Interventions in Committee
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
Graham Fraser
View Graham Fraser Profile
Graham Fraser
2016-06-08 16:35
Thank you, Mr. Chair.
Yesterday morning I submitted my special report, “Air Canada: On the road to increased compliance through an effective enforcement regime”, to the offices of the Speakers of the Houses of Commons and the Senate. The report describes the means used by me and my predecessors to ensure that Air Canada fully complies with its language obligations under the Official Languages Act.
It also contains options for Parliament to modernize the enforcement scheme for Air Canada. I reiterate that certain legal voids must be filled that have persisted since Air Canada was restructured in 2003-2004.
Finally, the report contains a single recommendation to Parliament, that this report be referred to one of the two standing committees on official languages for study.
Created by Parliament in 1937, Air Canada has always been a symbol of Canadian identity because it was built with public funds and because it has Canada in its name and the maple leaf on its logo.
Air Canada has been subject to the entire Official Languages Act for nearly 50 years, first as a crown corporation under the 1969 Official Languages Act and then under section 10 of the Air Canada Public Participation Act after the airline was privatized in 1988.
Since its privatization, Air Canada has gone through many financial and commercial transformations. However, as a national airline that was built with public funds, Air Canada must reflect the bilingual nature of the country and continue to meet its official languages obligations.
After 10 years as Commissioner, I believe it is important to provide an overview to Parliament of the ongoing problem regarding Air Canada's compliance with the Official Languages Act.
Of all the institutions subject to the act, Air Canada is, and has always been, among those that generate the largest number of complaints processed every year by the Office of the Commissioner of Official Languages. With respect to the public, a number of investigations showed that in-flight and ground services are not always of equal quality in both official languages at all points of service and on all bilingual routes.
Despite the passing years and repeated interventions by successive commissioners of official languages, the situation has not changed much. Some of those infractions involve routes where providing bilingual services would seem to be obvious, like Montreal-Bathurst or Toronto-Quebec City.
After hundreds of investigations and recommendations, after an in-depth audit and after two court cases—including one that went to the Supreme Court of Canada—the fact remains that my numerous interventions, like those of my predecessors, have not produced the desired results.
From 2005 to 2011, four successive bills were introduced to resolve the application issues caused by Air Canada's restructuring in 2003-04. Unfortunately, all of them died on the Order Paper.
This is only the second time in the history of the Office of the Commissioner of Official Languages that a commissioner has submitted a special report to Parliament. I believe that this issue is important enough to be considered independently of my annual report, and I wanted to provide parliamentarians with a full account of our persistent efforts over many years. This is not a single-year issue. I also had many other matters to address in my annual report, including two important recommendations to government.
I think it is now no longer enough to make recommendations following investigations or audits, nor is it enough to report on Air Canada's compliance in annual reports to Parliament. This special report is the last tool I have at my disposal, which is why I submitted it to Parliament today. It's now up to Parliament to make the necessary legislative changes. The status quo is not working.
I therefore recommend that Parliament refer this special report for study on a priority basis to one of the two standing committees on official languages. In the report, I propose different options to modernize the enforcement scheme for Air Canada in order to help guide official languages parliamentary committees in their examination of this report.
In particular, the Air Canada Public Participation Act must be amended in order to uphold the language rights of the travelling public and Air Canada employees in the airline's current structure, and enforcement of the Official Languages Act must be strengthened in order to improve Air Canada's compliance.
Air Canada says that its obligations under the Official Languages Act put it at a disadvantage compared to its competitors. Air Canada believes that the solution is to make the act applicable to all airlines.
In my view, a better indicator of success would be a more effective enforcement scheme for the act that is better adapted to Air Canada's reality. However, despite our disagreements, Air Canada and I are in agreement on one thing: the government should act.
As I near the end of my time in office, I think it is important to bring this issue to Parliament's attention and to propose possible solutions. It is now up to parliamentarians to address the issue.
This special report clearly demonstrates that despite the interventions of the commissioners of official languages since 1969, the problems persist.
Therefore, I ask that the government make this a high priority in order to protect the language rights of the travelling public and Air Canada employees.
Thank you.
I would be happy to answer any questions you may have.
Merci, monsieur le président.
J'ai fait remettre hier matin au bureau du Président de la Chambre des Communes et à celui du Sénat mon rapport spécial En route vers une conformité accrue d'Air Canada grâce à un régime d'exécution efficace. Le rapport décrit les moyens que mes prédécesseurs et moi avons pris pour nous assurer qu'Air Canada applique pleinement les obligations linguistiques découlant de la Loi sur les langues officielles.
Il contient également des options permettant au Parlement de moderniser le régime d'exécution applicable à Air Canada. Je réitère la nécessité de combler certains vides juridiques qui perdurent depuis la restructuration d'Air Canada en 2003-2004.
Finalement, le rapport contient une seule recommandation adressée au Parlement, laquelle vise à ce que le rapport soit confié pour étude à l'un des deux comités permanents des langues officielles.
Créée par le Parlement en 1937, Air Canada a toujours été perçue comme un symbole de l'identité canadienne, d'une part, parce qu'elle a été bâtie à même les deniers publics, et d'autre part, parce qu'elle porte le nom de notre pays et l'emblème de la feuille d'érable.
La société est assujettie depuis près de 50 ans à I'ensemble de la Loi sur les langues officielles, d'abord à titre de société d'État en vertu de la Loi sur les langues officielles de 1969, puis en vertu de l'article 10 de la Loi sur la participation publique au capital d'Air Canada, lors de sa privatisation en 1988.
Depuis sa privatisation, Air Canada a subi de nombreuses transformations sur les plans financier et commercial. Cependant, en tant que transporteur aérien national qui a été bâti à même les revenus de l'État, Air Canada se doit de refléter le caractère bilingue du pays et de continuer à respecter ses obligations en matière de langues officielles.
Après 10 ans en tant que commissaire, il me paraît important de faire état du problème récurrent que constitue le niveau de conformité d'Air Canada à la Loi sur les langues officielles, et d'attirer l'attention du Parlement sur cette question.
Parmi les institutions assujetties à la Loi, Air Canada a toujours été, et demeure, l'une de celles qui font l'objet du plus grand nombre de plaintes annuellement traitées par le Commissariat aux langues officielles. En matière de service au public, plusieurs de nos enquêtes ont montré que les services en vol et au sol ne sont pas toujours de qualité égale dans les deux langues officielles à tous les points de service et pour tous les trajets bilingues.
Ainsi, malgré les années et les interventions répétées des commissaires aux langues officielles successifs, la situation a peu évolué. Certaines de ces infractions concernent des trajets au cours desquels offrir un service bilingue semble l'évidence même, comme Montréal-Bathurst ou Toronto-Québec.
Après des centaines d'enquêtes et de recommandations, après une vérification exhaustive et après deux recours, dont l'un jusqu'en Cour suprême du Canada, force est de constater que mes multiples interventions, tout comme celles de mes prédécesseurs, n'ont pas donné les résultats souhaités.
De 2005 à 2011, quatre projets de loi successifs ont tenté de résoudre les problèmes d'application engendrés par la restructuration d'Air Canada en 2003-2004. Malheureusement, tous sont morts au Feuilleton.
Ce n'est que la seconde fois dans l'histoire du Commissariat qu'un commissaire aux langues officielles dépose un rapport spécial au Parlement. J'ai jugé cette question suffisamment importante pour qu'elle soit traitée séparément de mon rapport annuel. De plus, je voulais exposer clairement aux parlementaires nos efforts constants et multiples depuis de nombreuses années. II ne s'agit pas d'un enjeu exclusif à cette année. Je devais également faire état de nombreux autres sujets dans le cadre de mon rapport annuel, y compris deux recommandations importantes au gouvernement.
Je suis d'avis qu'aujourd'hui, il ne suffit plus de faire des recommandations au terme d'enquêtes et de vérifications ni de rapporter le degré de conformité d'Air Canada dans les rapports annuels déposés au Parlement — d'où la nécessité de déposer au Parlement ce rapport spécial, qui est le dernier outil dont je dispose. II revient maintenant au Parlement d'apporter les changements législatifs nécessaires. Le statu quo ne fonctionne pas.
Par conséquent, je recommande au Parlement de confier l'étude de ce rapport spécial, de façon prioritaire, à l'un des deux comités permanents des langues officielles. J'y propose différentes options pour moderniser le régime d'exécution applicable à Air Canada qui pourront guider les comités des langues officielles dans leur examen du rapport.
Il faudrait notamment modifier la Loi sur la participation publique au capital d'Air Canada afin de maintenir les droits linguistiques du public voyageur et des employés d'Air Canada dans la structure actuelle de la société, et renforcer le régime d'exécution de la Loi sur les langues officielles afin d'assurer une meilleure conformité d'Air Canada à la Loi.
Selon Air Canada, ses obligations en vertu de la Loi sur les langues officielles la désavantagent par rapport aux autres transporteurs aériens concurrents. La solution serait donc, d'après elle, d'assujettir l'ensemble des transporteurs aériens à la Loi.
Pour ma part, mon expérience me porte à croire qu'un régime d'exécution de la Loi plus vigoureux et mieux adapté à la réalité d'Air Canada serait un meilleur gage de succès. Toutefois, malgré nos différends, Air Canada et moi sommes d'accord sur un point: le gouvernement doit agir.
Avant de quitter mes fonctions à titre de commissaire, il me semble important de porter ce problème à l'attention du Parlement et d'établir des pistes de solution. II revient maintenant aux parlementaires de se pencher sur ce dossier.
Ce rapport spécial démontre clairement que, malgré les interventions des commissaires aux langues officielles depuis 1969, les problèmes persistent.
Je demande donc au gouvernement d'accorder à ce dossier une très haute priorité afin de protéger les droits linguistiques du public voyageur et des employés d'Air Canada.
Je vous remercie.
C'est avec plaisir que je répondrai maintenant à vos questions.
Result: 1 - 1 of 1