Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:27 [p.27635]
Mr. Speaker, as always, I would like to salute all the people of Beauport—Limoilou tuning in this afternoon. I would also like to salute my colleague from Saint Boniface—Saint Vital, who just gave a speech on Bill C-91. We worked together for a time on the Standing Committee on Official Languages. I know languages in general are important to him. I also know that, as a Métis person, his personal and family history have a lot to do with his interest in advocating for indigenous languages. That is very honourable of him.
For those watching who are not familiar with Bill C-91, it is a bill on indigenous languages. Enacted in 1969, Canada's Official Languages Act is now 50 years old. That makes this a big year for official languages, and the introduction of this bill on indigenous languages, which is now at third reading, is just and fitting. That is why my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo, the Conservative Party's indigenous affairs critic, said she would support the bill when it was introduced back in February. Nevertheless, we do have some criticisms, which I will lay out shortly.
The bill's purpose is twofold. Its primary purpose is to protect indigenous languages and ensure their survival. Did you know that there are 70 indigenous languages spoken in Canada? The problem is that while some languages are still spoken more or less routinely, others are disappearing. Beyond ensuring their survival, this bill seeks to promote the development of indigenous languages that have all but disappeared for the many reasons we are discussing.
The second purpose of the bill, which is just as commendable, is to directly support reconciliation between our founding peoples and first nations, or in other words, reconciliation between federal institutions and indigenous peoples. As the bill says, the purpose is to support and promote the use of indigenous languages, including indigenous sign languages. It seeks to support the efforts of indigenous peoples to reclaim, revitalize, maintain and strengthen indigenous languages, especially the more commonly-spoken ones.
Canada's official opposition obviously decided to support the principles of this bill right from the beginning for four main reasons. The first involves the Conservative Party's record on indigenous matters. Our record may not have been the same in the 19th century, and the same could be said of all parties, but during our 10 years in power, Prime Minister Harper recognized the profound tragedy and grave error of the residential schools. He offered an official apology in 2008.
I want to share a quote from Prime Minister Harper, taken from the speech by my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo:
The government now recognizes that the...Indian residential schools policy...has had a lasting and damaging impact on aboriginal culture, heritage and language.
That is why my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo said:
We acknowledged in 2008 that [the Canadian government at the time was] part of the destruction of these languages and cultures. Therefore, the government must be part of the solution in terms of helping to bring the languages [and culture] back, and part of that is Bill C-91.
This is why I said that reconciliation is one of the objectives of this bill, beyond the more tangible objective. That is the first reason the Conservatives will support this bill on indigenous languages.
The second reason is that, under Mr. Harper's fantastic tenure, we created the Truth and Reconciliation Commission. It was an important and highly enlightening process.
There were some very sad moments. Members of indigenous nations came to talk about their background and share their stories. They put their cards on the table for all to see. They bared their souls and told the Canadian government what they go through today and what their ancestors went through in the 19th century. Not only did the Conservatives offer a formal apology in 2008, but they also created the Truth and Reconciliation Commission to promote reconciliation between indigenous peoples and the Government of Canada and all Canadians. Our legacy is a testament to our sincere belief in reconciliation. I am sure that is true for all MPs and all Canadians.
Now I will move on to the third reason we support this bill. I am the critic for Canada's official languages, French and English. That is one of the reasons I am speaking today. When I first saw Bill C-91 on the legislative agenda, I considered the issue and then read the Official Languages Act of 1969. The final paragraph of the preamble to the Official Languages Act states that the act:
...recognizes the importance of preserving and enhancing the use of languages other than English and French while strengthening the status and use of the official languages....
When members examine constitutional or legislative matters in committee or in debates such as this one, we need to take the intent of the legislators into consideration. When the Official Languages Act was introduced and passed in 1969, the legislators had already clearly indicated that they intended the protection of official languages to one day include the promotion, enhancement and maintenance of every other language in Canada, including the 70 indigenous languages. Clearly that took some time. That was 50 years ago.
Those are the first three reasons why we support this bill.
The fourth reason goes without saying. We have a duty to make amends for past actions. Those who are familiar with Canada's history know that both French and English colonizers lived in relative harmony with indigenous peoples for the first two or three centuries after Jacques Cartier's arrival in the Gaspé in 1534 and Samuel de Champlain's arrival in Quebec City in 1608. Indigenous peoples are the ones who helped us survive the first winters, plain and simple. They helped us to clear the land and grow crops. Unfortunately, in the late 19th century, when we were able to thrive without the help of indigenous peoples, we began implementing policies of cultural alienation and residential schools. All of that happened in an international context involving cultural theories that have since been debunked and are now considered preposterous.
Yes, we need to make amends for Canada's history and what for what the founding peoples, our francophone and anglophone ancestors, did. It is a matter of justice. The main goal of Bill C-91 is to ensure the development of indigenous languages in Canada, to keep them alive and to prevent them from disappearing.
In closing, for the benefit of Canadians watching us this afternoon, I would like to summarize what Bill C-91 would ultimately achieve. Part of it is about recognition. The bill provides that:
(a) the Government of Canada recognizes that the rights of Indigenous people recognized and affirmed by section 35 of the Constitution Act, 1982 include rights related to Indigenous languages.
This is a bit like what happened with the Official Languages Act, which, thanks to its section 82, takes precedence over other acts. It is also related to section 23 on school boards and the protection of anglophone and francophone linguistic minorities across the country. This bill would create the same situation with respect to section 35 and indigenous laws in Canada.
The legislation also states that the government may enter into agreements to protect languages. The Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism may enter into different types of agreements or arrangements in respect of indigenous languages with indigenous governments or other indigenous governing bodies or indigenous organizations, taking into account the unique circumstances and needs of indigenous groups, communities and peoples.
Lastly, the bill would ensure the availability of translation and interpretation services like those available for official languages, but probably not to the same degree. Federal institutions can cause documents to be translated into an indigenous language or provide interpretation services to facilitate the use of an indigenous language.
Canadians listening to us should note one important point. I myself do not speak any indigenous languages, but for the past year, anyone, especially indigenous members, can speak in indigenous languages in the House. Members simply need to give translators 24- or 48-hour notice. That aspect of the bill is about providing translation and interpretation services, but those services will not be offered to the same standard as services provided under the Official Languages Act. However, it is patently clear that an effort is being made to encourage the development of indigenous languages, not only on the ground or in communities where indigenous people live, but also within federal institutions.
I would also point out that the bill provides for a commissioner's office. I find that a little strange. As my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo said, for the past four years, the Liberals have been telling us that their most important relationship is the one they have with indigenous peoples. I understand that as a policy statement, but I think it would be more commendable for a government to say that its most important relationship is the one it has with all Canadians.
Now I will talk briefly about the current Commissioner of Official Languages. Many will understand the link I am trying to make with the new indigenous languages commissioner position that will be created. Right when all official language minority communities across the country are talking about the need to modernize the act, today the Commissioner of Official Languages released his annual report and his report on modernizing the act. Most Canadians want bilingualism that is even more vibrant and more wide-spread across Canada. At the same time, there are clearly important gaps in terms of implementing the Official Languages Act across the entire government apparatus.
I have a some examples. A few months ago, the National Energy Board published a report in English only in violation of the OLA. At the time, the Minister of Tourism, Official Languages and La Francophonie said that was unacceptable. The government's job is not to simply say so, however. She should have taken action to ensure that the National Energy Board complies with the Official Languages Act. Then, there were the websites showing calls for tender by Public Services and Procurement Canada that are often riddled with mistakes, grammatical, syntax, and translation errors and misinterpretation. Again, the Minister of Tourism, Official Languages and La Francophonie told us that this was unacceptable.
There is also the Canada Infrastructure Bank, in Toronto. The Conservatives oppose such an institution. We do not believe it will produce the desired results. In its first year, the Canada Infrastructure Bank struggled to serve Canadians in both official languages. Again, the minister stated that this is unacceptable.
These problems keep arising because of cabinet's reckless approach to implementing, as well as ensuring compliance with and enforcement of, the Official Languages Act across the government apparatus. It has taken its duties lightly. The minister responsible is not showing any leadership within cabinet.
When cabinet is not stepping up, we should be able to count on the commissioner. I met with the Commissioner of Official Languages, Mr. Théberge, yesterday, and he gave me a summary of the report he released this morning. He said that he had a lot of investigative powers, including the power to subpoena. However, he said that he has no coercive power. This is one of the main issues with enforcement. For example, the majority of Canadians abide by the Criminal Code because police officers exercise coercive powers, ensuring that everyone complies with Canadian laws and the Criminal Code.
The many flaws and shortcomings in the implementation of the Official Languages Act are due not only to a lack of leadership in cabinet, but also to the commissioner not having adequate coercive power. The Conservatives will examine this issue very carefully to determine whether the commissioner should have coercive power.
The provisions of Bill C-91, an act respecting indigenous languages, dealing with the establishment of the office of the commissioner of indigenous languages are quite vague. Not only will the commissioner not have any coercive power, but he or she will also not have any well-established investigative powers.
The Liberals waited until the end of their four-year term to bring this bill forward, even though they spent those four years telling us that the relationship with indigenous peoples is their most important relationship. Furthermore, in committee, they frantically rushed to table 20-odd amendments to their own bill, as my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo pointed out.
How can the Liberals say their most important relationship is their relationship with indigenous peoples when they waited four years to table this bill? What is more, not only did they table the bill in a slapdash way, but they had to get their own members to propose amendments to improve it. It is not unusual for members to propose amendments, but the Liberals had to table a whole stack of them because the bill had all kinds of flaws.
In closing, I think this bill is a good step towards reconciliation, but there are no tangible measures for the commissioner. For instance, if members have their speeches to the House translated into an indigenous language and the translation is bad, what can the commissioner do? If an indigenous community signs an agreement with the federal government and then feels that the agreement was not implemented properly, who can challenge the government on their behalf?
There is still a lot of work to be done, but we need to pass this bill as quickly as possible, despite all of its flaws, because the end of this Parliament is approaching. Once again, the government has shown its lack of seriousness, as it has with many other bills. To end on a positive note, I would like to say that this bill is a step toward reconciliation between indigenous peoples and the founding peoples, which is very commendable and necessary.
Monsieur le Président, comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. J’aimerais également saluer mon collègue de Saint-Boniface—Saint-Vital, qui vient de faire un discours sur le projet de loi C-91. Nous avons siégé ensemble au Comité permanent des langues officielles. Je sais que les langues sont importantes pour lui en général. Je sais aussi qu'en tant que Métis, son histoire familiale et personnelle contribue énormément à cet intérêt qu'il porte à la défense des langues autochtones. C’est très honorable de sa part.
Pour les citoyens qui nous écoutent et qui ne connaissent pas le projet de loi C-91, il s’agit d'un projet de loi sur les langues autochtones. Au Canada, nous avons une loi sur les langues officielles depuis 1969. Cette année, c’est le 50 anniversaire de la Loi sur les langues officielles. C’est donc une grande année pour les langues officielles, et le dépôt de ce projet de loi sur les langues autochtones, qui en est à la troisième lecture, est de bon aloi et juste. C’est pourquoi ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo, qui est porte-parole du Parti conservateur en matière d'affaires autochtones, a mentionné qu'elle appuierait le projet de loi dès qu'il a été déposé, en février. Cependant, nous avons quelques critiques, que je vais mentionner un peu plus tard.
L'objectif du projet de loi est double. Il s’agit d’abord de protéger les langues autochtones et d’assurer leur survie. Sait-on qu’il y a 70 langues autochtones parlées? Le problème, c’est que, tandis que certaines d'entre elles sont plus ou moins parlées, voire courantes, d'autres sont en voie de disparition. Ce projet de loi vise non seulement à assurer la protection et la survie de toutes ces langues qui existent, mais aussi à favoriser l'épanouissement des langues autochtones qui, pour de nombreuses raisons dont nous discuterons, sont presque disparues.
Le deuxième objectif du projet de loi, qui est tout aussi louable, c'est de contribuer directement à la réconciliation entre les peuples fondateurs et les Premières Nations. En d'autres mots, il s'agit de la réconciliation entre les institutions qui forment le gouvernement fédéral et les Autochtones. Comme le projet de loi le dit, l'objectif est de soutenir et de promouvoir l’usage des langues autochtones, y compris les langues des signes autochtones. Par ailleurs, il veut soutenir les peuples autochtones dans leurs efforts visant à se réapproprier les langues autochtones, à les revitaliser, à les maintenir et à les renforcer, notamment ceux qui visent une utilisation courante.
De toute évidence, dès le départ, l’opposition officielle du Canada a décidé d’appuyer tous les principes énoncés dans ce projet de loi, pour quatre raisons principales. D’abord, il s'agit du bilan du Parti conservateur du Canada en ce qui concerne les Autochtones. Ce bilan n'était peut-être pas le même au XIXe siècle — on pourrait en dire autant de tous les partis —, mais lors de nos 10 dernières années au pouvoir, le premier ministre Harper a reconnu la grande tragédie et la grave erreur des pensionnats autochtones. Il a donné des excuses officielles en 2008.
Voici une citation du premier ministre Harper tirée du discours de ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo:
Le gouvernement reconnaît [...] que cette politique [c'est-à-dire les pensionnats autochtones] a causé des dommages durables à la culture, au patrimoine et à la langue autochtones.
C'est pourquoi ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo a dit:
En 2008, nous avons reconnu que nous avions participé à la destruction de ces langues et cultures [elle parle du gouvernement canadien de l’époque]. Par conséquent, le gouvernement doit faire partie de la solution pour aider à les raviver [c’est-à-dire les langues et la culture autochtones]. Le projet de loi C-91 est une partie de la solution.
Voilà pourquoi j’ai dit que l'un des objectifs de ce projet de loi, au-delà de ce qu’il tente de faire de manière tangible et palpable, est la réconciliation. C’est la première raison pour laquelle nous, les conservateurs, appuierons le projet de loi sur les langues autochtones.
La deuxième raison, c’est que sous le règne formidable de M. Harper, nous avons mis en place la Commission de vérité et réconciliation. Cela a été un exercice non seulement important, mais très révélateur.
Il y a eu des moments extrêmement tristes. Des individus des nations autochtones se sont présentés pour raconter leur parcours et leur histoire. Ils ont publiquement mis cartes sur table. Ils se sont vidé le coeur et ont expliqué au gouvernement canadien ce qu'ils avaient vécu en ces temps modernes et ce qu'avaient vécu leurs aïeux au XIXe siècle. Non seulement les conservateurs ont-ils offert des excuses en 2008, mais ils ont également mis sur pied la Commission de vérité et réconciliation, entre les peuples autochtones et le gouvernement du Canada et tous les Canadiens. La marque que nous avons laissée témoigne de notre bonne foi envers la réconciliation. C'est également le cas de tous les députés et de tous les Canadiens, j'en suis certain.
Je vais parler de la troisième raison pour laquelle nous appuyons ce projet de loi. Je suis porte-parole des langues officielles du Canada, le français et l'anglais. C'est l'une des raisons pour lesquelles je prends la parole aujourd'hui. Lorsque j'ai vu pour la première fois le projet de loi C-91 inscrit à l'ordre du jour législatif, j'ai réfléchi et j'ai lu la Loi sur les langues officielles de 1969. Dans le dernier paragraphe du préambule de la Loi sur les langues officielles, on dit que la Loi:
[...] reconnaît l’importance, parallèlement à l’affirmation du statut des langues officielles et à l’élargissement de leur usage, de maintenir et de valoriser l’usage des autres langues [...]
Quand les députés étudient des questions constitutionnelles ou législatives, en comité ou lors de débats comme celui-ci, il est important de prendre en considération l'intention des législateurs. Quand la Loi sur les langues officielles a été déposée et votée, en 1969, les législateurs avaient déjà clairement exprimé leur intention que la protection des langues officielles inclue, un jour ou l'autre, la promotion, la valorisation et le maintien de toutes les autres langues qui existent au Canada, dont les 70 langues autochtones. On s'entend que cela a pris du temps. Cela se fait 50 ans plus tard.
Ce sont donc les trois premières raisons pour lesquelles nous appuyons ce projet de loi.
Je dirais que la quatrième raison va de soi. Il s'agit du devoir que nous avons de réparer l'histoire. Quand on lit l'histoire canadienne, on constate, dans les cas de Jacques Cartier, qui est arrivé en 1534 en Gaspésie, et de Samuel de Champlain, qui est arrivé à Québec en 1608, que, dans les deux ou trois premiers siècles de coexistence entre les peuples autochtones et les colonisateurs français ou anglais, il y avait quand même une harmonie. Ce sont les Autochtones qui nous ont aidés à survivre aux premiers hivers, ni plus ni moins. Ce sont les Autochtones qui nous ont aidés à cultiver et à défricher la terre. Bien malheureusement, à la fin du XIXe siècle, lorsque nous étions à même de nous épanouir sans l'aide des Autochtones, nous avons commencé à mettre en place des politiques d'aliénation culturelle et des pensionnats autochtones. Tout cela s'est passé dans la foulée d'un contexte international où des théories culturelles n'avaient aucun sens et qui sont aujourd'hui complètement contredites.
Oui, il faut réparer l'histoire du Canada et ce qu'ont fait les peuples fondateurs, nos aïeux francophones et anglophones. C'est une question de justice. Le projet de loi C-91 vise d'abord et avant tout à garantir l'épanouissement des langues autochtones au Canada et à maintenir leur existence pour ne pas qu'elles disparaissent.
En terminant, j'aimerais indiquer de manière sommaire aux Canadiens qui nous écoutent ce que le projet de loi C-91 fera au bout du compte. D'abord, il y a un aspect de reconnaissance. De par ce projet de loi:
a) le gouvernement du Canada reconnaît que les droits des peuples autochtones reconnus et confirmés par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 comportent des droits relatifs aux langues autochtones;
C'est un peu comme ce qui est arrivé dans le cas de la Loi sur les langues officielles, qui, grâce à son article 82, prime sur les autres lois. De plus, elle est reliée à l'article 23 sur les commissions scolaires et la protection des minorités linguistiques francophones et anglophones de partout au pays. Ce projet de loi vise à créer la même situation en ce qui a trait à l'article 35 et aux lois autochtones au Canada.
La loi prévoit également que le gouvernement peut faire des accords pour protéger les langues. Le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme peut conclure divers types d'accords concernant les langues autochtones avec des gouvernements autochtones, d'autres dirigeants autochtones et des organismes autochtones, tout en tenant compte de la situation et des besoins propres aux groupes, aux collectivités et aux peuples autochtones.
Finalement, le projet de loi prévoit offrir des services de traduction et d'interprétation, comme c'est le cas pour les langues officielles, mais sûrement pas au même niveau que celles-ci. Les institutions fédérales peuvent veiller à ce que les documents soient traduits dans une langue autochtone et à ce que des services d'interprétation soient offerts afin de faciliter l'usage d'une telle langue.
Les Canadiens et les Canadiennes qui nous écoutent devraient noter un fait important. Personnellement, je ne parle aucune langue autochtone, mais depuis un an, n'importe qui, et surtout les députés autochtones, peut s'exprimer en langue autochtone à la Chambre. Le député n'a qu'à envoyer un avis de 24 ou de 48 heures aux traducteurs. Cet élément du projet de loi prévoit offrir des services de traduction et d'interprétation, mais ils ne seront pas au même niveau que ceux prévus par la Loi sur les langues officielles. Cependant, on voit de manière très nette qu'il y a une tentative de permettre l'épanouissement des langues autochtones, pas seulement sur le terrain ou dans les communautés où vivent les Autochtones, mais également au sein des institutions fédérales.
De plus, on peut constater que le projet de loi prévoit un bureau de commissaire. Je trouve cela un peu particulier. Comme ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo le disait, depuis quatre ans, les libéraux nous disent que leur relation la plus importante est celle qu'ils entretiennent avec les peuples autochtones. Je peux comprendre cet énoncé politique, mais je pense qu'il serait plus louable de dire que la relation la plus importante du gouvernement est celle qu'il entretient avec tous les Canadiens.
Maintenant, je vais parler brièvement du commissaire aux langues officielles actuel. On pourra comprendre le lien que je tente de faire avec le nouveau commissariat aux langues autochtones qui sera créé. Au moment où l'ensemble des communautés linguistiques officielles en situation minoritaire, d'un océan à l'autre, discute de l'importance de moderniser la loi, le commissaire aux langues officielles a déposé aujourd'hui son rapport annuel ainsi que son rapport sur la modernisation de la loi. De plus, la plupart des Canadiens ont la volonté de voir un bilinguisme plus vivant et plus répandu partout au Canada. Au même moment, on constate qu'il y a des lacunes importantes en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles au sein de l'appareil gouvernemental.
Je vais donner quelques exemples. Il y a quelques mois, l'Office national de l'énergie a publié un rapport uniquement en anglais, ce qui va à l'encontre de la Loi. À l'époque, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophoniea dit que c'était inacceptable. Cependant, il ne revient pas au gouvernement de dire cela. Elle aurait dû agir et s'assurer que l'Office national de l'énergie applique la Loi sur les langues officielles. On a aussi vu que les sites Internet sur lesquels sont publiés les appels d'offres de Services publics et Approvisionnement Canada sont plus souvent qu'autrement truffés d'erreurs, de fautes grammaticales et de syntaxe et d'erreurs de traduction et d'interprétation. Encore une fois, la ministre du Tourisme, des langues officielles et de la Francophonie nous a dit que cela était inacceptable.
Il y a aussi la Banque de l'infrastructure du Canada, à Toronto. Nous, les conservateurs, sommes contre ce type d'institution. Nous pensons qu'elle ne donnera pas les résultats escomptés. Dans sa première année d'existence, la Banque de l'infrastructure du Canada a eu peine à servir dans les deux langues officielles les Canadiens qui la contactaient. Encore une fois, la ministre a dit que cela était inacceptable.
Ces problèmes surviennent constamment parce que le Cabinet, dans un contexte délétère, ne prend pas au sérieux la mise en œuvre, le respect et l'application de la Loi sur les langues officielles au sein de l'appareil gouvernemental. La ministre qui est en poste n'applique pas son leadership au sein du Cabinet.
Quand cette réalité n'existe pas au sein du Cabinet, on voudrait pouvoir compter sur le commissaire. J'ai rencontré le commissaire aux langues officielles, M. Théberge, hier, et il m'a fait le compte rendu du rapport qu'il a déposé ce matin. Il a dit qu'il possédait une tonne de pouvoirs d'enquête, dont celui d'émettre une citation à comparaître. Il peut donc forcer des gens à comparaître dans le cadre d'une enquête. Cependant, il a dit qu'il n'avait aucun pouvoir coercitif. C'est l'un des gros problèmes en ce qui a trait à l'application d'une loi. Par exemple, si le Code criminel est respecté par la majorité des Canadiens, c'est bien parce qu'il y a un pouvoir coercitif, c'est-à-dire les forces policières, qui assurent le respect du droit canadien et du Code criminel.
Si on observe autant de manquements et de lacunes en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles, c'est non seulement à cause d'un manque de leadership au sein du Cabinet, mais également parce que le commissaire n'a pas de pouvoir coercitif adéquat. Nous, les conservateurs, allons nous pencher très sérieusement sur cette question afin d'évaluer si le commissaire devrait avoir un pouvoir coercitif.
Quand je lis la partie du projet de loi C-91, Loi concernant les langues autochtones, qui porte sur la mise en place du Bureau du commissaire aux langues autochtones, je constate qu'il y a très peu de détails. Non seulement il n'aura pas de pouvoir coercitif, mais il n'aura pas non plus de pouvoirs d'enquête bien établis.
Les libéraux ont attendu jusqu'à la fin de leur mandat de quatre ans pour déposer ce projet de loi, alors qu'ils nous disent depuis autant d'années que la relation avec les peuples autochtones est la relation la plus importante qu'ils entretiennent. De plus, en comité, ils ont déposé à la hâte et d'une manière chaotique une vingtaine d'amendements à leur propre projet de loi, comme ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo l'a si bien dit.
Alors, comment est-ce possible que la relation la plus importante des libéraux soit celle qu'ils entretiennent avec les Autochtones, alors qu'ils ont attendu quatre ans pour déposer ce projet de loi? De plus, non seulement ils ont déposé le projet de loi de façon chaotique, mais ils ont dû dire eux-mêmes à leurs députés de déposer des amendements afin de renforcer le projet de loi. Il est normal que des députés proposent des amendements, mais les libéraux ont dû en déposer une multitude, parce que le projet de loi avait toutes sortes de lacunes.
En terminant, je trouve que ce projet de loi est un bon pas vers la réconciliation, mais il n'y a aucune mesure tangible pour le commissaire. Par exemple, si des députés font traduire leur discours en langue autochtone à la Chambre et que le travail est mal fait, qu'est-ce que le commissaire va pouvoir dire? Si jamais des communautés autochtones concluent des accords avec le gouvernement fédéral et qu'ils ne sont pas mis en place convenablement, qui pourra se battre contre le gouvernement en leur nom?
Il restait donc encore beaucoup de travail à faire, mais nous allons devoir adopter ce projet de loi le plus rapidement possible, malgré toutes ses lacunes, puisque la fin de la législature approche. Encore une fois, le gouvernement a fait preuve d'un manque de sérieux, comme dans le cas de plusieurs projets de loi. Pour terminer sur une bonne note, je dirai que ce projet de loi contribue effectivement à la réconciliation entre les peuples autochtones et les peuples fondateurs, ce qui est très louable et nécessaire.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:48 [p.27637]
Mr. Speaker, the member is right. We are celebrating 50 years of having two official languages in Canada. They are official languages in terms of status and institutionalization of the facts, because historically, there were two languages three centuries ago. They were part of our identity in Canada, and they are still part of it.
There are a few ways to ensure that the Commissioner of Official Languages has more powers. As legislators, we have to do our due diligence and look at this carefully. Specialists have said that we should have pecuniary and administrative sanctions. For example, some governmental agencies and private enterprises go against the law. Only one private enterprise in Canada is under the law, which is Air Canada. Some of them constantly go against the law in their behaviour and actions, on a monthly basis sometimes. Although the commissioner is constantly making recommendations, 20% of his recommendations are never followed, as was said this morning. Why? It is because he does not have the power to tell organizations to stop or they will pay a fine.
Another option is to have an executory deal. It is less coercive. The governmental agency or private enterprise could be asked to make a deal, such as being in accordance with the law within five months.
If my colleague is interested, he can look into how it is done in Wales, England. It has a commissioner who has huge coercive powers.
Monsieur le Président, le député a raison. Nous célébrons les 50 ans de l'établissement des deux langues officielles au Canada. Ce sont des langues officielles pour ce qui est de leur statut et de leur institutionnalisation; en effet, elles étaient également présentes il y a de cela trois siècles. Elles faisaient et font toujours partie de notre identité canadienne.
Il y a plusieurs façons de faire en sorte que le commissaire aux langues officielles ait un pouvoir accru. En tant que législateurs, nous devons faire preuve de diligence raisonnable et examiner la question attentivement. Les spécialistes ont dit que nous devrions prévoir des sanctions pécuniaires et administratives. Par exemple, certains organismes gouvernementaux et certaines entreprises privées — et il y en a une seule au Canada qui est assujettie à la loi, soit Air Canada —, vont à l'encontre de la loi. Ils enfreignent constamment la loi dans leur comportement et leurs actions, et ce, parfois sur une base mensuelle. Malgré les recommandations constantes du commissaire, 20 % de celles-ci ne sont pas suivies, comme on l'a dit ce matin. Pourquoi? Parce qu'il n'a pas le pouvoir de dire aux organismes d'arrêter sous peine de devoir payer une amende.
Une autre option est de conclure un accord exécutoire, ce qui est moins coercitif. L'entreprise privée ou l'organisme gouvernemental pourrait être invité à conclure un accord, par exemple d'accepter de se conformer à la loi dans un délai de cinq mois.
Si mon collègue est intéressé, il peut se renseigner sur la façon de faire au pays de Galles, en Angleterre, où se trouve un commissaire qui détient un énorme pouvoir de coercition.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:51 [p.27638]
Mr. Speaker, if I correctly understood what the member said, there is, in fact, a part at the beginning of the law that speaks about the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, UNDRIP, which does not bind the government to this law, and maybe she finds that unfortunate. However, I voted against UNDRIP.
There were some indigenous people in my riding who came to my office, and with courage and pride I sat in front of them and explained to them why it was actually a courageous act as a legislator in 2018 to vote against the ratification of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples by Canada. Why? It is because most constitutionalists would say that it goes against some of our own constitutional conventions and laws, and I think that a courageous legislator must tell the truth to Canadians.
Although we might like UNDRIP, it is not in accordance with Canadian law. What is most important for a legislator is not to protect United Nations accords; it is to protect the Canadian law. I explained that to my constituent, who was an indigenous person, and I think we had huge respect for each other. Although he did not agree with me, I understand why he could not agree with me, which was because of the history he had with us and the founding people. Maybe that is why UNDRIP is not so clearly enshrined in this law.
Monsieur le Président, si j'ai bien compris la députée, il y a une partie au début du projet de loi qui porte sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cependant, cette partie n'a pas force exécutoire, ce que la députée trouve peut-être regrettable. J'ai toutefois voté contre la Déclaration.
Quelques Autochtones de ma circonscription sont venus à mon bureau, et je leur ai expliqué fièrement et courageusement pourquoi il était courageux pour un législateur de voter contre la ratification de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones par le Canada en 2018. Pourquoi? C'est parce que la plupart des constitutionnalistes estiment que la Déclaration va à l'encontre de certaines de nos propres conventions et lois constitutionnelles, et je pense qu'un législateur courageux doit dire la vérité aux Canadiens.
Bien que nous puissions aimer la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, elle n'est pas conforme au droit canadien. Il est plus important pour un législateur de protéger les lois canadiennes que de protéger les accords des Nations unies. J'ai expliqué cette réalité à mon concitoyen autochtone et je pense que nous avions énormément de respect l'un pour l'autre. Il n'était pas d'accord avec moi, mais je comprends pourquoi il ne pouvait pas l'être. C'est en raison de son passé par rapport à nous et aux peuples fondateurs. C'est peut-être pour cette raison que la Déclaration n'est pas si clairement inscrite dans le projet de loi.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:54 [p.27638]
Mr. Speaker, to the first question on the importance of language, I know what it means, because I am a Quebecker. I am a French Canadian, and I am able to speak in French in this institution, but I like to show respect and answer in English when someone talks to me in English. My father is an anglophone, by the way.
When my daughter was born five years ago, I intended to speak to her in English, and I told my wife that she could speak to her in French, but I could not do it, because when I speak in English to my daughter, it is not from my heart. I do not feel the connection. Therefore, yes, a language is fundamental to a person's identity. It is fundamental to carry the culture we are from. It is impossible for me to speak to my kids in English. I do not see them that much, because I am here, but when I speak to my kids, I want my heart to be speaking.
Second, it is obvious that there were a lot of mistakes in the bill, because the government had to present more than 20 amendments. We should be afraid that there are other mistakes in the bill, which we did not have time to discuss or analyze correctly. I think that could be something troublesome that the next government, which will be Conservative, will have to repair.
Monsieur le Président, pour ce qui est de la première question, concernant l'importance de la langue, je sais ce que cela veut dire parce que je suis Québécois. Je suis un Canadien français et je peux m'exprimer en français dans cette institution, mais, par respect, je réponds en anglais lorsque quelqu'un m'adresse la parole en anglais. Mon père est anglophone, en passant.
Lorsque ma fille est née, il y a cinq ans, j'avais l'intention de lui parler en anglais et j'ai dit à ma femme qu'elle pourrait lui parler en français. Cependant, je n'y suis pas arrivé parce que lorsque je parlais à ma fille en anglais, ce n'était pas aussi senti que lorsque je lui parle en français. Je ne ressentais pas de connexion. Une langue est donc effectivement fondamentale dans l'identité d'une personne. Porter la culture dont nous sommes issus est fondamental. Je suis simplement incapable de parler à mes enfants en anglais. Je ne les vois pas très souvent parce que je suis ici, mais lorsque je parle à mes enfants, je veux que cela vienne du coeur.
Ensuite, il est évident que le projet de loi comportait de nombreuses erreurs parce que le gouvernement a dû présenter plus de 20 amendements. On est en droit de craindre qu'il y ait d'autres erreurs, que nous n'aurons pas le temps d'aborder et d'analyser comme il se doit. Je crois qu'il s'agira d'un problème que le prochain gouvernement — qui sera conservateur — devra régler.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-02-20 16:21 [p.25608]
Mr. Speaker, I want to point out how disappointed I am. I could hardly wait to speak about this bill today, mainly for personal reasons. I have an Inuit first name, Alupa, which means “strong man”. My entire family is very aware of and attuned to indigenous matters. My wife is an anthropologist who has worked with the Inuit for many years, and my father is a forensic historian, who has defended indigenous people in many cases by locating treaties or doing research for them.
The minister said that this is an extremely important bill that will protect and promote indigenous languages, some of which are dying out. That much is true. The Liberals have also said that no relationship is more important than the relationship with indigenous peoples. They have said it over and over, but this bill was introduced only a few months before the election, at the end of their mandate and four years after they were elected. Yes, it is urgent that we take action, but it is not true that we will all be able to state our position and discuss it in committee. As there are only three spots for opposition members, I do not think I will have the opportunity to debate the bill or to suggest amendments in committee.
Although we support this bill on the face of it, it deals with some very serious issues. There is a very clear reason why we support this bill, and that appears in the last paragraph of the preamble to the Official Languages Act, which states that the government recognizes the importance of preserving and enhancing the use of languages other than English and French while strengthening the status and use of the official languages.
This bill is therefore perfectly aligned with Canada's political doctrine. However, there are some very important issues that need clarification, and I will talk about them now. Why is the Official Languages Act quasi-constitutional? That is because it is linked to sections 16 to 23 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. The minister told us that Bill C-91, an act respecting indigenous languages, is linked to section 35 of the Constitution. Does that mean that this bill will become quasi-constitutional legislation like the Official Languages Act? If so, we will have to discuss this for weeks because it will have a major impact on our society. It will be a very positive impact, to be sure, but when we say that the bill could be quasi-constitutional we need to know where that takes us.
The bill also states that there would be a commissioner of indigenous languages. Will this commissioner have duties similar to those of the Commissioner of Official Languages? Will they have a joint office?
The bill also talks about funding to protect, preserve and promote indigenous languages. Will that involve developing action plans as we do for official languages? Will this cost billions of dollars over five years every five years, as is the case with the action plan for official languages? Will the department also receive $1 billion in recurring funding every five years?
There are all kinds of questions to which we have no answers today. Could we maybe get an inkling of an answer right now?
Monsieur le Président, je tiens à souligner ma déception. J'étais très impatient de parler de ce projet de loi aujourd'hui, d'abord pour des raisons très personnelles. J'ai un prénom inuit, Alupa, qui veut dire « homme fort », et dans ma famille, nous sommes très sensibilisés à toutes les questions autochtones. Ma femme, qui est anthropologue, travaille auprès des Inuits depuis plusieurs années, et mon père est un historien légiste qui a défendu les Autochtones dans plusieurs causes en trouvant des traités ou en faisant des recherches pour ceux-ci.
Le ministre a dit que c'était un projet de loi extrêmement important pour protéger et promouvoir les langues autochtones, dont certaines sont en train de disparaître. C'est vrai. Auparavant, les libéraux nous ont aussi dit que le lien le plus important de ce gouvernement est celui qu'il a avec les Autochtones. Ils l'ont dit à maintes reprises, mais on constate que ce projet de loi n'apparaît que quelques mois avant les élections, à la fin de leur mandat, quatre ans plus tard. Oui, il y a urgence d'agir, mais ce n'est pas vrai que nous pourrons tous et toutes prendre position et en discuter au sein du comité. Comme il n'y a que trois places réservées à l'opposition, je ne pense pas avoir la chance d'y débattre ou d'y apporter mes suggestions d'amendement.
Bien que nous appuyons ce projet de loi de prime abord, celui-ci est lié à des questions très sérieuses. La raison pour laquelle nous l'appuyons est très claire. Elle se trouve dans le préambule de la Loi sur les langues officielles, au dernier paragraphe, où il est écrit que le gouvernement reconnaît l'importance, parallèlement à l'affirmation du statut des langues officielles et à l'élargissement de leur usage, de maintenir et de valoriser l'usage des autres langues.
Ce projet de loi s'insère donc parfaitement dans la doctrine politique canadienne. Toutefois, il y a des questions très importantes à éclaircir, et je vais les énumérer dès maintenant. Pourquoi la Loi sur les langues officielles est-elle quasi constitutionnelle? C'est parce qu'elle est liée aux articles 16 à 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Le ministre nous a dit que le projet de loi C-91, Loi concernant les langues autochtones, est lié à l'article 35 de la Constitution. Est-ce que cela en fera une loi quasi constitutionnelle comme c'est le cas pour la Loi sur les langues officielles? Si tel est le cas, il faudra en discuter pendant des semaines, parce que cela aura de grandes conséquences dans notre société. Ce seront des conséquences sûrement très positives, soit, mais il faut savoir où on s'en va lorsqu'on dit qu'un projet de loi pourrait être quasi constitutionnel.
Par ailleurs, le projet de loi stipule qu'il y aura un commissaire aux langues autochtones. Aura-t-il des fonctions similaires à celles du commissaire aux langues officielles? Auront-ils un bureau conjoint?
On nous parle également de financement visant à protéger, préserver et valoriser les langues autochtones. Est-ce que ce seront des plans d'action comme c'est le cas pour les langues officielles? Est-ce que ce seront des milliards de dollars sur cinq ans tous les cinq ans, comme dans le cas du plan d'action pour les langues officielles? Est-ce que le ministère va recevoir une somme récurrente de 1 milliard de dollars tous les cinq ans également?
Bref, il y a toutes sortes de questions auxquelles on n'a pas de réponse aujourd'hui. Peut-être pourrions-nous avoir des balbutiements de réponse dès maintenant.
Results: 1 - 5 of 5