Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 25
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, I would like to ask my colleague a question.
The first point in their motion reads:
(a) take note of the importance of a free and independent press to a healthy democracy;
The Conservatives want a “free and independent” press. Do they also want a sustainable press or do they want a dying one? From what I know, things are not going well.
What are they proposing?
Madame la Présidente, j'aimerais poser une question à mon collègue.
Voici le premier alinéa de leur motion:
a) prenne note de l'importance d'une presse libre et indépendante pour une démocratie en santé;
On cherche donc une presse « libre et indépendante ». La veut-on aussi « viable » ou « mourante »? En effet, à ce que je sache, cela ne va pas bien.
Alors, que proposent-ils?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
I am beginning to feel like a parrot and it is getting tiresome. Why does another four years have to go by before something gets done?
He is the Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism. His minister's predecessor launched the ecosystem review process four years ago.
It was passed from committee to committee, then there was a committee report, and then it went back to committee. The election will be over and still nothing will have been done.
How is it that the Liberal government has not accomplished anything in this regard in four years?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Cela est ennuyeux, mais j'ai l'impression d'être un perroquet. Comment se fait-il qu'on attende encore, quatre ans plus tard, avant de faire quelque chose?
Il est le secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme. La prédécesseure de son ministre actuel a entamé ce processus de révision de l'écosystème il y a quatre ans.
On est allés de comité en comité, puis en rapport de comité et encore en comité. On sera rendu après l'élection et rien n'aura été fait.
Comment se fait-il que le gouvernement libéral n'ait rien fait en quatre ans?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague, the member for Elmwood—Transcona.
I am happy that the masks are coming off today, because we are talking about something that the NDP has been concerned about for a long time. For around eight years, we have been standing up for Canadian news media and cultural content, and particularly in Quebec, where there is a great deal of provincial investment in businesses that offer such content. Furthermore, as a result of the changing paradigm, every investment the Government of Quebec makes involves greater risk.
Last night, the Québec Cinéma Gala celebrated the talents of director Ricardo Trogi, actor Debbie Lynch-White, actor Martin Dubreuil and Sara Mishara, who did the cinematography for the movie The Great Darkened Days. The Québec Cinéma team reminded us that Quebec is so good at telling its stories because of giants like Jean Beaudin and Jean-Claude Labrecque, who passed away last week.
A pioneer of filmmaking on nearly 100 Canadian films and keenly attuned to the evolution of Quebec society, Jean-Claude Labrecque, considered the filmmaker who captured the essence of Quebec, used to describe himself simply as the guy holding the camera. He did right by us, as the great man he was.
To pay tribute to Jean-Claude Labrecque is to pay tribute to the architect of what we inherited today. We inherited a system that allows us to tell our stories through fiction and documentaries, but also through the news media. It allows us to talk about our democracy and to monitor what our politicians do. That is precisely what is currently at stake, because of the partisan games and mediocrity we are seeing from Canada's two main parties.
Under the Conservatives we had 10 years of inaction. Ten years of acting like nothing happened. Then the Liberals came to power saying that something had to be done, that we absolutely needed to fix the problem. That was four years ago and they have done absolutely nothing since then. This government has done a poor job because it is afraid of the opposition. I am talking about the official opposition, of course, because the NDP has been fighting for this cause for at least four years, if not eight, since this issue was not as urgent at the time. This situation has truly deteriorated in no time at all.
It is unacceptable that 80% of Internet advertising revenue currently goes to the United States. All legislators in Canada should be ashamed. It is not unusual for a society that lives in the north, like ours, to import pineapples or bananas. However, we are now importing advertising signs. Is it not appalling that we are letting all our advertising investments go elsewhere? That is a pathetic trade record. Time and again I find myself having to face the fact that we have no backbone. We have to wake up and protect our industry. We have to stop being mesmerized by five different colour letters just because they represent the most beloved brand in the United States, by Republicans and Democrats alike. We need to wake up.
It is not Google's fault that we are slackers. It is not Netflix's fault that we have not asked it to collect the GST, our country's basic tax, which is a consumption tax. The Liberals will not do it for utterly embarrassing reasons. They are afraid that those opposite, the Conservatives, who only want to win the next election, will say that a Netflix tax will raise prices. Give me a break. All Canadians pay the GST on goods they purchase. That is normal. We pay for goods and services, but they will not charge the GST.
You should all be ashamed. I, for one, as a citizen of a country like Canada, am ashamed that we are not taking a stand and charging our consumption tax. That is just disgraceful. As we can see, this mainly concerns the GST.
The government has been avoiding the issue and thinking pretty highly of itself for four years. For the past four years, it has been ignoring other people's advice. For four years, it has been afraid of being known as the government that taxed Netflix, but come on, Netflix raised its rate by about 33% a year ago and nobody said boo. The Liberals say they will not charge the GST for that kind of service. They know they do not have a leg to stand on, but they will not do it. There might be questions at the year-end review. The Prime Minister and the Minister of Finance are literally lying to us when they say taxing an intangible online service is complicated. They talk about seeking advice from their G7 and G20 friends. Seriously, though, this is a sales tax. What is the deal here? You are lying to our faces. This kind of situation—
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec mon collègue le député d’Elmwood—Transcona.
Je suis heureux que les masques tombent aujourd'hui, parce qu'on parle d'un sujet qui nous préoccupe depuis belle lurette, au NPD. Cela fait environ huit ans que nous défendons l'information et le contenu culturel au Canada, au Québec en particulier, puisque celui-ci investit beaucoup dans les entreprises qui offrent ce contenu. De plus, en raison du paradigme changeant, il y a beaucoup plus de risques associés aux investissements faits par l'État québécois.
Hier soir, le Gala Québec Cinéma célébrait le talent du réalisateur Ricardo Trogi, de l'actrice Debbie Lynch-White, de l'acteur Martin Dubreuil et de Sara Mishara, directrice photo du film La grande noirceur. L'équipe de Québec Cinéma nous a aussi rappelé que, si le Québec savait si bien se raconter, c'était notamment grâce à des géants comme Jean Beaudin et Jean-Claude Labrecque, décédé la semaine dernière.
Pionnier de la caméra au générique de près d'une centaine de films d'ici et véritable témoin cinématographique de l'évolution de la société québécoise, Jean-Claude Labrecque, considéré comme le cinéaste de la mémoire du Québec, alors qu'il se qualifiait simplement de « chauffeur de kodak », nous aura conduits à bon port, à la hauteur de l'homme qu'il était.
Rendre hommage à Jean-Claude Labrecque, c'est rendre hommage au bâtisseur de ce dont nous avons hérité aujourd'hui. Nous avons hérité d'un système qui nous permet de raconter nos histoires, par la fiction, par des documentaires, mais aussi par les médias d'information. Il nous permet de parler de notre démocratie et de surveiller les agissements de nos politiciens. Or c'est précisément ce qui est en danger actuellement, à cause des guéguerres partisanes et médiocres de la part des deux principaux partis du Canada.
Il y a eu 10 ans d'inaction de la part des conservateurs, 10 ans à faire comme si rien ne s'était passé. Les libéraux sont ensuite arrivés au pouvoir en disant que cela n'avait pas de bon sens et qu'il fallait absolument régler le problème. Pourtant, quatre ans plus tard, ils n'ont strictement rien fait. C'est tout à fait médiocre, parce qu'il s'agit d'un gouvernement qui a peur de l'opposition. Je parle de l'opposition officielle, bien sûr, car les néo-démocrates se battent pour cette cause depuis au moins quatre ans, sinon huit, puisque cette question était moins sous-jacente à l'époque. En très peu de temps, la situation a véritablement tourné au vinaigre.
Il est inadmissible qu'aujourd'hui, 80 % des revenus publicitaires sur Internet s'en aillent aux États-Unis. Tous les législateurs du Canada devraient avoir honte. Il est normal pour une société qui vit dans le Nord, comme la nôtre, d'importer des ananas ou des bananes. Cependant, nous importons maintenant des panneaux publicitaires. N'est-ce pas pitoyable de laisser tous nos investissements en publicité s'en aller ailleurs? C'est une balance commerciale minable. Nous sommes des gens sans colonne, et je le constate constamment. Nous devons nous réveiller et protéger notre industrie. Cela signifie qu'on doit cesser d'être obnubilé par cinq lettres de couleurs différentes parce que c'est la marque la plus aimée aux États-Unis, autant par les républicains que par les démocrates. Il faut se réveiller.
Ce n'est pas la faute de Google si nous sommes des fainéants. Ce n'est pas la faute de Netflix si nous ne lui demandons pas de percevoir la simple TPS, l'abc de la taxation dans notre pays, soit la taxe à la consommation. Les libéraux ne le feront pas, pour des raisons totalement honteuses. C'est parce qu'ils ont peur de se faire dire par les gens d'en face, les conservateurs, qui veulent seulement être élus à la prochaine élection, qu'une taxe Netflix va coûter plus cher. Mon œil! Tous les Canadiens paient la TPS sur les produits qu'ils consomment. C'est normal, on a des choses et des services à payer, mais on n'y arrive pas.
Vous devriez tous avoir honte. Moi, en tout cas, en tant que citoyen d'un pays comme le Canada, j'ai honte qu'on ne soit même pas capable de se tenir debout et d'appliquer notre taxe à la consommation. C'est une immense honte. Le premier problème concerne donc évidemment la TPS.
Aujourd'hui, cela fait quatre ans que le gouvernement niaise et se prend pour un autre. Cela fait quatre ans qu'il fait comme si les conseils des autres n'existaient pas. Cela fait quatre ans qu'il a peur de se faire accuser de taxer Netflix. Voyons donc, Netflix a augmenté sa facture d'à peu près 33 % depuis un an. Il n'y a pas un chat qui chiâle. Les libéraux disent qu'ils ne factureront pas de TPS pour un service comme celui-là. Ils savent que c'est complètement injustifiable, mais ils ne le feront pas. On va leur poser la question à la revue de fin d'année. Cela dit, le premier ministre et le ministre des Finances nous mentent littéralement en nous disant que c'est compliqué d'ajouter des taxes lorsqu'il s'agit d'un service intangible sur Internet. Ils disent qu'ils vont consulter leurs amis des pays du G7 ou du G20. Voyons! C'est une taxe de vente. Qu'est-ce que c'est que cela? Vous nous mentez en pleine face. Ce genre de situation...
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, the fact is, we are here in a Parliament where the opposition is supposed to be able to propose things and take a constructive approach. I have been fighting for the media for eight years now, and the NDP has been working tirelessly to protect our stories and our journalism, to ensure a level playing field for everyone. It is not happening. We are not the only ones. In January 2017, a report entitled “Shattered Mirror” recommended the following:
Recommendation No. 1: Enhance Section 19 and 19.1 of the Income Tax Act
We have talked about this. It is completely unacceptable that, in a wealthy, western democracy like ours, we are incapable of amending a section of an act that online advertisers are shamelessly exploiting. Basically, if a company pays to place an ad in an American magazine, it cannot include it as a deduction for its advertising expenses. It cannot put it in an American or Canadian magazine, because it is not an eligible expense. However, placing an ad on Google or Facebook is an eligible expense. It is completely ridiculous.
The Conservatives were no better. That loophole has been around for a long time but the Liberals let it be because they are afraid of being taxed. They have spent four years doing nothing even though this is such an important issue, an issue so crucial to our identity. Our stories are disappearing along with our journalism and possibly even our democracy. A number of us have pointed out that many of the weekly papers that cover local politics in every one of our ridings are closing. They are closing because advertisers can jump on that kind of outrageous advantage. That recommendation I just quoted was the first one in the January 2017 report. That was two years ago, and it came from an expert. The heritage minister requested the report. Two years have passed, and nothing has been done. The government has not done a thing about it even though that was the first recommendation.
Here is another recommendation from the Standing Committee on Canadian Heritage's June 2017 report:
Recommendation 1: The Committee recommends that the Minister of Canadian Heritage explore the existing structures to create a new funding model that is platform agnostic and would support Canadian journalistic content.
That was two years ago. Let me point out that both the heritage minister and the Prime Minister summarily dismissed the report.
Here is the second recommendation from the other report from January 2017:
Extend GST/HST to all digital news subscription and advertising revenue for companies not qualifying under new Section 19 criteria. Rebate GST/HST for those that do qualify
Nothing was done. That was in the January 2017 report published by Mr. Greenspon, a distinguished journalist and expert. The Liberals did nothing.
Now, a little like the huge boondoggle they made of the SNC-Lavalin affair, the government decided once again to improvise. It slipped a line somewhere in the omnibus bill, thinking no one would noticed, but they were wrong. The government should have consulted everyone. It would have been nice if it had not tried to hide this in a huge bill the size of an Eaton's catalogue. What happened as a result? Many jobs were lost in Quebec. People might be in difficult situations, but it is not the government's problem. It is, however, a serious problem for Quebec.
Once again, a committee was thrown together at the last minute. It smacks of conflict and does not look good on the members opposite. They have always known just how much the unions hate them because they are always saying they do not care about the news or the situation facing our media here in Quebec and Canada.
Madame la Présidente, la vérité, c'est qu'on est ici dans un Parlement où, en tant qu'opposition, on est censé pouvoir proposer des choses et avoir une approche constructive. Cela fait 8 ans que je me bats à ce sujet et que le NPD planche sans arrêt pour protéger nos histoires et notre journalisme, pour s'assurer que le niveau du jeu est le même pour tout le monde. Cela n'arrive pas. Nous ne sommes pas les seuls. En janvier 2017, le rapport « Le miroir éclaté », « Shattered Mirror » en anglais, recommandait ceci:
Recommandation no 1: Améliorer la section 19 et 19(1) de la Loi de l'impôt sur le revenu
On en a parlé. C'est complètement inacceptable que, dans une démocratie occidentale riche comme la nôtre, nous ne soyons pas capables d'ajuster un article de loi dont les annonceurs sur Internet profitent de façon éhontée. En gros, si une compagnie paie pour insérer une publicité dans un magazine américain, elle ne peut pas l'ajouter comme déduction à ses dépenses publicitaires. Elle ne peut pas mettre cela dans une revue américaine ou canadienne, car c'est une dépense inadmissible. Toutefois, mettre une publicité sur Google ou sur Facebook est une dépense admissible. C'est complètement ridicule.
Les conservateurs n'étaient pas mieux. Cette faille existe depuis longtemps, mais les libéraux ne font rien parce qu'ils ont peur de se faire taxer. Ils ne font rien depuis quatre ans alors qu'il s'agit d'un sujet aussi identitaire et grave, qui fait disparaître nos histoires, notre journalisme et potentiellement notre démocratie. On l'a bien dit: plusieurs hebdos qui couvrent nos petites politiques locales, à chacun de nous, dans nos circonscriptions, ferment. Ils ferment parce que les annonceurs peuvent profiter des avantages éhontés comme celui-là. Cette recommandation no 1 du rapport que je viens de citer est paru en janvier 2017. Cela fait deux ans. C'est un expert qui l'a dit. Ce rapport avait été demandé par la ministre du Patrimoine. Deux ans plus tard, rien n'a été fait. On n'a même pas encore touché à cet aspect, alors que c'était la première recommandation.
Voici une autre recommandation formulée par le Comité permanent du patrimoine canadien en juin 2017:
1) Le Comité recommande que la ministre du Patrimoine canadien étudie les structures existantes pour créer un nouveau modèle de financement qui s’applique à toutes les plateformes et qui supporterait le contenu journalistique canadien.
Cela fait deux ans. Je rappelle que ce rapport a été balayé du revers de la main avec dédain, tant par la ministre du Patrimoine que par le premier ministre.
Voici la recommandation no 2 de l'autre rapport, qui date de janvier 2017:
Étendre la TPS/TVH à l’ensemble des revenus d’abonnements pour les informations numériques et des recettes publicitaires pour les entreprises qui ne sont pas admissibles au titre des critères de la nouvelle section 19. Rembourser la TVH/TPS pour celles qui sont admissibles
Rien n'a été fait. C'était en janvier 2017, dans le rapport de M. Greenspon, un journaliste émérite et un expert. Les libéraux n'ont rien fait.
Aujourd'hui, un peu comme l'énorme bavure commise dans l'affaire SNC-Lavalin, ce gouvernement a décidé encore une fois d'improviser. Il a foutu une ligne quelque part dans le projet de loi omnibus en croyant que cela allait passer. Or cela n'a pas passé. Il aurait dû consulter tout le monde. Cela aurait été agréable qu'il ne le cache pas dans un super projet de loi aussi épais qu'un catalogue d'Eaton. Qu'est-ce que cela a donné? Aujourd'hui, on peut voir les pertes d'emplois au Québec. Que les gens soient dans une situation problématique, ce n'est pas leur problème, mais c'est un grave problème pour le Québec.
Ici, encore une fois, un comité a été improvisé à la dernière seconde; il porte à conflit et à accusation par les gens d'en face. Depuis le début, ils savent très bien que les syndicats les haïssent parce qu'ils ont toujours dit qu'ils se foutaient de l'information et de la situation de nos médias ici, au Québec et au Canada.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, I will focus on the second part of the member's comment, so that my answer is as constructive as possible.
In the second part of his comment, the member asked me what we would recommend. First, we would recommend that the government take things seriously and acknowledge that information promotes a better democracy. Such a fundamental issue should have been tackled much earlier. It would have been preferable not to wait until the last minute, as the government did with a number of very important bills. It also should have done some research and not thought it was so superior that it was above criticism.
Obviously, it is going to be a bit controversial when the government chooses a union that has very much taken a side in the debate and when it makes the announcement at the last second, right before the election. Nevertheless, the Conservatives should not be surprised. They are hated by almost everyone in the news and communications sector. The Conservatives hung us out to dry for 10, or even 14, years, because they were threatening the government.
As for the first part of your comment, you claim to have done things. The Canada Council for the Arts budget was doubled four years ago. Stop saying that; you have not done a thing since.
Madame la Présidente, afin de répondre de la façon la plus constructive possible à cette question qui vient de m'être posée, je vais me concentrer sur la deuxième partie. On reviendra à la première assez vite.
Dans la deuxième partie de sa question, le député me demandait ce que nous recommandions. La première chose que nous recommandons, c'est de prendre les choses sérieusement et de se dire que l'information qui permet une meilleure démocratie est tellement fondamentale qu'il aurait fallu s'en occuper bien avant. Il n'aurait pas fallu attendre à la dernière seconde, comme on l'a fait dans le cas de plusieurs projets de loi extrêmement importants. Il aurait aussi fallu faire de la recherche et ne pas penser qu'en tant que « royaux », on était à l'abri des critiques.
Évidemment, quand on choisit une centrale syndicale qui a éminemment pris parti dans le débat et qu'on annonce cela à la dernière seconde, à la veille de l'élection, c'est certain que c'est un petit peu conflictuel. Par contre, les conservateurs ne doivent pas se surprendre: à peu près tout le milieu de l'information et des communications les hait. Les conservateurs nous ont laissés sécher pendant 10 ans, voire 14, parce qu'ils menaçaient le gouvernement.
Pour ce qui est de la première question, vous dites que vous avez fait des choses. Cela fait quatre ans que le budget du Conseil des arts a été doublé. Arrêtez de dire cela, vous n'avez rien fait depuis.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
That will not be easy, Madam Speaker.
I thank my colleague. I know he means well, and I appreciate his province taking the lead.
He is absolutely right. This definitely demonstrates how pathetic it is that this government does not to have the guts to do the obvious and just apply the GST to a service like this. He is right that we all need to work together. As a result of the government's inability to show federal leadership and persuade the telecom giants to join the comprehensive review, the stakeholders are left to watch as the system falls to pieces. They are petrified of being swallowed up by Big Brother, Google, GAFA and others.
Madame la Présidente, ce sera difficile.
Je remercie mon collègue. Je connais toute sa bonne foi et j'apprécie le fait que sa province ait pris les devants.
Il a tout à fait raison, cela démontre totalement le comportement pitoyable de ce gouvernement, qui n'ose pas faire ce qui est évident, soit d'appliquer simplement la TPS sur un service comme celui-là. Il a raison, nous devons tous travailler ensemble. Parce que le gouvernement n'a pas réussi à avoir une approche fédératrice et à convaincre les grands acteurs des télécommunications de se joindre à la grande révision, on se retrouve actuellement avec des acteurs qui, tous, constatent le démembrement du système. On a bien peur de se faire avaler par Big Brother, Google, le groupe GAFA et les autres.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his important speech, particularly since, in his riding, the Franco-Ontarian fact is, of course, very vulnerable and must always be promoted and protected.
I would like to know where small newspapers and local weeklies stand. Did the people who run them feel reassured by the government's announcements? If the member has any time left, I would like him to tell me why the Liberals took so long to present solutions that were looked into two years ago in a number of reports submitted to the government.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son allocution tout à fait importante, d'autant plus que, dans sa circonscription, le fait franco-ontarien est quelque chose qui est bien sûr toujours vulnérable et qui doit toujours être mis en avant et défendu.
J'aimerais savoir quel est l'état des petits journaux ou hebdos locaux. Les gens qui les opèrent se sont-ils sentis rassurés par les annonces du gouvernement? S'il lui reste du temps de parole, j'aimerais qu'il me dise pourquoi on présente tardivement des solutions que l'on avait explorées, il y a deux ans, au moyen de plusieurs rapports déposés au gouvernement.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for her speech and excellent work at committee, where we discussed these issues at length.
I will not ask her why we had to wait until the last minute because I have already asked that question many times today. A lot of people are wondering if they are going to pack up next weekend because the parliamentary session is almost over. It cannot believe that we are tackling this issue today, but the Conservatives wanted to raise it.
Is my colleague surprised by the Conservative belief that choosing a union such as Unifor to represent the views of workers and others is some kind of a game?
I find it appalling that they waited until the last minute, just before the election, to introduce such a highly debatable motion.
Is she surprised by the Conservative belief that unions do not look favourably on the Conservatives and do not believe them to be on their side?
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue de son discours et de son excellent travail en comité, où nous avons beaucoup traité de ces sujets.
Je ne lui demanderai pas pourquoi on a attendu à la dernière minute, puisque j'ai déjà posé cette question à maintes reprises aujourd'hui. Beaucoup de gens se demandent s'ils vont faire des boîtes la fin de semaine prochaine, puisque la session parlementaire est presque terminée. C'est incroyable qu'on aborde ce sujet aujourd'hui, mais les conservateurs ont voulu en parler.
Est-ce que ma collègue est étonnée que les conservateurs voient un jeu dans le fait de choisir un syndicat comme Unifor pour représenter, entre autres, le point de vue des travailleurs?
Évidemment, je trouve cela déplorable qu'on ait attendu à la dernière minute, quelques jours avant l'élection, pour proposer quelque chose qui peut tout à fait être débattu.
Est-elle étonnée que les conservateurs voient dans ces syndicats des gens qui ne les voient pas d'un bon œil et qui considèrent que les conservateurs ne sont pas de leur côté?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, my colleague works with me on the Standing Committee on Canadian Heritage, where we talked about this issue many times.
Does he not find it shameful that the Liberals once again waited until the last minute, when they could have been much more effective in helping our media outlets make more money? For example, the government could have amended the exemption in section 19 of the Income Tax Act so that Internet ads are considered expenses for income tax purposes just as magazine ads are.
Monsieur le Président, mon collègue travaille avec moi au Comité permanent du patrimoine canadien, où nous avons abordé cette question à maintes reprises.
Ne trouve-t-il pas cela déplorable qu'on ait attendu encore une fois à la dernière minute, alors qu'on aurait pu faire des choses beaucoup plus efficaces en matière de gains financiers pour nos médias? Par exemple, on aurait pu modifier l'exception de l'article 19 de la Loi de l'impôt sur le revenu de telle sorte que les publicités sur Internet, au même titre que celles dans les magazines canadiens, soient considérées comme des dépenses aux fins de l'impôt.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
I agree with him. There is a lot wrong with this situation. A few days from the end of this Parliament, it is very awkward and negligent of this government to be making so many proposals and appointments that could cause confusion, when we do not have the means to do an analysis. Our news industry and our media are not doing well.
I would like to hear what my colleague has to say about the information I found indicating that Canada subsidizes the media to the tune of $2 per capita. In Quebec, with its current formula, it is about $3 per capita. Compare that to $5.83 in the United States, $18.17 in the United Kingdom and $30 in France. Of course, Sweden, Norway and Finland, which are fantastic countries, provide significantly more help to the media, with support ranging from $57 to $90 per capita. That is a huge amount compared to Canada's $2 per capita.
Does my colleague agree with the idea that the state must provide better support for newspapers, in a non-partisan manner of course?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
Je suis d'accord avec lui, il y a beaucoup de malaises dans la situation actuelle. À quelques jours de la fin de cette législature, c'est très maladroit et négligent de la part du gouvernement de faire autant de propositions et de nominations qui peuvent porter à confusion, alors qu'on n'a pas les moyens d'analyser cela. Notre système d'information et nos médias sont malades.
J'aimerais avoir l'opinion de mon collègue sur des données que j'ai retrouvées. Celles-ci indiquent que le Canada soutient les médias à hauteur de 2 $ par habitant. Au Québec, avec l'aide actuelle, ce soutien est d'environ 3 $ par habitant. Aux États-Unis, on parle de 5,83 $ par habitant, alors qu'au Royaume-Uni, le soutien aux médias s'élève à 18,17 $ par habitant. Finalement, en France, ce montant se situe à près de 30 $ par habitant. Évidemment, en Suède, en Norvège et en Finlande, l'aide apportée aux médias est plus importante. Ces pays sont fantastiques, le soutien aux médias se situe entre 57 $ et 90 $ par habitant. C'est énorme par rapport aux 2 $ par habitant que le Canada paie.
Est-ce que mon collègue réagit bien à l'idée que l'État doit mieux soutenir les journaux, évidemment de façon non partisane?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague, who serves with me on the Standing Committee on Canadian Heritage. Clearly, we cannot oppose a good thing, even if it being proposed late in the game. When a union that represents thousands of workers is disparaged, there may be some comments that people would like to take back.
However, as everyone has said today, it is obvious that this is a temporary measure while we wait for something better. That is the issue. Why did we wait all this time to solve the fundamental problem afflicting our media, namely the loss of advertising revenue? What is the cause of these losses? I wonder if my colleague can answer that. Section 19 is overused with respect to online advertising, as though the ads were being placed in Canadian media.
Why has this loophole not been closed? Why is GST not charged on ads purchased on these platforms? If the reason is that these are U.S. platforms, it is not a good reason.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue, avec qui je siège au Comité permanent du patrimoine canadien. Il est clair qu'on ne peut pas être contre la vertu, même si elle arrive bien tard. Il est vrai qu'il peut y avoir des propos qui sont regrettés quand on traite de tous les noms un syndicat qui représente des milliers de travailleurs.
Par contre, comme tout le monde l'a dit aujourd'hui, il est évident que c'est une mesure temporaire en attendant quelque chose de mieux. La question est là. Pourquoi avons-nous attendu tout ce temps pour régler des problèmes fondamentaux de nos médias, c'est-à-dire, les pertes de revenus publicitaires? À quoi ces pertes sont-elles liées? Je me demande bien si mon collègue a une réponse à me donner là-dessus. Le fameux article 19 est surutilisé en ce qui concerne l'application des publicités sur Internet, comme si c'était des médias canadiens.
Pourquoi cette lacune n'a-t-elle pas été comblée? Pourquoi la TPS n'est-elle strictement pas facturée sur les achats publicitaires sur ces plateformes? Si c'est parce qu'elles sont américaines, ce n'est pas une bonne raison.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I am happy to hear that. I will ask the member to slow down a bit and to find an answer to my question. Why is the government not closing the section 19 loophole?
Allow me to explain. Under section 19, a Canadian advertiser can advertise in an American magazine, but this expense will not count as an operating expense for advertising come tax time. This expense is not allowed because the advertiser is not advertising in Canadian media. However, section 19 does not currently specify that these ads must be bought on Canadian online media in order to be considered an eligible expense.
Why is the government not doing this?
Everyone knows that this is a big problem. Everyone also knows that if the government closed this loophole, Canadian advertisers would probably spend less on American platforms and more on Canadian ones. It is not complicated. This would obviously bring in more money for the government.
Monsieur le Président, je suis très heureux de cela. Je vais lui demander de pédaler un peu et de trouver une réponse à ma question. Pourquoi le gouvernement ne ferme-t-il pas l'échappatoire de l’article 19?
Je m’explique: l’article 19 prévoit qu’un annonceur canadien peut annoncer dans un magazine américain, mais que cette dépense ne sera pas admissible à la déclaration de revenus en tant que frais d’exploitation, en tant que frais pour faire de la publicité. Cela n’est pas admissible, car ce n’est pas dans un média canadien. Or, présentement, l’article 19 ne spécifie pas que, pour que cela s’applique, ces dépenses publicitaires doivent être faites dans des médias canadiens sur Internet.
Pourquoi cela ne se fait-il pas?
Tout le monde sait qu'il s'agit d'un important problème. Tout le monde sait aussi que si cette échappatoire était fermée, les annonceurs canadiens diminueraient probablement un peu leurs achats dans ces plateformes américaines et augmenteraient un peu leurs achats locaux. Ce n’est pas compliqué. Cela rapporterait évidemment des revenus à l’État.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, for four years, the media industry has been floundering. Thousands of journalism jobs have been lost. Our information and democracy are in jeopardy.
Last week, the Conservative leader basically announced that he will do nothing to address the media crisis. Come to think of it, nothing is exactly what the Liberals are doing. After four years of studies and committees, last week, the Liberals came up with the half-baked idea to set up yet another controversial committee that will not release its findings until just after the House rises for the summer.
Why did the government wait four years, a full term in office, before finally coming to its senses about the crisis? Are the Liberals that afraid of the Conservatives?
Monsieur le Président, depuis quatre ans, l'industrie des médias s'effondre. Des milliers d'emplois de journalistes se perdent. Notre information et notre démocratie sont en jeu.
Le chef des conservateurs a carrément annoncé la semaine dernière qu'il ne ferait rien pour régler la crise des médias. Quand on y pense, c'est exactement ce que les libéraux ont fait aussi. Après quatre ans d'études et de comités, la semaine dernière, ils ont encore improvisé de façon bancale un autre comité controversé qui va émettre ses conclusions juste après que la Chambre sera fermée.
Pourquoi le gouvernement a-t-il attendu quatre ans, un mandat complet, avant de se réveiller en ce qui concerne la crise des médias? Les libéraux ont-ils si peur des conservateurs?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, my colleague referred to the Canada-Quebec agreements. I had the chance—anyone could have joined in—to walk with the people from FRAPRU, the Quebec social housing coalition, who left Ottawa roughly a month ago to travel to Quebec City. They will arrive in Quebec City tomorrow. They walked 550 kilometres and stopped in all sorts of towns and villages along the way to talk about social housing.
I had the opportunity to welcome them back home in Longueuil—Saint-Hubert, where we walked 1% of the journey together. These people have deep convictions and they are walking on behalf of an entire community of people who need social housing.
In Longueuil—it is not for nothing that they stopped by—there are major housing challenges. The waiting lists are appalling. My team was on the phone with a friend in my riding who is a young professional, a single parent with two children. She came to see my team because she could no longer make ends meet. She pays $1,000 a month in rent.
These situations are commonplace in Longueuil. Fortunately, there are fantastic solutions. People have stepped up. The people on this walk were invited, for example, to have breakfast at Habitations Paul-Pratt, Manoir-Trinité, where seniors have been able to find great social housing and a wonderful quality of life. That is important. These are urgent needs.
I am wondering why we are talking about this today when the government made some lofty promises about great funding, which we were very pleased with. However, 90% of this money will only be disbursed after the government is re-elected. I believe it is horribly Machiavellian to deal with these issues in this way. I can say the same thing about cultural issues. I just blasted the Minister of Canadian Heritage because his committee will release a report in 2020, after the election. That is just appalling. The needs exist right now.
Why does the government not see what people across Canada and especially in Longueuil are dealing with?
Monsieur le Président, mon collègue fait référence aux ententes Canada-Québec. J'ai eu la chance — n'importe qui sur ce parcours aurait pu le faire — de marcher avec les gens du FRAPRU qui sont partis il y a environ un mois d'Ottawa pour se rendre à Québec. Ils arriveront demain à Québec. Ils ont marché 550 kilomètres et parcouru des tas de villes et de villages pour parler de logement social.
J'ai eu la chance de les accueillir chez moi, dans Longueuil—Saint-Hubert, où nous avons marché ensemble 1 % de ce parcours. Ces gens ont des convictions profondes et ils le font au nom de toute une communauté de gens qui a besoin de logement social.
À Longueuil — ce n'est pas pour rien qu'ils sont passé chez nous —, il y a des gros enjeux à cet égard. Il y a des listes d'attente épouvantables. Mon équipe était au téléphone avec une amie de ma circonscription qui est une jeune professionnelle, chef de famille monoparentale avec deux enfants. Elle est venue les voir car elle n'arrivait plus à joindre les deux bouts. Elle paie 1 000 $ de loyer par mois.
Ces situations sont communes à Longueuil; heureusement qu'il y a des solutions fantastiques. Des gens ont pris les choses en main. Cette marche a été accueillie, entre autres, pour le déjeuner aux Habitations Paul-Pratt au Manoir-Trinité, où des gens âgés ont pu avoir accès à des logements sociaux fantastiques et à une qualité de vie merveilleuse. C'est fondamental. Ce sont pourtant des choses qui sont urgentes.
Je me demande comment il se fait qu'on parle de cela aujourd'hui, alors qu'en réalité le gouvernement a lancé des belles promesses relativement à du beau financement, dont nous nous sommes réjouis. Cependant, 90 % de ces sommes ne seront versées qu'après la réélection du gouvernement. Je trouve cela d'un machiavélisme épouvantable de traiter les enjeux de cette façon. Je peux dire que sur le plan de la culture c'est pareil. Je viens de « blaster » le ministre du Patrimoine canadien parce que son comité rendra un rapport en 2020, après les élections. C'est d'une grossièreté pitoyable. Les besoins existent maintenant.
Pourquoi le gouvernement ne verrait-il pas la réalité en face, celle des gens de partout au Canada et particulièrement dans Longueuil?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, La Presse has just announced that it will become a non-profit entity because Ottawa is still refusing to support our national media.
This morning, the newspaper's president said that the newspaper could no longer compete in an environment where more than 80% of digital advertising dollars in Canada go to Google and Facebook, which do not have to pay taxes but get tax credits. Why on earth is the Minister of Finance favouring the web giants? First La Presse. What's next?
Will our media have to start hiring hordes of lobbyists to finally get the government's attention?
Monsieur le Président, le journal La Presse vient d'annoncer qu'il se transformera en OBNL, parce qu'Ottawa refuse toujours de soutenir nos médias nationaux.
Ce matin, la direction du journal disait ne plus pouvoir se battre contre Facebook et Google qui accaparent presque 80 % de tous les revenus publicitaires numériques au Canada, sans taxe, sans impôt, mais avec des crédits d'impôt, par exemple. Ben maudit, pourquoi le ministre des Finances favorise-t-il les géants du Web? Eh, La Presse! What's next?
Est-ce qu'il faudrait que nos médias se mettent à embaucher des hordes de lobbyistes pour enfin avoir l'oreille de ce gouvernement?
Results: 1 - 15 of 25 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data