Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:27 [p.27635]
Mr. Speaker, as always, I would like to salute all the people of Beauport—Limoilou tuning in this afternoon. I would also like to salute my colleague from Saint Boniface—Saint Vital, who just gave a speech on Bill C-91. We worked together for a time on the Standing Committee on Official Languages. I know languages in general are important to him. I also know that, as a Métis person, his personal and family history have a lot to do with his interest in advocating for indigenous languages. That is very honourable of him.
For those watching who are not familiar with Bill C-91, it is a bill on indigenous languages. Enacted in 1969, Canada's Official Languages Act is now 50 years old. That makes this a big year for official languages, and the introduction of this bill on indigenous languages, which is now at third reading, is just and fitting. That is why my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo, the Conservative Party's indigenous affairs critic, said she would support the bill when it was introduced back in February. Nevertheless, we do have some criticisms, which I will lay out shortly.
The bill's purpose is twofold. Its primary purpose is to protect indigenous languages and ensure their survival. Did you know that there are 70 indigenous languages spoken in Canada? The problem is that while some languages are still spoken more or less routinely, others are disappearing. Beyond ensuring their survival, this bill seeks to promote the development of indigenous languages that have all but disappeared for the many reasons we are discussing.
The second purpose of the bill, which is just as commendable, is to directly support reconciliation between our founding peoples and first nations, or in other words, reconciliation between federal institutions and indigenous peoples. As the bill says, the purpose is to support and promote the use of indigenous languages, including indigenous sign languages. It seeks to support the efforts of indigenous peoples to reclaim, revitalize, maintain and strengthen indigenous languages, especially the more commonly-spoken ones.
Canada's official opposition obviously decided to support the principles of this bill right from the beginning for four main reasons. The first involves the Conservative Party's record on indigenous matters. Our record may not have been the same in the 19th century, and the same could be said of all parties, but during our 10 years in power, Prime Minister Harper recognized the profound tragedy and grave error of the residential schools. He offered an official apology in 2008.
I want to share a quote from Prime Minister Harper, taken from the speech by my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo:
The government now recognizes that the...Indian residential schools policy...has had a lasting and damaging impact on aboriginal culture, heritage and language.
That is why my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo said:
We acknowledged in 2008 that [the Canadian government at the time was] part of the destruction of these languages and cultures. Therefore, the government must be part of the solution in terms of helping to bring the languages [and culture] back, and part of that is Bill C-91.
This is why I said that reconciliation is one of the objectives of this bill, beyond the more tangible objective. That is the first reason the Conservatives will support this bill on indigenous languages.
The second reason is that, under Mr. Harper's fantastic tenure, we created the Truth and Reconciliation Commission. It was an important and highly enlightening process.
There were some very sad moments. Members of indigenous nations came to talk about their background and share their stories. They put their cards on the table for all to see. They bared their souls and told the Canadian government what they go through today and what their ancestors went through in the 19th century. Not only did the Conservatives offer a formal apology in 2008, but they also created the Truth and Reconciliation Commission to promote reconciliation between indigenous peoples and the Government of Canada and all Canadians. Our legacy is a testament to our sincere belief in reconciliation. I am sure that is true for all MPs and all Canadians.
Now I will move on to the third reason we support this bill. I am the critic for Canada's official languages, French and English. That is one of the reasons I am speaking today. When I first saw Bill C-91 on the legislative agenda, I considered the issue and then read the Official Languages Act of 1969. The final paragraph of the preamble to the Official Languages Act states that the act:
...recognizes the importance of preserving and enhancing the use of languages other than English and French while strengthening the status and use of the official languages....
When members examine constitutional or legislative matters in committee or in debates such as this one, we need to take the intent of the legislators into consideration. When the Official Languages Act was introduced and passed in 1969, the legislators had already clearly indicated that they intended the protection of official languages to one day include the promotion, enhancement and maintenance of every other language in Canada, including the 70 indigenous languages. Clearly that took some time. That was 50 years ago.
Those are the first three reasons why we support this bill.
The fourth reason goes without saying. We have a duty to make amends for past actions. Those who are familiar with Canada's history know that both French and English colonizers lived in relative harmony with indigenous peoples for the first two or three centuries after Jacques Cartier's arrival in the Gaspé in 1534 and Samuel de Champlain's arrival in Quebec City in 1608. Indigenous peoples are the ones who helped us survive the first winters, plain and simple. They helped us to clear the land and grow crops. Unfortunately, in the late 19th century, when we were able to thrive without the help of indigenous peoples, we began implementing policies of cultural alienation and residential schools. All of that happened in an international context involving cultural theories that have since been debunked and are now considered preposterous.
Yes, we need to make amends for Canada's history and what for what the founding peoples, our francophone and anglophone ancestors, did. It is a matter of justice. The main goal of Bill C-91 is to ensure the development of indigenous languages in Canada, to keep them alive and to prevent them from disappearing.
In closing, for the benefit of Canadians watching us this afternoon, I would like to summarize what Bill C-91 would ultimately achieve. Part of it is about recognition. The bill provides that:
(a) the Government of Canada recognizes that the rights of Indigenous people recognized and affirmed by section 35 of the Constitution Act, 1982 include rights related to Indigenous languages.
This is a bit like what happened with the Official Languages Act, which, thanks to its section 82, takes precedence over other acts. It is also related to section 23 on school boards and the protection of anglophone and francophone linguistic minorities across the country. This bill would create the same situation with respect to section 35 and indigenous laws in Canada.
The legislation also states that the government may enter into agreements to protect languages. The Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism may enter into different types of agreements or arrangements in respect of indigenous languages with indigenous governments or other indigenous governing bodies or indigenous organizations, taking into account the unique circumstances and needs of indigenous groups, communities and peoples.
Lastly, the bill would ensure the availability of translation and interpretation services like those available for official languages, but probably not to the same degree. Federal institutions can cause documents to be translated into an indigenous language or provide interpretation services to facilitate the use of an indigenous language.
Canadians listening to us should note one important point. I myself do not speak any indigenous languages, but for the past year, anyone, especially indigenous members, can speak in indigenous languages in the House. Members simply need to give translators 24- or 48-hour notice. That aspect of the bill is about providing translation and interpretation services, but those services will not be offered to the same standard as services provided under the Official Languages Act. However, it is patently clear that an effort is being made to encourage the development of indigenous languages, not only on the ground or in communities where indigenous people live, but also within federal institutions.
I would also point out that the bill provides for a commissioner's office. I find that a little strange. As my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo said, for the past four years, the Liberals have been telling us that their most important relationship is the one they have with indigenous peoples. I understand that as a policy statement, but I think it would be more commendable for a government to say that its most important relationship is the one it has with all Canadians.
Now I will talk briefly about the current Commissioner of Official Languages. Many will understand the link I am trying to make with the new indigenous languages commissioner position that will be created. Right when all official language minority communities across the country are talking about the need to modernize the act, today the Commissioner of Official Languages released his annual report and his report on modernizing the act. Most Canadians want bilingualism that is even more vibrant and more wide-spread across Canada. At the same time, there are clearly important gaps in terms of implementing the Official Languages Act across the entire government apparatus.
I have a some examples. A few months ago, the National Energy Board published a report in English only in violation of the OLA. At the time, the Minister of Tourism, Official Languages and La Francophonie said that was unacceptable. The government's job is not to simply say so, however. She should have taken action to ensure that the National Energy Board complies with the Official Languages Act. Then, there were the websites showing calls for tender by Public Services and Procurement Canada that are often riddled with mistakes, grammatical, syntax, and translation errors and misinterpretation. Again, the Minister of Tourism, Official Languages and La Francophonie told us that this was unacceptable.
There is also the Canada Infrastructure Bank, in Toronto. The Conservatives oppose such an institution. We do not believe it will produce the desired results. In its first year, the Canada Infrastructure Bank struggled to serve Canadians in both official languages. Again, the minister stated that this is unacceptable.
These problems keep arising because of cabinet's reckless approach to implementing, as well as ensuring compliance with and enforcement of, the Official Languages Act across the government apparatus. It has taken its duties lightly. The minister responsible is not showing any leadership within cabinet.
When cabinet is not stepping up, we should be able to count on the commissioner. I met with the Commissioner of Official Languages, Mr. Théberge, yesterday, and he gave me a summary of the report he released this morning. He said that he had a lot of investigative powers, including the power to subpoena. However, he said that he has no coercive power. This is one of the main issues with enforcement. For example, the majority of Canadians abide by the Criminal Code because police officers exercise coercive powers, ensuring that everyone complies with Canadian laws and the Criminal Code.
The many flaws and shortcomings in the implementation of the Official Languages Act are due not only to a lack of leadership in cabinet, but also to the commissioner not having adequate coercive power. The Conservatives will examine this issue very carefully to determine whether the commissioner should have coercive power.
The provisions of Bill C-91, an act respecting indigenous languages, dealing with the establishment of the office of the commissioner of indigenous languages are quite vague. Not only will the commissioner not have any coercive power, but he or she will also not have any well-established investigative powers.
The Liberals waited until the end of their four-year term to bring this bill forward, even though they spent those four years telling us that the relationship with indigenous peoples is their most important relationship. Furthermore, in committee, they frantically rushed to table 20-odd amendments to their own bill, as my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo pointed out.
How can the Liberals say their most important relationship is their relationship with indigenous peoples when they waited four years to table this bill? What is more, not only did they table the bill in a slapdash way, but they had to get their own members to propose amendments to improve it. It is not unusual for members to propose amendments, but the Liberals had to table a whole stack of them because the bill had all kinds of flaws.
In closing, I think this bill is a good step towards reconciliation, but there are no tangible measures for the commissioner. For instance, if members have their speeches to the House translated into an indigenous language and the translation is bad, what can the commissioner do? If an indigenous community signs an agreement with the federal government and then feels that the agreement was not implemented properly, who can challenge the government on their behalf?
There is still a lot of work to be done, but we need to pass this bill as quickly as possible, despite all of its flaws, because the end of this Parliament is approaching. Once again, the government has shown its lack of seriousness, as it has with many other bills. To end on a positive note, I would like to say that this bill is a step toward reconciliation between indigenous peoples and the founding peoples, which is very commendable and necessary.
Monsieur le Président, comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. J’aimerais également saluer mon collègue de Saint-Boniface—Saint-Vital, qui vient de faire un discours sur le projet de loi C-91. Nous avons siégé ensemble au Comité permanent des langues officielles. Je sais que les langues sont importantes pour lui en général. Je sais aussi qu'en tant que Métis, son histoire familiale et personnelle contribue énormément à cet intérêt qu'il porte à la défense des langues autochtones. C’est très honorable de sa part.
Pour les citoyens qui nous écoutent et qui ne connaissent pas le projet de loi C-91, il s’agit d'un projet de loi sur les langues autochtones. Au Canada, nous avons une loi sur les langues officielles depuis 1969. Cette année, c’est le 50 anniversaire de la Loi sur les langues officielles. C’est donc une grande année pour les langues officielles, et le dépôt de ce projet de loi sur les langues autochtones, qui en est à la troisième lecture, est de bon aloi et juste. C’est pourquoi ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo, qui est porte-parole du Parti conservateur en matière d'affaires autochtones, a mentionné qu'elle appuierait le projet de loi dès qu'il a été déposé, en février. Cependant, nous avons quelques critiques, que je vais mentionner un peu plus tard.
L'objectif du projet de loi est double. Il s’agit d’abord de protéger les langues autochtones et d’assurer leur survie. Sait-on qu’il y a 70 langues autochtones parlées? Le problème, c’est que, tandis que certaines d'entre elles sont plus ou moins parlées, voire courantes, d'autres sont en voie de disparition. Ce projet de loi vise non seulement à assurer la protection et la survie de toutes ces langues qui existent, mais aussi à favoriser l'épanouissement des langues autochtones qui, pour de nombreuses raisons dont nous discuterons, sont presque disparues.
Le deuxième objectif du projet de loi, qui est tout aussi louable, c'est de contribuer directement à la réconciliation entre les peuples fondateurs et les Premières Nations. En d'autres mots, il s'agit de la réconciliation entre les institutions qui forment le gouvernement fédéral et les Autochtones. Comme le projet de loi le dit, l'objectif est de soutenir et de promouvoir l’usage des langues autochtones, y compris les langues des signes autochtones. Par ailleurs, il veut soutenir les peuples autochtones dans leurs efforts visant à se réapproprier les langues autochtones, à les revitaliser, à les maintenir et à les renforcer, notamment ceux qui visent une utilisation courante.
De toute évidence, dès le départ, l’opposition officielle du Canada a décidé d’appuyer tous les principes énoncés dans ce projet de loi, pour quatre raisons principales. D’abord, il s'agit du bilan du Parti conservateur du Canada en ce qui concerne les Autochtones. Ce bilan n'était peut-être pas le même au XIXe siècle — on pourrait en dire autant de tous les partis —, mais lors de nos 10 dernières années au pouvoir, le premier ministre Harper a reconnu la grande tragédie et la grave erreur des pensionnats autochtones. Il a donné des excuses officielles en 2008.
Voici une citation du premier ministre Harper tirée du discours de ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo:
Le gouvernement reconnaît [...] que cette politique [c'est-à-dire les pensionnats autochtones] a causé des dommages durables à la culture, au patrimoine et à la langue autochtones.
C'est pourquoi ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo a dit:
En 2008, nous avons reconnu que nous avions participé à la destruction de ces langues et cultures [elle parle du gouvernement canadien de l’époque]. Par conséquent, le gouvernement doit faire partie de la solution pour aider à les raviver [c’est-à-dire les langues et la culture autochtones]. Le projet de loi C-91 est une partie de la solution.
Voilà pourquoi j’ai dit que l'un des objectifs de ce projet de loi, au-delà de ce qu’il tente de faire de manière tangible et palpable, est la réconciliation. C’est la première raison pour laquelle nous, les conservateurs, appuierons le projet de loi sur les langues autochtones.
La deuxième raison, c’est que sous le règne formidable de M. Harper, nous avons mis en place la Commission de vérité et réconciliation. Cela a été un exercice non seulement important, mais très révélateur.
Il y a eu des moments extrêmement tristes. Des individus des nations autochtones se sont présentés pour raconter leur parcours et leur histoire. Ils ont publiquement mis cartes sur table. Ils se sont vidé le coeur et ont expliqué au gouvernement canadien ce qu'ils avaient vécu en ces temps modernes et ce qu'avaient vécu leurs aïeux au XIXe siècle. Non seulement les conservateurs ont-ils offert des excuses en 2008, mais ils ont également mis sur pied la Commission de vérité et réconciliation, entre les peuples autochtones et le gouvernement du Canada et tous les Canadiens. La marque que nous avons laissée témoigne de notre bonne foi envers la réconciliation. C'est également le cas de tous les députés et de tous les Canadiens, j'en suis certain.
Je vais parler de la troisième raison pour laquelle nous appuyons ce projet de loi. Je suis porte-parole des langues officielles du Canada, le français et l'anglais. C'est l'une des raisons pour lesquelles je prends la parole aujourd'hui. Lorsque j'ai vu pour la première fois le projet de loi C-91 inscrit à l'ordre du jour législatif, j'ai réfléchi et j'ai lu la Loi sur les langues officielles de 1969. Dans le dernier paragraphe du préambule de la Loi sur les langues officielles, on dit que la Loi:
[...] reconnaît l’importance, parallèlement à l’affirmation du statut des langues officielles et à l’élargissement de leur usage, de maintenir et de valoriser l’usage des autres langues [...]
Quand les députés étudient des questions constitutionnelles ou législatives, en comité ou lors de débats comme celui-ci, il est important de prendre en considération l'intention des législateurs. Quand la Loi sur les langues officielles a été déposée et votée, en 1969, les législateurs avaient déjà clairement exprimé leur intention que la protection des langues officielles inclue, un jour ou l'autre, la promotion, la valorisation et le maintien de toutes les autres langues qui existent au Canada, dont les 70 langues autochtones. On s'entend que cela a pris du temps. Cela se fait 50 ans plus tard.
Ce sont donc les trois premières raisons pour lesquelles nous appuyons ce projet de loi.
Je dirais que la quatrième raison va de soi. Il s'agit du devoir que nous avons de réparer l'histoire. Quand on lit l'histoire canadienne, on constate, dans les cas de Jacques Cartier, qui est arrivé en 1534 en Gaspésie, et de Samuel de Champlain, qui est arrivé à Québec en 1608, que, dans les deux ou trois premiers siècles de coexistence entre les peuples autochtones et les colonisateurs français ou anglais, il y avait quand même une harmonie. Ce sont les Autochtones qui nous ont aidés à survivre aux premiers hivers, ni plus ni moins. Ce sont les Autochtones qui nous ont aidés à cultiver et à défricher la terre. Bien malheureusement, à la fin du XIXe siècle, lorsque nous étions à même de nous épanouir sans l'aide des Autochtones, nous avons commencé à mettre en place des politiques d'aliénation culturelle et des pensionnats autochtones. Tout cela s'est passé dans la foulée d'un contexte international où des théories culturelles n'avaient aucun sens et qui sont aujourd'hui complètement contredites.
Oui, il faut réparer l'histoire du Canada et ce qu'ont fait les peuples fondateurs, nos aïeux francophones et anglophones. C'est une question de justice. Le projet de loi C-91 vise d'abord et avant tout à garantir l'épanouissement des langues autochtones au Canada et à maintenir leur existence pour ne pas qu'elles disparaissent.
En terminant, j'aimerais indiquer de manière sommaire aux Canadiens qui nous écoutent ce que le projet de loi C-91 fera au bout du compte. D'abord, il y a un aspect de reconnaissance. De par ce projet de loi:
a) le gouvernement du Canada reconnaît que les droits des peuples autochtones reconnus et confirmés par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 comportent des droits relatifs aux langues autochtones;
C'est un peu comme ce qui est arrivé dans le cas de la Loi sur les langues officielles, qui, grâce à son article 82, prime sur les autres lois. De plus, elle est reliée à l'article 23 sur les commissions scolaires et la protection des minorités linguistiques francophones et anglophones de partout au pays. Ce projet de loi vise à créer la même situation en ce qui a trait à l'article 35 et aux lois autochtones au Canada.
La loi prévoit également que le gouvernement peut faire des accords pour protéger les langues. Le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme peut conclure divers types d'accords concernant les langues autochtones avec des gouvernements autochtones, d'autres dirigeants autochtones et des organismes autochtones, tout en tenant compte de la situation et des besoins propres aux groupes, aux collectivités et aux peuples autochtones.
Finalement, le projet de loi prévoit offrir des services de traduction et d'interprétation, comme c'est le cas pour les langues officielles, mais sûrement pas au même niveau que celles-ci. Les institutions fédérales peuvent veiller à ce que les documents soient traduits dans une langue autochtone et à ce que des services d'interprétation soient offerts afin de faciliter l'usage d'une telle langue.
Les Canadiens et les Canadiennes qui nous écoutent devraient noter un fait important. Personnellement, je ne parle aucune langue autochtone, mais depuis un an, n'importe qui, et surtout les députés autochtones, peut s'exprimer en langue autochtone à la Chambre. Le député n'a qu'à envoyer un avis de 24 ou de 48 heures aux traducteurs. Cet élément du projet de loi prévoit offrir des services de traduction et d'interprétation, mais ils ne seront pas au même niveau que ceux prévus par la Loi sur les langues officielles. Cependant, on voit de manière très nette qu'il y a une tentative de permettre l'épanouissement des langues autochtones, pas seulement sur le terrain ou dans les communautés où vivent les Autochtones, mais également au sein des institutions fédérales.
De plus, on peut constater que le projet de loi prévoit un bureau de commissaire. Je trouve cela un peu particulier. Comme ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo le disait, depuis quatre ans, les libéraux nous disent que leur relation la plus importante est celle qu'ils entretiennent avec les peuples autochtones. Je peux comprendre cet énoncé politique, mais je pense qu'il serait plus louable de dire que la relation la plus importante du gouvernement est celle qu'il entretient avec tous les Canadiens.
Maintenant, je vais parler brièvement du commissaire aux langues officielles actuel. On pourra comprendre le lien que je tente de faire avec le nouveau commissariat aux langues autochtones qui sera créé. Au moment où l'ensemble des communautés linguistiques officielles en situation minoritaire, d'un océan à l'autre, discute de l'importance de moderniser la loi, le commissaire aux langues officielles a déposé aujourd'hui son rapport annuel ainsi que son rapport sur la modernisation de la loi. De plus, la plupart des Canadiens ont la volonté de voir un bilinguisme plus vivant et plus répandu partout au Canada. Au même moment, on constate qu'il y a des lacunes importantes en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles au sein de l'appareil gouvernemental.
Je vais donner quelques exemples. Il y a quelques mois, l'Office national de l'énergie a publié un rapport uniquement en anglais, ce qui va à l'encontre de la Loi. À l'époque, la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophoniea dit que c'était inacceptable. Cependant, il ne revient pas au gouvernement de dire cela. Elle aurait dû agir et s'assurer que l'Office national de l'énergie applique la Loi sur les langues officielles. On a aussi vu que les sites Internet sur lesquels sont publiés les appels d'offres de Services publics et Approvisionnement Canada sont plus souvent qu'autrement truffés d'erreurs, de fautes grammaticales et de syntaxe et d'erreurs de traduction et d'interprétation. Encore une fois, la ministre du Tourisme, des langues officielles et de la Francophonie nous a dit que cela était inacceptable.
Il y a aussi la Banque de l'infrastructure du Canada, à Toronto. Nous, les conservateurs, sommes contre ce type d'institution. Nous pensons qu'elle ne donnera pas les résultats escomptés. Dans sa première année d'existence, la Banque de l'infrastructure du Canada a eu peine à servir dans les deux langues officielles les Canadiens qui la contactaient. Encore une fois, la ministre a dit que cela était inacceptable.
Ces problèmes surviennent constamment parce que le Cabinet, dans un contexte délétère, ne prend pas au sérieux la mise en œuvre, le respect et l'application de la Loi sur les langues officielles au sein de l'appareil gouvernemental. La ministre qui est en poste n'applique pas son leadership au sein du Cabinet.
Quand cette réalité n'existe pas au sein du Cabinet, on voudrait pouvoir compter sur le commissaire. J'ai rencontré le commissaire aux langues officielles, M. Théberge, hier, et il m'a fait le compte rendu du rapport qu'il a déposé ce matin. Il a dit qu'il possédait une tonne de pouvoirs d'enquête, dont celui d'émettre une citation à comparaître. Il peut donc forcer des gens à comparaître dans le cadre d'une enquête. Cependant, il a dit qu'il n'avait aucun pouvoir coercitif. C'est l'un des gros problèmes en ce qui a trait à l'application d'une loi. Par exemple, si le Code criminel est respecté par la majorité des Canadiens, c'est bien parce qu'il y a un pouvoir coercitif, c'est-à-dire les forces policières, qui assurent le respect du droit canadien et du Code criminel.
Si on observe autant de manquements et de lacunes en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles, c'est non seulement à cause d'un manque de leadership au sein du Cabinet, mais également parce que le commissaire n'a pas de pouvoir coercitif adéquat. Nous, les conservateurs, allons nous pencher très sérieusement sur cette question afin d'évaluer si le commissaire devrait avoir un pouvoir coercitif.
Quand je lis la partie du projet de loi C-91, Loi concernant les langues autochtones, qui porte sur la mise en place du Bureau du commissaire aux langues autochtones, je constate qu'il y a très peu de détails. Non seulement il n'aura pas de pouvoir coercitif, mais il n'aura pas non plus de pouvoirs d'enquête bien établis.
Les libéraux ont attendu jusqu'à la fin de leur mandat de quatre ans pour déposer ce projet de loi, alors qu'ils nous disent depuis autant d'années que la relation avec les peuples autochtones est la relation la plus importante qu'ils entretiennent. De plus, en comité, ils ont déposé à la hâte et d'une manière chaotique une vingtaine d'amendements à leur propre projet de loi, comme ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo l'a si bien dit.
Alors, comment est-ce possible que la relation la plus importante des libéraux soit celle qu'ils entretiennent avec les Autochtones, alors qu'ils ont attendu quatre ans pour déposer ce projet de loi? De plus, non seulement ils ont déposé le projet de loi de façon chaotique, mais ils ont dû dire eux-mêmes à leurs députés de déposer des amendements afin de renforcer le projet de loi. Il est normal que des députés proposent des amendements, mais les libéraux ont dû en déposer une multitude, parce que le projet de loi avait toutes sortes de lacunes.
En terminant, je trouve que ce projet de loi est un bon pas vers la réconciliation, mais il n'y a aucune mesure tangible pour le commissaire. Par exemple, si des députés font traduire leur discours en langue autochtone à la Chambre et que le travail est mal fait, qu'est-ce que le commissaire va pouvoir dire? Si jamais des communautés autochtones concluent des accords avec le gouvernement fédéral et qu'ils ne sont pas mis en place convenablement, qui pourra se battre contre le gouvernement en leur nom?
Il restait donc encore beaucoup de travail à faire, mais nous allons devoir adopter ce projet de loi le plus rapidement possible, malgré toutes ses lacunes, puisque la fin de la législature approche. Encore une fois, le gouvernement a fait preuve d'un manque de sérieux, comme dans le cas de plusieurs projets de loi. Pour terminer sur une bonne note, je dirai que ce projet de loi contribue effectivement à la réconciliation entre les peuples autochtones et les peuples fondateurs, ce qui est très louable et nécessaire.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:48 [p.27637]
Mr. Speaker, the member is right. We are celebrating 50 years of having two official languages in Canada. They are official languages in terms of status and institutionalization of the facts, because historically, there were two languages three centuries ago. They were part of our identity in Canada, and they are still part of it.
There are a few ways to ensure that the Commissioner of Official Languages has more powers. As legislators, we have to do our due diligence and look at this carefully. Specialists have said that we should have pecuniary and administrative sanctions. For example, some governmental agencies and private enterprises go against the law. Only one private enterprise in Canada is under the law, which is Air Canada. Some of them constantly go against the law in their behaviour and actions, on a monthly basis sometimes. Although the commissioner is constantly making recommendations, 20% of his recommendations are never followed, as was said this morning. Why? It is because he does not have the power to tell organizations to stop or they will pay a fine.
Another option is to have an executory deal. It is less coercive. The governmental agency or private enterprise could be asked to make a deal, such as being in accordance with the law within five months.
If my colleague is interested, he can look into how it is done in Wales, England. It has a commissioner who has huge coercive powers.
Monsieur le Président, le député a raison. Nous célébrons les 50 ans de l'établissement des deux langues officielles au Canada. Ce sont des langues officielles pour ce qui est de leur statut et de leur institutionnalisation; en effet, elles étaient également présentes il y a de cela trois siècles. Elles faisaient et font toujours partie de notre identité canadienne.
Il y a plusieurs façons de faire en sorte que le commissaire aux langues officielles ait un pouvoir accru. En tant que législateurs, nous devons faire preuve de diligence raisonnable et examiner la question attentivement. Les spécialistes ont dit que nous devrions prévoir des sanctions pécuniaires et administratives. Par exemple, certains organismes gouvernementaux et certaines entreprises privées — et il y en a une seule au Canada qui est assujettie à la loi, soit Air Canada —, vont à l'encontre de la loi. Ils enfreignent constamment la loi dans leur comportement et leurs actions, et ce, parfois sur une base mensuelle. Malgré les recommandations constantes du commissaire, 20 % de celles-ci ne sont pas suivies, comme on l'a dit ce matin. Pourquoi? Parce qu'il n'a pas le pouvoir de dire aux organismes d'arrêter sous peine de devoir payer une amende.
Une autre option est de conclure un accord exécutoire, ce qui est moins coercitif. L'entreprise privée ou l'organisme gouvernemental pourrait être invité à conclure un accord, par exemple d'accepter de se conformer à la loi dans un délai de cinq mois.
Si mon collègue est intéressé, il peut se renseigner sur la façon de faire au pays de Galles, en Angleterre, où se trouve un commissaire qui détient un énorme pouvoir de coercition.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:51 [p.27638]
Mr. Speaker, if I correctly understood what the member said, there is, in fact, a part at the beginning of the law that speaks about the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, UNDRIP, which does not bind the government to this law, and maybe she finds that unfortunate. However, I voted against UNDRIP.
There were some indigenous people in my riding who came to my office, and with courage and pride I sat in front of them and explained to them why it was actually a courageous act as a legislator in 2018 to vote against the ratification of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples by Canada. Why? It is because most constitutionalists would say that it goes against some of our own constitutional conventions and laws, and I think that a courageous legislator must tell the truth to Canadians.
Although we might like UNDRIP, it is not in accordance with Canadian law. What is most important for a legislator is not to protect United Nations accords; it is to protect the Canadian law. I explained that to my constituent, who was an indigenous person, and I think we had huge respect for each other. Although he did not agree with me, I understand why he could not agree with me, which was because of the history he had with us and the founding people. Maybe that is why UNDRIP is not so clearly enshrined in this law.
Monsieur le Président, si j'ai bien compris la députée, il y a une partie au début du projet de loi qui porte sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Cependant, cette partie n'a pas force exécutoire, ce que la députée trouve peut-être regrettable. J'ai toutefois voté contre la Déclaration.
Quelques Autochtones de ma circonscription sont venus à mon bureau, et je leur ai expliqué fièrement et courageusement pourquoi il était courageux pour un législateur de voter contre la ratification de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones par le Canada en 2018. Pourquoi? C'est parce que la plupart des constitutionnalistes estiment que la Déclaration va à l'encontre de certaines de nos propres conventions et lois constitutionnelles, et je pense qu'un législateur courageux doit dire la vérité aux Canadiens.
Bien que nous puissions aimer la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, elle n'est pas conforme au droit canadien. Il est plus important pour un législateur de protéger les lois canadiennes que de protéger les accords des Nations unies. J'ai expliqué cette réalité à mon concitoyen autochtone et je pense que nous avions énormément de respect l'un pour l'autre. Il n'était pas d'accord avec moi, mais je comprends pourquoi il ne pouvait pas l'être. C'est en raison de son passé par rapport à nous et aux peuples fondateurs. C'est peut-être pour cette raison que la Déclaration n'est pas si clairement inscrite dans le projet de loi.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-09 15:54 [p.27638]
Mr. Speaker, to the first question on the importance of language, I know what it means, because I am a Quebecker. I am a French Canadian, and I am able to speak in French in this institution, but I like to show respect and answer in English when someone talks to me in English. My father is an anglophone, by the way.
When my daughter was born five years ago, I intended to speak to her in English, and I told my wife that she could speak to her in French, but I could not do it, because when I speak in English to my daughter, it is not from my heart. I do not feel the connection. Therefore, yes, a language is fundamental to a person's identity. It is fundamental to carry the culture we are from. It is impossible for me to speak to my kids in English. I do not see them that much, because I am here, but when I speak to my kids, I want my heart to be speaking.
Second, it is obvious that there were a lot of mistakes in the bill, because the government had to present more than 20 amendments. We should be afraid that there are other mistakes in the bill, which we did not have time to discuss or analyze correctly. I think that could be something troublesome that the next government, which will be Conservative, will have to repair.
Monsieur le Président, pour ce qui est de la première question, concernant l'importance de la langue, je sais ce que cela veut dire parce que je suis Québécois. Je suis un Canadien français et je peux m'exprimer en français dans cette institution, mais, par respect, je réponds en anglais lorsque quelqu'un m'adresse la parole en anglais. Mon père est anglophone, en passant.
Lorsque ma fille est née, il y a cinq ans, j'avais l'intention de lui parler en anglais et j'ai dit à ma femme qu'elle pourrait lui parler en français. Cependant, je n'y suis pas arrivé parce que lorsque je parlais à ma fille en anglais, ce n'était pas aussi senti que lorsque je lui parle en français. Je ne ressentais pas de connexion. Une langue est donc effectivement fondamentale dans l'identité d'une personne. Porter la culture dont nous sommes issus est fondamental. Je suis simplement incapable de parler à mes enfants en anglais. Je ne les vois pas très souvent parce que je suis ici, mais lorsque je parle à mes enfants, je veux que cela vienne du coeur.
Ensuite, il est évident que le projet de loi comportait de nombreuses erreurs parce que le gouvernement a dû présenter plus de 20 amendements. On est en droit de craindre qu'il y ait d'autres erreurs, que nous n'aurons pas le temps d'aborder et d'analyser comme il se doit. Je crois qu'il s'agira d'un problème que le prochain gouvernement — qui sera conservateur — devra régler.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 18:55 [p.19946]
Mr. Speaker, I am pleased to address the member for Québec, whose riding borders mine. They are both very beautiful ridings.
The minister said something that deeply troubled me. It is one of the Liberals' recurring themes. He said that Canada was back on the world stage; however, we never left it. We simply have a different public policy, a different understanding, and a different approach.
I do not see how they can claim that we left the world stage when we signed 47 international treaties and we sent the Canadian Armed Forces to Kandahar on one of the most dangerous missions. It was a great success. My brother went there in 2006 to fight the Taliban and then al Qaeda.
I do not understand how they can say that given that we established the free trade agreement with the European Union. If that is not an international commitment, I do not know what it is. As I often say in the House, according to the Liberals' rhetoric, they have a monopoly on virtue.
I would like to know if the Liberals are going to move another time allocation motion this evening or if we are going to start a serious debate of their proposed legislation.
Monsieur le Président, je suis content de pouvoir m'adresser au député de Québec dont la circonscription partage une frontière avec la mienne. Ce sont deux très belles circonscriptions.
Le ministre a dit une chose qui me dérange profondément. C'est un thème récurrent chez les libéraux. Il a dit que le Canada était de retour sur la scène internationale, mais nous ne l'avons jamais quittée. Nous avons simplement une différente politique publique, une différente compréhension et une différente approche.
Je ne vois pas comment on peut prétendre que nous avions quitté la scène internationale, alors que nous avons signé 47 traités internationaux et que nous avons déployé les Forces armées canadiennes à Kandahar dans le cadre d'une des plus dangereuses missions. C'était d'ailleurs une grande réussite. Mon frère y a été, en 2006, pour combattre les talibans et Al-Qaïda par la suite.
Je ne vois pas comment on peut dire cela, alors que nous avons créé le traité de libre-échange avec l'Union européenne. Si cela n'est pas un engagement sur la scène internationale, je ne sais pas ce que cela peut être. Comme je le dis souvent à la Chambre, les libéraux tiennent un discours démagogique en prétendant avoir le monopole de la vertu.
J'aimerais savoir si les libéraux vont déposer une autre motion d'attribution de temps ce soir ou si nous allons commencer à débattre sérieusement leurs projets législatifs.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:40 [p.19159]
Mr. Speaker, I want to congratulate my colleague on her maiden speech after her recent election in her beautiful riding. I know my colleague and all Conservative colleagues here, and probably all party MPs, go to their ridings each weekend. We work hard. We have activities in the communities, such as spaghetti dinners, etc.
The member will be able to share with us everything she hears from her constituents about the need to ensure Canadian oil can be exported outside the country. It is a major issue.
How can we still, today in 2018, be importing petroleum from dictatorship countries when we have all these resources here? Could my colleague share with us some of the comments she has heard from her constituents?
Monsieur le Président, je tiens à féliciter ma collègue de sa toute première intervention après sa récente élection dans sa magnifique circonscription. Je sais qu'elle et tous mes collègues conservateurs — et les députés de tous les partis, j'imagine — se rendent dans leur circonscription la fin de semaine. Nous y travaillons fort. Nous y participons à des activités communautaires, comme des soupers de spaghetti, et ainsi de suite.
La députée pourra nous faire part de tout ce que ses concitoyens lui disent sur la nécessité de garantir l'exportation du pétrole canadien. C'est une question importante.
Comment se fait-il qu'aujourd'hui, en 2018, nous importions le pétrole de pays dictateurs, alors que nous avons ces ressources ici même? Ma collègue pourrait-elle nous résumer certains des commentaires faits par les électeurs de sa circonscription?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:42 [p.19160]
Mr. Speaker, it is always an honour to speak in the House of Commons.
On a more serious note, I would like to take a moment to talk about my colleague from Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes, who passed away very suddenly this week. I never imagined this could happen. I share his family's sorrow, though of course mine could never equal theirs. His young children will not get to share amazing moments in their lives with their father, and that is staggeringly sad. I would therefore like to publicly state that I encourage them to hang in there. One day, they will surely find joy in living again, and we are here for them.
As usual, I want to say acknowledge all of the residents of Beauport—Limoilou who are tuning in. I would like to let them know that there will be a press conference Monday morning at my office. I will be announcing a very important initiative for our riding. I urge them to watch the news or read the paper when the time comes.
Bill C-48 would essentially enact a moratorium on the entire Pacific coast. It would apply from Prince Rupert, a fascinating city that I visited in 2004 at the age of 18, to Port Hardy, at the northern tip of Vancouver Island. This moratorium is designed to prevent oil tankers, including Canadian ones, that transport more than 12,500 tons of oil from accessing Canada's inland waters, and therefore our ports.
This moratorium will prohibit the construction of any pipeline project or maritime port beyond Port Hardy, on the northern tip of Vancouver Island, to export our products to the west. In the past three weeks, the Liberal government has slowly but surely been trying to put an end to Canada's natural resources, and oil in particular. Northern Gateway is just one example.
The first thing the Liberals did when they came to power was to amend the environmental assessment process managed by the Canadian Environmental Assessment Agency; they even brag about it. Northern Gateway was in the process of being accepted, but as a result of these amendments, the project was cancelled, even though the amendments were based on the cabinet's political agenda and not on scientific facts, as the Liberal government claims.
When I look at Bill C-48, which would enact a moratorium on oil tankers in western Canada, it seems clear to me that the Liberals had surely been planning to block the Northern Gateway project for a while. Their argument that the project did not clear the environmental assessment is invalid, since they are now imposing a moratorium that would have prevented this project from moving forward regardless.
The Prime Minister and member for Papineau has said Canada needs to phase out the oil sands. Not only did he say that during the campaign, but he said it again in Paris, before the French National Assembly, in front of about 300 members of the Macron government, who were all happy to hear it. I can guarantee my colleagues that Canadians were not happy to hear that, especially people living in Manitoba, Saskatchewan, and Alberta who benefit economically from this natural resource. Through their hard work, all Canadians benefit from the incredible revenues and spinoffs generated by that industry.
My colleague from Prince Albert gave an exceptional speech this morning. He compassionately explained how hard it has been for families in Saskatchewan to accept and understand the decisions being made one after the other by this Liberal government. The government seems to be sending a message that is crystal clear: it does not support western Canada's natural resources, namely oil and natural gas. What is important to understand, however, is that this sector represents roughly 60% the economy of the western provinces and 40% of Canada's entire economy.
I can see why the Minister of Environment and Climate Change says we need to tackle climate change first. The way she talks to us every day is so arrogant. We believe in climate change. That is not the issue. Climate change and natural resources are complex issues, and we must not forget the backdrop to this whole debate. People are suffering because they need to put food on the table. Nothing has changed since the days of Cro-Magnon man. People have to eat every day. People have to find ways to survive.
When the Liberals go on about how to save the planet and the polar bears, that is their post-modern, post-materialist ideology talking. Conservatives, in contrast, talk about how to help families get through the day. That is what the Canadian government's true priority should be.
Is it not completely absurd that even now, in 2018, most of the gas people buy in the Atlantic provinces, Quebec, and Ontario comes from Venezuela and Saudi Arabia even though we have one of the largest oil reserves in the world? Canada has the third-largest oil reserve in the world, in fact. That is not even counting the Arctic Ocean, of which we own a sizeable chunk and which has not yet been explored. Canada has tremendous potential in this sector.
As I have often told many of my Marxist-Leninist, leftist, and other colleagues, the price of oil is going to continue to rise dramatically until 2065 because of China's and India's fuel consumption. Should Canada say no to $1 trillion in economic spinoffs until then? Absolutely not.
How will we afford to pay for our hospitals, our schools, and our social services that are so dear to the left-wing advocates of the welfare state in Canada? As I said, the priority is to meet the needs of Canadians and Canada, a middle power that I adore.
To get back to the point I was making, as my colleague from Prince Albert said, the decision regarding Bill C-48 and the moratorium was made by cabinet, without any consultation or any study by a parliamentary committee. Day after day, the Liberals brag about being the government that has consulted more with Canadians over the past three years than any government in history. It is always about history with them.
The moratorium will have serious consequences for Canada's prosperity and the economic development of the western provinces, which represent a growing segment of the population. How can the Liberals justify the fact that they failed to conduct any environmental or scientific impact assessments, hold any Canada-wide consultations, or have a committee examine this issue? They did not even consult with the nine indigenous nations that live on the land covered by the moratorium. The NDP ought to be alarmed about that. That is the point I really want to talk about.
I have here a legal complaint filed with the B.C. Supreme Court by the Lax Kw'alaams first nation—I am sorry if I pronounced that wrong—represented by John Helin. The plaintiffs are the indigenous peoples living in the region covered by the moratorium. Only nine indigenous nations from that region are among the plaintiffs. The defendant is the Government of British Columbia.
The lawyer's argument is very interesting from a historical perspective.
The claim area includes and is adjacent to an open and safe deepwater shipping corridor and contains lands suitable for development as an energy corridor and protected deepwater ports for the development and operation of a maritime installation, as defined in Bill C-48, the oil tanker moratorium act.
“The plaintiffs' aboriginal title encompasses the right to choose to what uses the land can be put, including use as a marine installation subject only to justifiable environmental assessment and approval legislation.”
He continues:
The said action by Canada “discriminates against the plaintiffs by prohibiting the development of land...in an area that has one of the best deepwater ports and safest waterways in Canada, while permitting such development elsewhere”, such as in the St. Lawrence Gulf, the St. Lawrence River, and the Atlantic Ocean.
My point is quite simple. We have a legal argument here that shows that not only does the territory belong to the indigenous people and the indigenous people were not consulted, but that the indigenous people, whom the Liberals are said to love, are suing the Government of British Columbia. This will likely go all the way to the Supreme Court because this moratorium goes against their ancestral rights on their territory, which they want to develop for future oil exports. This government is doing a very poor job of this.
Monsieur le Président, c'est toujours un honneur de prendre la parole à la Chambre.
Sur un ton plus serein, j'aimerais prendre le temps de parler de mon collègue de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes, qui est mort cette semaine d'une façon extrêmement subite. Jamais je n'aurais cru que cela pourrait arriver. Je partage la tristesse de sa famille, même si la mienne ne peut être aussi profonde, bien sûr. Ses jeunes enfants ne pourront pas partager des moments incroyables de leur vie avec leur père, et c'est d'une tristesse ahurissante. Je voudrais donc dire publiquement que je les encourage à persévérer. Un jour, ils vont sûrement retrouver le goût de vivre, et nous sommes là pour les soutenir.
Comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre. Je voudrais leur dire que, lundi matin, il y aura une conférence de presse à mon bureau. J'y annoncerai une initiative très importante pour la circonscription. Je les invite donc à écouter la télévision et à lire les journaux au moment opportun.
Le projet de loi C-48 vise à appliquer un moratoire, ni plus ni moins, sur l'ensemble de la côte pacifique. Il s'appliquera de Prince Rupert, une ville intéressante que j'ai visitée en 2004, quand j'avais 18 ans, jusqu'à Port Hardy, au nord de l'île de Vancouver. Ce moratoire vise à empêcher tous les pétroliers de ce monde, y compris les pétroliers canadiens qui transportent au-delà de 12 500 tonnes de pétrole, d'accéder aux eaux intérieures et donc aux ports du Canada.
Ce moratoire empêchera la construction, au-delà de la ville de Port Hardy, au nord de l'île de Vancouver, de tout projet d'oléoduc ou de port maritime pour exporter nos produits vers l'Ouest. Depuis les trois dernières années, le gouvernement libéral tente de mettre fin, lentement mais sûrement, aux ressources naturelles canadiennes, s'agissant particulièrement du pétrole. On n'a qu'à penser au projet Northern Gateway.
La première chose que les libéraux ont faite lorsqu'ils sont arrivés au pouvoir — et ils s'en vantent — a été de modifier les processus d'évaluation environnementale régis par l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, qui se penche sur les projets énergétiques au Canada. Northern Gateway était en voie d'être accepté, mais à cause de ces modifications, qui n'étaient pas basées sur des faits scientifiques, comme le gouvernement libéral le dit toujours, mais plutôt sur des visées politiques du Cabinet, il a été annulé.
Quand je regarde le projet de loi C-48, qui vise à établir un moratoire sur les pétroliers dans l'Ouest canadien, je me dis que les libéraux songeaient assurément depuis longtemps à barrer la route au projet Northern Gateway. Leur argument selon lequel celui-ci n'a pas passé le test de l'évaluation environnementale est caduc, puisqu'ils imposent maintenant un moratoire qui aurait empêché ce projet de voir le jour de toute manière.
Le premier ministre et député de Papineau a dit qu'il fallait éliminer progressivement les sables bitumineux. Non seulement il l'a dit lors des élections, mais il l'a redit à Paris, à l'Assemblée nationale française, devant environ 300 membres de la députation du président Macron, qui étaient bien contents de l'entendre. Je peux garantir à mes collègues que les Canadiens n'étaient pas contents de l'entendre, encore moins ceux qui vivent au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta et qui bénéficient des retombées des ressources naturelles du pétrole. Grâce à leur travail, tous les Canadiens bénéficient des redevances et des retombées incroyables liées à cette industrie.
Mon collègue de la circonscription de Prince Albert a fait un discours remarquable, ce matin. Il a expliqué avec compassion combien il était difficile pour les familles de la Saskatchewan d'accepter et de comprendre les décisions prises l'une après l'autre par le gouvernement libéral. Ce dernier semble envoyer un message clair comme de l'eau de roche: il est contre les ressources naturelles du pétrole et du gaz naturel dans l'Ouest canadien. Toutefois, ce qu'il faut comprendre, c'est que cela correspond à environ 60 % de l'économie des provinces de l'Ouest et à 40 % de l'économie du Canada dans son entièreté.
Je peux bien comprendre que la ministre de l'Environnement et du Changement climatique dit qu'il faut d'abord s'attaquer aux changements climatiques. D'ailleurs, jour après jour, la manière dont elle nous parle est tellement arrogante, parce que nous croyons aux changements climatiques, là n'est pas la question. Les changements climatiques et les ressources naturelles sont des enjeux complexes, et il ne faut jamais oublier qu'au coeur de ce litige des individus souffrent, car ils doivent mettre de la nourriture sur la table. Rien n'a changé depuis le temps de l'homme de Cro-Magnon: il faut manger tous les jours. C'est vrai, il faut vivre.
Les libéraux sont toujours dans une idéologie postmoderne, postmatérialiste où ils nous parlent de comment sauver la planète et les ours polaires. Cependant, nous, les conservateurs, parlons de comment faire en sorte qu'une famille puisse vivre sa journée. C'est cela qui est la vraie priorité d'un gouvernement canadien.
En outre, n'est-ce pas une absurdité totale de penser qu'encore aujourd'hui, en 2018, la majorité du pétrole consommé dans les provinces de l'Atlantique, ainsi qu'au Québec et en Ontario, provient du Venezuela et de l'Arabie saoudite, alors que nous avons parmi les plus grandes réserves de pétrole au monde? En effet, le Canada possède la troisième plus grande réserve de pétrole du monde. Et cela, c'est sans compter l'océan Arctique, dont nous possédons une bonne partie, et qui n'a pas encore été exploré. Le Canada a donc un énorme potentiel dans ce domaine.
Comme je le dis souvent à plusieurs de mes collègues marxistes-léninistes, gauchistes et autres, le prix du pétrole va continuer à augmenter de façon spectaculaire à cause de la consommation chinoise et indienne, jusqu'en 2065. Est-ce que le Canada devrait dire non à 1 000 milliards de dollars en retombées économiques d'ici 2065? Absolument pas.
Comment allons-nous payer nos hôpitaux, nos écoles et nos services sociaux qui sont si chers aux pourfendeurs de l'État providence de la gauche canadienne? Comme je l'ai dit, la priorité est de subvenir aux besoins des Canadiens et du Canada, en tant que puissance moyenne que j'adore.
Je dois absolument arriver au point dont je veux parler. Comme mon collègue de Prince Albert l'a dit, la décision concernant le projet de loi C-48 et le moratoire a été prise au Cabinet, sans consultation et sans étude par un comité parlementaire. Jour après jour, les libéraux se targuent d'être le gouvernement qui, dans l'histoire du Canada — c'est toujours historique avec eux —, a consulté le plus les Canadiens au cours des trois dernières années.
Le moratoire aura des conséquences draconiennes sur la prospérité du Canada et sur l'évolution économique des provinces de l'Ouest qui représentent de plus en plus une partie importante de la population canadienne. Comment les libéraux peuvent-ils justifier n'avoir fait aucune étude environnementale ou sur l'impact scientifique possible, aucune consultation pancanadienne et aucune étude par un comité? Ils n'ont même pas consulté les neuf nations autochtones qui vivent sur les territoires visés par le moratoire. Le NPD devrait s'alarmer de cela. C'est justement à cela que je veux arriver.
J'ai entre les mains une plainte légale déposée à la Cour suprême de la Colombie-Britannique par la Première Nation Lax Kw'alaams —  je m'excuse de la prononciation —, représentée par John Helin. Les plaintifs sont les Autochtones de la région où le moratoire s'applique. Seulement neuf des nations autochtones de cette région font partie des plaintifs. Le défendeur est le gouvernement de la Colombie-Britannique.
Ce que l'avocat démontre est fort intéressant d'un point de vue historique:
« La zone revendiquée comprend un couloir de navigation en eaux profondes ouvert et sûr et y est adjacente, et couvre des terres convenant à la mise en valeur d'un couloir de transport de l'énergie, ainsi que de ports en eaux profondes protégés pour la mise en valeur et l'exploitation d'une installation maritime telle que définie dans le projet de loi C-48, Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers. »
« Le titre ancestral du plaignant comprend le droit de déterminer l'utilisation des terres, y compris pour y construire une installation maritime sujette à une évaluation environnementale justifiable et aux lois sur l'approbation. »
Il continue:
Ladite action intentée par le Canada « est discriminatoire à l'égard des plaignants en interdisant la mise en valeur des terres [...] dans une région où se trouvent l'un des meilleurs ports en eaux profondes et l'une des routes maritimes les plus sûres au Canada, tout en permettant la même mise en valeur ailleurs », comme dans le golfe du Saint-Laurent, le fleuve Saint-Laurent et l'océan Atlantique.
Mon argument est très simple. On a ici un argument légal: non seulement le territoire appartient au peuple autochtone et celui-ci n'a pas été consulté, mais les Autochtones, que les libéraux sont censés adorer, vont poursuivre le gouvernement de la Colombie-Britannique. Cela ira certainement jusqu'en Cour suprême, car le moratoire va à l'encontre de leurs droits ancestraux sur le territoire, alors qu'ils veulent exploiter celui-ci pour d'éventuelles exportations pétrolières. C'est un très mauvais travail de la part de ce gouvernement.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:54 [p.19161]
Mr. Speaker, Canadian oil is the most highly regulated oil in the world. Our oil is subject to the largest number of regulations regarding the environment, transportation safety, taxation, consumption, royalties, and so forth.
Would the founding nations consider it normal today for hundreds of huge oil tankers to cross the Atlantic ocean and come to this country when scientists are telling us that we have the third-largest oil reserve in the world? The carbon capture technology for the oil sands is getting better by the day.
We need to improve our environmental practices, I think that goes without saying. However, once again, how can we justify telling our grandchildren that we do not want to share in the wealth created over the next 40 years by the China's and India's incredible consumption of oil? Those countries are not going to stop purely for environmental reasons. They are going to consume oil. They are in a full-blown industrial revolution and it is their right to do so. We could sell up to $1 trillion in oil to build hospitals and an education system that are efficient.
Monsieur le Président, le pétrole canadien est le plus réglementé au monde. C'est le pétrole qui doit être soumis au plus grand nombre de réglementations relatives à l'environnement, à la protection de son transport, à sa taxation, à sa consommation, aux redevances, etc.
Les peuples fondateurs trouveraient-ils cela normal qu'aujourd'hui, des centaines d'immenses pétroliers traversent l'océan Atlantique pour venir ici, alors que les scientifiques nous disent que nous avons la troisième plus grande ressource de pétrole au monde? Jour après jour, la technologie permettant de capter le carbone émis par l'extraction des sables bitumineux s'améliore.
C'est l'évidence même qu'il faut améliorer nos pratiques environnementales. Cependant, encore une fois, comment est-il légitime de dire à nos petits-enfants que nous ne voulons pas avoir notre part du gâteau par rapport aux 40 prochaines années de consommation incroyable de pétrole par la Chine et l'Inde? Ces pays ne s'arrêteront pas pour des considérations purement environnementales. Ils vont en consommer. Ils sont en pleine révolution industrielle et c'est leur droit de le faire. Nous pouvons vendre jusqu'à 1 000 milliards de dollars de pétrole pour avoir des hôpitaux et un système d'éducation efficaces.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:57 [p.19162]
Mr. Speaker, environmentalists, just like NDP members, all have the same problem. They suffer from amnesia.
Since the 19th century and over the past 40 years, we have seen great environmental achievements, not only in Canada, but also around the world, with issues such as acid rain or the environment in our cities. The air in London in 1845 was worse than it is today in Beijing. Remarkable progress has been made on the environment. What is disappointing about the NDP, the Liberals, and environmentalists is that they never acknowledge progress and the efforts of Canadians.
We are transitioning towards green energy, but we cannot change Canada's entire supply chain in the space of a few years. This is why we are talking about it, because we need to be able to take advantage of our resources in the meantime.
Monsieur le Président, les environnementalistes, tout comme les députés du NPD, ont toujours le même problème: ils sont amnésiques.
Depuis le XIXe siècle et les 40 dernières années, il y a eu un pan incroyable de réussites environnementales non seulement au Canada, mais partout dans le monde, qu'il s'agisse des pluies acides ou de l'environnement dans nos villes. La qualité de l'air à Londres en 1845 était pire que celle de Pékin aujourd'hui. Il y a eu des progrès remarquables en matière d'environnement. Ce qui est dommage par rapport au NPD, aux libéraux et aux environnementalistes, c'est qu'ils ne reconnaissent jamais les progrès et les efforts des Canadiens et du Canada.
Nous sommes en pleine transition vers l'énergie verte, mais ce n'est pas vrai que nous allons pouvoir changer toute la chaîne d'approvisionnement canadienne en l'espace de quelques années. C'est pourquoi nous en parlons. Il faut profiter de nos ressources en même temps.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-12 10:39 [p.16313]
Madam Speaker, as usual, I would like to say hello to the people of Beauport—Limoilou who are tuning in today. Unfortunately, I have to tell them that we are debating Bill C-24 at third reading this morning. This is one of those typically Liberal bills designed to satisfy special interest groups that support Liberals and lend credence to their ideological views.
I found it particularly interesting to see the Leader of the Government in the House of Commons champion the bill so passionately, but I do have questions about some of her arguments.
First of all, I wonder if, in defending the bill, the minister is putting on an act or if she truly does not understand the difference between ministers, who are responsible for portfolios crucial to the nation, and ministers of state, who are there to lend a hand and support other departments of national importance.
Five major federal ministers have always had a seat at the cabinet table, namely the Minister of Finance, the Treasury Board minister, the Minister of National Defence, the Minister of Veterans Affairs, and the Minister of National Revenue. Those five cabinet positions have always existed, and they have always been important to the government's ability to govern well.
The minister also said repeatedly in her speech how important Bill C-24 is for gender equality among cabinet ministers. That is not exactly how many of her colleagues seem to understand it. At the Standing Committee on Government Operations and Estimates, which I was honoured to serve on for over a year in 2016 and 2017, many Liberal members thought that, on the contrary, Bill C-24 was not about achieving gender equality.
When the committee was hearing from witnesses for the bill's study, the member for Newmarket—Aurora said:
I'm not sure the purpose of this bill was at all to express gender equality....I don't think it's meant to be a tool that's going to address gender inequality, pay equity, or any of the other issues you raised...
The member for Châteauguay—Lacolle, who also serves on the Standing Committee on Government Operations and Estimates, thinks that ministries of state should be called emerging ministries. This is another example that illustrates that the Liberals do not seem to understand the difference between ministries of state and departments critical to good governance, such as the Department of Finance.
The hon. Liberal member from Don Valley East told the witnesses:
I was as confused as you were about why we are even talking about gender equity....I thank you for being here, but I don't think we have the relevance to our study for Bill C-24...Let's not be disingenuous and try to say that [Bill C-24] has anything to do with gender equality...
I simply wanted to mention these small details to show that despite the speech by the Leader of the Government in the House of Commons today at third reading stage of Bill C-24, a number of her colleagues expressed an opposite view in committee, that the bill had nothing to do with gender equity. It is just a tool to take up the House's time and distract from other awful realities that this government would rather not talk about, namely its capacity to break promise after promise since it was elected in 2015.
For example, the Liberals broke their promise to run a deficit of $10 billion a year. That is well known in Canada. Now they are running deficits of more than $20 billion. They also broke their promise to balance the budget by 2019. That has been put off indefinitely. They do not even have the honour or decency to announce a target date for balancing the budget. Then they broke their promise to move forward with electoral reform and to change the Canadian electoral system, which was a key election promise. They also broke their promise to restore home mail delivery for all Canadians by making Canada Post review its policy to stop home mail delivery. They also broke their promise not to introduce omnibus bills, which have been piling up over the past two years. As a matter of fact, we debated an omnibus bill in the House just yesterday. They also broke their promise to give veterans the option of choosing a lifetime pension by restoring the system that was in effect before 2005, or before the new veterans charter was introduced.
Those are just a few examples of the Liberals' broken promises. That is this government's track record. I am pointing that out because Bill C-24 is yet another attempt to hide another broken promise, the promise to have true gender parity in cabinet. When the Prime Minister formed his cabinet two weeks after winning the election in 2015, he was very proud to announce to the media at a press conference that he had a gender-balanced cabinet. When he was asked why, he responded “Because it's 2015”. It is already mind-boggling enough that a prime minister would not have a better explanation than that, but in the months that followed, journalists, Canadians, interest groups, and women's rights groups slowly became aware of something that the Prime Minister was trying to slip past them. His cabinet was gender balanced with regard to the number of men and women at the cabinet table, but not with regard to the importance of the positions they held.
At the beginning of my speech, I named Canada's most important government departments. For example, the head of the Department of Public Safety and Emergency Preparedness is a man. The same is true of the Treasury Board, the Department of Finance, and the Department of National Defence. The only other department that is undeniably important to the government is the Department of Foreign Affairs. Of the five major departments, only one is led by a woman.
Women were chosen to head a few other departments, such as the Department of Indigenous Services and the Department of Health. However, all of the other women in cabinet are ministers of state. It is not that they are less important, but they do not lead real departments with an office building, thousands of employees, a minister's office, and the tools needed to properly manage a major department.
In practical terms, Bill C-24 would do two things. First, it would eliminate the positions of the ministers responsible for Canada's economic development agencies. Second, it would create eight new federal minister positions. Five of them would be ministers of state who would receive the same salary as full ministers, thanks to an amendment to the Salaries Act that is supposedly intended to ensure parity within cabinet.
We Conservatives have no choice but to oppose Bill C-24, if only because abolishing the positions of the ministers responsible for economic development agencies would have such a detrimental effect on the well-being of Canada and all of its regions.
Regional economic development agencies play a pivotal role in Canada. They help thousands of projects get off the ground in every province and major region. Canada is divided into five regions: the Atlantic region, Quebec, Ontario, the western region, and the Pacific region. Each of these regions has its own economic development agency, whose job is to determine the basic needs of its small and medium-sized municipalities and large urban centres.
The Liberal government's decision to eliminate the positions of the ministers responsible for these six economic development agencies is a clear attempt to centralize power in Canada. Every time the Liberal Party comes into power, its goal is to centralize power in Ottawa, within the federal administration. That is what it tried to do with the health agreements it recently negotiated with the provinces, when it made their funding subject to conditions. Now it is doing the same thing on a bigger scale by abolishing the positions of the ministers responsible for regional agencies.
For example, Mr. Denis Lebel, who was our political lieutenant for Quebec, was responsible for the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec. Every year, the agency distributes roughly $200 million only in Quebec, specifically to revitalize municipal neighbourhoods, provide small and medium-sized businesses with new tools, and finance concrete projects in small airports to help local businesses get much faster access to major centres and even to other countries.
A minister in charge of a regional economic development agency is a bit like an MP. As members, we visit our ridings to understand the daily needs of our constituents. We participate in events and we do canvassing, not to mention the work we do in our offices, where we welcome constituents. This enables us to hear what they have to say about bills and government politics, and especially about pressing, local needs. A minister who represents a regional economic development agency has a similar job, but they do it for the designated region as a whole. In this case, I am speaking of Quebec.
Denis Lebel was the minister responsible for the Economic Development Agency of Canada for the Regions of Quebec. His duties as a minister and political lieutenant included visiting companies and making ministerial announcements. He travelled all over the province, meeting citizens and entrepreneurs and visiting small and medium municipalities, entrepreneurial communities, or even community development organizations, in order to determine what they needed.
Like an MP, a minister responsible for an economic development agency must come back here to Ottawa and report to cabinet about the region he or she represents.
When Parliament is sitting, we are all expected to come to the House every week, whether it is fall or spring. We are expected to come here and report to the House or to our national caucuses on what our constituents, the various orders of government in our regions, our municipalities, and our ridings need. Collaboration and synergy between the different orders of government is always a good thing.
The work we do in the House is exactly what the ministers responsible for regional economic development agencies do in reporting to cabinet and ultimately to public servants and the Prime Minister. These people provide an essential link between the needs on the ground and the whole governmental and bureaucratic apparatus in Ottawa.
Every department that is responsible for allocating funds for projects across Canada is part of an extremely complex state system that is like an endless bureaucratic web. It involves 300,000 public servants in Canada, and the decisions they make often take a very long time.
The work of the ministers responsible for economic development agencies was therefore central to the actual funding allocated for projects, because they were there in Ottawa to establish a connection between the needs on the ground and government priorities and to navigate administrative and bureaucratic processes.
For example, the minister responsible for the Economic Development Agency of Canada for the regions of Quebec at the time, Denis Lebel, was handed a list of projects several times a month, and he had to approve the really big ones. His role and responsibility was to ensure that what he was hearing on the ground informed the public service's administrative priorities so that the most important projects got done as quickly as possible.
Unfortunately, the Liberal government cut cabinet positions associated with various economic development regions in Canada and put one person in charge of all the economic development agencies in the country. That person is the Minister of Innovation, Science and Economic Development, an MP from Toronto who already heads up a major department. He is now responsible for being up on what is going on with the Atlantic Canada Opportunities Agency, for example. He also has to be aware of what is going on with economic development agencies for western Canada, Quebec, and Ontario. He is the person who is supposedly going to be familiar with the issues affecting every little community and every region across Canada and who is going to make sure they get money for the projects that matter most to them.
It is hard to understand how the Liberal government was unable to find one person among the 30 members from Atlantic Canada with the right skills and who would have been honoured to head the Atlantic Canada Opportunities Agency.
We can already predict what will happen. Projects submitted to the Atlantic Canada Opportunities Agency were generally authorized or would move forward after about 30 days or so; we now see delays of more than 90 days. This centralization will have a major impact on how money is allocated to the communities and regions of Canada. It is impossible to believe that a minister from Toronto will be able to single-handedly grasp all of Canada's regional concerns.
As far as the gender-balanced cabinet is concerned, the Liberals are once again getting taxpayers to foot the bill for one of their political mistakes. The Liberals led Canadians to believe that theirs was a gender-balanced cabinet, but it is balanced only in terms of numbers. It is not balanced in terms of ministerial importance. To fix their mistake, the Liberals are telling Canadians that they will give every minister of state the same salary as “real” ministers.
Again, taxpayers are paying for a Liberal mistake.
Madame la Présidente, comme d'habitude, j'aimerais saluer les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. Malheureusement, je dois leur dire que nous débattons ce matin le projet de loi C-24 à l'étape de la troisième lecture. C'est un projet de loi qui s'insère bien dans la cohérence libérale de présenter des projets de loi qui ont pour but de satisfaire et de conforter les points de vue idéologiques des groupes d'intérêts qui appuient les libéraux.
Je trouve particulier de voir la leader du gouvernement à la Chambre des communes défendre ce projet de loi avec beaucoup de passion, tout en apportant certains argumentaires qui me poussent à me poser des questions.
Je me demande d'abord si la ministre fait du théâtre en défendant ce projet de loi ou si elle le fait parce qu'elle ne comprend pas vraiment la différence entre des ministres chargés de portefeuilles fondamentaux pour l'État canadien, et des ministres d'État, présents pour prêter main forte et appuyer des ministères d'envergure nationale.
Je vais nommer cinq grands ministres de compétence fédérale qui ont toujours été au coeur de l'agencement des cabinets ministériels: le ministre des Finances, le ministre du Conseil du Trésor, le ministre de la Défense nationale, le ministre des Anciens Combattants et le ministre du Revenu national. Ces cinq postes de ministre ont toujours existé, et ils ont toujours été importants pour la bonne gouvernance du gouvernement.
La ministre a également déclaré à plusieurs reprises dans son discours à quel point le projet de loi C-24 était important pour l'égalité entre les hommes et les femmes au sein du cabinet ministériel. Ce n'est pas exactement ce que semble comprendre plusieurs de ses collègues. Au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, auquel j'ai eu l'honneur de siéger pendant plus d'un an en 2016-2017, plusieurs des députés libéraux pensent qu'au contraire, le projet de loi C-24 ne vise pas du tout à atteindre l'égalité entre les hommes et les femmes.
Le député de Newmarket—Auroraa dit en Comité, lors des comparutions de témoins venus pour analyser le projet de loi:
Je ne suis pas sûr que le but de ce projet de loi était vraiment d'exprimer l'égalité entre les sexes. [...] Je ne pense pas qu'il ait été conçu comme un outil pour aborder l'inégalité entre les sexes, l'équité salariale ou pour toute autre question que vous avez soulevée [...]
La députée de Châteauguay—Lacolle, qui siège au même Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, pense qu'on devrait appeler les ministères d'État des ministères émergents. Cet autre exemple démontre que les libéraux ne semblent pas comprendre la différence entre les ministères d'État et les ministères fondamentaux pour la bonne gouvernance du gouvernement, comme le ministère des Finances.
La députée libérale de Don Valley-Est a dit aux témoins:
Comme vous, je ne comprends pas du tout pourquoi nous débattons de l'égalité hommes-femmes. [...] Je vous remercie d'être venue, mais je ne crois pas que cette discussion s'insère dans notre étude du projet de loi C-24, [...] N'ayons pas l'indécence de prétendre que l'on assure l'égalité hommes-femmes [à travers le projet de loi C-24 [...]
Je voulais simplement mentionner ces petits détails pour démontrer que malgré le discours que la leader du gouvernement à la Chambre nous a présenté aujourd'hui, à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-24, plusieurs de ses collègues ont prétendu tout le contraire en comité, c'est-à-dire que ce projet de loi n'a rien à voir avec l'égalité hommes-femmes. C'est plutôt un projet de loi pour prendre de l'espace et du temps à la Chambre pour cacher d'autres réalités fort déplorables, des réalités qui gênent ce gouvernement, c'est-à-dire son aptitude à briser promesse après promesse depuis qu'il a été élu en 2015.
Par exemple, les libéraux ont brisé leur promesse d'accuser un déficit de 10 milliards de dollars par année. C'est maintenant bien connu au Canada. Ce sont maintenant des déficits de plus de 20 milliards de dollars. Ils ont aussi brisé leur promesse d'équilibrer le budget d'ici 2019. Cela a été remis aux calendes grecques. Ils n'ont même pas l'honneur ou la décence d'annoncer une date butoir pour équilibrer le budget. Ensuite, ils ont brisé leur promesse de faire une réforme électorale et de changer le mode de scrutin au Canada, une promesse phare de leur plateforme électorale. De plus, ils ont brisé leur promesse de rétablir le service de livraison du courrier à domicile pour tous les Canadiens en obligeant Postes Canada à revoir sa politique qui y met fin. Par ailleurs, ils ont brisé leur promesse de ne pas présenter de projets de loi omnibus. Depuis deux ans, ceux-ci ne cessent de s'accumuler. Justement, nous débattions hier d'un projet de loi omnibus à la Chambre. D'autre part, ils ont également brisé leur promesse d'offrir aux anciens combattants l'option d'une pension à vie en rétablissant le système qui étaient en vigueur avant 2005, soit avant l'adoption de la Nouvelle Charte des anciens combattants.
Ce ne sont là que quelques exemples de promesses brisées les unes après les autres. Voilà le bilan de ce gouvernement. Si je dis cela, c'est parce que le projet de loi C-24 est une autre tentative de cacher une autre promesse brisée, soit celle d'avoir un Cabinet véritablement paritaire. En 2015, lorsque le premier ministre a formé son Cabinet, deux semaines après avoir gagné les élections, il était très fier d'annoncer aux médias, dans une conférence de presse, qu'il avait un Cabinet paritaire. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi, il a dit: « C'est parce qu'on est en 2015 ». Déjà, c'était assez hallucinant qu'un premier ministre n'ait pas de raisons plus fondamentales pour expliquer cela. Au cours des mois suivants, des journalistes, des Canadiens, des groupes d'intérêt et des groupes de défense des droits des femmes, petit à petit, ont pris conscience de ce que le premier ministre avait fait passer en douce: son Cabinet était paritaire par rapport au nombre de femmes et d'hommes, mais pas quant à leur importance.
Au tout début, j'ai nommé les ministères qui ont une importance générale au Canada. Par exemple, c'est un homme qui est à la tête du ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile. Ce sont aussi des hommes qui sont à la tête du Conseil du Trésor, du ministère des Finances et du ministère de la Défense nationale. Il ne reste qu'un autre ministère qui est d'une importance indéniable pour le gouvernement, soit le ministère des Affaires étrangères. Sur ces cinq grands ministères, il n'y en a donc qu'un seul qui a été attribué à une femme.
Quelques autres ministères ont été attribués à des femmes, comme le ministère des Services aux Autochtones et le ministère de la Santé. Cependant, toutes les autres femmes ministres sont des ministres d'État. Elles ne sont pas moins importantes, mais elles ne sont pas à la tête de véritables ministères, qui ont un édifice, des milliers d'employés, un cabinet ministériel et les outils nécessaires à la bonne gestion des grands ministères.
Concrètement, le projet de loi C-24 propose deux choses. D'abord, il propose d'éliminer les postes ministériels des agences de développement économique régional du Canada. Puis, il propose de créer huit nouveaux postes ministériels au Canada. Cinq d'entre eux sont des postes de ministres d'État qui auront le même salaire que les ministres en titre, ce qui sera rendu possible par un changement à la Loi sur les traitements. On dit que c'est pour assurer une parité au sein du Cabinet.
Chez les conservateurs, nous n'avons pas d'autre choix que de nous opposer au projet de loi C-24, ne serait-ce qu'en raison de l'effet néfaste qu'aurait l'abolition des postes ministériels des agences de développement économique régional sur le bien-être du Canada et de toutes les régions de ce pays
Les agences de développement économique régional détiennent un rôle pivot au Canada. Grâce à elles, des milliers de projets peuvent voir le jour dans chaque province et dans chaque grande région. Le Canada est divisé en cinq régions: l'Atlantique, le Québec, l'Ontario, l'Ouest et le Pacifique. Pour chacune de ces régions, il y a une agence de développement économique régional qui a pour but de connaître les besoins de base des petites et moyennes municipalités, sans parler des grands centres.
Cette décision du gouvernement libéral d'éliminer les postes ministériels de ces six agences de développement économique constitue carrément une centralisation des pouvoirs au Canada. Chaque fois que le Parti libéral prend le pouvoir, son objectif est de centraliser les pouvoirs à Ottawa, au sein de l'appareil fédéral. C'est ce qu'il a tenté de faire dans le cadre des accords en matière de santé qu'il a conclus dernièrement avec les provinces, en imposant à celles-ci des conditions pour obtenir du financement. Maintenant, il le fait d'une manière encore plus importante en abolissant les postes de ministres responsables d'agences régionales.
Par exemple, M. Denis Lebel, qui était notre lieutenant politique pour le Québec, était responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. Chaque année, celle-ci répartit environ 200 millions de dollars seulement dans la province du Québec, notamment pour revitaliser des quartiers de municipalités, pour donner de nouveaux équipements à des petites et moyennes entreprises et pour financer des projets concrets de petits aéroports dans le but d'aider des entreprises à avoir un accès beaucoup plus rapide aux grands centres ou même à d'autres pays.
Un ministre chargé d'une agence de développement économique régional est un peu comme un député. En tant que députés, nous allons dans nos circonscriptions pour connaître les besoins quotidiens de nos concitoyens. Nous participons à des événements et nous faisons du porte-à-porte, sans parler du travail que nous faisons dans nos bureaux, où nous accueillons des citoyens. Cela nous permet d'entendre leur voix par rapport aux projets de loi et aux politiques gouvernementales, mais surtout par rapport aux besoins criants sur le terrain. Un ministre qui représente une agence de développement économique régional fait un peu le même travail, mais il le fait pour l'ensemble de la région nommée. Dans ce cas-ci, je parle du Québec.
M. Denis Lebel était le ministre responsable de l'Agence de développement régional du Canada pour les régions du Québec. Parmi ses tâches en tant que ministre et lieutenant politique, il avait notamment la responsabilité de visiter des entreprises et de faire des annonces ministérielles. Il allait dans les quatre coins de la province pour rencontrer des citoyens et des entrepreneurs et pour visiter des petites et moyennes municipalités, des communautés entrepreneuriales ou même des organismes qui participent à l'épanouissement des collectivités, afin de connaître leurs besoins.
Au même titre qu'un député, un ministre responsable d'une agence de développement économique régional doit revenir ici, à Ottawa, et faire part au Cabinet des besoins des régions qu'il représente.
Lorsque nous siégeons, nous sommes tous appelés à venir à la Chambre chaque semaine, que ce soit à l'automne ou au printemps. Nous sommes appelés à venir ici, à la Chambre ou pour nos caucus nationaux, afin de faire connaître les besoins de nos citoyens, des divers paliers gouvernementaux de nos régions, de nos municipalités et de notre circonscription. Une collaboration et une synergie sont toujours souhaitables entre les différents paliers gouvernementaux.
Ce que nous faisons à la Chambre, c'est exactement le travail que font les ministres responsables des agences de développement économique régional auprès du cabinet ministériel et, au bout du compte, auprès des fonctionnaires et du premier ministre. Ces personnes sont un lien essentiel entre les besoins sur le terrain et tout l'appareil gouvernemental et bureaucratique à Ottawa.
Chaque ministère responsable d'allouer des fonds pour financer des projets partout au Canada fait partie d'un système étatique extrêmement complexe, d'une toile bureaucratique à n'en plus finir. On parle de 300 000 fonctionnaires au Canada, dont les prises de décision sont souvent de très longue haleine.
Ainsi, le travail des ministres responsables des agences de développement économique régional était central aux fonds réels accordés pour des projets, puisqu'ils étaient à Ottawa pour faire la liaison entre les besoins sur le terrain et les priorités gouvernementales, ainsi qu'entre les étapes administratives et bureaucratiques.
Par exemple, le ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec de l'époque, M. Denis Lebel, avait plusieurs fois par mois une liste de projets portée à sa connaissance et il devait approuver les projets très importants. Sa fonction et sa responsabilité étaient de s'assurer que ce qu'il avait entendu sur le terrain se reflète dans les priorités administratives de la fonction publique, pour faire en sorte que les projets les plus importants se réalisent le plus rapidement possible.
Malheureusement, le gouvernement libéral a aboli les postes ministériels de divers ministres censés représenter différentes régions de développement économique au Canada. En effet, il a nommé une personne responsable de toutes les agences de développement économique régional au Canada. Il s'agit du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, élu à Toronto et ayant déjà un très grand ministère. Il est dorénavant chargé d'être aux faits et gestes de ce qui se passe, par exemple, à l'Agence de promotion économique du Canada atlantique. Il doit aussi être au courant de ce qui se passe dans les agences de développement économique de l'Ouest, du Québec et de l'Ontario. C'est lui qui, supposément, doit connaître les enjeux de chaque petite communauté et chaque région partout au Canada et s'assurer qu'elles reçoivent des fonds pour les projets qui leur sont les plus importants.
On peut d'abord se demander comment il est possible que parmi plus de 30 élus de l'Atlantique, le gouvernement libéral n'a pas pu trouver une personne qui a les compétences et qui aurait eu l'honneur de chapeauter l'Agence de promotion économique du Canada atlantique.
On voit déjà les conséquences se pointer à l'horizon. En général, , les projets déposés pour l'Agence de promotion économique du Canada atlantique se voyaient accorder une permission ou allaient de l'avant après une trentaine de jours environ; on constate maintenant des délais de plus de 90 jours. C'est une centralisation qui aura des conséquences importantes pour la répartition du financement et de l'argent important pour les communautés et les régions du Canada. Il est impossible de croire qu'un seul ministre, élu à Toronto, va pouvoir connaître à lui seul tous les enjeux régionaux du Canada.
Pour ce qui est de la question de la parité au sein du cabinet ministériel, les libéraux font encore une fois payer par les contribuables une de leurs erreurs politiques. Ils ont fait croire aux Canadiens qu'il s'agissait d'un cabinet paritaire, mais ce n'est paritaire que sur le plan du nombre. Ce n'est pas paritaire sur le plan de l'importance ministérielle. Pour régler la situation, ils disent aux Canadiens qu'ils vont augmenter le salaire de tous les ministres d'État pour égaler celui des « vrais » ministres.
Encore une fois, ce sont les contribuables qui payent pour une erreur libérale.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-12 11:01 [p.16315]
Madam Speaker, I am quite surprised by the affirmation of the member across the aisle, because the House leader emphasized throughout her speech, just three minutes ago, that on the contrary, the purpose of this bill is gender equity. It would show Canadians how important gender equity is to the government.
I would say that the member is wrong. The Minister of Sport and Persons with Disabilities, for example, is not as important as the Minister of Finance. That is exactly why the Minister of Sport and Persons with Disabilities is a minister of state and the salaries are not the same. The reason is quite simple. Real ministries have buildings, employees, and a ministerial cabinet with about 40 staffers. They must make sure that governmental responsibilities and goals are brought forward, which is not the case for ministers of state, who are there to support bigger ministries.
Madame la Présidente, je suis très surpris des propos de la députée d'en face, car la leader du gouvernement à la Chambre des communes a fait valoir tout au long de son discours, il y a à peine trois minutes, bien au contraire, que l'équité entre les sexes est l'objectif du projet de loi. Il montrerait aux Canadiens combien l'équité des sexes est importante pour le gouvernement.
Je dirais que la députée a tort. Le rôle du ministre des Sports et des Personnes handicapées, par exemple, n'est pas aussi important que celui du ministre des Finances. C'est précisément la raison pour laquelle le ministre des Sports et des Personnes handicapées est un ministre d'État et que leurs salaires ne sont pas les mêmes. C'est simple, les vrais ministères ont un édifice, des employés et un cabinet ministériel composé d'une quarantaine de personnes. Ils doivent veiller à ce que les responsabilités gouvernementales et les objectifs soient respectés. Ce n'est pas le cas des ministres d'État, dont le rôle est d'appuyer les plus grands ministères.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-12 11:03 [p.16315]
Madam Speaker, I agree completely with my colleague from Longueuil—Saint-Hubert.
The Liberals have been doing a terrible job over the past year. The softwood lumber crisis is still ongoing, although it should have been resolved when President Obama was still in power. The member for Papineau said he had an excellent relationship with the American president, so he should have taken advantage of that to resolve the situation before a new president was elected.
There is also the NAFTA file, which, by all accounts, is a mess. It is still unresolved. We will probably have to wait until the summer of 2018 to find out whether NAFTA can be saved.
Today in the House, instead of having a dialogue about how to reach a deal, how to make sure NAFTA is salvaged and Canadian interests are protected, or how to make sure the softwood lumber crisis is resolved, something that is very important to Quebec and B.C., we are debating a bill to increase ministers' salaries, which means, once again, that taxpayers will have to pay for this government's political mistakes.
Madame la Présidente, je suis tout à fait d'accord avec mon collègue de Longueuil—Saint-Hubert.
Depuis un an, les résultats sont épouvantables. La crise du bois d'oeuvre est toujours en cours, alors qu'elle aurait du être réglée lorsque le président Obama était toujours en place. Le député de Papineau disait avoir une bonne relation avec le président des États-Unis. Il aurait du saisir cette occasion pour régler la situation avant qu'un nouveau président arrive en poste.
Il y a également la question de l'ALENA qui, de tout évidence, est source de désarroi. Elle n'est pas encore réglée. Nous devrons probablement attendre jusqu'à l'été 2018 pour voir si l'ALENA va tomber ou non.
Présentement, à la Chambre, plutôt que de discuter conjointement de comment arriver à une entente, comment nous assurer que l'ALENA ne tombe pas et que les intérêts canadiens sont préservés et comment nous assurer de régler la question du bois d'oeuvre qui est très importante pour le Québec et la Colombie-Britannique, nous discutons d'un projet de loi qui a pour objet d'augmenter les salaires des ministres et, encore une fois, de faire payer les contribuables pour des erreurs politiques du gouvernement.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-12 11:06 [p.16316]
Madam Speaker, I have the utmost respect for every single member in this House. That is not the question. I did not question the competence or goals of the Minister of Innovation, Science and Economic Development. Of course he wants good things for Canada and wants to make sure that all regions can access the money necessary for their economic projects.
I was referring to pragmatism, rationality, and the necessity of having a minister responsible for a specific region who comes from the region, who knows, almost by heart, the needs of the people and is sensitive to the needs of the region. It should be someone who has grown up there and lives there now and knows the place, knows the ground, and knows the people and goes there every single weekend after a week of work here in the House of Commons. That is the goal of having ministers responsible for economic development agencies. Those people know the regions, because they are from the regions.
I am not questioning the competence or the knowledge of the Minister of Innovation, Science and Economic Development concerning Canada, but he does not have specific knowledge of each region. He does not have the time to go to each region to hear about people's concerns and needs.
Madame la Présidente, j'ai le plus grand respect pour chacun des députés. Là n'est pas la question. Je n'ai pas remis en cause les compétences ni les objectifs du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique. Il ne fait aucun doute qu'il veut de bonnes choses pour le Canada et qu'il tient à ce que toutes les régions aient accès à l'argent nécessaire à la réalisation de leurs projets économiques.
C'est plutôt une question de pragmatisme et de logique. Il faut pouvoir compter, pour chaque région, sur un ministre responsable qui vient de cette région, qui connaît bien, presque par coeur, les besoins de la population et qui est sensible aux besoins de la région. Le ministre choisi devrait avoir grandi là-bas et y vivre aujourd'hui. Il devrait connaître le territoire et les gens qui y habitent. Il devrait y retourner toutes les fins de semaine après une semaine de travail passée ici, à la Chambre des communes. Voilà l'objectif d'avoir des ministres responsables des agences de développement régional. Ces personnes connaissent les régions parce qu'elles en viennent.
Je ne remets pas en question les compétences ni les connaissances du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique par rapport au Canada. Il ne connaît toutefois pas intimement chacune des régions. Il n'a pas le temps de visiter chaque région pour découvrir les préoccupations et les besoins des gens.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-12-12 11:08 [p.16316]
Madam Speaker, yes, of course. I was knocking on doors two weeks ago, and I spoke about the bill to some of my constituents. They were a bit mad, I would say, since they see all the different issues coming to their door more and more.
The Prime Minister went to China for no apparent reason. Well, he said he had a reason, but his own reason, the free trade agreement with China, has not come to any result. There is the softwood lumber crisis, which has not been dealt with. We also have the NAFTA negotiations, which are in disarray. The government does not seem to be putting any strategy forward to make sure that it does not fall apart.
Now we have this bill that would basically close down representation of all regions of Canada in cabinet. As well, it would increase the salaries of ministers of state to that of ministers. However, ministers of state do not have the same amount of responsibility as ministers. That is why their salaries have not been the same. It is all about competence and equality of responsibilities.
Madame la Présidente, bien sûr que oui. Je suis allé rencontrer des électeurs chez eux, il y a deux semaines, et j'ai parlé du projet de loi à certains d'entre eux. Ils étaient assez fâchés, je dirais, du fait qu'ils constatent qu'il y a de plus en plus de problèmes.
Le premier ministre est allé en Chine sans raison apparente. Eh bien, il a dit qu'il avait une raison, mais sa propre raison, la question de l'accord de libre-échange avec la Chine, n'a pas avancé le moins du monde. Il y a la crise du bois d'oeuvre, qui n'a pas été réglée. Il y a aussi les négociations de l'ALENA, qui sont en déroute. Le gouvernement ne semble pas appliquer une quelconque stratégie pour éviter son effondrement.
Nous sommes maintenant saisis d'un projet de loi qui empêcherait la représentation de toutes les régions du Canada au Cabinet. De plus, il prévoit d'augmenter le salaire des ministres d'État, qui gagneraient autant que les ministres. Or, les ministres d'État n'ont pas autant de responsabilités que les ministres. C'est ce qui explique l'écart salarial. C'est une question de compétence et d'égalité des responsabilités.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 11:05 [p.14754]
Madam Speaker, some provisions of the bill attempt to respond to a specific situation. Sometimes, two airlines may be compelled to streamline their operations. For example, if there is a flight between Toronto and Atlanta, Delta Airlines and Air Canada could decide to merge their operations and offer a single route instead of two separate ones. That means that when a customer books a plane ticket, either Air Canada or Delta Airlines will get the contract.
When airlines merge their operations, even if it is just for one particular route, the competition commissioner must determine whether so doing will reduce the competition on the market and he must also ensure that this will not drive up prices for consumers.
Under this bill, the minister would have the final say as to whether this sort of action is in the public interest or not. I would therefore like to know how the Liberals define the notion of public interest when airlines want to merge routes.
Madame la Présidente, certains articles du projet de loi tentent de répondre à une situation particulière. Parfois, deux compagnies aériennes peuvent être poussées à rationaliser leurs opérations. Par exemple, s'il y a un vol entre Toronto et Atlanta, Delta Airlines et Air Canada pourraient décider d'unir leurs opérations pour qu'il y ait une route au lieu de deux routes séparées. Ainsi, quand le client réserve un billet d'avion, c'est soit Air Canada ou Delta Airlines qui reçoit le contrat avec le particulier.
Lorsque des compagnies aériennes unissent leurs opérations ainsi pour une route en particulier, le commissaire de la concurrence doit évaluer si cela réduit la concurrence du marché et s'assurer que cela ne fait pas augmenter les prix pour l'utilisateur.
Dans ce projet de loi, on dit que c'est le ministre qui aura finalement l'autorité de déterminer si c'est dans l'intérêt public ou non. J'aimerais donc savoir comment les libéraux définissent l'intérêt public lorsque des compagnies aériennes veulent unir leurs routes.
Results: 1 - 15 of 34 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|