Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-31 16:35 [p.20032]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his questions. Questions like these are why I have been urging him to join the Conservatives for three years, along with the member for Rosemont—La Petite-Patrie, though I am not too sure about him, since his socialism is a little too intense. I think he may be too deeply entrenched in socialism.
About Davie, it takes political leadership. In 2015, one month before the election, we awarded the contract for the Asterix. It was the crowning achievement of Canada's largest shipyard, which is located in Lévis. Social transfers are also very important. The Conservative government provided health and education transfers with no strings attached. We fixed the fiscal imbalance by giving $800 million to Quebec. Charest acknowledged that in no uncertain terms.
First and foremost, as we have been proving since 1867, and as the history books will surely show, we are a Conservative political government when we form government. We support decentralization and respect the spirit and the letter of the Constitution, the British North America Act, our greatest constitutional document. We respect provincial and federal areas of jurisdiction. That is what is so great about the Conservatives.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses questions. C'est pour cette raison que je l'invite depuis trois ans à se joindre aux conservateurs, de même que le député de Rosemont—La Petite-Patrie, bien que je ne suis pas sûr par contre, car son socialisme est un peu trop intense. Je pense qu'il est trop ancré dans le socialisme.
Pour la Davie, cela prend un leadership politique. En 2015, un mois avant les élections, nous avons octroyé le contrat pour l'Asterix. C'est la grande réussite du plus grand chantier naval du Canada, à Lévis. Les transferts sociaux sont très importants. Sous le gouvernement conservateur, nous avons fait des transferts en matière de santé et d'éducation, sans aucune condition. Nous avons réglé le déséquilibre fiscal en accordant une enveloppe budgétaire de 800 millions de dollars au Québec. Charest l'avait reconnu sans détour.
D'abord et avant tout, et depuis 1867, nous le prouvons, et je crois que les annales historiques en sont garantes. Nous sommes un gouvernement conservateur et politique lorsque nous formons un gouvernement qui est décentralisateur, qui respecte l'esprit et la lettre de la Constitution, l'Acte de l'Amérique du Nord britannique, notre plus beau document constitutif. Nous respectons les champs de compétence provinciale et fédérale. C'est ce qui est beau avec les conservateurs.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 18:55 [p.19946]
Mr. Speaker, I am pleased to address the member for Québec, whose riding borders mine. They are both very beautiful ridings.
The minister said something that deeply troubled me. It is one of the Liberals' recurring themes. He said that Canada was back on the world stage; however, we never left it. We simply have a different public policy, a different understanding, and a different approach.
I do not see how they can claim that we left the world stage when we signed 47 international treaties and we sent the Canadian Armed Forces to Kandahar on one of the most dangerous missions. It was a great success. My brother went there in 2006 to fight the Taliban and then al Qaeda.
I do not understand how they can say that given that we established the free trade agreement with the European Union. If that is not an international commitment, I do not know what it is. As I often say in the House, according to the Liberals' rhetoric, they have a monopoly on virtue.
I would like to know if the Liberals are going to move another time allocation motion this evening or if we are going to start a serious debate of their proposed legislation.
Monsieur le Président, je suis content de pouvoir m'adresser au député de Québec dont la circonscription partage une frontière avec la mienne. Ce sont deux très belles circonscriptions.
Le ministre a dit une chose qui me dérange profondément. C'est un thème récurrent chez les libéraux. Il a dit que le Canada était de retour sur la scène internationale, mais nous ne l'avons jamais quittée. Nous avons simplement une différente politique publique, une différente compréhension et une différente approche.
Je ne vois pas comment on peut prétendre que nous avions quitté la scène internationale, alors que nous avons signé 47 traités internationaux et que nous avons déployé les Forces armées canadiennes à Kandahar dans le cadre d'une des plus dangereuses missions. C'était d'ailleurs une grande réussite. Mon frère y a été, en 2006, pour combattre les talibans et Al-Qaïda par la suite.
Je ne vois pas comment on peut dire cela, alors que nous avons créé le traité de libre-échange avec l'Union européenne. Si cela n'est pas un engagement sur la scène internationale, je ne sais pas ce que cela peut être. Comme je le dis souvent à la Chambre, les libéraux tiennent un discours démagogique en prétendant avoir le monopole de la vertu.
J'aimerais savoir si les libéraux vont déposer une autre motion d'attribution de temps ce soir ou si nous allons commencer à débattre sérieusement leurs projets législatifs.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:38 [p.19956]
Mr. Speaker, I really appreciated the speech by my colleague from Calgary Shepard, who adroitly set out to deconstruct that worn-out Liberal platitude about the environment and the economy going hand in had. It is patently obvious that they do, because we human beings come from the environment, our resources come from the environment, and the economy comes from the environment.
The economy is both a process and a product of the environment we live in. The resources we export, such as oil, are natural resources that come from the environment. The Liberals' platitude is purely political PR.
As I recall, under the Conservative government, we did not sweet-talk anyone. We took concrete action that produced excellent results. For example, we reduced Canada's greenhouse gas emissions by 2% while we grew the GDP by 16%.
I would like the member for Calgary Shepard to tell us more about the strides our government made on both the environmental and economic fronts.
Monsieur le Président, j'apprécie énormément le discours de mon collègue de Calgary Shepard qui, avec justesse, a voulu déconstruire la métaphore que les libéraux utilisent jour après jour en disant que l'environnement et l'économie vont de pair. Toutefois, c'est l'évidence même, parce que nous-mêmes, les êtres humains, sommes issus de l'environnement, nos ressources proviennent de l'environnement et l'économie est issue de l'environnement.
L'économie est un processus et un produit de l'environnement dans lequel on vit. Les ressources qu'on exporte, par exemple, le pétrole, sont des ressources naturelles qui proviennent de l'environnement. Bref c'est une métaphore démagogique et politique.
Je me rappelle quand même que sous le gouvernement conservateur, sans avoir un discours édulcoré, nous posions des actions tangibles qui ont donné des résultats fort intéressants. Par exemple, nous avons réduit de 2 % les émissions de gaz à effet de serre au Canada, tout en augmentant le PIB de 16 %.
J'aimerais que le collègue de Calgary Shepard parle un peu des progrès réalisés sous notre gouvernement sur le plan de l'environnement et de l'économie.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:43 [p.19956]
Mr. Speaker, here we are in the House, on Wednesday, May 30, at 8:45. I should mention that it is 8:45 p.m., for the many residents of Beauport—Limoilou who I am sure are tuning in. To all my constituents, good evening.
We are debating this evening because the Liberal government tabled very few significant government bills over the winter. Instead, they tabled an astounding number of private members' bills on things like swallows' day and beauty month. Sometimes my colleagues and I can hardly help laughing at this pile of utterly trivial bills. I also think that this process of randomly selecting the members who get to table bills is a bit past its prime. Maybe it should be reviewed. At the same time, I understand that it is up to each member to decide what kind of bill is important to him or her.
The reason we have had to sit until midnight for two days now is that, as my colleague from Perth—Wellington said, the government has been acting like a typical university student over the past three months. That comparison is a bit ridiculous, but it is true. The government is behaving like those students who wait until the last minute to do their assignments and are still working on them at 3 a.m. the day before they are due because they were too busy partying all semester. Members know what I mean, even though that paints a rather stereotypical picture of students; most of them do not do things like that.
In short, we have a government that, at the end of the session, has realized that time is running out and that it only has three weeks left to pass some of its legislative measures, some of which are rather lengthy bills that are key to the government's legislative agenda. One has to wonder about that.
The Liberals believe these bills to be important. However, because of their lack of responsibility over the past three months, we were unable to debate these major bills that will make significant changes to our society. Take for example, Bill C-76, which has to do with the electoral reforms that the Liberals want to make to the voting system, the way we vote, protection of the vote, and identification. There is also Bill C-49 on transportation in Canada, a very lengthy bill that we have not had time to examine properly.
Today we are debating Bill C-57 on sustainable development. This is an important topic, but for the past three years I have been getting sick and tired of seeing the Liberal government act as though it has a monopoly on environmental righteousness. I searched online to get an accurate picture of the record of Mr. Harper's Conservative government from 2006 to 2015, and I came across some fascinating results. I want to share this information very honestly with the House and my Liberal colleagues so that they understand that even though we did not talk incessantly about the environment, we achieved some excellent concrete results.
I want to read a quote from www.mediaterre.org, a perfectly legitimate site:
Stephen Harper's Canadian government released its 2007 budget on March 19. The budget allocated $4.5 billion in new investments to some 20 environmental projects. These measures include a $2,000 rebate for all electronic-vehicle or alternative-fuel purchases, and the creation of a $1.5-billion EcoTrust program to help provinces reduce greenhouse gas emissions.
The Liberals often criticize us for talking about the environment, but we did take action. For example, we set targets. We proposed reducing emissions to 30% below 2005 levels by 2030. The Liberals even retained these same targets as part of the Paris agreement.
They said we had targets, but no plan. That is not true. Not only did we have the $1.5-billion ecotrust program, but we also had a plan that involved federal co-operation.
Allow me to quote the premier of Quebec at the time, Jean Charest, who was praising the plan that was going to help Quebec—his province, my province—meet its greenhouse gas emissions targets. Jean Charest and Mr. Harper issued a joint press release.
Mr. Harper said, “Canada's New Government is investing to protect Canadians from the consequences of climate change, air pollution and greenhouse gas emissions.” He was already recognizing it in 2007.
Mr. Charest said, “In June 2006, our government adopted its plan to combat climate change. This plan has been hailed as one of the finest in North America. With Ottawa contributing financially to this Quebec initiative, we will be able to achieve our objectives.”
It was Mr. Charest who said that in 2007, at a press conference with the prime minister.
I will continue to read the joint press release from the two governments, “As a result of this federal funding, the Government of Quebec has indicated that it will be able to reduce greenhouse gas emissions by 13.8 million tonnes of carbon dioxide or equivalent below its anticipated 2012 level.”
What is more, the $1.5-billion ecotrust that was supposed to be allocated and was allocated to every province provided $339 million to Quebec alone. That was going to allow Quebec to engage in the following: investments to improve access to new technologies for the trucking sector; a program to develop renewable energy sources in rural regions; a pilot plant for production of cellulosic ethanol; promotion of geothermal heat pumps in the residential sector; support for technological research and innovation for the reduction and sequestration of greenhouse gases. This is probably one of those programs that is helping us make our oil sands increasingly environmentally friendly by allowing us to capture the carbon that comes from converting the sands to oil. There are also measures for the capture of biogas from landfill sites, for waste treatment and energy recovery, and finally for Canada ecotrust.
I invite our Liberal colleagues to listen to what I am going to say. In 2007, Steven Guilbeault of Greenpeace said the following: “We are pleased to see that after negotiating for more than a year, Quebec has finally obtained the money it needs to move towards meeting the Kyoto targets.”
Who made it possible for Quebec to move towards meeting its Kyoto objectives? It was the Harper government, a Conservative government, which established the $1.5-billion ecotrust fund in 2007 with monies from the budget surplus.
Not only did we have a plan to meet the targets we proposed, but this was also a plan that could only be implemented if the provinces agreed to the targets. It was a plan that was funded through the budget surplus, that did not further tax Canadians, and that provided money directly, without any conditions, other than the fundamental requirement that it had to help reduce climate change, which was philosophically important. Any and all measures taken to reach that goal were left entirely to the discretion of the provinces.
Mr. Harper, like a good Conservative who supported decentralization and like a true federalist leader, said that he was giving $400 million to each province so it could move forward with its plan.
By 2015, after 10 years of Conservative government, the country had not only weathered the worst economic crisis, the worst recession in history since the 1930s, but it had also reduced greenhouse gas emissions by 2% and increased the gross domestic product for all Canadians while lopping three points off the GST and lowering income taxes for families with two children by an average of $2,000 per year.
If that is not co-operative federalism, if those are not real results, if that is not a concrete environmental plan, then I do not know what is. Add to that the fact that we achieved royal assent for no less than 25 to 35 bills every session.
In contrast, during this session, in between being forced to grapple with scandals involving the carbon tax, illegal border crossings, and the Trans Mountain project, this government has barely managed to come up with four genuinely important bills.
By contrast, we expanded parks and protected Canada's wetlands. Our environmental record is exceptional.
Furthermore, we allowed debate. For example, we debated Bill C-23 on electoral reform for four days. The Liberals' electoral reform was debated for two hours.
I am sad, but I am happy to debate until midnight because debating is my passion.
Monsieur le Président, nous voici à la Chambre le mercredi 30 mai à 20 h 45. Je dois préciser que c'est le soir, pour tous les résidants de Beauport—Limoilou qui nous écoutent en grand nombre, j'en suis sûr. Je les salue.
Nous débattons ce soir parce que le gouvernement libéral, tout au long de la session d'hiver, a proposé peu de projets de loi gouvernementaux d'envergure. On a plutôt vu un nombre incroyable de projets de loi d'initiative parlementaire sur le jour des hirondelles ou sur le mois de la beauté. Parfois, mes collègues et moi rigolons presque de cette accumulation de projets de loi presque complètement anodins. D'ailleurs, je trouve un peu moribond ce processus de sélection aléatoire du député qui va pouvoir présenter un projet de loi. Peut-être qu'on devrait le revoir. En même temps, je comprends qu'il revient à chaque député de déterminer quel genre de projet de loi est important pour lui.
Si nous devons siéger jusqu'à minuit depuis maintenant deux jours, c'est parce que, tout comme l'a dit mon collègue de Perth—Wellington, le gouvernement, au cours des trois derniers mois, a agi comme un étudiant universitaire typique. C'est un parallèle un peu loufoque, mais cela tient quand même debout. Il s'est comporté comme un étudiant qui se rend compte que la remise du travail a lieu le lendemain matin et qui commence à le faire à 3 heures du matin parce qu'il a fait la fête tout le long de la session. On voit un peu ce que je veux dire, même si c'est une image un peu tronquée des étudiants, puisque la plupart ne font pas cela.
Bref, on se retrouve avec un gouvernement qui, en fin de session, prend conscience que le temps file et qu'il lui reste à peine trois semaines pour faire adopter certaines de ses mesures législatives qu'on pourrait juger plus volumineuses et importantes pour son programme législatif. Encore là, on pourrait se poser des questions.
Même si certains projets de loi sont importants aux yeux des libéraux, à cause de leur manque de sérieux des trois derniers mois, nous n'avons pas pu débattre des projets de loi majeurs qui vont apporter de grands changements dans notre société, comme le projet de loi C-76. Celui-ci porte sur les réformes électorales que les libéraux veulent appliquer relativement au mode de scrutin, à notre façon de voter, à la protection du vote et à l'identification, par exemple. Mentionnons aussi le projet de loi C-49 sur le transport au Canada, un projet de loi très volumineux que nous n'avons pas eu le temps d'évaluer convenablement.
Aujourd'hui, nous parlons du projet de loi C-57 sur le développement durable. C'est donc très intéressant. Cependant, j'en ai un peu marre d'entendre le gouvernement libéral nous répéter, depuis trois ans, qu'il a le monopole de la vertu en ce qui a trait à l'environnement. J'ai fait quelques recherches sur Internet pour voir le bilan précis et tangible du gouvernement conservateur de M. Harper de 2006 à 2015. J'ai fait des découvertes assez incroyables. J'aimerais en faire part de manière très honnête à la Chambre et à mes collègues libéraux pour qu'ils comprennent que, bien que nous ne nous gargarisions pas d'un discours environnementaliste, nous avons obtenu des résultats tangibles fort intéressants.
Voici donc ce que j'ai trouvé sur www.mediaterre.org, un site Web parfaitement légitime:
Le gouvernement canadien de Stephen Harper a rendu public le 19 mars dernier son budget 2007. Celui-ci prévoit 4,5 milliards de nouveaux investissements liés à une vingtaine de projets environnementaux. Ces mesures impliquent notamment la déduction de 2000$ liée à tout achat de véhicule écoénergétique ou à carburant de remplacement, mais également la mise sur pied d’une Éco-fiducie de 1,5 milliards afin d’aider les provinces à diminuer l’émission de gaz à effet de serre.
Souvent, les libéraux nous accusent d'avoir parlé d'environnement, puisque nous l'avons quand même fait à quelques égards. Nous avons notamment proposé des cibles. Par exemple, nous avons proposé de baisser les émissions de 30 % d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Or les libéraux ont conservé ces mêmes cibles par l'entremise de l'Accord de Paris.
Ils nous disaient que nous avions des cibles, mais pas de plan. Ce n'est pas vrai. Non seulement nous avions l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars, mais c'était aussi un plan qui s'inscrivait dans une collaboration fédérale.
Je vais citer des passages du premier ministre du Québec à l'époque, Jean Charest, qui faisait l'éloge de ce plan qui allait aider le Québec — sa province, ma province — à atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Jean Charest et M. Harper ont difusé ensemble un communiqué.
M. Harper a dit: « Le nouveau gouvernement du Canada investit afin de protéger les Canadiennes et les Canadiens des répercussions des changements climatiques, — il le reconnaissait d'emblée en 2007 — de la pollution atmosphérique et des émissions de gaz à effet de serre. »
M. Charest a dit: « En juin 2006, notre gouvernement a adopté son Plan de lutte aux changements climatiques. Ce plan a été salué comme l'un des meilleurs en Amérique du Nord. Avec la contribution financière du gouvernement fédérale à cet effort québécois, nous pourrons atteindre nos objectifs. »
C'est M. Charest qui a dit cela en 2007, lors d'une conférence de presse tenue avec le premier ministre.
Je continue la lecture du communiqué de presse conjoint des deux gouvernements: « Grâce au financement fédéral, le gouvernement du Québec a indiqué qu'il sera en mesure de réduire de 13,8 millions de tonnes de dioxyde de carbone ou de substances équivalentes les émissions de gaz à effet de serre, soit en dessous des niveaux prévus pour 2012. »
En outre, l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars qui devait s'appliquer et qui s'est appliquée à toutes les provinces prévoyait 339 millions de dollars juste pour le Québec. Cela allait permettre au Québec de faire tout ce que je vais énumérer: des investissements destinés à faciliter l'accès à de nouvelles technologies dans le secteur du camionnage; un programme visant à trouver de nouvelles sources d'énergie renouvelable dans les régions rurales; une usine pilote de fabrication d'éthanol à partir de matières cellulosiques; la promotion de pompes géothermiques dans le secteur résidentiel; l'appui à la recherche technologique et à l'innovation pour la réduction et la séquestration des gaz à effet de serre — c'est probablement un de ces programmes qui nous aident à avoir des sables bitumineux de plus en plus proenvironnmentaux parce qu'on capte le carbone qui est issu de la transformation des sables vers le pétrole. Il y a également des mesures destinées à promouvoir le captage de la biomasse provenant des sites d'enfouissement, des mesures destinées à favoriser la récupération des déchets traités et de l'énergie et finalement l'ÉcoFiducie du Canada.
J'invite les collègues libéraux à écouter ce que je vais dire. M. Steven Guilbeault de Greenpeace a dit en 2007: « Nous sommes heureux de constater qu'après plus d'une année de négociation, Québec a finalement obtenu les sommes qui lui permettront de se rapprocher davantage des objectifs de Kyoto. »
Qui a permis au Québec de se rapprocher de ces objectifs de Kyoto? C'est le gouvernement de M. Harper, un gouvernement conservateur qui a créé l'écoFiducie en 2007 de 1,5 milliard de dollars provenant d'un budget basé sur des surplus budgétaires.
Non seulement nous avions un plan pour atteindre les cibles que nous avions mises en avant, mais c'était un plan qui ne s'appliquait pas sans le consentement des provinces. C'était un plan qui prenait des surplus budgétaires, qui ne taxait pas davantage les Canadiens et qui envoyait de l'argent directement, sans aucune condition, mis à part la condition fondamentale de contribuer à réduire les changements climatiques, qui était quand même philosophiquement importante. Toutes les mesures pour y arriver étaient laissées complètement à la discrétion des provinces.
M. Harper, comme un bon conservateur décentralisateur, un vrai leader fédéraliste, a dit qu'il donnait 400 millions de dollars à chaque province pour qu'elle mette en oeuvre son projet.
En 2015, après 10 ans de gouverne conservatrice, on a constaté qu'on avait non seulement passé à travers la pire crise économique, la pire récession de l'histoire depuis les années 1930, mais qu'on avait aussi réduit les émissions de gaz à effet de serre de 2 % et augmenté le produit intérieur brut pour tous les Canadiens, tout en baissant la TPS de trois points et les impôts de 2 000 $ en moyenne, par année, pour une famille ayant deux enfants.
Si cela n'est pas du fédéralisme coopératif, si ce ne sont pas des résultats tangibles, si cela n'est pas un plan environnemental concret, je me demande ce que c'est. C'est sans parler du fait que nous avions un minimum de 25 à 35 projets législatifs qui passaient sous le sceau de la reine à chaque session.
Cette session-ci, à part les scandales de la taxe sur le carbone, les passages illégaux, le projet de Trans Mountain — tous des enjeux qui se présentent au gouvernement contre son propre désir — les libéraux ont à peine mis en avant quatre projets de loi véritablement importants.
Bref, on a agrandi les parcs et on a protégé les terres humides du Canada. On a un bilan exceptionnel en matière d'environnement.
En outre, nous, on permettait les débats. Par exemple, quand on a fait le débat sur le projet de loi C-23, qui concernait les réformes électorales, on a débattu pendant quatre jours. La réforme électorale des libéraux, quant à elle, a été débattue pendant deux heures.
Je suis attristé, mais content de débattre jusqu'à minuit, parce que c'est ma grande passion.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:55 [p.19958]
Mr. Speaker, day after day, the government is revealing itself to be a poor manager for our country. Politics, arguments, and ideologies aside, the Canadian Constitution calls for peace, order, and good government. In this Parliament, we can be comforted by the fact that, at the very least, there is peace and order. However, there certainly is not good governance.
Day after day, the Liberals face national crises, sometimes of their own making, and their solutions are almost behind the times. They are unable to balance the budget in a reasonable time, as they promised.
What I particularly liked about the Conservative government, and what I will like about the future 2019 Conservative government, is that it had the political courage to speak the truth and take real action.
Today, we are talking about the environment, and I have a theory. I am sure that the Paris Agreement, which is much more practical and effective, exists because Mr. Harper had the courage to withdraw from the Kyoto protocol before all the international elite. Everyone knew that the Kyoto protocol was not working. There were useless meetings where the international elite set completely unrealistic objectives, when meanwhile all the countries knew full well that they would never achieve those greenhouse gas reduction targets.
Canada was the first and only country to have the courage to say that the Kyoto protocol was not working and that it needed to be updated. It was the only country that had the courage to withdraw. The Paris Agreement and its reduction targets of 30% below 2005 levels by 2030 exist primarily because of the Conservative government and the $1.5-billion ecotrust it created in 2007, which was a real and tangible example of federal co-operation.
Monsieur le Président, c'est ce qu'on constate jour après jour. L'évidence devient de plus en plus évidente: ce gouvernement n'est pas un bon gestionnaire d'État. Mis à part toute la politique, l'argumentaire et les distinctions idéologiques, la Constitution du Canada nous demande depuis toujours d'avoir la paix, l'ordre et un bon gouvernement. Sous la législature actuelle, on peut se conforter puisqu'il y a la paix et l'ordre, et c'est la moindre des choses. Cependant, il n'y a certainement pas une bonne gouvernance.
En effet, jour après jour, on voit les libéraux confrontés à des crises nationales, parfois de leur propre cru, auxquelles ils font face de manière presque désuète. Du point de vue financier, on constate qu'ils ne sont pas capables d'équilibrer le budget de façon raisonnable, comme ils l'avaient promis.
Ce que j'aimais particulièrement du gouvernement conservateur — et que j'aimerai du futur gouvernement conservateur de 2019 —, c'était le courage politique de dire et de faire les vraies choses.
Aujourd'hui, on parle d'environnement, et j'ai ma petite théorie. Je suis certain que si aujourd'hui on a l'Accord de Paris, qui est beaucoup plus concret et efficace, c'est grâce à M. Harper qui a eu le courage de se retirer du Protocole de Kyoto devant toute l'élite internationale. Tout le monde savait que ce protocole ne fonctionnait pas. Il s'agissait de rencontres moribondes de l'élite internationale qui se gargarisait d'objectifs complètement irréalistes, alors que chaque pays savait très bien qu'ils n'atteindraient pas les résultats escomptés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Le Canada a été le premier et le seul pays à avoir le courage de dire que le Protocole ne fonctionnait pas, qu'il fallait le renouveler et de se retirer. Si l'Accord de Paris et ses cibles de réductions existent, soit 30 % de réduction par rapport à 2005 d'ici 2030, c'est d'abord et avant tout grâce au gouvernement conservateur, et de l'écoFiducie de 1,5 milliard de dollars qu'on a créée en 2007, un exemple palpable et tangible de coopération fédérale.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 20:59 [p.19958]
Mr. Speaker, my colleague could not be more right. The government has yet to propose to Canadians how it is going to respond to the fiscal reform related to the presidency of Mr. Trump, which has already had a great impact on us. I have read the National Post and The Globe and Mail in the last month, and most experts have been telling us that Canada's competitiveness has decreased drastically in the last several months.
We learned yesterday that not only is the government not responding to the fiscal reform being implemented in the U.S., but it is sending $4.5 billion of taxpayer money to a Texas-based company, Kinder Morgan. We have all known the story, of course, since yesterday.
Worse than that, in the autumn session, the government tried to impose fiscal reform that would tax our small and medium-sized enterprises more and more. I am sure that the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola is very concerned about that because he is the critic for small and medium-sized enterprises. It is a fiasco, and the government does not know how to deal with it, either domestically or internationally.
Monsieur le Président, mon collègue a tout à fait raison. Les Canadiens attendent toujours que le gouvernement leur fasse savoir comment il entend réagir à la réforme fiscale liée à la présidence de M. Trump, qui a déjà une grande incidence chez nous. Ce mois-ci, j'ai lu le National Post et le Globe and Mail, et la plupart des experts nous disent que la capacité concurrentielle du Canada a diminué de façon radicale au cours des derniers mois.
Nous avons appris hier que non seulement le gouvernement ne réagit pas à la réforme fiscale déployée aux États-Unis, mais il envoie également 4,5 milliards de dollars des contribuables à une société du Texas, Kinder Morgan. Bien sûr, nous sommes tous au courant de l'histoire qui circule depuis hier.
Pis encore, à la session d'automne, le gouvernement a tenté d'imposer une réforme fiscale qui aurait fait grimper l'impôt des PME toujours plus haut. Je suis convaincu que le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola est très préoccupé par cela, puisqu'il est porte-parole relativement aux PME. C'est un fiasco, et le gouvernement ne sait pas comment redresser la situation, ni au Canada ni à l'international.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-30 23:10 [p.19974]
Madam Speaker, I would ask the member for West Nova to be a reasonable person. I do not know how many times he said that we need to address climate change in a serious way. I am sure he listened to me tonight when I mentioned all of the programs that we put together, like the Canada EcoTrust for $1.5 billion, which represented great federal co-operation with the province in reducing gas emissions.
The member has recited many numbers from the IMF, the World Bank, and the United Nations. Could he give us a number from his government as to how much the Liberal carbon tax will cost each family? He has cited numbers from all of those international organizations, but he is part of a government that has numbers hidden somewhere. How much is the Liberal carbon tax going to cost each family? Can we know this number, please?
Madame la Présidente, je demanderais au député de Nova-Ouest de se montrer raisonnable. Je ne sais plus combien de fois il a répété qu'il fallait prendre de solides mesures pour lutter contre les changements climatiques. Je suis certain qu'il m'écoutait, ce soir, quand j'ai mentionné tous les programmes que nous avons établis. Je pense par exemple à écoFiducie, un programme de 1,5 milliard de dollars qui a donné lieu à une excellente coopération fédérale-provinciale afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Le député a cité plusieurs chiffres du FMI, de la Banque mondiale et des Nations unies. Pourrait-il nous fournir aussi un chiffre du gouvernement et nous dire combien la taxe sur le carbone des libéraux coûtera à chaque famille? Alors que le député cite les chiffres de tous ces organismes internationaux, il fait partie d'un gouvernement qui cache ses propres chiffres. Combien la taxe sur le carbone des libéraux coûtera-t-elle à chaque famille? C'est un chiffre que nous aimerions connaître, s'il vous plaît.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-28 14:53 [p.19768]
Mr. Speaker, the conversations I have with the people of Beauport—Limoilou always bring me good advice. As we all know, conventional wisdom is rarely wrong. In fact, just this past weekend, I met with hundreds of my constituents, many of whom raised the subject of Ms. Jean's misspending. I would say that they are disappointed and even disgusted. I noted that, much like the official opposition, Canadians simply want Ms. Jean to publicly explain her extravagant spending.
When and where will we hear Ms. Jean's explanation?
Monsieur le Président, les conversations que j'ai avec les citoyens de Beauport—Limoilou me portent toujours bon conseil. On sait très bien que la sagesse populaire se trompe très rarement. Justement, en fin de semaine, j'ai rencontré des centaines de citoyens, et plusieurs m'ont abordé au sujet des dépenses injustifiées de Mme Jean. Je dirais qu'ils sont déçus et même dégoûtés. J'ai constaté que, tout comme l'opposition officielle, les citoyens demandent tout simplement des explications publiques sur les dépenses inacceptables de Mme Jean.
Quand et où allons-nous entendre Mme Jean s'expliquer?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-28 14:54 [p.19768]
Mr. Speaker, Canadians are not at all reassured by the justification or explanation given by the minister. The Secretary General is involved in scandals and untoward projects, has not been transparent, and has not offered public explanations. The Liberals must stop defending the indefensible and demand that the Secretary General of the Organisation internationale de la Francophonie be accountable.
When will our citizens and all of us in Canada be given explanations? That is the least we would expect.
Monsieur le Président, les citoyens ne sont pas du tout mais pas du tout à l'aise avec la raison ou l'explication donnée par la ministre. La secrétaire générale nous a offert des scandales, des projets tout croches, aucune transparence et pas encore d'explications publiques. Les libéraux doivent arrêter de défendre l'indéfendable et demander une reddition de comptes claire et définitive de la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie.
Quand est-ce que nos citoyesn, et nous tous au Canada, auront des explications? C'est la moindre des choses.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-25 11:37 [p.19712]
Mr. Speaker, Canadian taxpayers' money should be spent responsibly. Canadians deserve flawless accountability when it comes to how their tax dollars are being used. Yesterday, I gave the minister an opportunity to tell us where and when Ms. Jean would explain her totally unacceptable spending. Disconcertingly, the minister dodged the question. Today, I would like an answer.
I am even beginning to wonder if the government is hiding something as it continues to support her bid. What is it hiding from us?
Monsieur le Président, l'argent des contribuables canadiens doit être dépensé d'une manière responsable. Les Canadiens méritent une reddition de compte impeccable quant à l'utilisation de leurs taxes. Hier, j'ai donné une chance à la ministre de nous dire où et quand Mme Jean allait s'expliquer sur ses dépenses totalement inacceptables. De manière déconcertante, la ministre a esquivé la question. J'aimerais donc le savoir aujourd'hui.
J'en viens même à me poser la question: est-ce que le gouvernement nous cache des faits pour encore appuyer cette candidature-là? Que nous cache-t-il?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-25 11:38 [p.19712]
Mr. Speaker, Ms. Jean has lost the confidence of France and African countries. People are speaking out everywhere, both here and elsewhere, about how she is bringing the reputation of the OIF into disrepute. She is also tarnishing Canada's reputation as we speak. The government has known about her scandals and inappropriate expenses for a year now. Enough is enough. The Liberals need to demand an explanation from Ms. Jean.
The question is, when and where is she going to deliver that explanation?
Monsieur le Président, Mme Jean a perdu la confiance de la France et de pays africains. Il y a des voix qui s'élèvent partout, ici et ailleurs, pour dire qu'elle entache la réputation de l'OIF. Elle entache également la réputation du Canada, à l'heure où on se parle. Cela fait un an que le gouvernement sait ce qui se passe en ce qui concerne les scandales et les dépenses injustifiées. Assez, c'est assez. Les libéraux doivent demander et faire en sorte que Mme Jean s'explique.
La question est: où et quand va-t-elle s'expliquer?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-24 14:37 [p.19622]
Mr. Speaker, the International Organisation of La Francophonie is funded with Canadian taxpayers' money.
Over the past year, the QMI Agency has reported some troubling facts about the management of this organization under the leadership of Michaëlle Jean. She has refused to publicly explain the frivolous expenses reported by the QMI Agency. She has not been transparent at all, and other scandals abound.
How can this government still have the nerve to support the upcoming re-election of the president of the organization in October?
Monsieur le Président, l'Organisation internationale de la Francophonie est financée à même l'argent des contribuables canadiens.
Au cours de la dernière année, l'Agence QMI a rapporté des faits troublants par rapport à la gestion de cette organisation-là sous le leadership de Mme Michaëlle Jean. Depuis, celle-ci a refusé de s'expliquer publiquement sur ses dépenses frivoles rapportées par l'Agence QMI. Elle a fait preuve d'une opacité totale, et d'autres scandales se produisent à l'heure actuelle.
Comment ce gouvernement-là peut-il oser appuyer encore aujourd'hui la prochaine réélection de la présidente de l'organisation en octobre?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-05-24 14:38 [p.19622]
Mr. Speaker, it is not about pride or flag-waving, it is about pride when it comes to taxpayers’ dollars.
The Liberal government has a nonchalant attitude about taxpayers' money. I am not at all surprised that it is inclined to support Michaëlle Jean, since she manages her finances the same way they do, that is to say abysmally.
Can the Liberals at least show us anything at all to reassure us about Michaëlle Jean’s candidacy?
Can they at least ask her today for a public explanation?
Monsieur le Président, ce n'est pas une question de fierté ou de chauvinisme, c'est une question de fierté par rapport à l'argent des contribuables.
Le gouvernement libéral a une attitude nonchalante en ce qui a trait à l'argent des contribuables. Je ne suis pas du tout surpris qu'il soit enclin à appuyer Michaëlle Jean, puisqu'elle gère ses finances de la même manière que lui, c'est-à-dire de manière exécrable.
Les libéraux peuvent-ils au moins nous démontrer quoi que ce soit qui puisse nous mettre à l'aise au sujet de la nomination de Mme Michaëlle Jean?
Peuvent-ils au moins lui demander de s'expliquer publiquement dès aujourd'hui?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, the member for Willowdale has spoken quite eloquently about Canada's past, our history. Canada marked its 150th birthday recently. He told us the truth, that throughout history we have increased the enfranchisement of voting rights, which is great. I would like to remind the member that Borden's Conservative government gave women the right to vote. It was a great movement in history for this country.
However, I would also like the member to reflect on the fact that today we have legitimate questions. These are not questions about the fact that the Liberals are trying to help more handicapped persons or military members have access to voting. We have specific questions regarding how we can trust the government, which in the last year has shown disregard for electoral fundraising with cash for access, and disregard for a fundamental promise made during the election to reform the way people vote. How can we trust the government going forward?
As well, we are hearing the Elections Canada director telling the government that it is too late now to implement those changes for the next election. What is the main goal of the government? How can we trust it going forward?
Monsieur le Président, le député de Willowdale a parlé avec éloquence de l’histoire de notre pays. Le Canada vient de fêter son 150e anniversaire. Ce qu’il a dit est vrai: au cours de toute notre histoire, nous n’avons cessé d’élargir l’accès au droit de vote, ce qui est tout à fait louable. J’aimerais lui rappeler que c’est le gouvernement conservateur de Borden qui a donné le droit de vote aux femmes. C’était un jalon important de notre histoire.
Par ailleurs, il serait souhaitable que le député comprenne que nous avons, aujourd’hui, des questions légitimes, qui n’ont rien à voir avec la décision des libéraux d’essayer d’aider davantage de personnes handicapées ou de militaires à se prévaloir de leur droit de vote. Nous nous demandons précisément dans quelle mesure nous pouvons faire confiance à un gouvernement qui, l’an dernier, a fait preuve de mépris à l’égard du système de financement électoral en organisant des activités donnant un accès privilégié, et a relégué aux oubliettes l’une des grandes promesses de sa campagne, soit la réforme du scrutin. Comment peut-on croire que le gouvernement veuille améliorer le système?
De plus, le directeur d’Élections Canada a dit au gouvernement qu’il était trop tard pour mettre en œuvre ces changements avant la prochaine élection générale. Quel est alors l’objectif du gouvernement? Pouvons-nous le croire lorsqu’il dit qu’il veut améliorer le système?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank the member for her speech, but I think she is mistaken and has some philosophical conflicts. She talked about the integrity of the voting system, but the main goal of this bill is to permit voting by people who have no identification, but only the identification cards given by Elections Canada. The main goal of this bill is not the integrity of the action of voting, or which government is chosen by the people. The goal is to permit people to vote without government identification. This in itself bears with it the great danger of disrupting the integrity of the voting system.
How can the member address the House and talk about the integrity of the voting system when one of the major changes this bill would bring to that system would be very dangerous to its integrity?
Monsieur le Président, je remercie la députée de sa déclaration, mais je crois qu’elle se trompe et qu’elle nage dans la confusion idéologique. Elle a parlé de l’intégrité du système électoral, mais l’objectif principal de ce projet de loi est de permettre à des gens de voter même s’ils n’ont que la carte d’information de l’électeur d’Élections Canada. L’objectif principal de ce projet de loi n’est pas de préserver l’intégrité de l’exercice du droit de vote, ou des modalités de choix du gouvernement qui sera élu. L’objectif est plutôt de permettre à des gens de voter même s’ils n’ont pas de pièce d’identité du gouvernement. Cela constitue en soi une grave menace pour l’intégrité du système électoral.
Comment la députée peut-elle défendre l’intégrité du système électoral alors que l’un des principaux changements proposés dans ce projet de loi risque de la compromettre gravement?
Results: 106 - 120 of 415 | Page: 8 of 28

|<
<
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
>
>|