Interventions in Committee
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair.
I do want to start very quickly by acknowledging the passing of MP Mark Warawa. Mark and I were on the same floor in the Valour Building, and I had the chance to get to know him quite well from a number of conversations. I do wish to pass on my sincerest condolences to his family. I know that the Lord has inherited quite the angel in the last 24 hours. My condolences on Mark's passing.
Going to the topic at hand, the CRA has published a set of reports. The fifth one came out this week: “Tax Gap and Compliance Results for the Federal Corporate Income Tax System”.
If I could just read out the preamble in the executive summary, I think it speaks to the measures our government undertook to ensure the integrity of our tax system. It states:
In April 2016, the Government of Canada committed to estimating the federal tax gap to encourage an open and transparent discussion on tax non-compliance. Understanding how and why taxpayers are non-compliant is critical to help preserve the integrity of the tax system and to protect Canada's revenue base, which supports programs and benefits delivered to Canadians.
I think that little preamble, that first sentence of this last report, is very important to folks back home in my riding and across Canada to assure them that the federal government is providing CRA with all the resources it needs to do its job for integrity.
I have a quick question. We heard some numbers: the before tax gap numbers, the broad ones, but then the audited ones. In your view, how important were the resources we invested in the CRA to pursue those proper audits and reduce that tax gap to be as minimal as possible?
Merci, Monsieur le président.
J'aimerais très rapidement commencer par souligner le décès du député Mark Warawa. Mark et moi occupions le même étage de l'édifice de la Bravoure, et j'ai eu la chance d'avoir eu assez de conversations avec lui pour en venir à bien le connaître. Je tiens à exprimer mes sincères condoléances à sa famille. Je sais que le Seigneur a accueilli un ange extraordinaire, dans les 24 dernières heures. Mes condoléances pour la perte de Mark.
Passons maintenant au sujet qui nous intéresse. L'Agence du revenu du Canada a publié un ensemble de rapports. Le cinquième est sorti cette semaine et s'intitule « Écart fiscal et résultats en matière d'observation pour le système d'impôt fédéral sur le revenu des sociétés ».
Si vous me le permettez, je vais lire le préambule qui se trouve dans le résumé. Je crois qu'il décrit bien les mesures que notre gouvernement a entreprises pour garantir l'intégrité de notre système fiscal.
En avril 2016, le gouvernement du Canada s'est engagé à estimer l'écart fiscal fédéral dans le but d'encourager une discussion ouverte et transparente sur l'inobservation fiscale. Il est essentiel de comprendre comment et pourquoi les contribuables n'observent pas leurs obligations fiscales, car cela aide à préserver l'intégrité du régime fiscal et à protéger l'assiette fiscale du Canada, ce qui appuie les programmes et les prestations fournies aux Canadiens.
Je crois que ce court préambule, la première phrase de ce dernier rapport, est très important pour les gens de ma circonscription ainsi que de partout au Canada, car cela leur garantit que le gouvernement fédéral donne à l'ARC toutes les ressources qu'il lui faut pour assurer l'intégrité.
J'ai une question rapide. Nous avons entendu des chiffres: l'écart fiscal avant la prise en compte des résultats, les chiffres généraux, puis l'écart après les vérifications. D'après vous, quelle a été l'importance des ressources que nous avons investies dans l'ARC pour la réalisation de vérifications convenables et pour la réduction au minimum de l'écart fiscal?
Yves Giroux
View Yves Giroux Profile
Yves Giroux
2019-06-20 11:38
I won't comment on the level or the appropriateness.... I'll let the CRA officials determine whether they have sufficient resources to pursue all the audits they should be pursuing.
It's certainly the case that audits are a very important way of addressing the tax gap and narrowing it to the extent possible, because audits, first of all, uncover tax evasion. Also, and I think equally important, they provide a disincentive to engage in the behaviour in the first place. If there's a relatively high likelihood of getting caught, it's a disincentive to engaging in the behaviour in the first place.
Je n'émettrai aucun commentaire au sujet du niveau ou de la pertinence… Je vais laisser les fonctionnaires de l'ARC dire s'ils ont des ressources suffisantes pour réaliser toutes les vérifications qu'ils devraient réaliser.
Les vérifications sont certainement une façon très importante de s'attaquer à l'écart fiscal et de le réduire le plus possible, car les vérifications ont premièrement pour effet de mettre au jour l'évasion fiscale. Ce qui est tout aussi important d'après moi, c'est qu'elles découragent ce comportement au départ. La probabilité élevée de se faire prendre décourage le comportement au départ.
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:24
Thank you, Mr. Chair.
Good morning.
Thank you for the opportunity to present the Canada Revenue Agency's 2019-20 main estimates to the committee, and to answer any questions you may have on the associated funding.
My understanding is that you have a copy of my full remarks. In the interest of time, I will just hit some of the highlights as I go through.
As you are aware, the CRA is responsible for the administration of federal and certain provincial and territorial programs, as well as the delivery of a number of benefit payment programs. Last year the agency collected approximately $526 billion of tax revenue on behalf of federal, provincial and territorial governments, and distributed over $33 billion of benefit payments to millions of Canadians. The CRA also offers help and information to those who need it, and is working hard to reach Canadians who might not be receiving the tax credits or benefits to which they are entitled.
In order to fulfill its mandate in 2019-20, the CRA is seeking a total of $4.5 billion through these main estimates. Of this amount, $3.5 billion requires approval by Parliament, whereas the remaining $1 billion represents the forecast statutory authorities that are already approved under separate legislation. The statutory items include the children's special allowance payments, employee benefit costs and, pursuant to section 60 of the CRA Act, the spending of revenues received for activities administered on behalf of the provinces and other government departments.
These 2019-20 main estimates represent a net increase of $297.7 million when compared with 2018-19 main estimates. Of this change, $236.8 million is associated with previous funding announcements, with the balance of $60.9 million related to proposed budget 2019 measures. The largest component of this change is an increase of $110 million for measures to crack down and combat tax evasion and tax avoidance, at $61 million; enhance tax collections, at $22 million; and improve client services, at $27 million. This represents the amount of incremental funding received in 2019-20 as a result of measures announced in budgets 2016, 2017 and 2018.
To give you a sense of the kind of programs supported by this funding, allow me to touch on some specific initiatives.
Increased reporting requirements for trusts, which will seek information on beneficial ownership, will help authorities to effectively counter aggressive tax avoidance, tax evasion, money laundering and other criminal activities.
We are addressing commitments to service excellence in three key areas. The first is improving telephone services, including reducing wait times for callers and improving the accuracy of responses provided by call centre agents. The second is enhancing the community volunteer income tax program, where community organizations host tax preparation clinics and arrange for volunteers to prepare, free of charge, income tax and benefit returns for individuals with modest or low income. The third is strengthening digital services by updating and modernizing the agency's information technology infrastructure to deliver a more user-friendly experience, allowing Canadians to easily find the tax and benefit information they need.
Other items contributing to the year-over-year change include adjustments for collective bargaining increases of $64.8 million and the implementation of the federal fuel charge of $56.4 million.
The CRA's 2019-20 main estimates also reflect about $60 million in proposed incremental resources for the announcements made by the Minister of Finance in the March 2019 budget. The largest component, at nearly half, is a proposed increase of $29.3 million to improve general tax compliance. These funds will be used to hire auditors, build technical expertise and improve the agency's compliance IT infrastructure.
A further $9.5 million is proposed to take action to enhance tax compliance specifically in the real estate sector. The proposed funding will be used to create four new dedicated residential and commercial real estate audit teams in high-risk regions, notably in British Columbia and Ontario, to ensure that tax provisions regarding real estate are being followed.
Other examples of items relating to budget 2019 include about $9 million proposed to stabilize Phoenix-related activities by the CRA in our role as administrator of the tax system;
$8.5 million proposed to support the agency's ongoing service improvement efforts;
and $3.5 million proposed to improve access to the Canada workers benefit throughout the year.
In closing, the resources being requested through these estimates will allow the CRA to continue to deliver on its mandate to Canadians by making it easier for the vast majority of taxpayers who want to pay their taxes, and more difficult for the small minority who do not, and by ensuring that Canadians have ready access to the information they need about taxes or benefits.
Mr. Chair, at this time my colleagues and I would be pleased to respond to any questions you may have. Thank you.
Merci, monsieur le président.
Bonjour.
Je vous remercie de cette occasion de présenter au Comité le Budget principal des dépenses de 2019-2020 de l'Agence du revenu du Canada et de répondre aux questions que vous pourriez avoir sur le financement qui y est associé.
Je crois comprendre que vous avez reçu mon exposé. Pour gagner du temps, je vais seulement faire un survol.
Comme vous le savez, l’Agence du revenu du Canada est responsable de l’administration de programmes fiscaux fédéraux et de certains programmes fiscaux provinciaux et territoriaux, ainsi que de l’exécution d’un certain nombre de programmes de versement de prestations. L’année dernière, l’Agence a perçu environ 526 milliards de dollars en recettes fiscales pour le compte des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, et elle a versé plus de 33 milliards de dollars en paiements de prestations à des millions de Canadiens. L’Agence a aussi offert de l’aide et des renseignements à ceux qui en ont besoin et elle a fait un grand effort de sensibilisation auprès de Canadiens qui pourraient ne pas recevoir les crédits d'impôt ou les prestations auxquels ils ont droit.
Afin d’exécuter son mandat en 2019-2020, l’Agence demande un total de 4,5 milliards de dollars dans le Budget principal des dépenses. De ce montant, la somme de 3,5 milliards de dollars nécessite l’approbation du Parlement, tandis que le solde de 1 milliard de dollars représente les autorisations législatives prévues qui sont déjà approuvées selon des dispositions législatives distinctes. Ces postes législatifs comprennent les versements des allocations spéciales pour enfants, les coûts des régimes de prestations aux employés et les dépenses des revenus résultant des activités administrées au nom des provinces et d’autres ministères en vertu de l’article 60 de la Loi sur l’Agence du revenu du Canada.
Le Budget principal des dépenses de 2019-2020 représente une augmentation nette de 297,7 millions de dollars par rapport au Budget principal des dépenses de 2018-2019. Dans cette variation, 236,8 millions de dollars sont liés à des annonces de financement précédentes, tandis que le solde de 60,9 millions de dollars est lié à des mesures proposées du budget de 2019. La composante la plus importante de cette variation est une augmentation de 110 millions de dollars pour des mesures visant à sévir et à lutter contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal, soit 61 millions de dollars, à améliorer le recouvrement fiscal, soit 22 millions de dollars, et à améliorer les services aux clients, soit 27 millions de dollars. Cela représente le montant de financement supplémentaire reçu en 2019-2020 découlant des mesures annoncées dans le cadre des budgets de 2016, de 2017 et de 2018.
Pour vous donner une idée du type de programmes appuyés par ce financement, permettez-moi d'aborder certaines initiatives précises.
Les exigences supplémentaires en matière de déclaration pour les fiducies, qui demanderont des renseignements sur la propriété effective, aideront les autorités à lutter efficacement contre l'évitement fiscal abusif, l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent et d'autres activités criminelles.
Nous donnons suite à des engagements à l’égard de l’excellence du service dans trois domaines clés. Le premier vise à améliorer les services téléphoniques, notamment en réduisant les temps d’attente pour les appelants et en améliorant la précision des réponses fournies par les agents des centres d’appels. Le deuxième concerne l'amélioration du Programme communautaire des bénévoles en matière d’impôt dans le cadre duquel des bénévoles d’organismes communautaires tiennent des comptoirs de préparation gratuite des déclarations de revenus et de prestations pour les particuliers ayant un revenu modeste ou faible. Troisième, nous renforçons les services numériques en actualisant et en modernisant l’infrastructure informatique de l’Agence pour offrir une expérience plus conviviale, permettant aux Canadiens de trouver facilement les renseignements dont ils ont besoin sur l’impôt et les prestations.
Les autres postes ayant contribué au changement d’une année à l’autre comprennent les rajustements de 64,8 millions de dollars pour les augmentations accordées dans les négociations collectives et la mise en œuvre de la redevance fédérale sur les combustibles de 56,4 millions de dollars.
Le Budget principal des dépenses de 2019-2020 de l’Agence reflète également les ressources supplémentaires proposées d'environ 60 millions de dollars pour les annonces faites par le ministre des Finances dans le budget de mars 2019. La composante la plus importante, comptant pour près de la moitié, est une augmentation proposée de 29,3 millions de dollars visant à améliorer l’observation fiscale en général. L’investissement permettra d'embaucher des vérificateurs additionnels, de renforcer l’expertise technique et d'améliorer l’infrastructure informatique de l’Agence liée à l’observation.
Un autre montant de 9,5 millions de dollars est proposé pour prendre des mesures pour accroître l'observation fiscale en particulier dans le secteur immobilier. Le financement proposé servira à mettre sur pied quatre nouvelles équipes de vérification consacrées à l’immobilier résidentiel et commercial dans les régions à haut risque, notamment en Colombie-Britannique et en Ontario, afin de s’assurer du respect des dispositions fiscales relatives à l’immobilier.
D’autres exemples de postes du budget de 2019 incluent environ 9 millions de dollars proposés pour stabiliser les activités de l’Agence liées à Phénix pour son rôle d'administratrice du régime fiscal jusqu’à ce que les problèmes du système soient réglés;
8,5 millions de dollars proposés pour appuyer les efforts continus d'amélioration des services que déploie l'Agence;
et 3,5 millions de dollars proposés pour améliorer l’accès à l’Allocation canadienne pour les travailleurs tout au long de l’année.
Pour conclure, les ressources visées par ce budget des dépenses permettront à l’Agence du revenu du Canada de poursuivre l’exécution de son mandat en rendant la vie plus facile à la vaste majorité des contribuables qui veulent payer leurs taxes et leurs impôts et la vie plus difficile à la faible minorité de contribuables qui ne le veulent pas. Ces ressources permettront également de faire en sorte que les Canadiens aient facilement accès aux renseignements dont ils ont besoin sur l’impôt et les prestations.
Monsieur le président, mes collègues et moi serons heureux de répondre à vos questions. Merci.
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Thank you, Chair.
Welcome, everyone. It's great to have you here. It is such an important topic for Canadians from coast to coast to coast to ensure that all Canadian and high-net-worth individuals and organizations are paying their fair share in taxes. That can only happen when the CRA has the tools and resources available to do so and ensure compliance.
One thing I do wish to ask about is the auditing of real estate transactions in the provinces of British Columbia and Ontario specifically. Looking at the estimates, how important is the increased funding for those CRA tax teams to ensure that with real estate transactions, individuals are paying their share of appropriate taxes?
Merci, monsieur le président.
Bienvenue à tous. C'est un plaisir de vous accueillir au Comité. C'est vraiment un sujet important pour les Canadiens de partout au pays que de s'assurer que tous les Canadiens et les organisations et les individus fortunés paient leur juste part d'impôt. C'est seulement possible d'y arriver si l'Agence du revenu du Canada a les outils et les ressources pour ce faire et veiller à l'observation de la loi.
J'aimerais discuter avec vous de la vérification des transactions immobilières en particulier en Colombie-Britannique et en Ontario. Si nous prenons le budget des dépenses, quelle est l'importance des fonds additionnels pour la mise sur pied de ces équipes fiscales de l'Agence pour s'assurer que les individus paient leur juste part d'impôt concernant leurs transactions immobilières?
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:31
I'd lead off with part of an answer, and then I'll turn it over to my colleague Ted Gallivan, who is in charge of our compliance efforts.
Certainly, it is very important to us to have the resources required to be able to audit effectively high-risk areas. We in the CRA are putting a lot of effort into trying to make sure we have a good risk-based program that identifies the risks that are involved and that targets our resources most effectively to the areas that most need it. In the real estate sector, clearly we saw risks of activity that needed to be looked at. We certainly will be using the additional money we have to provide for additional auditors, and additional tools for those auditors, to be able to uncover areas where there may not be the compliance we want, and then to take actions on that.
I'll maybe let Ted elaborate a little bit on some of that.
Je vais vous donner une partie de réponse, puis je vais demander à mon collègue Ted Gallivan de la compléter, parce que c'est lui qui est chargé de nos programmes d'observation.
C'est certainement très important pour nous d'avoir les ressources nécessaires pour être en mesure de réaliser efficacement des vérifications dans les secteurs à risque élevé. À l'Agence, nous consacrons beaucoup d'énergie à essayer de nous assurer d'avoir en place un bon programme fondé sur les risques qui permet de cerner les risques possibles et de consacrer plus efficacement des ressources dans les domaines où c'est le plus nécessaire. Dans le secteur immobilier, nous avons évidemment repéré des risques relatifs à des activités qui nécessitaient notre attention. Nous utiliserons certainement les fonds additionnels à notre disposition pour embaucher d'autres vérificateurs et leur donner de nouveaux outils en vue de trouver des endroits où l'observation de la loi n'est pas à la hauteur de nos attentes et d'ensuite prendre des mesures en conséquence.
Je vais laisser M. Gallivan vous en parler un peu plus en détail.
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:32
Just quickly, we recently updated statistics showing that at an operational or tactical level, we have increasing results, with more billings; we're into house flips; we're confirming residency status; and we're looking down the contracting pyramid at suppliers to make sure they're registered and paying the taxes that are due.
At a more strategic level, I think the additional funding will let us push deeper into developers—kind of the larger fish in that sector—to make sure they're getting adequate coverage and also to have a strategic shift in behaviour. In some ways, these increasing audit yields would indicate that people's behaviours haven't changed yet. By increasing the level of attention and focus, we would hope to actually see changes in behaviour.
J'aimerais rapidement souligner que nous avons récemment mis à jour des statistiques qui montrent que sur le plan opérationnel ou tactique les résultats s'améliorent et que nous émettons plus de factures. Nous nous attardons aux opérations immobilières de vente-achat. Nous confirmons le statut de résident. Nous vérifions les fournisseurs au sein de la chaîne de sous-traitance pour nous assurer que ces entreprises sont enregistrées et qu'elles paient les taxes dues.
Sur le plan plus stratégique, je crois que les fonds additionnels nous aideront à aller encore plus loin du côté des promoteurs, soit les gros poissons dans ce secteur, pour nous assurer de bien les surveiller et d'encourager un changement de comportement stratégique. À certains égards, la hausse des vérifications nous indique que les gens n'ont pas encore changé leurs comportements. Nous espérons en fait que les comportements évolueront si nous accordons une attention et un intérêt accrus en la matière.
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Okay.
My next question is in regard to estimates. We've done the base erosion and profit shifting, and that's one element of tax compliance globally with multilateral instruments.
We've also invested a billion dollars or more into the CRA, but we also understand that the complexity of tax audits, both domestically and internationally, is increasing. Does CRA, at this juncture, have the resources and tools to undertake those necessary tax audits, and to not go after the mom-and-pop store, but rather where you need to yield results and where tax evasion or tax avoidance could occur and you would see significant injury?
D'accord.
Ma prochaine question concerne le budget des dépenses. Nous avons pris des mesures pour lutter contre l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices, et c'est un élément présent dans les conventions multilatérales dans le monde en ce qui concerne l'observation des règles fiscales.
Nous avons aussi investi au moins 1 milliard de dollars dans l'Agence du revenu du Canada, mais nous sommes aussi conscients que les vérifications fiscales au Canada et à l'étranger sont de plus en plus complexes. À ce stade-ci, est-ce que l'Agence a les ressources et les outils pour entreprendre ces vérifications fiscales nécessaires au lieu de cibler les entreprises familiales et regarder plutôt là où vos mesures doivent donner des résultats, où l'évasion et l'évitement fiscal sont possibles et où nous voyons des dommages importants?
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:34
Mr. Chair, I would say a couple of things about that comment and question.
The first is that it's absolutely true that the complexity of what we have to deal with is growing. There's complexity in the Income Tax Act, but there's complexity in the business structures that are out there too. That could be both domestically and certainly as you get into multinationals operating in an international sphere. We have to make sure that we have the people and the tools to enable us to deal with that complexity.
I think that at the moment we do. One could always do more with more, but if I look at ourselves and compare us to other jurisdictions around the world, I think we have a good level of resources to try to uncover what's happening in those complex structures.
It is true that when we have to audit or review one of these complex multinational structures, they are complicated, and they do take time. We have to make sure that we exercise due diligence. We focus our resources on the places where the greatest risk is, and I think we're doing a good job of that.
The only other thing I would mention, because you've talked about it, is that there's a really important international component to this, and that is making sure that we're co-operating with other tax jurisdictions in this battle. That can come through things like information exchanges and making sure that where we have a multinational, we are exchanging information on activities in different jurisdictions to enable us to get a better picture of what's going on. We look to try to co-operate with other jurisdictions.
Sometimes there can be tension there, because one jurisdiction's tax revenue is not able to be realized by another jurisdiction, but we're seeing more activity at that international level through the OECD and other structures, where we are focusing our administrative activities on getting the right information, having the proper discussions with jurisdictions and multinational firms and, as Ted mentioned, not only uncovering tax revenue in cases we're looking at, but sending a signal to firms and businesses out there that we are actively investigating this area. Hopefully, it will be a deterrent to using these kinds of offshore structures in the future.
Monsieur le président, j'aimerais mentionner certains éléments par rapport à ce commentaire et à cette question.
Premièrement, cela ne fait aucun doute que notre travail est de plus en plus complexe. La Loi de l'impôt sur le revenu est complexe, mais les structures d'entreprise dans le monde le sont aussi. Cela vaut pour le Canada et certainement à l'étranger dans le cas des multinationales. Nous devons nous assurer d'avoir le personnel et les outils qui nous permettent de démêler cette complexité.
Je crois que nous avons actuellement ce dont nous avons besoin. Si nous avions d'autres ressources, nous pourrions toujours en faire plus, mais je crois que nous avons des ressources adéquates, si je nous compare à d'autres dans le monde, pour essayer de démêler ce qui se passe dans ces structures complexes.
J'avoue que c'est complexe lorsque nous devons procéder à la vérification de l'une de ces multinationales avec une structure complexe; cela prend du temps. Nous devons nous assurer de faire preuve de diligence raisonnable. Nous ciblons avec nos ressources les endroits où les risques sont les plus grands, et je crois que nous sommes efficaces.
L'autre chose que j'aimerais souligner, parce que vous en avez parlé, c'est qu'il y a un volet international très important dans ce domaine; nous devons nous assurer de coopérer avec d'autres administrations fiscales dans cette lutte. Cela peut prendre la forme d'échanges de renseignements; dans le cas d'une multinationale, nous devons nous assurer de communiquer des renseignements sur les activités dans les divers pays pour nous aider à avoir une meilleure vue d'ensemble de ce qui se passe. Nous cherchons à essayer de coopérer avec d'autres administrations fiscales dans le monde.
Cela crée parfois des tensions, parce qu'un pays ne peut pas toucher les recettes fiscales d'un autre, mais nous constatons qu'il y a de plus en plus d'activités sur la scène internationale par l'entremise de l'OCDE et d'autres groupes internationaux. Nous consacrons nos activités administratives à aller chercher la bonne information et à avoir des discussions productives avec d'autres pays et des multinationales, et nous chercherons, comme M. Gallivan l'a mentionné, non seulement à trouver des recettes fiscales dans les cas que nous examinons, mais aussi à faire savoir aux entreprises que nous menons activement des enquêtes dans ce domaine. Nous espérons que cela les découragera à l'avenir d'avoir recours à de telles structures d'entreprise à l'étranger.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
I'm quoting from the Toronto Star of November 5, 2017:
Liberal fundraisers held family millions in offshore trusts, leaked documents reveal.
A massive new leak of offshore financial records contains more than 5,000 documents that reveal how two generations of Liberal fundraisers amassed $60 million...in a tax haven beyond the reach of tax collectors.
Internal email correspondence and financial records in the Kolber trusts appear to show evidence of bogus records to hide payments, false invoicing and six-figure gifts to avoid paying tax, raising red flags for experts consulted by the Star and CBC/Radio-Canada.
From the article, I now quote Denis Meunier, a former director general of compliance at CRA: “This definitely merits an audit by the Canada Revenue Agency.”
Has there been any such audit, yes or no?
Je cite un article du 5 novembre 2017 du Toronto Star:
Selon des documents ayant fait l'objet d'une fuite, des collecteurs de fonds du Parti libéral ont placé leur fortune familiale de plusieurs millions dans des fiducies à l'étranger.
Une nouvelle fuite massive de données financières sur des comptes à l'étranger contenant plus de 5 000 documents révèle comment deux générations de collecteurs de fonds du Parti libéral ont amassé 60 millions de dollars [...] dans un paradis fiscal hors de la portée des percepteurs d'impôts.
Des échanges internes de courriels et des dossiers financiers ayant trait aux fiducies Kolber semblent indiquer que de faux dossiers ont servi à cacher des paiements et que de fausses factures et des cadeaux dans les six chiffres ont été utilisés pour éviter de payer des impôts, ce qui soulève de sérieuses interrogations de la part des spécialistes consultés par le Star et CBC/Radio-Canada.
Toujours dans le même article, je cite maintenant Denis Meunier, un ancien directeur général chargé des programmes d'observation à l'Agence du revenu du Canada: « Il ne fait aucun doute qu'une vérification par l'Agence du revenu du Canada est de mise dans ce dossier. »
Une telle vérification a-t-elle eu lieu, oui ou non?
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:37
Mr. Chair, thank you for the question.
I can't answer specifically whether or not there has been an audit of a particular taxpayer, but what I can say in response to that is an example where we try to use every source of information we have to uncover the risks—
Merci de votre question, monsieur le président.
Je ne peux pas dire précisément si un contribuable a fait l'objet d'une vérification, mais je peux vous dire que nous essayons de nous servir de chaque source d'information à notre disposition pour repérer les risques...
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:37
—and uncover the areas that we have to look at. That can come through our own internal databases or from some of the information sharing that I've talked about.
... et cerner les secteurs que nous devons examiner. L'information peut provenir de nos propres bases de données internes ou de renseignements communiqués par d'autres, comme je l'ai mentionné plus tôt.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Why can't you say whether there has been an audit of this particular case?
Mr. Bob Hamilton: [Technical difficulty—Editor]
Hon. Pierre Poilievre: Why not?
Pourquoi ne pouvez-vous pas dire s'il y a eu une vérification dans ce cas précis?
M. Bob Hamilton: [Difficultés techniques]
L'hon. Pierre Poilievre: Pourquoi pas?
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:37
I typically do not comment on audits of particular taxpayers.
Je n'ai pas l'habitude de faire de commentaires sur les vérifications visant des contribuables.
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:38
First off, we, as officials, are bound by section 241 of the Income Tax Act to not discuss taxpayer-specific information, and we abide by that. In a particular case, sometimes there are things in the public domain, but we certainly have to respect the information that we have on taxpayers and not disclose that unless it has been authorized by the taxpayer.
I don't know if Ted wants to add anything to that.
Premièrement, à titre de fonctionnaires, nous devons respecter l'article 241 de la Loi de l'impôt sur le revenu et nous devons donc nous abstenir de discuter de renseignements ayant trait à un contribuable précis, et c'est ce que nous faisons. Dans certains cas, il arrive parfois que certains éléments soient du domaine public, mais nous devons certainement protéger les renseignements que nous avons au sujet des contribuables et éviter de les divulguer à moins d'y avoir été autorisé par le contribuable concerné.
Je ne sais pas si M. Gallivan souhaite ajouter quelque chose.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. You can't discuss individual cases. I gather it is inappropriate for any governmental official to do the same. Of course, the head of government, the Prime Minister, has commented on this particular case, as follows:
“We have received assurances that all rules were followed, indeed, the same assurances made in the public statement released by the family, and we are satisfied with those assurances,” Trudeau told reporters during a news conference....
In other words, the Prime Minister has commented on this particular case. Were you aware that the Prime Minister made public comments about exonerating his friend and fundraiser in the matter of the Paradise Papers leaks?
D'accord. Vous ne pouvez pas parler de cas précis. Je comprends que c'est inapproprié pour tout fonctionnaire de le faire. Évidemment, le chef du gouvernement, le premier ministre, a fait les commentaires suivants dans ce dossier:
Nous avons obtenu l'assurance que toutes les règles avaient été suivies, soit la même assurance que la famille a donnée dans sa déclaration publique, et nous sommes satisfaits de ces réponses, a mentionné Trudeau aux journalistes lors d'une conférence de presse...
Autrement dit, le premier ministre a commenté ce dossier. Étiez-vous courant que le premier ministre avait publiquement fait des commentaires qui exonéraient son ami et collecteur de fonds dans le dossier lié aux Paradise Papers?
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:39
Yes. If it's helpful, we risk-assess taxpayers, and one of the sources for a risk assessment is media coverage. Every time there is media coverage like that, I would like to presume that my team is already on it, but I don't presume. When there is media coverage like this or a leak like this, we do undertake a systematic risk assessment, which means that if we're not already auditing them, and if we should audit them, we will audit them.
Oui. Si cela peut vous être utile, nous évaluons le risque que présentent des contribuables, et la couverture médiatique est l'une des sources pour mener une évaluation du risque. Chaque fois que nous voyons une telle couverture médiatique, je me dis que mon équipe est déjà sur le coup, mais c'est évident que c'est le cas. Lorsque nous avons une telle couverture médiatique ou qu'il y a une telle fuite, nous réalisons une évaluation systématique du risque, ce qui signifie que, si nous ne réalisions pas déjà de vérifications à l'égard de ces contribuables et que nous devons le faire, nous le ferons.
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:39
I can tell you that when there's a public leak like that, that process takes place.
Je peux vous dire que, lorsqu'il y a une telle fuite dans le domaine public, nous allons de l'avant avec ce processus.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Thank you.
The question was, were you aware? You're doing this media monitoring. Yes or no, were you aware that the Prime Minister made these comments?
Merci.
Je vous ai demandé si vous étiez au courant. Vous surveillez ce qui se dit dans les médias. Étiez-vous au courant que le premier ministre avait fait de tels commentaires, oui ou non?
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
You were, so your officials, who are supposed to objectively determine whether someone should be audited, now know that the boss has exonerated that particular individual.
Vous l'étiez, donc vos fonctionnaires, qui sont censés déterminer objectivement si quelqu'un devrait faire l'objet d'un audit, savent maintenant que le patron a exonéré cette personne.
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:40
I would say that our officials base their judgment on the facts of the case and the evidence provided.
Je dirais que nos fonctionnaires fondent leur jugement sur les faits entourant l'affaire et les preuves fournies.
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:40
I can assure you that no direction from me—or higher than me—was provided to the auditors with the carriage of the file.
Je peux vous assurer qu'aucune directive de ma part — ou d'un échelon supérieur au mien — n'a été fournie aux vérificateurs en ce qui concerne le traitement de ce dossier.
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:40
They would be making the decision based on the facts in front of them.
Ils prendraient leur décision en fonction des faits dont ils sont saisis.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
No, you can't assure us of that, because someone higher than you would include the Prime Minister, who is the head of the government, and he has already made public statements exonerating the taxpayer in question, his friend and billionaire fundraiser, in a statement that you admit that your officials have read.
Obviously the matter is biased, because the head of government has made public comments that your officials have read and, whether they admit it or not, have in the back of their minds when they decide whether to take action against this particular billionaire Liberal insider.
Now I'll move on to another issue.
Non, vous ne pouvez pas nous l'assurer, car lorsqu'il est question de quelqu'un de plus haut que vous, cela pourrait inclure le premier ministre, qui est le chef du gouvernement et qui a déjà fait des déclarations publiques disculpant le contribuable en question — son ami et collecteur de fonds milliardaire —, déclaration que vous admettez que vos fonctionnaires ont lue.
De toute évidence, la question est teintée de partialité puisque le chef du gouvernement a fait des commentaires publics que vos fonctionnaires ont lus. Or, qu'ils l'admettent ou non, ils auront ces commentaires à l'esprit au moment de décider s'il y a lieu de prendre des mesures contre ce milliardaire proche des libéraux.
Je vais passer à une autre question.
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:41
All I can say is, on behalf of the agency, where the auditors look at a case, they have a focus on the facts as they see them, on the information that's provided, in doing the risk assessment or ultimately if there is an audit. I can give you that assurance.
Tout ce que je peux dire, au nom de l'agence, c'est que lorsque les vérificateurs examinent un cas, ils se focalisent sur les faits tels qu'ils les voient, sur l'information qui leur est fournie. C'est ce dont ils se servent pour évaluer les risques ou, en fin de compte, pour décider s'il y aura un audit. C'est l'assurance que je peux vous donner.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2019-06-11 11:51
Thank you, Mr. Hamilton.
On the topic of ramping up, you mentioned in your opening remarks that there was an increase of $110 million for measures to crack down and combat tax evasion, tax avoidance, and to enhance tax collections.
Later in your statement, you mentioned an increase of $29 million to improve general tax compliance. I wonder if you could perhaps explain to the committee some of the new initiatives that are being created thanks to this new funding or some of the measures that you feel would help Canadians and your work at the CRA thanks to this funding.
Merci, monsieur Hamilton.
Pour ce qui est de l'intensification des activités, vous avez mentionné dans vos observations liminaires qu'il y a eu une augmentation de 110 millions de dollars pour des mesures visant à sévir et à lutter contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal, et pour améliorer la perception des impôts.
Plus loin dans votre déclaration, vous avez mentionné une augmentation de 29 millions de dollars pour améliorer l'observation fiscale en général. Je me demandais si vous pourriez expliquer au Comité certaines des nouvelles initiatives qui seront créées grâce à ce nouveau financement ou certaines des mesures qui, selon vous, pourraient être prises grâce à ce financement afin d'aider les Canadiens et d'améliorer votre travail à l'ARC.
Bob Hamilton
View Bob Hamilton Profile
Bob Hamilton
2019-06-11 11:52
I'll highlight just a couple of things. Again, maybe I'll ask Ted if he wants to add anything that I forget to cover. Certainly the resources we've been given in this area are very helpful to us in a number of ways. One, we can hire more auditors to ensure that we have people who can look into these cases on a risk-assessed basis—so there's a people dimension—and to make sure that those people have the right skills that are needed to be able to look at some of these complex transactions, to understand them and to figure out the right tax outcome.
There's also a technological component to this. As we move forward and with technology developing, there are different tools that can be used to analyze data. We have a lot of data at the CRA. What we're trying to do is to have the right people and right technology available to assess that data and point us to areas where there might be higher risks than in others. At the end of the day, that's a big issue for us at the CRA, to make sure that we are doing a good job of assessing risks and putting resources in those places where they can be the most helpful.
I think I've covered it.
Do you want to...?
Je vais me focaliser sur deux aspects particuliers. Encore une fois, je vais peut-être demander à Ted s'il veut ajouter quelque chose que j'oublie de couvrir. Les ressources qui nous ont été fournies dans ce domaine nous sont assurément très utiles à bien des égards. Premièrement, nous pouvons embaucher un plus grand nombre de vérificateurs et ainsi nous assurer d'avoir les gens nécessaires pour examiner ces cas en fonction des risques. Donc, il y a une dimension humaine. En outre, nous devons veiller à ce que ces gens possèdent les compétences nécessaires pour être en mesure d'examiner certaines de ces opérations complexes, de les comprendre et d'établir comment cela se traduit sur le plan fiscal.
Il y a aussi une composante technologique à cela. Avec l'évolution de la technologie, l'offre d'outils dont nous disposons pour faire l'analyse des données se transforme. À l'ARC, nous avons beaucoup de données. Ce que nous essayons de faire, c'est d'avoir les bonnes personnes et la bonne technologie pour évaluer ces données et repérer les secteurs où les risques pourraient être plus élevés qu'ailleurs. En fin de compte, c'est une question importante pour nous, à l'ARC, car nous voulons nous assurer que nous faisons un bon travail d'évaluation des risques et que nous dirigeons nos ressources là où elles peuvent être le plus utile.
Je crois que j'ai fait le tour de la question.
Voulez-vous...
Ted Gallivan
View Ted Gallivan Profile
Ted Gallivan
2019-06-11 11:53
Maybe I can give just two specific examples. There are country-by-country reports for multinationals that we are now receiving, as well as the Common Reporting Standard, which is worldwide banking information of Canadians that we are also now receiving. These dollars help give us the IT systems to mine that. We've already seen a bump. If you look at the Fiscal Monitor on corporate tax from 2017-18, it's up roughly 10%. Last April to this March, it's up 11%. So you see corporate tax revenue kind of moving.
There are lots of reasons behind that, but I think some would say this idea that the tax authorities globally have more data and the tools to analyze it is moving some of the people who are offside onside, because you see this dramatic growth and the corporate tax being paid voluntarily.
Je peux peut-être donner deux exemples précis. Nous recevons maintenant des rapports pays par pays pour les multinationales ainsi que des rapports de la Norme commune de déclaration, où il est fait état de l'information bancaire de Canadiens à l'étranger. Ces dollars nous aident à nous doter des systèmes de TI nécessaires pour exploiter ces ressources. Nous constatons déjà une amélioration. En regardant la revue financière sur l'impôt des sociétés de 2017-2018, vous allez voir qu'il y a eu une augmentation d'environ 10 %. D'avril à mars dernier, l'augmentation a été de 11 %. Vous voyez donc que les recettes provenant de l'impôt des sociétés sont en quelque sorte en mouvement.
Il y a beaucoup de raisons à cela, mais je pense que certains diraient que l'idée que les autorités fiscales disposent de plus de données et d'outils d'analyse à l'échelle mondiale fait rentrer dans le rang certaines personnes qui étaient hors-jeu. Nous en voulons pour preuve cette croissance spectaculaire et le fait que certaines sociétés s'acquittent désormais de leurs impôts de façon volontaire.
View Kevin Sorenson Profile
CPC (AB)
Good morning, colleagues.
This is meeting number 137 of the Standing Committee on Public Accounts for Tuesday, May 14, 2019. We're here today in consideration of, first, the main estimates 2019-20, vote 1 under the Office of the Auditor General and, second, the report on plans and priorities 2019-20 of the Auditor General of Canada. We also may, if we have time at the end of the meeting, go in camera for 10 or 15 minutes just to discuss a couple of items that have come up.
Before we get into the introductions of all who are here, for those who may be watching or for others who may be in our audience today, the main estimates provide a detailed listing of the resources required by individual departments and agencies for the upcoming fiscal year. They identify the spending authorities, known as votes, and the amounts to be included in subsequent appropriation bills that Parliament will be asked to approve. The House of Commons standing committees may approve, reduce or reject the estimates that are reviewed or referred to them, but one thing that they cannot do is increase them.
Each committee has until May 31 to study them, to vote and to send them back. Otherwise, they are deemed to have been reported. This is what we are doing today. We are hearing the estimates. The House of Commons Standing Committee on Public Accounts has a role to play on behalf of Parliament and Canadians in holding the Office of the Auditor General to account for its past performance and future plans. As a committee, we have developed a practice of reviewing the Office of the Auditor General's performance report and its departmental plan in conjunction with the main estimates. This one day, we kind of forget the last audit done by the office, and we look more specifically to the Office of the Auditor General itself and to the monies that have been appropriated to it.
We welcome, from the Office of the Auditor General, Mr. Sylvain Ricard, Interim Auditor General of Canada; Andrew Hayes, Deputy Auditor General; Lucie Cardinal, Assistant Auditor General; Ronald Bergin, Principal; and Kimberly Leblanc, Principal.
Welcome here.
We will turn the floor to you, sir.
Bonjour, chers collègues.
Le Comité permanent des comptes publics tient aujourd'hui, en ce mardi 14 mai 2019, sa 137e séance. Nous sommes réunis d'abord pour étudier le crédit 1 sous la rubrique Bureau du vérificateur général du Budget principal des dépenses de 2019-2020 et, ensuite, le Rapport sur les plans et priorités 2019-2020 du Bureau du vérificateur général du Canada. Si le temps le permet, nous pourrions aussi, à la fin de la séance, discuter à huis clos, pendant 10 ou 15 minutes, de quelques points relevés en cours de réunion.
Avant de passer aux présentations, je tiens à préciser aux auditeurs et aux personnes présentes dans la salle que le Budget principal des dépenses énumère en détail les ressources dont ont besoin les ministères et les organismes pour le prochain exercice financier. Il précise les pouvoirs de dépenser, appelés crédits, et les montants à inclure dans les projets de loi de crédits ultérieurs que le Parlement sera invité à approuver. Les comités permanents de la Chambre des communes peuvent approuver, réduire ou rejeter les prévisions budgétaires qui leur sont soumises, mais non les augmenter.
Chaque comité a jusqu’au 31 mai pour faire rapport sur le Budget principal des dépenses, sinon il est réputé l’avoir fait. C'est ce que nous faisons aujourd'hui. Nous tenons une séance sur le Budget principal des dépenses. Le Comité permanent des comptes publics de la Chambre des communes a un rôle à jouer au nom du Parlement et des Canadiens, soit celui d’amener le Bureau du vérificateur général à rendre des comptes sur son rendement antérieur et ses plans d’avenir. Pour cette raison, il a pour pratique d’examiner le rapport sur le rendement et le plan ministériel du Bureau du vérificateur général en regard du Budget principal des dépenses. Essentiellement, nous oublions aujourd'hui le dernier audit effectué par le bureau pour nous concentrer plus particulièrement sur le Bureau du vérificateur général comme tel et les sommes qui lui sont allouées.
Pour répondre à nos questions, nous accueillons aujourd'hui M. Sylvain Ricard, vérificateur général du Canada par intérim; M. Andrew Hayes, sous-vérificateur général; Mme Lucie Cardinal, vérificatrice générale adjointe; M. Ronald Bergin, directeur principal; et Mme Kimberly Leblanc, directrice principale.
Soyez les bienvenus.
Vous avez maintenant la parole, monsieur.
Sylvain Ricard
View Sylvain Ricard Profile
Sylvain Ricard
2019-05-14 8:48
Thank you, Mr. Chair.
We are pleased to have this opportunity to discuss our 2017-18 departmental results report and our 2019-20 departmental plan. With me today are Andrew Hayes, Deputy Auditor General; Lucie Cardinal, Assistant Auditor General of Corporate Services and Chief Financial Officer; Kim Leblanc, Principal of Human Resources; and Ron Bergin, Principal of Strategic Planning.
The Office of the Auditor General of Canada supports Parliament and territorial legislatures by providing independent and objective information, advice and assurance about government financial statements and the management of government programs.
The commissioner of the environment and sustainable development carries out our mandate related to the environment and sustainable development.
We conduct all of our audits in accordance with Canadian auditing standards. Our audits and our system of quality control are subject to internal practice reviews and to independent external reviews to provide assurance that you can rely on the quality of our work.
We also help to advance legislative audit methodology and accounting and auditing standards, and we work internationally to build our capacity and to promote better-managed and accountable international institutions.
Let me turn first to our 2017-2018 results report.
As shown in our financial statements, our net cost of operations was $94.2 million, and we employed the equivalent of 568 full-time employees, or FTEs.
With these resources, we delivered 90 financial audits, six special examinations, 19 performance audits, and our first annual commentary report on our financial audits. The Commissioner of the Environment and Sustainable Development also published a collaborative report on climate change, working with provincial auditors general, and delivered a review of departmental progress in implementing sustainable development strategies and our annual report on environmental petitions.
This represents all planned audit work, except for our cancelled performance audits on federal science programs and on infrastructure on reserves; and our performance audit on federal scientific facilities where, instead of a tabled audit report, we issued a management letter at the conclusion of the audit.
In our results report, we note that parliamentary committees reviewed 88% of the reports we presented to Parliament in the 2017-2018 fiscal year. This represents an increase from 72% in the 2016-2017 fiscal year. In total, we participated in 52 parliamentary hearings and briefings on our audit work.
The mission of the Office of the Auditor General of Canada is to contribute to well-managed and accountable government for Canadians. To assess this, we measure whether all of our audit opinions on financial statements are unqualified, and whether all of our special examination reports identify no significant deficiencies. In the 2017-2018 fiscal year, we issued unqualified opinions on all but two, or 95%, of the financial statements we audited. In both cases, we are working with the organizations to address the issues we identified and can inform you that in one of those cases, we have since been able to issue an unqualified audit opinion.
For all six of the special examinations of Crown corporations that we reported in the 2017-18 fiscal year, we identified significant deficiencies. In addition to making recommendations to the corporations, we have since issued our first commentary report on these audits to bring our concern to the attention of Parliament. With the help of this committee we are seeking to improve the management systems, practices and controls in these corporations, particularly in areas that need government support to resolve the problems.
Our assessment of our own organizational performance was generally positive with no significant opportunities for improvement identified. In particular, in our internal practice reviews, which serve as a key quality control in our audit methodology, the reviewer found that our audit reports were appropriate and supported by proper evidence. Our 2017-18 results report includes several indicators of the impact of our work along with measures of our operational performance, which are provided in an appendix to this statement.
Let me turn now to our 2019-20 departmental plan. The Office of the Auditor General is funded through various appropriations and transfers. For the 2019-20 fiscal year, the program expenditures of the Office of the Auditor General under vote 1 of the main estimates for this committee to consider reporting to the House of Commons is $78 million. Our planned number of full-time equivalent employees is 580. Our strategic framework identifies a number of client, operational and people management objectives that we use to manage the office and direct our continuous improvement efforts
In the 2019-20 fiscal year we will focus most of our efforts on the following three objectives.
First, to ensure that we are financially well managed, we need to address the financial challenges we are facing. Although the 2018 federal budget provided us with some new ongoing funding, we did not get any of the new funding that we requested in the 2019 federal budget. We are continuing to explore our options to ensure we are properly funded and accountable only to Parliament. In the near term, we have no choice but to decrease the number of performance audits that we conduct.
Second, to develop and maintain a skilled and engaged workforce, we will better match our audit and support service requirements with the human resources we have available to do the work. We will continue to defer certain audit-related work where we can. We will also defer a number of projects in our support services.
Third, to ensure effective, efficient and accountable office governance and management, we will continue to enhance our information technology security controls. We also need to renew the IT infrastructure that supports our audits, and we have begun to implement a multi-year plan based on the resources that we have available. In the 2019-2020 fiscal year, we will complete the replacement of our human resources management system and begin to replace our audit management software.
In conclusion, the Office of the Auditor General thanks you for your ongoing support and use of our work. We look forward to continuing to serve you in the coming year.
We would be pleased to answer your questions.
Merci, monsieur le président.
Nous sommes heureux d'avoir l'occasion de discuter de notre rapport sur les résultats ministériels 2017-2018 et de notre plan ministériel 2019-2020. Je suis accompagné aujourd'hui d'Andrew Hayes, sous-vérificateur général; de Lucie Cardinal, vérificatrice générale adjointe responsable des Services corporatifs et dirigeante principale des finances; de Kim Leblanc, directrice principale des Ressources humaines; et de Ronald Bergin, directeur principal de la Planification stratégique.
Le Bureau du vérificateur général du Canada appuie les travaux du Parlement et des assemblées législatives des territoires en leur fournissant de l'information, une assurance et des avis objectifs et indépendants sur les états financiers des gouvernements et sur la gestion des programmes gouvernementaux.
La commissaire à l'environnement et au développement durable est responsable des questions liées à l'environnement et au développement durable qui relèvent du mandat du bureau.
Tous nos audits sont réalisés selon les Normes canadiennes d'audit. Nous soumettons nos audits et notre système de contrôle de la qualité à des revues des pratiques internes et à des examens externes indépendants pour donner une assurance quant à la qualité de nos travaux.
Nous participons aussi à l'avancement des méthodes d'audit législatif et des normes de comptabilité et d'audit. Nous menons des travaux sur la scène internationale afin de favoriser le renforcement des capacités d'audit et de promouvoir une meilleure gestion et une meilleure reddition de comptes au sein des institutions internationales.
Permettez-moi de commencer par notre rapport sur les résultats de l'exercice 2017-2018.
Comme le montrent nos états financiers, le coût de fonctionnement net du Bureau s'est chiffré à 94,2 millions de dollars, et nous avons employé 568 équivalents temps plein, ou ETP.
Grâce à ces ressources, nous avons réalisé 90 audits d'états financiers, 6 examens spéciaux et 19 audits de performance, en plus de présenter notre premier rapport sur les audits d'états financiers. La commissaire à l'environnement et au développement durable a piloté la publication d'un rapport collaboratif sur les changements climatiques, avec la participation des vérificateurs généraux des provinces. Elle a aussi présenté un examen sur les progrès réalisés par les ministères dans la mise en œuvre de leurs stratégies de développement durable, ainsi que le rapport annuel du Bureau sur les pétitions en matière d'environnement.
Ces rapports représentent tous les travaux d'audits qui étaient prévus, exception faite des audits de performance annulés sur les programmes scientifiques fédéraux et l'infrastructure dans les réserves. De plus, pour l'audit de performance sur les installations scientifiques fédérales, nous avons présenté une lettre contenant nos recommandations à la fin de l'audit au lieu d'un rapport.
Dans notre rapport sur les résultats, nous indiquons que les comités parlementaires ont examiné 88 % des rapports que nous avons présentés au Parlement au cours de l'exercice 2017-2018. Cela représente une hausse par rapport à l'exercice 2016-2017, où les comités parlementaires avaient examiné 72 % de nos rapports. En tout, nous avons participé à 52 audiences et séances d'information de comités parlementaires à propos de nos travaux d'audit.
Le Bureau du vérificateur général du Canada a pour mission de contribuer à la bonne gestion d'un gouvernement responsable dans l'intérêt des Canadiens. Pour évaluer nos résultats à cet égard, nous déterminons si nous avons exprimé des opinions sans réserve dans le cadre de tous nos audits d'états financiers et si nous n'avons détecté aucun défaut grave lors de nos examens spéciaux. Au cours de l'exercice 2017-2018, nous avons exprimé des opinions sans réserve sur tous les états financiers audités, sauf pour deux entités, soit 95 % de nos audits d'états financiers. Nous collaborons avec les deux organisations concernées en vue de régler les problèmes relevés. Nous pouvons vous indiquer que, pour une de ces entités, nous avons, depuis, été en mesure de formuler une opinion d'audit sans réserve.
Nous avons relevé des défauts graves pour les six examens spéciaux réalisés au cours de l'exercice 2017-2018. En plus d'adresser des recommandations aux sociétés d'État, nous avons depuis publié notre premier rapport d'observations sur ces audits en vue de faire connaître nos préoccupations au Parlement. Avec l'aide du Comité, nous nous employons à renforcer les moyens, les méthodes et les contrôles de gestion de ces sociétés d'État, surtout dans les secteurs où l'appui du gouvernement est nécessaire pour régler les problèmes recensés.
L'évaluation de nos propres résultats organisationnels a généralement été positive et nous n'avons pas relevé de possibilités d'amélioration importantes. Plus particulièrement, lors de nos revues des pratiques internes, qui servent d'outils de contrôle clés pour la qualité de nos méthodes, les examinateurs ont constaté que nos rapports d'audit étaient appropriés et solidement étayés. Notre rapport sur les résultats 2017-2018 contient plusieurs indicateurs de mesure de l'incidence de nos travaux ainsi que des mesures pour évaluer notre rendement organisationnel. Vous trouverez ces renseignements dans une annexe que nous avons fournie avec la présente déclaration.
Passons maintenant à notre plan ministériel 2019-2020. Le Bureau du vérificateur général du Canada est financé grâce à divers crédits et paiements de transfert. Sous le crédit 1 du Budget principal des dépenses de l'exercice 2019-2020, les dépenses de programme du bureau, qui seront examinées par le Comité en vue d'en faire rapport à la Chambre, sont de 78 millions de dollars. Selon notre planification, l'effectif du bureau devrait être de 580 équivalents temps plein. Notre cadre stratégique contient un certain nombre d'objectifs concernant les relations avec les clients, les activités du bureau et la gestion des ressources humaines que nous visons pour gérer le bureau et guider nos mesures d'amélioration continue.
Pour l'exercice 2019-2020, la plupart de nos efforts cibleront les trois objectifs suivants:
Premièrement, pour être une organisation bien gérée sur le plan financier, nous devons relever les défis financiers auxquels nous sommes confrontés. Même si un nouveau financement permanent a été accordé au bureau dans le budget fédéral de 2018, nous n'avons pas obtenu les nouveaux fonds que nous avions demandés dans le budget fédéral de 2019. Nous continuons à examiner les solutions qui s'offrent à nous pour nous assurer d'avoir le financement dont nous avons besoin et de rendre compte uniquement au Parlement. À court terme, nous n'avons pas d'autre choix que de réduire le nombre d'audits de performance que nous effectuons.
Deuxièmement, pour former et conserver une main-d'œuvre qualifiée et engagée, nous devons mieux faire correspondre les besoins de nos services d'audit et de soutien ainsi que des ressources humaines dont nous disposons pour effectuer le travail. Nous continuerons de reporter certains travaux liés à des audits dans la mesure du possible. Nous reporterons aussi un certain nombre de projets au sein de nos services de soutien.
Troisièmement, pour voir à ce que la gestion de la gouvernance du Bureau soit efficace, efficiente et responsable, nous allons continuer à améliorer nos contrôles de sécurité informatique. Nous devons aussi renouveler notre infrastructure informatique pour appuyer la réalisation de nos audits. Nous avons donc commencé la mise en œuvre d'un plan pluriannuel en nous basant sur les ressources que nous avons. Pendant l'exercice 2019-2020, nous finirons de remplacer notre système de gestion des ressources humaines et commencerons le remplacement de notre logiciel de gestion des audits.
En conclusion, le Bureau du vérificateur général remercie le Comité permanent des comptes publics de l'appui et de l'intérêt constant qu'il accorde à ses travaux. Nous sommes heureux de continuer à vous servir au cours de ce nouvel exercice.
Nous répondrons avec plaisir aux questions des membres du Comité.
Results: 1 - 30 of 662 | Page: 1 of 23

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|