government’s legislative proclivity.
I would also like to remind members how the bill came to be. It was first introduced by the current Minister of Immigration, Refugees and Citizenship as Bill C-227. It was then dropped from the Order Paper a few months ago, after the member was appointed to cabinet, only to return to it later.
The member said that this bill was significant, fundamental and necessary for Canada in that it will allow communities to make their needs known given the expected benefits of a given project. If that were the case, why is this not a bill that the government would want to introduce? Why is it not a government bill?
While I can appreciate that this is not within the current Minister of Immigration, Refugees and Citizenship’s portfolio, why did he not bring this bill forward as quickly as possible? This could have been settled a few months ago. If this were such an effective and important bill, it could have been passed months ago.
The fact that the Liberals removed this bill from the Order Paper and then put it back shows that they likely thought it was inconsequential since there is not much to it. They probably figured that they would just hand it over to some MP so that he could introduce a bill. I know how it goes. It is good to give hon. members the chance to introduce bills, but this bill is essentially going to harm small and medium-sized businesses.
Let me get into the technical details of the bill before it is too late. We in the opposition have identified some problems. There are no criteria in this bill for how small and medium-sized businesses are to respond to the minister's mandatory assessment. There are no criteria, directives, guidelines, or substantive information in this bill indicating precisely how SMEs have to fill out the form.
There is no indication of the criteria, the length of the form, or whether anthropologists and sociologists will have to analyze every little spinoff from the project, whether environmental, economic, or social. What is more, subclause 21.1(1) of the bill states:
...any other specific benefit identified by the community.
I think we can all agree that this could have a major impact on what could be required of small and medium-sized businesses when they fill out the form. For example, if a municipality decides to assess the community benefits for a certain historic group, such as indigenous people, the input of anthropologists and historians will certainly be required. Just imagine if a small or medium-sized business in Toronto, for example, where the member is from, was required to hire anthropologists and sociologists before building a bridge. That is completely ridiculous.
Another problem is that it is left up to the minister's discretion whether a form explaining the community benefits will need to be filled out. The minister will also decide whether or not to present the report on community benefits to Parliament. The bill cannot be that serious if the minister can choose not to apply its provisions. The bill states:
A contracting party shall, upon request by the Minister, provide the Minister with an assessment as to whether community benefits have derived from the project.
I will close by mentioning the worst part, which is that the minister could request a report on the community benefits after the bids have already been submitted and after the SME has already finished the work. However, we know that contracting parties need to have a good idea of how much things will cost before work begins. What the government is telling them is that, after the work is done, they may have to meet other requirements that will cost them more money.
This is a truly a bad piece of legislation as it now stands. It must be sent to committee or even killed because it is just a source of red tape and does not contain any clear directions.
Monsieur le Président, je vais poursuivre ce débat en français. D'emblée, j'aimerais vous informer que l'opposition officielle de Sa Majesté va s'opposer à ce projet de loi émanant d'un député et voter contre.
Je ne veux pas gâcher la fête, et je comprends que c'est malheureux pour mon collègue qui présente ce projet de loi, mais nous allons voter contre pour des raisons de gros bon sens que je vais spécifier.
J'aimerais faire quelques commentaires sur le discours du député de Brampton-Centre. D'abord, le gouvernement est là pour favoriser la compétitivité pour tous. Lorsqu'il octroie des contrats à de tierces parties  —qui ne font donc pas partie du gouvernement —, comme des petites et moyennes entreprises, des grandes entreprises et des organisations, il doit s'assurer que l'appel d'offres sera construit de manière à permettre le plus de possibilités pour tout un chacun. Cela implique le moins de paperasse et de contraintes possible, qui pourraient nuire à certaines petites et moyennes entreprises voulant participer à l'appel d'offres. En effet, au Canada, elles ont moins de ressources que les grandes entreprises de construction, par exemple.
Le député disait que ce projet de loi allait apporter une flexibilité sur le plan de l'octroi des contrats. C'est ironique car, en fait, c'est tout le contraire. Ce projet de loi alourdirait le processus qui rend l'appel d'offres ouvert à tout un chacun.
Il a dit également que cela aiderait les communautés. J'aimerais bien que ce soit le cas, mais en lisant ce projet de loi, qui ne contient presque aucun détail et qui ne comporte qu'une page et trois articles, on ne voit rien qui indique qu'une quelconque aide serait apportée aux communautés. Par contre, on constate que de contraintes, des complications et de la paperasse vont s'ajouter et nuire aux petites et moyennes entreprises. Lorsque le député dit vouloir aider les communautés et les localités canadiennes, je veux bien le croire, mais ce n'est vraiment pas ce que l'on comprend lorsqu'on lit le projet de loi. Je dis cela sous toute réserve car il s'agit de mon analyse, bien que ce soit aussi l'analyse de l'opposition.
Également, en parlant de retombées locales qui seraient bénéfiques pour les localités, le député a fait référence au village olympique de Vancouver. C'est l'un des plus gros projets qu'il y a eu au Canada depuis quelques années, et c'est loin d'être le genre de retombées locales dont parle notre collègue dans son projet de loi, comme des infrastructure, des ponts, et le reste. Le village olympique de Vancouver était un mégachantier avec de très grandes entreprises canadiennes qui sont très habituées à avoir un rendement important et à être très efficaces. Elles ont de bonnes relations avec le gouvernement et elles sont capables de respecter la date de tombée d'un projet comme celui des jeux olympiques.
Le village olympique de Vancouver était justement le pire exemple que le député pouvait utiliser pour démontrer que son projet de loi aurait des retombées locales, ou du moins qu'il aiderait les petites ou moyennes entreprises.
Le député a dit deux fois plutôt qu'une, et c'était l'objet de la question que je lui ai posée, que ce projet de loi allait réduire la paperasse, la bureaucratie et le remplissage de formulaires par les PME. Or c'est tout le contraire. L'objet spécifique de ce projet de loi est est de faire que, désormais, les PME devront remplir un formulaire pour le ministre; les retombées locales seront donc à la discrétion de ce dernier. L'objet même de ce projet de loi créera de la paperasse. C'est donc incroyable de dire que cela réduira la bureaucratie.
C'était mon introduction.
La semaine dernière, lors de mon discours sur le budget 2017, j'ai dit que la majorité des projets de loi libéraux qui nous sont présentés depuis deux ans sont mis en place pour favoriser des groupes d'intérêts particuliers.
Ces projets de loi ne visent pas à favoriser les Canadiens en général, c'est-à-dire, tous les Canadiens pris individuellement, mais plutôt à aider des groupes d'intérêts particuliers. Je trouve que le projet de loi C-344 est un bel exemple de cette habitude législative du gouvernement.
J'aimerais également rappeler l'origine du projet de loi. En effet, il a d'abord été présenté par l'actuel ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, comme projet de loi C-227. Lorsque ce député a été nommé au Conseil des ministres, le projet de loi a été retiré du Feuilleton parlementaire il y a quelques mois, pour y être réinscrit ultérieurement.
Le député affirmait que ce projet de loi était significatif, fondamental et nécessaire au Canada, afin que les localités puissent faire connaître leurs besoins compte tenu des retombées attendues d'un projet X, Y ou Z. Si c'est le cas, pourquoi ce projet de loi ne fait-il pas l'objet d'une préférence gouvernementale? Pourquoi ne s'agit-il pas d'un projet de loi d'initiative ministérielle?
Je comprends que cela ne fait pas partie du portefeuille du présent ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, mais pourquoi n'a-t-il pas mis ce projet de loi à l'avant-scène le plus rapidement possible? On aurait pu régler cela il y a quelques mois. Si c'était un projet de loi si efficace et si important, il aurait pu être adopté il y a plusieurs mois.
Le fait que les libéraux aient été contents de l'enlever du Feuilleton et de l'y remettre démontre qu'ils se sont probablement dit que de toute façon, ce n'était pas un projet de loi important, puisqu'il n'y a presque rien dedans. Ils se sont probablement dit qu'ils s'arrangeraient pour le donner à un député, afin que ce dernier puisse dire qu'il présente un projet de loi. Je comprends toute l'histoire. C'est quand même important de faire cela aussi, et c'est bien pour les députés, mais ce projet de loi va essentiellement nuire aux petites et moyennes entreprises.
Je vais entrer dans les aspects techniques du projet de loi avant qu'il ne soit trop tard. Nous, l'opposition, avons identifié certains problèmes. En effet, il n'y aucun critère dans ce projet de loi pour déterminer comment les petites et moyennes entreprises devront répondre au formulaire qui sera requis par le ministre. Il n'y a ni critères, ni directives, ni balises, ni corps dans ce projet de loi qui indiquent exactement de quelle manière les PME devront remplir le formulaire.
On ne sait même pas quels seront les critères, de quelle longueur sera le formulaire ni s'il faudra que des anthropologues et des sociologues évaluent, pièce par pièce, toutes les retombées du projet, que ce soit pour des questions environnementales, économiques ou sociales. De plus, on lit à l'alinéa 21.1(1) du projet de loi:
[...] et toutes autres retombées précisées par la population locale.
On peut s'entendre pour dire que cela pourrait avoir des conséquences très vastes sur ce qui pourrait être requis des petites et moyennes entreprises lorsqu'elles remplissent le formulaire. Je vais donner un exemple: si une localité décide d'évaluer les retombées locales en vertu d'un groupe historique quelconque, comme les Autochtones par exemple, cela va certainement prendre des anthropologues et des historiens. Peut-on imaginer qu'une petite ou moyenne entreprise, de Toronto, par exemple, d'où vient le député, soit obligée d'engager des anthropologues et des sociologues pour construire un pont? C'est complètement ridicule.
Il y a également le problème lié à la discrétion du ministre qui peut exiger ou non un formulaire qui explique les retombées. Il peut également le présenter au Parlement ou ne pas le présenter. C'est ce qui me fait dire que c'est un projet de loi plus ou moins sérieux, puisque cela peut être appliqué ou non, à la discrétion du ministre. En effet, le projet de loi stipule:
[...] À la demande du ministre, les parties contractantes lui présentent une évaluation précisant si les travaux ont généré des retombées locales.
Je vais terminer en disant que le pire, c'est que le ministre pourrait demander un rapport sur les retombées locales après que les soumissions aient été faites et après que la petite ou moyenne entreprise ait terminé les travaux. On sait pourtant qu'il faut absolument avoir, avant le début des travaux, une bonne idée des dépenses qui seront encourues par la partie contractante. Or on leur dit qu'après les travaux, elles devront peut-être satisfaire à d'autres exigences qui vont leur faire dépenser plus d'argent.
C'est vraiment un mauvais projet de loi dans sa forme actuelle. Il doit certainement être renvoyé en comité ou même enterré, parce que c'est de la paperasse, et qu'il ne contient aucune direction comme telle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-09 10:36 [p.12418]
Mr. Speaker, I thank the Parliamentary Secretary to the Minister of Finance for her speech. I am not sure that people in her riding of Moncton—Riverview—Dieppe are happy with the budget. Contrary to what she claims, this budget does not do anything for the ordinary Canadians who work hard every day and keep this country going. This budget helps the interest groups that make up the Liberal Party of Canada's electoral base.
I find it ironic that the parliamentary secretary thanked the Standing Senate Committee on National Finance for its hard work in analyzing the 2017 budget implementation bill, since it is quite likely that the other place will ask that the infrastructure bank provisions be removed from this omnibus bill. We have many questions and concerns about the infrastructure bank, questions that have gone unanswered during question period and in committee.
The infrastructure bank protects the investments of private investors to the detriment of Canadian taxpayers. That is ironic since private companies pride themselves on taking risks. Entrepreneurs are the ones who have the moxie to take risks. They have the expertise, the ideas, the innovate spirit, and the courage needed to do things that way. Canadians are already paying taxes to keep the country running. It is not their responsibility to protect private sector investments. That is one of the things that we find worrisome about this bill.
What is more, the government has taken $15 billion away from community infrastructure projects to fund this new bank, a measure that my colleague from Louis-Saint-Laurent has decried before. He has said that the communities in Quebec's regions will not get any support from the infrastructure bank because it deals only with projects worth over $100 million. Rimouski or Baie-Comeau cannot afford a $100-million arena.
In reality, this bank will serve only the interests of big cities and those that have been especially selected on the basis of the votes for the Liberal Party in 2015. That was my opening statement.
The parliamentary secretary to the Minister of Finance had the audacity to say that it was a budget for people, for Canadians, when it is the complete opposite. Bill C-44, like the 2016 budget, targets Liberal interest groups, “post-national” interest groups that have very specific goals and that resort to the Supreme Court to argue their political positions instead of going through the House. This time, they certainly have the government’s ear, and their political demands are being heard loud and clear, because this budget does nothing but meet their needs.
There is something else that makes me extremely uncomfortable. The title of the budget is “Building a Strong Middle Class”. What it should have been is “building a strong country for everyone”.
Of course we want a strong middle class; I understand that, but I put myself in the shoes of millions of Canadians who are going to look at their pay and wonder whether they belong to the middle class. It is an open secret in Canadian politics that the Liberal government always talks about the middle class because most people want to be able to feel that the middle class includes them, even if they may not really be part of it, based on their income. It is a trick, a catch-all, but people subconsciously hear that the Liberals are working for the members of one class only, and not for all Canadians.
In my opinion, Bill C-44, which would implement budget 2017, does not really reflect Canada’s structural needs, both current and future. It is a bill that amends certain measures and sprinkles money here and there. There is really no overarching vision when it comes to the direction the country is going in. It is really an ideological, vote-seeking budget plan. What it actually offers is deficits and highly targeted expenditures to please a few interest groups. I will name some of them. I note in passing that these interest groups have all the right in the world to exist, but they should be not be the priority in a budget. The priority should be all Canadians in general.
This budget focuses on NGOs, groups that generate media interest, various civil society groups, and academic elites—the number of research chairs has grown. All universities are receiving incredible amounts of money. That is fine for research, but here again, that is not what helps average Canadians.
Next are the urban and financial elites, the environmentalists, the “post-nationalists”, who pretend that there is no culture or common ground in Canada, that French Canadians do not exist, and that they are just one group among many.
Then there are the civil liberties groups. The groups of litigants who have been going to the Supreme Court since 1982 to get preferential rights, to circumvent the House, to get faster decisions that change the course of Canadian politics in their favour. There are the anti-globalists, the social engineers who think that by changing social policy they will be able to make things better. They are doing it for purely ideological reasons without really stopping to think about the potential consequences of their actions, which are based on a world view rather than on rational facts and most importantly on a desire to help all Canadians.
What I am essentially saying is that Bill C-44 does not meet Canada’s continental challenges, the North American challenges we face on the economic, military, and social fronts. The bill also fails to meet the international economic, military, social, and even environmental challenges we are facing.
Since the end of the 1990s, we have been living in a highly competitive world. More than ever, the west, including Canada, is slowing down. We are seeing the emergence of new world powers, the BRICS we all know about, namely Brazil, Russia, India, China, and South Africa. There is also Nigeria, with the largest population in Africa and an economy that is increasingly important in Africa and the world.
With their economic growth, their increasing military importance, and their now enormous populations—the countries I named easily represent half of the world’s population—these emerging countries want energy resources. In spite of what they may say in their speeches at the United Nations, they want cars, they want to be consumers, they want oil, they want to be mobile, and they want a western lifestyle. For the last 20 years, and this is certainly a good thing, we have seen a growing transfer of wealth from north to south. This is undoubtedly a consequence of the decolonization of the 1950s and 1960s. It is to be expected and it is a good thing.
However, we need a government like the previous Conservative government that understands international geopolitics and understands the major economic challenges that lie ahead. The economic crisis of 2007-08 was undeniably terrible and was perhaps the harbinger of other things to come.
There is a certain impoverishment happening in Canada, perhaps not so much for people, but in terms of infrastructure. For example, our icebreakers are completely obsolete, our highways in the Maritimes need repair, and our ports and airports should be updated, particularly Beauport 2020 in Quebec City, which really needs investments.
Sometimes I get the impression that Canada does not realize that it is losing ground in terms of its international role as an economic and diplomatic driver.
There is also the North American context. The United States is suffering from the emergence of the BRICS countries. That is one of the reasons why the current president was elected. Americans are extremely worried because 20 million people are unemployed in the U.S. Isolationism is taking hold again. The media talks about this as though it were a new phenomenon, but on the contrary, isolationism re-emerges in the U.S. roughly every 50 years.
In this isolationist context, there will be major tax cuts in the United States for businesses and individuals. This political context is reactionary on economic, social, military, and diplomatic levels. It is not up to us to decide whether this is good or bad. The Americans will develop their economic isolationism.
I see that in Bill C-44, which would implement budget 2017, the Liberal government does not seem to explain how we are going to deal with this new North American reality or how we are going to make sure that Canadian companies are competitive in the face of American isolationism and a less porous border that allows for less trade. Trade between Canada and the United States is worth $2 billion a day, so that is pretty significant. These isolationist American reactions, which will last at least three years and a few months, are going to have very significant effects on Canada, but we are not hearing the Liberals talk about this.
We are also seeing a Canadian context taking shape before our eyes. The economic health of the federation has been going downhill for two years. For example, we are astonished to see that the Liberals never talk about the significant loss of economic growth in Alberta and the major job losses for Albertans. They also do not talk about the employment problems in the Atlantic provinces. They do not talk about the importance of Montreal and Quebec City. Simply put, we are not hearing them really talk about the role of each province in our country’s economic unity.
For example, we have been telling them for several months now that it is incomprehensible that there is no free trade between the provinces in Canada, when it is right there in the Constitution. That is why we have asked them to make a reference to the Supreme Court to have the judges interpret the Constitution as it is written, and give us a definitive judgment that sets out, in black and white, that we should have free trade among the provinces. That would certainly help our businesses everywhere in Canada.
There is a real need to complete major projects for the next 100 years. Once again, this budget tell us about building a strong middle class, but it does not contain any major projects that will ensure there will be even more wealth creation in 50 years. All the interest groups that the Liberals favour in their platform and their budget are systematically opposed to any long-term major projects.
I always like to take the example of the premier of Quebec, Mr. Bourassa, who created gigantic hydro-electric projects in the 1970s, dams such as had never been seen in the history of humanity. Recently, the record was topped by a dam in China, but until very recently, we had the biggest dams in the world in Quebec. That means that today, we in Canada and Quebec are the ones who pay the lowest prices for electricity. That is one of the few things that we pay the lowest prices for, but because of that, we have a healthy welfare state in Quebec and services that are overall quite adequate.
What is there in Canada at present, however, that guarantees that in 50 years—I will still be here if I am lucky—our children and grandchildren will enjoy rising wealth? There is nothing in this bill that guarantees us that, because it focuses only on the present moment and aims simply to please vote-getting groups that make up the Liberal voting base, which is slowly but surely crumbling.
According to my own and my Conservative colleagues’ analysis, Bill C-44 shows that the Liberals are working for the financial elite of the infrastructure bank of Canada and the social elites who want to make major policy changes, not to create jobs, but to suit their own world view. There is nothing there for working people, however. That is why the Conservative opposition has a moral and political obligation to be the voice of taxpayers in the House.
As I said in the House yesterday, we might be better off talking about the responsibilities of citizenship, the Canadian Armed Forces, and how we can serve our country. Instead, we have no choice but to talk about the importance of lowering taxes and creating jobs because those two things are in peril under this government.
Taxes keep going up. This year alone, Canadians' tax burden is going up by nearly $5 billion. That includes taxes on public transit, carpooling, beer and wine, also known as the Friday and Saturday night tax, medication, child care, small business owners, oil and gas companies, which represent millions of jobs in Canada, and tourism. That is a very long list of taxes, and the government is breaking one promise after another.
Worse still is the $29-billion deficit, which has nothing to do with economic conditions. Unlike the deficit at the time of the 2007-08 economic crisis, this deficit has nothing to do with a need to stimulate the economy and create jobs. This deficit exists because the government wanted its budget to cater to the needs of the interest groups I mentioned at the beginning of my speech. Plus, these deficits have no end date.
This is the first time that we have a Canadian finance minister who is incapable of answering a simple question: when does he plan to eliminate Canada's fiscal deficit? Will it be in 2017, 2018, 2020, 2030, or 2040? He has no idea. He does not take the economy as seriously as he should.
It is important to remind Canadians that the deficit has exploded over the past two years. Through words and actions alike, the Liberal government is creating budgets to take money away from taxpayers and spread it around to certain special interest groups, rather than all Canadians. The government is trying to divide Canadians by saying that it is working for the middle class, and not for everyone else. It has no overall vision for Canada, particularly when it comes to continental and international challenges. In addition, it keeps introducing outdated bills in the House, like the one to raise the salary of ministers of state.
They should be focusing on more important matters. I am sure you are also concerned about this, Mr. Speaker, but you can rest assured. Until 2019, we will continue to stand up for Canadian taxpayers every day, until midnight if necessary, and we will make sure that this government does not win another term, so that 60 years from now, Canada will not reflect this terrible mismanagement.
Monsieur le Président, je remercie la secrétaire parlementaire du ministre des Finances de son discours. Je ne suis pas certain que les résidants de sa circonscription, Moncton—Riverview—Dieppe, sont contents du budget. En effet, ce budget, à l'opposé de ce qu'elle prétend, n'accorde pas l'attention aux Canadiens ordinaires qui font vivre ce pays et qui travaillent fort tous les jours. Ce budget aide les groupes d'intérêts qui forment la base électorale du Parti libéral du Canada.
J'ai trouvé ironique que la secrétaire parlementaire remercie le Comité sénatorial permanent des finances nationales pour son travail minutieux lors d'une analyse de la loi qui met en oeuvre le budget de 2017. Il est fort probable que l'autre Chambre demande que les dispositions relatives à la Banque de l'infrastructure soient retirées de ce projet de loi omnibus. Nous avons de nombreuses préoccupations et des questions par rapport à la Banque de l'infrastructure, questions qui restent sans réponse pendant la période des questions orales ainsi que dans les divers comités de la Chambre des communes.
La Banque de l'infrastructure est une machination pour protéger les investissements des investisseurs privés au détriment des contribuables du Canada. C'est paradoxal quand on pense que l'une des fiertés de l'entreprise privée est de prendre des risques. Ce sont les entrepreneurs qui ont les reins assez solides pour prendre des risques, ils ont l'expertise, les idées, l'esprit innovateur et le courage nécessaires pour faire les choses de cette manière. Les Canadiens paient déjà des impôts pour faire fonctionner l'État canadien, et ce n'est pas leur rôle de protéger les investissements du secteur privé. C'est l'une des questions qui nous préoccupent.
Par ailleurs, le gouvernement a retiré 15 milliards de dollars des projets d'infrastructure communautaires pour financer cette nouvelle banque, mesure que déplore mon collègue de Louis-Saint-Laurent. Il spécifie que les communautés des régions du Québec ne bénéficieront pas du soutien de la Banque de l'infrastructure, parce qu'elle ne s'occupe pas des projets de moins de 100 millions de dollars. Ce n'est pas à Rimouski ni à Baie-Comeau que l'on trouvera un aréna de 100 millions de dollars.
En réalité, cette banque ne servira que les intérêts des grandes Villes et des Villes judicieusement sélectionnées selon les votes obtenus en 2015. Voilà, c'était mon introduction.
La secrétaire parlementaire du ministre des Finances a osé dire que c'était un budget pour les gens, pour le peuple, alors que c'est tout à fait le contraire. Le projet de loi C-44, tout comme le budget de 2016, cible des groupes d'intérêts libéraux, des groupes d'intérêt « postnational » qui ont des visées concrètes et qui passent par la Cour suprême pour faire valoir leurs propositions politiques au lieu de passer par la Chambre. Cette fois-ci, ils ont certainement l'oreille et l'écoute du gouvernement, et leurs revendications politiques se font bien entendre, puisque le budget ne répond qu'à leurs besoins.
Un autre élément me met extrêmement mal à l'aise. Le titre du budget est « Bâtir une classe moyenne forte ». Or il aurait dû être « Bâtir un pays fort pour tous ».
Bien sûr, on veut une classe moyenne forte, je le comprends, mais je me mets à la place de millions de Canadiens qui vont considérer leur salaire et se demander s'ils font partie de la classe moyenne. C'est un secret de Polichinelle, en politique canadienne, que le gouvernement libéral mentionne toujours la classe moyenne parce que la plupart des gens veulent pouvoir se sentir inclus dans la classe moyenne, même s'ils n'en font pas nécessairement partie selon leur revenu. C'est une astuce, un concept fourre-tout, mais les gens entendent inconsciemment que les libéraux travaillent pour les membres d'une seule classe et pas pour tous les Canadiens.
Le projet de loi C-44, Loi d'exécution du budget de 2017, ne correspond vraiment pas, selon moi, aux besoins structurels du Canada, tant actuels qu'ultérieurs. C'est un projet de loi qui vise à modifier certaines mesures et à envoyer de l'argent ici et là. Il n'y a pas vraiment de vision supérieure en ce qui concerne la direction que prend le pays. C'est vraiment un plan budgétaire idéologique et électoraliste. Ce sont des déficits et des dépense qui sont vraiment ciblés pour conforter plusieurs groupes d'intérêt. Je vais en nommer quelques uns. En passant, ces groupes d'intérêt ont tous les droits au monde d'exister, mais ce ne sont pas eux qui devraient constituer la priorité d'un budget. Cela devrait être tous les Canadiens en général.
Dans ce budget, on cible donc les ONG, les groupes d'intérêt médiatiques, divers groupes de la société civile, les élites universitaires — les chaires de recherche ont augmenté. Toutes les universités reçoivent des montants incroyables. C'est bien pour la recherche, mais encore une fois, ce n'est pas cela qui aide les Canadiens moyens.
Ensuite, il y a les élites urbaines et financières, les environnementalistes, les « postnationalistes » qui font semblant qu'au Canada il n'y a pas de culture ni de fond commun, que les Canadiens français n'existent pas et qu'il s'agit d'un groupe parmi tant d'autres.
Puis, il y a les groupes de liberté civile. Les groupes de litigants, ceux qui depuis 1982 vont à la Cour suprême pour obtenir des droits préférentiels, pour contourner la Chambre, pour obtenir plus rapidement des décisions qui changent le cours de la politique canadienne en leur faveur. Il y a les altermondialistes, les ingénieurs sociaux qui pensent qu'en changeant certaines politiques sociales on va pouvoir améliorer certaines choses. Ils le font d'une manière strictement idéologique sans vraiment s'attarder aux conséquences potentielles de leurs actions qui sont basées sur une vision du monde plutôt que sur des faits rationnels et surtout sur la volonté d'aider tous les Canadiens.
L'essentiel de mon propos est que le projet de loi C-44 ne répond pas aux défis continentaux du Canada, aux défis nord-américains qui sont à la fois économiques, militaires et sociaux. Il ne répond pas non plus aux défis internationaux économiques, militaires, sociaux et même environnementaux.
Depuis la fin des années 1990, nous sommes dans un contexte mondial de forte compétitivité. Plus que jamais, l'Occident, dont le Canada, est en perte de vitesse. Nous sommes devant l'émergence de nouvelles puissances mondiales, les fameux pays BRICS —  le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud. Il y a aussi le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, dont l'économie est de plus en plus importante en Afrique et dans le monde.
Avec leur croissance économique, leur importance miliaire grandissante et leur population qui est gigantesque — les pays que j'ai nommés représentent facilement la moitié de la population mondiale —, ces pays émergents veulent des ressources énergétiques. Malgré les discours qu'ils peuvent tenir à l'ONU, ils veulent des voitures, ils veulent consommer, ils veulent du pétrole, ils veulent se mouvoir, ils veulent un style de vie occidental. Depuis les 20 dernières années, nous avons vu, et c'est certainement louable, un transfert accru de la richesse du Nord vers le Sud. C'est sans doute une conséquence de la décolonisation des années 1950 et 1960. C'est normal et c'est bien.
Toutefois, cela nous prend un gouvernement comme le gouvernement conservateur précédent qui comprend la géopolitique internationale, qui comprend les importants défis économiques qui sont devant nous. La crise économique de 2007-2008 était sans contredit terrible et était peut-être l'annonce d'autres choses à venir plus tard.
Il y a un certain appauvrissement au Canada, peut-être pas tant au sein de la population, mais sur le plan des infrastructures. Par exemple, nos brise-glaces sont complètement désuets, nos routes dans les Maritimes ont besoin de réfection, nos ports ainsi que nos aéroports devraient être mis à niveau, notamment Beauport 2020 à Québec qui a vraiment besoin d'investissements.
J'ai parfois l'impression que le Canada ne comprend pas qu'il perd de la vitesse en ce qui a trait à son rôle international de force motrice économique et diplomatique.
Il y a également le contexte nord-américain. Les États-Unis sont aussi victimes de l'émergence des pays du BRICS. C'est notamment pourquoi le président actuel a été élu. Les Américains sont extrêmement préoccupés, car 20 millions de personnes sont sans emploi aux États-Unis. Ils tombent donc à nouveau dans un contexte isolationniste. Les médias en parlent comme si c'était un nouveau phénomène, alors qu'au contraire, aux États-Unis, l'isolationnisme revient environ tous les 50 ans.
Dans ce contexte isolationniste, il y aura des baisses de taxes importantes aux États-Unis pour les entreprises et les Américains. C'est un contexte politique réactionnaire, que ce soit sur le plan économique, social, militaire ou diplomatique. Ce n'est pas à nous de juger si c'est bon ou pas. Les Américains vont développer leur isolationnisme économique.
Je constate que le gouvernement libéral, dans son projet de loi C-44 de mise en oeuvre du budget de 2017, ne semble pas expliquer comment nous allons composer avec cette nouvelle réalité nord-américaine ni comment nous allons nous assurer que les entreprises canadiennes seront compétitives devant un isolationnisme américain et une frontière moins poreuse qui permet moins d'échanges. Les échanges entre le Canada et les États-Unis sont d'une valeur de 2 milliards de dollars par jour, alors elles sont tout de même importantes. Ces réactions isolationnistes américaines, qui dureront au moins trois ans et quelques mois, auront des effets très importants sur le Canada, mais on n'entend jamais les libéraux nous en parler.
Nous voyons également un contexte canadien se façonner devant nous. L'état économique de la fédération se détériore depuis deux ans. Par exemple, on constate avec stupéfaction que les libéraux ne parlent jamais de la perte de croissance économique importante en Alberta et des pertes d'emplois importantes pour les Albertains. Ils ne parlent pas non plus des problèmes d'emploi dans les provinces de l'Atlantique. Ils ne parlent pas de l'importance de Montréal et de Québec. Bref, on ne les entend pas vraiment parler du rôle de chaque province dans l'unité économique de notre pays.
Par exemple, nous leur disons depuis plusieurs mois qu'il est incompréhensible qu'au Canada, on ne puisse pas faire de libre-échange entre les provinces, alors que c'est bel et bien inscrit dans la Constitution. Pour cette raison, nous leur avons demandé de faire un renvoi à la Cour suprême afin que ses juges interprètent la Constitution telle qu'elle est écrite, et ce, de façon définitive, et nous renvoient un jugement qui stipule noir sur blanc que le libre-échange entre les provinces devrait avoir cours. Cela aiderait certainement nos entreprises partout au pays.
Il y a vraiment une nécessité de compléter des projets d'envergure pour les 100 prochaines années. Encore une fois, ce budget nous parle de bâtir une classe moyenne forte, mais il ne prévoit aucun projet d'envergure pour s'assurer que, dans 50 ans, il y aura une création de richesse encore plus grande. Tous les groupes d'intérêt que les libéraux favorisent dans leur plateforme et dans leur budget s'opposent systématiquement à tout projet d'envergure à long terme.
J'aime toujours prendre l'exemple du premier ministre du Québec M. Bourassa, qui, dans les années 1970, a mis en place des projets hydroélectriques gigantesques, des barrages comme on n'en avait jamais vus dans l'histoire de l'humanité. Récemment, un barrage en Chine a battu le record, mais jusqu'à tout récemment, nous avions les plus grands barrages au monde au Québec. Ainsi, aujourd'hui, au Canada et au Québec, nous sommes ceux qui payons le moins cher pour l'électricité. C'est bien l'une des seules choses pour lesquelles nous payons le moins cher, mais grâce à cela, nous avons au Québec un État-providence en santé et des services somme toute adéquats.
Toutefois, qu'est-ce qu'il y a au Canada, en ce moment, qui garantit que, dans 50 ans — j'y serai encore si j'ai de la chance —, nos enfants et nos petits-enfants profiteront d'une richesse grandissante? Il n'y a rien dans ce projet de loi qui nous le garantisse, car il ne s'attarde qu'à l'instant présent et ne vise qu'à conforter des groupes électoralistes qui forment la base du vote libéral, qui s'effrite lentement, mais sûrement.
Selon mon analyse et celle de mes collègues conservateurs, le projet de loi C-44 démontre que les libéraux travaillent pour l'élite financière de la Banque de l'infrastructure du Canada et les élites sociales qui veulent apporter des changements politiques d'envergure, et ce, pas pour créer des emplois, mais pour qu'ils siéent à leur vision du monde. Toutefois, il n'y a rien pour les travailleurs. C'est la raison pour laquelle l'opposition conservatrice a l'obligation morale et politique d'être la voix des contribuables à la Chambre.
Comme je l'ai dit à la Chambre hier, il serait peut-être plus intéressant de parler des devoirs des citoyens, des Forces armées canadiennes et des façons dont on peut servir notre patrie. Toutefois, au contraire, nous sommes obligés de parler de l'importance de diminuer les taxes et de créer des emplois, car sous ce gouvernement, ces deux choses sont en danger.
Les taxes ne cessent d'augmenter. Cette année seulement, le fardeau fiscal des Canadiens augmente de près de 5 milliards de dollars, que ce soit pour le transport en commun, pour le covoiturage, pour la bière et le vin, soit la taxe du vendredi et du samedi soir, pour la taxe sur les médicaments, pour la garde d'enfants, pour les propriétaires de petites entreprises, pour les entreprises pétrolières et gazières, qui représentent des millions d'emplois au Canada, ou pour la taxe sur le tourisme. Bref, il y a une panoplie de taxes et le gouvernement rompt ses promesses les unes après les autres.
Pire encore, le déficit est de 29 milliards de dollars, et ce n'est pas un déficit conjoncturel. Il n'est pas dû à la nécessité de relancer l'économie et de créer des emplois, comme c'était le cas lors de la crise économique de 2007-2008. Ces déficits sont engendrés dans le but d'avoir un budget qui répond aux besoins des divers groupes d'intérêt dont j'ai parlé au début de mon discours. De plus, ces déficits n'ont aucune date butoir.
C'est la première fois que le ministre des Finances du Canada est incapable de répondre à la simple question qu'on lui pose: quand prévoit-il mettre fin au déficit financier canadien? Est-ce en 2017, en 2018, en 2020, en 2030 ou en 2040? Il ne peut pas répondre. Il ne prend pas au sérieux l'économie plus qu'il ne le faut.
Bref, il est important de rappeler aux Canadiens qu'on assiste depuis deux ans à une explosion du déficit. Par ses paroles et ses actions, le gouvernement libéral crée des budgets afin de s'approprier l'argent des contribuables et de le redistribuer de façon à favoriser les intérêts de groupes particuliers et non ceux de tous les Canadiens. Le gouvernement veut diviser les Canadiens en disant qu'il travaille pour la classe moyenne et non pour les autres. Il n'a pas de vision globale pour le Canada, notamment en ce qui concerne les défis continentaux et internationaux. Par ailleurs, il ne cesse de présenter à la Chambre des projets de loi moribonds, comme celui qui vise à augmenter le salaire des ministres d'État.
On devrait s'attarder à des choses beaucoup plus importantes. Je suis certain que cela vous préoccupe également, monsieur le Président, mais soyez rassuré: jusqu'en 2019, nous allons défendre les contribuables canadiens tous les jours, jusqu'à minuit s'il le faut, et nous allons nous assurer que ce gouvernement n'aura pas plus qu'un mandat, afin que, dans 60 ans, ce pays ne soit pas le reflet de cette gestion terrible.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-05-11 12:28 [p.11071]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
Out of the $120 billion promised and planned by his government after the election, how much, to date, has been taken out of the treasury to be invested in infrastructure? To my knowledge, it is almost nothing.
How is the infrastructure bank going to make sure that the $120 billion promised for infrastructure is distributed to the various projects as quickly as possible?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Sur les 120 milliards de dollars promis et prévus par son gouvernement après les élections, combien, jusqu'à maintenant, sont déjà sortis des coffres pour être investis dans les infrastructures? À ma connaissance, c'est presque rien.
En quoi la Banque de l'infrastructure va-t-elle faire en sorte que les 120 milliards de dollars promis pour les infrastructures seront distribués plus rapidement aux divers projets?
Results: 1 - 15 of 21 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|