Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
John Dalrymple
View John Dalrymple Profile
John Dalrymple
2015-05-04 15:47
Thank you very much. I really appreciate being here. I'm here representing Canada's National Ballet School. Our major funder is the Department of Canadian Heritage, so we're very happy to be at this table today.
The ballet school has been around for 55 years. We're basically committed to the idea of demonstrating the relevance of dance to every individual in Canada. Dance improves quality of life, it improves health, it has emotional and cognitive benefits, whether you're watching it or doing it. Our principal role in that process, and it has been this way since the founding of the organization, has been to train Olympic-calibre young people to become the great performers and stars of tomorrow, and that remains a steadfast principle of the school.
Something that has been significant for us as we've been moving forward thinking about the future of our art form and the future of our organization is how do we demonstrate that relevance more broadly? Typically, you have a small population of individuals who have been exposed to dance at a young age, and those are the people we're relying on to become the audiences of tomorrow, so we wonder about the rest of the young people in Canada, and what about the rest of the aging populations in Canada for whom dance can also be a significant benefit?
We started a program called Sharing Dance, and that's really what I want to talk about in my presentation today. Sharing Dance is an umbrella program that has three streams. Stream number one is designed for young people. What it really does is to support school teachers in the public school system across the country, delivering the curriculum that is already in the physical education curriculum, and it's related to dance. When I was a kid—and it's still the same in many schools today—you did lane square dancing for three gym classes, and that was about it for your exposure to dance. The reason is because there are very few dance specialists in your average public school. It is part of a larger physical education curriculum, so we feel we have a role to play in helping teachers bring more dance into the classroom.
Our second stream deals with aging populations. There are brain issues that come with aging that are dramatically impacted by regular activities related to specialized dancing, specifically a Dancing With Parkinson's program that we've been running at the school.
The third stream is something called Sharing Dance Day, which is an opportunity to give a very accessible fun dance routine to the whole community that both of these streams can participate in, and anyone else who is involved. Once a year we have a multi-generational celebration of dance in Canada, and as we build towards 2017 our goal is to have a million Canadians involved in this program over the course of the 150th birthday year.
Sharing Dance addresses major social issues. I think that's an important thing for any art style or any arts sector to look to do. It's not enough to say fund the arts for arts' sake. We really need to look at what some of the broader issues are in society. Childhood obesity and a lack of physical activity are major priorities for most Canadians. There's a lack of resources for arts, dance, and even physical education activities in most public schools. They're all on the decline. The emotional health of our young people is something people are concerned about. Then the issues that come with aging, as we have a baby-boom aging population, is another priority for Canadians. We believe that efforts to get dance in the community can impact all of these things positively.
For the remainder of my presentation, I thought I would tie what I have to say to the points that were given to me in the outline for this appearance.
To start with, you were looking for feedback on how dance can define and express various aspects of Canadian culture. We know from the programs we deliver in the school systems, that some students can't express themselves in English as they would like. The good thing about dance is the way that it's inclusive, so it lets them experience a more level playing field with their classmates. That applies as well to students who have significant physical challenges or mobility issues.
Kids have an interest in dance, often from their cultural background, and giving kids more opportunities to dance in the classroom allows them to tap into that. Dance really celebrates our differences, but also highlights our sameness at the same time, because while the styles of dance may be different from different cultures, we all tell the story the same way.
Another question we wanted to address was how young Canadians, in nurturing and developing their physical and musical skills, can benefit from dance. You were looking for information on the health benefits of dance specifically. Well, dance is an excellent form of physical activity. There probably isn't another art form that has the same level or quality of physical activity connected to it. In fact, there have been studies done at the Arizona State University, as well as the National Cancer Institute in the United States, showing that the metabolic equivalent intensity levels of dance as delivered in a classroom context often exceed the vast majority of any other typical source of classroom activities, including playing hockey, basketball, baseball. So we're looking at an activity that has all the emotional and cognitive benefits that come with an art form but, in fact, have superior physical benefits to those we've been traditionally relying on in the school system. Those mental and emotional benefits are incredibly significant.
We acknowledge that kids today are dealing with a great number of complex stresses, and having the ability to foster social skills and emotional well-being through a creative activity is something that's really important. Also, having that specialty so we can give that back to the community is significant for us as a large arts organization.
The last piece I'd like to say about that is that about 15% of Canadian kids get access to dance through recreational activities their parents pay for. But that means 85% of kids are getting access to formal dance activities only through the school system. So we think this is a huge opportunity to really make an impact.
In terms of the impact on local economies, really, in a nutshell, we're looking at building the audiences of tomorrow. There's no way you can expect somebody to really care about dance performed at the most avant-garde, creative, or high ballet Olympic level if they've never been exposed to it as a child. It's fundamental and there's tons of research to demonstrate that.
So we feel that investments to get dance activities to kids are huge for the future of our art form. We are also looking at programs through which we can identify specific kids with real leadership ability and provide immersion experiences for them.
In terms of how the government supports dance in Canada, as I mentioned, 10% to 15% of Canadian youth are in formal programs. As the largest dance training organization, we recruit from that small slice of actually engaged dancers every year to join our professional ballet program. So, there are really untold numbers of kinesthetically gifted youth, with the potential to have amazing dance careers, who are yet to be discovered because they haven't been exposed to the art form yet. The great thing about it is that while this might help us find more Olympic-calibre amazing dance artists in Canada, this creates an opportunity for all Canadian youth to enjoy these benefits.
In terms of encouraging our dancers to stay in Canada, I think if you go back to the argument of building a really strong audience for tomorrow, then there will be more artists who stay in Canada. Many dancers go to Europe because their work is valued there more often than it is valued here. I think funding in these programs to demonstrate the relevance of dance more broadly will make that value emerge here in Canada.
Finally, we're looking for information on how we can assist dancers who are recareering. Also, as the organization that runs the largest teacher training program for professional ballet teachers as well as recreational teachers in Canada, we know that the opportunity to expose more youth to dance will actually build and support a larger recreational dance community, providing more teaching opportunities and more jobs for dancers as they recareer.
I'm happy to answer any questions, and thank you again for the time.
Merci beaucoup. Je suis ravi d'être parmi vous. Je suis ici pour représenter l'École nationale de ballet du Canada. Notre principale source de financement étant le ministère du Patrimoine canadien, vous comprendrez pourquoi nous sommes très heureux d'être ici aujourd'hui.
L'école de ballet existe depuis 55 ans. Nous avons essentiellement pour vocation de faire valoir l'utilité de la danse dans la vie de chaque Canadien. La danse enrichit la qualité de vie, améliore la santé et procure des bienfaits émotionnels et cognitifs, que vous soyez spectateurs ou danseurs. Quel est notre rôle dans ce processus? Il s'agit principalement — et ce, depuis la création de notre organisation — de fournir aux jeunes une formation de calibre olympique pour faire d'eux les grands interprètes et vedettes de demain. L'école repose sur ce principe indéfectible.
Dans le cadre de nos réflexions sur l'avenir de notre art et de notre organisation, il y a une question qui nous paraît essentielle: comment faire pour exposer un plus grand nombre de personnes à l'utilité de la danse? En général, seul un petit segment de la population est exposé à la danse à un jeune âge, et ces gens deviendront, nous l'espérons, les spectateurs de demain. Mais qu'en est-il des autres jeunes Canadiens et du reste de la population canadienne, notamment des personnes âgées pour qui la danse peut également s'avérer très bénéfique?
Nous avons lancé un programme appelé Sharing Dance, et c'est vraiment là-dessus que portera mon exposé d'aujourd'hui. Sharing Dance est un programme-cadre qui comporte trois volets. Le premier s'adresse aux jeunes. Il s'agit d'appuyer les enseignants du système scolaire public, partout au pays, en offrant un contenu qui est déjà inclus dans le programme d'éducation physique et qui est lié à la danse. Quand j'étais enfant — et c'est encore le cas dans de nombreuses écoles —, on nous apprenait la danse carrée dans le cadre de trois cours d'éducation physique, et c'est à peu près tout ce qu'on avait comme initiation à la danse. Le problème, c'est qu'il y a très peu de spécialistes de la danse dans les écoles publiques ordinaires. La danse fait partie du programme général d'éducation physique. Nous estimons donc qu'il nous incombe d'aider les enseignants à faire rayonner la danse à l'école.
Le deuxième volet s'adresse aux personnes âgées. Le vieillissement entraîne des troubles cérébraux, mais il est possible d'en combattre les effets grâce à des activités régulières, dont la danse spécialisée. C'est justement l'objectif d'un programme appelé Dancing With Parkinson, que nous administrons.
Le troisième volet, appelé Sharing Dance Day, se veut l'occasion de présenter une chorégraphie de danse amusante et très accessible à l'ensemble de la collectivité. Elle s'adresse aux participants des deux autres volets ainsi qu'à toute autre personne qui souhaite y prendre part. Une fois par année, nous organisons une célébration multigénérationnelle de la danse au Canada et, maintenant que le compte à rebours avant 2017 est enclenché, notre but est d'amener un million de Canadiens à participer à ce programme tout au long de l'année du 150e anniversaire.
Le programme Sharing Dance aborde de grands enjeux sociaux. À mon avis, c'est là un rôle important pour toute forme d'art ou toute discipline artistique. Il ne suffit pas de dire qu'il faut financer les arts pour le simple plaisir de la chose. Nous devons absolument examiner certaines des grandes questions qui se posent à la société. L'obésité juvénile et le manque d'activité physique constituent de véritables priorités pour la plupart des Canadiens. Il y a un manque de ressources pour les arts, la danse, et même les activités d'éducation physique dans la plupart des écoles publiques. Tous ces cours subissent une pression à la baisse. La santé émotionnelle des jeunes est une question qui préoccupe les gens. Par ailleurs, les Canadiens considèrent que les questions liées au vieillissement constituent une autre priorité, à mesure que vieillissent les membres de la génération du baby-boom. Nous croyons que les efforts visant à intégrer la danse dans la collectivité peuvent avoir des effets positifs sur toutes ces questions.
Durant le reste de mon exposé, je voudrais faire un lien entre mes observations et les grandes lignes qui m'ont été fournies en prévision de ce témoignage.
Pour commencer, nous avons sollicité des commentaires sur la façon dont la danse peut définir et exprimer les divers aspects de la culture canadienne. À la lumière des programmes que nous offrons dans le système scolaire, nous savons que certains élèves ont du mal à s'exprimer en anglais ou en français comme ils le voudraient. Un des aspects positifs de la danse, c'est son caractère inclusif. Ainsi, la danse leur permet d'être sur un pied d'égalité avec leurs camarades de classe. Il en va de même pour les élèves qui ont de graves handicaps physiques ou problèmes de mobilité.
Les enfants manifestent un intérêt envers la danse, souvent en raison de leurs origines culturelles. Donc, si nous donnons aux enfants plus d'occasions de danser dans le cadre scolaire, nous leur permettrons de miser là-dessus et d'y aller de pied ferme. La danse célèbre nos différences, mais elle souligne aussi nos similarités, parce que même si les styles de danse varient d'une culture à l'autre, nous racontons tous la même histoire.
Par ailleurs, nous voulions savoir comment les jeunes Canadiens peuvent profiter de la danse pour acquérir et perfectionner leurs aptitudes physiques ou leurs talents musicaux. Vous avez demandé à obtenir des renseignements sur les bienfaits de la danse sur la santé. En fait, la danse est une excellente forme d'activité physique. Il n'y a probablement aucune autre forme d'art qui met en jeu la même intensité ou qualité d'activité physique. À preuve, d'après des études réalisées par l'Université de l'État de l'Arizona et le National Cancer Institute aux États-Unis, les niveaux d'intensité d'équivalent métabolique de la danse, exécutée dans un contexte scolaire, dépassent souvent ceux de la plupart des autres activités physiques traditionnelles pratiquées en classe, notamment le hockey, le basketball et le baseball. En somme, nous avons là une activité qui offre tous les bienfaits émotionnels et cognitifs associés à l'expression artistique, mais qui procure aussi des bienfaits physiques supérieurs à ceux offerts par les autres activités physiques qui sont traditionnellement pratiquées dans le système scolaire. Ces avantages sur le plan mental et émotionnel sont d'une importance cruciale.
Nous reconnaissons que les enfants d'aujourd'hui font face à un grand nombre de sources de stress complexes. La possibilité de favoriser les compétences sociales et le bien-être affectif grâce à une activité créatrice est quelque chose de vraiment important. En outre, cette spécialité nous permet de redonner à la collectivité, ce qui compte pour notre grande organisation artistique.
J'ajouterais, en dernier lieu, qu'environ 15 % des enfants canadiens ont accès à la danse dans le cadre d'activités récréatives payées par leurs parents. Mais cela signifie que 85 % des enfants y ont accès de façon officielle uniquement par l'entremise du système scolaire. Donc, c'est pour nous une occasion en or de remédier à la situation.
En ce qui concerne les répercussions sur les économies locales, en gros, nous cherchons à créer les spectateurs de demain. On ne peut pas s'attendre à ce qu'un individu s'intéresse à la danse avant-gardiste, créative et de calibre olympique, s'il n'y a jamais été exposé dans son enfance. C'est fondamental, et il y a des tonnes de recherches pour le démontrer.
Par conséquent, nous estimons que les investissements dans les activités de danse pour les enfants sont d'une importance capitale pour l'avenir de notre art. Nous examinons aussi des programmes qui nous permettent d'identifier les enfants ayant des capacités de leadership afin de leur fournir des expériences d'immersion.
Quant à savoir comment le gouvernement appuie la danse au Canada, comme je l'ai dit, entre 10 et 15 % des jeunes Canadiens participent à des programmes officiels. Notre organisation étant la plus grande organisation de formation de danse, nous recrutons, chaque année, des jeunes à partir de cette petite tranche de danseurs engagés afin de les inviter à suivre notre programme de ballet professionnel. Par conséquent, il y a un nombre inconnu de jeunes qui sont doués sur le plan kinesthésique et qui ont le potentiel de poursuivre une excellente carrière en danse, mais qui n'ont pas encore été découverts parce qu'ils n'ont pas encore été exposés à cette forme d'art. L'aspect le plus merveilleux de cette initiative, c'est que non seulement elle nous aide à repérer un plus grand nombre de danseurs formidables de calibre olympique au Canada, mais elle donne aussi l'occasion à tous les jeunes Canadiens de profiter de ces bienfaits.
Pour ce qui est d'encourager nos danseurs à rester au Canada, si on revient à l'argument selon lequel il faut former les spectateurs de demain, je pense que ces efforts encourageront un plus grand nombre d'artistes à demeurer au Canada. Beaucoup de danseurs vont en Europe parce que leur travail est plus valorisé à l'étranger qu'ici. Selon moi, le financement de ces programmes permettra de faire rayonner la pertinence de la danse, ce qui en fera augmenter la valeur ici, au Canada.
Enfin, nous cherchons à recueillir de l'information sur la façon dont nous pouvons aider les danseurs qui envisagent un changement de carrière. D'ailleurs, comme notre organisation administre le plus grand programme de formation pour les professeurs de ballet professionnel et récréatif au Canada, nous savons que l'occasion d'exposer plus de jeunes à la danse permettra de bâtir et d'appuyer une plus grande collectivité de danse récréative, ce qui offrira plus de débouchés aux professeurs et plus d'emplois aux danseurs qui sont en réorientation de carrière.
Je serai heureux de répondre à vos questions, et je vous remercie de votre attention.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data