Interventions in Committee
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
That's fine, thank you.
I have two minutes left.
I may be wrong, but I think that I'm right. Across Canada, people have mainly told me that, while they're pleased with your measures, they find that you lack the leadership to ensure that Part VI of the act is applied in all government agencies.
When he met with us on Tuesday, the commissioner said that federal agencies were following his recommendations in 80% of cases. That's fine. However, in 20% of cases, the agencies aren't following the recommendations or are struggling to follow them. If it were 5%, I could understand. It would almost be by default. However, 20% is significant.
Why did the National Energy Board publish a report in English only? The Canada Infrastructure Bank and Public Services and Procurement Canada websites display calls for tenders that are still riddled with mistakes in French. Why are 20% of federal agencies unable to follow the recommendations? Minister Joly, we don't expect you to be offended by the shortcomings, but to act. You don't seem to be taking action.
C'est parfait, merci.
Il me reste deux minutes.
Je peux me tromper, mais je pense que j'ai raison. Partout où je suis allé au Canada, ce que j'ai entendu le plus souvent, c'est que bien des gens étaient contents des mesures que vous preniez, mais ils trouvaient que vous manquiez de leadership pour vous assurer de l'application de la partie VI de la Loi dans toutes les agences gouvernementales.
Lorsqu'il est venu nous rencontrer, mardi, le commissaire a dit que les agences fédérales suivaient ses recommandations dans 80 % des cas. C'est parfait. Cependant, dans 20 % des cas, elles ne suivent pas les recommandations ou elles peinent à le faire. S'il s'agissait de 5 %, je pourrais comprendre; ce serait quasiment par défaut. Par contre, 20 %, c'est énorme.
Comment se fait-il que l'Office national de l'énergie ait publié un rapport juste en anglais? Le site Internet de la Banque de l'infrastructure du Canada et celui de Services publics et Approvisionnement Canada présentant les appels d'offres sont encore truffés d'erreurs en français. Comment se fait-il que 20 % des agences fédérales soient incapables de suivre les recommandations? On ne s'attend pas de vous, madame, que vous soyez offusquée des manquements, mais que vous agissiez. On n'a pas l'impression que c'est ce que vous faites.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
The issue is the lack of political will. The issue is your place in cabinet. Do you say these things in cabinet? Do you criticize your colleagues for these shortcomings? The 20% rate is unacceptable. A 5% rate would be understandable, by default. However, a 20% rate clearly indicates an issue.
As I told you, people are generally happy with your investments. It's the continuation of the story of the past 20 years. All action plans increase investments. However, people are telling me about your lack of leadership, Minister Joly. That's the serious issue right now. That's why the act must be strengthened. The current Minister of Official Languages in the government doesn't show leadership. If you're doing so, your colleagues aren't listening to you.
Le problème, c'est le manque de volonté politique. C'est la place que vous avez au Cabinet. Est-ce que vous exprimez ces choses au Cabinet? Est-ce que vous remettez vos collègues à leur place, en ce qui a trait à ces manquements? Ce taux de 20 % est inacceptable. Un taux de 5 % serait compréhensible, par défaut, mais un taux de 20 % indique clairement un problème.
Comme je vous l'ai dit, les gens sont contents, grosso modo, des investissements que vous faites. Par ailleurs, c'est la continuité de l'histoire depuis 20 ans: tous les plans d'action augmentent les investissements. Toutefois, le problème dont les gens me parlent, c'est votre manque de leadership, madame. C'est le grave problème, actuellement. C'est pour cette raison qu'on doit renforcer la Loi. C'est parce que l'individu qui occupe actuellement le poste de ministre des Langues officielles au gouvernement n'applique pas son leadership. Si vous le faites, vos collègues ne vous écoutent pas.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
That's a fairly substantial number.
You shouldn't see any hidden agenda in my next question.
I see that you have $19 million in main estimates 2018-19.
We also see an amount of $4 million for the Office of the Commissioner of Lobbying, and another $5 million for the Office of the Public Sector Integrity Commissioner.
What explains that discrepancy between your office and those other offices, just for our information?
C'est quand même substantiel.
Il ne faut voir aucune intention cachée dans ma prochaine question.
Dans le Budget principal des dépenses 2018-2019, je vois que vous disposez de 19 millions de dollars.
Par ailleurs, on voit qu'il y a un montant de 4 millions de dollars destiné au Commissariat au lobbying et un autre de 5 millions de dollars au Commissariat à l'intégrité du secteur public.
Qu'est-ce qui explique cette disparité entre votre commissariat et ces autres commissariats, simplement à titre d'information?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Good morning, colleagues. Ms. Fougère, Mr. Zegarac, Mr. McPherson, welcome to Ottawa.
Greetings also to everyone listening to us.
I would like to tell you that inviting you to appear is not the most joyous occasion for us. I understand that this is a difficult moment for you, but our goal is absolutely not to make you uncomfortable or to back you into a corner. Our committee has a responsibility to Parliament to ensure that the language rights of official language communities all over the country are guaranteed and protected. That is the context in which we invited you and I thank you for joining us this morning.
I would like to talk to you about Part VII of the Official Languages Act, which deals with positive measures.
As you said, Ms. Fougère, language matters in Canada are evolving very quickly. Communities are establishing themselves everywhere. There are said to be 700 francophone schools in the country. New high schools continue to appear, as is the case in Whitehorse, where construction work began this week, I believe.
Language matters are evolving very quickly at federal level too. In 2005, under the Paul Martin government, Conservatives and Liberals voted almost unanimously in favour of including positive measures in Part VII of the act. That created a new paradigm for official languages in Canada, because those measures complicate the division of powers between the federal government and the provincial and territorial governments. As Conservatives, honouring areas of jurisdiction is fundamental. As the future government in a few months, we must be responsible and participate in the work of this committee that is designed to protect the constitutional primacy of the country’s two official languages.
However, the positive measures in Part VII of the act could allow the federal level to grant funds on an exceptional basis. That has never really been done before, except a few weeks ago when Ms. Joly unlocked $2 million to establish the Université de l’Ontario français project. That is a start.
However, the idea of granting $40 million to fund the first four years of that same university’s existence is not a good one, because we still do not know the real costs.
Mr. Zegarac, your professional career is exceptional. You have been working in your ministry for 35 years, if I understand correctly, or at least on behalf of the official languages and the Francophonie in Ontario. Can you give us all the figures for the new Université de l’Ontario français in Toronto this morning? Aside from the $80 million in start-up costs, what will be the operational costs for the next eight years, especially if we go from 300 registered students to 3,000? We need to know what those total costs will be, because we cannot embark on a financial adventure in the name of the positive measures in Part VII of the act if we do not know what they are.
Merci, monsieur le président.
Bonjour chers collègues, madame Fougère, monsieur Zegarac, monsieur McPherson. Bienvenue à Ottawa.
Je salue aussi tous les citoyens qui nous écoutent.
J'aimerais vous dire que ce n'est pas de gaieté de coeur que nous vous avons assignés à comparaître. Je comprends que c'est un moment difficile pour vous, mais nous n'avons nullement l'objectif de vous rendre mal à l'aise ni de vous acculer dans un coin. Notre comité a une responsabilité parlementaire, celle de veiller à ce que les droits linguistiques des communautés de langues officielles de partout au pays soient assurés et protégés. C'est dans ce contexte que nous vous avons convoqués et je vous remercie d'être avec nous ce matin.
J'aimerais maintenant vous parler de la partie 7 de la Loi sur les langues officielles, laquelle porte sur les mesures positives.
Comme vous l'avez dit, madame Fougère, les questions linguistiques au Canada évoluent d'une manière très rapide. Des communautés se créent un peu partout. On parle de 700 écoles francophones au pays. De nouvelles écoles secondaires continuent de voir le jour, comme c'est le cas à Whitehorse, où les travaux de construction ont débuté cette semaine, je crois.
Les questions linguistiques évoluent très rapidement au palier fédéral également. En 2005, sous le gouvernement de Paul Martin, conservateurs et libéraux ont voté presque unanimement en faveur de l'inclusion de mesures positives dans la partie 7 de la Loi. Cela a créé un nouveau paradigme en matière de langues officielles au Canada, puisque ces mesures compliquent la répartition des compétences entre le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et ceux des territoires. Pour nous, conservateurs, le respect des champs de compétence est fondamental. En tant que futur gouvernement dans quelques mois, nous nous devons d'être responsables et de participer aux travaux de ce comité qui visent à protéger la primauté constitutionnelle des deux langues officielles du pays.
Cela étant dit, les mesures positives de la partie 7 de la Loi pourraient permettre au fédéral d'accorder des fonds de manière exceptionnelle. Cela ne s’est jamais vraiment fait auparavant, sauf il y a quelques semaines lorsque Mme Joly a débloqué 2 millions de dollars pour que se poursuive la mise sur pied du projet de l'Université de l'Ontario français. C'est un début.
Par contre, le scénario lié au fait d'accorder 40 millions de dollars pour financer les quatre premières années d'existence de cette même université n'est pas le bon, car nous ne connaissons pas encore les coûts réels.
Monsieur Zegarac, votre parcours professionnel est exceptionnel. Cela fait 35 ans que vous travaillez dans votre ministère, si j'ai bien compris, ou du moins pour les langues officielles ou la francophonie en Ontario. Pouvez-vous nous donner ce matin tous les montants liés à la nouvelle Université de l'Ontario français à Toronto? Au-delà des 80 millions de dollars en coûts de démarrage, quels seraient les coûts d'exploitation pour les huit prochaines années, surtout si l'on passe de 300 étudiants inscrits à 3 000? Nous avons besoin de savoir quel serait l'ensemble de ces coûts parce que nous ne pouvons pas nous embarquer dans une aventure financière au nom des mesures positives de la partie 7 de la Loi sans les connaître.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
This $84 million concerns what exactly? Are there other expenses?
À quoi serviraient ces 84 millions de dollars exactement? Y a-t-il d'autres dépenses prévues?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Sorry to interrupt you—with all respect, of course.
Does the $84 million concern any other expenses: building, electricity, registration? I just need to know. This is really important.
Je m'excuse de vous interrompre, en tout respect, bien sûr.
Ces 84 millions de dollars serviront-ils à absorber d'autres dépenses, pour les locaux, l'électricité, l'inscription? Je veux seulement le savoir. C'est très important.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Thank you.
I have one last question. No matter what people say, the proportion of francophones in Canada is continuing to drop. Twenty or so years ago, we made up 25% of the population, but today, we account for just 23%. That's alarming to me because the notion of our founding peoples is fundamental to the country. Will francophones disappear altogether one day? I don't think so, because of Quebec.
Under the immigration plan, 4.4% of newcomers are supposed to be French-speaking. I would call it a theoretical target, one that takes serious political leadership. If I was immigration minister, I would immediately tell my staff that the mandatory target for next year was 5%. It wouldn't just be a theoretical number. Were you involved in the discussions leading up to that plan? What are your thoughts?
I am being absolutely serious when I say that we have to bring French speakers into the country. The situation is dire.
Merci.
J'ai une dernière question. Quoi que l'on en dise, la proportion des francophones au Canada ne cesse de diminuer. Nous étions 25 % de la population il y a une vingtaine d'années, mais nous ne sommes plus que 23 %. Je trouve cela alarmant, car je juge fondamentale la notion de peuples fondateurs. Les francophones vont-ils un jour disparaître? Je ne le crois pas, parce que le Québec existe.
Il y a un programme sur l'immigration qui vise une cible de 4,4 % de nouveaux arrivants d'expression française. Cela est théorique selon moi, et il faut faire preuve d'un sérieux leadership politique. Si j'étais ministre de l'Immigration, je dirais immédiatement à mes fonctionnaires: « L'année prochaine, la cible obligatoire est de 5 %. » Ce ne serait pas juste de la théorie. Avez-vous participé aux discussions qui ont mené à ce programme? Qu'en pensez-vous?
Je parle sérieusement lorsque je dis qu'il faut faire entrer des francophones au pays: la situation est grave.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Okay.
Since the coming into force of the Constitution Act of 1982, and the application of section 23 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, has the proportion of rights-holders in Canada decreased, increased or remained stable? Regardless of whether or not the number of francophones is accurate, what do the figures show? What does the situation look like?
D'accord.
Depuis l'entrée en vigueur de la Loi constitutionnelle de 1982 et l'application de l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, la proportion des ayants droit au Canada a-t-elle diminué, a-t-elle augmenté ou est-elle demeurée stable? Peu importe que le nombre de francophones soit exact ou pas, que démontrent les chiffres? À quoi ressemble la situation?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Perfect. Thank you for that insight into National Defence.
A year ago, when I was on this committee as the Veterans Affairs critic, on May 9, 2016, I filed an Order Paper question. For the region of Quebec City, I asked what percentage of persons had financial prestations for each physical and mental illness—for example, knees, hearing, and so on.
Interestingly, for one year, 2015-16, in the Quebec region, 8% of the claims for money concerned post-traumatic syndromes, 2% deep depression, 1% anxiety, 1% lack of sleep, and 1% alcohol and drug abuse. Overall, almost 13% of the claims for money were put forward by people suffering from mental health issues that we could probably sometimes connect to suicide.
Of the 15 members, or sorry, I think it's 14, who committed suicide in 2015, how many of them were in the process of claiming?
Parfait. Merci de cette perspective sur la Défense nationale.
Il y a un an, lorsque je siégeais au Comité à titre de porte-parole en matière d'Anciens Combattants, j'ai déposé, le 9 mai 2016, une question à inscrire au feuilleton. Pour la région de Québec, j'ai demandé quel pourcentage de gens touchaient des prestations pour chaque maladie physique et mentale, touchant par exemple pour des problèmes de genoux, d'audition, et ainsi de suite.
Fait intéressant, pour une année, soit 2015-2016, dans la région de Québec, 8 % des demandes de prestation étaient liées au syndrome de stress post-traumatique, 2 % à la dépression profonde, 1 % à l'anxiété, 1 % au manque de sommeil et 1 % à l'alcoolisme et à la toxicomanie. Dans l'ensemble, près de 13 % des demandes de prestation ont été présentées par des personnes souffrant de troubles de santé mentale que nous pourrions probablement parfois associer au suicide.
Des 15 membres, ou excusez-moi, je pense que c'est 14, qui se sont suicidés en 2015, combien d'entre eux étaient en processus de demande?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
It's a great honour to be here today.
Good afternoon, everyone.
Brigadier-General, my first question is for you. I imagine that the Canadian Forces Health Services group includes psychologists and psychiatrists. Is that the case?
Yes, great.
The officers under your command who are psychologists and psychiatrists provide diagnoses, meet soldiers and produce reports, which are confidential, of course. As commander, do you receive statistical reports? For instance, a report said that 31% of members who came last year had post-traumatic stress disorder or that 15% of members were depressed. Do you receive statistical reports from the medical staff under your command?
Merci, monsieur le président.
C'est un grand honneur d'être ici aujourd'hui.
Bonjour à vous tous.
Monsieur le brigadier-général, ma première question sera pour vous. J'imagine que le groupe des Services de santé des Forces canadiennes comprend des psychologues et des psychiatres. Est-ce bien le cas?
Oui, parfait.
Les officiers de vos troupes qui sont psychologues et psychiatres font des diagnostics, rencontrent des militaires et produisent des rapports, qui sont confidentiels, bien entendu. En tant que commandant, recevez-vous des comptes rendus statistiques? Par exemple, un rapport qui dirait que 31 % des membres qui sont venus dans la dernière année souffriraient de syndrome de stress post-traumatique ou bien que 15 % des membres seraient déprimés. Recevez-vous de tels comptes rendus statistiques provenant du corps médical que vous commandez?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
On page 2, for example, you talk about the neuropsychiatric effects of mefloquine, and you say that those are rare. What numbers does the word “rare” correspond to? Would it be possible for us to know the statistics?
À la page 2, par exemple, vous évoquez les effets neuropsychiatriques de la méfloquine, en précisant qu'ils sont rares. Comment s'exprimerait la notion de rareté en chiffres? Pouvez-vous nous donner des statistiques?
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
What's the percentage of army recruits in a year who will eventually be medically released? Do you have any numbers on that?
Parmi les recrues qui se joignent aux Forces canadiennes en un an, quel est le pourcentage de celles qui finiront par être libérées pour des raisons médicales? Avez-vous des données à ce sujet?
Results: 1 - 12 of 12