Interventions in Committee
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Hello, everyone. I am pleased to be meeting you today.
Colonel Maurais, I too was very impressed by what you said. In today's secular society, we rarely talk about the spiritual aspect and the need for all individuals to believe or not believe. I liked what you said about also serving non-believers. I myself served in the army, where I met other young people who did not believe in anything in particular, but what we did all believe in was loving and serving our country, and I think that is fantastic. Thank you so much for what you are doing.
By the by, I just want to mention that the chaplain of the 6th Field Artillery Regiment is a great chaplain.
Ms. McIntyre, I sat on the committee in 2015 and 2016. Even back then, we were already studying all the obstacles that Canadian Armed Forces members face in transitioning to civilian life. Both the national defence ombudsman and the veterans ombudsman told us it was time to take action and stop carrying out studies on this issue.
Given all your years of experience in this field, Ms. McIntyre, why do you think we are still having trouble eliminating transition barriers? We can assume it is not merely, or necessarily, a question of public policy or money. If that is indeed the case, and it is not a question of public policy, money, or respect, what is it? What is still blocking the way today? Why can't we ensure a harmonious transition?
Merci, monsieur le président.
Bonjour à tous, je suis heureux de vous rencontrer aujourd'hui.
Colonel Maurais, moi aussi, j'ai été très impressionné par vos propos. Dans notre société laïque contemporaine, on discute rarement de l'aspect spirituel et de la nécessité pour tous les individus de croire ou de ne pas croire. J'ai bien aimé quand vous avez dit que vous accompagnez aussi les gens qui ne croient pas. Ce qui est fantastique, c'est que j'ai fait partie de l'armée où j'ai rencontré d'autres jeunes qui ne croyaient pas en quoi que ce soit, mais nous croyions tous en la patrie et au service de la nation. Merci beaucoup de ce que vous faites.
En passant, l'aumônier au 6e Régiment d'artillerie de campagne est un excellent aumônier, sachez-le.
Madame McIntyre, je siégeais au Comité en 2015 et en 2016 et déjà, à cette époque, nous étudiions tous les obstacles en ce qui a trait à la transition des militaires des Forces armées canadiennes vers la vie civile. Autant l'ombudsman de la Défense nationale et des Forces canadiennes que l'ombudsman des vétérans nous ont dit qu'il était temps d'agir et d'arrêter de mener des études à cet égard.
Compte tenu de toutes vos années d'expérience dans le domaine, madame McIntyre, pourquoi pensez-vous que, encore aujourd'hui, nous ayons des difficultés à abolir les obstacles à la transition? Nous pouvons croire que ce n'est pas seulement ou nécessairement une question de politique publique ou d'argent. Si c'est bien le cas, et que ce n'est pas une question de politique publique, d'argent ou de respect, qu'est-ce que c'est, alors? Qu'est-ce qui bloque encore aujourd'hui, pourquoi ne peut-il y avoir de transition harmonieuse?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
In your work, do you think that the current or former governments, whichever, and senior officials are communicating or have communicated with you as an expert, to seek your advice on how to improve the transition? Have you been asked to share your thoughts?
Dans l'exercice de votre rôle, est-ce que le présent gouvernement ou l'ancien, peu importe, et les instances exécutives communiquent, ou ont communiqué, avec vous en tant qu'experte afin de vous demander conseil en vue d'améliorer la transition? Êtes-vous appelée à faire part de ce à quoi vous croyez?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Ms. McIntyre, I have another question for you.
In the United States, unless I am mistaken, the burden of proof is reversed. If someone has a psychological or physical problem, it's up to the U.S. government to prove that it is not real.
Madame McIntyre, j'ai une autre question à vous poser.
Aux États-Unis, à moins que je ne me trompe, le fardeau de la preuve est inversé. Si quelqu'un a un problème psychologique ou physique, c'est le gouvernement américain qui doit prouver que ce n'est pas vrai.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Does it work the opposite way in Canada? Is it the soldier who has to prove to the state that he or she has a problem?
Est-ce que, au Canada, cela fonctionne inversement? Est-ce le militaire qui doit prouver auprès de l'État qu'il a un problème?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Yes. Is it up to the soldier to prove that he or she is injured or sick?
Oui, est-ce le devoir du militaire de prouver qu'il est blessé ou malade?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
That's right, it's recognized systematically.
C'est vrai, c'est reconnu systématiquement.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
It seems to me that I've read more than once that in the United States, the burden of proof is completely reversed. What are your thoughts on that?
J'ai lu plusieurs fois, il me semble, qu'aux États-Unis, le fardeau de la preuve est complètement inversé. Qu'en pensez-vous?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
I have 20 seconds left.
Colonel, the table at the end of your brief says that a distressed person believes life has no meaning or purpose. I do not quite agree with that. The philosophers Camus, Schopenhauer, and Nietzsche said life has no meaning, yet they had a very positive world view. It's possible to believe that life has no meaning and still be happy. I just wanted to make that comment.
Many thanks to you all.
Il me reste 20 secondes.
Colonel, dans le tableau que vous présentez à la fin de votre mémoire, il est écrit qu'une personne en détresse considère que la vie n'a pas de sens ni aucun but. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cela. Les philosophes Camus, Schopenhauer et Nietzsche disaient que la vie n'a aucun sens. Ils avaient pourtant une très belle vision du monde. C'est possible de croire que la vie n'a aucun sens et d'être une personne heureuse. Je voulais simplement faire ce commentaire.
Merci beaucoup à vous tous.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Madam Northey, the last five minutes were really interesting because, for a few weeks on this committee, we talked about the fact that before it took one year, and now it takes 16 weeks. You said that weeks are important in the waiting time for the approval or disapproval of benefits. You said it's important to calculate the outcomes and the expectations of results, but it's not necessarily what should be looked at first. That's very interesting, because it's like we're stepping out of the paradigm right now.
You said that the most important thing is to see if the expectations of the veterans—in this case it's veterans—are satisfied. But again I feel that's not the goal of the ministry, and maybe it should be looking at what's going on right now. I don't think they're trying to satisfy the expectations of veterans, but trying to satisfy the way the state wants to deal with veterans.
That was just an aside.
About the Legion, sir, I was at the 46th congress of the Legion in Newfoundland this weekend. I was talking to a lot of commanders in the province and everything. They are also getting sick and tired of civilians in the Legion. They say good things about that, of course, but they feel that civilians have turned the Legion into a social club to fill in times when they're bored, more than an organization for getting together and talking about problems that are realized and things of that sort.
I simply want to tell you that some officials in the Legion feel the same way as you do about the Legion.
Madame Northey, les cinq dernières minutes étaient très intéressantes, parce que nous avons parlé pendant quelques semaines au Comité que cela prenait auparavant un an, alors que cela prend maintenant 16 semaines. Vous avez dit que les semaines étaient importantes lors de la période d'attente avant d'approuver ou de refuser d'accorder des avantages. Vous avez également affirmé qu'il était important de déterminer les résultats et les attentes en la matière, mais ce n'est pas nécessairement ce qui devrait être examiné en premier. C'est très intéressant, parce que j'ai l'impression que la mentalité évolue actuellement.
Vous avez mentionné que le plus important, dans le cas qui nous concerne, est de nous assurer de répondre aux attentes des vétérans. Néanmoins, je n'ai pas l'impression que c'est l'objectif du ministère, et le ministère devrait peut-être s'attarder à ce qui se passe actuellement. Je ne crois pas qu'il essaie de répondre aux attentes des vétérans; il essaie plutôt de répondre aux attentes de l'État quant à la manière de s'occuper des vétérans.
Ce n'était qu'une parenthèse.
Au sujet de la Légion, j'ai assisté en fin de semaine dernière au 46e Congrès de la Légion à Terre-Neuve. J'ai discuté notamment avec un grand nombre d'officiers dans la province qui disent en avoir marre des civils au sein de la Légion. Ils en parlent évidemment en bien, mais ils ont l'impression que les civils ont transformé la Légion en un club social pour les occuper lorsqu'ils s'ennuient au lieu que ce soit un organisme où les gens peuvent se retrouver pour parler entre autres de divers problèmes.
Je tenais tout simplement à vous faire savoir que certains représentants de la Légion pensent la même chose que vous au sujet de l'organisme.
Results: 1 - 9 of 9