Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 7 of 7
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I will share my time with the member for Courtenay—Alberni.
This is probably my last chance to express my opinion about this government.
I listened to my colleague from Malpeque, and I know his heart is in the right place. He talked about the new horizons for seniors program, which is a very good program in many of our ridings. It is indeed a success.
However, I listened to my other colleague who spoke before him about the government's social housing initiatives, and I had to work hard to keep from shouting. The truth is that places like Longueuil—Saint-Hubert need social housing. We do not spend enough time talking about that. Sadly, the poverty rate in the City of Longueuil and its two suburbs is incredibly high. Over a third of the children belong to families living below the poverty line. I know for a fact that we need social housing. The Longueuil housing office's waiting list now has over 2,000 names on it. We need this kind of initiative, but the Liberal government has never done more than talk about it.
Once again, we are seeing their obsession with always calculating the very best time to announce some big carrot they want to dangle in front of people right before the election. That is what they did. Even though that was two years ago, they told us they were investing $10 billion in social housing. What they have put on the table so far is really just peanuts. What will we get later? It will be a nice gift. We will see if Canadians are smart, if they have realized that they have to trust the blue bloods in the Liberal Party of Canada. Now we will get small carrots here and there; we will get what is to be expected. It is appalling.
The media industry is now in crisis. How are the Liberals going to support the media? They are offering more carrots. No changes were made to the legislation.
Getting back to the people of Longueuil, what did the government do right away? It eliminated the tax credit for public transit passes. That is fantastic. It is almost as good as pipelines. Let us encourage people to take the bus. Congratulations, that is fantastic. I will not even mention the subway, since we obviously still do not have our subway extension.
Quebec has a lot of needs and a lot of ambition, and we can be proud of that. People in Montreal and the rest of Quebec really want to use public transit. Are we going to get some support from higher up? I sure hope so. I would love to see some big announcements before the election. They had better be good, and the Liberals would do well to keep their word and not lose the election. I hope members on that side can really understand how things are for the people of Longueuil.
Longueuil has had the same metro station since 1967. It is 52 years old. Nothing has been built since. God knows we need more. The bridges in my riding, especially the Jacques Cartier Bridge, are constantly congested. When people need to get to Montreal, they do not even consider taking public transit because it takes two tickets to cross the river and the return trip costs $13, so they drive their cars.
In fact, that is why I am so passionate about electric cars and the electrification of transportation. The people in my community were early adopters because it seemed like we were always stuck in traffic. Many drivers ended up going electric. Again, we got peanuts for the electrification of transportation. The Department of Innovation, Science and Economic Development at least had the vision to support a few good projects, but the Department of Transport has not offered up a penny, for Pete's sake. How pathetic. Electric cars are nothing new. Tesla reinvented the car years ago, but Ottawa is asleep at the wheel.
Being here among the 338 MPs who represent the people of Canada is an incredible opportunity. It is time to wake up. We see a lot of apathy, especially on the other side of the aisle. I have said over and over how ashamed I am that this Parliament cannot stand up and make sure e-commerce is properly taxed, at least at the same rate as our own businesses. Peter Simons has opened a store here on Rideau Street, and what a store it is. It was not that guy from Amazon who did it; it was Peter Simons. He got people involved by investing his own money and hiring employees.
Taxes are to be expected, since they fund our services. Paying a tax is not a shame. Roads and hospitals do not pay for themselves, nor do the boats that keep us safe on the water.
The government is letting web giants into the country. Does Amazon, a competitor to Simons, for example, pay taxes? I am not so sure. People are always surprised to hear that someone who ordered a product on Amazon did not pay tax. This cannot work. We are not in a little village in 1812. This is 2019 in a G7 country. I am trying to refrain from swearing.
This is shameful. Why is the media in a crisis right now? The government thinks it is complicated and that it is a new paradigm. I remember I had an eBay account about 20 years ago. This is not a new paradigm, and that is not an excuse.
It is a fact that the Conservatives ignored this for 10 years. The Liberals are even worse. They have been calling this situation appalling for four years, but they are not doing anything. The truth is that the media sector is in one hell of a mess right now and has lost 16,800 jobs since 2008, and the Liberals are partly at fault, since they had four years to do something.
We do indeed need to amend legislation, but the government should have done it sooner. When the Liberals were elected in 2015, they said that they were going to change this because it is important. They said that they would consult, but they did not manage to get everyone together. A government is meant to be able to unite people. Did this government do so? Absolutely not. I do not want to sound alarmist, but that is the truth. Anyone in the culture industry would tell you that.
Currently, we are talking a lot about the 75th anniversary of the brave heroes who defended our democracy in the Second World War. That is what we call patriotism, correct? The person who made a documentary on the Second World War—I forget the name of the production company, but no matter—sold one million copies of his DVD. Three years later, or around four years ago, they made another documentary, this time on the First World War. I can see how people could have found it a little dated and would not have been as interested, but that is not the point. They sold 100,000 copies of this documentary.
The band Alfa Rococo received $16,000 in public performance royalties for one of their radio hits, which makes sense, given that the radio was playing their song. During the same period, they only got $11 from Spotify. Clearly, this is the kind of thing that influences the decision of whether to go into music or not. That said, we are all happy to have music.
The government is well aware of all the problems. This morning I was asked in an interview whether the Minister of Canadian Heritage is incompetent. I said that I believe he is not incompetent so much as powerless. He is powerless before the will of the Prime Minister and he is powerless before the intellectual dishonesty of the Minister of Finance, who, when asked why the GST is not applied to Netflix subscriptions or ads on Google and Facebook, always says that this is very complicated and it should be taken up with the G7 and the G20.
Most of the U.S. states apply a sales tax on accounts like that. Everyone is asked to pay sales tax. For example, when we go to a small-time garage to buy some washer fluid and the employee says it will cost $4 in cash but he will have to add the tax if we pay by credit card, we raise a disapproving eyebrow, but that is what we are allowing to happen.
I did the math. GST would cost Netflix roughly 75 cents a month per subscription. That is roughly $10 a year per subscription. Ten dollars times roughly ten million subscriptions is $100 million.
Do the Liberals not want that money? Canadians do. We need it. The Liberals have to wake up.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Courtenay—Alberni.
C'est probablement ma dernière chance d'émettre mon opinion sur ce gouvernement.
J'écoutais mon collègue de Malpeque et je connais toute sa bonne foi. Je comprends qu'il se référait au programme Nouveaux Horizons pour les aînés, qui est très utile dans plusieurs de nos circonscriptions. Oui, c'est un bon coup.
Cependant, j'ai écouté mon autre collègue qui a parlé juste avant des initiatives en logement social du gouvernement, et je me suis retenu pour ne pas hurler. La vérité, c'est qu'on a besoin du logement social dans Longueuil—Saint-Hubert, par exemple. On n'en pas parle assez souvent. Dans la Ville de Longueuil et ses deux arrondissements, il y a malheureusement un taux incroyable de pauvreté. Plus du tiers des enfants sont d'une famille vivant sous le seuil de la pauvreté. Je peux dire qu'on a besoin du logement social. La liste d'attente pour un logement à l'Office municipal d'habitation de Longueuil contient maintenant plus de 2 000 noms. On a besoin de ce genre d'initiative, et le gouvernement libéral ne fait qu'offrir de belles paroles.
Encore une fois, on voit cette manie de toujours calculer ce qu'on va annoncer à quel moment précis, pour être sûr d'avoir un gros nanane à proposer aux gens juste avant l'élection. Voilà ce qu'ils ont fait. Même si c'était il y a deux ans, ils nous ont quand même dit qu'ils investiraient 10 milliards de dollars dans le logement social. Ce ne sont vraiment que des pinottes qu'ils ont mises sur la table jusqu'à maintenant. Qu'est-ce qu'on va avoir plus tard? On va avoir un beau cadeau. On va voir si les Canadiens sont fins, s'ils ont compris qu'il fallait faire confiance au sang royal du Parti libéral du Canada. Là, on va avoir des petits nananes, là, on va avoir ce qu'on attend. C'est épouvantable.
Aujourd'hui, on vit une crise des médias. Qu'est-ce qu'on offre comme appui aux médias? On offre encore des nananes. Il n'y a eu aucun changement dans la législation.
Je reviens aux gens de Longueuil. Qu'est-ce que ce gouvernement a fait au tout début? Il a retiré le crédit d'impôt pour les abonnements aux cartes de transport en commun. C'est merveilleux! C'est à peu près aussi bon que les oléoducs. C'est pour encourager le monde à prendre l'autobus. Félicitations, c'est merveilleux! On ne parlera pas du métro, parce qu'évidemment on n'a toujours pas notre prolongement de métro.
On a, au Québec, beaucoup de besoins et d'ambition. On peut en être très fier. À Montréal, et au Québec en général, on a l'ambition d'utiliser le transport en commun. Allons-nous recevoir l'appui de l'autre bout? J'ai hâte de voir cela. J'ai hâte de voir les belles annonces avant l'élection. Elles ont intérêt à être bonnes, et les libéraux ont intérêt à tenir leurs paroles et à ne pas perdre l'élection. J'espère que, de l'autre côté, ils entendent bien la réalité des gens de Longueuil.
À Longueuil, on a la même station de métro depuis 1967, ce qui fait 52 ans. Il n'y a eu rien depuis. Dieu sait qu'on en a besoin. Les ponts, particulièrement le pont Jacques-Cartier, dans ma circonscription, sont constamment congestionnés. Quand il s'agit de se rendre exceptionnellement à Montréal, il est hors de question que les gens prennent le transport en commun parce que cela prend deux billets pour traverser le fleuve, et un aller-retour coûte 13 $. On prend donc sa voiture.
C'est pour cette raison d'ailleurs que je suis un passionné des voitures électriques et de l'électrification des transports. Chez nous, nous avons été des utilisateurs précoces parce que nous avons vu que nous étions constamment pris dans le trafic. En fin de compte, beaucoup de gens ont adopté ce choix de motorisation pour leur véhicule. Encore une fois, on a eu des pinottes en ce qui a trait à l'électrification des transports. Du côté du ministère de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, il y a eu un peu de vision, et de bons projets ont été appuyés, mais, du côté du ministère des Transports, diable, il n'y a toujours rien. C'est pitoyable. L'auto électrique, ce n'est pas nouveau. Cela fait longtemps que Tesla a réinventé la voiture, mais, ici, on fait dodo.
C'est une chance incroyable d'être un député, ici, parmi les 338 députés qui représentent la population du Canada. Il faut se réveiller. De l'apathie, on en voit beaucoup, particulièrement de l'autre côté. J'ai dit à maintes reprises que j'avais honte de ce Parlement qui n'est pas capable de se tenir debout pour s'assurer que le commerce électronique est bien tarifé, au moins de façon égale pour nos propres commerçants. Peter Simons a ouvert un magasin ici, sur la rue Rideau. C'est tout un magasin. Ce n'est pas le gars d'Amazon qui a fait cela, c'est Peter Simons. Il a engagé du monde en investissant son argent et en embauchant des employés.
On paie des taxes et c'est normal, car cela permet de recevoir des services. Payer une taxe, ce n'est pas une honte. La route et l'hôpital ne se paient pas tout seuls, pas plus que le bateau qui assure la sécurité sur le fleuve.
On laisse des géants débarquer chez nous. Amazon, le concurrent de Simons, par exemple, paie-t-il ses taxes? Je n'en suis pas sûr. On est toujours surpris d'entendre de quelqu'un qui a commandé un produit sur Amazon qu'il n'a pas payé de taxe. Cela ne peut pas fonctionner. Nous ne sommes pas dans un village, en 1812, mais bien en 2019, dans un pays du G7. Je me retiens de prononcer des mots qui appartiennent au patrimoine.
C'est une honte. Pourquoi assiste-t-on à une crise des médias aujourd'hui? Parce que, pour le gouvernement, cela semble être compliqué; ce serait un nouveau paradigme. Je me souviens d'avoir eu un compte chez eBay, il y a environ 20 ans. Cela n'a rien d'un nouveau paradigme. Ce n'est d'ailleurs pas une excuse.
On prétend que les conservateurs n'y ont pas prêté attention pendant dix ans, mais c'est un fait. Du côté des libéraux, c'est bien pire. Cela fait quatre ans qu'ils disent que c'est effrayant, mais qu'ils ne font rien. La vérité, c'est que si le monde des médias est aujourd'hui dans la merde jusqu'au cou et qu'on a perdu 16 800 emplois depuis 2008, c'est en bonne partie de leur faute, car ils avaient quatre ans pour faire quelque chose.
C'est vrai qu'il faut changer les lois, mais il aurait fallu le faire avant. Quand les libéraux ont été élus en 2015, ils ont dit qu'ils allaient changer cela, car c'est important. Ils ont dit qu'ils allaient faire des consultations, mais ils n'ont pas réussi à rassembler tout le monde. Être un gouvernement, c'est aussi être capable de fédérer les gens. Cela s'est-il produit? Absolument pas. Je ne veux pas avoir l'air d'un alarmiste, mais c'est la vérité. N'importe quelle personne du milieu de la culture peut le dire.
Actuellement, on parle beaucoup du 75e anniversaire des valeureux héros qui ont défendu notre démocratie lors de la Deuxième Guerre mondiale. Cela s'appelle avoir le sens de la patrie, n'est-ce pas? La personne qui a fait un documentaire sur la Deuxième Guerre mondiale — j'oublie le nom de la maison de production, mais cela n'a pas d'importance — a vendu un million d'exemplaires de son DVD. Trois ans plus tard, soit il y a environ quatre ans, elle a fait un autre documentaire qui portait cette fois sur la Première Guerre mondiale. Je peux comprendre que les gens aient trouvé cela un peu vieux et qu'ils s'y soient moins intéressés, mais là n'est pas la question. Elle a vendu 100 000 copies de ce documentaire.
Alfa Rococo, un groupe dont une chanson populaire jouait beaucoup à la radio, a reçu des droits de diffusion publique de 16 000 $. Cela est normal, puisque la radio diffuse sa chanson. Au cours de la même période, le groupe a reçu 11 $ de Spotify. On peut comprendre que ce genre de chose influence la prise de décision quant à se lancer en musique ou non. Pourtant, on est contents d'avoir de la musique.
Le gouvernement a la pleine mesure de tous les problèmes. On me demandait en entrevue, ce matin, si le ministre du Patrimoine est un incompétent. J'ai répondu que je ne crois pas qu'il est incompétent, mais qu'il est plutôt impuissant. Il est impuissant devant la volonté du premier ministre et il est impuissant devant la malhonnêteté intellectuelle du ministre des Finances, qui, chaque fois qu'on lui demande comment il se fait qu'on n'applique pas la TPS à des abonnements comme Netflix ou à des achats publicitaires sur Google ou sur Facebook, répond que c'est très compliqué et qu'il va falloir en parler avec le G7 et le G20.
La plupart des États américains appliquent une taxe de vente sur un compte comme celui-là. On demande à tout le monde de payer la taxe de vente. Par exemple, quand on arrive dans un garage louche parce qu'on a besoin d'un bidon de lave-glace et que l'employé nous dit que cela coûte 4 $ en argent comptant, mais que, dans le cas où on veut payer par carte de crédit, il devra facturer les taxes, on ne trouve pas cela correct, n'est-ce pas? C'est pourtant ce que nous laissons faire.
J'ai fait un calcul sommaire: la TPS coûterait environ, par abonné, 75 sous par mois à Netflix. Cela représente environ 10 $ par année, par abonné. Dix dollars multipliés par environ 10 millions d'abonnés, cela fait 100 millions de dollars.
Les libéraux ne les veulent pas? Les Canadiens, eux, les veulent. Nous en avons besoin. Les libéraux doivent se réveiller.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, in my response, I will consider the fact that my colleague is a former journalist and has the utmost respect for that profession, which is very important in our country.
The distribution of government support to the media, electronic or print, must be carried out in the most impartial way. We made several recommendations, such as supporting journalists independently of the platform they use. Naturally, the report was shelved because the Liberals are in the majority and are in charge at committees. I have been an MP for eight years and, unfortunately, most of the time, reports are shelved. That is disgraceful. The report had not even been tabled yet and the Prime Minister dismissed it, as did the Minister of Canadian Heritage.
Several suggestions were made, in particular in Mr. Greenspon's report, which was not acted upon. What did the Liberals do? Just before the election, they realized that they needed to do something. They asked themselves who might be involved. They made a choice knowing that that would work to defeat the Conservatives, and told themselves it was not a problem, it would do the trick.
Monsieur le Président, dans ma réponse, je tiendrai compte du fait que mon collègue a déjà été journaliste et qu'il a beaucoup d'estime pour cette profession, qui a une grande importance dans notre pays.
La distribution du soutien de l'État aux médias, électroniques ou imprimés, doit être faite de la façon la plus impartiale. Or nous avions émis plusieurs recommandations, dont celle d'apporter un soutien aux journalistes sans tenir compte de la plateforme qu'ils utilisent, et bien évidemment, ce rapport a été mis au placard, puisque Dieu sait que les libéraux mènent le bal aux comités, où ils sont majoritaires. Je suis député depuis huit ans, et malheureusement, la plupart du temps, les rapports sont mis au placard. C'est une honte. Le rapport n'était même pas encore déposé que le premier ministre le balayait du revers de la main, et la ministre du Patrimoine canadien a fait de même.
Plusieurs solutions ont donc été proposées, notamment dans le rapport de M. Greenspon, qui est resté lettre morte. Qu'est-ce que les libéraux ont fait? Juste avant les élections, ils ont réalisé qu'il fallait faire quelque chose. Ils se sont demandé qui pourrait bien participer. Ils ont fait un choix en sachant que celui-ci ferait capoter les conservateurs, en se disant: ce n'est pas grave, cela va faire l'affaire.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, my heartfelt thanks to my colleague. I know she is doing a fantastic job in her riding. If anyone can talk about local media, it is her. I know that she writes for a local newspaper, for instance. These newspapers are often free, like the Pamplemousse in the riding of my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie. I will not make a joke about his riding's name.
Local media need support. Unfortunately, the program that was created specified that they needed to have at least two employees, which is often impossible for local media outlets. They did not get any support at all.
Many reports on this issue have recommended supporting local media in the transition to digital platforms. However, that requires Internet access, which is another thing the regions may not get.
The survival of our information and our culture is vital to our democracy.
Monsieur le Président, je remercie chaleureusement ma collègue. Je sais qu'elle fait un travail fantastique dans sa circonscription. Si quelqu'un peut parler des médias locaux, c'est bien elle. Je sais qu'elle écrit dans un journal local, entre autres. Souvent, ces journaux sont gratuits. Je pense notamment au Pamplemousse, dans la circonscription de mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie — je ne ferai pas de blague sur le nom de sa circonscription.
Ces médias doivent être soutenus. Malheureusement, le programme qui a été mis sur pied spécifiait qu'il fallait avoir au moins deux employés, alors que ce n'est souvent pas possible pour plusieurs petits médias locaux. Ils n'ont pas été soutenus du tout.
Plusieurs recommandations des rapports sur le sujet suggéraient de soutenir ces médias locaux dans leur transition vers des plateformes numériques. Toutefois, cela requiert un accès à Internet, une autre chose qui risque de ne pas arriver en région.
La survie de notre information et de notre culture est vitale pour notre démocratie.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I would like to draw attention back to the question posed by my colleague from Kitchener. He was absolutely right to bring up SNC-Lavalin.
This kind of procedure will rush the bill through the House of Commons. However, the government has presented a budget and an omnibus bill that includes everything but the kitchen sink. When the government tries to pass measures without anyone knowing, it thinks it knows better than everyone, that it knows all the answers. The government came up with a haphazard solution to the SNC-Lavalin problem. The Liberals figured that they would tinker with the legislation a little and it would work. It did not work considering the mess that you and those who live in Quebec are now dealing with.
The government is coming up with solutions in secret and is not presenting them to the 338 members of the House in order to take advantage of their expertise in finding solutions.
I would like to know whether the Minister of Finance will answer my colleague from Kitchener.
Can the government assure us that there will not be any more mistakes, aberrations, serious errors and serious consequences for all Canadians and for you as a government like we saw with the improvised line regarding SNC-Lavalin?
The government is irresponsibly improvising because it thinks it knows everything.
Monsieur le Président, j'aimerais ramener l'attention sur la question de mon collègue de Kitchener. Il a tout à fait raison d'évoquer l'enjeu de SNC-Lavalin.
Lorsqu'on entreprend ce genre de procédure, on précipite les affaires devant la Chambre législative et on présente un budget et un texte de loi omnibus qui inclut un million de choses et leur contraire. Quand le gouvernement fait cela dans l'invisibilité, il pense qu'il sait tout mieux que tous et qu'il a la science infuse. Il improvise donc une solution à deux cennes à propos du problème de SNC-Lavalin. Les libéraux se sont dit qu'ils allaient inventer une petite affaire législative et que cela allait fonctionner. Cela n'a pas fonctionné, considérant les dégâts que vous vivez et ceux qu'on vit au Québec.
Le gouvernement invente des solutions dans un recoin, et il ne les soumet pas à l'expertise des 338 députés de la Chambre qui pourraient contribuer à trouver une solution.
J'aimerais savoir si le ministre des Finances va finir par répondre à mon collègue de Kitchener.
Peut-on s'assurer qu'il n'y aura pas encore des coquilles, des monstruosités, de graves erreurs et de graves conséquences pour tous les Canadiens et pour vous en tant que gouvernement, comme on l'a vu avec la petite ligne improvisée concernant SNC-Lavalin?
Le gouvernement improvise de façon irresponsable et pense qu'il a la science infuse.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for his speech.
I cannot help but respond when I hear the member for Winnipeg North say that Canadians chose to put an end to austerity. There is a huge difference between austerity and the deficit-palooza we have been experiencing ever since. It is pathetic and completely irresponsible. I agree with my colleague from Durham on that.
Obviously, I understand that he is concerned about workers at the GM plant in Oshawa. There is no long-term vision to try to keep those big plants here in Canada, to open more plants, and to manufacture models of the future rather than models that are going to be discontinued. Could we build vehicles of the future that would sell well and ensure that jobs are not lost in this industry?
I would like to ask my colleague whether he noticed any hidden or dangerous measures when he pored over this bill. That is the challenge that we, as parliamentarians, have to face. We need to go over this phone-book-sized bill with a fine-tooth comb to make sure we do not miss anything, but we do not have time for that. As a result, the last omnibus bill contained a ridiculous, half-baked measure on SNC-Lavalin and now we are seeing the terrible impact that is having on Quebec, jobs and engineering in Canada. It also created a huge scandal that is going to hurt the Liberals in the next election. It serves them right.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Je ne peux m'empêcher de réagir quand j'entends le député de Winnipeg-Nord dire que les Canadiens ont choisi la fin de l'austérité. Il y a quand même une marge gigantesque entre l'austérité et le deficitalooza dans lequel on est depuis toujours. C'est pitoyable et complètement irresponsable. Je partage le point de vue de mon collègue de Durham là-dessus.
Évidemment, je comprends très bien qu'il se soucie des travailleurs de l'usine de GM à Oshawa. Il n'y a pas de vision à long terme pour essayer de garder ces grandes usines chez nous, d'en avoir plus et de fabriquer des modèles d'avenir, par exemple, au lieu de fabriquer des modèles de fin de série. Peut-on fabriquer des véhicules d'avenir qui seront promis à de belles ventes et qui assureront la pérennité des emplois dans ce domaine?
J'aimerais précisément demander à mon collègue s'il a vu, en fouillant dans cet énorme projet de loi avec sa pelle et sa faux, quelque chose de caché et de dangereux. C'est le défi qu'on nous impose à nous, les parlementaires: nous devons passer au peigne fin un bottin gigantesque pour ne rien manquer. Or nous n'en avons pas le temps. Ce que cela a donné dans le cas du dernier projet de loi omnibus, c'est une espèce d'improvisation débile sur SNC-Lavalin, avec les conséquences épouvantables qui s'ensuivent pour le Québec, les emplois et l'ingénierie au Canada, ainsi qu'un gros scandale qui va nuire aux libéraux à la prochaine élection. C'est bien fait pour eux.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I know that the Parliamentary Secretary to the Minister of Environment and Climate Change often talks about how high a priority this is for him. However, when we look at the current situation, the budget or just the headlines, it is clear that there is a disconnect, from a financial point of view. It is valid to bring up deficits, but the most urgent issue is climate warming. One province, Alberta, has based its economy on oil production. What is the government going to do to come up with some kind of social licence, and what efforts will be made to limit greenhouse gas emissions? These things will not happen overnight. Oil is to Alberta what potatoes are to Prince Edward Island. I can see why they are scratching their heads, saying they cannot stop production because it would bring their economy to a halt.
How does the government plan to convince Albertans to accept help from across Canada in order to migrate to some other basis for their economy? What is it suggesting? It sounds like it is going to take 200 years to meet our targets. That is pathetic.
Monsieur le Président, je sais que le secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique dit souvent à quel point il trouve que c’est une priorité. Toutefois, quand on regarde la situation actuelle, le budget ou simplement les manchettes des journaux, force est de constater qu’il y a un décalage, du point de vue financier. C’est tout à fait pertinent de parler des déficits, mais ce qui est le plus urgent, c’est le réchauffement climatique. Une province, l’Alberta, a fondé son économie sur la production du pétrole; que va faire le gouvernement pour trouver une forme d’acceptabilité sociale et quels efforts seront faits pour limiter les émissions de gaz à effet de serre? Cela ne se fera pas en criant ciseau! Le pétrole est à l’Alberta ce que les patates sont à l’Île-du-Prince-Édouard. Je les comprends de se gratter la tête en disant qu’il ne faut pas essayer d’arrêter leur production, leur économie.
Que propose le gouvernement pour convaincre les Albertains d’accepter de l’aide qui arriverait de partout au Canada et qui leur permettrait de migrer vers autre chose pour leur économie? Qu’est-ce qu’on propose? En effet, on dirait bien que cela va prendre 200 ans pour atteindre nos objectifs. C’est bien pitoyable.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Lac-Saint-Louis for his speech.
I noted that he spoke with great pride about the budget and also that he insisted we must fight global warming. I thank him for that, because I believe we do not discuss it enough.
I would like to ask him two questions. First, given that he spoke about plug-in hybrids, I would like him to remind me whether plug-in hybrids such as the Chrysler Pacifica, which is built in Windsor and is the only vehicle of this kind made in Canada, will be eligible. Could he please refresh my memory and provide details about that?
Second, since he is an experienced politician, he knows full well that over the next six months the only thing the parties are going to do is sling mud at one another and quarrel about whether there will be a carbon tax. That will be a pointless fight. I would like to know what he thinks of that.
Take, for example, the resignation of Nicolas Hulot in France. He said that partisan politics do not work. We do not want yellow vests in Canada. There was the United We Roll movement. We must find a consensus and the social licence for what needs to be done.
Does my colleague not agree that it would be good if, before the end of this session, we could come up with a non-partisan, all-party approach to meeting our greenhouse gas reduction targets?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Lac-Saint-Louis de son discours.
J'ai remarqué sa fierté relativement au budget, mais également l'insistance qu'il a manifestée en ce qui a trait à la lutte contre le réchauffement climatique, et je l'en remercie. Je pense qu'on n'en parle jamais assez.
J'aimerais lui poser deux questions. Premièrement, comme il a évoqué les véhicules hybrides rechargeables, j'aimerais qu'il me rappelle si les véhicules hybrides rechargeables, comme le fameux modèle Chrysler Pacifica hybride rechargeable, qui est construit à Windsor et qui est la seule voiture hybride rechargeable fabriquée au Canada, seront bel et bien admissibles. J'aimerais qu'il me le rappelle et qu'il me donne des détails à ce sujet.
Deuxièmement, puisqu'il est un politicien d'expérience, il sait très bien que, au cours des six prochains mois, tout ce que les partis vont faire, c'est se lancer de la boue et se demander s'il y aura une taxe sur le carbone ou s'il n'y en aura pas. Ce sera une lutte stérile. J'aimerais savoir ce qu'il pense de cette option.
Pensons, par exemple, à la démission de Nicolas Hulot en France. Il nous a dit que la politique partisane ne peut pas fonctionner. On ne veut pas avoir de gilets jaunes, au Canada. On a eu United We Roll. Il faut trouver un consensus et en arriver à une acceptabilité sociale des efforts à faire.
Mon collègue ne croit-il pas que ce serait bien qu'on en arrive, avant la fin de la présente session, à une approche non partisane et multipartite permettant d'atteindre nos cibles de réduction de gaz à effet de serre?
Results: 1 - 7 of 7

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data