Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:38 [p.19956]
Mr. Speaker, I really appreciated the speech by my colleague from Calgary Shepard, who adroitly set out to deconstruct that worn-out Liberal platitude about the environment and the economy going hand in had. It is patently obvious that they do, because we human beings come from the environment, our resources come from the environment, and the economy comes from the environment.
The economy is both a process and a product of the environment we live in. The resources we export, such as oil, are natural resources that come from the environment. The Liberals' platitude is purely political PR.
As I recall, under the Conservative government, we did not sweet-talk anyone. We took concrete action that produced excellent results. For example, we reduced Canada's greenhouse gas emissions by 2% while we grew the GDP by 16%.
I would like the member for Calgary Shepard to tell us more about the strides our government made on both the environmental and economic fronts.
Monsieur le Président, j'apprécie énormément le discours de mon collègue de Calgary Shepard qui, avec justesse, a voulu déconstruire la métaphore que les libéraux utilisent jour après jour en disant que l'environnement et l'économie vont de pair. Toutefois, c'est l'évidence même, parce que nous-mêmes, les êtres humains, sommes issus de l'environnement, nos ressources proviennent de l'environnement et l'économie est issue de l'environnement.
L'économie est un processus et un produit de l'environnement dans lequel on vit. Les ressources qu'on exporte, par exemple, le pétrole, sont des ressources naturelles qui proviennent de l'environnement. Bref c'est une métaphore démagogique et politique.
Je me rappelle quand même que sous le gouvernement conservateur, sans avoir un discours édulcoré, nous posions des actions tangibles qui ont donné des résultats fort intéressants. Par exemple, nous avons réduit de 2 % les émissions de gaz à effet de serre au Canada, tout en augmentant le PIB de 16 %.
J'aimerais que le collègue de Calgary Shepard parle un peu des progrès réalisés sous notre gouvernement sur le plan de l'environnement et de l'économie.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:43 [p.19956]
Mr. Speaker, here we are in the House, on Wednesday, May 30, at 8:45. I should mention that it is 8:45 p.m., for the many residents of Beauport—Limoilou who I am sure are tuning in. To all my constituents, good evening.
We are debating this evening because the Liberal government tabled very few significant government bills over the winter. Instead, they tabled an astounding number of private members' bills on things like swallows' day and beauty month. Sometimes my colleagues and I can hardly help laughing at this pile of utterly trivial bills. I also think that this process of randomly selecting the members who get to table bills is a bit past its prime. Maybe it should be reviewed. At the same time, I understand that it is up to each member to decide what kind of bill is important to him or her.
The reason we have had to sit until midnight for two days now is that, as my colleague from Perth—Wellington said, the government has been acting like a typical university student over the past three months. That comparison is a bit ridiculous, but it is true. The government is behaving like those students who wait until the last minute to do their assignments and are still working on them at 3 a.m. the day before they are due because they were too busy partying all semester. Members know what I mean, even though that paints a rather stereotypical picture of students; most of them do not do things like that.
In short, we have a government that, at the end of the session, has realized that time is running out and that it only has three weeks left to pass some of its legislative measures, some of which are rather lengthy bills that are key to the government's legislative agenda. One has to wonder about that.
The Liberals believe these bills to be important. However, because of their lack of responsibility over the past three months, we were unable to debate these major bills that will make significant changes to our society. Take for example, Bill C-76, which has to do with the electoral reforms that the Liberals want to make to the voting system, the way we vote, protection of the vote, and identification. There is also Bill C-49 on transportation in Canada, a very lengthy bill that we have not had time to examine properly.
Today we are debating Bill C-57 on sustainable development. This is an important topic, but for the past three years I have been getting sick and tired of seeing the Liberal government act as though it has a monopoly on environmental righteousness. I searched online to get an accurate picture of the record of Mr. Harper's Conservative government from 2006 to 2015, and I came across some fascinating results. I want to share this information very honestly with the House and my Liberal colleagues so that they understand that even though we did not talk incessantly about the environment, we achieved some excellent concrete results.
I want to read a quote from www.mediaterre.org, a perfectly legitimate site:
Stephen Harper's Canadian government released its 2007 budget on March 19. The budget allocated $4.5 billion in new investments to some 20 environmental projects. These measures include a $2,000 rebate for all electronic-vehicle or alternative-fuel purchases, and the creation of a $1.5-billion EcoTrust program to help provinces reduce greenhouse gas emissions.
The Liberals often criticize us for talking about the environment, but we did take action. For example, we set targets. We proposed reducing emissions to 30% below 2005 levels by 2030. The Liberals even retained these same targets as part of the Paris agreement.
They said we had targets, but no plan. That is not true. Not only did we have the $1.5-billion ecotrust program, but we also had a plan that involved federal co-operation.
Allow me to quote the premier of Quebec at the time, Jean Charest, who was praising the plan that was going to help Quebec—his province, my province—meet its greenhouse gas emissions targets. Jean Charest and Mr. Harper issued a joint press release.
Mr. Harper said, “Canada's New Government is investing to protect Canadians from the consequences of climate change, air pollution and greenhouse gas emissions.” He was already recognizing it in 2007.
Mr. Charest said, “In June 2006, our government adopted its plan to combat climate change. This plan has been hailed as one of the finest in North America. With Ottawa contributing financially to this Quebec initiative, we will be able to achieve our objectives.”
It was Mr. Charest who said that in 2007, at a press conference with the prime minister.
I will continue to read the joint press release from the two governments, “As a result of this federal funding, the Government of Quebec has indicated that it will be able to reduce greenhouse gas emissions by 13.8 million tonnes of carbon dioxide or equivalent below its anticipated 2012 level.”
What is more, the $1.5-billion ecotrust that was supposed to be allocated and was allocated to every province provided $339 million to Quebec alone. That was going to allow Quebec to engage in the following: investments to improve access to new technologies for the trucking sector; a program to develop renewable energy sources in rural regions; a pilot plant for production of cellulosic ethanol; promotion of geothermal heat pumps in the residential sector; support for technological research and innovation for the reduction and sequestration of greenhouse gases. This is probably one of those programs that is helping us make our oil sands increasingly environmentally friendly by allowing us to capture the carbon that comes from converting the sands to oil. There are also measures for the capture of biogas from landfill sites, for waste treatment and energy recovery, and finally for Canada ecotrust.
I invite our Liberal colleagues to listen to what I am going to say. In 2007, Steven Guilbeault of Greenpeace said the following: “We are pleased to see that after negotiating for more than a year, Quebec has finally obtained the money it needs to move towards meeting the Kyoto targets.”
Who made it possible for Quebec to move towards meeting its Kyoto objectives? It was the Harper government, a Conservative government, which established the $1.5-billion ecotrust fund in 2007 with monies from the budget surplus.
Not only did we have a plan to meet the targets we proposed, but this was also a plan that could only be implemented if the provinces agreed to the targets. It was a plan that was funded through the budget surplus, that did not further tax Canadians, and that provided money directly, without any conditions, other than the fundamental requirement that it had to help reduce climate change, which was philosophically important. Any and all measures taken to reach that goal were left entirely to the discretion of the provinces.
Mr. Harper, like a good Conservative who supported decentralization and like a true federalist leader, said that he was giving $400 million to each province so it could move forward with its plan.
By 2015, after 10 years of Conservative government, the country had not only weathered the worst economic crisis, the worst recession in history since the 1930s, but it had also reduced greenhouse gas emissions by 2% and increased the gross domestic product for all Canadians while lopping three points off the GST and lowering income taxes for families with two children by an average of $2,000 per year.
If that is not co-operative federalism, if those are not real results, if that is not a concrete environmental plan, then I do not know what is. Add to that the fact that we achieved royal assent for no less than 25 to 35 bills every session.
In contrast, during this session, in between being forced to grapple with scandals involving the carbon tax, illegal border crossings, and the Trans Mountain project, this government has barely managed to come up with four genuinely important bills.
By contrast, we expanded parks and protected Canada's wetlands. Our environmental record is exceptional.
Furthermore, we allowed debate. For example, we debated Bill C-23 on electoral reform for four days. The Liberals' electoral reform was debated for two hours.
I am sad, but I am happy to debate until midnight because debating is my passion.
Monsieur le Président, nous voici à la Chambre le mercredi 30 mai à 20 h 45. Je dois préciser que c'est le soir, pour tous les résidants de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre, j'en suis sûr. Je les salue.
Nous débattons ce soir parce que le gouvernement libéral, tout au long de la session d'hiver, a proposé peu de projets de loi gouvernementaux d'envergure. On a plutôt vu un nombre incroyable de projets de loi d'initiative parlementaire sur le jour des hirondelles ou sur le mois de la beauté. Parfois, mes collègues et moi rigolons presque de cette accumulation de projets de loi presque complètement anodins. D'ailleurs, je trouve un peu moribond ce processus de sélection aléatoire du député qui va pouvoir présenter un projet de loi. Peut-être qu'on devrait le revoir. En même temps, je comprends qu'il revient à chaque député de déterminer quel genre de projet de loi est important pour lui.
Si nous devons siéger jusqu'à minuit depuis maintenant deux jours, c'est parce que, tout comme l'a dit mon collègue de Perth—Wellington, le gouvernement, au cours des trois derniers mois, a agi comme un étudiant universitaire typique. C'est un parallèle un peu loufoque, mais cela tient quand même debout. Il s'est comporté comme un étudiant qui se rend compte que la remise du travail a lieu le lendemain matin et qui commence à le faire à 3 heures du matin parce qu'il a fait la fête tout le long de la session. On voit un peu ce que je veux dire, même si c'est une image un peu tronquée des étudiants, puisque la plupart ne font pas cela.
Bref, on se retrouve avec un gouvernement qui, en fin de session, prend conscience que le temps file et qu'il lui reste à peine trois semaines pour faire adopter certaines de ses mesures législatives qu'on pourrait juger plus volumineuses et importantes pour son programme législatif. Encore là, on pourrait se poser des questions.
Même si certains projets de loi sont importants aux yeux des libéraux, à cause de leur manque de sérieux des trois derniers mois, nous n'avons pas pu débattre des projets de loi majeurs qui vont apporter de grands changements dans notre société, comme le projet de loi C-76. Celui-ci porte sur les réformes électorales que les libéraux veulent appliquer relativement au mode de scrutin, à notre façon de voter, à la protection du vote et à l'identification, par exemple. Mentionnons aussi le projet de loi C-49 sur le transport au Canada, un projet de loi très volumineux que nous n'avons pas eu le temps d'évaluer convenablement.
Aujourd'hui, nous parlons du projet de loi C-57 sur le développement durable. C'est donc très intéressant. Cependant, j'en ai un peu marre d'entendre le gouvernement libéral nous répéter, depuis trois ans, qu'il a le monopole de la vertu en ce qui a trait à l'environnement. J'ai fait quelques recherches sur Internet pour voir le bilan précis et tangible du gouvernement conservateur de M. Harper de 2006 à 2015. J'ai fait des découvertes assez incroyables. J'aimerais en faire part de manière très honnête à la Chambre et à mes collègues libéraux pour qu'ils comprennent que, bien que nous ne nous gargarisions pas d'un discours environnementaliste, nous avons obtenu des résultats tangibles fort intéressants.
Voici donc ce que j'ai trouvé sur www.mediaterre.org, un site Web parfaitement légitime:
Le gouvernement canadien de Stephen Harper a rendu public le 19 mars dernier son budget 2007. Celui-ci prévoit 4,5 milliards de nouveaux investissements liés à une vingtaine de projets environnementaux. Ces mesures impliquent notamment la déduction de 2000$ liée à tout achat de véhicule écoénergétique ou à carburant de remplacement, mais également la mise sur pied d’une Éco-fiducie de 1,5 milliards afin d’aider les provinces à diminuer l’émission de gaz à effet de serre.
Souvent, les libéraux nous accusent d'avoir parlé d'environnement, puisque nous l'avons quand même fait à quelques égards. Nous avons notamment proposé des cibles. Par exemple, nous avons proposé de baisser les émissions de 30 % d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Or les libéraux ont conservé ces mêmes cibles par l'entremise de l'Accord de Paris.
Ils nous disaient que nous avions des cibles, mais pas de plan. Ce n'est pas vrai. Non seulement nous avions l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars, mais c'était aussi un plan qui s'inscrivait dans une collaboration fédérale.
Je vais citer des passages du premier ministre du Québec à l'époque, Jean Charest, qui faisait l'éloge de ce plan qui allait aider le Québec — sa province, ma province — à atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Jean Charest et M. Harper ont difusé ensemble un communiqué.
M. Harper a dit: « Le nouveau gouvernement du Canada investit afin de protéger les Canadiennes et les Canadiens des répercussions des changements climatiques, — il le reconnaissait d'emblée en 2007 — de la pollution atmosphérique et des émissions de gaz à effet de serre. »
M. Charest a dit: « En juin 2006, notre gouvernement a adopté son Plan de lutte aux changements climatiques. Ce plan a été salué comme l'un des meilleurs en Amérique du Nord. Avec la contribution financière du gouvernement fédérale à cet effort québécois, nous pourrons atteindre nos objectifs. »
C'est M. Charest qui a dit cela en 2007, lors d'une conférence de presse tenue avec le premier ministre.
Je continue la lecture du communiqué de presse conjoint des deux gouvernements: « Grâce au financement fédéral, le gouvernement du Québec a indiqué qu'il sera en mesure de réduire de 13,8 millions de tonnes de dioxyde de carbone ou de substances équivalentes les émissions de gaz à effet de serre, soit en dessous des niveaux prévus pour 2012. »
En outre, l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars qui devait s'appliquer et qui s'est appliquée à toutes les provinces prévoyait 339 millions de dollars juste pour le Québec. Cela allait permettre au Québec de faire tout ce que je vais énumérer: des investissements destinés à faciliter l'accès à de nouvelles technologies dans le secteur du camionnage; un programme visant à trouver de nouvelles sources d'énergie renouvelable dans les régions rurales; une usine pilote de fabrication d'éthanol à partir de matières cellulosiques; la promotion de pompes géothermiques dans le secteur résidentiel; l'appui à la recherche technologique et à l'innovation pour la réduction et la séquestration des gaz à effet de serre — c'est probablement un de ces programmes qui nous aident à avoir des sables bitumineux de plus en plus proenvironnmentaux parce qu'on capte le carbone qui est issu de la transformation des sables vers le pétrole. Il y a également des mesures destinées à promouvoir le captage de la biomasse provenant des sites d'enfouissement, des mesures destinées à favoriser la récupération des déchets traités et de l'énergie et finalement l'ÉcoFiducie du Canada.
J'invite les collègues libéraux à écouter ce que je vais dire. M. Steven Guilbeault de Greenpeace a dit en 2007: « Nous sommes heureux de constater qu'après plus d'une année de négociation, Québec a finalement obtenu les sommes qui lui permettront de se rapprocher davantage des objectifs de Kyoto. »
Qui a permis au Québec de se rapprocher de ces objectifs de Kyoto? C'est le gouvernement de M. Harper, un gouvernement conservateur qui a créé l'écoFiducie en 2007 de 1,5 milliard de dollars provenant d'un budget basé sur des surplus budgétaires.
Non seulement nous avions un plan pour atteindre les cibles que nous avions mises en avant, mais c'était un plan qui ne s'appliquait pas sans le consentement des provinces. C'était un plan qui prenait des surplus budgétaires, qui ne taxait pas davantage les Canadiens et qui envoyait de l'argent directement, sans aucune condition, mis à part la condition fondamentale de contribuer à réduire les changements climatiques, qui était quand même philosophiquement importante. Toutes les mesures pour y arriver étaient laissées complètement à la discrétion des provinces.
M. Harper, comme un bon conservateur décentralisateur, un vrai leader fédéraliste, a dit qu'il donnait 400 millions de dollars à chaque province pour qu'elle mette en oeuvre son projet.
En 2015, après 10 ans de gouverne conservatrice, on a constaté qu'on avait non seulement passé à travers la pire crise économique, la pire récession de l'histoire depuis les années 1930, mais qu'on avait aussi réduit les émissions de gaz à effet de serre de 2 % et augmenté le produit intérieur brut pour tous les Canadiens, tout en baissant la TPS de trois points et les impôts de 2 000 $ en moyenne, par année, pour une famille ayant deux enfants.
Si cela n'est pas du fédéralisme coopératif, si ce ne sont pas des résultats tangibles, si cela n'est pas un plan environnemental concret, je me demande ce que c'est. C'est sans parler du fait que nous avions un minimum de 25 à 35 projets législatifs qui passaient sous le sceau de la reine à chaque session.
Cette session-ci, à part les scandales de la taxe sur le carbone, les passages illégaux, le projet de Trans Mountain — tous des enjeux qui se présentent au gouvernement contre son propre désir — les libéraux ont à peine mis en avant quatre projets de loi véritablement importants.
Bref, on a agrandi les parcs et on a protégé les terres humides du Canada. On a un bilan exceptionnel en matière d'environnement.
En outre, nous, on permettait les débats. Par exemple, quand on a fait le débat sur le projet de loi C-23, qui concernait les réformes électorales, on a débattu pendant quatre jours. La réforme électorale des libéraux, quant à elle, a été débattue pendant deux heures.
Je suis attristé, mais content de débattre jusqu'à minuit, parce que c'est ma grande passion.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:55 [p.19958]
Mr. Speaker, day after day, the government is revealing itself to be a poor manager for our country. Politics, arguments, and ideologies aside, the Canadian Constitution calls for peace, order, and good government. In this Parliament, we can be comforted by the fact that, at the very least, there is peace and order. However, there certainly is not good governance.
Day after day, the Liberals face national crises, sometimes of their own making, and their solutions are almost behind the times. They are unable to balance the budget in a reasonable time, as they promised.
What I particularly liked about the Conservative government, and what I will like about the future 2019 Conservative government, is that it had the political courage to speak the truth and take real action.
Today, we are talking about the environment, and I have a theory. I am sure that the Paris Agreement, which is much more practical and effective, exists because Mr. Harper had the courage to withdraw from the Kyoto protocol before all the international elite. Everyone knew that the Kyoto protocol was not working. There were useless meetings where the international elite set completely unrealistic objectives, when meanwhile all the countries knew full well that they would never achieve those greenhouse gas reduction targets.
Canada was the first and only country to have the courage to say that the Kyoto protocol was not working and that it needed to be updated. It was the only country that had the courage to withdraw. The Paris Agreement and its reduction targets of 30% below 2005 levels by 2030 exist primarily because of the Conservative government and the $1.5-billion ecotrust it created in 2007, which was a real and tangible example of federal co-operation.
Monsieur le Président, c'est ce qu'on constate jour après jour. L'évidence devient de plus en plus évidente: ce gouvernement n'est pas un bon gestionnaire d'État. Mis à part toute la politique, l'argumentaire et les distinctions idéologiques, la Constitution du Canada nous demande depuis toujours d'avoir la paix, l'ordre et un bon gouvernement. Sous la législature actuelle, on peut se conforter puisqu'il y a la paix et l'ordre, et c'est la moindre des choses. Cependant, il n'y a certainement pas une bonne gouvernance.
En effet, jour après jour, on voit les libéraux confrontés à des crises nationales, parfois de leur propre cru, auxquelles ils font face de manière presque désuète. Du point de vue financier, on constate qu'ils ne sont pas capables d'équilibrer le budget de façon raisonnable, comme ils l'avaient promis.
Ce que j'aimais particulièrement du gouvernement conservateur — et que j'aimerai du futur gouvernement conservateur de 2019 —, c'était le courage politique de dire et de faire les vraies choses.
Aujourd'hui, on parle d'environnement, et j'ai ma petite théorie. Je suis certain que si aujourd'hui on a l'Accord de Paris, qui est beaucoup plus concret et efficace, c'est grâce à M. Harper qui a eu le courage de se retirer du Protocole de Kyoto devant toute l'élite internationale. Tout le monde savait que ce protocole ne fonctionnait pas. Il s'agissait de rencontres moribondes de l'élite internationale qui se gargarisait d'objectifs complètement irréalistes, alors que chaque pays savait très bien qu'ils n'atteindraient pas les résultats escomptés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Le Canada a été le premier et le seul pays à avoir le courage de dire que le Protocole ne fonctionnait pas, qu'il fallait le renouveler et de se retirer. Si l'Accord de Paris et ses cibles de réductions existent, soit 30 % de réduction par rapport à 2005 d'ici 2030, c'est d'abord et avant tout grâce au gouvernement conservateur, et de l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars qu'on a créée en 2007, un exemple palpable et tangible de coopération fédérale.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:59 [p.19958]
Mr. Speaker, my colleague could not be more right. The government has yet to propose to Canadians how it is going to respond to the fiscal reform related to the presidency of Mr. Trump, which has already had a great impact on us. I have read the National Post and The Globe and Mail in the last month, and most experts have been telling us that Canada's competitiveness has decreased drastically in the last several months.
We learned yesterday that not only is the government not responding to the fiscal reform being implemented in the U.S., but it is sending $4.5 billion of taxpayer money to a Texas-based company, Kinder Morgan. We have all known the story, of course, since yesterday.
Worse than that, in the autumn session, the government tried to impose fiscal reform that would tax our small and medium-sized enterprises more and more. I am sure that the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola is very concerned about that because he is the critic for small and medium-sized enterprises. It is a fiasco, and the government does not know how to deal with it, either domestically or internationally.
Monsieur le Président, mon collègue a tout à fait raison. Les Canadiens attendent toujours que le gouvernement leur fasse savoir comment il entend réagir à la réforme fiscale liée à la présidence de M. Trump, qui a déjà une grande incidence chez nous. Ce mois-ci, j'ai lu le National Post et le Globe and Mail, et la plupart des experts nous disent que la capacité concurrentielle du Canada a diminué de façon radicale au cours des derniers mois.
Nous avons appris hier que non seulement le gouvernement ne réagit pas à la réforme fiscale déployée aux États-Unis, mais il envoie également 4,5 milliards de dollars des contribuables à une société du Texas, Kinder Morgan. Bien sûr, nous sommes tous au courant de l'histoire qui circule depuis hier.
Pis encore, à la session d'automne, le gouvernement a tenté d'imposer une réforme fiscale qui aurait fait grimper l'impôt des PME toujours plus haut. Je suis convaincu que le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola est très préoccupé par cela, puisqu'il est porte-parole relativement aux PME. C'est un fiasco, et le gouvernement ne sait pas comment redresser la situation, ni au Canada ni à l'international.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, the member for Willowdale has spoken quite eloquently about Canada's past, our history. Canada marked its 150th birthday recently. He told us the truth, that throughout history we have increased the enfranchisement of voting rights, which is great. I would like to remind the member that Borden's Conservative government gave women the right to vote. It was a great movement in history for this country.
However, I would also like the member to reflect on the fact that today we have legitimate questions. These are not questions about the fact that the Liberals are trying to help more handicapped persons or military members have access to voting. We have specific questions regarding how we can trust the government, which in the last year has shown disregard for electoral fundraising with cash for access, and disregard for a fundamental promise made during the election to reform the way people vote. How can we trust the government going forward?
As well, we are hearing the Elections Canada director telling the government that it is too late now to implement those changes for the next election. What is the main goal of the government? How can we trust it going forward?
Monsieur le Président, le député de Willowdale a parlé avec éloquence de l’histoire de notre pays. Le Canada vient de fêter son 150e anniversaire. Ce qu’il a dit est vrai: au cours de toute notre histoire, nous n’avons cessé d’élargir l’accès au droit de vote, ce qui est tout à fait louable. J’aimerais lui rappeler que c’est le gouvernement conservateur de Borden qui a donné le droit de vote aux femmes. C’était un jalon important de notre histoire.
Par ailleurs, il serait souhaitable que le député comprenne que nous avons, aujourd’hui, des questions légitimes, qui n’ont rien à voir avec la décision des libéraux d’essayer d’aider davantage de personnes handicapées ou de militaires à se prévaloir de leur droit de vote. Nous nous demandons précisément dans quelle mesure nous pouvons faire confiance à un gouvernement qui, l’an dernier, a fait preuve de mépris à l’égard du système de financement électoral en organisant des activités donnant un accès privilégié, et a relégué aux oubliettes l’une des grandes promesses de sa campagne, soit la réforme du scrutin. Comment peut-on croire que le gouvernement veuille améliorer le système?
De plus, le directeur d’Élections Canada a dit au gouvernement qu’il était trop tard pour mettre en œuvre ces changements avant la prochaine élection générale. Quel est alors l’objectif du gouvernement? Pouvons-nous le croire lorsqu’il dit qu’il veut améliorer le système?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-19 15:57 [p.18591]
Mr. Speaker, I just want to say that the member for Beauce's private member's bill goes to the heart of the parliamentary system. In the 13th century, the capitalist bourgeoisie went to the king to demand a place in an assembly, which became the legislative assembly. Their goal was first and foremost to find out what the king was doing with the money, the bourgeoisie's money, the suppliers' money and the people's money, which had been collected by the bourgeoisie or by agents acting for the king.
It is clear that the Liberals hate reporting to Parliament, because they are trying to hide a $7-billion slush fund in their new 2018-19 budget. I would therefore like the member to tell us a bit about his vision and about how his bill goes to the heart of the parliamentary system and accountability as practised by the capitalist bourgeoisie in the 13th century.
Monsieur le Président, j'aimerais noter que l'initiative parlementaire du député de Beauce va au coeur du parlementarisme. Les bourgeois capitalistes, au XIIIe siècle, sont allés voir le roi pour lui demander une place au sein d'une assemblée quelconque, qui est devenue l'assemblée législative. C'était d'abord et avant tout pour savoir ce que le roi faisait avec l'argent, l'argent des bourgeois, l'argent des pourvoyeurs et l'argent du peuple, qui était récolté par les bourgeois ou les agents du royaume.
On voit que les libéraux détestent la reddition de comptes devant le Parlement, puisqu'ils veulent cacher une caisse noire de 7 milliards de dollars dans leur nouveau budget de 2018-2019. J'aimerais donc que le député nous parle un peu de sa vision et de la façon dont son projet de loi va au coeur du parlementarisme et de la reddition de comptes telle que pratiquée par les capitalistes bourgeois du XIIIe siècle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-19 16:30 [p.18596]
Mr. Speaker, I am very pleased to speak today. As a Conservative MP, nothing is more important to me than tradition. As tradition would have it, I would like to acknowledge all those who are watching me and those I meet at the community centres, at all the organized events in my riding, or when I go door to door. As always, I am very happy to represent my constituents in the House of Commons.
I would like to wish a good National Volunteer Week to everyone in Beauport, the people of Limoilou, Giffard, Sainte-Odile, and all around the riding. In Beauport, there are more than 2,500 volunteers. It is the Quebec City neighbourhood with the highest number of volunteers. That makes me very proud. Without volunteers, our social costs would be much higher. I commend all those who put their heart and soul into helping their neighbours and so many others.
I would quickly like to go back to some comments made by the Liberal member for Markham—Thornhill. She boasted that the Liberal government is open and transparent. I would like to remind her that our esteemed Prime Minister's trip to the Aga Khan's island was not all that transparent. The commissioner had to examine and report on this trip, in short, do an investigation, to get to the bottom of things. First of all, I think it is outrageous for a sitting prime minister to go south. He should have stayed in Canada as most Canadians do.
Furthermore, the Liberals' tax reform for small and medium-sized businesses was not all that transparent. The objective was to increase the tax rate for all small and medium-sized businesses and to create jobs in Canada, through the back door, by increasing corporate and small business taxes through changes in how dividends and other various financial vehicles are treated.
Then, there were all of the Minister of Finance's dealings. He hid some funds generated by his family firm, Morneau Shepell. We discovered that he hid these funds in a numbered company in Alberta.
Basically, we have a long list of items proving that the government is not all that open and transparent. This list also includes the amendments and changes the Liberals made to the Access to Information Act. The commissioner stated very clearly in black and white that they are going to impede access to information. On top of that, the Liberals refused to give access to information from the Prime Minister's Office, as they promised during the election campaign.
I would still like to talk about the bill brought forward by the member for Beauce, for whom I have a great deal of respect. He is a man of courage and principle. This bill is consistent with his principles. He does not care to see subsidies, handouts, being given to large corporations. With this bill, however, he does not oppose the idea of giving money to businesses to help them out. He said something very simple: the technology partnerships Canada program spent about $3.3 billion. For 200 businesses, that represents $700 million in loans and 45% of cases. The member for Beauce does not oppose those loans; he is simply asking the government to tell us whether those companies have paid back the $700 million, which breaks down into different amounts, for example $800,000, $300,000, or $2 million. If some companies have not paid back those loans, then we can simply tell Canadians that they were actually subsidies, not loans.
I want to get back to what I said during my earlier question. When I was a student at Laval University, I remember naively telling my professor that I would go to Parliament to talk about philosophy, the Constitution, and the great debates of our time. He told me that there would be debates on these types of issues, yes, but fundamentally, what was at the heart of England's 13th century parliamentary system was accountability, namely what was happening with the money.
There is a reason why we spend two months talking about the budget. It is very important. The budget is at the heart of the parliamentary system. I sometimes find it a little annoying. I wonder if we could talk about Constitutional issues, Quebec's distinct society, the courts, politics, and other issues. However, much to my chagrin, we spend most of our time talking about money. There is a valid reason for this: every one of us here represents about 100,000 people, most of whom pay taxes. All of the government's programs, initiatives, and public policies, good or bad, are dynamic and rely on public funds.
In England in the 13th century, bourgeois capitalists went to see the king to tell him that all his warmongering was getting a little expensive. They asked him to create a place where they could talk to him or his representative and find out what he was doing with their money. That was the precise moment in the course of human history when liberal democracy made its first appearance.
Another example of the importance of knowing what is being done with people's money is the American Revolution. This is complicated and could fill many books, but essentially, the American Revolution happened because England was not interested in taxation with representation. The Americans said they had had enough. If taxes on tea—hence, the Tea Party—were going up, they wanted to know what was being done with their money. The only way the Americans could find out what the British were doing with the money was through elected representation of the colonies in the British Parliament. However, the king, in his arrogance, and his British governing council told the colonies to keep quiet and pay their taxes to His Majesty like they were supposed to. Thus ensued the American Revolution.
Such major historical examples demonstrate how accountability is at the very heart of the parliamentary system and liberal democracy, which guarantees the protection of individual rights and freedoms so dear to our Liberals in this place.
Now, this is what I do not understand. The opposition members, whether they belong to the NDP, the Conservative Party, or the Quebec caucus, introduce sensible and fairly simple bills. Why will the government not just admit it and thank them? Not only is it the purpose of Parliament to inform Canadians about what is being done with their money, but the government itself should know what is happening.
The government could use half of the unpaid $700 million to more quickly implement its much-touted social housing program or pharmacare 2020. However, between $400 million and $700 million has not been paid back to the federal government. Thus, it is completely unacceptable and illogical for the Liberals to tell us that this is not a laudable or justifiable bill.
When I came to Parliament, I had the opportunity to work on the Standing Committee on Government Operations and Estimates, a very complex committee. It was a bit overwhelming, but I took it very seriously and I did all the reading. That committee just keeps voting on credits for months because it approves all the spending. When I was there, the President of the Treasury Board attended our meetings three times to explain the changes he wanted to make to the main estimates. These were disastrous changes that sought to take away the power of opposition MPs to examine spending vote by vote for over two months. He wanted to cut that time down to about two weeks. It was an attempt on the part of the Liberals to gradually undermine the work and transparency of this democratic institution.
What is more, the Liberals wanted to make major changes that would cut our speaking time in the House of Commons. For heaven's sake. At the time of Confederation, our forefathers sometimes talked for six or seven hours. Now, 20 minutes is too long. For example, today, I have 10 minutes to speak. The Liberals wanted to cut our time down from 20 minutes to 10 minutes. This government never stops trying to cut the opposition's speaking time, and that is not to mention the $7 billion that have still not been allocated.
In short, the bill introduced by the member for Beauce is a laudable bill that goes to the very heart of the principle underlying liberal democracy and the British parliamentary system, that of knowing where taxpayers' money is going.
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole aujourd'hui. En tant que député conservateur, ce qui est le plus important pour moi, c'est la tradition. Comme la tradition le veut, j'aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes qui m'écoutent, ceux que je rencontre lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires et lors de toutes les activités organisées dans ma circonscription. Comme toujours, je suis très content de représenter mes concitoyens à la Chambre des communes.
J'aimerais souhaiter une bonne Semaine de l'action bénévole à l'ensemble des Beauportois et des gens de Limoilou, de Giffard, de Sainte-Odile et des quatre coins de la circonscription. À Beauport, il y a plus de 2 500 bénévoles. C'est l'arrondissement de la ville de Québec qui compte le plus grand nombre de bénévoles. J'en suis très fier. Sans les bénévoles, nos coûts sociaux seraient bien plus importants. Je félicite donc tous ces gens qui se donnent corps et âme pour aider autrui et leur prochain.
J'aimerais revenir rapidement sur certains commentaires faits par la députée libérale de Markham—Thornhill. Elle se vantait du fait que le gouvernement libéral était ouvert et transparent. J'aimerais quand même lui rappeler que le voyage sur l'île de l'Aga Khan de notre cher premier ministre était plus ou moins transparent. Il a fallu qu'une commissaire fasse une étude et un rapport, donc une enquête, sur ce voyage pour savoir ce qu'il en était. De prime abord, je trouve que c'est une hérésie pour un premier ministre d'aller dans le Sud lorsqu'il est en fonction. Il devrait rester au Canada, comme la plupart des Canadiens le font.
En outre, la réforme fiscale que les libéraux ont imposée aux petites et moyennes entreprises était plus ou moins transparente. L'objectif était de hausser le taux d'imposition de toutes les petites et moyennes entreprises et de créer des emplois au Canada, et ce, par la porte arrière, en augmentant, dans le cadre de dividendes et de plusieurs véhicules financiers différents, l'impôt des sociétés et des petites et moyennes entreprises.
Il y a également eu toutes les actions du ministre des Finances. Il a caché certains fonds provenant de son entreprise familiale, Morneau Shepell. On a découvert qu'il cachait ces fonds dans une société à numéro en Alberta.
Bref, la liste qui démontre que le gouvernement n'est pas si ouvert et transparent que cela est très longue. Cette liste comprend également les modifications et les amendements que les libéraux ont apportés à la Loi sur l'accès à l'information. La commissaire a stipulé, noir sur blanc, que cela va empirer l'accès à l'information. De plus, les libéraux n'ont pas donné l'accès à l'information du bureau du premier ministre, comme ils avaient promis lors de la campagne électorale.
Je voudrais quand même parler du projet de loi du député de Beauce, un homme que je respecte énormément. Il est courageux et il a des principes. Ce projet de loi cadre justement avec ses principes. C'est un individu qui n'aime pas beaucoup les subventions, le bien-être social, accordées aux grandes entreprises. Cependant, dans ce projet de loi, il ne s'oppose pas à l'argent donné aux entreprises pour les aider. Il dit quelque chose de très simple: le programme de Partenariat technologique Canada a dépensé environ 3,3 milliards de dollars. Pour 200 entreprises, cela représente 700 millions de dollars en prêts et 45 % des cas. Le député de Beauce n'est pas en désaccord avec ces prêts, il demande tout simplement au gouvernement de nous dire si ces entreprises ont remboursé les 700 millions de dollars, répartis de différentes façons, par exemple, 800 000 $, 300 000 $ et 2 millions de dollars. Si les entreprises n'ont pas remboursé les prêts, on pourra dire aux Canadiens et aux Canadiennes que ce n'était pas des prêts mais plutôt des subventions.
Je vais revenir sur ce que j'ai dit lors de ma question préalable. Lorsque j'étais étudiant à l'Université Laval, je me rappelle avoir dit à un professeur, avec ma belle naïveté de l'époque, que j'irais au Parlement pour parler de philosophie, de la Constitution et des grands débats qui nous animent. Il m'a répondu qu'il y aurait des débats sur ce genre d'enjeux, mais que foncièrement, ce qui était au coeur même du parlementarisme au XIIIe siècle, en Angleterre, c'était la reddition de comptes, à savoir ce qui se passe avec l'argent.
Ce n'est pas pour rien qu'on passe un ou deux mois à parler du budget. C'est tellement important. Le budget est au coeur du parlementarisme. Parfois, je trouve cela un peu embêtant. Je me demande si on peut parler des problèmes liés à la Constitution, de la société distincte du Québec, de la judiciarisation, de la politique et de différents enjeux. Toutefois, à mon grand dam, on parle d'argent la majorité du temps. Il y a quand même une raison louable à cela: chacun d'entre nous est ici pour représenter, grosso modo, 100 000 individus dont la plupart paie des impôts. Tous les programmes, toutes les initiatives et toutes les politiques publiques du gouvernement, bons ou mauvais, sont vivants et dépendent des fonds publics.
Au XIIIe siècle, en Angleterre, les capitalistes bourgeois sont allés voir le roi pour lui dire que ses projets de grandes guerres commençaient à être un peu lourds. Ils lui ont demandé de créer un endroit où ils pourraient discuter avec lui ou son représentant afin de savoir ce qu'il faisait avec leur argent. C'était le début de la démocratie libérale, ni plus ni moins, dans l'histoire de l'humanité.
L'autre exemple qui démontre l'importance de savoir ce qu'on fait avec l'argent, c'est la révolution américaine. C'est complexe et on pourrait remplir des millions de pages, mais grosso modo, la révolution américaine est arrivée parce que l'Angleterre ne voulait pas accepter la representation with taxation. Les Américains ont dit qu'ils en avaient assez: si on allait taxer davantage leur thé — d'où le Tea Party —, ils voulaient savoir ce qu'on faisait avec leur argent. Or la seule façon dont les Américains pouvaient savoir ce que les Britanniques faisaient avec l'argent, c'était d'être représentés par des élus au Parlement britannique de la colonie américaine. Cependant, le roi, avec sa grande arrogance et son conseil de gouvernance britannique, a dit à la colonie de se taire et de payer ses taxes à Sa Majesté comme il se doit. La révolution américaine s'en est suivie.
De grands exemples historiques de ce genre nous démontrent à quel point la reddition de comptes se trouve au coeur même du parlementarisme et de la démocratie libérale, qui garantit la protection des droits et libertés individuelles qui est si chère à nos libéraux ici.
Maintenant, voici ce que je ne comprends pas. Les députés de l'opposition, qu'ils soient du NPD, du Parti conservateur ou du Groupe parlementaire québécois, proposent des projets de loi sensés et assez simples. Pourquoi le gouvernement ne peut-il jamais l'admettre et les remercier? Non seulement c'est le but du Parlement d'informer la population au sujet de ce qu'on fait avec son argent, mais le gouvernement devrait lui-même savoir ce qui se passe.
Si c'est la moitié des 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés, le gouvernement pourrait utiliser cet argent pour mettre en oeuvre plus rapidement son fameux programme de logement social ou son fameux programme Pharmacare 2020. Ce sont quand même entre 400 millions et 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés au gouvernement fédéral. Il est donc tout à fait inacceptable et illogique que des libéraux nous disent que ce n'est pas un projet de loi louable ou justifiable.
J'ai eu la chance de travailler au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, un comité très complexe, lorsque je suis arrivé au Parlement. J'étais un peu dépassé par cela, mais j'ai pris cela au sérieux et j'ai fait toutes mes lectures. À ce comité, on n'arrête pas de voter sur des crédits, et ce, pendant des mois, puisqu'on y approuve toutes les dépenses. Or j'ai vu le président du Conseil du Trésor assister à nos rencontres trois fois pour nous expliquer les réformes qu'il voulait effectuer en ce qui a trait au Budget principal des dépenses. Il s'agissait de réformes désastreuses qui visaient à enlever aux députés de l'opposition le pouvoir d'analyser les dépenses crédit par crédit pendant plus de deux mois. Il voulait limiter cela à environ deux semaines. C'est une tentative de la part des libéraux d'amoindrir progressivement le travail et la transparence en cette institution démocratique.
De plus, les libéraux ont voulu procéder à une réforme afin de réduire notre temps de parole à la Chambre des communes. Bon Dieu! À l'époque de la Confédération, nos aïeux parlaient parfois pendant six ou sept heures. Maintenant, 20 minutes c'est presque trop. Aujourd'hui, j'ai 10 minutes, par exemple. Les libéraux voulaient diminuer notre temps de parole de 20 minutes à 10 minutes. Ce gouvernement tente sans cesse de réduire le temps de parole des députés de l'opposition, et c'est sans parler des 7 milliards de dollars qui n'ont toujours pas été affectés.
Bref, le projet de loi du député de Beauce est un projet de loi louable qui va au coeur même du principe qui sous-tend la démocratie libérale et le parlementarisme britannique: savoir où va l'argent des contribuables.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:21 [p.17750]
Madam Speaker, first of all, I wish to inform you that I will be sharing my time with the very honourable and very competent member for Mégantic—L'Érable, a beautiful riding that has a beautiful lake I swam in a few years ago. As I always do, I would also like to say hello to the many residents of Beauport—Limoilou who are listening to us today and those I meet in my travels, whether I am going door to door or attending events at community centres and so on.
Today I want to talk about the stark realities of budget 2018. I would like to draw a parallel to the disastrous trip to India that my constituents have been upset about and have been talking about so much in recent weeks. This trip was not out of character for this government. The trip was ill-defined and achieved virtually nothing, other than having the Prime Minister dress up in ridiculous costumes—ridiculous only because it was the Prime Minister wearing them. The clothes themselves are not ridiculous; what is ridiculous is the fact that the Prime Minister of Canada wore them instead of wearing the type of clothing he should be wearing to such international meetings. He toured around India making a mockery of the office of Prime Minister, and he was the laughingstock of the international press. He then returned home after announcing hardly anything to Canadians.
This trip pretty much reflects how this government acts every day in the House. It is also exactly like budget 2018: a political agenda with no substance, with page after page of lofty words, and void of any concrete measures.
The Liberals and the Prime Minister, the hon. member for Papineau, brag about forming a government that is not cynical, that will put democracy back on track, that is more transparent, and that wants to restore Canadians' trust in the political system. In my opinion, one of the best ways to restore Canadians' trust is keep the most basic of promises. Not only have the Liberals broken key promises, such as changing the voting system, but they have also broken basic, structural promises that they made with their hands on their hearts in 2015.
The Prime Minister promised to run annual deficits of no more than $10 billion. He also said that in 2018, the deficit would not exceed $6 billion. Less than two weeks ago, the government announced that the deficit for 2018-19 is $18 billion, three times the amount that was promised during the 2015 campaign.
The second broken promise is just as important. The Liberals promised a return to a balanced budget by 2020. As my dear colleague from Louis-Saint-Laurent always says in a delightful turn of phrase, never has a Canadian government ever run a deficit outside wartime, such as during the Second World War, or outside a major economic crisis, like the one we went through when Mr. Harper was leading the government. He was a great prime minister, by the way.
The Prime Minister is running major deficits and has no plan to return to a balanced budget, even though our economy is in a favourable position compared to most countries around the world. I will get into this economic situation a bit later. It is unbelievable.
Here is what the parliamentary budget officer thinks about it, as reported by the QMI Agency:
...Canada's fiscal watchdog notes that the federal government's vagueness about [balancing the budget] conflicts with the objectives set out in the mandate letter of finance minister Bill Morneau.
The PBO also notes that the mandate letter from the Prime Minister explicitly asks the minister to ensure “that our fiscal plan is sustainable by meeting our fiscal anchors of balancing the budget in 2019/20 and continuing to reduce the federal debt-to-GDP ratio throughout our mandate”.
Lastly, the article states:
However, in its 2016 budget, Ottawa abandoned its intention of reaching a zero deficit in 2019-20.
Ottawa confirmed two weeks ago that not only will a balanced budget not be reached this year, but it will certainly not be reached by 2023, or by 2045, based on forecasts.
As for infrastructure, it is the biggest joke of all. It is unbelievable. After the election, the government bragged about implementing the largest infrastructure program in Canadian history, a $180-billion program.
I am not the one saying this. Barely a week ago, the parliamentary budget officer said that only $10 billion had been released so far. The media has been covering this story for last few days, thank heaven. All the billions of dollars that should be spent on infrastructure by 2019 will be delayed until 2022, 2023, and 2024.
I will come back to balancing the budget and to deficits. When the Prime Minister promised deficits of no more than $10 billion a year, he brazenly insisted that these deficits were for infrastructure, not for international relations, or for climate change in third-world countries, or for endless funding for all of Canada's diversity groups. No, he said that they were for infrastructure.
The parliamentary budget officer said that the Liberals do not yet have a plan for how the federal government will spend $186.7 billion in infrastructure money over the next 12 years. Is this not the same Liberal government that keeps repeating that meeting environmental targets, for example, requires a plan? The Liberals have no plan for the environment, just as they have no plan for infrastructure. One of their flagship promises, which was so important that it formed the basis for the other promises, was to balance the budget in 2019 and to run annual deficits of $10 billion.
Meanwhile, taxes are going up for the fine constituents of Beauport—Limoilou. The average increase for middle-income families is exactly $840 per year, whereas by the end of 10 wonderful years of Conservative government, from 2006 to 2015, the average Canadian family paid about $2,000 less in taxes. There is an increase in Canada Pension Plan contributions, up to $2,200 per household, there is a carbon tax, up to $2,500 per household, and the cancellation of the family tax cut. This has a direct impact on the people of Beauport—Limoilou. All my neighbours in Beauport—Limoilou have children who play sports or take part in fitness or arts activities. For example, on Sunday mornings, my daughter takes music lessons at the Cascades school of music. It is a great place and I am proud to mention it today. They also cancelled the tax credits for education and textbooks, which could be as much as $560 per student, and they raised EI premiums. This does not even include the disastrous tax reforms imposed by the Minister of Finance, even though he himself wanted to hide some of his income from the federal taxman, frankly.
The sad part is that the debt keeps piling up. After three years in office, the current government has grown the national debt by $60 billion. According to projections by the Department of Finance, in other words, our dear, dedicated public servants, the budget will not be balanced until 2045, which will add $450 billion to the debt. A colleague opposite spoke about 3- to 17-year-old girls not being able to access this or that thing. I will tell her that, in 30 years, fully all of these girls will be paying the debt piled up by the current government. Only one thing is certain: men and women alike will be paying a lot more on the debt in 30 or 40 years, because of the bad fiscal management by this bad government, which, I hope, will be calling it quits in 2019.
What is even more unbelievable is that the government brags about having wonderful financials thanks to its prowess at managing public funds. That is not the case. We know full well that the current growth is primarily due to a recovery in the oil sector. That is good for the entire oil industry, but again, it is not because of the Liberals' sound management. In addition, house prices increased by 16% in 2016, bringing in additional revenue. Oil and gas exports went up. The Canadian dollar fell, and so did interest rates. All those factors combined to produce strong economic growth in Canada. What should we do under such circumstances, when the economy is doing well? We should address the issues and ensure that there is money for potential emergencies, such as the crisis in the aluminum and steel industries, the potential end of NAFTA in a few months, or a global economic crisis that could erupt at any moment.
When the economy is doing well, we must prepare for future crises. The current government is simply being reckless with the Canadian economy. The constituents of Beauport—Limoilou have a right to know.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le très honorable et très compétent député de Mégantic—L'Érable, une très belle circonscription où il y a un très beau lac dans lequel je me suis baigné il y a quelques années. J'aimerais également, comme je le fais toujours, saluer les nombreux citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent et ceux que je rencontre un peu partout, que ce soit lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires ou lors d'autres activités.
Aujourd'hui, je vais parler un peu de la réalité patente du budget de 2018. J'aimerais faire un parallèle concernant le voyage en Inde dont mes concitoyens m'ont beaucoup parlé au cours des dernières semaines, ce voyage désastreux qui leur a tant déplu. Celui-ci était un peu à l'image de ce gouvernement. C'était un voyage flou et sans aucune substance lors duquel le premier ministre s'est drapé dans des costumes on ne peut plus ridicules, ridicules du fait que le premier ministre les a portés. Ce ne sont pas les costumes qui sont ridicules, c'est le fait que le premier ministre canadien les a portés plutôt que de s'être habillé comme il se doit lors de telles réunions internationales. Il a fait le tour de l'Inde en ridiculisant la fonction de premier ministre, et la presse internationale s'est moquée de lui. Il est ensuite revenu à la maison sans presque rien annoncer aux Canadiens.
Ce voyage ressemble à ce que nous voyons à la Chambre tous les jours de la part de ce gouvernement. C'est aussi exactement ce qu'est le budget de 2018: un programme politique sans aucune substance qui contient des mots vertueux page après page et qui ne contient aucune action concrète.
Les libéraux et le premier ministre, le député de Papineau, se targuent de former un gouvernement qui n'est pas cynique, qui va remettre la démocratie sur le droit chemin, qui est plus transparent et qui veut rétablir la confiance des Canadiens à l'égard du système politique. Eh bien, une des façons de rétablir la confiance des Canadiens, à mon avis, c'est d'abord et avant tout de remplir ses promesses les plus rudimentaires. Or non seulement les libéraux ont brisé plusieurs promesses d'envergure, comme celle concernant le changement du mode de scrutin, mais ils ont aussi brisé des promesses structurelles et rudimentaires qu'ils avaient faites la main sur le coeur en 2015.
Notamment, le premier ministre avait promis de faire des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année. Puis, il avait dit qu'en 2018, le déficit ne dépasserait pas 6 milliards de dollars. Or, il n'y a même pas deux semaines, le gouvernement nous a annoncé un déficit de 18 milliards de dollars pour l'année 2018-2019, soit trois fois plus que ce qui avait été promis lors de la campagne de 2015.
La deuxième promesse brisée est aussi importante. Les libéraux avaient promis de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2020. Comme mon chaleureux collègue de Louis-Saint-Laurent le dit toujours, et j'aime bien cette phrase, jamais, au grand jamais un gouvernement canadien n'a fait de déficits sans être en période de guerre, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, ou en période de crise économique majeure, comme celle que nous avons vécue lorsque M. Harper était à la tête du gouvernement. Il était un très grand premier ministre, en passant.
Le premier ministre crée donc des déficits importants et n'a aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, alors que nous sommes dans une situation économique favorable sur le plan international. D'ailleurs, je parlerai de cette situation économique un peu plus tard. C'est incroyable.
Voilà ce qu'en pense le directeur parlementaire du budget dans un article de l'Agence QMI:
[...] le chien de garde des finances canadiennes souligne que le flou entretenu par le fédéral sur [la question de l'équilibre budgétaire] contrevient aux objectifs formulés dans la lettre de mandat du ministre des Finances Bill Morneau.
Le DPB rappelle également que le premier ministre demande explicitement au ministre, dans sa lettre de mandat, de « s'assurer que notre plan fiscal est viable en respectant nos cibles fiscales, qui sont d'équilibrer le budget en 2019-2020 et de réduire le rapport entre la dette fédérale et le PIB tout au long de notre mandat. »
Finalement, dans cet article, on dit:
Ottawa a toutefois abandonné dans son budget 2016 son intention d'atteindre le déficit zéro en 2019-2020.
Ottawa l'a confirmé il y a deux semaines: non seulement l'équilibre budgétaire ne sera pas atteint cette année, mais il ne le sera sûrement pas d'ici 2023, ni d'ici 2045, si on se fie aux prévisions.
Par ailleurs, sur le plan des infrastructures, c'est la plus belle des blagues. C'est incroyable. Après les élections, le gouvernement se targuait de mettre en oeuvre le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire du Canada, un programme de 180 milliards de dollars.
Ce n'est pas moi qui le dis. Il y a une semaine à peine, le directeur parlementaire du budget a dit que seulement 10 milliards de dollars sont sortis jusqu'à maintenant. On en parle d'ailleurs dans les médias depuis quelques jours, Dieu merci. Tous les milliards de dollars qui devaient sortir pour l'infrastructure d'ici 2019 vont être retardés à 2022, 2023 et 2024.
Je vais revenir sur l'équilibre budgétaire et sur les déficits. Le premier ministre, lorsqu'il a promis qu'il ferait des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année, a soutenu sans vergogne que ces déficits étaient engrangés pour les infrastructures, pas pour les relations internationales, ni pour les changements climatiques dans les pays du tiers monde ni pour l'octroi de fonds à n'en plus finir à tous les groupes de diversité du Canada. Non, il a dit que c'était pour les infrastructures.
Le directeur parlementaire du budget « souligne que les libéraux n’ont pas encore de plan indiquant la façon dont le gouvernement fédéral dépensera 186,7 milliards $ en infrastructures au cours des 12 prochaines années. » N'est-ce pas ce même gouvernement libéral qui répète toujours que pour atteindre les cibles environnementales, par exemple, il faut un plan? Les libéraux n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'environnement, tout comme ils n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'infrastructure. Une de leurs promesses phares, qui était à ce point importante que c'est sur elle que se fondaient les autres promesses, était d'arriver à l'équilibre budgétaire en 2019 et de faire des déficits de 10 milliards de dollars par année.
Pendant ce temps, pour mes chers concitoyens de Beauport—Limoilou, les impôts augmentent. L'augmentation moyenne pour les familles à revenu moyen est de 840 $ par année, ni plus ni moins, alors qu'à la fin des 10 merveilleuses années au pouvoir des conservateurs, de 2006 à 2015, une famille moyenne canadienne payait environ 2 000 $ de moins d'impôt. Il y a une augmentation des cotisations au Régime de pensions du Canada, jusqu'à 2 200 $ par ménage, il y a la tarification du carbone, qui va jusqu'à 2 500 $ par ménage, et l'annulation de la baisse d'impôt pour les familles. Cela touche directement les gens de Beauport—Limoilou. Tous mes voisins à Beauport—Limoilou ont des enfants qui participent à des sports ou à des activités de conditionnement physique ou artistiques. Par exemple, les dimanches matins, ma fille suit des cours de musique à l'École de musique des Cascades. C'est un super endroit et je suis content d'en parler aujourd'hui. De plus, on a annulé les crédits d'impôt pour l'éducation et les manuels, qui pouvaient aller jusqu'à 560 $ par étudiant, et on a augmenté les cotisations à l'assurance-emploi. C'est sans parler des désastreuses réformes fiscales perpétrées par le ministre des Finances, alors que lui-même aimait bien cacher certains de ses revenus au fisc canadien, disons.
Ce qui est encore plus triste, c'est que l'endettement ne cesse d'augmenter. En trois années au pouvoir, le gouvernement actuel a augmenté la dette nationale de 60 milliards de dollars. Selon la projection du ministère des Finances, donc, de nos chers et valeureux fonctionnaires, le budget ne sera pas équilibré avant 2045, ce qui ajoutera 450 milliards de dollars à la dette. Une collègue de l'autre côté de la Chambre parlait des filles de 3 ans à 17 ans qui n'ont pas accès à telles ou telles choses. Je vais lui dire que, dans 30 ans, 100 % des filles vont payer la dette engrangée par le gouvernement actuel. Une seule chose est certaine: autant les hommes que les femmes vont payer beaucoup plus pour la dette dans 30 ans et 40 ans, à cause de la mauvaise gestion des finances publiques de ce mauvais gouvernement, qui va, je l'espère bien, retourner chez lui en 2019.
Ce qui est encore plus incroyable, c'est que le gouvernement se targue d'avoir des états financiers fantastiques grâce à sa gestion des finances publiques. Ce n'est pas le cas. Nous savons très bien que la croissance actuelle était principalement due à une reprise dans le secteur pétrolier. C'est bien, quand même, pour tout ce secteur, mais, encore une fois, ce n'est pas dû à la bonne gestion des libéraux. Également, le prix des habitations a augmenté de 16 % en 2016, apportant des revenus additionnels. Les exportations pétrolières et gazières ont augmenté. Le dollar canadien était plus bas et les taux d'intérêt également. Tout cela mis ensemble fait qu'il y a une forte croissance de l'économie au Canada. Que faut-il faire dans un tel contexte, alors que l'économie va bien? Il faut s'attarder aux enjeux et s'assurer d'avoir de l'argent pour des crises potentielles, comme celle de l'aluminium et de l'acier, comme la fin possible de l'ALENA dans quelques mois ou comme une crise économique mondiale qui pourrait advenir à tout moment.
Quand l'économie va bien, il faut se préparer aux crises à venir. Le gouvernement actuel ne fait qu'être insouciant par rapport à l'économie canadienne. Les citoyens de Beauport—Limoilou sont en droit de le savoir.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-06 13:42 [p.16845]
Madam Speaker, my colleagues on the other side of the House are laughing, and meanwhile their leader has violated four sections of the Conflict of Interest Act. They are laughing, and meanwhile their government has entered talks involving tens of millions of dollars. In fact, it has already given tens of millions of dollars to the Aga Khan's causes. Whether or not these causes are worthy matters little. In the meantime, the Prime Minister was gallivanting around his private island.
Lastly, the commissioner found that “Mr. Trudeau contravened section 12 of the Act when his family travelled on non-commercial aircraft chartered by the Aga Khan”. I am pleased that Ms. Dawson, the Ethics Commissioner, had the courage to write this incriminating report which says, in black and white, just how the Prime Minister violated four sections of the act.
This is all terrible, but there is something else that bothers me even more and that makes me sad. I do not say this lightly, and I rarely say this in politics, but I am sad, as all Canadians should be. I genuinely do not understand how a prime minister of our great federation could not only decide to take his Christmas vacation outside Canada, which is already a shameful and dishonourable thing for a prime minister to do, but also to travel to a billionaire's island.
I knocked on doors throughout the Christmas break. I met one constituent who lives in affordable housing. He had tears in his eyes as he told me that he had almost no teeth left. He has had toothaches for years, he needs dentures, and he has a very low income, but his honour prevents him from requesting social assistance. However, he still cannot afford dentures and cannot afford to replace his teeth. He spoke to me about his teeth for 15 minutes, because it was such a big part of his life. What he is going through is terrible.
Across the country, Canadians are living in poverty. People are starving and freezing to death in Toronto, in Montreal, and in Vancouver. They are not dying because they have mental health issues or addictions. They are dying because of sociological problems such as lack of education. Poverty is a real issue in Canadian society, but not only is the Prime Minister not encouraging Canadians to stay here, he himself is spending time on a billionaire's tropical island.
Seriously, people are dying of hunger in Canada, but our shameless Prime Minister had the nerve to take a vacation that cost taxpayers $200,000. The worst part is his total contempt for Canadians. He should never have done that. As Prime Minister, he should at the very least avoid vacations like that during his four-year term. Four years is not a long time in the life of a man who could live to the age of 90. He could not wait four years to go gallivanting around on a tropical beach while people here at home in eastern and Atlantic Canada are dying of hunger because of the employment insurance spring gap, not to mention the indigenous peoples on every reserve in the country.
The Prime Minister says that his most important relationship is the nation-to-nation relationship with Indigenous peoples. This is ridiculous, since his most important relationship should be with all Canadians and not with any one group in particular. He is constantly spouting his lofty ideals, saying that he works for the middle class and for Indigenous people on reserve, and that he will make investments for Canadians, and then he vacations on a billionaire's private island. Talk about setting a good example. This just makes me sad.
Since 1867, and I think it is written in the Constitution, all governments are required to operate in accordance with the notion of peace, order, and good government. However, so far, the Liberals have been unable to form a good government. They continue to run deficits, when there is no war and no economic crisis.
They keep breaking promises. I will conclude by saying that, yesterday, the Minister of International Trade proudly announced that his program was huge in comparison with free trade. They have done absolutely nothing for free trade. That is why we introduced the TPP. The President of the United States is the one who began renegotiating NAFTA. Were is this Liberal free trade agreement I have heard so much about? It does not exist. We must denounce the Prime Minister’s attitude and behaviour, and that is what we are doing today.
Madame la Présidente, mes collègues de l'autre côté de la Chambre rient alors que leur chef et leader politique a enfreint quatre articles de la Loi sur les conflits d'intérêts. Ils rient alors que leur gouvernement a entamé des pourparlers concernant des dizaines de millions de dollars. En fait, il a déjà donné des dizaines de millions de dollars aux causes de l'Aga Khan. Que ces causes soient justes ou non n'a pas d'importance. Pendant ce temps, le premier ministre allait se pavaner sur son île privée.
Finalement, la commissaire a conclu que « M. Trudeau a enfreint l’article 12 de la Loi lorsque sa famille a voyagé à bord d’un appareil non commercial nolisé par l’Aga Khan ». Je suis content que la commissaire à l'éthique, Mme Dawson, ait eu le courage de pondre ce rapport incriminant qui dit, noir sur blanc, de quelle manière le premier ministre a enfreint quatre articles de loi.
Tout cela est terrible, mais il y a quelque chose qui me trouble encore plus et qui m'attriste, et  je pèse mes mots. Je le dis rarement en politique, mais je suis attristé, comme tous les Canadiens devraient l'être. Sincèrement, je ne peux pas concevoir qu'un premier ministre de notre grande fédération décide, lors des vacances de Noël, d'aller non seulement à l'extérieur du pays, ce qui est déjà honteux et déshonorant de la part d'un premier ministre, mais d'aller sur l'île d'un milliardaire.
J'ai fait du porte-à-porte tout au long des vacances de Noël. J'ai rencontré un citoyen qui vit dans un logement à prix modique. Il avait les larmes aux yeux en m'expliquant qu'il n'avait presque plus de dents. Il a mal aux dents depuis des années, il a besoin d'un dentier et son salaire est tout ce qu'il y a de plus modique, mais il a beaucoup trop d'honneur pour recourir à l'aide sociale. En même temps, en raison de son salaire, il ne peut pas se payer un dentier ni changer ses dents. Il m'a parlé de sa dentition pendant 15 minutes, tellement cela fait partie de sa vie. Ce qu'il vit est horrible.
Partout au Canada, des Canadiens vivent dans la pauvreté. Des gens meurent de froid et de faim à Toronto, à Montréal et à Vancouver. Ce n'est pas parce qu'ils ont des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, c'est plutôt pour des raisons sociologiques, comme le manque d'éducation, entre autres. Il y a des gens qui sont pauvres dans la société canadienne, et non seulement le premier ministre n'encourage pas les Canadiens à rester ici, mais il va sur l'île tropicale d'un milliardaire.
Sérieusement, peut-on imaginer, alors que des gens meurent de faim au Canada, que nous ayons un premier ministre qui ose, sans aucune vergogne, faire un périple qui coûte 200 000 $ aux contribuables canadiens? Le pire, c'est son mépris total à l'égard des Canadiens. Il ne devrait jamais oser faire cela. En tant que premier ministre, il devrait au moins s'abstenir de faire de tels voyages pendant son mandat de quatre ans. Quatre ans, c'est peu dans la vie d'un homme qui va peut-être vivre jusqu'à 90 ans. Il n'est pas capable d'attendre quatre ans pour aller se pavaner sur une plage dans le Sud, alors qu'il y a plein d'individus qui meurent de faim ici, dans l'Est ou dans l'Atlantique, où il y a le fameux trou noir de l'assurance-emploi, sans parler des Autochtones dans toutes les réserves canadiennes.
Par ailleurs, le premier ministre dit que sa relation la plus importante est la relation de nation à nation avec les Autochtones. Déjà, je trouve cela ridicule, puisque sa relation la plus importante devrait être avec tous les Canadiens plutôt qu'avec un groupe en particulier. Il ne cesse de se gargariser de beaux principes en disant qu'il travaille pour la classe moyenne et pour les Autochtones dans les réserves et qu'il va faire des investissements pour les Canadiens, puis il s'en va sur l'île privée d'un milliardaire. Quel bel exemple! Je suis extrêmement attristé.
Depuis 1867, et je crois que c'est inscrit dans la Constitution, tout gouvernement doit produire une administration qui permet paix, ordre et bon gouvernement. Or, jusqu'ici, les libéraux ont été incapables de former un bon gouvernement. Ils créent des déficits à répétition alors qu'il n'y a ni guerre générale ni crise économique.
Ils brisent promesse après promesse. Je vais conclure en disant que, hier, le ministre du Commerce international a dit tout fièrement que son programme était gigantesque par rapport au libre-échange. Ils n'ont absolument rien fait pour le libre-échange. C'est nous qui avons entrepris le PTP. C'est le président des États-Unis qui a amorcé les renégociations sur l'ALENA. Où est le fameux traité de libre-échange né de leur propre initiative? Il n'y en a pas. L'attitude et le comportement du premier ministre doivent être dénoncées, et c'est ce que nous faisons aujourd'hui.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-02-06 13:48 [p.16846]
Madam Speaker, who, in 2008, offered a national apology for residential schools? Prime Minister Stephen Harper. Who met with the Assembly of First Nations each year? Prime Minister Harper. We were not making grand speeches, we were working for the well-being of all Canadians without exception. We did not have a special relationship with any one group. We were working for all Canadians. That is what we were doing.
I believe that it is a matter of honour. It is completely unreasonable for the Prime Minister to go gallivanting around a billionaire’s island when Canadians are dying of hunger. It is unacceptable.
Madame la Présidente, qui, en 2008, a adressé des excuses nationales pour les pensionnats autochtones? C'était le premier ministre Stephen Harper. Qui rencontrait les Assemblées des Premières Nations, chaque année? C'était le premier ministre M. Harper. Nous, nous ne faisions pas de grandes déclarations, nous travaillions pour le bien être de tous les Canadiens sans exception. Nous n'avions pas de relation spéciale avec un groupe en particulier. Nous travaillions pour tous les Canadiens. C'est ce que nous avons fait.
Moi, je dis que c'est une question d'honneur. C'est complètement déraisonnable que le premier ministre aille se pavaner sur une île d'un milliardaire, alors qu'il y a des Canadiens qui meurent de faim. C'est inacceptable.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-23 12:02 [p.15508]
Mr. Speaker, a lot of people in Beauport—Limoilou are listening to us right now, and I want to say hello to them.
Our political system is a parliamentary democracy. I believe that it is the best system in the world, and I think all members of the House would agree.
In this system, ministerial responsibility is the most important thing we carry out every day, primarily in question period and through opposition days like today. Ministerial responsibility was acquired as a result of long debates and long military campaigns.
Les Patriotes were not all French Canadians; they included some English Canadians, too. They fought in the 1820s and 1830s to obtain ministerial responsibility, which the British monarchy and British Parliament granted us with the Act of Union, creating a united Canada in 1841.
What we are doing today with our opposition day is exercising that ministerial responsibility and ensuring that it is fulfilled. One of the ways this is done is through investigative journalism, which is very important and which we on this side of the House take very seriously. In fact, with the help of its sponsor here, the member for Louis-Saint-Laurent, a senator in the other place managed to get a bill passed that provides greater protection to whistleblowers and the confidential sources of investigative journalism.
What have investigative journalists discovered in recent months? The Minister of Finance did three things, or overlooked three things, or made three serious mistakes.
Need we remind members that the finance minister is second in command in the Government of Canada. He is second in command not because he is more important than other ministers, but it can still be argued that a country's finances are critical given their implications for education, health, and the well-being of Canadians. For that reason, the position of finance minister is held in high regard and the incumbent must do everything possible to ensure that Canadians' confidence in the minister is never in doubt or undermined.
Unfortunately, the three things that the finance minister did in two years, which were reported by investigative journalists in recent months, have slowly and surely undermined Canadians' confidence in the minister.
In my view, the attitude, behaviour, and actions of all members in their day-to-day activities both inside and outside the House must always be guided by three principles: a sense of duty, a sense of responsibility, and a sense of honour.
I urge my Liberal colleagues to listen carefully. The Minister of Finance, like all of us, had the solemn, legal duty to disclose his assets to the Ethics Commissioner right away. He had six months to do so, using a form that is pretty easy to fill out. It may have been more difficult for him, since he has so many assets. However, he had a duty to disclose all of his assets, in black and white, clearly and openly, leaving no doubt and leaving nothing out. He had a duty, and he did not properly fulfill it. I will get back to this and explain why.
The minister also had the responsibility, and still does today, to inform the Ethics Commissioner of any changes to his personal situation throughout his term. Such changes would include a new acquisition, a boat in the Bahamas, or, who knows, a second villa in France.
As a member of Parliament, I receive updates from the Ethics Commissioner reminding me of my responsibility and duty to disclose any new assets, throughout my term. For example, I recently declared that I purchased a home for my lovely little family; I was happy to do so. All members of Parliament have this responsibility.
In my opinion, however, honour is even more important than duty or responsibility. When members of Parliament are guided by a sense a honour, their actions are naturally guided by a sense of duty and responsibility. The Minister of Finance failed in his duty and his responsibility as an elected official, minister, and member of Cabinet over the past two years, and I will talk about this failure in a few seconds. Unfortunately for him and for this government, he sullied his honour.
First, two years ago, when he was made to fill out the much-discussed form disclosing his assets, interests, and so on to the Ethics Commissioner, he forgot, nay, omitted to declare a company incorporated in France that owns a luxurious villa in Provence in the south of France. I imagine it is very luxurious and quite expensive. That is unbelievable.
I have here a public notice of penalty issued under the authority of the Conflict of Interest Act. This is not a joke. These are not allegations or opposition attacks. This is fact. The Ethics Commissioner issued a penalty just a few weeks ago and fined the Minister of Finance $200 for violating paragraphs 22(2)(a) and 22(2)(d) of the Conflict of Interest Act by failing to include in a confidential report a corporation established in France and an estimate of its value and, crucially, by failing to include in the report his directorship in that corporation. This is serious business.
The Minister of Finance, an important businessman from Bay Street in Toronto who manages a huge family business, somehow forgot to report that asset in France, although he claims it was just an administrative oversight. That is a first. This actually happened; he paid the fine. He was caught and had to face the music, although only administratively. Of course, these are not criminal charges. That was his first dereliction of duty and breach of Canadian laws, the first stain on his reputation, and the first thing that shook Canadians' confidence in him.
On top of that, he did not put his shares in Morneau Shepell, worth $20 million, in a blind trust. He hid them in a numbered company in Alberta and has made millions on them over the past two years. Thank goodness he donated it to charity. It was the least he could do, but he still has not apologized and he refuses to talk about the fact that he has been violating the spirit of the law over the past year.
Lastly, he is once again being investigated by the Ethics Commissioner regarding a conflict of interest, because he introduced Bill C-27, which makes changes to pension plans and will benefit the family business started by his father. He is therefore in a direct conflict of interest, he failed in his duty and his responsibilities, and his honour is besmirched.
Monsieur le Président, je salue tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre actuellement.
Notre système politique, c'est la démocratie parlementaire. Selon moi, c'est le meilleur système au monde, et je crois bien que tous les députés à la Chambre sont aussi de cet avis.
Dans ce système, la responsabilité ministérielle est la chose la plus importante que nous exerçons tous les jours, grâce à la période des questions notamment, et par le biais des journées de l'opposition comme celle d'aujourd'hui. La responsabilité ministérielle a été acquise à la suite de longs débats et de longues campagnes militaires.
Les Patriotes n'étaient pas seulement des Canadiens français, car il y avait des Canadiens anglais également. Ils se sont battus dans les années 1820 et 1830 pour obtenir la responsabilité ministérielle, ce que la monarchie britannique et le Parlement britannique nous a donnée avec l'Acte d'union du Canada, le Canada-Uni, en 1841.
Ce que nous faisons aujourd'hui avec la journée de l'opposition, c'est de mettre en avant cette responsabilité ministérielle et de nous assurer de son application. Cela se fait, entre autres, grâce au travail du journalisme d'enquête qui est très important et que nous, de ce côté-ci de la Chambre, prenons très au sérieux. Par ailleurs, c'est un sénateur de l'autre Chambre qui, grâce au parrainage du député de Louis-Saint-Laurent, a pu faire passer un projet de loi qui veut protéger davantage les divulgateurs, ainsi que les sources anonymes du journalisme d'enquête.
Que nous ont appris les journalistes d'enquête au cours des derniers mois? Ce sont trois actions, trois oublis ou trois manquements graves qui ont été commis par le ministre des Finances.
Le ministre des Finances, doit-on le rappeler, est le numéro 2 du gouvernement au Canada. Il est numéro 2, non pas parce qu'il est plus important que d'autres ministres, mais on pourrait quand même prétendre que les finances d'un pays sont fondamentales, avec tout ce qui en découle comme l'éducation, la santé et le bien-être des Canadiens. C'est pour cette raison que le poste de ministre des Finances est tenu en haut égard et que la personne qui détient ce poste doit tout faire pour que la confiance des Canadiens à son égard ne soit jamais mise en doute ou effritée.
Malheureusement, les trois actions que le ministre des Finances a posées au cours des deux dernières années, mais qui ont été rapportées par des journalistes d'enquête dans les derniers mois, ont effrité lentement, mais sûrement la confiance des Canadiens envers le ministre.
Selon moi, dans leurs activités de tous les jours, trois principes doivent toujours guider l'attitude, le comportement et les actions de tous les députés, tant à la Chambre qu'à l'extérieur de la Chambre. Il s'agit du sens du devoir, du sens de la responsabilité et du sens de l'honneur.
Je prie mes collègues du Parti libéral de bien vouloir écouter cela avec attention. Le ministre des Finances, comme nous tous, avait le devoir solennel et le devoir légal, ni plus ni moins, de dévoiler, d'entrée de jeu, ses actifs à la commissaire à l'éthique. Il avait quand même six mois pour le faire avec un formulaire assez facile à remplir. C'était peut-être plus difficile pour lui, étant donné ses nombreux actifs. Toutefois, son devoir était de dévoiler, noir sur blanc, sans ambivalence, sans laisser de doute et sans aucune cachette, tous ses actifs. C'était son devoir et il ne l'a pas fait en bonne et due forme. Je vais y revenir et expliquer pourquoi.
Il avait également la responsabilité, il l'a d'ailleurs encore aujourd'hui, de s'assurer que tout au long de son mandat, s'il y avait un changement sur le plan de son statut personnel, de le mentionner à la commissaire à l'éthique. Cela pourrait être une nouvelle acquisition, un bateau dans les Bahamas ou, qui sait, une deuxième villa en France.
En tant que député, je reçois des mises à jour de la commissaire à l'éthique qui me rappellent de me conformer à mon devoir et à ma responsabilité de dévoiler tout nouvel acquis, et ce, tout au long de mon mandat. Par exemple, j'ai dévoilé récemment l'achat d'une maison pour ma belle petite famille, et j'en suis très heureux. C'est une responsabilité qui incombe à tous les députés.
Enfin, il s'agit de l'honneur, qui est encore plus important, selon moi, que le devoir et la responsabilité. Lorsque nous gardons précieusement cet honneur dans notre coeur en tant que députés, le devoir et la responsabilité se manifestent naturellement dans nos gestes. Or le ministre des Finances, de par ses actes, dont je vais parler dans quelques secondes, a manqué à son devoir et à sa responsabilité en tant qu'élu, ministre et membre du Cabinet de ce gouvernement au cours des deux dernières années. Bien malheureusement pour lui et pour ce gouvernement, il a entaché son honneur.
D'abord, il y a deux ans, lorsqu'il a dû remplir le fameux formulaire de divulgation d'acquis et intérêts, entre autres, auprès de la commissaire à l'éthique, il a oublié, voire omis de divulguer une société établie en France qui possède une villa somptueuse en Provence, dans le Sud de la France. Cela doit être assez somptueux et assez cher. C'est incroyable.
J'ai ici un avis public de pénalité émis en vertu de la Loi sur les conflits d'intérêts. Ce n'est plus une blague. Ce ne sont pas que des suppositions ou des attaques de l'opposition. C'est vrai. Une pénalité a été émise par la commissaire à l'éthique, pas plus tard qu'il y a quelques semaines, disant que le ministre des Finances doit payer une amende de 200 $ parce qu'il a violé les alinéas 22(2)a) et 22(2)d) de la Loi sur les conflits d'intérêts, par défaut d'inclure dans un rapport confidentiel une société établie en France ainsi que sa valeur estimative, et surtout, par défaut d'y inclure son poste d'administrateur dans cette société. Bon Dieu, c'est grave!
Le ministre des Finances, un grand homme d'affaires de Bay Street, à Toronto, qui gère une compagnie familiale d'une grande ampleur, aurait oublié, par mégarde administrative, dit-il, de faire état de cette possession en France. C'est une première. C'est concret, puisqu'il a payé une amende. Il a donc été pris en défaut et a été mis au banc des accusés, bien que ce soit administratif. Ce n'est pas criminel, bien entendu. C'est son premier manquement à son devoir et au respect des lois canadiennes, la première tache à son honneur et le premier geste qui a ébranlé la confiance des Canadiens à son égard.
Par ailleurs, il n'a pas mis ses actions de la compagnie Morneau Shepell, d'une valeur de 20 millions de dollars, dans une fiducie sans droit de regard. Il les a cachées dans une compagnie à numéro en Alberta, dont il a tiré des millions de dollars au cours des deux dernières années. Dieu merci, il a donné cela à des oeuvres de charité. C'était la moindre des choses, mais il ne s'est toujours pas excusé, et il passe sous silence le fait qu'il a contrevenu à l'esprit de la loi au cours de la dernière année.
Finalement, il fait encore une fois l'objet d'une enquête de la commissaire à l'éthique relativement à un conflit d'intérêts, puisqu'il a déposé le projet de loi C-27, qui vise à apporter des changements aux régimes de pension et qui va profiter à la compagnie familiale que son père a créée. Il est donc en plein conflit d'intérêts, il a manqué à son devoir et à sa responsabilité, et son honneur est entaché.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-23 12:16 [p.15509]
Madam Speaker, yes, that is the case. I can confirm for the hon. member that last week, when we were all in our ridings, I met many constituents who all told me that it is outrageous, and that it is even more outrageous to see the Minister of Finance acting as if nothing was outrageous.
There is a clear conflict of interest here, and we should always remind Canadians that the Prime Minister sent a mandate letter to each minister stating in the first paragraph that not only did he want them to follow precisely each article of the law, and most concerning is this one today of the Ethics Commissioner, but he said to go above and beyond the spirit of the law. Well, I can say that the minister went above and beyond physically by putting all his shares in a hiding company in Alberta. He has put together an action that brings a great distrust of the government from the Canadian people. As the opposition, we have the duty, the responsibility, and the honour to hold the minister to account.
Madame la Présidente, oui, c’est le cas. Pour le bénéfice du député, je peux confirmer que, la semaine dernière, quand nous étions tous dans nos circonscriptions, j’ai rencontré plusieurs concitoyens qui m’ont tous dit que c’est scandaleux, et que c’est même encore plus scandaleux de voir le ministre des Finances agir comme si ce n'était rien de scandaleux.
Il y a conflit d’intérêt ici et nous devrions toujours rappeler aux Canadiens que le premier ministre a transmis à chaque ministre une lettre de mandat dans laquelle il dit, au premier paragraphe, qu’il veut non seulement que les ministres suivent à la lettre chaque article de la loi, et cela s'applique aujourd’hui à la loi qui relève de la commissaire à l’éthique, mais qu'ils aillent au-delà de l’esprit de la loi. Je peux certainement dire que le ministre est allé au-delà physiquement en mettant ses actions dans une société cachée en Alberta. Il a posé un geste qui suscite beaucoup de méfiance de la part des Canadiens à l’égard du gouvernement. Nous, l’opposition, avons le devoir, la responsabilité et l’honneur d’obliger le ministre à rendre compte.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 11:17 [p.14571]
Mr. Speaker, the member spoke of equal voices in cabinet.
However, an MP who is not a minister may, at the Prime Minister's invitation, attend cabinet to discuss specific issues, and his or her voice will be equal to that of any other elected official around the table, minister or not.
The member said that, unlike in Mr. Harper's government, today's ministers of state have been given by mandate letter their own specific legal responsibilities.
I would like to ask him if that difference has any real impact on the ground. Will there be a cabinet? Will there be a deputy minister? Will there be documents that the government can bring to cabinet? Will there be a department with an actual physical building? Will there be public servants to oversee? If none of those things are in place, then this bill will not really change anything.
Monsieur le Président, le député parle de voix égales au sein du Cabinet.
Pourtant, un député qui n'est pas ministre peut, à la demande du premier ministre, aller au Cabinet concernant des dossiers particuliers, et sa voix serait égale à n'importe quel autre élu autour de la table, peu importe qu'il soit ministre ou non.
Le député dit que, contrairement à ce qui se passait sous la gouverne de M. Harper, les ministres d'État ont aujourd'hui des responsabilités légales et patentes écrites dans la lettre de mandat.
J'aimerais lui demander si cette différence se traduit dans des réalités concrètes sur le terrain. Va-t-il y avoir un Cabinet? Va-t-il y avoir un sous-ministre? Va-t-il y avoir des documents que le gouvernement pourra apporter au Cabinet? Va-t-il y avoir un ministère avec une institution, un bâtiment? Va-t-il y avoir des fonctionnaires à diriger? S'il n'y a aucun de ces atouts, alors ce projet de loi n'apporte aucune différence réelle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 12:03 [p.14577]
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to rise.
I would like to take a few moments to tell the people of Beauport—Limoilou who are listening right now that I am truly very disappointed with what the Finance Minister did last week and this week. Canadians have become aware that he misled them for two years and that he did not put his $20 million in Morneau Shepell shares in a blind trust. I seriously expected him to rise last week for his final response in question period to say that he regretted it, and that not only did he no longer have his shares, but he was donating to charity the $65,000 in additional monthly profits that he pocketed for the last two years. That would have been the least he could do. He is an extremely wealthy man. He should have done that, and I do not think that it would have jeopardized his retirement.
With respect to Bill C-24, I will be addressing primarily the aspect of the ministers and the administrative change that means absolutely nothing, as well as the supplementary estimates. I will also very quickly address the issue of regional development. The Liberals are abolishing regional development minister positions. These positions are key, because today 60% of Canadians live in large cities. The same is true almost everywhere in the world. These positions are also important because the voice of rural Canadians is being less and less heard in the House. There will no longer be ministers representing regional development agencies in the Atlantic provinces, Quebec or western Canada. These agencies will no longer exist, or at least they will not have any ministers. These ministers sat at the cabinet table to ensure that every region of Canada had a voice.
The first thing the Liberals did was to make sure that there would no longer be any ministers representing the regions and to entrust all decisions to a single individual, the Minister of Innovation, Science and Economic Development in Toronto. This has already had a serious impact. Last fall, $150,000 in funds earmarked for economic development in northern Ontario was allocated to a company based in the Minister of Innovation, Science and Economic Development’s riding of Mississauga. This is precisely the new type of politics the Liberals have been playing.
This spring, an Atlantic liberal caucus subcommittee indicated that they had been told that processing times at ACOA were three times longer since the appointment of a minister from Toronto. It is not surprising, since he himself, as a minister from Toronto, is completely overwhelmed by the affairs of Canada’s great city of Toronto and completely overwhelmed by the affairs of his own department. That is why we need independent ministers who can focus on the region they represent. We are saddened to see the government go ahead and abolish these key minister positions in Canada.
I spoke about Bill C-24 here in the House about six months ago. It was late spring. At that time not so long ago, I was still a permanent member of the powerful Standing Committee on Government Operations and Estimates. It was quite the learning experience for me. I had to read a huge number of documents and learn about many financial, economic, and structural issues. The committee deals with government operations and estimates.
Every four or five months, the committee reviews and analyzes the supplementary estimates, in other words, the credits the government wants to have approved by the committees so that it can close its fiscal year on a sound note. I observed one thing. I do not remember exactly whether it was credit A, credit B or credit C, or which department it was. I think it was the Treasury Board. After it was elected, the government immediately wanted to raise the salaries of the ministers of State, as is proposed in the bill. Normally, to do so, the government must introduce a bill like the one we are debating today concerning ministers’ salaries and allowances.
That is not what they have been doing for the past two years. In fact, the Liberals used the supplementary estimates, by including the votes in the supplementary estimates and getting them approved through the Standing Committee on Government Operations and Estimates for two consecutive years. We Conservatives were a minority. We voted against that funding, but that did not change anything.
If this bill were so important, if it were true, as they claim, that this bill is intended to foster ministerial pay and gender equality, then why did they use the back door to increase salaries? Why did the Liberals not introduce Bill C-24 when they first came to power in 2015? If gender equality were that important to them, they would have introduced this bill as a priority at the outset.
Something about this really surprises me. An hon. member for whom I have enormous respect and who served in the military said that a minister is a minister is a minister. First, that is an extreme extrapolation. One can say that a Canadian is a Canadian is a Canadian, but at the same time, a minister is still a Canadian like any other. The part that concerns me is that ministers of state are not on the same footing as ministers. The question is simple: do they have deputy ministers? No, and this bill will do nothing to change that fact, either.
Ministers of state will not have deputy ministers or cabinets, which have a staff of about 40 to assist their minister perform difficult tasks. They will not have the right to submit memorandums to cabinet explaining government issues. Most importantly, they will not have any officials serving under them. For example, the Minister of National Defence has 80,000 public servants under him. Not only is there the civilian administrative wing comprising some 20,000 employees, but there is also the military wing, because military troops are public servants. All told, we are talking 100,000 people.
Ministers of state will not have 100,000 people to manage and give orders to. Neither will they oversee an actual institution, or have headquarters from which to work. For example, Public Services and Procurement Canada is across the beautiful Ottawa River, and there is a huge building there with Public Services and Procurement Canada written on it. About 10,000 people work there.
Ministers of state have none of the prerequisites that would make them equal to ministers. This has nothing to do with gender equality or equity between individuals. Ministers of state simply do not have a minister’s workload. That is the only thing Canadians need to know.
Remarkably, the hon. member of St. Catharines himself said it a thousand times in his speech on administrative changes. That is exactly what it is: an administrative change. It is not a substantial change. The Minister of International Development and La Francophonie, who comes from the Eastern Townships, will not have a building with 10,000 public servants or a cabinet. She will not have anything a real minister has. I am on the Standing Committee on Official Languages, so I recognize that the files she manages are extremely important, but her workload will still be quite a bit lighter than that of the Minister of National Defence, for example.
My colleague from Calgary Shepard made me think of something. It is not true that all cabinet ministers are equal. No one can tell me that the Minister of Finance and the Minister of Canadian Heritage are on equal footing. I must say that I prefer heritage to the economy. That being said, the Leader of the Government in the House of Commons has a portfolio because she is the House leader and she is the Minister of Small Business and Tourism. She has more to deal with than another minister who does not have these two portfolios and these two responsibilities. It is as simple as that.
I wanted to say one last thing, something a little more philosophical. Imposing a gender-equal cabinet comes with its own share of risks. At the end of the day, philosophically and legally speaking, what does it even mean? It means that we will never see an all-female cabinet in Canada. I would even go so far as to say that this is good way for the Prime Minister of Canada to make sure that women never make up more than half a cabinet.
In fact, I would even say that this will stop the advancement of women in politics.
Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole.
J'aimerais prendre quelques secondes pour dire aux gens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en ce moment que je suis vraiment très déçu de ce que le ministre des Finances a fait la semaine passée et cette semaine. Les Canadiens ont pris conscience du fait qu'il les avait trompés pendant deux ans et qu'il n'avait pas mis dans une fiducie sans droit de regard ses actions de 20 millions de dollars de Morneau Shepell. Je m'attendais sérieusement à ce qu'il se lève la semaine dernière lors de sa première réponse à la période des questions pour dire qu'il regrette et que non seulement il n'a plus ses actions, mais qu'en plus il donne à la charité les 65 000 $ de profits mensuels supplémentaires qu'il a empochés depuis deux ans. Cela aurait été la moindre des choses à faire. C'est un homme extrêmement riche. Il aurait dû faire cela, et je ne pense pas que cela aurait nui beaucoup à sa retraite.
Pour ce qui est du projet de loi C-24, je vais surtout me pencher sur l'aspect des ministres et du changement administratif qui ne veut absolument rien dire, de même que sur un aspect concernant les budgets supplémentaires des dépenses. Très rapidement, je vais quand même effleurer la question du développement régional. Les libéraux abolissent les postes de ministres de développement régional. Ces postes sont névralgiques parce que, aujourd'hui, 60 % des Canadiens vivent dans les grandes villes. C'est un phénomène qu'on retrouve partout dans le monde. Ces postes sont névralgiques également parce que la voix des Canadiens vivant en milieu rural perd de plus en plus de son gallon et de sa force motrice au sein de la Chambre. Les ministres qui représentent les agences de développement régionales, que ce soit pour l'Atlantique, pour le Québec ou pour l'Ouest, n'existeront plus. Ces agences n'existeront plus, ou du moins, elles n'auront plus de ministres. Ces ministres étaient autour de la table du Cabinet pour assurer la voix des régions du Canada.
La première étape des libéraux a été de faire en sorte qu'il n'y ait plus de ministres qui représentent les régions et de confier toute la prise de décisions à un seul individu, soit le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, qui est à Toronto. Cela a déjà eu des conséquences notables. L'automne dernier, des fonds de 150 000 $ pour le développement économique du Nord de l'Ontario ont été alloués à une entreprise basée dans la circonscription du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, à Mississauga. C'est justement le nouveau genre de politiques des libéraux.
Ce printemps, un sous-comité du caucus libéral de l'Atlantique a indiqué qu'on lui avait signalé que les délais de traitement à l'APECA étaient trois fois plus longs depuis la nomination d'un ministre de Toronto. Ce n'est pas surprenant, car lui-même, en tant que ministre de Toronto, est complètement débordé par les enjeux de la grande ville mère du Canada et complètement débordé par les enjeux de son propre ministère. C'est pour cela que nous avons besoin de ministres indépendants qui se concentrent sur un rôle de représentation régionale. Nous sommes bien tristes de voir le gouvernement aller de l'avant et supprimer ces postes ministériels névralgiques au Canada.
J'ai parlé du projet de loi C-24 ici à la Chambre il y a environ six mois. C'était à la fin du printemps. À cette époque pas si lointaine, j'étais encore un membre permanent du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, un comité imposant. Ce fut tout un apprentissage pour moi. J'ai dû faire des lectures en quantité industrielle et apprendre sur beaucoup d'enjeux financiers, économiques et structurels. On parle du fonctionnement et des prévisions budgétaires du gouvernement.
À ce comité, tous les quatre ou cinq mois, nous révisions et analysions les budgets des dépenses supplémentaires, donc, les crédits que le gouvernement veut faire approuver par les comités pour pouvoir bien terminer l'année financière. J'ai constaté une chose. Je ne me souviens plus exactement s'il s'agissait du crédit A, du crédit B ou du crédit C ni de quel ministère exactement il s'agissait. Je pense que c'était le Conseil du Trésor. Or, le gouvernement, après son élection, a immédiatement voulu augmenter le salaire des ministres d'État, comme ce qui est proposé dans le projet de loi. Pour faire cela, il faut normalement déposer un projet de loi, comme celui que les libéraux ont déposé et dont nous débattons aujourd'hui concernant le traitement des salaires et le traitement des indemnités des ministres.
Ce n'est pas ce qu'ils ont fait pendant deux ans. En fait, les libéraux ont passé par l'entremise des budgets supplémentaires des dépenses, en accordant des crédits relatifs aux budgets supplémentaires des dépenses, et en faisant voter ces crédits par le biais du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires pendant deux années consécutives. Nous, les conservateurs, étions minoritaires. Nous avions beau voter contre ces crédits, cela ne changeait rien.
Si ce projet de loi était si important, si c'était aussi vrai qu'ils osent le prétendre que ce projet de loi vise l'équité salariale et le respect ministériel entre les hommes et les femmes, alors pourquoi ont-ils utilisé la porte arrière pour augmenter les salaires? Pourquoi les libéraux n'ont-ils pas présenté le projet de loi C-24 dès leur première journée de rentrée parlementaire en tant que nouveau gouvernement élu en 2015? Si la question de l'équité homme-femme était si importante pour eux, ils auraient dû présenter ce projet de loi comme une priorité au tout début.
Il y a une chose qui me surprend énormément dans toute cette histoire. Une députée, que je respecte énormément et qui a fait un service militaire en bonne et due forme, disait qu'un ministre est un ministre est un ministre. D'abord, c'est de l'extrapolation extrême. Un Canadien est un Canadien est un Canadien, c'est respectable. En revanche, un ministre, c'est un Canadien comme tous les autres, ce n'est pas un statut si particulier. Ce qui me déplaît dans tout cela, c'est que, de toute évidence, un ministre d'État n'est pas du tout au même niveau qu'un ministre. La question est simple: a-t-il un sous-ministre? Non, et ce projet de loi ne changera pas cela non plus.
Les ministres d'État n'auront pas de sous-ministre et ils n'auront pas de cabinet. Un cabinet est composé d'environ 40 employés qui appuient les tâches extrêmes d'un ministre. Ils n'auront pas le droit de présenter un mémoire au cabinet pour expliquer des enjeux gouvernementaux. Ils n'auront surtout pas de fonctionnaires. Par exemple, à la Défense nationale, le ministre a 80 000 fonctionnaires sous lui. Il y a non seulement l'aile administrative civile, soit environ 20 000 personnes, mais il y a l'aile militaire, parce que les militaires sont des fonctionnaires. En tout, cela représente 100 000 personnes.
Les ministres d'État n'auront pas 100 000 personnes à diriger et à qui donner des directives. Les ministres d'État n'auront pas non plus une institution, un endroit, soit un siège en tant que tel. Par exemple, Services publics et Approvisionnement Canada se trouve de l'autre côté de la rivière des Outaouais, cette belle rivière, et on trouve un bâtiment immense sur lequel il est écrit Services publics et Approvisionnement Canada. Il y a peut-être 10 000 personnes qui travaillent à cet endroit.
Les ministres d'État n'ont aucun des préalables qui font qu'on pourrait dire qu'ils sont au même niveau qu'un ministre. Cela n'a rien à voir avec l'équité homme-femme et cela n'a rien à voir avec l'équité d'un individu à un autre. Les ministres d'État n'ont tout simplement pas la charge d'un ministre. C'est la seule réalité que les Canadiens doivent savoir.
Incroyablement, le député de St. Catharines l'a avoué lui-même 1 000 fois dans son discours en parlant de changements administratifs. C'est bien cela: c'est un changement administratif, ce n'est pas un changement de fond. La ministre du Développement international et de la Francophonie, qui vient des Cantons de l'Est, n'aura pas un bâtiment avec 10 000 fonctionnaires ou un cabinet ministériel. Elle n'aura rien qui se rapporte à un vrai ministre. Bien que ses enjeux soient très importants — et je suis au Comité permanent des langues officielles, en passant —, elle n'aura pas des tâches aussi volumineuses que le ministre de la Défense nationale, par exemple.
Mon collègue deCalgary Shepard m'a fait penser à une chose: ce n'est pas vrai que les gens au sein du cabinet ministériel sont égaux. On ne va pas me faire croire que le ministre des Finances et la ministre du Patrimoine canadien, sont sur un pied d'égalité, bien que je préfère le patrimoine à l'économie. Cela étant dit, la leader du gouvernement à la Chambre des communes a un portefeuille parce qu'elle est leader à la Chambre et elle est ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme. Elle a plus d'enjeux qu'un autre ministre qui n'a pas ces deux portefeuilles et ces deux responsabilités. C'est aussi simple que cela.
Je voulais dire une dernière chose, et ce sera sur le plan philosophique. Vouloir imposer la parité à l'échelle du cabinet ministériel porte son lot de dangers. En effet, au bout du compte, philosophiquement et légalement parlant, qu'est-ce que cela veut dire? Cela veut dire que jamais dans l'histoire future du Canada on verrait un cabinet composé à 100 % de femmes. J'irais même jusqu'à dire que c'est une belle façon pour le premier ministre du Canada de s'assurer que jamais un cabinet ministériel ne sera composé de plus de la moitié de femmes.
En fait, je dirais même que c'est pour stopper l'avancement des femmes en politique.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 12:16 [p.14579]
Mr. Speaker, the bill does not speak about equal votes; it speaks about equal voice. I will tell members something interesting. When I was an intern in the Prime Minister's Office, the greatest honour of my life was to be part of a cabinet meeting. There, I was completely astounded to see MPs, not ministers, enter the room and be part of the meeting. They would stand and give their opinion with respect to the discussion. The ministers would acknowledge them, saying that this was the direction they should take. That is equal voice. Those MPs did not need a title or a ministry to have an equal voice. Having an equal voice around a cabinet table has nothing to do with which ministry one has.
Monsieur le Président, le projet de loi ne parle pas de votes, mais de voix qui comptent autant les unes que les autres. Je vais dire quelque chose qui me paraît intéressant. Lorsque j’étais stagiaire au Cabinet du premier ministre, participer à une réunion du Cabinet était le plus grand honneur pour moi. J’étais époustouflé de voir des députés, et non pas des ministres, entrer dans la salle et participer à la réunion. Ils exprimaient librement leur opinion sur le sujet en discussion. Les ministres s’adressaient à eux pour leur expliquer l’orientation qu’ils allaient prendre. Pour moi, c’est cela avoir une voix qui compte autant que les autres. Ces députés n'avaient pas besoin d'un titre spécial ou d'être responsable d'un ministère pour être entendus sur un pied d'égalité. Avoir son mot à dire autour de la table du Cabinet n'a rien à voir avec le ministère pour lequel on travaille.
Results: 1 - 15 of 33 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|