Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 41
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:07
Thank you very much. It's a pleasure to be here today.
With me are members of the DFO senior management team, which includes: Matthew King, deputy minister; Jody Thomas, Canadian Coast Guard commissioner; Kevin Stringer, senior assistant deputy minister of ecosystems and fisheries management; Tom Rosser, senior assistant deputy minister of strategic policy; and Trevor Swerdfager, assistant deputy minister of ecosystems and oceans, science sector. Our chief financial officer, Marty Muldoon, is with us again.
I want to begin by reiterating the point I've made at past committee appearances that our government has demonstrated an unwavering commitment to protecting mariners, managing Canada's fisheries, and safeguarding our waters.
Today I'll provide members with a brief overview of DFO's 2015-16 main estimates before speaking to the recently tabled budget and what it means for my department.
I'm also here to speak to Bill S-3, amendments to the Coastal Fisheries Protection Act. Illegal, unreported, unregulated fishing is a scourge that threatens our oceans and takes money away from fishermen. I hope that the committee will see fit to pass this important bill.
In regard to the main estimates, my department's request for this fiscal year amounts to $1.9 billion. This figure represents a net increase of $283.9 million over last year. This increase is mainly due to funding for the renewal of the Canadian Coast Guard fleet, including both vessels and helicopters, funding to renew the Atlantic and Pacific integrated commercial fisheries initiatives, and additional investments in small craft harbours across the country.
As you are aware, budget 2015 was recently tabled. We committed to getting real results for Canadians and these investments will protect our environment, ensure the sustainability of our fisheries, and support our government's priorities of creating jobs and promoting economic growth.
Under economic action plan 2015, I'm pleased to report that both the Department of Fisheries and Oceans and the Canadian Coast Guard will be delivering a number of important investments to Canadians.
These include $5.7 million over five years to help secure new market access for Canadian seal products, and $30.8 million over five years to enhance marine transportation safety in the Arctic and further strengthen incident prevention preparedness and response south of 60°. Over the next five years, $34 million will be used to continue to support year-round meteorological and navigational warning services that will support northern communities and safe marine navigation in the Arctic.
Budget 2015 also includes $75 million over three years to continue to support the implementation of the Species At Risk Act to protect Canada's diverse species and secure the necessary actions for their recovery. In addition, $2 million is earmarked for the Pacific Salmon Foundation to support the Salish Sea marine survival project.
I'm also pleased to report than an additional $10 million annually, over the next three years, will be used to extend the recreational fisheries conservation partnership program, which will help support an already robust and successful initiative.
More good news for Canadian fishermen comes from increasing the lifetime capital gains exemption to $1 million for owners of a fishing business, which will allow owners to maintain more of their capital upon disposition of their fishing property. This will make a real difference for our hard-working fishermen by allowing them to keep more of their hard-earned money.
Finally, recognizing the important role of small businesses in Canada as job creators, the government is further encouraging small business growth by reducing the small business tax rate to 9% by 2019.
As you can see, these investments continue to demonstrate our government's ongoing commitment to marine safety, to supporting responsible resource development, to protecting Canada's marine environment, and creating jobs and economic growth.
We're committed to ensuring that our fishermen are able to get delicious Canadian seafood on plates around the world. We have embarked on the most ambitious trade agenda in Canadian history and those in the seafood industry stand to benefit greatly. For example, Canada embarked on a historic trade agreement with the European Union. This was not only a game changer for Canadian businesses but a watershed moment for our fish and seafood industry in particular.
Canada is the world's seventh-largest exporter of fish and seafood products. The European Union is the world's largest importer and the demand from this market will only continue to grow. By opening up new markets in the EU and improving access for fish and seafood, CETA, as well as our trade agreement with South Korea, will result in job creation, higher wages, and greater long-term prosperity for our fishing industry.
As the government we're continuing to look to the future on how we can unlock even more international markets for Canadian businesses. Of course, unprecedented access to global markets is a moot point if we're not making significant and strategic investments here at home. As you know, this past November, Prime Minister Harper announced significant federal funding for DFO and coast guard infrastructure projects. Over the next two years, we will invest an additional $288 million in a vast network of more than 1,000 small craft harbours across the country.
With respect to the Canadian Coast Guard, over the next two years an additional $183 million will be authorized for repair, life extension, and procurement of vessels and small craft. This funding is in addition to our unprecedented investment in the coast guard's fleet renewal program. The coast guard vessels and small craft benefiting from these new funds will support activities linked to search and rescue, gathering scientific data, responding to maritime incidents, and assisting conservation and protection officers.
In addition to this work, Fisheries and Oceans is also responsible for the stewardship of a number of laboratories and other federally owned assets. Over the next two years we will allocate an additional $80 million in 195 projects to upgrade science facilities, Atlantic salmon fishways, lighthouses, search and rescue stations, and federally owned buildings across the country. These infrastructure investments will help support the continued delivery of quality services and support the science and research that represents the foundation of our work.
In Canada we take pride in knowing that our fisheries and aquaculture operations are sustainably managed. This is the case for all species, but I'd like to note in particular our commitment to the conservation and protection of wild salmon. Our scientists are actively monitoring salmon populations in key indexed rivers to better inform our management decisions. We've also implemented more stringent measures for recreational salmon fishing in some locations in support with this rigorous enforcement effort. On the west coast we're seeing the benefits of this work with improved returns of some important salmon stocks. With Atlantic salmon on the east coast however there are still concerns, particularly in the southern region.
I'm personally committed to this issue, which is why last December I announced the establishment of a new ministerial advisory committee on Atlantic salmon. The committee is made up of key stakeholders, who will provide me with recommendations on the future direction of conservation. Last month I attended the committee's inaugural meeting in Halifax, along with experts from across the Maritimes and Quebec. Together they will examine conservation and enforcement measures, as well as predation issues. They will also develop a strategy that addresses international fishing in areas for advancing science. I'm pleased to report that this work is already coming to fruition. After just two meetings I asked the advisory committee to submit a set of interim recommendations that could be acted upon immediately. Based on these recommendations, I recently announced new conservation measures for Atlantic salmon recreational angling throughout the gulf region. All of these management measures were supported by key stakeholders and further demonstrate how we are listening to the concerns of local fishing and conservation groups.
Illegal, unreported, and unregulated fishing is another area where we're taking decisive action. Canada, of course, has been a leader in global efforts to deter this type of fishing. We know that strong governance of the high seas through regional management fisheries organizations is integral to reducing illegal fishing and protecting the interests of legitimate fishing. Bill S-3, which is before you for consideration, proposes some amendments to the Coastal Fisheries Protection Act in order to fully implement the international port state measures agreement. As you're aware, this bill proposes amendments that, if accepted, will broaden enforcement authorities and strengthen prohibitions against the importation of illegally acquired fish and marine plants.
Canada already has a robust regime in place to control access of foreign fishing vessels to Canadian waters, but we know that more needs to be done on a global scale, and that's why passage of Bill S-3 is important to our government.
I urge the committee members to improve the amendments proposed in Bill S-3. Again, the sustainability of our fisheries is a top priority for us. Together with our partners we're committed to improving the way fisheries and aquaculture are managed through science-based reforms, stakeholder and aboriginal engagement, and better access to export markets for Canadian fish and seafood. We're also committed to renewing Canadian Coast Guard assets and its services to Canadians to ensure a safe and efficient navigation and bolster our already robust response to maritime incidents. Going forward we'll continue to ensure Canada's natural resources are developed sustainably and responsibly through strong regulatory frameworks, sound science, and strategic investment.
Over the last year you've discussed and considered many important policies and issues facing our fish and seafood industry at this committee. As we look ahead, I want to thank the committee for your hard work and your assured commitment to Canadians.
I will now ask Mr. Muldoon to explain the estimates.
Merci beaucoup. C'est avec plaisir que je suis ici aujourd'hui.
Je suis accompagnée des membres de l'équipe de direction du MPO, à savoir: Matthew King, sous-ministre; Jody Thomas, commissaire de la Garde côtière canadienne; Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des écosystèmes et des pêches; Tom Rosser, sous-ministre adjoint principal, Politiques stratégiques; et Trevor Swerdfager, sous-ministre adjoint, Sciences des écosystèmes et des océans, secteur des sciences. Marty Muldoon, notre dirigeant principal des finances, est également des nôtres.
Comme je l'ai déjà dit lors de comparutions précédentes devant votre comité, notre gouvernement a fait preuve d'un engagement indéfectible dans ses efforts pour assurer la sécurité des marins, gérer les pêches canadiennes et protéger nos eaux.
Je vais vous présenter aujourd'hui un bref aperçu du Budget principal des dépenses du MPO pour 2015-2016 avant de vous parler du budget qui vient d'être déposé et de ses incidences pour mon ministère.
Je suis également ici pour vous entretenir du projet de loi S-3 qui modifie la Loi sur la protection des pêches côtières. La pêche illicite, non déclarée et non réglementée est un fléau qui menace nos océans et prive nos pêcheurs d'une source de revenus. J'ose espérer que le comité jugera bon d'adopter cet important projet de loi.
Dans le contexte du Budget principal des dépenses, les demandes de mon ministère pour le présent exercice totalisent 1,9 milliard de dollars. Il s'agit d'une augmentation nette de 283,9 millions de dollars par rapport à l'an dernier. Cette hausse est principalement attribuable à l'apport financier requis pour renouveler la flotte de la Garde côtière canadienne, tant pour les navires que pour les hélicoptères, reconduire les Initiatives des pêches commerciales intégrées de l'Atlantique et du Pacifique, et consentir des investissements additionnels dans les ports pour petits bateaux de toutes les régions du pays.
Comme vous le savez, le budget de 2015 vient tout juste d'être déposé. Dans la foulée de notre engagement à produire des résultats concrets pour les Canadiens, ces investissements permettront de protéger notre environnement, d'assurer la viabilité à long terme de nos pêches et de contribuer à la création d'emplois et à la croissance économique, deux priorités de notre gouvernement.
Dans le cadre du plan d'action économique de 2015, je suis heureuse de pouvoir vous parler des investissements importants que consentiront au bénéfice des Canadiens le ministère des Pêches et des Océans et la Garde côtière canadienne.
Ces investissements comprennent un montant de 5,7 millions de dollars sur cinq ans pour contribuer à ouvrir de nouveaux marchés pour les produits canadiens dérivés du phoque. Il y a aussi une affectation de 30,8 millions de dollars sur cinq ans pour des mesures visant à améliorer la sécurité du transport maritime dans l'Arctique et à renforcer davantage la prévention, la préparation et l'intervention en cas d'incidents maritimes au sud du 60° parallèle. Au cours des cinq prochaines années, on consacrera en outre 34 millions de dollars afin de continuer à appuyer les services d'avertissements météorologiques et de navigation pour le mieux-être des collectivités nordiques et une navigation sûre dans l'Arctique.
Le budget de 2015 prévoit également un total de 75 millions de dollars sur trois ans pour continuer d'appuyer la mise en oeuvre de la Loi sur les espèces en péril afin de protéger les différentes espèces du Canada et d'instaurer les mesures propices à leur rétablissement. De plus, un montant de 2 millions de dollars est réservé pour la Fondation du saumon du Pacifique en appui au projet de survie dans la mer des Salish.
Je suis également heureuse de vous annoncer qu'un montant additionnel de 10 millions de dollars par année sera octroyé au cours des trois prochaines années pour étendre le Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives, ce qui contribuera à appuyer une initiative déjà efficace et couronnée de succès.
Les pêcheurs canadiens peuvent se réjouir également de la hausse de l'exonération cumulative des gains en capital qui sera portée à 1 million de dollars pour les propriétaires d'une entreprise de pêche. Ceux-ci pourront ainsi conserver une plus grande partie des sommes touchées lors de la disposition de leurs biens de pêche. C'est une mesure qui va vraiment améliorer le sort de nos pêcheurs qui pourront conserver une plus grande proportion de cet argent si durement gagné.
Enfin, le gouvernement est bien conscient du rôle important joué par les petites entreprises canadiennes dans la création d'emplois et a voulu favoriser davantage leur croissance en réduisant leur taux d'imposition qui atteindra 9 % en 2019.
Comme vous pouvez le constater, ces investissements continuent de témoigner de l'engagement ferme de notre gouvernement envers la sécurité maritime, la mise en valeur responsable des ressources, la protection de l'environnement maritime du Canada, la création d'emplois et la croissance économique.
Nous sommes déterminés à faire en sorte que les consommateurs de toute la planète puissent continuer à se délecter des produits de la mer récoltés par nos pêcheurs canadiens. Nous avons lancé le programme commercial le plus ambitieux de l'histoire du Canada et l'industrie des produits de la mer en bénéficiera grandement. À titre d'exemple, le Canada a conclu une entente commerciale sans précédent avec l'Union européenne. Cet accord décisif qui change la donne pour les entreprises canadiennes représente un tournant important pour notre secteur du poisson et des fruits de mer.
Le Canada est le septième plus grand exportateur de poisson et de fruits de mer. L'Union européenne est la plus grande importatrice, et la demande en provenance de ce marché va continuer à croître. Dans le contexte de l'AECG ainsi que de notre entente commerciale avec la Corée du Sud, l'accès à de nouveaux marchés pour notre poisson et nos fruits de mer se traduira par la création d'emplois, une hausse des salaires et une plus grande prospérité à long terme pour notre industrie des pêches.
Notre gouvernement continue à envisager différents moyens pour ouvrir de nouveaux débouchés aux entreprises canadiennes sur les marchés internationaux. Bien évidemment, il ne servirait à rien de leur offrir un accès sans précédent aux marchés mondiaux si nous ne consentions pas ici même au Canada les investissements stratégiques nécessaires. Comme vous le savez, le premier ministre Harper a annoncé en novembre dernier un financement fédéral considérable pour les projets d'infrastructure du MPO et de la Garde côtière. Nous investirons ainsi au fil des deux prochaines années un montant additionnel de 288 millions de dollars dans un vaste réseau pancanadien comptant plus d'un millier de ports pour petits bateaux.
Par ailleurs, la Garde côtière canadienne bénéficiera d'un apport supplémentaire de 183 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour la réparation et l'achat de navires et de petites embarcations, et la prolongation de leur durée utile. Ces fonds viennent s'ajouter à notre investissement sans précédent dans le programme de renouvellement de la flotte de la Garde côtière. Les navires et les petites embarcations rendus disponibles grâce à ce nouveau financement serviront à appuyer des activités comme les interventions de recherche et sauvetage, les travaux scientifiques, les interventions en cas d'accident maritime et les missions de conservation et de protection.
Outre ces activités, le ministère des Pêches et des Océans est également responsable de la gérance de laboratoires et d'autres actifs appartenant au gouvernement fédéral. Au cours des deux prochaines années, nous allouerons un montant additionnel de 80 millions de dollars à 195 projets visant la mise à niveau d'installations scientifiques, de passes pour le saumon atlantique, de phares, de stations de recherche et sauvetage et d'édifices fédéraux dans tout le pays. En investissant de la sorte dans les infrastructures, nous contribuons au maintien d'une prestation de services de qualité et d'une capacité de recherche scientifique qui constitue la base de notre travail.
Au Canada, nous pouvons nous enorgueillir du fait que nos pêches et nos activités d'aquaculture sont gérées suivant les principes du développement durable. Il en va ainsi pour toutes les espèces, mais j'aimerais noter tout particulièrement notre engagement en faveur de la conservation et de la protection du saumon sauvage. Dans le but de mieux éclairer nos décisions de gestion à cet égard, nos scientifiques surveillent activement les populations de saumon dans les principales rivières répertoriées. Dans certains endroits, nous avons appliqué des mesures plus sévères pour la pêche récréative du saumon afin d'appuyer les efforts importants que nous consacrons à sa protection. Sur la côte Ouest, l'augmentation des remontes de certains stocks de saumon nous permet de constater que notre travail porte fruit. Il y a toutefois encore des inquiétudes à avoir pour ce qui est du saumon atlantique sur la côte Est, et surtout dans la région au Sud.
Comme cette question me tient tout particulièrement à coeur, j'ai annoncé en décembre dernier la création d'un nouveau comité consultatif ministériel sur le saumon atlantique. Ce comité formé d'intervenants importants du secteur me présentera ses recommandations quant à l'orientation future des mesures de conservation. Le mois dernier, j'ai assisté à la première réunion du comité qui s'est tenue à Halifax en présence d'experts des Maritimes et du Québec. Ils se pencheront ensemble sur les mesures requises en matière de conservation et d'application de la loi ainsi que sur les problèmes de prédation. Le comité s'emploiera en outre à élaborer une stratégie relativement aux pratiques de pêche internationales non durables et aux avancées scientifiques possibles. Il me fait plaisir de vous apprendre que ce travail commence déjà à porter fruit. Après deux rencontres seulement, j'ai demandé au comité consultatif de me soumettre une série de recommandations provisoires qui pourraient être mises en oeuvre immédiatement. C'est à la lumière de ces recommandations que j'ai récemment annoncé de nouvelles mesures de conservation touchant la pêche récréative à la ligne du saumon atlantique dans toute la région du golfe. Toutes ces mesures de gestion de la ressource avaient l'appui des principaux intervenants et témoignent une fois de plus de l'importance que nous accordons aux préoccupations soulevées par les groupes locaux de défense des pêcheurs et de conservation.
Nous prenons aussi des mesures décisives pour contrer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. Le Canada est manifestement à l'avant-garde des efforts déployés à cette fin à l'échelle planétaire. Nous savons qu'il faut absolument exercer une surveillance serrée en haute mer par l'entremise des organisations régionales de gestion des pêches pour réduire les activités de pêche illicite et protéger les intérêts des pêcheurs légitimes. Le projet de loi S-3 dont vous avez été saisi propose certaines modifications à la Loi sur la protection des pêches côtières afin de permettre la pleine mise en oeuvre des ententes internationales sur le contrôle des navires par l'État du port. Comme vous le savez, les changements proposés dans ce projet de loi permettront, s'il est adopté, d'étendre les pouvoirs d'application de la loi et de renforcer les interdictions relatives à l'importation de poissons et de plantes aquatiques acquis illégalement.
Le Canada peut déjà compter sur un régime efficace pour contrôler l'accès des navires de pêche étrangers dans les eaux canadiennes, mais nous savons qu'il faut en faire davantage au niveau mondial, et c'est dans cette optique que l'adoption du projet de loi S-3 est si importante aux yeux de notre gouvernement.
J'exhorte donc les membres du comité à faire le nécessaire pour que les changements proposés dans le projet de loi S-3 soient aussi efficaces que possible. La viabilité à long terme de notre industrie des pêches est l'une de nos grandes priorités. De concert avec nos partenaires, nous sommes déterminés à améliorer la manière dont les pêches et l'aquaculture sont gérées en misant sur des réformes fondées sur la science, la mobilisation des intervenants et des populations autochtones, et un meilleur accès aux marchés d'exportation pour les poissons et les fruits de mer du Canada. Nous nous sommes aussi engagés à renouveler les actifs et les services de la Garde côtière canadienne afin d'assurer l'efficacité et la sécurité de la navigation et d'améliorer notre capacité d'intervention déjà excellente en cas d'incident maritime. Nous poursuivrons donc nos efforts pour veiller à ce que les ressources naturelles du Canada soient mises en valeur de façon durable et responsable grâce à des cadres réglementaires rigoureux, à des données scientifiques de qualité et à des investissements stratégiques.
Au cours de la dernière année, j'ai eu l'occasion de discuter avec les membres du comité de nombreux enjeux et questions stratégiques importantes touchant l'industrie du poisson et des fruits de mer. Je tiens donc à vous remercier pour votre travail inlassable et l'engagement dont vous faites montre au bénéfice des Canadiens.
Je vais maintenant demander à M. Muldoon de vous donner de plus amples détails sur notre Budget principal des dépenses.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:18
Thank you for that question.
The aquaculture activities regulations provide more clarity and more consistency and transparency to aquaculture. They bring greater oversight, which includes the obligation to report all drug and pesticide use at aquaculture facilities. They also require immediate notification if there is any wild fish mortality.
They do not allow aquaculture operators to use any drugs they are currently not using; they do not approve any types of new drugs. These drugs are regulated by Health Canada. They do not allow for any new substance to be added to treatment regimes.
Merci pour votre question.
Le Règlement sur les activités liées à l'aquaculture établit des modalités de fonctionnement plus claires, uniformes et transparentes pour les intervenants de l'industrie. Il prévoit des mesures de surveillance accrues et notamment l'obligation de signaler toute utilisation de médicaments et de pesticides dans des installations aquacoles. Il oblige en outre le signalement immédiat des cas où il y a mortalité d'animaux aquatiques sauvages.
Le règlement n'autorise pas les aquaculteurs à se servir de médicaments qui ne sont pas actuellement utilisés; il n'approuve aucun type de nouveaux médicaments. C'est Santé Canada qui réglemente ces médicaments. Le règlement ne permet l'ajout d'aucune nouvelle substance aux régimes thérapeutiques actuels.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:21
I can assure you we are working with first nations.
DFO consults widely, not just with first nations but with all fishermen, when it comes to species management and developing fishing plans. At the end of the day our decision is guided mostly by science, so we share that science with the different groups. It's not just for herring; it's for every species. We do a tremendous amount of consultation, and obviously we don't always agree at the end of the day.
In this particular case, the science showed that we could open the fishery, and they gave us a number for the quota we could safely fish without hurting the growth of the stock. We actually took a more conservative approach and went to only half that amount of quota.
As I said, we don't always agree, but our decisions are based on science.
Je peux vous assurer que nous travaillons de concert avec les Premières Nations.
Le MPO tient de vastes consultations auprès des Premières Nations, mais aussi de l'ensemble des pêcheurs, relativement aux questions liées à la gestion des espèces et à l'élaboration des plans de pêche. Comme nos décisions sont surtout fondées sur les données scientifiques, nous communiquons celles-ci aux différents groupes intéressés. Ce n'est pas le cas seulement pour le hareng; c'est ce que nous faisons pour toutes les espèces. Nous consultons énormément, mais il va de soi que nous ne pouvons pas toujours être d'accord.
Dans ce cas particulier, les scientifiques nous ont indiqué qu'il était possible d'ouvrir la pêche et nous ont proposé un quota à établir pour que l'on puisse pêcher le hareng sans nuire à la croissance des stocks. Nous avons adopté une approche encore plus conservatrice en réduisant ce quota de moitié.
Comme je l'indiquais, nous ne sommes pas toujours d'accord, mais nos décisions sont fondées sur les données scientifiques disponibles.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:24
Thank you.
What I can tell you is that the science for 2015 was presented to the northern shrimp advisory committee on March 4, and consultations were held with them. The science was better than was originally expected.
What is really good news is that the price of shrimp is predicted to be up again, to as much as $1.40 a pound. I remember not that long ago, in my early days in this portfolio, when they were negotiating from 35 cents a pound, so it's quite significant.
On the LIFO policy—
Je vous remercie.
Je peux vous dire que les données scientifiques pour 2015 ont été présentées le 4 mars au comité consultatif sur la crevette nordique auprès duquel nous avons tenu des consultations. Ces données étaient plus positives que prévu.
Il faut vraiment se réjouir des prédictions à la hausse pour le prix de la crevette qui devrait atteindre 1,40 $ la livre. Je me souviens qu'il n'y a pas si longtemps, soit lorsque je suis devenue ministre, on négociait à partir d'un prix de 35 ¢ la livre. C'est donc une augmentation considérable.
Pour ce qui est du principe du dernier entré, premier sorti...
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:26
On the last part of the question, I did meet with the all-party committee yesterday on the northern shrimp. They had requested a meeting with me so that they could present a report on the economic impact of the LIFO policy. I've said nothing to them about the LIFO policy. I listened to them, asked some questions, received the report, and will be reviewing the report.
Pour répondre à la dernière partie de votre question, j'ai effectivement rencontré hier les représentants du comité multipartite pour la crevette nordique. Ils ont demandé à me voir afin de me présenter un rapport sur les répercussions économiques de l'application du principe premier entré, dernier sorti. Je ne leur ai rien dit au sujet de ce principe. J'ai écouté ce qu'ils avaient à dire, j'ai posé quelques questions et j'ai reçu leur rapport sur lequel nous allons nous pencher.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:27
Well, I just have to correct you. There is no reduction in the budget. The reduction that you see in the budget is the result of a project that was completed, and that was the removal of the fuel from the Zalinski off the coast of British Columbia. That project was completed.
What we have done over the last three years is add $183 million to that budget to build our world-class system.
But I will ask the commissioner of the coast guard to respond to that.
Je dois vous corriger. Il n'y a aucune réduction dans le budget. La seule réduction budgétaire est attribuable à un projet qui a été bouclé, à savoir le nettoyage du carburant déversé par le Zalinski au large de la Colombie-Britannique. Le projet est terminé.
Au cours des trois derniers exercices, nous avons prévu 183 millions de dollars supplémentaires dans le budget pour justement nous doter d'un système de première classe.
Je demanderais cependant à la commissaire de la Garde côtière de répondre à votre question.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:31
The difference that you see for the species at risk is because it was a sunsetter, but that has been renewed in the budget. It will be $75 million over three years to carry out the species at risk program, and most of that of course is with Environment Canada.
On the fleet renewal, in the past while we have accepted nine new midshore patrol vessels. We have accepted two hovercrafts. We have five new lifeboats; these are 47-foot lifeboats. There are three other specialty vessels, three nearshore vessels, and of course many small boats and barges.
As you're aware, the Prime Minister made an announcement of more than $5 billion in federal government assets, so part of that funding goes to procuring more vessels for the Canadian Coast Guard.
L'écart que vous constatez au poste des espèces en péril est attribuable à un programme qui tire à sa fin, mais dont le financement a été renouvelé dans le budget. Le programme des espèces en péril sera doté de 75 millions de dollars sur une période de trois ans, et bien sûr la part du lion a été accordée à Environnement Canada.
En ce qui concerne le renouvellement de la flotte, nous avons récemment reçu neuf patrouilleurs semi-hauturiers, deux aéroglisseurs et cinq nouveaux bateaux de sauvetage de 47 pieds. Nous avons également acheté trois autres types de navires spécialisés, trois navires côtiers et bien sûr de nombreuses petites embarcations et barges.
Comme vous le savez, le premier ministre a annoncé que 5 milliards de dollars seraient accordés aux approvisionnements fédéraux, dont une partie servira à l'achat de navires pour la Garde côtière canadienne.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:35
Okay, well there are a number of questions in there.
I will just respond to the Pacific Salmon Foundation. They currently have a research project where they're going to study sea survival of wild Atlantic salmon. I don't have to tell you how important wild Atlantic salmon is to British Columbians. There are several partners in that project and with the $2 million in the budget the federal government will become a partner.
As you know we support the wild salmon fishery in British Columbia in a number of different ways. One is through supporting the education of schoolchildren and supporting hatcheries. We support hatcheries to the tune of $26 million. That combined with an additional investment in the recreational fisheries conservation partnerships program will do a lot of good work in B.C., on top of the work we have already done. The current budget has $30 million for the recreational fisheries conservation partnerships program, which is on top of what we have already spent.
I will ask the commissioner of the coast guard to speak to the science because the science will be invested in our world-class tanker safety system, which is part of what the coast guard does. I'll ask Jody to respond to that.
D'accord. C'est beaucoup de questions.
Je répondrai à la question portant sur le Fondation du saumon du Pacifique. La fondation effectue un projet de recherche qui étudiera la survie en mer du saumon atlantique sauvage. Je n'ai pas besoin de vous dire à quel point le saumon atlantique sauvage est important pour la Colombie-Britannique. Plusieurs partenaires participent au projet, dont le gouvernement fédéral, qui y a accordé une subvention de 2 millions de dollars dans le budget.
Comme vous le savez, nous appuyons la pêche au saumon sauvage en Colombie-Britannique de diverses façons. Tout d'abord, en soutenant les efforts d'éducation après des élèves et en accordant un soutien aux écloseries, auxquelles nous versons 26 millions de dollars. Ce soutien, qui s'ajoute à un investissement supplémentaire alloué au Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives, sera extrêmement utile en Colombie-Britannique, et vient renforcer nos efforts déjà consacrés. Le budget prévoit 30 millions de dollars pour le Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives, en sus de ce que nous avons déjà accordé.
Je vais demander à la commissaire de la Garde côtière de parler de l'aspect scientifique, car nous appliquerons les connaissances scientifiques à notre système de sécurité pour les navires-citernes, système de première classe, auquel participe la Garde côtière. Je vais demander à Jody de vous répondre.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:37
If I could add as well, some of that science will inform decisions taken with regard to what the coast guard does in responding to incidents.
Si vous me le permettez, j'ajouterai que la Garde côtière tiendra compte de certains de ces renseignements scientifiques lorsqu'elle prendra des décisions relatives à ses interventions en cas d'incidents.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:39
I'll ask Trevor to comment on that.
Je vais demander à Trevor de vous répondre.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:52
I'm going to ask the commissioner to respond to that, but I just want to say for this committee's information that all MPs were offered a briefing with the coast guard. Very few took the opportunity to sit down with the coast guard and listen to the facts of what actually happened in the Marathassa spill.
J'aimerais demander à la commissaire de répondre à cette question, mais j'aimerais seulement ajouter, à titre de renseignement pour le comité, que tous les députés ont été invités à une séance d'information organisée par la Garde côtière. Très peu d'entre eux ont saisi l'occasion de se rendre à cette séance et d'écouter les représentants de la Garde côtière leur parler des faits qui se sont produits lors du déversement causé par le Marathassa.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:54
To date, of the $25 million that had been committed previous to this budget, $16 million had been committed to more than 280 projects across the country, varying from smaller to larger projects and from one partner to multiple partners in projects. All this funding is leveraging more funding and is a tremendous investment in our fisheries habitat.
It's well received by all the groups. We see more groups are forming because they see the opportunity to do something with fishways, and I have to commend you, Mr. Sopuck, for the work you have done and the support you've given for this program, because it is turning out to be very much a success.
Jusqu'ici, sur les 25 millions de dollars qui avaient été accordés avant ce budget, 16 millions avaient été affectés à plus de 280 projets de partout au pays, des petits aux grands projets en passant par les projets à un ou plusieurs partenaires. Ce financement attire d'autres fonds, et c'est un énorme investissement dans l'habitat des poissons.
Cette nouvelle est très bien accueillie par tous les groupes. Nous constatons que d'autres groupes se forment, car les gens constatent qu'il existe une occasion de faire quelque chose avec les passes à poisson, et je dois vous féliciter, monsieur Sopuck, pour le travail que vous avez effectué et le soutien que vous avez fourni à ce programme, car c'est toute une réussite.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:56
When the committee was formed I had a discussion with them, and they requested that action be taken sooner rather than later. I asked the committee if they were comfortable with bringing forward an interim report, which they did. We have implemented the recommendations in that interim report.
The committee is meeting in Newfoundland today I believe and they have one more meeting in Quebec. They're hearing from a number of groups and individuals. We're moving to the catch and release fishery in the gulf region. We have made some other changes as well as extending the bass fishery because they see bass as predators of salmon of course.
I look forward to their final report sometime over the next few months, so we can make further changes, because one of the things that we want to ensure is that anglers are not the only group that will be addressed. It's just one small piece of the puzzle.
Lorsque le comité a été formé, j'ai discuté avec ses membres, et ils ont demandé à ce que des mesures soient prises aussitôt que possible. Je leur ai demandé s'ils étaient en mesure de présenter un rapport provisoire, et ils l'ont fait. Nous avons mis en oeuvre les recommandations formulées dans ce rapport provisoire.
Les membres du comité se réunissent à Terre-Neuve aujourd'hui, je crois, et ils tiendront une autre réunion au Québec. Ils entendent plusieurs groupes et particuliers. Nous abordons la pêche avec remise à l'eau dans la région du golfe. Nous avons apporté quelques changements et nous avons prolongé la pêche à l'achigan, car évidemment, ils considèrent que l'achigan est un prédateur du saumon.
J'ai hâte qu'ils présentent leur rapport final au cours des prochains mois, afin que nous puissions apporter d'autres changements, car nous voulons nous assurer, entre autres, que les pêcheurs à la ligne ne soient pas le seul groupe visé. Ils représentent seulement un petit morceau du casse-tête.
View Gail Shea Profile
CPC (PE)
View Gail Shea Profile
2015-04-23 11:58
As you know, as a government we've been rock solid in our support for the Canadian seal hunt. We continue to tell the truth about sealing and the affects that the seal population has on our marine ecosystems. We have science that certainly supports that.
The situation we have with the European Union is, of course, we said their ban on Canadian seal products was unfair. However, at the end of the day products from the indigenous seal hunt will find their way to European markets. This funding will help develop those markets, but will also help to develop new seal products as well, not just for the indigenous seal hunt but for all sealers.
We hope to develop new products and find markets for those new products.
Comme vous le savez, notre gouvernement offre un appui indéfectible à la chasse aux phoques au Canada. Nous continuons de répandre la vérité sur cette chasse et sur les effets des populations de phoques sur nos écosystèmes marins. Nous avons des données scientifiques qui appuient certainement ces affirmations.
Manifestement, nous avons dit à l'Union européenne que l'interdiction d'acheter des produits du phoque provenant du Canada était injuste. Toutefois, au bout du compte, les produits de la chasse au phoque autochtone se retrouveront sur les marchés européens. Ce financement contribuera au développement de ces marchés, mais il contribuera également à la création de nouveaux produits du phoque, non seulement pour la chasse aux phoques autochtone, mais pour tous les chasseurs de phoques.
Nous espérons mettre au point de nouveaux produits et leur trouver des marchés.
Results: 1 - 15 of 41 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data