Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-06-12 18:20 [p.29026]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House. As usual, I want to say hello to all the residents of Beauport—Limoilou who are watching right now. I had the honour of meeting thousands of them last weekend at the Grand bazar du Vieux-Limoilou, where I had a booth, as the local member of Parliament. It was a fantastic outdoor party, and the weather co-operated beautifully.
Before I discuss the motion, I just want the people of Beauport—Limoilou to know that we will have plenty of opportunities to meet this summer at all the events and festivals being held in Beauport and Limoilou. As usual, I will be holding my annual summer party in August, where thousands of people come to meet me. We often eat hot dogs, chips and popcorn from Île d'Orléans together. It is a chance for me to get to know my constituents, talk about the issues affecting the riding, and share information about the services that my office can provide to Canadians dealing with the federal government.
I also want to say that this may be the last speech I give in the House during the 42nd Parliament. It was a huge honour to be here, and I hope to again have that honour after election day, October 21.
I plan to run in the upcoming election and I hope to represent my constituents for a long time to come. I am extremely proud of the work I have done over the past four years, including the work I did in my riding, on my portfolio, Canada's official languages, and during debates.
I am asking my constituents to do me a favour and put their trust in me for another four years. I will be here every day to serve them.
Today we are debating Motion No. 227, a Liberal motion to conduct a study in committee. It is commendable to do a study at the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities. This is a very important House of Commons committee. A Liberal Party MP is proposing to conduct a study on labour shortages in the skilled trades in Canada.
As soon as I saw that I wanted to say a few words about this motion. Whether it be in Quebec City, Regina, Nanaimo, or elsewhere in Canada, there is a crisis right now. The labour shortage will affect us quite quickly.
We have heard that, a few years from now, the greater Quebec City area will need an additional 150,000 workers. This remarkable shortage will be the result of baby boomers retiring. Baby boomers, including my parents, will enjoy a well-deserved retirement. This is a very important issue, and we must address it.
I would like to remind the House that, in January, February and March, I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour about the serious labour shortage problem in Canada. Each time, she made a mockery of my question by saying that the Liberals had created 600,000 new jobs. Today, they say one million.
I am glad that this motion was moved, but it is more or less an exercise in virtue signalling. Actually, it is more of an exercise in public communications, although I am not questioning my colleague's sincere wish to look into the issue. In six or seven days, the 42nd Parliament will be dissolved. Well, the House will adjourn. Parliament will be dissolved in a few months, before the election.
My colleague's committee will not be able to study the motion. My colleagues and I on the Standing Committee on Official Languages are finishing our study of the modernization of the Official Languages Act. We decided that we would finalize our recommendations tomorrow at noon, to ensure that we are able to table the report from the Standing Committee on Official Languages in the House.
In essence, this is a public communications exercise, since the committee will not be able to study the issue. However, I think it would be good to talk about the labour shortages in the skilled trades with the Canadians who are watching us. What are skilled trades? We are talking about hairdressers, landscapers, cabinetmakers, electricians, machinists, mechanics, and crane or other equipment operators. Skilled trades also include painters, plumbers, welders and technicians.
I will explain why the labour shortage in the skilled trades is worrisome. When people take a good look around they soon realize that these trades are very important. Skilled tradespeople build everything around us, such as highways, overpasses, waterworks, subways, transportation systems like the future Quebec streetcar line that we have talked about a lot lately, the railroads that cross the country, skyscrapers in major cities like Montreal, Toronto and Vancouver, factories in rural areas, tractors, equipment and the canals of the St. Lawrence Seaway, which were built in the 1950s.
China, India and the United States are making huge investments in infrastructure. For example, in recent years, the U.S. government did not flinch at investing $5 billion to improve the infrastructure of the Port of New York and New Jersey, which was built by men and women in the trades. In Quebec, we are still waiting for the Liberals to approve a small $60-million envelope for the Beauport 2020 project, now called the Laurentia project, which will ensure the shipping competitiveness of the St. Lawrence for years to come.
There has been a lack of infrastructure investment in Canada. The Liberals like to say that their infrastructure Canada plan is historic, but only $14 billion of the $190 billion announced have actually been allocated. That is not all. Even if the Liberals were releasing the funds and making massive investments to surpass other G20 and G7 countries, the world's largest economies, they would not be able to deliver on their incredible projects without skilled labour. Consider this: even Nigeria, with a population of 200 million, is catching up with us when it comes to infrastructure investments.
It is about time that we, as legislators, dealt with this issue, but clearly that is not what the Liberals have been doing over the past few years, although I have heard some members talk about a few initiatives here and there in some provinces. The announcement of this study is late in coming.
I would also remind the House that this is a provincial jurisdiction, given that provincial regulations govern the training of skilled workers. That said, the federal government can still be helpful by implementing various measures through federal transfers, such as apprenticeship grants and loans, tax credits and job training programs. This all requires a smooth, harmonious relationship between the provinces and the federal government. Not only do the political players have to get along well, but so do the politicians themselves.
If, God forbid, the Liberals get another four-year term in office, taxes will increase dramatically, since they will want to make up for the huge deficits they racked up over the past four years. In 2016, they imposed conditions on health transfers. Then, they rushed ahead with the legalization of marijuana even though the provinces wanted more time. Then, they imposed the carbon tax on provinces like New Brunswick, which had already closed a number of coal-fired plants and significantly reduced its greenhouse gas emissions. The Liberals said that they still considered the province to be an offender and imposed the Liberal carbon tax. Finally, today, they are rushing through the study of Bill C-69, which seeks to implement regulations that are far too rigid and that will interfere with the development of natural resources in various provinces, even though six premiers have stated that this bill will stifle their local economies.
How can we hope that this government will collaborate to come to an agreement seeking to address skilled trades shortages when it has such a poor track record on intergovernmental relations?
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre. Comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent présentement. Nous avons eu l’honneur de nous rencontrer, par milliers, en fin de semaine, au Grand bazar du Vieux-Limoilou, où j'avais un kiosque, en tant que député. C’était une très belle fête à l’extérieur, et le beau temps était présent.
Avant de discuter de la motion, j’aimerais dire aux citoyens de Beauport—Limoilou que nous pourrons nous rencontrer tout au long de l'été, lors des activités ou des festivals qui se tiendront à Beauport ou à Limoilou. Comme chaque année, je vais tenir, au mois d’août, la Fête de l’été du député, où plusieurs milliers de personnes viennent me rencontrer. Souvent, nous dégustons ensemble des hot dogs, des croustilles et du blé d’Inde de l’île d’Orléans. C’est pour nous une chance de nous rencontrer, de discuter des enjeux de la circonscription et de faire part des services que mon bureau peut donner en ce qui a trait au gouvernement fédéral.
J’aimerais dire qu'il s'agit peut-être du dernier discours que je prononcerai à la Chambre lors de la 42e législature. Ce fut un honneur incroyable d'être ici, et je voudrais voir cet honneur renouvelé le 21 octobre prochain, le jour de l'élection.
J’ai l’intention de présenter ma candidature lors des prochaines élections, et j'espère représenter mes concitoyens encore très longtemps. Je suis extrêmement fier du travail que j’ai fait au cours des quatre dernières années, que ce soit le travail que j'ai fait dans ma circonscription, le travail relatif à mon portefeuille, les langues officielles du Canada, ou le travail que j'ai fait lors des débats.
Je demande donc à mes concitoyens de me faire une faveur, soit celle de me faire confiance pour quatre autres années. Je serai présent tous les jours pour les servir.
Aujourd’hui, nous débattons de la motion M-227, une tentative libérale visant à faire une étude en comité. C’est quand même louable de faire une étude au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées. Il s'agit d'un comité fort important de la Chambre des communes. Un député du Parti libéral propose de mener une étude sur la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés au Canada.
Dès que j’ai vu cela, j’ai voulu parler un peu de cette motion. Que ce soit à Québec, à Regina, à Nanaimo ou ailleurs au Canada, il y a une crise en ce moment. La pénurie de main-d’œuvre nous touchera assez rapidement.
On dit que, d’ici quelques années, il manquera 150 000 travailleurs dans la grande région de Québec. Cela est dû à un phénomène assez incroyable: les baby-boomers ont pris leur retraite. En effet, les baby-boomers, y compris mes parents, partent à la retraite, une retraite bien méritée. C’est donc un enjeu très important, et il faut s’y attarder.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler que, en janvier, en février et en mars, j’ai posé quelques questions à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Je lui disais qu’il y avait un grave problème de pénurie de main-d’œuvre au Canada. Chaque fois, elle tournait ma question en dérision en disant que les libéraux avaient créé 600 000 emplois. Aujourd’hui, ils disent en avoir créé 1 million.
Je suis content que la motion ait été déposée, mais il s'agit davantage d'un geste vertueux que d’autre chose. En fait, il s'agit davantage d'un exercice public de communication, bien que je ne remette pas en question le fait que mon collègue souhaite vraiment aborder le problème. Dans six ou sept jours, la 42e législature sera dissoute. En fait, la Chambre va s'ajourner. Pour ce qui est de la dissolution, elle aura lieu dans quelques mois, lors des élections.
Le comité auquel siège mon collègue ne pourra pas faire l'étude de la motion. Nous, les députés qui siégeons au Comité permanent des langues officielles, terminons notre étude sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous nous sommes dit que nous terminerions nos recommandations demain, à midi, pour nous assurer de pouvoir déposer à la Chambre le rapport du Comité permanent des langues officielles.
Bref, il s'agit d'un exercice de communication publique, car le comité ne pourra pas se pencher sur la question. Toutefois, je trouve que ce serait bien de parler de la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés aux Canadiens qui nous écoutent. Que sont les métiers spécialisés? Il s’agit du coiffeur, du paysagiste, de l’ébéniste, de l’électricien, du machiniste, du mécanicien, de l’opérateur d’équipement, comme les grues. Ce dernier est un emploi incroyable. Ce n’est pas facile d'obtenir un emploi d’opérateur de grue. Il s'agit aussi du peintre, du plombier, du soudeur et du technicien.
Je vais expliquer pourquoi la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés est inquiétante. Si les citoyens regardent autour d'eux, ils réaliseront que ces métiers sont essentiels. Ce sont ces travailleurs qui font tout ce qui nous entoure: les autoroutes, les viaducs, les aqueducs, les métros, les réseaux de transport structurants, comme le futur tramway de Québec, dont nous parlons beaucoup dernièrement, les chemins de fer qui traversent le pays, les gratte-ciels dans les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver, les usines en région rurale, les tracteurs, les machines, les canaux de la voie maritime du Saint-Laurent, qui ont été construits dans les années 1950, etc.
En Chine, en Inde et aux États-Unis, les investissements en infrastructure sont énormes. Par exemple, dans les dernières années, le gouvernement américain n'a pas rechigné une seconde à investir 5 milliards de dollars pour améliorer les infrastructures du port de New York et du New Jersey, qui a été construit par des hommes et des femmes des corps de métiers spécialisés. De notre côté, à Québec, nous attendons toujours que les libéraux confirment une petite enveloppe de 60 millions de dollars pour le projet Beauport 2020, qui s'appelle aujourd'hui le projet Laurentia et qui vise à assurer la compétitivité maritime du fleuve Saint-Laurent dans les années à venir.
Il y a donc un manque d'investissement dans les infrastructures canadiennes. Les libéraux aiment dire que le projet d'Infrastructure Canada est historique, mais seulement 14 milliards des 190 milliards de dollars annoncés ont été dégagés. Cependant, ce n'est pas tout. Même si les libéraux débloquaient l'argent et faisaient des investissements massifs pour dépasser les autres pays du G20 et du G7, les grandes économies mondiales, ils ne pourraient pas concrétiser leurs projets incroyables sans main-d’œuvre spécialisée. D'ailleurs, au chapitre des investissements en infrastructure, même le Nigeria, qui a 200 millions d'habitants, est en train de nous rattraper.
Il est donc temps que nous, les législateurs, nous attardions à cette question, mais de toute évidence, ce n'est pas ce que les libéraux ont fait au cours des dernières années, même si j'ai entendu parler de certaines mesures saupoudrées d'une province à l'autre. L'annonce de cette étude est tardive.
Par ailleurs, rappelons que cette question relève de la compétence provinciale, puisque c'est la réglementation provinciale qui encadre la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Cela dit, le gouvernement fédéral peut quand même être utile en mettant en place différentes mesures par l'entremise des transferts fédéraux, comme des subventions et des prêts aux apprentis, des crédits d'impôt et des programmes de formation de la main-d’œuvre. Tout cela nécessite une relation harmonieuse entre les provinces et le gouvernement fédéral. Non seulement les acteurs politiques doivent bien s'entendre, mais les politiciens eux-mêmes aussi.
Si, par grand malheur, les libéraux obtiennent un autre mandat de quatre ans, les impôts et les taxes vont augmenter considérablement, puisqu'ils voudront combler les grands déficits qu'ils ont accumulés depuis quatre ans. En 2016, ils ont imposé des conditions concernant les transferts en santé. Ensuite, ils ont précipité la légalisation de la marijuana, alors que les provinces voulaient plus de temps. Puis, ils ont imposé la taxe sur le carbone à des provinces comme le Nouveau-Brunswick, qui avait fermé plusieurs centrales au charbon et qui avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre substantiellement. Les libéraux lui ont dit qu'ils le considéraient toujours comme un délinquant et qu'il lui imposait la taxe libérale sur le carbone. Finalement, aujourd'hui, ils précipitent l'étude du projet de loi C-69, qui vise à mettre en œuvre une réglementation beaucoup trop rigide qui empêchera l'exploitation des ressources naturelles dans différentes provinces, alors que six premiers ministres ont affirmé que cela suffoquerait leur économie locale.
Comment peut-on espérer que ce gouvernement collabore pour arriver à une entente afin de pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés, lorsqu'on constate que son bilan en matière de relations intergouvernementales est complètement médiocre?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:27 [p.24989]
Madam Speaker, I am very pleased to rise here in the new House of Commons. Looking down, it feels like we are in the old chamber, but looking up, that is clearly not the case. It is certainly a lot brighter here than in the old chamber, so bright that it is difficult to look up at the sky.
I am honoured to rise on behalf of the 100,000 people of my riding, Beauport—Limoilou. Now that it is 2019, we are slowly but surely gearing up for an election campaign. Personally, I intend to be re-elected, if my constituents would once again do me the honour, but since we can neither know what fate has in store nor determine the outcome, I will, of course, work very hard. For that reason, I am savouring this honour and this opportunity to speak here for yet another parliamentary session.
Today, I would like to clarify something very important for the people of my riding. This morning, the member for Carleton moved a motion in the House of Commons, a fairly simple motion that reads as follows:
That, given the Prime Minister broke his promise to eliminate the deficit this year and that perpetual and growing deficits lead to massive tax increases, the House call on the Prime Minister to table a plan in Budget 2019 to eliminate the deficit quickly with a written commitment that he will never raise taxes of any kind.
My constituents may find it rather strange to ask a Prime Minister to promise not to raise taxes after the next election, if he is re-elected. He might even raise taxes before the election. After all, the Liberals tried to raise taxes many times over the past three years. I will say more about that in my speech. However, we are asking the Prime Minister to make this promise because we see that public finances are in total disarray.
In addition, the Prime Minister has broken several of the key promises he made to Canadians and Quebeckers. Some of them were national in scope. For example, he promised to return to a balanced budget by 2019, which did not happen. Instead, our deficit is nearly $30 billion. The budget the Liberals presented a few months ago forecast an $18-billion deficit, but according to the Office of the Parliamentary Budget Officer—an institution that forces the government to be more transparent to Canadians and that was created by Mr. Harper, a great Prime Minister—the deficit would actually be around $29 billion instead of $18 billion.
The Prime Minister quite shamelessly broke his promise to rebalance the budget, since this is the first time in the history of Canada that a government has racked up a deficit outside of a war or serious economic crisis. There was a big economic recession when the Conservatives were in power between 2008 and 2012.
I like to remind Canadians who may be listening to us that accountability is a key part of the Westminster system. That is why we talk about the notion of government accountability and why we have question period every day. It is not all about the theatrics, I might add. We ask the same ministers, although sometimes other ministers, questions every day because one day they are going to slip up and tell us the truth. Then we can talk about responsibility and accountability.
In short, the Prime Minister broke his promise to balance the budget by 2019. He also broke his promise to change our electoral system, which was very important to a huge segment of the Canadian left and Canadian youth.
He also broke his promise about the Canada Post community mailboxes. Although we believe that Canada Post's five-point action plan was important for ensuring the corporation's survival in the long term, the Prime Minister nevertheless promised the return of community mailboxes. I travelled across the country with my colleague from Edmonton and other members of the Standing Committee on Government Operations and Estimates. All Canadians told Liberal members of the committee that they hoped the government would restore community mailboxes. However, the Liberals only put in place a moratorium.
The member from Quebec City and Minister of Families, Children and Social Development said that the state of the Quebec Bridge was deplorable, that the bridge was covered in rust and that some citizens were concerned about security and public safety.
I would like to reassure them. Our engineers' reports states that the bridge is not dangerous. That said, it is a disgrace that this historic bridge is completely rusty. The Liberals promised that this would be taken care of by June 30, 2016. That was over two years ago.
They also promised to help the middle class. In fact, to some extent, they followed in the footsteps of Mr. Harper's Conservative government, which also focused on helping Canadian families as much as possible. I held three public consultations in 2018. It is already 2019. Time flies. I called those public consultations, “Alupa à l'écoute”.
I will table my report in a month and a half. It will express my willingness to suggest to my leader to either table a bill or include in his election platform measures to address the labour shortage and to help seniors return to the labour market without being further penalized. I go door to door every month. What is more, during my public consultations, what I heard most often from my constituents, who I thank for coming, is that they are surviving. Their lives have not improved at all in three and a half years. On the contrary, they are facing challenges as a result of the Prime Minister's repeated failures.
I said we needed the Prime Minister to promise not to raise taxes either before the election or, if he wins, after. We all know what he has done over the past three years. He tried to tax dental benefits. He tried to tax employee benefits and bonuses. For example, some restaurant owners give their servers free meals. That is what happened when I was a server. The Liberals wanted to tax that benefit. They tried to tax small and medium-sized businesses by taxing their revenue as capital gains, and that was a total disaster. They wanted to tax every source of income businesses could use to prepare for bad times or retirement so they would eventually be less of a burden on the state.
The Liberals also significantly increased taxes. Studies show that 81% of Canadians have to pay more than $800 a year in taxes because the Liberals got rid of almost all of the tax credits the Conservatives had implemented, such as those for textbooks or public transit. They got rid of the tax credits for sports and for families. The Prime Minister and his Liberal team got rid of all kinds of family credits, which significantly increased taxes. Furthermore, they tried many times to significantly increase other taxes. They also tried payroll deductions, like the increase to the Canada pension plan. If we really take a look at the various benefits or income streams Canadians receive, we can see that their taxes have increased.
We do not trust the Prime Minister when he says he will not raise taxes after the next election if he is re-elected. We know he will have to raise taxes because of his repeated failures. In economic terms, there is an additional $60 billion in deficits on top of the debt. His deficits now total $80 billion after three and a half years. I am also thinking of his failures on immigration and on managing border crossings. Quebec is asking for $300 million to make up for the shortfall it has suffered because of illegal refugees. I am also thinking of all the problems related to international relations. I am also thinking of infrastructure.
How is it possible that the Prime Minister, still to this day, refuses tell the people of Beauport—Limoilou and Quebec City that he will agree to go ahead and help the CAQ government build the third link? All around the world, huge infrastructure projects are under way, yet over the past three years, the Liberal government has been incapable of allocating more than a few billion dollars of the $187 billion infrastructure fund.
Canadians are going to pay for the Prime Minister's mistakes. We want him to commit in writing that he will not raise taxes if he is re-elected.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole dans cette nouvelle Chambre des communes. Lorsqu'on regarde vers le bas, on pourrait croire qu'on est dans l'ancienne enceinte parlementaire, mais lorsqu'on lève les yeux, on réalise que ce n'est manifestement pas le cas. Je remarque que c'est beaucoup plus illuminé qu'à l'autre endroit. On a presque de la difficulté à lever les yeux vers le ciel.
Je suis honoré de prendre la parole au nom des 100 000 citoyens et citoyennes de ma circonscription, Beauport—Limoilou. Puisque nous sommes en 2019, nous entamons lentement, mais sûrement la campagne électorale. Pour ma part, j'ai fermement l'intention d'être réélu, si les citoyens me font cet honneur une autre fois, mais puisque le hasard fait ses choses et qu'on ne peut jamais vraiment déterminer ce qui va arriver, je vais quand même travailler très fort. Je savoure donc cet honneur et cette chance de pouvoir m'exprimer pendant encore toute une session au Parlement.
Aujourd'hui, j'aimerais éclairer les citoyens et les citoyennes de ma circonscription sur un sujet fort important. Il s'agit de la motion que nous avons présentée à la Chambre des communes et qui a été déposée ce matin par le député de Carleton. C'est une motion assez simple qui se lit comme suit:
Que, étant donné que le premier ministre a rompu sa promesse d’éliminer le déficit cette année, et que les déficits perpétuels et croissants entraînent d’énormes hausses d’impôts, la Chambre demande au premier ministre de déposer, avec le budget de 2019, un plan pour l’élimination rapide du déficit, en s’engageant par écrit à ne jamais hausser les impôts, sous quelque forme que ce soit.
Mes concitoyens trouvent peut-être cela un peu paradoxal de demander à un premier ministre de nous promettre de ne pas hausser les impôts à la suite des prochaines élections s'il est réélu. Il se peut même qu'il les hausse avant les élections. Après tout, les libéraux ont tenté à maintes reprises d'augmenter les impôts au cours des trois dernières années, et j'en parlerai davantage dans mon discours. Toutefois, nous demandons cela au premier ministre parce que nous constatons de prime abord que les finances publiques sont en plein désarroi.
Nous constatons également que le premier ministre a brisé plusieurs des promesses phares qu'il avait faites aux Canadiens et aux Québécois. Certaines d'entre elles étaient d'une envergure nationale. Par exemple, il avait promis un retour à l'équilibre budgétaire dès l'année 2019, ce qui n'a pas eu lieu. Nous avons plutôt un déficit de presque 30 milliards de dollars. Le budget que les libéraux ont présenté il y a quelques mois faisait état d'un déficit de 18 milliards de dollars, mais grâce au bureau du directeur parlementaire du budget, une institution qui pousse le gouvernement à être plus transparent à l'égard des électeurs et qui a été créée par M. Harper, un grand premier ministre, on a appris que le déficit n'était pas de 18 milliards de dollars, mais plutôt d'environ 29 milliards de dollars.
Le premier ministre a donc brisé cette promesse du retour à l'équilibre budgétaire de manière assez éhontée, puisque c'est la première fois dans l'histoire du Canada qu'un gouvernement cumule des déficits hors d'une période de guerre ou de crise économique importante. Sous les conservateurs, entre 2008 et 2012, il y avait la grande récession économique.
J'aime rappeler aux citoyens qui nous écoutent que la responsabilité est un élément phare du parlementarisme westminstérien. C'est pourquoi on parle de la notion de gouvernement responsable et que nous avons une période de questions tous les jours. Celle-ci n'est pas du tout un théâtre, en passant. Nous posons des questions tous les jours aux mêmes ministres, parfois à d'autres, parce qu'un jour, ils vont flancher et nous dire la vérité. À ce moment-là, on pourra parler de responsabilité et de reddition de comptes.
Bref, le premier ministre a brisé la promesse du retour à l'équilibre budgétaire en 2019. Il a également brisé sa promesse de changer le mode de scrutin, qui était très importante pour tout un pan de la gauche canadienne et de la jeunesse canadienne.
En outre, il a brisé sa promesse concernant le retour des boîtes communautaires pour Postes Canada. Bien que nous pensions que la réforme en cinq points de Postes Canada était intéressante pour assurer la survie de celle-ci à long terme, le premier ministre avait quand même promis le retour des boîtes communautaires. J'ai moi-même traversé le pays au complet avec mon collègue d'Edmonton et les autres membres du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Tous les Canadiens disaient aux membres libéraux du Comité qu'ils espéraient que le gouvernement rétablisse les boîtes communautaires. Cependant, les libéraux n'ont fait que mettre en place un moratoire.
Le député de Québec et ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social avait dit que la situation du pont de Québec était déplorable, que le pont était complètement rouillé et que certains citoyens avaient peur quant à la protection et à la sécurité publique.
Je tiens à les rassurer: les rapports de nos ingénieurs disent que le pont n’est pas dangereux. Cela étant dit, c’est une honte de voir ce pont historique être complètement rouillé. Les libéraux nous avaient promis que cela serait réglé avant le 30 juin 2016. Cela fait plus de deux ans.
Ils nous avaient également promis d’aider la classe moyenne. En fait, ils suivaient un peu les traces du gouvernement conservateur de M. Harper, qui mettait autant que possible l’accent sur l’aide aux familles canadiennes. J’ai mené trois consultations publiques en 2018. Nous sommes déjà rendus en 2019; le temps passe très vite. J’ai nommé ces trois consultations publiques « Alupa à l’écoute ».
Je vais déposer mon rapport dans un mois et demi. Ce rapport va faire état de ma volonté de suggérer à mon chef soit de mettre dans sa plateforme, soit de déposer dans un projet de loi des mesures qui vont pallier la pénurie de la main-d’œuvre et qui vont aider les aînés à retourner sur le marché du travail sans être pénalisés davantage. Je fais du porte-à-porte chaque mois. De plus, lors de mes consultations publiques, ce que j’ai entendu le plus souvent de la part de mes concitoyens et concitoyennes, que je remercie d’être venus, c’est qu’ils survivent. Leur vie n’a pas du tout été améliorée depuis trois ans et demi. Bien au contraire, ils font face à des difficultés. Ces difficultés découlent des échecs répétés du premier ministre.
Je disais que nous avions besoin que le premier ministre nous promette de ne pas hausser les taxes et les impôts d’ici aux élections et après les élections, si jamais il gagne. Nous avons vu ce qu’il a fait au cours des trois dernières années: il a tenté de taxer les prestations de l’assurance dentaire. Il a tenté de taxer les prestations et les bonis des employés. Par exemple, il arrive qu’un propriétaire de restaurant offre le repas à une serveuse qui y travaille. Quand j’étais serveur, c’était le cas. Les libéraux voulaient taxer cet avantage. Ils ont tenté de taxer, de manière complètement catastrophique, les petites et moyennes entreprises en taxant leur revenu en gain en capital. Ils ont voulu taxer toutes les sources de revenus que les entreprises peuvent utiliser soit pour se préparer pour de mauvais jours soit pour se préparer à leur retraite, et donc, être un moindre poids pour l’État ultérieurement.
Les libéraux ont également augmenté les taxes de manière tangible. En fait, les études démontrent que 81 % des Canadiens doivent payer plus de 800 $ par année en taxes, parce que les libéraux ont coupé dans presque toutes les mesures de crédits d’impôt que les conservateurs avaient mises en place, comme les mesures pour les manuels scolaires ou pour le transport en commun. Ils ont coupé dans les mesures pour les activités sportives ou les crédits d’impôt pour la famille. Ce qu’on constate, c’est que le premier ministre et son équipe libérale ont mis fin à toutes sortes de crédits familiaux, ce qui a fait augmenter les taxes de manière substantielle. De plus, ils ont tenté à maintes reprises d’augmenter de manière très importante d’autres taxes. Ils ont également augmenté des retenues sur le salaire. On pense notamment à l’augmentation du Régime de pensions du Canada. Vraiment, lorsqu’on regarde l’ensemble des différents bénéfices ou des différentes avenues monétaires que les Canadiens reçoivent, on voit que leurs taxes ont augmenté.
Nous ne faisons pas confiance au premier ministre lorsqu’il nous dit qu’il n’y aura pas d’augmentation de taxes après les prochaines élections s’il est réélu. Nous savons qu’il va devoir le faire à cause de tous ses échecs répétés. Sur le plan économique, il y a des déficits importants de 60 milliards de dollars de plus sur la dette. Ces déficits atteignent 80 milliards de dollars après trois ans et demi. Je pense également à ses échecs en ce qui concerne notre système d’immigration et la gestion des aller-retour à la frontière. Le Québec demande 300 millions de dollars pour pallier son déficit engendré par l’accueil des réfugiés illégaux. Je pense également à tout ce qui touche les relations internationales. Je pense aussi aux infrastructures.
Comment est-il possible que le premier ministre soit encore incapable aujourd’hui de confirmer aux citoyens de Beauport—Limoilou et de Québec qu’il va accepter d’aller de l’avant et d’aider le gouvernement de la CAQ à construire le troisième lien? Partout au monde, des projets gigantesques se font en matière d’infrastructures. Pourtant, depuis trois ans, le gouvernement libéral est incapable de fournir plus de quelques milliards de dollars sur 187 milliards de dollars.
Les Canadiens vont payer pour les échecs du premier ministre. Nous voulons qu'il s'engage par écrit à ne pas augmenter les impôts ou les taxes s'il est réélu.
Results: 1 - 2 of 2