Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 5 of 5
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2018-06-18 17:56 [p.21178]
Mr. Speaker, when the member was in the official opposition a number of years ago, and we were the third party at the time, there was a fairly significant debate that took place with respect to BillC-51. Our Prime Minister made it very clear to Canadians, unlike the New Democrats, that we saw merit in Bill C-51. However, the commitment was that if we were elected, we would fix BillC-51. There has been a great deal of consultation in every region of our country. There are two pieces of legislation, this one being the second part of it, that deals with and brings an end to BillC-51. It fulfills an election platform commitment by this Prime Minister.
My question to my friend and colleague across the way is this. Does he recognize, and I am sure he does, that the NDP amendments went absolutely nowhere when Stephen Harper was Prime Minister? He might not like it, but it is quite possible that there were some problems with the amendments that the NDP were proposing. The point is this. Does he not agree that this is a commitment that the Liberal Party made in the last election, and that this legislation, in good part, is fulfilling that commitment?
Monsieur le Président, il y a quelques années, lorsque le député était dans l’opposition officielle et que nous étions le troisième parti, il y a eu un débat assez important sur le projet de loi C-51. Notre premier ministre a indiqué très clairement aux Canadiens, contrairement aux néo-démocrates, que le projet de loi avait du mérite à nos yeux. Mais l’engagement était que si nous étions élus, nous allions corriger le projet de loi C-51. Il y a eu beaucoup de consultations dans chacune des régions du pays. Il y a deux mesures législatives, celle-ci étant la seconde, portant sur le projet de loi C-51 et y mettant un terme. Cela répond à un engagement pris par le premier ministre actuel dans le cadre de son programme électoral.
Ma question à mon ami et collègue d’en face est la suivante. Reconnaît-il, et je suis sûr que c’est le cas, que les amendements du NPD ne sont allés absolument nulle part lorsque Stephen Harper était premier ministre? Il n’aime peut-être pas cela, mais il est fort possible qu’il y eût certains problèmes avec les amendements que le NPD proposait. Ce que je veux dire, c'est ceci: ne convient-il pas qu’il s’agit d’un engagement pris par le Parti libéral lors des dernières élections et que ce projet de loi, en bonne partie, respecte cet engagement?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2018-06-07 12:01 [p.20427]
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise and speak to such an important piece of legislation. I do not say that lightly. While we were in opposition, Stephen Harper and the government of the day brought in BillC-51. Many Canadians will remember Bill C-51, which had very serious issues. I appreciate the comments coming from the New Democrats with respect to Bill C-51. Like many of them, I too was here, and I listened very closely to what was being debated.
The biggest difference between us and the New Democrats is that we understand very clearly that we have to ensure Canadians are safe while at the same time protecting our rights and freedoms. As such, when we assessed BillC-51, we made a commitment to Canadians to address the major flaws in the bill. At a standing committee on security, which was made up of parliamentarians, I can recall our proposing ways to address the whole issue and concerns about the potential invasion of rights and freedoms. It went into committee, and it was a really long debate. We spent many hours, both in the chamber and at committee, discussing the pros and cons of BillC-51.
What came out of it for us as the Liberal Party back in 2015 was that we made a commitment to Canadians. We said we would support BillC-51, but that if we were to form government we would make substantial changes to it.
That is why it is such a pleasure for me to stand in the House today. Looking at Bill C-59, I would like to tell the constituents I represent that the Prime Minister has kept yet another very important promise made to Canadians in the last election.
We talk a lot about Canada's middle class, those striving to be a part of it, and how this government is so focused on improving conditions for our middle class. One could ultimately argue that the issue of safety and rights is very important to the middle class, but for me, this particular issue is all about righting a wrong from the past government and advancing the whole issue of safety, security, freedoms, and rights.
I believe it is the first time we have been able to deal with that. Through a parliamentary committee, we had legislation that ultimately put in place a national security body, if I can put it that way, to ensure a high sense of transparency and accountability from within that committee and our security agencies. In fact, prior to this government bringing it in, we were the only country that did not have an oversight parliamentary group to look at all the different aspects of security, rights, and freedoms. We were the only one of the Five Eyes that did not have such a group. New Zealand, Australia, the U.S., and the U.K. all had them.
Today, Canada has that in place. That was a commitment we made and a commitment that was fulfilled. I look at Bill C-59 today, and again it is fulfilling a commitment. The government is, in fact, committed to keeping Canadians safe while safeguarding rights and freedoms.
We listen to some of my colleagues across the way, and we understand the important changes taking place even in our own society, with radicalization through the promotion of social media and the types of things that can easily be downloaded or observed. Many Canadians share our concern and realize that at times there is a need for a government to take action. Bill C-59 does just that.
We have legislation before us that was amended. A number of very positive amendments were brought forward, even some from non-government members, that were ultimately adopted. I see that again as a positive thing.
The previous speaker raised some concerns in terms of communications between departments. I remember talking in opposition about how important it is that our security and public safety agencies and departments have those links that enable the sharing of information, but let us look at the essence of what the Conservatives did. They said these agencies shall share, but there was no real clear definition or outline in terms of how they would share information. That was a concern Canadians had. If we look at Bill C-59, we find more detail and clarity in terms of how that will take place.
Again, this is something that will alleviate a great deal of concern Canadians had in regard to our security agencies. It is a positive step forward. Information disclosure between departments is something that is important. Information should be shared, but there also needs to be a proper establishment of a system that allows a sense of confidence and public trust that rights and freedoms are being respected at the same time.
My colleague across the way talked about how we need to buckle down on the promoting and advocating of terrorism. He seemed to take offence to the fact that we have used the word “counselling” for terrorism versus using words like “promoting” and “advocating”. There is no doubt the Conservatives are very good when it comes to spin. They say if it is promoting or advocating terrorism, that is bad, and of course Canadians would agree, but it is those types of words. Now they are offended because we replaced that with “counselling”. I believe that "counselling" will be just as effective, if not more effective, in terms of the long game in trying to prevent these types of actions from taking place. It will be more useful in terms of going into the courts.
There is no doubt that the Conservatives know the types of spin words to use, but I do not believe for a moment that it is more effective than what was put in this legislation. When it comes to rights and freedoms, Canadians are very much aware that it was Pierre Elliott Trudeau who brought in the Charter of Rights and Freedoms. We are a party of the charter. We understand how important that is.
At the same time, we also understand the need to ensure that there is national safety, and to support our security agencies. It was not this government but the Stephen Harper government that literally cut tens, if not hundreds of millions of dollars out of things such as border controls and supports for our RCMP. This government has recognized that if we are not only going to talk the line, we also have to walk the line and provide the proper resources. We have seen those additional resources in not only our first budget, but also our second budget.
We have ministers such as public safety, immigration and citizenship, and others who are working together on some very important files. When I think of Bill C-59 and the fine work we have done in regard to the establishment of this parliamentary oversight committee, I feel good for the simple reason that we made a commitment to Canadians and the bill is about keeping that commitment. It deals with ensuring and re-establishing public confidence that we are protecting freedoms and rights. At the same time, it ensures that Canada is a safe country and that the terrorist threat is marginalized as much as possible through good, sound legislation. That is what this is.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir prendre la parole au sujet d'un projet de loi d'une grande importance. Je ne le dis pas à la légère. Lorsque nous étions dans l'opposition, Stephen Harper et le gouvernement de l'époque ont fait adopter le projet de loi  C-51. Beaucoup de Canadiens se rappellent le projet de loi C-51, qui comportait des problèmes très sérieux. J'apprécie les observations des néo-démocrates sur ce projet de loi. À l'instar de nombre d'entre eux, j'étais présent et j'écoutais très attentivement le débat.
La principale différence entre nous et les néo-démocrates est la compréhension claire que nous avons de notre obligation de garantir la sécurité des Canadiens tout en protégeant leurs droits et libertés. Ainsi, lorsque nous avons évalué le projet de loi C-51, nous avons pris l'engagement envers les Canadiens d'en corriger les principaux défauts. Je me souviens que, lors des travaux du comité permanent de la sécurité, qui est composé de parlementaires, nous avons proposé des solutions pour résoudre les problèmes et dissiper les inquiétudes relativement au risque de violation des droits et libertés. Le projet de loi C-51 a été étudié par le comité, et il a suscité un très long débat, auquel nous avons consacré de nombreuses heures où nous avons discuté du pour et du contre, dans cette enceinte et lors des réunions du comité.
Ces discussions nous ont poussés, les libéraux, à faire une promesse aux Canadiens en 2015. Nous avions alors annoncé notre intention d'appuyer le projet de loi C-51, mais nous avions promis que, si nous étions portés au pouvoir, nous y apporterions des changements considérables.
C'est pourquoi je suis très content de prendre la parole aujourd'hui. Je tiens à dire aux gens de ma circonscription que le projet de loi C-59 est le résultat d'une autre grande promesse que le premier ministre a faite aux Canadiens lors de la dernière campagne électorale.
On parle beaucoup des gens de la classe moyenne et de ceux qui s'efforcent d'y accéder. On dit souvent que le gouvernement a à coeur d'améliorer les conditions des Canadiens de la classe moyenne. On pourrait même dire que la sécurité et les droits sont des enjeux très importants pour la classe moyenne, mais pour moi, il s'agit d'abord et avant tout de corriger une erreur de l'ancien gouvernement et de faire progresser l'ensemble du dossier de la sécurité ainsi que les libertés et les droits des Canadiens.
Si je ne m'abuse, c'est la première fois qu'une telle occasion s'offre à nous. Nous avons présenté une mesure législative afin de créer un comité de parlementaires — une sorte d'organisme national de sécurité, si je puis dire — ayant pour mandat d'assurer la transparence des services de sécurité du pays et de leur demander des comptes. En fait, avant que le gouvernement libéral ne passe à l'action, le Canada était le seul pays du Groupe des cinq à ne pas avoir de groupe parlementaire chargé de voir à l'ensemble des aspects liés à la sécurité, aux droits et aux libertés. La Nouvelle-Zélande, l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni avaient tous déjà le leur.
Aujourd'hui, le Canada a son comité bien à lui. Nous en avions fait la promesse, et nous avons tenu parole. Le projet de loi  C-59 aussi nous permet de remplir une de nos promesses, celle d'assurer la sécurité des Canadiens tout en protégeant leurs droits et libertés.
Nous avons bien compris les grands changements dont parlent les députés d'en face et qui marquent la société d'aujourd'hui, comme la radicalisation et le fait qu'on peut trouver et télécharger à peu près tout sur les médias sociaux. Nombreux sont les Canadiens à penser comme nous que, venu un certain moment, le gouvernement doit agir. C'est ce que nous faisons avec le projet de loi  C-59.
Nous sommes saisis d'un projet de loi qui a été modifié. Des amendements très positifs ont été proposés, dont certains par des députés non ministériels, et ont fini par être adoptés. Je vois aussi cela comme une chose positive.
Le précédent intervenant a soulevé des réserves en ce qui a trait aux communications entre les ministères. Je me souviens d'avoir souligné alors que j'étais dans l'opposition l'importance que nos organismes et nos ministères chargés de la sécurité et de la protection publique aient de tels rapports pour être en mesure d'échanger de l'information, mais j'aimerais examiner en gros ce que les conservateurs ont fait. Ils ont affirmé que ces organismes devaient échanger de l'information, mais il n'y avait aucune définition vraiment précise de la manière dont cette communication se ferait. Cela préoccupait les Canadiens. Si nous prenons le projet de loi  C-59, nous pouvons voir qu'il précise la façon dont cela se fera.
Je répète que cela permettra d'atténuer grandement les préoccupations des Canadiens par rapport aux organismes de sécurité. C'est un pas dans la bonne direction. La communication d'information entre les ministères est quelque chose d'important. Nous devons communiquer l'information, mais nous devons aussi mettre en place un système adéquat qui permet au public d'avoir confiance que les droits et libertés sont aussi respectés.
Mon collègue d'en face a dit que nous devions sévir contre ceux qui préconisent ou fomentent le terrorisme. Il a semblé s'offusquer du fait que nous ayons utilisé le mot « conseiller », plutôt que des termes comme « fomenter » et « préconiser ». Il ne fait aucun doute que les conservateurs sont passés maîtres dans l'art de jeter de la poudre aux yeux. Ils prétendent que si on parle de préconiser ou de fomenter la perpétration d'actes terroristes, cela évoque le caractère répréhensible de la chose et que, bien entendu, les Canadiens seraient d'accord là-dessus, mais qu'il faut s'en tenir à ce genre de termes. Or, ils sont maintenant offusqués parce que nous avons remplacé ces termes par le verbe « conseiller ». Je crois que ce mot sera tout aussi efficace, voire plus efficace, dans le cadre des efforts déployés à long terme pour essayer d'empêcher la perpétration de ce genre d'actes. Ce sera plus utile du point de vue des poursuites judiciaires.
À n'en point douter, les conservateurs savent quel genre de termes évocateurs utiliser, mais je ne crois pas un seul instant que leur proposition soit plus efficace que ce qui est prévu dans le projet de loi. Lorsqu'il est question de droits et de libertés, les Canadiens savent très bien que c'est Pierre Elliott Trudeau qui a fait adopter la Charte des droits et libertés. Nous sommes le parti de la Charte. Nous en comprenons l'importance.
En même temps, nous comprenons également la nécessité d'assurer la sécurité nationale et d'appuyer nos agences de sécurité. Ce n'est pas le gouvernement actuel mais celui de Stephen Harper qui a littéralement purgé de dizaine de millions de dollars, si ce n'est de centaines de millions de dollars, les budgets de choses comme les contrôles frontaliers et les appuis à la GRC. Le gouvernement actuel a reconnu que les engagements devaient s'accompagner de gestes concrets et de ressources appropriées. Or, nous avons pu constater que ces ressources étaient au rendez-vous, non seulement dans notre premier budget, mais aussi dans notre deuxième budget.
Nous avons des ministres — comme ceux de la Sécurité publique et de la Citoyenneté et de l'Immigration, pour ne nommer que ceux-là — qui travaillent ensemble sur certains dossiers très importants. Lorsque je pense au projet de loi  C-59 et à l'excellent travail que nous avons fait en ce qui concerne la mise sur pied du comité de surveillance parlementaire, je suis content. La raison en est simple: nous avons fait une promesse aux Canadiens, et ce projet de loi est notre façon d'honorer cette promesse. Le projet de loi vise à restaurer et à consolider la confiance du public quant à la façon dont nous protégeons nos droits et libertés. En même temps, le projet de loi veille à faire en sorte que le Canada soit un pays sécuritaire et que la menace terroriste soit réduite au minimum. C'est ce que l'application de mesures législatives efficaces et bien fondées permettra de concrétiser.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2018-06-07 13:47 [p.20440]
Mr. Speaker, maybe I can best speak to this by quoting the experts from the University of Ottawa and the University of Toronto, who said that this is the biggest reform of Canadian national security law since 1984 and the creation of CSIS. We have needed this for a while. They said that there “are solid gains—measured both from a rule of law and civil liberties perspective—and come at no credible cost to security.”
The bill is supported by Amnesty International, civil liberties groups, and the Canadian Civil Liberties Association. These are the people who are standing up to support this to ensure that there is a balance between the safety and security of Canadians and our right to democratically act in a way that we feel is important.
Monsieur le Président, le mieux serait peut-être que je cite les experts de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Toronto, qui ont déclaré qu’il s’agit de la plus importante réforme de la loi canadienne sur la sécurité nationale depuis 1984 et la création du SCRC. La nécessité s’en faisait sentir depuis un moment. Ils ont également noté « les gains solides, mesurés en fonction de la primauté du droit et de la protection des libertés civiles [...] sans véritablement nuire à la sécurité ».
Amnistie internationale, des groupes de défense des libertés civiles et l’Association canadienne des libertés civiles appuient le projet de loi. Ils prennent la parole pour l’appuyer afin qu’il y ait un équilibre entre la sûreté et la sécurité des Canadiens, d’une part, et notre droit d’agir démocratiquement d’une manière qui nous semble importante, d’autre part.
View Nick Whalen Profile
Lib. (NL)
View Nick Whalen Profile
2018-06-07 18:09 [p.20479]
Mr. Speaker, perhaps I misheard and referred to Bill C-69 and not Bill C-59 when I rose to speak earlier.
I am pleased to rise again to support Bill C-59, the government's proposed legislation to update and modernize the country's national security framework. This landmark bill covers a number of measures that were informed by the views and opinions of a broad range of Canadians during public consultations in 2016.
It was in that same spirit of openness, engagement, and transparency that Bill C-59 was referred to the Standing Committee on Public Safety and National Security before second reading, and the committee recently finished its study of this bill. I want to thank the committee members for their diligent and thorough examination of the legislation. An even stronger bill, with over 40 adopted amendments, is now before the House, thanks to their great work.
The measures would do two things at once. They would strengthen Canada's ability to effectively address and counter 21st-century threats while safeguarding the rights and freedoms we cherish as Canadians.
This is where I get into some new material. Rather than elaborate on any specific proposed measure, I will focus my remarks today on the high level of engagement, consultation, and analysis that contributed to the legislation we find before us today.
Bill C-59 is a result of the most comprehensive review of Canada's national security framework since the passing of the CSIS Act more than 30 years ago. That public review included unprecedented open and transparent public consultations on national security undertaken by Public Safety Canada and the Department of Justice. Canadians were consulted on key elements of Canada's national security laws and policies to ensure that they reflected the rights, values, and freedoms of Canadians. Several issues were covered, including countering radicalization to violence, oversight and accountability, threat reduction, and the Anti-terrorism Act, 2015, which is the former BillC-51.
All Canadians were invited and encouraged to take part in the consultations, which were held between September and December 2016. The response was tremendous. Thousands of people weighed in through a variety of avenues, both in person and online. Citizens, community leaders, experts and academics, non-governmental organizations, and parliamentarians alike made their views and ideas known over the course of the consultation period. In the end, tens of thousands of views were received, all of which were valuable in shaping the scope and content of Bill C-59.
With almost 59,000 responses received, the online consultation is what generated by far the largest volume of input, using a questionnaire consisting of more than 60 questions organized into 10 themes.
Nearly 18,000 submissions were also received by email. These consisted mainly of letters and other pieces of communication submitted by individuals. In addition, public town halls were held in five Canadian cities: Halifax, Markham, Winnipeg, Vancouver, and Yellowknife. This gave citizens across the country a chance to share their thoughts and opinions in person.
The Standing Committee on Public Safety and National Security also held numerous meetings and consultations. It even travelled across the country to hear testimony not only from expert witnesses but also from members of the Canadian public, who were invited to express their views.
A digital town hall and two Twitter chats were also organized. Members of the public also had the opportunity to make their voices heard at 17 engagement events led by members of Parliament at the constituency level. In addition, 14 in-person sessions were held with academics and experts across the country, as well as one round table of civil society experts.
A total of 79 submissions were received from stakeholders, experts, and academics. The Canadian Bar Association, the Canadian Association of Chiefs of Police, and the Information Technology Association of Canada are just a few of the organizations that participated in the consultations.
A great deal of time, effort, and expertise was spent not only to ensure that engaged citizens and interested parties were heard, but also to painstakingly collect and consider all input received from the public. All data collected during the consultation process was reviewed and prepared for analysis. The next step was to carefully analyze every comment, submission, letter, and other forms of input.
These views have been published on the Government of Canada's open data portal, so anyone interested in learning more about what was said can see what was said.
In addition, an independently prepared report provides an overview of what was heard during the consultation. The results are summarized in 10 sections, one for each of the themes explored in both “Our Security, Our Rights: National Security Green Paper, 2016” and the online questionnaire.
While it would be difficult to summarize everything we have heard from Canadians, I can speak to a few key themes that emerged. First of all, I can attest that in any large volume of input, there will be widely different opinions. That was certainly the case in the public consultation on national security. However, the results made one thing perfectly clear. Canadians want accountability, transparency, and effectiveness from their security and intelligence agencies. They also expect their rights, freedoms, and privacy to be protected at the same time as their security.
Consistent with what was heard, Bill C-59 would modernize and enhance Canada's security and intelligence laws to ensure that our agencies have the tools they need to protect us. It would do so with a legal and constitutional framework that complies with the Charter of Rights and Freedoms.
Taken together, the proposed measures in Bill C-59 represent extensive improvements to Canada's national security framework. They also reflect thousands upon thousands of opinions expressed by this country's national security community, Parliamentarians across party lines, and the Canadian public writ large.
I firmly believe that it is important for all Canadians to be informed and engaged on Canada's national security framework. I am proud to stand behind a government that shares that belief.
The input received during the public consultation process in the pre-study period at committee was both considerable and instrumental in the development of Bill C-59 itself. There is no doubt in my mind that the legislation before this House today has been strengthened and improved as a result of the committee's close scrutiny and clause-by-clause consideration of the bill. To highlight just one example, the bill would now include provisions enacting the avoiding complicity in mistreatment by foreign entities act. This act would have to do with the ministerial directions issued last fall to Canada's national security and intelligence agencies. To ensure transparency and accountability, those directions would be made public under an amended Bill C-59. They would also be reported on annually to the public, to review bodies, and to the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians.
I encourage all members of this House to vote in favour of Bill C-59. Should Bill C-59 pass, this important piece of legislation would enhance Canada's national security, keep its citizens safe, and safeguard Canadians' constitutionally protected rights and freedoms. For all these reasons, I urge my honourable colleagues to join me in supporting Bill C-59.
With the bit of extra time that remains to me after my prepared remarks, I would just like to talk a little bit about my experience at the door during the election in 2015.
In the early part of June and July, many Canadians were concerned about BillC-51. It was a hot topic of conversation. What the former Liberal third party opposition had attempted to do at committee in the previous session of Parliament was at least get some amendments into BillC-51 to encourage and strengthen oversight and make sure that the bill not only protected security but made sure that Canadians' privacy and freedoms were being respected.
That led to a lot of difficult conversations, because during the campaign, the three parties were really divided on this particular issue. The Conservatives were adamant that they had struck the right balance. The New Democratic Party wanted to repeal it entirely. The Liberal Party stuck to its guns and said that it was a difficult conversation to have with people, but the legislation was needed. They said we needed this legislation but we needed to fix it, we needed to do it right, and we needed to make sure that it had the safeguards we promised and attempted to achieve at the amendment stage for BillC-51 in the last Parliament.
That is what we have done. However, we have done even more than that. We have gone back to the drawing board and have let many different groups participate to make sure that we got it right.
I just want to provide one little quote, from national security experts Craig Forcese and Kent Roach, who have said that this legislation is “the real deal: the biggest reform in this area since 1984” and that it comes “at no credible cost to security.”
I believe that through all the consultations, the drafting of the bill by the minister and his staff, the review of the bill at committee, and the help of all members of the House, we now have a piece of legislation that strikes the right balance that will make Canadians safer and will also protect their rights and freedoms, which is what we promised in the 41st Parliament we would do if elected, and we are doing it now.
Monsieur le Président, j'ai peut-être mal entendu et j'ai parlé du projet de loi C-69 et non du projet de loi  C-59 lorsque j'ai pris la parole plus tôt.
Je suis heureux de prendre de nouveau la parole pour appuyer le projet de loi  C-59, le projet de loi du gouvernement qui vise à mettre à jour et à moderniser le cadre de sécurité nationale du pays. Ce projet de loi historique traite d'un certain nombre de mesures inspirées des points de vue et des opinions exprimés par un large éventail de Canadiens lors des consultations publiques de 2016.
C'est dans ce même esprit d'ouverture, d'engagement et de transparence que le projet de loi  C-59 a été renvoyé au Comité permanent de la sécurité publique et nationale avant la deuxième lecture, et le comité a récemment terminé l'étude de ce projet de loi. Je tiens à remercier les membres du Comité de leur examen rigoureux et diligent du projet de loi. Après l'adoption de plus de 40 amendements, un projet de loi encore plus solide est maintenant devant la Chambre, grâce à leur excellent travail.
Les mesures proposées feraient deux choses. Elles renforceraient la capacité du Canada de contrer efficacement les menaces du XXIe siècle tout en protégeant les droits et libertés que nous chérissons en tant que Canadiens.
C'est là que j'entre dans le nouveau contenu. Plutôt que de palabrer sur une mesure précise, je concentrerai mes remarques d'aujourd'hui sur le niveau élevé d'engagement, de consultation et d'analyse qui a contribué à l'élaboration du projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.
Le projet de loi  C-59 est le résultat de l'examen le plus complet du cadre de sécurité nationale du Canada depuis l'adoption de la Loi sur le SCRS, il y a plus de 30 ans. Cet examen public comprenait des consultations publiques ouvertes et transparentes sans précédent sur la sécurité nationale entreprises par Sécurité publique Canada et le ministère de la Justice. Les Canadiens ont été consultés sur les éléments clés des lois et des politiques du Canada en matière de sécurité nationale afin de s'assurer qu'ils reflètent les droits, les valeurs et les libertés des Canadiens. Plusieurs questions ont été abordées, notamment la lutte contre la radicalisation qui mène à la violence, la surveillance et la reddition de comptes, la réduction de la menace et la Loi antiterroriste de 2015, qui est l'ancien projet de loi C-51.
Tous les Canadiens ont été invités et encouragés à participer aux consultations, qui ont eu lieu entre septembre et décembre 2016. La réponse a été extraordinaire. Des milliers de personnes se sont exprimées par divers moyens, tant en personne qu'en ligne. Des citoyens, des dirigeants communautaires, des experts et des universitaires, des organisations non gouvernementales et des parlementaires ont fait connaître leurs points de vue et leurs idées au cours de la période de consultation. En fin de compte, des dizaines de milliers de points de vue ont été reçus, qui ont tous contribué à façonner la portée et le contenu du projet de loi  C-59.
Avec près de 59 000 réponses reçues, la consultation en ligne est de loin celle qui a généré le plus grand nombre de commentaires, grâce à un questionnaire composé de plus de 60 questions organisées en 10 thèmes.
Près de 18 000 présentations sont également arrivées par courriel. Il s’agissait principalement de lettres et d’autres formes de communication soumises par des particuliers. Il y a aussi eu des assemblées publiques dans cinq villes canadiennes: Halifax, Markham, Winnipeg, Vancouver et Yellowknife. Ces assemblées ont donné la chance aux citoyens du pays d’exprimer leurs idées et leurs opinions en personne.
Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale a également tenu de nombreuses rencontres et séances de consultations. Il a même parcouru le pays pour entendre non seulement les témoins experts, mais aussi de simples citoyens invités à exprimer leurs points de vue.
Une assemblée publique numérique et deux séances de clavardage sur Twitter ont également été organisées. Les simples citoyens ont aussi eu l’occasion de se faire entendre dans le cadre de 17 activités de consultation organisées par les députés dans leur circonscription. De plus, 14 séances en personne ont été tenues auprès d’universitaires et d’experts partout au pays, ainsi qu’une table ronde qui réunissait des experts de la société civile.
Des intervenants, des experts et des universitaires ont fait parvenir un total de 79 mémoires. L’Association du Barreau canadien, l’Association canadienne des chefs de police et l’Association canadienne de la technologie de l’information ne sont que quelques-unes des organisations qui ont participé aux consultations.
Beaucoup de temps, d’efforts et de savoir-faire ont été consacrés non seulement pour s’assurer que les citoyens mobilisés et les parties intéressées puissent se faire entendre, mais aussi pour recueillir et examiner minutieusement toutes les observations transmises par le public. Toutes les données recueillies au cours du processus de consultation ont été examinées et mises en forme afin d’en faire l’analyse. L’étape suivante consistait à analyser soigneusement chaque commentaire, chaque présentation, chaque lettre et toutes les autres formes d’observations.
Ces points de vue ont été publiés sur le portail des données ouvertes du gouvernement du Canada, de sorte que quiconque veut en savoir plus sur ce qui a été dit peut voir ce qui a été dit.
Un rapport préparé en toute indépendance offre également un aperçu de ce qui a été entendu au cours de la consultation. Les résultats sont résumés en 10 sections, une pour chacun des thèmes explorés à la fois dans le document intitulé « Notre sécurité, nos droits: Livre vert sur la sécurité nationale de 2016 » et dans le questionnaire en ligne.
Bien qu’il serait difficile de résumer tout ce que nous avons entendu de la part des Canadiens, je peux aborder quelques-uns des principaux thèmes qui en ont émergé. Je peux vous assurer en premier lieu que tout grand volume de commentaires contiendra des opinions aux antipodes. Cela a certainement été le cas de la consultation publique sur la sécurité nationale. Mais les résultats ont mis une chose parfaitement en évidence. Les Canadiens veulent une reddition de comptes, de la transparence et de l’efficacité de la part de leurs organismes de sécurité et de renseignement. Ils s’attendent également à ce que leurs droits, leurs libertés et leur vie privée soient protégés au même titre que leur sécurité.
À la lumière de ce qui a été entendu, le projet de loi  C-59 moderniserait et renforcerait les lois canadiennes en matière de sécurité et de renseignement afin d’assurer que nos agences disposent des outils dont elles ont besoin pour nous protéger. Il ferait cela au moyen d’un cadre juridique et constitutionnel conforme à la Charte des droits et libertés.
Dans leur intégralité, les mesures proposées dans le projet de loi  C-59 représentent des améliorations considérables au cadre de sécurité nationale du Canada. Elles reflètent également des milliers et des milliers d’opinions exprimées par la communauté de la sécurité nationale de notre pays, les parlementaires de tous les partis et la population canadienne au sens large.
Je crois fermement qu'il est important que tous les Canadiens soient bien informés et mobilisés à l'égard du cadre de sécurité nationale du Canada. Je suis fier de soutenir un gouvernement qui partage cette conviction.
Les commentaires reçus durant le processus de consultation publique à l'étape préalable à l'étude en comité ont été nombreux et ils ont beaucoup contribué à l'élaboration du projet de loi  C-59 proprement dit. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le projet de loi dont la Chambre est saisie aujourd'hui a été renforcé et amélioré grâce à l'examen minutieux et à l'étude article par article menés par le comité. Pour ne citer qu'un exemple, le projet de loi comprend maintenant des dispositions qui édictent la Loi visant à éviter la complicité dans les cas de mauvais traitements infligés par des entités étrangères. Cette loi se rapporte aux instructions ministérielles données l'automne dernier aux organismes canadiens de sécurité nationale et de renseignement. Afin d'assurer la transparence et la reddition de comptes, ces instructions seraient rendues publiques aux termes de la version modifiée du projet de loi  C-59. Elles feraient également l'objet d'un rapport annuel à l'intention de la population, des organismes de surveillance et du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement.
J'encourage tous les députés à voter en faveur du projet de loi  C-59. Advenant son adoption, cette importante mesure législative permettra de renforcer la sécurité nationale du Canada, de protéger ses citoyens et de préserver les droits et libertés constitutionnels des Canadiens. Pour toutes ces raisons, j'exhorte mes collègues à se joindre à moi pour appuyer le projet de loi  C-59.
Comme j'ai terminé les observations que j'avais préparées et qu'il me reste encore un peu de temps, je voudrais parler de mon expérience de porte-à-porte lors de la campagne électorale de 2015.
En juin et en juillet, de nombreux Canadiens étaient préoccupés par le projet de loi C-51. C'était un sujet brûlant. Lors de la dernière législature, le Parti libéral, qui était alors le troisième parti de l'opposition, avait tenté en comité de faire adopter au moins quelques amendements au projet de loi C-51, afin de renforcer la surveillance et de veiller à ce que la mesure législative assure la sécurité des Canadiens et protège leur vie privée et leurs libertés.
Ce projet de loi a suscité de nombreuses conversations difficiles. Pendant la campagne électorale, les trois partis étaient vraiment divisés sur cet enjeu. Les conservateurs étaient convaincus d'avoir atteint un juste équilibre. Le NPD souhaitait abroger totalement le projet de loi. Quant au Parti libéral, il n'a pas changé d'avis et a affirmé que le projet de loi était nécessaire, même si tout le monde n'était pas du même avis. Les libéraux ont alors dit que le projet de loi C-51 s'imposait, mais qu'il serait nécessaire de le corriger et de veiller à ce qu'il contienne les mesures de protection qu'ils avaient promises et tenté de faire adopter en tant qu'amendements au projet de loi lors de la législature précédente.
C'est ce que nous avons fait. Nous sommes cependant allés plus loin encore. Nous sommes revenus à la case départ et nous avons permis à de nombreux groupes différents de participer pour nous assurer de bien faire les choses.
J'ai une petite citation, des propos tenus par des experts de la sécurité nationale, Craig Forcese et Kent Roach, qui ont dit que cette mesure législative était « du concret: la plus grande réforme dans le domaine depuis 1984 » et que cette réforme se ferait « sans véritablement nuire à la sécurité ».
À mon avis, grâce à toutes les consultations, à la démarche de rédaction du projet de loi par le ministre et son équipe, à l'examen du projet de loi au comité et à l'aide de tous les députés de la Chambre, nous avons à présent une mesure législative établissant un juste équilibre qui permettra d'accroître la sécurité des Canadiens tout en protégeant leurs droits et libertés, ce que nous avions promis de faire pendant la 41e législature si nous étions élus et que nous sommes en train de faire.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2018-06-07 19:36 [p.20491]
Mr. Speaker, I was here during the debate on BillC-51, and it was a very different public atmosphere in terms of the types of comments we were receiving. There was a great outcry from Canadians in virtually all regions of the country saying that the government had gone too far. As the opposition party, even though we supported Bill C-51, part of our election platform was to make changes to it, and that is what Bill C-59 is all about. We also added the parliamentary standing committee on oversight of our agencies. We see it as a positive thing.
When I reflect today on what the public is saying, the opposition to BillC-51 is quite profound, and there appears to be a fairly good consensus across the country in support of the bill before us. Could the member provide his thoughts on why that might be the case?
Monsieur le Président, j'étais présent lors de l'étude du projet de loi C-51 et je peux affirmer que les commentaires que nous recevions du public étaient bien différents. À l'époque, le projet de loi avait provoqué un tollé dans pratiquement toutes les régions du pays. Les Canadiens étaient d'avis que le gouvernement était allé trop loin. Même si, en tant que parti de l'opposition, nous avions appuyé le projet de loi C-51, nous avons promis dans notre programme électoral d'y apporter des changements, et c'est ce que nous faisons avec le projet de loi  C-59. Nous avons aussi ajouté le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, ce qui est une bonne chose.
Si on réfléchit à l'opposition profonde qu'avait suscitée le projet de loi C-51 à l'époque et aux réactions du public aujourd'hui, on constate que le projet de loi à l'étude fait l'objet d'un assez bon consensus au pays. Le député pourrait-il nous expliquer pourquoi il en est ainsi?
Results: 1 - 5 of 5

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data