Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Chandra Arya Profile
Lib. (ON)
View Chandra Arya Profile
2019-06-07 11:06 [p.28746]
Madam Speaker, I wish to recognize Rabbi Howard Finkelstein, who was with Beit Tikvah synagogue in Nepean for last 28 years. I wish Rabbi Howard and his wife Rivka all the very best in their retirement.
I also wish to recognize Ted Bransfield, member of the Bells Corners Legion. Ted was recently named Legionnaire of the Year. Ted has sat down with 387 veterans to help with their benefits and claims. He is also actively involved with Perley and Rideau Veterans' Health Centre.
I also wish to recognize the four Nepean churches that participated in this year's Big Give: Bibleway Ministries, Woodvale Pentecostal Church, Good Shepherd Barrhaven Church, and the Metropolitan Bible Church. This annual event supports those who are less fortunate by giving away all donated items free of cost.
Madame la Présidente, je félicite le rabbin Howard Finkelstein, qui a oeuvré à la synagogue Beit Tikvah, à Nepean, pendant les 28 dernières années. Je souhaite au rabbin Howard Finkelstein et à sa conjointe Rivka une retraite des plus heureuses.
Je félicite également Ted Bransfield, membre de la légion Bells Corners. Récemment, M. Bransfield a reçu le titre de légionnaire de l'année. Il a rencontré 387 vétérans pour les aider à obtenir leurs prestations et à présenter leurs demandes. Il s'implique aussi activement au Centre de soins de santé des anciens combattants Perley-Rideau.
Enfin, je salue les quatre congrégations de Nepean qui ont participé à la vente-débarras le Grand Partage cette année: l'église Bibleway Ministries, l'église pentecôtiste Woodvale, l'église Good Shepherd Barrhaven et l'église Metropolitan Bible. Cette activité annuelle soutient les moins fortunés en remettant gratuitement tous les objets donnés.
View Chandra Arya Profile
Lib. (ON)
View Chandra Arya Profile
2017-09-26 21:22 [p.13594]
Madam Speaker, Canada is gravely concerned by the continuing crisis in Myanmar and its impact on neighbouring Bangladesh. Since the August 25 attacks by domestic militants on security outposts, almost 480,000 Rohingya have fled the northern Rakhine State to seek safety in neighbouring Bangladesh, adding to the hundreds of thousands who have made the crossing over recent decades. Arrivals over the past few weeks have largely comprised women and children, including pregnant women. As many as 1,500 children have been born during the last 20 days in the Rohingya camps.
With the help of the international community, including Canada, the Government of Bangladesh is temporarily hosting the tidal wave of displaced persons from what is called “ethnic cleansing” in Myanmar and the violence propagated by anti-Rohingya sentiment in the Rakhine State. I have personally received countless emails and calls from my constituents and from people all across Ottawa and Canada voicing their concerns about the violence in Myanmar.
I would like to highlight two organizations that have shown support for the Rohingya people. Human Concern International and the South Nepean Muslim Community, SNMC, in my riding have been working to raise awareness and funds for managing the ongoing crisis. Additionally, a protest on October 1 is being organized on Parliament Hill by several organizations in Ottawa.
One of my constituents, Mr. Richard Harmston of South Asia Partnership Canada, sent me a long list of civil society organizations that have delivered a very important message on this pressing issue of the Rohingya refugees and the plight of the Rohingya in Burma, now Myanmar. These organizations include the Burmese Muslim Association, the Canada Tibet Committee, the Canadian Federation of University Women, the Canadian Union of Public Employees, Lawyers' Rights Watch Canada, the National Union of Public and General Employees, the Public Service Alliance of Canada's Social Justice Fund, the Rohingya Association of Canada, the Unifor Social Justice Fund, USC Canada, and World University Service of Canada.
As of September 25, the new arrivals are being accommodated in makeshift settlements or camps in host communities and in spontaneous new sites springing up mainly in and around Cox's Bazar in Bangladesh. All of them are in urgent need of food, water, shelter, sanitation, medication, and other basic necessities of life. Lack of hygiene is a great challenge needing prompt attention, lest it contribute to disease, including an outbreak of cholera that is threatening. Substantial relief efforts are under way by the international community, including NGOs and the Government of Bangladesh, to help these vulnerable people.
Imagine for a moment having to look after the population of Halifax showing up in the span of just four weeks. Without all hands working together, this humanitarian crisis has the potential of becoming a major disaster. Bangladesh's hospitality is laudable, especially when one considers that this country is one of the most densely populated nations in the world, with more than 161 million people on a land mass about twice the size of New Brunswick. It is a least-developed country, with approximately 30 million people living on just $1.90 U.S. per day. The majority of people live in rural areas and the countryside is prone to natural disasters, such as cyclones and severe flooding.
Canada has been active during this time of great need in Bangladesh, a country it was among the first to recognize at independence in 1971. Moved by the scale of the current catastrophe and the imperative that countries should not face a crisis of this magnitude alone, Canada has stood by Bangladesh in its pursuit of a peaceful resolution of the violent situation and as it provides succour to the displaced Rohingya.
Politically, Canada has been unequivocal and seeks a voluntary return of the displaced Rohingya population to their rightful homes. We have called for the immediate cessation of hostilities in Myanmar and have urged the military and civilian authorities to fulfill their responsibilities to protect civilians and respond to their basic needs. We have also called for immediate access to Rakhine State for humanitarian actors and the timely implementation of the “Final Report of the Advisory Commission on Rakhine State”, chaired by Kofi Annan, in order to address the root causes of this current crisis.
Given the scale of humanitarian need in southern Bangladesh, the Government of Canada was quick to respond with an initial allocation to help meet the life-saving needs of the newly arrived asylum seekers. This includes $3.35 million to our humanitarian partners in Bangladesh to address the most pressing needs of those affected by the crisis, including access to nutrition, shelter, water, and sanitation. This brings Canada's 2017 humanitarian assistance response to crisis-affected people, including the Rohingya, to a total of $9.18 million in Bangladesh and Myanmar. Our assistance is aimed at helping all those in need in accordance with the local context, regardless of ethnic or religious identity. Canada stands ready to respond further, as is appropriate and possible in light of changing conditions on the ground.
Canada has had a long-standing development relationship with Bangladesh. The country is one of our most important development partners, with Canadian contributions amounting to over $4 billion to date. Bangladesh has made important development gains with Canada's and other donors' assistance. The incidence of poverty has steadily declined, and the gross domestic product growth rate has averaged a healthy 6% per year.
Bangladesh has further made considerable progress in health and education, and it is a top performer in reducing maternal and under-five mortality.
Canada's development assistance in Bangladesh has focused on strengthening the delivery of health and education systems and promoting governance and human rights. Our efforts have also supported reducing child, early, and forced marriage; addressing climate change; and food security-themed programming.
Major Canadian non-governmental organizations have been working in Bangladesh for many years and have established long-standing partnerships that will continue to serve us well beyond the support we have already provided, addressing violence against women, needs of the disabled, civil society and democratic participation, community development, agriculture and food security, higher education, and microfinance.
In conclusion, Canada firmly believes that a modern state must promote, protect, and serve the interests of all of its nationals and build societies that respect human rights, religious freedoms, and inclusive governance. We will continue to work with the Government of Bangladesh and international donors to help ensure that the shock of this most recent humanitarian crisis will not derail the progress to which Bangladesh has committed itself in terms of providing prosperity and democratic freedoms for all of its people, of achieving middle-income status in short order, and of asserting its role as a progressive force in the community of nations.
Madame la Présidente, le Canada est profondément préoccupé par la crise qui continue de sévir au Myanmar et par ses effets sur le pays voisin, le Bangladesh. Depuis les attaques menées le 25 août par des militants nationaux contre des avant-postes de sécurité, près de 480 000 Rohingyas ont fui le Nord de l'État de Rakhine pour se réfugier au Bangladesh, s'ajoutant aux centaines de milliers de personnes ayant traversé la frontière ces dernières décennies. Au cours des dernières semaines, une grande partie des arrivants au Bangladesh ont été des femmes et des enfants, y compris des femmes enceintes. Pas moins de 1 500 enfants sont nés durant les 20 derniers jours dans les camps de Rohingyas.
Grâce à l'aide de la communauté internationale, y compris du Canada, le gouvernement du Bangladesh accueille temporairement les très nombreuses personnes qui ont été déplacées à cause de ce qui a été qualifié de « nettoyage ethnique » au Myanmar et des actes de violence alimentés par l'hostilité qui existe envers les Rohingyas dans l'État de Rakhine. J'ai reçu d'innombrables courriels et appels d'habitants de ma circonscription, ainsi que de gens d'Ottawa et de partout au Canada, me faisant part de leurs inquiétudes quant à la violence au Myanmar.
Je veux attirer l'attention sur deux organismes qui ont manifesté leur appui aux Rohingyas. Les organismes Human Concern International et South Nepean Muslim Community, ou SNMC, situés dans ma circonscription, se sont employés à sensibiliser la population à la crise qui sévit au Myanmar et à recueillir des fonds pour gérer cette crise. En outre, plusieurs organismes d'Ottawa organisent une manifestation qui aura lieu sur la Colline du Parlement le 1er octobre prochain.
Un résidant de ma circonscription, M. Richard Harmston, de la Société asiatique des partenaires Canada, m'a envoyé une longue liste d'organismes de la société civile qui ont livré un message très important sur la question pressante des réfugiés rohingyas et le sort des Rohingyas en Birmanie, que l'on appelle maintenant le Myanmar. Au nombre de ces organismes figurent notamment la Burmese Muslim Association, le Comité Canada Tibet, la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités, le Syndicat canadien de la fonction publique, Lawyers' Rights Watch Canada, le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public, le Fonds de justice sociale de l'Alliance de la Fonction publique du Canada, la Rohingya Association of Canada, le Fonds de justice sociale d'Unifor, USC Canada et Entraide universitaire mondiale du Canada.
En date du 25 septembre, les nouveaux arrivants sont hébergés dans des installations ou des camps de fortune établis dans les collectivités d'accueil, ainsi que dans de nouveaux sites qui poussent comme des champignons, surtout à Cox's Bazar, au Bangladesh, et dans ses environs. Toutes ces personnes ont un besoin urgent de nourriture, d'eau, d'abris, d'installations sanitaires, de médicaments et d'autres produits de première nécessité. Le manque d'hygiène est un problème de taille, qui nécessite une attention immédiate, à défaut de quoi ces conditions favoriseront l'apparition de maladies, dont une épidémie de choléra, qui se fait menaçante. La communauté internationale, y compris des ONG et le gouvernement du Bangladesh, mène des opérations de secours d'envergure pour venir en aide à ces personnes vulnérables.
Imaginons un moment devoir prendre soin de toute la population d'Halifax, qui se présenterait en l'espace de quatre semaines. Sans la collaboration de tout le monde, cette crise humanitaire risque de se transformer en catastrophe majeure. L'hospitalité du Bangladesh est louable, surtout lorsqu'on considère qu'il s'agit d'un des pays les plus densément peuplés du monde, avec plus de 161 millions d'habitants sur une superficie environ deux fois plus grande que le Nouveau-Brunswick. Il fait partie des pays les moins développés; environ 30 millions de personnes y vivent avec moins de 1,90 dollar américain par jour. La majorité des gens vivent dans des régions rurales, et la campagne est susceptible d'être touchée par des catastrophes naturelles, comme des cyclones et de graves inondations.
Le Canada est actif pendant cette période de grand besoin du Bangladesh, un pays dont il a été l'un des premiers à reconnaître l'indépendance en 1971. Touché par l'envergure de la catastrophe actuelle et le fait qu'aucun pays ne devrait avoir à affronter seul une crise d'une telle ampleur, le Canada appuie le Bangladesh dans sa poursuite d'une solution pacifique à la situation violente et tandis qu'il offre de l'aide aux Rohingyas déplacés.
Sur le plan politique, le Canada a dit sans équivoque souhaiter le retour volontaire des Rohingyas déplacés dans leur foyer. Il demande l'arrêt immédiat des hostilités au Myanmar et exhorte les autorités militaires et civiles à s'acquitter de leurs responsabilités de protéger les civils et de répondre à leurs besoins fondamentaux. Le Canada demande également un accès immédiat à l'État de Rakhine pour les organismes d'aide humanitaire et la mise en oeuvre rapide des recommandations du rapport final de la Commission consultative sur l'État de Rakhine, présidée par Kofi Annan, afin de s'attaquer aux causes profondes de la crise actuelle.
Compte tenu de l'ampleur des besoins humanitaires dans le Sud du Bangladesh, le gouvernement du Canada n'a pas tardé à réagir en versant une première somme destinée à répondre aux besoins vitaux des demandeurs d'asile nouvellement arrivés. Nous avons accordé 3,35 millions de dollars à nos partenaires humanitaires présents au Bangladesh afin de répondre aux besoins les plus pressants des personnes affectées par la crise, notamment pour leur donner accès à de la nourriture, à un abri, à de l'eau et à des installations sanitaires. L'aide humanitaire accordée par le Canada en 2017 aux personnes affectées par la crise, y compris les Rohingyas, atteint ainsi 9,18 millions de dollars au Bangladesh et au Myanmar. Notre aide vise à soutenir tous ceux qui sont dans le besoin en respectant le contexte local, quelle que soit l'identité ethnique ou religieuse de ces gens. Le Canada est prêt à accorder de l'aide supplémentaire selon les besoins et l'évolution de la situation sur le terrain.
Le Canada entretient depuis longtemps une relation avec le Bangladesh en matière de développement. Ce pays est l'un de nos partenaires les plus importants dans ce domaine. Les contributions du Canada s'élèvent à plus de 4 milliards de dollars jusqu'à aujourd'hui. Le Bangladesh a fait d'importants progrès sur la voie du développement, grâce à l'aide fournie par le Canada et d'autres donateurs. L'incidence de la pauvreté a constamment diminué, et le taux de croissance du PIB a atteint une solide moyenne de 6 % par année.
Le Bangladesh a en outre réalisé des progrès considérables en santé et en éducation et il figure dans le peloton de tête des pays ayant le plus réduit la mortalité maternelle et la mortalité des enfants de moins de cinq ans.
Au Bangladesh, l'aide au développement offerte par le Canada vise à faciliter la mise en place de systèmes de santé et d'éducation et à promouvoir la gouvernance et les droits de la personne. Nos efforts ont aussi permis de réduire le nombre de mariages d'enfants, de mariages précoces et de mariages forcés, de lutter contre les changements climatiques et de mettre en place des programmes axés sur la sécurité alimentaire.
De grandes organisations non gouvernementales canadiennes travaillent au Bangladesh depuis des années et ont établi des partenariats de longue date qui continueront de nous servir bien au-delà du soutien que nous avons déjà offert à l'égard de la lutte contre la violence envers les femmes, des besoins des personnes handicapées, de la participation à la société civile et à la démocratie, du développement communautaire, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, de l'enseignement supérieur et du microfinancement.
Pour conclure, je dirai que le Canada croit fermement qu'un État moderne doit promouvoir, protéger et servir les intérêts de tous les citoyens et bâtir des sociétés qui respectent les droits de la personne ainsi que les principes de liberté de religion et de gouvernance inclusive. Nous allons continuer de travailler avec le gouvernement du Bangladesh et les donateurs internationaux afin d'empêcher que le choc causé par la plus récente crise humanitaire détourne le Bangladesh de la voie du progrès auquel il s'est engagé afin d'assurer la prospérité et les libertés démocratiques à l'ensemble de sa population, de développer rapidement la classe moyenne et d'assumer son rôle de force progressiste au sein de la communauté des nations.
Results: 1 - 2 of 2