Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 100
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise on behalf of the constituents of Chilliwack—Fraser Canyon to present three petitions.
The first petition calls for increased penalties for impaired driving.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter trois pétitions au nom des électeurs de Chilliwack—Fraser Canyon.
La première pétition réclame des peines plus sévères à l'égard de la conduite avec facultés affaiblies.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, the second petition is regarding cluster munitions.
Monsieur le Président, la deuxième pétition concerne les armes à sous-munitions.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I also have hundreds of signatories to a petition calling on this House to condemn discrimination against females occurring through sex-selective pregnancy termination.
Monsieur le Président, je souhaite également présenter une pétition signée par des centaines de personnes qui demandent à la Chambre de condamner la discrimination exercée contre les femmes lorsqu'on a recours à l'avortement sexo-sélectif.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I am pleased to be sharing my time with the member for Northumberland—Quinte West. It is particularly apropos to be doing so. He is a former police officer who has served in remote northern communities, as many members in the Conservative caucus have. I believe there are 14 former police officers in our caucus, among them are the member for Northumberland—Quinte West, the member for Kootenay—Columbia, the member for Yukon, the Minister of International Cooperation. All of them have served this country well. They have put their lives on the line to protect ours. They certainly have the on-the-ground experience which the member for Churchill was just referring to, so I will certainly take my lead from the member for Northumberland—Quinte West and look forward to his speech.
I appreciate the opportunity to talk about this important issue. This is a piece of legislation that concerns cracking down on the illegal trafficking of contraband tobacco. Like most Canadians, unfortunately, members of my family have been touched by cancer as a result of smoking tobacco. My grandfather died at the age of 57 after having taken up smoking when he joined the air force in World War II. He smoked for 40 years and he was taken away from my family far too soon. My wife's aunt just passed away this last year. It was the same situation. For 40 years she was addicted to cigarettes. It took her from our family far sooner than we would have liked.
We need to continue our efforts to convince Canadians that smoking is a bad thing in all its forms and that contraband tobacco is particularly nefarious. Not only does it contain all the negative factors associated with smoking, but it also deprives the government, which has to look after people who become ill from smoking cigarettes, of tax revenue. I heard a colleague in the NDP mention the figure of $2 billion a year. The member for Churchill, another NDP member, also mentioned the lack of revenue being a key concern when dealing with contraband tobacco. That is where I am going to focus my speech.
Contraband tobacco is not only illegal, but it is detrimental to the health and safety of Canadians. In addition, as I said, the trafficking of contraband tobacco deprives the government of important revenue that is earned through the sale of legal tobacco products, revenue that helps fund programs aimed at stopping the use of tobacco, particularly among youth, and that funds health care for those who need it.
As I said, I am going to focus my comments today on what our government is doing to protect government revenues and the Canadian tax base. Since coming to office in 2006, our government has taken a number of steps to improve the integrity of the Canadian tax system and make it stronger and fairer for all Canadians. In an uncertain global environment, the most important contribution the government can make to help create jobs, growth and long-term prosperity is to maintain a sound fiscal position. Managing tax dollars wisely ensures sustainable public services and low taxes for Canadian families and businesses.
Our government is committed to responsible fiscal management, which includes returning to balanced budgets in the medium term. Also, we are controlling spending. It also includes continuing to enhance the integrity of the tax system to ensure that everyone pays their fair share of taxes. Such actions help keep taxes low for Canadian families and businesses, thereby improving incentives to work, save and invest right here in Canada.
In past budgets, our government adopted tough rules to close tax loopholes and prevent a select few businesses and individuals from avoiding taxes. Since 2006, including measures proposed in economic action plan 2013, the government has introduced over 75 measures to improve the integrity of the tax system. Economic action plan 2013, in fact, takes several important steps to improve the integrity of our tax system and to close tax loopholes. The measures include strengthening compliance with the law, and fighting international tax evasion and aggressive tax avoidance.
In economic action plan 2013, our government announced a new stop international tax evasion program, which would enable the Canada Revenue Agency to pay individuals with knowledge of major international tax non-compliance a percentage of tax collected as a result of information they provide.
We would require certain financial intermediaries, including banks, to report their clients' international electronic fund transfers of $10,000 or more to the CRA. In addition, we propose new reporting requirements for Canadian taxpayers with foreign income or properties and have streamlined the process for obtaining information concerning unnamed persons from third parties, such as banks.
Again, this speaks to our desire to make sure that everyone is paying a fair share and not skipping out on tax bills or using aggressive tax avoidance schemes. We are doing our best as part of our effort to get back to a balanced budget in the medium term, and this is part of our plan to do that. Fighting things like contraband tobacco and the loss of revenues through contraband tobacco will help us meet that goal.
In May of this year, our government announced a $30 million investment to target international tax evasion and aggressive tax avoidance.
This investment includes new resources of $15 million through economic action plan 2013 to establish the necessary systems for the CRA to receive reports from banks and other financial intermediaries on international electronic fund transfers of $10,000 or more, and an additional $15 million in reallocated CRA funds that will be used to bring in new audit and compliance resources dedicated exclusively to issues of international compliance and revenue collection that were identified as a result of measures outlined in our last budget.
To ensure that these activities move forward quickly, the government announced the creation of a dedicated team of CRA experts responsible for the implementation of the international tax evasion and aggressive tax avoidance measures announced in that budget. It would ensure that the full force of the agency's international compliance and auditing resources are brought to bear on individuals or businesses seeking to hide money or assets offshore.
Again, a key part of this bill is to ensure that are we cracking down on the organized crime that uses contraband tobacco as a revenue source and deprives the Government of Canada of a revenue source as well.
I will give a bit more background on what Bill S-16 does.
First of all, the bill fulfills a platform commitment. In 2011, our government made a commitment to establish a mandatory jail time for repeat offenders. Bill S-16 would bring amendments to the Criminal Code to establish a new offence of trafficking in contraband tobacco, with mandatory jail time for second and subsequent convictions.
It is important that we send the message that if one is going to break the law, one would not get repeated slaps on the wrist and be allowed to walk away and treat the justice system as a joke. There will be real penalties. The primary target of this new offence is organized crime and those who are involved in the trafficking of contraband tobacco in large volumes.
The definition of trafficking would include sale, offer for sale, possession for the purposes of sale, transportation, distribution and delivery of contraband tobacco. The penalty for the first offence would be up to six months of imprisonment on summary conviction and up to five years of imprisonment if prosecuted on indictment.
The bill also proposes that repeat offenders convicted of this new offence on indictment would be sentenced to a mandatory minimum penalty of 90 days on a second conviction, 180 days on a third conviction and two years less a day for any subsequent convictions.
We are taking action and fulfilling our campaign promises. We are targeting organized crime and working to ensure that the revenues would be going into government coffers at all levels to promote smoking cessation programs, reach out to our youth and fund health care and other services that we have grown to rely on. An important part of maintaining those important services is passing this bill and cracking down on contraband tobacco.
I urge all members of this House to support the bill.
Monsieur le Président, j’ai le plaisir de partager mon temps avec le député de Northumberland—Quinte West. Cela est particulièrement opportun, car il a été policier et il a travaillé dans les collectivités éloignées du Nord, tout comme nombre d’autres membres du caucus conservateur. Je crois que nous comptons 14 policiers à la retraite dans notre caucus, notamment le député de Northumberland—Quinte West, le député de Kootenay—Columbia, le député de Yukon et le ministre de la Coopération internationale. Ils ont tous fait honneur à notre pays. Ils ont risqué leur vie pour protéger les nôtres. Ils possèdent certainement cette expérience concrète à laquelle la députée de Churchill vient de faire allusion, alors je vais écouter attentivement ce que le député de Northumberland—Quinte West a à nous dire.
Je suis heureux de pouvoir traiter de cette question importante. Le projet de loi s’attaque à la contrebande de tabac. Comme la plupart des Canadiens, malheureusement, j’ai des parents qui ont été victimes du cancer parce qu’ils ont consommé des produits du tabac. Mon grand-père est mort à l’âge de 57 ans. Il avait commencé à fumer lorsqu’il s’est enrôlé dans l’armée de l’air, pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il a fumé pendant 40 ans et il nous a quittés trop tôt. La tante de mon épouse est elle aussi décédée, l’an dernier. C’est un cas similaire. Pendant 40 ans elle a fumé la cigarette, et elle aussi elle a quitté notre famille bien plus tôt que nous ne l’aurions voulu.
Il nous faut poursuivre nos efforts pour convaincre les Canadiens que le tabagisme est une habitude à proscrire sous toutes ses formes et que le tabac de contrebande est particulièrement nocif. Non seulement ce tabac produit tous les effets négatifs liés au tabagisme, mais en outre il prive le gouvernement d’une partie de ses recettes fiscales, alors même qu’il doit assurer des soins aux personnes atteintes de maladies attribuables à la cigarette. J’ai entendu un collègue du NPD mentionner le montant de 2 milliards de dollars par année. La députée de Churchill, qui représente elle aussi le NPD, a également indiqué que le manque à gagner constituait une préoccupation importante lorsqu’on parle de contrebande de tabac. C’est de cet aspect que je veux traiter.
Le tabac de contrebande est non seulement illégal, il est préjudiciable à la santé et à la sécurité des Canadiens. Par ailleurs, comme je l’ai dit, la contrebande de tabac prive le gouvernement des recettes importantes qui proviennent de la vente de produits légitimes du tabac, des recettes qui nous aident à financer les programmes destinés à décourager le tabagisme, en particulier chez les jeunes, et à financer les services de santé pour ceux qui en ont besoin.
Comme je l’ai dit, je vais concentrer mes commentaires aujourd’hui sur ce que le gouvernement fait pour protéger les recettes publiques et l’assiette fiscale canadienne. Depuis son arrivée au pouvoir, en 2006, le gouvernement a pris nombre de mesures pour accroître l’intégrité du régime fiscal canadien et le rendre plus robuste et plus équitable pour tous les Canadiens. Dans un contexte mondial incertain, la contribution la plus importante que le gouvernement peut faire pour stimuler l’emploi, la croissance et la prospérité à long terme consiste à maintenir une situation financière saine. La gestion sage de l’argent des contribuables garantit la viabilité des services publics et limite les impôts que les familles et les entreprises canadiennes doivent payer.
Le gouvernement s’est engagé à gérer les finances publiques de façon responsable, ce qui comprend le retour à l’équilibre budgétaire à moyen terme. En outre, nous limitons les dépenses. Cela comprend aussi le renforcement de l’intégrité du régime fiscal, pour veiller à ce que tous paient leur juste part d’impôt. De telles mesures contribuent à maintenir les impôts à un bas niveau pour les familles et les entreprises canadiennes et elles encouragent donc le travail, l’épargne et l’investissement ici même, au Canada.
Dans le cadre de budgets précédents, le gouvernement a adopté des règles strictes pour éliminer les échappatoires fiscales et empêcher qu’un petit nombre d’entreprises et de particuliers évitent de payer de l’impôt. Depuis 2006 et en comptant les mesures contenues dans le Plan d’action économique de 2013, le gouvernement a mis de l’avant plus de 75 mesures pour améliorer l’intégrité du régime fiscal. Le Plan d’action économique de 2013, de fait, prévoit plusieurs mesures importantes pour accroître l’intégrité de notre régime fiscal et éliminer les échappatoires fiscales. Je songe entre autres au renforcement de l'observation et à la lutte contre l’évasion fiscale internationale et les stratagèmes d’évitement fiscal abusif.
Dans le Plan d’action économique de 2013, le gouvernement a annoncé le nouveau programme Combattons l’évasion fiscale internationale, qui permettrait à l’Agence du revenu du Canada de verser aux personnes qui sont au courant d’importants cas d’inobservation fiscale internationale un pourcentage des impôts recouvrés grâce aux renseignements fournis.
Nous exigerons de certains intermédiaires financiers, y compris les banques, qu’ils déclarent à l’ARC les transferts internationaux par voie électronique de fonds d'une valeur de 10 000 $ ou plus. En outre, nous proposons de nouvelles exigences de déclaration pour les contribuables canadiens ayant un revenu ou des biens à l’étranger et nous avons rationalisé le processus pour obtenir auprès de tierces parties, notamment les banques, de l’information au sujet de particuliers non nommés.
Là encore, ces mesures témoignent de notre désir de veiller à ce que tous paient leur juste part et à ce que personne ne puisse se soustraire à ses obligations fiscales ni se livrer à des manœuvres d’évitement fiscal abusif. Nous ne ménageons pas nos efforts pour revenir à l’équilibre budgétaire à moyen terme, et ces mesures font partie de notre plan à cette fin. La lutte contre la contrebande de tabac, par exemple, et contre la perte de recettes attribuable à la contrebande de tabac nous aidera à atteindre ce but.
En mai, le gouvernement a annoncé un investissement de 30 millions de dollars pour cibler l’évasion fiscale internationale et l’évitement fiscal abusif.
Cet investissement comprend de nouvelles ressources, soit 15 millions de dollars par l’intermédiaire du Plan d’action économique de 2013 pour mettre en place les nouveaux systèmes nécessaires qui permettront à l’ARC de recevoir les rapports des institutions financières et des autres institutions sur les transferts de fonds électroniques internationaux de 10 000 $ ou plus, et une somme supplémentaire de 15 millions de dollars en fonds réaffectés de l’ARC qui serviront à amener de nouvelles ressources pour la vérification et l’observation qui seront entièrement consacrées au règlement des questions en matière d’observation et au recouvrement des recettes à l’échelle internationale, qui auront été déterminées grâce aux mesures annoncées dans notre dernier budget.
Pour faire en sorte que ces activités avancent rapidement, le gouvernement a annoncé la création d’une équipe spécialisée composée d’experts de l’ARC et chargée de mettre en œuvre les mesures contre l’évasion fiscale internationale et l’évitement fiscal international qui ont été annoncées dans le budget. Elle veillera à ce que l’agence utilise au maximum ses ressources d’observation et de vérification à l’échelle internationale pour lutter contre les particuliers ou les entreprises qui tentent de cacher de l’argent ou des actifs à l’étranger.
Là encore, un aspect clé du projet de loi consiste à nous attaquer au crime organisé pour qui la contrebande de tabac est une source de revenus et qui, ce faisant, prive le gouvernement du Canada de ses recettes.
Je veux expliquer un peu mieux l’effet du projet de loi S-16.
Tout d’abord, le projet de loi remplit un engagement qui figurait dans notre programme électoral. En 2011, le gouvernement s’est engagé à instituer des peines d’emprisonnement obligatoire pour les récidivistes. Le projet de loi S-16 modifie le Code criminel pour créer une nouvelle infraction, la contrebande de tabac, assortie d’une peine d’emprisonnement obligatoire pour une deuxième condamnation et toute condamnation subséquente.
Il est important de bien faire comprendre que quiconque enfreint la loi et récidive par surcroît ne s’expose plus à de simples réprimandes, après quoi il peut rentrer chez lui et tourner en dérision le système de justice. Il y aura de véritables sanctions. Cette nouvelle infraction cible principalement le crime organisé et ceux qui font la contrebande d’importantes quantités de produits du tabac.
La définition de contrebande comprendra le fait de vendre, d’offrir en vente, de transporter, de livrer, de distribuer ou d’avoir en sa possession pour la vente des produits du tabac illicites. La peine pour une première infraction pourrait aller jusqu’à six mois d’emprisonnement sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et jusqu’à cinq ans d’emprisonnement sur déclaration de culpabilité par mise en accusation.
Le projet de loi propose en outre d’imposer aux récidivistes reconnus coupables de cette nouvelle infraction par mise en accusation une peine minimale obligatoire de 90 jours pour une deuxième condamnation, de 180 jours pour une troisième condamnation et de deux ans moins un jour pour toute condamnation subséquente.
Nous prenons des mesures et nous tenons les promesses que nous avons faites pendant la campagne électorale. Nous ciblons le crime organisé et nous nous efforçons de veiller à ce que les recettes aillent dans les coffres de l’État à tous les niveaux pour encourager les programmes de lutte contre le tabagisme, rejoindre les jeunes et financer les soins de santé et les autres services sur lesquels nous comptons. Pour maintenir ces importants services, il nous faut adopter ce projet de loi et faire échec à la contrebande de tabac.
Je presse tous les députés d’appuyer le projet de loi.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, obviously we work not only with our partners at all levels of government but also with the RCMP and our international partners as well to tackle this important issue.
If the member refers to the speech of the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety, she will see that the parliamentary secretary gave a comprehensive analysis of the work we have done with the cross-border group and U.S. authorities to ensure that we are able to respond when there is suspicion of smuggling of goods or suspicion that contraband tobacco may be crossing an international border.
Certainly that is something we are aware of and something we are working on proactively. I hope we can count on the hon. member's support when we bring forward measures to tackle that sort of activity.
Monsieur le Président, il est évident que nous collaborons non seulement avec nos partenaires de tous les ordres de gouvernement, mais aussi avec la GRC et nos partenaires internationaux pour nous attaquer à cet important problème.
Si la députée veut bien se reporter au discours prononcé par la secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique, elle constatera que la secrétaire parlementaire a présenté une analyse complète du travail que nous avons fait avec le groupe transfrontalier et les autorités américaines pour être en mesure de réagir si nous soupçonnons que des marchandises ou du tabac sont passés en contrebande à une frontière internationale.
C’est certainement une chose dont nous sommes conscients et à l’égard de laquelle nous agissons d’une manière proactive. J’espère que nous pourrons compter sur l’appui de la députée lorsque nous présenterons des mesures destinées à réprimer ce genre d’activité.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, our spending to promote government initiatives is much lower than the last year of Liberal government. We have also increased our spending on health transfers. It will be up to $40 billion by the end of this decade. Members can contrast that with the Liberal Party record of cutting $25 billion in health and social transfers.
Young Canadians know the dangers of smoking, but we need to reach out to them where they live. The way we could do that is at the local, provincial and local school board levels. Those are the levels that are going to reach out with an individual plan that will work best for those communities. To have a one-size-fits-all approach from Ottawa is not the best way to do it.
We have given an unprecedented level of resources to the provinces to deal with education and health care. They are in the best position to direct those dollars.
Monsieur le Président, nous avons beaucoup moins dépensé pour promouvoir les initiatives du gouvernement que ne l’avait fait le gouvernement libéral dans sa dernière année. Nous avons également augmenté l’argent consacré au transfert relatif à la santé, qui atteindra 40 milliards de dollars d’ici la fin de la décennie. Les députés peuvent faire la comparaison avec le Parti libéral, qui avait réduit de 25 milliards de dollars les transferts relatifs à la santé et aux programmes sociaux.
Les jeunes Canadiens connaissent les dangers du tabac, mais nous devons les atteindre là où ils vivent. La façon de le faire consiste à agir aux niveaux local et provincial ainsi qu’auprès des conseils scolaires locaux. Une approche universelle conçue à Ottawa ne serait pas très avantageuse à cet égard.
Nous avons mis à la disposition des provinces des ressources d’un niveau sans précédent pour financer l’éducation et les soins de santé. Elles sont les mieux placées pour répartir les montants en cause.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, when we were talking about young people, both of the individuals I referred to started smoking early in their teens, and it led to tragically shortened lives. One of the things that we know affects youth smoking rates is the cost of cigarettes and whether they are available at a cheap rate.
The Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety pointed out that one-third of the cigarette butts found at Ontario high schools are contraband. The reason is that young people generally cannot afford to pay for regulated tobacco products, so they look to a cheaper product.
Contraband tobacco is actually targeting our young people. It makes it easier for them to get into this highly addictive and deadly habit. We need to stop the supply of contraband tobacco, which will reduce youth smoking going forward.
Monsieur le Président, les deux personnes dont j'ai parlé ont commencé à fumer au début de leur adolescence, et leur vie en a été tragiquement écourtée. Nous savons que le taux de tabagisme chez les jeunes varie notamment en fonction du prix des cigarettes et de leur disponibilité à prix modique.
La secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique a souligné que le tiers des mégots de cigarettes trouvés près des écoles secondaires de l'Ontario proviennent de cigarettes de contrebande. Cela s'explique par le fait qu'en général, les jeunes n'ont pas les moyens d'acheter des produits du tabac réglementés et se tournent donc vers un produit moins cher.
En fait, le tabac de contrebande cible nos jeunes. Il facilite l'acquisition d'une habitude qui engendre une forte dépendance, une habitude mortelle. Nous devons enrayer l'offre de tabac de contrebande, ce qui permettra de réduire le taux de tabagisme chez les jeunes, à l'avenir.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, while our Conservative government celebrated a milestone of over one million net new jobs created since July 2009, the NDP deputy leader was in New York at Left Forum 2013, a conference committed to addressing the destructive nature of capitalism's inherent drive to growth.
Left Forum included seminars entitled: anti-capitalist strategies and imaginaries, taking socialism seriously, and discussions on Israel's deadly economy and the Palestinian right to return. Attendees were also treated to a series of anti-development seminars including one entitled, the necessity of direct action to prevent expansion of oil and gas infrastructure.
Despite the NDP leader's efforts to distance himself from the word “socialism”, his deputy leader has once again reminded Canadians of the NDP's anti-capitalist, anti-Israel and anti-development roots. While the NDP members pontificate on anti-capitalist strategies to kill jobs, Canadians can rest assured that every time our Conservative government travels abroad, it is to promote jobs, growth and long-term prosperity.
Monsieur le Président, tandis que le gouvernement conservateur célébrait le million d'emplois créés, net, depuis juillet 2009, la chef adjointe du NPD était à New York au Left Forum 2013, un congrès visant à contrer la nature destructrice de la quête de croissance inhérente au capitalisme.
Le Left Forum comprenait des séminaires intitulés: visions et stratégies anticapitalistes; prendre le socialisme au sérieux; et dialogues sur l'économie meurtrière d'Israël et le droit de retour des Palestiniens. Les participants ont également eu droit à une série de séminaires anti-développement, dont un qui s'intitulait l'impératif d'intervenir directement pour empêcher l'expansion de l'infrastructure pétrolière et gazière.
Malgré les efforts du chef du NPD pour se distancier du mot « socialisme », sa chef adjointe vient de rappeler une fois de plus aux Canadiens les racines anticapitalistes, anti-Israël et anti-développement du NPD. Alors que les néo-démocrates pontifient à l'égard de leurs stratégies anticapitalistes visant à détruire des emplois, les Canadiens peuvent avoir l'assurance que chaque fois que le gouvernement conservateur va à l'étranger, c'est pour favoriser l'emploi, la croissance et la prospérité à long terme.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it is always entertaining when that member rises to his feet and speaks about just about anything but the bill in front of us. He did that again today.
The member talked about lip service. He asked us to do the math. We have some math here. Between 2006 and 2014, approximately $3 billion will be invested to support first nations communities in managing their water and waste water infrastructure. In 2011-12 alone, there were 402 major and minor first nations water and waste water infrastructure projects, with 286 more planned for this fiscal year.
The hon. member talked a lot, but not about Bill S-8. He talked about the lack of funding, when there has actually been $3 billion. He talked about a lack of projects, when there have been 600, approaching 700 projects.
Perhaps the member could reconcile the facts with the rhetoric in his speech.
Monsieur le Président, il est toujours divertissant de voir ce député se lever et parler d'à peu près tout sauf du projet de loi à l'étude. Il l'a fait encore une fois aujourd'hui.
Le député a parlé des beaux discours. Il nous demande de faire le calcul. Nous avons quelques calculs à présenter. Entre 2006 et 2014, environ 3 milliards de dollars auront été investis pour appuyer les collectivités des Premières Nations dans la gestion de leurs réseaux d'aqueduc et d'égout. En 2011-2012 seulement, le gouvernement a soutenu 402 petits et grands projets d'infrastructure ayant trait aux réseaux d'aqueduc et d'égout des Premières Nations, et 286 autres ont été prévus pour l'exercice en cours.
Le député a beaucoup parlé, mais il en a dit bien peu sur le projet de loi S-8. Il a parlé du manque de financement, alors qu'il s'élève à 3 milliards de dollars. Il dit que les projets manquent, alors qu'il y en a eu 600, presque 700.
Peut-être que le député devrait tenter de réconcilier ses propos avec les faits.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it is indeed a pleasure to participate in this debate today. I want to say at the outset that I will be splitting my time with the hon. member for Edmonton Centre.
Just this morning we saw the results of the good work of the Conservative government when it comes to working with first nations people. We were in the aboriginal affairs committee discussing the Yale First Nation Final Agreement, which involved Chief Robert Hope of the Yale First Nation, the Government of Canada and the Government of B.C. I am hopeful that will move ahead quickly. We saw how it can work when we work together. Certainly, I want to congratulate the Yale First Nation in my riding of Chilliwack—Fraser Canyon for all its hard work over 20 years at the table and finally getting the resolution they have been seeking with their treaty.
I am here today to talk about Bill S-8, the safe drinking water for first nations act. I believe this is an act that fully deserves the support of all colleagues in the House. The proposed legislation would address the serious problem of chronic unsafe drinking water in many first nations through an innovative and collaborative process, which is the key. The proposed process would have first nations work alongside government officials to design and implement regulatory regimes.
A starting point for this work would be the regulations that currently apply to communities adjacent to first nations, which is good common sense. More precisely, this means reviewing provincial or territorial regulations and adapting them to recognize the particular circumstances of first nations communities. We certainly recognize that an Ottawa-based, one-size-fits-all solution is not the solution that first nations need.
Members of this House need to recognize that currently no legally enforceable drinking water and waste water regulations exist for first nations on reserve. This is simply unacceptable. Regulations provide the framework for safe drinking water and waste water systems. They are essential because they map out clear lines of responsibility for each of the many steps required to safeguard water quality, such as source protection, regular quality testing and close adherence to established standards and protocols for water treatment and distribution. This is why regulations are essential for first nations communities. We must safeguard the drinking water for first nations members.
In essence, Bill S-8 is enabling legislation, as the member for Peace River, the chairman of the aboriginal affairs committee, stated earlier. It would authorize regulatory regimes developed through the collaborative process that I have just described. The proposed legislation does not dictate what the regimes must contain.
Unfortunately, some critics have chosen to misinterpret this approach and portray the bill instead as an effort by the Government of Canada to offload some of its liabilities. A closer look at the issue, however, reveals that this is simply not the case.
The truth is that collaboratively developed regulations would clarify the roles and responsibilities of all parties, including chiefs, band councils, water operators, and federal departments and agencies. The Government of Canada has no plan to offload or download its responsibilities to first nations, or to provinces and municipalities for that matter. Bill S-8 aims to engage as many stakeholders as possible in the design and implementation of regulatory regimes that protect the safety of drinking water.
Collaboration has been a defining characteristic of our government's efforts to resolve the issue of first nations access to safe drinking water since the very beginning. Seven years ago, the Government of Canada and the Assembly of First Nations agreed upon a joint plan of action. For instance, both partners appointed members to the expert panel that reviewed regulatory options. Although the panel did not recommend a particular option, it did lay out the benefits and limitation of various options. The panel's final report repeatedly emphasized the need for ongoing collaboration.
Here is an excerpt from that report:
The federal government and First Nations partners should take steps to pare away bureaucracy, collaborate with provinces on tri-partite harmonization, and both simplify and update procurement procedures. Over time, First Nations should take on an increasing share of the activities directly related to planning, procuring and gaining approval for plants.
Bill S-8 proposes to follow the expert panel's advice by authorizing regulations developed with the direct input of first nations and designed to meet the particular needs and circumstances of their communities. The government's approach with Bill S-8 effectively rejects other options that have been considered in the past, such as imposing a single federal regime or merely incorporating provincial and territorial regulations without adaptation. These one-size-fits-all approaches are attractive because they should make it easier and faster to establish regulations and assign responsibilities, but these approaches could never reconcile the significant differences that exist among first nations communities. The truth is that we believe the best solution is to design and implement regulations by working directly with first nations and other stakeholders. This is a bottom-up rather than top-down exercise.
To get a sense of what the process might look like, I draw the attention of the House to an effort led by the Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat. Known as the APC, this advocacy and policy group comprises representatives from more than 30 first nations located in the Atlantic provinces. For the last few years, the APC has been studying regulatory options for drinking water.
Representatives of the APC described this work to the Standing Committee on Aboriginal Affairs and Northern Development on May 23. Mr. John Paul, APC's executive director, said the organization appreciates that drinking water is ultimately a health and safety issue. Here is an excerpt of his testimony. He said:
We need to own whatever regulations come out of this, and we need to believe that they're workable and to figure out exactly what we need to do on the human resources side, the governance, and all of those different things.
In an effort to take ownership of regulations, the APC contracted one of Canada's most qualified experts in drinking water, Dr. Graham Gagnon, director of the Centre for Water Resources Studies at Dalhousie University. With Dr. Gagnon's help, the APC has developed a list of the technical benchmarks that could provide the basis for a regulatory regime. Perhaps more significantly, however, the APC and Dr. Gagnon have been working on a new approach to regulating the safety of first nations drinking water. The approach would involve a regional first nation water authority. The authority would be similar to those that other communities in Canada use to help govern public utilities and post-secondary education institutions.
Here is how Dr. Gagnon described the proposed authority to the standing committee:
Implementation of a first nations regional water authority would enable coordinated decision-making, maximize efficiencies of resource allocation, and establish a professionally based organization that would be in the best position to oversee activities related to drinking water and waste water disposal. This would, on a day-to-day basis, transfer liability away from chiefs and councils, and pass it to a technical group.
That is very important. He said this would, on a day-to-day basis, transfer liability away from chiefs and councils and pass it to a technical group. As the quote indicates, the creation of a first nations-owned authority could be a valuable part of the solution, at least for Atlantic first nations. APC continues to investigate this option.
It is impossible to say if all first nations would pursue such an approach, but the mechanism proposed in Bill S-8 would provide first nations with the opportunity to propose and develop solutions that best meet their needs and best protect their communities. As the APC's example indicated, liability would not be downloaded or offloaded to first nations but, rather, options would be developed to address the role and responsibilities of the various stakeholders by region. This collaborative approach is precisely why we should endorse the legislation before us.
Our government fully supports Mr. Paul and the APC as they develop their regulations, and we hope the opposition will realize how important this is and support Bill S-8. The bill would help us move forward and work with first nations to develop regulations that serve them well and help provide safe drinking water for first nations right across the country.
Monsieur le Président, je suis très heureux de participer au débat d'aujourd'hui. Je tiens à dire d'entrée de jeu que je partagerai mon temps de parole avec le député d'Edmonton-Centre.
Ce matin même, nous avons vu le fruit des efforts du gouvernement conservateur lorsqu'il est question de travailler avec les Premières Nations. Au Comité des affaires autochtones, nous avons eu une discussion sur l'Accord définitif concernant la Première Nation de Yale, à laquelle participaient le chef Robert Hope, de la Première Nation de Yale, ainsi que des représentants du gouvernement du Canada et du gouvernement de la Colombie-Britannique. J'espère que les choses progresseront rapidement. Nous avons vu comment cela fonctionne quand nous travaillons ensemble. Je tiens à féliciter la Première Nation de Yale, située dans ma circonscription, Chilliwack—Fraser Canyon, de son travail acharné au cours des 20 dernières années à la table de négociation qui lui a valu enfin la résolution souhaitée dans le cadre du traité.
Je suis ici aujourd'hui pour parler du projet de loi S-8, la Loi sur la salubrité de l'eau potable des Premières Nations. Je crois que cette loi mérite pleinement l'appui de tous mes collègues de la Chambre. Le projet de loi réglerait le grave problème de l'insalubrité chronique de l'eau dans de nombreuses collectivités des Premières Nations grâce à un processus d'innovation et de collaboration essentiel. Dans le cadre de ce processus, les Premières Nations travailleraient de concert avec les représentants du gouvernement à l'élaboration et à la mise en oeuvre de régimes réglementaires.
Comme point de départ, il serait logique de se servir de la réglementation qui s'applique actuellement aux collectivités adjacentes à celles des Premières Nations. Cela suppose plus précisément d'examiner la réglementation provinciale ou territoriale et de l'adapter afin de tenir compte des situations propres aux collectivités des Premières Nations. Nous savons très bien qu'une solution universelle émanant d'Ottawa n'est pas la clé pour les Premières Nations.
Les députés doivent reconnaître qu'actuellement, il n'existe aucune réglementation exécutoire en matière d'alimentation en eau potable et de traitement des eaux usées dans les réserves des Premières Nations. C'est tout simplement inacceptable. La réglementation fournit un cadre pour les réseaux d'égouts et d'alimentation en eau potable. Elle est essentielle parce qu'elle définit clairement les responsabilités associées à chacune des nombreuses étapes à exécuter pour préserver la qualité de l'eau, comme la protection des sources d'eau, les analyses de qualité périodiques et le respect rigoureux des normes et des protocoles établis pour le traitement et la distribution de l'eau. Voilà pourquoi les règlements sont essentiels pour les collectivités des Premières Nations. Nous devons préserver l'eau potable pour les membres des Premières Nations.
Essentiellement, le projet de loi S-8 est une loi habilitante, comme l'a indiqué plus tôt le député de Peace River et président du Comité des affaires autochtones. Il autoriserait la mise en place de régimes réglementaires au moyen du processus de collaboration que je viens de décrire. Le projet de loi ne dicte pas le contenu des régimes.
Malheureusement, certains détracteurs ont mal compris cette façon de procéder et prétendent que, en présentant ce projet de loi, le gouvernement du Canada cherche à se décharger de certaines obligations. Lorsqu'on y regarde de plus près, on constate que ce n'est tout simplement pas le cas.
En fait, en étant élaborés conjointement, les règlements pourront préciser le rôle et les responsabilités de chacun, notamment des chefs, des conseils de bande, des opérateurs des installations de traitement de l'eau ainsi que des ministères et organismes fédéraux. Le gouvernement du Canada n'a pas l'intention de se décharger de ses responsabilités et de les imputer aux Premières Nations ni, d'ailleurs, aux provinces et aux municipalités. Le projet de loi S-8 vise à faire participer le plus grand nombre possible d'intervenants dans la conception et la mise en oeuvre de régimes de réglementation préservant la salubrité de l'eau potable.
Depuis le début, les efforts que déploie le gouvernement pour régler le problème de l'alimentation des Premières Nations en eau potable se caractérisent par la collaboration. Il y a sept ans, le gouvernement du Canada et l'Assemblée des Premières Nations ont convenu d'un plan d'action commun. Les partenaires ont notamment nommé les membres du groupe d'experts qui a examiné les diverses avenues réglementaires. Ce groupe d'experts n'a pas recommandé de solution en particulier, mais il a fait ressortir les avantages et les inconvénients de quelques-unes des possibilités envisagées. Le rapport final du groupe d'experts insiste particulièrement sur le fait que la collaboration constante des partis est nécessaire.
Voici un extrait du rapport:
Le gouvernement fédéral et ses partenaires des Premières nations devraient : prendre des mesures pour réduire la bureaucratie; collaborer avec les provinces pour une harmonisation tripartite; simplifier et mettre à jour les processus d’approvisionnement. Graduellement, les Premières nations prendraient en charge une part de plus en plus grande des activités directement liées à la planification, à l’approvisionnement et à l’obtention d’une approbation pour les usines.
Le projet de loi S-8 donnerait suite à la recommandation du groupe d'experts et permettrait l'élaboration de règlements en collaboration avec les Premières Nations; ces règlements seraient conçus pour répondre à des besoins précis de leurs communautés. Le gouvernement n'a pas retenu, pour le projet de loi S-8, certaines options qui avaient été envisagées; notamment l'imposition d'un régime fédéral unique ou la simple incorporation, sans adaptation, des règlements des provinces et des territoires. Ces approches à formule unique sont attrayantes parce qu'elles devraient faciliter et accélérer la prise de règlement et l'attribution des responsabilités, mais elles ne permettaient aucunement de tenir compte des différences importances qui existent entre les communautés autochtones. En fait, nous croyons que la collaboration avec les Premières Nations et les autres intéressés pour la conception et la mise en oeuvre des règlements est la meilleure solution. Il faut partir de la base et non l'inverse.
Pour avoir une idée du processus, je tiens à faire connaître à la Chambre les travaux de l'organisme Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat. Connu sous l'acronyme APC, ce groupe de pression et d'orientation stratégique est composé de représentants de plus de 30 Premières Nations des provinces de l'Atlantique. Cet organisme étudie depuis quelques années diverses options de réglementation visant l'eau potable.
Les représentants de l'APC ont décrit les travaux qu'ils mènent au Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord le 23 mai. Le directeur général l'APC, M. John Paul, a dit que l'organisme a reconnu que l'eau potable est, en définitive, une question de santé et de sécurité. Voici un extrait de son témoignage:
Nous devons appuyer tout règlement qui en découle, et nous devons être convaincus qu'il va fonctionner et déterminer exactement les mesures à prendre au chapitre des ressources humaines, de la gouvernance et de toutes les autres choses.
Afin de prendre activement part à l'élaboration des règlements, l'APC a retenu les services de l'un des plus grands experts en eau potable du Canada, M. Graham Gagnon, du Centre d'étude sur les ressources hydriques de l'Université Dalhousie. Avec l'aide de M. Gagnon, l'APC a établi une liste de normes techniques qui pourraient constituer le fondement d'un régime réglementaire. Mais il y a peut-être plus important encore: l'APC et M. Gagnon collaborent pour concevoir une nouvelle approche réglementaire à l'égard de la salubrité de l'eau potable des Premières Nations. Cette approche ferait appel à un organisme régional autochtone de gestion de l'eau. Cet organisme serait semblable à ceux qui, ailleurs au Canada, participent à la gestion des services publics et des établissements d'éducation postsecondaire.
Voici comment M. Gagnon a décrit au comité permanent l'organisme régional envisagé:
La création d'un organisme régional chargé de l'eau des Premières Nations permettrait une prise de décisions coordonnées, l'affectation des ressources de la façon la plus efficace possible et l'établissement d'un organisme professionnel qui serait le mieux placé pour superviser les activités liées au traitement de l'eau potable et des eaux usées. Au quotidien, cela permettrait le transfert de la responsabilité des chefs et des conseils vers un groupe technique.
M. Gagnon a dit que, au quotidien, cela permettrait le transfert de la responsabilité des chefs et des conseils vers un groupe technique. C'est très important. Comme le passage cité l'indique, la création d'un organisme des Premières Nations pourrait faire partie intégrante de la solution, du moins pour les Premières Nations de la région atlantique. L'APC continue d'examiner cette possibilité.
On ne peut pas dire si les Premières Nations adopteront toutes cette approche, mais le mécanisme prévu dans le projet de loi S-8 leur donnerait la possibilité de proposer et d'élaborer les solutions qui répondent le mieux à leurs besoins et protègent le mieux leurs communautés. Comme le montre l'exemple de l'APC, la responsabilité ne serait pas carrément rejetée sur les Premières Nations, mais des formules seraient élaborées pour définir les rôles et les responsabilités des divers intervenants par région. Cette approche axée sur la collaboration est précisément la raison pour laquelle nous devrions appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis.
Le gouvernement appuie entièrement l'élaboration de règlements par M. Paul et l'APC. Nous espérons que l'opposition comprendra à quel point c'est important et appuiera le projet de loi S-8, qui nous permettra de faire des progrès et de travailler avec les Premières Nations à l'établissement de règlements qui répondront à leurs besoins et permettront d'offrir de l'eau potable de qualité aux collectivités autoctones partout au pays.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, as chance would have it—and I am not sure if the hon. member heard that speech—I did give a riveting speech on incorporation by reference of regulations just last week. I know she was there for that.
We are working closely with first nations to develop these regulations. Certainly, we have been at the table with significant funding to ensure we are providing that infrastructure for first nations, as I mentioned earlier in the debate. Between 2006 and 2014, we will have provided $3 billion in infrastructure upgrades. Since just 2007, nearly 700 projects have been undertaken to provide that critical infrastructure for first nations who do not have it.
We are going to work with the first nations. Again, the government has committed $330.8 million over two years through economic action plan 2012 to help sustain progress made to build and renovate water infrastructure on reserve.
We continue to be there, both with a collaborative approach with first nations and with financial resources to ensure we are providing first nations with the infrastructure they need.
Monsieur le Président, je ne sais pas si la députée a eu la chance d'entendre ce discours, mais il se trouve que j'ai prononcé pas plus tard que la semaine dernière un discours percutant sur l'incorporation des règlements par renvoi. Je sais que la députée était présente à cette occasion.
Nous travaillons en étroite collaboration avec les Premières Nations pour élaborer ces règlements. Chose certaine, nous sommes arrivés à la table avec un budget important pour nous assurer de fournir l'infrastructure voulue aux Premières nations, comme je l'ai dit plus tôt dans le débat. Entre 2006 et 2014, nous aurons fourni 3 milliards de dollars pour l'amélioration des infrastructures. Depuis 2007, près de 700 projets ont été entrepris pour fournir cette infrastructure cruciale aux Premières nations qui n'en ont pas.
Nous allons travailler avec les Premières nations. Je répète que le gouvernement a engagé 330,8 millions de dollars sur deux ans dans le cadre du plan d'action économique de 2012 pour aider à soutenir les progrès réalisés pour bâtir et rénover les installations de traitement de l'eau dans les réserves.
Nous continuons d'être présents, à la fois en proposant notre collaboration aux Premières nations et en fournissant des ressources financières pour fournir aux Premières nations l'infrastructure dont elles ont besoin.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, let me just say that I will certainly put the record of this government on delivering results for grassroots first nations people up against the record of 13 years of inaction of the previous Liberal government.
We have worked together. I mentioned that at the beginning of my speech. We worked together today and debated a treaty in committee, working together with three levels of government to deliver results. There is certainly no broken trust there.
We have also been involved in an extensive engagement with first nations on this issue since we formed government. In the summer of 2006, the expert panel held public hearings across Canada. It heard from 110 presenters. In March 2009, there was a series of engagement sessions with more than 700 participants, of which 544 were first nations. In the winter of 2009-10, we met with first nations chiefs to discuss implementation and engagement during the earlier sessions. From October 2010 until October 2011, we held without prejudice discussions with first nations organizations to address their concerns.
This is a collaborative approach. We are going to continue to work with first nations. We know that working with them will deliver results for first nations communities.
Monsieur le Président, permettez-moi de dire que je n'hésiterai pas à comparer les résultats obtenus par le gouvernement conservateur pour la population autochtone aux 13 années d'inaction de l'ancien gouvernement libéral.
Nous avons collaboré. Je l'ai mentionné au début de mon discours. Nous avons travaillé ensemble, discuté d'un traité en comité, travaillé avec trois ordres de gouvernement pour obtenir des résultats. La confiance est loin d'être rompue.
Depuis notre arrivée au pouvoir, nous avons également abondamment consulté les Premières Nations sur cette question. Le groupe d'experts a tenu des audiences publiques au Canada durant l'été 2006. Il a entendu 110 présentations. En mars 2009, il y a eu une série de séances de discussion auxquelles plus de 700 personnes ont participé, dont 544 Autochtones. Pendant l'hiver 2009-2010, nous avons rencontré les chefs des Premières Nations pour discuter du déroulement et de la participation aux précédentes séances de discussion. D'octobre 2010 à octobre 2011, nous avons mené, sous toutes réserves, des discussions avec les Premières Nations pour répondre à leurs préoccupations.
Voilà une approche axée sur la collaboration. Nous continuerons de travailler avec les Premières Nations. Nous savons qu'ainsi, nous obtiendrons des résultats pour leurs collectivités.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I am sure all Conservative members appreciated that trip down memory lane where we got to learn about the Liberal government.
For 13 long years Canadians had a Liberal government. Then the Liberals went from a majority on that side of the House, down to a minority official opposition, down to the window seats at the end because they lost the trust of Canadians.
The member talked about health care. One of the things the Liberals did was cut $25 billion in health care transfers to the provinces. They downloaded those tax cuts onto the provinces.
Perhaps the member could explain for Canadians how they were so wonderful for the health care system when Canadians rejected that government, rejected its cuts to the program and indeed looked forward to our agenda at the end of this decade where we had $40 billion in health care transfers, the greatest amount ever transferred to the provinces for health care.
Monsieur le Président, je suis certain que tous les conservateurs ont aimé qu'on leur rafraîchisse la mémoire et qu'on leur parle du gouvernement libéral.
Les libéraux ont été au pouvoir pendant 13 longues années. De gouvernement majoritaire, ils sont passés à l'opposition officielle, puis ils se sont approchés des fenêtres tout au bout de la Chambre parce qu'ils ont perdu la confiance des Canadiens.
Le député a parlé de l'assurance-maladie. Or, les libéraux ont justement réduit de 25 milliards de dollars les transferts en santé aux provinces. Ils ont transféré ces réductions d'impôt aux provinces.
Le député pourrait-il expliquer aux Canadiens ce que les libéraux ont fait de si extraordinaire au régime d'assurance-maladie pour que les Canadiens rejettent leur gouvernement, pour qu'ils s'insurgent contre les compressions à ce programme et pour qu'ils attendent avec impatience, à la fin de la décennie, notre plan prévoyant des transferts en santé s'élevant à 40 milliards de dollars, le plus grand montant jamais transféré aux provinces pour les soins de santé.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it is indeed a pleasure to rise today on Bill C-60, economic action plan 2013 act, no.1.
As we know, Canada's economic action plan is working. Just this past Friday, Statistics Canada announced that the Canadian economy grew by 2.5% in the first quarter of 2013. This represents the strongest quarterly growth in nearly two years. Additionally, Statistics Canada positively revised its economic growth in the fourth quarter of 2012 up from 0.6% to 0.9%. This is the seventh straight quarter of positive growth in Canada, which is another sign that our economy is on the right track. Additionally, of the over 900,000-plus net new jobs created in Canada since the depth of the global recession, over 90% are full-time, and nearly 75% are in the private sector, which represents the best job-growth record in the entire G7.
Bill C-60 includes a number of measures that were in the economic action plan. They include reforms to the temporary foreign worker program that would ensure that Canadians are always given the first crack at available jobs. It would introduce a new temporary first-time donor super credit for first-time claimants of the charitable donations tax credit. We have reaffirmed our government's plan to proceed with the sale of Ridley Terminals in British Columbia. We would formally establish the Department of Foreign Affairs, Trade and Development to better align Canada's foreign diplomacy, trade and development efforts. We would improve benefits for Canadian veterans through changes to the war veterans allowance, which would result in over 3,100 veterans being eligible for this allowance for the first time. In addition, an estimated 5,350 veterans and survivors would benefit from the change. We would support high-quality value-added jobs in important sectors of the Canadian economy, such as manufacturing, by providing tax relief for new investments in manufacturing equipment. We would provide better support for job-creating infrastructure in municipalities across Canada by indexing the gas tax fund and would keep taxes low for hard-working Canadian families and job-creating businesses.
I want to expand on a few items I just mentioned as well as some additional items in Bill C-60.
The adoption expense tax credit is a great measure included in Bill C-60. It would better recognize the costs associated with the adoption process.
I am the father of an eight-year-old son, and it is a privilege for my wife and I to raise him. There are many others in this country who have chosen to expand their families through adoption. I think of my own family and friends who have done that. I think of the member for Essex, who has been a national leader on the importance of adoption and the recognition of the expenses families incur when they choose to make that addition. No value can be placed on what a new child brings to each family, but we want to make sure that we recognize the costs earlier in the process. This would be a great measure that would apply to adoptions finalized after 2012.
The first-time donor super credit is something we would bring in to encourage young Canadians, primarily, and those who have not given before to a non-profit organization, to do so.
I think of some of the great local charities in my riding of Chilliwack—Fraser Canyon, such as the Meadow Rose Society, which provides care for single moms in low-income families who do not have the necessities, such as formula and diapers, to provide for their young babies. Some of us may take these for granted, but they represent a significant cost. The Meadow Rose Society is there to help those moms in Chilliwack. This is an example of an organization that people who have not given before may want to use that first-time super credit for. They would get a little extra bang for their buck when they made that donation.
Another opportunity in Chilliwack is the Ruth and Naomi Foundation, which helps the homeless and the at-risk homeless in Chilliwack by providing them with a place to sleep and a warm meal. It is supported by local churches and organizations across the spectrum in Chilliwack. It is another great charity that would benefit from this super credit.
I wanted talk about something else near and dear to the people of Chilliwack. A number of veterans have chosen to make their homes in my community, in large part because CFB Chilliwack was a place people used to come through for their basic training. Unfortunately, CFB Chilliwack was closed during the decade of darkness in the 90s under the Liberal government. However, a number of veterans have returned at the end of their military careers to make Chilliwack home. That is why I was pleased to see that Bill C-60 would include tax relief for Canadian Armed Forces members and police officers deployed on international missions. It would streamline the process for approving tax relief for those members who are deployed on international moderate-risk missions.
There are a number of veterans in my own family. Both my grandfathers served, one in the air force and one in the navy. I have a cousin who returned last year from a tour in Afghanistan, so this is an issue that hits close to home for me. That is why I was pleased that we would be improving veterans' benefits for low-income veterans of both the Second World War and the Korean War as well as their survivors.
We would provide assistance to additional veterans and their survivors. Under the current program, a veteran's total calculated income includes a disability pension provided by Veterans Affairs Canada. That pension is automatically deducted from the amount of benefits available to veterans and survivors under the war veterans allowance. Under the proposed amendments, to better assist those veterans who have served their country, the government would no longer take the disability pension into account when determining eligibility and calculating benefits under the war veterans allowance program.
Improving services for veterans is part of the pattern of our government. In the main budget, we doubled the amount available to the Last Post Fund. We have streamlined the veterans independence program to provide benefits directly to recipients of that program. Also, we have recently invested and promoted the helmets to hard hats program. That is just one more measure we have included in this recent budget.
I was at Hope Secondary School in Hope, B. C. this weekend and spoke to the graduating class there. It is a diverse community. There were a number of first nations graduates at Hope Secondary School. That is why I was pleased to see in the bill that we would provide $5 million to Indspire for post-secondary scholarships and bursaries for first nations and Inuit students. That is something that would be welcome news to the over 30 first nations in my riding and the over 10,000 individuals in my riding who are first nations.
I was speaking with Chief Robert Hope of the Yale First Nation at that graduation. He had two members from his first nation graduating there. I could see the pride he had on seeing those folks walk across the stage to get their diplomas.
Our economic action plan is working. We have had record numbers of jobs since the depths of the recession. We have cut taxes over 150 times, resulting in savings of over $3,000 for the average Canadian family of four. We continue to have the best banking sector in the world. We continue to lead the industrial world in economic growth.
Our economic action plan is working, and that is why I would ask all members of the House to support Bill C-60 so that we can continue to promote an economic plan that is working for Canadians.
Monsieur le Président, c'est un plaisir de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-60, Loi no 1 sur le Plan d'action économique de 2013.
Comme nous le savons, le Plan d'action économique du Canada fonctionne. Vendredi dernier, Statistique Canada a annoncé que l'économie canadienne avait connu une croissance de 2,5 % au cours du premier trimestre de 2013, ce qui représente la plus forte croissance trimestrielle en près de deux ans. En outre, Statistique Canada a revu à la hausse la croissance économique du pays au quatrième trimestre de 2012, la faisant passer de 0,6 % à 0,9 %. C'est le septième trimestre d'affilée où le Canada connaît une croissance positive, ce qui est un autre signe que notre économie est sur la bonne voie. En outre, plus de 900 000 emplois ont été créés, net, au Canada depuis le creux de la récession mondiale, dont plus de 90 % sont à plein temps et près de 75 % sont dans le secteur privé, ce qui représente le meilleur bilan de tout le G7 au chapitre de la croissance de l'emploi.
Le projet de loi C-60 comprend un certain nombre de mesures prévues dans le Plan d'action économique. Parmi ces mesures, pensons à la réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires, qui fera en sorte que les Canadiens seront les premiers à accéder aux emplois disponibles. Il instaurera un super crédit d'impôt temporaire pour un premier don de bienfaisance, auquel auront droit les particuliers qui demandent pour la première fois le crédit d'impôt pour dons de bienfaisance. Nous avons réaffirmé notre engagement à procéder à la vente de Ridley Terminals en Colombie-Britannique. Nous allons établir officiellement le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement afin de mieux harmoniser les efforts du Canada en matière de diplomatie étrangère, de commerce et de développement. Nous allons améliorer les prestations aux anciens combattants en modifiant la Loi sur les allocations aux anciens combattants, ce qui aura pour résultat de rendre admissibles pour la première fois plus de 3 100 anciens combattants. En outre, plus de 5 350 anciens combattants et survivants bénéficieront de ces changements. Nous appuierons des emplois de qualité à valeur ajoutée dans des secteurs importants de l'économie canadienne, comme le secteur manufacturier, en offrant des allégements fiscaux pour de nouveaux investissements dans l'équipement de fabrication. Nous fournirons un appui accru pour les projets d'infrastructure porteurs d'emplois dans les municipalités d'un bout à l'autre du pays, en indexant le fonds de la taxe sur l'essence, en plus de maintenir les impôts peu élevés pour les familles canadiennes et les entreprises qui créent des emplois.
Je voudrais en dire plus sur certains points que je viens de mentionner, en plus d'autres éléments du projet de loi C-60.
Le crédit d'impôt pour frais d'adoption est une autre formidable mesure prévue dans le projet de loi C-60. Elle vise à mieux tenir compte des coûts associés au processus d'adoption.
Je suis père d'un garçon de huit ans; c'est un privilège pour moi et ma femme de l'élever. Nombreux sont ceux dans ce pays qui ont choisi d'élargir leur famille au moyen de l'adoption. Je pense à ma propre famille et aux amis qui l'ont fait. Je pense au député d'Essex, véritable chef de file national sur la question de l'adoption et sur la question de la reconnaissance des dépenses que les familles engagent lorsqu'elles choisissent de s'engager dans cette voie. Il est impossible de fixer un prix sur ce qu'un enfant apporte à chaque famille; nous voulons toutefois reconnaître les coûts entraînés au début du processus. Il s'agit d'une excellente mesure qui s'appliquerait aux processus d'adoption finalisés après 2012.
Le super crédit d'impôt pour un premier don de bienfaisance vise surtout à encourager les jeunes Canadiens, et ceux qui ne l'ont jamais fait auparavant, à faire un don à un organisme sans but lucratif.
Je pense à certaines des excellentes oeuvres de charité de ma circonscription, Chilliwack—Fraser Canyon, comme la Meadow Rose Society, qui s'occupe de mères seules à faible revenu qui n'ont même pas le strict nécessaire, comme des préparations lactées et des couches, pour leur nourrisson. Certains d'entre nous tiennent peut-être ces choses pour acquises, mais elles coûtent cher. La Meadow Rose Society est là pour aider ces mamans de Chilliwack. C'est un exemple d'organisme auquel les gens qui n'ont jamais fait de dons pourraient donner pour utiliser ce super crédit pour premier don. Ils en auraient ainsi un peu plus pour leur argent.
Une autre possibilité à Chilliwack est la Ruth and Naomi Foundation, qui aide les itinérants et les itinérants à risque à Chilliwack en leur offrant un lieu où dormir et un repas chaud. Elle est soutenue par les églises locales et divers organismes à Chilliwack. Voilà une autre excellente oeuvre de charité qui bénéficierait du super crédit.
Je voulais parler d'une autre chose qui est chère aux gens de Chilliwak. Plusieurs anciens combattants ont élu domicile dans ma collectivité, en grande partie parce que, à une époque, les gens venaient suivre leur entraînement de base à la base des Forces canadiennes Chilliwack. Malheureusement, la base a fermé dans les années 1990, durant la décennie de grande noirceur, sous le gouvernement libéral. Toutefois, certains anciens combattants reviennent pour s'y installer à la fin de leur carrière militaire. C'est la raison pour laquelle j'ai été heureux de voir que le projet de loi C-60 prévoyait un allégement fiscal pour les membres des Forces armées canadiennes et les policiers envoyés en mission à l'étranger. Cette mesure simplifierait le processus d'approbation des allégements fiscaux pour les militaires qui sont envoyés en mission à risque modéré à l'étranger.
Il y a plusieurs anciens combattants dans ma famille. Mes deux grands-pères ont servi, un dans l'aviation et l'autre dans la marine. J'ai un cousin qui est rentré d'Afghanistan l'année dernière. C'est donc une question à laquelle je suis très sensible. C'est la raison pour laquelle j'ai été heureux d'apprendre que nous allions accroître les prestations pour les anciens combattants à faible revenu qui ont servi durant la Seconde Guerre mondiale ou la guerre de Corée et pour leurs survivants.
Nous fournirions de l'aide à un plus grand nombre d'anciens combattants ou à leurs survivants. Dans le programme actuel, le revenu total d'un ancien combattant est calculé en incluant la prestation d'invalidité versée par le ministère des Anciens Combattants. L'argent est automatiquement soustrait de l'allocation versée aux anciens combattants ou à leurs survivants. La modification proposée vise à fournir une aide accrue aux anciens combattants, qui ont servi leur pays, et aurait pour effet de ne plus tenir compte de le prestation d'invalidité pour déterminer l'admissibilité à l'allocation versée aux anciens combattants ni pour en calculer le montant.
L'amélioration des services fournis aux anciens combattants est conforme aux autres mesures appliquées par le gouvernement. Dans le budget principal, nous doublons la somme accordée au Fonds du Souvenir. Nous avons rationalisé le fonctionnement du Programme pour l'autonomie des anciens combattants pour fournir les prestations directement aux bénéficiaires de ce programme. De plus, nous avons récemment investi dans le programme Du régiment aux bâtiments et nous en faisons la promotion. Ce n'est qu'une mesure parmi d'autres du dernier budget.
J'ai pris la parole en fin de semaine dernière devant les finissants de l'école secondaire de Hope, en Colombie-Britannique. C'est un groupe d'élèves diversifié. On y trouve bon nombre de finissants des Premières Nations. C'est pourquoi je me réjouis que le projet de loi prévoie 5 millions de dollars pour Indspire, afin d'offrir des bourses d'études postsecondaires aux étudiants des Premières Nations et aux étudiants inuits. Cet argent devrait être bien accueilli par les 10 000 personnes qui font partie des 30 Premières Nations de ma circonscription.
J'ai parlé au chef Robert Hope, de la Première Nation de Yale, après la cérémonie de fin des études secondaires. Deux membres de sa Première Nation étaient parmi les finissants. J'ai été témoin de la fierté qu'il ressentait en voyant ces élèves monter sur scène pour recevoir leur diplôme.
Notre Plan d'action économique donne de bons résultats. Nous constatons une création record d'emplois depuis le creux de la récession. Nous avons réduit le fardeau fiscal plus de 150 fois, ce qui permet à la famille canadienne moyenne de 4 personnes d'économiser 3 000 $. Nous continuons de jouir du meilleur secteur bancaire au monde. Nous continuons d'être en tête du peloton des pays industrialisés pour ce qui est de la croissance économique.
Notre Plan d'action économique est efficace, et c'est pourquoi j'invite tous les députés à appuyer le projet de loi C-60. Nous pourrons ainsi continuer de favoriser la mise en oeuvre d'une stratégie économique bénéfique pour l'ensemble des Canadiens.
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, the hon. member is the youngest member in this House, and I am youngest member from British Columbia. This tariff regime we are talking about has not been changed since 1974, and that is four years before I was born and probably 14 years before the hon. member was born.
I think it is time we recognized that those economies the tariffs were designed to help, economies like China and India, have grown up a lot since 1974, as have we. For developing nations, this was a form of foreign aid.
We no longer need to provide those extra breaks to those countries. They are standing quite well on their own two feet. We should be looking to advantage Canadian manufacturers, Canadian businesses, and that is exactly what we would be doing with Bill C-60.
Monsieur le Président, le député est le plus jeune de la Chambre et je suis le plus jeune député de la Colombie-Britannique. Le régime tarifaire dont nous parlons n'a pas été modifié depuis 1974. C'était 4 ans avant ma naissance, et probablement 14 ans avant la sienne.
À mon avis, il est temps de reconnaître que les économies auxquelles les tarifs devaient venir en aide, comme celles de la Chine et de l'Inde, ont, comme nous, bien grandi depuis 1974. Pour des pays en développement, c'était une forme d'aide étrangère.
Nous n'avons plus besoin d'accorder des allégements supplémentaires à ces pays. Ils se débrouillent très bien. Nous devrions plutôt chercher à aider les entreprises et les fabricants canadiens. C'est précisément ce que le projet de loi C-60 permettra de faire.
Results: 1 - 15 of 100 | Page: 1 of 7

1
2
3
4
5
6
7
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data