Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 17
View Manon Perreault Profile
Ind. (QC)
View Manon Perreault Profile
2015-05-05 15:29
Thank you, Madam Chair.
Thank you for having me here as a witness, ladies and gentlemen. I must say that I am very honoured to present my bill to you. It is called An Act to establish National Spinal Cord Injury Awareness Day. I am happy to be back with you.
The bill has gone through its previous steps and has progressed expeditiously to this point. It is the result of collaborative work and I fondly hope that it will mark a turning point in the lives of those living with a spinal cord injury. I must also highlight the support of the partners who have supported us throughout this initiative and assisted us in one way or another as the bill has come to fruition. I am thinking about the Rick Hansen Institute, which provided us with data, Bobby White, the executive director of Spinal Cord Injury Canada, and Walter Zelaya, of MEMO-Qc. That acronym stands for “moelle épinière et motricité Québec” (spinal cord and motor skills Quebec), the full name of the organization that lent its support without the slightest reservation.
With this bill, we wish to designate the third Friday in September as Spinal Cord Injury Awareness Day. After much discussion, we have come to the conclusion that this awareness day could prove very useful for employers and those involved in various areas, as well as for the general public.
There will most certainly be positive effects for those living with major spinal cord injuries. Colleagues, I am fully confident that I can prove to you that, with no associated costs, this bill, when in effect, can have a significant and genuine effect on those with spinal cord injuries and can demonstrate their interests and abilities in a much clearer way and on a greater scale.
This bill would designate the third Friday in September as Spinal Cord Injury Awareness Day. Why did we choose the third Friday in September? We considered a number of factors, but two realities became clear. The accidents that happen during the summer mean that the resource and assistance centres are full at that time and winter injuries from skiing or snowmobiling also cause many spinal cord injuries.
We also created a symbol. The third Friday in September is symbolic because a person with a recent spinal cord injury faces many dark days ahead, as that fall season also does. In the months that follow—since care and rehabilitation can last up to six months—the patient will have to go through a time as dark as a harsh and difficult winter.
The bill is simple and effective, and it costs nothing. It provides an additional tool for those assisting spinal cord injury patients and for the organizations working in prevention and public awareness. It also recognizes the harsh reality just outside the door of the rehabilitation centre. You have to understand that, in a rehabilitation centre, everything is beautifully set up and fully accessible. The people there can show us how to manage. But when we get home, reality hits us like a slap in the face.
That is exactly when spinal cord injury patients first feel that those around them really are looking at them differently, that each and every outing will require considerable effort and that their new limitations mean that they have to dig to the very depths of themselves as they try to improve their lives each day and start living anywhere close to the way they did previously. They have to have the courage to forgo some activities or to summon the perseverance they need to match their activities to their new reality.
If I may digress a little, I had a riding accident.
I often tell people that I rode horses, but I do not remember when I started to do so. Getting back on a horse took a huge amount of effort. As a paraplegic, I can no longer jump or compete, of course. I often tell cyclists that it is like getting back on a little bike with training wheels or on a kid’s scooter. For me, it is much the same thing.
We have to make a major decision. The bill has three parts. Naturally, raising awareness among our fellow Canadians is the first objective. We want spinal cord patients to feel more encouraged to take an active part in society without any prejudice towards them. If possible, they should be encouraged to develop a talent and, even better, to use it for the benefit of others. In my view, that should become one of the fundamentals of human activity. This day will allow spinal cord patients to communicate with each other, to gather information about the possibilities open to them, and to listen to people with experiences to share.
There are a lot of new technologies that not everyone is automatically aware of. Often, it is just by talking to people living with a spinal cord injury every day that we find out about new ways of adapting vehicles or new crutches. This day would also make spinal cord patients more aware of things like that.
We must also recognize the determination of these people in building a new life for themselves. For everyone with a spinal cord injury, one of the great successes is to realize that life will not be without hindrances or costs. The higher the lesion in the spinal column, the more severe the physiological consequences and the earlier aging makes itself felt. Even those whose work requires little effort experience difficulties, because of travel, transfers, personal care, housework, ice, clearing snow off the car in the winter, and so on.
A man once told me that each transfer he does was considered the equivalent of about seven push-ups. Before getting to Parliament each morning, I do about 20 transfers. We do a lot of transfers. You have to understand that our shoulders are not intended to substitute for our hips. That is why spinal cord patients will often have major shoulder problems at 45 or 50 years of age. That was just a digression.
We also want to recognize the devotion of those who help spinal cord patients on a daily basis and who let them resume an almost normal life. It goes a long way in reducing the anxiety, the difficulties of all kinds and, above all, the physical exhaustion. Most importantly, in my opinion, it gently requires them to be disciplined. Let me explain. It forces them to not give in to the little voice saying that they do not have the inclination, the energy or the need to get up in the morning. Believe me, sometimes, that little voice is really very persistent and having someone to count on at moments like that is a true blessing.
We do not need to have a spinal cord injury to hear the little voice in the morning that tells us that we are still tired and we do not want to get up. But I confess that, since I have been in a wheelchair, it happens more often than my fair share. I sometimes need a little prod in the back to get through an entire day.
I do not want to disregard the tenacity of the scientists who are improving the lives of thousands of spinal cord patients with their research. In recent years, there have been major advances in neurosciences such as in sensorimotor cortex mapping. Neurosciences deal with the nervous system and everything involved with it. The cortex is the outer grey matter of our cerebral hemispheres and the sensorimotor areas are involved in everyday sensation and movement.
I did not invent that, of course; it comes from—
Merci, madame la présidente.
Mesdames, messieurs, je vous remercie de me recevoir à titre de témoin. Je tiens à vous dire que je suis très honorée de vous présenter mon projet de loi, qui s'intitule « Loi instituant la Journée nationale de sensibilisation aux lésions médullaires ». Je suis très heureuse d'être de retour parmi vous.
Ce projet de loi a suivi les étapes précédentes et a avancé rondement jusqu'ici. Il est le fruit d'un travail de collaboration et deviendra, je l'espère grandement, un moment charnière dans la vie de personnes aux prises avec une blessure médullaire. Je dois également souligner le soutien des partenaires qui nous ont épaulés pendant ces démarches et accompagnés d'une façon ou d'une autre lors de l'élaboration de ce projet de loi. Je pense à l'institut Rick Hansen, qui nous a fourni les données, à Bobby White, qui est directeur de Spinal Cord Injury Canada, et à Walter Zelaya, de MÉMO-Qc. Le nom de cet organisme, qui nous a offert son appui sans la moindre objection, signifie « moelle épinière et motricité ».
Par ce projet de loi, nous désirons désigner le troisième vendredi de septembre Journée nationale de sensibilisation aux lésions médullaires. Après plusieurs pourparlers, nous en sommes arrivés à la conclusion que cette journée de sensibilisation et de conscientisation pourrait être fort utile, autant pour les citoyens que pour les employeurs et les intervenants de divers milieux.
Il y aura très certainement des effets positifs pour les personnes aux prises avec des lésions médullaires très significatives. Chers collègues, j'ai grandement confiance de pouvoir vous démontrer que le fait de mettre en application ce projet de loi, sans que des coûts s'y rattachent, peut avoir une incidence importante et réelle chez les blessés médullaires et faire valoir leurs intérêts ainsi que leurs capacités d'une façon beaucoup plus perceptible et à plus grande échelle.
Ce projet de loi décréterait le troisième vendredi du mois de septembre Journée nationale de sensibilisation aux lésions médullaires. Pourquoi avoir choisi le troisième vendredi de septembre? Plusieurs facteurs ont été pris en considération, mais deux réalités s'imposent: les accidents se produisant pendant la période estivale font en sorte que les centres d'expertise venant en aide à ces personnes sont remplis, mais aussi tous les accidents d'hiver liés au ski et à la motoneige causent eux aussi beaucoup de blessures médullaires.
En outre, nous avons établi une analogie. En effet, le troisième vendredi de septembre a également une signification symbolique, puisque le fait d'être un nouveau blessé médullaire, c'est un peu comme revenir en automne, en ce sens que, pour cette personne, des jours beaucoup plus sombres s'annoncent. Au cours des mois qui suivront — en effet, les soins, la réadaptation, peuvent durer jusqu'à six mois —, le patient devra traverser une certaine noirceur comparable à un hiver difficile et rigoureux.
C'est un projet de loi simple, efficace et dont le coût est nul. Il représente un outil supplémentaire pour les intervenants venant en aide aux blessés médullaires ainsi que pour les organismes qui font de la prévention et de la sensibilisation auprès du grand public. En outre, il reconnaît la dure réalité qui survient à la sortie du centre de réadaptation. Effectivement, il faut comprendre que, dans un centre de réadaptation, tout est beau et accessible. Des gens sont là pour nous montrer comment nous débrouiller, mais lorsque nous rentrons à la maison, la réalité nous frappe de plein fouet.
C'est à ce moment précis que le blessé médullaire sent pour la première fois que le regard de son entourage a vraiment changé, qu'il devra faire un effort considérable lors de chacune de ses sorties et que ses nouvelles limites vont lui demander de puiser au fond de lui-même pour chercher à améliorer son quotidien et à reprendre une vie se rapprochant un tant soit peu de sa vie précédente. Il devra avoir le courage de faire une croix sur certaines activités ou de faire preuve de toute la persévérance nécessaire pour adapter l'activité à sa nouvelle réalité.
Si je peux me permettre une parenthèse, c'est un accident d'équitation que j'ai subi.
Je dis souvent aux gens que j'ai pratiqué l'équitation, mais je ne me souviens pas d'avoir commencé à en faire. Le fait de retourner faire de l'équitation m'a demandé énormément d'efforts. En étant paraplégique, je ne peux plus, bien sûr, faire de sauts ni de compétition. Je donne souvent l'exemple suivant aux gens qui ont fait de la bicyclette. C'est comme retourner sur un petit vélo avec des roues arrière ou sur une trottinette C'est un peu la même chose pour moi.
C'est une très grande décision que nous avons à prendre. Le projet de loi comprend trois volets. Naturellement, la sensibilisation des concitoyens est le premier objectif. Nous voulons que les blessés médullaires se sentent davantage encouragés à prendre part activement à la société et qu'on n'ait pas de préjugés envers eux. Si possible, ils devraient être encouragés à développer un talent et, encore mieux, à en faire profiter les autres. À mon avis, cela deviendrait l'une des bases de l'activité humaine. Cette journée permettra aux blessés médullaires d'échanger entre eux et de se renseigner sur les possibilités qui s'offrent à eux, ainsi qu'à écouter les gens qui ont une expérience à partager.
Il y a beaucoup de nouvelles technologies qu'on ne connaît pas nécessairement. C'est souvent en parlant avec des personnes vivant au quotidien avec une blessure médullaire qu'on s'aperçoit qu'il existe une nouvelle adaptation pour les véhicules ou de nouvelles béquilles. Cette journée permettrait également de sensibiliser les blessés médullaires à cela.
Il s'agit aussi de reconnaître la détermination de ces personnes à se construire une nouvelle vie. Une des grandes réussites, pour tout blessé médullaire, est de savoir que sa vie ne sera pas sans heurts et sans coûts puisque plus la lésion est haute dans la colonne vertébrale, plus les séquelles physiologiques sont graves et plus le vieillissement se fait sentir rapidement. Même les personnes dont le travail exige peu d'efforts vivent des désagréments, que ce soit en raison des déplacements, des transferts, des soins personnels, de l'entretien ménager, de la glace, du déneigement de la voiture en hiver, et ainsi de suite.
À un moment donné, un homme m'a dit que chaque transfert qu'il faisait était considéré comme environ sept push-ups. Avant d'arriver au Parlement le matin, je fais une vingtaine de transferts. Nous faisons beaucoup de transferts. Il faut comprendre que nos épaules ne sont pas faites pour remplacer nos hanches. C'est la particularité qui fait que, souvent, les blessés médullaires auront de gros problèmes au niveau des épaules à 45 ou à 50 ans. C'était là une simple parenthèse.
Nous voulons également souligner le dévouement des personnes qui aident quotidiennement les blessés médullaires et qui leur permettent de reprendre une vie quasi normale. Cela diminue beaucoup l'anxiété, les ennuis de toutes sortes et, surtout, l'épuisement physique. Le plus important, à mon avis, est que cela les oblige gentiment à être disciplinés. Je m'explique. Cela les force à résister à la petite voix leur disant qu'ils n'ont pas le goût, l'énergie ou besoin de se lever. Croyez-moi, parfois cette petite voix est vraiment très tenace, et le fait d'avoir quelqu'un sur qui compter dans ces moments est une bénédiction du ciel.
On n'a pas besoin de subir une blessure médullaire pour entendre la petite voix qui nous dit le matin qu'on est plus fatigué et qu'on n'a pas le goût de se lever. J'avoue que depuis que je suis en fauteuil roulant, cela m'arrive plus souvent qu'à mon tour. J'ai parfois besoin d'une petite tape dans le dos pour faire toute ma journée.
Je ne veux pas passer outre la persévérance des scientifiques qui, par leurs recherches, améliorent la vie de milliers de blessés médullaires. Sur le plan scientifique, il y a eu ces dernières années des avancées significatives dans les neurosciences telles que la cartographie du cortex sensorimoteur. Les neurosciences ont trait à tout ce qui touche au système nerveux. Le cortex est la matière grise située en haut de nos hémisphères cérébraux et les sensorimoteurs, c'est tout ce qui concerne les sensations et les activités motrices que l'on fait quotidiennement.
Évidemment, ce n'est pas moi qui l'ai inventé, cela provient de...
View Manon Perreault Profile
Ind. (QC)
View Manon Perreault Profile
2015-05-05 15:39
Okay.
The trauma program at Montreal's Sacré-Coeur hospital describes the spinal cord as being made up of tissue and nerve cells; it looks like a cable about as thick as a little finger. It starts at the base of the brain and passes inside each vertebra to end between the first and second lumbar vertebrae. Basically, the spinal cord is a communication pathway between the brain and the body.
Adapting to a spinal cord injury is hard and long. It takes a lot of personal effort, both from patients and those close to them. There is great upheaval often accompanied by a number of negative emotions such as fear, anxiety and anger. There are long hours of reflection, strewn with highs and lows. But like everything, there are also positive aspects. New patients are surrounded by—
D'accord.
Dans le programme de traumatologie de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, il est écrit que la moelle épinière est formée de tissus et de cellules nerveuses qui ressemblent à un câble de la grosseur du petit doigt. Elle prend naissance à la base du cerveau et passe à l'intérieur de chacune des vertèbres pour se terminer entre la première et la deuxième vertèbre lombaire. En gros, la moelle épinière est une voie de communication entre le cerveau et le corps.
L'adaptation à une blessure médullaire est coriace et longue. Elle demande beaucoup d'efforts personnels, tant de la part du blessé que de ses proches. C'est un grand bouleversement souvent accompagné de plusieurs émotions négatives telles que la peur, l'anxiété et la colère. Ce sont de longues heures de réflexion parsemées de haut et de bas, mais comme dans toute chose, il y a également de bons côtés. Les nouveaux blessés sont entourés...
View Manon Perreault Profile
Ind. (QC)
View Manon Perreault Profile
2015-05-05 15:40
My time is up?
Mon temps de parole est-il écoulé?
View Manon Perreault Profile
Ind. (QC)
View Manon Perreault Profile
2015-05-05 15:40
Okay.
D'accord.
View Maria Mourani Profile
Ind. (QC)
View Maria Mourani Profile
2014-07-15 9:55
Thank you, Mr. Chair.
I thank the committee for allowing me to present amendments and to speak to them.
I didn't present a lot, since I chose to focus on the aspects that I felt could help this bill pass the constitutional test.
I think it's very important for us to define prostitution in the bill, because if we don't, the justice system will use the common definition of prostitution, which is to provide sexual services for payment. However, this bill also addresses the purchasing of prostitution or sexual services.
I think it's very important that we show the Supreme Court and the justice system that the legislator's intention is to criminalize the purchase of sexual services. With a clear definition, we'll send a message to the justice system to consider that definition and not to consider the common definition found in dictionaries.
Merci, monsieur le président.
Je remercie le comité de me permettre de présenter des amendements et de m'expliquer au sujet de ceux-ci.
Je n'en ai pas présenté beaucoup, car j'ai préféré me concentrer sur des éléments qui pourraient, quant à moi, permettre à ce projet de loi de passer le test de la constitutionnalité.
Je pense qu'il est fondamental qu'on fournisse une définition de la prostitution dans le projet de loi parce que, si nous ne le faisons pas, nous allons laisser le système de justice utiliser la définition usuelle de ce qu'est la prostitution, à savoir de rendre des services sexuels moyennant rétribution. Or, ce projet de loi vise aussi le fait d'acheter des services de prostitution, des services sexuels.
Il me semble donc fondamental de bien montrer à la Cour suprême et au système de justice que l'intention du législateur est vraiment cette criminalisation de l'achat de services sexuels. Par une définition aussi claire, nous envoyons le signal au système de justice de tenir compte de cette définition et non pas de la définition usuelle et habituelle qu'on retrouve dans les dictionnaires.
View Maria Mourani Profile
Ind. (QC)
View Maria Mourani Profile
2014-07-15 9:57
I really wanted to provide a definition for “prostitution”. I didn't specify the notion of “sexual services” because I thought that should be left to jurisprudence. There is already quite a bit of jurisprudence on this matter. There have been a number of cases dealing with prostitution.
My definition is rather broad. I would include almost everything, whether or not it refers to full sex, whether it happens in strip clubs or somewhere else. My definition could be quite broad. In this specific case, I chose not to focus on this issue and to give the justice system as much latitude as possible and to leave room for jurisprudence. That's why I didn't want to do that.
However, I did want to give an overall definition of prostitution. I wanted to tell the justice system directly that, even if the dictionary defines prostitution as providing sexual services for payment, the legislator wants the justice system to take into account another participant—the john—who is purchasing the service. The john is part of the system and helps keep it going. That's why I wanted to include this.
If we don't, judges, prosecutors and lawyers will have all kinds of leeway to use the common definition of prostitution, which is what happens now. What's different about this bill is that it introduces a new player in this game in a more direct manner. Johns were covered a bit by the former law. However, this bill is clear and there are sentences associated with that crime.
I think it's important to have that definition, to ensure that the justice system is even more clear about the intent.
J'ai tenu vraiment à fournir la définition de « prostitution ». Je n'ai pas précisé la notion de « services sexuels », parce que j'ai préféré laisser ça un peu à la jurisprudence. Il y a déjà passablement de jurisprudence écrite à cet égard. Il y a eu plusieurs procès qui ont été faits en matière de prostitution.
Quant à ma propre définition, elle est très large. J'y mettrais presque tout, qu'il y ait une relation sexuelle complète ou non, que ce soit dans les bars de danseuses nues ou autre chose. Ma définition pourrait être très large. Or, dans ce cas précis, j'ai préféré ne pas m'attarder à cette question afin de laisser au système de justice toute la latitude possible et de laisser place à ce qu'il y ait de la jurisprudence. C'est pour cette raison que je n'ai pas voulu le faire de cette façon.
Par contre, j'ai tenu quand même à fournir une définition de la prostitution d'un point de vue plus global. J'ai voulu dire directement au système de justice que, même si le dictionnaire définit la prostitution comme l'offre de services sexuels moyennant une rétribution, le législateur souhaite que le système de justice tienne compte d'un autre acteur, c'est-à-dire le client, soit celui qui achète le service. Ce dernier fait partie du système et il contribue à sa continuité et à sa persistance. Voilà pourquoi j'ai tenu à l'inclure.
Si on ne le fait pas, les juges, les procureurs et les avocats auront toute la latitude de choisir la définition usuelle de la prostitution, ce qui est d'ailleurs fait présentement. La particularité de ce projet de loi, c'est qu'il amène un nouveau joueur dans cette game, mais de manière directe. Il ne faut pas oublier que le client était déjà un peu visé par l'ancienne loi. Par contre, ici, c'est très clair: il y a des sentences qui y sont associées.
Donc, je pense qu'il est important d'avoir cette définition pour que l'intention soit encore plus claire à l'égard du système de justice.
View Maria Mourani Profile
Ind. (QC)
View Maria Mourani Profile
2014-07-15 12:51
Thank you, Mr. Chair.
The purpose of this amendment is quite simple. When we look at the bill in its current form, we see that some exceptions are being made when prostitutes are working for themselves. They are then allowed to have a driver or a body guard, for example. These people would not be prosecuted because they are indirectly living off the avails of prostitution.
I agree up to that point.
However, the problem is that the same thing is being done with regard to child prostitution. Yet, the prostitution of children and adolescents can be nothing other than sexual exploitation. No exceptions can be made for individuals who act as body guards, drivers or in any other capacity related to child prostitution.
Without exception, every case of child prostitution constitutes exploitation and the government's goal is to protect children and adolescents who are being sexually exploited. We cannot imagine that children would prostitute themselves nor can we accept it because the government is responsible for protecting children and youth. The government can therefore not make exceptions for anyone connected with this type of prostitution because those individuals have a duty to speak out against such prostitution, not make a living from it.
There is therefore a lack of consistency between the need to protect children from prostitution and exploitation and making exceptions for those who would live off the avails of prostitution.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Le but de cet amendement est très simple. Lorsqu'on regarde le projet de loi dans sa forme actuelle, on constate qu'on fait certaines exceptions lorsque la personne prostituée donne des services sexuels pour son propre compte. On lui permet, par exemple, de recourir aux services d'un chauffeur ou d'un garde du corps. Ces personnes ne seraient pas poursuivies parce que, indirectement, elles vivraient des fruits de la prostitution.
Jusque là, c'est bien et je souscris à ce point.
Toutefois, là où il y a un problème, c'est qu'on fait la même chose dans le cas de la prostitution juvénile. Or, la prostitution des adolescents ou des enfants n'est en aucun cas autre chose que de l'exploitation sexuelle. En tout temps, on ne peut pas accorder d'exception à des individus qui pourraient agir comme gardes du corps, chauffeurs ou n'importe quoi d'autre dans un cadre de prostitution juvénile.
Il s'agit en effet, sans exception, de cas d'exploitation, et le but de l'État est de protéger des enfants ou des adolescents qui se retrouvent dans une situation d'exploitation sexuelle. On ne peut même pas concevoir ou accepter que des enfants se prostituent d'eux-mêmes, parce que la responsabilité de l'État est de protéger les jeunes et les enfants. On ne doit donc accorder aucune exemption à des acteurs qui seraient liés à ce type de prostitution, parce que leur devoir est de dénoncer ce genre de prostitution. Ce n'est pas d'en vivre.
Il y a donc un problème de cohérence entre le fait de protéger les enfants de la prostitution et de l'exploitation et le fait d'accorder des exceptions à des acteurs qui vivraient des fruits de la prostitution d'enfants.
Je vous remercie.
View Maria Mourani Profile
Ind. (QC)
View Maria Mourani Profile
2014-07-15 13:48
Thank you, Mr. Chair.
I must admit that I am very surprised. I thought the Minister of Justice was very clear. The government's long-term goal was to abolish prostitution. The government also wanted to prohibit the purchase of sexual services, pimping, and so on. The whole point of my amendments is to clarify the government's true intention for its bill.
Since the members are rejecting my amendments, I am now sure that this bill will be struck down by the Supreme Court. I am very sure of that and I will tell you why.
In its Bedford decision, the Supreme Court worked from the premise that prostitution is legal in Canada. This means that, as legislators, we don't have the right to prohibit and criminalize the practice of a legal activity because that practice endangers those involved in it.
However, the Supreme Court never forbade us, as legislators, to change the framework of that activity. What does “change the framework” mean? It means to clearly establish that prostitution is illegal in Canada—that the government prohibits and denounces the practice of prostitution. Starting from that premise, we can criminalize the purchase of sexual services, pimping and all practices surrounding prostitution.
I am now convinced that this bill will be challenged—that much is obvious—and that it will not pass the test of the Supreme Court because you took up the same principle. You did not prohibit prostitution, but you did criminalize related practices. So we are going back to the beginning, and that's too bad because criminalizing the purchase of sexual services was a very good step. I'm sure that we will be having this same discussion here, in this House of Commons, in a few years.
Merci, monsieur le président.
Je vous avoue que je suis très surprise. En fait, quand j'ai entendu le discours du ministre de la Justice, il était très clair. L'intention du gouvernement à long terme était d'abolir la prostitution. C'était aussi d'interdire l'achat de services sexuels, le proxénétisme etc. Tout ce que font mes amendements, c'est de préciser l'intention réelle que le gouvernement veut avoir dans son projet de loi.
Étant donné que les membres rejettent mes amendements, je suis convaincue maintenant que ce projet de loi sera invalidé par la Cour suprême. J'en suis fortement convaincue et je vais vous dire pourquoi.
Dans sa décision au sujet de l'arrêt Bedford, la Cour suprême est partie du principe que la prostitution est légale au Canada. À partir de ce moment-là, on n'a pas le droit, en tant que législateurs, d'interdire des pratiques et de criminaliser des pratiques d'une activité légale parce que cela met en danger les personnes qui la pratiquent.
Par contre, la Cour suprême ne nous a jamais interdit, en tant que législateurs, de changer le cadre de cette activité. Que veut dire « changer le cadre »? Cela veut dire d'établir clairement que la prostitution est illégale au Canada, qu'on en interdit les pratiques, c'est-à-dire qu'on interdit la prostitution et qu'on la dénonce. À partir de ce grand principe, on peut se permettre de criminaliser l'achat de services sexuels, le proxénétisme et toutes les pratiques entourant la prostitution.
Je suis maintenant convaincue que ce projet de loi sera contesté, c'est bien évident, et qu'il ne tiendra pas le test de la Cour suprême parce que vous avez repris le même principe. Vous n'avez pas interdit la prostitution, mais vous avez criminalisé les pratiques. Alors, on retourne au point zéro et c'est très dommage parce qu'il y avait quand même un pas fort intéressant qui était celui de la criminalisation de l'achat de services sexuels. Je suis certaine qu'on va se retrouver dans quelques années à avoir cette même discussion ici, en cette Chambre des communes.
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
Mr. Chair, my two amendments to Bill C-23 I think logically have to be considered together. IND-2 is on page 86 of the package and IND-1 is on page 1.
Simply, what I am attempting to do is, based on the evidence provided to this committee by Mr. Casey regarding the unlevel playing field between independent candidates and those associated with political parties, it proposes to change the amendment of what is a candidate by adding a new candidate definition in proposed subsection 67(7), which would be my second amendment on page 86. It would allow an individual not affiliated with a political party to apply outside of a writ period directly to the Chief Electoral Officer with the same requisite documents that a candidate would apply during a writ period, that is, $1,000, 100 nominators, and an official agent, and therefore could be declared a candidate outside of a writ period by a Chief Electoral Officer, thereby allowing all the rights and privileges of a candidate, including raising money and issuing tax receipts.
Thank you, Mr. Chair.
Monsieur le président, je pense qu’il faut logiquement étudier ensemble mes deux amendements du projet de loi C-23. L’amendement IND-2 se trouve à la page 86 du document, alors qu’IND-1 est à la page 1.
Voici simplement ce que j’essaie de faire à la suite du témoignage de M. Casey sur l’inégalité des règles entre les candidats indépendants et ceux qui sont associés à un parti politique. Je propose de changer la modification de la définition d’un candidat en y ajoutant la nouvelle définition qui se trouve au paragraphe proposé 67(7), c’est-à-dire mon deuxième amendement de la page 86. Ainsi, une personne n’appartenant à aucun parti politique pourrait soumettre directement une demande au directeur général des élections hors d’une période électorale s’il respecte les mêmes exigences qu’un candidat en période électorale, à savoir une somme de 1 000 $, 100 signatures et un agent officiel. La personne pourrait ainsi être déclarée candidate hors de la période électorale par le directeur général des élections et bénéficier de tous les droits et privilèges d’un candidat, y compris le droit de recueillir des fonds et de remettre des reçus aux fins de l’impôt.
Merci, monsieur le président.
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
No, the amendments have to be read together. Combined they would, if passed, level the playing field between independent candidates and those related to political parties.
Non, les amendements doivent être étudiés ensemble. S’ils sont adoptés, ils uniformiseront les règles du jeu entre les candidats indépendants et ceux qui sont affiliés à un parti politique.
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
Currently under the Canada Elections Act only candidates, political parties, or electoral district associations can raise money outside of a writ period and issue tax credit receipts. My amendments attempt to amend the definition of a candidate to allow an individual who's not affiliated with an official party to apply outside of a writ period, or practically before an election writ is filed, and become a candidate, provided he complies with all the requirements that a candidate would have to comply with during a writ period and be declared a candidate directly by the Chief Electoral Officer, therefore assuming all the rights and privileges, including raising money and issuing tax receipts.
Selon la version actuelle de la Loi électorale du Canada, seuls les candidats, les partis politiques ou les associations de circonscriptions peuvent récolter des fonds en dehors de la période électorale et remettre des reçus pour crédits d'impôt. Mes modifications corrigent la définition de candidat pour permettre à une personne non affiliée à un parti officiel de devenir candidat en dehors de la période électorale ou juste avant le dépôt du bref, si elle répond à toutes les exigences qui s'appliquent à un candidat durant la période électorale. Le directeur général des élections doit approuver sa candidature, qui lui accorde tous les droits et privilèges, dont la collecte de fonds et la production de reçus à des fins fiscales.
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
Thank you, Mr. Chair, and thank you to the committee for that indulgence.
Mr. Casey, first let me say how much I appreciate your advocacy on behalf of independent candidates. I listened with interest about the two sets of rules between party-affiliated candidates and independents, and I couldn't agree more.
In 2006, you were elected as a Conservative candidate in Amherst, Nova Scotia, and in 2008 you were re-elected as an independent. It’s conceivable, based on these differential rules, that the Conservative candidate who campaigned against you in 2008 was able to rely on a surplus you might have left him following the 2006 election.
Is that fair to say?
Merci, monsieur le président, et merci aux membres du comité de m'accorder cette faveur.
Monsieur Casey, laissez-moi tout d'abord vous dire à quel point j'apprécie le travail que vous faites pour défendre la cause des candidats indépendants. J'ai écouté avec intérêt votre exposé au sujet des deux ensembles de règles — un pour les candidats membres d'un parti et un autre pour les indépendants —, et je suis tout à fait d'accord avec vous.
En 2006, vous avez été élu en tant que candidat conservateur à Amherst, en Nouvelle-Écosse, et, en 2008, on vous a réélu en tant qu'indépendant. Il est concevable, vu les différences au chapitre des règles, que votre adversaire conservateur durant la campagne de 2008 ait pu tirer avantage d'un excédent que vous lui avez laissé après l'élection de 2006.
Est-il raisonnable de dire cela?
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
You can appreciate that in 2015 I face the same dilemma where there'll be a Conservative candidate who will be running to unseat me with money that I raised in 2011.
Mr. Bill Casey: I'm familiar with that.
Mr. Brent Rathgeber: Based on your inquiries or your research, have you been able to determine any rational explanation for why Elections Canada and the current legislation prohibits non-affiliated candidates from raising money and/or issuing receipts between writ periods?
Vous savez peut-être que je ferai face au même problème en 2015 lorsqu'un candidat conservateur va tenter de me voler mon siège avec l'argent que j'ai recueilli en 2011.
M. Bill Casey: Je connais ce genre de situation.
M. Brent Rathgeber:À la lumière de vos demandes de renseignements ou de vos recherches, avez-vous pu dénicher une explication rationnelle au fait qu'Élections Canada et la loi actuelle interdisent aux candidats non affiliés de recueillir de l'argent et d'émettre des reçus entre les périodes d'élection?
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
You may be aware that in 2003 the Supreme Court ruled that the section 3 charter-protected right to vote extends to more than just the right to cast a ballot. The court indicated that a voter must have an opportunity to balance various ideas in his or her own mind before meaningfully participating in an election process.
In your mind—and I realize you're not a lawyer, Mr. Casey—does the prohibition and the clear handicapping of independent candidates promote fair elections? Or in your non-lawyer view, would that be a violation of the right to meaningful participation in an election?
Vous savez peut-être qu'en 2003, la Cour suprême a statué que le droit de vote garanti par l'article 3 de la Charte va au-delà du simple droit d'exprimer son suffrage. La cour a déclaré qu'un électeur doit avoir la possibilité de soupeser diverses idées dans son esprit avant de participer de façon fructueuse au processus électoral.
À votre avis — et je sais bien que vous n'êtes pas avocat, monsieur Casey —, est-ce que cette interdiction et le net désavantage imposé aux candidats indépendants favorisent la tenue d'élections équitables? En tant que non-avocat, estimez-vous qu'il s'agit d'une atteinte au droit de participer de façon fructueuse à une élection?
View Brent Rathgeber Profile
Ind. (AB)
Thank you, Mr. Casey. I couldn't have said it better myself.
Merci, monsieur Casey. Je n'aurais pu dire mieux.
Results: 1 - 15 of 17 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data