Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, thank you for giving me the opportunity to speak today as we get back to the House after a week in our ridings. Last week was very busy, I must say. I also want to take this opportunity to say hello to the many constituents of Beauport—Limoilou who, as always, are watching now on Facebook Live or who will be watching at a later time when the videos are posted on CPAC.
Today we are talking about democratic participation, which I find fascinating. If there is one thing that interests me most in life, it is democratic participation. This was the reason I got involved in politics. I urge Canadians to get involved. Last week I held the first-ever “Alupa à l'écoute!” public consultation in Beauport—Limoilou. I spent more than six hours listening to my constituents and answering their questions. Ultimately, my goal was to hear about the concerns, challenges, and difficulties they face in their day-to-day lives. The next consultation will be in Giffard on September 13, and the third will be in Beauport on November 17. For more information, people can call 418-663-2113. After these three public consultations, I will produce a report in the winter of 2019 and introduce a bill to address an issue that people face in their day-to-day lives. In those six hours last Thursday, I answered every question from around 40 constituents. I was very proud, because this kind of democratic accountability is absolutely essential. That actually ties into this bill.
Let us talk about participatory democracy. Once again, Bill C-76 is not all bad, but we expect that the Conservatives will vote against this bill for specific reasons. I did say “expect”, but that will depend on what happens in committee. My first impression is that this is another attempt by a government that brags about its international and national brilliance. Specifically, the Liberal government thinks it has a monopoly on being virtuous all the time. They want to sell to Canadians on the idea that with this bill they are again improving the accessibility of the electoral system and the eligibility to vote. A number of Liberal colleagues spoke in this place about the integrity of the system. With respect to Bill C-76, we feel that some of the amendments and new rules will directly or indirectly undermine Canada's electoral system.
My Liberal colleague, who as usual was fiery and spouted anti-Conservative rhetoric, said that voting is of course a fundamental right, but that it is also a privilege, as my colleague from Lethbridge stated. It is a privilege that requires a right and individual responsibility first and foremost. The laws that govern Elections Canada at present seek not just to foster participation, but also to ensure that this duty is carried out with integrity and responsibly. It is really a conflict between how to increase the public's participation and how to ensure that the right to vote remains a protected right.
The Liberal member for Willowdale spoke eloquently of the history of our great federation by talking about the changes in voting almost every decade; we went from suffrage on the basis of property ownership to popular ballot. We went from the popular ballot, just for men, to voting for women, thank God. It was Borden's Conservative government that gave women the right to vote. All the parties here, Canada's major governing parties, Liberal and Conservative, are always in favour of making voting more accessible.
We have some technical questions about the bill. That is unfortunate because, as my Liberal colleagues said, accessibility to the vote is a fundamental debate. Why did the Liberals move a time allocation motion a week ago? We were supposed to vote on time allocation today. Surely, the Liberals backed down after finding that they would look undemocratic by allocating only two or three hours of debate on such a fundamental issue.
In comparison, for Conservative Bill C-23, which dealt with Elections Canada and which was introduced during the 41st Parliament, we had four days of debate for a total of 14 hours, in addition to 23 meetings in committee, on this bill that was aimed at improving our electoral system. At this point, we have only had two hours of debate on Bill C-76.
As the NDP did, it is important to recall the concerns raised by the Chief Electoral Officer. He said that the government had previously tabled the amendments to Bill C-76 in Bill C-33, which died on the Order Paper. Actually, it did not exactly die on the Order Paper, because there was no prorogation, but it never got beyond first reading. The Chief Electoral Officer therefore told the government that it needed to get to work right away if it really wanted to make changes in time for the 2019 election. However, the government waited until the last second to make these changes, just days from the deadline set by the Chief Electoral Officer. Clearly, this is just another tactic to keep us from debating Bill C-76 properly.
Certain parts of this bill are fine, but what I find utterly astounding about it is that it proves that Mr. Harper was right back in 2015. The Liberals called us terrible, horrible partisans for announcing the election on July 1. However, the reason we did that was because Mr. Harper had noticed a problem. During the month of June 2015, unions, such as the FTQ in eastern Canada and other big unions in western Canada, which of course are free to protest, had spent tens of millions of dollars on partisan ads attacking the Canadian government in power at the time, which was a Conservative government. Since we could not respond to that situation because we were not in an election period, Mr. Harper, a man of unimpeachable integrity, decided to call an election so that we could respond using election expenses.
Throughout the campaign, the Liberals called us enemies of democracy who only cared about winning votes. In fact, they still say that about us today. However, by creating a pre-election period beginning on June 30 in Bill C-76, they are confirming, beyond a shadow of a doubt, that Mr. Harper was right to do the same thing four years ago. That is a tribute to our former prime minister.
What exactly would Bill C-76 do? It would expand voter eligibility. Apparently this bill would prepare future voters by creating a register of young people aged 14 to 17 so that Elections Canada can start communicating with them. That seems kind of strange to me because that is when young people are most likely going to CEGEP or community college and living in apartments with two or three roommates. I do not really know how that communication is supposed to happen considering that young people today use their phones and social networks such as Facebook to communicate.
My Liberal colleague said that Liberals support enfranchisement, but giving kids the right to vote is something else entirely. He said that voting is a basic right, but that there is discrimination inherent in our system because Canadian citizens under the age of 18 do not have the right to vote. Voting is not in fact a privilege and a basic right granted to everyone. There are limits, and we can all agree that those limits are good for democracy and the duty to vote because people under the age of 18 have to go to school and do their homework. I strongly agree with that. If they are not in school, they should at least be working or travelling around the world and around Canada without asking anyone for money. I can say for sure that, up to age 18, people should be preparing to exercise their civic duty. That is why people cannot vote until they turn 18. It is not in fact an absolute right for everyone. There is already some discrimination inherent in the right to vote in Canada.
Then there are three pre-election periods. I have already mentioned the pre-election period, so let us talk about the “pre-pre-election” period. There is already a problem with this one, since there will be no constraints on the financial commitments of domestic and international third parties.
Until June 30, we know very well that all the international environmental groups, who like to see the Prime Minister contemplating the death of the oil sands, will spend millions of dollars to promote the end of natural and energy resources in Canada, which is very bad news. Natural resources represent 40% of the Canadian economy. We are in an energy transition. The systematic blindness on the part of the Marxist left and the centrist left in Canada is astounding. We are always being told that we are not making any effort on the environmental front. Since 1960, the environment has been systematically and continuously improved. Let us also not forget that this 40% of the Canadian economy is used to fund hospitals, education programs and our elections, which still cost hundreds of millions of dollars.
They also want an extended period of advance polling, which is very good. I won because of advance polling, so it is a very good idea. Joking aside, it is a good thing.
With regard to limiting the election campaign to 50 days, we could also ask why 50 days and not 37.
The Liberals want to change the requirement of having identification with an address and photo. It will be terrible. I go door to door every month in my riding—
Monsieur le Président, je vous remercie de me permettre de prendre la parole aujourd'hui en ce grand retour à la Chambre, après une semaine dans la circonscription. La semaine fut très chargée, je dois le dire. J'en profite également pour saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre, comme toujours, soit sur Facebook en direct ou en différé ce soir quand les vidéos seront disponibles sur CPAC.
Nous parlons de participation démocratique aujourd'hui et je trouve cela fort intéressant. S'il y a quelque chose qui m'intéresse dans la vie, c'est bien la participation démocratique. C'est pour cela que je fais de la politique. J'encourage les citoyens à participer de manière très concrète. La semaine dernière j'ai fait la toute première consultation publique à Beauport—Limoilou, qui s'intitulait « Alupa à l'écoute! ». Pendant plus de six heures, j'ai répondu à toutes les questions de mes concitoyens. L'objectif fondamental était d'entendre leurs préoccupations, leurs enjeux et leurs difficultés dans la vie de tous les jours. Après trois consultations publiques — la prochaine étant à Giffard, le 13 septembre et la troisième à Beauport, le 17 novembre; pour les détails, il faut composer le 418-663-2113 —, je m'engage à faire un rapport à l'hiver 2019 et à élaborer un projet de loi qui va résoudre un problème concret de la vie de tous les jours des gens. Je peux dire que pendant six heures, j'ai répondu à toutes les questions d'environ 40 citoyens, jeudi dernier. J'étais très fier de faire cet exercice, fort essentiel, d'imputabilité démocratique. Cela a d'ailleurs a un lien avec le projet de loi actuel.
Parlons de participation démocratique: le projet de loi C-76, encore une fois, n'est pas totalement mauvais, mais il y a des raisons précises pour lesquelles nous prévoyons que les conservateurs voteront contre ce projet de loi. Je dis bien « prévoyons », parce que nous verrons ce qui va arriver en comité. À première vue, je vois encore une tentative d'un gouvernement qui se gargarise d'une virtuosité internationale ou nationale. Bref, les libéraux forment le gouvernement du monopole de la vertu constante. Ils veulent vendre aux Canadiens l'idée qu'ils augmentent encore une fois l'accessibilité et l'admissibilité au vote dans le cadre de ce projet de loi. Plusieurs collègues libéraux parlaient ici d'intégrité du système. En matière de questionnement fondamental, eu égard au projet de loi C-76, nous y voyons certains amendements et certains nouveaux règlements qui vont, de près ou de loin, mettre à mal l'intégrité du système de vote au Canada.
Mon collègue libéral, qui est comme toujours enflammé et qui affiche une rhétorique anticonservatrice, disait que le vote est un droit fondamental, certes, mais que c'est aussi un privilège, comme ma collègue de Lethbridge l'a dit. C'est un privilège qui requiert un droit et une responsabilité individuelle d'abord et avant tout. Les lois qui encadrent Élections Canada actuellement visent non seulement à favoriser la participation, mais à faire en sorte que ce devoir comporte également son lot d'intégrité et de responsabilité. C'est vraiment un conflit entre comment assurer une large participation du public et comment faire en sorte que le droit de vote demeure un droit protégé.
De manière éloquente, le député libéral de Willowdale a parlé de l'histoire de notre grande fédération en parlant des transformations du vote chaque décennie environ: on est passé du suffrage censitaire au suffrage populaire. On est passé du suffrage populaire, juste pour les hommes, au vote pour les femmes, Dieu merci. C'est le gouvernement conservateur de Borden qui a accordé le droit de vote aux femmes. Tous les partis ici, les grands partis dirigeants du Canada — libéral et conservateur —, sont toujours d'accord pour élargir l'accessibilité au vote.
On a des questions techniques en ce qui a trait à ce projet de loi. C'est dommage, car justement, comme le disaient mes collègues libéraux, l'accessibilité au vote est un débat fondamental. Pourquoi les libéraux ont-ils déposé une motion d'attribution de temps il y a une semaine? On devait voter sur l'attribution de temps aujourd'hui. Les libéraux ont sûrement fait marche arrière, après avoir constaté qu'ils auraient l'air antidémocratiques en accordant seulement deux ou trois heures de débat sur une question aussi fondamentale.
En comparaison, pour le projet de loi conservateur C-23, portant sur Élections Canada et qui a été déposé pendant la 41e législature, nous avons eu quatre jours de débat, pour un total de 14 heures, en plus de 23 réunions en comité, sur ce projet de loi qui visait à améliorer notre système électoral. À l'heure actuelle, nous avons fait seulement deux heures de débat pour le projet de loi C-76
Il faut rappeler, comme le NPD l'a fait, les inquiétudes soulevées par le directeur d'Élections Canada. Il a dit que le gouvernement avait préalablement présenté les modifications du projet de loi C-76 dans le projet de loi C-33, qui est mort au Feuilleton. En fait, celui-ci n'est pas mort au Feuilleton, puisqu'il n'y a pas eu prorogation, mais il n'a jamais franchi l'étape de la première lecture. Le directeur général des élections a donc dit au gouvernement qu'il devait se mettre au travail immédiatement s'il voulait vraiment apporter des modifications pour les élections de 2019. Or le gouvernement a attendu jusqu'à la dernière minute pour apporter ces changements, à quelques jours de la date limite imposée par le directeur d'Élections Canada. Ce n'est donc qu'une autre stratégie visant à nous empêcher de débattre adéquatement du projet de loi C-76.
Ce que je trouve merveilleux dans ce projet de loi — certains de ses éléments sont adéquats —, c'est qu'il prouve que M. Harper avait raison en 2015. Les libéraux disaient que nous étions terribles, partisans et exécrables parce que nous avions déclenché les élections le 1er juillet. Cependant, nous l'avons fait parce que M. Harper avait constaté un problème: tout au long du mois de juin 2015, les syndicats, que ce soit la FTQ dans l'Est du Canada ou d'autres gros syndicats dans l'Ouest du pays, qui ont certes le droit de manifester, avaient dépensé des dizaines de millions de dollars en publicité partisane contre le gouvernement canadien en place, qui était un gouvernement conservateur. Puisque nous ne pouvions pas répondre à cette situation car nous n'étions pas en période électorale, M. Harper, qui est un homme d'une intégrité incroyable, a décidé de déclencher une élection pour être en mesure d'engager des dépenses électorales.
Tout au long de la campagne, les libéraux nous ont taxés d'électoralistes et de pourfendeurs de la démocratie. D'ailleurs, ils le font encore aujourd'hui. Or, dans le projet de loi C-76, en fixant une période préélectorale commençant le 30 juin, ils confirment de manière catégorique la raison pour laquelle M. Harper a fait la même chose il y a quatre ans. Il faut donc honorer cet ancien premier ministre.
Que fait le projet de loi C-76 exactement? Il tente d'élargir l'admissibilité au vote. Il veut, semble-t-il, préparer les futurs électeurs en créant une liste des jeunes âgés de 14 à 17 ans pour qu'Élections Canada commence à communiquer avec eux. Cela m'apparaît un peu bizarre, puisque c'est l'âge où les jeunes vont probablement aller au cégep ou dans des collèges communautaires et vivre à trois ou à quatre dans un appartement. Je ne sais pas trop comment la communication va s'établir, d'autant plus que les jeunes d'aujourd'hui utilisent leur téléphone et les réseaux sociaux, comme Facebook, pour communiquer.
Mon collègue libéral disait que les libéraux favorisaient l'affranchissement électoral, mais donner le droit de vote aux jeunes, c'est toute autre chose. Il disait que le vote était un droit fondamental, mais il y a encore de la discrimination dans notre système, puisque les citoyens canadiens âgés de moins de 18 ans n'ont pas le droit de voter. Ce n'est pas vrai que c'est un privilège et un droit fondamental accordé à tous. Il y a des contraintes, et tous s'entendent pour dire qu'elles sont propices à la démocratie et au devoir de voter, puisqu'on considère que les gens âgés de moins de 18 ans doivent aller à l'école et faire leurs devoirs. D'ailleurs, je suis fortement d'accord. S'ils ne sont pas à l'école, ils doivent au moins travailler ou voyager à travers le monde et au Canada, et ce, sans demander de l'argent à qui que ce soit. Une chose est certaine: avant l'âge de 18 ans, il faut se préparer à son devoir de citoyen. C'est pourquoi on ne peut pas voter avant l'âge de 18 ans. Ce n'est pas vrai que c'est un droit absolu pour tout le monde. Il y a donc déjà des aspects discriminatoires au droit de vote au Canada.
Ensuite, il est question d'établir trois périodes préélectorales. J'ai déjà parlé de la période préélectorale, alors parlons de la période « prépréélectorale ». On voit déjà un problème par rapport à celle-ci, puisqu'il n'y aura pas de contraintes en ce qui concerne les engagements financiers des tierces parties domestiques et internationales.
Jusqu'au 30 juin, on sait très bien que tous les groupes écologiques internationaux, qui se plaisent à voir le premier ministre contempler la mort des sables bitumineux, vont dépenser des millions de dollars pour promouvoir la fin des ressources naturelles et énergétiques au Canada, ce qui est une très mauvaise nouvelle. Les ressources naturelles représentent 40 % de l'économie canadienne. Nous sommes dans une transition énergétique. L'aveuglement systématique de la part de la gauche marxiste et de la gauche centriste au Canada est accablant. On est toujours en train de nous dire qu'on ne fait aucun effort sur le plan de l'environnement. Depuis 1960, on a amélioré l'environnement de manière systématique et continue. Par ailleurs, n'oublions pas que ces 40 % de l'économie canadienne permettent de financer des hôpitaux, des programmes d'éducation et nos élections, qui coûtent quand même des centaines de millions de dollars.
Ils veulent aussi instaurer une période élargie pour le vote anticipé, ce qui est très bien. J'ai gagné grâce au vote anticipé, et c'est donc une très bonne idée. Blague à part, c'est une bonne chose.
En ce qui concerne le fait de limiter la campagne électorale à 50 jours, on pourrait aussi demander pourquoi on a choisi 50 et non 37 jours.
Les libéraux veulent changer l'obligation d'avoir une pièce d'identité avec une adresse et une photo. Ce sera épouvantable. Je fais du porte-à-porte chaque mois dans ma circonscription...
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, that is a good question.
I held a town hall last week and I go door-knocking every month. I have knocked on 35,000 doors. In all honesty, no one has ever brought up the potential problem of not having an ID card to vote. We need an ID card for many things in our society. We are talking about the vote that will determine the next Canadian government. In 2015, 16% of the cards we got from Elections Canada had significant errors. What is more, it is very easy to get a voter card.
Sometimes in community buildings with 160 dwellings the mail room can be a bit of a mess. Mailboxes overflow with paper and anyone can grab an Elections Canada voter card and go to a polling station and vote. We are simply asking the Liberals to ensure that the right to vote is not just a game where anything goes. It has to be reasonably protected and ensured.
Monsieur le Président, c'est une bonne question.
J'ai fait une consultation publique la semaine dernière, et je fais du porte-à-porte tous les mois. J'ai cogné à 35 000 portes. En toute honnêteté, on ne m'a jamais parlé du potentiel problème de ne pas avoir de carte d'identité au moment de voter. Il faut une carte d'identité pour des tonnes de choses dans notre société. On parle du vote qui déterminera le prochain gouvernement canadien. En 2015, 16 % des cartes qu'on reçoit d'Élections Canada avaient des erreurs notables. De plus, c'est tellement facile d'obtenir une carte.
Dans les édifices communautaires où il y a 160 logements, par exemple, le service postal est parfois bordélique. Des papiers dépassent des boîtes aux lettres et n'importe qui pourrait prendre une carte d'information d'Élections Canada et se rendre au bureau de vote pour voter. On demande simplement que les libéraux fassent en sorte que le droit de vote ne soit pas juste un jeu qui va n'importe comment. Il faut que ce soit raisonnablement protégé et assuré.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Incredibly, Mr. Speaker, the parliamentary secretary is telling Canadians that the objective of 99 MPs is to suppress the vote of Canadians; he is also responsible for the Phoenix file, and we all know how that is going. He should be ashamed to say that about 99 MPs who represent nine million people. He rose in the House and dared to say that 99 Canadian MPs want to suppress the vote. That is terrible and nothing but rhetoric.
Monsieur le Président, le responsable des Services publics et de l'Approvisionnement et de Phénix — on voit ce que cela donne — est en train de dire aux Canadiens que l'objectif de 99 députés est de supprimer le vote démocratique. C'est incroyable. Il devrait avoir honte de parler comme cela de 99 représentants qui représentent 9 millions de personnes. Il se lève à la Chambre et ose dire que 99 représentants canadiens veulent supprimer le vote. C'est terrible et c'est de la démagogie.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-11 11:31 [p.19402]
Mr. Speaker, our ad never cost $300,000 for a single-page image. That is ridiculous.
Every time the Prime Minister sees his chances of winning the 2019 election crumbling, he introduces some kind of legislation seeking to make it impossible for the Canadian public or the opposition to hold him accountable or responsible for his actions. In his new bill, the Prime Minister wants to limit what political parties can do with the money that Canadians have freely given said parties.
I have a very simple question. Is he going to impose the same restrictions on his own government and his ministers regarding travel and other election activities in the lead-up to the next election campaign?
Monsieur le Président, nous n'avons jamais dépensé 300 000 $ en publicité pour une image tenant sur une seule page. C'est ridicule.
Chaque fois que le premier ministre constate l'effritement de ses chances électorales en 2019, il entreprend une démarche législative visant à empêcher le grand public et les partis de l'opposition de le mettre au banc des accusés et de le rendre responsable de ses actions. Le premier ministre, dans son nouveau projet de loi, veut limiter les partis politiques quant à ce qu'ils peuvent faire avec l'argent qui leur est donné librement par les Canadiens.
J'ai une question très simple: va-t-il imposer les mêmes limites, pendant la période précédant les élections, au gouvernement, à ses ministres relativement à leurs voyages et à leurs activités électorales?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 11:53 [p.19150]
Mr. Speaker, on April 6, the Ministers of Finance, International Trade, and Families, Children and Social Development enjoyed a tour of the Port of Québec. I am very pleased about that because since 2015, the Port of Québec has been working on Beauport 2020, a promising project for the economy of the Quebec City and Beauport—Limoilou region. However, the port authority has been waiting for three years for government support for this project and for the $60 million allocated by the previous Conservative government.
I am therefore asking the ministers to simply tell me if you discussed the Beauport 2020 project with the Port of Québec and what those discussions entailed.
Monsieur le Président, le 6 avril dernier, les ministres des Finances, du Commerce international et de la Famille, des Enfants et du Développement social ont rendu une belle visite au Port de Québec. Je suis très content de cela parce que, depuis 2015, le Port de Québec travaille sur un projet porteur pour l'économie de la région de Québec et de Beauport—Limoilou, c'est-à-dire Beauport 2020. Par contre, cela fait trois ans que les autorités portuaires attendent toujours un appui public à ce projet de la part du gouvernement ainsi qu'un appui en ce qui a trait à l'enveloppe de 60 millions de dollars qui avait été prévue par le précédent gouvernement conservateur.
Je demande donc aux ministres seulement de me dire si vous avez discuté du projet Beauport 2020 avec le Port de Québec, et quelle était la teneur de ses discussions.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:40 [p.19159]
Mr. Speaker, I want to congratulate my colleague on her maiden speech after her recent election in her beautiful riding. I know my colleague and all Conservative colleagues here, and probably all party MPs, go to their ridings each weekend. We work hard. We have activities in the communities, such as spaghetti dinners, etc.
The member will be able to share with us everything she hears from her constituents about the need to ensure Canadian oil can be exported outside the country. It is a major issue.
How can we still, today in 2018, be importing petroleum from dictatorship countries when we have all these resources here? Could my colleague share with us some of the comments she has heard from her constituents?
Monsieur le Président, je tiens à féliciter ma collègue de sa toute première intervention après sa récente élection dans sa magnifique circonscription. Je sais qu'elle et tous mes collègues conservateurs — et les députés de tous les partis, j'imagine — se rendent dans leur circonscription la fin de semaine. Nous y travaillons fort. Nous y participons à des activités communautaires, comme des soupers de spaghetti, et ainsi de suite.
La députée pourra nous faire part de tout ce que ses concitoyens lui disent sur la nécessité de garantir l'exportation du pétrole canadien. C'est une question importante.
Comment se fait-il qu'aujourd'hui, en 2018, nous importions le pétrole de pays dictateurs, alors que nous avons ces ressources ici même? Ma collègue pourrait-elle nous résumer certains des commentaires faits par les électeurs de sa circonscription?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:42 [p.19160]
Mr. Speaker, it is always an honour to speak in the House of Commons.
On a more serious note, I would like to take a moment to talk about my colleague from Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes, who passed away very suddenly this week. I never imagined this could happen. I share his family's sorrow, though of course mine could never equal theirs. His young children will not get to share amazing moments in their lives with their father, and that is staggeringly sad. I would therefore like to publicly state that I encourage them to hang in there. One day, they will surely find joy in living again, and we are here for them.
As usual, I want to say acknowledge all of the residents of Beauport—Limoilou who are tuning in. I would like to let them know that there will be a press conference Monday morning at my office. I will be announcing a very important initiative for our riding. I urge them to watch the news or read the paper when the time comes.
Bill C-48 would essentially enact a moratorium on the entire Pacific coast. It would apply from Prince Rupert, a fascinating city that I visited in 2004 at the age of 18, to Port Hardy, at the northern tip of Vancouver Island. This moratorium is designed to prevent oil tankers, including Canadian ones, that transport more than 12,500 tons of oil from accessing Canada's inland waters, and therefore our ports.
This moratorium will prohibit the construction of any pipeline project or maritime port beyond Port Hardy, on the northern tip of Vancouver Island, to export our products to the west. In the past three weeks, the Liberal government has slowly but surely been trying to put an end to Canada's natural resources, and oil in particular. Northern Gateway is just one example.
The first thing the Liberals did when they came to power was to amend the environmental assessment process managed by the Canadian Environmental Assessment Agency; they even brag about it. Northern Gateway was in the process of being accepted, but as a result of these amendments, the project was cancelled, even though the amendments were based on the cabinet's political agenda and not on scientific facts, as the Liberal government claims.
When I look at Bill C-48, which would enact a moratorium on oil tankers in western Canada, it seems clear to me that the Liberals had surely been planning to block the Northern Gateway project for a while. Their argument that the project did not clear the environmental assessment is invalid, since they are now imposing a moratorium that would have prevented this project from moving forward regardless.
The Prime Minister and member for Papineau has said Canada needs to phase out the oil sands. Not only did he say that during the campaign, but he said it again in Paris, before the French National Assembly, in front of about 300 members of the Macron government, who were all happy to hear it. I can guarantee my colleagues that Canadians were not happy to hear that, especially people living in Manitoba, Saskatchewan, and Alberta who benefit economically from this natural resource. Through their hard work, all Canadians benefit from the incredible revenues and spinoffs generated by that industry.
My colleague from Prince Albert gave an exceptional speech this morning. He compassionately explained how hard it has been for families in Saskatchewan to accept and understand the decisions being made one after the other by this Liberal government. The government seems to be sending a message that is crystal clear: it does not support western Canada's natural resources, namely oil and natural gas. What is important to understand, however, is that this sector represents roughly 60% the economy of the western provinces and 40% of Canada's entire economy.
I can see why the Minister of Environment and Climate Change says we need to tackle climate change first. The way she talks to us every day is so arrogant. We believe in climate change. That is not the issue. Climate change and natural resources are complex issues, and we must not forget the backdrop to this whole debate. People are suffering because they need to put food on the table. Nothing has changed since the days of Cro-Magnon man. People have to eat every day. People have to find ways to survive.
When the Liberals go on about how to save the planet and the polar bears, that is their post-modern, post-materialist ideology talking. Conservatives, in contrast, talk about how to help families get through the day. That is what the Canadian government's true priority should be.
Is it not completely absurd that even now, in 2018, most of the gas people buy in the Atlantic provinces, Quebec, and Ontario comes from Venezuela and Saudi Arabia even though we have one of the largest oil reserves in the world? Canada has the third-largest oil reserve in the world, in fact. That is not even counting the Arctic Ocean, of which we own a sizeable chunk and which has not yet been explored. Canada has tremendous potential in this sector.
As I have often told many of my Marxist-Leninist, leftist, and other colleagues, the price of oil is going to continue to rise dramatically until 2065 because of China's and India's fuel consumption. Should Canada say no to $1 trillion in economic spinoffs until then? Absolutely not.
How will we afford to pay for our hospitals, our schools, and our social services that are so dear to the left-wing advocates of the welfare state in Canada? As I said, the priority is to meet the needs of Canadians and Canada, a middle power that I adore.
To get back to the point I was making, as my colleague from Prince Albert said, the decision regarding Bill C-48 and the moratorium was made by cabinet, without any consultation or any study by a parliamentary committee. Day after day, the Liberals brag about being the government that has consulted more with Canadians over the past three years than any government in history. It is always about history with them.
The moratorium will have serious consequences for Canada's prosperity and the economic development of the western provinces, which represent a growing segment of the population. How can the Liberals justify the fact that they failed to conduct any environmental or scientific impact assessments, hold any Canada-wide consultations, or have a committee examine this issue? They did not even consult with the nine indigenous nations that live on the land covered by the moratorium. The NDP ought to be alarmed about that. That is the point I really want to talk about.
I have here a legal complaint filed with the B.C. Supreme Court by the Lax Kw'alaams first nation—I am sorry if I pronounced that wrong—represented by John Helin. The plaintiffs are the indigenous peoples living in the region covered by the moratorium. Only nine indigenous nations from that region are among the plaintiffs. The defendant is the Government of British Columbia.
The lawyer's argument is very interesting from a historical perspective.
The claim area includes and is adjacent to an open and safe deepwater shipping corridor and contains lands suitable for development as an energy corridor and protected deepwater ports for the development and operation of a maritime installation, as defined in Bill C-48, the oil tanker moratorium act.
“The plaintiffs' aboriginal title encompasses the right to choose to what uses the land can be put, including use as a marine installation subject only to justifiable environmental assessment and approval legislation.”
He continues:
The said action by Canada “discriminates against the plaintiffs by prohibiting the development of land...in an area that has one of the best deepwater ports and safest waterways in Canada, while permitting such development elsewhere”, such as in the St. Lawrence Gulf, the St. Lawrence River, and the Atlantic Ocean.
My point is quite simple. We have a legal argument here that shows that not only does the territory belong to the indigenous people and the indigenous people were not consulted, but that the indigenous people, whom the Liberals are said to love, are suing the Government of British Columbia. This will likely go all the way to the Supreme Court because this moratorium goes against their ancestral rights on their territory, which they want to develop for future oil exports. This government is doing a very poor job of this.
Monsieur le Président, c'est toujours un honneur de prendre la parole à la Chambre.
Sur un ton plus serein, j'aimerais prendre le temps de parler de mon collègue de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes, qui est mort cette semaine d'une façon extrêmement subite. Jamais je n'aurais cru que cela pourrait arriver. Je partage la tristesse de sa famille, même si la mienne ne peut être aussi profonde, bien sûr. Ses jeunes enfants ne pourront pas partager des moments incroyables de leur vie avec leur père, et c'est d'une tristesse ahurissante. Je voudrais donc dire publiquement que je les encourage à persévérer. Un jour, ils vont sûrement retrouver le goût de vivre, et nous sommes là pour les soutenir.
Comme d'habitude, j'aimerais saluer tous les citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre. Je voudrais leur dire que, lundi matin, il y aura une conférence de presse à mon bureau. J'y annoncerai une initiative très importante pour la circonscription. Je les invite donc à écouter la télévision et à lire les journaux au moment opportun.
Le projet de loi C-48 vise à appliquer un moratoire, ni plus ni moins, sur l'ensemble de la côte pacifique. Il s'appliquera de Prince Rupert, une ville intéressante que j'ai visitée en 2004, quand j'avais 18 ans, jusqu'à Port Hardy, au nord de l'île de Vancouver. Ce moratoire vise à empêcher tous les pétroliers de ce monde, y compris les pétroliers canadiens qui transportent au-delà de 12 500 tonnes de pétrole, d'accéder aux eaux intérieures et donc aux ports du Canada.
Ce moratoire empêchera la construction, au-delà de la ville de Port Hardy, au nord de l'île de Vancouver, de tout projet d'oléoduc ou de port maritime pour exporter nos produits vers l'Ouest. Depuis les trois dernières années, le gouvernement libéral tente de mettre fin, lentement mais sûrement, aux ressources naturelles canadiennes, s'agissant particulièrement du pétrole. On n'a qu'à penser au projet Northern Gateway.
La première chose que les libéraux ont faite lorsqu'ils sont arrivés au pouvoir — et ils s'en vantent — a été de modifier les processus d'évaluation environnementale régis par l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, qui se penche sur les projets énergétiques au Canada. Northern Gateway était en voie d'être accepté, mais à cause de ces modifications, qui n'étaient pas basées sur des faits scientifiques, comme le gouvernement libéral le dit toujours, mais plutôt sur des visées politiques du Cabinet, il a été annulé.
Quand je regarde le projet de loi C-48, qui vise à établir un moratoire sur les pétroliers dans l'Ouest canadien, je me dis que les libéraux songeaient assurément depuis longtemps à barrer la route au projet Northern Gateway. Leur argument selon lequel celui-ci n'a pas passé le test de l'évaluation environnementale est caduc, puisqu'ils imposent maintenant un moratoire qui aurait empêché ce projet de voir le jour de toute manière.
Le premier ministre et député de Papineau a dit qu'il fallait éliminer progressivement les sables bitumineux. Non seulement il l'a dit lors des élections, mais il l'a redit à Paris, à l'Assemblée nationale française, devant environ 300 membres de la députation du président Macron, qui étaient bien contents de l'entendre. Je peux garantir à mes collègues que les Canadiens n'étaient pas contents de l'entendre, encore moins ceux qui vivent au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta et qui bénéficient des retombées des ressources naturelles du pétrole. Grâce à leur travail, tous les Canadiens bénéficient des redevances et des retombées incroyables liées à cette industrie.
Mon collègue de la circonscription de Prince Albert a fait un discours remarquable, ce matin. Il a expliqué avec compassion combien il était difficile pour les familles de la Saskatchewan d'accepter et de comprendre les décisions prises l'une après l'autre par le gouvernement libéral. Ce dernier semble envoyer un message clair comme de l'eau de roche: il est contre les ressources naturelles du pétrole et du gaz naturel dans l'Ouest canadien. Toutefois, ce qu'il faut comprendre, c'est que cela correspond à environ 60 % de l'économie des provinces de l'Ouest et à 40 % de l'économie du Canada dans son entièreté.
Je peux bien comprendre que la ministre de l'Environnement et du Changement climatique dit qu'il faut d'abord s'attaquer aux changements climatiques. D'ailleurs, jour après jour, la manière dont elle nous parle est tellement arrogante, parce que nous croyons aux changements climatiques, là n'est pas la question. Les changements climatiques et les ressources naturelles sont des enjeux complexes, et il ne faut jamais oublier qu'au coeur de ce litige des individus souffrent, car ils doivent mettre de la nourriture sur la table. Rien n'a changé depuis le temps de l'homme de Cro-Magnon: il faut manger tous les jours. C'est vrai, il faut vivre.
Les libéraux sont toujours dans une idéologie postmoderne, postmatérialiste où ils nous parlent de comment sauver la planète et les ours polaires. Cependant, nous, les conservateurs, parlons de comment faire en sorte qu'une famille puisse vivre sa journée. C'est cela qui est la vraie priorité d'un gouvernement canadien.
En outre, n'est-ce pas une absurdité totale de penser qu'encore aujourd'hui, en 2018, la majorité du pétrole consommé dans les provinces de l'Atlantique, ainsi qu'au Québec et en Ontario, provient du Venezuela et de l'Arabie saoudite, alors que nous avons parmi les plus grandes réserves de pétrole au monde? En effet, le Canada possède la troisième plus grande réserve de pétrole du monde. Et cela, c'est sans compter l'océan Arctique, dont nous possédons une bonne partie, et qui n'a pas encore été exploré. Le Canada a donc un énorme potentiel dans ce domaine.
Comme je le dis souvent à plusieurs de mes collègues marxistes-léninistes, gauchistes et autres, le prix du pétrole va continuer à augmenter de façon spectaculaire à cause de la consommation chinoise et indienne, jusqu'en 2065. Est-ce que le Canada devrait dire non à 1 000 milliards de dollars en retombées économiques d'ici 2065? Absolument pas.
Comment allons-nous payer nos hôpitaux, nos écoles et nos services sociaux qui sont si chers aux pourfendeurs de l'État providence de la gauche canadienne? Comme je l'ai dit, la priorité est de subvenir aux besoins des Canadiens et du Canada, en tant que puissance moyenne que j'adore.
Je dois absolument arriver au point dont je veux parler. Comme mon collègue de Prince Albert l'a dit, la décision concernant le projet de loi C-48 et le moratoire a été prise au Cabinet, sans consultation et sans étude par un comité parlementaire. Jour après jour, les libéraux se targuent d'être le gouvernement qui, dans l'histoire du Canada — c'est toujours historique avec eux —, a consulté le plus les Canadiens au cours des trois dernières années.
Le moratoire aura des conséquences draconiennes sur la prospérité du Canada et sur l'évolution économique des provinces de l'Ouest qui représentent de plus en plus une partie importante de la population canadienne. Comment les libéraux peuvent-ils justifier n'avoir fait aucune étude environnementale ou sur l'impact scientifique possible, aucune consultation pancanadienne et aucune étude par un comité? Ils n'ont même pas consulté les neuf nations autochtones qui vivent sur les territoires visés par le moratoire. Le NPD devrait s'alarmer de cela. C'est justement à cela que je veux arriver.
J'ai entre les mains une plainte légale déposée à la Cour suprême de la Colombie-Britannique par la Première Nation Lax Kw'alaams —  je m'excuse de la prononciation —, représentée par John Helin. Les plaintifs sont les Autochtones de la région où le moratoire s'applique. Seulement neuf des nations autochtones de cette région font partie des plaintifs. Le défendeur est le gouvernement de la Colombie-Britannique.
Ce que l'avocat démontre est fort intéressant d'un point de vue historique:
« La zone revendiquée comprend un couloir de navigation en eaux profondes ouvert et sûr et y est adjacente, et couvre des terres convenant à la mise en valeur d'un couloir de transport de l'énergie, ainsi que de ports en eaux profondes protégés pour la mise en valeur et l'exploitation d'une installation maritime telle que définie dans le projet de loi C-48, Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers. »
« Le titre ancestral du plaignant comprend le droit de déterminer l'utilisation des terres, y compris pour y construire une installation maritime sujette à une évaluation environnementale justifiable et aux lois sur l'approbation. »
Il continue:
Ladite action intentée par le Canada « est discriminatoire à l'égard des plaignants en interdisant la mise en valeur des terres [...] dans une région où se trouvent l'un des meilleurs ports en eaux profondes et l'une des routes maritimes les plus sûres au Canada, tout en permettant la même mise en valeur ailleurs », comme dans le golfe du Saint-Laurent, le fleuve Saint-Laurent et l'océan Atlantique.
Mon argument est très simple. On a ici un argument légal: non seulement le territoire appartient au peuple autochtone et celui-ci n'a pas été consulté, mais les Autochtones, que les libéraux sont censés adorer, vont poursuivre le gouvernement de la Colombie-Britannique. Cela ira certainement jusqu'en Cour suprême, car le moratoire va à l'encontre de leurs droits ancestraux sur le territoire, alors qu'ils veulent exploiter celui-ci pour d'éventuelles exportations pétrolières. C'est un très mauvais travail de la part de ce gouvernement.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:54 [p.19161]
Mr. Speaker, Canadian oil is the most highly regulated oil in the world. Our oil is subject to the largest number of regulations regarding the environment, transportation safety, taxation, consumption, royalties, and so forth.
Would the founding nations consider it normal today for hundreds of huge oil tankers to cross the Atlantic ocean and come to this country when scientists are telling us that we have the third-largest oil reserve in the world? The carbon capture technology for the oil sands is getting better by the day.
We need to improve our environmental practices, I think that goes without saying. However, once again, how can we justify telling our grandchildren that we do not want to share in the wealth created over the next 40 years by the China's and India's incredible consumption of oil? Those countries are not going to stop purely for environmental reasons. They are going to consume oil. They are in a full-blown industrial revolution and it is their right to do so. We could sell up to $1 trillion in oil to build hospitals and an education system that are efficient.
Monsieur le Président, le pétrole canadien est le plus réglementé au monde. C'est le pétrole qui doit être soumis au plus grand nombre de réglementations relatives à l'environnement, à la protection de son transport, à sa taxation, à sa consommation, aux redevances, etc.
Les peuples fondateurs trouveraient-ils cela normal qu'aujourd'hui, des centaines d'immenses pétroliers traversent l'océan Atlantique pour venir ici, alors que les scientifiques nous disent que nous avons la troisième plus grande ressource de pétrole au monde? Jour après jour, la technologie permettant de capter le carbone émis par l'extraction des sables bitumineux s'améliore.
C'est l'évidence même qu'il faut améliorer nos pratiques environnementales. Cependant, encore une fois, comment est-il légitime de dire à nos petits-enfants que nous ne voulons pas avoir notre part du gâteau par rapport aux 40 prochaines années de consommation incroyable de pétrole par la Chine et l'Inde? Ces pays ne s'arrêteront pas pour des considérations purement environnementales. Ils vont en consommer. Ils sont en pleine révolution industrielle et c'est leur droit de le faire. Nous pouvons vendre jusqu'à 1 000 milliards de dollars de pétrole pour avoir des hôpitaux et un système d'éducation efficaces.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-04 12:57 [p.19162]
Mr. Speaker, environmentalists, just like NDP members, all have the same problem. They suffer from amnesia.
Since the 19th century and over the past 40 years, we have seen great environmental achievements, not only in Canada, but also around the world, with issues such as acid rain or the environment in our cities. The air in London in 1845 was worse than it is today in Beijing. Remarkable progress has been made on the environment. What is disappointing about the NDP, the Liberals, and environmentalists is that they never acknowledge progress and the efforts of Canadians.
We are transitioning towards green energy, but we cannot change Canada's entire supply chain in the space of a few years. This is why we are talking about it, because we need to be able to take advantage of our resources in the meantime.
Monsieur le Président, les environnementalistes, tout comme les députés du NPD, ont toujours le même problème: ils sont amnésiques.
Depuis le XIXe siècle et les 40 dernières années, il y a eu un pan incroyable de réussites environnementales non seulement au Canada, mais partout dans le monde, qu'il s'agisse des pluies acides ou de l'environnement dans nos villes. La qualité de l'air à Londres en 1845 était pire que celle de Pékin aujourd'hui. Il y a eu des progrès remarquables en matière d'environnement. Ce qui est dommage par rapport au NPD, aux libéraux et aux environnementalistes, c'est qu'ils ne reconnaissent jamais les progrès et les efforts des Canadiens et du Canada.
Nous sommes en pleine transition vers l'énergie verte, mais ce n'est pas vrai que nous allons pouvoir changer toute la chaîne d'approvisionnement canadienne en l'espace de quelques années. C'est pourquoi nous en parlons. Il faut profiter de nos ressources en même temps.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-03 14:50 [p.19097]
Mr. Speaker, they can enforce what they want. It is a question of political will. That is it.
Canada recently took part in a joint police operation with its allies to combat international terrorism, specifically that perpetrated by ISIS. The purpose of the operation was to undermine the power of the terrorist group's propaganda machine by seizing countless software programs and Internet servers all over the world. The operation was laudable and necessary, but in matters of counterterrorism, we must attack on all fronts.
Why is the Liberal government eliminating criminal penalties for terrorists right here on Canadian soil in Bill C-59?
Monsieur le Président, rien n'est impossible à appliquer. Ce n'est qu'une question de volonté politique, voilà tout.
Récemment, le Canada a participé à une opération policière conjointe avec ses alliés pour contrer le terrorisme international pratiqué par le groupe armé État islamique. L'opération avait pour objectif de diminuer la force propagandiste du groupe terroriste en perquisitionnant un nombre important de logiciels et de serveurs Internet partout dans le monde. Cette opération est louable et nécessaire, mais le contre-terrorisme doit s'attaquer à tous les fronts.
Pourquoi le gouvernement libéral élimine-t-il ici même, dans le territoire canadien, les pénalités criminelles pour les terroristes dans le projet de loi C-59?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-19 15:57 [p.18591]
Mr. Speaker, I just want to say that the member for Beauce's private member's bill goes to the heart of the parliamentary system. In the 13th century, the capitalist bourgeoisie went to the king to demand a place in an assembly, which became the legislative assembly. Their goal was first and foremost to find out what the king was doing with the money, the bourgeoisie's money, the suppliers' money and the people's money, which had been collected by the bourgeoisie or by agents acting for the king.
It is clear that the Liberals hate reporting to Parliament, because they are trying to hide a $7-billion slush fund in their new 2018-19 budget. I would therefore like the member to tell us a bit about his vision and about how his bill goes to the heart of the parliamentary system and accountability as practised by the capitalist bourgeoisie in the 13th century.
Monsieur le Président, j'aimerais noter que l'initiative parlementaire du député de Beauce va au coeur du parlementarisme. Les bourgeois capitalistes, au XIIIe siècle, sont allés voir le roi pour lui demander une place au sein d'une assemblée quelconque, qui est devenue l'assemblée législative. C'était d'abord et avant tout pour savoir ce que le roi faisait avec l'argent, l'argent des bourgeois, l'argent des pourvoyeurs et l'argent du peuple, qui était récolté par les bourgeois ou les agents du royaume.
On voit que les libéraux détestent la reddition de comptes devant le Parlement, puisqu'ils veulent cacher une caisse noire de 7 milliards de dollars dans leur nouveau budget de 2018-2019. J'aimerais donc que le député nous parle un peu de sa vision et de la façon dont son projet de loi va au coeur du parlementarisme et de la reddition de comptes telle que pratiquée par les capitalistes bourgeois du XIIIe siècle.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-19 16:30 [p.18596]
Mr. Speaker, I am very pleased to speak today. As a Conservative MP, nothing is more important to me than tradition. As tradition would have it, I would like to acknowledge all those who are watching me and those I meet at the community centres, at all the organized events in my riding, or when I go door to door. As always, I am very happy to represent my constituents in the House of Commons.
I would like to wish a good National Volunteer Week to everyone in Beauport, the people of Limoilou, Giffard, Sainte-Odile, and all around the riding. In Beauport, there are more than 2,500 volunteers. It is the Quebec City neighbourhood with the highest number of volunteers. That makes me very proud. Without volunteers, our social costs would be much higher. I commend all those who put their heart and soul into helping their neighbours and so many others.
I would quickly like to go back to some comments made by the Liberal member for Markham—Thornhill. She boasted that the Liberal government is open and transparent. I would like to remind her that our esteemed Prime Minister's trip to the Aga Khan's island was not all that transparent. The commissioner had to examine and report on this trip, in short, do an investigation, to get to the bottom of things. First of all, I think it is outrageous for a sitting prime minister to go south. He should have stayed in Canada as most Canadians do.
Furthermore, the Liberals' tax reform for small and medium-sized businesses was not all that transparent. The objective was to increase the tax rate for all small and medium-sized businesses and to create jobs in Canada, through the back door, by increasing corporate and small business taxes through changes in how dividends and other various financial vehicles are treated.
Then, there were all of the Minister of Finance's dealings. He hid some funds generated by his family firm, Morneau Shepell. We discovered that he hid these funds in a numbered company in Alberta.
Basically, we have a long list of items proving that the government is not all that open and transparent. This list also includes the amendments and changes the Liberals made to the Access to Information Act. The commissioner stated very clearly in black and white that they are going to impede access to information. On top of that, the Liberals refused to give access to information from the Prime Minister's Office, as they promised during the election campaign.
I would still like to talk about the bill brought forward by the member for Beauce, for whom I have a great deal of respect. He is a man of courage and principle. This bill is consistent with his principles. He does not care to see subsidies, handouts, being given to large corporations. With this bill, however, he does not oppose the idea of giving money to businesses to help them out. He said something very simple: the technology partnerships Canada program spent about $3.3 billion. For 200 businesses, that represents $700 million in loans and 45% of cases. The member for Beauce does not oppose those loans; he is simply asking the government to tell us whether those companies have paid back the $700 million, which breaks down into different amounts, for example $800,000, $300,000, or $2 million. If some companies have not paid back those loans, then we can simply tell Canadians that they were actually subsidies, not loans.
I want to get back to what I said during my earlier question. When I was a student at Laval University, I remember naively telling my professor that I would go to Parliament to talk about philosophy, the Constitution, and the great debates of our time. He told me that there would be debates on these types of issues, yes, but fundamentally, what was at the heart of England's 13th century parliamentary system was accountability, namely what was happening with the money.
There is a reason why we spend two months talking about the budget. It is very important. The budget is at the heart of the parliamentary system. I sometimes find it a little annoying. I wonder if we could talk about Constitutional issues, Quebec's distinct society, the courts, politics, and other issues. However, much to my chagrin, we spend most of our time talking about money. There is a valid reason for this: every one of us here represents about 100,000 people, most of whom pay taxes. All of the government's programs, initiatives, and public policies, good or bad, are dynamic and rely on public funds.
In England in the 13th century, bourgeois capitalists went to see the king to tell him that all his warmongering was getting a little expensive. They asked him to create a place where they could talk to him or his representative and find out what he was doing with their money. That was the precise moment in the course of human history when liberal democracy made its first appearance.
Another example of the importance of knowing what is being done with people's money is the American Revolution. This is complicated and could fill many books, but essentially, the American Revolution happened because England was not interested in taxation with representation. The Americans said they had had enough. If taxes on tea—hence, the Tea Party—were going up, they wanted to know what was being done with their money. The only way the Americans could find out what the British were doing with the money was through elected representation of the colonies in the British Parliament. However, the king, in his arrogance, and his British governing council told the colonies to keep quiet and pay their taxes to His Majesty like they were supposed to. Thus ensued the American Revolution.
Such major historical examples demonstrate how accountability is at the very heart of the parliamentary system and liberal democracy, which guarantees the protection of individual rights and freedoms so dear to our Liberals in this place.
Now, this is what I do not understand. The opposition members, whether they belong to the NDP, the Conservative Party, or the Quebec caucus, introduce sensible and fairly simple bills. Why will the government not just admit it and thank them? Not only is it the purpose of Parliament to inform Canadians about what is being done with their money, but the government itself should know what is happening.
The government could use half of the unpaid $700 million to more quickly implement its much-touted social housing program or pharmacare 2020. However, between $400 million and $700 million has not been paid back to the federal government. Thus, it is completely unacceptable and illogical for the Liberals to tell us that this is not a laudable or justifiable bill.
When I came to Parliament, I had the opportunity to work on the Standing Committee on Government Operations and Estimates, a very complex committee. It was a bit overwhelming, but I took it very seriously and I did all the reading. That committee just keeps voting on credits for months because it approves all the spending. When I was there, the President of the Treasury Board attended our meetings three times to explain the changes he wanted to make to the main estimates. These were disastrous changes that sought to take away the power of opposition MPs to examine spending vote by vote for over two months. He wanted to cut that time down to about two weeks. It was an attempt on the part of the Liberals to gradually undermine the work and transparency of this democratic institution.
What is more, the Liberals wanted to make major changes that would cut our speaking time in the House of Commons. For heaven's sake. At the time of Confederation, our forefathers sometimes talked for six or seven hours. Now, 20 minutes is too long. For example, today, I have 10 minutes to speak. The Liberals wanted to cut our time down from 20 minutes to 10 minutes. This government never stops trying to cut the opposition's speaking time, and that is not to mention the $7 billion that have still not been allocated.
In short, the bill introduced by the member for Beauce is a laudable bill that goes to the very heart of the principle underlying liberal democracy and the British parliamentary system, that of knowing where taxpayers' money is going.
Monsieur le Président, je suis très content de prendre la parole aujourd'hui. En tant que député conservateur, ce qui est le plus important pour moi, c'est la tradition. Comme la tradition le veut, j'aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes qui m'écoutent, ceux que je rencontre lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires et lors de toutes les activités organisées dans ma circonscription. Comme toujours, je suis très content de représenter mes concitoyens à la Chambre des communes.
J'aimerais souhaiter une bonne Semaine de l'action bénévole à l'ensemble des Beauportois et des gens de Limoilou, de Giffard, de Sainte-Odile et des quatre coins de la circonscription. À Beauport, il y a plus de 2 500 bénévoles. C'est l'arrondissement de la ville de Québec qui compte le plus grand nombre de bénévoles. J'en suis très fier. Sans les bénévoles, nos coûts sociaux seraient bien plus importants. Je félicite donc tous ces gens qui se donnent corps et âme pour aider autrui et leur prochain.
J'aimerais revenir rapidement sur certains commentaires faits par la députée libérale de Markham—Thornhill. Elle se vantait du fait que le gouvernement libéral était ouvert et transparent. J'aimerais quand même lui rappeler que le voyage sur l'île de l'Aga Khan de notre cher premier ministre était plus ou moins transparent. Il a fallu qu'une commissaire fasse une étude et un rapport, donc une enquête, sur ce voyage pour savoir ce qu'il en était. De prime abord, je trouve que c'est une hérésie pour un premier ministre d'aller dans le Sud lorsqu'il est en fonction. Il devrait rester au Canada, comme la plupart des Canadiens le font.
En outre, la réforme fiscale que les libéraux ont imposée aux petites et moyennes entreprises était plus ou moins transparente. L'objectif était de hausser le taux d'imposition de toutes les petites et moyennes entreprises et de créer des emplois au Canada, et ce, par la porte arrière, en augmentant, dans le cadre de dividendes et de plusieurs véhicules financiers différents, l'impôt des sociétés et des petites et moyennes entreprises.
Il y a également eu toutes les actions du ministre des Finances. Il a caché certains fonds provenant de son entreprise familiale, Morneau Shepell. On a découvert qu'il cachait ces fonds dans une société à numéro en Alberta.
Bref, la liste qui démontre que le gouvernement n'est pas si ouvert et transparent que cela est très longue. Cette liste comprend également les modifications et les amendements que les libéraux ont apportés à la Loi sur l'accès à l'information. La commissaire a stipulé, noir sur blanc, que cela va empirer l'accès à l'information. De plus, les libéraux n'ont pas donné l'accès à l'information du bureau du premier ministre, comme ils avaient promis lors de la campagne électorale.
Je voudrais quand même parler du projet de loi du député de Beauce, un homme que je respecte énormément. Il est courageux et il a des principes. Ce projet de loi cadre justement avec ses principes. C'est un individu qui n'aime pas beaucoup les subventions, le bien-être social, accordées aux grandes entreprises. Cependant, dans ce projet de loi, il ne s'oppose pas à l'argent donné aux entreprises pour les aider. Il dit quelque chose de très simple: le programme de Partenariat technologique Canada a dépensé environ 3,3 milliards de dollars. Pour 200 entreprises, cela représente 700 millions de dollars en prêts et 45 % des cas. Le député de Beauce n'est pas en désaccord avec ces prêts, il demande tout simplement au gouvernement de nous dire si ces entreprises ont remboursé les 700 millions de dollars, répartis de différentes façons, par exemple, 800 000 $, 300 000 $ et 2 millions de dollars. Si les entreprises n'ont pas remboursé les prêts, on pourra dire aux Canadiens et aux Canadiennes que ce n'était pas des prêts mais plutôt des subventions.
Je vais revenir sur ce que j'ai dit lors de ma question préalable. Lorsque j'étais étudiant à l'Université Laval, je me rappelle avoir dit à un professeur, avec ma belle naïveté de l'époque, que j'irais au Parlement pour parler de philosophie, de la Constitution et des grands débats qui nous animent. Il m'a répondu qu'il y aurait des débats sur ce genre d'enjeux, mais que foncièrement, ce qui était au coeur même du parlementarisme au XIIIe siècle, en Angleterre, c'était la reddition de comptes, à savoir ce qui se passe avec l'argent.
Ce n'est pas pour rien qu'on passe un ou deux mois à parler du budget. C'est tellement important. Le budget est au coeur du parlementarisme. Parfois, je trouve cela un peu embêtant. Je me demande si on peut parler des problèmes liés à la Constitution, de la société distincte du Québec, de la judiciarisation, de la politique et de différents enjeux. Toutefois, à mon grand dam, on parle d'argent la majorité du temps. Il y a quand même une raison louable à cela: chacun d'entre nous est ici pour représenter, grosso modo, 100 000 individus dont la plupart paie des impôts. Tous les programmes, toutes les initiatives et toutes les politiques publiques du gouvernement, bons ou mauvais, sont vivants et dépendent des fonds publics.
Au XIIIe siècle, en Angleterre, les capitalistes bourgeois sont allés voir le roi pour lui dire que ses projets de grandes guerres commençaient à être un peu lourds. Ils lui ont demandé de créer un endroit où ils pourraient discuter avec lui ou son représentant afin de savoir ce qu'il faisait avec leur argent. C'était le début de la démocratie libérale, ni plus ni moins, dans l'histoire de l'humanité.
L'autre exemple qui démontre l'importance de savoir ce qu'on fait avec l'argent, c'est la révolution américaine. C'est complexe et on pourrait remplir des millions de pages, mais grosso modo, la révolution américaine est arrivée parce que l'Angleterre ne voulait pas accepter la representation with taxation. Les Américains ont dit qu'ils en avaient assez: si on allait taxer davantage leur thé — d'où le Tea Party —, ils voulaient savoir ce qu'on faisait avec leur argent. Or la seule façon dont les Américains pouvaient savoir ce que les Britanniques faisaient avec l'argent, c'était d'être représentés par des élus au Parlement britannique de la colonie américaine. Cependant, le roi, avec sa grande arrogance et son conseil de gouvernance britannique, a dit à la colonie de se taire et de payer ses taxes à Sa Majesté comme il se doit. La révolution américaine s'en est suivie.
De grands exemples historiques de ce genre nous démontrent à quel point la reddition de comptes se trouve au coeur même du parlementarisme et de la démocratie libérale, qui garantit la protection des droits et libertés individuelles qui est si chère à nos libéraux ici.
Maintenant, voici ce que je ne comprends pas. Les députés de l'opposition, qu'ils soient du NPD, du Parti conservateur ou du Groupe parlementaire québécois, proposent des projets de loi sensés et assez simples. Pourquoi le gouvernement ne peut-il jamais l'admettre et les remercier? Non seulement c'est le but du Parlement d'informer la population au sujet de ce qu'on fait avec son argent, mais le gouvernement devrait lui-même savoir ce qui se passe.
Si c'est la moitié des 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés, le gouvernement pourrait utiliser cet argent pour mettre en oeuvre plus rapidement son fameux programme de logement social ou son fameux programme Pharmacare 2020. Ce sont quand même entre 400 millions et 700 millions de dollars qui n'ont pas été remboursés au gouvernement fédéral. Il est donc tout à fait inacceptable et illogique que des libéraux nous disent que ce n'est pas un projet de loi louable ou justifiable.
J'ai eu la chance de travailler au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, un comité très complexe, lorsque je suis arrivé au Parlement. J'étais un peu dépassé par cela, mais j'ai pris cela au sérieux et j'ai fait toutes mes lectures. À ce comité, on n'arrête pas de voter sur des crédits, et ce, pendant des mois, puisqu'on y approuve toutes les dépenses. Or j'ai vu le président du Conseil du Trésor assister à nos rencontres trois fois pour nous expliquer les réformes qu'il voulait effectuer en ce qui a trait au Budget principal des dépenses. Il s'agissait de réformes désastreuses qui visaient à enlever aux députés de l'opposition le pouvoir d'analyser les dépenses crédit par crédit pendant plus de deux mois. Il voulait limiter cela à environ deux semaines. C'est une tentative de la part des libéraux d'amoindrir progressivement le travail et la transparence en cette institution démocratique.
De plus, les libéraux ont voulu procéder à une réforme afin de réduire notre temps de parole à la Chambre des communes. Bon Dieu! À l'époque de la Confédération, nos aïeux parlaient parfois pendant six ou sept heures. Maintenant, 20 minutes c'est presque trop. Aujourd'hui, j'ai 10 minutes, par exemple. Les libéraux voulaient diminuer notre temps de parole de 20 minutes à 10 minutes. Ce gouvernement tente sans cesse de réduire le temps de parole des députés de l'opposition, et c'est sans parler des 7 milliards de dollars qui n'ont toujours pas été affectés.
Bref, le projet de loi du député de Beauce est un projet de loi louable qui va au coeur même du principe qui sous-tend la démocratie libérale et le parlementarisme britannique: savoir où va l'argent des contribuables.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-04-17 12:19 [p.18436]
Mr. Speaker, I think a point of order is appropriate here. I have been listening to my colleague for about 10 minutes now, and he has been talking about what his government is doing with the country's finances. I believe we are supposed to be debating the conflicts of interest this government has been a party to for the past year. The Prime Minister has essentially been accused of breaking a federal statute. I think that is what we should be talking about. We moved an amendment to refer the matter to Canada's Conflict of Interest and Ethics Commissioner to get some suggestions for how to address the flaws in the legislation. I think the member across the way should stick to the issue at hand.
Monsieur le Président, je crois qu'il est raisonnable de faire un rappel au Règlement. J'écoute mon collègue depuis environ 10 minutes, et il parle des efforts de son gouvernement concernant les finances du Canada. Je pense qu'en ce moment nous sommes censés débattre les conflits d'intérêts dont ce gouvernement fait preuve depuis un an. Le premier ministre a ni plus ni moins été accusé en vertu d'une loi fédérale. Je pense que nous devrions discuter de cela. Nous avons proposé un amendement pour que le dossier soit renvoyé au commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique du Canada, afin que ce dernier puisse nous proposer des avenues pour éliminer les lacunes dans la loi. Je pense que le député de l'autre côté de la Chambre devrait discuter de cette affaire en particulier.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:16 [p.17750]
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech in defence of Quebec's interests. In mine, I will defend the interests of all Canadians, but I understand his objective.
In his opinion, are we now more than ever dealing with an excessively centralizing Liberal government that has no respect for provincial jurisdictions? It almost seems as if the government sees the country as its own unitary regime. For the Liberals, it is as if there is no federation, only a great leader who revels in his duties and who gives orders to the provinces.
Is that how my colleague reads the situation as well?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours qui se portait à la défense des intérêts du Québec. Dans le mien, je défendrai les intérêts de tous les Canadiens, mais je comprends son objectif.
Selon son propre constat, est-ce qu'on fait face plus que jamais à un gouvernement libéral centralisateur au maximum et qui n'a aucun respect pour les compétences des provinces? On croirait presque que le gouvernement voit le pays comme son régime unitaire. Pour les libéraux, c'est comme s'il n'y avait pas de fédération, il y a un grand leader qui se complaît dans sa fonction et qui donne des directives aux provinces.
Est-ce que mon collègue a lui aussi une telle lecture de la situation?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-03-20 13:21 [p.17750]
Madam Speaker, first of all, I wish to inform you that I will be sharing my time with the very honourable and very competent member for Mégantic—L'Érable, a beautiful riding that has a beautiful lake I swam in a few years ago. As I always do, I would also like to say hello to the many residents of Beauport—Limoilou who are listening to us today and those I meet in my travels, whether I am going door to door or attending events at community centres and so on.
Today I want to talk about the stark realities of budget 2018. I would like to draw a parallel to the disastrous trip to India that my constituents have been upset about and have been talking about so much in recent weeks. This trip was not out of character for this government. The trip was ill-defined and achieved virtually nothing, other than having the Prime Minister dress up in ridiculous costumes—ridiculous only because it was the Prime Minister wearing them. The clothes themselves are not ridiculous; what is ridiculous is the fact that the Prime Minister of Canada wore them instead of wearing the type of clothing he should be wearing to such international meetings. He toured around India making a mockery of the office of Prime Minister, and he was the laughingstock of the international press. He then returned home after announcing hardly anything to Canadians.
This trip pretty much reflects how this government acts every day in the House. It is also exactly like budget 2018: a political agenda with no substance, with page after page of lofty words, and void of any concrete measures.
The Liberals and the Prime Minister, the hon. member for Papineau, brag about forming a government that is not cynical, that will put democracy back on track, that is more transparent, and that wants to restore Canadians' trust in the political system. In my opinion, one of the best ways to restore Canadians' trust is keep the most basic of promises. Not only have the Liberals broken key promises, such as changing the voting system, but they have also broken basic, structural promises that they made with their hands on their hearts in 2015.
The Prime Minister promised to run annual deficits of no more than $10 billion. He also said that in 2018, the deficit would not exceed $6 billion. Less than two weeks ago, the government announced that the deficit for 2018-19 is $18 billion, three times the amount that was promised during the 2015 campaign.
The second broken promise is just as important. The Liberals promised a return to a balanced budget by 2020. As my dear colleague from Louis-Saint-Laurent always says in a delightful turn of phrase, never has a Canadian government ever run a deficit outside wartime, such as during the Second World War, or outside a major economic crisis, like the one we went through when Mr. Harper was leading the government. He was a great prime minister, by the way.
The Prime Minister is running major deficits and has no plan to return to a balanced budget, even though our economy is in a favourable position compared to most countries around the world. I will get into this economic situation a bit later. It is unbelievable.
Here is what the parliamentary budget officer thinks about it, as reported by the QMI Agency:
...Canada's fiscal watchdog notes that the federal government's vagueness about [balancing the budget] conflicts with the objectives set out in the mandate letter of finance minister Bill Morneau.
The PBO also notes that the mandate letter from the Prime Minister explicitly asks the minister to ensure “that our fiscal plan is sustainable by meeting our fiscal anchors of balancing the budget in 2019/20 and continuing to reduce the federal debt-to-GDP ratio throughout our mandate”.
Lastly, the article states:
However, in its 2016 budget, Ottawa abandoned its intention of reaching a zero deficit in 2019-20.
Ottawa confirmed two weeks ago that not only will a balanced budget not be reached this year, but it will certainly not be reached by 2023, or by 2045, based on forecasts.
As for infrastructure, it is the biggest joke of all. It is unbelievable. After the election, the government bragged about implementing the largest infrastructure program in Canadian history, a $180-billion program.
I am not the one saying this. Barely a week ago, the parliamentary budget officer said that only $10 billion had been released so far. The media has been covering this story for last few days, thank heaven. All the billions of dollars that should be spent on infrastructure by 2019 will be delayed until 2022, 2023, and 2024.
I will come back to balancing the budget and to deficits. When the Prime Minister promised deficits of no more than $10 billion a year, he brazenly insisted that these deficits were for infrastructure, not for international relations, or for climate change in third-world countries, or for endless funding for all of Canada's diversity groups. No, he said that they were for infrastructure.
The parliamentary budget officer said that the Liberals do not yet have a plan for how the federal government will spend $186.7 billion in infrastructure money over the next 12 years. Is this not the same Liberal government that keeps repeating that meeting environmental targets, for example, requires a plan? The Liberals have no plan for the environment, just as they have no plan for infrastructure. One of their flagship promises, which was so important that it formed the basis for the other promises, was to balance the budget in 2019 and to run annual deficits of $10 billion.
Meanwhile, taxes are going up for the fine constituents of Beauport—Limoilou. The average increase for middle-income families is exactly $840 per year, whereas by the end of 10 wonderful years of Conservative government, from 2006 to 2015, the average Canadian family paid about $2,000 less in taxes. There is an increase in Canada Pension Plan contributions, up to $2,200 per household, there is a carbon tax, up to $2,500 per household, and the cancellation of the family tax cut. This has a direct impact on the people of Beauport—Limoilou. All my neighbours in Beauport—Limoilou have children who play sports or take part in fitness or arts activities. For example, on Sunday mornings, my daughter takes music lessons at the Cascades school of music. It is a great place and I am proud to mention it today. They also cancelled the tax credits for education and textbooks, which could be as much as $560 per student, and they raised EI premiums. This does not even include the disastrous tax reforms imposed by the Minister of Finance, even though he himself wanted to hide some of his income from the federal taxman, frankly.
The sad part is that the debt keeps piling up. After three years in office, the current government has grown the national debt by $60 billion. According to projections by the Department of Finance, in other words, our dear, dedicated public servants, the budget will not be balanced until 2045, which will add $450 billion to the debt. A colleague opposite spoke about 3- to 17-year-old girls not being able to access this or that thing. I will tell her that, in 30 years, fully all of these girls will be paying the debt piled up by the current government. Only one thing is certain: men and women alike will be paying a lot more on the debt in 30 or 40 years, because of the bad fiscal management by this bad government, which, I hope, will be calling it quits in 2019.
What is even more unbelievable is that the government brags about having wonderful financials thanks to its prowess at managing public funds. That is not the case. We know full well that the current growth is primarily due to a recovery in the oil sector. That is good for the entire oil industry, but again, it is not because of the Liberals' sound management. In addition, house prices increased by 16% in 2016, bringing in additional revenue. Oil and gas exports went up. The Canadian dollar fell, and so did interest rates. All those factors combined to produce strong economic growth in Canada. What should we do under such circumstances, when the economy is doing well? We should address the issues and ensure that there is money for potential emergencies, such as the crisis in the aluminum and steel industries, the potential end of NAFTA in a few months, or a global economic crisis that could erupt at any moment.
When the economy is doing well, we must prepare for future crises. The current government is simply being reckless with the Canadian economy. The constituents of Beauport—Limoilou have a right to know.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le très honorable et très compétent député de Mégantic—L'Érable, une très belle circonscription où il y a un très beau lac dans lequel je me suis baigné il y a quelques années. J'aimerais également, comme je le fais toujours, saluer les nombreux citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent et ceux que je rencontre un peu partout, que ce soit lorsque je fais du porte-à-porte, dans les centres communautaires ou lors d'autres activités.
Aujourd'hui, je vais parler un peu de la réalité patente du budget de 2018. J'aimerais faire un parallèle concernant le voyage en Inde dont mes concitoyens m'ont beaucoup parlé au cours des dernières semaines, ce voyage désastreux qui leur a tant déplu. Celui-ci était un peu à l'image de ce gouvernement. C'était un voyage flou et sans aucune substance lors duquel le premier ministre s'est drapé dans des costumes on ne peut plus ridicules, ridicules du fait que le premier ministre les a portés. Ce ne sont pas les costumes qui sont ridicules, c'est le fait que le premier ministre canadien les a portés plutôt que de s'être habillé comme il se doit lors de telles réunions internationales. Il a fait le tour de l'Inde en ridiculisant la fonction de premier ministre, et la presse internationale s'est moquée de lui. Il est ensuite revenu à la maison sans presque rien annoncer aux Canadiens.
Ce voyage ressemble à ce que nous voyons à la Chambre tous les jours de la part de ce gouvernement. C'est aussi exactement ce qu'est le budget de 2018: un programme politique sans aucune substance qui contient des mots vertueux page après page et qui ne contient aucune action concrète.
Les libéraux et le premier ministre, le député de Papineau, se targuent de former un gouvernement qui n'est pas cynique, qui va remettre la démocratie sur le droit chemin, qui est plus transparent et qui veut rétablir la confiance des Canadiens à l'égard du système politique. Eh bien, une des façons de rétablir la confiance des Canadiens, à mon avis, c'est d'abord et avant tout de remplir ses promesses les plus rudimentaires. Or non seulement les libéraux ont brisé plusieurs promesses d'envergure, comme celle concernant le changement du mode de scrutin, mais ils ont aussi brisé des promesses structurelles et rudimentaires qu'ils avaient faites la main sur le coeur en 2015.
Notamment, le premier ministre avait promis de faire des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année. Puis, il avait dit qu'en 2018, le déficit ne dépasserait pas 6 milliards de dollars. Or, il n'y a même pas deux semaines, le gouvernement nous a annoncé un déficit de 18 milliards de dollars pour l'année 2018-2019, soit trois fois plus que ce qui avait été promis lors de la campagne de 2015.
La deuxième promesse brisée est aussi importante. Les libéraux avaient promis de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2020. Comme mon chaleureux collègue de Louis-Saint-Laurent le dit toujours, et j'aime bien cette phrase, jamais, au grand jamais un gouvernement canadien n'a fait de déficits sans être en période de guerre, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, ou en période de crise économique majeure, comme celle que nous avons vécue lorsque M. Harper était à la tête du gouvernement. Il était un très grand premier ministre, en passant.
Le premier ministre crée donc des déficits importants et n'a aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, alors que nous sommes dans une situation économique favorable sur le plan international. D'ailleurs, je parlerai de cette situation économique un peu plus tard. C'est incroyable.
Voilà ce qu'en pense le directeur parlementaire du budget dans un article de l'Agence QMI:
[...] le chien de garde des finances canadiennes souligne que le flou entretenu par le fédéral sur [la question de l'équilibre budgétaire] contrevient aux objectifs formulés dans la lettre de mandat du ministre des Finances Bill Morneau.
Le DPB rappelle également que le premier ministre demande explicitement au ministre, dans sa lettre de mandat, de « s'assurer que notre plan fiscal est viable en respectant nos cibles fiscales, qui sont d'équilibrer le budget en 2019-2020 et de réduire le rapport entre la dette fédérale et le PIB tout au long de notre mandat. »
Finalement, dans cet article, on dit:
Ottawa a toutefois abandonné dans son budget 2016 son intention d'atteindre le déficit zéro en 2019-2020.
Ottawa l'a confirmé il y a deux semaines: non seulement l'équilibre budgétaire ne sera pas atteint cette année, mais il ne le sera sûrement pas d'ici 2023, ni d'ici 2045, si on se fie aux prévisions.
Par ailleurs, sur le plan des infrastructures, c'est la plus belle des blagues. C'est incroyable. Après les élections, le gouvernement se targuait de mettre en oeuvre le plus grand programme d'infrastructure de l'histoire du Canada, un programme de 180 milliards de dollars.
Ce n'est pas moi qui le dis. Il y a une semaine à peine, le directeur parlementaire du budget a dit que seulement 10 milliards de dollars sont sortis jusqu'à maintenant. On en parle d'ailleurs dans les médias depuis quelques jours, Dieu merci. Tous les milliards de dollars qui devaient sortir pour l'infrastructure d'ici 2019 vont être retardés à 2022, 2023 et 2024.
Je vais revenir sur l'équilibre budgétaire et sur les déficits. Le premier ministre, lorsqu'il a promis qu'il ferait des déficits d'au plus 10 milliards de dollars par année, a soutenu sans vergogne que ces déficits étaient engrangés pour les infrastructures, pas pour les relations internationales, ni pour les changements climatiques dans les pays du tiers monde ni pour l'octroi de fonds à n'en plus finir à tous les groupes de diversité du Canada. Non, il a dit que c'était pour les infrastructures.
Le directeur parlementaire du budget « souligne que les libéraux n’ont pas encore de plan indiquant la façon dont le gouvernement fédéral dépensera 186,7 milliards $ en infrastructures au cours des 12 prochaines années. » N'est-ce pas ce même gouvernement libéral qui répète toujours que pour atteindre les cibles environnementales, par exemple, il faut un plan? Les libéraux n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'environnement, tout comme ils n'ont pas de plan en ce qui a trait à l'infrastructure. Une de leurs promesses phares, qui était à ce point importante que c'est sur elle que se fondaient les autres promesses, était d'arriver à l'équilibre budgétaire en 2019 et de faire des déficits de 10 milliards de dollars par année.
Pendant ce temps, pour mes chers concitoyens de Beauport—Limoilou, les impôts augmentent. L'augmentation moyenne pour les familles à revenu moyen est de 840 $ par année, ni plus ni moins, alors qu'à la fin des 10 merveilleuses années au pouvoir des conservateurs, de 2006 à 2015, une famille moyenne canadienne payait environ 2 000 $ de moins d'impôt. Il y a une augmentation des cotisations au Régime de pensions du Canada, jusqu'à 2 200 $ par ménage, il y a la tarification du carbone, qui va jusqu'à 2 500 $ par ménage, et l'annulation de la baisse d'impôt pour les familles. Cela touche directement les gens de Beauport—Limoilou. Tous mes voisins à Beauport—Limoilou ont des enfants qui participent à des sports ou à des activités de conditionnement physique ou artistiques. Par exemple, les dimanches matins, ma fille suit des cours de musique à l'École de musique des Cascades. C'est un super endroit et je suis content d'en parler aujourd'hui. De plus, on a annulé les crédits d'impôt pour l'éducation et les manuels, qui pouvaient aller jusqu'à 560 $ par étudiant, et on a augmenté les cotisations à l'assurance-emploi. C'est sans parler des désastreuses réformes fiscales perpétrées par le ministre des Finances, alors que lui-même aimait bien cacher certains de ses revenus au fisc canadien, disons.
Ce qui est encore plus triste, c'est que l'endettement ne cesse d'augmenter. En trois années au pouvoir, le gouvernement actuel a augmenté la dette nationale de 60 milliards de dollars. Selon la projection du ministère des Finances, donc, de nos chers et valeureux fonctionnaires, le budget ne sera pas équilibré avant 2045, ce qui ajoutera 450 milliards de dollars à la dette. Une collègue de l'autre côté de la Chambre parlait des filles de 3 ans à 17 ans qui n'ont pas accès à telles ou telles choses. Je vais lui dire que, dans 30 ans, 100 % des filles vont payer la dette engrangée par le gouvernement actuel. Une seule chose est certaine: autant les hommes que les femmes vont payer beaucoup plus pour la dette dans 30 ans et 40 ans, à cause de la mauvaise gestion des finances publiques de ce mauvais gouvernement, qui va, je l'espère bien, retourner chez lui en 2019.
Ce qui est encore plus incroyable, c'est que le gouvernement se targue d'avoir des états financiers fantastiques grâce à sa gestion des finances publiques. Ce n'est pas le cas. Nous savons très bien que la croissance actuelle était principalement due à une reprise dans le secteur pétrolier. C'est bien, quand même, pour tout ce secteur, mais, encore une fois, ce n'est pas dû à la bonne gestion des libéraux. Également, le prix des habitations a augmenté de 16 % en 2016, apportant des revenus additionnels. Les exportations pétrolières et gazières ont augmenté. Le dollar canadien était plus bas et les taux d'intérêt également. Tout cela mis ensemble fait qu'il y a une forte croissance de l'économie au Canada. Que faut-il faire dans un tel contexte, alors que l'économie va bien? Il faut s'attarder aux enjeux et s'assurer d'avoir de l'argent pour des crises potentielles, comme celle de l'aluminium et de l'acier, comme la fin possible de l'ALENA dans quelques mois ou comme une crise économique mondiale qui pourrait advenir à tout moment.
Quand l'économie va bien, il faut se préparer aux crises à venir. Le gouvernement actuel ne fait qu'être insouciant par rapport à l'économie canadienne. Les citoyens de Beauport—Limoilou sont en droit de le savoir.
Results: 121 - 135 of 415 | Page: 9 of 28

|<
<
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
>
>|