Interventions in Committee
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 15:47
Good afternoon, ladies and gentlemen. I think this is the last committee meeting for all committees in the 41st Parliament, so the health committee is working right till the end.
We have two panels this afternoon. For our first panel, we have three different groups. As per usual, we'll connect first with Kathleen Cooper by video conference.
Welcome, Kathleen. You're welcome to go ahead with your presentation.
Bonjour, mesdames et messieurs. Je crois qu'il s'agit de la dernière réunion pour tous les comités de la 41e législature; les membres du Comité de la santé travaillent donc jusqu'à la toute fin.
Aujourd'hui, nous accueillons deux groupes de témoins. Dans notre premier groupe, nous accueillons trois différents organismes. Tout d'abord, nous nous entretiendrons avec Kathleen Cooper, par vidéoconférence.
Bienvenue, Kathleen. Vous pouvez livrer votre exposé.
Kathleen Cooper
View Kathleen Cooper Profile
Kathleen Cooper
2015-06-18 15:48
I thought I was going third, but that's fine.
Je croyais que je serais la troisième, mais je suis d'accord.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 15:48
You're first today.
Aujourd'hui, vous parlerez en premier.
Kathleen Cooper
View Kathleen Cooper Profile
Kathleen Cooper
2015-06-18 15:48
First of all, to tell you about the Canadian Environmental Law Association, we're a non-profit public interest organization specializing in environmental law. We're also a legal aid clinic within Ontario. We provide legal representation to low-income individuals and vulnerable communities.
Then we have law reform priorities, and in setting our strategic priorities, one of those is environment and human health. In deciding within that large topic how to set priorities, we take a population health approach, the same as Health Canada, the Public Health Agency of Canada, and public health agencies everywhere do. You set priorities by focusing on issues where large numbers of people are potentially or directly affected or where you have serious outcomes.
You can't get much more serious than a known carcinogen where there's strong science. Radon, as I'm sure you're going to hear later as well, is in a class by itself compared to most other environmental carcinogens. That's why we've focused on radon.
I'm going to speak today to a report we prepared last year, “Radon in Indoor Air: A Review of Policy and Law in Canada”. I believe you've been circulated the media release that was issued the day we released the report. That's all I was able to have translated given the time pressure of meeting with you today.
We canvassed policy and law across Canada at the federal and provincial levels and looked at jurisdictions and roles. We focused on public buildings and building codes, looked at other relevant provincial policy and law and the associated common law, and made a number of recommendations, but I'll focus today on just the recommendations we made with respect to the federal government.
Overall, our findings were that Canadians need better legal protection from radon. We found a patchwork of inconsistent and mostly unenforceable guidance.
For the federal government, we found that really important leadership has occurred, and Kelley Bush from Health Canada will provide some details on that for you today, although we definitely made recommendations for more that can be done. At the provincial and territorial level, where actually most jurisdiction lies, we found a wide range of laws that need to be updated or that contain gaps or ambiguities. There's very limited case law, which points to the need for improving a law or for law reform. I won't get into detail on what's been done at the federal level on radon, although the report does, because Kelley will be doing that for you later on.
Just in summary, under the national radon program there has been very valuable research, testing, and mapping of high -radon areas. The guideline for indoor radon was updated in 2007. The national building code was updated with respect to radon provisions, there's a certification program for radon mitigators, and there has been a national campaign to urge the testing by Canadians of their homes. It's recommended that every home in Canada be tested.
We recommended, to build on that important work, that there really is a logical next step here. Through the work of the Green Budget Coalition this past year, we recommended a tax credit for radon remediation. We recommended that the Income Tax Act add a tax credit for radon mitigation of up to $3,000 for individual Canadians, so long as it's done by a certified expert under the national program. That was not included in the budget, although we think it's still a very good idea. We had some very positive response from the federal officials we spoke to about it.
We also recommended that there be clearer messaging about radon, and that we use words like “radiation” and “radioactivity” because they are accurate and are what people understand more in terms of the risks of radiation and radon. We also recommended that there be better data sharing nationally between the federal government and the provinces and territories in terms of the testing that's done, along with the sharing of information that's paid for nationally, and that information be available publicly.
In terms of recommendations for federal action as well, we note that the David Suzuki Foundation report that came out just last month says the World Health Organization has recommended a lower level of 100 for indoor radon. Currently, our federal level is 200 becquerels per cubic metre. We definitely supported that recommendation and recommend that the federal government reduce the indoor radon guideline to 100.
The other two areas I want to touch on that are relevant to your investigation here have to do with the Canada Labour Code and the need to update it as well, and also the need for improving the uptake across Canada of the naturally occurring radioactive materials guidelines, the NORM guidelines. I'm going to speak to those two areas now.
Under the Canada Labour Code, there is the only legally enforceable limit for radon in Canada that's broadly applicable, but it's only for federally regulated workplaces and it remains at an outdated level of 800 becquerels per cubic metre. We think it should be brought down to the federal reference level of 200 becquerels per cubic metre to begin with, and we think that level should come down to 100 becquerels per cubic metre. On the updating of that level, apparently what was going to happen in 2015 now sounds like it's going to happen in 2016, so it would be great if your committee recommended speeding up that process.
In terms of the NORM guidelines, these are guidelines that were prepared by a federal-provincial-territorial committee. We interviewed occupational health and safety inspectors across Canada and found a lot of confusion and uncertainty about workplace radon rules or whether the NORM guidelines apply. In fact, they apply to every workplace in Canada. In any indoor space that is a workplace, including the room in which you are sitting, those guidelines apply.
However, it's a reactive, complaint-driven system. Inspectors get few or no complaints because there is a lack of awareness, so they don't take enforcement action. Also, some inspectors didn't think that radon was an occupational health and safety issue at all. They said that enforcement action was unlikely because the only agreed-upon levels for radiation are those for radiation-exposed workers. That is just not accurate, so we've made recommendations in response to that situation.
Turning to the recommendations we made with respect to the Canada Labour Code, as I've mentioned, it should be brought up to date swiftly. It's out of date by many years and still at that level of 800 becquerels per cubic metre.
With respect to radon, we recommended that the federal-provincial-territorial radiation protection committee, which deals with far more than radon—it deals with a whole manner of radiation exposure issues—convene a task force for occupational health and safety inspectors across the country so that there is clarity and there is a more generalized consistent application of those NORM guidelines to ensure worker health and safety. The consequences of that inconsistent application are that you're going to have uneven worker protection across the country and the possibility that people are overexposed, both in the workplace and in their homes, if they happen to be unlucky enough to have high radon levels in both of those indoor locations where they live and work. Related to that, we made a range of recommendations about provincial labour codes, which I won't get into.
In another area of occupational exposure, with respect to radon mitigators, we also recommended that CAREX Canada, who you're going to hear from later today, undertake, with the Canadian national radon proficiency program, research and dosimetry monitoring for radon mitigators so that we can make sure their workplaces are safe as well.
Just to recap on the findings in this report and to recommend to you to take up some of these recommendations in your deliberations on this topic, we found a need for greater legal requirements rather than guidance in this area for several reasons, including the need to underscore the seriousness of the problem and to support public outreach messages by the federal government and by other organizations who you're going to hear from today, including the Canadian Partnership for Children's Health and Environment.
Also, there's a need for legal requirements to require testing in public buildings and to ensure public access to that information. As well, there's the need to correct that inconsistent response among both the public health and the occupational health and safety inspectors and to provide them with tools to take action with respect to radon. As I mentioned, we found limited to no case law under either statutes or common law. We also found that improving the law or law reform is a better remedy than costly and situation-specific litigation to resolve radon problems.
Then, as I mentioned, there's a need for specific federal government action, including updating that federal guideline and putting in place a tax credit to help Canadians undertake radon mitigation when they have high levels, updating that Canada Labour Code, and ensuring the NORM guidelines are applied.
We've calculated the health care savings from prevented lung cancer deaths. If all homes in Canada were mitigated to the level of 200 becquerels per cubic metre, you'd see more than $17 million a year in savings through prevented lung cancer deaths. It likely would be double that if you were to reduce the level to 100 becquerels per cubic metre. Then, of course, anyone who works in cancer will tell you that the indirect costs are five times higher than the direct costs, so a lot of savings are possible there, along with the avoidance of the pain and suffering associated with lung cancer.
Tout d'abord, j'aimerais vous parler de l'Association canadienne du droit de l'environnement. Nous sommes un organisme d'intérêt public à but non lucratif spécialisé en droit de l'environnement. Nous avons également une clinique d'aide juridique en Ontario, où nous fournissons des services de représentation juridique aux personnes à faible revenu et aux communautés vulnérables.
Ensuite, nous avons des priorités relatives à la réforme du droit, et parmi nos priorités stratégiques, il y a la santé de l'environnement et des humains. Pour déterminer les priorités dans ce vaste domaine, nous adoptons une approche fondée sur la santé des populations, la même qu'utilisent Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et les agences de la santé publique de partout. Il s'agit d'établir des priorités en se concentrant sur les enjeux qui touchent potentiellement ou directement un grand nombre de gens ou qui entraînent de graves conséquences.
Il n'y a pas de conséquence plus grave qu'un produit cancérigène connu et appuyé par de solides preuves scientifiques. Le radon, comme on vous le dira plus tard, j'en suis sûre, est dans une catégorie à part comparativement à la plupart des autres produits cancérigènes dans l'environnement. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur le radon.
Aujourd'hui, je parlerai d'un rapport que nous avons préparé l'an dernier, intitulé Radon in Indoor Air: A Review of Policy and Law in Canada. Je crois qu'on vous a distribué le communiqué de presse qui a été publié le jour où nous avons publié le rapport. C'est tout ce que j'ai pu faire traduire étant donné les contraintes de temps relativement à la réunion d'aujourd'hui.
Nous avons analysé la politique et la législation aux niveaux fédéral et provincial partout au Canada, et nous avons examiné les compétences et les rôles de chacun. Nous nous sommes concentrés sur les édifices publics et sur les codes du bâtiment, nous avons examiné d'autres politiques et lois provinciales pertinentes et les dispositions connexes de la common law, et nous avons formulé plusieurs recommandations, mais aujourd'hui, je me concentrerai seulement sur les recommandations que nous avons formulées au gouvernement fédéral.
Dans l'ensemble, nous avons conclu que les Canadiens avaient besoin d'une meilleure protection juridique contre le radon. Nous avons découvert une série de directives incohérentes et, dans la plupart des cas, impossibles à mettre en oeuvre.
Nous avons conclu qu'un leadership très important avait été assumé au sein du gouvernement fédéral, et Kelley Bush, de Santé Canada, vous fournira des détails à cet égard aujourd'hui, même si nous avons certainement formulé des recommandations sur la prise d'autres mesures. Aux échelons provincial et territorial, où se trouvent la plupart des compétences, nous avons cerné un large éventail de lois qui doivent être mises à jour ou qui contiennent des lacunes ou des ambiguïtés. La jurisprudence est très limitée, ce qui souligne le besoin d'améliorer la loi ou de procéder à une réforme juridique. Je n'entrerai pas dans les détails au sujet de ce qui a été effectué au niveau fédéral en ce qui concerne le radon, même si le rapport contient ces détails, car Kelley vous les fournira plus tard.
En résumé, dans le cadre du programme national sur le radon, on a mené des recherches et des tests très utiles, et on a cartographié les régions à teneur élevée en radon. Les directives liées à la présence du radon dans l'air l'intérieur ont été mises à jour en 2007. Les dispositions sur le radon contenues dans le Code national du bâtiment ont été mises à jour, il y a un programme de certification pour les experts en réduction des quantités de radon, et on a mené une campagne nationale pour fortement encourager les Canadiens à effectuer des tests dans leur logement. En effet, on recommande de mener ces tests dans chaque logement au Canada.
Nous recommandons, pour tirer parti de ces travaux importants, d'amorcer l'étape logique suivante. Par l'entremise du travail accompli par la Coalition du budget vert au cours de l'année dernière, nous avons recommandé un crédit d'impôt pour les mesures de réduction de la concentration de radon. Nous avons recommandé que la Loi de l'impôt sur le revenu ajoute un crédit d'impôt pour la réduction de la concentration de radon allant jusqu'à 3 000 $ pour les particuliers canadiens, aussi longtemps que les travaux sont effectués par un expert certifié par le programme national. Cela n'a pas été prévu dans le budget, même si nous pensons qu'il s'agit toujours d'une très bonne idée. Les représentants fédéraux auxquels nous avons parlé de cette initiative ont réagi de façon très positive.
Nous avons également recommandé d'envoyer un message clair au sujet du radon, et d'utiliser des mots tels « radiation » et « radioactivité », car ils sont exacts, et les gens les comprennent davantage lorsqu'il s'agit des risques liés aux radiations et au radon. Nous avons également recommandé un meilleur partage des données à l'échelle nationale entre le gouvernement fédéral et les provinces et les territoires en ce qui concerne les tests effectués, ainsi que le partage des renseignements qui sont payés à l'échelle nationale. Il faudrait également rendre ces renseignements publics.
En ce qui a trait aux recommandations concernant des mesures fédérales, nous avons remarqué que selon le rapport de la David Suzuki Foundation publié le mois dernier, l'Organisation mondiale de la santé recommande une concentration en dessous de 100 pour le radon dans l'air intérieur. Actuellement, au niveau fédéral, le niveau permis est 200 becquerels par mètre cube. Nous avons certainement appuyé cette recommandation et nous recommandons que le gouvernement fédéral réduise ce seuil à 100 dans sa directive sur la concentration du radon dans l'air intérieur.
Les deux autres volets que j'aimerais aborder et qui sont liés à votre étude sont le Code canadien du travail et la nécessité de le mettre à jour, et la nécessité d'améliorer le respect, partout au Canada, des lignes directrices sur les radiations émises par les matières radioactives d'origine naturelle, c'est-à-dire les lignes directrices canadiennes des MRN. Je parlerai donc de ces deux volets.
Le Code canadien du travail prévoit une seule limite exécutoire pour le radon au Canada et elle s'applique de façon générale, mais seulement aux milieux de travail fédéraux réglementés. De plus, à 800 becquerels par mètre cube, elle est désuète. Nous croyons, tout d'abord, qu'elle devrait être réduite au niveau de référence fédéral de 200 becquerels par mètre cube, et ce niveau devrait être ensuite réduit à 100 becquerels par mètre cube. Apparemment, on devait effectuer la mise à jour de cette limite en 2015, mais il semble maintenant que cela se fera en 2016, et ce serait donc formidable si votre comité pouvait recommander l'accélération de ce processus.
Les lignes directrices canadiennes des MRN, quant à elles, ont été préparées par un comité fédéral-provincial-territorial. Nous avons interrogé des inspecteurs en santé et sécurité au travail de partout au Canada et nous avons conclu qu'il y avait beaucoup de confusion et d'incertitude au sujet des règlements sur le radon dans les milieux de travail ou sur l'application des lignes directrices canadiennes des MRN. En fait, elles s'appliquent dans tous les milieux du travail au Canada. Elles s'appliquent dans tous les espaces intérieurs qui sont des milieux de travail, y compris la pièce dans laquelle vous êtes assis.
Toutefois, il s'agit d'un système réactif fondé sur les plaintes. Les inspecteurs reçoivent peu de plaintes — ou aucune —, car il y a un manque de sensibilisation, et ils ne prennent donc pas de mesure d'application. De plus, certains inspecteurs ne croyaient pas que le radon causait un risque pour la santé et la sécurité au travail. Ils étaient même d'avis que la prise de mesures d'application était peu probable, car le seul niveau de radiation sur lequel on s'entend vise les travailleurs exposés aux radiations. Ce n'est tout simplement pas exact, et nous avons donc formulé des recommandations en réponse à cette situation.
Quant à nos recommandations relativement au Code canadien du travail, comme je l'ai mentionné, ce dernier devrait être rapidement mis à jour. Il est dépassé depuis de nombreuses années et il recommande toujours le niveau de 800 becquerels par mètre cube.
En ce qui concerne le radon, nous recommandons que le comité de protection de la radiation fédéral-provincial-territorial, qui s'occupe de nombreux autres problèmes, en plus du radon — par exemple, il s'occupe de toute une série de problèmes liés à l'exposition aux radiations —, mette sur pied un groupe de travail pour les inspecteurs en santé et sécurité au travail de partout au pays, afin d'éclaircir les choses et de favoriser une mise en oeuvre plus cohérente et généralisée des lignes directrices canadiennes des MRN pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs. En effet, lorsque ces directives ne sont pas mises en oeuvre de façon uniforme, les travailleurs de partout au pays ne sont pas tous protégés au même degré, et il est possible que des gens souffrent de surexposition, au travail et à la maison, s'ils ont la malchance d'être exposés à des niveaux de radon élevés dans ces deux espaces intérieurs. À cet égard, nous avons formulé une série de recommandations sur les codes du travail provinciaux, mais je ne les aborderai pas aujourd'hui.
Dans un autre volet de l'exposition en milieu de travail, c'est-à-dire les experts en réduction des concentrations de radon, nous avons également recommandé que CAREX Canada, dont vous entendrez les représentants aujourd'hui, entreprennent, dans le cadre du Programme national de compétence sur le radon au Canada, des recherches et des activités de surveillance sur les doses de rayonnement auxquelles sont exposés ces experts, afin de veiller à leur fournir également un milieu de travail sécuritaire.
Pour résumer les conclusions du rapport et pour vous encourager à adopter certaines de ces recommandations au cours de vos délibérations, nous avons conclu qu'il était nécessaire de prévoir plus d'obligations juridiques que de lignes directrices dans ce domaine, et ce pour plusieurs raisons, notamment la nécessité de souligner la gravité du problème et d'appuyer l'envoi de messages de sensibilisation à la population par le gouvernement fédéral et d'autres organismes dont vous entendrez les représentants aujourd'hui, notamment le Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement.
De plus, il est nécessaire de prévoir l'obligation juridique de mener des tests dans les édifices publics et de veiller à ce que la population ait accès à ces renseignements. Il faut aussi corriger la réponse non uniforme chez les inspecteurs de la santé publique et les inspecteurs en santé et sécurité au travail, et leur fournir les outils nécessaires pour qu'ils prennent des mesures en ce qui concerne le radon. Comme je l'ai mentionné, nous n'avons pratiquement trouvé aucune jurisprudence dans les lois ou la common law. Nous avons également conclu que l'amélioration ou la réforme de la loi représente une meilleure solution aux problèmes liés au radon que des poursuites coûteuses et visant des situations particulières.
Ensuite, comme je l'ai mentionné, le gouvernement doit prendre des mesures précises, notamment la mise à jour des lignes directrices fédérales, l'octroi d'un crédit d'impôt pour aider les Canadiens à prendre des mesures liées à la réduction des concentrations du radon lorsque les niveaux sont élevés, la mise à jour du Code canadien du travail, et veiller à l'application des lignes directrices canadiennes des MRN.
Nous avons calculé les économies liées aux soins de santé qui découleront des mesures de prévention des décès attribuables au cancer du poumon. Si tous les logements du Canada respectaient la limite de 200 becquerels par mètre cube, on pourrait réaliser des économies de plus de 17 millions de dollars par année, car on éviterait de nombreux décès liés au cancer du poumon. Ce nombre doublerait probablement si on réduisait la limite à 100 becquerels par mètre cube. Manifestement, tous ceux qui travaillent en oncologie vous diront que les coûts indirects sont cinq fois plus élevés que les coûts directs, et il est donc possible d'économiser beaucoup d'argent, en plus d'éviter la douleur et les souffrances liées au cancer du poumon.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 16:00
Ms. Cooper—
Madame Cooper...
Kathleen Cooper
View Kathleen Cooper Profile
Kathleen Cooper
2015-06-18 16:00
I will stop there. Thank you very much for your time.
Je vais m'arrêter ici. Je vous remercie beaucoup de votre temps.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 16:00
You're right on time. Thank you.
Next up will be Erica Phipps from the Canadian Partnership for Children's Health and Environment.
Vous avez terminé juste à temps. Merci.
Nous entendrons maintenant Erica Phipps, du Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement.
Erica Phipps
View Erica Phipps Profile
Erica Phipps
2015-06-18 16:01
Thank you, Mr. Chairman.
Good afternoon. Thank you for the opportunity to contribute to this important discussion.
I'd like to share a few perspectives based on our work to raise public awareness, particularly among families with young children, about the lung cancer risk posed by radon and what can be done to reduce that risk.
My name is Erica Phipps. I serve as executive director of the Canadian Partnership for Children's Health and Environment, CPCHE, a collaboration among public health, medical, legal, and child-focused organizations that have been working together for nearly 15 years to advance children's environmental health protection in Canada. The 10 core CPCHE partners include the Canadian Environmental Law Association—you've just heard from my colleague, Kathleen Cooper—and the Canadian Child Care Federation, which has been actively involved in our work to promote radon action in the child care sector.
Much of our work within CPCHE involves engaging with and learning from service providers, such as public health nurses and child care providers and others, who work with families on a day-to-day basis and empowering them to integrate children's environmental health protection into the support they provide to families.
I thought it would be fitting to start with one of their voices. These are the words of a child care provider in Winnipeg, who was one of the participants in the radon vanguard initiative that CPCHE and the Child Care Federation undertook last year, with support from Health Canada. She said:
I wouldn't want to work in a centre that had [high radon] and didn't do anything about it. I wouldn't want to do that. I wouldn't work there. And I wouldn't put my children in the centre either.
This child care professional had known very little about radon before getting involved, but she, like others in the project, was motivated to learn more because of her dedication to the children in her care and because she desired a healthy workplace. It did not take her or any of the other staff involved in the project very long to get that this is a critical issue and one that demands action.
Through the vanguard project, she and other child care providers shared information on radon with their client families and voluntarily tested their child care centres for radon. Through that process, the project participants made the transition from a group of people who had hardly even heard of radon to being nearly unanimous in rating it as a high priority for health in their centres.
When asked what they thought would need to happen to protect children and staff from this lung cancer risk, most felt that radon testing would somehow need to be made mandatory. In the words of another participant:
...what I see in child care tends to be...people don't take action unless they're forced to, unfortunately.... It's like carbon monoxide detectors, right. We never had them before and then finally we were forced to have them and so everybody got them. And you know meanwhile they're only like $40 dollars or $50, and yet people didn't do that before it was made sort of expected of [them].... I think unless [radon testing] was made mandatory or there was some kind of assistance in ensuring that it was done, I think it would be unlikely to get done...when it should be.
This viewpoint was echoed by others and supported by the results of the vanguard project. Despite good intentions and the fact that radon test devices were supplied directly to the participating day care centres, only two-thirds of them were able to complete the testing. What this suggests is that for a sector in which staff are already stretched, providing them with information—and even providing them with do-it-yourself test devices—is not likely to be enough.
CPCHE has been putting significant effort into radon outreach over the past few years, including developing a plain-language tip card for families and teaming up with Health Canada, the Canadian Lung Association, Parachute, and the Canadian Association of Fire Chiefs in a campaign that links radon testing to the more familiar home safety messages of smoke detector use and carbon monoxide detector use. I've brought copies, which you should have before you.
We have prioritized radon as a focus of our collective work because of the well-established high level of risk posed by radon and because we firmly believe that protecting children is an investment in lifelong health. The harm from radon exposure is cumulative, which means that if we can ratchet down exposures during childhood by promoting radon safety in homes and by zeroing in on those six to eight hours that many children spend per day in child care or other learning environments, we can give Canada's kids a better start towards lifelong health, such that their generation and future generations are less likely to suffer from the devastation of lung cancer.
There's also an equity question here. Radon exposure is a prime example of a housing-related health risk that is beyond the ability of low-income people, especially tenants, to address on their own. Knowing about radon is not enough if you can't afford to buy a test kit, let alone pay for a remediation. It is just this sort of issue that we are seeking to address in a new CPCHE-led initiative called “RentSafe”, which will build social service sector capacity to respond to health concerns in low-income housing.
Reducing the financial barrier to radon mitigation should be a matter of priority if we are to achieve the goal of healthier housing for all Canadians. That would potentially include the Green Budget Coalition ask that Kathy mentioned in her remarks, of having an income tax credit for radon mitigation. Federal leadership to help families get action on avoidable health risks in their housing, including radon, would be a well-targeted investment in the health and well-being of the people of Canada.
In our toxics work within the CPCHE partnership, we frequently bump up against the complexities of scientific evidence, fraught with great debates about cause and effect and proof of harm. Radon, regrettably, is refreshingly simple. Radon causes lung cancer, full stop. We know how to test for it. We know what to do if levels are high. We know that it amplifies the risk posed by the other big lung cancer culprit, tobacco smoke. Now we need the courage and investment to ensure that the homes and buildings where we spend time, and especially where our children spend time, are not a source of this preventable lung cancer risk.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Bonjour. Je vous remercie de me donner l'occasion de contribuer à cette discussion importante.
J'aimerais vous faire part de quelques points de vue fondés sur nos travaux visant à accroître la sensibilisation au sein de la population, surtout chez les familles avec de jeunes enfants, sur le risque de cancer du poumon posé par le radon et les mesures qui peuvent être prises pour réduire ce risque.
Je m'appelle Erica Phipps. Je suis directrice générale du Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement — le PCSEE —, une collaboration d'organismes de santé publique, d'organismes des milieux médical et juridique et d'organismes axés sur les enfants qui travaillent ensemble depuis bientôt 15 ans, afin de favoriser la protection de la santé des enfants et de l'environnement au Canada. Les 10 partenaires principaux du PCSEE sont, entre autres, l'Association canadienne du droit de l'environnement — vous venez juste d'entendre ma collègue, Kathleen Cooper — et la Fédération canadienne des services de garde à l'enfance, qui participe activement à nos travaux pour faire la promotion des mesures de réduction des concentrations du radon dans le secteur des services de garde d'enfants.
La plupart des travaux du PCSEE entraînent une collaboration avec des fournisseurs de services, notamment le personnel infirmier en santé publique et les fournisseurs de services de garde d'enfants et d'autres qui travaillent avec les familles au quotidien. Nous leur fournissons les outils nécessaires pour intégrer la protection de la santé des enfants et de l'environnement au soutien qu'ils offrent aux familles.
J'ai pensé qu'il serait approprié de vous parler d'abord de l'une de ces personnes. J'aimerais donc vous communiquer les paroles d'une fournisseuse de services de garde d'enfants à Winnipeg; elle a participé à l'initiative d'avant-garde contre le radon lancée l'an dernier par le PCSEE et la Fédération canadienne des services de garde à l'enfance, avec l'appui de Santé Canada. Voici son avis:
Je ne voudrais pas travailler dans un centre qui présente des concentrations élevées de radon et ne rien faire à cet égard. Je ne voudrais pas faire cela. Je ne voudrais pas travailler là-bas. Et je n'enverrais pas mes enfants dans ces centres.
Cette professionnelle en services de garde d'enfants connaissait très peu de choses sur le radon avant de participer à cette initiative, mais elle a été motivée, comme d'autres personnes qui ont participé au projet, à en apprendre davantage, en raison de son dévouement envers les enfants confiés à ses soins et parce qu'elle souhaite travailler dans un milieu sain. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'elle et d'autres participants au projet comprennent qu'il s'agit d'un problème grave contre lequel il faut prendre des mesures.
Par l'entremise du projet d'avant-garde, elle et d'autres fournisseurs de services de garde d'enfants ont partagé des renseignements sur le radon avec leurs clients, les familles, et ont volontairement effectué des tests de présence du radon dans leur centre de services de garde d'enfants. Par l'entremise de ce processus, les participants au projet sont passés d'un groupe de gens qui n'avaient pratiquement jamais entendu parler du radon à un groupe dont les membres ont admis, presque à l'unanimité, qu'il s'agit d'une priorité en matière de santé dans leur centre.
Lorsqu'on leur a demandé ce qui devrait être fait pour protéger les enfants et le personnel du risque lié au cancer du poumon, la plupart d'entre eux étaient d'avis que les tests de présence du radon devraient être obligatoires. Comme l'a dit un autre participant:
...ce que j'observe dans le milieu des services de garde d'enfants tend à être... les gens ne prennent pas de mesures à moins qu'ils y soient forcés, malheureusement... c'est comme les détecteurs de monoxyde de carbone, n'est-ce pas? Personne n'en avait jamais installé et au bout du compte, on nous a obligés à les installer et tout le monde les a installés. Et en même temps, on sait qu'ils coûtent de 40 à 50 $ chacun, et pourtant, les gens ne les ont pas installés avant qu'on leur dise de le faire... Je crois qu'à moins qu'on rende les tests de présence du radon obligatoires ou qu'on s'assure qu'ils soient effectués, les gens ne les feront probablement pas, même s'ils devraient être faits.
Ce point de vue a été répété par d'autres et appuyé par les résultats du projet d'avant-garde. Malgré de bonnes intentions et le fait que les appareils de test de présence du radon ont été fournis directement aux centres de services de garde participants, les deux tiers d'entre eux seulement ont été en mesure de terminer les tests. Cela laisse croire que dans un secteur dans lequel les membres du personnel sont déjà très occupés, il ne suffit probablement pas de leur fournir les renseignements et les appareils nécessaires pour qu'ils mènent eux-mêmes les tests.
Ces dernières années, le PCSEE a déployé des efforts importants dans la sensibilisation aux effets du radon, notamment par la production d'une carte aide-mémoire écrite en langage simple pour les familles et le lancement d'une campagne en collaboration avec Santé Canada, l'Association pulmonaire du Canada, Parachute et l'Association canadienne des chefs de pompiers dans laquelle on lie les tests de présence du radon aux messages plus familiers sur la sécurité des logements qui visent les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone. J'ai apporté des exemplaires qu'on vous a distribués.
Nous avons donné la priorité au radon dans nos travaux collectifs, en raison du niveau élevé bien établi de risque posé par le radon et parce que nous croyons fermement que la protection des enfants représente un investissement dans la santé pour toute la durée de la vie. Les torts causés par l'exposition au radon sont cumulatifs, ce qui signifie que si nous pouvons réduire l'exposition des enfants en faisant la promotion des mesures de sécurité liées au radon dans les foyers et en visant les six à huit heures qu'un grand nombre d'enfants passent chaque jour dans des centres de garde d'enfants ou dans d'autres milieux d'apprentissage, nous pouvons offrir aux enfants canadiens un meilleur départ vers une vie en santé, afin que leur génération et les générations futures soient moins à risque de souffrir des effets dévastateurs du cancer du poumon.
Il y a également une question d'équité. En effet, l'exposition au radon est un très bon exemple d'un risque de santé lié au logement que les personnes au revenu peu élevé, surtout les locataires, n'ont pas la capacité de régler elles-mêmes. Manifestement, connaître les dangers du radon ne suffit pas lorsqu'on ne peut pas se permettre d'acheter une trousse de tests, et encore moins de payer pour des travaux visant la réduction des concentrations du radon. C'est ce type de problème que nous tentons de résoudre dans le cadre d'une nouvelle initiative du PCSEE appelée « LogementSain », qui renforcera la capacité du secteur des services sociaux de répondre aux préoccupations en matière de santé dans les logements des personnes à revenu peu élevé.
Si nous voulons que les habitations dans lesquelles vivent les Canadiens soient plus salubres, l'élimination des obstacles financiers à la réduction des concentrations de radon devrait constituer une priorité. Cela pourrait inclure la recommandation de la Coalition du budget vert que Kathy a mentionnée dans son exposé, c'est-à-dire l'instauration d'un crédit d'impôt pour l'atténuation du radon. Si le fédéral joue un rôle de premier plan pour aider les familles afin que des mesures soient prises pour réduire des dangers évitables pour leur santé chez eux, dont le radon, ce serait une façon judicieuse d'investir dans la santé et le bien-être des gens au Canada.
Dans les travaux sur les substances toxiques que nous effectuons dans le cadre du PCSEE, nous nous heurtons souvent aux subtilités des données scientifiques suscitant de vifs débats sur les causes et les effets et les preuves d'effets préjudiciables. Hélas, dans le cas du radon, c'est tout à fait simple. Le radon cause le cancer du poumon, point à la ligne. Nous savons comment déterminer sa présence. Nous savons quoi faire si les concentrations sont élevées. Nous savons que sa présence augmente le risque que pose l'autre grande cause du cancer du poumon: le tabac. Nous avons maintenant besoin de courage et d'investissements pour faire en sorte que les logements et les immeubles dans lesquels nous passons du temps — et surtout dans lesquels nos enfants passent du temps — ne sont pas une source du cancer du poumon, qui est évitable.
Merci.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 16:07
Thank you very much.
Next up we have Kelley Bush, senior head of radon education and awareness at the Department of Health.
Go ahead, please.
Merci beaucoup.
C'est maintenant au tour de Mme Kelley, chef de section de l'éducation et de la sensibilisation sur le radon du ministère de la Santé.
Allez-y, s'il vous plaît.
Kelley Bush
View Kelley Bush Profile
Kelley Bush
2015-06-18 16:07
Good afternoon. My name is Kelley Bush, and I am the head of radon education and awareness under Health Canada's national radon program.
Thank you, Mr. Chair and members of the committee, for inviting me to be here today to discuss radon as a cause of lung cancer and to highlight the work of the Canadian – National Radon Proficiency Program.
Through the ongoing activities of this program, Health Canada is committed to informing Canadians about the health risk of radon, better understanding the methods and technologies available for reducing radon exposure, and giving Canadians the tools to take action to reduce their exposure.
Radon is a colourless, odourless radioactive gas that is formed naturally in the environment. It comes from the breakdown of uranium in soil and rock. When radon is released from the ground in outdoor air, it gets diluted and is not a concern. However, when radon enters an indoor space, such as a home, it can accumulate to high levels and become a serious health risk. Radon naturally breaks down into other radioactive substances called progeny. Radon gas and radon progeny in the air can be breathed into the lungs, where they break down further and emit alpha particles. These alpha particles release small bursts of energy, which are absorbed by the nearby lung tissue and lead to lung cell death or damage. When lung cells are damaged, they have the potential to result in cancer when they reproduce.
The lung cancer risk associated with radon is well recognized internationally. As noted by the World Health Organization, a recent study on indoor radon and lung cancer in North America, Europe, and Asia provided strong evidence that radon causes a substantial number of lung cancers in the general population. It's recognized around the world that radon is the second leading cause of lung cancer after smoking, and that smokers also exposed to high levels of radon have a significantly increased risk of developing lung cancer.
Based on the latest data from Health Canada, 16% of lung cancers are radon-induced, resulting in more than 3,200 deaths in Canada each year. To manage these risks, in 2007 the federal government in collaboration with provinces and territories lowered the federal guideline from 800 to 200 becquerels per cubic metre. Our guideline of 200 becquerels per cubic metre is amongst the lowest radon action levels internationally, and aligns with the World Health Organization's recommended range of 100 to 300 becquerels per cubic metre.
All homes and buildings have some level of radon. It's not a question of “if” you have radon in your house; you do. The only question is how much, and the only way to know is to test. Health Canada recommends that all homeowners test their home and that if the levels are high, above our Canadian guideline, you take action to reduce.
The national radon program was launched in 2007 to support the implementation of the new federal guideline. Funding for this program is provided under the Government of Canada's clean air regulatory agenda. Our national radon program budget is $30.5 million over five years.
Since its creation, the program has had direct and measurable impacts on increasing public awareness, increasing radon testing in homes and public buildings, and reducing radon exposure. This has been accomplished through research to characterize the radon problem in Canada, as well as through measures to protect Canadians by increasing their awareness and giving them tools to take action on radon.
The national radon program includes important research to characterize radon risk in Canada. Two large-scale, cross-Canada residential surveys have been completed, using long-term radon test kits in over 17,000 homes. The surveys have provided us with a much better understanding of radon levels across the country. This data is used by Health Canada and our stakeholder partners to further define radon risk, to effectively target radon outreach, to raise awareness, and to promote action. For example, Public Health Ontario used this data in its radon burden of illness study. The Province of British Columbia used the data to inform its 2014 changes to their provincial building codes, which made radon reduction codes more stringent in radon-prone areas based on the results of our cross-Canada surveys. The CBC used the data to develop a special health investigative report and interactive radon map.
The national radon program also conducts research on radon mitigation, including evaluating the effectiveness of mitigation methods, conducting mitigation action follow-up studies, and analyzing the effects of energy retrofits on radon levels in buildings. For example, in partnership with the National Research Council, the national radon program conducted research on the efficacy of common radon mitigation systems in our beautiful Canadian climatic conditions. It is also working with the Toronto Atmospheric Fund to incorporate radon testing in a study they're doing that looks at community housing retrofits and the impacts on indoor air quality.
This work supports the development of national codes and standards on radon mitigation. The national radon program led changes to the 2010 national building codes. We are currently working on the development of two national mitigation standards, one for existing homes and one for new construction.
The program has developed an extensive outreach program to inform Canadians about the risk from radon and encourage action to reduce exposure. This outreach is conducted through multiple platforms targeting the general public, key stakeholder groups, as well as populations most at risk such as smokers and communities known to have high radon.
Many of the successes we've achieved so far under this program have been accomplished as a result of collaboration and partnership with a broad range of stakeholder partners. Our partners include provincial and municipal governments, non-governmental organizations, health professional organizations, the building industry, the real estate industry, and many more. By working with these stakeholders, the program is able to strengthen the credibility of the messages we're sending out and extend the reach and impact of our outreach efforts. We are very grateful for their ongoing engagement and support.
In November 2013 the New Brunswick Lung Association, the Ontario Lung Association, Summerhill Impact, and Health Canada launched the very first national radon action month. This annual national campaign is promoted through outreach events, website content, social media, public service announcements, and media exposure. It raises awareness about radon and encourages Canadians to take action. In 2014 the campaign grew in the number of stakeholders and organizations that participate in raising awareness. It also included the release of a public service announcement with television personality Mike Holmes, who encouraged all Canadians to test their home for radon.
To give Canadians access to the tools to take action, extensive guidance documents have been developed on radon measurement and mitigation. Heath Canada also supported the development of a Canadian national radon proficiency program, which is a certification program designed to establish guidelines for training professionals in radon services. This program ensures that quality measurement and mitigation services are available to Canadians.
The Ontario College of Family Physicians as well as McMaster University, with the support of Health Canada, have developed an accredited continuing medical education course on radon. This course is designed to help health professionals—a key stakeholder group—answer patients' questions about the health risks of radon and the need to test their homes and reduce their families' exposure.
The national radon program also includes outreach targeted to at-risk populations. For example, Erica already mentioned the three-point home safety checklist that we've supported in partnership with CPCHE. As well, to reach smokers, we have a fact sheet entitled “Radon—Another Reason to Quit”. This is sent out to doctors' offices across Canada to be distributed to patients. Since the distribution of those fact sheets began, the requests from doctors offices have increased quite significantly. It began with about 5,000 fact sheets ordered a month, and we're up to about 30,000 fact sheets ordered a month and delivered across Canada.
In recognition of the significant health risk posed by radon, Health Canada's national radon program continues to undertake a range of activities to increase public awareness of the risk from radon and to provide Canadians with the tools they need to take action. We are pleased to conduct this work in collaboration with many partners across the country.
Thank you for your attention. I look forward to any questions the committee members might have.
Bonjour, je m’appelle Kelley Bush et je suis la chef de la section de l’éducation et de la sensibilisation concernant le radon du Programme national sur le radon de Santé Canada.
Je vous remercie, monsieur le président et membres du comité, de m'avoir invitée aujourd'hui pour parler du radon en tant que cause du cancer du poumon et pour présenter le travail effectué par le Programme national de compétence sur le radon au Canada.
Dans le cadre des activités de ce programme, Santé Canada s’emploie à informer les Canadiens des risques pour la santé que présente le radon, à mieux comprendre les méthodes et les technologies offertes pour réduire l’exposition au radon et à fournir aux Canadiens les outils leur permettant de prendre des mesures pour réduire leur exposition au radon.
Le radon est un gaz radioactif incolore et inodore qui se forme naturellement dans l’environnement. Il provient de la désintégration naturelle de l’uranium dans les sols et les roches. Lorsque le radon s’échappe dans l’air extérieur, il est dilué et ne pose aucun risque. Toutefois, dans les espaces clos, comme les maisons, il peut parfois atteindre des concentrations très élevées pouvant entraîner un risque pour la santé. Le radon se désintègre naturellement en formant d’autres substances radioactives que l’on appelle descendants ou produits de filiation. Le radon et ses produits de filiation se lient aux particules dans l’air, et s’ils pénètrent dans les poumons, ils émettent un rayonnement ionisant appelé particules alpha lorsqu’ils se désintègrent. Ces dernières libèrent de petits éclats d’énergie absorbés par les tissus pulmonaires environnants, qui détruisent ou endommagent les cellules pulmonaires. Les cellules pulmonaires endommagées peuvent causer un cancer en se reproduisant.
Les risques de cancer du poumon associés au radon sont bien reconnus dans le monde. Comme l’a indiqué l’Organisation mondiale de la Santé, des études récentes sur le radon dans l’air intérieur et le cancer du poumon réalisées en Amérique du Nord, en Europe et en Asie démontrent clairement que le radon cause un nombre important de cancers du poumon dans la population générale. On reconnaît à l’échelle mondiale que le radon est la deuxième cause du cancer du poumon après le tabagisme et que les fumeurs qui sont aussi exposés à des concentrations élevées de radon présentent un risque beaucoup plus grand de développer un cancer du poumon.
Selon les plus récentes données de Santé Canada, 16 % des cancers du poumon seraient associés à l’exposition au radon et entraîneraient plus de 3 200 décès chaque année au pays. Afin de gérer ces risques, le gouvernement fédéral, en collaboration avec les provinces et les territoires, a fait passer en 2007 sa directive sur le radon de 800 à 200 becquerels par mètre cube d’air. Cette directive constitue l’une des concentrations prescrites les plus faibles à l’échelle internationale et cadre avec la plage de 100 à 300 becquerels par mètre cube d’air recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé.
Une certaine concentration de radon se trouve dans toutes les maisons et les immeubles. La question n'est pas de savoir s'il y en a; c'est un fait qu'il y en a. La question est donc la suivante: quelle est cette concentration? La seule façon de le savoir, c'est de la mesurer. Santé Canada recommande à tous les propriétaires de mesurer la concentration de radon dans leur maison et de prendre des mesures pour la réduire si elle dépasse la directive canadienne.
Le Programme national sur le radon a été lancé en 2007 pour appuyer la mise en oeuvre de la nouvelle directive fédérale sur le radon. Le financement de ce programme provient du Programme de réglementation de la qualité de l’air du gouvernement du Canada. Le budget du Programme national sur le radon est de 30,5 millions de dollars sur cinq ans.
Depuis sa création, le programme a entraîné des effets directs et mesurables en permettant de mieux sensibiliser le public, de mesurer davantage la concentration de radon dans les maisons et les immeubles publics et de réduire l’exposition au radon. Ces activités ont pu être réalisées grâce à des travaux de recherche visant à caractériser le problème du radon au Canada et grâce à des mesures visant à protéger les Canadiens en les sensibilisant davantage et en leur fournissant les outils dont ils ont besoin pour agir à l’égard du radon.
Le Programme national sur le radon comprend d’importants travaux de recherche pour caractériser les risques liés au radon au Canada. Deux enquêtes pancanadiennes à grande échelle sur la concentration de radon dans les résidences ont été réalisées, ce qui comprenait des mesures des concentrations de radon dans 17 000 foyers sur une longue période. Les enquêtes nous ont permis de mieux comprendre ces concentrations dans l’ensemble du pays. Santé Canada et les intervenants partenaires utilisent ces données pour mieux définir les risques associés au radon, orienter efficacement les activités de sensibilisation au radon, sensibiliser le public et promouvoir les mesures à prendre. À titre d’exemple, Santé publique Ontario a utilisé ces données pour réaliser son étude sur le fardeau du radon; la Colombie-Britannique les a utilisées pour guider les changements qui ont été apportés aux codes du bâtiment de la province en 2014, de manière à renforcer les mesures de réduction du radon dans les régions les plus exposées à ce gaz selon l’enquête pancanadienne; et la CBC les a utilisées pour réaliser un reportage d’enquête spécial et une carte interactive concernant le radon.
Dans le cadre du Programme national sur le radon, des travaux de recherche sur les mesures de réduction du radon sont aussi menés, ce qui comprend l’évaluation de l’efficacité des méthodes de réduction, la réalisation d’études de suivi des mesures de réduction et l’analyse des effets des améliorations du rendement énergétique sur les concentrations de radon dans les immeubles. Par exemple, en partenariat avec le Conseil national de recherches, le Programme national sur le radon a effectué de la recherche sur l’efficacité de systèmes courants de réduction du radon dans les belles conditions climatiques canadiennes. Il travaille également avec le Toronto Atmospheric Fund afin que la mesure du radon fasse partie d’une étude portant sur les améliorations du rendement énergétique d’immeubles communautaires et leurs effets sur la qualité de l’air intérieur.
Ces travaux contribuent à l’élaboration de normes et de codes nationaux sur la réduction des concentrations de radon. Le Programme national sur le radon a dirigé les modifications apportées aux codes nationaux du bâtiment de 2010. Nous travaillons présentement à l’élaboration de deux normes nationales à venir sur la réduction des concentrations de radon pour les maisons existantes et les nouvelles constructions.
Le Programme a élaboré un vaste programme de sensibilisation pour informer les Canadiens des risques associés au radon et les encourager à prendre des mesures pour réduire l’exposition à ce gaz. Ce programme de sensibilisation est mis en oeuvre au moyen de divers canaux ciblant le grand public, les principaux groupes d’intervenants ainsi que les populations les plus à risque, comme les fumeurs et les communautés où les niveaux de radon sont élevés.
Bon nombre des réussites du programme résultent de collaborations et de partenariats avec une grande diversité d’intervenants. Nos partenaires comprennent des gouvernements provinciaux et des administrations municipales, des organisations non gouvernementales, des organisations professionnelles de la santé, le secteur de la construction, le secteur de l’immobilier, et j'en passe. Grâce à notre collaboration avec ces intervenants, le programme peut renforcer la crédibilité des messages que nous communiquons et étendre la portée de nos efforts de sensibilisation. Nous leur sommes très reconnaissants de leur participation et de leur soutien continus.
En novembre 2013, l’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick, l’Association pulmonaire de l’Ontario, le groupe Summerhill Impact et Santé Canada ont lancé le tout premier Mois de sensibilisation au radon. Cette campagne nationale annuelle prend la forme d’activités, de contenu Web, de publications dans les médias sociaux, de messages d’intérêt public et de reportages médiatiques. Elle permet de sensibiliser le public à la question du radon et d’encourager les Canadiens à agir. En 2014, la campagne a pris de l’ampleur; le nombre d’intervenants partenaires et d’organismes qui y participent a augmenté, et elle comprenait un message d’intérêt public où Mike Holmes, personnalité de la télévision, encourageait les Canadiens à mesurer les concentrations de radon dans leur maison.
Afin que les Canadiens disposent des outils nécessaires pour prendre des mesures, de nombreux documents d’orientation ont été élaborés concernant la mesure des concentrations de radon et la réduction de celles-ci. Santé Canada a également appuyé l’élaboration du Programme national de compétence sur le radon au Canada, un programme de certification visant à établir des lignes directrices pour la formation des professionnels du radon. Ce programme permet de s’assurer que des services et des produits de mesure et de réduction des concentrations de radon de qualité sont offerts aux Canadiens.
Le Collège des médecins de famille de l’Ontario et l’Université McMaster, avec le soutien de Santé Canada, ont élaboré un cours accrédité de formation médicale continue sur le radon. Ce cours vise à aider les professionnels de la santé à répondre aux questions de leurs patients concernant les risques que présente le radon pour la santé ainsi que la nécessité de mesurer les concentrations de radon dans leur maison et de réduire l’exposition de leur famille à ce gaz.
Le Programme national sur le radon comprend aussi des activités de sensibilisation destinées aux populations à risque. Par exemple, Erica a déjà parlé de la liste de vérification en trois points concernant la sécurité à domicile à laquelle Santé Canada a travaillé avec le PCSEE. De plus, nous avons un feuillet de renseignements à l’intention des fumeurs, intitulé Le radon -— Une autre raison d’arrêter. Il est envoyé dans les cabinets de médecins de partout au Canada afin qu’il soit distribué aux patients. Depuis le début de la distribution de ce document, les demandes provenant des cabinets de médecins ont considérablement augmenté. Le nombre de feuillets demandé est passé de 5 000 à environ 30 000 par mois et il sont envoyés partout au Canada.
Compte tenu du risque important que présente le radon pour la santé, le Programme national sur le radon de Santé Canada continue de mener diverses activités en vue de mieux sensibiliser le public aux risques associés à ce gaz et de fournir aux Canadiens les outils nécessaires pour prendre des mesures à l’égard du radon. Nous sommes heureux d’effectuer ces travaux en collaboration avec de nombreux partenaires de partout au pays.
Je vous remercie de votre attention. Ce sera un plaisir pour moi de répondre à toutes vos questions.
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2015-06-18 16:16
Very good.
In order to fit everything in for both panels I think we'll have to reduce the length of time for the questions to five minutes instead of seven. That will get everybody through and done in time.
Ms. Moore.
Très bien.
Afin que nous puissions poser des questions à nos deux groupes de témoins, je crois qu'il nous faut réduire le temps d'intervention accordé aux membres du comité; vous disposerez donc tous de cinq minutes plutôt que de sept minutes.
Madame Moore.
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I will ask only one question, and then I will yield the floor to Mr. Rankin.
As we know, many homes have never been tested for radon, although a number of them are at risk. Could it be appropriate for CMHC, when processing a file for a home purchase, to require that the new buyer test for radon? That way someone buying a new home would know whether it contains radon or not and whether they have to make improvements to remedy the problem.
Merci, monsieur le président.
Je vais poser une seule question et je céderai par la suite la parole à M. Rankin.
Comme on le sait, plusieurs maisons ne sont jamais testées pour le radon, bien que plusieurs d'entre elles présentent un problème à cet égard. Pourrait-il être pertinent que lorsque la SCHL traite un dossier relatif à l'achat d'une maison, elle exige que le nouvel acheteur fasse un test de radon? Ainsi, une personne qui achèterait une nouvelle maison saurait s'il y a du radon ou non et si elle devra apporter des améliorations pour corriger ce problème.
Kelley Bush
View Kelley Bush Profile
Kelley Bush
2015-06-18 16:17
We are already working with CMHC on the radon issue.
Here is what is being done to remedy the problem. Canada Post has a program called smartmoves, or déménageur in French. Every time someone submits a change of address request, they receive an information kit on everything they need to think about when they move into a new home. Information on radon is part of that kit. That's a way to inform homeowners when they should test radon levels before they move into a new home.
You asked a question about moving, but I forgot what the second part of your question was about.
On travaille déjà avec la SCHL au sujet du problème du radon.
Voici ce qui est fait à ce sujet. Postes Canada a un programme appelé smartmoves ou en français le programme déménageur. Chaque fois que quelqu'un fait une demande de changement d'adresse, il reçoit une trousse d'information sur toutes les choses auxquelles il devrait penser lorsqu'il emménage dans une nouvelle maison. Une des informations qu'il reçoit concerne le radon. C'est une façon d'informer les propriétaires sur le moment où ils doivent mesurer le taux de radon, soit lorsqu'ils emménagent dans une nouvelle maison.
Vous avez posé une question au sujet des déménagements, mais j'ai oublié la deuxième partie de votre question.
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
That's okay. I'm finished.
Ça va. J'ai terminé.
Kelley Bush
View Kelley Bush Profile
Kelley Bush
2015-06-18 16:18
Okay.
D'accord.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|