Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:02 [p.15026]
Mr. Speaker, my hon. colleague from Glengarry—Prescott—Russell attacked us a bit in his speech when he said that the Conservatives had forgotten the municipalities. That is a bit rich because when we were in government, following the recession, we set in motion the economic recovery plan that allowed every municipality in Canada to benefit from an $85-billion infrastructure plan that did not include a portion for social housing. It was entirely for municipal infrastructure such as bridges and waterworks.
By the end of that economic recovery, we had the highest job creation rate in the G7 with 1.2 million jobs created. How does the hon. member explain his government's decision for the past two years and especially in the past few weeks to do away with the regional development minister position for good?
How does that reflect any respect for the municipalities in Canada's rural regions?
Monsieur le Président, mon cher collègue de Glengarry—Prescott—Russell nous a lancé une petite attaque, lors de son discours, en disant que les conservateurs avaient oublié les municipalités. Je trouve cela un peu riche de sa part parce que, quand nous étions au gouvernement, à la suite de la récession, nous avons mis en branle le projet de relance économique qui a permis à toutes les municipalités de partout au Canada de bénéficier d'un programme d'infrastructures de 85 milliards de dollars qui n'incluaient pas une partie sur le logement social. C'était donc entièrement pour les infrastructures des municipalités, comme des ponts ou des aqueducs.
En plus, à la fin de cette relance économique, nous avons eu le plus haut taux de création d'emplois dans le G7 avec 1,2 million d'emplois créés. J'aimerais savoir comment il explique que son gouvernement, depuis deux ans et particulièrement depuis quelques semaines, a définitivement aboli le poste ministériel de développement des régions rurales.
Comment cela reflète-t-il un respect envers les municipalités des régions rurales du Canada?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:07 [p.15027]
Mr. Speaker, hon. colleagues, dear Canadians who are watching us, I just want to say, “wow”. One hundred and fifty years ago, on November 6, 1867, the first Canadian parliamentarians from Upper Canada and Lower Canada, as well as the colonies of New Brunswick, Prince Edward Island, and Nova Scotia, gathered here in a federal Parliament for the first time. It was surely to have a debate, but I imagine that first day must have been rather solemn. I do not know if they started any work that first day. I imagine they wanted to get started right away on working hard to build a federation from coast to coast. It must have been extraordinary to take part in achieving that dream.
I wanted to take a minute or two to say that I agree with what my leader said about his vision of the country, and his take on the parliamentary system and the role of parliamentarians. I was impressed by his speech.
Certainly, I want to thank the Prime Minister for taking the time to deliver a speech on this solemn day. I also found it extraordinary that four former prime ministers were here today. I appreciated the speech of the House leader of the New Democratic Party and that of the Bloc Québécois member who took the time to say a few words despite his opposition to our great federation.
I am more mature now as I begin my third year as MP than I was at the very beginning. There are three things I consider important and that I would like to bring back to the Canadian political agenda. If I come to Ottawa every week, it is not to talk about rights but about duty. It is not to talk about about pride, but about honour. More importantly, it is not to talk about entitlements but about each individual's responsibility and their role in community development.
Guided by these three beacons that shape my approach to parliamentarism and Canadian politics, I come here each week in an attempt to improve things in this country, even only a little bit.
I would like nothing more than to be able to speak at length in this House about the Constitution of Canada, the role of the provinces in our constitutional order and the dialogue that Philippe Couillard would like to open about Quebec's place in Canada.
I would like to talk about our founding peoples, linguistic rights, creating new provinces to pursue Canada's territorial and economic expansion, as well as international relations and Canada's role in the 21st century in light of all the world's emerging powers on all continents who are challenging us in ever more extreme ways. I would also like us to discuss our vision of federalism for the hundred years to come.
However, I cannot talk about that today, as the government is busy introducing a bill to confirm and put in place the budgetary measures which were announced in March, as is the custom in this great Parliament.
We returned to the House two months ago, but we have not touched on the constitutional debates and the international relations debates I talked about, debates I would really like us to have here. This all started in July, when the government put forward its tax reforms, which amounted to tax hikes for small and medium-sized businesses. It really botched those reforms. Just two weeks ago, the Minister of Finance presented his economic update. He tried to convince us that his tax reforms are working well and that he merely adjusted a few elements of it in response to what he heard from Canadians.
Simply put, the tax reform is a thing of the past. It is moot. The government backtracked thanks to some very good work by the official opposition of Canada and our leader, the member for Regina—Qu'Appelle. Every sitting day from September to November, our leader proved to Canadians that the tax reform benefited the rich, those who want to avoid paying taxes, and, it bears mentioning, even the Minister of Finance, as we all know. The whole thing is absolutely unbelievable.
The reform benefits the rich rather than ordinary Canadians—the workers, the mechanics, the labourers, the farmers. The Liberal economic update is merely a repeat of the same measures and broken promises we have seen from the beginning of their mandate in 2015. The only thing that is new is that they are going to lower the overall tax rate for small and medium-sized business.
Once again, that was nothing really new, since the Liberals had announced it during the campaign. They first decided not to keep that promise, but faced with the political uproar created by their ethical scandal, they thought they might present a gift to shift the media's focus. It did not work.
Then, at the end of September, the scandal linked to the finance minister himself, personally, was uncovered. This is not a debate about whether this is a good policy, nor is it a debate on the tax measures he wants to bring in. Indeed, thanks to research done by our party and by some investigative journalists, it became clear that the Minister of Finance was in a total conflict of interest, both personally and with respect to his significant financial assets. He made his fortune by working very hard, good for him.
According to the Liberal members, Morneau Shepell, and the government, everyone believed that the Minister of Finance had taken his fortune, including the $20 million he owned in Morneau Shepell shares, and placed it in a blind trust back in 2015. That was not the case. For the past month, I have been expecting him to stand up in the House and make a formal apology. In the end, he made a donation to charity, which is nice, but he has yet to apologize to Canadians.
We have been talking about this issue for a month and a half. There was also the property in France, which he hid from the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, as well as Bill C-27, which directly benefits his family business, Morneau Shepell. The proof is right in front of us: the Minister of Finance is in a direct conflict of interest. He has yet to apologize to Canadians.
Yesterday, it emerged that the Liberal Party of Canada's own chief fundraiser is implicated in tax avoidance schemes involving tropical tax havens south of here. The news has made this government even more of a laughingstock.
Today, on this 150th anniversary of the first parliamentary sitting of November 6, 1867, four former prime ministers, unfortunately, had to witness a question period that I found to be shameful and that did not focus on the issues that we should be discussing. As I said, we should be discussing the Canadian federation, the coming century, and how to always strive to make Canada the best country in the world.
Instead, we are talking about this government's hypocrisy. We are talking about the things it does that create conflicts of interest. In short, we are talking about its real intentions, which are to help interest groups, not Canadians. These interest groups, whatever their cause, may be chartist groups that go through the Supreme Court to impose new policies on our country rather than coming and fighting in the House, economic interest groups, like the finance minister and his Bill C-27, or groups that fight for the government's own party. What is worse, the Liberals are shamelessly claiming that theirs is a feminist budget. I have never heard anything so ridiculous in my life. Well, perhaps that is a bit of an exaggeration, but even so. This should not be a feminist budget. It should be a Canadian budget for all Canadians.
Since when does a government have the nerve to rise in the House and claim that a budget has been put in place for a particular group, to cater to a certain ideology or stripe, or individual interests? How does this government have the nerve to talk about a feminist budget? What would happen if it was a masculinist budget? It is completely ridiculous.
What have the Liberals done in the past two years? They have eliminated tax credit after tax credit, to the point where, according the Fraser Institute, a typical Canadian family with two children is now paying $840 more in taxes a year.
It is unprecedented in Canada for a government to run a deficit that is double what was promised with no plan to balance the budget. That is the Liberal government.
Rather than celebrating the Constitution on this 150th anniversary, we are celebrating the Liberals' hypocrisy.
Monsieur le Président, chers collègues, chers Canadiens qui nous écoutent, j'aimerais dire: wow! Il y a 150 ans, le 6 novembre 1867, les premiers parlementaires canadiens du Haut-Canada et du Bas-Canada, ainsi que les colonies du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, se sont retrouvés ici pour la première fois, dans un Parlement fédéral. C'était sûrement pour débattre, mais j'imagine que cette première journée devait être solennelle. Je ne sais pas s'ils ont entamé des travaux dès la première journée. J'imagine qu'ils voulaient tout de suite commencer leur travail ardu pour bâtir une fédération d'un océan à l'autre. Cela devait être extraordinaire de participer à la réalisation de ce rêve.
Je ne pouvais m'empêcher de prendre une ou deux minutes pour dire à quel point je partage les pensées que mon chef a exprimées aujourd'hui en ce qui concerne sa vision du pays et sa conception du parlementarisme et de la fonction de parlementaire. J'ai été impressionné par son discours.
Bien entendu, je remercie le premier ministre d'avoir pris la peine de faire un discours en cette journée solennelle. J'ai aussi trouvé cela extraordinaire que quatre anciens premiers ministres soient venus ici. Bien entendu, j'ai également apprécié le discours du leader à la Chambre du Nouveau Parti démocratique et celui du député du Bloc québécois qui, même s'il s'oppose à notre grande fédération, a pris le temps de prononcer quelques paroles à cet égard.
Alors que j'entame ma troisième année en tant que député, j'ai une plus grande maturité qu'au tout début, et il y a trois choses qui me semblent importantes et que je veux ramener à l'ordre du jour de la politique canadienne. Si je viens à Ottawa chaque semaine, ce n'est pas pour parler de droits, mais de devoir. Ce n'est pas pour parler de fierté, mais d'honneur. Surtout, ce n'est pas pour parler d'acquis, mais de responsabilités individuelles qui, ensemble, participent à la collectivité et à son épanouissement.
Éclairé par ces trois éléments phares de mon esprit qui façonnent mon approche concernant le parlementarisme et la politique canadienne, je viens ici chaque semaine pour tenter d'améliorer les choses au pays, ne serait-ce qu'un tant soit peu.
J'aimerais bien qu'on puisse discuter à la Chambre, cette semaine, la semaine passée et la semaine prochaine, de la Constitution du Canada, de la place des provinces dans notre ordre constitutionnel et du dialogue que Philippe Couillard veut ouvrir sur la place du Québec dans le Canada.
J'aimerais parler des peuples fondateurs, des droits linguistiques, de la création de nouvelles provinces pour continuer l'expansion territoriale et économique du pays, de relations internationales et de la place du Canada dans le siècle à venir face à l'émergence de grandes puissances sur tous les continents qui nous concurrencent de manière de plus en plus extrême. J'aimerais aussi qu'on parle de la vision du fédéralisme pour le prochain siècle.
Toutefois, je ne peux pas parler de cela aujourd'hui, parce que nous sommes devant un gouvernement qui nous présente un projet de loi visant à confirmer et à mettre en place les mesures budgétaires qu'il nous a annoncées au mois de mars, comme il est de coutume dans ce beau Parlement.
Cela fait deux mois que la session parlementaire a débuté et on est très loin des débats constitutionnels et des débats sur les relations internationales dont j'ai parlé et que j'aimerais bien qu'on ait ici. Tout a commencé au mois de juillet, lorsqu'on a proposé des réformes fiscales, soit des hausses d'impôt pour les petites et moyennes entreprises. Ces réformes ont été complètement bâclées. Il y a à peine deux semaines, le ministre des Finances a présenté sa mise à jour économique et a essayé de nous faire croire que ses réformes fiscales allaient bon train et qu'après avoir écouté les Canadiens, il avait seulement modifié certains éléments de la réforme fiscale.
En deux mots, la réforme fiscale est caduque. C'est terminé. Le gouvernement a rebroussé chemin, grâce au travail efficace de l'opposition officielle du Canada et de notre chef, le député de Regina—Qu'Appelle. Chaque jour, à la Chambre, de septembre à novembre, ce dernier a démontré aux Canadiens que cette réforme profitait aux riches, à ceux qui veulent éviter l'impôt et — j'y arrive, puisque cela fait partie de l'actualité — même au ministre des Finances. Il n'y a rien de plus incroyable.
La réforme profite donc aux riches au lieu de bénéficier aux Canadiens, aux travailleurs, aux mécaniciens, aux laboureurs et aux fermiers. La mise à jour économique des libéraux était une répétition de toutes les mesures et de toutes les promesses brisées depuis le début de leur mandat en 2015. La seule nouveauté qu'il y avait, c'est qu'ils vont baisser le taux d'imposition général des petites et moyennes entreprises.
Encore là, ce n'était pas vraiment une nouvelle, puisqu'ils l'avaient annoncé lors de la campagne électorale. Les libéraux avaient décidé de ne pas honorer cette promesse, mais face au brouhaha politique créé par leur scandale éthique, ils ont voulu donner un cadeau pour changer le discours des médias. Cela n'a pas fonctionné.
Ensuite, à la fin de septembre, il y a eu le scandale lié au ministre des Finances lui-même, comme individu. Il ne s'agit pas d'un débat pour savoir si sa politique est bonne ou non ni d'un débat sur les mesures fiscales qu'il veut faire appliquer. En effet, on s'est rendu compte, grâce aux recherches faites par des membres de notre parti et des journalistes d'enquête, que le ministre des Finances était en conflit d'intérêts total par rapport à sa propre personne et par rapport à ses actifs financiers importants; grand bien lui fasse, il a fait sa fortune en travaillant très fort.
En 2015 et au dire des députés libéraux, de Morneau Shepell et du gouvernement, tout le monde était convaincu que le ministre des Finances avait effectivement pris sa fortune, les 20 millions de dollars qu'il avait en actions de Morneau Shepell, et qu'il les avait placé en fiducie sans droit de regard. Ce n'était pas le cas. Pendant un mois, je m'attendais à ce qu'il arrive à la Chambre et qu'il nous présente des excuses officielles. Il a finalement fait un don, tant mieux, mais il ne s'est pas encore excusé auprès des Canadiens.
Cela fait un mois et demi que nous parlons de ce sujet. Il y avait aussi la propriété en France, qu'il avait caché à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, et le projet de loi C-27 qui profite directement à sa compagnie familiale, Morneau Shepell. La preuve est devant nous: le ministre des Finances est en conflit d'intérêts total. Il ne s'est pas encore excusé auprès les Canadiens.
Nous avons appris hier que le grand argentier du Parti libéral du Canada participe à des stratagèmes d'évitement fiscal dans des pays tropicaux, au Sud du Canada, ce qui fait que ce gouvernement est encore plus la risée de tous.
Aujourd'hui, en ce 150e anniversaire de la rentrée législative du 6 novembre 1867, quatre ex-premiers ministres ont malheureusement assisté une période des questions que j'ai trouvé déplorable et qui n'a pas porté sur des enjeux que nous devrions discuter. Comme je l'ai dit, nous aurions dû discuter de la fédération canadienne, du siècle à venir, et de comment placer le Canada toujours plus haut dans le monde entier.
Cependant, non, on parle plutôt de l'hypocrisie de ce gouvernement. On parle de ses actions qui créent des conflits d'intérêts, bref, on parle de sa véritable volonté, soit celle d'aider des groupes d'intérêts et non pas le peuple canadien. Ces groupes d'intérêts, toutes causes confondues, peuvent être des groupes chartistes qui passent par la Cour suprême pour imposer des nouvelles politiques à notre pays, au lieu de venir se battre à la Chambre, des groupes d'intérêts économiques, comme c'est le cas pour le ministre des Finances avec son projet de loi C-27, ou concernant les intérêts de leur propre parti. Pire encore et sans vergogne, les libéraux disent que leur budget est un budget féministe. Je n'ai jamais rien entendu d'aussi ridicule de toute ma vie. J'exagère un peu, mais quand même. Cela ne devrait pas être un budget féministe, cela devrait être un budget canadien pour tous les Canadiens.
Depuis quand un gouvernement ose-t-il se lever à la Chambre et prétendre qu'un budget est mis en place pour un groupe en particulier, pour satisfaire une allégeance particulière ou pour satisfaire une idéologie quelconque ou les intérêts individuels? Comment ose-t-il nous parler d'un budget féministe? Que dirait-on si c'était un budget masculiniste? C'est complètement ridicule.
Qu'ont-ils fait depuis deux ans? Ils ont éliminé crédit d'impôt après crédit d'impôt, ce qui fait dire à l'Institut Fraser, qu'aujourd'hui une famille classique canadienne qui a 2 enfants, paie 840 $ d'impôt de plus par année.
Un déficit deux fois plus élevé que prévu, aucun retour à l'équilibre budgétaire prévu, c'est du jamais vu au Canada. C'est cela le gouvernement libéral.
Au lieu de célébrer la Constitution en ce 150e anniversaire, on célèbre l'hypocrisie libérale.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:19 [p.15028]
Mr. Speaker, with all due humility, from day one, and we have seen it more than ever in the last three months, the government has been focused on enhancing the privilege of the Liberal elite. It has focused on enhancing the privilege of the Liberal bagmen. It is trying to work for interest groups. That is why the budget is called the feminist budget, when it should be called the Canadian budget.
On the contrary, from 2006 to 2015, our focus was to govern the country in all aspects, not just for one class but for all Canadians. That is why we would never have called it a feminist budget and only talked about the middle class. We were always talking about Canadians. Every day our leader, the member for Regina—Qu'Appelle, stands in the House of Commons and talks about the mechanics, the farmers, the tractor repairmen, the person who does haircuts, the pizza man, those who work on the ground, the people who send taxes every day to the government, to the House of Commons, so we can govern the country. The focus should be to govern the country.
Monsieur le Président, en toute humilité, je dirai que, depuis le tout début, et en particulier depuis les trois derniers mois, le gouvernement s'est efforcé d'accroître les privilèges de l'élite et des argentiers libéraux. Il s'efforce de travailler pour des groupes d'intérêts. C'est pour cela qu'il dit que son budget est féministe alors qu'il devrait proposer un budget canadien.
En revanche, de 2006 à 2015, le gouvernement conservateur s'est efforcé de gérer tous les aspects du pays et d'aider non seulement un groupe de la population canadienne, mais tous les Canadiens. C'est pourquoi nous n'aurions jamais parlé d'un budget féministe qui cible seulement la classe moyenne. Nous avons toujours tenu compte de tous les Canadiens. Tous les jours, le chef de notre parti, le député de Regina—Qu'Appelle, prend la parole à la Chambre des communes pour parler des mécaniciens, des agriculteurs, des réparateurs de tracteurs, des coiffeurs, des livreurs de pizzas, des travailleurs sur le terrain, de ceux qui contribuent quotidiennement aux finances publiques et qui nous ont élus à la Chambre des communes afin que nous puissions gérer les affaires du pays. L'objectif devrait être de gouverner le pays.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-06 17:22 [p.15029]
Mr. Speaker, I also have read that we have no assurance there will be any return for the people in Canada on the money we invest in Asian Infrastructure Bank. It is like a blind trust in the Chinese financial world. It is probably to get a deal on free commerce with China, which I kind of understand, but the Liberals should try to have better tactics to come to that end.
It is distraction after distraction. Two weeks ago, when we spoke about the finance minister, they came out with Bill C-24 to change the titles from ministers of state to ministers. It is complete nonsense. It has been like that for two years.
Monsieur le Président, j'ai aussi lu que rien ne garantit aux Canadiens que l'argent investi dans la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures leur rapportera quoi que ce soit. C'est comme une fiducie sans droit de regard qu'on confierait au milieu chinois de la finance. J'imagine que les libéraux espèrent ainsi conclure un accord de libre-échange avec la Chine, et je les comprends, mais ils devraient revoir leurs méthodes.
Nous avons droit à une diversion après l'autre. Il y a deux semaines, quand il a été question du ministre des Finances, les libéraux nous ont ressorti le projet de loi  C-24, qui ferait des ministres d'État des ministres à part entière. C'est absolument insensé, et c'est comme ça depuis deux ans.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-03 11:06 [p.14934]
Mr. Speaker, this November, as members of Parliament, we have the duty and privilege to say a few words in the House to acknowledge the extraordinary dedication that our veterans and active military members show to our country, day after day, from one military conflict to the next.
We must not forget that these men and women in uniform often serve on Canadian soil, as we saw most recently during the unfortunate flooding last spring.
Therefore, in addition to remembering their many sacrifices, we must also develop legislation that helps improve their lives. I have taken action, and in May, I introduced Bill C-357 to fix a bureaucratic injustice that affects veterans.
During this time of remembrance, I urge my colleagues from all parties to take a serious look at this bill and to help me pass it, to guarantee that our veterans will be respected in their transition to civilian life.
Monsieur le Président, en ce mois de novembre, nous, les députés fédéraux, avons le devoir et le privilège d'exprimer quelques mots à la Chambre pour souligner l'extraordinaire dévouement que nos vétérans et nos militaires toujours en service témoignent à l'égard de notre patrie jour après jour, de conflit militaire en conflit militaire.
Également, n'oublions pas que ces mêmes hommes et femmes en uniforme nous servent souvent en sol canadien, tel que nous avons pu le constater tout récemment, lors des malheureuses inondations du printemps dernier.
Nous nous devons donc non seulement de nous remémorer de manière constante leurs sacrifices nombreux, mais aussi d'élaborer parallèlement des mesures législatives qui visent à améliorer leur sort. À cet égard, je ne suis pas en reste: j'ai déposé au mois de mai le projet de loi C-357, qui vise à corriger une injustice bureaucratique qui touche nos vétérans.
En cette période du souvenir, je demande à mes collègues de tous les partis de prendre ce projet de loi au sérieux et de m'aider à en faire une réalité, et ce, pour garantir à nos vétérans une transition respectueuse vers une vie civile.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-03 13:51 [p.14965]
Mr. Speaker, I must say that my Conservative colleague, the member for Kitchener—Conestoga, and my NDP colleague both gave excellent speeches. I was quite impressed by her reference to Mr. Diefenbaker, a great Canadian who hailed from her province. I myself was planning to bring him up today. I will still do so with pleasure, although my take will be slightly different.
The Conservative Party opposes Bill C-325, the act to amend the Canadian Bill of Rights to include the right to housing, which was introduced by the member for North Island—Powell River. I could say it is because the phrase “at a reasonable cost and free of unreasonable barriers” in the preamble is vague. I could say that the bill fails to consider price differences in housing markets. I could also say that section 92 of the Constitution considers housing to be a provincial matter, whereas the Canadian Bill of Rights, which was set in motion by Mr. Diefenbaker, applies only to matters of federal jurisdiction.
However, I am not going to use this perspective in my speech today in opposition to this bill. Instead, I would like to talk about the philosophical ideas underlying the bill introduced by the member for North Island—Powell River. I will use these underlying ideas to build my argument against this bill.
I would like to start by saying that, in my humble opinion, both Canada's intellectual left, which includes Marxist theorists at the Osgoode Hall Law School or at the University of British Columbia, and the intellectual right, meaning the Calgary School, would disagree with introducing this right into the Canadian Bill of Rights.
That said, hats off to the member for North Island—Powell River for proposing an amendment to the Canadian Bill of Rights instead of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. This makes me very proud, since it means that the member subscribes to the British tradition of liberal constitutionalism, in other words, the Westminster tradition of liberal constitutionalism, instead of subscribing to the American tradition of liberal constitutionalism. It is a small distinction, but that small distinction makes a big difference over many centuries. I will explain why.
Under the Westminster-type British model of liberal constitutionalism, the legislative branch is the ultimate authority and has the last word on constitutional matters. That is why Mr. Diefenbaker, a great Canadian if ever there was one, would never, not in a million years, have enshrined the Canadian Bill of Rights in the Constitution. Doing so would make the judiciary, or the judicial branch, the ultimate authority.
The member for North Island—Powell River has a great deal of respect for our Canadian political culture based on the Westminster tradition of liberal constitutionalism, a culture that, sadly, was stifled, if not snuffed out, by a cultural revolution led by that party over there and Pierre Elliot Trudeau in 1982. They brought us closer to an American-style liberal constitutionalism, under which the judiciary gets the final word. We have the notwithstanding clause, sure, but regrettably, no prime minister has dared to invoke it.
Today's debate is historic. I believe this issue goes well beyond that of housing. The debate over how to strike a balance between individual and collective rights started in the age of enlightenment. Even in Canada, this debate has been going on since 1867. Since 1982, or for the last 35 years, Canadian intellectuals have engaged in a mighty fine debate.
John Locke, father of modern liberalism and individualism, believed that individual liberty predated the notion of statehood, and thus the establishment of any constitution or system of positive law. He therefore believed in natural law, and so, to his mind, all political systems based on this idea would place the individual at the heart of the constitutional state.
This is all fundamental to the debate we are having here today on housing, because John Locke would have said that the right to housing does not constitute an individual right, which forms the basis of natural law and therefore supercedes positive law.
A similar debate, although somewhat wider in scope, has been going on in Canada since the Charter was enshrined in 1982 in the midst of what I would characterize as a disgraceful cultural revolution. Progressive authors such as Mandel, Petter, Hutchinson, McWhinney, Hirschl, Mackay, and Lebel-Grenier are the standard-bearers of left-leaning, Marxist intellectual thought in academic circles. Then, there are the so-called conservative thinkers, the fathers of Canadian toryism: Banfield, Morton, Patenaude, Knopff and Martin.
Although they belong to radically different schools of thought, all of these thinkers would agree that enshrining rights or bringing in new rights is no way to address the housing situation in Canada.
My reasoning may seem circuitous but I am nearing my point. These people would have said that access to housing, food, and education is to be secured through political struggle. They would have said, for instance, that homosexuals acquired their rights through political struggle, and not by way of the Supreme Court of Canada or enshrined rights. They would have said that it is in the political arena that women fought to acquire their rights. In this case, the fight was waged by the suffragettes in the early 20th century, not by the Supreme Court of Canada. That is what they would have said.
Everything rests in that interplay between negative and positive rights. That is where we can distinguish between these two schools of thought, between Marxist and conservative thinkers.
I am circling back to what the member said. In the NDP, the hope is that we will be able to incorporate some positive rights into Canadian law. In other words, we would be looking to make concessions, a truly rare occurrence under the Canadian Constitution. That is what happened in the case of language rights granted to French-speaking Canada. That might be the only case of a positive right under our Constitution.
Conservative thought typically associated with classical liberalism would lean toward the idea that we have negative rights, or in other words, that our freedom stops where that of others begins. Canadian law is a pyramid that rests wholly upon the fundamental goal of ensuring that other people's rights are not infringed upon. There is no such thing as a positive right. This is a healthy debate.
My colleague stated that she believed to be waging a political fight. Perhaps she ought to fight to control prices or the housing market. Perhaps the fight ought to be taken to the provinces over their traditional areas of jurisdiction. Being here in the federal Parliament, seeking to incorporate new rights that will amount to nothing more than a bunch of letters on a piece of paper, does not constitute a political fight.
There were some important and well thought out observations around Diefenbaker, but my reading of the man is that he would not have gone so far as to incorporate this right into the Canadian Bill of Rights.
I disagree with both extremes, which are the Marxist thinkers of Osgoode Hall Law School in Toronto on one end of the spectrum, and on the other, those of the Calgary School, who believe in property rights above all else, where others believe in the right to housing. Both of these extremes are dead wrong, because in both cases, the result would be to paralyze the state. The power of the state is essential in Canada if we are to enforce our sovereignty first and foremost, namely in the military, economic and political spheres.
Enshrining property rights in the Constitution would prevent the government from running power transmission lines, for instance, or from carrying out large scale projects. Enshrining the right to housing in the Constitution would likewise paralyze the state, as it would have to supply housing to every Canadian, which is totally unrealistic, economically speaking.
Let us remain on the right track, the one we were on prior to 1982, and let us stick to the Westminster model.
Monsieur le Président, je dois admettre que mon collègue conservateur de Kitchener—Conestoga et ma collègue du NPD ont tous deux fait de très beaux discours. J'ai été fort impressionné par sa référence à M. Diefenbaker, un grand homme canadien qui vient de sa province. J'allais justement parler de lui aujourd'hui. Je suis toujours très heureux de le faire, bien que je vais en parler d'une manière un peu différente.
Au Parti conservateur, nous sommes contre le projet de loi C-325, Loi modifiant la Déclaration canadienne des droits relativement au droit au logement, proposé par la députée de North Island—Powell River. Je pourrais dire que le sens des termes « prix raisonnable et sans obstacles injustifiés », dans le préambule, est vague. Je pourrais dire que le projet de loi ne tient pas compte des différences des prix du marché. Je pourrais aussi dire que l'article 92 de la Constitution fait de ce sujet une compétence provinciale et que la Déclaration canadienne des droits, mise en branle par M. Diefenbaker, touche seulement les questions fédérales.
Toutefois, ce n'est pas sous cet angle que je vais parler de mon opposition à ce projet de loi. Je voudrais plutôt aborder les idées philosophiques sous-jacentes qui sont à la base de cette proposition de la députée de North Island—Powell River. En illustrant ces idées sous-jacentes, je compte étoffer mon argument contre ce projet de loi.
D'abord, je voudrais dire que ni la gauche intellectuelle canadienne, soit les penseurs marxistes de l'Osgoode Hall Law School ou de l'Université de la Colombie-Britannique, ni la droite intellectuelle, c'est-à-dire l'école de Calgary, à mon humble avis, ne seraient d'accord sur l'introduction de ce droit dans la Déclaration canadienne des droits.
Cela dit, je lève mon chapeau à la députée de North Island—Powell River, parce qu'elle a proposé de modifier la Déclaration canadienne des droits plutôt que la Charte canadienne des droits et libertés. J'en suis extrêmement fier, puisque ainsi, la députée souscrit au constitutionnalisme libéral à la britannique, c'est-à-dire le constitutionnalisme libéral de type westminstérien, au lieu de souscrire au constitutionnalisme libéral de type américain. La différence est minime, mais cette simple nuance constitue toute une différence sur plusieurs siècles. Voici pourquoi.
Selon le constitutionnalisme libéral à la britannique de type westminstérien, le pouvoir et le dernier mot de l'ordre constitutionnel résident dans le pouvoir législatif. C'est pourquoi M. Diefenbaker, ce grand homme canadien, n'aurait jamais, au grand jamais enchâssé la Déclaration canadienne des droits dans la Constitution. En faisant cela, on donnerait le dernier mot de l'ordre constitutionnel aux juges, c'est-à-dire au pouvoir judiciaire.
La députée de North Island—Powell River témoigne donc beaucoup de respect à l'égard de notre culture politique canadienne du constitutionnalisme libéral westminstérien, une culture qui, fort malheureusement, a été mise au ban, voire mise à mort par une révolution constitutionnelle perpétrée par ce parti-là et Pierre Elliot Trudeau en 1982. Ils nous ont dirigés vers un constitutionnalisme libéral à l'américaine, selon lequel le dernier mot appartient aux juges. Nous avons la clause dérogatoire, mais aucun premier ministre n'a osé l'utiliser à ce jour, bien malheureusement.
C'est un débat historique, aujourd'hui. Selon moi, cette question nous amène beaucoup plus loin que la question du logement. Depuis le siècle des Lumières, on débat de la façon d'établir un équilibre entre les droits individuels et les droits collectifs. Même au Canada, on a ce débat depuis 1867. Depuis 1982, soit depuis 35 ans, il y a un très beau débat entre les intellectuels canadiens.
John Locke, le père intellectuel du libéralisme moderne et de l'individualisme, pensait que la liberté individuelle était antérieure à l'apparition de l'État, soit à la mise en place de toute Constitution ou droit positif de l'homme. Il croyait donc au droit naturel. Il pensait aussi que tout régime politique basé sur cette idée, son idée à lui, plaçait l'individu au coeur de l'État de droit.
Cela est à la base de notre débat d'aujourd'hui sur le droit au logement, puisque John Locke nous aurait dit que le droit au logement ne fait pas partie d'un droit individuel, qui est à la base même du droit naturel et qui a préséance sur le droit positif.
On voit qu'il y a au Canada le même genre de débat, qui tire un peu plus loin, depuis l'enchâssement de la Charte en 1982, une révolution constitutionnelle bien triste selon moi. Il y a des auteurs progressistes de pensée marxiste comme Mandel, Petter, Hutchinson, McWhinney, Hirschl, Mackay et Lebel-Grenier, qui sont les porte-étendards de la pensée intellectuelle de gauche marxiste universitaire. Il y a aussi les penseurs de l'école dite conservatrice, des penseurs du torysme canadien, ce sont Banfield, Morton, Patenaude, Knopff et Martin.
Dans les deux cas, bien qu'ils appartiennent à deux écoles de pensée totalement différentes, ils diraient que ce n'est pas en enchâssant un droit ou en apportant un nouveau droit qu'on va régler la situation de l'accès du logement au Canada.
Je suis peut-être en train de prendre de grands détours, mais j'arrive au point quand même. Ces personnes auraient dit qu'avoir accès à un logement, à de la nourriture ou à l'éducation, c'était un combat politique qu'il fallait livrer. Ils diraient, par exemple, que le droit des homosexuels a été acquis par des combats politiques, et non par le biais de la Cour suprême du Canada ni par des droits enchâssés. Ils diraient que le combat pour le droit des femmes s'est fait sur le plancher politique. Il a été mené, par exemple par les suffragette au début du XXe  siècle, et non par la Cour suprême du Canada. C'est ce qu'ils auraient dit.
Tout est dans ce paradigme entre le droit négatif et le droit positif. C'est là que se trouve la distinction entre ces deux écoles de pensée des penseurs marxistes et conservateurs.
J'arrive à ce que disait la députée. C'est que, du côté du NPD, on espère être en mesure d'intégrer dans le droit canadien des notions de droit positif. On donne donc quelque chose à quelqu'un, ce qui est très rare dans la Constitution canadienne. C'est ce qu'on a, par exemple, pour les ayants droit en ce qui concerne la francophonie canadienne en matière du droit linguistique. C'est peut-être la seule chose qui donne des droits positifs dans notre Constitution.
Dans la pensée conservatrice qui est typique du libéralisme classique, on dirait que non, on est dans le droit négatif, c'est-à-dire que notre liberté s'arrête là où celle de l'autre commence. Tout le droit canadien est bâti sur une pyramide dont l'objectif fondamental est de s'assurer qu'on ne fait pas quelque chose qui brime le droit de l'autre. On n'a pas un droit positif. C'est un débat sain.
Ma collègue a dit qu'elle pensait livrer un combat politique. Toutefois, son combat politique devrait être mené pour contrôler les prix ou le marché immobilier. Il faudrait peut-être aller au palier provincial pour se battre concernant les champs de compétences appartenant aux provinces. Être ici au Parlement fédéral et vouloir intégrer un nouveau droit, qui sera seulement des lettres alphabétiques sur une feuille de papier, ne permet pas de livrer un combat politique en tant que tel.
Ces paroles sur Diefenbaker étaient très importantes et bien pensées, mais ma lecture de Diefenbaker, c'est qu'il n'aurait pas été jusqu'à intégrer ce droit dans la Déclaration canadienne des droits.
Je suis en désaccord à la fois avec deux extrêmes, soit les penseurs marxistes de la Osgoode Hall Law School, de Toronto, et ceux de l'École de Calgary qui, eux, disent qu'on devrait donner le droit à la propriété, alors que les autres disent qu'on devrait donner le droit au logement. Les deux extrêmes sont complètement faux, parce que dans les deux cas, on va paralyser l'État. La puissance de l'État est fondamentale au Canada pour faire respecter notre souveraineté d'abord et avant tout, soit sur les plans militaire, économique et politique.
Quand on dit d'enchâsser le droit de propriété dans la Constitution, on empêche le gouvernement de faire passer des lignes hydroélectriques, par exemple, ou de faire des projets de grande envergure. Quand on parle de droit au logement, on paralyse également l'État, parce qu'il devrait fournir un logement à tous les Canadiens, ce qui serait complètement aberrant sur le plan économique.
Restons dans le droit chemin, celui d'avant 1982 et soyons westminstériens.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-11-02 15:04 [p.14890]
Mr. Speaker, it is no secret that the Liberals are centralists. They centralized decision-making on regional economic development in Toronto, and they centralized political decision-making on issues such as the elimination of the political lieutenant for Quebec in Ottawa. They are now preparing to centralize the arts by transferring a wide range of artifacts from Quebec City, the bastion of the Canadian francophonie, to the nation's capital.
Will the member for Québec promise us that he will fight in cabinet to reverse this decision?
Monsieur le Président, ce n'est un secret pour personne: les libéraux sont des centralisateurs. Ils centralisent à Toronto la prise de décision en matière de développement économique pour les régions, et ils centralisent à Ottawa la prise de décision politique en ce qui concerne, par exemple, l'abolition du poste de lieutenant politique pour le Québec. Ils s'apprêtent maintenant à centraliser les arts en transférant une panoplie d'objets archéologiques de la ville de Québec, le bastion de la francophonie canadienne, jusqu'ici dans la capitale nationale.
Le député de Québec peut-il nous promettre qu'il va se battre au cabinet ministériel pour renverser cette prise de décision?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 11:05 [p.14732]
Madam Speaker, some provisions of the bill attempt to respond to a specific situation. Sometimes, two airlines may be compelled to streamline their operations. For example, if there is a flight between Toronto and Atlanta, Delta Airlines and Air Canada could decide to merge their operations and offer a single route instead of two separate ones. That means that when a customer books a plane ticket, either Air Canada or Delta Airlines will get the contract.
When airlines merge their operations, even if it is just for one particular route, the competition commissioner must determine whether so doing will reduce the competition on the market and he must also ensure that this will not drive up prices for consumers.
Under this bill, the minister would have the final say as to whether this sort of action is in the public interest or not. I would therefore like to know how the Liberals define the notion of public interest when airlines want to merge routes.
Madame la Présidente, certains articles du projet de loi tentent de répondre à une situation particulière. Parfois, deux compagnies aériennes peuvent être poussées à rationaliser leurs opérations. Par exemple, s'il y a un vol entre Toronto et Atlanta, Delta Airlines et Air Canada pourraient décider d'unir leurs opérations pour qu'il y ait une route au lieu de deux routes séparées. Ainsi, quand le client réserve un billet d'avion, c'est soit Air Canada ou Delta Airlines qui reçoit le contrat avec le particulier.
Lorsque des compagnies aériennes unissent leurs opérations ainsi pour une route en particulier, le commissaire de la concurrence doit évaluer si cela réduit la concurrence du marché et s'assurer que cela ne fait pas augmenter les prix pour l'utilisateur.
Dans ce projet de loi, on dit que c'est le ministre qui aura finalement l'autorité de déterminer si c'est dans l'intérêt public ou non. J'aimerais donc savoir comment les libéraux définissent l'intérêt public lorsque des compagnies aériennes veulent unir leurs routes.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 12:53 [p.14747]
Mr. Speaker, the hon. member for Mégantic—L’Érable has done a good job of listing all of the unintended consequences of this bill. We cannot be certain these will occur. I think that the hon. member once sat on the Standing Committee on Transport, but I do not know if he still does. If he was on the committee, he may have seen this bill beforehand. I would like him to tell me what exactly happened in committee. I was told that all of the amendments proposed by the opposition, whether the Conservatives or the NDP, were flat-out rejected and that there was no collaboration on this bill.
Monsieur le Président, le député de Mégantic-L'Érable a bien mentionné tous les imprévus qui pourraient arriver par suite de cette loi. On ne peut pas en avoir la certitude. Je pense que le député siège au Comité permanent du transport, mais je ne sais pas si c'est encore le cas. S'il a déjà été à ce comité, il a peut-être vu le projet de loi au préalable. J'aimerais qu'il me dise ce qui est arrivé au Comité en tant que tel. On m'a dit que tous les amendements proposés par l'opposition, que ce soit les conservateurs ou le NPD, ont été rejetés en bloc et qu'il n'y avait pas eu de collaboration en ce qui a trait à ce projet de loi.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 12:55 [p.14747]
Mr. Speaker, I would like to begin by mentioning the 60 or so seniors in my riding who suffered a tragic loss two days ago. There was a major fire in a retirement home in Beauport Sunday evening. The people on Joncas street, who are older than those living in other retirement homes, had to leave in the middle of the night and get on a bus. Incidentally, I would like to thank the city of Quebec for sending buses as quickly as possible. My thoughts are with these seniors and their families in these difficult times. I hope that most of them have family who can take them in. I have visited the home twice since I was elected.
I would now like to express some of my general concerns about this government, which has shown time after time that it is serving special interests, be they Liberal interests or multinational interests. The small and medium-sized business tax hikes it announced this summer are just one example of that. Another is the current crisis concerning the Minister of Finance's conflict of interest, which involves $20 million worth of shares in his family company, Morneau Shepell, that he was supposed to sell off two years ago.
Yesterday, we found out that five more government ministers apparently used the same technique as the Minister of Finance to avoid selling their shares or putting them in a blind trust. I hope we will all keep asking who those ministers are today. I am beginning to have some serious doubts about the behaviour of this government and the Prime Minister. The latter is responsible for ensuring that his government is complying with the law and is not using all kinds of loopholes to circumvent the spirit of the Conflict of Interest Act. I am very concerned about this.
This government is not working for Canadians; it is working for the multinationals. We saw a good example of this this morning in a Radio-Canada article written by Philippe-Vincent Foisy. It says that the government and the Minister of Canadian Heritage met with representatives of Amazon 99 times in the past 12 months. They met 37 times with representatives of Google and 16 times with representatives of Netflix, including 5 meetings with the Minister of Canadian Heritage a few months before she announced her extremely controversial agreement with Netflix.
In contrast, the minister met only once with representatives of ADISQ, whose gala I attended as a representative of the Conservative Party of Canada on Sunday evening. The minister met only twice with representatives of the Association québécoise de la production médiatique, and did not even meet once with representatives of ACTRA. This really gives the impression that the government is giving priority to the multinationals and that it has no time for organizations and Canadians.
Since we began debating Bill C-49, the government has boasted that it wants to focus on railway, aviation, and maritime safety. I, too, believe that railway safety is important, but 90% of this bill has nothing to do with railway safety.
Here is what I have done about railway safety since I was elected. First, I met with authorities at CN, since there is a railway serving Limoilou, in particular the port facilities in my riding, the port of Quebec and the Quebec railway station. I had a great meeting with a CN police officer. The CN has dozens of police officers that ensure railway safety. The police officer answered all the questions and concerns raised by citizens in my riding. My constituents wanted to know why trains often stayed at the two railway yards for several days, and they were also concerned about the trains' speed. It is very important.
If railway, aviation and maritime safety is so important, why was discussion in committee constantly stifled, and why were the amendments proposed by the official opposition rejected out of hand?
Most of the amendments proposed focused on the improvement of certain aspects of safety and competition.
The omnibus bill includes amendments to 13 different acts affecting the three main modes of transportation in Canada and the rest of the world. As I said, most of the content of this bill has nothing to do with safety, despite the fact that the parliamentary secretary’s speech was all about transportation safety. It is unfortunate.
Last night before I fell asleep, I happened to be reading the Canadian Parliamentary Review, a very interesting review of everything happening in all provincial and federal legislative assemblies across Canada. An academic wrote that he had conducted a study of the past 30 years and that, over the past two decades, there was a pattern of using, more often than not, time allocation for bills, in particular omnibus bills.
His study shows that efficiency and a need to act quickly are often cited as the reason to use omnibus bills. Parliament needs to be more efficient, since Canadians expect the House to act efficiently. In reality, in the past 30 years, the use of omnibus bills has not increased the number of bills passed in the House, regardless of the government in power. The academic goes so far as to say that we should let Parliament follow its natural course and allow members to thoroughly debate each bill. Thus, Bill C-49 should have been split into several bills so that we could get a more detailed understanding of every change the government is trying to make, as the hon. member for Mégantic—L’Érable so eloquently argued.
This being said, there are five aspects of the bill that caught my attention and that I would like to mention. First, with respect to allowing airlines to form international joint ventures, the bill will enhance the role of the Minister of Transport. How? Consider Delta Airlines and Air Canada, for example, each of which offers flights between Toronto and Atlanta. For the purposes of productivity, operations or efficiency, these companies could decide to merge the Toronto-Atlanta route in order to provide better service.
Normally, when two companies decide for form an international joint venture on a given route, they must obtain the approval of the Competition Bureau. With this bill, the Minister of Transport will have far more influence, because, at the end of the day, he will decide for the commissioner of competition whether the two companies can move forward with the international joint venture. The minister will act in the public interest. So far, neither the Liberal members or the parliamentary secretaries have been able to define the public interest in the context of the minister’s analysis.
The second issue I am interested in are the new security fees. The Minister of Transport has often mentioned the problem at Pierre-Elliott-Trudeau International Airport, where there are very long lines because there are not enough gates to ensure the safety of passengers as they embark on their flight. He said he wanted to make sure that there were more security checkpoints to make the lines shorter, but he will allow airports to charge additional fees. It is an open secret that the customers will end up paying these additional fees.
This specific clause of the bill shows us right away that Canadian consumers will have to pay more for their plane tickets when this bill comes into force. That is interesting because, every time the Liberals want to solve a problem, in this case wait times at airport security, they solve it by making Canadians pay more. The Liberals wanted to address the problem of climate change, so they created the carbon tax. They wanted to reduce their huge structural deficit by $20 billion, so they cut tax credits for Canadians, including tax credits for public transit, school supplies, sports, and arts.
Third, they want to change the act to give international shipping companies access to coastal trade thereby creating competition for Canadian shipowners between Halifax and Montreal. This will create an enormous amount of unfair competition for our shipowners because Canadian employees receive decent wages while other foreign companies do not pay their workers very well at all. This will create a lot of unfair competition for our shipowners.
This bill should not have been introduced as an omnibus bill. We should be given the opportunity to carefully examine each measure, which is something that we cannot do today. That is shameful.
Monsieur le Président, je voudrais d'abord avoir une pensée pour la soixantaine d'aînés de ma circonscription qui ont vécu un événement tragique il y a deux jours. Dimanche soir, il y a eu un incendie majeur à Beauport, dans une résidence pour personnes âgées. Ces gens de la rue Joncas, qui sont plus âgés que ceux qui habitent dans d'autres résidences, ont dû sortir en pleine nuit et monter dans des autobus. D'ailleurs, je remercie la municipalité de Québec d'avoir envoyé des autobus là-bas le plus rapidement possible. Mes pensées accompagnent ces aînés et leurs familles en ces moments difficiles. J'espère que la plupart d'entre eux ont une famille pouvant les accueillir. J'ai moi-même visité cette résidence deux fois depuis que je suis élu.
D'une manière plus générale, j'aimerais exprimer mes inquiétudes concernant ce gouvernement, qui fait constamment la démonstration qu'il travaille pour servir des intérêts particuliers, ceux des libéraux ou ceux des multinationales. On n'a qu'à penser aux hausses fiscales qu'il a annoncées cet été pour les petites et moyennes entreprises. On peut également penser à la crise actuelle concernant le conflit d'intérêts du ministre des Finances, qui porte sur les actions d'une valeur de 20 millions de dollars qu'il détient de sa compagnie familiale, Morneau Shepell, et qu'il devait vendre il y a deux ans.
Hier, on a appris que cinq autres ministres de ce gouvernement auraient probablement eu recours à la même technique que le ministre des Finances pour éviter de vendre leurs actions et de les mettre dans une fiducie sans droit de regard. Alors, j'espère bien que nous continuerons de demander qui sont ces ministres aujourd'hui. Je commence à me poser de graves questions sur le comportement de ce gouvernement et sur le premier ministre. Celui-ci est tenu de s'assurer que son gouvernement agit en conformité avec la loi et qu'il n'utilise pas non plus des échappatoires de toutes sortes pour se soustraire à l'esprit de la Loi sur les conflits d'intérêts. Cela m'inquiète beaucoup.
Ce gouvernement ne travaille pas pour le peuple canadien, mais plutôt pour les multinationales. On en a vu un bel exemple, ce matin, dans un article de Radio-Canada écrit par Philippe-Vincent Foisy. On y apprend que le gouvernement et la ministre du Patrimoine canadien ont rencontré 99 fois les représentants d'Amazon au cours des 12 derniers mois, qu'ils ont rencontré 37 fois ceux de Google et qu'ils ont eu 16 rencontres avec ceux de Netflix, dont cinq rencontres avec la ministre du Patrimoine canadien quelques mois avant qu'elle annonce son entente très controversée avec Netflix.
A contrario, les représentants de l'ADISQ, dont j'ai assisté au gala, dimanche soir, pour représenter le Parti conservateur du Canada, ont rencontré la ministre seulement une fois. L'Association québécoise de la production médiatique, quant à elle, n'a eu droit qu'à deux rencontres, tandis que les représentants de l'ACTRA n'ont jamais rencontré la ministre. Cela donne vraiment l'impression que ce gouvernement donne toute la priorité aux multinationales et qu'il ne se préoccupe pas des organismes et des Canadiens.
Depuis le début de nos débats sur le projet de loi C-49, le gouvernement se targue de vouloir mettre l'accent sur la sécurité ferroviaire, aérienne et maritime. Je trouve aussi que la sécurité ferroviaire est importante, mais 90 % de ce projet de loi ne touche pas la sécurité ferroviaire.
Voici ce que j'ai fait pour la sécurité ferroviaire dès que j'ai été élu. D'abord, j'ai rencontré les autorités du CN, puisqu'un chemin de fer dessert Limoilou, notamment aux installations portuaires de ma circonscription, au port de Québec, ainsi qu'à la gare de Québec. J'ai eu une rencontre formidable avec un policier du CN. En effet, le CN a des dizaines de policiers qui assurent la sécurité des chemins ferroviaires. Ce policier a répondu à toutes les questions et inquiétudes soulevées par les citoyens de ma circonscription. Ceux-ci voulaient savoir pourquoi des trains restaient souvent aux deux gares de tri pendant plusieurs jours, et ils étaient aussi préoccupés par la vitesse des trains. C'est très important.
Si la sécurité des transports ferroviaires, aériens et maritimes est si importante, pourquoi la discussion en comité a-t-elle été constamment refoulée, et pourquoi a-t-on rejeté en bloc les amendements proposés par l'opposition officielle?
La plupart des amendements présentés étaient axés sur l'amélioration de certains aspects de la sécurité et de la concurrence.
Le projet de loi omnibus comprend des modifications qui touchent 13 différentes lois et elles s'appliquent aux trois principaux modes de transport du Canada et du monde. Comme je l'ai dit, la majorité du contenu de ce projet de loi ne traite pas de sécurité, malgré le fait que l'ensemble du discours du secrétaire parlementaire traitait de la sécurité des transports. C'est dommage.
Hier soir avant de m'endormir, je faisais par hasard une lecture dans la Revue parlementaire canadienne, une revue très intéressante qui cible ce qui se passe dans toutes les Assemblées législatives, provinciales et fédérale, du Canada. Un universitaire a écrit qu'il avait fait une étude concernant les 30 dernières années, et qu'au cours des 20 dernières années, il y avait eu une habitude récurrente d'utiliser l'attribution de temps plus souvent qu'autrement pour les projets de loi, notamment les projets de loi omnibus.
Son étude démontre que le recours aux projets de loi omnibus est souvent fait en raison d'un argument voulant que ce soit plus efficace et qu'il faut réagir rapidement. Le Parlement doit faire preuve de plus d'efficacité, car les Canadiens s'attendent à une Chambre aux travaux efficients. En vérité, au cours des 30 dernières années, l'utilisation récurrente de projets de loi omnibus n'a pas augmenté le nombre de projets de loi adoptés à la Chambre, peu importe les gouvernements au pouvoir depuis 30 ans. L'universitaire va même jusqu'à dire qu'on devrait laisser le Parlement suivre son cours naturel et permettre aux parlementaires de débattre de fond en comble chaque projet de loi. Ainsi, le projet de loi C-49 aurait dû être scindé en plusieurs projets de loi pour qu'on puisse davantage comprendre tous les détails que le gouvernement tente de modifier, comme l'a si bien dit le député de Mégantic—L'Érable.
Cela étant dit, il y a quand même cinq particularités du projet de loi que j'aimerais aborder et qui ont attiré mon attention plus que les autres. Tout d'abord, pour ce qui a trait aux entreprises conjointes internationales auxquelles peuvent avoir recours les compagnies aériennes, ce projet de loi va donner un rôle accru aux ministre des Transports. Comment? Prenons Delta Air Lines et Air Canada, par exemple, qui offrent chacun aux consommateurs des vols Toronto—Atlanta. Pour des raisons de productivité, d'opération ou d'efficacité, ces compagnies pourraient décider de joindre leur route pour mieux desservir les consommateurs.
Normalement, lorsque deux compagnies décident de former une entreprise conjointe internationale sur une route donnée, elles doivent avoir l'approbation du Bureau de la concurrence. Dans le cadre de ce projet de loi, le ministre des Transports aura une influence beaucoup plus importante, parce qu'il décidera au bout du compte, à la place du commissaire de la concurrence, si effectivement les deux compagnies peuvent aller de l'avant avec cette entreprise conjointe internationale. Le ministre va le faire au nom de l'intérêt public. Jusqu'à ce jour, ni les députés libéraux ni les secrétaires parlementaires n'ont été capables de définir quel serait cet intérêt public dans le cadre de l'analyse du ministre, le cas échéant.
La deuxième chose qui m'intéresse, ce sont les nouveaux frais qui seront imposés par rapport à la sécurité. Le ministre des Transports a souvent mentionné le problème à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau où il y a de très longues files d'attentes, parce qu'il n'y a pas assez de guichets de sécurité pour faire en sorte que les gens prennent leur vol en toute confiance. Il a dit vouloir s'assurer qu'il y aura un plus grand nombre de postes pour les files de sécurité, mais il va permettre aux aéroports de charger des frais additionnels. C'est un secret de polichinelle: tout le monde sait que ces frais additionnels seront payés par les clients.
Cet article particulier du projet de loi nous annonce d'emblée que les consommateurs canadiens vont voir le prix de leur billet d'avion augmenter dès l'entrée en vigueur de ce projet de loi. C'est intéressant, parce que chaque fois que les libéraux veulent régler un problème, dans ce cas les files d'attente pour la sécurité dans les aéroports, leur façon de le régler, c'est d'augmenter les coûts pour les Canadiens. Ils veulent régler le problème des changements climatiques: ils créent la taxe sur la carbone. Ils veulent diminuer leur déficit structurel important de 20 milliards de dollars: ils sabrent dans tous les crédits d'impôt auxquels les Canadiens avaient le droit, dont les crédits d'impôt pour le transport en commun, les matériels scolaires, ainsi que pour sports et les arts.
Enfin, le troisième élément, c'est qu'ils veulent changer la loi pour permettre à des compagnies maritimes internationales d'avoir accès à du cabotage et de faire ainsi concurrence à nos armateurs canadiens entre Halifax et Montréal. Cela va entraîner une concurrence extrêmement déloyale pour nos armateurs parce que, au Canada, les Canadiens ont des salaires très intéressants, alors que d'autres compagnies internationales offrent un salaire beaucoup plus bas à leurs employés. C'est donc une concurrence vraiment déloyale pour nos armateurs.
Ce projet de loi n'aurait pas dû être présenté sous la forme d'un projet de loi omnibus. Nous aurions dû pouvoir analyser chaque élément en profondeur, ce que nous ne pouvons pas faire aujourd'hui et c'est très déplorable.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 13:07 [p.14749]
Mr. Speaker, I do not agree.
There has been this kind of pattern with the Liberals for 40 years. It is a paradigm of always increasing the rights of people by creating and enhancing a judicial relation between individuals and companies, between individuals and the state. I think we should let the market regulate problems between citizens and companies. If people are not satisfied with the services given by a company, we can certainly count on them to stop using the services.
Again, the Liberal government wants to implement this kind of relationship of judicial protectionism. Will the Liberals introduce protection for bilingualism respecting Air Canada in this bill of rights for consumers?
Monsieur le Président, je ne suis pas d'accord.
Nous observons ce type de comportement chez les libéraux depuis 40 ans. Il s'agit toujours d'accroître les droits des personnes en créant un lien judiciaire entre les particuliers et les entreprises, entre les particuliers et l'État, et en le resserrant. Selon moi, nous devrions laisser le marché régler les problèmes entre les citoyens et les entreprises. Si les gens ne sont pas satisfaits des services offerts par une entreprise, nous pouvons certainement compter sur eux pour ne plus y avoir recours.
Une fois de plus, le gouvernement libéral veut mettre en place le même type de lien, qui s'appuie sur un protectionnisme judiciaire. Les libéraux prévoiront-ils une protection, dans la fameuse déclaration des droits des consommateurs, pour que les services d'Air Canada soient offerts dans les deux langues officielles?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-31 13:10 [p.14749]
Mr. Speaker, it is significant because it is an amendment coming from the official opposition. That is for sure. At committee, as well as in debate at the House of Commons, if the bill had been separated, because it touches on very large, different sectors of activity in Canada, probably we would have had 30 amendments. Probably the Liberal government in opposition did not want to see us, in this great House of Commons, opposing, debating, and introducing dozens of amendments. We would have been able in committee to analyze the details of each component of this bill. It is very sad.
Members on this side have never had any issue with this kind of omnibus bill. We assume it. However, the Liberals said during the election campaign that they would never go to this kind of practice. This does not change much, actually, in hastening the process of the House or increasing the number of bills going forward.
Also, why do they give us only four or five days to debate such an important bill, when we spent the past three days overseeing Bill C-24 to change a minister of state's title to that of a minister? It is a ridiculous bill that does not give anything more to Canadians, which is what we should be doing: giving something more to Canadians. Rather, Bill C-24 gives more to ministers and the government benches. That is ridiculous. We should spend more days in debate on serious bills and stop joking around in the House, which they do.
Monsieur le Président, je dirais que oui, évidemment, parce qu'ils ont été proposés par l'opposition officielle. Il faut dire que, au comité comme ici, à la Chambre, si le projet de loi avait été scindé du fait qu'il porte sur des secteurs distincts d'activité du Canada et que chacun de ces secteurs est très vaste, nous aurions probablement eu 30 amendements. J'imagine que le gouvernement libéral ne voulait pas que l'opposition profite de sa présence dans l'auguste Chambre des communes pour s'opposer à ses politiques, pour en débattre et pour présenter des dizaines d'amendements. Si le projet de loi avait été scindé, le comité aurait pu analyser en détail chacun de ses éléments. C'est vraiment dommage.
De ce côté-ci, les députés n'ont jamais rien eu contre les projets de loi omnibus comme celui-ci. C'est un choix que nous assumons. Le hic, c'est que les libéraux ont promis pendant la campagne électorale qu'ils n'y auraient jamais recours. Ce n'est pas comme si ce type de mesure accélérait vraiment le processus législatif ou permettait à un nombre accru de projets de loi de suivre leur cours.
Quand on y pense, pourquoi les libéraux nous accordent-ils seulement quatre ou cinq jours pour débattre d'une mesure législative aussi importante alors que nous venons de consacrer les trois derniers jours de séance au projet de loi C-24, qui ferait des ministres d'État des ministres à part entière? Ce projet de loi ridicule n'améliore en rien la vie des Canadiens, alors qu'au fond, notre objectif devrait justement être celui-là: améliorer la vie des Canadiens. Or, ce n'est pas la vie des Canadiens que le projet de loi C-24 va changer, mais celle des ministres et des occupants des banquettes ministérielles. C'est ridicule. Nous devrions passer plus de temps sur les projets de loi sérieux et cesser de nous perdre en futilités, comme le font les députés d'en face.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 11:17 [p.14549]
Mr. Speaker, the member spoke of equal voices in cabinet.
However, an MP who is not a minister may, at the Prime Minister's invitation, attend cabinet to discuss specific issues, and his or her voice will be equal to that of any other elected official around the table, minister or not.
The member said that, unlike in Mr. Harper's government, today's ministers of state have been given by mandate letter their own specific legal responsibilities.
I would like to ask him if that difference has any real impact on the ground. Will there be a cabinet? Will there be a deputy minister? Will there be documents that the government can bring to cabinet? Will there be a department with an actual physical building? Will there be public servants to oversee? If none of those things are in place, then this bill will not really change anything.
Monsieur le Président, le député parle de voix égales au sein du Cabinet.
Pourtant, un député qui n'est pas ministre peut, à la demande du premier ministre, aller au Cabinet concernant des dossiers particuliers, et sa voix serait égale à n'importe quel autre élu autour de la table, peu importe qu'il soit ministre ou non.
Le député dit que, contrairement à ce qui se passait sous la gouverne de M. Harper, les ministres d'État ont aujourd'hui des responsabilités légales et patentes écrites dans la lettre de mandat.
J'aimerais lui demander si cette différence se traduit dans des réalités concrètes sur le terrain. Va-t-il y avoir un Cabinet? Va-t-il y avoir un sous-ministre? Va-t-il y avoir des documents que le gouvernement pourra apporter au Cabinet? Va-t-il y avoir un ministère avec une institution, un bâtiment? Va-t-il y avoir des fonctionnaires à diriger? S'il n'y a aucun de ces atouts, alors ce projet de loi n'apporte aucune différence réelle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 12:03 [p.14555]
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to rise.
I would like to take a few moments to tell the people of Beauport—Limoilou who are listening right now that I am truly very disappointed with what the Finance Minister did last week and this week. Canadians have become aware that he misled them for two years and that he did not put his $20 million in Morneau Shepell shares in a blind trust. I seriously expected him to rise last week for his final response in question period to say that he regretted it, and that not only did he no longer have his shares, but he was donating to charity the $65,000 in additional monthly profits that he pocketed for the last two years. That would have been the least he could do. He is an extremely wealthy man. He should have done that, and I do not think that it would have jeopardized his retirement.
With respect to Bill C-24, I will be addressing primarily the aspect of the ministers and the administrative change that means absolutely nothing, as well as the supplementary estimates. I will also very quickly address the issue of regional development. The Liberals are abolishing regional development minister positions. These positions are key, because today 60% of Canadians live in large cities. The same is true almost everywhere in the world. These positions are also important because the voice of rural Canadians is being less and less heard in the House. There will no longer be ministers representing regional development agencies in the Atlantic provinces, Quebec or western Canada. These agencies will no longer exist, or at least they will not have any ministers. These ministers sat at the cabinet table to ensure that every region of Canada had a voice.
The first thing the Liberals did was to make sure that there would no longer be any ministers representing the regions and to entrust all decisions to a single individual, the Minister of Innovation, Science and Economic Development in Toronto. This has already had a serious impact. Last fall, $150,000 in funds earmarked for economic development in northern Ontario was allocated to a company based in the Minister of Innovation, Science and Economic Development’s riding of Mississauga. This is precisely the new type of politics the Liberals have been playing.
This spring, an Atlantic liberal caucus subcommittee indicated that they had been told that processing times at ACOA were three times longer since the appointment of a minister from Toronto. It is not surprising, since he himself, as a minister from Toronto, is completely overwhelmed by the affairs of Canada’s great city of Toronto and completely overwhelmed by the affairs of his own department. That is why we need independent ministers who can focus on the region they represent. We are saddened to see the government go ahead and abolish these key minister positions in Canada.
I spoke about Bill C-24 here in the House about six months ago. It was late spring. At that time not so long ago, I was still a permanent member of the powerful Standing Committee on Government Operations and Estimates. It was quite the learning experience for me. I had to read a huge number of documents and learn about many financial, economic, and structural issues. The committee deals with government operations and estimates.
Every four or five months, the committee reviews and analyzes the supplementary estimates, in other words, the credits the government wants to have approved by the committees so that it can close its fiscal year on a sound note. I observed one thing. I do not remember exactly whether it was credit A, credit B or credit C, or which department it was. I think it was the Treasury Board. After it was elected, the government immediately wanted to raise the salaries of the ministers of State, as is proposed in the bill. Normally, to do so, the government must introduce a bill like the one we are debating today concerning ministers’ salaries and allowances.
That is not what they have been doing for the past two years. In fact, the Liberals used the supplementary estimates, by including the votes in the supplementary estimates and getting them approved through the Standing Committee on Government Operations and Estimates for two consecutive years. We Conservatives were a minority. We voted against that funding, but that did not change anything.
If this bill were so important, if it were true, as they claim, that this bill is intended to foster ministerial pay and gender equality, then why did they use the back door to increase salaries? Why did the Liberals not introduce Bill C-24 when they first came to power in 2015? If gender equality were that important to them, they would have introduced this bill as a priority at the outset.
Something about this really surprises me. An hon. member for whom I have enormous respect and who served in the military said that a minister is a minister is a minister. First, that is an extreme extrapolation. One can say that a Canadian is a Canadian is a Canadian, but at the same time, a minister is still a Canadian like any other. The part that concerns me is that ministers of state are not on the same footing as ministers. The question is simple: do they have deputy ministers? No, and this bill will do nothing to change that fact, either.
Ministers of state will not have deputy ministers or cabinets, which have a staff of about 40 to assist their minister perform difficult tasks. They will not have the right to submit memorandums to cabinet explaining government issues. Most importantly, they will not have any officials serving under them. For example, the Minister of National Defence has 80,000 public servants under him. Not only is there the civilian administrative wing comprising some 20,000 employees, but there is also the military wing, because military troops are public servants. All told, we are talking 100,000 people.
Ministers of state will not have 100,000 people to manage and give orders to. Neither will they oversee an actual institution, or have headquarters from which to work. For example, Public Services and Procurement Canada is across the beautiful Ottawa River, and there is a huge building there with Public Services and Procurement Canada written on it. About 10,000 people work there.
Ministers of state have none of the prerequisites that would make them equal to ministers. This has nothing to do with gender equality or equity between individuals. Ministers of state simply do not have a minister’s workload. That is the only thing Canadians need to know.
Remarkably, the hon. member of St. Catharines himself said it a thousand times in his speech on administrative changes. That is exactly what it is: an administrative change. It is not a substantial change. The Minister of International Development and La Francophonie, who comes from the Eastern Townships, will not have a building with 10,000 public servants or a cabinet. She will not have anything a real minister has. I am on the Standing Committee on Official Languages, so I recognize that the files she manages are extremely important, but her workload will still be quite a bit lighter than that of the Minister of National Defence, for example.
My colleague from Calgary Shepard made me think of something. It is not true that all cabinet ministers are equal. No one can tell me that the Minister of Finance and the Minister of Canadian Heritage are on equal footing. I must say that I prefer heritage to the economy. That being said, the Leader of the Government in the House of Commons has a portfolio because she is the House leader and she is the Minister of Small Business and Tourism. She has more to deal with than another minister who does not have these two portfolios and these two responsibilities. It is as simple as that.
I wanted to say one last thing, something a little more philosophical. Imposing a gender-equal cabinet comes with its own share of risks. At the end of the day, philosophically and legally speaking, what does it even mean? It means that we will never see an all-female cabinet in Canada. I would even go so far as to say that this is good way for the Prime Minister of Canada to make sure that women never make up more than half a cabinet.
In fact, I would even say that this will stop the advancement of women in politics.
Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole.
J'aimerais prendre quelques secondes pour dire aux gens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en ce moment que je suis vraiment très déçu de ce que le ministre des Finances a fait la semaine passée et cette semaine. Les Canadiens ont pris conscience du fait qu'il les avait trompés pendant deux ans et qu'il n'avait pas mis dans une fiducie sans droit de regard ses actions de 20 millions de dollars de Morneau Shepell. Je m'attendais sérieusement à ce qu'il se lève la semaine dernière lors de sa première réponse à la période des questions pour dire qu'il regrette et que non seulement il n'a plus ses actions, mais qu'en plus il donne à la charité les 65 000 $ de profits mensuels supplémentaires qu'il a empochés depuis deux ans. Cela aurait été la moindre des choses à faire. C'est un homme extrêmement riche. Il aurait dû faire cela, et je ne pense pas que cela aurait nui beaucoup à sa retraite.
Pour ce qui est du projet de loi C-24, je vais surtout me pencher sur l'aspect des ministres et du changement administratif qui ne veut absolument rien dire, de même que sur un aspect concernant les budgets supplémentaires des dépenses. Très rapidement, je vais quand même effleurer la question du développement régional. Les libéraux abolissent les postes de ministres de développement régional. Ces postes sont névralgiques parce que, aujourd'hui, 60 % des Canadiens vivent dans les grandes villes. C'est un phénomène qu'on retrouve partout dans le monde. Ces postes sont névralgiques également parce que la voix des Canadiens vivant en milieu rural perd de plus en plus de son gallon et de sa force motrice au sein de la Chambre. Les ministres qui représentent les agences de développement régionales, que ce soit pour l'Atlantique, pour le Québec ou pour l'Ouest, n'existeront plus. Ces agences n'existeront plus, ou du moins, elles n'auront plus de ministres. Ces ministres étaient autour de la table du Cabinet pour assurer la voix des régions du Canada.
La première étape des libéraux a été de faire en sorte qu'il n'y ait plus de ministres qui représentent les régions et de confier toute la prise de décisions à un seul individu, soit le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, qui est à Toronto. Cela a déjà eu des conséquences notables. L'automne dernier, des fonds de 150 000 $ pour le développement économique du Nord de l'Ontario ont été alloués à une entreprise basée dans la circonscription du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, à Mississauga. C'est justement le nouveau genre de politiques des libéraux.
Ce printemps, un sous-comité du caucus libéral de l'Atlantique a indiqué qu'on lui avait signalé que les délais de traitement à l'APECA étaient trois fois plus longs depuis la nomination d'un ministre de Toronto. Ce n'est pas surprenant, car lui-même, en tant que ministre de Toronto, est complètement débordé par les enjeux de la grande ville mère du Canada et complètement débordé par les enjeux de son propre ministère. C'est pour cela que nous avons besoin de ministres indépendants qui se concentrent sur un rôle de représentation régionale. Nous sommes bien tristes de voir le gouvernement aller de l'avant et supprimer ces postes ministériels névralgiques au Canada.
J'ai parlé du projet de loi C-24 ici à la Chambre il y a environ six mois. C'était à la fin du printemps. À cette époque pas si lointaine, j'étais encore un membre permanent du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, un comité imposant. Ce fut tout un apprentissage pour moi. J'ai dû faire des lectures en quantité industrielle et apprendre sur beaucoup d'enjeux financiers, économiques et structurels. On parle du fonctionnement et des prévisions budgétaires du gouvernement.
À ce comité, tous les quatre ou cinq mois, nous révisions et analysions les budgets des dépenses supplémentaires, donc, les crédits que le gouvernement veut faire approuver par les comités pour pouvoir bien terminer l'année financière. J'ai constaté une chose. Je ne me souviens plus exactement s'il s'agissait du crédit A, du crédit B ou du crédit C ni de quel ministère exactement il s'agissait. Je pense que c'était le Conseil du Trésor. Or, le gouvernement, après son élection, a immédiatement voulu augmenter le salaire des ministres d'État, comme ce qui est proposé dans le projet de loi. Pour faire cela, il faut normalement déposer un projet de loi, comme celui que les libéraux ont déposé et dont nous débattons aujourd'hui concernant le traitement des salaires et le traitement des indemnités des ministres.
Ce n'est pas ce qu'ils ont fait pendant deux ans. En fait, les libéraux ont passé par l'entremise des budgets supplémentaires des dépenses, en accordant des crédits relatifs aux budgets supplémentaires des dépenses, et en faisant voter ces crédits par le biais du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires pendant deux années consécutives. Nous, les conservateurs, étions minoritaires. Nous avions beau voter contre ces crédits, cela ne changeait rien.
Si ce projet de loi était si important, si c'était aussi vrai qu'ils osent le prétendre que ce projet de loi vise l'équité salariale et le respect ministériel entre les hommes et les femmes, alors pourquoi ont-ils utilisé la porte arrière pour augmenter les salaires? Pourquoi les libéraux n'ont-ils pas présenté le projet de loi C-24 dès leur première journée de rentrée parlementaire en tant que nouveau gouvernement élu en 2015? Si la question de l'équité homme-femme était si importante pour eux, ils auraient dû présenter ce projet de loi comme une priorité au tout début.
Il y a une chose qui me surprend énormément dans toute cette histoire. Une députée, que je respecte énormément et qui a fait un service militaire en bonne et due forme, disait qu'un ministre est un ministre est un ministre. D'abord, c'est de l'extrapolation extrême. Un Canadien est un Canadien est un Canadien, c'est respectable. En revanche, un ministre, c'est un Canadien comme tous les autres, ce n'est pas un statut si particulier. Ce qui me déplaît dans tout cela, c'est que, de toute évidence, un ministre d'État n'est pas du tout au même niveau qu'un ministre. La question est simple: a-t-il un sous-ministre? Non, et ce projet de loi ne changera pas cela non plus.
Les ministres d'État n'auront pas de sous-ministre et ils n'auront pas de cabinet. Un cabinet est composé d'environ 40 employés qui appuient les tâches extrêmes d'un ministre. Ils n'auront pas le droit de présenter un mémoire au cabinet pour expliquer des enjeux gouvernementaux. Ils n'auront surtout pas de fonctionnaires. Par exemple, à la Défense nationale, le ministre a 80 000 fonctionnaires sous lui. Il y a non seulement l'aile administrative civile, soit environ 20 000 personnes, mais il y a l'aile militaire, parce que les militaires sont des fonctionnaires. En tout, cela représente 100 000 personnes.
Les ministres d'État n'auront pas 100 000 personnes à diriger et à qui donner des directives. Les ministres d'État n'auront pas non plus une institution, un endroit, soit un siège en tant que tel. Par exemple, Services publics et Approvisionnement Canada se trouve de l'autre côté de la rivière des Outaouais, cette belle rivière, et on trouve un bâtiment immense sur lequel il est écrit Services publics et Approvisionnement Canada. Il y a peut-être 10 000 personnes qui travaillent à cet endroit.
Les ministres d'État n'ont aucun des préalables qui font qu'on pourrait dire qu'ils sont au même niveau qu'un ministre. Cela n'a rien à voir avec l'équité homme-femme et cela n'a rien à voir avec l'équité d'un individu à un autre. Les ministres d'État n'ont tout simplement pas la charge d'un ministre. C'est la seule réalité que les Canadiens doivent savoir.
Incroyablement, le député de St. Catharines l'a avoué lui-même 1 000 fois dans son discours en parlant de changements administratifs. C'est bien cela: c'est un changement administratif, ce n'est pas un changement de fond. La ministre du Développement international et de la Francophonie, qui vient des Cantons de l'Est, n'aura pas un bâtiment avec 10 000 fonctionnaires ou un cabinet ministériel. Elle n'aura rien qui se rapporte à un vrai ministre. Bien que ses enjeux soient très importants — et je suis au Comité permanent des langues officielles, en passant —, elle n'aura pas des tâches aussi volumineuses que le ministre de la Défense nationale, par exemple.
Mon collègue deCalgary Shepard m'a fait penser à une chose: ce n'est pas vrai que les gens au sein du cabinet ministériel sont égaux. On ne va pas me faire croire que le ministre des Finances et la ministre du Patrimoine canadien, sont sur un pied d'égalité, bien que je préfère le patrimoine à l'économie. Cela étant dit, la leader du gouvernement à la Chambre des communes a un portefeuille parce qu'elle est leader à la Chambre et elle est ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme. Elle a plus d'enjeux qu'un autre ministre qui n'a pas ces deux portefeuilles et ces deux responsabilités. C'est aussi simple que cela.
Je voulais dire une dernière chose, et ce sera sur le plan philosophique. Vouloir imposer la parité à l'échelle du cabinet ministériel porte son lot de dangers. En effet, au bout du compte, philosophiquement et légalement parlant, qu'est-ce que cela veut dire? Cela veut dire que jamais dans l'histoire future du Canada on verrait un cabinet composé à 100 % de femmes. J'irais même jusqu'à dire que c'est une belle façon pour le premier ministre du Canada de s'assurer que jamais un cabinet ministériel ne sera composé de plus de la moitié de femmes.
En fait, je dirais même que c'est pour stopper l'avancement des femmes en politique.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 12:16 [p.14557]
Mr. Speaker, the bill does not speak about equal votes; it speaks about equal voice. I will tell members something interesting. When I was an intern in the Prime Minister's Office, the greatest honour of my life was to be part of a cabinet meeting. There, I was completely astounded to see MPs, not ministers, enter the room and be part of the meeting. They would stand and give their opinion with respect to the discussion. The ministers would acknowledge them, saying that this was the direction they should take. That is equal voice. Those MPs did not need a title or a ministry to have an equal voice. Having an equal voice around a cabinet table has nothing to do with which ministry one has.
Monsieur le Président, le projet de loi ne parle pas de votes, mais de voix qui comptent autant les unes que les autres. Je vais dire quelque chose qui me paraît intéressant. Lorsque j’étais stagiaire au Cabinet du premier ministre, participer à une réunion du Cabinet était le plus grand honneur pour moi. J’étais époustouflé de voir des députés, et non pas des ministres, entrer dans la salle et participer à la réunion. Ils exprimaient librement leur opinion sur le sujet en discussion. Les ministres s’adressaient à eux pour leur expliquer l’orientation qu’ils allaient prendre. Pour moi, c’est cela avoir une voix qui compte autant que les autres. Ces députés n'avaient pas besoin d'un titre spécial ou d'être responsable d'un ministère pour être entendus sur un pied d'égalité. Avoir son mot à dire autour de la table du Cabinet n'a rien à voir avec le ministère pour lequel on travaille.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 12:18 [p.14557]
Mr. Speaker, that is exactly the case, and I must put forward a great example.
When Winston Churchill was the minister of the Royal Navy in 1918, he went on a ship. Things were not going as they should have, so he went to see the commander. He asked him to bring all the men on board so he could speak with them. The commander said to Mr. Churchill that he should never speak to the soldiers, but he again said that he wanted to speak with the soldiers. He went to one of the lowest-ranking marines and asked him what the plan should be to get out of them of the mess. The soldier told him his plan. Churchill then turned to the highest-ranking officer and told him that he was to do that. Since then, occidental armies have this kind of practice where everyone listens. I was in the army and I know that commanders always ask their soldiers what they should do. Of course afterward it is the commanders who will decide.
Therefore, you are right, sir, the government does not listen to people who do not have a title. However, in the former Conservative government, Harper used to listen to everyone.
Monsieur le Président, c’est tout à fait cela, et je vais vous en donner un bon exemple.
Lorsque Winston Churchill était ministre de la Marine royale, en 1918, il se rendit un jour sur un navire. Comme les choses ne fonctionnaient pas bien, il demanda au commandant de convoquer tous les hommes sur le pont parce qu’il voulait leur parler. Le commandant répondit à M. Churchill qu’il ne devait jamais s’adresser directement aux soldats, mais celui-ci insista. Il demanda alors à l’un des marins les moins gradés ce qu’il faudrait faire pour résoudre le problème. Le soldat lui exposa son plan, et Churchill se tourna ensuite vers l’officier le plus haut gradé pour lui dire que c’était exactement ce qu’il allait faire. Depuis lors, les armées occidentales ont adopté cette pratique selon laquelle les commandants restent à l’écoute de leurs troupes. Quand j’étais dans l’armée, je me souviens que les commandants demandaient toujours à leurs soldats ce qu’on pourrait faire. Ensuite, c’est bien sûr au commandant de décider.
Par conséquent, vous avez raison de dire, monsieur, que le gouvernement n’écoute pas ceux qui n’ont pas de titre. Par contre, à l’époque de l’ancien gouvernement conservateur, Harper écoutait tout le monde.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 16:41 [p.14596]
Mr. Speaker, I wish to inform you that I will be sharing my time with my colleague from Bow River.
One thing is certain: the hon. member for Hamilton Centre is a great speaker and therefore a tough act to follow. I must say that I share his respect and admiration for Canada's territories, namely, Nunavut, Northwest Territories, and Yukon. I have admired that region ever since I was a little boy. In my childhood and teenage years, I had a specific dream, one that I have not totally given up on but is fading as time goes by. We will see what happens in the future. I used to dream that I would live out my old age on Great Bear Lake. I would build a house and live there from about the age of 75 or 80 until the end of my days.
When I was 14, I took a flight from Toronto to Osaka, Japan. Just like the member for Hamilton Centre described it, I flew over the Northwest Territories, Yukon, and Alaska. It is true that it is hard to believe just how huge our country is. There are millions and millions of lakes. It sometimes seems that there is more water than land in the north. It is almost frightening. That is when I really understood why winters are so important there for travel, because the ice creates roads everywhere, and so people do not have to go around the many lakes.
Simply put, those territories are incredible, and I want to say right off the bat that I speak here today with utmost humility. As the member for Hamilton Centre was saying, we are talking about Yukon, and it is rare for the people of Yukon to have the opportunity to be heard in the House. I hope my comments convey how much respect I have for the people of Yukon. I will try to raise a few points that the opposition sees as essential to our discussion in the House.
I want to address some of the comments that were made, including one by the hon. member for Aurora—Oak Ridges—Richmond Hill. She said that the opposition should be ashamed of the way it treated indigenous peoples when it was in power. I find it rather hypocritical for a Liberal member to say that because one of the first things the Liberals did when they came to power was abolish the First Nations Financial Transparency Act.
I can say that as soon as that happened, our indigenous affairs critic got a lot of mail. We heard from a lot of indigenous people. That decision affects indigenous women and it affects indigenous peoples. We developed that legislation to ensure that leadership and the indigenous elite, the first nations chiefs, were accountable not only to the departments, but also to the people living on their reserves. I think that was very respectful toward indigenous peoples to do that. It was something that they wanted. One of the first things that the Liberals did was abolish that legislation. When I go door to door, people often tell me that they think that was an awful decision. My colleague from Yellowhead was talking about it and I completely agree with what he had to say.
I would also like to say that, despite how humbling it is for me to participate in this debate, we must not forget that the Yukon is a territory that belongs to all Canadians. Make no mistake: a territory does not have the same status as a province. For centuries, Canada's north has played an important role in the country's economic development and in weaving the fabric of our country and economy. Yukon has a role to play. It is only natural that the federal government decides when to intervene in the affairs of the Yukon because it is indeed a territory. If we want to make the Yukon a province, then that is another debate.
The member for Yukon said that everyone in his territory, in his riding, which is huge, supports his bill. I understand that. However, I think that there were some good things about Bill S-6, which we introduced in 2015, even if the government does not agree. I also think that there are some negative things about the bill that is currently before us, even if the government thinks that there is nothing wrong with it.
I would like to talk a little bit about those negative aspects. One of the problems I see with Bill C-17 is that it follows the Liberal government's tendency toward centralization.
Why am I talking about a pattern of centralization? The government did away with the regional development ministers and gave all the responsibility to one minister of economic development for Canada, who lives in Toronto. That is an obvious example of centralization. The government also did away with the position of political lieutenant for Quebec, since the Prime Minister claims to be the province's general—
Monsieur le Président, j'aimerais vous faire part du fait que je vais partager mon temps de parole avec mon collègue de Bow River.
Une chose est certaine: ce n'est pas facile de prendre la parole après un grand orateur comme le député de Hamilton-Centre. Je dois dire que je partage son respect et son admiration pour les territoires canadiens, c'est-à-dire, le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon. J'ai une admiration pour ces territoires depuis mon très jeune âge. Je dois dire que dans mon enfance et adolescence, j'avais un rêve particulier, que je n'ai pas totalement abandonné, mais qui s'amenuise avec le temps. On verra ce qu'il en adviendra plus tard. J'avais le rêve de terminer mes vieux jours au Grand lac de l'Ours, d'y construire une maison, et d'y vivre à partir de 75 ou 80 ans, jusqu'à la fin de mes jours.
À l'âge de 14 ans, j'ai pris un avion de Toronto à Osaka, au Japon. Un peu comme le député de Hamilton-Centre le décrivait, j'ai survolé les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et l'Alaska. Il est vrai que c'est incroyable de découvrir à quel point notre pays est gigantesque. Il y a des millions et des millions de lacs. On a parfois l'impression qu'il y a plus d'eau que de territoires dans le Nord. C'est presque effrayant. C'est là que j'ai compris pourquoi les hivers sont très importants là-bas pour le déplacement, parce que la glace crée des autoroutes un peu partout, ce qui évite d'avoir à contourner les nombreux lacs.
Bref, ces territoires sont fantastiques et j'aimerais dire d'entrée de jeu que j'interviens aujourd'hui en toute humilité. Comme le député de Hamilton-Centre le disait, on parle du territoire du Yukon, et c'est rare que le peuple du Yukon a l'occasion de se faire entendre à la Chambre. J'espère que je vais intervenir de la manière la plus respectueuse qui soit. Je vais tenter de soulever quelques aspects dont il est essentiel de faire part à la Chambre, selon l'opposition.
Je voudrais aborder certains commentaires qui ont été faits, dont un par la députée d'Aurora—Oak Ridges—Richmond Hill. Elle a dit que l'opposition devrait avoir honte de la façon dont elle a traité les Autochtones lorsqu'elle était au pouvoir. Je trouve cela assez paradoxal d'entendre une députée libérale dire cela, parce qu'une des premières choses que les libéraux ont fait quand ils sont arrivés au pouvoir, c'est d'abolir la Loi sur la transparence financière des Premières Nations.
Je peux dire que dès que c'est arrivé, notre porte-parole en matière d'affaires autochtones a reçu beaucoup de correspondance. De nombreux Autochtones ont communiqué avec nous. Cela touche d'abord les femmes autochtones et cela touche le peuple autochtone. Nous avions élaboré cette loi pour faire en sorte que le leadership et l'élite autochtone, les chefs des Premières Nations, rendent des comptes pas seulement aux ministères, mais également aux gens qui vivent dans leurs réserves. Je pense que c'était très respectueux envers les autochtones d'avoir fait cela. C'était quelque chose qu'ils voulaient. Une des premières choses que les libéraux ont fait, c'est d'abolir cette loi. Quand je fais du porte-à-porte, les gens me disent souvent qu'ils trouvent cela vraiment aberrant. Mon collègue de Yellowhead en a parlé, et je suis tout à fait d'accord avec lui.
Je voudrais aussi dire que malgré l'humilité que je dois avoir concernant ce débat, il ne faut pas oublier que le Yukon est un territoire qui appartient à tous les Canadiens. Un territoire n'a pas le même statut qu'une province, il ne faut pas se leurrer. Depuis des siècles, le Nord du Canada est partie prenante du développement économique du pays et du projet fédéral et économique de tous les Canadiens. Le Yukon a donc un rôle à jouer. C'est normal que le gouvernement fédéral intervienne ou n'intervienne pas dans les affaires du Yukon, puisqu'en définitive, c'est un territoire. Si on veut que cela devienne une province, c'est un autre débat.
Le député du Yukon dit que son projet de loi fait l'unanimité dans son territoire, dans sa circonscription qui est extrêmement vaste. Je le comprends bien. Or je pense quand même que dans notre projet de loi S-6, déposé en 2015, il y avait certains éléments positifs, même si selon le gouvernement, tout était négatif. Je crois également qu'il y a certains éléments négatifs dans le projet de loi à l'étude actuellement, même si le gouvernement pense que tout est positif.
Je vais aborder un peu ces éléments. Selon moi, un des éléments négatifs du projet de loi C-17, c'est qu'on y voit cette tendance de centralisation du gouvernement libéral.
Pourquoi est-ce que je parle d'un pattern de centralisation? Le gouvernement abolit les ministres de développement régionaux pour avoir un ministre de développement économique du Canada qui est à Toronto. C'est une centralisation patente. Le poste de lieutenant politique pour le Québec est aboli, car le premier ministre dit être le général en chef de la province...
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 16:48 [p.14597]
Mr. Speaker, I totally understand the member's reasoning. However, as the NDP member said, we are talking about Yukon, so I think that we should proceed, and that that is a good thing.
I would now like to talk about centralization. A carbon tax was imposed on the provinces without consulting them. As for health transfers, the government imposed conditions that the provinces opposed but were bullied into accepting. This brings me to the central theme of my speech: devolution.
In the 1980s, under Mulroney, and again under the Harper government, we began a positive process of political devolution that focused much more on Yukon than Nunavut or the Northwest Territories. This bill, Bill C-17, not in its entirety but certainly some of its clauses, works against the very devolution that I believe to be good for the people of Yukon. Why? Because it will eliminate the federal minister's ability to transfer ministerial powers, duties, and functions to a territorial government.
I was very proud to learn about this legislation in 1995. I thought it was fantastic that a Conservative government had introduced it. It is a truly Conservative measure because we support decentralization. As is the case with Britain's Conservatives who ceded power to Scotland, which now has a quasi autonomous parliament, western Conservatives support decentralization. We ceded very important powers to the Yukon government over time.
It actually started with a Liberal government. With the advent of responsible government in the Yukon in 1978, political parties were formed for the first time. Under Mulroney in the 1980s and 1990s, there were transfers of very important federal powers. In 1992, at the end of the Mulroney era, the first nations and the government entered into an agreement. Under the Martin government, Yukon was given all the powers that other provinces had, except over criminal prosecutions.
In Yukon, mining is the main industry. Therefore, it is very important for the people and their government to make their own decisions about environmental assessments and the projects they will accept.
For me, the problem with the Liberals' Bill C-17 is this desire to roll back the powers we delegated to the Yukon government to approve or deny proposed mining and resource development projects. This bill is a definite step backwards in terms of devolution.
This is what the member for Rosemont—La Petite-Patrie was just referring to when he said that one government takes one step forward and the next takes one step back. I think that if there is one thing that successive governments should not go back on, it is this type of important policy on territorial devolution. Yukon was one of the territories that benefited the most. In spite of its flaws, Bill S-6, which was passed in 2015, did a lot for devolution.
In short, it is a shame. That is pretty much all I wanted to say today. In closing, I would like to add that my colleague takes the prize for hardest-working MP. He is a very brave and courageous man, because taking the plane every week as he does must be gruelling.
Monsieur le Président, je comprends tout à fait le raisonnement du député. Cependant, comme le disait le député du NPD, on parle du Yukon. Je pense donc qu'on devrait continuer et que c'est positif.
Je voudrais maintenant parler de la centralisation. On a imposé une taxe sur le carbone aux provinces sans les consulter. Quant aux transferts en santé, le gouvernement a imposé des conditions auxquelles s'opposaient les provinces, et à cause de l'intimidation, les provinces ont dû dire oui. Cela m'amène à l'élément central de mon discours: la dévolution.
Nous avions entamé, depuis les années 1980, sous Mulroney, comme nous l'avions fait sous Harper également, un processus positif de dévolution politique qui visait beaucoup plus le territoire du Yukon que le Nunavut ou les Territoires du Nord-Ouest. Je pense que le projet de loi C-17 actuel, pas dans son ensemble, mais en raison de certains de ses articles, va à l'encontre de cette dévolution qui, selon moi, est une bonne chose pour les citoyens du Yukon. Pourquoi? C'est parce qu'il va abolir la capacité du ministre fédéral de transférer ses pouvoirs, ses attributions et ses fonctions à un gouvernement territorial.
J'étais très fier, en 1995, quand j'ai pris connaissance de ce projet de loi. Je me disais que c'était fantastique qu'il vienne d'un gouvernement conservateur. C'est quelque chose qui nous est propre, parce que nous sommes des décentralisateurs. Au même titre que les conservateurs de l'Angleterre qui ont cédé un pouvoir à l'Écosse, qui a maintenant un Parlement quasi autonome, les conservateurs occidentaux sont des décentralisateurs. Nous avons cédé des pouvoirs très importants au gouvernement du Yukon au cours de l'histoire.
Cela a commencé sous un gouvernement libéral, quand même. En 1978, il y a eu l'avènement d'un gouvernement responsable au Yukon et des partis politiques sont apparus pour la première fois. Lors des années 1980 et 1990, sous Mulroney, il y a eu des transferts de pouvoirs fédéraux très importants. En 1992, il y a eu l'accord entre les Premières Nations et le gouvernement, à la fin du gouvernement de Mulroney. Enfin, sous le gouvernement Martin, on leur a donné tous les pouvoirs similaires aux autres provinces, sauf ceux ayant trait aux poursuites criminelles.
Au Yukon, l'industrie principale est l'industrie minière. Il est donc très important que son peuple et son gouvernement puissent prendre leurs propres décisions en ce qui a trait aux évaluations environnementales et aux projets qu'ils vont accepter.
Pour ma part, ce qui m'apparaît négatif dans le projet de loi C-17 déposé par les libéraux, c'est cette volonté de revenir en arrière par rapport à cette dévolution que nous avons faite indépendamment d'un projet d'exploitation minière et du pouvoir du gouvernement du Yukon d'accepter ou de refuser des projets d'exploitation de ressources. J'y vois clairement un recul quant à la dévolution.
Le député de Rosemont—La Petite-Patrie déplorait justement cela et disait que d'un gouvernement à l'autre, on faisait un pas en avant et un pas en arrière. Or s'il y a une chose sur laquelle on ne devrait pas reculer d'un gouvernement à l'autre, selon moi, c'est ce type de politique intéressante de dévolution qui vise les territoires. Le Yukon était l'un de ces territoires qui en bénéficiait le plus. Le projet de loi S-6, en 2015, malgré ses imperfections, avait une caractéristique importante de dévolution.
Bref, c'est dommage, et c'est un peu ce que je voulais dire aujourd'hui. En conclusion, je voudrais dire que mon collègue a gagné le prix du député le plus travaillant de la Chambre des communes. Il est un homme brave et très courageux, car cela doit être éreintant de prendre l'avion chaque semaine comme il le fait.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 16:53 [p.14598]
Mr. Speaker, of course indigenous people are stewards of their lands. My wife works for the Inuit. My mother worked for the Inuit. My father works for the Mi’kmaq. I know quite a bit about indigenous people, and I respect them a lot. My name is an Inuit name, but I cannot say my own name in this House. I understand what the member means. That is why we need to continue with the devolution of as much power as possible to the territories, as the Nunavummiut are requesting right now. It is their choice to make on an ongoing basis. I think Bill S-6, under the Conservative government, was positive in that way.
Monsieur le Président, il est bien évident que les Autochtones sont les gardiens de leurs terres. Ma femme travaille pour les Inuits. Ma mère a travaillé pour les Inuits. Mon père travaille pour les Micmacs. J'en connais beaucoup au sujet des Autochtones, et je les respecte beaucoup. Mon nom est d'origine inuite, mais je ne peux pas le dire à la Chambre. Je comprends ce que la députée veut dire. C'est pour cette raison que nous devons continuer le transfert du plus grand nombre de pouvoirs possibles à ces territoires, comme le demandent les Nunavummiuts à l'heure actuelle. C'est une question sur laquelle ils doivent se pencher régulièrement. Selon moi, le projet de loi S-6, présenté sous le gouvernement conservateur, était positif à cet égard.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-26 16:57 [p.14598]
Mr. Speaker, I want to tell my colleague that, in actual fact, I am sure that Bill S-6 had many flaws. It is rare that members recognize that sort of thing in the House, but I mentioned that at the very start. I recognized that it was flawed.
I was not part of cabinet at the time, so I cannot say why that decision was made. As I said, one of the problems I see with Bill C-17 is that some progress is being lost with regard to the devolution of power to the Government of Yukon. I think it is up to the Government of Yukon to make sure that all parties in the territory are satisfied with industry-related decisions.
I understand that the government could have consulted more but, at the same time, the federal government holds discussions with its counterpart, the territorial government.
Monsieur le Président, je dois dire à ma collègue qu'au contraire le projet de loi S-6 avait sûrement de nombreuses imperfections. C'est rare qu'on reconnaisse ce genre de chose à la Chambre. Je l'ai fait d'emblée, je l'ai reconnu.
Je n'étais pas à table du cabinet ministériel à l'époque, et je ne peux pas dire pourquoi la décision a été prise. Comme je l'ai dit, une des choses négatives que je vois dans le projet de loi C-17, c'est qu'il y a une perte de terrain sur le plan de la dévolution envers le gouvernement du Yukon. Je pense que c'est la responsabilité du gouvernement du Yukon de s'arranger pour que, sur son territoire, tous les partis soient satisfaits des décisions relativement aux industries.
Je peux comprendre que le gouvernement aurait pu consulter davantage, mais, en même temps, le gouvernement fédéral discute avec son vis-à-vis, le gouvernement territorial.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-20 12:01 [p.14344]
Mr. Speaker, working for veterans is not just a matter of putting together beautiful public policy, it is a matter of reaching out, giving a hand, and listening. A year ago, there was a veteran on a hunger strike on the Hill. The minister refused to go and meet him. Today, the Desmond family is on the Hill. They need the minister's compassion. Will he go and meet them today, right now, after QP in a few minutes?
Monsieur le Président, travailler auprès des anciens combattants, ce n'est pas seulement élaborer des politiques publiques attrayantes; c'est aussi se rapprocher, aider et écouter. Il y a un an, un ancien combattant a fait la grève de la faim sur la Colline. Le ministre a refusé d'aller à sa rencontre. Aujourd'hui, les membres de la famille Desmond sont sur la Colline. Ils ont besoin de la compassion du ministre. Va-t-il aller à leur rencontre aujourd'hui, dès que la période des questions prendra fin, dans quelques minutes?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-16 14:49 [p.14097]
Mr. Speaker, $200,000 for a book cover, $200,000 for the cover of the federal budget, $200,000 for a piece of paper, that is the Liberal government's trademark. This was not a gaffe or a mistake. It was an actual decision by the Liberals.
The hon. member for Louis-Hébert says that his government is working for the less fortunate. What does he have to say to them after spending $200,000 on a piece of a paper?
Monsieur le Président, 200 000 $ pour la couverture d'un livre, 200 000 $ pour la couverture du budget fédéral, 200 000 $ pour une feuille de papier: c'est cela la marque du gouvernement libéral. Ce n'est une gaffe ou une erreur, c'est une décision concrète que les libéraux ont prise.
Le député de Louis-Hébert dit que son gouvernement travaille pour les pauvres. Que va-t-il leur dire après avoir dépensé 200 000 $ pour une feuille de papier?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-10-03 15:04 [p.13874]
Mr. Speaker, the Minister of Canadian Heritage is patting herself on the back for signing a deal with Netflix. However, her proposals and commitments with regard to protecting the production of French-language content remain totally unclear.
It is for that very reason that Ms. Prégent, the president of the Quebec artists' union, said the Liberal government is sending a mixed message: it sits down for a talk, but then it turns around and takes steps that were never discussed. The CEO of Simons echoed that sentiment, saying the agreement has no long-term vision.
Has the minister forgotten her mandate letter? What firm commitments can she offer towards French-language cultural production?
Monsieur le Président, la ministre du Patrimoine canadien se targue d'avoir scellé une entente avec Netflix. Pourtant, ses propositions et engagements quant à la protection de la production culturelle francophone restent complètement floue.
C'est justement pour cette raison que la présidente de l'Union des artistes, Mme Prégent, précise que le gouvernement libéral « a comme un double message: on s'assoit et on discute, puis de l'autre côté, on prend des mesures dont on n'a jamais parlé ». C'est le même son de cloche de la part du président de la Maison Simons, qui prétend que l'entente « manque de vision à long terme ».
La ministre a-t-elle oublié sa lettre de mandat? Quels sont ses engagements fermes envers la production culturelle francophone au Canada?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-25 16:50 [p.13480]
Mr. Speaker, thank you for giving me the opportunity to speak here today, so that I may contribute to the debate on Bill C-58.
Throughout the day today, I have heard my colleagues say over and over again that this is just one more broken promise from this government. Well, unfortunately, I have to say that I agree with them, because this bill does indeed represent yet another broken Liberal promise.
One could also say that this bill reflects Canadians' interests in decisions made by their elected representatives and government decision-makers, and that is only natural. Access to information arrived quite late in Canada, in the 1980s. If my memory serves correctly, the first country that granted access to information was Norway, at the end of the 19th century. We did so nearly a century later.
Access to information is very important in terms of the obligation of a country's elected officials and decision-makers to be accountable. It allows Canadians to keep an eye on what is happening with respect to decision-making between elections so they can gain a better understanding of what is going on in their country. Furthermore, as several people have suggested here today, this is a very sensitive issue, because we need to find the right balance in such a bill, which seeks to amend the Access to Information Act.
I was in the army for a few years, and so I know how crucial information is. Having the necessary information is essential to reaching military objectives. In every sector, information is one of the keys to success. For 35 years, the Access to Information Act has obviously been very important, as it has increased accountability and allowed Canadians to better understand what is happening in their country. They can also know what businesses, elected officials, public servants and employees of democratic institutions are doing, because political staffers are also subject to that act.
It is also important to the media, who have to scrutinize and analyze every political decision and news story. That political scrutiny by the media and journalists helps Canadians understand how, why and in what context decisions are made. Access to information is vital for the journalists who keep Canadians informed.
The Liberals are claiming that Bill C-58 seeks to better inform Canadians regarding the decision-making process in order to maintain their confidence in their policy-makers and democratic institutions. That is my understanding, at least.
I really liked what the member for Trois-Rivières said about this bill. It truly is yet another patent example showing how image is everything to this government. This is something that has been obvious to me for the past two years. It used to surprise me every time, but not anymore. I am very disappointed that this government's bills, actions, speeches, photos, in short, everything it does is always aimed at managing its image.
The Conservatives were often accused of having communication and image problems, but at least we were brave, we made decisions, we put everything on the table and explained ourselves. The Liberals are so obsessed with maintaining a positive image that to avoid admitting to Canadians that they are breaking one of their own promises, they would rather table a watered-down bill that is nothing more than window dressing. It is designed to make you think the Liberals are making good on their promises, but if you read between the lines, you will realize they are doing the exact opposite.
I mentioned the example of the Canada Elections Act. The Prime Minister's practice of “cash-for-access” fundraising was uncovered thanks to the work of our official opposition. A few months later, instead of doing the honourable thing and pledging to put an end this undemocratic practice, the Liberals legalized cash for access by introducing a bill that, again, is very watered down. It seems to increase accountability and transparency around fundraising, but what it actually does is legalize the cash-for-access scheme.
This bill was introduced in June, and it would amend access to information, which was first brought in back in 1983. Now, 35 years later, the Liberals want to improve and enhance it, and they want to make some changes related to new technology. These days, access to information depends heavily on the digital tools we use every day. Here on Parliament Hill, in MPs' offices, ministers' offices, and the PMO, all politicians and all of our staff have telephones that they use to exchange information on important issues and make decisions. We can see how those decisions evolve via text and email messages between the PMO and ministerial offices.
In 2015, the Liberals made some key promises, and one of those promises was to make the PMO and ministerial offices more open by default. As it turns out, those offices will be exempt from the proposed amendments in Bill C-58, which is unbelievable, because their promise is right there on page 24 of the Liberal platform. The Liberals said it was important to facilitate access to information, and that applied to the PMO and ministers' offices too.
That being said, it was important for the Liberals to put these ideas forward during the election campaign in order to please certain groups who believe that it is important to have access to all information.
The Conservatives formed a responsible government and today we remain a responsible political party. Today, we heard a number of official opposition members say that we need to be careful about who has access to information from the Prime Minister's Office and the ministers' offices simply because a delicate balance must be maintained when giving the public access to information about the executive branch's decision-making.
In Canada, we want above all to maintain an environment and conditions that are conducive to productive, vigorous, and heated debate, after which a decision can ultimately be made.
Debates in the House of Commons are open, transparent, and fully accessible to the public, because we do not make the final decision here. What is more, we are opposing parties, so the public expects us to squabble and debate. However, within the ministers' offices, there is a solidarity between ministers, even if they have differing points of view because they come from different regions and represent citizens with diverse interests. There may be acrimony regarding very important debates. The ministers will have very spirited debates among themselves, but when they come out of that ministers' meeting, they must all be prepared to uphold the group decision. Such decisions may pertain to Canada's internal or external affairs, but regardless of the reason for or the type of decision taken on an issue, it may require confidentiality.
We believe that at that level it is important to maintain some confidentiality in order to conduct government business properly. That is probably exactly what Canadian officials shared with the Liberal government. That is likely why this government waited so long to introduce the bill. I imagine that after the election, they wanted to move forward with opening access to information by default, but they were advised to the contrary.
Again, I think it is regrettable that the Liberals would have us believe that this is the case, that access is open by default, and they would have us believe that they are making information more accessible to the public when that is not necessarily entirely accurate.
By acting this way, as they do on a number of files, and breaking promises, they only fuel public cynicism, unfortunately. That is something we should all want to avoid, especially when we form the government.
That is why I go door to door when I am in my riding. Throughout the last election campaign, when I would go to seniors' homes, people kept telling me, and I respect this point of view, that I was only there because of the election campaign.
I told them I was honoured to be there, to meet them, and to listen to them, and that I would keep doing that once elected to prove that I meant what I said.
There are some positive things in this bill. The government promised to do more. For example, we all received the mandate letters shortly after the ministers were appointed. I recently read the Minister of Heritage's mandate letter because of my new role as the official opposition heritage critic. I think we can all agree that these mandate letters are quite broad. In fact, the first two pages are the same for every minister.
We can have briefings with the ministers, where we get information that is accessible under access to information. That remains in place, which is good.
However, access to information on more sensitive files will always be granted at the pleasure of the Liberals. Anything that has to do with enhancing access to information is based on a single word: proactive. Ministers, senior government officials, and the Prime Minister's Office will have to decide whether they will respond to a given request for information as they come in.
A number of journalists and a group that works to enhance transparency in democracy have spoken out about the Liberals' broken promise to extend access to information to the Prime Minister's Office and ministers' offices.
I would like to share some of their comments with the House, because it is interesting and very telling to hear what these journalists and stakeholders think.
Katie Gibbs from Evidence for Democracy has said that by ruling out the possibility to obtain information from ministers' offices and the Prime Minister's Office, the government is breaking its campaign promise to establish a government open by default. This is coming from an external source; these are not our words. She added that the possibility to refuse access to information requests on an undefined basis jeopardizes the transparency and the openness of the government.
I had the opportunity to meet Duff Conacher, co-founder of Democracy Watch, on many occasions during the Standing Committee on Government Operations and Estimates' study on protecting whistle-blowers in the public service. He is extremely knowledgeable on the subject.
Mr. Conacher said that this bill brings some positive changes to the act by making disclosure more proactive and by giving the Information Commissioner the power to order the release of information. However, according to him, the bill does nothing to address the enormous gaps in the Access to Information Act, as the Liberals promised. He believes that more changes will be needed to have a government that is open and transparent by default. The bill even takes a step backwards by allowing government officials to deny access to information requests if they think the request is frivolous or made in bad faith; this leaves the government considerable discretion. He believes that public officials should not be given this power, and I agree with him, as they will likely use it as a new loophole to deny the public information it has a right to know.
Mr. Conacher is very well known in Canada and around the world. He participated in numerous analyses and reviews of whistleblower protection acts around the world.
No whistle-blower protection in the world can be properly enforced unless it is supported by a strong access to information act.
What he wants us to understand is that despite the argument they are putting forward, the members of this government have not improved this pillar of the Public Servants Disclosure Protection Act and the Access to Information Act.
Stéphane Giroux, president of the Quebec federation of professional journalists, said that journalists were most excited about the prospect of getting access to ministerial records, but it was a false alarm. It was just too good to be true.
The groups that want to change the voting system in Canada would say the same about electoral reform. Small and medium-sized businesses would say the same as well, since they believed this government when it said it would reduce their basic tax rate to 9%. That is another broken promise, because the government is actually raising the tax on passive investment income to 73% for SMEs.
I would also like to share a few comments made by journalists. Mr. Maher of iPolitics titled his article “Liberals shockingly timid on access-to-information reform”.
This journalist is quite specific. On the second page, one of the first paragraphs, he mentioned the election platform of the Liberal Party, in which it stated in black and white that it was intending to open by default, access to information to the Prime Minister's Office and cabinet ministers' offices. He stated, “if you look closely at the changes proposed to access legislation, you can’t conclude that it matches his rhetoric.” He is talking about the rhetoric from the Liberal benches.
The next paragraph states:
The proactive disclosure of some ministerial documents may be a step backward, because the decisions about what to release and what to redact will not be reviewable by the information commissioner.
“For the ministries, there’s no one to review what they choose not to disclose, and I think that goes against the principle of the statute,”...
He was quoting from Robert Marleau, who was Information Commissioner from 2007 to 2009. This is quite powerful. These are big people supporting the opinion of the official opposition.
Another journalist, Carl Meyer, wrote an article entitled “Trudeau Liberals place restrictions on plan to end government secrecy”.
I will end with this. It is quite obvious, from advocacy groups, journalists, and our own evaluation of the bill, that the government is again breaking its promise and not doing what it said it would do. This bill does not at all reflect advancing or increasing access to information in Canada.
Monsieur le Président, je vous remercie de m'accorder la parole aujourd'hui afin que je puisse parler du projet de loi C-58.
Tout au long de la journée, j'ai bien entendu mes collègues répéter à maintes reprises qu'il s'agissait encore de promesses brisées de la part de ce gouvernement. Malheureusement, je vais devoir abonder dans le même sens, puisque effectivement, ce projet de loi reflète encore une fois une action de ce gouvernement qui consiste en des promesses brisées.
On peut aussi dire que ce projet de loi reflète un intérêt des Canadiens pour les décisions prises par leurs élus et les décideurs de l'État canadien, et c'est normal. L'accès à l'information est arrivé très tard au Canada, soit dans les années 1980. Si je me fie à ma mémoire, le premier pays à avoir donné l'accès à l'information est la Norvège, à la fin du XIXe siècle. Nous l'avons donc fait presque un siècle plus tard.
L'accès à l'information est très important pour l'obligation des élus et des décideurs d'un pays donné de rendre de comptes, puisqu'il permet aux Canadiens, par exemple, entre les scrutins, d'aller voir ce qui se passe dans la prise de décisions pour mieux comprendre ce qui se produit pour eux dans leur pays. D'autre part, comme il a été suggéré plusieurs fois aujourd'hui, c'est très délicat, puisqu'il faut trouver un équilibre dans un tel projet de loi visant à apporter des amendements à la Loi sur l'accès à l'information.
J'ai été dans l'armée pendant quelques années, alors je sais que l'information est le nerf de la guerre. C'est avec de l'information qu'on peut adéquatement atteindre ses objectifs militaires et parvenir à ses fins. Dans tous les domaines, l'information constitue l'un des éléments clés de la réussite. Alors, bien entendu, pour augmenter la reddition de comptes et pour que les Canadiens puissent bien comprendre ce qui se passe dans leur pays, la Loi sur l'accès à l'information est très importante, et voilà pourquoi elle a 35 ans cette année. Les Canadiens, ce faisant, peuvent mettre sous la loupe les activités des entreprises, des élus, des fonctionnaires et des employés des institutions démocratiques, puisqu'en fin de compte, tout le personnel politique est assujetti à cette loi également.
Par ailleurs, c'est aussi important pour les médias, qui doivent mâcher, remâcher et digérer les histoires et les décisions politiques. Cette mastication des enjeux politiques fait par divers médias et journalistes permet aux Canadiens de mieux comprendre la prise de décisions, son origine et le contexte dans lequel elle a évolué. L'accès à l'information est très important pour les journalistes qui informent les Canadiens.
Selon les libéraux, le projet de loi  C-58 vise à éclairer davantage les citoyens quant aux prises de décisions pour qu'ils puissent puissent maintenir un lien de confiance important avec leurs décideurs et leurs institutions démocratiques. Du moins, c'est la lecture que j'en fais.
J'ai bien aimé ce que le député de Trois-Rivières a dit au sujet de ce projet de loi, c'est-à-dire que c'est un autre exemple patent qui démontre qu'il s'agit d'un gouvernement d'image. C'est quelque chose qui me saute aux yeux depuis deux ans. Chaque fois, je suis surpris, mais finalement, je ne le suis plus. Je suis très déçu de constater que tout ce que fait ce gouvernement, que ce soit ses projets de loi, ses actions, ses paroles ou ses photos, a toujours pour but d'entretenir son image.
On a souvent dit que les conservateurs avaient des problèmes de communication et d'image, mais au moins, nous étions courageux, nous prenions des décisions, nous les mettions en avant et nous les expliquions. Les libéraux, eux, pour garder une image positive, n'oseront pas dire aux Canadiens qu'ils brisent une promesse. Ils vont plutôt déposer un projet de loi édulcoré qui jette de la poudre aux yeux. Ainsi, si on ne lit pas entre les lignes, on peut croire que les libéraux concrétisent leurs promesses, alors qu'en réalité, ils font le contraire.
J'ai donné un exemple concernant les lois sur les élections au Canada. Grâce à notre travail d'opposition officielle, nous avons mis au jour les pratiques du premier ministre relatives à l'accès au comptant. Quelques mois plus tard, au lieu de faire amende honorable et de promettre d'arrêter cette pratique qui ne sied pas à notre démocratie, les libéraux ont plutôt légalisé la pratique de l'accès au comptant en mettant en place un projet de loi qui, encore une fois, est édulcoré et semble augmenter la reddition de comptes et la transparence relativement aux activités de financement, alors qu'au contraire, les pratiques d'accès au comptant sont légalisées.
Ce projet de loi a été déposé en juin dernier, et il vise à apporter une modification concernant l'accès à l'information, accès qui a été mis en place pour la première fois en 1983. Les libéraux veulent bonifier et améliorer ce projet de loi après 35 ans, et faire aussi des ajustements en ce qui a trait aux nouveaux outils technologiques. Aujourd'hui, l'accès à l'information repose beaucoup plus sur les outils technologiques que nous utilisons tous les jours. Ne serait-ce qu'ici, sur la Colline du Parlement, que ce soit dans les bureaux des députés, les bureaux ministériels ou le bureau du premier ministre, tous les employés et tous les politiciens ont des téléphones avec lesquels ils échangent de l'information sur des dossiers importants, et avec lesquels ils prennent des décisions. On peut voir l'évolution des décisions à travers des textos et des échanges de courriels, entre autres, au bureau du premier ministre et dans les cabinets ministériels.
En 2015, une des promesses fondamentales des libéraux, ou du moins une de leurs promesses, était de rendre l'accès à l'information ouvert par défaut au bureau du premier ministre et aux cabinets ministériels. Au bout du compte, ces deux instances ne se seront pas assujetties aux amendements proposés dans le projet de loi C-58. C'est incroyable, parce qu'on retrouvait mention de cela à la page 26 de la plateforme libérale. En effet, selon les libéraux, il était important d'augmenter l'accès à l'information et que, ce faisant, il fallait inclure le bureau du premier ministre et les cabinets ministériels.
Cela étant dit, il était important pour les libéraux de mettre en avant ces idées lors de la campagne électorale, afin de plaire à certains groupes pour qui l'accès à l'information, dans son absolu, était important.
On a été un gouvernement responsable et on demeure aujourd'hui une formation politique responsable. On a entendu aujourd'hui plusieurs députés de l'opposition officielle dire qu'il faut faire attention en ce qui a trait à l'accès à l'information pour le bureau du premier ministre et les cabinets ministériels, pour la simple raison qu'il y a un équilibre très fragile à maintenir lorsqu'on veut rendre disponible aux citoyens l'information concernant les prises de décision du bras exécutif.
Au Canada, on veut, d'abord et avant tout, préserver un contexte et un environnement adéquats pour des débats fructueux, houleux et très chauds dans le cadre desquels, au bout du compte, les gens pourront en arriver à une décision.
À la Chambre des communes, nos débats sont ouverts, transparents et complètement accessibles au public, parce que ce n'est pas ici que nous prendrons la décision finale. De plus, nous sommes des partis qui s'opposent, donc le fait de se chamailler et de débattre est normal pour le public. Au sein des cabinets ministériels, en revanche, il existe une solidarité entre les ministres, même s'il existe différents points de vue issus du fait que ces derniers viennent de différentes régions et qu'ils représentent des citoyens aux intérêts divers. Il y a des débats très importants où on peut constater de l'acrimonie. Les ministre vont débattre très fortement entre eux, mais au bout du compte, lorsqu'ils sortiront de cette rencontre ministérielle, ils devront être solidaires de la décision prise en commun. Cela peut concerner les affaires internes ou externes du Canada, peu importe la raison ou le genre de décision prise sur un enjeu en particulier,
Nous estimons qu'à ce niveau il est important de garder une certaine confidentialité pour la bonne conduite des affaires de l'État. C'est probablement exactement ce que les fonctionnaires canadiens ont partagé avec le gouvernement libéral. C'est probablement pourquoi ce gouvernement a attendu si longtemps avant de déposer le projet de loi. J'ose imaginer qu'après les élections, ils voulaient aller de l'avant avec l'ouverture de l'accès à l'information par défaut, mais on leur a certainement conseillé le contraire.
Encore une fois, ce que je regrette, c'est que les libéraux nous font croire que c'est le cas, que l'accès est ouvert par défaut, et qu'ils nous font croire qu'ils rendent l'information davantage accessible au public, alors que ce n'est pas nécessairement le cas d'un point de vue absolu.
En agissant de la sorte, comme ils le font dans plusieurs dossiers et en brisant des promesses, ils stimulent malheureusement le cynisme de la population. C'est une chose que nous devrions tous vouloir combattre et plus encore lorsqu'on forme le gouvernement.
C'est pour cette raison que je fais du porte-à-porte quand je suis dans ma circonscription. Tout au long de la dernière campagne électorale, et lorsque j'allais dans des résidences de personnes âgées, on m'a répété à maintes reprises — et je respecte ce point de vue des citoyens —, que je n'étais là que par opportunisme puisque nous étions en campagne électorale.
Je leur disais que j'étais là par honneur, pour les rencontrer et pour les écouter et que j'allais poursuivre ce travail même après l'élection pour bien démontrer mes intentions réelles.
Dans ce projet de loi, il y a quand même des choses qui sont positives. Le gouvernement s'est engagé à faire plus. Par exemple, nous avons tous reçu des lettres de mandat dans les heures qui ont suivi la nomination des ministres. J'ai moi-même lu récemment la lettre de mandat de la ministre du Patrimoine en raison de mon nouveau rôle de porte-parole de l'opposition officielle en la matière. Je pense que nous sommes tous d'accord que ces lettres de mandat demeurent très générales. En fait, les deux premières pages sont les mêmes pour tous les ministres.
On peut avoir des séances d'information auprès des ministres; ce sont des informations qui sont accessibles grâce à l'accès à l'information. Cela demeure et tant mieux.
Par contre, l'accès à l'information pour des dossiers plus sensibles va toujours se faire selon le bon vouloir des libéraux. Tout ce qui touche à l'augmentation de l'accès à l'information s'appuie sur un seul mot: la proactivité. Les ministres, les hauts fonctionnaires et le bureau du premier ministre devront décider, lorsqu'ils verront une demande d'accès à l'information, s'ils répondent ou non à cette demande d'information.
Au sujet de cette promesse brisée qui était de rendre plus accessible l'information du bureau du premier ministre et des cabinets ministériels, plusieurs journalistes ainsi qu'un groupe qui travaille pour une plus grande transparence en démocratie se sont exprimés.
J'aimerais vous faire part de certains de leurs commentaires, car il est intéressant et révélateur de savoir ce que pensent ces journalistes et ces intervenants.
Katie Gibbs du groupe Evidence for Democracy dit qu'en excluant la possibilité d'obtenir de l'information de la part des cabinets ministériels et du bureau du premier ministre, le gouvernement ne respecte pas sa promesse électorale d'établir un gouvernement ouvert par défaut. Cela vient de quelqu'un de l'extérieur, ce n'est pas nous qui le disons. Elle ajoute que la possibilité d'écarter certaines demandes d'accès à l'information sur des bases non définies met la transparence et l'ouverture du gouvernement à risque.
Duff Conacher, cofondateur du groupe Democracy Watch est quelqu'un que j'ai eu l'occasion de rencontrer à maintes reprises au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires lors de notre étude sur la protection des divulgateurs dans la fonction publique. Il est extrêmement informé à ce sujet.
M. Conacher dit que le projet de loi propose de bons changements à la Loi en exigeant une divulgation plus proactive de cette information et en donnant au commissaire à l'information le pouvoir d'ordonner la publication de certaines informations. Cependant, poursuit-il, le projet de loi ne fait rien pour fermer les énormes lacunes de la Loi comme l'avaient promis les libéraux. Il ajoute que plus de changements seront nécessaires pour avoir un gouvernement transparent et ouvert par défaut. Le projet de loi fait un pas en arrière en permettant aux représentants du gouvernement de refuser les demandes d'information s'il pense que la demande est frivole — il y a quand même une grande discrétion ici de la part du gouvernement—, ou faite de mauvaise foi. Il pense que les fonctionnaires ne devraient pas bénéficier de ce pouvoir — je suis très d'accord avec lui —, car, dit-il, ils l'utiliseront vraisemblablement comme une nouvelle échappatoire pour refuser au public de l'information qu'il a le droit de savoir.
M. Conacher est vraiment très connu au Canada et sur la scène internationale. Il a participé à plusieurs analyses et révisions de différentes lois sur la protection des divulgateurs dans le monde.
Aucune loi sur la protection des divulgateurs dans le monde ne peut être appliquée adéquatement sans avoir pour appui une loi sur l'accès à l'information adéquate.
Il tente de nous préciser que malgré l'argumentaire présenté par les députés du gouvernement actuellement, ces derniers n'ont pas amélioré ce pilier de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles et la Loi sur l'accès à l'information.
Stéphane Giroux, un autre président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, a dit: « Ce qui était le plus intéressant pour nous, c’est d’avoir les documents des cabinets ministériels. Fausse alerte. C’était trop beau pour être vrai ».
Les groupes qui veulent changer le mode de scrutin au Canada diraient que c'est la même chose pour la réforme électorale. Les petites et moyennes entreprises diraient qu'elles avaient cru en ce gouvernement pour voir leur taux d'imposition de base réduit à 9 %. C'est une autre promesse brisée, car au contraire il augmente à 73 % l'impôt sur les investissements passifs pour les petites et moyennes entreprises.
J'aimerais également faire part de certains commentaires venant de journalistes. M. Maher de iPolitics titre son article Liberals shockingly timid on access-to-information reform.
Le journaliste est très précis. Dans l'un des premiers paragraphes de la deuxième page, il mentionne le programme électoral du Parti libéral, où il était écrit noir sur blanc que le gouvernement serait ouvert par défaut et que l'accès à l’information serait étendu au Cabinet du premier ministre et aux cabinets des ministres. Il dit que « lorsqu'on examine de près les modifications proposées à la Loi sur l'accès à l'information, on ne peut pas conclure que celles-ci cadrent avec les objectifs déclarés ». M. Maher parle ici des objectifs avancés par les libéraux.
Le paragraphe suivant précise que:
La divulgation proactive de certains documents ministériels pourrait représenter un pas en arrière, car les décisions relatives aux informations à communiquer et à caviarder ne seront plus examinées par le commissaire à l’information.
« Il n'y aura personne pour examiner ce que les ministères décident de ne pas rendre public, ce qui va selon moi contre le principe de la loi » [...]
Le journaliste citait Robert Marleau, qui a été le commissaire à l'information de 2007 à 2009. Cela a beaucoup de poids. Des gens très importants appuient le point de vue de l'opposition officielle.
Un autre journaliste, Carl Meyer, a écrit un article intitulé Trudeau Liberals place restrictions on plan to end government secrecy, autrement dit « Les libéraux de Trudeau imposent des restrictions au plan pour mettre fin à l'opacité du gouvernement ».
Je termine en disant ceci. Il ressort assez clairement, selon les groupes de défense des droits, les journalistes et notre propre évaluation du projet de loi, que le gouvernement nie encore une fois une de ses promesses puisqu'il ne propose pas ce à quoi il s'était engagé. En effet, cette mesure législative ne permet absolument pas d'améliorer l'accès à l'information au Canada.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-25 17:12 [p.13483]
Mr. Speaker, in 2007, we created the parliamentary budget office, which has the duty to inform Canadians and all members in this House on what is going on with the budgetary estimates and the supplementary estimates, and all the expenses and increases in the expenses. This was the first amazing step in accountability in Canada, and I am very proud of it.
As well, on December 4, 2014, Madame Legault, Information Commissioner of said, “Over the years, I have also made recommendations to the President of the Treasury Board on various ways to advance accountability and transparency. I am very pleased that most of these recommendations over the years have been implemented by the government.”
I must inform this House that in 2014, the government was Conservative.
To conclude my answer for the hon. member, this bill originated in a bill presented here a few years ago by the member for Papineau. The member for Papineau promised during the election—he was an important figure at that time and is still today—that he would increase the accountability of the Prime Minister's Office and the ministerial staff and offices in the Access to Information Act
The blunt truth today is that those promises were broken. That is what we are seeing today, and that is what Canadians must see and acknowledge. It is broken promise after broken promise, and that is the record of the current government.
Monsieur le Président, en 2007, le gouvernement a créé le poste de directeur parlementaire du budget et il en a chargé le titulaire de faire part aux Canadiens, notamment aux députés qui siègent dans cette Chambre, de ses conclusions sur les budgets des dépenses et les budgets supplémentaires des dépenses, de même que sur toutes autres dépenses et augmentations de dépenses. C'était la première étape importante d'un changement de cap en matière de reddition de comptes au Canada, et j'en suis très fier.
En outre, le 4 décembre 2014, Mme Legault, la commissaire à l'information, a déclaré: « Au cours des années, j'ai également formulé des recommandations au Président du Conseil du Trésor quant aux diverses manières de progresser en matière de responsabilisation et de transparence. Je me réjouis que la plupart de ces recommandations aient été mises en œuvre par le gouvernement. »
Je dois rappeler à la Chambre que, en 2014, le gouvernement était sous la direction des conservateurs.
Pour conclure ma réponse au député, je précise que la mesure législative dont nous sommes saisis s'inspire d'un projet de loi présenté il y a quelques années par le député de Papineau. Ce dernier avait promis, durant la campagne électorale — il occupait à l'époque un poste important, ce qui est encore le cas aujourd'hui —, d'imposer des exigences accrues en matière de reddition de comptes, notamment au Cabinet du premier ministre, au personnel ministériel et aux bureaux chargés de l'application de la Loi sur l'accès à l'information.
Malheureusement, la triste vérité, c'est que ces promesses n'ont pas été tenues. Voilà ce que nous constatons aujourd'hui, et ce que les Canadiens doivent savoir et reconnaître. Le bilan de l'actuel gouvernement est fait d'une suite de promesses rompues.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-25 17:15 [p.13483]
Mr. Speaker, to be quite honest, I did not have time to do such a proactive analysis to determine whether there are any similarities between the comprehensive recommendations made by the Information Commissioner and what actually appears in the bill. I relied on serious journalistic sources and certain analyses of the bill.
What matters, however, is making sure Canadians understand that this government is obsessed with its image. Two years from now, I hope we will be in power. I think some progress has been made, as an article yesterday mentioned that, according to the latest polls, the Conservatives are ahead. I think Canadians are becoming increasingly aware of just how obsessed this government is with image and how little political courage it has. It likes to go on and on about virtue and universal love.
This government keeps saying that it is in favour of transparency and better access to information, but it is incapable of telling us the truth, namely, that it now realizes that it does not make sense to release internal cabinet deliberations to the public, because it would cause problems and could even hurt our democracy. We do need to have certain places where we can deliberate in confidence. The Liberals cannot even admit that they now realize that. They simply want to reassure their voters by telling them that they brought this legislation forward in order to fulfill a 2015 election promise. Once again, the main promises in their 2015 election platform having to do with the Access to Information Act do not appear anywhere in the bill. It is unfortunate.
I am getting pretty sick and tired of seeing the same thing every day from this government. Every time we debate a bill, it is nothing but smoke and mirrors.
Monsieur le Président, en toute honnêteté, je n'ai pas eu le temps de faire cette analyse proactive pour établir la présence ou l'absence de similitudes entre les recommandations exhaustives de la commissaire à l'information et le projet de loi. Je me suis fié à des sources journalistiques importantes et à certaines analyses du projet de loi.
Toutefois, ce qui est important, c'est de faire comprendre aux Canadiens qu'il s'agit d'un gouvernement d'image. J'espère que d'ici deux ans, nous aurons réussi. Je pense qu'il y a du progrès, puisqu'un article mentionnait hier que, selon les derniers sondages, les conservateurs étaient en avance. Je pense que les Canadiens se rendent compte de plus en plus qu'il s'agit d'un gouvernement d'image sans courage politique qui ne cesse de se gargariser de vertu et d'amour universel.
Ce gouvernement ne cesse de dire qu'il favorise la transparence et un meilleur accès à l'information, mais il est incapable de nous dire la vérité, soit qu'il a constaté qu'il n'était pas adéquat de rendre publics les débats internes du Cabinet du premier ministre, puisque cela causerait des problèmes et pourrait même faire du tort à notre démocratie. Il faut quand même qu'il y ait certains endroits où on peut débattre en toute confidentialité. Les libéraux sont incapables de nous avouer qu'ils ont eu cette prise de conscience. Ils veulent seulement rassurer leur base électorale en leur disant qu'ils mettent en avant ce projet de loi pour remplir leurs promesses de 2015. Encore là, les promesses principales de leur plateforme électorale de 2015 ayant trait à Loi sur l'accès à l'information sont absentes du projet de loi. C'est dommage.
Je commence sérieusement à en avoir marre, parce que c'est ce que nous voyons tous les jours de la part de ce gouvernement. Chaque fois que nous discutons d'un projet de loi, c'est de la poudre aux yeux.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-25 17:18 [p.13484]
Mr. Speaker, while I was out canvassing this summer, what I heard most often from people was how disheartened they were that the government was going ahead with the legalization of marijuana. Some are opposed to it on moral or political grounds, while others think that there should be more important matters for the House of Commons to discuss than legalizing a drug. There are other things for the government to work on—foreign affairs, for example, like the conflict in North Korea, the situation in Ukraine, or humanitarian crises in Africa.
People also told me that they were growing more and more embarrassed by the Prime Minister prancing around in Canada and abroad in perpetual election mode, taking selfies and trying to please everybody while showing so little political courage, as I mentioned earlier.
I think the next few years will be favourable to us, because Canadians see clearly what is unfolding in front of them. When I go knocking on doors, I can absolutely feel it.
Monsieur le Président, lors de mes dernières tournées de porte-à-porte, cet été, ce que les gens me disaient le plus souvent, c'était qu'ils étaient très découragés que ce gouvernement veuille procéder à la légalisation de la marijuana. Certains s'y opposent moralement et politiquement, tandis que d'autres se disent qu'il doit y avoir d'autres sujets à aborder à la Chambre des communes que la légalisation d'une drogue. L'État devrait s'occuper d'autres choses, comme les affaires étrangères, qu'il s'agisse du conflit en Corée du Nord, de la situation en Ukraine ou des crises humanitaires en Afrique.
Les gens m'ont également dit qu'ils avaient de plus en plus honte d'un premier ministre qui se pavane à l'étranger et au Canada et qui est dans un mode électoral constant où il prend des égoportraits et cherche à plaire à tout un chacun, sans nécessairement avoir de courage politique, comme je l'ai dit dans mon discours.
Je crois que les prochaines années nous seront favorables, parce que les Canadiens voient bien ce qui se trame devant eux. Lorsque je fais du porte-à-porte, je le ressens sans aucun doute.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-22 11:58 [p.13405]
Mr. Speaker, the committee overseeing the appointment process for the next official languages commissioner is currently evaluating the applications received. At this point, the official opposition has not yet been consulted. The Fédération des communautés francophones et acadiennes has stated that it is concerned and will wait to see what happens.
Will the next commissioner be non-partisan, or will he or she be a Liberal Party donor? How many people have applied? When is the deadline for the evaluation process? Can the government enlighten us on the process that is under way?
Monsieur le Président, le comité qui encadre le processus de nomination du commissaire aux langues officielles est à l'étape d'évaluer les candidatures reçues. L'opposition officielle, à ce stade-ci, n'a pas été encore consultée. La Fédération des communautés francophones et acadiennes se dit, et je cite, pas rassurée et en attente.
Le prochain commissaire sera-t-il non partisan, ou aura-t-il contribué aux coffres du Parti libéral? Combien de candidatures y a-t-il? Quelle est la date butoir pour l'évaluation des candidatures? Le gouvernement peut-il nous éclairer sur le processus en cours?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-20 14:58 [p.13277]
Mr. Speaker, the Minister of Finance wants to tax the investment income of local small business owners at a rate of 73%. These Liberal tax increases will take a toll on Éric Boisvert's thriving SME, Impression Stratégique, located in Beauport. This company and many others like it could be forced to cut salaries or even lay off some employees.
Why does the Minister of Finance want Impression Stratégique to pay a 73% tax when the millionaires who own Morneau Shepell do not have to pay a cent?
How is that fair?
Monsieur le Président, le ministre des Finances veut imposer les revenus de placement des propriétaires de petites entreprises locales à un taux de 73 %. Cela veut dire que la PME florissante d'Éric Boisvert, Impression Stratégique, située à Beauport, verra son avenir assombri, comme bien d'autres, puisque ces hausses fiscales libérales pourront entraîner des baisses salariales, voire des pertes d'emplois.
Pourquoi le ministre des Finances souhaite-t-il qu'Impression Stratégique paie un impôt de 73 %, alors que les propriétaires millionnaires de Morneau Shepell, eux, n'ont pas à payer?
En français, comment cela est-il équitable?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2017-09-20 15:37 [p.13283]
Madam Speaker, I have a question for my colleague. I worked with him on a committee and I know him well. We are approving the bill at this stage so that it can be sent to committee. We still have some questions, which I will talk about more during my speech.
Does my colleague not think that this bill gives the Minister of Transport a little too much discretionary power?
Madame la Présidente, j'aimerais poser une question à ma collègue, avec qui j'ai déjà siégé à un comité et que je connais bien. Nous approuvons le projet de loi à cette étape-ci afin qu'il se rende en comité. Nous avons tout de même quelques questions, que je vais approndir lorsque je ferai mon discours.
Ma collègue ne pense-t-elle pas que ce projet de loi donne un peu trop de pouvoir discrétionnaire au ministre des Transports?
Results: 181 - 210 of 415 | Page: 7 of 14

|<
<
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
>
>|