Interventions in Committee
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
Thank you, Mr. Chairman.
It's a pleasure to be here today to discuss the main estimates and talk a little about my mandate letter and what it means for Canadians. Following my remarks, my chief financial officer, Marty Muldoon, will provide a brief presentation on these estimates, which I think will be useful for the committee.
As Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, I am responsible for managing Canada's fisheries and aquaculture, protecting mariners, and safeguarding our waters. A big part of my job is making strategic investments and ensuring strong financial management within my portfolio. Marty will go into a bit more detail on what's in DFO's and the Coast Guard's 2016-17 main estimates, which total $2.2 billion. This figure represents a 19% increase over last year, and is mainly due to funding for infrastructure projects and acquiring Coast Guard vessels.
To be more specific, I'm seeking $809.7 million in capital, mostly for the procurement of fleet, machinery, and equipment; $65.5 million in grants and contributions, mostly to support our aboriginal strategies and governance program as well as our fisheries protection program; and $1.2 billion in operating, for salaries and other operating expenditures. Additional funding that's related to the recently tabled budget will be sought through supplementary estimates.
While I have your attention, I want to speak about what budget 2016 means for my department and how it relates to my mandate. Over $197 million was set aside for ocean and freshwater science, monitoring, and research activities. This represents the fulfillment of a key commitment and the largest investment of its kind in fisheries and oceans science in a generation. This funding will allow us to hire new research scientists, biologists, and technicians; invest in new technology; and build important partnerships. Taken together, it will help us make more informed decisions about our oceans, waterways, and fisheries.
DFO, along with Natural Resources Canada, will receive over $81 million for important marine conservation activities, including designating new marine protected areas under the Oceans Act. We will also receive funding to maintain and upgrade federal infrastructure properties, such as Canadian Coast Guard bases. An additional $149 million will help improve infrastructure at federally owned small craft harbours.
DFO is one of seven departments and agencies that will share over $129 million to help our infrastructure adapt to a changing climate and help communities become more resilient to the impacts of climate change.
In terms of investments for indigenous peoples, DFO will receive over $33 million to extend the Atlantic and Pacific integrated commercial fisheries initiatives. This program will help first nations access commercial fisheries and build sustainable commercial fishing enterprises. Northerners, including Inuit, will also receive $40 million in federal funding to help build strong, diversified, and sustainable economies across the three territories. One area that will benefit from this investment is the fisheries sector.
In terms of Coast Guard investments, reopening the Kitsilano Coast Guard facility in Vancouver is a top priority. Over $23 million was set aside in the budget to reopen Kitsilano and expand its search and rescue services to include marine emergency response. The facility will also provide emergency response training to our partners, including indigenous groups, and serve as a regional incident command post in the event of a significant marine incident.
The Coast Guard will also receive $6 million to carry out technical assessment of the Manolis L, a shipwreck off of Newfoundland and Labrador, which began leaking fuel in 2013. Funding for this assessment will help us to find a permanent solution to this issue.
The Coast Guard was identified as one of several departments requiring additional funding to carry out critical mission services. A $500-million fund managed by Treasury Board will help us address things like acid rust-out. Once funding decisions are made, amounts will be submitted for parliamentary approval through the estimates process.
I sincerely believe that the funding I'm seeking through the main estimates, along with the funding laid out in the budget, will help me achieve my mandate and put Canada on the path to shared prosperity and a cleaner and greener economy.
Before I turn the floor over to Mr. Muldoon, I just want to say I appreciate everyone running down here after votes today. I know it took some scheduling challenges to finally get here, but I'm glad I'm here and look forward to hearing from you.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour discuter du Budget principal des dépenses, pour parler un peu de mon mandat et de son importance pour les Canadiens. Après mon allocution, le dirigeant principal des finances, Marty Muldoon, donnera une brève présentation sur le budget qui, j'en suis sûr, sera fort utile pour le Comité.
En ma qualité de ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, je suis responsable de la gestion des pêches et de l’aquaculture au Canada, ainsi que de la protection des navigateurs et de nos eaux. Une bonne part de mon travail consiste à réaliser des investissements stratégiques et à assurer une gestion financière rigoureuse au sein de mon portefeuille. Marty vous donnera davantage de détails sur les éléments constitutifs du Budget principal des dépenses de 2016-2017 du ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, qui totalise 2,2 milliards de dollars. Ce chiffre équivaut à une augmentation de 19 % par rapport à l'année dernière, augmentation qui est principalement attribuable au financement des projets d'infrastructure et à l’acquisition de navires pour la Garde côtière.
Je demande, plus précisément, les montants suivants: 809,7 millions de dollars pour des dépenses en immobilisations, surtout pour les achats nécessaires à la flotte, à la machinerie et à l'équipement; 65,5 millions de dollars en subventions et contributions, principalement pour appuyer notre Programme de stratégie et gouvernance autochtones et notre Programme de protection des pêches; 1,2 milliard de dollars pour les salaires et autres dépenses de fonctionnement. Des fonds supplémentaires en rapport avec le budget récemment déposé seront demandés à la faveur du Budget supplémentaire des dépenses.
Je profite de votre attention pour vous parler de la signification du budget de 2016 pour mon ministère et de son lien direct avec mon mandat. Plus de 197 millions de dollars ont été réservés pour les sciences, la surveillance et la recherche dans le domaine des océans et de l’eau douce. Ce montant permettra de respecter un engagement essentiel et se veut l’investissement le plus important du genre dans les sciences halieutiques et océaniques depuis une génération. Ce financement nous permettra d'engager de nouveaux chercheurs, biologistes et techniciens, d'investir dans les nouvelles technologies et d'établir des partenariats importants. Ensemble, ces mesures nous permettront de prendre des décisions plus éclairées au sujet de nos océans, de nos voies navigables et de nos pêches.
Le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne de même que Ressources naturelles Canada recevront plus de 81 millions de dollars pour des activités de conservation marine importantes, y compris la désignation de nouvelles zones de protection marine en vertu de la Loi sur les océans. Nous recevrons également des fonds pour l'entretien et la modernisation des infrastructures fédérales, comme les bases de la Garde côtière canadienne. Un montant supplémentaire de 149 millions de dollars permettra d'améliorer les infrastructures des ports pour petits bateaux appartenant au gouvernement fédéral.
En outre, le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne figure parmi les sept ministères et organismes qui se partageront plus de 129 millions de dollars pour faire en sorte que nos infrastructures soient adaptées aux changements climatiques et que nos collectivités soient plus résilientes face aux répercussions des changements climatiques.
En ce qui concerne les investissements destinés aux peuples autochtones, Pêches et Océans Canada recevra plus de 33 millions de dollars pour prolonger les initiatives des pêches commerciales intégrées de l’Atlantique et du Pacifique. Ces initiatives aideront les Premières Nations à accéder aux pêches commerciales et à mettre sur pied des entreprises de pêche commerciale viables. Les habitants du Nord, y compris les Inuits, recevront également un financement fédéral de 40 millions de dollars afin de les aider à bâtir des économies solides, diversifiées et durables, partout sur les trois territoires. L'industrie des pêches est un secteur qui bénéficiera de cet investissement.
Quant aux investissements destinés à la Garde côtière, la réouverture de la station de Kitsilano à Vancouver est une priorité absolue. Plus de 23 millions de dollars ont été réservés dans le budget pour rouvrir Kitsilano et accroître ses services de recherche et de sauvetage, afin d'y ajouter l'intervention d'urgence en mer. Cette installation offrira aussi à nos partenaires et aux groupes autochtones une formation en intervention d'urgence et elle servira de poste régional de commandement d'intervention, en cas d'incident maritime grave.
La Garde côtière recevra également 6 millions de dollars pour réaliser une évaluation technique de l'épave Manolis L au large de Terre-Neuve-et-Labrador, qui présente des fuites de combustible depuis 2013. Le financement pour cette évaluation doit nous aider à trouver une solution permanente à ce problème.
La Garde côtière figure parmi les organismes qui ont besoin d'un financement supplémentaire pour offrir les services essentiels à leur mission. Un fonds de 500 millions de dollars géré par le Conseil du Trésor nous aidera à régler plusieurs problèmes, comme l'usure progressive des actifs. Une fois que les décisions de financement seront prises, les montants seront présentés au Parlement aux fins d'approbation dans le cadre du processus d'examen des prévisions budgétaires.
Je crois sincèrement que le financement que je demande dans le Budget principal des dépenses, de même que le financement annoncé dans le budget, me permettront de remplir mon mandat et de lancer le Canada vers une prospérité commune et une économie plus verte et plus propre.
Avant de céder la parole à M. Muldoon, je tiens à vous dire à quel point j’apprécie que vous vous soyez précipités ici après les votes en Chambre. Il m’a fallu, quant à moi, quelque peu jongler avec mon horaire, mais je suis heureux d’être parmi vous pour recueillir vos réactions.
Merci.
Result: 1 - 1 of 1