Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-16 14:43 [p.27990]
Mr. Speaker, real federalism is what we did. We recognized Quebec as a nation in 2008, something the Liberals never would have done.
Not only that, but we have seen since 2015 that they are anything but transparent. They hide tax hikes and bury objectionable provisions in huge omnibus bills. Surprise, surprise, what do we see? The Liberals refused to properly fund the Office of the Auditor General this year.
Why are they withholding that funding, which the Auditor General needs in order to perform audits to hold this government accountable to Canadians?
Monsieur le Président, le vrai fédéralisme, c'est ce que nous avons fait. Nous avons reconnu la nation québécoise en 2008, ce qu'eux n'auraient jamais fait.
Non seulement cela, mais depuis 2015, on a vu qu'ils sont tout sauf transparents. Ils cachent des augmentations de taxes et, à l'intérieur de grands projets de loi omnibus, ils mettent des dispositions très discutables. Surprise, qu'est-ce qu'on voit? Les libéraux ont refusé cette année de financer convenablement le bureau du vérificateur général.
Pourquoi retiennent-ils ces fonds qui sont très importants pour que le bureau du vérificateur général fasse des audits, pour que ce gouvernement soit responsable devant les Canadiens?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-04-10 17:21 [p.26995]
Mr. Speaker, I must say that in this case, I also appreciated the speech made by my colleague from Sherbrooke. I agree with him, much to the chagrin of my colleague from Sackville—Preston—Chezzetcook.
As the member for Sherbrooke said, this budget is dragging up broken promises, such as the promise to return to a balanced budget this year, which is rather unbelievable. It does not even include a timeline for balancing the budget. This is a first in our country's history.
The government is budgeting $41 billion to deflect attention from its mistakes, including its bungled foreign and domestic policy. Once again, the budget favours the major interest groups, as the member for Sherbrooke pointed out. We saw more evidence of this today, when the government gave Loblaws $12 million for refrigerators. It is absolutely ridiculous.
Does my colleague from Sherbrooke agree that this budget shows a lack of respect for Quebeckers?
In 2015, the member for Papineau, the Prime Minister, told a New York newspaper that Canada was postnational. This is an outright affront to Quebeckers, whose historical and political reality is very much alive and well.
There are also no measures in this bill to address the Quebec premier's concerns about the cost of the arrival of a huge number of illegal refugees. I know he does not like that term, but Quebec wants to be reimbursed for some of those costs. There is also nothing in the budget about a single tax return or the Quebec Bridge, and there is nothing to address the discriminatory measure wherein larger cities will get more money for sustainable mobility infrastructure than smaller ones like Quebec City.
Does my colleague agree that the 2019 budget implementation bill once again shows the government's lack of respect for all our fellow Quebeckers?
Monsieur le Président, je dois dire dans ce cas-ci que j'ai aussi apprécié le discours de mon collègue de Sherbrooke. Je suis d'accord avec lui, au grand dam de mon collègue de Sackville—Preston—Chezzetcook.
Comme le député de Sherbrooke le disait, c'est un budget qui réitère des promesses brisées, dont celle du retour à l'équilibre budgétaire cette année, ce qui est assez incroyable. Il n'y a même pas d'échéance concernant un retour éventuel à l'équilibre budgétaire. C'est du jamais vu dans l'histoire du pays.
On voit dans ce budget que 41 milliards de dollars sont dépensés pour détourner l'attention des erreurs de ce gouvernement, que ce soit en matière de politique étrangère ou de politique interne. Encore une fois, c'est un budget qui favorise les grands groupes d'intérêt, comme l'a dit le député de Sherbrooke. On l'a vu encore aujourd'hui, alors que 12 millions de dollars ont été octroyés à Loblaws pour des réfrigérateurs. C'est totalement ridicule.
Est-ce que mon collègue de Sherbrooke trouve aussi que ce budget illustre un non-respect envers les Québécois?
En 2015, le député de Papineau, le premier ministre, a dit à un journal de New York que le Canada était postnational. C'est un affront total envers les Québécois, qui se considèrent comme un peuple historico-politique toujours bien vivant.
Par ailleurs, dans ce budget, aucune mesure ne répond aux doléances du premier ministre du Québec concernant les coûts de l'arrivée massive de réfugiés illégaux. Je sais qu'il n'aime pas ce terme, mais il y a des coûts que le Québec veut se faire rembourser. Ensuite, il n'y a rien non plus au sujet de la déclaration d'impôt unique, il n'y a rien pour le pont de Québec et il n'y a rien pour pallier la discrimination en ce qui a trait aux infrastructures de mobilité durable, qui fait que les grandes villes vont recevoir plus d'argent que les petites villes comme Québec.
Mon collègue est-il d'accord avec moi que ce projet de loi de mise en oeuvre du budget de 2019 illustre encore une fois un non-respect envers tous nos compatriotes québécois?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-19 16:03 [p.23589]
Mr. Speaker, as usual, I am very pleased to rise today.
Without further delay, I would like to inform the House that I will be sharing my time with the hon. member for Barrie—Innisfil.
As always, I extend my warmest greetings to the many people in Beauport—Limoilou who are watching us today.
Today's debate is very interesting. An opposition motion was moved in the House by the Conservative Party, of which I am of course a member. It reads as follows, and I quote:
That the House call on the government to tell Canadians in what year the budget will be balanced, and to do so in this week’s Fall Economic Statement.
Canadians may be wondering what is happening and how it is possible that we still do not know when the government will balance the budget. That has always been a basic concept for me, even before I got into politics.
It seems to me that any reasonable, responsible government, whether it be Liberal or Conservative—and I was going to add NDP, but that has not happened yet at the federal level—with nothing to hide should indicate in its policy statement, budget, and everyday political messaging a date on which it will balance the budget, or at least a concrete timeframe for doing so.
There are two rather surprising things about the Liberals' refusal to give us a timeframe for returning to a balanced budget. There are two historic elements with regard to the practice that they are currently using.
As the hon. member for Louis-Saint-Laurent keeps saying, we have never seen a government run a deficit outside wartime or outside an economic crisis.
According to Keynesian economics, it is normal to run deficits. Keynes made some mistakes in several of his analyses, but there is one analysis he did that several governments have been adhering to for 60 years now. According to his analysis, when an international economic crisis is having an impact on every industrialized country in the world, it is not a bad idea for the government to invest heavily in its community, in its largest industries, in every industrial region of the country, to ensure that jobs are maintained and that there is some economic vitality despite the crisis.
For example, we Conservatives ran a few deficits in 2008, 2009, 2010 and 2011 because the country was going through the worst economic crisis ever, the greatest recession since the 1930s.
Our reaction was responsible. Why? First, because there was a major global recession. Second, because even though we were a Conservative government, we embraced Keynesianism because we felt it made good economic sense. Through our strategic reinvestment plan, we managed to maintain 200,000 jobs. Not only did we maintain jobs across Canada, but we also repaired infrastructure, bridges and overpasses.
Two years ago, when I was a member of the Standing Committee on Government Operations and Estimates, I read a report that noted this was the first time an economic recovery and stimulus plan had been implemented so quickly. In three or four years, we invested $80 billion in infrastructure to help Canada weather some rough economic times.
The first surprise from the Liberals was that they ran up massive deficits of $20 billion this year, $20 billion last year, and $30 billion in 2015-16, even though there is no major crisis or war going on.
There is a second surprising thing. Let us go back to the time when lords were waging wars against the king of England, which is in the 13th century. In 1215, the Magna Carta resulted from several confrontations between the lords, the capitalist bourgeoisie and the aristocracy, all pleading for their interests with the king. The idea was to create an assembly where they could present their admonitions and complaints to the king and could limit the outrageous sums the king wanted to spend on the holy crusades. That is when our parliamentary system was born.
When I was first elected to the House of Commons, I learned Parliament's primary function. My university professors knew I liked philosophy, but they said I would soon come to realize that, in the House of Commons, discussions are about money, the economy, the country's economic situation and public finances. I learned that, in the House of Commons, debates are almost entirely about public finances.
That is as it should be, since the philosophical and political foundations of the British parliamentary system are accountability and the principle of responsible government allowing citizens to know what their money is used for. In those days, it was the capitalist bourgeoisie who wanted to know, whereas nowadays all citizens expect it. Nevertheless, the process and the principle remain the same. We want to know what happens with our money. Why are there deficits, if any, and most importantly when is the government going to balance the budget? Deficits involve our money, and it is commendable and reasonable to know when the budget will be balanced.
My colleague from Longueuil—Saint-Hubert was just saying how absurd this is. What would a government MP do if an ordinary Canadian asked him to simply tell him when his party would balance the budget? For three years, members of Parliament have not really been allowed to answer such a question, yet it is quite a normal question. They have to come up with foolish answers, think about something else or say that everything is fine because they have been cutting taxes, when in fact each citizen in Beauport—Limoilou pays $800 more every year in income tax.
That amounts to almost $2,000 per family, not to mention the tax credits they axed, the oil that is not being shipped out of the country, all the cuts in exports to the U.S., all the U.S. investment in Canada that has been lost while Canadian investment in the U.S. has increased, not to mention the fact that household debt is at an all-time high. The OECD remarked on this recently. In short, I could go on for a long time without even talking about the USMCA.
Nonetheless, there are some surprising things. What is incredible, and I repeat this every time I give a speech about Canada's economy, is that, in 2015, the Liberals were smart enough and had enough honour to explain why they were running a deficit even though we were not at war or in an economic crisis. At the time, the member for Papineau, under a gigantic crane in Toronto—I remember watching on television from my campaign office in Beauport—Limoilou and that it was partly cloudy and it rained a little—announced to Canadians that the Liberals would run a deficit of $10 billion in the first two years and then a deficit of $6 billion in the third year. He promised a deficit. Everyone was surprised that he was promising a deficit. It was a first.
He added that the Liberals would run a deficit in order to invest in infrastructure, which, he said, had been abandoned, and to invest more in infrastructure in general across the country. At least he was consistent in his comments once he was elected. He announced that they were creating a historic infrastructure plan—everything is always historic with them—worth $187 billion, which is not bad either. That was a continuation of what we had done. We had invested $80 billion over the course of the six previous years. It is only natural to continue to invest in infrastructure in Canada. Some even claim that Canada exists thanks to the railroad. Infrastructure has always been foundational here in Canada.
However, the Parliamentary Budget Officer—which, I repeat every time, as we must not forget, is an institution created by Mr. Harper, a great democrat who wanted there to be an independent body in Parliament to constantly hold the government to account—informed us in a report that, of the $187 billion invested in infrastructure, only $9 billion has actually been spent over the past three years. If I am not mistaken, $9 billion divided by three is $3 billion. The Liberals have invested $3 billion a year in infrastructure, and yet, they ran a $30-billion deficit in the first year.
Let us not forget that the $10-billion deficit was supposed to be for infrastructure. However, in their first year in office, the Liberals ran a $30-billion deficit and only $3 billion of that went to infrastructure. The second year, they ran a $20-billion deficit with only $3 billion for infrastructure, and they did the same again this year. Obviously, we have never seen a government put so much energy into spending so much money in such a reckless and dishonourable way while achieving so little for the economic well-being of the country and Canadians at home.
In closing, setting a deadline for paying off debt is something that Canadian families do at home all the time, for example when paying off their mortgages or their car loans. When people borrow money for a car, the dealer does not just say, “Have a good day, sir. See you around.” He tells them that they need to take out a bank loan and that they have four years to pay it back. There is a deadline for all sorts of things like that.
When will a balanced budget be achieved?
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole aujourd'hui, comme d'habitude.
Sans plus tarder, j'aimerais informer la Chambre que je vais partager mon temps de parole avec l'honorable député de Barrie—Innisfil.
Comme toujours, je salue chaleureusement tous les citoyens et toutes les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent actuellement en grand nombre.
Aujourd'hui, c'est intéressant. Une motion d'opposition a été présentée à la Chambre par le Parti conservateur, dont je fais partie, bien entendu. La motion se lit comme suit:
Que la Chambre demande au gouvernement de dire aux Canadiens en quelle année l’équilibre budgétaire sera rétabli et de l’annoncer lors de son énoncé économique de l’automne présenté cette semaine.
Les citoyens se demandent peut-être ce qui se passe et comment c'est possible qu'on ne sache pas encore quand l'équilibre budgétaire sera atteint. C'était, pour moi, une notion de base, avant même d'entrer en politique.
Il me semble que tout gouvernement le moindrement raisonnable, responsable, qu'il soit libéral ou conservateur — j'allais aussi dire néo-démocrate, mais ce n'est pas encore le cas au fédéral —, et n'ayant rien à cacher devrait mettre en avant, dans son énoncé politique, dans son budget et dans ses discours politiques de tous les jours, une date de retour à l'équilibre budgétaire, ou au moins une échéance concrète pour y parvenir.
Il y a deux choses assez surprenantes au sujet du fait que les libéraux ne veulent pas nous faire part d'une échéance concernant le retour à l'équilibre budgétaire. Il y a deux éléments historiques à l'égard de la pratique qu'ils utilisent actuellement.
Comme le député de Louis-Saint-Laurent le dit chaque fois, jamais on n'a vu un gouvernement faire des déficits sans être en situation soit de guerre, soit de crise économique.
D'après ce qu'on a appris de l'économiste Keynes, le père du keynésianisme, il est normal de faire des déficits. Il a fait quelques erreurs dans plusieurs de ses analyses, mais il y a une analyse qu'il a faite et que plusieurs gouvernements suivent depuis déjà 60 ans. Selon son analyse, quand des crises économiques internationales ont des conséquences sur tous les pays industrialisés du monde, ce n'est pas une mauvaise chose que le gouvernement investisse massivement dans sa communauté, dans ses industries les plus importantes, dans chacune des régions industrielles du pays, pour faire en sorte que les emplois soient maintenus et qu'il y ait une certaine vitalité économique, malgré la crise.
Par exemple, nous, les conservateurs, avons accusé quelques déficits lors des années 2008, 2009, 2010 et 2011, parce que le pays faisait face à la plus grave crise économique, à la plus grande récession de l'histoire depuis les années 1930.
Nous y avons répondu de manière responsable. Pourquoi? En premier lieu, c'est parce qu'il y avait une raison fondamentale, soit une récession majeure internationale. En deuxième lieu, même si nous étions un gouvernement conservateur, nous avons épousé le keynésianisme en disant qu'il s'agissait d'une position économique sensée. Nous avons investi au moyen du plan stratégique de réinvestissement et nous avons maintenu 200 000 emplois. Non seulement nous avons permis de garder des emplois partout au Canada, mais nous avons aussi réparé des infrastructures, des ponts et des viaducs.
J'ai lu un rapport, il y a deux ans, alors que je siégeais au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Le rapport faisait état du fait que c'était la première fois qu'on voyait un plan de relance et de stimulation économique se faire aussi rapidement. En trois ou quatre ans, nous avons investi 80 milliards de dollars dans les infrastructures et pour aider l'économie canadienne, dans des périodes houleuses sur le plan économique.
La première chose surprenante que font les libéraux, c'est de nous amener dans une période déficitaire assez importante avec un déficit de 20 milliards de dollars cette année, 20 milliards de dollars l'année passée, 30 milliards de dollars en 2015-2016, alors qu'il n'y a pas de crise ni de guerre majeure.
Il y a une deuxième chose surprenante. Remontons au temps des guerres entre les seigneurs et le roi d'Angleterre, c'est-à-dire au XIIIe siècle. LaMagna Carta, en 1215, résultait de plusieurs affrontements entre les seigneurs, les bourgeois capitalistes et les aristocrates auprès du roi. Pourquoi? C'était pour avoir une assemblée dans laquelle ils pouvaient faire au roi des remontrances, des doléances et le restreindre dans ses dépenses outrancières par rapport aux croisades religieuses que le roi voulait payer à cette époque. C'est de là qu'est apparu le parlementarisme.
Quand je suis arrivé au Parlement, j'ai bien appris ce qu'était la fonction première du Parlement. Mes professeurs à l'université me disaient qu'ils savaient que j'aimais bien la philosophie, mais que j'allais réaliser que, à la Chambre des communes, on parle de fric, d'économie, de la situation économique du pays et des finances publiques. J'ai appris que, à la Chambre des communes, presque l'entièreté des débats porte sur les finances publiques.
C'est tout à fait normal, parce que l'essence même philosophique et politique de l'avènement du parlementarisme britannique, c'était de faire qu'il y ait une reddition de compte et responsabilité de la gouvernance pour savoir ce qui est fait avec l'argent des citoyens. À l'époque, c'était les bourgeois capitalistes, aujourd'hui, c'est l'ensemble des citoyens qui le demandent. Cependant, le processus et le principe demeurent les mêmes, à savoir ce qui se passe avec notre argent, pourquoi il y a des déficits s'il y en a et, surtout, quand le gouvernement atteindra l'équilibre budgétaire. Les déficits sont faits avec notre argent et c'est louable et raisonnable de savoir quand l'équilibre va être atteint.
Mon collègue de Longueuil—Saint-Hubert disait très bien que c'est aberrant. Que ferait un député du gouvernement devant un Canadien ordinaire qui lui demanderait simplement quand son parti va équilibrer le budget? Depuis trois ans, les députés n'ont pas vraiment le pouvoir de répondre à une question pourtant ordinaire. Ils doivent inventer des sottises, penser à d'autres choses ou dire que tout va bien parce qu'ils réduisent nos impôts, alors qu'ils ont augmenté les impôts de tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou de 800 $ par année chacun.
C'est presque 2 000 $ par famille, sans parler de tous les crédits d'impôt qu'ils ont coupé, du pétrole qui ne sort pas du pays, de toutes les exportations vers les États-Unis qui ont diminué, de tous les investissements américains au Canada qui ont chuté, alors que les investissements canadiens aux États-Unis ont augmenté, sans parler du fait que l'endettement de nos ménages n'a jamais été aussi grand. Cela a été commenté par l'OCDE dernièrement. Bref, je pourrais continuer très longtemps, sans parler de l'AEUMC.
Il y a quand même des choses surprenantes. Ce qui est incroyable — je le répète chaque fois que je fais un discours sur l'économie en général au Canada —, c'est qu'en 2015, les libéraux ont quand même eu l'intelligence et l'honneur d'expliquer pourquoi ils feraient des déficits sans qu'on soit en guerre ou en situation de crise économique. Le député de Papineau, à l'époque, sous une grue gigantesque à Toronto — je m'en souviens, il faisait un peu soleil et il pleuvait un peu, j'avais vu cela à partir du téléviseur dans mon bureau de campagne à Beauport—Limoilou —, annonçait aux Canadiens que pour les deux premières années, les libéraux allaient faire un déficit de 10 milliards de dollars et la troisième année, un déficit de 6 milliards de dollars. Il promettait de faire un déficit. Tout le monde était surpris qu'il promette de faire un déficit. C'était une première.
Il a ajouté que les libéraux allaient faire un déficit pour investir dans les infrastructures qui, selon lui, avaient été laissées à l'abandon et pour investir davantage dans les infrastructures en général partout au pays. C'est pour cela qu'une fois élu, il a quand même été cohérent dans son discours. Il a annoncé que c'était historique — avec eux, c'est toujours historique —, de mettre sur pied un plan d'infrastructure de 187 milliards de dollars, ce qui n'est pas mauvais non plus. C'est en continuité avec ce que nous avions fait. Nous avions mis 80 milliards de dollars au courts des six années antérieures. C'est normal de continuer à investir dans les infrastructures au Canada; on pourrait même prétendre que le Canada a vu le jour grâce aux chemins de fer. Les infrastructures ont toujours été fondamentales ici, au Canada.
Cependant, le directeur parlementaire du budget — comme je le répète chaque fois, ne l'oublions pas, c'est une institution crée par M. Harper, un grand démocrate, qui voulait qu'il y ait un organe indépendant dans le Parlement qui puisse demander des comptes constamment au gouvernement — nous a appris dans un rapport que, sur les 187 milliards de dollars prévus en infrastructure, seulement 9 milliards sont sortis dans les trois dernières années. Sauf erreur, 9 milliards divisés par 3 font 3 milliards. Les libéraux ont mis 3 milliards de dollars par année en infrastructure et pourtant, la première année, ils ont fait un déficit de 30 milliards de dollars.
Rappelons-nous que le déficit de 10 milliards de dollars devait être pour l'infrastructure. Cependant, la première année, il y a eu un déficit de 30 milliards de dollars, dont 3 milliards de dollars sont allés à l'infrastructure. La deuxième année, il y a un déficit de 20 milliards de dollars, dont 3 milliards de dollars en infrastructure et, encore cette année, il y a un déficit de 20 milliards de dollars, dont seulement 3 milliards de dollars sont allés à l'infrastructure. Clairement, jamais on n'a vu un gouvernement mettre autant d'énergie à dépenser autant d'argent de manière incontrôlable et sans honneur pour si peu de résultat pour le bien-être économique du pays et pour les Canadiens dans leur foyer.
En terminant, l'exercice visant à fixer une date d'échéance pour atteindre l'équilibre budgétaire, c'est une chose normale que toutes les familles canadiennes font dans leur propre foyer, que ce soit pour l'hypothèque de la maison ou pour les prêts automobiles. Quand on fait un emprunt pour une voiture, le concessionnaire ne dit pas « bonne journée, monsieur, on se reverra ». Il dit qu'il faut faire un emprunt à la banque et qu'on a quatre ans pour le rembourser. Il y a une date d'échéance pour toutes sortes de choses comme celle-là.
Quand l'équilibre budgétaire sera-t-il atteint?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-01 11:34 [p.23157]
Madam Speaker, I thank the member for Louis-Hébert for his speech.
At the beginning of his speech he talked about historic investments in infrastructure. Sadly, it is historic in theory only, since we have seen just $9.3 billion of the $187 billion announced a few years ago.
Between 2010 and 2015, the Conservative government not only released the $80 billion from our economic action plan, but we also spent it in real time. Many observers even talked about how effective the plan was, since the money was getting out. I just wanted to set the record straight.
I would also like to ask my hon. colleague when the government plans to balance the budget. He did not mention that in his speech. One of the Liberal government's key promises in 2015 was to balance the budget by 2020. Promises must be kept if we want to reduce cynicism among Canadians instead of fuelling it. This is important to our democracy, and yet, it is clear that the government has shelved this promise and that it has absolutely no intention of keeping it.
When will the government balance the budget?
Madame la Présidente, je remercie le député de Louis-Hébert de son discours.
Au tout début, il a dit que les investissements prévus en infrastructure étaient historiques. Malheureusement, ce n'est historique que sur papier pour l'instant, puisque seulement 9,3 milliards des 187 milliards de dollars qui ont été annoncés il y a quelques années sont sortis.
De notre côté, entre 2010 et 2015, les 80 milliards de dollars de notre plan de relance économique ont non seulement été dégagés, ils ont été dépensés en temps réel. Plusieurs commentateurs disaient même à quel point ce plan était efficace, puisque l'argent sortait. J'aimerais donc remettre les pendules à l'heure à cet égard.
J'aimerais également demander à mon honorable collègue ce qu'il en est du retour à l'équilibre budgétaire. Il n'en a pas parlé dans son discours. En 2015, une des promesses phares du gouvernement libéral était d'équilibrer le budget avant 2020. Les promesses doivent être tenues pour que le cynisme canadien ne grandisse pas et pour qu'au contraire, il diminue. C'est une notion importante dans notre démocratie. Or, non seulement cette promesse a clairement été remise aux calendes grecques, mais le gouvernement ne compte pas la respecter du tout.
Quand allons-nous voir l'équilibre budgétaire?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-19 16:30 [p.18596]
Mr. Speaker, I am very pleased to speak today. As a Conservative MP, nothing is more important to me than tradition. As tradition would have it, I would like to acknowledge all those who are watching me and those I meet at the community centres, at all the organized events in my riding, or when I go door to door. As always, I am very happy to represent my constituents in the House of Commons.
I would like to wish a good National Volunteer Week to everyone in Beauport, the people of Limoilou, Giffard, Sainte-Odile, and all around the riding. In Beauport, there are more than 2,500 volunteers. It is the Quebec City neighbourhood with the highest number of volunteers. That makes me very proud. Without volunteers, our social costs would be much higher. I commend all those who put their heart and soul into helping their neighbours and so many others.
I would quickly like to go back to some comments made by the Liberal member for Markham—Thornhill. She boasted that the Liberal government is open and transparent. I would like to remind her that our esteemed Prime Minister's trip to the Aga Khan's island was not all that transparent. The commissioner had to examine and report on this trip, in short, do an investigation, to get to the bottom of things. First of all, I think it is outrageous for a sitting prime minister to go south. He should have stayed in Canada as most Canadians do.
Furthermore, the Liberals' tax reform for small and medium-sized businesses was not all that transparent. The objective was to increase the tax rate for all small and medium-sized businesses and to create jobs in Canada, through the back door, by increasing corporate and small business taxes through changes in how dividends and other various financial vehicles are treated.
Then, there were all of the Minister of Finance's dealings. He hid some funds generated by his family firm, Morneau Shepell. We discovered that he hid these funds in a numbered company in Alberta.
Basically, we have a long list of items proving that the government is not all that open and transparent. This list also includes the amendments and changes the Liberals made to the Access to Information Act. The commissioner stated very clearly in black and white that they are going to impede access to information. On top of that, the Liberals refused to give access to information from the Prime Minister's Office, as they promised during the election campaign.
I would still like to talk about the bill brought forward by the member for Beauce, for whom I have a great deal of respect. He is a man of courage and principle. This bill is consistent with his principles. He does not care to see subsidies, handouts, being given to large corporations. With this bill, however, he does not oppose the idea of giving money to businesses to help them out. He said something very simple: the technology partnerships Canada program spent about $3.3 billion. For 200 businesses, that represents $700 million in loans and 45% of cases. The member for Beauce does not oppose those loans; he is simply asking the government to tell us whether those companies have paid back the $700 million, which breaks down into different amounts, for example $800,000, $300,000, or $2 million. If some companies have not paid back those loans, then we can simply tell Canadians that they were actually subsidies, not loans.
I want to get back to what I said during my earlier question. When I was a student at Laval University, I remember naively telling my professor that I would go to Parliament to talk about philosophy, the Constitution, and the great debates of our time. He told me that there would be debates on these types of issues, yes, but fundamentally, what was at the heart of England's 13th century parliamentary system was accountability, namely what was happening with the money.
There is a reason why we spend two months talking about the budget. It is very important. The budget is at the heart of the parliamentary system. I sometimes find it a little annoying. I wonder if we could talk about Constitutional issues, Quebec's distinct society, the courts, politics, and other issues. However, much to my chagrin, we spend most of our time talking about money. There is a valid reason for this: every one of us here represents about 100,000 people, most of whom pay taxes. All of the government's programs, initiatives, and public policies, good or bad, are dynamic and rely on public funds.
In England in the 13th century, bourgeois capitalists went to see the king to tell him that all his warmongering was getting a little expensive. They asked him to create a place where they could talk to him or his representative and find out what he was doing with their money. That was the precise moment in the course of human history when liberal democracy made its first appearance.
Another example of the importance of knowing what is being done with people's money is the American Revolution. This is complicated and could fill many books, but essentially, the American Revolution happened because England was not interested in taxation with representation. The Americans said they had had enough. If taxes on tea—hence, the Tea Party—were going up, they wanted to know what was being done with their money. The only way the Americans could find out what the British were doing with the money was through elected representation of the colonies in the British Parliament. However, the king, in his arrogance, and his British governing council told the colonies to keep quiet and pay their taxes to His Majesty like they were supposed to. Thus ensued the American Revolution.
Such major historical examples demonstrate how accountability is at the very heart of the parliamentary system and liberal democracy, which guarantees the protection of individual rights and freedoms so dear to our Liberals in this place.
Now, this is what I do not understand. The opposition members, whether they belong to the NDP, the Conservative Party, or the Quebec caucus, introduce sensible and fairly simple bills. Why will the government not just admit it and thank them? Not only is it the purpose of Parliament to inform Canadians about what is being done with their money, but the government itself should know what is happening.
The government could use half of the unpaid $700 million to more quickly implement its much-touted social housing program or pharmacare 2020. However, between $400 million and $700 million has not been paid back to the federal government. Thus, it is completely unacceptable and illogical for the Liberals to tell us that this is not a laudable or justifiable bill.
When I came to Parliament, I had the opportunity to work on the Standing Committee on Government Operations and Estimates, a very complex committee. It was a bit overwhelming, but I took it very seriously and I did all the reading. That committee just keeps voting on credits for months because it approves all the spending. When I was there, the President of the Treasury Board attended our meetings three times to explain the changes he wanted to make to the main estimates. These were disastrous changes that sought to take away the power of opposition MPs to examine spending vote by vote for over two months. He wanted to cut that time down to about two weeks. It was an attempt on the part of the Liberals to gradually undermine the work and transparency of this democratic institution.
What is more, the Liberals wanted to make major changes that would cut our speaking time in the House of Commons. For heaven's sake. At the time of Confederation, our forefathers sometimes talked for six or seven hours. Now, 20 minutes is too long. For example, today, I have 10 minutes to speak. The Liberals wanted to cut our time down from 20 minutes to 10 minutes. This government never stops trying to cut the opposition's speaking time, and that is not to mention the $7 billion that have still not been allocated.
In short, the bill introduced by the member for Beauce is a laudable bill that goes to the very heart of the principle underlying liberal democracy and the British parliamentary system, that of knowing where taxpayers' money is going.
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole aujourd'hui. En tant que député conservateur, ce qui est le plus important pour moi, c'est la tradition. Comme la tradition le veut, j'aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes qui m'écoutent, ceux que je rencontre lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires et lors de toutes les activités organisées dans ma circonscription. Comme toujours, je suis très content de représenter mes concitoyens à la Chambre des communes.
J'aimerais souhaiter une bonne Semaine de l'action bénévole à l'ensemble des Beauportois et des gens de Limoilou, de Giffard, de Sainte-Odile et des quatre coins de la circonscription. À Beauport, il y a plus de 2 500 bénévoles. C'est l'arrondissement de la ville de Québec qui compte le plus grand nombre de bénévoles. J'en suis très fier. Sans les bénévoles, nos coûts sociaux seraient bien plus importants. Je félicite donc tous ces gens qui se donnent corps et âme pour aider autrui et leur prochain.
J'aimerais revenir rapidement sur certains commentaires faits par la députée libérale de Markham—Thornhill. Elle se vantait du fait que le gouvernement libéral était ouvert et transparent. J'aimerais quand même lui rappeler que le voyage sur l'île de l'Aga Khan de notre cher premier ministre était plus ou moins transparent. Il a fallu qu'une commissaire fasse une étude et un rapport, donc une enquête, sur ce voyage pour savoir ce qu'il en était. De prime abord, je trouve que c'est une hérésie pour un premier ministre d'aller dans le Sud lorsqu'il est en fonction. Il devrait rester au Canada, comme la plupart des Canadiens le font.
En outre, la réforme fiscale que les libéraux ont imposée aux petites et moyennes entreprises était plus ou moins transparente. L'objectif était de hausser le taux d'imposition de toutes les petites et moyennes entreprises et de créer des emplois au Canada, et ce, par la porte arrière, en augmentant, dans le cadre de dividendes et de plusieurs véhicules financiers différents, l'impôt des sociétés et des petites et moyennes entreprises.
Il y a également eu toutes les actions du ministre des Finances. Il a caché certains fonds provenant de son entreprise familiale, Morneau Shepell. On a découvert qu'il cachait ces fonds dans une société à numéro en Alberta.
Bref, la liste qui démontre que le gouvernement n'est pas si ouvert et transparent que cela est très longue. Cette liste comprend également les modifications et les amendements que les libéraux ont apportés à la Loi sur l'accès à l'information. La commissaire a stipulé, noir sur blanc, que cela va empirer l'accès à l'information. De plus, les libéraux n'ont pas donné l'accès à l'information du bureau du premier ministre, comme ils avaient promis lors de la campagne électorale.
Je voudrais quand même parler du projet de loi du député de Beauce, un homme que je respecte énormément. Il est courageux et il a des principes. Ce projet de loi cadre justement avec ses principes. C'est un individu qui n'aime pas beaucoup les subventions, le bien-être social, accordées aux grandes entreprises. Cependant, dans ce projet de loi, il ne s'oppose pas à l'argent donné aux entreprises pour les aider. Il dit quelque chose de très simple: le programme de Partenariat technologique Canada a dépensé environ 3,3 milliards de dollars. Pour 200 entreprises, cela représente 700 millions de dollars en prêts et 45 % des cas. Le député de Beauce n'est pas en désaccord avec ces prêts, il demande tout simplement au gouvernement de nous dire si ces entreprises ont remboursé les 700 millions de dollars, répartis de différentes façons, par exemple, 800 000 $, 300 000 $ et 2 millions de dollars. Si les entreprises n'ont pas remboursé les prêts, on pourra dire aux Canadiens et aux Canadiennes que ce n'était pas des prêts mais plutôt des subventions.
Je vais revenir sur ce que j'ai dit lors de ma question préalable. Lorsque j'étais étudiant à l'Université Laval, je me rappelle avoir dit à un professeur, avec ma belle naïveté de l'époque, que j'irais au Parlement pour parler de philosophie, de la Constitution et des grands débats qui nous animent. Il m'a répondu qu'il y aurait des débats sur ce genre d'enjeux, mais que foncièrement, ce qui était au coeur même du parlementarisme au XIIIe siècle, en Angleterre, c'était la reddition de comptes, à savoir ce qui se passe avec l'argent.
Ce n'est pas pour rien qu'on passe un ou deux mois à parler du budget. C'est tellement important. Le budget est au coeur du parlementarisme. Parfois, je trouve cela un peu embêtant. Je me demande si on peut parler des problèmes liés à la Constitution, de la société distincte du Québec, de la judiciarisation, de la politique et de différents enjeux. Toutefois, à mon grand dam, on parle d'argent la majorité du temps. Il y a quand même une raison louable à cela: chacun d'entre nous est ici pour représenter, grosso modo, 100 000 individus dont la plupart paie des impôts. Tous les programmes, toutes les initiatives et toutes les politiques publiques du gouvernement, bons ou mauvais, sont vivants et dépendent des fonds publics.
Au XIIIe siècle, en Angleterre, les capitalistes bourgeois sont allés voir le roi pour lui dire que ses projets de grandes guerres commençaient à être un peu lourds. Ils lui ont demandé de créer un endroit où ils pourraient discuter avec lui ou son représentant afin de savoir ce qu'il faisait avec leur argent. C'était le début de la démocratie libérale, ni plus ni moins, dans l'histoire de l'humanité.
L'autre exemple qui démontre l'importance de savoir ce qu'on fait avec l'argent, c'est la révolution américaine. C'est complexe et on pourrait remplir des millions de pages, mais grosso modo, la révolution américaine est arrivée parce que l'Angleterre ne voulait pas accepter la representation with taxation. Les Américains ont dit qu'ils en avaient assez: si on allait taxer davantage leur thé — d'où le Tea Party —, ils voulaient savoir ce qu'on faisait avec leur argent. Or la seule façon dont les Américains pouvaient savoir ce que les Britanniques faisaient avec l'argent, c'était d'être représentés par des élus au Parlement britannique de la colonie américaine. Cependant, le roi, avec sa grande arrogance et son conseil de gouvernance britannique, a dit à la colonie de se taire et de payer ses taxes à Sa Majesté comme il se doit. La révolution américaine s'en est suivie.
De grands exemples historiques de ce genre nous démontrent à quel point la reddition de comptes se trouve au coeur même du parlementarisme et de la démocratie libérale, qui garantit la protection des droits et libertés individuelles qui est si chère à nos libéraux ici.
Maintenant, voici ce que je ne comprends pas. Les députés de l'opposition, qu'ils soient du NPD, du Parti conservateur ou du Groupe parlementaire québécois, proposent des projets de loi sensés et assez simples. Pourquoi le gouvernement ne peut-il jamais l'admettre et les remercier? Non seulement c'est le but du Parlement d'informer la population au sujet de ce qu'on fait avec son argent, mais le gouvernement devrait lui-même savoir ce qui se passe.
Si c'est la moitié des 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés, le gouvernement pourrait utiliser cet argent pour mettre en oeuvre plus rapidement son fameux programme de logement social ou son fameux programme Pharmacare 2020. Ce sont quand même entre 400 millions et 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés au gouvernement fédéral. Il est donc tout à fait inacceptable et illogique que des libéraux nous disent que ce n'est pas un projet de loi louable ou justifiable.
J'ai eu la chance de travailler au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, un comité très complexe, lorsque je suis arrivé au Parlement. J'étais un peu dépassé par cela, mais j'ai pris cela au sérieux et j'ai fait toutes mes lectures. À ce comité, on n'arrête pas de voter sur des crédits, et ce, pendant des mois, puisqu'on y approuve toutes les dépenses. Or j'ai vu le président du Conseil du Trésor assister à nos rencontres trois fois pour nous expliquer les réformes qu'il voulait effectuer en ce qui a trait au Budget principal des dépenses. Il s'agissait de réformes désastreuses qui visaient à enlever aux députés de l'opposition le pouvoir d'analyser les dépenses crédit par crédit pendant plus de deux mois. Il voulait limiter cela à environ deux semaines. C'est une tentative de la part des libéraux d'amoindrir progressivement le travail et la transparence en cette institution démocratique.
De plus, les libéraux ont voulu procéder à une réforme afin de réduire notre temps de parole à la Chambre des communes. Bon Dieu! À l'époque de la Confédération, nos aïeux parlaient parfois pendant six ou sept heures. Maintenant, 20 minutes c'est presque trop. Aujourd'hui, j'ai 10 minutes, par exemple. Les libéraux voulaient diminuer notre temps de parole de 20 minutes à 10 minutes. Ce gouvernement tente sans cesse de réduire le temps de parole des députés de l'opposition, et c'est sans parler des 7 milliards de dollars qui n'ont toujours pas été affectés.
Bref, le projet de loi du député de Beauce est un projet de loi louable qui va au coeur même du principe qui sous-tend la démocratie libérale et le parlementarisme britannique: savoir où va l'argent des contribuables.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:32 [p.17752]
Madam Speaker, the fact is that never in the history of Canada has a government spent so much on the bureaucracy and its own administration, instead of on Canadians. We are not saying that the Liberals should allocate more money in one area and less in another. We are asking them to distribute the money in an intelligent manner, by focusing on the most urgent issues.
The Senate report on national defence, which my colleague is very familiar with, says that during the great years under the Harper government, the percentage of our GDP spent on national defence reached its highest-ever level of about 0.8%. That was unprecedented. During the dark years of the Chrétien government, that percentage was between 0.2% and 0.3%.
As my colleague from Charlesbourg—Haute-Saint-Charles always says, the Conservatives gave huge amounts of new equipment to the men and women in uniform who bravely serve us. We did all that and balanced the budget. We left a surplus of $3 million for the Liberals when they came into office in 2015. We also lowered taxes by an average of $6,000 per family.
The Liberals are fattening up the bureaucracy and interest groups across Canada instead of working for Canadians in general.
Madame la Présidente, la réalité, c'est que jamais dans l'histoire du Canada un gouvernement n'a autant investi dans sa propre gouverne et dans la bureaucratie, plutôt que pour les Canadiens. On ne dit pas qu'il faut plus d'argent pour un domaine donné et moins pour un autre. On demande aux libéraux de répartir l'argent de manière intelligente, c'est-à-dire de le consacrer aux enjeux les plus criants.
Dans le rapport sénatorial sur la défense nationale que mon collègue connaît très bien, il est écrit qu'au cours des années fantastiques du gouvernement de M. Harper, la proportion des dépenses attribuée à la défense nationale par rapport au PIB était d'environ 0,8 %, soit le pourcentage le plus élevé. C'est du jamais vu. Pendant les années noires du gouvernement de M. Chrétien, ces dépenses représentaient entre 0,2 et 0,3 %.
Comme mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles le dit toujours, les conservateurs ont donné des quantités faramineuses d'équipement nouveau aux hommes et aux femmes en uniforme qui nous servent bravement. Nous avons fait tout cela et nous avons équilibré le budget. Nous avons laissé un surplus de 3 millions de dollars aux libéraux lorsqu'ils sont arrivés au pouvoir en 2015. En outre, nous avons aussi diminué les impôts de 6 000 $ en moyenne par famille.
Les libéraux engraissent l'État canadien et les groupes d'intérêt partout au Canada, et ne travaillent pas pour les Canadiens en général.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:34 [p.17752]
Madam Speaker, the answer is yes.
I have met with people from my riding over the past three weeks. Much to the Liberals' dismay, everywhere I went, even in redder areas like Giffard and Limoilou, people are shocked by what is happening and what the government is doing. I met with countless people who voted Liberal and will never do so again.
The way the government is spending money does not make any sense. The Liberals are spending hand over fist in every area, without any plans to balance the budget and for no good reason other than to try to appear virtuous and please Canada's interest groups. What is more, their trips abroad have been disastrous.
Developing a welfare state served a purpose in the 1920s, 1930s, 1940s, and 1950s, but now things have gotten completely out of hand. Canadians want the government to one day work for them, not the other way around.
Madame la Présidente, la réponse est oui.
Au cours des trois dernières semaines, j'ai rencontré des citoyens de ma circonscription. Au grand dam des libéraux, partout où je suis allé les gens sont dépassés par les événements et par les actions du gouvernement, y compris dans les sections plus rouges, comme Giffard ou Limoilou. J'ai rencontré un nombre incalculable de personnes qui ont voté pour le Parti libéral, mais qui ne le feront plus jamais.
Les dépenses du gouvernement actuel n'ont aucun bon sens. Les libéraux dépensent à n'en plus finir dans tous les secteurs, et ce, sans aucune projection d'équilibre budgétaire ou aucune raison valable au-delà d'être vertueux et de plaire à tous les groupes d'intérêt canadiens. Ils font aussi des voyages internationaux désastreux.
Le développement de l'État providence était très louable dans les années 1920, 1930, 1940 et 1950. On est maintenant arrivés à un apogée d'un ridicule incroyable. Les Canadiens veulent qu'un jour le gouvernement travaille pour eux et non l'inverse.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 16:50 [p.15046]
Mr. Speaker, one of the key promises the Liberals made in 2015, before they were in government, was to invest $120 billion in infrastructure. The Conservative Party supported the idea from the get-go; indeed, it ran the largest infrastructure program in Canada when Mr. Lebel headed the infrastructure department. This program had planned investments totalling $80 billion, which was unprecedented in Canada.
That said, what I find interesting is that, today, two years after the election, very rarely do we hear about a specific project benefiting from the $120 billion that have supposedly been invested since 2015.
I wonder if my colleague is able to name a single project in a single province that has benefited from this $120-billion investment in infrastructure.
Monsieur le Président, une des promesses phares des libéraux, en 2015, avant qu'ils soient au gouvernement, était d'investir 120 milliards de dollars en infrastructure. C'est une chose que nous appuyions d'emblée, au Parti conservateur, puisque nous avions l'un des plus grands programmes d'infrastructure, avec M. Denis Lebel à la tête du ministère de l'Infrastructure. Ce programme prévoyait des investissements totalisant 80 milliards de dollars, du jamais vu au Canada.
Toutefois, ce que je trouve paradoxal, c'est qu'aujourd'hui, deux ans après les élections, il est très rare de voir un projet précis qui bénéficie de ces supposés 120 milliards de dollars qui ont été investis depuis 2015.
Alors, est-ce que mon collègue pourrait nommer ne serait-ce qu'un seul projet dans une province qui bénéficie de ce programme de 120 milliards de dollars en infrastructure?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-16 14:49 [p.14117]
Mr. Speaker, $200,000 for a book cover, $200,000 for the cover of the federal budget, $200,000 for a piece of paper, that is the Liberal government's trademark. This was not a gaffe or a mistake. It was an actual decision by the Liberals.
The hon. member for Louis-Hébert says that his government is working for the less fortunate. What does he have to say to them after spending $200,000 on a piece of a paper?
Monsieur le Président, 200 000 $ pour la couverture d'un livre, 200 000 $ pour la couverture du budget fédéral, 200 000 $ pour une feuille de papier: c'est cela la marque du gouvernement libéral. Ce n'est une gaffe ou une erreur, c'est une décision concrète que les libéraux ont prise.
Le député de Louis-Hébert dit que son gouvernement travaille pour les pauvres. Que va-t-il leur dire après avoir dépensé 200 000 $ pour une feuille de papier?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-18 15:56 [p.13189]
Madam Speaker, I am pleased to see you in the chair again, guiding our democratic exchanges in the House.
I began my speech before question period. Having used up six minutes, I now have four left. In the first part of my speech, I explored the notion of borders from various perspectives: security, trafficking, trade, and the need for some to commute between various countries, in our case Canada and the United States.
As a certain philosopher whose name escapes me once said, borders guarantee a country's sovereignty. It can then be said that they guarantee our Canadian democracy, because in order to be enforced, rights must rest upon institutional foundations, foundations that can only be guaranteed within the borders of a sovereign state that has institutions such as the House of Commons, for instance.
The purpose of Bill C-21, which the Minister of Public Safety introduced on June 15, 2016, in this House, is to amend the Customs Act. Let me remind my colleagues that the whole content of this bill comes from the beyond the border action plan, introduced by Prime Minister Stephen Harper in 2011. The general aim of that plan was to address any emerging threats to the Canada-U.S. border; to promote trade, which makes for continuous economic growth and job creation; to have an integrated cross-border law enforcement; and to establish critical infrastructure for cybersecurity, a need that keeps growing over the years as new technologies become more important in our daily lives and our institutions.
In my view, this bill was put forward in response to the 9/11 terrorist attacks. The Americans wanted to address the concerns of their fellow citizens about security in North America, which is quite natural. In fact, the goal is still the same. As good partners, we not only wanted to address the concerns of Canadians regarding their security, but we also wanted to be good economic, military, and social partners with the United States. We still want that today. Therefore, we began discussions about border security in good faith and with an open mind.
That being said, it was imperative for us, Canadians, to ensure the continuity of trade flow. That is what is difficult to maintain with this type of bill. As my colleague from Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, our critic on this file, mentioned, this bill is intended to finally respond to the threat of terrorism. However, how can we achieve this while ensuring the continued free flow of goods?
We believe the government has accepted the main points we presented in 2011, which is quite interesting. However, this government still has many questions to answer about this bill. Will there be new infrastructure costs related to carrying out the inspection of outgoing people or goods? What measures have been put in place by this government to protect privacy and ensure that the collection of any new entry and exit data is carried out in a secure manner? How will this bill affect those people who enter Canada at unofficial entry points, as we saw this summer in Manitoba and Quebec? Finally, how is this issue reflected in our trade negotiations with the United States at this time, and will all Canadians benefit from these changes?
Madame la Présidente, je suis content de vous voir de retour à votre place afin de guider les échanges démocratiques à la Chambre.
Avant la période des questions, j'avais entamé mon discours. J'avais pris six minutes, il m'en reste maintenant quatre. Dans la première partie, j'abordais la notion de frontière sous divers angles: la sécurité, le trafic, le commerce et les gens qui doivent communier entre les différents pays, en l'occurrence le Canada et les États-Unis.
Selon un certain philosophe dont j'ai oublié le nom, les frontières garantissent la souveraineté d'un pays. Elles garantissent donc notre démocratie canadienne, car pour être appliqués, les droits doivent reposer sur des fondations institutionnelles, qui sont seulement garanties au sein d'un État souverain ayant des institutions comme la Chambre des communes, par exemple.
Le projet de loi C-21, que le ministre de la Sécurité publique a déposé le 15 juin 2016 ici-même, vise à modifier la Loi sur les douanes. Rappelons que tout ce qui est énoncé dans ce projet de loi vient du plan d'action Par-delà la frontière, présenté par le premier ministre Stephen Harper en 2011. Il avait comme objectif singulier et général d'aborder dès le début les menaces envers la frontière canado-américaine, de faciliter le commerce, ce qui permet une croissance économique continue et la création d'emplois, d'avoir une application intégrée des lois transfrontalières, ainsi que d'instaurer une infrastructure critique propre à la cybersécurité, qui est un phénomène grandissant au fil des années avec les nouvelles technologies et l'ampleur qu'elles prennent dans nos vies de tous les jours et au sein de nos institutions.
Selon moi, ce projet de loi a été mis en avant en réponse aux attaques terroristes du 11 septembre 2001. Les Américains voulaient répondre aux craintes de leurs concitoyens concernant la sécurité nord-américaine, ce qui est tout à fait normal. D'ailleurs, le but recherché est toujours le même. En tant que bons partenaires, non seulement nous voulions répondre aux craintes des Canadiens relatives à leur sécurité, mais nous voulions également être de bons partenaires économiques, militaires et sociaux des États-Unis. D'ailleurs, c'est toujours le cas. Nous avons donc entamé de bonne foi et avec un esprit ouvert des discussions concernant la sécurité frontalière.
Cela dit, il était impératif pour nous, les Canadiens, d'assurer une continuité de la fluidité commerciale. Voilà ce qui est très difficile à faire avec ce type de projet de loi. Comme l'a bien mentionné mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, notre porte-parole en la matière, ce projet de loi vise finalement à répondre aux menaces terroristes. Toutefois, comment peut-on y arriver tout en assurant une fluidité commerciale continue?
Nous pensons que le gouvernement a suivi les grandes lignes de ce que nous avons présenté en 2011, ce qui est assez intéressant. Toutefois, ce gouvernement doit encore répondre à plusieurs questions concernant ce projet de loi. Y aura-t-il de nouveaux coûts d'infrastructure liés à la réalisation d'inspections de sortie de personnes ou de biens? Quelles sont les mesures de protection de la vie privée prises par ce gouvernement pour s'assurer que la collecte de toute nouvelle donnée d'entrée-sortie reste sécurisée? Comment ce projet de loi affectera-t-il les personnes qui entrent au Canada à des points d'entrée non officiels, comme on l'a vu cet été au Manitoba et au Québec? Enfin, de quelle façon ce dossier est-il reflété dans nos négociations commerciales avec les États-Unis en ce moment, et est-ce que tous les Canadiens bénéficieront de ces changements?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-09 10:56 [p.12420]
Mr. Speaker, that is interesting because it is very hard to understand what exactly the spending in the budget is. I am not the only one saying that. It is not just the opposition saying that. The media, analysts, and economists have been saying that. It is a very complex omnibus bill with different avenues and spending going all over the place. One thing is for sure though. It is that the money goes to interest groups, not to Canadians. They take money from Canadians to give to interest groups.
Concerning veterans, there were some interesting measures put in place, but again, the new charter for veterans that was put in place by the government in 2006, just before the arrival of the new Conservative government, was the wrong paradigm. We should replace the charter with lifelong pensions. That is what the Liberals promised in the last election and that is what they should put in place, not these small measures. They should bring back the lifelong pension. That was one of their major promises and I hope they will not break it.
C'est intéressant, monsieur le Président, parce qu'on a énormément de mal à comprendre à quoi riment les dépenses inscrites au budget. Je ne suis pas le seul à le dire, d'ailleurs, et il n'y a pas que l'opposition qui est de cet avis. Les médias, les analystes et les économistes disent tous la même chose. Nous avons là un projet de loi omnibus extrêmement complexe qui part dans tous les sens et qui dépense à gauche et à droite. Une chose est sûre, cependant: tout cet argent est destiné non pas aux Canadiens, mais à des groupes d'intérêts. Les libéraux prennent l'argent des Canadiens pour le redonner aux groupes d'intérêts.
Pour ce qui est des anciens combattants, certaines des mesures annoncées sont intéressantes, mais ce n'est pas assez: la Nouvelle Charte des anciens combattants, que le gouvernement a mise en oeuvre en 2006, juste avant que les conservateurs ne soient portés au pouvoir, n'est pas la solution au problème. Elle devrait être remplacée par des pensions viagères. C'est ce que les libéraux ont promis pendant la campagne électorale et c'est ce qu'ils auraient dû faire au lieu de se contenter de mesures sans conséquence. Ils devraient rétablir les pensions viagères. C'était une de leurs promesses phares, et j'espère qu'ils tiendront parole.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-06-08 19:22 [p.12367]
Mr. Speaker, certainly my constituents feel that the Liberals have been given enough blank cheques already.
Again, the member over there spoke about respect, that we took too many days to speak about a question of privilege, which is terrible to say. The Liberals say they respect us, but they say we should just sign on to a bill that would create new ministries that they do not want to tell us about yet. They want us to vote on the bill, but they do not want to tell us exactly what is going on. This is how much respect they have for us. This is how much respect they have had for us for two years now, which is why we came to that situation in March, April, and May, and that is why we are sitting until midnight tonight.
Monsieur le Président, les contribuables de ma circonscription estiment assurément qu'on a déjà donné assez de chèques en blanc aux libéraux.
Notre collègue d'en face a parlé de respect, a dit que nous avions passé trop de temps à débattre une question de privilège. Comment peut-on dire pareille chose? Les libéraux disent qu'ils nous respectent, mais ils nous demandent d'approuver sans question un projet de loi qui permettrait la création de nouveaux ministères dont on ne veut rien nous dire encore. Ils nous demandent de voter sur ce projet de loi, mais ils ne veulent pas nous dire ce qu'il en est au juste. Voilà l'étendue de leur respect pour nous. C'est là le respect dont ils font preuve envers nous depuis deux ans, d'où la situation que nous avons vécue aux mois de mars, d'avril et de mai, d'où la nécessité de séances qui se prolongent jusqu'à minuit.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-05-29 22:15 [p.11617]
Mr. Chair, there is an excellent table in the report by the Senate Standing Committee on National Security and Defence. It shows that, beginning in 2005, when the Conservatives came to power, the percentage of GDP allocated to the armed forces started to go up. During the economic crisis, it started going down, unfortunately. If only the economic crisis had not happened. However, in 2015-16 and 2016-17, it kept going down: 0.92% and 0.88%.
Will the percentage of GDP allocated to military spending start going back up in 2017-18?
Monsieur le président, il y a un tableau fantastique dans le rapport du Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense. On y voit qu'à partir de 2005, lorsque les conservateurs sont arrivés au pouvoir, la part du produit intérieur brut réservée à l'armée a commencé à augmenter. Lors de la crise économique, cela a commencé à baisser, malheureusement. On aurait voulu qu'il n'y ait pas de crise économique. Toutefois, en 2015-2016 et en 2016-2017, elle a continué de baisser: 0,92 % et 0,88 %.
Est-ce que la part du produit intérieur brut réservée aux dépenses militaires va commencer à remonter en 2017-2018?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-05-11 12:28 [p.11071]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
Out of the $120 billion promised and planned by his government after the election, how much, to date, has been taken out of the treasury to be invested in infrastructure? To my knowledge, it is almost nothing.
How is the infrastructure bank going to make sure that the $120 billion promised for infrastructure is distributed to the various projects as quickly as possible?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Sur les 120 milliards de dollars promis et prévus par son gouvernement après les élections, combien, jusqu'à maintenant, sont déjà sortis des coffres pour être investis dans les infrastructures? À ma connaissance, c'est presque rien.
En quoi la Banque de l'infrastructure va-t-elle faire en sorte que les 120 milliards de dollars promis pour les infrastructures seront distribués plus rapidement aux divers projets?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-04-04 17:15 [p.10171]
Madam Speaker, thank you for giving me the opportunity to speak here today. I will be sharing my time with my colleague from South Surrey—White Rock. I am starting to learn the names of all the ridings.
It is a great honour and a great privilege to rise in the House today, because it is my birthday. I am 31 years old, and this is probably the best gift I have ever received in my life, namely, to be able to deliver a speech in this democratic chamber on my birthday.
My colleagues likely knew what I was getting at when I asked my friends from Richmond Hill and Bourassa how much of the $80 billion allocated for infrastructure would be invested this year. The reason I asked the question is that, in fact, of the $80 billion that was supposed to be invested in infrastructure as announced by this Liberal government in 2016, almost nothing has been invested. In my mind, then, budget 2017 is a vote-seeking sham, and that will be more or less the subject of my speech today.
In fact, this budget is a false budget, a chimera. According to the dictionary, a chimera is defined as a thing that is hoped for or wished for but in fact is illusory or impossible to achieve. This budget is nothing more than an ideological agenda. It is filled with endless meaningless rhetoric. For instance, on page 11, it talks about keeping Canada’s promise of progress. That is rather interesting. I do not really understand exactly what that means. It talks about innovation on nearly every page, and it also talks about a feminist budget and a green budget.
Today, in rather exceptional fashion, my colleague from Louis-Saint-Laurent said that even though they called it a feminist budget and a green budget, the Liberals nonetheless eliminated the public transit tax credit in their budget. He also rightly pointed out that 60% of the people who claim this credit are women, in particular elderly women. Thus, the Liberals are not walking the talk.
In terms of procurement, no significant investments have been made. Nothing has been said about balancing the budget. In fact, there are reports that we will be in a deficit position until 2051, which is shocking considering that Canadian families cannot be in the red at year's end.
Expenditures for National Defence alone are deplorable. Just in budget 2016, the Liberals deferred $3.7 billion in spending until 2020-21. This $3.7 billion was included in our Canada first program, which was inspired by the Conservative Party of Canada's plan, under the leadership of the Right Honourable Stephen Harper, to bring Canada out of the decades of darkness of the Jean Chrétien and Paul Martin governments in the 1990s, and to revitalize the army, ensure that military infrastructure returns to good working condition, and to make significant acquisitions to meet all military needs. Instead of getting back on track, the Liberals announced in the 2017 budget the deferral of $8.4 billion in spending to 2035-36.
As I mentioned at the beginning, almost nothing has been spent on infrastructure to date. I suspect that the Liberals will invest the entire $80 billion in 2019 so that there will be construction cranes right across the country. We are going to be tripping over cranes and Canadians will think that this government is incredible.
The Liberals also broke their promise. They said that they would run a small deficit of $10 billion when they are actually running a deficit of about $30 billion a year. What is more, they have no plan to balance the budget, and they did not lower taxes for small and medium-sized businesses as promised during the 2015 election campaign.
Budget 2017 also significantly raises taxes.
When we, the Conservatives, had the opportunity and honour to govern the country, we were the advocates and defenders of taxpayers. We lowered taxes in many ways, first by decreasing the GST from 7% to 5%. We then created the universal child care benefit, the children's fitness tax credit, the children's arts tax credit, and the post-secondary education and textbook tax credit. We instituted income splitting for families, which the Liberals unfortunately did away with. We did all of that with the exceptional result of making taxes lower for Canadian families than they had been since the 1960s. That means that, under our government, after 10 years under a Conservative government, Canadian families were paying about $7,000 less in taxes a year than they were prior to 2004. That is not to mention the fact that we created 1.2 million jobs in 10 years, with the best employment rate of all OECD countries.
Unlike us, the Liberals are raising taxes for families, small businesses, and children. In budget 2016, they already increased taxes on gas and heating, increased taxes on Canadians' savings accounts, increased payroll taxes for businesses, and cancelled many of the tax cuts that I mentioned earlier.
Canadians, thinking it was going to stop there, were very saddened last month to see that the tax increases would actually start all over again. The government is going to tax public transit users by eliminating the public transit tax credit, Uber and ride-sharing, beer and wine, which basically comes down to introducing a weekend tax, as my colleague from Louis-Saint-Laurent so aptly put it. Donated medicine will be taxed, as will childcare, and small business owners will be saddled with an increase in payroll taxes. Oil and gas companies will be taxed, and so will tourism. In short, this is a disgrace.
I am an elected official from Quebec City, from Beauport—Limoilou. We can see that there is nothing in this budget for Quebec City, which is as surprising as it is appalling; there is nothing there for the Port of Québec, which needs $60 million to attract private investment and launch the Beauport 2020 project. There is nothing for the Institut nordique du Québec for political, social and anthropological research on northern Canada, research that remains very important. There is nothing for the National Optics Institute, a technology innovator in the heart of the Parc technologique du Québec. There is nothing for the Quebec Bridge, which was supposed to be dealt with before June 30, 2016. Finally, there is nothing about the SRB, the bus rapid transit system and there is nothing about the third link.
Conversely, in the last 10 years, the Conservative government, under the fantastic leadership of the Right Hon. Stephen Harper, invested almost $1 billion for the Quebec City region alone: in Gilmour Hill, in community infrastructure, in the Port of Québec, in l'Anse au Foulon and in the Ross Gaudreault terminal. A number of investments were made then, to be sure.
In closing, I would like to say that the government should focus on what will really give Canadians a vision and help them 100 years from now by balancing the budget, eliminating the deficit by the end of the year, and paying off the debt. How can we be one of the richest countries in the world and still have so much debt? We need to cut Canadians' taxes, not raise them.
If the economy were going well, MPs could take care of the important things, the things that help us all get along. We could talk about the Constitution, community, and Canadians' rights, but because of this government, we keep talking about the economy when we should be talking about other issues.
Madame la Présidente, je vous remercie de m'accorder la parole aujourd'hui. Je vais partager mon temps de parole avec ma collègue de Surrey-Sud—White Rock. Je commence à bien connaître les noms de circonscriptions.
C'est un grand honneur et un grand plaisir de prendre la parole aujourd'hui, puisque c'est ma fête. J'ai maintenant 31 ans, et c'est probablement le plus beau cadeau que j'aie eu de ma vie que de pouvoir faire un discours en cette Chambre démocratique le jour de ma fête.
Mes collègues m'ont sans doute vu venir quand j'ai demandé à mes collègues de Richmond Hill et de Bourassa combien de milliards de dollars, sur les 80 milliards de dollars prévus pour l'infrastructure, seraient investis cette année. La raison pour laquelle j'ai posé cette question, c'est qu'en vérité, sur les 80 milliards de dollars qui devaient être investis en infrastructure et qui ont été annoncés par ce gouvernement libéral en 2016, presque zéro dollar a été investi. Alors, ce budget de 2017, à mes yeux, est un leurre électoraliste, et ce sera un peu l'objet de mon discours d'aujourd'hui.
En fait, ce budget est un faux budget, une chimère. Dans le dictionnaire, on dit qu'une chimère est un fantasme, une illusion, un mirage, un rêve, un songe, une utopie ou une vision. Ce budget est un programme idéologique, ni plus ni moins. On y retrouve une terminologie sans signification à n'en plus finir. Par exemple, à la page 11, on parle de respecter la promesse du progrès. C'est assez intéressant. Je ne vois pas vraiment ce que cela veut dire concrètement. Par ailleurs, on parle d'innovation à toutes les pages, et on parle également d'un budget féministe et d'un budget vert.
Aujourd'hui, d'une manière assez exceptionnelle, mon collègue de Louis-Saint-Laurent a dit que, même si on disait c'était un budget féministe et un budget vert, on avait tout de même supprimé le crédit d'impôt pour le transport en commun. Il a également souligné avec justesse le fait que 60 % des gens qui utilisaient ce crédit d'impôt étaient des femmes, notamment des femmes aînées. Alors, les gestes ne suivent pas les paroles.
Sur le plan de l'approvisionnement, aucun investissement important n'est fait. On ne nous annonce aucun retour à l'équilibre budgétaire. En fait, on nous annonce plutôt un déficit jusqu'en 2051, ce qui est assez abasourdissant quand on sait que toutes les familles canadiennes ne doivent accuser aucun déficit à la fin de l'année.
Ne serait-ce que pour la Défense nationale, les dépenses sont déplorables. Seulement dans le budget de 2016, les libéraux ont reporté 3,7 milliards de dollars jusqu'en 2020-2021. Ces 3,7 milliards de dollars étaient prévus dans notre programme Le Canada d'abord, inspiré d'une vision formulée par le Parti conservateur du Canada, sous la gouverne du très honorable Stephen Harper, pour sortir le Canada des décennies de noirceur sous les régimes de Jean Chrétien et de Paul Martin, dans les années 1990, pour redonner sa vigueur à l'armée, pour remettre les infrastructures militaires en bon état et pour faire des acquisitions importantes pour tous les besoins militaires. Plutôt que de reprendre la bonne voie, les libéraux nous annoncent, dans le budget de 2017, le report de 8,4 milliards de dollars jusqu'en 2035-2036.
Pour ce qui est des infrastructures, comme je l'ai dit au tout début, presque zéro dollar a été dépensé à ce jour. Je soupçonne que les libéraux vont investir tous les 80 milliards de dollars en 2019 pour qu'on voie des grues un peu partout au pays. On va s'enfarger dans des grues, et ainsi, les Canadiens vont penser que ce gouvernement est incroyable.
Les libéraux ont aussi rompu leur promesse. Ils disaient qu'ils créeraient un petit déficit de 10 milliards de dollars, alors que les déficits approchent les 30 milliards de dollars par année. De plus, aucun retour à l'équilibre budgétaire n'est prévu, et il n'y a aucune baisse du taux d'imposition des petites et moyennes entreprises, tel qu'on l'avait promis lors des élections de 2015.
Ce budget de 2017 constitue également une hausse de taxes importante.
Nous, les conservateurs, lorsque nous avons eu la chance et l'honneur de gouverner le pays, nous étions ni plus ni moins la voix et les défenseurs des contribuables. Nous avons abaissé les taxes de nombreuses manières, d'abord en diminuant la TPS de 7 % à 5 %. Ensuite, nous avons créé la prestation universelle pour la garde d'enfants, le crédit d'impôt pour la condition physique des enfants, le crédit d'impôt pour les activités artistiques des enfants, et le crédit d'impôt pour les études postsecondaires et les manuels scolaires. Nous avons créé le fractionnement du revenu des familles qui, malheureusement, a été annulé. Tout cela a été fait pour exceptionnellement amener l'imposition des familles canadiennes à leur plus bas niveaux depuis les années 1960. C'est-à-dire que, sous notre gouverne, après 10 ans de gouverne conservatrice, une famille canadienne payait environ 7 000 $ de moins d'impôt par année qu'avant 2004. Cela est sans parler du fait que nous avons quand même créé 1,2 million d'emplois en 10 ans, avec le meilleur score de tous les pays de l'OCDE.
Contrairement à ce que montre notre record, les libéraux augmentent les impôts des familles, des petites entreprises et des enfants. Dans le budget de 2016, déjà, ils ont augmenté les taxes sur l'essence et sur le chauffage, augmenté les impôts sur les comptes d'épargne des Canadiens, augmenté les charges sociales des entreprises et annulé plusieurs des réductions fiscales que j'ai énoncées auparavant.
Les Canadiens, pensant que cela allait peut-être s'arrêter là, ont été bien tristes, il y a un mois, de constater que, au contraire, la hausse fiscale et l'augmentation des taxes reprenaient de plus belle. On va taxer l'utilisateur du transport en commun — avec l'élimination du crédit d'impôt pour le transport en commun —, taxer Uber et le covoiturage, taxer la bière et le vin, c'est-à-dire instaurer une taxe de la fin de semaine, comme mon collègue de Louis-Saint-Laurent l'a si bien dit. On va taxer les médicaments donnés, taxer la garde d'enfants, taxer davantage les propriétaires de petites entreprises avec les charges fiscales. On va taxer les entreprises pétrolières et gazières et taxer le tourisme. Bref, la liste est assez déplorable.
Je suis un élu de la ville de Québec, de Beauport—Limoilou. On constate que, d'une manière assez effroyable et très surprenante, rien dans ce budget n'est écrit pour la ville de Québec, rien pour le projet Beauport 2020 du Port de Québec, qui nécessite des investissements étatiques de 60 millions de dollars pour attirer les investissements privés et mettre en branle de projet Beauport 2020. Il n'y a rien pour l'Institut nordique du Québec, pour des recherches politiques, sociales, anthropologiques sur le Nord du Canada. Elles sont quand même très importantes. Il n'y a rien pour l'Institut national d'optique, qui est un fer de lance de la technologie et du Parc technologique de Québec. Il n'y a rien pour le Pont de Québec, dossier qui était censé être réglé avant le 30 juin 2016. Finalement, rien n'est dit sur le SRB, le système rapide par bus et rien n'est dit sur le troisième lien.
A contrario, au cours des 10 dernières années, juste pour la ville de Québec, le gouvernement conservateur, sous la gouverne fantastique du très honorable Stephen Harper, a investi près de 1 milliard de dollars pour la région de Québec seulement: dans la côte Gilmour, dans des infrastructures communautaires, dans le Port de Québec, dans l'Anse-au-Foulon et dans le terminal Ross Gaudreault. Il y a donc vraiment eu plusieurs investissements.
J'aimerais conclure en disant que le gouvernement devrait se concentrer sur ce qui va vraiment donner une vision aux Canadiens et les aider dans 100 ans en stabilisant le budget, en n'ayant pas de comptes déficitaires à la fin de l'année et en payant la dette. Comment est-il possible qu'on soit parmi les plus pays les plus riches du monde et qu'on ait une dette aussi grande? Il faut réduire les impôts et les taxes des Canadiens au lieu de les hausser.
Si l'économie allait bien, nous, les députés, nous pourrions nous occuper des choses importantes, c'est-à-dire du « vivre ensemble », nous pourrions parler de Constitution, de la communauté et des droits des Canadiens. Or que fait-on à cause de ce gouvernement? On parle sans cesse d'économie, alors qu'on devrait s'attarder à d'autres enjeux.
Results: 1 - 15 of 19 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|