Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-02-05 13:50 [p.25310]
Mr. Speaker, I know the member and respect him. We were on the OGGO committee together. He spoke to me in French so I will speak to him in English.
Do members know why the Liberals speak about the technicalities of the matter? It is because they do not want to talk about the matter at hand, which is whether they are for or against our ideas. They are against them. Every time the government talks about complexities and technicalities, it is because it does not want to face reality.
This is a good idea. It does not come from them. It comes from us. More than that, as I said during my speech, it is not possible for Liberal MPs in this land to do differently from what they are doing today, because this is part of their core identity.
They do not want to respect decentralization. They do not believe in federalism. They do not believe in this country. They believe that everything should be centralized in Ottawa. First and foremost, they do not believe in French Canada.
Monsieur le Président, je connais le député et je le respecte. Nous siégeons tous deux au comité des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Il m'a parlé en français, alors je vais lui parler en anglais.
Les députés savent-ils ce qui explique que les libéraux s'attardent aux détails de la question? C'est parce qu'ils ne veulent pas se mouiller sur le fond de la question, soit de savoir s'ils appuient nos idées ou non. Ils ne les appuient pas. Quand le gouvernement s'attarde aux détails et aux points techniques, c'est qu'il cherche à éviter de faire face à la réalité.
Il s'agit d'une bonne idée, mais elle ne vient pas d'eux. Elle vient de nous. En outre, comme je l'ai souligné pendant mon discours, il est absolument impossible pour les députés libéraux au pays d'agir différemment de ce qu'ils font présentement; cela fait partie de leur ADN.
Ils ne veulent pas de la décentralisation. Ils ne croient pas au fédéralisme. Ils ne croient pas au Canada. Ils considèrent que tout devrait se décider depuis Ottawa. Surtout, ils ne croient pas au Canada francophone.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-02-05 13:52 [p.25310]
Mr. Speaker, how typical of Canadian socialists. It is the opinion of the majority, because Quebec's National Assembly voted unanimously for a motion asking the federal government to begin administrative-level talks on a single tax return. It is always the same thing: every time the majority goes against what they believe in, Canadian socialists say that the majority's opinion is hogwash.
I am not the one pitting Quebeckers against each other; the Liberals are. I am not the one disrespecting Quebeckers; the Liberals are. The Liberals are not the ones who will increase Quebec's jurisdictional powers; the Conservatives will be, after October 21, 2019.
Monsieur le Président, cela est typique des socialistes au Canada. C'est l’opinion de la majorité, puisque c'est l’Assemblée nationale du Québec qui a voté à l’unanimité une motion demandant au fédéral d’entamer des discussions administratives par rapport à la déclaration de revenus unique. C'est typique, chaque fois que l’opinion de la majorité va à l’encontre de leur croyance, les socialistes canadiens disent que c’est basé sur des balivernes.
Ce n’est pas moi qui oppose les Québécois les uns aux autres, ce sont les libéraux. Ce n’est pas moi qui ne respecte pas les Québécois, ce sont les libéraux. Ce ne sont pas les libéraux qui vont pouvoir augmenter le pouvoir des champs de compétence des Québécois, ce seront les conservateurs, le 21 octobre 2019.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-02-05 13:54 [p.25311]
Mr. Speaker, it is this party which has repatriated the Constitution without the Quebec National Assembly. It is the Trudeau father who put huge pressure on Newfoundland not to open on the day of the Meech Lake vote. This is the reality of history.
Monsieur le Président, on parle du parti qui a rapatrié la Constitution sans l'aval de l'Assemblée nationale du Québec. C'est Trudeau père qui avait fait pression sur Terre-Neuve pour qu'elle se ravise au moment du vote sur l'accord du lac Meech. C'est ce qui s'est réellement passé.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-02-04 16:59 [p.25263]
Madam Speaker, the member for Louis-Hébert said that we were giving tax credits to wealthy families. After knocking on 40,000 doors in my riding, I found that, on the contrary, the families using our tax credits were not wealthy. Under the member's government, 46% of these families are $200 away from insolvency at the end of the month. Perhaps they could have used some tax credits.
I have a very specific question for the member. We signed Canada onto the Trans-Pacific Partnership and the CETA, which are major forward-looking projects. We also developed a shipbuilding strategy to ensure that Canada is prepared to defend itself in the world.
Can the member name a single visionary project, not for today, but for 50 years from now, that his government could have developed? I would like to hear him name just one.
Madame la Présidente, le député de Louis-Hébert a dit que nous accordions des crédits d'impôt aux familles riches. Ce n'est pas ce que j'ai constaté. Après avoir frappé à 40 000 portes dans ma circonscription, j'ai constaté que les gens qui bénéficiaient de nos crédits d'impôt n'étaient pas du tout des familles riches, au contraire. Ce qu'on constate sous le gouvernement du député, c'est que 46 % d'entre elles sont à 200 $ de l'insolvabilité à la fin du mois. Elles auraient peut-être besoin de quelques crédits d'impôt.
J'ai une question très précise à poser au député. Nous avons fait en sorte que le Canada adhère au Partenariat transpacifique et à l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, de grands projets d'avenir. Nous avons également mis sur pied une stratégie de construction navale pour que le Canada soit prêt à se défendre dans le monde.
Le député peut-il me nommer un seul grand projet visionnaire, pas pour aujourd'hui, mais pour dans 50 ans, que son gouvernement aurait mis sur pied? Qu'il m'en nomme un seul.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 14:09 [p.25005]
Mr. Speaker, this year marks the 50th anniversary of the Official Languages Act.
As everyone knows, it is no ordinary act or simple guideline for the development of our public policy. On the contrary, not only does this act reflect the history of our Canadian identity, but it should also reflect our current society, specifically by meeting the present-day needs of minority language communities.
That is why anglophones and francophones across the country expect their legislators, everyone in this place, to commit to modernizing the act immediately.
The Official Languages Act will guarantee the continuity of what has defined us as Canadians since 1867. In doing so, the act will undoubtedly ensure the peaceful coexistence of our founding peoples and unite our great federation. That is why the Conservative Party of Canada and our leader are firmly committed to modernizing the act.
Monsieur le Président, cette année, nous célébrons le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles.
On n'est pas sans savoir qu'il ne s'agit ni d'une loi ordinaire ni d'une simple ligne directrice pour l'élaboration de nos politiques publiques. Tout au contraire, cette loi est non seulement le reflet historique de notre identité canadienne, mais elle se doit aussi d'être le reflet de notre époque, et ce, en répondant aux nouveaux besoins des communautés linguistiques en situation minoritaire.
C'est pourquoi, partout au pays, autant les anglophones que les francophones s'attendent à ce que leurs législateurs, nous tous ici, s'engagent sans plus tarder à moderniser la loi.
La Loi sur les langues officielles est un gage de continuité à l'égard de ce qui fait de nous des Canadiens depuis 1867. Ce faisant, la Loi permet sans contredit la coexistence paisible des peuples fondateurs et assure l'unité de notre grande fédération. C'est pourquoi le Parti conservateur du Canada et notre chef s'engagent fermement à moderniser la Loi.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:27 [p.25027]
Madam Speaker, I am very pleased to rise here in the new House of Commons. Looking down, it feels like we are in the old chamber, but looking up, that is clearly not the case. It is certainly a lot brighter here than in the old chamber, so bright that it is difficult to look up at the sky.
I am honoured to rise on behalf of the 100,000 people of my riding, Beauport—Limoilou. Now that it is 2019, we are slowly but surely gearing up for an election campaign. Personally, I intend to be re-elected, if my constituents would once again do me the honour, but since we can neither know what fate has in store nor determine the outcome, I will, of course, work very hard. For that reason, I am savouring this honour and this opportunity to speak here for yet another parliamentary session.
Today, I would like to clarify something very important for the people of my riding. This morning, the member for Carleton moved a motion in the House of Commons, a fairly simple motion that reads as follows:
That, given the Prime Minister broke his promise to eliminate the deficit this year and that perpetual and growing deficits lead to massive tax increases, the House call on the Prime Minister to table a plan in Budget 2019 to eliminate the deficit quickly with a written commitment that he will never raise taxes of any kind.
My constituents may find it rather strange to ask a Prime Minister to promise not to raise taxes after the next election, if he is re-elected. He might even raise taxes before the election. After all, the Liberals tried to raise taxes many times over the past three years. I will say more about that in my speech. However, we are asking the Prime Minister to make this promise because we see that public finances are in total disarray.
In addition, the Prime Minister has broken several of the key promises he made to Canadians and Quebeckers. Some of them were national in scope. For example, he promised to return to a balanced budget by 2019, which did not happen. Instead, our deficit is nearly $30 billion. The budget the Liberals presented a few months ago forecast an $18-billion deficit, but according to the Office of the Parliamentary Budget Officer—an institution that forces the government to be more transparent to Canadians and that was created by Mr. Harper, a great Prime Minister—the deficit would actually be around $29 billion instead of $18 billion.
The Prime Minister quite shamelessly broke his promise to rebalance the budget, since this is the first time in the history of Canada that a government has racked up a deficit outside of a war or serious economic crisis. There was a big economic recession when the Conservatives were in power between 2008 and 2012.
I like to remind Canadians who may be listening to us that accountability is a key part of the Westminster system. That is why we talk about the notion of government accountability and why we have question period every day. It is not all about the theatrics, I might add. We ask the same ministers, although sometimes other ministers, questions every day because one day they are going to slip up and tell us the truth. Then we can talk about responsibility and accountability.
In short, the Prime Minister broke his promise to balance the budget by 2019. He also broke his promise to change our electoral system, which was very important to a huge segment of the Canadian left and Canadian youth.
He also broke his promise about the Canada Post community mailboxes. Although we believe that Canada Post's five-point action plan was important for ensuring the corporation's survival in the long term, the Prime Minister nevertheless promised the return of community mailboxes. I travelled across the country with my colleague from Edmonton and other members of the Standing Committee on Government Operations and Estimates. All Canadians told Liberal members of the committee that they hoped the government would restore community mailboxes. However, the Liberals only put in place a moratorium.
The member from Quebec City and Minister of Families, Children and Social Development said that the state of the Quebec Bridge was deplorable, that the bridge was covered in rust and that some citizens were concerned about security and public safety.
I would like to reassure them. Our engineers' reports states that the bridge is not dangerous. That said, it is a disgrace that this historic bridge is completely rusty. The Liberals promised that this would be taken care of by June 30, 2016. That was over two years ago.
They also promised to help the middle class. In fact, to some extent, they followed in the footsteps of Mr. Harper's Conservative government, which also focused on helping Canadian families as much as possible. I held three public consultations in 2018. It is already 2019. Time flies. I called those public consultations, “Alupa à l'écoute”.
I will table my report in a month and a half. It will express my willingness to suggest to my leader to either table a bill or include in his election platform measures to address the labour shortage and to help seniors return to the labour market without being further penalized. I go door to door every month. What is more, during my public consultations, what I heard most often from my constituents, who I thank for coming, is that they are surviving. Their lives have not improved at all in three and a half years. On the contrary, they are facing challenges as a result of the Prime Minister's repeated failures.
I said we needed the Prime Minister to promise not to raise taxes either before the election or, if he wins, after. We all know what he has done over the past three years. He tried to tax dental benefits. He tried to tax employee benefits and bonuses. For example, some restaurant owners give their servers free meals. That is what happened when I was a server. The Liberals wanted to tax that benefit. They tried to tax small and medium-sized businesses by taxing their revenue as capital gains, and that was a total disaster. They wanted to tax every source of income businesses could use to prepare for bad times or retirement so they would eventually be less of a burden on the state.
The Liberals also significantly increased taxes. Studies show that 81% of Canadians have to pay more than $800 a year in taxes because the Liberals got rid of almost all of the tax credits the Conservatives had implemented, such as those for textbooks or public transit. They got rid of the tax credits for sports and for families. The Prime Minister and his Liberal team got rid of all kinds of family credits, which significantly increased taxes. Furthermore, they tried many times to significantly increase other taxes. They also tried payroll deductions, like the increase to the Canada pension plan. If we really take a look at the various benefits or income streams Canadians receive, we can see that their taxes have increased.
We do not trust the Prime Minister when he says he will not raise taxes after the next election if he is re-elected. We know he will have to raise taxes because of his repeated failures. In economic terms, there is an additional $60 billion in deficits on top of the debt. His deficits now total $80 billion after three and a half years. I am also thinking of his failures on immigration and on managing border crossings. Quebec is asking for $300 million to make up for the shortfall it has suffered because of illegal refugees. I am also thinking of all the problems related to international relations. I am also thinking of infrastructure.
How is it possible that the Prime Minister, still to this day, refuses tell the people of Beauport—Limoilou and Quebec City that he will agree to go ahead and help the CAQ government build the third link? All around the world, huge infrastructure projects are under way, yet over the past three years, the Liberal government has been incapable of allocating more than a few billion dollars of the $187 billion infrastructure fund.
Canadians are going to pay for the Prime Minister's mistakes. We want him to commit in writing that he will not raise taxes if he is re-elected.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole dans cette nouvelle Chambre des communes. Lorsqu'on regarde vers le bas, on pourrait croire qu'on est dans l'ancienne enceinte parlementaire, mais lorsqu'on lève les yeux, on réalise que ce n'est manifestement pas le cas. Je remarque que c'est beaucoup plus illuminé qu'à l'autre endroit. On a presque de la difficulté à lever les yeux vers le ciel.
Je suis honoré de prendre la parole au nom des 100 000 citoyens et citoyennes de ma circonscription, Beauport—Limoilou. Puisque nous sommes en 2019, nous entamons lentement, mais sûrement la campagne électorale. Pour ma part, j'ai fermement l'intention d'être réélu, si les citoyens me font cet honneur une autre fois, mais puisque le hasard fait ses choses et qu'on ne peut jamais vraiment déterminer ce qui va arriver, je vais quand même travailler très fort. Je savoure donc cet honneur et cette chance de pouvoir m'exprimer pendant encore toute une session au Parlement.
Aujourd'hui, j'aimerais éclairer les citoyens et les citoyennes de ma circonscription sur un sujet fort important. Il s'agit de la motion que nous avons présentée à la Chambre des communes et qui a été déposée ce matin par le député de Carleton. C'est une motion assez simple qui se lit comme suit:
Que, étant donné que le premier ministre a rompu sa promesse d’éliminer le déficit cette année, et que les déficits perpétuels et croissants entraînent d’énormes hausses d’impôts, la Chambre demande au premier ministre de déposer, avec le budget de 2019, un plan pour l’élimination rapide du déficit, en s’engageant par écrit à ne jamais hausser les impôts, sous quelque forme que ce soit.
Mes concitoyens trouvent peut-être cela un peu paradoxal de demander à un premier ministre de nous promettre de ne pas hausser les impôts à la suite des prochaines élections s'il est réélu. Il se peut même qu'il les hausse avant les élections. Après tout, les libéraux ont tenté à maintes reprises d'augmenter les impôts au cours des trois dernières années, et j'en parlerai davantage dans mon discours. Toutefois, nous demandons cela au premier ministre parce que nous constatons de prime abord que les finances publiques sont en plein désarroi.
Nous constatons également que le premier ministre a brisé plusieurs des promesses phares qu'il avait faites aux Canadiens et aux Québécois. Certaines d'entre elles étaient d'une envergure nationale. Par exemple, il avait promis un retour à l'équilibre budgétaire dès l'année 2019, ce qui n'a pas eu lieu. Nous avons plutôt un déficit de presque 30 milliards de dollars. Le budget que les libéraux ont présenté il y a quelques mois faisait état d'un déficit de 18 milliards de dollars, mais grâce au bureau du directeur parlementaire du budget, une institution qui pousse le gouvernement à être plus transparent à l'égard des électeurs et qui a été créée par M. Harper, un grand premier ministre, on a appris que le déficit n'était pas de 18 milliards de dollars, mais plutôt d'environ 29 milliards de dollars.
Le premier ministre a donc brisé cette promesse du retour à l'équilibre budgétaire de manière assez éhontée, puisque c'est la première fois dans l'histoire du Canada qu'un gouvernement cumule des déficits hors d'une période de guerre ou de crise économique importante. Sous les conservateurs, entre 2008 et 2012, il y avait la grande récession économique.
J'aime rappeler aux citoyens qui nous écoutent que la responsabilité est un élément phare du parlementarisme westminstérien. C'est pourquoi on parle de la notion de gouvernement responsable et que nous avons une période de questions tous les jours. Celle-ci n'est pas du tout un théâtre, en passant. Nous posons des questions tous les jours aux mêmes ministres, parfois à d'autres, parce qu'un jour, ils vont flancher et nous dire la vérité. À ce moment-là, on pourra parler de responsabilité et de reddition de comptes.
Bref, le premier ministre a brisé la promesse du retour à l'équilibre budgétaire en 2019. Il a également brisé sa promesse de changer le mode de scrutin, qui était très importante pour tout un pan de la gauche canadienne et de la jeunesse canadienne.
En outre, il a brisé sa promesse concernant le retour des boîtes communautaires pour Postes Canada. Bien que nous pensions que la réforme en cinq points de Postes Canada était intéressante pour assurer la survie de celle-ci à long terme, le premier ministre avait quand même promis le retour des boîtes communautaires. J'ai moi-même traversé le pays au complet avec mon collègue d'Edmonton et les autres membres du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Tous les Canadiens disaient aux membres libéraux du Comité qu'ils espéraient que le gouvernement rétablisse les boîtes communautaires. Cependant, les libéraux n'ont fait que mettre en place un moratoire.
Le député de Québec et ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social avait dit que la situation du pont de Québec était déplorable, que le pont était complètement rouillé et que certains citoyens avaient peur quant à la protection et à la sécurité publique.
Je tiens à les rassurer: les rapports de nos ingénieurs disent que le pont n’est pas dangereux. Cela étant dit, c’est une honte de voir ce pont historique être complètement rouillé. Les libéraux nous avaient promis que cela serait réglé avant le 30 juin 2016. Cela fait plus de deux ans.
Ils nous avaient également promis d’aider la classe moyenne. En fait, ils suivaient un peu les traces du gouvernement conservateur de M. Harper, qui mettait autant que possible l’accent sur l’aide aux familles canadiennes. J’ai mené trois consultations publiques en 2018. Nous sommes déjà rendus en 2019; le temps passe très vite. J’ai nommé ces trois consultations publiques « Alupa à l’écoute ».
Je vais déposer mon rapport dans un mois et demi. Ce rapport va faire état de ma volonté de suggérer à mon chef soit de mettre dans sa plateforme, soit de déposer dans un projet de loi des mesures qui vont pallier la pénurie de la main-d’œuvre et qui vont aider les aînés à retourner sur le marché du travail sans être pénalisés davantage. Je fais du porte-à-porte chaque mois. De plus, lors de mes consultations publiques, ce que j’ai entendu le plus souvent de la part de mes concitoyens et concitoyennes, que je remercie d’être venus, c’est qu’ils survivent. Leur vie n’a pas du tout été améliorée depuis trois ans et demi. Bien au contraire, ils font face à des difficultés. Ces difficultés découlent des échecs répétés du premier ministre.
Je disais que nous avions besoin que le premier ministre nous promette de ne pas hausser les taxes et les impôts d’ici aux élections et après les élections, si jamais il gagne. Nous avons vu ce qu’il a fait au cours des trois dernières années: il a tenté de taxer les prestations de l’assurance dentaire. Il a tenté de taxer les prestations et les bonis des employés. Par exemple, il arrive qu’un propriétaire de restaurant offre le repas à une serveuse qui y travaille. Quand j’étais serveur, c’était le cas. Les libéraux voulaient taxer cet avantage. Ils ont tenté de taxer, de manière complètement catastrophique, les petites et moyennes entreprises en taxant leur revenu en gain en capital. Ils ont voulu taxer toutes les sources de revenus que les entreprises peuvent utiliser soit pour se préparer pour de mauvais jours soit pour se préparer à leur retraite, et donc, être un moindre poids pour l’État ultérieurement.
Les libéraux ont également augmenté les taxes de manière tangible. En fait, les études démontrent que 81 % des Canadiens doivent payer plus de 800 $ par année en taxes, parce que les libéraux ont coupé dans presque toutes les mesures de crédits d’impôt que les conservateurs avaient mises en place, comme les mesures pour les manuels scolaires ou pour le transport en commun. Ils ont coupé dans les mesures pour les activités sportives ou les crédits d’impôt pour la famille. Ce qu’on constate, c’est que le premier ministre et son équipe libérale ont mis fin à toutes sortes de crédits familiaux, ce qui a fait augmenter les taxes de manière substantielle. De plus, ils ont tenté à maintes reprises d’augmenter de manière très importante d’autres taxes. Ils ont également augmenté des retenues sur le salaire. On pense notamment à l’augmentation du Régime de pensions du Canada. Vraiment, lorsqu’on regarde l’ensemble des différents bénéfices ou des différentes avenues monétaires que les Canadiens reçoivent, on voit que leurs taxes ont augmenté.
Nous ne faisons pas confiance au premier ministre lorsqu’il nous dit qu’il n’y aura pas d’augmentation de taxes après les prochaines élections s’il est réélu. Nous savons qu’il va devoir le faire à cause de tous ses échecs répétés. Sur le plan économique, il y a des déficits importants de 60 milliards de dollars de plus sur la dette. Ces déficits atteignent 80 milliards de dollars après trois ans et demi. Je pense également à ses échecs en ce qui concerne notre système d’immigration et la gestion des aller-retour à la frontière. Le Québec demande 300 millions de dollars pour pallier son déficit engendré par l’accueil des réfugiés illégaux. Je pense également à tout ce qui touche les relations internationales. Je pense aussi aux infrastructures.
Comment est-il possible que le premier ministre soit encore incapable aujourd’hui de confirmer aux citoyens de Beauport—Limoilou et de Québec qu’il va accepter d’aller de l’avant et d’aider le gouvernement de la CAQ à construire le troisième lien? Partout au monde, des projets gigantesques se font en matière d’infrastructures. Pourtant, depuis trois ans, le gouvernement libéral est incapable de fournir plus de quelques milliards de dollars sur 187 milliards de dollars.
Les Canadiens vont payer pour les échecs du premier ministre. Nous voulons qu'il s'engage par écrit à ne pas augmenter les impôts ou les taxes s'il est réélu.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:39 [p.25029]
Madam Speaker, it is quite simple. We will do as we did before: We will have responsible management of our finances here in Canada.
We will never cut services to Canadians; we will cut and stop the increase of money flowing to the bureaucrats. We have never seen in the history of Canada so much money being spent on deficits by a government, with so little result for Canadians individually. We gave the Liberals a surplus of $3 billion while having child benefit measures and one of the best OECD numbers of economic development and while being the first country to get out of the financial crisis of 2008.
Madame la Présidente, c'est très simple. Nous allons procéder comme avant: nous gérerons de manière responsable nos finances, ici, au Canada.
Nous ne sabrerons jamais dans les services aux Canadiens; nous réduirons et freinerons la hausse des sommes versées aux bureaucrates. Nous n'avons jamais vu dans l'histoire du Canada un gouvernement dépenser et creuser le déficit à ce point en offrant si peu de résultats pour les Canadiens. Nous avons laissé aux libéraux un excédent de 3 milliards de dollars tout en prenant des mesures concernant les allocations pour les enfants et en affichant parmi les meilleurs chiffres de l'OCDE pour le développement économique. Nous avons été le premier pays à se sortir de la crise financière de 2008.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:41 [p.25029]
Madam Speaker, I go door-knocking every month and I can tell you that Quebeckers have no appetite to see their tax bill constantly go up and their quality of life go down.
I would like us to focus on more important things. When we look at the state of international relations, whether with China, Southeast Asia, South America, Africa, Asia or Europe, we see countries that have plans to address the great challenges of the 21st century. Here, the government is barely capable of drafting a plan to balance the budget.
How will this government prepare for the great challenges of the 21st century when it cannot even come up with a plan to balance the budget?
If my NDP colleague conducted a survey in his riding, I am sure that everyone would tell him that the government has to stop raising taxes. That is what is important.
Madame la Présidente, je fais du porte-à-porte tous les mois, et je peux dire que les Québécois et les Québécoises n’en peuvent plus de voir leur compte de taxes augmenter constamment et leur qualité de vie diminuer.
Je voudrais qu’on s’attarde à des choses beaucoup plus importantes. Lorsqu’on regarde l’état des relations internationales, que ce soit avec la Chine, l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Asie ou l’Europe, on voit des pays qui ont des plans pour affronter les grands défis du XXIe siècle. Ici, le gouvernement est à peine capable de mettre sur papier un plan de retour à l’équilibre budgétaire.
Comment peut-on se préparer aux grands défis du XXIe siècle quand n'est même pas capable d'avoir un plan de retour à l’équilibre budgétaire?
Si mon collègue du NPD faisait un sondage dans sa circonscription, je suis certain que tout le monde lui dirait qu’il faut cesser d’augmenter les taxes et les impôts. C’est cela qui est fondamental.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-01-29 16:43 [p.25029]
Madam Speaker, I do not know what world the member lives in, but maybe she should cross the floor, because she seems to be attracted to the way they manage the economy on the Liberal benches.
I want to speak about the veterans file. To the contrary, my colleague was the minister before the last election and did an amazing job making sure that we had new benefits. There were dozens of new benefits given to veterans under the Conservative government, and that is the truth. It is just outrageous to see the Liberals lying like that on the backs of veterans.
Madame la Présidente, je ne sais pas dans quel monde vit la députée, mais elle devrait peut-être traverser de l'autre côté, car elle semble aimer la façon dont les libéraux gèrent l'économie.
J'aimerais parler du dossier des anciens combattants. Contrairement à ce qu'a dit la députée, mon collègue a été ministre avant les dernières élections et a fait un excellent travail pour s'assurer que nous aurions de nouvelles prestations. Les anciens combattants ont reçu des dizaines de nouvelles prestations à l'époque du gouvernement conservateur. C'est la vérité. C'est tout à fait aberrant d'entendre les libéraux mentir de cette manière, en se servant des anciens combattants.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-12-13 13:07 [p.24860]
Mr. Speaker, I had the honour and privilege to be chosen, among the 338 members of Parliament, to speak today on the last day we will be sitting in this building, the Centre Block, in the House of Commons, in our wonderful Parliament, in our great federation.
Before I go any further and talk a bit about Centre Block, I should say that I will be sharing my time with the excellent member for Portneuf—Jacques-Cartier, one of my esteemed colleagues, whose riding is quite close to my own. We share a border, between Sainte-Brigitte-de-Laval and Beauport. I am very happy to work with him on various issues that affect our respective constituents.
I would like to wish a very merry Christmas to everyone in Beauport—Limoilou who is watching us right now or who might watch this evening on Facebook, Twitter or other social media. I wish everyone a wonderful time with their family, and I hope they take some time to rest and relax. That is important. This season can be a time to focus a little more on ourselves and our families, and to spend time together, to catch up and to rest up. I wish all my constituents the very best for 2019. Of course we will be seeing one another next week in our riding. I will be in my office and out in the community all week. I invite all my constituents to the Christmas party I am hosting on Wednesday, December 19, from 6 p.m. to 9 p.m., at my office, which is located at 2000 Sanfaçon Avenue. Refreshments will be served and we will celebrate Christmas together. Over 200 people attended the event last year. I hope to see just as many people out this year. Merry Christmas and happy new year to everyone.
Today I want to talk about Bill C-76. I think this is the third time I speak to this bill. This is the first time I have had the opportunity to speak at all three readings of the same bill, and I am delighted I have been able do so.
This is somewhat ironic, because we have every reason to feel nostalgic today. The Centre Block of the House of Commons has been the centre of Canadian democracy since 1916, or rather, since its reconstruction, which was completed in 1920 after the fire. We have been sitting in this place for over a century, for 102 years. We serve to ensure the well-being of our constituents and to discuss democracy, to discuss legislation and the issues that matter to our country every day.
Today, rather ironically, we are discussing Bill C-76, which seeks to amend the Canada Elections Act. This is the legislation that sets the guidelines, standards, conditions and guarantees by which we, the 338 members of Parliament, were elected by constituents to sit here in the House of Commons. It is an interesting bill that we are discussing on our last day here, but this situation is indeed somewhat ironic, as my NDP colleague so rightly said in his question to the parliamentary secretary. He asked why, if this bill is so important to the Liberals, they waited until the last minute to rush it through after three years in power. The same version appeared in Bill C-33 in 2015-16, and the Liberals delayed implementation of that bill.
Since we are talking about Bill C-76, which affects the Elections Act and democracy, I must say I find it a shame that only six out of the 200 amendments the Conservatives proposed in committee were accepted.
We have concrete grievances based on real concerns and even the opinion of the majority. I will share with the House some of the surveys I have here. I just want to take a minute to say to all those watching us on CPAC or elsewhere right now, that it has been my dream ever since I was 15 to serve Canadians first and foremost. That is why I enrolled in the Canadian Armed Forces. That is why I dreamed of becoming an MP since I was 15. In 2015, I had the exceptional honour of earning the confidence of the majority of the 92,000 constituents of Beauport—Limoilou. I would like to tell them that, in my view, the House of Commons represents the opposite of what the Prime Minister said yesterday. He said it was just a room.
I did not like that because the House of Commons, which will close for renovations for 15 years in a few days, is not just a room, as the Prime Minister said. I find it unfortunate that he used that term. It is the chamber of the people. That is why it is green. The colour green represents the people and the colour red represents aristocracy. Hence the Senate chamber is red.
I hope I am not mistaken. Perhaps the parliamentary guides could talk to me about this.
It is unfortunate that the Prime Minister said that it is not the centre of democracy, because that is not true. I will explain to Canadians why it is wrong to say that Parliament is not the centre of democracy.
The Prime Minister was right when he said that democracy resides everywhere, whether in protests in the streets, meetings of political associations or union meetings. Of course, democracy happens there. However, the centre of democracy is here, because it is here that elected members sit and vote on the laws that govern absolutely everything in the country. It is also here that we can even change Canada's Constitution. The country's Constitution cannot be changed anywhere else or as part of political debates by a political association or a protest. No, it can only be done here or in the other legislative assemblies of the provinces in Canada. It is only in those places that we can make amendments and change how democracy works or deal with problems to address current issues. Yes, by definition, in a practical manner, the centre of democracy is right here. It is not, as the Prime Minister said, just a room like so many others. No, it is the House of Commons.
Just briefly, before I get back to Bill C-76, I want to talk about the six sculptures on the east wall. The first represents civil law; the second, freedom of speech; the third, the Senate; the fourth, the governor general; the fifth, Confederation; and the sixth, the vote. On the west wall, there are sculptures representing bilingualism, education, the House of Commons, taxation—it says “IMPÔT — TAX” up top—criminal law and, lastly, communications. Those sculptures are here because we are at the centre of democracy. The 12 sculptures represent elements of how our federation works.
With respect to Bill C-67, we have three main complaints.
First, Bill C-76 would make it possible for a Canadian to use a voter card as their only document at a polling station. To be clear, the voter card is the paper people get for registering as an eligible voter. From now on, the Liberals will let people vote using that card only. Currently, and until this bill is passed, voters have to present a piece of identification to vote.
There are risks in letting people vote without an ID card like a driver's licence, health card or passport. First, in 2015, the information on over one million voter identification cards was incorrect. That is a major concern. Second, it is easy to vote with a card displaying incorrect information. That creates a significant problem. It is serious. We need to make sure that voting remains a protected, powerful and serious privilege in Canada.
Our second concern—and this is why we have no choice but to vote against the bill and what upsets me the most personally—is that the government is going to allow Canadians who live outside the country to vote, regardless of how long they have been living abroad. There used to be a five-year limit. In Australia, it is six years. Many countries have limits.
Now, the Liberals want to allow 1.4 million Canadians who live abroad to participate in Canadian elections, even if they have not lived in Canada for 20 or 30 years. They will even be allowed to choose what riding they want to vote in.
Do the Liberals realize the incredible power they are giving to Canadian citizens who have not lived in Canada for 20 years? Those individuals could potentially choose a riding where the polls indicate that the race is very close and change which party is chosen to govern.
Our third concern about this bill is that the Liberals want to prevent third parties, such as labour groups, from accepting money from individuals or groups outside the country during the pre-writ period.
That is good, but there is nothing stopping this from happening before the pre-writ period. People will be able to take in money and receive money from groups outside the country before the start of the pre-writ period.
I thank all Canadians who are watching us for their trust. I look forward to seeing them in the riding next week.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai l'honneur, la chance et le privilège d'avoir été choisi parmi 338 députés pour prendre la parole au cours de la dernière journée où nous siégeons au sein de cet édifice, l'édifice du Centre, au sein de la Chambre des communes, dans notre grand Parlement, dans notre grande Fédération.
Avant d'aller un peu plus loin et de parler un peu de l'édifice du Centre, je dois dire que je vais partager mon temps de parole avec le très grand député de Portneuf—Jacques-Cartier, un de mes très chers collègues, dont la circonscription est très proche de la mienne. Nous partageons une frontière, entre Sainte-Brigitte-de-Laval et Beauport. Je suis très content de collaborer avec lui sur divers enjeux qui touchent nos concitoyens respectifs.
À tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent actuellement ou qui nous écouteront ce soir sur Facebook, Twitter ou d'autres réseaux sociaux, je souhaite un très joyeux Noël. Je leur souhaite de passer de très bons moments en famille et je leur souhaite de se reposer. C'est important. C'est une occasion de se recentrer un peu sur soi-même et sur la famille et de prendre du temps pour être ensemble, pour discuter et se reposer. Je souhaite une belle année 2019 à mes concitoyens. Bien entendu, nous nous reverrons dans la circonscription la semaine prochaine. Je serai à mon bureau et sur le terrain toute la semaine. Le mercredi 19 décembre, j'invite mes concitoyens au réveillon de Noël du député, qui aura lieu à mon bureau situé au 2000, avenue Sanfaçon, de 18 heures à 21 heures. Des bouchées et des boissons seront servies. Nous fêterons Noël ensemble. L'année dernière, plus de 200 personnes y étaient présentes. J'espère que l'événement aura le même succès cette année. Joyeux Noël à tous! Bonne année 2019!
Aujourd'hui, je vais parler du projet de loi C-76. Je crois bien que c'est la troisième fois que je parle de ce projet de loi. C'est la première fois que j'ai l'occasion de prendre la parole lors des trois étapes de la lecture d'un même projet de loi. J'en suis fort content.
C'est assez ironique, parce que, aujourd'hui, il y a matière à nostalgie. L'édifice du Centre de la Chambre des communes est le centre de la démocratie canadienne depuis 1916, ou plutôt depuis la reconstruction qui a été terminée en 1920 à la suite de l'incendie. Nous siégeons ici depuis plus d'un siècle, depuis 102 ans. Nous siégeons pour le bien-être de tous les citoyens et pour discuter de la démocratie, pour discuter de nos projets de loi et des enjeux qui font tressaillir notre pays de jour en jour.
Aujourd'hui, la situation est très ironique, car nous discutons du projet de loi C-76, qui vise à modifier la Loi électorale du Canada. Cette dernière met en place les balises, les barèmes, les conditions et les garanties de par lesquelles nous, les 338 députés, avons été élus par nos concitoyens pour siéger ici-même à la Chambre des communes. C'est quand même un projet de loi intéressant dont nous discutons en dernier ici, mais c'est aussi un peu paradoxal, comme mon collègue du NPD l'a si bien dit dans une question qu'il a posée au secrétaire parlementaire. Il lui a demandé pourquoi les libéraux déposaient ce projet de loi, qui semblait si important pour eux, à la hâte, après trois ans au pouvoir. La même version existait dans le projet de loi C-33 en 2015-2016, et les libéraux ont tardé à mettre en place ce projet de loi.
Puisque nous parlons du projet de loi C-76, qui vise la Loi électorale et la démocratie, je dois dire que je trouve dommage que seulement 6 amendements sur les 200 amendements présentés par les conservateurs en comité aient été acceptés.
Nous avons des doléances concrètes qui sont basées sur de vraies inquiétudes et même sur une opinion majoritaire. Je vais faire état à la Chambre des sondages que j'ai en main. J'aimerais quand même prendre une minute pour dire à tous mes collègues et à tous les concitoyens qui nous écoutent en ce moment sur CPAC ou ailleurs que depuis depuis que j'ai 15 ans, je caresse un rêve, soit celui d'être d'abord et avant tout au service des citoyens et des citoyennes du Canada. C'est pourquoi je me suis enrôlé dans les Forces armées canadiennes. C'est pourquoi je rêve de devenir député depuis l'âge de 15 ans. En 2015, j'ai eu l'honneur exceptionnel d'avoir la confiance de la majorité des 92 000 citoyens de la circonscription de Beauport—Limoilou. J'aimerais leur dire qu'à mes yeux, la Chambre des communes représente tout le contraire de ce que le premier ministre a dit hier. Il a dit que ce n'était qu'une salle.
Cela m'a déplu d'entendre cela, parce que la Chambre des communes, qui va fermer pour 15 ans dans quelques jours pour des rénovations, n'est pas juste une salle, comme l'a dit le premier ministre. Je trouve dommage qu'il ait employé ce mot. C'est la Chambre du peuple. C'est pour cela qu'elle est de couleur verte. Le vert représente le peuple et le rouge représente l'aristocratie, d'où la couleur rouge du Sénat.
J'espère que je ne me trompe pas. Les guides du Parlement pourraient peut-être m'en parler.
C'est dommage que le premier ministre dise que ce n'est pas le centre de la démocratie, parce que c'est faux. Je vais expliquer aux citoyens et aux citoyennes pourquoi c'est erroné de dire que le Parlement n'est pas le centre de la démocratie.
Le premier ministre avait raison de dire que la démocratie se vit partout, que ce soit dans les manifestations dans la rue, les réunions d'associations politiques ou les réunions syndicales. Bien entendu, la démocratie s'exerce dans ces lieux, mais le centre de la démocratie est ici parce que c'est ici que les élus siègent et qu'on vote les lois qui régissent absolument tout au pays. C'est ici également qu'on peut même changer la Constitution du pays. On ne peut pas changer la Constitution du pays à tout autre endroit ou dans le cadre de débats politiques dans une association politique ou d'une manifestation. Non, cela peut se faire seulement ici ou dans les autres assemblées législatives provinciales dans le pays. C'est dans ces seuls lieux qu'on peut véritablement faire des amendements et modifier le fonctionnement de la démocratie ou pallier les problématiques pour répondre aux enjeux courants. Oui, par définition, d'une manière pratique, c'est bel et bien ici que se situe le centre de la démocratie. Ce n'est pas, comme le premier ministre l'a dit, une simple salle parmi tant d'autres. Non, c'est la Chambre des communes.
Très rapidement, avant de retourner au projet de loi C-76, sur le mur est, on voit six sculptures. L'une parle du droit civil, l'autre de la liberté de parole, la troisième du Sénat, la quatrième du gouverneur général, la cinquième de la Confédération, de notre grand pays, et la sixième du vote. Sur le mur ouest sont représentés le bilinguisme, l'éducation, la Chambre des communes, le régime fiscal — c'est écrit « IMPÔT — TAX » en haut — le droit criminel et en dernier la communication. Toutes ces sculptures ne sont pas ici par hasard. Elles sont ici parce qu nous sommes au centre de la démocratie. Ces 12 sculptures représentent d'une manière ou d'une autre le fonctionnement de la fédération.
En ce qui a trait au projet de loi C-67, nous avons trois doléances principales.
Premièrement, le projet de loi C-76 prévoit de permettre à un Canadien ou à une Canadienne de se présenter à un bureau de vote avec une carte de l'électeur comme seul document. Comprenons-nous bien, une carte d'électeur, c'est le papier qu'on reçoit pour être enregistré à titre d'ayant droit pour voter. Dorénavant les libéraux vont permettre qu'une personne vienne voter seulement avec cette carte. Pour le moment, et jusqu'à nouvel ordre parce que la loi n'est pas encore passée, il faut présenter une carte d'identification de l'électeur pour voter.
Il y a des risques au fait de permettre que quelqu'un puisse voter sans carte d'identification comme un permis de conduire, une carte d'assurance-maladie ou un passeport. Premièrement, en 2015, plus de 1 million de cartes d'électeur étaient erronées. C'est quand même une préoccupation importante. Deuxièmement, il est facile de voter avec une simple carte erronée. Cela crée un grave problème. C'est sérieux. Il faut faire en sorte que le vote reste quelque chose de privilégié, de fort et de protégé et de sérieux au Canada.
La deuxième préoccupation qui fait en sorte que nous n'avons pas le choix de voter contre ce projet de loi — c'est ce qui me dérange le plus personnellement — c'est qu'on va permettre aux Canadiens qui vivent à l'extérieur du pays de voter peu importe depuis combien d'années ils vivent à l'extérieur du pays. Avant, il y avait une limite de cinq ans. En Australie, c'est six ans. Dans plein de pays, il y a des limites.
Là, les libéraux veulent faire en sorte que 1,4 million de Canadiens qui vivent à l'extérieur du pays, après même 20 ou 30 ans, puissent voter aux élections canadiennes. Ils vont même pouvoir choisir la circonscription dans laquelle ils veulent voter.
Se rend-t-on compte du pouvoir incroyable qu'on donne à un citoyen canadien qui ne vit pas au Canada depuis 20 ans? Il pourrait choisir une circonscription où le vote est très serré, selon le sondage, et il pourrait faire toute la différence dans la sélection du gouvernement.
Enfin, une troisième chose nous préoccupe dans ce projet de loi. On veut empêcher pendant la période préélectorale les tierces parties comme les groupes syndicaux d'engranger des gains monétaires venant des gens ou des groupes de l'extérieur du pays.
C'est bien, mais rien n'empêche que cela se fasse avant la période préélectorale. Les gens vont pouvoir encaisser les fonds et avoir l'argent de groupes de l'extérieur du pays avant que la période préélectorale débute.
Je remercie tous les Canadiens et toutes les Canadiennes qui nous écoutent de leur confiance. Au plaisir de se voir dans la circonscription la semaine prochaine.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-12-13 13:19 [p.24861]
Mr. Speaker, I am glad to know the member opposite had the same dream as I did, starting at age 15. I am glad to see that she went all the way to realizing this dream. Good for her. Marvellous.
The Liberals speak about this bill as if it is something fundamental, so why did they wait three years? We are three years into their mandate right now, three years of failures. We have three years of failure on the border, where we have almost 100,000 illegal border crossings happening right now. There is huge financial pressure on provincial governments to deal with this crisis. We have three years of failure concerning deficits. They promised that they would run a small $10-billion deficit, and now the Parliamentary Budget Officer, an institution created by Mr. Harper, something we should never forget, who brings accountability to the government every day he acts, has informed us this week that the deficit is way larger than what was announced two weeks ago. It will be about $26 billion just for 2018-19.
I completely disagree with the member. Yes, the right to vote is fundamental. However, the responsibility of the government is to make sure that voting is respected and protected for everyone.
Monsieur le Président, je me réjouis d'apprendre que la députée d'en face entretenait le même rêve que moi dès l'âge de 15 ans. Quel plaisir de voir que son rêve est devenu réalité. Tant mieux pour elle. C'est merveilleux.
Les libéraux parlent de ce projet de loi comme s'il s'agissait d'une mesure fondamentale. Force est de se demander alors pourquoi il leur a fallu trois ans avant de le présenter. Nous sommes maintenant dans la troisième année de leur mandat, qui, soit dit en passant, se caractérise par une succession d'échecs. Depuis trois ans, les échecs se succèdent à la frontière, puisque, à ce jour, près de 100 000 personnes sont entrées illégalement au Canada. Cette situation exerce d'énormes pressions financières sur les gouvernements provinciaux, qui doivent composer avec une crise migratoire. Nous avons également été témoins de trois années d'échecs au chapitre des déficits. Les libéraux avaient promis de limiter le déficit à 10 milliards de dollars, mais, aujourd'hui, le directeur parlementaire du budget — dont le poste a été créé par M. Harper, ce qu'il ne faudrait jamais oublier —, qui exige au quotidien que le gouvernement rende des comptes, a informé la Chambre cette semaine que l'ampleur du déficit dépasse considérablement ce qui a été annoncé il y a deux semaines. En fait, le déficit se chiffrera à quelque 26 milliards de dollars, uniquement pour l'exercice 2018-2019.
Enfin, je suis totalement en désaccord avec la députée. Le droit de vote est effectivement fondamental. Cependant, le gouvernement a la responsabilité de veiller à ce que ce droit soit respecté et à ce que tous les Canadiens puissent s'en prévaloir.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-12-13 13:22 [p.24862]
Mr. Speaker, as I said, from day one we contributed to this bill. We proposed over 200 amendments, and only six of them were accepted. It is disappointing to see that now the Liberals will be going forward without the acceptance of all members. We are talking about a bill that would have an impact on future elections. We should require all members to stand behind such an important bill. We think it should have been a must for the government to accept many more of our amendments.
Yes, with respect to what the member just told us, if those kinds of situations happened during the last election, which was completely unacceptable, why not give more powers to the election directorate if we are able to? Why was the government so negative toward all the other amendments we brought forward?
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, nous avons tenté d'améliorer ce projet de loi depuis le début. Nous avons proposé plus de 200 amendements, mais seulement 6 d'entre eux ont été acceptés. C'est décevant de constater que les libéraux ont décidé de faire adopter ce projet de loi sans obtenir l'unanimité de la Chambre. On parle ici d'un projet de loi qui va avoir une incidence sur les prochaines élections. Il faudrait absolument que tous les députés approuvent un projet de loi aussi important. Nous sommes d'avis que le gouvernement aurait dû accepter un nombre beaucoup plus élevé de nos recommandations.
Pour en revenir aux propos du député, qui a dit que des situations totalement inacceptables s'étaient produites au cours des dernières élections, je pense que, effectivement, il faudrait accorder plus de pouvoirs au directeur général des élections, si c'est possible de le faire. Pourquoi le gouvernement a-t-il rejeté tous les autres amendements que nous avions proposés?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-12-13 14:35 [p.24873]
Mr. Speaker, I also really like history. During the financial crisis between 2008 and 2015, we released $80 billion from our economic action plan, we safeguarded 250,000 jobs and we posted the best performance of the OECD.
In 2015, the Prime Minister could not have been clearer when he said that the budget would be balanced in 2019. Not only did that not happen—which makes it a broken promise—but also the Liberals have no idea when the budget will be balanced. No government since 1867 has ever been so irresponsible with the public purse.
When will we see a balanced budget?
Monsieur le Président, moi aussi, j'aime bien l'histoire. Lors de la grande crise, entre 2008 et 2015, nous avons sorti 80 milliards de dollars de notre plan de relance économique, nous avons maintenu 250 000 emplois et nous avons eu la meilleure performance de l'OCDE.
En 2015, le premier ministre a été on ne peut plus clair en disant que le retour à l'équilibre budgétaire serait atteint en 2019. Non seulement ce n'est pas arrivé — c'est donc une promesse brisée —, mais les libéraux n'ont pas de date de retour à l'équilibre budgétaire. Depuis 1867, aucun gouvernement n'a eu une attitude aussi irresponsable à l'égard des finances publiques.
À quand le retour à l'équilibre budgétaire?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-27 16:41 [p.24089]
Madam Speaker, it is a bit unfortunate to notice that the parliamentary secretary cannot spontaneously speak without any notes about their supposedly great budget engagement.
I went out for a few seconds and I am sure I missed the point where the member said when his government would balance the budget. I am sure I missed that. The Liberals seem to want to be a responsible government, so I am sure I missed that point.
Could the member just repeat to me in which year the government will balance the budget?
Madame la Présidente, il est un peu malheureux de constater que le secrétaire parlementaire ne peut parler spontanément sans utiliser ses notes au sujet de leur prétendu engagement budgétaire important.
Je suis sorti quelques secondes et je suis sûr que j’ai manqué le moment où le député a dit quand son gouvernement allait équilibrer le budget. Je suis sûr que je l’ai manqué. Les libéraux semblent vouloir être un gouvernement responsable, alors je suis sûr que j’ai manqué ce moment important.
Le député pourrait-il me répéter en quelle année le gouvernement équilibrera le budget?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2018-11-27 16:46 [p.24090]
Madam Speaker, I would like to respond to something the member for Saanich—Gulf Islands said. She said the government always has iconic and historical engagement announcements. I have come to think that it is all the government is about. It is always historical, amazing, so great, but we have never in Canadian history seen a government spend so much money to do so little.
I am very happy to speak today in the House of Commons on behalf of the citizens of Beauport—Limoilou.
Centre Block will soon be closing for complete renovations for 10 or 15 years. I wanted to mention that. There is no cause for concern, however, because we will be moving to West Block. I will therefore be able to continue to speak on behalf of my constituents.
Today I am discussing Bill C-86, a second act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on February 27, 2018 and other measures.
I will focus on the fact that the members of the Conservative Party are extremely disappointed with the bill. We have witnessed a string of broken promises over the past three years. It is a little ironic that the hon. member for Papineau, the current head of the Liberal government, said during the election campaign that he wanted to do something to make people less cynical of politics, to help them have more confidence in politicians, in the ability of the executive branch, the legislative branch and members of Parliament to do things that are good for Canadians and especially to respect the major promises formally made during the campaign.
A group of researchers at Laval University have created what they call the Vote Compass. It shows the number of promises kept and broken by the provincial and federal governments.
I remember that, to their chagrin, a few months before the 2015 election, the research institute had to acknowledge that 97% of all promises made by Mr. Harper during the 2011 election campaign had been kept.
The Liberal government elected in 2015 broke three major promises and is continuing to break them in the 2018 budget. These were not trifling promises. They were major promises that were to set the guidelines for how the government was to behave and for the results Canadians would see.
The Canadians we talk to are familiar with the three major promises, since I often repeat them. I have to, because this is serious.
The Liberals promised to limit themselves to minor $10-billion deficits in the first two years and a $6-billion deficit in the third year.
What did they do? The first year, they posted a deficit of $30 billion. The second year, they posted a deficit of $20 billion. This year, the deficit is $18 billion, or three times what was announced.
That is the first broken promise, and it was not just some promise that was jotted down on the back of a napkin. In any case, I hope not. In fact, I remember quite well that the promise was made from a crane in the midst of the election campaign. The member for Papineau was in Toronto, standing on a crane when he said that he would run deficits to pay for infrastructure. That is the second broken promise. He said that the $10 billion a year in deficits would be used to inject more money into infrastructure. However, of the $60 billion in deficits this government has racked up to date, only $9 billion has gone to infrastructure. That is another problem, another broken promise.
That is why I was saying earlier that we have rarely seen, in the history of Canada, a government spend so much money for so few results. This is probably the first time we have seen this sort of thing.
I will give an example. He said that he would invest $10 billion in infrastructure in 2017, but he invested only $3 billion and yet racked up a deficit of $20 billion. Where did the other $17 billion go? It was used for all sorts of different things in order to satisfy very specific interest groups who take great pleasure in and boast ad nauseam about the Liberal ideology.
The third broken promise is an extremely important and strategic one. In fact, it was so obvious that we did not even really think of it as a promise before.
All Canadian governments, in a totally responsible manner and without questioning it, traditionally endorsed this practice. If there was a deficit, the document would indicate the date by which the budget would be balanced. There was a repayment date, just as there is for anyone in Canada. When the families of Beauport—Limoilou, many of whom are watching today, want to buy a car or appliance, such as a washer or dryer, not only does the seller ask them to get a bank loan, but he also asks them to sign a paper that indicates when the debt will be repaid in full.
Thus, it is quite normal to indicate when the budget will be balanced. We have been asking that question for three years, but what is even more interesting is that the Liberals had promised that the budget would be balanced in 2019, and now there are 45 days remaining in 2018. Telling us when the budget will be balanced is the least the Liberals could do.
There are consequences to running up large deficits, however. The Liberal government has been accumulating gigantic deficits at a time when the global economy is doing rather well, although forecasts indicate that we will enter a recession in the next 12 months. Although times are tough in Alberta and Ontario, where General Motors just closed a plant, the situation is positive. There are regions in Canada that are suffering tremendously, but the global economic context is nevertheless healthy. Knock on wood, which is everywhere in the House of Commons.
The first serious mistake is to run up deficits when times are good. When the global economy is doing well and our financial institutions are making money, we have to put money aside for an emergency fund and an assistance fund, especially for the employees of General Motors who lost their jobs and for all families in the riding of my Alberta colleague who have lost their jobs in the oil sector.
We have to have an emergency fund for the next economic crisis because that is how our capitalist system works. There are ups and downs. That is human nature. It is random. Agreements are signed, things are done, progress is made, and there are ups and downs. The current positive situation has been going on for five or six years now, so we need to be prepared. That is why growing the deficit during good economic times can have very serious consequences.
I would like to talk about another serious consequence, and I am sure this will strike a chord with the people of Beauport—Limoilou who are listening to us now. Does anyone know how many billions of dollars the government spends on federal health transfers? It is $33 billion per year. To service the debt, to pay back people around the world who lend us money, we spent $37 billion last year. We spent $4 billion more on servicing our debt than on health transfers.
An hon. member: That is shameful.
Mr. Alupa Clarke: Yes, Madam Speaker, it is shameful. It sure looks like bad management of public affairs. It makes no sense, and I am sure Canadians agree. I am sure they are sick and tired of hearing us talk about $10-billion, $20-billion, $30-billion deficits and so on.
Canada's total debt is now $670 billion. My fellow Canadians, that means that, at this point in time, your family owes $47,000. That is a debt you will have to pay.
The Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage was very proud to announce that the government was giving nearly $6,000 a year per child, through the Canada child benefit, to people earning less than $45,000 a year. They are not giving money away, however; they are buying votes, which is unfortunate, since the very children this money is helping will end up having to pay it back. This is completely unacceptable on the part of the government.
I am proud to be part of a former Conservative government that was responsible, that granted benefits without running deficits and that also managed to balance the budget.
Madame la Présidente, j’aimerais réagir à quelque chose qu’a dit la députée de Saanich—Gulf Islands. Elle a dit que le gouvernement avait toujours des mesures symboliques et sans précédent à annoncer. J’en suis venu à penser que c’est tout ce que ce gouvernement fait. C’est toujours sans précédent, incroyable, extraordinaire, mais nous n’avons jamais vu dans l’histoire du Canada un gouvernement dépenser tant d’argent pour si peu de résultats.
Je suis très content de prendre aujourd'hui la parole à la Chambre des communes, au nom des citoyens de Beauport—Limoilou.
L'édifice du Centre va bientôt fermer durant 10 ou 15 ans, parce que tout sera rénové. Je tenais à le dire. Cependant, il n'y a pas de crainte à avoir, parce que nous allons déménager à l'édifice de l'Ouest. Je vais donc pouvoir continuer à débattre au nom de mes concitoyens.
Aujourd'hui, je prends la parole pour discuter du projet de loi C-86, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 27 février 2018 et mettant en oeuvre d'autres mesures.
Je vais mettre l'accent sur le fait que les députés du Parti conservateur sont extrêmement déçus du projet de loi sur le budget. Depuis trois ans, on voit une série de promesses rompues. Ce qui est un peu paradoxal, c'est que le député de Papineau, l'actuel chef du gouvernement libéral, avait dit, pendant la campagne électorale, qu'il voulait faire en sorte que les gens soient moins cyniques envers la politique, que les gens croient plus en leurs politiciens, en la capacité de l'exécutif, du législatif et des représentants politiques d'effectuer des choses qui sont bonnes pour les gens et surtout de respecter les promesses phares faites en bonne et due forme lors de la campagne électorale.
À l'Université Laval, un groupe de recherche a créé ce qu'on appelle la Boussole électorale. Cela permet de connaître le nombre de promesses tenues ou non tenues par les gouvernements provinciaux et fédéral.
Je me rappelle que, quelques mois avant l'élection de 2015, à leur grand dam, cet institut de recherche avait dû confirmer que 97 % des promesses faites par M. Harper pendant la campagne de 2011 avaient été tenues.
Le gouvernement libéral de 2015 a rompu trois grandes promesses, et il continue de le faire dans le budget 2018. Il ne s'agit pas de promesse de pacotille, mais bien de promesses structurantes qui devaient permettre de fixer les balises quant à la façon dont le gouvernement allait se conduire et aux résultats pour les Canadiens.
Les citoyens qui nous écoutent connaissent ces trois grandes promesses, car je les répète souvent. Il faut le faire, parce que c'est grave.
Les libéraux avaient promis de faire seulement de petits déficits de 10 milliards de dollars durant les deux premières années et un déficit de 6 milliards de dollars la troisième année.
Qu'est-ce que nous avons vu? La première année, ils ont fait un déficit de 30 milliards de dollars. La deuxième année, ils ont fait un déficit de 20 milliards de dollars. Cette année, ils font un déficit trois fois plus élevé que ce qui était prévu, c'est-à-dire un déficit de 18 milliards de dollars.
C'est donc une première promesse rompue. On s'entend quand même pour dire qu'il ne s'agit pas d'une promesse faite sur le coin d'une table. En tout cas, je l'espère bien. En fait, je me rappelle très bien que la promesse a été faite sur une grue, en pleine campagne électorale. Le député de Papineau était à Toronto, sur une grue, quand il a dit qu'il ferait des déficits en faveur de l'infrastructure. Voilà la deuxième promesse rompue. Il a dit que les déficits de 10 milliards de dollars par année serviraient injecter davantage d'argent dans les infrastructures. Or sur les 60 milliards de dollars de déficit engrangés jusqu'à présent, seulement 9 milliards de dollars ont été dans les infrastructures. Voilà un autre point faible, une autre promesse rompue.
C'est pour la raison pour laquelle je disais plus tôt, en anglais, qu'on a rarement vu, dans l'histoire du Canada — c'est probablement la première fois qu'on le voit de cette manière —, un gouvernement dépenser autant pour en arriver à si peu de résultats.
Je vais donner un exemple. Il avait dit qu'il investirait 10 milliards de dollars dans les infrastructures en 2017, alors qu'il a investi seulement 3 milliards de dollars et qu'il a fait un déficit de 20 milliards de dollars. Où sont passés les 17 milliards de dollars? Ils ont servi à toutes sortes de fins pour satisfaire des groupes d'intérêt très précis qui se complaisent et se gargarisent à n'en plus finir dans l'idéologie libérale.
La troisième promesse rompue est une promesse structurante extrêmement importante. D'ailleurs, c'est une promesse qui, auparavant, n'était pas une promesse tellement cela allait de soi.
Tous les gouvernements canadiens, de manière tout à fait responsable et sans se poser de questions, adhéraient traditionnellement à cette pratique. Dans un budget, on indiquait, si déficit il y avait, une date de retour à l'équilibre budgétaire. Il y avait une date butoir, comme pour n'importe qui au Canada. Lorsque les familles de Beauport—Limoilou, qui nous écoutent en grand nombre, veulent s'acheter une voiture ou un appareil ménager, comme une laveuse ou une sécheuse, non seulement le vendeur leur demande de contracter un prêt à la banque, mais il leur demande aussi de signer un papier indiquant la date où la dette sera remboursée au complet.
Il n'y a donc rien de plus naturel que d'indiquer quand l'équilibre budgétaire sera atteint. Nous posons la question depuis trois ans, mais ce qui est encore plus intéressant, c'est que les libéraux avaient promis que l'équilibre budgétaire serait atteint en 2019, alors qu'il ne reste que 45 jours à l'année 2018. Ce serait la moindre des choses que les libéraux nous disent la date du retour à l'équilibre budgétaire.
Par ailleurs, quelles sont les conséquences de ces déficits importants? Le gouvernement libéral cumule des déficits gargantuesques dans une période économique mondiale plutôt favorable, bien que toutes les prévisions indiquent qu'on va tomber en récession d'ici 12 mois. Même s'il y a des situations difficiles en Alberta et en Ontario, où General Motors a fermé une usine, la situation est favorable. Il y a des régions du Canada qui souffrent énormément, mais le contexte économique mondial est quand même en santé. Touchons du bois; il y en a partout à la Chambre des communes.
La première erreur grave consiste donc à cumuler des déficits dans une bonne période. Lorsque nous sommes dans un contexte économique favorable sur le plan mondial et que nos institutions financières et le gouvernement font du fric, il faut mettre de l'argent de côté pour avoir des fonds d'urgence et des fonds d'aide, notamment pour les familles des employés de General Motors qui ont perdu leur emploi et pour toutes les familles de la circonscription de mon collègue de l'Alberta qui ont perdu leur emploi dans le secteur pétrolier.
Il faut surtout des fonds d'urgence pour la prochaine crise économique, puisque tel est fait notre système capitaliste: il y a des hauts et des bas. C'est la nature humaine. C'est aléatoire. On fait des ententes, on fait des choses, on avance et il y a des hauts et des bas. La situation favorable actuelle dure depuis cinq ou six ans, alors il faudrait se préparer. Voilà pourquoi cumuler des déficits dans un climat économique plutôt favorable a des conséquences très graves.
Je vais parler d'une autre conséquence grave, et je crois que cela va frapper l'imaginaire des citoyens de Beauport—Limoilou qui nous écoutent. Sait-on combien de milliards de dollars on consacre chaque année aux transferts fédéraux en santé? C'est 33 milliards de dollars par année. Quant au service de la dette, soit la somme que l'on doit rembourser aux gens de partout dans le monde qui nous prêtent de l'argent, on y a consacré 37 milliards de dollars l'année passée. On a donc consacré 4 milliards de dollars de plus au service de la dette qu'aux transferts en santé.
Une voix: C'est une honte.
M. Alupa Clarke: Oui, madame la Présidente, c'est une honte. De toute évidence, c'est une mauvaise gestion des affaires publiques. Cela n'a pas de sens et je suis convaincu que les Canadiens sont du même avis. Je suis convaincu qu'ils sont tannés de nous entendre parler des déficits de 10 milliards de dollars, de 20 milliards de dollars, de 30 milliards de dollars, etc.
D'autre part, la dette totale du Canada se chiffre à 670 milliards de dollars. Chers Canadiens, cela veut dire que vous avez une dette personnelle familiale de 47 000 $ en ce moment. C'est une dette que vous devez payer.
Le secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien était très fier de dire que le gouvernement envoyait, par l'entremise de l'Allocation canadienne pour enfants, près de 6 000 $ par année par enfant aux personnes qui gagnent moins de 45 000 $ par année. Ce n'est pas donner de l'argent, c'est acheter des votes. C'est malheureux, car cet argent va devoir être remboursé par les mêmes enfants qui en bénéficient présentement. C'est complètement inacceptable d'agir de cette manière.
Personnellement, je suis fier d'appartenir à un ancien gouvernement conservateur qui était responsable, qui a consenti des allocations sans faire de déficits et qui a réussi à atteindre l'équilibre budgétaire.
Results: 31 - 45 of 415 | Page: 3 of 28

|<
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|