Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Irene Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Irene Mathyssen Profile
2019-06-14 12:29 [p.29133]
Mr. Speaker, I have two petitions to present.
The first is from petitioners who support postal banking. They point out once again that nearly two million Canadians desperately need an alternative to payday lenders whose crippling lending rates affect the poor, marginalized and indigenous and rural communities. There are 3,800 Canada Post outlets in these communities, where there are fewer and fewer banks and credit unions and the infrastructure to make a rapid transition to postal banking. The petitioners ask the Government of Canada to enact my motion, Motion No. 166, to create a committee to study and propose a plan for postal banking under the Canada Post Corporation.
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter.
La première vient de pétitionnaires qui appuient les services bancaires postaux. Ils soulignent une fois de plus que près de deux millions de Canadiens ont désespérément besoin d'une solution de rechange aux prêteurs sur salaire, qui imposent des taux d'intérêt exorbitants qui affectent les communautés démunies, marginalisées, autochtones et rurales. Il y a 3 800 comptoirs de postaux dans ces communautés et de moins en moins de banques, de coopératives de crédit et d'infrastructures qui sont nécessaires pour faire une transition rapide vers les services bancaires postaux. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'adopter ma motion, la motion M-166, qui vise à créer un comité chargé d'étudier et de proposer un plan relativement à l'établissement de services bancaires postaux gérés par la Société canadienne des postes.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2019-05-29 15:23 [p.28227]
It being 3:22 p.m., pursuant to order made Tuesday, May 28, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on the amendment of the member for Trois-Rivières to Motion No. 170 under Private Members' Business.
Comme il est 15 h 22, conformément à l'ordre adopté le mardi 28 mai, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement du député de Trois-Rivières à la motion M-170 sous la rubrique des affaires émanant des députés.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2019-05-29 15:33 [p.28228]
I declare the amendment lost.
The next question is on the main motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
Some hon. members: No.
The Speaker: All those in favour of the motion will please say yea.
Some hon. members: Yea.
The Speaker: All those opposed will please say nay.
Some hon. members: Nay.
The Speaker: In my opinion the nays have it.
And five or more members having risen:
Je déclare l'amendement rejeté.
Le vote suivant porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
Des voix: D'accord.
Des voix: Non.
Le Président: Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
Des voix: Oui.
Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
Des voix: Non.
Le Président: À mon avis, les non l'emportent.
Et cinq députés ou plus s'étant levés:
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-05-15 17:17 [p.27860]
Mr. Speaker, I would like to say hello to the many constituents of Beauport—Limoilou who are watching. Today, it is my pleasure to debate Motion No. 170, which reads as follows:
That, in the opinion of the House, a special committee, chaired by the Speaker of the House, should be established at the beginning of each new Parliament, in order to select all Officers of Parliament.
Before I begin, I would like to recognize with all due respect that the motion was moved by the member for Hamilton Centre, who is with the NDP and has been in Parliament for quite a while, but will not seek re-election. If he is listening right now, I would like to acknowledge him and thank him for his work and decades of public service. The member for Hamilton Centre was once an MPP in Ontario, as well, and worked hard on all sorts of causes that were important to his constituents. I would like to congratulate him on his service.
Moreover, he is more than just a good parliamentarian. I remember hearing one of his speeches at the Standing Committee on Government Operations and Estimates, if I remember correctly. I took note of his delivery, because he is a fine public speaker with good rhetorical skills. I have always had a great deal of respect for my colleagues with vast parliamentary experience. I try to learn from the best.
I am sure the member for Hamilton Centre wants to leave his mark on Canadian democracy. I too want to improve Canada's Westminster-style parliamentary democracy. Our role as MPs is the cornerstone of parliamentary democracy. It is fundamental. MPs must play a leading role in the workings of Canadian democracy, which includes the selection and appointment of officers of Parliament. That is what this motion is about.
Officers of Parliament are individuals jointly appointed by the House of Commons and the Senate to look into matters on our behalf and help us carry out our duties and responsibilities. For example, Canada has a Conflict of Interest and Ethics Commissioner, a position created by Mr. Harper and the Conservative Party.
There is also the Information Commissioner, who ensures that Canadians are able to have access to all government information so that they can get to the bottom of things. Then, there is the Commissioner of Lobbying. We heard a lot about her because of the Prime Minister's trip to the Aga Khan's island. Then there is the Commissioner of Official Languages. I am the official languages critic and I worked on the appointment of the new commissioner, Mr. Théberge. There is also the Auditor General. That position is currently vacant because the former auditor general passed away just a few months ago. God rest his soul. I send my best wishes to his family. Finally, there is the Chief Electoral Officer and the Public Sector Integrity Commissioner.
There are other officers of Parliament, but the ones I mentioned are the main commissioners who have been mandated by Parliament to conduct investigations in order to ensure proper accountability in the Canadian democratic process.
The member for Hamilton Centre wants to improve and strengthen parliamentary democracy with respect to the process for appointing commissioners and other officers of Parliament. Here is why.
During the last election campaign, the Prime Minister made some promises that he mostly did not keep. He promised to make the process for appointing commissioners more democratic. Under the Conservative government, from 2006 to 2015, the process for appointing commissioners was much more democratic from the perspective of a Westminster-style parliamentary system. It was also much more transparent than what we have seen over the past few years with the Prime Minister and the Liberal government.
When the Prime Minister chose the Official Languages Commissioner a year and a half ago, I am sure that the member for Hamilton Centre noticed, as we all did, that the process for appointing officers of Parliament was anything but open and transparent. Note that I am not in any way trying to target the individual who was selected and who currently holds that position.
This was done differently before 2015. For example, the Standing Committee on Official Languages used to send the Prime Minister of Canada a list of potential candidates for the position of Commissioner of Official Languages. The Prime Minister, with help from his advisors and cabinet, selected one of the candidates suggested. That is far more transparent and democratic than what the Prime Minister and member for Papineau is doing.
What has the Prime Minister done these past few years? Instead of having committees with oversight and the necessary skills for selecting commissioners, such as the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics or the Standing Committee on Official Languages, the Prime Minister is no longer relying on committees to send him a list of names of people or experts in the field. They are no longer able to send a list to the Prime Minister. He said to trust him, that he had set up a system involving people in his own office who send him lists of candidates with absolutely no partisan connections or any connections whatsoever to the Liberal list, candidates who were found by virtue of their expertise.
What actually happened? We saw one clearly terrible case with Ms. Meilleur. Far be it from me to badmouth her, but unfortunately, she was part of this undemocratic process. Ms. Meilleur had been a Liberal MPP in Ontario. She donated money to the Liberal Party of Canada, and less than a year later, she was nominated for the position of official languages commissioner. The Prime Minister did not send a list of candidates' names to the opposition parties. He did not start a discussion with the other party leaders to ask who they thought the best candidate was. He sent a single name to the leader of the official opposition and to the then NDP leader, saying that this was his pick and asking if they agreed.
Not only did the committees have no input under the current Liberal Prime Minister, but the Prime Minister actually only sent one name to the opposition leader.
What the member for Hamilton Centre wants to do is set up a process whereby candidates are selected by a committee, which would be chaired by you, Mr. Speaker, amazingly enough. First off, the idea suggested by my colleague, the member for Hamilton Centre, could not be implemented before the session ends. We have only a few weeks left, and I gather that an NDP member will be proposing an amendment to the motion in a few minutes. We will see what happens then.
Personally, I would say we need to go even further than the motion moved by the member for Hamilton Centre. I will speak to my colleagues about this once we are in government, as of October.
Why not be even bolder and give parliamentary committees not just the power to refer candidates to the Prime Minister for him to decide, but also the power to appoint officers of Parliament? I want to point out that I am speaking only for myself here. I began reflecting on this a year and a half ago, after what happened with Ms. Meilleur and the current commissioner.
I have been a member of the Standing Committee on Official Languages for two years now, and I humbly believe that I have learned a lot about official languages issues. I am familiar with the key players on the ground and I am beginning to understand who the real experts are, who the stakeholders are and who might make a good commissioner. I have to wonder why we would not go even further than what my colleague from Hamilton Centre is proposing, and perhaps even give the real power to the committees.
Imagine the legitimacy the process would have if parliamentary committees could one day choose officers of Parliament. These appointments should still be confirmed by both chambers, as is always the case.
Careful reflection is still needed. What is certain is that we are too close to the end of the current parliamentary session for the motion moved by the member for Hamilton Centre to become a reality. This is even less likely to happen under the current Liberal government, which made many promises to please the Canadian left, including a promise for democratic emancipation. All those promises have been broken.
I wish the hon. member for Hamilton Centre continued success.
Monsieur le Président, comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre. J'ai le plaisir de débattre aujourd'hui de la motion M-170, qui se lit comme suit:
Que, de l'avis de la Chambre, un comité spécial présidé par le Président de la Chambre devrait être constitué au début de chaque législature afin de sélectionner tous les agents du Parlement.
Avant de commencer, j'aimerais reconnaître, avec honneur et justesse, que la motion a été déposée par le député d'Hamilton-Centre, un député du NPD qui siège ici depuis assez longtemps. Il a mentionné qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections, alors s'il nous écoute, j'aimerais le saluer et le remercier pour son travail et ses décennies de service public. Le député d'Hamilton-Centre a également été député provincial de l'Ontario et il a œuvré pour toutes sortes de causes importantes pour ses concitoyens. J'aimerais donc le féliciter.
D'ailleurs, il n'est pas seulement un bon parlementaire. Je l'ai déjà vu faire un discours au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, si je me rappelle bien, et j'ai noté sa façon de faire, car il est un bon orateur qui a une bonne rhétorique. J'ai toujours beaucoup d'estime pour mes collègues qui ont une très grande expérience parlementaire, et j'essaie d'en tirer les meilleures leçons.
Le député d'Hamilton-Centre veut certainement laisser sa marque sur la démocratie canadienne. Je partage sa volonté d'améliorer la démocratie parlementaire de type Westminster, soit celle que nous avons ici, au Canada. Effectivement, le rôle des députés est à la base même de la démocratie parlementaire. Il est fondamental. Les députés doivent avoir un rôle prépondérant dans l'exercice de la démocratie canadienne, notamment en ce qui a trait à la sélection et à la nomination des agents du Parlement. C'est ce dont il est question dans la motion.
Les agents du Parlement sont des individus que la Chambre des communes et le Sénat nomment conjointement pour qu'ils fassent des vérifications à notre place dans le but de nous aider dans le cadre de nos fonctions et de nos responsabilités. Par exemple, au Canada, nous avons un commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique. D'ailleurs, ce commissariat a été mis en branle par M. Harper et le Parti conservateur.
Il y a aussi le commissaire à l'information, qui s'assure que les Canadiens peuvent avoir accès à toutes les informations du gouvernement pour aller au fond des choses. Ensuite, il y a le commissaire au lobbying. On a souvent entendu parler de lui en raison du voyage du premier ministre à l'île de l'Aga Khan. Puis, il y a le commissaire aux langues officielles. Je suis d'ailleurs porte-parole en matière de langues officielles. J'ai moi-même travaillé sur le dossier de la nomination du nouveau commissaire, M. Théberge. En outre, il y a le vérificateur général. Ce poste est actuellement vacant, puisque l'ancien vérificateur général — que Dieu ait son âme — est décédé il y a quelques mois. Je tiens à saluer toute sa famille. Finalement, mentionnons le commissaire aux élections et le commissaire à l'intégrité du secteur public.
Il y a d'autres agents du Parlement, mais ceux que j'ai nommés sont les commissaires principaux que le Parlement a chargés de mener des enquêtes dans le but d'assurer une reddition de comptes adéquate dans le cadre de l'exercice de la démocratie canadienne.
Le député d'Hamilton-Centre veut améliorer et renforcer la démocratie parlementaire en ce qui a trait au processus de nomination des commissaires et des autres agents du Parlement. Voici pourquoi il veut faire cela.
Lors de la dernière campagne électorale, le premier ministre a fait quelques promesses, qu'il n'a pas tenues pour la plupart. Il avait notamment promis de rendre le processus de sélection des commissaires plus démocratique. Sous le gouvernement conservateur, de 2006 à 2015, le processus de nomination des commissaires était beaucoup plus démocratique du point de vue du système parlementaire de type Westminster, et beaucoup plus transparent que ce qu'on a vu au cours des dernières années avec le premier ministre et le gouvernement libéral.
Lorsque le commissaire aux langues officielles a été choisi par le premier ministre, il y a de cela un an et demi, je suis certain que le député d'Hamilton-Centre a constaté, comme nous tous, que le processus de nomination des agents du Parlement était tout le contraire d'un processus ouvert et transparent. Ici, je ne vise pas du tout l'individu qui a été choisi et qui occupe le poste actuellement.
Avant 2015, cela fonctionnait différemment. Par exemple, c'était le Comité permanent des langues officielles qui envoyait au premier ministre du Canada une liste de candidats potentiels au poste de commissaire aux langues officielles. Le premier ministre, avec l'aide de ses conseillers et de son Cabinet, choisissait une candidature parmi celles qui avaient été suggérées. On voit déjà que c'était beaucoup plus transparent et démocratique que ce que fait le premier ministre et député de Papineau.
Qu'a fait le premier ministre au cours des dernières années? Au lieu d'avoir des comités qui ont un droit de regard et des compétences certaines quant à la sélection de commissaires, par exemple le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique ou le Comité permanent des langues officielles, les comités ne peuvent plus aujourd'hui envoyer au premier ministre une liste de noms de gens ou d'experts dans le domaine. Ils n'ont plus la possibilité d'envoyer une liste au premier ministre. Ce dernier a dit de lui faire confiance, qu'il avait installé, dans son propre bureau, un système où les gens lui envoient des listes de candidats qui ne sont aucunement reliés à la partisanerie, qui ne sont aucunement reliés à la liste libérale et qui sont des gens qui ont été découverts grâce à leur expertise.
Or qu'est-ce qu'on a vu? On a assisté à un cas patent terrible: celui de Mme Meilleur. Je n'ai pas du tout envie de parler contre cette personne, mais, malheureusement, elle a fait partie de cet exercice non démocratique. Mme Meilleur avait été députée libérale en Ontario. Elle était une donatrice du Parti libéral du Canada, et ce, moins d'un an avant d'avoir été choisie pour être commissaire aux langues officielles. Le premier ministre n'a pas envoyé de liste aux partis d'opposition. Il n'a pas ouvert une discussion avec les autres chefs de parti pour connaître leur opinion concernant la meilleure candidature. Il a envoyé un seul nom au chef de l'opposition officielle, au chef du NPD de l'époque, et lui a dit que c'était la candidature qu'il avait retenue. Puis, il lui a demandé s'il était d'accord.
Non seulement les comités n'avaient pas de droit de regard, sous le premier ministre libéral actuel, mais, en plus, ce dernier envoyait une seule candidature au chef de l'opposition.
Ce que veut faire le député d'Hamilton-Centre, c'est faire en sorte qu'il y ait un comité — présidé par vous-même, monsieur le Président, n'est-ce pas incroyable? — qui choisirait des candidatures. Premièrement, l'idée de mon collègue le député d'Hamilton-Centre ne pourra pas être achevée avant la fin des travaux parlementaires. Il ne nous reste que quelques semaines, et je crois avoir compris qu'un député du NPD va proposer un amendement à la motion dans les minutes qui vont suivre. On verra alors ce qui arrivera.
Personnellement, je dirais qu'il faut aller encore plus loin que la motion présentée par le député d'Hamilton-Centre. Je vais en parler à mes collègues lorsque nous allons former le gouvernement, en octobre prochain.
Pourquoi ne redonnerions-nous pas non seulement le pouvoir aux comités parlementaires d'envoyer des candidatures au premier ministre pour qu'il choisisse, mais également — soyons encore plus audacieux — le pouvoir de nomination des agents parlementaires? Je tiens à dire que je parle ici en mon nom. J'ai entamé cette réflexion personnelle il y a un an et demi, à la suite de ce qui s'est passé avec Mme Meilleur et le commissaire actuel.
Cela fait deux ans que je siège au Comité permanent des langues officielles, et je pense humblement que j'ai acquis une certaine connaissance des questions touchant les langues officielles. Je connais les acteurs présents sur place et je commence à avoir une bonne idée de qui sont les experts, de qui sont les personnes intéressées et de qui pourraient être de bons commissaires. Je me demande pourquoi nous n'irions pas encore plus loin que ce que mon collègue d'Hamilton-Centre dit et peut-être même donner le vrai pouvoir aux comités.
Imaginons la légitimité que cela donnerait si, un jour, les comités parlementaires pouvaient choisir les agents du Parlement. Cette nomination devrait quand même être confirmée par les deux Chambres, comme c'est toujours le cas.
Plusieurs réflexions doivent avoir lieu. Chose certaine, nous sommes trop près de la fin de l'actuelle session parlementaire pour que le projet du député d'Hamilton-Centre soit réalisable. C'est encore moins possible que ce soit réalisable sous le gouvernement libéral actuel, qui a fait une multitude de promesses pour plaire à la gauche canadienne, dont des promesses d'émancipation démocratique. Ces promesses ont toutes été rompues.
Je souhaite une bonne continuation au très cher député d'Hamilton-Centre.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2019-05-15 17:27 [p.27861]
Mr. Speaker, it is an immense pleasure to speak to the motion moved by the member for Hamilton Centre, whom I have admired immensely since arriving here in 2011.
I will quickly remind members of the motion, which states:
That, in the opinion of the House, a special committee, chaired by the Speaker of the House, should be established at the beginning of each new Parliament, in order to select all Officers of Parliament.
On October 21, Canadians and Quebeckers will vote in the next Parliament. The first and perhaps most important distinction to make is that, when people go to the polls, they will not only elect a government, they will elect 338 men and women who will represent them in the House and form the next Parliament.
Naturally, every member of every party works hard to ensure that theirs has the largest number of seats and forms the government because that is the system we have. However, we could very well find ourselves in a situation where, to keep the government going, several parties could be called on to collaborate if the people, in their infinite wisdom, decided to elect a minority government.
That speaks to the primordial importance of parliamentarians. First and foremost, Canadians will elect a Parliament; then, there will be a government, which will form a cabinet. We all know how it works. I just want to make it clear, because we hear so much nonsense about the role of opposition members. By the way, for anyone that follows my podcasts, that will be the subject of my next one.
The role of opposition members is different, but just as important as the role of government members. Again, in their infinite wisdom, Canadians want their government, regardless of political stripe, to be responsible and to allow all different perspectives to be expressed in the House.
When we talk about officers of the House, we are talking about parliamentarians' staff. For those who do not really know what is meant by “officers of Parliament”, I will give a few examples that should sound familiar.
First there is the Auditor General. If there is one report that people look forward to every year, it is the Auditor General's report. The Auditor General has the team and resources needed to keep tabs on the government's actions. He or she raises any issues of concern.
The Chief Electoral Officer is another example. Thank God we have a Chief Electoral Officer who ensures that our voting system is impartial, neutral and functional and that it operates without interference from foreign countries.
We could talk about the Commissioner of Official Languages. We could talk about the Privacy Commissioner, especially now, when personal information is such a sensitive topic. We could also talk about the Conflict of Interest and Ethics Commissioner.
I would like to make one very important point. We have been saying this all along, but it is still just as true, that in all situations, these officers of Parliament must not be associated with a conflict of interest or an appearance of a conflict of interest, so that they can do their jobs and also be perceived as having no ties to the executive.
What is happening right now with the appointment process? The whole process, or nearly all of it, falls entirely to the executive. It is all very well to say that the process is legitimate and fine, that there is no influence, that it is truly a coincidence that appointees are also on the Liberal Party donor list and that no one saw that coming. There is, at the very least, an appearance of conflict of interest there, which undermines the very credibility of these officers of Parliament, whose work is generally impeccable.
Before they can get to work, however, we need to make sure the appointment is impeccable. The existing process only requires the executive branch to consult the opposition parties. The word “consult” is open to interpretation. We recently saw that consulting can be as simple as sending the opposition party leaders a letter stating the name of the proposed candidate, not even a short list.
There is already a problem here, and there is an even bigger problem with the voting system, which needs to change. As we saw with the Conservatives, and again with the Liberals, a government is getting elected with 39% of the popular vote. That, however, is 39% of a total turnout of about 50%. That government suddenly ends up with 100% of the power and the responsibility of appointing 100% of the officers of Parliament. This is a clear procedural flaw that needs to be addressed.
Thank God we have this extremely simple proposal. Notwithstanding the member for Hamilton Centre's indisputable talent, his motion does not reinvent the wheel. We are not the first to notice this problem with potential conflicts of interest or apparent lack of neutrality. New Zealand and other parliaments have already taken steps toward what the member for Hamilton Centre is proposing, in order to give full authority back to elected officials via a multi-party committee.
We got a taste of how this could look when a committee made up of members from all parties was created to study electoral reform. Thanks to the NDP, this bill went a bit further to allow members of political parties that are not officially recognized in the House to serve on this committee. This brings all parliamentarians together and ensures that a single party is never making the final decision, which is instead based on a broader consensus among parliamentarians. This is, after all, about their employees.
These are our employees. When the government introduces a bill at 3 p.m. and I have to comment to the media at 3:45 p.m., it is difficult for me to analyze a 200-page document. Fortunately, the Parliamentary Budget Officer works full time, 365 days a year, minus vacation, on this and many other budget issues, to give us credible, objective and partisan-free information. We want more emphasis on ensuring that this information is free from any appearance of political involvement. This is truly a step in the right direction.
The member, in his infinite wisdom, particularly thanks to his experience in parliamentary procedure, and because time is running out as the session comes to an end, was not sure what the outcome of the motion would be, even if we all voted in favour of it. I have a hard time understanding why anyone would think this is not a good idea. I tried to find a reason, just to play devil's advocate. Perhaps someone would want to yield power to the executive in the hope of winning the election and getting that power to make choices. This would be a bad idea, since it would undermine nearly all of the principles I have been talking about today.
We could say that this is how it has always been, that it must be a British tradition and that we will not rock the boat. Well, no, we must move things along and go further. I believe that this motion is a step in the right direction. We could tell ourselves that we do not have the structure to do it. That is exactly what this motion does: it gives us the structure to do it, and it is up to us to find the means to move forward. I would like to point out that this costs nothing. All it takes is an ounce of common sense to recognize the merits of the proposal we are debating.
In my research, I could find no reason for voting against this motion. I look forward to hearing different points of view. What I am hearing so far already suggests that we seem to be headed for a broad consensus. However, I would like to present an amendment to the motion moved by the member for Hamilton Centre, who saw that time was passing and thought that perhaps we should move beyond the issue of principle and set up a pilot project that would take us further.
This is what the amendment says:
That the motion be amended by deleting all the words after the words “in the opinion of the House,” and substituting the following: “during this Parliament, a special joint committee co-chaired by the Speakers of both Houses of Parliament should be created as a pilot project to begin undertaking the selection process for the vacant Auditor General of Canada position”.
Note the term “Parliament” rather than “government”.
This is a golden opportunity to take the first steps towards this new arrangement and open the door wide for the next legislature.
Monsieur le Président, j'éprouve un immense plaisir à prendre la parole sur cette motion du député d'Hamilton-Centre, à qui je voue une admiration sans bornes depuis le jour où je suis arrivé, en 2011.
Je vais rappeler rapidement le sens de la motion qui disait:
Que, de l'avis de la Chambre, un comité spécial présidé par le Président de la Chambre devrait être constitué au début de chaque législature afin de sélectionner tous les agents du Parlement.
Le 21 octobre prochain, les Canadiens et les Québécois vont se prononcer sur le prochain Parlement. C'est la première distinction à faire, et c'est peut-être la plus importante: quand les gens vont se rendre aux urnes, ils n'éliront pas seulement un gouvernement, ils vont élire 338 hommes et femmes qui vont les représenter à la Chambre et qui vont former le prochain Parlement.
Bien sûr, toutes couleurs confondues, chacun travaille fort pour que son parti ait le plus grand nombre de sièges et forme le gouvernement puisque c'est notre système actuel. Cependant, on pourrait très bien se retrouver dans une situation, où, pour faire fonctionner le gouvernement, plusieurs partis pourraient être amenés à collaborer, si tant est que la population, dans son infinie sagesse, décidât d'élire un gouvernement minoritaire.
C'est dire la priorité des parlementaires. Les gens vont, d'abord et avant tout, élire un Parlement, et, par la suite, il y aura un gouvernement qui sera appelé à former un cabinet. On connait la poutine. Je le dis parce qu'on entend tellement de ragots autour du rôle des députés de l'opposition. D'ailleurs, pour les fidèles qui suivent mes balados, ce sera le sujet de ma prochaine émission.
Le rôle du député de l'opposition est différent, mais tout aussi important que le rôle d'un député du gouvernement. En effet, dans son infinie sagesse encore une fois, la population souhaite que le gouvernement, quel qu'il soit, soit responsable et que les différents courants de pensée puissent s'exprimer à la Chambre.
Or, quand on parle des agents de la Chambre, on parle du personnel des parlementaires. Pour ceux à qui les agents du Parlement disent peu de choses, je vais donner quelques titres qui vont leur rappeler quelque chose.
Il y a, par exemple, le vérificateur général. Si un rapport est attendu annuellement, c'est bien celui du vérificateur général. En effet, comme il en a les moyens et qu'il dispose de l'équipe nécessaire, il suit à la trace les faits et les gestes du gouvernement. Il nous alerte sur les points qui devraient nous inquiéter.
Il y a aussi le directeur général des élections. Afin d'avoir un mode de scrutin impartial, neutre, fonctionnel et sans ingérence des pays étrangers, nous avons un directeur général des élections, Dieu merci.
On pourrait parler du commissaire aux langues officielles. On pourrait parler du commissaire à la protection de la vie privée, particulièrement en ces temps où les données personnelles constituent un sujet très sensible. On pourrait aussi parler du commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique.
Je voudrais faire remarquer un élément très important. On dit depuis toujours, mais c'est encore tout aussi vrai, que dans toutes les situations, il faut s'assurer qu'il n'y a ni conflit d'intérêts ni apparence de conflit d'intérêts pour que ces agents du Parlement puissent non seulement faire leur travail, mais être perçus comme étant totalement libres de toute attache qui vient de l'exécutif.
Or que se passe-t-il présentement dans le mode d'affectation? L'ensemble de la procédure, ou presque, incombe entièrement à l'exécutif. On aura beau nous dire que tout est légitime, que tout est correct, qu'il n'y a aucune influence, que c'est vraiment un hasard que des nominations se retrouvent en même temps sur la liste des donateurs du Parti libéral et que personne n’avait vu cela venir. Il y a quand même là ne serait-ce qu'une apparence de conflit d'intérêts, et cela nuit à la crédibilité même de ces agents de la Chambre, dont le travail est la plupart du temps impeccable.
Cependant, avant d'être au travail, il faut s'assurer que la nomination est impeccable. Tout ce qu'on a dans le processus actuel, c'est l'obligation qu'a l'exécutif de consulter les partis de l'opposition. On peut faire dire bien des choses au mot « consulter ». On a vu récemment que faire des consultations peut être aussi simple qu'envoyer une lettre aux chefs des partis de l'opposition en disant qu'elle contient la candidature proposée. Il ne s'agit même pas d'une courte liste.
Il y a déjà un problème là, et il y a un problème encore plus grand dans le mode de scrutin, qui devait être changé. On l'a vu avec les conservateurs et on le voit avec les libéraux, un gouvernement se fait élire avec 39 % du suffrage. Or c'est 39 % d'un taux de participation qui environne 50 %. Ce gouvernement se retrouve soudainement avec 100 % des pouvoirs et la responsabilité de nommer 100 % des agents du Parlement. Il y a vraiment là un vice de procédure auquel il fallait s'attaquer.
Dieu merci, on a cette proposition franchement simple. Malgré tout le talent que je reconnais au député d'Hamilton-Centre, sa motion ne réinvente pas la roue. Nous ne sommes pas les premiers à être conscients de ce problème de potentiel conflit d'intérêts ou de neutralité qui ne semble pas tout à fait objective. La preuve, c'est que la Nouvelle-Zélande et d'autres Parlements ont déjà adopté des mesures qui vont dans le sens de ce qui nous est proposé par le député d'Hamilton-Centre et qui auraient pour objet de redonner aux élus les pleins pouvoirs par l'intermédiaire d'un comité multipartite.
On a déjà vu, d'ailleurs, une amorce de ce que cela pourrait donner quand il y a eu ce comité formé de députés de tous les partis chargé d'analyser la réforme du mode de scrutin. D'ailleurs, grâce au NPD, le projet de loi était allé un peu plus loin pour permettre à des députés qui appartiennent à des formations politiques qui ne sont pas officiellement reconnues à la Chambre de siéger à ce comité. C'est là réunir l'ensemble des parlementaires et s'assurer que le choix final ne dépend jamais d'un seul parti, mais du plus large consensus tissé entre les parlementaires, puisqu'il s'agit de leurs employés.
Il s'agit de nos employés. Quand le gouvernement dépose son budget à 15 heures, et que je dois réagir dans les médias à 15 h 45, c'est difficile pour moi d'analyser un document de 200 pages. Heureusement, il y a le directeur parlementaire du budget qui, sur cette question comme sur bien d'autres questions budgétaires, travaille 365 jours par année, moins les vacances, à temps plein, pour nous fournir une information crédible et objective exempte de toute partisanerie politique. Ce que nous voulons pousser davantage, c'est qu'elle soit exempte de toute apparence de contribution politique. Voilà vraiment un pas dans la bonne direction.
Le député, dans sa grande sagesse, surtout grâce à son expérience des procédures parlementaires, et compte tenu du temps qui avance et de la session qui achève, s'est dit qu'il n'était pas certain du résultat de cette motion, même si on votait tous en faveur de celle-ci. D'ailleurs, je vois difficilement quelle raison on peut invoquer pour dire que ce n'est pas une bonne idée. J'ai essayé d'en trouver quand même, pour me faire l'avocat du diable. On pourrait penser concéder un pouvoir à l'exécutif dans le but de l'obtenir plus tard en se disant qu'à la prochaine élection, nous serons au pouvoir et nous ferons nos propres choix. Ce serait une mauvaise idée, car cela détruirait à peu près tous les principes que j'essaie de mettre en place depuis le début de cet exposé.
On pourrait se dire que cela a toujours été ainsi, que ce doit être une tradition britannique et qu'on ne brisera pas les choses. Eh non, il faut faire avancer les choses et aller plus loin. Je pense que cette motion va dans le bon sens. On pourrait se dire que nous n'avons pas la structure pour le faire. C'est exactement ce que fait cette motion: elle nous donne la structure pour le faire, et il ne tient qu'à nous de nous donner les moyens d'aller de l'avant. Je souligne que cela ne coûte rien. Cela ne prend qu'un germe de gros bon sens pour reconnaître le bien-fondé de la proposition dont nous débattons.
Des raisons pour voter contre cette motion, malgré mes recherches, je n'en ai trouvé aucune. J'ai bien hâte d'entendre les différents points de vue. Les échos que j'entends m'indiquent déjà qu'on semble se diriger vers un très large consensus. Cependant, je me permettrai de présenter un amendement à la motion, qui est proposé le député d'Hamilton-Centre lui-même qui, voyant le temps filer, s'est dit qu'il faudrait peut-être aller plus loin que la question de principe et mettre en place un projet pilote qui nous permettrait d'aller plus loin.
Voici comment se lit l’amendement:
Que la motion soit modifiée par substitution, aux mots suivant les mots « de l’avis de la Chambre », de ce qui suit: « au cours de la présente législature, un comité mixte spécial coprésidé par les deux présidents des deux chambres du Parlement devrait être créé à titre de projet pilote pour lancer le processus de sélection du poste vacant de vérificateur général du Canada ».
On revient au mot « Parlement » et non au mot « gouvernement ».
On a donc là une occasion en or de faire nos premiers pas vers cette nouvelle mouture et d’ouvrir tout large l’autoroute pour cette prochaine législature.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I must inform the hon. members that, pursuant to Standing Order 93(3), amendments to private members' motions and to the motion for the second reading of a private member's bill may only be moved with the consent of the sponsor of the item.
Therefore, I ask the hon. member for Hamilton Centre if he consents to this amendment being moved.
Je dois informer les honorables députés que, conformément à l’article 93(3) du Règlement, un amendement à une motion émanant d’un député ou à une motion portant deuxième lecture d’un projet de loi émanant d’un député ne peut être proposé qu’avec l’autorisation du parrain de la mesure.
Je demande donc au député d'Hamilton-Centre s'il consent à ce que cet amendement soit proposé.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2019-05-15 17:38 [p.27862]
Madam Speaker, the wording reflects the wording that I would like to have, and therefore, I formally accept the proposed amendment, with thanks.
Madame la Présidente, le libellé correspond à celui que j'aurais voulu, alors, j'accepte officiellement l'amendement proposé, et j'offre mes remerciements.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The amendment is in order.
With that, we will resume debate. The hon. member for Sackville—Preston—Chezzetcook
L’amendement est recevable.
Sur ce, nous reprenons le débat. Le député de Sackville—Preston—Chezzetcook a la parole.
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Madam Speaker, I am pleased to rise today to speak to the motion moved by the member for Hamilton Centre and the important work done by our government to ensure a more rigorous approach to Governor in Council appointments.
The motion calls into question the important role that ministers play in recommending candidates to the Governor in Council, as well as our government's commitment to openness and transparency, which are critical elements of our approach to Governor in Council appointments.
As members know, in February 2016, the government announced a more rigorous approach to Governor in Council appointments. This new approach applies to the majority of full-time and part-time positions on commissions, boards, Crown corporations, agencies and tribunals across the country, including officers of Parliament.
As with all selection processes for all positions appointed by the Governor in Council, we ensure that the most qualified people are put forward for consideration. This is made possible by the hard work our government has already done to improve the selection process for Governor in Council appointments.
What sets this new approach apart is that the positions are open to Canadians from coast to coast to coast. Now all Canadians who are interested can apply for a position posted on the Governor in Council appointments website. This is a departure from the old way of doing things.
For example, in 2017, the position of Information Commissioner, which is an officer of Parliament position, was posted on the Governor in Council appointments website for all Canadians who might want to apply. The notice of appointment opportunity clearly stated the level of education, experience, knowledge, skills and abilities required for this senior position.
For this position and other officer of Parliament positions, a selection committee reviews applications and then screens the applicants for further evaluation against the publicly stated criteria. The candidates who are deemed to be the most qualified by the committee go through an interview, a formal reference check, an official languages proficiency evaluation and other evaluations, including an assessment of their personal suitability for the position. The selection committee then submits its formal opinion on the most qualified candidates to the relevant minister for review.
When selecting a new Information Commissioner, the Governor in Council appoints a person only after consultation with the leaders of every recognized party in the Senate and House of Commons and approval of the appointment by resolution of the Senate and House of Commons.
As we can see, there is already a parliamentary procedure for appointing officers of Parliament. The motion moved by my colleague, the member for Hamilton Centre, would add another procedure to a system that is already working openly and, of course, transparently.
The motion would actually impinge on the Governor in Council's ability to appoint highly qualified candidates in a timely manner to fill positions that are essential to the functioning of our democratic institutions. This motion could seriously delay the appointment of an officer of Parliament.
I can assure the House that our government takes this issue very seriously and is determined to ensure that highly qualified candidates are appointed to these important positions. Our government has also pledged to ensure that Governor in Council appointments reflect Canada's diversity and that the appointment process takes regional, linguistic and employment equity representation into account.
Since launching this new open, transparent, merit-based selection process, our government has made over 1,070 appointments, of which 53% have been women, 13% have been people who identify as members of a visible minority, and 9% have been people who identify as members of an indigenous group. Just over 50% of the appointees are bilingual, to be sure.
With respect to officers of Parliament, I would add that, in less than two years, eight of the 11 positions have been filled by means of the new open, transparent, merit-based selection process.
I want to take a few minutes to stress the important role played by the officers of Parliament in making the government run properly and providing important services to Canadians. The officers of Parliament have accountability and oversight functions over government and Parliament. They operate independently from the government, fulfill their statutory duties and report to the Senate, the House of Commons or both. The people appointed to these positions work for Parliament and report to both chambers, usually through the Speakers.
This motion would slow down the appointment process for the officers of Parliament, which is already working quite well. Parliamentarians are already asked to participate in the appointment process by law. Each legislative measure provides for slightly different processes, but the appointment process for officers of Parliament requires that the leaders of the House of Commons and the Senate, or both chambers, be consulted.
What is more, Standing Order 111 provides for the appropriate standing committee to examine the qualifications and competence of all those appointed to a Governor in Council appointed position. That is what we should be focusing on, the qualifications of those who have been selected. That is what is important. We have already implemented a process to ensure that these people are qualified. As I already mentioned, the criteria associated with the Governor in Council appointed positions are posted on the Governor in Council appointments website. Candidates are carefully assessed against those criteria through a number of formal evaluations.
I would also like to remind members that, when it comes to the appointment of officers of Parliament, this government informs the party leaders of both chambers of the process and publishes the appointments for each position. The government also asks the leaders for their opinions and for the names of people who, in their view, have the qualifications and experience necessary to do the job. The government is not required by law to contact the leaders that early in the process, but it does so in a spirit of openness.
Our government's approach to Governor in Council appointments guarantees that public institutions are open, transparent and accountable, which enables us to focus our efforts on the people we are supposed to represent.
I will close by—
Madame la Présidente, c’est avec plaisir que je prends la parole aujourd’hui afin de me prononcer sur la motion du député d'Hamilton-Centre et sur l’important travail accompli par notre gouvernement afin d’accroître la rigueur des nominations par le gouverneur en conseil.
Cette motion remet en cause le rôle important des ministres en ce qui a trait à la recommandation de candidats au gouverneur en conseil, de même que l’engagement de notre gouvernement à l’égard de l’ouverture et de la transparence, qui sont des éléments essentiels à notre démarche relative aux nominations par le gouverneur en conseil.
Comme tous les députés le savent, le gouvernement a annoncé, en février 2016, une démarche plus rigoureuse à l’égard des nominations par le gouverneur en conseil. Cette nouvelle démarche s’applique à la majorité des nominations à des postes à temps plein et à temps partiel au sein des commissions, des conseils, des sociétés d’État, des organismes et des tribunaux partout au pays, y compris les nominations des agents du Parlement.
Comme c’est le cas pour tous les processus de sélection de tous les postes pourvus par le gouverneur en conseil, nous nous assurons que la candidature des personnes les plus qualifiées est présentée aux fins de nomination. Cela est possible en raison du travail important que le gouvernement a déjà accompli en vue d'améliorer le processus de sélection des nominations par le gouverneur en conseil.
Ce qui distingue la nouvelle démarche, c’est que les possibilités d’emploi sont ouvertes aux Canadiens et aux Canadiennes d’un océan à l’autre. Maintenant, tous les Canadiens qui le souhaitent peuvent postuler un poste affiché sur le site des nominations par le gouverneur en conseil. Il s’agit d’une rupture par rapport à l’ancienne façon de faire.
Par exemple, en 2017, le poste de commissaire à l’information, qui est un poste d’agent du Parlement, a été affiché sur le site des nominations par le gouverneur en conseil à l’intention de tous les Canadiens et les Canadiennes souhaitant poser leur candidature. L’avis de possibilité d’emploi présentait clairement le niveau de scolarité, l’expérience, les connaissances, les compétences et les aptitudes requises pour occuper ce poste de haute direction.
Pour ce poste et pour d’autres postes d’agents du Parlement, un comité de sélection étudie les demandes et prépare une présélection des candidats qui feront l’objet d’une évaluation plus poussée en fonction des critères de sélection annoncés publiquement. Les candidats que le comité de sélection estime les plus qualifiés sont soumis à une entrevue, à une vérification formelle des références, à une évaluation de leur compétence dans les langues officielles et à d’autres évaluations, notamment une évaluation de leurs qualités personnelles pour le poste. Par la suite, le comité de sélection présente, aux fins d’examen, son avis officiel au ministre responsable quant aux candidats les plus qualifiés.
Dans le cas du poste de commissaire à l’information, le gouverneur en conseil nomme une personne seulement après avoir consulté tous les chefs des partis reconnus au Sénat ou à la Chambre des communes et après l’approbation de la nomination par résolution du Sénat ou de la Chambre des communes.
Comme on peut le constater, il existe déjà une procédure parlementaire pour ce qui est de la nomination d’agents du Parlement. La motion présentée par mon collègue le député d'Hamilton-Centre laisse entrevoir l’application d’un processus supplémentaire à un système qui fonctionne déjà de manière ouverte et, bien sûr, transparente.
En fait, la motion limiterait la capacité du gouverneur en conseil de nommer des candidats hautement qualifiés en temps opportun à des postes qui sont essentiels au fonctionnement de nos institutions démocratiques. Cette motion pourrait réellement retarder la nomination d'agent du Parlement.
Je peux assurer à la Chambre que ce gouvernement prend cette question très au sérieux et qu'il est déterminé à ce que des candidats hautement qualifiés soient nommés à ces postes importants. Ce gouvernement s'est également engagé à veiller à ce que les nominations par le gouverneur en conseil témoignent de la diversité du Canada et à ce que le processus de nomination tienne compte de la représentation régionale et linguistique et de la représentation des groupes visés par l'équité en emploi.
En vertu de notre nouveau processus, le gouvernement a fait plus de 1 070 nominations au moyen d'un processus de sélection ouvert, transparent et fondé sur le mérite. De ce nombre, 53 % des postes ont été pourvus par des femmes, 13 % par des personnes s'identifiant comme membres d'une minorité visible et 9 % par des personnes s'identifiant comme membres de groupes autochtones. Un peu plus de 50 % de ces personnes nommées sont évidemment bilingues.
Puisqu'il est question d'agents du Parlement, j'ajouterai que, en moins de deux ans, huit postes du Parlement sur onze ont été pourvus par des processus de sélection ouverts, transparents et fondés sur le mérite dans le cadre de cette nouvelle démarche.
Je veux prendre quelques instants pour souligner le rôle majeur que les agents du Parlement jouent dans le bon fonctionnement du gouvernement et dans la prestation des importants services aux Canadiens. Les agents du Parlement exercent des fonctions de responsabilisation et de surveillance du gouvernement et du Parlement. Ils sont indépendants du gouvernement et sont chargés d'exercer leurs fonctions prévues par la loi et font rapport au Sénat, à la Chambre des communes ou aux deux. Les personnes nommées à ces postes accomplissent leur travail pour le compte du Parlement et font rapport aux deux Chambres, habituellement par l'entremise des Présidents.
Cette motion ralentirait un système de nomination des agents du Parlement qui fonctionne déjà très bien. La loi prévoit déjà la participation des parlementaires au processus de nomination. Chaque mesure législative présente des processus légèrement différents, mais pour le processus de nomination d'agents du Parlement, les chefs de la Chambre des communes et du Sénat, ou des deux Chambres, doivent être consultés.
De plus, l'article 111 du Règlement prévoit que le comité permanent approprié se penche sur les qualifications et les compétences de toutes les personnes nommées pour occuper un poste pourvu par le gouverneur en conseil. C'est sur l'aspect suivant que nous devons nous concentrer: les qualifications des personnes choisies. C'est ce qui est essentiel. Nous avons déjà mis en place un processus pour nous assurer que ces personnes sont qualifiées. Comme je l'ai déjà mentionné, les critères associés aux postes pourvus par le gouverneur en conseil sont affichés sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil. Les candidats font l'objet d'un examen rigoureux en fonction de ces critères dans le cadre de plusieurs évaluations officielles.
Je tiens également à rappeler que, pour les nominations d'agents du Parlement, ce gouvernement informe les chefs des partis des deux Chambres du processus et publie les nominations à chacun des postes et leur demande leur point de vue, ainsi que le nom de candidats qui, selon eux, possèdent les qualifications et l'expérience nécessaires pour occuper le poste. Cette prise de contact tôt dans le processus n'est pas prévue par la loi, elle se fait plutôt dans un esprit d'ouverture.
La démarche de notre gouvernement à l'égard des nominations par le gouverneur en conseil garantit que les institutions publiques sont ouvertes, transparentes et responsables, ce qui permet au gouvernement de concentrer ses efforts sur les gens qu'il est censé définir.
Je terminerai...
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2019-05-15 17:50 [p.27863]
Madam Speaker, I want to begin by thanking colleagues both in the first hour and specifically today.
My friend for Beauport—Limoilou was very generous in his remarks. He was very kind with regard to my time here. I am reminded that there is an axiom in politics that I am finding to be absolutely accurate, which is that one is never more loved than when one first gets here and when one leaves. It is the stuff in between that tends to be a little rocky.
I want to thank my good friend and caucus colleague for Trois-Rivières for his remarks and also for taking the time to care enough about this issue to work with me to ensure that we have wording that, quite frankly, stands the best chance of passing.
Finally, I want to thank my colleague from Sackville—Preston—Chezzetcook for his remarks. I appreciate his taking the time to make those remarks.
Here is where I am on this. I originally had a motion that sort of spoke to the principle. My goal, if it carried, was that it would lay the groundwork for the next parliament to pick up that torch and run with it. We then went through the tragedy of the untimely death of Michael Ferguson, who was a phenomenal Canadian and an amazing agent of Parliament. I thought this could be in his memory, because he was one of those, as far as I know, along with all the other agents of Parliament, who signed a document recommending this change. The government likes to brag about the quality of appointments, but these very appointments recommended the very change that is in front of us right now. We cannot say that they are high-quality people with great advice and then ignore them.
There has been a movement in the last few months in particular and over the last year, especially among new members, which I am not. The new members who came in wanted to reform this place. In large part, they wanted to make sure of the relevance of ordinary MPs, meaning those who are not in a leadership capacity or ministers of the Crown. They would become more meaningful, and being here would have a purpose.
There are people working in the background now. We now have a democracy caucus. There are cross-party discussions. There are proposals in front of the House and in front of PROC to consider further changes. It is not easy. It is complicated.
The beauty of this motion and this matter is that the power to hire the agents of Parliament is already ours. We do not have to change a single law. All we have to do is follow a different procedure. If a majority of members in the House, never mind government caucuses, ministers or whips, stand up and say yes to this motion, we will have struck the single biggest blow against keeping backbenchers from playing a meaningful role. It is one vote.
Will the process be completed in this term? No, but I would hope that it would at least get started. More importantly, it would send a message to the next parliament and those after it, which is that in this Parliament, we cared enough about our work to stand up to our own leadership and say that we are members of Parliament, and we will oversee the hiring of our own agents. That is what this is about. It is about us standing up in the majority and saying that enough is enough. These are our agents and our process, and we are now standing up and taking ownership of it, and from this day forward, all agents of Parliament will be hired by Parliament and not by the executive.
Madame la Présidente, je veux commencer mon intervention en remerciant les collègues qui ont participé à ce débat depuis le tout début, et en particulier ceux qui ont pris la parole aujourd'hui.
Mon collègue de Beauport—Limoilou a été très généreux dans ses commentaires. Il a tenu des propos fort aimables sur mon travail à la Chambre. Il y a un axiome qui dit, fort justement, qu'un politicien n'est jamais plus apprécié que lorsqu'il entre sur la scène politique et lorsqu'il la quitte. C'est la période entre les deux qui est habituellement un peu houleuse.
Je souhaite remercier mon bon ami et collègue le député de Trois-Rivières de ses remarques, ainsi que de s'être suffisamment intéressé à cette question pour travailler avec moi afin de rédiger la motion de façon à lui donner la meilleure chance d'être adoptée.
Enfin, je tiens à remercier mon collègue de Sackville—Preston—Chezzetcook de ses commentaires. Je lui sais gré d'avoir pris le temps de les faire.
Voici où j'en suis. Au départ, j'avais présenté une motion qui, en quelque sorte, partait d'un principe. Si la motion était adoptée, j'espérais que la Chambre pourrait y donner suite lors de la prochaine législature. C'était avant la mort tragique et prématurée de Michael Ferguson, qui était un Canadien extraordinaire et un merveilleux agent du Parlement. Après son décès, j'ai pensé que cette motion pouvait lui rendre hommage parce que, à ce que je sache, avec tous les autres agents du Parlement, il a signé un document recommandant ce changement. Le gouvernement aime se vanter de la qualité de ses nominations. Or, ce sont les personnes qu'il a nommées qui recommandent le changement proposé dans la motion à l'étude. Nous ne pouvons pas affirmer que ces gens sont hautement qualifiés et qu'ils donnent d'excellents conseils, puis ignorer ce qu'ils ont à dire.
Au cours de la dernière année, et surtout des derniers mois, nous avons pu observer une tendance, particulièrement chez les nouveaux députés, groupe dont je ne fais pas partie. Dès leur arrivée, les nouveaux députés ont voulu réformer la Chambre. Essentiellement, ils voulaient garantir la pertinence des simples députés, à savoir ceux qui n'ont pas un rôle de leadership ou de ministre de la Couronne. Ainsi, ces députés pourraient jouer un rôle plus important, et leur présence ici aurait une raison d'être.
Il y a désormais des gens qui travaillent en coulisse. Il existe maintenant un Caucus des démocraties. Il y a des discussions entre les partis. On propose certaines choses à la Chambre et au comité de la procédure pour apporter d'autres modifications. Ce n'est pas facile. C'est un sujet complexe.
La beauté de cette motion et de cette question, c'est que le pouvoir d'embaucher des agents du Parlement nous appartient déjà. Nous n'avons pas à modifier une seule loi. Nous avons seulement à suivre une procédure différente. Si la majorité de députés — oublions les membres du caucus du gouvernement, les ministres et les whips — appuie cette motion, nous aurons porté le plus gros coup possible contre ceux qui s'opposent au fait de permettre aux députés d'arrière-ban de jouer un rôle plus significatif. Il ne s'agit que d'un vote.
Est-ce que le processus sera mené à terme au cours de la présente législature? Non, mais j'espère que nous pourrons au moins l'amorcer. Chose plus importante encore, il ferait comprendre aux législatures qui suivront que, au cours de la présente législature, nous avons pris notre travail tellement au sérieux que nous avons tenu tête à nos propres dirigeants et que, en tant que députés, nous avons décidé de superviser nous-mêmes la sélection des agents du Parlement. C'est la raison d'être de cette motion. Elle nous incite à dire qu'assez, c'est assez. Il s'agit de nos agents et de notre processus. Nous décidons d'assumer la responsabilité du processus pour que, dorénavant, tous les agents du Parlement soient sélectionnés par le Parlement, plutôt que par le pouvoir exécutif.
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2018-10-23 18:51 [p.22770]
moved:
That, in the opinion of the House, a special committee, chaired by the Speaker of the House, should be established at the beginning of each new Parliament, in order to select all Officers of Parliament.
He said: Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to present this motion. It is a pretty simple motion, actually. It is a matter of fixing something that is wrong right now, that our officers or agents of Parliament, the words are interchangeable, are hired by the executive in the process that is used.
My motion is deliberately worded so that I am not calling on the government, today, to implement it this Parliament, because, quite frankly, I have been around long enough to know that is not going to happen. I deliberately placed a model in here. I want to say that I am not married to that model either. The principle is what matters to me. The principle is that Parliament should hire Parliament's agents. It is that simple.
I have to say that I am really looking forward to arguments against this motion, simply because I cannot think of any that hold any merit. I am very much looking forward to the debate that will ensue with those who do not think that Parliament should stand up for its own rights.
I am going to make reference during, and also after, my initial remarks to a Public Policy Forum report that was just issued in April this year. What is interesting is that I had already drafted my motion by the time this report came out, which calls for something similar.
First of all, I want to introduce the report very briefly:
In this report, the Public Policy Forum (PPF) analyzes the current and evolving role of agents at the federal and provincial levels to provide recommendations on how oversight and guidance in the administration of policies can be improved while maintaining their autonomy within Canada’s Westminster system.
Supported by an advisory group of former agents, senior public servants and other experts, PPF conducted 20 interviews and organized three roundtable discussions between October and December 2017.
I do not want to take the time to mention everyone involved in this report, but just to give colleagues a taste of the calibre of the people who were involved in it. There is going to be at least one name that will twig with everybody, I suspect. I am just going to pick some of them: Margaret Bloodworth; Robert Marleau, former Clerk of the House of Commons; Jodi White; David Zussman; Richard Dicerni; Paul Dubé; Janet Ecker; Christine Elliott; Graham Fraser; the amazing Sheila Fraser, who alone should be enough for the House to follow the recommendations; Edward Greenspon; Bonnie Lysyk; John Milloy; Kevin Page, whom we all remember, and for the work he is still doing at the University of Ottawa; James Rajotte, a well-known member to colleagues; and Wayne Wouters, former Clerk of the Privy Council. That is the calibre of people who were involved in this report.
Their number one recommendation out of nine is the following:
The creation of new agents is the purview of Parliament and legislatures, not the executive.
The third recommendation states:
Legislators must be responsible for the appointment of agents, with the aim of having all-party support for the final selection. The Privy Council Office and the Prime Minister’s Office should withdraw entirely from the appointments process. A special parliamentary committee should consider the kinds of selection processes operating in provinces such as Alberta and Saskatchewan.
May I add that the United Kingdom, the mother ship, is really radical in who takes the lead in hiring the U.K. Parliament's auditor general. Guess who it is? It is the public accounts committee, the home committee to our auditor general. How can that not make sense?
Before we get to the principle of why we should be doing this, members need to look at the incompetence on the part of the current government in making appointments and at all the messes and botch-ups it has made through all of it. I expect that all of those details are going to come out over the next couple of hours of discussion, which will be split over a couple of days.
The report I made reference to had something to say about the process the government followed too:
The shambolic nature of the appointments process has done nothing to elevate the standing of agents in the mind of legislators, public servants and the public.
Further, as one round table participant said, one only has to look at the botched effort to appoint former Ontario Liberal cabinet minister Madeleine Meilleur as the Official Languages Commissioner, in 2017, to see how not to handle the appointment of an agent of Parliament.
If we take a look at the current process, it technically meets the law in that this House has to give its final approval with a vote. However, under the current system, the government does the entire hiring process, short of letting the two other leaders know what its intention is.
I just happen to have a sample of that. This is a letter to the leader of the NDP. We will see who knows the rules over there.
It states, “I am writing to seek your views regarding the proposed nominee for the position of Chief Electoral Officer.” I am pulling out bits of this. I love this. It goes on, “Following an open and transparent and merit-based selection process, I propose the nomination of”, Mr. X, “as the next Chief Electoral Officer.” I do not feel it is necessary to mention his name.
That was on April 3. On April 27, the NDP leader got another letter from the Prime Minister, which stated, “I am writing in follow-up to the letter from the government of April 3 regarding the position of Chief Electoral Officer. Your feedback was appreciated. Please be advised that the government will not be proceeding with the nomination, as the principal nominee has been withdrawn.”
We can tell it is a form letter, because it says, “Following an open and transparent and merit-based selection process, I propose the nomination of Stéphane Perrault as the next Chief Electoral Officer.”
That took months and months and months, and it was still screwed up in the end.
This is basic civics. We all know that there are three branches that govern in Canada. First, there is the legislative branch. That is us. That is Parliament, which is every MP who is elected. Second, there is the executive. That is the Prime Minister and cabinet. Finally, we have the Supreme Court, whose primary function in relation to us is to make sure that the laws that are passed are consistent with the Constitution.
Some will recall that when we elect a Speaker at the beginning of Parliament, the Speaker is ceremoniously dragged, as if reluctant to take the very position he or she just spent days, if not weeks, actively running for. Why is that? We have to go back to the beginning, when Parliament first came into existence. All or any of the powers Parliament had came from the monarch. The monarchs, kind of like some of our former prime ministers, did not like it when people opposed them or took away any power they had. They had to remember their place.
Therefore, the Speaker would be the one to report to the monarch on what Parliament had said, and it was not unusual in the early, early days for Speakers to lose their heads. Therefore, it was not a position a lot of people wanted because they had to go in front of the monarch, who may or may not be in a good mood. My point in raising that is to show the separation of those powers. This is not a complicated constitutional issue, in my view.
The Supreme Court hires its own staff. We would not think of deciding for the court who its nominees should be, give it a phone call the night before and say, “After consultation, do you agree with this name?” That is all that happens here. We would never think of doing that with the Supreme Court and the court, of course, would never think of hiring our agents. I remind all of us that Parliament is supreme, not the government. Parliament decides who the government is. That is the power of Parliament.
The executive is a separate, distinct branch and power base of its own. We currently have this ridiculous, unacceptable overlap. In the case of our agents, whether it is ethics, languages or the Auditor General, the government does the advertising, the interviews, the short listing and picks a name from its own short list, phones the opposition leaders and says, “Consistent with the law, this is consultation. Do you agree?” That is unacceptably absurd. Why would we allow that?
I am looking at all fellow MPs when I say that we are parliamentarians. We are the ones who make up this legislature. Why do we allow the executive to control the hiring process of our officers and agents of Parliament? Why would we do that? Some might say we do that because the executive does it so well. It is going to be fun if anybody tries that defence, because I can say that not just me but there are a whole lot of other people who are ready to go on that one. Is it because the executive has the means? We control the purse. We can give the Speaker all the money we feel necessary to run the selection process. I run out of ideas after that. It always was. It is never much of an answer for anything really, to just say “it always was”. This is an attempt to plant a seed, hopefully for the next Parliament, when somebody will grab it, bring it to light, give it life and have the next Parliament do this.
Knowing how tough it is to get a government to change in midstream and how late my number was coming up in the term, I thought that all I really want to achieve, if I can, is a majority vote of parliamentarians who accept and respect that we should control the process of hiring our officers of Parliament. My goal is hopefully to get that majority and if I cannot, I would tell those who do not support this to get ready to defend, because the New Democrats are going to make it an issue.
I do not know what the official opposition is going to do. It will be interesting to see. Part of my thinking is that the Conservatives do not want to give up power because they see themselves going back across the aisle and they would like to have that power for themselves, but, by the same token, they want to oppose the government so here is a chance to stand with the angels. It will be tough. It will be interesting to see how it unfolds.
At the end of the day, this is about respecting ourselves, respecting Parliament and taking back that which is ours.
propose:
Que, de l'avis de la Chambre, un comité spécial présidé par le Président de la Chambre devrait être constitué au début de chaque législature afin de sélectionner tous les agents du Parlement.
— Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de présenter cette motion. Il s'agit en réalité d'une motion assez simple qui vise à réparer une procédure qui ne fonctionne pas. En effet, à l'heure actuelle, les agents — ou mandataires, les termes sont interchangeables — du Parlement sont embauchés par le pouvoir exécutif.
J'ai pris soin de formuler ma motion de manière à ne pas demander aujourd'hui au gouvernement de la mettre en oeuvre au cours de la présente législature, car, en toute franchise, je siège ici depuis assez longtemps pour savoir que cela n'arrivera pas. J'ai intentionnellement introduit un exemple à suivre, mais je tiens à dire que je n'y suis pas indéfectiblement attaché. Seul le principe compte pour moi. Ce principe est fort simple: les agents du Parlement devraient être embauchés par le Parlement.
Je dois admettre que j'ai bien hâte d'entendre les arguments qui seront présentés contre cette motion, car j'ai peine à en imaginer un qui serait valable. Il me tarde de débattre avec les députés qui ne croient pas que le Parlement devrait défendre ses propres droits.
Pendant mon entrée en matière et dans le reste de mon discours, je citerai un rapport du Forum des politiques publiques publié en avril dernier. Fait intéressant, j'avais déjà rédigé une ébauche de ma motion au moment de sa publication, et j'ai constaté qu'il recommandait une mesure semblable.
Voici tout d'abord une brève présentation du rapport en question:
Le Forum des politiques publiques (FPP) a étudié le rôle actuel et futur des agents du Parlement afin de recommander des mesures visant à améliorer la façon dont on évalue et oriente l'administration des politiques, tout en maintenant l'autonomie et l'indépendance des agents au sein du système de Westminster au Canada, tant au niveau fédéral que provincial.
Appuyé par un groupe consultatif formé d'anciens agents, de hauts fonctionnaires et d'autres experts, le FPP a réalisé une vingtaine d'entrevues et organisé trois tables rondes entre octobre et décembre 2017.
Je ne prendrai pas le temps de mentionner toutes les personnes qui ont participé à l'élaboration de ce rapport, mais je souhaite donner aux députés un aperçu du calibre des intervenants. Je crois que tout le monde reconnaîtra au moins un nom parmi ceux que voici: Margaret Bloodworth; Robert Marleau, ancien greffier de la Chambre des communes; Jodi White; David Zussman; Richard Dicerni; Paul Dubé; Janet Ecker; Christine Elliott; Graham Fraser; l'extraordinaire Sheila Fraser, dont la présence devrait, à elle seule, convaincre la Chambre de suivre les recommandations; Edward Greenspon; Bonnie Lysyk; John Milloy; Kevin Page, dont nous nous souvenons tous, notamment pour le travail qu'il accomplit encore à l'Université d'Ottawa; James Rajotte, ancien député bien connu à la Chambre; et Wayne Wouters, ancien greffier du Conseil privé. Cela nous donne une idée du calibre des personnes qui ont contribué à ce rapport.
Voici la première de leurs neuf recommandations:
La création de nouveaux postes d'agent relève de la compétence du Parlement et des Assemblées législatives et non du pouvoir exécutif.
La troisième recommandation se lit comme suit:
Il doit incomber aux législateurs de nommer les agents, afin d'obtenir le soutien de tous les partis au choix final. Le Bureau du Conseil privé et le Cabinet du premier ministre devraient se retirer complètement du processus de nomination. Un comité parlementaire spécial devrait examiner les types de processus de sélection en place dans des provinces comme l'Alberta et la Saskatchewan.
J'ajouterais que le Royaume-Uni, notre mère patrie, adopte une ligne très dure à l'égard de l'entité à qui incombe la décision d'embaucher le vérificateur général de son Parlement. De qui s'agit-il? Il s'agit du comité des comptes publics, soit le comité d'attache de notre vérificateur général. Comment peut-on penser que cela n'est pas sensé?
Avant de passer à la raison pour laquelle nous devrions agir ainsi, les députés doivent examiner l'incompétence du gouvernement actuel en ce qui a trait aux nominations ainsi que tous les problèmes et les gâchis qu'il a causés dans l'ensemble du processus. Je présume que tous ces détails seront révélés au cours des prochaines heures de discussion, qui s'échelonneront sur quelques jours.
Le rapport que j'ai mentionné indiquait aussi quelque chose au sujet du processus que le gouvernement a suivi:
L’incohérence du processus de nomination n’aide pas à améliorer la réputation des agents dans l’esprit des législateurs, des fonctionnaires et du public.
De plus, comme l'a mentionné l'un des participants à une table ronde, on n'a qu'à regarder le fiasco de la nomination de Madeleine Meilleur, ancienne ministre libérale de l'Ontario, en tant que commissaire aux langues officielles, en 2017, pour savoir ce qu'il faut éviter en nommant un mandataire du Parlement.
Si on examine le processus actuel, en principe, il respecte la loi, étant donné que la Chambre doit donner son approbation définitive par un vote. Toutefois, au titre du système actuel, c'est le gouvernement qui est responsable de l'ensemble du processus d'embauche, outre le fait de mentionner aux deux autres chefs de parti quelles sont ses intentions.
Il se trouve que j’en ai un échantillon. Voici une lettre envoyée au chef du NPD. Nous verrons qui connaît les règles là-bas.
La lettre dit ceci: « Je vous écris pour vous demander votre avis sur le candidat proposé au poste de directeur général des élections. » J’en lis seulement des extraits. J’adore cela. La lettre se poursuit: « À la suite d’un processus de sélection ouvert, transparent et fondé sur le mérite, je propose la nomination de [monsieur X] au poste de directeur général des élections. » Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de mentionner le nom.
C’était le 3 avril. Le 27 avril, le chef du NPD a reçu une autre lettre du premier ministre qui disait ceci: « Je vous écris pour donner suite à la lettre du gouvernement datée du 3 avril concernant le poste de directeur général des élections. Vos observations sont appréciées. Veuillez noter que le gouvernement n’ira pas de l’avant avec cette nomination, car la principale candidature a été retirée. »
On peut dire qu’il s’agit d’une lettre type, parce qu’elle dit: « À la suite d’un processus de sélection ouvert, transparent et fondé sur le mérite, je propose la nomination de Stéphane Perrault au poste de directeur général des élections. »
Cela a pris des mois et des mois, et en fin de compte, le résultat a quand même été désolant.
On connaît les fondements de notre société. Nous savons tous qu'il y a trois pouvoirs au Canada: le législatif, c'est-à-dire nous qui avons été élus députés; l'exécutif, soit le premier ministre et le Cabinet; la Cour suprême, dont la fonction première à notre égard est de veiller à ce que les lois que nous adoptons soient conformes à la Constitution.
Certains se souviendront que, lorsque nous élisons un président, au début de la législature, celui-ci est traîné de façon rituelle, comme s’il était réticent à occuper la position qu’il vient de solliciter pendant des jours, voire des semaines, en se portant candidat. Pourquoi en est-il ainsi? Pour comprendre, nous devons nous transporter à l'époque où le Parlement a vu le jour. Les pouvoirs du Parlement lui venaient tous du monarque, et, un peu comme certains anciens premiers ministres du Canada, les monarques n’aimaient pas que les gens s’opposent à eux ou veuillent réduire les pouvoirs royaux. Le peuple devrait se rappeler sa condition inférieure.
Or, c’était le Président qui allait informer le monarque des décisions du Parlement, et il n’était pas inhabituel, au tout début, que le Président le paie de sa tête. Par conséquent, peu de gens convoitaient ce poste, vu l'obligation de se présenter devant le monarque, qui n’était pas toujours de bonne humeur. Si je rappelle cette époque, c'est que je veux souligner l’importance de la séparation des pouvoirs. Il ne s’agit pas d’une question constitutionnelle compliquée, à mon avis.
La Cour suprême embauche son propre personnel. On ne songerait pas à décider à sa place qui devraient être ses candidats, ni lui téléphoner la veille d'une échéance pour lui dire « après consultation, êtes-vous d’accord pour que cette personne soit nommée? » Pourtant, c'est ainsi que l'exécutif agit avec le législatif dans notre cas. Nous n’envisagerions jamais de faire une chose pareille avec la Cour suprême et, bien sûr, elle n’envisagerait jamais d’embaucher elle-même les agents du Parlement. Je rappelle à tous que le Parlement est souverain, mais pas le gouvernement. Le Parlement décide qui forme le gouvernement. C’est le Parlement qui a ce pouvoir.
L’exécutif est un organe particulier, distinct, et possède son propre pouvoir. Nous avons en ce moment ce chevauchement ridicule, inacceptable. Dans le cas de nos agents, qu’il s’agisse du commissaire à l’éthique, du commissaire aux langues ou du vérificateur général, les responsables gouvernementaux s'occupent de l'affichage, mènent les entrevues, font le tri des candidatures, choisissent un nom, téléphonent aux leaders de l’opposition et leur disent: « Conformément à la loi, il s’agit d’une consultation. Êtes-vous d’accord? » C’est inacceptablement absurde. Pourquoi le permettrions-nous?
Je regarde tous mes collègues députés lorsque je dis que nous sommes des parlementaires. Nous sommes ceux qui composent cette législature. Pourquoi permettons-nous à l’exécutif de contrôler le processus d’embauche de nos agents et mandataires du Parlement? Pourquoi le ferions-nous? Certains vous diraient que c’est parce que l’exécutif le fait si bien. Ce serait plaisant que quelqu’un tente de se servir de cet argument, parce que je peux vous dire que ce n’est pas que moi, mais une foule de gens qui sont prêts à y répondre. Est-ce parce que l’exécutif en a les moyens? Nous contrôlons la bourse. Nous pouvons donner au Président tout l’argent que nous croyons nécessaire pour mener le processus de sélection. Je manque d’idées après cela. Est-ce parce que cela a toujours été ainsi? Ce n’est jamais une réponse valable pour quoi que ce soit que de dire « cela a toujours été ainsi ». Je tente de planter une graine pour la prochaine législature; quelqu’un pourrait alors reprendre l’idée, la mettre en lumière, lui donner vie et amener la prochaine législature à la concrétiser.
Sachant à quel point il est difficile de faire changer de cap à un gouvernement à mi-parcours et voyant à quel moment tardif j’interviendrais, j’ai pensé que tout ce que je pouvais espérer obtenir, c’est un vote d’une majorité de parlementaires acceptant et reconnaissant que nous devrions contrôler le processus d’embauche des agents du Parlement. J’espère obtenir cette majorité et, si j’échoue, je dirai à ceux qui n’appuient pas l’idée de préparer leur défense, car les néo-démocrates en feront un enjeu.
Je ne sais pas ce que l’opposition officielle fera. Il sera intéressant de le voir. Je crois en partie que les conservateurs ne voudront pas céder ce pouvoir, car ils se voient l’exercer une fois de retour de l’autre côté de la Chambre, mais, en même temps, ils veulent s’opposer au gouvernement, et il y a donc une possibilité qu’ils se rangent du bon côté. Ce sera déchirant. Il sera intéressant de voir comment les choses se dérouleront.
En fin de compte, il s’agit de nous respecter nous-mêmes, de respecter le Parlement et de reprendre ce qui nous appartient.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2018-10-23 19:06 [p.22771]
Mr. Speaker, I thank the member for Hamilton Centre for bringing forward his motion and for his extremely passionate speech. I have not had the opportunity to really talk to him outside of this place. However, my father who spent some time in the Ontario legislature with him spoke fondly of his passion and the speeches he would give. He has certainly lived up to that today.
We have adopted within this government a new approach, a new open and transparent approach to how appointments are handled. As a matter of fact, of the over 900 appointments made, including eight officers of Parliament, after more than 250 open and transparent and merit-based selection processes, we know that over 50% of the candidates self-identified as women, 12% as visible minorities, 9% as indigenous people and 4% as people with disabilities.
Does my colleague think that the process we currently have is producing a wide and diverse pool of candidates from throughout the country?
Monsieur le Président, je remercie le député de Hamilton-Centre d’avoir présenté sa motion et prononcé un discours extrêmement passionné. Je n’ai pas eu l’occasion de vraiment discuter avec lui en dehors de la Chambre. Cependant, mon père, qui a passé un certain temps à l’Assemblée législative de l’Ontario avec lui, a parlé affectueusement de sa passion et des discours qu’il prononçait. Il a certainement été à la hauteur aujourd’hui.
Le gouvernement a adopté une nouvelle approche, une nouvelle approche ouverte et transparente pour le traitement des nominations. En fait, sur plus de 900 nominations faites, dont huit mandataires du Parlement, après plus de 250 processus de sélection ouverts, transparents et fondés sur le mérite, nous savons que plus de 50 % des candidats se sont identifiés comme femmes, 12 % comme membres de minorités visibles, 9 % comme Autochtones et 4 % comme personnes handicapées.
Mon collègue pense-t-il que le processus que nous avons actuellement produit un bassin vaste et diversifié de candidats provenant de partout au pays?
View David Christopherson Profile
NDP (ON)
View David Christopherson Profile
2018-10-23 19:07 [p.22772]
Mr. Speaker, I thank my colleague and friend for his kind remarks. I remember his dad well and enjoyed working with him very much.
The hon. member mentioned 900 appointments. We just want nine. We want 1%. As to the other ones, I am glad that the government is improving the system and that it is resulting in more diversity. That is all to the good, but it has nothing to do with what I have put before the House.
I have put before the House this question: Should we as Parliament have the responsibility and ownership for hiring our agents?
It is good that the government is making those changes. I hope they do better than the appointments we have seen, because the process is pretty bad.
The issue is really not what the government is doing internally for the positions it is entitled to make appointments for. I am talking about the nine that in my opinion the government is not entitled to appoint.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue et ami de ses aimables observations. Je me souviens bien de son père et j’ai beaucoup aimé travailler avec lui.
Mon collègue a parlé de 900 nominations. On en veut seulement neuf. Nous voulons 1 %. Pour ce qui est des autres, je suis heureux que le gouvernement améliore le système et qu’il en résulte une plus grande diversité. C’est tant mieux, mais cela n’a rien à voir avec ce que j’ai soumis à la Chambre.
J’ai posé cette question à la Chambre: le Parlement devrait-il avoir la responsabilité de l’embauche de ses agents?
C’est une bonne chose que le gouvernement apporte ces changements. J’espère qu’il fera mieux que les nominations que nous avons vues, parce que le processus est plutôt mauvais.
La question n’est pas vraiment de savoir ce que le gouvernement fait à l’interne à l’égard des postes pour lesquels il a le droit de faire des nominations. Je parle des neuf postes que, à mon avis, le gouvernement ne devrait pas avoir le droit de doter.
Results: 1 - 15 of 271 | Page: 1 of 19

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|