Interventions in Committee
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
Christine Whitecross
View Christine Whitecross Profile
Christine Whitecross
2015-05-25 15:45
Thank you, Mr. Chair and committee members, for the opportunity to appear before you today to provide an update on the progress the Canadian Armed Forces strategic response team is making in dealing with inappropriate sexual behaviour in the forces.
You will remember that the external review authority's report and the action plan developed by the Canadian Armed Forces to deal specifically with Madame Deschamps' 10 recommendations were released to the Canadian public on April 30, 2015.
Let me start by saying that the past 17 working days since the release of the action plan indeed have been very busy. As I stated at the time of the release, inappropriate sexual behaviour is a complex problem that defies quick fixes and band-aid solutions. To successfully address it, our approach centres on identifying and treating its fundamental root causes rather than simply addressing the symptoms. Madame Deschamps' insight and analysis is absolutely pivotal in this approach. So, what has transpired during the last two and a half weeks?
First, we have reaffirmed that the strategic response team's mission is to enhance the operational readiness of the Canadian Forces by eliminating incidents and impacts of inappropriate sexual behaviour to the extent possible.
The goal is a Canadian Armed Forces that upholds a culture of dignity and respect for all. These are core Canadian values that the institution exists to defend in Canada and around the globe. In other words, in the long term we will enhance the fundamental Canadian Armed Forces' culture to the point that inappropriate sexual behaviour will not be tolerated either by targets of such behaviour or by anyone who witnesses it.
In the short term, we will trigger positive shifts in behaviour through increased awareness of acceptable norms, expectations, responsibilities and accountabilities by engaging with both the chain of command and grassroots membership across the organization.
Additionally, the recently formed Canadian Armed Forces strategic response team on sexual misconduct, which I lead, continues to grow and mature. It is noteworthy that this is the first time in the Canadian Armed Forces' history that an entity has been formed for the sole purpose of addressing this important issue. I have assembled a highly capable, multidisciplinary team consisting of civilian personnel, military members and former military members with the appropriate combination of required skills and experience.
We have identified four major lines of effort critical to achieving the objective. As described in our action plan, the first is to understand the problem. The second is to respond effectively to incidents of inappropriate behaviour, including enhancing the process of reporting. The third is to better support victims throughout the process. The fourth is to prevent occurrences from taking place in the first place.
We have already made considerable progress in several of these endeavours. In terms of understanding, my team has carefully examined Madame Deschamps' report and has begun considering how best to address each of her 10 recommendations.
For example, a key recommendation in Madame Deschamps' report was the creation of an independent centre to deal with inappropriate sexual behaviour. She provided us with several examples, including those established in the United States and Australian militaries.
The analysis of an independent centre will be the focal point of the strategic response team's planning and development in the coming weeks. Accordingly, my team and I recently met with American officials on their SAPRO model and Australian officials on their SeMPRO organization. Both consultations were very productive and provided the team with better insight into a field-tested, proven option with the potential to illustrate how a similar construct could be developed to fit the needs of the Canadian Armed Forces or the Department of National Defence.
In addition to these two visits, members of the strategic response team visited the Peel Regional Police and the Canadian Army Command and Staff College to open discussions about educational opportunities. They attended an international workshop in Geneva that brought together a broad spectrum of international experts on the core facets of sexual harassment and sexual assault in organizational environments. They attended a conference on gender-based analysis plus in security and defence operations held in Ottawa. They met with Ambassador Schuurman, the NATO secretary general's special representative for women, peace and security.
A key component of the behavioural and cultural change I alluded to earlier is connecting with the Canadian Armed Forces members at every level of the organization, including at the pointy end, to both increase awareness of the Canadian Armed Forces' response to Madame Deschamps' report, and to inspire open dialogue and personal reflection on the problem of inappropriate sexual behaviour in the forces. This is quite similar to the approach previously employed in shifting internal stigmas and behaviour surrounding post-traumatic stress disorder and operational stress injuries, which we largely succeeded in doing in the late 1990s and early 2000s.
With members of my team, I began connecting directly with the men and women of the Canadian Armed Forces across Canada starting on May 1, the day after the release of the report. Through a series of town hall meetings, individual question and answer sessions, discussions with the local chain of command, as well as interactions with interested local and regional media, the strategic response team is reaching out to Canadian Armed Forces members and setting the conditions for ongoing dialogue.
I open each session with the acknowledgement that this is a serious problem within the Canadian Armed Forces and that al though no one wants to discuss inappropriate sexual behaviour, it is important to start the discussion. So far, we have been to six bases and wings where I have briefed approximately 5,300 military personnel at 16 general sessions. The questions, comments, concerns, and perspectives in these sessions have brought to light both positive and negative personal experience anecdotes and reinforced two realities: one, the problem is highly complex; and two, while there is a collective will to move the organization forward, there is little consensus as to the gravity of the existing problem.
In the next few months, I look forward to completing the town halls at all 33 bases and wings to ensure that the majority of Canadian Armed Forces members have an opportunity to hear and understand what the team is doing, ask questions and express opinions, and learn about the direction being taken by the Canadian Armed Forces.
Similarly, my team and I will continue our focused consultations with both domestic and international entities that are dealing with a problem similar to ours. This includes military, government, police, and other non-governmental organizations that are able to provide us with applicable insight on best practices and lessons learned.
One of the reasons the Canadian Armed Forces' response to the problem of inappropriate sexual behaviour will be more effective this time is the heightened emphasis on outcome measurement. Even the most elaborate plans and outputs mean little if they do not translate into tangible outcomes and results on the ground. To this end, my team is studying program evaluation methodologies to ensure we are able to measure how effective the changes we implement actually are in practice.
Reporting will go hand in hand with performance measurement. Starting in the fall, I will deliver to the Chief of the Defence Staff my first quarterly report on the Canadian Armed Forces' progress in responding to the problem of inappropriate sexual behaviour. The report will also be released to the Canadian public. We are fully committed to open, transparent dialogue with external stakeholders. Over the past 25 days we have interacted with a total of 88 different media agencies in group and individual engagements. My team and I are committed to standing up and being held to account on this crucial imperative and will continue to be actively engaged with the public, Parliament, and the media.
We have also begun to examine how we can improve the Canadian Armed Forces' approach to training and education in order to shift culture towards enhancing the level of dignity and respect. As well, the team, in conjunction with other Canadian Armed Forces and Department of National Defence personnel, is reviewing existing policy to assess its clarity, coherence, appropriateness, and applicability. As part of this endeavour, all terminology and definitions pertaining to inappropriate sexual behaviour will be thoroughly examined.
Inappropriate sexual behaviour remains a complex problem, one that quick fixes will not solve substantively or sustainably. My team is focused on creating innovative, meaningful change tailored to the needs of the Canadian Armed Forces members and based on best practices and lessons learned from a wide range of sources. This is a no-fail mission for the Canadian Armed Forces that my team and I are completely and utterly committed to.
Thank you.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du comité, je vous remercie de me donner la possibilité de m'adresser au comité aujourd'hui afin de fournir une mise à jour sur les progrès que fait l'Équipe d'intervention stratégique des Forces armées canadiennes pour faire avancer le traitement du comportement sexuel inapproprié dans les forces.
Vous vous souviendrez que le rapport de la responsable de l'examen externe et le plan d'action élaboré par les Forces armées canadiennes pour traiter spécifiquement les 10 recommandations de Mme Deschamps ont été présentés à la population canadienne le 30 avril 2015.
Tout d'abord, j'aimerais dire que les 17 derniers jours depuis la publication du plan d'action ont été très occupés. Comme je le mentionnais au moment de la publication, le comportement sexuel inapproprié est un problème complexe qui ne se prête pas à des solutions rapides et temporaires. Pour le résoudre, notre approche vise à cerner et à traiter les causes fondamentales plutôt que simplement à traiter les symptômes. Les réflexions et l'analyse de Mme Deschamps sont essentielles à cette approche. Donc, qu'est-ce qui est ressorti pendant les deux dernières semaines et demie?
Premièrement, nous avons réaffirmé que la mission de l'Équipe d'intervention stratégique est d'améliorer la préparation opérationnelle des Forces armées canadiennes en éliminant, dans la mesure du possible, les incidents de comportements sexuels inappropriés et leurs répercussions.
L'objectif, c'est des Forces armées canadiennes qui préservent une culture de dignité et de respect pour tous; il s'agit de valeurs essentielles pour le Canada, et cette institution existe pour les défendre, au Canada et dans le monde entier. En d'autres mots, nous améliorerons à long terme la culture fondamentale des Forces armées canadiennes au point où les comportements sexuels inappropriés ne seront pas tolérés, autant par les cibles d'un tel comportement que par les personnes qui en sont témoins.
À court terme, nous induirons des changements positifs dans le comportement par une sensibilisation accrue aux normes, aux attentes, aux responsabilités et aux obligations de rendre compte en faisant participer la chaîne de commandement et les membres de l'ensemble de l'organisation.
De plus, la nouvelle Équipe d'intervention stratégique des Forces armées canadiennes sur l'inconduite sexuelle, que je dirige, continue de grandir et de mûrir. Il est à noter qu'il s'agit de la première fois dans l'histoire des Forces armées canadiennes qu'une entité est formée dans le seul but de traiter ce problème. J'ai rassemblé une équipe hautement compétente et multidisciplinaire composée de personnel civil, de militaires et d'anciens militaires possédant la bonne combinaison de compétences et d'expérience nécessaire.
Nous avons cerné quatre grands axes essentiels à l'atteinte de l'objectif. Comme nous le décrivons dans notre plan d'action, le premier est de comprendre le problème; le deuxième est de réagir efficacement aux incidents de conduite inconvenante, y compris par l'amélioration du processus de signalement; le troisième est de mieux appuyer les victimes pendant le processus; et finalement le quatrième est d'empêcher les incidents de survenir.
Nous avons déjà fait des progrès considérables dans bon nombre de ces efforts. En terme de compréhension, mon équipe a examiné attentivement le rapport de Mme Deschamps et a commencé à prendre en considération le meilleur moyen de traiter chacune des 10 recommandations.
Par exemple, une des recommandations clés du rapport était la création d'un centre indépendant pour traiter le comportement sexuel inapproprié, et elle a fourni plusieurs exemples, y compris les centres établis au sein de l'armée américaine et australienne.
L'analyse d'un centre indépendant sera le point central de la planification et du développement de l'Équipe d'intervention stratégique dans les prochaines semaines. Par conséquent, mon équipe et moi avons récemment rencontré des représentants américains au sujet de leur modèle de SAPRO et les représentants australiens sur l'organisation de leur SeMPRO. Les deux consultations ont été très productives et ont donné à l'équipe une meilleure perspective d'une option mise à l'essai sur le terrain ayant le potentiel d'illustrer de quelle façon une structure similaire pourrait être élaborée pour répondre aux besoins des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale.
En plus de ces deux visites, les membres de l'Équipe d'intervention stratégique ont visité le Service de police régional de Peel et le Collège d'état-major et de commandement des Forces armées pour amorcer les discussions au sujet des possibilités de formation. Ils ont participé à un atelier international à Genève qui rassemblait un large éventail d'experts internationaux sur les aspects essentiels du harcèlement sexuel et des agressions sexuelles en milieu organisationnel. Ils ont participé à une conférence sur l'analyse comparative entre les sexes dans les opérations de sécurité et de défense, qui a eu lieu à Ottawa. Ils ont également rencontré l'ambassadrice Schuurman, la représentante spéciale du secrétaire général sur les femmes, la paix et la sécurité de l'OTAN.
Un élément clé du changement de comportement et de culture auquel j'ai fait allusion plus tôt est d'entretenir des liens avec les membres des Forces armées canadiennes à tous les niveaux de l'organisation, y compris en première ligne, afin de mieux faire connaître la réponse des Forces armées canadiennes au rapport de Mme Deschamps et d'inspirer un dialogue ouvert et une réflexion personnelle sur les problèmes de comportements sexuels inappropriés dans l'ensemble des forces. Cela s'apparente grandement à l'approche utilisée précédemment pour changer les préjugés internes et les comportements entourant le trouble de stress post-traumatique et les blessures de stress opérationnel, ce que nous avons grandement réussi à faire à la fin des années 1990 et au début des années 2000.
Avec des membres de mon équipe, j'ai commencé à tisser des liens directs avec les hommes et les femmes des Forces armées canadiennes de l'ensemble du Canada depuis le 1er mai, le jour suivant la publication du rapport. Par une série de réunions générales, de séances individuelles et de questions et de réponses, de discussions avec la chaîne de commandement locale ainsi que des interactions avec des médias locaux et régionaux, l'Équipe d'intervention stratégique prend contact avec les membres des Forces armées canadiennes et établit les conditions pour un dialogue continu.
Je commence chaque séance en reconnaissant qu'à l'intérieur des Forces armées canadiennes, ce problème est important et que malgré le fait que personne ne veut vraiment parler du problème des comportements sexuels inappropriés, il est important de lancer la discussion. Jusqu'à maintenant, nous avons visité six bases et escadres, où j'ai renseigné environ 5 300 militaires lors de 16 séances générales. Les questions, commentaires, préoccupations et perspectives que ces séances ont suscités, y compris les anecdotes d'expériences personnelles positives et négatives, ont renforcé deux réalités. Premièrement, le problème est très complexe. Deuxièmement, bien qu'il y ait une volonté collective de faire avancer l'organisation, il n'y a guère de consensus quant à la gravité du problème existant.
Au cours des prochains mois, je compte terminer les réunions générales dans les 33 bases et escadres pour garantir que la majorité des membres des Forces armées canadiennes aient l'occasion d'entendre et de comprendre ce que fait l'équipe et où s'en vont les forces, de poser des questions et d'exprimer des opinions.
Par ailleurs, mon équipe et moi continuerons nos consultations ciblées avec les entités nationales et internationales qui font face à des problèmes semblables aux nôtres. Cela comprend les organisations militaires, gouvernementales, policières et les autres organisations non gouvernementales en mesure de nous donner un aperçu applicable des meilleures pratiques et des leçons apprises.
L'une des raisons pour lesquelles la réponse des Forces armées canadiennes au problème du comportement sexuel inapproprié sera plus efficace cette fois-ci, c'est l'importance accrue de la mesure des résultats. Même les plans et résultats les plus élaborés ne se concrétisent pas s'ils ne se traduisent pas par des résultats tangibles sur le terrain. À cette fin, mon équipe étudie les méthodes d'évaluation des programmes pour garantir que nous sommes capables de déterminer dans quelle mesure les changements mis en place sont efficaces en pratique.
Le rapport se fera de pair avec la mesure du rendement. Dès l'automne, je livrerai au chef d'état-major de la Défense le premier rapport trimestriel sur le progrès des Forces armées canadiennes en réponse au problème de l'inconduite sexuelle. Le rapport sera également communiqué à la population canadienne. Nous nous engageons pleinement à avoir un dialogue ouvert et transparent avec les intervenants externes. Au cours des 25 derniers jours, nous avons interagi avec un total de 88 médias différents, par des présentations de groupe ou individuelles. Mon équipe et moi sommes déterminés à défendre cette réalité cruciale et à rendre publiquement des comptes, et nous continuerons à être activement engagés auprès du public, du Parlement et des médias.
Nous avons également commencé à examiner de quelle façon nous pouvons améliorer l'approche des Forces armées canadiennes en matière de formation afin de changer la culture militaire pour améliorer le niveau de dignité et de respect. De plus, en collaboration avec d'autres membres du personnel des forces et du ministère de la Défense nationale, l'équipe révise la politique existante, évaluant sa clarté, sa cohérence, sa pertinence et son applicabilité. Dans le cadre de cet effort, l'ensemble de la terminologie et des définitions en lien avec le comportement sexuel inapproprié seront examinés attentivement.
Le comportement sexuel inapproprié demeure un problème complexe qui ne se prête pas à des solutions rapides et temporaires. Mon équipe est déterminée à engager un changement novateur et majeur adapté aux besoins des membres des Forces armées canadiennes et fondé sur les meilleures pratiques et leçons apprises provenant d'une vaste gamme de sources. Il s'agit d'une mission qui ne peut échouer pour les Forces armées canadiennes et à laquelle mon équipe et moi nous dévouons entièrement.
Je vous remercie.
Result: 1 - 1 of 1