Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 2 of 2
David Kilgour
View David Kilgour Profile
Hon. David Kilgour
2013-02-05 13:03
Thank you, Mr. Chair.
With your permission, colleagues, I am going to make my presentation in English. However, I will be pleased to reply to your questions in French.
I will skip one sentence per paragraph. If anyone has the statement, it may be hard to keep up, but I know that time is very precious because you want to ask questions.
Thank you for holding this hearing. I am very pleased that you're doing this.
China's 5,000-year-old civilization has given much to the world and is deserving of much respect. When Falun Gong exercises and principles initially were introduced to the Chinese public in 1992, as I'm sure you all know, the party-state not only acquiesced in its expansion but assisted, inviting its founder to teach in government facilities and praising Falun Gong for the benefits it introduced to public health and ethics generally.
However, the more the movement grew, the more resistance it encountered, no doubt because some party members found that a large, independent group was unacceptable. Party leader Jiang Zemin made an overnight decision to eradicate it, even though many members of the politburo were familiar with the practice and many party members were doing the exercises.
On July 22, 1999, the Communist Party leadership launched a protracted and violent campaign whose stated purpose was to—quote—“eradicate” Falun Gong. Beatings, detentions in forced labour camps, brainwashing, and torture became the daily lot of many Falun Gong. The methods included shocking with high-voltage electric batons, sleep deprivation, starvation, sexual assault, forced abortions, drug injections, and forced feedings.
I should stress from the start that Falun Gong practitioners had no desire to become involved in politics and never intended to challenge the Communist Party. Even after nearly 14 years of persecution, their only political objective is to seek peacefully the end to their persecution across China.
As you probably all know, after 1980 the party-state began withdrawing funds from the health system, obliging it to make up the difference through service charges to mostly uninsured patients. Selling the organs of executed convicts became a major source of funds because of world demand. Falun Gong later became the major additional source of organs. Organ prices were posted on many websites in China.
David Matas and I visited about a dozen countries to interview Falun Gong practitioners who were sent to China's forced labour camps and who managed later to leave the camps and China itself. Most were sent to camps after mid-1999 without any form of hearing and on only a police signature. This model, by the way, was created in Stalin's Russia and Hitler's Third Reich and copied in the 1950s by Mao.
Practitioners told us of working in appalling conditions for up to 16 hours daily, with no pay, little food, crowded sleeping conditions, and torture. As subcontractors to multinational companies, they made export products ranging from garments to Christmas decorations. This, of course, is gross corporate irresponsibility and a violation of the WTO rules, and calls for an effective response by all governments that trade with China.
I might mention that there's a link between the labour done in these forced labour camps and the loss of manufacturing jobs in places such as Canada. One estimate of the number of people in these camps was 350,000 in 340 forced labour camps. That's a lot of jobs that are being lost in places such as our own country. I believe strongly that Canada and other countries should ban forced labour products, by legislation, which puts an onus on importers to prove that their goods are not made in effect by slaves.
According to the research that David Matas and I have done, as is set out in our book Bloody Harvest, which you referred to, Mr. Chairman, practitioners have been killed in the thousands since 2001 so that their organs could be trafficked to Chinese and foreign patients. For the period 2000-2005 alone, Matas and I concluded that for 41,500 transplants done, the only plausible explanation for sourcing was Falun Gong.
As a result, what has happened internationally? What kinds of international initiatives have been taken?
Since 2006, several UN special rapporteurs have asked the Chinese government for an explanation of the allegation of organ pillaging from live Falun Gong practitioners. They pointed out to the government that a full explanation would disprove the allegations, but the party-state has provided no meaningful answer, simply denying the charges.
The independent experts of the UN Committee Against Torture have also addressed the issue of organ harvesting from Falun Gong practitioners. In November 2008, it was stated that:
information [was] received that Falun Gong practitioners have been extensively subjected to torture and ill-treatment in prisons and that some of them have been used for organ transplants.
What about the European Parliament? In September of 2006, the European Parliament conducted a hearing, at which David Matas and I both testified, and adopted a resolution condemning the detention and torture of Falun Gong practitioners and expressing concern over reports of organ harvesting.
In Taiwan in 2007, the director of the Department of Health reported requesting that Taiwanese doctors not recommend to patients to travel to China for transplants.
In Australia—as you can see in the brief, they are on the list of countries—two hospitals have banned joint research programs with China.
What about Canada? In 2008, former MP Borys Wrzesnewskyj introduced into our House of Commons extraterritorial legislation banning transplant tourism. His bill, and one in Belgium, would have penalized any transplant patient who received an organ without the consent of the donor when the patient knew or ought to have known of the absence of consent.
In France, in 2010, parliamentarian Valérie Boyer, along with several other members, introduced a bill at a sitting of the National Assembly.
In the United States, in September of 2006 the U.S. Congress held a hearing on organ harvesting from Falun Gong practitioners. Perhaps more importantly, in October 2012, in the middle of an election campaign, 106 members of Congress urged the U.S. State Department to release information on organ pillaging in China from Falun Gong practitioners.
This is interesting. The U.S. State Department, in its 2011 human rights report released in May 2012, acknowledged the following:
Overseas and domestic media and advocacy groups continued to report instances of organ harvesting, particularly from Falun Gong practitioners and Uighurs.
That's the first time they actually acknowledged it. David Matas and I went to the State Department as early as 2006, but they finally acknowledged these concerns in 2012.
With respect to NGOs, there are a whole lot of comments in the brief about various NGOs that have done work in this area. I might mention Doctors Against Forced Organ Harvesting, which is a non-government organization founded by medical doctors. Torsten Trey, the co-editor of the book, was the founder, and they've been very active in this issue.
How much time do I have, Mr. Chair?
Merci, monsieur le président.
Je vous demande pardon, chers députés, mais je vais faire mon allocution en anglais. Par contre, je serai très content de répondre à vos questions en français.
J'amputerai une phrase par paragraphe. Si vous avez ma déclaration, ce sera peut-être difficile à suivre, mais je sais que votre temps est très précieux parce que vous voulez poser des questions.
Je vous remercie d'avoir tenu cette séance. Je suis très heureux d'y participer.
Depuis sa naissance, il y a 5 000 ans, la civilisation chinoise a beaucoup apporté au monde et elle mérite beaucoup de respect. C'est en 1992 que les exercices et les principes du Falun Gong ont été présentés pour la première fois au public chinois. Le parti unique n'a pas seulement donné son accord à l'essor du mouvement, à l'époque, mais il y a même contribué en invitant son fondateur à donner son enseignement dans les établissements de l'État et en vantant les mérites du Falun Gong pour la santé et la morale publiques en général.
Toutefois, plus le mouvement prenait de l'ampleur, plus il suscitait de la résistance, sans doute parce que certains membres de la direction du parti ont conclu qu'on ne pouvait accepter l'existence d'un groupe indépendant et nombreux. Du jour au lendemain, le chef du parti Jiang Zemin a décidé de l'éradiquer, malgré les nombreux membres du bureau politique qui connaissaient la pratique et du parti qui s'adonnaient aux exercices.
Le 22 juillet 1999, la direction du parti communiste lançait une campagne prolongée et violente dont le but officiel était d'éradiquer le Falun Gong. Pour bien des adeptes du mouvement, les coups, la détention en camp de travaux forcés, le lavage de cerveau et la torture devenaient désormais le lot quotidien. Les victimes recevaient notamment des décharges de bâtons électriques à haute tension, étaient privées de sommeil ou de nourriture ou subissaient gavage, agressions sexuelles, avortements forcés ou injections de drogues.
Je m'empresse de souligner que les adeptes du Falun Gong n'avaient aucune ambition politique et qu'ils n'ont jamais contesté le parti communiste. Même après bientôt 14 années de persécutions en Chine, leur seul objectif politique est, par des moyens pacifiques, de les faire cesser.
Comme vous le savez probablement tous, après 1980, le parti unique a commencé à réduire le financement du système de santé. Pour combler le manque, il fallait désormais refiler la facture aux patients qui, pour la plupart, n'avaient pas d'assurances. Compte tenu de la demande mondiale, la vente des organes des prisonniers condamnés à la peine capitale est devenue une source majeure de revenus. Plus tard, les membres du Falun Gong sont devenus à leur tour une source d'organes. La liste de prix des organes était même affichée sur beaucoup de sites web chinois.
David Matas et moi avons visité une douzaine de pays pour interviewer des adeptes du Falun Gong qui avait été envoyés dans des camps de travaux forcés en Chine, puis qui avaient réussi à s'en échapper et à fuir le pays. La plupart y avaient été envoyés après le milieu de 1999, sans autres formes de procès, puisque la signature d'un policier suffisait. À propos, ce système a vu le jour dans la Russie de Staline et le troisième Reich d'Hitler. Dans les années 1950, Mao l'a copié.
Les adeptes du Falun Gong nous ont parlé de travail dans des conditions exécrables jusqu'à 16 heures par jour, sans salaire, très peu de nourriture, de dortoirs bondés et de torture. Travaillant en sous-traitance pour des multinationales, ils fabriquaient des produits d'exportation allant des vêtements aux décorations de Noël. Il s'agit-là d'une irresponsabilité flagrante des sociétés et d'une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce, qui exige une véritable intervention de tous les gouvernements qui entretiennent des relations commerciales avec la Chine.
Je pourrais mentionner que les pertes d'emplois dans le secteur manufacturier canadien et ailleurs ne sont pas étrangères au travail effectué dans ces camps. On en estime le nombre à 340 et la population à 350 000 détenus. C'est beaucoup d'emplois perdus dans des pays comme le nôtre. Le Canada et d'autres pays devraient interdire par voie législative les produits fabriqués en camps de travaux forcés et obliger les importateurs à prouver que leurs marchandises ne sont pas issues du travail d'esclaves.
Selon les recherches effectuées par David Matas et moi-même et publiées dans notre ouvrage Bloody Harvest, dont vous avez parlé, monsieur le président, des milliers de membres de la secte ont été tués depuis 2001 pour alimenter un trafic d'organes destiné à des patients chinois et étrangers. Matas et moi-même sommes arrivés à la conclusion que la provenance de 41 500 greffes réalisées entre 2000 et 2005 ne pouvaient s'expliquer que par les Falun Gong.
Quelles ont été les répercussions sur la scène internationale? Quelles initiatives y a-t-on prises?
Depuis 2006, plusieurs rapporteurs spéciaux de l'ONU ont demandé des explications au gouvernement chinois concernant des allégations graves de vol d'organes chez des adeptes vivants du Falun Gong. Même s'ils ont précisé qu'il suffisait au gouvernement de fournir des explications complètes pour démontrer la fausseté des allégations, le parti unique n'y a pas répondu sérieusement et il s'est contenté de nier les accusations.
Les spécialistes indépendants du comité de l'ONU contre la torture ont eux aussi abordé le problème des prélèvements d'organes chez les adeptes du Falun Gong. En novembre 2008, ils déclaraient:
[avoir reçu] des renseignements indiquant que de nombreux adeptes du Falun Gong avaient été soumis à des tortures et à des mauvais traitements en prison et que les organes de certains d'entre eux avaient été l'objet de transplantations.
Qu'en est-il du Parlement européen? En septembre 2006, il a tenu une audience où David Matas et moi-même avons témoigné et il a adopté une résolution qui condamne la détention et la torture des adeptes du Falun Gong et qui exprime son inquiétude au sujet des rapports portant sur les prélèvements d'organes.
À Taïwan, en 2007, le directeur des services de santé a rapporté avoir demandé aux médecins taïwanais de ne pas recommander à leurs patients de se rendre en Chine continentale pour des greffes.
En Australie — comme vous pouvez voir dans le mémoire, ce pays figure sur la liste des pays — deux hôpitaux ont aboli des programmes conjoints de recherche avec la Chine.
Qu'en est-il du Canada? En 2008, l'ex-député Borys Wrzesnewskyj a déposé à la Chambre des communes un projet de loi à portée extraterritoriale qui interdisait le tourisme médical à des fins de transplantation. Ce projet de loi, comme celui de la Belgique, aurait sanctionné les greffés qui auraient reçu un organe prélevé sans le consentement du donneur et qui étaient au courant de la situation ou auraient dû l'être.
En France, en 2010, la députée Valérie Boyer et d'autres députés ont proposé une loi lors d'une séance de l’Assemblée nationale.
Aux États-Unis, en septembre 2006, le Congrès a tenu une audience sur les prélèvements d'organes chez les adeptes du Falun Gong. Surtout, en octobre 2012, au milieu de la campagne électorale, 106 de ses membres ont exhorté le Département d'État américain à divulguer l'information sur le vol d'organes en Chine chez ces adeptes.
Voilà qui est intéressant. Le Département d'État, dans son rapport de 2011 sur les droits de la personne, publié en mai 2012 reconnaît ce qui suit:
Des médias et des groupes de revendication d'ici et d'ailleurs continuent de signaler des cas de prélèvement d'organes, plus particulièrement à l'endroit de membres du Falun Gong et d'Ouïghours.
C'est la première fois qu'il le reconnaît. David Matas et moi-même avons rencontré les porte-parole du Département d'État dès 2006, mais ce n'est qu'en 2012 que, finalement, il a reconnu ces motifs de préoccupation.
En ce qui concerne les ONG, le mémoire renferme une foule d'observations sur leur travail dans ce domaine. Je pourrais mentionner les docteurs contre le prélèvement forcé d'organes, un organisme non gouvernemental financé par les médecins. Torsten Trey, codirecteur de la publication du livre, en a été le fondateur et il travaille très activement à la résolution de ce problème.
Combien de temps me reste-t-il, monsieur le président?
David Matas
View David Matas Profile
David Matas
2013-02-05 13:14
In further answer to that question, there's also private member's legislation in France by Valérie Boyer, as there is now in New South Wales, Australia, by David Shoebridge. Also, Patrik Vankrunkelsven was one of the senators in Belgium, so we have a number of precedents to look at.
In terms of my remarks, I just want to go as briefly as I can through some of the evidence that led us to our conclusion. I have a number of evidentiary strands I want to point out to you, 12 strands in all.
The first is that the Communist Party conducted and conducts a prolonged, persistent, and vitriolic campaign of incitement to hatred again Falun Gong, prompting their marginalization, depersonalization, and dehumanization in the eyes of many Chinese nationals.
The second is the forced labour camp phenomenon, which my colleague David Kilgour talked about. Not only are these forced labour camps arbitrary detention and slave labour camps, but they're also vast live organ donor banks.
Third, many Falun Gong practitioners are the subject of disappearance complaints by family members. The authorities often refuse to notify the families of their detention. As well, practitioners are not allowed to contact their families. Many more practitioners, in an attempt to protect their families and communities, have not identified themselves once arrested. Those unidentified are a particularly vulnerable population.
Let me quote Ms. Na Gan, who lives in Toronto now:
From 2001 to 2002, I was held in a detention center.... During that time, the authorities detained lots of Falun Gong practitioners who went to Beijing to appeal. ... In order to escape further persecution, of both themselves and their family members, many practitioners did not tell their real names and where they were from. Each practitioner was identified with a 4-digit number. ... One night, I was awoken by some noises. All the Falun Gong practitioners who were numbered were being dragged out of the prison cells, and none of them came back.
Fourth, huge money can be made in China from transplants. Charges to foreigners, which were once available on a Chinese website and which now we have archived, range from $30,000 U.S. for corneas to $180,000 U.S. for a liver-kidney combination.
Fifth, investigators made calls to hospitals throughout China claiming to be relatives of patients needing transplants and asking if the hospitals had organs of Falun Gong for sale, on the basis that since Falun Gong, through their exercises, are healthy, the organs would be healthy. We obtained on tape and then transcribed and translated admissions throughout China.
Sixth, Falun Gong practitioners who were detained and later got out of detention and out of China testified that they were systematically blood-tested and organ-examined while in detention. The blood testing and organ examination could not have been for the health of the Falun Gong, since they had been tortured, but it would have been necessary for organ transplants and for building a bank of donors.
Seventh, waiting times for transplant of organs in China are days and weeks. Everywhere else in the world, waiting times are years or months. Transplants of long-dead donors are not viable because of organ deterioration after death. A short waiting time for deceased donor transplant means the presence of a large bank of living organ sources ready to be killed in order to assure such short waiting times. We have quotes from the websites of Chinese hospitals advertising these short times.
Eighth, in a few cases, family members of Falun Gong practitioners were able to see mutilated corpses of their loved ones between death and cremation. Organs had been removed. We even have some photos of that.
Ninth, we engaged in extensive interviews of organ recipients and their family members. Organ transplant surgery, we found out, is conducted in almost total secrecy. Recipients and their support network are not told the identity of the donors, nor are they shown written consent of donors. The identities of the operating doctor and support staff are often not disclosed, despite requests for information.
One interviewee told us that a military doctor tested the compatibility of seven prior kidneys before a successful match for one was found at a hospital. The doctor carried sheets of paper containing lists of prospective sources based on tissue and blood characteristics, from which he would select the source. The doctor was observed at various times to leave the hospital in army uniform and return two or three hours later with containers holding kidneys.
Tenth, we interviewed the ex-wife of a surgeon from Sujiatun district in Shenyang City in Liaoning. She told us that her surgeon husband told her that he removed corneas from 2,000 Falun Gong practitioners, at which time he refused to continue. The surgeon made it clear to his wife that none of these sources survived the experience because other surgeons removed other vital organs and all of the bodies were then burned.
A transcript of the interview can be found in an appendix to our report.
The details of the story the wife told were similar to what Dr. Wang Guoqi told the U.S. Congress about his own work in harvesting organs from prisoners, which was initially vehemently denied and then years later admitted by the Government of China. The only substantial difference in the two stories was the type of prisoners from whom organs were extracted.
Eleventh, 200 kilometres away from Sujiatun, in Xinju, an individual named Wang Lijun conducted research on a lingering injection execution method that would allow organ removal for transplants before the person died from injection. He conducted further research to prevent patients who received organs of injected prisoners from suffering adverse effects from the injection drugs.
In September 2006 this individual, Wang Lijun, received an award for his research and testing. In his acceptance speech, which was posted on the Internet, he talked about “thousands” of on-site organ transplant cases from injected prisoners in which he and his staff participated, and he said, and I quote, “To see somebody being killed and to see this person's organs being translated to several other persons' bodies is profoundly stirring”, a remark that would have been worthy of Josef Mengele.
I point out that Wang Lijun was the prime assistant of Bo Xilai.
One of the calls the investigators made, which we used for our report, was a call that was placed to Jinzhou, the place where this fellow Wang Lijun was working. Here's a quote from that exchange:
Investigator: Starting from 2001, we always got kidneys from young and healthy people who practised Falun Gong from detention centres and courts. ... I wonder if you still have such organs in your court right now?
Official: That depends on your qualifications. ... If you have good qualifications, we may still provide some. ...
Investigator: Are we supposed to get them, or will you prepare for them?
Official: According to past experience, it is you who will come here to get them.
In February 2012 Wang Lijun, who was at the time deputy mayor and police chief in Chongqing, visited the American consulate in Chengdu for a full day. My colleague David Kilgour has mentioned this letter of U.S. congressmen and congresswomen asking for the State Department to release information, and that letter asked for details that Wang Lijun is believed to have transmitted during his attempted sanctuary at the U.S. consulate in February.
Number 12, the final point, is that there's no other explanation for the transplant numbers than sourcing from Falun Gong. China's the second-largest country in the world after the U.S., yet until 2010 China did not have a deceased donation system, and even today that system produces donations that are statistically insignificant. The living donor sources are limited in law to relatives of donors and are officially discouraged because live donors suffer health complications from giving up an organ.
The number of prisoners sentenced to death and then executed that would be necessary to supply the volume of transplants in China is far greater than even the most exaggerated death penalty statistics and estimates, in the tens of thousands. Moreover, in recent years death penalty volumes have gone down, but transplant volumes, except for a short blip in 2007, have remained constant.
Our report has a myriad of recommendations, and David Kilgour has mentioned some in the text that is part of the record. I would ask the committee to pass a resolution on this subject. I'd like to emphasize the fact that China's coming up before the universal periodic review at the United Nations Human Rights Council working group this October, and Canada should take advantage of that.
I would like to commend the subcommittee for convening this hearing. The issue is serious enough to justify action.
In principle, the worst victims need to be given the most attention and the highest priority. This subcommittee should follow that principle when addressing human rights violations in China by a continuing focus on organ transplant abuse in China, the victimization of prisoners of conscience, and Falun Gong in particular.
Thank you very much.
Pour répondre à la question, il existe également un projet de loi d'initiative parlementaire, en France, dont l'auteur est Valérie Boyer. Il y en a un aussi dans la Nouvelle-Galles-du-Sud, en Australie, dont l'auteur est David Shoebridge. L'un des sénateurs belges dont nous avons parlé est Patrik Vankrunkelsven. Nous pouvons donc nous inspirer d'un certain nombre de précédents.
En ce qui concerne mes observations, je tiens à revoir aussi rapidement que possible certains faits qui étayent nos conclusions. Je détiens un certain nombre de faisceaux de preuves, 12 en tout.
Premièrement, le Parti communiste a mené et continue de mener une longue et virulente campagne d'incitation à la haine contre le Falun Gong, en préconisant la marginalisation de ses adeptes, leur dépersonnalisation et leur déshumanisation aux yeux de nombreux Chinois.
Deuxièmement, il y a le phénomène des camps de travail dont mon collègue David Kilgour a parlé. Ce n'est pas seulement des camps de travaux forcés où les gens sont détenus de façon arbitraire, mais il s'agit aussi de grandes réserves de donneurs vivants d'organes.
Troisièmement, les familles de beaucoup d'adeptes du Falun Gong ont signalé leur disparition. Souvent, les autorités refusent de les informer de leur détention. Beaucoup d'autres membres, pour protéger leur famille et leur communauté, cachent leur identité après leur arrestation. Ils constituent une population particulièrement vulnérable.
Permettez-moi de citer Mme Na Gan, qui vit maintenant à Toronto:
J'ai passé 2001 et 2002 dans un centre de détention [...]. Pendant ce temps, les autorités ont détenu beaucoup d'adeptes du Falun Gong qui s'étaient rendus à Pékin pour faire appel. [...] Pour échapper à de nouvelles persécutions, tant pour elles que pour les membres de leur famille, beaucoup de femmes n'ont pas donné leur vrai nom, ni indiqué d'où elles venaient. On a identifié chacune d'elles par un numéro de quatre chiffres. [...] Une nuit, des bruits m'ont réveillée. Toutes les adeptes identifiées par un numéro ont été traînées hors des cellules et aucune n'est revenue.
Quatrièmement, la transplantation est, en Chine, une activité très lucrative. Les prix demandés aux étrangers, jadis affichés sur un site Web chinois et désormais archivés, varient de 30 000 à 180 000 $ américains pour une cornée et une combinaison rein-foie, respectivement.
Cinquièmement, des enquêteurs ont appelé des hôpitaux de partout en Chine en se faisant passer pour des parents de patients qui avaient besoin d'organes et qui voulaient savoir si ces établissements avaient des organes sains à vendre d'adeptes du Falun Gong, réputés être en santé à cause des exercices qu'ils font. Nous avons enregistré, transcrit et traduit les aveux recueillis partout en Chine.
Sixièmement, des adeptes du Falun Gong qui ont été détenus et qui, plus tard, ont été libérés et sont sortis de Chine, ont témoigné qu'ils étaient systématiquement soumis à des analyses sanguines et à des examens de leurs organes pendant leur détention. Ce n'était pas par souci pour leur santé, puisqu'ils avaient été torturés. Mais ç'aurait été nécessaire pour les transplantations d'organes et la constitution d'une réserve de donneurs.
Septièmement, les délais d'attente pour les transplantations d'organes en Chine se comptent en jours ou semaines. Partout ailleurs dans le monde, ils se comptent en années ou en mois. Les greffes d'organes fournies par des donneurs morts depuis longtemps ne sont pas viables en raison de la détérioration des organes après la mort. Un court délai d'attente pour la transplantation d'organes prélevés chez des donneurs morts révèle l'existence d'une réserve importante de sources vivantes d'organes prête à être sacrifiées pour assurer ce délai si court. Nous avons recueilli les citations de sites Web d'hôpitaux chinois qui se vantaient de ces courts délais.
Huitièmement, dans certains cas peu nombreux, la parenté d'adeptes du Falun Gong ont pu voir le cadavre mutilé de l'être cher qu'on menait à la crémation. Les organes avaient été prélevés. Nous avons même des photos.
Neuvièmement, nous avons mené une vaste enquête auprès des receveurs d'organes et de leur famille. La greffe est effectuée, comme nous l'avons constaté, dans le secret presque total. Les receveurs et leur réseau de soutien ne sont pas informés de l'identité des donneurs et on ne leur montre pas non plus leur consentement écrit. Souvent, l'identité du médecin et du personnel auxiliaire n'est pas divulguée, malgré les demandes de renseignements.
Un témoin nous a dit qu'un médecin militaire a vérifié sept reins avant d'en trouver un compatible dans un hôpital. Il gardait avec lui des listes de sources possibles établies d'après les caractéristiques tissulaires et sanguines, dans lesquelles il choisissait le donneur. On l'a maintes fois vu quitter l'hôpital en uniforme militaire et revenir deux ou trois heures plus tard avec des récipients renfermant des reins.
Dixièmement, nous avons questionné l'ex-épouse d'un chirurgien du district de Sujiatun, dans la ville de Shenyang, dans le Liaoning. Elle a affirmé que son époux lui avait dit avoir prélevé les cornées d'environ 2 000 adeptes du Falun Gong avant de refuser d'en faire plus, mais qu'aucun des donneurs n'avait survécu, parce que d'autres chirurgiens avaient prélevé d'autres organes vitaux et qu'on avait ensuite incinéré tous les cadavres.
La transcription de l'entretien est donnée en annexe de notre rapport.
Le récit que nous a livré la dame est semblable au témoignage du Dr Wang Guoqi, qui a expliqué au Congrès américain qu'il avait prélevé des organes sur des prisonniers. Le gouvernement chinois a d'abord nié la chose avec véhémence, pour admettre des années plus tard que c'était la vérité. Seule l'origine des prisonniers desquels on prélevait les organes différait d'une version à l'autre.
Au point 11, je note qu'à 200 kilomètres de Sujiatun, à Xinju, un individu du nom de Wang Lijun a effectué des recherches sur une méthode d'exécution lente par injection qui permettait de prélever des organes avant le décès du donneur. Il a poursuivi ses recherches en vue d'éviter que les patients recevant les organes des prisonniers morts par injection ne souffrent d'effets indésirables provoqués par les substances injectées.
En septembre 2006, Wang Lijun a été récompensé pour ses recherches et ses expérimentations. Dans son mot de remerciement, qui a été diffusé sur Internet, il a indiqué que lui et son équipe avaient participé à des milliers de greffes d'organes prélevés sur des prisonniers morts par injection, des transplantations effectuées sur place. Je le cite: « Ce fut profondément touchant de voir quelqu'un se faire exécuter et de voir les organes de cette personne être transplantés dans les corps de plusieurs patients. » Voilà une remarque qui aurait été digne de Josef Mengele.
Je signale que Wang Lijun était le bras droit de Bo Xilai.
Les enquêteurs ont entre autres appelé à Jinzhou, là où travaillait Wang Lijun. Nous avons utilisé cet appel pour produire notre rapport. Voici un extrait de l'échange en question:
Enquêteur: Depuis 2001, nous recevions toujours des reins prélevés sur des jeunes gens en santé, des adeptes du mouvement Falun Gong qui étaient en détention ou devant les tribunaux. [...] Je me demandais si vous en aviez encore à offrir?
Fonctionnaire: Cela dépend de vos qualifications. [...] Si vous avez de bonnes qualifications, nous pourrions peut-être vous en fournir...
Enquêteur: Devons-nous aller les chercher, ou allez-vous les préparer pour nous?
Fonctionnaire: Si je me fie à ce qui a été fait auparavant, c'est à vous de venir les chercher.
En février 2012, Wang Lijun, qui était à l'époque maire suppléant et chef de police de Chongqing, a passé une journée entière au consultat américain de Chengdu. Mon collègue David Kilgour a parlé de la lettre que le Congrès des États-Unis a fait parvenir au département d'État, demandant des détails sur ce que Wang Lijun a vraisemblablement révélé lorsqu'il a voulu trouver refuge au consultat américain en février.
Au point 12, le dernier, signalons qu'il n'y a pas d'autre façon d'expliquer le nombre de transplantations, si ce n'est que les organes ont été prélevés sur des adeptes de Falun Gong. Après les États-Unis, la Chine est le plus grand pays du monde; pourtant, ce n'est qu'en 2010 qu'elle s'est dotée d'un système de prélevement d'organes sur des donneurs décédés. Même aujourd'hui, les dons générés par ce système sont statistiquement insignifiants. Selon la loi, seuls les membres de la famille peuvent recevoir les organes prélevés sur un donneur vivant, et cette pratique est officiellement découragée vu les complications médicales qui peuvent s'ensuivre pour les donneurs.
Le nombre de prisonniers condamnés à mort et exécutés qui serait nécessaire pour répondre à la demande en Chine est beaucoup plus important que les statistiques et les estimations les plus exagérées sur la peine de mort, par des dizaines de milliers. De plus, au cours des dernières années, le nombre de condamnés à mort a diminué, tandis que le nombre de transplantations est demeuré constant, sauf pour une légère accalmie en 2007.
Notre rapport contient une foule de recommandations, et David Kilgour en a mentionné quelques-unes dans son témoignage. Je demande au comité d'adopter une résolution à ce sujet. J'aimerais insister sur le fait que la Chine fera l'objet en octobre de l'examen périodique universel du groupe de travail du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, et le Canada devrait profiter de cette occasion pour agir.
Je veux féliciter le sous-comité d'avoir convoqué cette séance. La gravité de la situation justifie une intervention.
En principe, il faut concentrer notre attention sur les victimes les plus touchées et leur accorder la priorité. Le sous-comité devrait appliquer ce principe dans sa lutte contre la violation des droits de la personne en Chine, en gardant dans sa mire le trafic d'organes, la victimisation des prisonniers d'opinion, en particulier les adeptes de Falun Gong.
Merci beaucoup.
Results: 1 - 2 of 2

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data