Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 281
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I call to order this meeting of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. This is meeting 155.
This is the last of our international grand committee meetings this week, the International Grand Committee on Big Data, Privacy and Democracy.
With us today from Amazon, we have Mark Ryland, director of security engineering, office of the chief information officer of the Amazon web services.
From Microsoft Canada Inc., we have Marlene Floyd, national director of corporate affairs, and John Weigelt, national technology officer.
From the Mozilla Foundation, we have Alan Davidson, vice-president of global policy, trust and security.
From Apple Inc., we have Erik Neuenschwander. He is manager of user privacy.
We're going to get into your testimony. I wanted to say that the CEOs were invited today, and it's unfortunate that they didn't come. Again, as I've said to many of you just prior to the meeting, this is supposed to be a constructive meeting on how to make it better, and some of the proposals that your companies have right from the top are good ones, and that's why we wanted to hear them today and have the CEOs answer our questions, but we do appreciate that you're here.
We'll start off with Mr. Ryland for 10 minutes.
La 155e séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique est ouverte.
Il s'agit de la dernière de nos grandes réunions internationales cette semaine, celle du Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie.
Nous accueillons aujourd'hui, de chez Amazon, Mark Ryland, directeur de l'ingénierie de sécurité, au Bureau du dirigeant principal de la sécurité de l'information pour Amazon Web Services.
Marlene Floyd, directrice nationale des Affaires commerciales, et John Weigelt, agent national de technologie, représentent Microsoft Canada inc.
De la Mozilla Foundation, nous recevons Alan Davidson, vice-président, Politique mondiale, confiance et sécurité.
Enfin, de chez Apple Inc., nous accueillons Erik Neuenschwander, gestionnaire pour la vie privée des utilisateurs.
Nous allons passer aux témoignages. Je tiens à signaler que nous avons invité les PDG. Il est regrettable qu'ils ne se soient pas présentés. Comme je l'ai dit à nombre d'entre vous avant la séance, il doit s'agir ici d'une réunion constructive pour chercher les moyens d'apporter des améliorations. Certaines propositions que vos sociétés ont faites d'emblée sont bonnes, et c'est pourquoi nous souhaitions accueillir les PDG, qui auraient pu répondre à nos questions. Nous sommes néanmoins heureux que vous soyez parmi nous.
Nous entendrons d'abord M. Ryland, qui aura 10 minutes.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you.
Thank you, Mr. Baylis.
It hasn't come up yet, so that's why I'm going to ask the question.
We're here because of a scandal called Cambridge Analytica and a social media company called Facebook. We wanted to differentiate between who you are. You're not social media; social media was here yesterday. You're big data, etc.
I have a comment specifically for Apple. This is why we wanted Tim Cook here. He has made some really interesting comments. I'll read exactly what he said:
First, the right to have personal data minimized. Companies should challenge themselves to strip identifying information from customer data or avoid collecting it in the first place. Second, the right to knowledge—to know what data is being collected and why. Third, the right to access. Companies should make it easy for you to access, correct and delete your personal data. And fourth, the right to data security, without which trust is impossible.
That's a very strong statement. Apple, from your perspective—and I'm also going to ask Mozilla—how do we or how would you fix Facebook?
Merci.
Merci, monsieur Baylis.
On n'en a pas encore parlé, et c’est pourquoi je vais poser la question.
Nous sommes ici à cause d’un scandale appelé Cambridge Analytica et d’une entreprise de médias sociaux appelée Facebook. Nous voulions vous différencier. Vous n’êtes pas dans les médias sociaux; les médias sociaux étaient représentés ici hier. Vous vous occupez de mégadonnées, etc.
J’ai un commentaire qui concerne plus précisément Apple. C’est pourquoi nous voulions que Tim Cook soit ici. Il a fait des observations très intéressantes. Je vais lire exactement ce qu’il a dit:
Il y a d'abord le droit d'avoir des données personnelles réduites au minimum. Les entreprises devraient se faire un devoir de supprimer les renseignements signalétiques dans les données sur les clients ou d’éviter de les recueillir. Il y a ensuite le droit de savoir — c'est-à-dire de savoir quelles données sont recueillies et pourquoi. En troisième lieu, il y a le droit d’accès. Les entreprises devraient faire en sorte qu'il soit facile pour vous de consulter, de corriger et de supprimer vos données personnelles. Enfin, il y a le droit à la protection des données, sans quoi la confiance est impossible.
C’est une déclaration très forte. Dans la perspective d'Apple — et je poserai aussi la question à Mozilla —, que feriez-vous pour régler le problème de Facebook?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
To me, changing legislation around this is very difficult, given all the parameters that are around us. It might be simpler for somebody like Tim Cook and an ideology that considers users as paramount. It might be simpler for Apple to do this than for legislators around the world to try to pull this off. However, we're giving it a soldier's try. We're definitely trying.
Mr. Davidson, do you have any comment on how we fix Facebook?
À mon avis, il est très difficile de modifier la loi à cet égard, étant donné tous les paramètres qui entrent en ligne compte. Ce serait peut-être plus simple pour quelqu’un comme Tim Cook et dans le cadre d'une idéologie qui considère que les utilisateurs sont primordiaux. Il serait peut-être plus simple pour Apple de s'en charger que pour les législateurs du monde entier d’essayer de régler cette question. Nous faisons cependant tout notre possible. Nous essayons vraiment.
Monsieur Davidson, est-ce que vous avez quelque chose à dire sur la façon de régler le problème de Facebook?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I would like to highlight what Mr. Angus said. This is the reason we asked Mr. Bezos to come. He can answer those kinds of questions before this grand committee. He's exactly the person who could have answered all our questions. We wouldn't have kept anybody off the panel, but certainly we wanted people who could give us comprehensive answers with regard to the whole package.
I will go next to Mr. Lucas from the U.K.
J'aimerais revenir sur ce qu'a dit M. Angus. C'est la raison pour laquelle nous avons demandé à M. Bezos de venir. Il peut répondre à ce genre de questions devant notre grand Comité. C'est lui qui aurait été à même de répondre à toutes nos questions. Nous n'aurions exclu aucun témoin du Comité, mais nous voulions entendre des gens capables de nous donner des réponses complètes au sujet de l'ensemble du dossier.
Je donne maintenant la parole à M. Lucas, du Royaume-Uni.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
All right. Thank you. We will see you again in November of this year.
Mr. James Lawless: Absolutely.
The Chair: Give our best to Ms. Naughton. Thank you for coming.
D'accord. Merci. Nous vous reverrons en novembre prochain.
M. James Lawless: Absolument.
Le président: Toutes nos salutations à Mme Naughton. Merci d'être venus.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I'll speak to the panellists first and then get into some closing comments.
I want to encourage you. You had promised, especially Mr. Ryland, about giving us a lot of the documents that you didn't.... Various commenters didn't have all the information that we were asking for. I would implore you to provide the information we requested to the clerk next to me so we can get a comprehensive answer for the committee. We'll provide it to all the delegates here.
Something that's really going to stick with me is a comment by Roger McNamee about the term "voodoo dolls”.
I watch my kids. I have four children. One is 21, one is 19, one is 17 and one is 15. I watch them becoming more and more addicted to these phones. I see work done by our colleagues in London about the addictive capabilities of these online devices. I wondered where are they going with this. You see that the whole drive from surveillance capitalism, the whole business model, is to keep them glued to that phone, despite the bad health it brings to those children, to our kids. It's all for a buck. We're responsible for doing something about that. We care about our kids, and we don't want to see them turned into voodoo dolls controlled by the almighty dollar and capitalism.
Since we like the devices so much, I think we still have some work to do to make sure we still provide access. We like technology and we've said that before. Technology is not the problem; it's the vehicle. We have to do something about what's causing these addictive practices.
I'll say thanks and offer some last comments.
Thanks to our clerk. We'll give him a round of applause for pulling it off.
He has that look on his face because events like this don't come off without their little issues. We deal with them on a real-time basis, so it's challenging. Again, I want to say a special thanks to Mike for getting it done.
Thanks also to my staff—over to my left, Kera, Cindy, Micah, Kaitlyn—for helping with the backroom stuff too. They're going to be very much de-stressing after this.
I'll give one shout-out before we finally close—oh, I forgot the analysts. Sorry. I'm always forgetting our poor analysts. Please stand.
Thank you for everything.
Thanks to the interpreters as well. There were three languages at the back, so thank you for being with us the whole week.
I'll give a little shout-out to our friend Christopher Wylie, despite being upstaged by sandwiches. I don't know if somebody saw the tweets from Christopher Wylie: “Democracy aside, Zuckerberg also missed out on some serious sandwich action.” He suggested that I mail the leftovers to Facebook HQ. Maybe that's the way we get the summons delivered into the right hands.
I want to thank all the media for giving this the attention we think it deserves. This is our future and our kids' future.
Again, thanks to all the panellists who flew across the globe, especially our U.K. members, who are our brothers and sisters across the water.
Singapore is still here as well. Thank you for coming.
Have a great day.
We'll see you in Ireland in November.
The meeting is adjourned.
Je vais d'abord m'adresser aux panélistes, puis je ferai quelques observations finales.
Je tiens à vous encourager. Vous aviez promis, surtout M. Ryland, de nous donner beaucoup de documents que vous n'avez pas... Divers commentateurs n'avaient pas toute l'information que nous demandions. Je vous implore de fournir les renseignements que nous avons demandés au greffier à mes côtés afin que nous puissions obtenir une réponse complète pour le Comité. Nous la distribuerons ensuite à tous les délégués ici présents.
Ce que je ne risque pas d'oublier de sitôt, c'est le commentaire de Roger McNamee au sujet de l'expression « poupées vaudou ».
Je regarde mes enfants. J'en ai quatre, âgés de 21, 19, 17 et 15 ans, respectivement. Je les vois devenir de plus en plus dépendants de ces appareils téléphoniques. Je vois le travail effectué par nos collègues à Londres au sujet de la dépendance que ces appareils peuvent créer. Je me demandais où on voulait en venir. On voit clairement que le capitalisme de surveillance, tout le modèle des affaires, ne demandent qu'une chose: garder ces enfants, nos enfants, collés au téléphone, même si c'est au prix de leur santé. C'est une question d'argent, tout simplement. Nous avons la responsabilité de faire quelque chose à ce sujet. Nous nous soucions de nos enfants, et nous ne voulons pas qu'ils soient transformés en poupées vaudou contrôlées par le tout-puissant dollar et le capitalisme.
Comme nous aimons tellement les appareils, je pense qu'il nous reste du travail à faire pour nous assurer que nous continuons d'offrir l'accès. Nous aimons la technologie et nous l'avons déjà dit. La technologie n'est pas le problème; c'est le véhicule. Nous devons nous attaquer aux causes de ces pratiques qui créent une dépendance.
Je vais dire merci et faire quelques derniers commentaires.
Merci à notre greffier. Nous allons l'applaudir pour s'être si bien tiré d'affaire.
Il a ce regard sur son visage parce que des événements comme celui-ci ne se déroulent pas sans ses petits problèmes. Nous nous en occupons au fur et à mesure, alors c'est difficile. Encore une fois, un gros merci à Mike MacPherson, pour avoir tout si bien résolu.
Je remercie également mon équipe — à ma gauche, Kera, Cindy, Micah, Kaitlyn — de m'avoir aidé à régler les questions administratives. Je pense qu'ils ont hâte de décompresser.
Avant de terminer, je vais encore évoquer... Oh, j'ai oublié les analystes. Désolé. J'oublie toujours nos pauvres analystes. Veuillez vous lever.
Merci pour tout.
Merci également aux interprètes. Il y avait trois langues à traduire, alors je vous remercie de nous avoir accompagnés toute la semaine.
Je salue notre ami Christopher Wylie, même si les sandwichs ont fini par avoir la vedette. Je ne sais pas si quelqu'un a vu ses gazouillis, « En plus d'une occasion ratée de faire preuve de démocratie, Zuckerberg a manqué toute l'action autour des sandwichs. » Notre ami m'a suggéré d'envoyer les restes par la poste au siège social de Facebook. C'est peut-être ainsi que nous réussirons à remettre la convocation en bonnes mains.
Je tiens à remercier tous les médias d'avoir accordé à cette question l'attention qu'elle mérite. C'est notre avenir et celui de nos enfants qui sont en jeu.
Encore une fois, merci à tous les panélistes qui sont venus de si loin, en particulier nos membres du Royaume-Uni, qui sont nos frères et sœurs de l'autre côté de l'océan.
Singapour est toujours là aussi. Merci d'être venus.
Passez une bonne journée.
Nous nous reverrons en Irlande au mois de novembre.
La séance est levée.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We'll call to order the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics for meeting 154, an by extension, the international grand committee on big data, privacy and democracy.
I don't need to go through the list of countries that we have already mentioned, but I will go through our witnesses very briefly.
From the Office of the Privacy Commissioner of Canada, we have Mr. Daniel Therrien, the Privacy Commissioner of Canada.
As an individual, we have Joseph A. Cannataci, special rapporteur on the right to privacy for the United Nations.
We are having some challenges with the live video feed from Malta. We'll keep working through that. I'm told by the clerk that we may have to go to an audio feed to get the conversation. We will do what we have to do.
Also we'd like to welcome the chair of the United States Federal Election Commission, Ellen Weintraub.
First of all, I would like to speak to the meeting's order and structure. It will be very similar to that of our first meeting this morning. We'll have one question per delegation. The Canadian group will have one from each party, and we'll go through until we run out of time with different representatives to speak to the issue.
I hope that makes sense. It will make sense more as we go along.
I would like to thank the members who came to our question period today. I personally thank the Speaker for recognizing the delegation.
I'll give Mr. Collins the opportunity for to open it up.
Mr. Collins.
Je déclare ouverte la séance no 154 du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique et, dans une plus large mesure, de notre Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie.
Il n'est pas nécessaire de répéter la liste des pays que nous avons déjà mentionnés. Je vais présenter les témoins, rapidement.
Du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, nous accueillons M. Daniel Therrien, le commissaire à la protection de la vie privée du Canada.
Témoignant à titre personnel, nous avons M. Joseph A. Cannataci, rapporteur spécial sur le droit à la vie privée aux Nations unies.
Nous avons des problèmes avec la diffusion vidéo à partir de Malte. Nous poursuivrons malgré tout. Le greffier m'informe que nous devrons peut-être nous contenter de l'audio. Nous ferons le nécessaire.
Nous aimerions aussi accueillir la présidente de la Commission électorale fédérale des États-Unis, Mme Ellen Weintraub.
Tout d'abord, j'aimerais parler de l'ordre et de la structure de la réunion. Ce sera très semblable à celui de notre première réunion de ce matin. Nous aurons une question par délégation. Pour le groupe canadien, il y aura une question par parti, puis nous poursuivrons avec divers représentants jusqu'à ce que le temps alloué à la question soit écoulé.
J'espère que c'est assez clair. Vous verrez au fur et à mesure que nous procéderons.
Je tiens à remercier tous les membres qui ont assisté à la période de questions ce matin. Pour ma part, je remercie le Président de la Chambre d'avoir souligné la présence de la délégation.
Je donne à M. Collins l'occasion de commencer.
Allez-y, monsieur Collins.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We'll bring to order meeting 153 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics and by extension the international grand committee on big data, privacy and democracy. We will have countries' representatives speak as well. We'll start off with my co-chair, Mr. Damian Collins from the U.K.
The way it will work structurally is that we'll go through the delegations, one representative per country initially and then the second representative. You each should have your own five-minute time slot exclusive to yourself.
Before we begin, Mr. Angus has a comment.
Je déclare ouverte la 153e séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique, et, par conséquent, le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie. Des représentants des pays prendront aussi la parole. Nous allons commencer par mon coprésident, M. Damian Collins, du Royaume-Uni.
Voici le fonctionnement structurel: nous ferons passer les délégations, à commencer par un représentant par pays, suivi du deuxième représentant. Vous devriez tous avoir votre propre période de cinq minutes.
Avant de commencer, M. Angus veut dire quelque chose.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Angus.
For the ex officio members of the committee, we have a motion before our committee that we will have to vote on, so there will be some discussion.
Is there any discussion from any other members about the motion?
Mr. Kent.
Merci, monsieur Angus.
Pour les membres d'office du Comité, nous sommes saisis d'une motion sur laquelle nous devrons voter, et il y aura donc un certain débat.
D'autres membres souhaitent-ils débattre de la motion?
Monsieur Kent, allez-y.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
There was a discussion previously about no substantive motions being brought before the committee. That said, with all agreement at the table here, I think we can agree to have that heard—and we are hearing it today—and voted on.
Do we have...? I see all in favour of having that motion moved before us.
Are there any other comments about the motion?
Mr. Lucas.
Nous avons déjà discuté du fait qu'aucune motion de fond n'avait été présentée au Comité. Cela dit, avec l'assentiment de tout le monde ici, je crois que nous pourrions convenir de l'entendre — et nous l'entendons aujourd'hui — et de voter sur celle-ci.
Avons-nous...? Je vois que tout le monde est en faveur du dépôt de la motion dont nous sommes saisis.
Y a-t-il d'autres commentaires au sujet de la motion?
Monsieur Lucas, allez-y.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Erskine-Smith.
Are there any further comments on the motion?
Frankly, to answer your question, being the chair of this committee on both levels, the international and our ethics committee, it's abhorrent that he's not here today and that Ms. Sandberg is not here today. It was very clearly communicated to them that they were to appear today before us. A summons was issued, which is already an unusual act for a committee. I think it's only fitting that there be an ongoing summons. As soon as either Mr. Zuckerberg or Ms. Sandberg step foot into our country, they will be served and expected to appear before our committee. If they choose not to, then the next step will be to hold them in contempt.
I think the words are strong, Mr. Angus, and I applaud you for your motion.
If there is not any further discussion on the motion, we'll go to the vote.
(Motion agreed to)
The Chair: Thank you, Mr. Angus.
Next, we'll go to the platforms. We'll start with Facebook, go to Google, and then....
I'll mention the names. With Facebook Inc., we have Kevin Chan, Global Policy Director for Canada, and Neil Potts, Global Policy Director. With Google LLC, we have Derek Slater, Global Director of Information Policy; and with Google Canada, Colin McKay, Head, Government Affairs and Public Policy. From Twitter Inc., we have Carlos Monje, Director of Public Policy, and Michele Austin, Head, Government and Public Policy, Twitter Canada.
I would like to say that it wasn't just the CEOs of Facebook who were invited today. The CEOs of Google were invited. The CEO of Twitter was invited. We are more than disappointed that they as well chose not to show up.
We'll start off with Mr. Chan, for seven minutes.
Thank you.
Merci, monsieur Erskine-Smith.
Y a-t-il d'autres commentaires sur la motion?
Bien franchement, pour répondre à votre question, en tant que président des deux comités, le comité international et notre comité de l'éthique, je trouve odieux qu'il ne soit pas ici aujourd'hui et que Mme Sandberg ne soit pas là non plus. On leur a fait savoir très clairement qu'ils devaient comparaître devant nous aujourd'hui. Une assignation a été délivrée, ce qui est déjà un geste inhabituel pour un comité. Je crois qu'il est donc tout naturel que l'on prépare un mandat de comparution. Dès que M. Zuckerberg ou Mme Sandberg mettront les pieds dans notre pays, ils se verront signifier une assignation et devront comparaître devant notre comité. S'ils décident de ne pas le faire, la prochaine étape consistera à les reconnaître coupables d'outrage.
Je crois que les mots sont forts, monsieur Angus, et je vous félicite de votre motion.
S'il n'y a pas d'autres interventions relativement à la motion, nous passerons au vote.
(La motion est adoptée.)
Le président: Merci, monsieur Angus.
Nous passons maintenant aux plateformes, en commençant par Facebook, puis Google, puis...
Je vais mentionner les noms. Nous recevons Kevin Chan, directeur des politiques mondiales pour le Canada, et Neil Potts, directeur des politiques mondiales, de Facebook Inc. Nous accueillons Derek Slater, directeur mondial, Politique de l'information, de Google LLC; et Colin McKay, chef, Relations gouvernementales et politiques publiques, de Google Canada. Nous recevons Carlos Monje, directeur, Politique publique, et Michele Austin, chef, gouvernement, Politique publique, Twitter Canada, de Twitter Inc.
Je tiens à dire que ce ne sont pas juste les PDG de Facebook qui ont été invités aujourd'hui. Les PDG de Google ont été invités, tout comme le PDG de Twitter. Nous sommes plus que déçus qu'ils aient décidé eux aussi de ne pas se présenter.
Nous allons commencer par M. Chan, pour sept minutes.
Merci.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
With respect, Mr. Potts, I'm going to step in here.
With respect, it is not your decision to select whether you're going to come or not. The committee has asked Mr. Zuckerberg and Ms. Sandberg to come, plain and simple, to appear before our international grand committee. We represent 400 million people, so when we ask those two individuals to come, that's exactly what we expect. It shows a little bit of distain from Mark Zuckerberg and Ms. Sandberg to simply choose not to come. It just shows there's a lack of an understanding about what we do, as legislators, as the member from Saint Lucia mentioned. The term “blowing us off”, I think, can be brought up again, but it needs to be stated that they were invited to appear and they were expected to appear and they're choosing not to. To use you two individuals in their stead is simply not acceptable.
I'll go back to Mr. Daniel from Saint Lucia.
Avec tout le respect que je vous dois, monsieur Potts, permettez-moi de vous interrompre un instant.
À cet égard, ce n'est pas votre décision de déterminer si vous allez venir ou non. Le Comité a demandé à M. Zuckerberg et Mme Sandberg de venir, c'est très simple, pour comparaître devant notre Grand Comité international. Nous représentons 400 millions de personnes, alors quand nous demandons à ces deux personnes de venir, c'est exactement ce à quoi nous nous attendons. C'est un peu un manque de respect de Mark Zuckerberg et de Mme Sandberg de tout simplement choisir de ne pas venir. Cela montre tout simplement qu'ils ne comprennent pas bien ce que nous faisons, en tant que législateurs, comme le représentant de Sainte-Lucie l'a souligné. L'expression « nous faire faux bond », eh bien je crois qu'on peut la répéter, mais il faut souligner qu'ils ont été invités à comparaître et qu'on s'attendait à ce qu'ils comparaissent et qu'ils ont choisi de ne pas le faire. Vous envoyer vous deux en tant que remplaçants n'est tout simplement pas acceptable.
Je vais revenir à M. Daniel, de Sainte-Lucie.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I would argue, Mr. Potts, if that were the case, they would be seated in those two chairs right there.
Continue on.
Je dirais, monsieur Potts, que si c'était le cas, les personnes demandées seraient assises à votre place actuellement.
Poursuivez.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you.
It was just brought to my attention, too, the inconsistency in your testimony, Mr. Potts.
On one hand, Mr. Collins had asked you about the Pelosi video, which you're not going to pull down. Then within 30 minutes or within an hour you just answered the member from Saint Lucia that it would come down immediately. I just would like you to be completely aware that it's expected that you completely tell the truth to this committee at this time and not to be inconsistent in your testimony.
Merci.
On vient de porter à mon attention une incohérence dans votre témoignage, monsieur Potts.
D'un côté, M. Collins a posé une question au sujet de la vidéo de Mme Pelosi, et vous avez dit que vous n'alliez pas la retirer. Puis, 30 minutes ou une heure plus tard, vous venez de répondre au représentant de Sainte-Lucie et affirmer que vous la retireriez immédiatement. Je tiens à ce que vous compreniez très bien qu'on s'attend de vous que vous disiez toute la vérité au Comité en ce moment, et ce, sans incohérence dans votre témoignage.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I don't think it's any clearer to any of us in the room, but I'll move on to the next person.
We'll go to Mr. Baylis, for five minutes.
Je ne crois pas que ce soit plus clair pour quiconque dans la salle, mais je vais passer au prochain intervenant.
Nous allons passer à M. Baylis, pour cinq minutes.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I want to thank everybody for your testimony today.
I applaud Mr. Chan on some of the changes that you say are coming. We've heard this story many times, so I guess we will wait to see what we get at the end of the day.
It goes to what we were asking for in the first place. In good faith we asked your CEO and your COO to come before us today to work together for a solution to what these problems are that a whole bunch of countries and a whole bunch of people around the globe see as common issues. To me, it's shameful that they are not here today to answer those specific questions that you could not fully answer.
That's what's troubling. We're trying to work with you, and you're saying you are trying to work with us. We just had a message today that was forwarded to me by my vice-chair. It says, “Facebook will be testifying at the International Grand Committee this morning. Neil Potts and Kevin Chan will be testifying. Neither of whom are listed in this leadership chart of the policy team's 35 most senior officials”.
Then we're told you're not even in the top 100. No offence to you individuals, you're taking it for the team for Facebook, so I appreciate your appearance here today, but my last words to say before the committee is shame on Mark Zuckerberg and shame on Sheryl Sandberg for not showing up today.
That said, we have media availability immediately following this meeting to answer questions. We're going to be signing the Ottawa declaration just over here so we're going to have a member from each delegation sitting here as representatives.
After that, all the members of Parliament visiting from around the world are invited to attend our question period today. I'm going to point out my chief of staff, Cindy Bourbonnais. She will help you get the passes you need to sit in the House if you wish to come to QP today.
Thank you again for coming as witnesses. We will move right into the Ottawa declaration.
The meeting is adjourned.
Je tiens à remercier tout le monde de son témoignage aujourd'hui.
Je félicite M. Chan pour certains des changements qu'il a annoncés. Nous avons entendu ces promesses à maintes reprises, alors je suppose que nous attendrons de voir ce que nous obtiendrons au bout du compte.
Cela nous ramène à ce que nous demandions au départ. En toute bonne foi, nous avons demandé à votre PDG et à votre directrice des opérations de comparaître devant nous aujourd'hui pour que nous travaillions ensemble à trouver une solution à ces problèmes que tout un tas de pays et de gens dans le monde considère comme des problèmes communs. À mon avis, il est honteux qu'ils ne soient pas ici aujourd'hui pour répondre à ces questions précises auxquelles vous n'avez pas pu répondre pleinement.
C'est ce qui est troublant. Nous essayons de travailler avec vous, et vous dites que vous essayez de travailler avec nous. Nous venons d'avoir un message aujourd'hui qui m'a été transmis par mon vice-président. Il indique que « Facebook témoignera devant le Grand comité international ce matin. Neil Potts et Kevin Chan témoigneront. Aucun d'eux ne figure au tableau des 35 plus hauts fonctionnaires de l'équipe des politiques. »
On nous a ensuite dit que vous ne figurez même pas parmi les 100 plus importants. Je ne veux pas vous offenser personnellement; vous assumez la responsabilité pour l'équipe de Facebook, alors je vous suis reconnaissant de votre présence ici aujourd'hui. Cependant, la dernière chose que j'ai à dire au Comité, c'est qu'il est honteux que Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg ne soient pas venus aujourd'hui.
Cela dit, nous tiendrons une rencontre avec les médias immédiatement après la réunion pour répondre aux questions. Nous allons signer la déclaration d'Ottawa juste ici, de sorte qu'un membre de chaque délégation siégera à titre de représentant.
Par la suite, tous les parlementaires en visite de partout dans le monde sont invités à assister à notre période de questions d'aujourd'hui. Je vais vous orienter vers ma chef de cabinet, Cindy Bourbonnais. Elle vous aidera à obtenir les laissez-passer dont vous avez besoin pour siéger à la Chambre si vous souhaitez venir à la période de questions aujourd'hui.
Merci encore d'être venus en tant que témoins. Nous passerons directement à la déclaration d'Ottawa.
La séance est levée.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We're calling to order meeting 152 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. Today in Ottawa, we have the international grand committee on big data, privacy and democracy.
I'm going to go over the countries quickly. We're not going to go through introductions because it would take up too much time, unfortunately.
We have the United Kingdom. With me today is Damian Collins, the co-chair of the international grand committee. He'll make comments in a few minutes.
We have the Parliament of Singapore with us. The Houses of the Oireachtas are here from Ireland. The Parliament of the Federal Republic of Germany is with us. The Chamber of Deputies of the Republic of Chile is with us. The Parliament of the Republic of Estonia is here. The Senate of the United Mexican States is with us. The House of Representatives of the Kingdom of Morocco is with us. We have the National Assembly of the Republic of Ecuador. The Legislative Assembly of the Republic of Costa Rica is here. Finally, the House of Assembly of Saint Lucia is with us.
I want to introduce my co-chair, Mr. Damian Collins.
Welcome.
Je déclare ouverte la 152e séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Aujourd'hui, à Ottawa, nous accueillons le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie.
Je vais effectuer un survol rapide des pays. Nous ne procéderons pas aux présentations parce que cela prendrait trop de temps, malheureusement.
Nous accueillons des représentants du Royaume-Uni. Damian Collins, coprésident du Grand Comité international, m'accompagne aujourd'hui. Il formulera des commentaires dans quelques minutes.
Nous accueillons des représentants du Parlement de Singapour, des chambres de l'Oireachtas de l'Irlande, du Parlement de la République fédérale d'Allemagne, de la Chambre des députés de la République du Chili, du Parlement de la République d'Estonie, du Sénat des États-Unis du Mexique, de la Chambre des représentants du Royaume du Maroc, de l'Assemblée nationale de la République de l'Équateur, de l'Assemblée législative de la République du Costa Rica et, enfin de l'Assemblée de Sainte-Lucie.
Je veux présenter mon coprésident, M. Damian Collins.
Bienvenue.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you.
That brings us to the conclusion of the questions. I'll just summarize some of the comments.
Ms. Zuboff, you mentioned the term “behavioural modification”. Ms. Ressa, you talked about “creative destruction”. Mr. Balsillie, you talked about undermining our personal autonomy.
Last night, because I had nothing better to do, I was watching CPAC. I was watching you, Mr. McNamee, and you referred to our audience and our users, and you used a particular name. As legislators our challenge is to relate to the millennial generation in terminology that we can all easily understand. You mentioned the term “voodoo dolls”. I would like you to finish off with an explanation of what that is and how you explained it last night, because I really couldn't think of a better way to explain what's happening to our generation.
Je vous remercie.
Cela nous amène à la fin de la période de questions. Je vais simplement résumer certains des commentaires.
Madame Zuboff, vous avez mentionné l'expression « modification du comportement ». Madame Ressa, vous avez parlé de « destruction créative ». Monsieur Balsillie, vous avez parlé de miner notre autonomie personnelle.
Hier soir, parce que je n'avais rien de mieux à faire, je regardais CPAC. Je vous regardais, monsieur McNamee, et vous avez parlé de notre public et de nos utilisateurs et vous avez utilisé un nom particulier. En tant que législateurs, notre défi consiste à établir des liens avec les milléniaux en utilisant des termes que nous pouvons tous facilement comprendre. Vous avez parlé de « poupée vaudou ». J'aimerais que vous terminiez en expliquant ce que c'est de la façon dont vous l'avez expliqué hier soir, parce que je n'aurais pas pu trouver de meilleure façon d'expliquer ce qui arrive à notre génération.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We'll call to order our meeting of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics, and to a larger extent, our international grand committee.
We'd like to welcome especially the visitors from around the globe tonight.
You will notice some empty seats beside you. We've heard of some unexpected flight delays for some of the delegations. They will definitely be here. Some are arriving as we speak. Some are arriving in about an hour from now. Again, my apologies for their not being here as planned.
I'd like to go through, first of all, the countries that are going to be represented tonight, tomorrow and Wednesday. Then we'll go around and have some brief introductions, and get right into the presentations.
We're still expecting some of our witnesses to come, as well.
We'll start off with the countries that are represented, confirmed just today—Canada, of course, the United Kingdom, Singapore, Ireland, Germany, Chile, Estonia, Mexico, Morocco, Ecuador, St. Lucia, and Costa Rica.
I will say that we have lost a few due to something called elections around the globe that we can't really have control over. Those have gotten in the way of some of the other countries being able to get here.
I see some of our witnesses. Mr. Balsillie and Mr. McNamee, please take your seats at the front. We're just getting started. Welcome.
I want to go around the table quickly and have the delegates say their name and introduce the country they're from.
Let's start off with our member from Estonia.
Je déclare ouverte la séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et, dans une plus large mesure, de notre Grand Comité international.
Nous souhaitons la bienvenue en particulier à nos visiteurs venus de partout dans le monde.
Vous remarquerez que certains sièges sont inoccupés. Nous avons appris que les vols de certaines délégations avaient été retardés. Ils vont assurément venir. Certains arrivent en ce moment même. D'autres vont arriver dans une heure environ. Encore une fois, je suis désolé qu'ils ne soient pas ici comme c'était prévu.
J'aimerais pour commencer faire le tour des pays qui seront représentés ce soir, demain et mercredi. J'inviterai ensuite chacun à se présenter brièvement, et nous passerons ensuite aux exposés.
Nous attendons toujours certains de nos témoins également.
Nous allons commencer par les pays qui sont représentés et qui ont été confirmés aujourd'hui: le Canada, bien sûr, le Royaume-Uni, Singapour, l'Irlande, l'Allemagne, le Chili, l'Estonie, le Mexique, le Maroc, l'Équateur, Sainte-Lucie et le Costa Rica.
Je souligne que nous en avons perdu quelques-uns en raison de ce qu'on appelle les élections, un peu partout dans le monde, et nous n'avons vraiment aucun contrôle là-dessus. C'est ce qui a empêché certains des autres pays d'être présents.
Je vois certains de nos témoins. Monsieur Balsillie et monsieur McNamee, veuillez prendre place à l'avant. Nous commençons tout juste. Bienvenue.
Je vais demander aux délégués de se présenter brièvement en se nommant et en nommant leur pays.
Commençons par la représentante de l'Estonie.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Yes, I've seen similar.... The story, I believe, was on CNN this afternoon. I have not received that, as chair of the committee. Whether they will show up or won't show up.... We've asked the clerk, as well. We haven't received any communication to say they're not going to be appearing tomorrow morning.
My expectation is that we'll have some spaces for them to come and sit and give testimony. Whether or not they choose to fill those is up to them.
Again, it's my hope and expectation that they will follow through with our subpoena and show up tomorrow. That's just my comment back that officially, nothing as chair, nothing as clerk of the committee.
Oui. J'ai aussi vu… Je crois que c'était sur CNN, cet après-midi. Je n'ai pas reçu une telle réponse, en tant que président du Comité. Quant à savoir s'ils vont se présenter ou pas… Nous avons aussi demandé au greffier. Nous n'avons rien reçu disant qu'ils ne vont pas comparaître demain matin.
Nous leur réserverons des sièges pour leurs témoignages. C'est à eux qu'il incombe de décider s'ils vont venir s'y asseoir ou pas.
Comme je l'ai dit, j'espère et je compte bien qu'ils vont se conformer à l'assignation à comparaître et se présenter demain. Tout cela pour dire qu'officiellement, je n'ai rien eu en tant que président, et le greffier n'a rien eu non plus.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2019-05-07 11:15
Do you have any comment on Mr. Nater's possible proposal that the meetings be in camera?
Avez-vous un commentaire sur la possibilité de tenir la réunion à huis clos, comme le propose M. Nater?
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2019-04-11 13:13
Thank you very much, Chair, for having me back to the committee. I have a personal interest in this, as I'll describe, so I'm pleased that my colleague allowed me to have the floor.
I can't really do much to amplify the seriousness of this. I can tell you, though, that there are 125,000 lawyers in Canada represented by something called the Federation of Law Societies, and here's what they say. Ross Earnshaw, president, said:
When the current process was established, one goal was to eliminate any perception that partisan considerations enter into what Canadians ought to expect to be a purely merit-based appointment process. It is critical to the integrity of that process that individuals under consideration have no fear that their identity or other information will be used for any purpose other than the one intended. It is deeply concerning that such information was leaked in this instance.
This is not partisan. This is the head of every law society in Canada, the federation of all of them, saying what a travesty this is, the leak of this information.
I have been on record as praising this government for the appointment process to the Supreme Court of Canada, and I don't draw back from that. You can see that I'm not making that up; you can read the comments I've made in the media about it.
To have a former prime minister of another party chair a group of people from across the country and to give, under a non-disclosure agreement, to Mr. Nicholson, the member for Niagara Falls, the then justice critic, and me, the then NDP critic, access to all the information on the finalists, and then for us to make recommendations and have that go to the Prime Minister, and for the recommendations to be essentially followed, to me is an unbelievable process. Compare that to what happened with Mr. Justice Kavanaugh in the U.S. Supreme Court. We've a lot to be proud of. We've a lot to be proud of, and I've praised the government for that.
What has happened here is devastating to the integrity and credibility of that process. We need to investigate it. There needs to be an investigation. We stood up and asked the new Attorney General, “Sir, would you investigate this?” We did that on several occasions. My understanding of his answer, and I stand to be corrected, is, “I asked the Prime Minister's Office and they didn't do it, and I talked to my people and we didn't do it.”
Now it gets personal.
I am under a cloud of suspicion, as is my colleague from the Conservative Party. I was prepared to go to my grave with the information as to who were the finalists in this process. Indeed, there are other names that I cannot and will not mention. They are people I happen to know, who put their name forward in the confidence that it would not be leaked.
Imagine you're a sitting judge, the chief justice of the Manitoba superior court, in the case of Mr. Justice Joyal. Imagine if your colleagues know that you're really not that interested in your job because you want to go off and be in Ottawa. How does that leave you with your colleagues? There are implications of this; this isn't just politics.
I think that if the Attorney General is not going to investigate this, we have an obligation—this committee—to do that job. I resent that I'm under a cloud of suspicion. I resent that this process has left my friend Mr. Nicholson under a cloud. I would never disclose that this particular candidate was on the list. Now we know he was. There are others you don't know about and I will not disclose.
This is a serious matter, as the Federation of Law Societies has said. This committee in particular should take this seriously. How often have we said, Mr. Chair, and you've been clear on this, that we will not discuss candidates for who is going to testify on the public record about any number of issues, right? We always go in camera to talk about witnesses. This issue is ten times—a hundred times—more serious than whether we choose Mary or Bill to be a witness on a particular topic.
The integrity of how we appoint people to the highest court of our land is at issue. If the Attorney General is not going to do it—and he's made clear in the House, at least, that he is not—I say that we have an obligation to Canadians to do it. This is serious.
Monsieur le président, je vous remercie de m'accueillir de nouveau dans votre comité. Ce sujet m'intéresse personnellement, comme je vais le préciser, de sorte que je suis reconnaissant à mon collègue de m'avoir donné la parole.
Je ne suis pas vraiment en mesure d'insister sur la gravité de toute cette affaire. Je peux néanmoins vous dire qu'il y a au Canada 125 000 avocats qui sont représentés par la Fédération des ordres professionnels de juristes et voilà ce qu'a déclaré son président Ross Earnshaw:
Lorsque le processus actuel a été créé, le but était notamment d'éviter toute perception que des considérations partisanes puissent influencer un processus de nomination qui devait, pour les Canadiens, être unique fondé sur le mérite. L'intégrité du processus repose entièrement sur le fait que les personnes qui se sont portées candidates ne doivent pas à craindre que leur identité ou d'autres renseignements les concernant soient utilisés dans un autre but que celui pour lequel ils ont été fournis. Il est gravement préoccupant que de tels renseignements aient fait l'objet d'une fuite.
Ce n'est pas une déclaration partisane. Il s'agit du chef de tous les barreaux du Canada, la fédération des barreaux, qui déclare que la fuite de ces renseignements est une parodie de justice très grave.
J'ai officiellement félicité le gouvernement pour ce qui est du processus de nomination établi pour les juges de la Cour suprême du Canada et je les maintiens. Vous pouvez constater que je n'invente rien; vous pouvez lire les commentaires que je vous ai transmis dans les médias.
Qu'un ancien premier ministre d'un autre parti préside un groupe de personnes venant de toutes les régions du Canada et qu'il donne, aux termes d'un accord de non-divulgation, à M. Nicholson, le député de Niagara Falls, le critique de la justice de l'époque, et à moi, le critique du NPD de l'époque, accès à tous les renseignements sur les candidats retenus et ensuite, que les recommandations destinées au premier ministre soient dans l'ensemble suivies, constitue d'après moi un processus d'une qualité extraordinaire. Comparez tout cela à ce qui est arrivé avec le juge Kavanaugh de la Cour suprême des États-Unis. Nous devons être très fiers de ce que nous faisons. Nous devons être très fiers de tout cela et j'ai félicité le gouvernement à ce sujet.
Ce qui s'est produit aura un effet dévastateur sur l'intégrité et la crédibilité de ce processus. Il faut absolument faire enquête. Il faut qu'il y ait une enquête. Nous avons pris position et posé la question au nouveau procureur général: « Monsieur, allez-vous faire une enquête? » Nous l'avons fait à plusieurs reprises. Si j'ai bien compris sa réponse, il a dit, si je ne m'abuse: « J'ai interrogé le Bureau du premier ministre et les responsables m'ont déclaré qu'ils n'en ont pas fait; j'ai parlé à mes collaborateurs et nous n’en avons pas fait. »
L'affaire devient maintenant un peu personnelle.
Je suis maintenant entouré de soupçons, tout comme mon collègue du Parti conservateur. J'aurais été prêt à emporter dans ma tombe les renseignements concernant l'identité des finalistes. En fait, il y a d'autres noms que je ne peux mentionner et que je ne mentionnerais pas. Il se trouve que ce sont des gens que je connais, qui ont présenté leur candidature en étant convaincus qu'il n'y aurait pas de fuite dans ce domaine.
Imaginez que vous êtes un juge en poste, le juge en chef de la Cour supérieure du Manitoba, dans le cas de M. le juge Joyal. Imaginez que vos collègues apprennent que vous n'êtes pas vraiment intéressé par votre poste parce que vous voulez le quitter pour vous aller à Ottawa. Dans quelle position cela vous place-t-il avec vos collègues? Cela entraîne des conséquences; il ne s'agit pas uniquement de politique.
Je pense que si le procureur général refuse de faire enquête sur cette question, nous avons le devoir — le Comité — de le faire. Je suis indigné du fait qu'un nuage de suspicion plane au-dessus de ma tête. Je suis indigné que ce processus ait pour effet de placer mon ami M. Nicholson sous un tel nuage. Je n'aurais jamais révélé que ce candidat particulier figurait sur la liste. Nous savons maintenant que c'était le cas. Il y en a d'autres dont vous ne connaissez pas le nom et je ne vous les révélerais pas.
C'est une question grave, comme l'a déclaré la Fédération des ordres professionnels. Ce comité en particulier doit prendre cette question très au sérieux. Combien de fois avons-nous dit, monsieur le président, et vous avez été très clair à ce sujet, que nous ne divulguerons jamais le nom des personnes qui vont être amenées à témoigner officiellement sur un certain nombre de questions? Nous siégeons toujours à huis clos lorsque nous parlons des témoins. Cette question est 10 fois — je dirais même 100 fois — plus grave que celle qui consiste à savoir si ce sera Marie ou Jean qui vont témoigner sur un sujet particulier.
L'intégrité du processus de nomination des juges du plus haut tribunal de notre pays est en jeu. Si le procureur général ne va pas s'en charger — et il a déclaré clairement à la Chambre, tout au moins, qu'il ne le ferait pas — je dis que nous avons le devoir de le faire pour les Canadiens. La situation est grave.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We'll call the meeting to order.
This is meeting number 143 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. Pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), we continue with the study of privacy of digital government services.
Today we have with us Brian Kelcey, vice-president of the Toronto Region Board of Trade.
First of all, as most of the committee knows, there have been two motions brought before us. We'll start with Mr. Kent.
Go ahead.
Nous allons ouvrir la séance.
Il s'agit de la 143e réunion du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, nous poursuivons notre étude sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Aujourd'hui, nous accueillons M. Brian Kelcey, vice-président de la Chambre de commerce de la région de Toronto.
Avant de commencer, comme la plupart des membres du Comité le savent, nous devons nous pencher sur les deux motions dont nous sommes saisis. Nous allons commencer par M. Kent.
La parole est à vous.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I'll call the meeting to order. This is meeting 142 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. Pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), we are resuming our study of privacy of digital government services.
The witnesses we have with us are, from the Canadian Bankers Association, Angelina Mason, General Counsel and Vice-President; and Marina Mandal, Vice-President, Banking Transformation and Strategy. From Symcor, Inc., we have Della Shea, Vice-President, Privacy and Data Governance and Chief Privacy Officer.
We'll start off with Marina, for 10 minutes.
La séance est ouverte. Nous entamons la 142e séance du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique. Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, nous reprenons notre étude sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Nous accueillons comme témoins, au nom de l'Association des banquiers canadiens, Angelina Mason, avocate en chef et vice-présidente, et Marina Mandal, vice-présidente, Transformation et stratégie bancaires. Pour le compte de Symcor Inc., nous accueillons Della Shea, vice-présidente, Protection des renseignements personnels et gouvernance des données, et chef de la protection des renseignements personnels.
C'est à vous Marina. Vous avez 10 minutes.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I call to order meeting 141 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. Pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), we are resuming our study of the privacy of digital government services.
Today, from Sidewalk Labs, we have with us Dan Doctoroff, chief executive officer; Micah Lasher, head of policy and communications; and John Brodhead, director of policy and strategy.
Before we get going, though, we have a motion from one of our members.
Mr. Angus, go ahead.
Je déclare ouverte la 141e séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, nous reprenons notre étude sur la protection des renseignements personnels dans les services gouvernementaux numériques.
Nous accueillons aujourd'hui les représentants de Sidewalk Labs: Dan Doctoroff, directeur général, Micah Lasher, chef des politiques et des communications, et John Brodhead, directeur des politiques et de la stratégie.
Avant d'entendre nos témoins, nous devons nous pencher sur une motion de l'un des membres du Comité.
Allez-y, monsieur Angus.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
As I said in my letter to the committee yesterday, and as I said in my remarks today, the order in council and the waiver of privilege and confidentiality extend to January 14, when I was sworn in as the Minister of Veterans Affairs, so they do not include any conversations that occurred thereafter. They do not include conversations that I may or may not have had with the Prime Minister, and they do not include the conversation I had with my former cabinet colleagues after my resignation from cabinet.
Comme je l’ai indiqué dans ma lettre au Comité hier et comme je l’ai dit dans mes remarques aujourd’hui, le décret et la renonciation au privilège et à la confidentialité s’étendent jusqu’au 14 janvier, date à laquelle j’ai été assermentée comme ministre des Anciens Combattants, de sorte qu’ils ne comprennent pas les conversations ayant eu lieu par la suite. Ils ne comprennent pas mes éventuels entretiens avec le premier ministre ni les échanges que j’ai eus avec mes anciens collègues du Cabinet après ma démission.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Having heard some of the deliberations and the questions asked by the committee over the course of the meetings you have had, I believe some of the questions would be answered if that information were made available.
Après avoir entendu certains de vos débats et certaines des questions posées par le Comité au cours de vos réunions antérieures, je pense que l'on pourrait répondre à certaines questions si ces renseignements étaient disponibles.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I answered a similar question to this one. As I put in the letter and as I said here today, recognizing some of the questions that members around the table have asked, I am unable to speak about the time frame between January 14, when I was sworn in, through to meetings that I may or may not have had with the Prime Minister, my resignation and the conversations, which obviously have been widely publicized, that I had with my former colleagues around the cabinet table. I am not able to speak to those issues.
J’ai répondu à une question semblable. Comme je l’ai indiqué dans ma lettre et comme je l’ai dit ici aujourd’hui, compte tenu de certaines des questions que les membres du Comité ont posées, je ne peux pas parler de la période écoulée entre le 14 janvier, lorsque j’ai été assermentée, en passant par les réunions que j’ai pu avoir ou non avec le premier ministre, jusqu'à ma démission, et des conversations que j’ai eues avec mes anciens collègues du Cabinet et qui, de toute évidence, ont été largement publicisées. Je ne peux pas parler de ces sujets.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I'm not going to provide legal advice to the committee, but I am going by the order in council and the waiver that were provided around SNC and deferred prosecution agreements, and I am able to speak about any conversations held around those topics when I was the Attorney General.
Je ne vais pas donner de conseils juridiques au Comité, mais je me fie au décret et à la renonciation qui ont été fournis au sujet de SNC et des ententes de suspension de poursuites, et je peux parler de toutes les conversations qui ont eu lieu sur ces sujets lorsque j’étais procureure générale.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Well, I think I'm fine with it. We're going over very similar ground here, but I had made my decision as the Attorney General. I did not need external legal counsel. I did not need people in the Prime Minister's Office continuing to suggest that I needed external legal counsel. That's inappropriate. I will say, with respect to the conversations you mentioned, and Mathieu Bouchard's remarks about an individual prosecutor's opinion being different from that of the director of public prosecutions, I can't help but wonder why he would bring that up. How would he know that? How had he garnered that information?
It is entirely inappropriate for any member of the Prime Minister's Office, and it would be entirely inappropriate for any member of staff within my department to reflect those conversations, because I would have serious concerns—and I did at the time, and still do—about how that information was acquired, and from whom.
D'accord, je vais répondre à cela, mais nous commençons selon moi à nous répéter. J’avais pris ma décision en ma qualité de procureure générale. Je n’avais pas besoin de conseillers juridiques externes. Il n'était pas opportun que des gens du Cabinet du premier ministre continuent de dire que j’avais besoin d’un conseiller juridique externe. C’est inapproprié. Je dois dire, en ce qui concerne les conversations dont vous avez parlé et les remarques de Mathieu Bouchard selon lesquelles l’opinion d’un procureur est différente de celle de la directrice des poursuites pénales, que je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi il soulève cette question. Comment pouvait-il le savoir? Comment a-t-il obtenu cette information?
Il est tout à fait inapproprié qu’un membre du Cabinet du premier ministre ou qu'un membre du personnel de mon ministère tienne compte de ces conversations, parce que j’aurais alors de sérieuses réserves — comme j'en ai eu à ce moment, et comme j'en ai encore — quant à la façon dont ces renseignements ont été obtenus, et de qui.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I am not going to speak to that. I have received the order in council and the waiver that's been provided to me to speak to this committee and to the Ethics Commissioner about matters that would be covered by solicitor-client privilege and cabinet confidences for the time that I was the Minister of Justice and Attorney General of Canada.
Je ne vais pas parler de cela. J'ai reçu le décret et la renonciation que l'on m'a accordés pour témoigner devant ce comité et pour dévoiler au commissaire à l'éthique des faits qui se sont produits et des secrets du Cabinet que j'ai entendus pendant que j'étais ministre de la Justice et procureure générale du Canada. Ces faits faisaient partie du secret professionnel entre avocat et client.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
Every conversation that I may or may not have had when I was the Minister of Veterans Affairs with the Prime Minister or not with the Prime Minister, up to and including the meeting I had with my then-colleagues around the cabinet table, would be covered by cabinet confidentiality.
Toutes les conversations que j'ai eues ou non quand j'étais ministre des Anciens Combattants avec le premier ministre ou sans le premier ministre, jusqu'à, et inclusivement, la réunion que j'ai tenue avec mes collègues de l'époque à la table du Cabinet, font partie du secret professionnel.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I don't feel it's appropriate to share that.
Je ne pense pas qu'il convienne que je réponde à cette question.
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
I don't feel it's appropriate to answer that question because it gets into discussions around the nature and the content of the section 13 notice that was provided to me as the Attorney General from the director of public prosecutions, and it gets into topics that are right now before the courts.
Je ne pense pas pouvoir répondre à cette question, parce qu'elle porte sur le contenu de l'avis en vertu de l'article 13 que la directrice des poursuites pénales m'a signifié dans le cadre de mes fonctions de procureure générale. Cet avis porte sur des sujets débattus à l'heure actuelle devant les tribunaux.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I'd like to thank everybody for coming to the 137th meeting of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics.
Pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), we continue our study of privacy of digital government services.
Today we have with us, from Waterfront Toronto, Meg Davies, chief development officer; and Kristina Verner, vice-president, innovation, sustainability and prosperity. From the Information Technology Association of Canada, we have André Leduc, vice-president, government relations and policy; and Michael Fekete, partner, technology, national innovation leader, Osler, Hoskin & Harcourt LLP.
First of all, I'd like to give Mr. Angus a second. He wanted to talk about witnesses.
Je vous remercie tous d'être venus à cette 137e séance du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.
Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, nous poursuivons notre étude sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Nous accueillons aujourd'hui, de Waterfront Toronto, Meg Davis, directrice du développement et Kristina Verner, vice-présidente, Innovation, durabilité et prospérité. De l'Association canadienne de la technologie de l'information, nous accueillons André Leduc, vice-président, Relations gouvernementales et politiques et Michael Fekete, associé, Technologie, Leader national de l'innovation, Osler, Hoskin & Harcourt S.E.N.C.R.L./s.r.l.
Je vais tout d'abord passer la parole à M. Angus, qui désire discuter de l'invitation de témoins.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Yes. I don't believe there's a point of order, but fair enough.
Go ahead, Mr. Vaughan.
Oui. Je ne crois pas qu’il y ait lieu d'invoquer le Règlement, mais bon.
Allez-y, monsieur Vaughan.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I'll call to order meeting 136 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics for our study, pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), of the privacy of digital government services.
Today we have with us Alex Benay, chief information officer of the Government of Canada; Aaron Snow, chief executive officer, Canadian Digital Service; Ruth Naylor, executive director of the information and privacy policy division, chief information officer branch, Treasury Board of Canada; and last but not least, John O'Brien, director, security and reliability engineering, Canadian Digital Service.
It's my understanding that Mr. Benay and Mr. Snow will each speak for 10 minutes, so go ahead, starting with Mr. Benay for 10 minutes.
Je déclare ouverte la 136e séance du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique. Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, nous étudions la protection des renseignements personnels dans les services gouvernementaux numériques.
Nous accueillons aujourd’hui Alex Benay, dirigeant principal de l’information du gouvernement du Canada; Aaron Snow, directeur général, Service numérique canadien; Ruth Naylor, directrice exécutive de la Division des politiques de l’information et de la protection des renseignements personnels, Direction du dirigeant principal de l’information, Conseil du Trésor du Canada; et enfin, John O’Brien, directeur, Sécurité et fiabilité, Service numérique canadien.
Je crois comprendre que MM. Benay et Snow parleront chacun 10 minutes, alors allez-y, en commençant par M. Benay qui a donc 10 minutes.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I just have one last question.
Mr. Benay, you talked about using Google Docs as part of the interaction, I guess, with our citizens. It's ease of interaction, too, is key to it all. But one thing our committee's been concerned about is the state of collection and the huge data companies that they are, whether Amazon, Google, Facebook, etc. We see this marriage happening: It might be that we eventually go to vote on Facebook. Maybe there's an app that we use. Maybe that's a subjective thing to think about, but a concern to a lot of us in this room.
As you're part of our bureaucracy that's making this system for government, what recommendations, regulatory-wise, would you make on some of these big-data platforms? You've established the fence around our data, as Canadian citizens.
Maybe this is more for Mr. O'Brien. What regulations would you, in your personal opinion, apply to these big-data companies?
J’ai une dernière question.
Monsieur Benay, vous avez parlé de l’utilisation de Google Docs dans le cadre de l’interaction, je suppose, avec nos citoyens. La facilité d’interaction est également essentielle à tout cela. Mais l’une des choses qui préoccupent notre comité, c’est l’état de la collecte et les énormes sociétés qui en recueillent les données, comme Amazon, Google, Facebook, etc. Nous voyons ce mariage s'annoncer; il se pourrait bien que nous votions un jour sur Facebook. Il y a peut-être une application que nous utilisons. C’est peut-être une question subjective à laquelle il faut réfléchir, mais c’est une préoccupation pour beaucoup d’entre nous ici.
Étant donné que vous faites partie de la bureaucratie qui crée ce système pour le gouvernement, quelles recommandations feriez-vous, du point de vue de la réglementation, concernant certaines de ces plateformes de mégadonnées? Vous avez dressé une clôture autour des données des citoyens canadiens.
Ma question s’adresse peut-être davantage à M. O’Brien. À votre avis, quelle réglementation appliqueriez-vous à ces entreprises de mégadonnées?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Let me ask it as a citizen, though. You're ones who use these. You use Google, I'm sure, and all the rest of them.
Mais permettez-moi de poser la question comme citoyen. C'est vous qui les utilisez. Vous utilisez Google, j’en suis sûr, et toutes les autres aussi.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We'll call to order meeting 135 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics, pursuant to Standing Order 108(3)(h)(vii), on the study of the privacy of digital government services.
Today we have witnesses as individuals. We have Jeffrey Roy, Professor, School of Public Administration, Dalhousie University; David Eaves, Lecturer in Public Policy, Digital HKS, Harvard Kennedy School; and last but not least, Amanda Clarke, Assistant Professor, Carleton University.
Before we get into it, I wanted to say that most of you have seen by now the release about the International Grand Committee. It was sent out at noon today. This morning I spoke with Damian Collins, the U.K. chair, as well. It's going to be a developing story as things roll out. We'll send out requests for groups to appear. Likewise, we'll be adding countries to those that we already have. That will be forthcoming. If you want any further information, feel free to ask.
Madame Fortier had submitted a witness. I just wanted to say, for the record, that you can submit witnesses at any point. We had a deadline just because we needed an initial number to get going. If you have a witness who you think would benefit the committee, send the name to the clerk or to my office and we'll make sure it gets put on the list. That said, I do want to get the witness list to you—where we stand right now—so you know where your witness is in the queue.
I have a question from Charlie.
Je déclare ouverte la réunion 135 du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Conformément au sous-alinéa 108(3)h)(vii) du Règlement, notre étude porte sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Nous accueillons aujourd'hui des invités qui témoignent à titre personnel. Nous avons Jeffrey Roy, professeur à l'École d'administration publique de l'Université Dalhousie; David Eaves, conférencier en politiques publiques de digital HKS à la Harvard Kennedy School; et la dernière, mais non la moindre Amanda Clarke, professeure adjointe à l'Université Carleton.
Avant de débuter, je tiens à mentionner que la majorité d'entre vous a vu le communiqué au sujet du Grand Comité international qui a été diffusé aujourd'hui à midi. J'ai aussi parlé ce matin avec Damian Collins, mon homologue du Royaume-Uni. C'est une histoire à suivre à mesure que cela progresse. Nous communiquons avec des groupes pour leur demander de témoigner, et nous ajouterons des pays à la liste que nous avons déjà. Cela s'en vient. Si vous voulez d'autres renseignements, n'hésitez pas à le demander.
Mme Fortier a proposé un témoin. Je tiens à dire officiellement que vous pouvez proposer des témoins à tout moment. Nous avions une échéance parce que nous avions besoin d'un certain nombre de témoins au départ pour aller de l'avant. Si vous avez un témoin qui, selon vous, pourrait aider le Comité dans ses travaux, faites parvenir son nom au greffier ou à mon bureau, et nous l'ajouterons à la liste. Cela étant dit, je tiens à vous envoyer la liste des témoins — là où nous en sommes rendus actuellement — pour que vous sachiez l'endroit où se trouve votre témoin dans la liste.
Charlie a une question.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Welcome, everybody, to the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics, and meeting number 134, on the privacy of digital government services.
We have with us today, as individuals, David Carroll, associate professor, Parsons School of Design, The New School; Chris Vickery, director of cyber risk research, UpGuard; and, from Digital Content Next, Jason Kint, chief executive officer.
Before we get to you guys—again, our apologies for voting, which is why we're here a little late—we have a motion that was discussed on Thursday that we're going to bring forward.
Mr. Kent, go ahead.
Bienvenue, tout le monde, au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Il s'agit de la 134e séance, qui porte sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Nous recevons aujourd'hui, à titre personnel, David Carroll, professeur agrégé, Parsons School of Design, The New School; Chris Vickery, directeur de la recherche sur les risques cybernétiques, UpGuard; et Jason Kint, chef de la direction, Digital Content Next.
Avant de passer à nos témoins — et, encore une fois, toutes nos excuses pour notre léger retard en raison du vote —, nous sommes saisis d'une motion dont il a été question jeudi et que nous allons aborder maintenant.
Monsieur Kent, la parole est à vous.
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
You can decide after my round of questioning whether it was a graceful presence, but thank you, Chair.
Thank you to our witnesses for being here.
There's a lot I want to explore, but the time is limited so I'll try to keep it tight and bright and follow the chain of events of, say, the interference or the attempted corruption—or successful corruption—of the U.S. election and the Brexit vote.
You talked about accountability, Mr. Kint, in your last piece. Does the chain start with access, illegal or otherwise, to the databases that parties hold on citizens? Parties collect an enormous amount of information about voters, voting intent and location, potentially income and preferences, and that information, once hacked—because there was not sufficient security there—was then allowed to be weaponized through the social media platforms. You talked, in your last comment, about accountability toward Facebook.
This is a life-threatening event for that company. Trust is important to any company, particularly social media. What has the response been like since that line was proven, the hack of the DNC and the Republicans, the targeted lies that were then spread through that election, and Facebook not being accountable to its users for its security?
Monsieur le président, après ma série de questions, vous pourrez décider si ma présence est à la hauteur, mais je vous remercie de toute manière.
Merci à nos témoins d'être ici.
Il y a beaucoup de choses que j'aimerais approfondir, mais notre temps est limité, alors je vais essayer d'être clair et bref, et de me contenter de suivre le cours des événements qui ont marqué, disons, l'ingérence ou la tentative de corruption — ou la corruption réussie — relativement aux élections américaines et au vote sur le Brexit.
Monsieur Kint, dans votre intervention, vous avez parlé de responsabilité. Est-ce que la chaîne commence par l'accès, illégal ou non, aux bases de données que les partis détiennent sur les citoyens? Les partis recueillent une énorme quantité de renseignements sur les électeurs, sur les intentions de vote et sur les lieux de vote, et sans doute aussi sur le revenu et les préférences des électeurs. Or, une fois qu'ils ont été piratés — à cause de lacunes sur le plan de la sécurité —, ces renseignements ont pu être utilisés à mauvais escient par les médias sociaux. Dans votre dernière intervention, vous avez évoqué la responsabilité de Facebook.
Pour cette entreprise, il s'agit d'un événement qui met sa survie en péril. La confiance est importante pour toute entreprise, en particulier pour les médias sociaux. Quelle a été la réaction depuis que ce scénario a été prouvé, c'est-à-dire le piratage du Comité national démocrate et des républicains, les mensonges ciblés qui ont ensuite été diffusés lors de cette élection et le fait que Facebook n'ait pas de compte à rendre à ses utilisateurs concernant la sécurité de leurs données?
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
Toward PR?
Vous voulez dire, de cette stratégie de relations publiques.
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
Okay, that's what I'm looking for, because every company has a culture and this is this company's description of its culture, of having been exposed in a major way.
Recently this government came out with a strategy to combat fake news in our next election, which is just eight or nine months away. When we got down to the part of the plan that dealt with social media, the words “hope” and “expectations” were there but no requirements of social media platforms.
I don't know if you watched any of that announcement, either Mr. Carroll or Mr. Kint, just in terms of what social media has to step up to do in order to keep Canadians protected from foreign or other interference. Is it enough to just hope and expect groups like Facebook and Google to do the right thing when it comes to protecting data, not allowing fake news to be weaponized, targeting voters, misdirecting their votes, misdirecting their intentions?
D'accord, c'est ce que je recherche. Chaque entreprise a une culture, et sa réaction au fait d'avoir été exposé de façon importante rend compte de la description que cette entreprise se fait de sa culture.
Récemment, le gouvernement a présenté une stratégie pour lutter contre les fausses nouvelles lors des prochaines élections, élections qui auront lieu dans à peine huit ou neuf mois. Lorsque nous en sommes arrivés à la partie du plan qui traitait des médias sociaux, les mots « espoir » et « attentes » ont été évoqués, mais il n'y avait aucune exigence pour les plateformes de médias sociaux.
Monsieur Carroll ou monsieur Kint, je ne sais pas si vous avez eu vent en tout ou en partie de cette annonce. Quoi qu'il en soit, la question est d'établir ce que les médias sociaux doivent faire pour protéger les Canadiens de toute ingérence étrangère ou autre. Suffit-il d'espérer et de s'attendre à ce que des groupes comme Facebook et Google fassent ce qu'il faut pour protéger les données, pour empêcher l'utilisation à mauvais escient de fausses nouvelles et le ciblage des électeurs, pour aiguiller les électeurs vers les mauvais bureaux de vote et les tromper quant à leurs intentions?
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
Now you're challenging their very business model. That is what they're in the business of—data collection and then the marketing of that data, which is highly valuable. What did you say? It's a $150 billion ad market industry across—
Vous remettez en question leur modèle d'affaires même. La collecte de données et la commercialisation de ces données, c'est en plein leur domaine, et c'est une activité très lucrative. Quels sont les chiffres que vous avez évoqués? Il était question d'un marché publicitaire de 150 milliards de dollars pour l'ensemble...
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
That's based on data collection.
Cela se fonde sur la collecte de données.
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
Let's talk about that higher bar.
Mr. Carroll, I don't know if you can comment on this or not. I think this committee made the suggestion that political parties, which also collect a lot of data, should be held to the privacy standards that private companies are held to. That is not the case in the government's new election bill. The Chief Electoral Officer was out yesterday saying he was very disappointed that this was not included.
Do you think it should be included in Canadian law?
Parlons de ces normes plus rigoureuses.
Monsieur Carroll, je ne sais pas si vous pouvez commenter ou non. Je pense que le Comité a proposé que les partis politiques — qui recueillent aussi beaucoup de données — soient tenus de respecter les normes de protection des renseignements personnels auxquelles les entreprises privées doivent se conformer. Or, cette disposition n'est pas dans le nouveau projet de loi du gouvernement sur les élections. Le directeur général des élections a fait une sortie, hier, pour dire qu'il était très déçu que cela n'ait pas été inclus dans le projet de loi.
Croyez-vous que cela devrait être enchâssé dans les lois canadiennes?
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
Do you mean the political parties preventing it from being hacked in the first place?
Voulez-vous dire que les partis politiques devraient d'entrée de jeu être tenus de prévenir les piratages?
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
This government let a contract to Cambridge Analytica for $100,000. That isn't much money, but we don't know what the intent or purpose of the contract was. Then the scandal broke, and we still don't know.
We're looking for lessons learned—these very difficult, painful lessons learned in the U.S., in the U.K., in France and Germany. We're on the cusp of our next election. What would you suggest is the most important of those painful lessons learned that Canada must pick up now? The election cycle is now. We are turning our minds towards a vote in October. What would you cite as number one?
Le gouvernement a accordé un contrat de 100 000 $ à Cambridge Analytica. Ce n'est pas beaucoup d'argent, mais nous ne savons pas quel était le but ou l'intention de ce contrat. Puis, le scandale a éclaté et nous ne savons toujours pas de quoi il retourne.
Nous recherchons les leçons très difficiles et douloureuses qui ont été apprises aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. Nous sommes à l'aube de la prochaine élection. Parmi ces douloureuses leçons, quelle est celle que le Canada devrait faire sienne en priorité? Le cycle électoral est en cours. Nous commençons à penser en fonction du vote qui se tiendra en octobre. Quelle est, selon vous, la première chose qui doit être faite?
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you for being here today and for your testimony.
As society becomes increasingly digitalized, do you believe that modifications to the Privacy Act or other legislation should be required for political parties to protect the personal information of Canadians?
I'll start with you, Mr. Kint.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie de témoigner aujourd'hui pour nous prodiguer vos conseils.
À mesure qu'une société devient de plus en plus numérisée, considérez-vous qu'il faudrait apporter des modifications à la Loi sur la protection de la vie privée ou à d'autres lois concernant les partis politiques pour protéger les renseignements personnels des Canadiens?
Je commencerai par vous, monsieur Kint.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Okay.
In terms of the digital divide, how can we ensure equal access to government services for people who may not have easy access to the Internet or who, like me, live in rural areas with poor broadband connections? Do you have any thoughts on that?
Mr. Kint, perhaps you can lead off.
D'accord.
Pour ce qui est du fossé numérique, comment pouvons-nous faire en sorte que les gens qui n'ont peut-être pas accès à Internet ou qui, comme moi, vivent dans des régions rurales où le service à large bande est lamentable bénéficient d'un accès égal aux services gouvernementaux? Avez-vous des commentaires à formuler à cet égard?
Monsieur Kint, peut-être pourriez-vous répondre en premier.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
As the chair, I'm just going to ask one question.
Not to be overly simplistic, I see the solution as quite simple. The penalties are one thing that we heard from the information commissioner in the U.K. too, and something that we need to have on this side in limiting data collection, and understanding that data is a multi-level thing, not just data in a general sense.
You have the floor with us. We're listening to exactly what you say. What I'm going to ask all three of you is simply this. If you have one last thing you really want us to hang onto, what would it be? What would you leave us with in regard to what we're talking about today on data collection and government services, or just in general?
We'll start with Mr. Vickery.
En tant que président, je vais poser une seule question.
Sans vouloir simplifier les choses à l'excès, j'y vois une solution assez simple. La commissaire à l'information du Royaume-Uni nous a aussi parlé de pénalités. C'est quelque chose qu'il nous faut aussi pour restreindre la collecte de données, et il faut comprendre qu'il y a de nombreux niveaux aux données et qu'il n'est pas simplement question de données en général.
Nous vous donnons la parole. Nous vous écoutons très attentivement. Ce que je vais vous demander à tous les trois est simple. S'il y a une seule chose que vous voulez que nous retenions, quelle est cette chose? Qu'est-ce que vous voulez que nous retenions en particulier concernant notre discussion d'aujourd'hui sur la collecte de données et les services gouvernementaux en particulier, ou en général?
Commençons par M. Vickery.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
We do have time for this, but what you mean, “worse than we think”? Could you explain that a bit?
Nous avons du temps pour cela, mais qu'entendez-vous quand vous dites que la situation est 10 fois pire que nous le pensons? Pouvez-vous nous expliquer cela un peu?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Welcome, everybody.
Per the notice of meeting this is meeting 133 of the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. The study is on the privacy of digital government services.
Today we have with us somebody we've had several times before, Daniel Therrien, Privacy Commissioner of Canada. We also have Gregory Smolynec, deputy commissioner, policy and promotion sector, and Lara Ives, executive director, policy, research and parliamentary affairs directorate.
Before I go to Mr. Therrien, I want to go to Mr. Kent quickly.
Bienvenue, tout le monde.
Selon l'avis de convocation, il s'agit de la 133e réunion du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. L'étude porte sur la protection des données personnelles dans les services gouvernementaux numériques.
Aujourd'hui, nous accueillons une personne qui a comparu à plusieurs reprises dans le passé, Daniel Therrien, commissaire à la protection de la vie privée du Canada. Nous recevons également Gregory Smolynec, sous-commissaire, Secteur des politiques et de la promotion, et Lara Ives, directrice exécutive, Direction des politiques, de la recherche et des affaires parlementaires.
Avant de céder la parole à M. Therrien, je veux laisser M. Kent intervenir rapidement.
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Angus.
Getting back to the regular agenda, today we welcome two witnesses: as an individual, Dr. Geist, Canada Research Chair in Internet and E-Commerce Law, Faculty of Law, University of Ottawa; and via teleconference, Ann Cavoukian, Privacy by Design Centre of Excellence, Ryerson University.
We'll start off with you, Ms. Cavoukian.
Merci, monsieur Angus.
Pour en revenir à l'ordre du jour régulier, aujourd'hui nous accueillons deux témoins: M. Geist, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit d'Internet et du commerce électronique, Faculté de droit, Université d'Ottawa, à titre personnel; et par téléconférence, Ann Cavoukian, Privacy by Design Centre of Excellence, Université Ryerson.
Nous allons commencer par vous, madame Cavoukian.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Yes, said with a bit of a smile.... I just hope that Liberal members will allow us to do our work in that area.
Subsection 8(3) of the Statistics Act says:
The Chief Statistician shall notify the Minister of any new mandatory request for information at least 30 days before the day on which it is published.
Minister, on what date did you learn that Statistics Canada would be seeking to download the personal financial information of over 500,000 Canadian households?
Oui, dit-il avec un sourire... J'espère simplement que les libéraux nous laisseront faire notre travail à ce chapitre.
Le paragraphe 8(3) de la Loi sur la statistique est ainsi libellé:
Il avise le ministre de toute nouvelle demande de renseignements à caractère obligatoire au moins trente jours avant sa publication.
Monsieur le ministre, quand avez-vous appris que Statistique Canada voudrait télécharger les renseignements financiers personnels de plus de 500 000 foyers canadiens?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
If you could have it back in writing, that would be helpful.
Ce serait utile si vous pouviez nous fournir la réponse par écrit.
Results: 1 - 60 of 281 | Page: 1 of 5

1
2
3
4
5
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data