Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 31 - 45 of 444
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his speech.
I am not an expert in these matters, but, like everyone else, I am very worried about global warming.
How can we even think of allowing oil and gas exploration in marine protected areas?
We would never dream of putting an oil well or a tar sands development in a national park. There is even talk of asking Alberta to slow production or clean up the process so it pollutes less. I think the whole idea is preposterous.
Why are we still talking about this?
Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon collègue de son allocution.
Je ne suis pas un spécialiste de ces questions. Par contre, comme toute la population, je suis très inquiet du réchauffement climatique.
Comment est-ce concevable qu'il y ait des exploitations pétrolières et gazières dans des zones maritimes protégées?
On ne pourrait même pas imaginer un puits de pétrole ou une exploitation de sables bitumineux dans un parc national. On évoque présentement la possibilité de demander à l'Alberta de ralentir sa production ou de nettoyer le processus pour que ce soit moins polluant. Des options comme celles-là sont exagérées, et elles m'apparaissent farfelues.
Pourquoi parlons-nous encore de cela?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Madam Speaker, the Quebec City tramway would reduce greenhouse gas emissions and provide a quality service to residents.
A recent survey showed that most residents of Quebec City hope the tramway will be added to their public transit offering. Obviously, in public, the Liberal government says that it hopes the project will begin this summer. However, it is not answering the Quebec government's call for help to make up the $800-million shortfall for the tramway. This is not the first time infrastructure funding has been slow to make its way down the pipe.
Speaking of pipes, rather than buying an old pipeline, why does the government not switch to solution mode and fund the tramway that Quebec City residents want?
Madame la Présidente, le tramway de Québec permettra la réduction des émissions de GES, en plus d’offrir un service de qualité aux citoyens.
Un récent sondage démontre que la majorité des citoyens de Québec espèrent cet ajout à leur transport en commun. En public, le gouvernement libéral prétend évidemment souhaiter que le projet soit lancé dès cet été. Pourtant, il ne répond pas à l’appel du gouvernement du Québec, qui cherche une solution pour combler le trou de 800 millions de dollars dans le financement du tramway. Ce n’est pas d’hier que l’argent qu'Ottawa consacre aux infrastructures passe par une espèce d’alambic.
Au lieu d’acheter un vieux pipeline, vu qu’on parle de tuyaux, pourquoi ne pas se mettre en mode solution et financer le tramway que les citoyens de Québec demandent?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his testimony.
He may have given a speech, but he was also testifying to what he experienced at this committee, when he saw the amendments being rejected and this government showing its paternalistic approach. I regret that a member has to wonder whether he is naive for thinking that committee members should normally be able to make independent decisions without being controlled by the government.
Does he think that the government is rushing a bit at the end of its term to do something significant, after realizing that it did nothing for four years about something that was supposedly important to its mandate? Does he think the government figures that even if the bill is not perfect, it is good enough?
What does my colleague think about that?
Monsieur le Président, j’aimerais remercier mon collègue de son témoignage.
C’est peut-être un discours, mais c’est aussi le témoignage de ce qu’il a vécu lui-même en participant à ce comité, en voyant les amendements rejetés et l’approche paternaliste de ce gouvernement. Je déplore le fait qu’un député en arrive à dire qu’il ne sait pas s’il est candide ou naïf, mais qu’il espère que, normalement, les membres d’un comité pourront prendre des décisions autonomes, sans se faire téléguider par le gouvernement.
Ne pense-t-il pas que le gouvernement, en s’apercevant qu’il était resté assis à ne rien faire pendant quatre ans pour quelque chose qui était supposément si important pour lui, se dépêche un peu à la fin du mandat pour présenter quelque chose de significatif, en se disant que, même si ce n’est pas parfait, ça va suffire.
Que pense de cela mon ami?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with my colleague from Edmonton Strathcona. I will try to stay constructive and positive, but I have to say that this government's holier-than-thou attitude annoys me to no end. It is exasperating. The Liberals seem to believe they are above all comments and constructive feedback. They think they know everything, and that is incredibly irritating. We can always sense it in their tone. I have never felt this way before. In the last Parliament, under the Conservatives, I never sensed this level of arrogance. “We know best”, the Liberals say. It is so infuriating.
I sit on the Standing Committee on Canadian Heritage, and this is an issue that is close to my heart. I have here 17 NDP amendments, which obviously were not adopted, and I can confirm that the amendment my colleague mentioned earlier was extremely constructive and opened up doors. Unfortunately, the Liberals think they have all the answers when it comes to drafting bills. They were like that with the SNC-Lavalin affair as well, when they added that little line to the omnibus bill. That was an inspired move. The Liberals must be kicking themselves, because all of Quebec is now complaining about it.
I cannot talk about Bill C-91 without talking about my experience as a member of this House. I represent the people of Longueuil—Saint-Hubert, so of course I want to stand up for the interests of my constituents, for aerospace and for our social fabric. More importantly, I want to find solutions to address the fact that one-third of the children in Longueuil—Saint-Hubert are living in poverty. It is a shocking figure, and no one ever talks about it.
I want to talk about my election in 2011. When I was elected, I was an ordinary citizen from Longueuil who did not have a clear understanding of the issues facing first nations. When I arrived here, my main concerns were defending Quebec's distinct culture and fighting climate change. Quite frankly, first nations were not on my list of priorities. On top of that, I did not know very much about the topic.
Many will recall the leadership race that happened so quickly following Jack Layton's death, and my colleague, the member for Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou, was one of the candidates. At that point, many people in Longueuil—Saint-Hubert, including myself, discovered an ambassador for the Cree Nation. Today that member is one of the people scratching their heads, wondering whether this bill on indigenous languages lives up to the expectations.
When I became acquainted with the member for Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou, I saw how hard he had worked, especially on the peace of the braves agreement and the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. I saw how diligently he had to work to solve such issues. I also realized that what was needed was a compassionate approach, not a theoretical one.
This man, whom I consider a friend, taught me that this privileged relationship, as the Liberal Party often calls it, needs to be cultivated. Every time we deal with indigenous languages in committee, I am struck by the heart-wrenching testimony that shows this goes well beyond a theory that language is important. We saw people who were suffering because their past and their roots had been erased, and their personalities and cultures had been bleached white by a centralizing government.
As the representative for the people of Longueuil—Saint-Hubert, I was shocked to see just how many open wounds the Truth and Reconciliation Commission was trying to heal. The commission attempted to set out a path for reconciliation.
We came to committee with this in mind, with the goal of working together congenially and collaboratively.
I mentioned the member for Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou today because his outstanding bill seeking to ensure that the laws of Canada are in harmony with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, Bill C-262, has stalled in the Senate. This is a very important bill because it would redefine our relationship with indigenous peoples, with those who are at the very core of this country, but partisan politics are holding it up in the Senate.
I will not call out those involved in the Senate, but it is quite shameful. Things need to get moving. They could use a little nudge to get things going and see them through. This bill would ensure that the government respects the rights of our indigenous peoples and that these rights would be enshrined in all of our bills.
Bill C-91 is by all accounts fundamental and extremely important to the reconciliation process. I understand perfectly just how valuable language is, and how culture is primarily carried through language. It is essential to everything. The situation looks precarious. During one of my visits to Kahnawake, Mr. Norton told me that the Mohawk language is in jeopardy. He said that he was committed to supporting the process. He wants to encourage people to take interest in this issue. Teaching people who are interested in learning these languages again will take several months or years. I therefore understand how important this is.
Also, I was very pleased that my colleagues from Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou and Desnethé—Missinippi—Churchill River supported me during the work on this bill and the study in committee. It is a sensitive topic that requires careful consideration. These are not routine laws. These laws have emotional consequences and will shape our relationship with these nations and the preservation of their culture.
People on the ground obviously saw and grasped the importance of this bill. They understood that public officials had tried to draft legislation that would meet their needs. I will try not to use provocative language. I will try not to make us out to be saintly know-it-alls. I just did it, but I apologize. I will try to put this delicately. If this bill is so important to the Liberal government, why are we only talking about it with five weeks left in the parliamentary session? Why is that? Is there a valid reason to explain why this bill was delayed until the very end of the parliamentary session?
The Standing Committee on Canadian Heritage is busy. The committee constantly deals with issues related to the cultural resilience of Quebec, first nations or the Innu people. Let me use a metaphor to describe what is going on here. The Liberals were thinking about where they stood. They realized that the parliamentary session was drawing to a close, and they decided that, given their meagre legislative agenda, they were not too busy to introduce some new bills. They figured it would be nice to do something about this issue. They thought they would look really stupid if they went four years without doing anything about it, so they threw a bill together at the last minute.
As my colleague rightly said, a major player, the Inuit Tapiriit Kanatami, says it is not satisfied and was not consulted. This bill is being shoved down their throats. It is tragic to see this holier-than-thou government pretending it has not just been sitting on its hands this whole time. Sadly, that is what happened.
This is critically important bill. It is unfortunate that it had to be rammed through since it still has many flaws and is far from perfect.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec ma collègue d'Edmonton Strathcona. Je vais essayer de rester constructif et positif, mais je dois dire que cela me hérisse au plus haut point de voir ce gouvernement se draper dans une espèce de sainteté divine. Cela m'exaspère. On dirait que les libéraux se croient au-dessus de tout commentaire ou apport constructif. Ils croient tout savoir, et c'est très agaçant. On le sent constamment dans leur ton. Je n'ai jamais senti cela auparavant. Lors de la dernière législature, avec les conservateurs, je n'ai jamais senti une telle arrogance. Les libéraux disent « we know best ». C'est tellement agaçant.
Je siège au Comité permanent du patrimoine canadien et ce sujet me tient à cœur. J'ai devant moi 17 amendements du NPD, qui n'ont pas été adoptés, évidemment, et je corrobore le fait que l'amendement dont parlait tout à l'heure mon collègue était parmi les plus constructifs et ouvrait des portes. Malheureusement, les libéraux croient avoir la science infuse quand vient le temps de présenter un projet de loi. On l'a vu d'ailleurs dans l'affaire SNC-Lavalin et lorsqu'ils ont ajouté cette petite ligne dans le projet de loi omnibus. C'était divin. Les libéraux doivent s'en mordre les doigts, car tout le Québec s'en plaint.
Pour parler du projet de loi C-91, je dois parler de mon vécu en tant que député à la Chambre. Je représente les gens de Longueuil—Saint-Hubert, alors bien évidemment, je tenais à défendre les intérêts des gens de chez nous, l'aérospatiale et notre tissu communautaire, mais surtout à trouver des solutions au fait que le tiers des enfants dans Longueuil—Saint-Hubert vivent dans une famille sous le seuil de la pauvreté. C'est un chiffre effarant dont on ne parle jamais.
Je vais parler de mon élection de 2011. Quand j'ai été élu, j'étais un citoyen normal de Longueuil qui avait une perception assez floue des questions relatives aux Premières Nations. Je suis arrivé ici avec le souci de défendre la distinction du Québec et de me battre contre le réchauffement climatique, mais franchement, les Premières Nations ne figuraient pas sur ma liste de préoccupations. De plus, je ne m'y connaissais pas en la matière.
On se souviendra qu'il est arrivé trop rapidement une course à la chefferie à la suite du décès de Jack Layton, et mon collègue le député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou faisait partie des candidats. À ce moment, beaucoup de gens de Longueuil—Saint-Hubert ont, comme moi, découvert un ambassadeur de la nation crie, qui fait aujourd'hui partie des gens qui se grattent la tête en se demandant si ce projet de loi sur les langues autochtones répond aux attentes.
Lorsque j'ai découvert mon collègue le député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou, j'ai constaté à quel point cet homme avait travaillé fort, notamment dans le cas de la Paix des Braves et de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. J'ai vu à quel point il fallait travailler en profondeur pour régler de telles questions. J'ai aussi réalisé qu'il ne fallait pas une approche théorique, mais sentie.
Cet homme, que je qualifie d'ami, m'a bien fait comprendre que la relation privilégiée dont on parle — on en parle souvent du côté du Parti libéral — a vraiment besoin d'être soignée. Cela m'a frappé, chaque fois que nous traitions des langues autochtones en comité, de constater à quel point les témoignages étaient bouleversants et allaient bien au-delà d'une théorie disant que la langue est importante. On voyait des gens qui souffraient d'avoir vu leur passé et leurs origines effacés et leur personnalité et leur culture blanchies à l'eau de javel par un gouvernement centralisateur.
En tant que représentant des gens de Longueuil—Saint-Hubert, ce fut pour moi un choc de constater l'ampleur des plaies encore ouvertes sur lesquelles la Commission de vérité et réconciliation a tenté de mettre un baume. Celle-ci a tenté de tracer le parcours de cette réconciliation.
Dans cette optique, nous sommes arrivés en comité avec l'approche la plus fraternelle et la plus collaborative possible.
Aujourd'hui, j'ai fait référence au député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou, parce que son fameux projet de loi C-262, qui vise à assurer l'harmonie des lois fédérales avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, est figé au Sénat. Cette loi est très importante, puisqu'elle redéfinirait notre relation avec les peuples autochtones, la racine même de ce pays, mais elle est immobilisée pour des raisons partisanes.
Je n'évoquerai pas les équipes en jeu au Sénat, mais c'est manifestement honteux. Il faut que cela bouge. Il faudrait donner un bon coup de bâton de baseball pour remuer un peu les choses, pour les faire aboutir. Le projet de loi ferait qu'on respecterait les droits de nos peuples autochtones et qu'on les enchâsserait dans chacun de nos projets de loi.
Le projet de loi C-91 est, de toute évidence, fondamental et extrêmement important sur le plan du processus de réconciliation. Je comprends parfaitement à quel point la langue est précieuse et qu'elle est le véhicule premier d'une culture. Tout passe par là. Quand on regarde la situation, on y voit le danger. Lors de l'une de mes visites à Kahnawake, M. Norton m'a expliqué à quel point la langue mohawk était en péril. Il m'a expliqué que c'était un processus qu'il tenait à soutenir. De plus, il veut encourager les gens à s'y intéresser. Réapprendre toutes ces langues aux gens qui s'y intéressent est un engagement de plusieurs mois, de plusieurs années. Je comprends donc l'importance de la chose.
De plus, j'étais très heureux que mes collègues d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou et de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill me soutiennent lors du travail sur ce projet de loi et de l'étude en comité. C'est un domaine délicat, dans lequel on ne peut pas improviser. Ce ne sont pas des lois courantes, ce sont des lois qui ont des conséquences émotives et qui vont sculpter notre relation et la pérennité de la culture de ces nations.
Évidemment, on a constaté et compris sur place l'importance de ce projet de loi. On comprend que les fonctionnaires ont cherché à élaborer un texte législatif qui allait satisfaire les besoins. Je vais essayer de ne pas utiliser de mots qui provoqueraient des réactions. Je vais essayer de ne pas prétendre que nous sommes des saints et que nous avons la science infuse. Je viens de le faire, mais j'en suis désolé. Je vais essayer de le dire délicatement. Si ce projet de loi est si important pour le gouvernement libéral, comment se fait-il qu'on en parle cinq semaines avant la fin de la session parlementaire? Comment peut-on expliquer cela? Y a-t-il une raison valable expliquant pourquoi on a repoussé cela à la toute fin de la session parlementaire?
Les membres du Comité permanent du patrimoine canadien sont occupés. Au comité, nous traitons constamment d'enjeux liés à la résilience culturelle du Québec, des Premières Nations ou des Innus. Je vais décrire notre processus en utilisant l'image suivante. On s'est demandé où on en était, on s'est dit que la session parlementaire allait bientôt prendre fin et on s'est dit que, vu la pauvreté du programme législatif, on n’était pas trop occupé pour présenter de nouvelles lois. On s'est donc dit que ce serait plaisant de faire quelque chose à ce sujet. On s'est dit qu'on aurait vraiment l'air idiot si on n'avait rien fait à ce sujet en quatre ans. On présente donc n'importe quoi.
Comme mon collègue l'a bien dit, un joueur majeur, l'Inuit Tapiriit Kanatami, dit ne pas être satisfait et ne pas avoir été consulté. Il faut avaler des couleuvres. C'est pitoyable de voir qu'il ne faudrait surtout pas que le prétendu gouvernement sanctifié puisse démontrer qu'il s'est assis sur ses mains. Or c'est malheureusement le cas.
C'est un projet de loi fondamental et très précieux. C'était donc dommage de voir à quel point il a fallu précipiter son étude, puisqu'il est très imparfait et qu'il contient toujours des échardes.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his appreciation for everything one discovers about indigenous, Innu and Métis issues when one becomes a member of Parliament. That having been said, I certainly do not want to understate the complexity of the task. It is true that it is very complex.
However, the fact remains that it is very frustrating for the members of the Standing Committee on Canadian Heritage to all of a sudden be told that this is a government priority that is way behind schedule and that the committee needs to conduct a pre-study of the bill. We did that with as open an attitude as possible, but the government did not really co-operate.
I understand that this is a complex issue. There is no doubt about that. That being said, we need to all work together. The Liberals may have tried to work as much as possible with all those involved, but they certainly did not try to work with us.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son appréciation de l'ampleur des découvertes qu'on fait quand on siège au Parlement relativement aux questions touchant les peuples autochtones, innus et métis. Dans ce contexte, je ne voudrais surtout pas donner l'impression que je néglige l'ampleur de la complexité de la tâche. C'est vrai qu'elle est complexe.
Toutefois, force est d'admettre qu'il est frustrant pour les membres du Comité permanent du patrimoine canadien de se faire dire que c'est soudainement une priorité du gouvernement, qui est très en retard, et qu'il faut faire une étude préliminaire du projet de loi. Nous l'avons faite avec l'attitude la plus ouverte possible, mais il n'y a pas eu beaucoup de collaboration du gouvernement.
Je comprends que c'est un dossier complexe, il n'y a pas de doute là-dessus. Cela dit, nous devons travailler tous ensemble. Les libéraux ont peut-être essayé de travailler le plus possible avec tous les gens impliqués, mais pas avec nous, en tout cas.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague.
I admire the fact that he is able to speak the language of some of his constituents. It is a language that is all the more important because it is on the verge of extinction.
He is absolutely right. I should even have talked about how no money has been set aside to ensure the sustainability of such a program. Members will also recall that many people are rightly opposed to the fact that the commissioner in question is not required, by definition, to come from an indigenous community. My colleague is right to point out how important that is, since there are only 50 people left who speak the language. That is outrageous, and it is all happening right before our eyes.
We have a number of institutes that deal with archeology and studying the past, but if we do not want our indigenous languages to become a thing of the past, then we need to ensure their survival.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue.
J’admire le fait qu’il soit en mesure de parler la langue de certains de ces concitoyens. C’est une langue si précieuse qui est sur le point de disparaître, ce qui la rend encore plus précieuse.
Il a tout à fait raison. J’aurais même dû parler, dans mon allocution, du fait qu’il n’y a pas de sommes réservées pour la pérennité d’un tel programme. On se rappellera aussi que beaucoup de gens contestent, à juste titre, le fait que le commissaire en question n’est pas, par définition, issu des communautés autochtones. Il a raison de dire à quel point c’est important, alors qu'il ne reste que 50 locuteurs de la langue en question. C’est effarant. Cela se passe sous nos yeux.
Nous avons de nombreux d’instituts qui parlent d’archéologie, mais si nous ne voulons pas que nos langues autochtones relèvent de l’archéologie, il faut les garder vivantes.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I am sincerely grateful to my colleague from Bow River for his speech and his contributions to the Standing Committee on Canadian Heritage, particularly in the case of this study. Unlike me, he has a direct connection to these people and their reality. He has often spoken on behalf of communities affected by this bill.
I second what he said about the importance of this bill. I share his disappointment in the Liberals' grand consultation, which was supposed to take care of everything and happened a lot faster than expected.
For years, our wonderful Liberal government sat back and did nothing. Now, all of a sudden, right before the election, the government thinks it is time to take meaningful action. Does my colleague not find that despicable? The government says everything is as it should be and wants us all to support the bill.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier sincèrement mon collègue de Bow River de son discours et de sa participation au Comité permanent du patrimoine canadien, particulièrement dans le cas de cette étude. Contrairement à moi, il est en prise directe avec la réalité de ces gens. Il s'est souvent fait le porte-voix des communautés touchées par ce projet de loi.
Je corrobore ce qu'il disait concernant l'importance de ce projet de loi. Je partage la déception qu'il a exprimée quant à la grande consultation divine des libéraux, qui a été pas mal plus rapide que prévu.
Ne trouve-t-il pas cela odieux que le saint gouvernement libéral se soit croisé les bras pendant des années et que, tout d'un coup, juste avant les élections, il dise qu'il faudrait faire quelque chose de significatif? Le gouvernement veut que nous appuyions tous le projet de loi en disant que tout est correct.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, Quebec's culture and communications minister wrote to our Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism to share his concerns about the crisis at Telefilm Canada.
As a side note, I hope that the minister will allow the Standing Committee on Canadian Heritage to support my motion today to call Telefilm Canada before the committee.
Since last week, CTVM.info and all major media outlets have been reporting about how much the cultural community needs a strong, tuned-in Telefilm Canada. The Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism promised to act this week.
It is already Thursday, so does he have some good news to announce about our cultural scene, for once?
Monsieur le Président, le ministre de la Culture et des Communications du Québec a écrit à notre ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme pour lui faire part de ses inquiétudes quant à la crise chez Téléfilm Canada.
En passant, j'espère qu'aujourd'hui, le ministre va permettre au Comité permanent du patrimoine canadien d'appuyer ma motion afin de convoquer Téléfilm Canada en comité.
Les faits sont connus depuis la semaine dernière, CTVM.info et tous nos grands médias ont rappelé à quel point le milieu culturel a besoin d'un Téléfilm Canada à l'écoute et en santé. Le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme a promis d'agir cette semaine.
A-t-il, pour une fois, de bonnes nouvelles à annoncer relativement à notre culture, puisque c'est aujourd'hui jeudi?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, if you seek it, I think you will find the unanimous consent of the House for the following motion: that the House of Commons (a) acknowledge the concerns of the Government of Quebec about the budget situation at Telefilm Canada; (b) recognize, as La Presse noted yesterday, that without Telefilm and its operating budget, Quebec cinema and artists such as Xavier Dolan would not have had as much international success; (c) note the outrage of the film industry over the dismissal of some of the leadership at Telefilm; (d) call on the government to resolve the crisis, act swiftly to secure funding for francophone cinema for 2019-20, and ensure that films in production in the coming months are not jeopardized.
Monsieur le Président, j'espère que vous pourrez constater qu'il y a consentement unanime de la Chambre pour la motion suivante: que la Chambre des communes a) reçoit les inquiétudes du gouvernement du Québec au sujet de la situation budgétaire à Téléfilm Canada; b) reconnaît, comme le notait La Presse hier, que c'est beaucoup grâce à Téléfilm et à son fonctionnement budgétaire si le cinéma du Québec et des artistes comme Xavier Dolan ont pu autant rayonner sur la scène internationale; c) constate l'indignation du milieu du cinéma après le congédiement d'une partie de la direction de Téléfilm; d) demande au gouvernement de résoudre la crise, d'agir rapidement pour assurer le financement du cinéma francophone pour 2019-2020 et de garantir que les tournages des prochains mois ne seront pas menacés.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, the crisis at Telefilm Canada and the abrupt dismissal of Michel Pradier, Roxane Girard and Denis Pion are causing dismay in the film industry, especially in Quebec.
With the Liberals' lack of leadership on the web giant issue already creating serious concerns, we certainly do not need them taking dangerously rash actions like this one. This will further undermine our industry, which is more vulnerable than ever right now.
Will the minister commit to releasing emergency financial support to defuse this crisis, which has left many projects in limbo?
Monsieur le Président, la crise à Téléfilm Canada et les mises à pied grossières de Michel Pradier, Roxane Girard et Denis Pion suscitent la consternation dans le milieu de la production cinématographique, et particulièrement au sein de l'industrie québécoise.
Avec toutes les inquiétudes créées par le manque de leadership des libéraux dans le dossier des géants du Web, on n'a surtout pas besoin d'improvisation dangereuse comme celle-là, car cela va affaiblir encore davantage notre industrie. On est vraiment plus vulnérable que jamais actuellement.
Le ministre va-t-il s'engager à sortir des mesures financières d'urgence pour colmater cette crise, qui paralyse maintenant de nombreux projets?
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise. I really want to say what a privilege it was to work with my colleague during the committee's study of this bill.
As the member for Longueuil—Saint-Hubert, I came to Ottawa with certain beliefs and goals with respect to various issues. I discovered just how dysfunctional the relationship with indigenous peoples is. Major changes are needed.
I noticed how irritated my colleague was that the government again chose a regrettably paternalistic approach in the lead-up to passing a consequential bill, not to mention the Truth and Reconciliation Commission of Canada's calls to action. Parliamentarians must look to the wisdom and experience of this leader and her community, for they are intimately familiar with the reality of these people. That is why I would like to hear my colleague's thoughts on this.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole. Je trouve que c'est très important de rappeler que c'était un privilège de travailler avec ma collègue à ce projet de loi, lors de l'étude en comité.
En tant que député de Longueuil—Saint-Hubert, je suis arrivé à Ottawa avec des convictions et des objectifs de représentation en ce qui a trait à différents enjeux. J'ai découvert à quel point la relation avec les peuples autochtones était gravement malade. On doit y apporter des changements majeurs.
J'ai pu percevoir l'irritation de ma collègue devant une approche, encore une fois, tristement paternaliste de la part du gouvernement, alors que l'adoption d'un projet de loi structurant et important est attendue, sans compter les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Les parlementaires ne devraient jamais se priver de l'expérience, du vécu de cette leader et de sa communauté, qui en connaît un lot sur la réalité de ces gens. C'est pourquoi j'aimerais entendre ma collègue là-dessus.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, this morning, the government released its youth policy, which astonishingly announces that “[y]outh are conscious of the negative impacts climate change has” and that they “want to see further immediate action”. It is about time the government noticed, seeing as 150,000 young people have taken to the streets of Montreal demanding action.
In London, the U.K. Parliament wasted no time declaring a climate emergency earlier this week. Canada is asleep at the switch. It is true.
Six months ago, I urged all the parties to come together to implement emergency climate measures without further delay.
Now that their own report says it is important to listen to youth, will the Liberal Party finally sit down with all the other parties so we can work together to fight climate change?
This is urgent. Let's go.
Monsieur le Président, ce matin, le gouvernement a publié sa politique jeunesse, qui nous apprend — c'est incroyable — que « [l]es jeunes sont conscients des impacts potentiels des changements climatiques [...] Ils veulent [que] d’autres mesures immédiates soient prises [...] » Il était temps qu'il s'en rende compte: ils étaient 150 000 jeunes dans les rues de Montréal pour demander que ça bouge.
À Londres, le Parlement n'a pas niaisé: il a adopté une déclaration d'urgence climatique au début de la semaine. Au Canada, on dort au gaz, et c'est vrai.
Il y a six mois, j'ai invité tous les partis à s'entendre pour adopter, ensemble, immédiatement, des mesures d'urgence pour le climat.
Maintenant que son propre rapport dit qu'il faut écouter les jeunes, est-ce que le Parti libéral va finir par s'asseoir avec tous les partis pour qu'on travaille ensemble contre le réchauffement climatique?
Ça urge, let's go!
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I would like to draw attention back to the question posed by my colleague from Kitchener. He was absolutely right to bring up SNC-Lavalin.
This kind of procedure will rush the bill through the House of Commons. However, the government has presented a budget and an omnibus bill that includes everything but the kitchen sink. When the government tries to pass measures without anyone knowing, it thinks it knows better than everyone, that it knows all the answers. The government came up with a haphazard solution to the SNC-Lavalin problem. The Liberals figured that they would tinker with the legislation a little and it would work. It did not work considering the mess that you and those who live in Quebec are now dealing with.
The government is coming up with solutions in secret and is not presenting them to the 338 members of the House in order to take advantage of their expertise in finding solutions.
I would like to know whether the Minister of Finance will answer my colleague from Kitchener.
Can the government assure us that there will not be any more mistakes, aberrations, serious errors and serious consequences for all Canadians and for you as a government like we saw with the improvised line regarding SNC-Lavalin?
The government is irresponsibly improvising because it thinks it knows everything.
Monsieur le Président, j'aimerais ramener l'attention sur la question de mon collègue de Kitchener. Il a tout à fait raison d'évoquer l'enjeu de SNC-Lavalin.
Lorsqu'on entreprend ce genre de procédure, on précipite les affaires devant la Chambre législative et on présente un budget et un texte de loi omnibus qui inclut un million de choses et leur contraire. Quand le gouvernement fait cela dans l'invisibilité, il pense qu'il sait tout mieux que tous et qu'il a la science infuse. Il improvise donc une solution à deux cennes à propos du problème de SNC-Lavalin. Les libéraux se sont dit qu'ils allaient inventer une petite affaire législative et que cela allait fonctionner. Cela n'a pas fonctionné, considérant les dégâts que vous vivez et ceux qu'on vit au Québec.
Le gouvernement invente des solutions dans un recoin, et il ne les soumet pas à l'expertise des 338 députés de la Chambre qui pourraient contribuer à trouver une solution.
J'aimerais savoir si le ministre des Finances va finir par répondre à mon collègue de Kitchener.
Peut-on s'assurer qu'il n'y aura pas encore des coquilles, des monstruosités, de graves erreurs et de graves conséquences pour tous les Canadiens et pour vous en tant que gouvernement, comme on l'a vu avec la petite ligne improvisée concernant SNC-Lavalin?
Le gouvernement improvise de façon irresponsable et pense qu'il a la science infuse.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for his speech.
I cannot help but respond when I hear the member for Winnipeg North say that Canadians chose to put an end to austerity. There is a huge difference between austerity and the deficit-palooza we have been experiencing ever since. It is pathetic and completely irresponsible. I agree with my colleague from Durham on that.
Obviously, I understand that he is concerned about workers at the GM plant in Oshawa. There is no long-term vision to try to keep those big plants here in Canada, to open more plants, and to manufacture models of the future rather than models that are going to be discontinued. Could we build vehicles of the future that would sell well and ensure that jobs are not lost in this industry?
I would like to ask my colleague whether he noticed any hidden or dangerous measures when he pored over this bill. That is the challenge that we, as parliamentarians, have to face. We need to go over this phone-book-sized bill with a fine-tooth comb to make sure we do not miss anything, but we do not have time for that. As a result, the last omnibus bill contained a ridiculous, half-baked measure on SNC-Lavalin and now we are seeing the terrible impact that is having on Quebec, jobs and engineering in Canada. It also created a huge scandal that is going to hurt the Liberals in the next election. It serves them right.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Je ne peux m'empêcher de réagir quand j'entends le député de Winnipeg-Nord dire que les Canadiens ont choisi la fin de l'austérité. Il y a quand même une marge gigantesque entre l'austérité et le deficitalooza dans lequel on est depuis toujours. C'est pitoyable et complètement irresponsable. Je partage le point de vue de mon collègue de Durham là-dessus.
Évidemment, je comprends très bien qu'il se soucie des travailleurs de l'usine de GM à Oshawa. Il n'y a pas de vision à long terme pour essayer de garder ces grandes usines chez nous, d'en avoir plus et de fabriquer des modèles d'avenir, par exemple, au lieu de fabriquer des modèles de fin de série. Peut-on fabriquer des véhicules d'avenir qui seront promis à de belles ventes et qui assureront la pérennité des emplois dans ce domaine?
J'aimerais précisément demander à mon collègue s'il a vu, en fouillant dans cet énorme projet de loi avec sa pelle et sa faux, quelque chose de caché et de dangereux. C'est le défi qu'on nous impose à nous, les parlementaires: nous devons passer au peigne fin un bottin gigantesque pour ne rien manquer. Or nous n'en avons pas le temps. Ce que cela a donné dans le cas du dernier projet de loi omnibus, c'est une espèce d'improvisation débile sur SNC-Lavalin, avec les conséquences épouvantables qui s'ensuivent pour le Québec, les emplois et l'ingénierie au Canada, ainsi qu'un gros scandale qui va nuire aux libéraux à la prochaine élection. C'est bien fait pour eux.
View Pierre Nantel Profile
Ind. (QC)
Mr. Speaker, I know that the Parliamentary Secretary to the Minister of Environment and Climate Change often talks about how high a priority this is for him. However, when we look at the current situation, the budget or just the headlines, it is clear that there is a disconnect, from a financial point of view. It is valid to bring up deficits, but the most urgent issue is climate warming. One province, Alberta, has based its economy on oil production. What is the government going to do to come up with some kind of social licence, and what efforts will be made to limit greenhouse gas emissions? These things will not happen overnight. Oil is to Alberta what potatoes are to Prince Edward Island. I can see why they are scratching their heads, saying they cannot stop production because it would bring their economy to a halt.
How does the government plan to convince Albertans to accept help from across Canada in order to migrate to some other basis for their economy? What is it suggesting? It sounds like it is going to take 200 years to meet our targets. That is pathetic.
Monsieur le Président, je sais que le secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique dit souvent à quel point il trouve que c’est une priorité. Toutefois, quand on regarde la situation actuelle, le budget ou simplement les manchettes des journaux, force est de constater qu’il y a un décalage, du point de vue financier. C’est tout à fait pertinent de parler des déficits, mais ce qui est le plus urgent, c’est le réchauffement climatique. Une province, l’Alberta, a fondé son économie sur la production du pétrole; que va faire le gouvernement pour trouver une forme d’acceptabilité sociale et quels efforts seront faits pour limiter les émissions de gaz à effet de serre? Cela ne se fera pas en criant ciseau! Le pétrole est à l’Alberta ce que les patates sont à l’Île-du-Prince-Édouard. Je les comprends de se gratter la tête en disant qu’il ne faut pas essayer d’arrêter leur production, leur économie.
Que propose le gouvernement pour convaincre les Albertains d’accepter de l’aide qui arriverait de partout au Canada et qui leur permettrait de migrer vers autre chose pour leur économie? Qu’est-ce qu’on propose? En effet, on dirait bien que cela va prendre 200 ans pour atteindre nos objectifs. C’est bien pitoyable.
Results: 31 - 45 of 444 | Page: 3 of 30

|<
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data