Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 86
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 1148--
Mr. Mark Warawa:
With regard to government funding in the riding of Chilliwack—Fraser Canyon, for each fiscal year since 2005-2006 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group, broken down by (i) name of the recipient, (ii) municipality of the recipient, (iii) date on which the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency providing the funding, (vi) program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 1150--
Mr. Emmanuel Dubourg:
With regard to the Excise Tax Act, specifically Schedule V, Part II, section 1.2, its application to the provisions of medical examinations, reports, and certificates since March 21, 2013, and its application to “qualifying” health care supplies: (a) what supplies are no longer considered to be a qualifying health care supply and are now subject to GST/HST; (b) what services performed by health care professionals and practitioners are now taxable; (c) what specific reports, evaluations, examinations, assessments, and certificates are now subject to HST/GST for each of the following practitioners, (i) psychology, (ii) social work services, (iii) psychiatry, (iv) medical practitioners, (v) optometrists, (vi) occupational therapist, (vii) chiropractors, (viii) physiotherapists, (ix) nursing services, (x) dietetic services, (xi) dental hygienist services, (xii) laboratory services; (d) with what stakeholders and professional organizations has the Department of Finance consulted about this tax change; (e) what stakeholders and professional associations has Canada Revenue Agency consulted with about this tax change; (f) what revenue will the government collect each year from 2013 to 2020 as a result of this tax change; (g) what revenue will the government collect each year from 2013 to 2020 for each type of report, evaluations, examinations, assessments, and certificates that are now subject to GST/HST; (h) what specific court decision led to the new definition of qualifying health care supply; (i) for each supply, service, evaluation, examination, assessment, certificate and specific report identified in (a), (b), and (c), could a Canadian veteran be charged HST/GST either directly or indirectly by a health care practitioner or practitioners; (j) for each supply, service, evaluation, examination, assessment, certificate, and specific report identified in (a), (b), and (c), will Canadian veterans be charged HST/GST either directly or indirectly by psychologists, psychiatrists, social workers, registered marriage and family therapists, and clinical care managers who are on Veterans Affairs Canada's approved list of service providers; (k) will the government be seeking to collect this tax retroactively; and (l) are the following reports, evaluations, examinations, assessments, and certificates subject to HST/GST, (i) custody assessments for Superior Court, (ii) disability determination packages, (iii) psychological assessments of individuals with developmental disabilities for the purpose of supporting eligibility applications for supportive, rehabilitation, community living programs and services?
Response
(Return tabled)

Question No. 1154--
Mr. Bruce Hyer:
With regard to government funding allocated in the constituency of Thunder Bay—Superior North, broken down by fiscal year from 2011-2012 to present: (a) what is the total amount of this funding, broken down by (i) department, (ii) agency, (iii) program, (iv) any other government body; and (b) how many jobs are estimated to have been created by this funding, broken down by (i) full-time jobs, (ii) part-time jobs?
Response
(Return tabled)

Question No. 1155--
Ms. Kirsty Duncan:
With respect to the Ebola vaccine developed at the National Microbiology Laboratory (NML): (a) on what date did research for the vaccine begin; (b) what are the names of the scientists involved in the research, and what are their positions; (c) why was the vaccine research initially undertaken; (d) was the research undertaken at any time in relation to anti-bioterrorism, and, if so, during what periods and with what specific mandate; (e) who provided funding for the research and development of the vaccine; (f) was the Government of Canada the only contributor to the research and development fund; (g) how much funding did the government provide, broken down by (i) percentage, (ii) department, (iii) date, (iv) dollar amount of contribution; (h) on what date was a robust immune response demonstrated to the vaccine; (i) on what date were research findings published and in what journal, and, if none were published, why not; (j) on what date was the vaccine patented and when was the initial patent application brought; (k) in which countries is the vaccine patented; (l) during what specific time period was the vaccine produced, (i) how many vials were produced, (ii) who was informed of this production, (iii) how were they informed; (m) was there a competitive process to sell the licensing rights or other entitlements relating to the vaccine; (n) if the process in (m) was created, (i) who developed the criteria for the licensing rights or other entitlements, broken down by position and department, (ii) what were the criteria to obtain the licensing rights or other entitlements, (iii) on what date was the competitive process launched, (iv) how many companies bid for the rights, (v) which companies bid for the rights and on what dates, (vi) how did NewLink Genetics (including Bioprotection Systems Corporation) meet the criteria for the licensing rights or other entitlements; (o) on what date was NewLink Genetics awarded the rights or entitlements; (p) what specific experience did NewLink Genetics have with vaccines, specifically when it comes to manufacturing capacity; (q) what NewLink Genetics products had reached the point of commercial production at the time of its bidding and purchase of the rights; (r) on what date did NewLink Genetics purchase the rights or entitlements from the Public Health Agency of Canada (PHAC), and for what cost; (s) as part of the licensing agreement, was NewLink Genetics expected to meet any milestones by any particular dates, (i) if so, when, (ii) if not, why not; (t) as part of the licensing agreement, what percentage royalties would NewLink Genetics pay Canada on any sales of the vaccine; (u) to date, how much income has the government obtained from licensing the vaccine, broken down by (i) up-front payments, (ii) milestone payments, (iii) any other payments; (v) did any of the NML or PHAC scientists/staff have any associations or links or monetary or proprietary interests or any other association with NewLink Genetics, and, if so, what are they; (w) did Canadian officials and the licensee meet annually in face-to-face meetings as required by Article 7.9 of the license agreement, and, if so, for all meetings, what is (i) the date, (ii) location, (iii) the names of all persons in attendance; (x) on what date did NewLink Genetics begin clinical trials of the vaccine; (y) how long was the delay between the onset of the commercial relationship with NewLink Genetics and start of clinical trials, broken down by (i) days, (ii) months, (iii) years; (z) what reason was given for the delay in (y); (aa) did the government question the progress of the clinical trials, if so, on what specific dates, and, if not, why not; (bb) in Canada's licensing agreement with NewLink Genetics, did Canada have the right to let other manufacturers make the vaccine for use in other countries "for compassionate care purposes" if NewLink had not received regulatory approval for the vaccine in the target country; (cc) did anyone in Canada urge the government to terminate its agreement with NewLink Genetics, and, if so, (i) who did so, (ii) on what dates, (iii) why; (dd) did anyone outside Canada request that Canada cancel NewLink's rights under the license, and, if so, (i) who did so, (ii) on what dates, (iii) why; (ee) did the government terminate the agreement, (i) if so, why, (ii) if not, why not; (ff) if the government terminated the agreement with NewLink Genetics, would Merck have paid the government the $30 million up front and $20 million once larger formal trials begun that went to NewLink Genetics, and would the government have been eligible to receive royalties on sales in certain markets; (gg) did the government approve of NewLink Genetics sub-licensing the vaccine to Merck; (hh) on what date did the government pay for IDT Biologika, to manufacture approximately 1 500 vials of the vaccine suitable for human trials, (i) how much was paid, (ii) was the Department of Defence involved, and, if so, why, (iii) did the Department of Defence contribute any funds; (ii) on what date did the Ebola outbreak begin in West Africa; (jj) on what date did the government reveal it had in storage an experimental vaccine that might be of use in combating the epidemic; (kk) on what date did the government offer vaccine to the World Health Organization (WHO); (ll) how many vials were sent to the WHO by the government, (i) on what date did the vials arrive, (ii) were there any delays; (mm) what are the results of the eight, phase l clinical trials in terms of (i) safety, (ii) immunogenic response, (iii) dose strength for phase 2/3 clinical trials; (nn) on what date did phase 2/3 clinical trials begin in Guinea, Liberia, and Sierra Leone; and (oo) what was the government’s involvement overall, broken down by (i) expertise, (ii) funding, (iii) personnel, (iv) other?
Response
(Return tabled)

Question No. 1162--
Ms. Jinny Jogindera Sims:
With regard to the Temporary Foreign Worker Program: (a) for 2013 and 2014, what was the average length of time between the receipt of an application for a Labour Market Opinion (LMO) and the issuance of a decision, broken down by province; (b) for 2014 and 2015, what was the average length of time between the receipt of an application for a Labour Market Impact Assessment (LMIA) and the issuance of a decision, broken down by (i) year, (ii) month, (iii) province; (c) for 2013 and 2014, what was the average length of time between the receipt of an application for an LMO for the Live-In Caregiver Program and the issuance of a decision, broken down by province; (d) for 2014 and 2015, what was the average length of time between the receipt of an application for an LMIA for the Caregiver Program and the issuance of a decision, broken down by (i) year, (ii) month, (iii) province; (e) for 2014, how many LMO were approved for the Live-In Caregiver Program, broken down by (i) month, (ii) province; and (f) for 2014 and 2015, how many LMIA were approved for the Caregiver Program, broken down by (i) month, (ii) province?
Response
(Return tabled)

Question No. 1164--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to the National Strategy for Financial Literacy “Phase 1: strengthening seniors' financial literacy campaign”: (a) how much money has been spent to date on developing and implementing the campaign; (b) when will the campaign be launched; (c) what is the budget for the campaign; (d) what individuals and organizations were consulted on the development of the campaign; (e) what measure will be undertaken to promote the campaign; and (f) will there be paid public advertising for the campaign and, if so, what is the budget for that advertising?
Response
(Return tabled)

Question No. 1167--
Hon. Gerry Byrne:
With regard to Transport Canada and Marine Atlantic Incorporated, for fiscal years 1998 to 2007, and for fiscal years 2007-2008 to 2014-2015, respectively, while taking into consideration any transition to new accounting periods: (a) what was the (i) annual parliamentary appropriation supplied to Marine Atlantic Incorporated, (ii) total annual revenue collected from users, (iii) annual gross revenue; (b) what was the percentage of cost recovery from users broken down by (i) company-wide operations, (ii) the Port aux Basques to North Sydney route operations, (iii) the Argentia to North Sydney route operations; (c) based on the information provided in (b), what capital and what operational inputs are generally included in items (i) to (iii) respectively; (d) what rates have been charged to users for each type of service offered by Marine Atlantic Incorporated during this period and what was the effective net rate for each such service, broken down by any (i) additional service fees, (ii) fuel surcharges, (iii) security fees, (iv) all other incremental fees or charges that may have been applied; (e) what was the first year that a fuel surcharge was applied to any rates; and (f) has there been a year in which the previous year’s fuel surcharge was rolled into or combined with the previously established rates, and subsequently, a new fuel surcharge established over and above the new rate?
Response
(Return tabled)

Question No. 1168--
Hon. Gerry Byrne:
With regard to Transport Canada and Marine Atlantic Incorporated: (a) what were the costs incurred to refit each vessel to comply with Canadian safety standards or to refurbish or alter the vessels in any way before Marine Atlantic took possession of each vessel, for the (i) Motor Vessel (MV) Atlantic Vision, (ii) MV Blue Puttees, (iii) MV Highlanders; (b) what were the costs incurred to refit each vessel to comply with Canadian safety standards or to refurbish or alter the vessels in any way after Marine Atlantic took possession of each vessel in (a); (c) what were the annual lease costs paid out from 2008-09 to the present, as well as the anticipated annual lease costs for each vessel in (a); (d) what, if any, is the pre-negotiated purchase price for each vessel if they were to be purchased from their owners by Transport Canada or Marine Atlantic at the end of their current leases, for each vessel in (a); (e) what are the anticipated costs to Transport Canada or to Marine Atlantic of not renewing the vessel leases beyond the current terms and returning the vessels to their owners for each vessel in (a); and (f) based on the information in (e), what are the details of these costs?
Response
(Return tabled)

Question No. 1170--
Hon. Gerry Byrne:
With regard to Marine Atlantic Incorporated, during fiscal years 1998 to 2007 and 2007-2008 to 2014-2015, respectively, while taking into consideration any transition to new accounting periods, and broken down by the specific route and by the specific vessel within the fleet that was involved: (a) how many times in each month of every year was a scheduled ferry crossing delayed, and how long did each delay last, due to (i) mechanical issues, (ii) weather related issues, (iii) a combination of weather and mechanical issues; (b) how many times in each month of every year was a scheduled crossing cancelled due to (i) mechanical issues, (ii) weather issues, (iii) other issues; (c) were there ever periods of time in which Transport Canada or Marine Atlantic Incorporated believed that Term 32 of the Terms of Union between Newfoundland and Labrador and Canada was not being fulfilled and, if so, what were these periods of time and what was understood to be the cause of the failure to fulfill this constitutional obligation; (d) did Transport Canada or Marine Atlantic ever receive advice from an outside consultant concerning the optimal ferry vessel size and vessel specifications for the Port aux Basques to North Sydney ferry service and, if so, of all the options that were analyzed, was there a particular hull size that was believed by the consultants to likely be the most optimal for operations on this service and, if so, (i) what was this hull size , (ii) what were there reasons given for this conclusion; and (e) what is the definition of the constitutional term “as traffic offers” in government documentation, and what are the specific service delivery standards or operational standards required for compliance with this constitutional obligation, in terms of traffic offering and the government delivering the transportation by means of the ferry service?
Response
(Return tabled)

Question No. 1175--
Mr. Scott Simms:
With regard to Marine Atlantic Incorporated: (a) what are all projects, initiatives, or expenditures stemming from the five-year investment fund announced in the 2010 federal budget, broken down by: (i) cost, (ii) date, (iii) timelines, (iv) rationales for each project or initiative; (b) what are the details of all government correspondences and documentations relating to the five-year investment, including (i) relevant file or tracking numbers, (ii) correspondence or file type, (iii) subject, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials, agencies, departments, or contractors copied or involved; (c) what are the details of all government correspondences and documentation concerning Marine Atlantic Incorporated as it relates to the Ferry Services Stewardship and Support Program and the Transportation Infrastructure Program through Transport Canada since the creation of these programs, including (i) relevant file or tracking numbers, (ii) correspondence or file type, (iii) subject, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials, agencies, departments, or contractors copied or involved; (d) has Marine Atlantic undertaken any advertising or marketing of the promotional discount campaign for the North Sydney-Argentia run and, if so, what has been done, broken down by (i) date, (ii) cost, (iii) medium, (iv) targeted audiences; (e) again with respect to the promotional discount campaign, (i) what is the rationale in detail concerning the status and future planning of the promotional discount campaign for ferry services, (ii) what is the rationale in detail why the promotional discount campaign was not applied to the Port aux Basques-North Sydney run, (iii) was any public opinion research conducted prior to launching the promotional discount campaign and, if so, what are the details of any such research; and (f) what are the details of all government correspondences and documentation concerning the promotional discount campaign, including (i) relevant file or tracking numbers, (ii) correspondence or file type, (iii) subject, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials, agencies, departments, or contractors copied or involved?
Response
(Return tabled)

Question no 1148 --
M. Mark Warawa:
En ce qui concerne le financement gouvernemental dans la circonscription de Chilliwack—Fraser Canyon, au cours de chaque exercice depuis 2005-2006 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe, ventilés selon (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l’organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l'annonçant a-t-il été publié et, le cas échéant, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1150 --
M. Emmanuel Dubourg:
En ce qui concerne la Loi sur la taxe d’accise, en particulier l’article 1.2 de la partie II de l’annexe V, quant à son application aux examens, rapports et certificats médicaux depuis le 21 mars 2013 et son application aux fournitures « admissibles » de soins de santé: a) quelles fournitures ne sont plus considérées comme des fournitures admissibles de soins de santé et sont maintenant assujetties à la TPS/TVH; b) quels services rendus par des professionnels et des praticiens de la santé sont maintenant taxables; c) quels rapports, évaluations, examens et certificats sont maintenant assujettis à la TPS/TVH pour chacun des services de santé suivants, (i) psychologie, (ii) travail social, (iii) psychiatrie, (iv) médecine, (v) optométrie, (vi) ergothérapie, (vii) chiropractie, (viii) physiothérapie, (ix) soins infirmiers, (x) diététique, (xi) hygiène dentaire, (xii) services de laboratoire; d) quels intervenants et organismes professionnels le ministère des Finances a-t-il consultés au sujet de cette modification fiscale; e) quels intervenants et associations professionnelles l’Agence du revenu du Canada a-t-elle consultés au sujet de cette modification fiscale; f) quelles recettes le gouvernement percevra-t-il chaque année, de 2013 à 2020, à la suite de cette modification fiscale; g) quelles recettes le gouvernement percevra-t-il chaque année, de 2013 à 2020, pour chaque type de rapports, évaluations, examens et certificats maintenant assujettis à la TPS/TVH; h) quelles décisions judiciaires ont servi de fondement à la nouvelle définition de l’expression fourniture admissible de soins de santé; i) pour chaque fourniture, service, évaluation, examen, certificat et rapport mentionné en a), b) et c), un praticien de la santé pourrait-il facturer, directement ou indirectement, la TPS/TVH à un ancien combattant canadien; j) pour chaque fourniture, service, évaluation, examen, certificat et rapport mentionné en a), b) et c), un psychologue, un psychiatre, un travailleur social, un thérapeute matrimonial et familial autorisé ou un gestionnaire de soins cliniques figurant sur la liste des fournisseurs autorités d’Anciens Combattants Canada pourrait-il facturer, directement ou indirectement, la TPS/TVH à un ancien combattant canadien; k) le gouvernement a-t-il l’intention de recouvrer cette taxe rétroactivement; l) les rapports, évaluations, examens et certificats suivants sont-ils soumis à la TPS/TVH, (i) évaluation en matière de garde pour la cour supérieure, (ii) dossier de détermination d’un handicap, (iii) évaluation psychologique de personnes atteintes de troubles du développement établies en vue d’appuyer des demandes pour des programmes et des services de soutien, de réadaptation et d’intégration sociale?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1154 --
M. Bruce Hyer:
En ce qui concerne les fonds alloués dans la circonscription de Thunder Bay—Superior-Nord, ventilés par exercice, de 2011-2012 à aujourd’hui: a) quel est le montant total des fonds alloués ventilés par (i) ministère, (ii) agence, (iii) programme, (iv) toute autre entité gouvernementale; b) à combien estime-t-on le nombre d’emplois créés grâce à ces fonds, ventilés par (i) emplois à temps plein, (ii) emplois à temps partiel?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1155 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne le vaccin anti-Ebola développé au Laboratoire national de microbiologie (LNM): a) à quelle date la recherche sur ce vaccin a-t-elle débuté; b) quel est le nom des scientifiques qui ont participé à la recherche, et quels sont leurs postes; c) pourquoi a-t-on décidé de faire une recherche pour ce vaccin; d) la recherche a-t-elle été entreprise dans un contexte anti-bioterrorisme et, le cas échéant, quand et selon quel mandat précis; e) qui a financé la recherche et le développement du vaccin; f) le gouvernement du Canada était-il le seul à financer la recherche et le développement; g) combien le gouvernement a-t-il versé d’argent en financement, ventilé par (i) pourcentage, (ii) ministère, (iii) date, (iv) montant de la contribution; h) à quelle date a-t-on constaté une réaction immunitaire puissante au vaccin; i) à quelle date les conclusions de la recherche ont-elles été publiées et dans quelle revue scientifique et, si elles n’ont pas été publiées, pourquoi; j) à quelle date le vaccin a-t-il été breveté et quand la demande de brevet initiale a-t-elle été déposée; k) dans quels pays le vaccin est-il breveté; l) pendant précisément quelle période le vaccin a-t-il été produit, (i) combien a-t-on produit de fioles, (ii) qui était au courant de cette production, (iii) comment ont-ils été avisés; m) a-t-on tenu un processus concurrentiel pour vendre les droits relatifs aux licences ou autres droits concernant le vaccin; n) si le processus mentionné en m) a été tenu, (i) qui a élaboré les critères pour les droits relatifs aux licences ou autres droits, ventilé par titre et ministère, (ii) quels étaient les critères pour obtenir les droits relatifs aux licences ou autres droits, (iii) à quelle date le processus concurrentiel a-t-il été lancé, (iv) combien de sociétés ont présenté une soumission pour les droits, (v) quelles sociétés ont soumissionné pour les droits et à quelle date, (vi) de quelle façon NewLink Genetics (qui comprend BioProtection Systems Corporation) répondait-elle aux critères pour les droits relatifs aux licences ou autres droits; o) à quelle date NewLink Genetics a-t-elle reçu les droits relatifs aux licences ou autres droits; p) quelle expérience NewLink Genetics compte-t-elle dans les vaccins, surtout en ce qui concerne la capacité de production; q) quels produits de NewLink Genetics avaient atteint le stade de production commerciale au moment de la soumission et de l’achat des droits; r) à quelle date NewLink Genetics a-t-elle acheté les droits relatifs aux licences ou autres droits auprès de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), et à quel coût; s) dans le cadre du contrat de licence, NewLink Genetics devait-elle respecter certaines étapes et un certain échéancier, (i) le cas échéant, quand, (ii) sinon, pourquoi; t) dans le cadre du contrat de licence, quel pourcentage des redevances NewLink Genetics verserait-elle au Canada sur les ventes du vaccin; u) à ce jour, combien le gouvernement a-t-il tiré de revenus de l’homologation du vaccin, ventilé par (i) paiements versés à l’avance, (ii) paiements d’étape, (iii) tout autre paiement; v) certains scientifiques ou membres du personnel du LNM ou de l’ASPC sont-ils associés, ont-ils des liens, ont-ils des intérêts monétaires ou commerciaux ou toute autre association avec NewLink Genetics et, le cas échéant, lesquels; w) des représentants canadiens et le titulaire de la licence se réunissent-ils chaque année en personne comme l’exige l’article 7.9 du contrat de licence et, le cas échéant, pour toutes ces réunions, quels sont (i) les dates, (ii) les lieux, (iii) le nom de toutes les personnes présentes; x) à quelle date NewLink Genetics a-t-elle commencé les essais cliniques du vaccin; y) combien de temps s’est écoulé entre le début de la relation commerciale avec NewLink Genetics et le début des essais cliniques, ventilé par (i) jours, (ii) mois, (iii) années; z) comment a-t-on expliqué le délai mentionné en y); aa) le gouvernement s’est-il informé des progrès des essais cliniques et, le cas échéant, à quelles dates précisément et, sinon, pourquoi; bb) dans le contrat de licence entre le Canada et NewLink Genetics, le Canada a-t-il le droit de laisser d’autres sociétés fabriquer le vaccin pour l’utiliser dans d’autres pays « à des fins de compassion » si NewLink n’a pas reçu l’approbation réglementaire pour le vaccin dans le pays visé; cc) quelqu’un au Canada a-t-il prié le gouvernement de résilier le contrat avec NewLink Genetics et, le cas échéant, (i) qui, (ii) quand, (iii) pourquoi; dd) quelqu’un à l’extérieur du Canada a-t-il demandé au Canada d’annuler les droits de NewLink en vertu de la licence et, le cas échéant, (i) qui, (ii) quand, (iii) pourquoi; ee) le gouvernement a-t-il résilié le contrat, (i) le cas échéant, pourquoi, (ii) sinon, pourquoi; ff) si le gouvernement a résilié le contrat avec NewLink Genetics, Merck aurait-elle versé au gouvernement les 30 millions de dollars à l’avance et la somme de 20 millions au début des essais officiels à plus grande échelle qui est allée à NewLink Genetics, et le gouvernement aurait-il pu recevoir des redevances sur les ventes dans certains marchés; gg) le gouvernement a-t-il approuvé la cession par NewLink Genetics d’une sous-licence à Merck; hh) à quelle date le gouvernement a-t-il payé IDT Biologika pour fabriquer quelque 1 500 fioles de vaccin destinées aux essais sur les humains, (i) quelle somme a été versée, (ii) le ministère de la Défense était-il impliqué et, le cas échéant, pourquoi, (iii) le ministère de la Défense a-t-il versé des fonds; ii) à quelle date l’épidémie d’Ebola a-t-elle débuté en Afrique occidentale; jj) à quelle date le gouvernement a-t-il révélé qu’il avait en réserve un vaccin expérimental qui pourrait être utilisé pour combattre l’épidémie; kk) à quelle date le gouvernement a-t-il offert le vaccin à l’Organisation mondiale de la santé (OMS); ll) combien de fioles le gouvernement a-t-il envoyées à l’OMS, (i) à quelle date les fioles sont-elles arrivées, (ii) y a-t-il eu des retards; mm) quels sont les résultats des huit essais cliniques de la phase I en termes (i) d’innocuité, (ii) de réponse immunogène, (iii) de concentration de la dose pour les phases 2 et 3; nn) à quelle date les phases 2 et 3 des essais cliniques ont-elles débuté en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone; oo) quelle a été la participation du gouvernement, ventilée par (i) expertise, (ii) financement, (iii) personnel, (iv) autres?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1162 --
Mme Jinny Jogindera Sims:
En ce qui concerne le Programme des travailleurs étrangers temporaires: a) pour 2013 et 2014, quel est le temps moyen écoulé entre la réception d’une demande d’avis relatif au marché du travail et la prise de la décision, ventilé par province; b) pour 2014 et 2015, quel est le temps moyen écoulé entre la réception d’une demande d’étude de l’impact sur le marché du travail et la prise de la décision, ventilé par (i) année, (ii) mois, (iii) province; c) pour 2013 et 2014, quel est le temps moyen écoulé entre la réception d’une demande d’avis relatif au marché du travail dans le cadre du Programme des aides familiaux résidants et la prise de la décision, ventilé par province; d) pour 2014 et 2015, quel est le temps moyen écoulé entre la réception d’une demande d’étude de l’impact sur le marché du travail dans le cadre du programme des aides familiaux et la prise de la décision, ventilé par (i) année, (ii) mois, (iii) province; e) pour 2014, combien d’avis relatifs au marché du travail ont été approuvés dans le cadre du Programme des aides familiaux résidants, ventilés par (i) mois, (ii) province; f) pour 2014 et 2015, combien d’études de l’impact sur le marché du travail ont reçu un avis positif dans le cadre du Programme des aides familiaux, ventilées par (i) mois, (ii) province?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1164 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne la stratégie nationale pour la littératie financière, plus précisément l’« Étape 1: Renforcer la littératie financière des aînés »: a) combien d’argent a été dépensé jusqu’à maintenant pour la création et la mise en œuvre de la campagne; b) quand la campagne sera-t-elle lancée; c) quel est le budget de cette campagne; d) quelles personnes et organisations a-t-on consultées pour l’élaboration de la campagne; e) quelle mesure prendra-t-on pour promouvoir la campagne; f) des messages publicitaires seront-ils diffusés dans le cadre de la campagne et, le cas échéant, quel est le budget prévu pour la publicité?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1167 --
L'hon. Gerry Byrne:
En ce qui concerne Transports Canada et Marine Atlantique S.C.C., pour les exercices 1998 à 2007 et 2007-2008 à 2014-2015, respectivement, tout en prenant en considération toute transition menant à de nouvelles périodes de référence: a) quels ont été (i) les crédits parlementaires annuels accordés à Marine Atlantique S.C.C., (ii) le total des revenus annuels perçus auprès des utilisateurs, (iii) le revenu brut annuel; b) quel a été le pourcentage de coûts récupérés auprès des utilisateurs, réparti en fonction (i) des activités menées à l’échelle de l’entreprise, (ii) des activités menées de Port-aux-Basques à North Sydney, (iii) des activités menées d’Argentia à North Sydney; c) d’après l’information fournie au point b), quels capital et contributions opérationnelles sont généralement inclus dans les catégories représentées respectivement aux points (i) à (iii); d) quels tarifs ont été imposés aux utilisateurs pour chaque type de services offerts par Marine Atlantique S.C.C. au cours de cette période et quel a été le taux net réel pour chacun de ces services, ventilé en fonction (i) des frais de service additionnels, (ii) des suppléments de carburant, (iii) des frais de sécurité, (iv) d’autres frais additionnels pouvant avoir été appliqués; e) quelle a été la première année où un supplément de carburant a été appliqué; f) y a-t-il une année pour laquelle le supplément de carburant de l’année précédente a été intégré ou combiné aux taux déjà établis et, subséquemment, un nouveau supplément de carburant a été établi au-delà du nouveau taux?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1168 --
L'hon. Gerry Byrne:
En ce qui concerne Transports Canada et Marine Atlantique S.C.C.: a) quels ont été les coûts engagés pour caréner chaque navire conformément aux normes canadiennes de sécurité ou pour radouber ou remettre en état d’une manière ou d’une autre les navires avant que Marine Atlantique ne prenne possession de chacun d’eux, pour (i) le Navire à moteur (NM) Atlantic Vision, (ii) le NM Blue Puttees, (iii) le NM Highlanders; b) quels ont été les coûts engagés pour caréner chaque navire conformément aux normes canadiennes de sécurité ou radouber ou remettre en état d’une manière ou d’une autre les navires après que Marine Atlantique a pris possession de chaque navire en a); c) quels ont été les coûts annuels de location à bail versés depuis 2008-2009 jusqu’à maintenant, ainsi que les coûts annuels de location à bail prévus pour toute la durée des baux actuels, pour chaque navire en a); d) le cas échéant, quel est le prix d’achat préalablement négocié de chaque navire si Transports Canada ou Marine Atlantique les achetaient aux propriétaires au terme des baux actuels, pour chaque navire en a); e) quels sont les coûts prévus pour Transports Canada ou Marine Atlantique s’il ne renouvelle pas les baux au-delà de la durée fixée et rend les navires à leurs propriétaires pour chaque navire en a); f) selon l’information contenue dans e), quels sont les détails de ces coûts?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1170 --
L'hon. Gerry Byrne:
En ce qui concerne Marine Atlantique S.C.C., les données fournies devant concerner les exercices 1998 à 2007 et 2007-2008 à 2014-2015, respectivement, tenir compte de la transition vers de nouvelles périodes comptables et être ventilées selon la traversée et le navire de la flotte visée: a) combien de fois durant chaque mois de chaque année une traversée prévue à l’horaire a été retardée, et combien de temps chaque retard a-t-il duré, selon qu’il s’agissait (i) de problèmes mécaniques, (ii) de mauvaises conditions météorologiques, (iii) d’une combinaison de problèmes mécaniques et de mauvaises conditions météorologiques; b) combien de fois durant chaque mois de chaque année une traversée prévue à l’horaire a été annulée en raison (i) de problèmes mécaniques, (ii) de mauvaises conditions météorologiques, (iii) d’autres facteurs; c) Transports Canada ou Marine Atlantique S.C.C. ont-ils jugé, durant certaines périodes, que la clause 32 des Conditions de l’union de Terre-Neuve au Canada n’était pas respectée et, si c’est le cas, de quelles périodes s’agit-il et à quelle cause le non respect de cette obligation constitutionnelle a t il été attribué; d) Transports Canada ou Marine Atlantique S.C.C. ont-ils déjà reçu d’un consultant externe des conseils au sujet de la taille ou des caractéristiques optimales des traversiers utilisés pour la traverse de Port aux Basques à North Sydney et, si c’est le cas, parmi toutes les options qui ont été analysées, les consultants ont-ils jugé qu’une certaine taille de coque était probablement la mieux adaptée à cette traverse et, si c’est le cas, (i) de quelle taille de coque s’agit-il, (ii) sur quelles bases cette conclusion s’appuie-t-elle; e) quelle est l'interprétation, dans la documentation gouvernementale, de l’expression constitutionnelle anglaise « as traffic offers » (en fonction de la demande), et quelles normes de service ou normes opérationnelles doivent être appliquées pour assurer le respect de cette obligation constitutionnelle, c’est-à-dire en ce qui concerne la prestation d’un service en fonction de la demande et le maintien, par le gouvernement, d’un service de transport par traversier?
Response
(Le document est déposé)

Question no 1175 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne Marine Atlantique S.C.C.: a) quels sont les projets, les initiatives ou les dépenses découlant du fonds d’investissement sur cinq ans annoncé dans le budget fédéral de 2010, ventilés par: (i) coût, (ii) date, (iii) échéance, (iv) bien-fondé, pour chaque projet ou initiative; b) quels sont les détails relatifs à toute la correspondance et documentation du gouvernement relativement au fonds d’investissement sur cinq ans, ce qui comprend (i) les numéros de dossier et de suivi pertinents, (ii) le type de correspondance ou de dossier, (iii) l’objet, (iv) la date, (v) l’objectif, (vi) l’origine, (vii) la destination prévue, (viii) les autres fonctionnaires, organismes, ministères ou entrepreneurs qui en ont reçu copie ou qui ont eu un rôle à jouer; c) quels sont les détails relatifs à toute la correspondance et documentation du gouvernement relativement à Marine Atlantique S.C.C. concernant le Programme de gérance des services de traversiers et de soutien et le Programme d’infrastructure de transport de Transports Canada depuis la création de ces programmes, ce qui comprend (i) les numéros de dossier et de suivi pertinents, (ii) le type de correspondance ou de dossier, (iii) l’objet, (iv) la date, (v) l’objectif, (vi) l’origine, (vii) la destination prévue, (viii) les autres fonctionnaires, organismes, ministères ou entrepreneurs qui en ont reçu copie ou qui ont eu un rôle à jouer; d) la société Marine Atlantique a-t-elle fait la publicité ou la promotion de la campagne de réduction promotionnelle pour le circuit North Sydney-Argentia et, le cas échéant, qu’est-ce qui a été fait, ventilé par (i) date, (ii) coût, (iii) média, (iv) public ciblé; e) toujours au sujet de la campagne de réduction promotionnelle, (i) quel est le bien-fondé en détail relativement à l’état de la campagne de réduction promotionnelle des services de traversiers et de sa planification future, (ii) pourquoi, en détail, la campagne de réduction promotionnelle n’a-t-elle pas été appliquée au circuit Port aux Basques-North Sydney, (iii) un sondage d’opinion publique a-t-il été mené avant de lancer la campagne de réduction promotionnelle et, le cas échéant, quels sont les détails de ce sondage; f) quels sont les détails relatifs à toute la correspondance et documentation relativement à la campagne de réduction promotionnelle, ce qui comprend (i) les numéros de dossier et de suivi pertinents, (ii) le type de correspondance ou de dossier, (iii) l’objet, (iv) la date, (v) l’objectif, (vi) l’origine, (vii) la destination prévue, (viii) les autres fonctionnaires, organismes, ministères ou entrepreneurs qui en ont reçu copie ou qui ont eu un rôle à jouer?
Response
(Le document est déposé)
8555-412-1148 Government funding8555-412-1150 Excise Tax Act8555-412-1154 Government funding8555-412-1155 Ebola vaccine8555-412-1162 Temporary Foreign Worker P ...8555-412-1164 National Strategy for Fina ...8555-412-1167 Marine Atlantic Incorporated8555-412-1168 Vessel related expenses8555-412-1170 Ferry service8555-412-1175 Marine Atlantic IncorporatedAdvertising ...Show all topics
View Julian Fantino Profile
CPC (ON)
View Julian Fantino Profile
2014-12-08 14:22 [p.10294]
Mr. Speaker, in fact there are back office positions in almost every segment of Veterans Affairs, and those are what veterans have been saying that we should in fact reduce.
A few examples: The government stopped asking veterans to show it their receipts for snow-clearing. That reduced almost 100 positions. In the disability benefit program, 12 photocopy and processing clerks were reduced when we moved to digitized medical records.
We make no apologies whatsoever for bringing forward savings that will reduce bureaucracy.
Monsieur le Président, il y a d'obscurs postes de bureaucrates dans toutes les divisions du ministère des Anciens Combattants. Ce sont ces postes que les anciens combattants nous ont demandé d'abolir.
Voici quelques exemples. Le gouvernement a cessé de demander aux anciens combattants de lui fournir leurs reçus pour les services de déneigement. Cette mesure nous a permis d'abolir presque 100 postes. En ce qui concerne le programme de prestations d'invalidité, 12 postes d'agents responsables des photocopies et de la manipulation des dossiers ont été éliminés lorsque nous avons fait la transition aux dossiers médicaux numériques.
Nous ne nous excuserons certainement pas de faire des économies qui nous permettront de réduire la bureaucratie.
View Julian Fantino Profile
CPC (ON)
View Julian Fantino Profile
2014-12-08 14:23 [p.10295]
Mr. Speaker, while the opposition wants to increase government bureaucracy, we are increasing front-line support services for veterans and their families, including the recently announced eight new front-line mental health clinics for our veterans. In the service delivery branch we are organizing three regional management centres into one in Montreal, reducing hundreds of managers, processing analysts, and administrative support clerks. We make no apologies for finding efficiencies in a bureaucracy and translating those into active front-line services for our veterans and their families.
Monsieur le Président, tandis que l'opposition veut alourdir la bureaucratie gouvernementale, nous accroissons le soutien de première ligne offert aux anciens combattants et à leur famille, notamment grâce à l'ouverture de huit nouvelles cliniques en santé mentale de première ligne à leur intention. Au sein du Secteur de la prestation des services, nous allons regrouper trois centres de gestion régionaux de Montréal en un seul centre, éliminant ainsi des centaines de postes de gestionnaires, d'analystes de traitement et de commis au soutien administratif. Nous n'avons pas à nous excuser de réduire les dépenses bureaucratiques et d'utiliser l'argent ainsi économisé pour offrir des services de première ligne aux anciens combattants et à leur famille.
View Julian Fantino Profile
CPC (ON)
View Julian Fantino Profile
2014-12-08 14:35 [p.10297]
Mr. Speaker, in our efforts to create more efficient, effective services for veterans and their families, we have done a number of things. We have opened or announced 21 new front-line medical facilities for veterans' mental health; worked with the ministry of family and resource centres to support medically-released veterans and their families; partnered with the True Patriot Love Foundation, which gave the largest single philanthropic donation to mental health research in Canadian history; hired new staff to help transfer medical files quicker and more efficiently from National Defence to Veterans Affairs; and I could go on.
Our focus is on front-line service delivery.
Monsieur le Président, nous avons pris un certain nombre de mesures pour fournir des services plus efficients et plus efficaces aux anciens combattants et à leurs familles. Nous avons procédé à l'ouverture, ou annoncé l'ouverture, de 21 nouvelles installations médicales de première ligne pour les anciens combattants ayant des problèmes de santé mentale; nous avons travaillé en collaboration avec le ministère de la famille et des centres de ressources pour appuyer les anciens combattants libérés pour des raisons médicales et leurs familles; nous avons travaillé en partenariat avec la fondation La patrie gravée sur le coeur, qui a fait le plus grand don philanthropique unique à la recherche sur la santé mentale de l'histoire canadienne; nous avons embauché de nouveaux membres du personnel pour que les dossiers médicaux soient transférés plus rapidement et plus efficacement du ministère de la Défense nationale au ministère des Anciens Combattants; et j'en passe.
Nous mettons l'accent sur la prestation de services de première ligne.
View Julian Fantino Profile
CPC (ON)
View Julian Fantino Profile
2014-12-08 14:37 [p.10297]
Mr. Speaker, as an example of the efficiencies we have created, we have transferred service delivery to some 600 Service Canada offices, closed a few offices and relocated them to Service Canada offices in the very same building.
Over the past 21 weeks, there have been 475 visits to those offices. To put that in perspective, it equates to 22 visits a week when averaged across the entire eight locations, or three per day across the entire network. Some offices get no traffic at all.
Monsieur le Président, voici un exemple de rationalisation: nous avons transféré la prestation de services à environ 600 bureaux de Services Canada. Nous avons fermé quelques bureaux pour les installer dans ceux de Services Canada, dans le même bâtiment.
Au cours des 21 dernières semaines, 475 personnes se sont rendues à ces bureaux. Mettons les choses en perspective: cela correspond en moyenne à 22 visites par semaine pour les 8 emplacements ou à 3 par jour pour l'ensemble du réseau. Certains bureaux sont complètement déserts.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 16:04 [p.9790]
Mr. Speaker, the member said he is going to support the bill, but then spoke on a range of other issues.
He spoke again about the closure of the veterans service offices, which were administrative points of contact but provided no benefits or actual programs to veterans.
In my area of Ontario, the Durham region, there are about 500,000 people, and we have never had one of those veterans affairs offices. The majority of the work done for our veterans has been done by the Legion's veterans service officers, who report in through their district officer right to Veterans Affairs Canada.
I would like to ask that member how veterans in the wider Guelph area have been served over the last several decades. Have they had a veterans affairs office in their community, or have they, for 50 years or so, used veterans service officers from the Legion?
Monsieur le Président, le député a dit qu’il allait appuyer le projet de loi, puis il s’est mis à parler d’une foule d’autres sujets.
Il a encore parlé de la fermeture des bureaux de services pour les anciens combattants, qui étaient des points de contact administratifs, qui ne fournissaient aucun secours ni programme réel aux anciens combattants.
La région de l’Ontario d’où je viens, la région de Durham, compte environ 500 000 personnes, et nous n’avons jamais eu un de ces bureaux. La majorité du travail effectué pour nos anciens combattants l’a été par les agents d'entraide pour les anciens combattants de la Légion, qui rendent compte de leurs activités au ministère des Anciens Combattants par l’entremise de leur agent de district.
J’aimerais demander à ce député comment les anciens combattants de la grande région de Guelph ont obtenu des services au cours des dernières décennies. Avaient-ils un bureau dans leur ville, ou ont-ils, pendant près de 50 ans, eu recours aux agents d'entraide pour les anciens combattants de la Légion?
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 16:18 [p.9792]
Mr. Speaker, I thank the member for Random—Burin—St. George's for her remarks. One of the highlights of my time sailing aboard HMCS St. John's was travelling with Lieutenant Governor House and his wife on an outport visit through the member's riding, including small communities like Francois and some really charming parts of Canada. There are some wonderful people in her riding.
I will ask her the same question I asked her colleague from Guelph. Do veterans, whether traditional war veterans or newer veterans, who after active service return to Stephenville or Marystown or some of the smaller communities in her riding, use a bricks and mortar Veterans Affairs office or do they receive support mainly from veteran service officers at Legions in many of those towns?
Monsieur le Président, je remercie la députée de Random—Burin—St. George's de ses observations. L'un des faits saillants de mon passage à bord du NCSM St. John's a été de visiter avec le lieutenant-gouverneur House et son épouse de petits villages isolés de la circonscription de la députée, y compris dans les petites localités comme Francois et certaines belles régions du Canada. Il y a des gens fantastiques dans sa circonscription.
Je voudrais lui poser la même question que j'ai posée à son collègue de Guelph. Les anciens combattants — que ce soit ceux ayant servi en temps de guerre ou ceux qui ont servi plus récemment — qui retournent dans les petites localités comme Stephenville et Marystown après leur service se rendent-ils en personne au bureau d'Anciens Combattants Canada ou reçoivent-ils principalement le soutien des agents d'entraide de la Légion, présente dans bon nombre de ces localités?
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 16:24 [p.9793]
Mr. Speaker, to be honest with the House, I was not at first going to rise to debate Bill C-11 because I spoke at second reading on this bill. However, I stayed after question period to hear how much discussion of veterans hiring and the veterans hiring act there would be. Because so many members of the House chose to say quietly that they were going to support the bill, but then used it to talk about a range of other issues, I decided to speak yet again.
It is always an honour for me to speak in the House on issues related to the Canadian Forces and our veterans, and particularly to try to raise the level of debate, to try to bring some statistics and facts to bear on it, as well as to highlight some of the amazing work being done by non-governmental actors in both the rehabilitation and particularly the retraining and employment of our veterans. I did that at second reading, highlighting some exceptional Canadian leaders in that regard. I will do a bit more of that today.
Going back to Bill C-11, as I said in my previous speech in the House, this has an important impact on a small number of veterans, but perhaps more importantly, it is massively symbolic, as the Canadian government is one of the largest employers, if not the largest employer, in the country. Bill C-11 states that after three years of honourable service in the Canadian Forces, people who transition out of the forces and become veterans will have priority one hiring in the rest of the civil service for a five-year period. We have heard some members of this House state that they still have to qualify for the position; of course they do. Veterans who leave the Canadian Forces, when they hang up their uniform, have an amazing range of skills and experience.
In fact, last night after I appeared on a panel and tried desperately for the second time to explain how the estimates process in the House works to my friend from Guelph, a retired Canadian Forces captain from Chester, Nova Scotia, emailed me to say he shared my frustration with the lack of uptake with my friends. He told his story to me of how he served for several years in the Canadian Forces and then transitioned to 20-plus years as a foreign service officer for Canada. Certainly, it has been the experience, from the Great War right through to today, that we have seen a lot of citizen soldiers, and soldiers who become corporate leaders and productive business owners and entrepreneurs. It is up to the veterans to qualify for positions, but they will get priority one hiring, meaning that if there are several eligible candidates, veterans with service-related injuries would get the priority hiring.
It is important to see who could be impacted by this because it is not a couple of people, as some of my colleagues in this debate have suggested. There are about 4,000 men and women who release from the Canadian Forces each year. The majority of those are regular retirements or completions of service contracts. When I left after 12 years, I would have been among the several thousand people that year to transition out. However, there are over 1,200 members of all ranks who leave because of medical release. That could be everything from those who have had an injury right through to those whose medical category might have changed, like a pilot's vision declining before getting his or her wings. Twelve hundred is a big number, and the vast majority of those would have post-secondary education, because now both non-commissioned members of the Canadian Forces and officers tend to have at least a college or a bachelor's degree. In some of the specialized trades within the Canadian Forces, the members have some of the most cutting-edge training in technology, intelligence-gathering, communications, and signals. These are in-demand services also used by other departments within the government. Many of them would also be bilingual, having either joined the Canadian Forces with a bilingual background or received training over the course of their time in uniform, therefore making them even stronger candidates for some of the work with the federal government.
The bill puts a five-year timeframe on it because that is an appropriate timeframe for the priority hiring. That five-year period would allow that veteran to accept the training or vocational support as part of their retirement or departure from the Canadian Forces. They would be able to educate, potentially move back to their place of enrolment or place in Canada, and that period gives them that chance.
I am proud that our government has dramatically increased what a veteran can get in terms of retraining and education assistance. There are higher numbers of education assistance while they are in uniform in the Canadian Forces and there is more outside. In fact, the total envelope that an individual veteran could get, depending on their background, their time in and what courses they take, is in the tens of thousands of dollars of that retraining and re-education assistance. This would be accomplished within those first five years and that would be the period of time that priority hiring would be held for that veteran.
Now I will talk a bit about some of the other items people have addressed in the debate today to show that overall our government is making tremendous strides, particularly on the transition of men and women from uniform in the Canadian Forces to civilian life as a veteran.
In fact, one of the things the Auditor General's report from today highlights is that our government has invested heavily with Veterans Affairs and is working and meeting its objectives in rehabilitation and vocational assistance.
One of my friends in the House suggested that was focusing on a small in the Auditor General's audit on veterans mental health. No, that was one of the two major categories at which the auditor looked. He looked at 4,600 veterans with a mental health condition of some sort. The department's goal was to ensure that veterans could qualify for this rehabilitation and vocational assistance. The goal was 80% to qualify and be on the program within two weeks within the department. The Auditor General showed that 84% were getting on to that program within the two week goal.
In the case of rehabilitation and vocational assistance, this is directly germane to this debate because it is about transitioning and allowing veterans to get the education or training to become a priority hire of the federal government, or a great hire for the private sector. The Auditor General is saying that we are getting that pretty much right. As a veteran, I would love to see 100% within two weeks. We should always strive to do a little better, but in the House, we should also strive to actually look at a report that comes out like this.
It is important, because we asked the Auditor General to look at mental health. We wanted to see where we were doing well and where we had to improve, because we are investing heavily. The Auditor General suggested $500 million each year earmarked specifically for mental health support.
On the weekend, there was a new announcement about even more money, but it is also about performance and whether that money is making the intended impact. That is why our government asked the Auditor General to look at this area. That is important context.
Another thing about the Auditor General's report that I take as a good indication is some of the statistics. The big one shows that we are finally addressing the issue of stigma, which haunts mental health, not just in the veterans community, but the mental health discussion across the country. Stigma affects the ability of somebody to come forward and ask for help.
I have spoken in the House before about the MP from my riding 100 years ago, Sam Sharpe, who served at Vimy as a sitting MP and took his own life on return from World War I at the Royal Victoria Hospital from shell shock. We have not been dealing well throughout our history with post traumatic stress, with mental illness as a result of service. We still have a way to go, but we are getting better.
What did the Auditor General say?
Ten years ago, there were only about 2% who would identify as a medically-released veteran with a mental health injury. Now, it is 12%. There has been a 10% increase. Some of that would be attributable to the fact that we were engaged in a combat mission in Afghanistan, certainly, but I think all members, and certainly any advocates in the mental health community, would also say that the reason we are seeing that higher number over such a short period of time is we are finally getting to the stigma issue and more Canadians are willing to come forward to seek treatment, some of which is innovative and can really help them get back to leading a fully productive life as not just a soldier but as a father or a mother. Getting rid of that stigma allows them to get the support quicker.
I read in the news the other day about a veteran who was concerned that he went undiagnosed from his tour in Bosnia years ago. That is likely because the Canadian Forces, and really society 20 years ago, was not doing well in this area. The first operational stress injury clinic for the Canadian Forces was not opened until 2002. There were two, perhaps a third almost opened under the previous government. We have opened an additional 12 to 14 in that time. On the weekend, we that a new one would open in Halifax and satellite offices in another seven communities, bringing the total up to 25, to spread that operational stress injury clinic network across the country. Therefore, when men and women leave the Canadian Forces, they have support regardless of where they live.
The Auditor General has shown that more Canadians are coming forward to get the help they need. That training and educational assistance, which I said numbers in tens of thousands of dollars, can help them retrain and be ready for an opportunity in the federal public service as a priority one hire under the veterans hiring act, BillC-11, or within the private sector.
I would like to showcase some of the leadership going on across the country when it comes to hiring our veterans.
Non-profit charitable groups like Canada Company has a hiring program with employers, engaging them, reaching out to veterans and trying to plug them into opportunities. Someone I served in the military with, Walter Moniz, works diligently on that program for Canada Company, and I would like to thank Blake Goldring for starting Canada Company and this program on hiring and transition for our veterans.
True Patriot Love, a charity that I had been involved in forming prior to my time in Parliament, hosted a conference called “From Battlefield to Boardroom”, It was focused at human resources leaders within companies so they could learn about the value of hiring a veteran and learn what the difference between a corporal and a colonel was. This is self-evident when one is in uniform, but it is not as evident to civilian employers or an HR department if they have no familiarity with military service and the experience that those Canadians would have. At that “From Battlefield to Boardroom” conference were veterans who secured jobs when employers realized what a tremendous opportunity they were for their company.
Finally, I have also spoken in the House on a few occasions about a really exceptional group called Treble Victor. That is a group of former military members, not just from the Canadian Forces but also from our allied forces. There are some British, French, and South African veterans who are volunteers. They served some time in uniform and now want to help men and women leave and transition into meaningful post-CF employment. These people have busy careers and lives but volunteer their time to meet with employers and to mentor the men and women of the Canadian Forces transitioning
I have had the good fortune of working with Treble Victor for many years and want to applaud it on its efforts, again. Tim Patriquin is the current head of Treble Victor, and I want to thank them for their work.
I should also add that one of the carpenters' unions and its members have also done a tremendous job in reaching out directly. I have met some of their leadership who are reaching out and giving opportunities within the skilled trades.
With all of these groups, such as non-governmental operators, charities and people volunteering their time, is it not important that the government shows that it is also putting the hiring of veterans as a priority? I think I said at second reading that whether Bill C-11 hires 10 people or 100 people, the symbolism of it is as important as the men and women who may benefit from it. It shows that the federal government, as one of the largest employers in the country with coast to coast reach, puts a priority on hiring our veterans, particularly those who exit as a result of an injury or a medical category change of some sort. The federal government has the obligation to show leadership on this front, and Bill C-11 is the embodiment of this.
I would like to return to a subject that I have spoken about several times in the House and that, sadly, has become so politicized we cannot even have an honest debate about it, which is the nine regional Veterans Affairs bricks and mortar offices that were closed. I asked the members for Guelph and Random—Burin—St. George's if veterans in their ridings used a bricks and mortar office. I would invite Canadians to check Hansard. They will see the members did not answer that question.
In fact, while I was on a political panel with the defence critic from the Liberal Party, I suggested the Legion played an important role in helping veterans access their benefits and services. I was mocked for that position. I think she said something like I was outsourcing to the Legion. The Legion, which was created in 1925 and in 1926 became incorporated by a special act of Parliament in the House, was empowered from its start to help support our veterans.
There is actually no better network of people helping our veterans than Legion veterans service officers. They have done it for generations. That is the real answer to the question that my friend from Random—Burin—St. George's did not want answer. In small communities like Stephenville and Marystown in her riding, there was never a bricks and mortar office. Were the veterans not helped or ignored for 50 years? No. In the vast majority of cases, they were helped by their veterans service officers, who have a direct link into Veterans Affairs Canada.
In the Auditor General's report today, the Auditor General asked some of the veterans service officers their thoughts on some of the cumbersome administrative forms used in their help with veterans. The Auditor General asked the Legion about how we could maybe make some of these administrative forms and the delays from them shorter. Our Conservative government already moved on that to reduce the application from seven pages to three, or something like that. The Auditor General went back to veterans service officers from the Legion to once again ask if the changes had been beneficial. It is in his report.
This is the issue that we do not talk about in a rational way. Our government has the obligation to provide support and access to that support for veterans who are in their late 20s from Afghanistan to veterans in their 90s, some of whom are in Italy right now, visiting Ortona and the places that they helped to liberate. We have to do that, not by staying put with the way things were done in the 1950s. As a veteran, it is important for us to do what we are doing, opening 18 to 25 operational stress injury clinics across the country that actually deliver services. We are not doing things in a way that involves only eight or nine people walking into an office to fill in forms.
I hope the veterans hiring act is not just an opportunity to revisit why it is so important for the federal government to lead in this category and this issue. I hope it is a good opportunity for all members of the House to try to bring a much more informed and dedicated debate to the House when it comes to veterans.
Monsieur le Président, pour être honnête avec la Chambre, je n'avais pas prévu de prendre la parole pour débattre du projet de loi C-11 parce que je l'avais fait à l'étape de la deuxième lecture. Toutefois, je suis resté après la période des questions pour entendre l'ampleur des discussions concernant l'embauche des anciens combattants et la Loi sur l'embauche des anciens combattants. Étant donné que beaucoup de députés ont déclaré, discrètement, qu'ils appuieront le projet de loi, puis se sont servis de leur temps de parole pour soulever une variété d'autres questions, j'ai décidé de reprendre la parole.
C'est toujours un honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre pour débattre d'enjeux concernant les Forces canadiennes et nos anciens combattants, et, surtout, pour essayer de rehausser le niveau du débat, pour essayer de présenter des statistiques ainsi que des faits à prendre en considération, et pour souligner le travail exceptionnel qu'accomplissent des acteurs non gouvernementaux dans le domaine de la réadaptation, et, plus particulièrement, le recyclage professionnel et l'emploi de nos anciens combattants. Je l'ai fait à l'étape de la deuxième lecture où j'ai parlé de chefs de file canadiens exceptionnels dans ce domaine. Je vais poursuivre dans cette voie aujourd'hui.
Pour revenir au projet de loi  C-11, comme je l'ai dit dans mon discours précédent, il aura une incidence considérable sur un petit nombre d'anciens combattants, mais peut-être plus important encore, il sera extrêmement symbolique, étant donné que le gouvernement canadien est l'un des plus importants employeurs, sinon le plus important, au pays. Le projet de loi C-11 prévoit qu'après avoir servi de façon honorable pendant trois années dans les Forces canadiennes, les anciens combattants qui quittent les forces auront une priorité d'embauche sur le reste des fonctionnaires pour une période de cinq ans. Certains députés ont mentionné qu'ils doivent posséder les qualifications requises pour l'emploi. Ils les ont, c'est certain. Les anciens combattants qui quittent les Forces canadiennes, lorsqu'ils accrochent leur uniforme, possèdent un éventail incroyable de compétences et d'expériences.
En fait, après avoir témoigné devant un comité hier soir et tenté désespérément pour la deuxième fois d'expliquer comment le processus budgétaire fonctionne à la Chambre au député de Guelph, un capitaine à la retraite des Forces canadiennes de Chester, en Nouvelle-Écosse, m'a envoyé un courriel pour me dire qu'il est lui aussi frustré de constater le manque de participation des députés. Il m'a raconté son histoire. Il a servi pendant plusieurs années dans les Forces canadiennes, après quoi il a été agent du service extérieur pour le Canada pendant plus de 20 ans. Certes, l'expérience montre, depuis la Grande guerre jusqu'à aujourd'hui, que de nombreux soldats sont devenus des dirigeants d'entreprises et des entrepreneurs productifs. Il incombe aux anciens combattants de s'assurer qu'ils possèdent les qualifications requises pour le poste, mais ils auront la priorité d'embauche, c'est-à-dire que parmi plusieurs candidats admissibles, les anciens combattants qui souffrent de blessures liées au service militaire seront embauchés en premier.
Il importe de prendre conscience du nombre d'anciens combattants que cette mesure favoriserait, parce qu'ils ne seront pas qu'une poignée, comme certains députés l'ont laissé entendre au cours du débat. Chaque année, environ 4 000 hommes et femmes quittent les Forces armées canadiennes, majoritairement parce qu'ils prennent leur retraite ou que leur contrat est venu à échéance. À mon départ, après 12 années de service, j'étais certainement l'un des milliers de personnes qui, cette année-là, se sont réorientées. Cependant, plus de 1 200 soldats de tous rangs sont libérés pour des raisons médicales. Ce peut être n'importe quoi, aussi bien une blessure qu'un changement de catégorie médicale, comme pour un pilote dont la vue aurait baissé avant l'obtention de son brevet. Mille deux cents, c'est un chiffre important. L'immense majorité de ces personnes ont fait des études postsecondaires, car, de nos jours, aussi bien les militaires du rang que les officiers des Forces armées canadiennes détiennent généralement un diplôme collégial ou universitaire, si ce n'est plus. Dans certains métiers spécialisés des Forces armées canadiennes, les soldats reçoivent une formation à la fine pointe relativement aux appareils, à la recherche du renseignement, aux communications et aux signaux. Ce sont des services en demande auxquels font aussi appel d'autres ministères fédéraux. Beaucoup d'entre eux sont par ailleurs bilingues, que ce soit parce qu'ils l'étaient déjà lorsqu'ils se sont enrôlés ou parce qu'ils ont suivi de la formation pendant leurs années de service, ce qui en fait des candidats d'autant plus intéressants à certains postes de la fonction publique fédérale.
Le projet de loi prévoit un délai de cinq ans parce que c'est un délai suffisant pour l'embauche prioritaire. Pendant cette période de cinq ans, un ancien combattant pourrait accepter la formation ou le soutien professionnel offerts dans le cadre de son départ à la retraite ou de son départ des Forces canadiennes. Il pourrait acquérir une formation et, peut-être, retourner s'installer là où il s'était enrôlé ou ailleurs au Canada. Cette période lui en donnerait la possibilité.
Je suis fier que le gouvernement ait augmenté considérablement ce que les anciens combattants peuvent obtenir comme indemnité de recyclage professionnel ou d'études. Les indemnités d'études pendant qu'ils sont en service actif sont plus généreuses et d'autres sont prévues une fois qu'ils ont quitté les Forces canadiennes. De fait, selon ses antécédents, ses états de service et les cours qu'il suit, un ancien combattant pourrait recevoir des dizaines de milliers de dollars en aide au recyclage professionnel et aux études. Cela se ferait les cinq premières années et ce serait la période pendant laquelle la priorité d'embauche serait maintenue pour cet ancien combattant.
Je vais maintenant parler brièvement de quelques-uns des autres points soulevés dans le débat aujourd'hui pour montrer que, dans l'ensemble, le gouvernement fait d'énormes progrès, surtout au chapitre de la transition de nos militaires vers la vie civile.
En fait, un des éléments du rapport publié aujourd'hui par le vérificateur général souligne que le gouvernement a investi énormément dans le ministère des Anciens Combattants et qu'il s'efforce d'atteindre ses objectifs en matière de réadaptation et d'assistance professionnelle.
Un député a laissé entendre qu'il s'agissait d'un élément mineur de l'audit réalisé par le vérificateur général sur la santé mentale des anciens combattants. C'est faux; il s'agit plutôt de l'une des deux catégories principales sur lesquelles s'est penché le vérificateur général. Ce dernier a examiné la situation de 4 600 anciens combattants atteints d'un trouble de santé mentale. Le ministère souhaitait faire en sorte que les anciens combattants puissent être admissibles au programme de réadaptation et d'assistance professionnelle. L'objectif était de veiller à ce que 80 % d'entre eux soient admissibles au programme du ministère et à ce qu'ils y soient inscrits dans les deux semaines. Le rapport du vérificateur général révèle que 84 % des anciens combattants sont inscrits au programme dans le délai prévu.
La question de la réadaptation et de l'assistance professionnelle se rapporte directement au débat d'aujourd'hui puisqu'il s'agit d'assurer la transition des anciens combattants et de leur permettre d'obtenir l'éducation ou la formation nécessaire pour être embauchés en priorité par le gouvernement fédéral ou pour devenir d'excellents employés dans le secteur privé. Le vérificateur général dit que nous sommes assez efficaces à cet égard. En tant qu'ancien combattant, j'aimerais beaucoup que l'objectif de deux semaines soit atteint à 100 %. Le gouvernement devrait toujours s'efforcer de faire un peu mieux et, à la Chambre, nous devrions aussi prendre la peine d'examiner les rapports comme celui qui vient d'être publié.
C'est important, parce que c'est nous qui avons demandé au vérificateur général d'étudier la question de la santé mentale. Nous voulions connaître nos points forts et les points à améliorer puisque nous faisons des investissements considérables. Le vérificateur général a suggéré que l'on consacre chaque année 500 millions de dollars aux services de soutien en santé mentale.
Pendant la fin de semaine, on a annoncé le versement d'un montant encore plus élevé, mais il faut aussi tenir compte du rendement et s'assurer que l'argent aura les répercussions souhaitées. C'est pour cela que le gouvernement a demandé au vérificateur général de se pencher sur cette question. Il faut tenir compte du contexte.
J'estime aussi que le rapport du vérificateur général comporte certaines statistiques encourageantes. La plus importante de ces statistiques montre que nous nous attaquons enfin aux préjugés associés aux problèmes de santé mentale qui affectent les anciens combattants et l'ensemble des habitants du pays. Les préjugés peuvent empêcher certaines personnes de demander de l'aide.
J'ai déjà parlé à la Chambre de Sam Sharpe, un député qui représentait ma circonscription il y a 100 ans et qui a combattu à Vimy alors qu'il était député. Traumatisé, il s'est enlevé la vie à son retour de la Première Guerre mondiale, pendant qu'il séjournait à l'hôpital Royal Victoria. Au cours de notre histoire, nous n'avons pas très bien géré le stress post-traumatique et la maladie mentale qui découle du service militaire. Il nous reste encore du chemin à faire, mais nous avons fait des progrès.
Qu'en dit le vérificateur général?
Il y a 10 ans, seulement 2 % des anciens combattants libérés pour des raisons médicales affirmaient qu'ils avaient un problème de santé mentale. Aujourd'hui, ils sont 12 %, c'est une hausse de 10 %. Une partie de cette hausse peut être attribuable au fait que nous avons participé à une mission de combat en Afghanistan, mais je crois que tous les députés et, sans aucun doute, l'ensemble des intervenants du milieu de la santé mentale s'entendront pour dire que ce nombre a augmenté de façon aussi importante pendant une si courte période parce que nous nous attaquons enfin aux préjugés. De plus en plus de Canadiens sont prêts à admettre qu'ils ont besoin d'aide. Les traitements offerts sont parfois novateurs et peuvent les aider à reprendre une vie productive bien remplie, en tant que soldat, père ou mère. L'élimination des préjugés leur permettra d'obtenir le soutien dont ils ont besoin plus rapidement.
L'autre jour, j'ai lu dans le journal l'histoire d'un ancien combattant qui était préoccupé parce qu'il n'avait pas été diagnostiqué à son retour de mission en Bosnie il y a plusieurs années. C'est probable parce que, il y a 20 ans, les Forces canadiennes, comme la société en général, connaissaient mal ces troubles. Ce n'est qu'en 2002 que la première clinique des Forces canadiennes pour traumatismes liés au stress opérationnel a ouvert ses portes. Sous le gouvernement précédent, il y avait deux cliniques et une troisième a presque ouvert. Depuis ce temps, nous en avons ouvert de 12 à 14 de plus. Au cours de la fin de semaine, nous avons appris qu'une autre clinique allait ouvrir ses portes à Halifax, ainsi que des bureaux satellites dans sept autres collectivités, ce qui portera le nombre de cliniques à 25, et ce, afin d'étendre à tout le pays le réseau de cliniques pour traumatismes liés au stress opérationnel. Par conséquent, les hommes et les femmes qui quittent les Forces canadiennes obtiendront du soutien peu importe où ils habitent.
Le vérificateur général a indiqué que davantage de Canadiens se manifestent pour obtenir l'aide dont ils ont besoin. L'aide aux études et à la formation, qui s'élève à des dizaines de milliers de dollars comme je l'ai dit, peut contribuer à recycler ces personnes et à les préparer à saisir une occasion dans la fonction publique, grâce à l'embauche prioritaire prévue dans la loi sur l'embauche des anciens combattants, le projet de loi C-11, ou dans le secteur privé.
J'aimerais parler du leadership qui est mis en oeuvre dans tout le pays en matière d'embauche des anciens combattants.
L'organisme Compagnie Canada, un des groupes caritatifs sans but lucratif qui oeuvrent dans le secteur, dispose d'un programme d'embauche auprès d'employeurs qu'il mobilise. L'organisme tend la main aux anciens combattants et tente de les brancher sur des débouchés. Walter Moniz, avec qui j'ai servi dans l'armée, travaille avec zèle à ce programme pour Compagnie Canada. Je tiens également à remercier Blake Goldring qui a créé cet organisme et lancé ce programme d'embauche et de transition destiné à nos anciens combattants.
La Patrie gravée sur le coeur, un organisme de bienfaisance que j'ai contribué à créer avant d'arriver au Parlement, a tenu une conférence intitulée « Du champ de bataille à la salle de conférence ». Cet événement visait à informer les dirigeants des ressources humaines en entreprise des avantages d'engager un ancien combattant, et à leur enseigner la différence entre un caporal et un colonel. C'est l'évidence même pour ceux qui portent l'uniforme, mais pas pour un employeur ou un service de ressources humaines civil qui n'est pas familier avec le service militaire et l'expérience que possèdent ces Canadiens. Des anciens combattants ayant obtenu un emploi quand les employeurs ont compris l'atout formidable qu'ils représentaient pour leur entreprise ont participé à cette conférence.
Enfin, j'ai aussi parlé à plusieurs reprises à la Chambre d'un groupe vraiment exceptionnel, appelé Treble Victor. Il s'agit d'un groupe composé d'anciens militaires des Forces canadiennes et aussi des forces alliées. D'anciens combattants de l'Angleterre, de la France et de l'Afrique du Sud font du bénévolat au sein de ce groupe. Ils ont été militaires pendant un certain temps et ils veulent maintenant aider les hommes et les femmes qui quittent l'armée à faire la transition vers une carrière épanouissante. Ces gens sont très occupés, car ils ont des obligations personnelles et professionnelles, mais ils prennent tout de même le temps de rencontrer des employeurs et d'agir comme mentor auprès des hommes et des femmes des Forces canadiennes qui veulent faire la transition à la vie civile.
J'ai eu la chance de travailler avec le groupe Treble Victor pendant de nombreuses années, et encore une fois, je tiens à saluer ses efforts. Le groupe est en ce moment dirigé par Tim Patriquin, et je tiens à remercier tous ceux qui en font partie du travail qu'ils accomplissent.
J'ajouterais également que l'un des syndicats représentant les menuisiers et ses membres ont aussi accompli un travail remarquable puisqu'ils se sont adressés directement aux militaires. J'ai rencontré certains dirigeants du syndicat, qui s'adressent directement aux militaires et leur donnent l'occasion d'exercer un métier spécialisé.
N'est-il pas important que le gouvernement montre qu'il accorde lui aussi la priorité à l'embauche d'anciens combattants, comme le font d'autres groupes, qu'il s'agisse d'exploitants non gouvernementaux, d'organismes caritatifs ou encore de groupes de bénévoles? Je crois l'avoir déjà dit à l'étape de la deuxième lecture: que le projet de loi C-11 donne lieu à l'embauche de 10 ou de 100 personnes, ce qui compte, c'est son caractère symbolique, qui est tout aussi important que le nombre d'hommes ou de femmes qui pourraient en bénéficier. Ce projet de loi montre que le gouvernement fédéral, qui est l'un des plus importants employeurs au pays et a des bureaux dans toutes les régions du Canada, accorde la priorité à l'embauche de nos anciens combattants, plus particulièrement ceux qui quittent l'armée parce qu'ils ont été blessés ou parce qu'il y a un changement visant leur catégorie médicale. Le gouvernement fédéral doit faire preuve de leadership à cet égard, et c'est exactement l'objectif visé par le projet de loi C-11.
J'aimerais revenir sur un sujet dont j'ai parlé plusieurs fois à la Chambre et qui est malheureusement devenu un enjeu politique, à un point tel d'ailleurs que nous ne pouvons même plus en débattre franchement. Je parle bien sûr des neuf bureaux d'Anciens Combattants Canada qui ont fermé leurs portes. J'ai demandé aux députés de Guelph et de Random—Burin—St. George's de nous dire si les anciens combattants de leurs circonscriptions se rendaient en personne à ces bureaux. J'invite les Canadiens à consulter le hansard. Ils constateront que les députés n'ont pas répondu à cette question.
En fait, à l'occasion d'une tribune politique à laquelle j'ai participé avec la porte-parole du Parti libéral en matière de défense, j'ai affirmé que la Légion pouvait grandement aider les anciens combattants à obtenir les prestations et les services auxquels ils ont droit. Cette opinion a été accueillie par des railleries. Si je me souviens bien, la porte-parole a dit que je faisais de la Légion un sous-traitant. La Légion, établie en 1925 ou 1926, a été constituée en vertu d'une loi spéciale du Parlement. Depuis sa création, elle est habilitée à offrir du soutien aux anciens combattants.
Dans les faits, il n'existe pas de meilleur réseau que celui des agents d'entraide de la Légion pour aider les anciens combattants. C'est d'ailleurs ce qu'ils font depuis plusieurs générations. Voilà la vraie réponse à la question à laquelle ma collègue de Random—Burin—St. George's ne voulait pas répondre. Il n'y a jamais eu de bureau proprement dans les petites collectivités telles que Stephenville et Marystown, situées dans sa circonscription. Faut-il en conclure que les anciens combattants de ces localités n'ont reçu aucune aide, qu'on les a complètement oubliés pendant 50 ans? Non. La plupart d'entre eux ont pu compter sur l'aide des agents d'entraide de la Légion, qui maintiennent un lien direct avec Anciens Combattants Canada.
Comme on le voit dans le rapport publié aujourd'hui, le vérificateur général a demandé à des agents d'entraide de commenter certains des formulaires administratifs extrêmement longs qu'ils utilisaient pour aider les anciens combattants. Le vérificateur général a demandé à la Légion de proposer des façons de raccourcir certains de ces formulaires et les délais qui y étaient associés. Le gouvernement conservateur a déjà agi en ce sens, puisqu'il a fait passer le formulaire de demande de sept pages à trois, si je me souviens bien. Le vérificateur général a ensuite demandé aux agents d'entraide de la Légion si ces changements avaient porté fruit. Il en est question dans son rapport.
C'est une question sur laquelle nous n'avons pas de discussions raisonnables. Le gouvernement est tenu de fournir du soutien, et un accès à ce soutien, tant à des anciens combattants de l'Afghanistan qui sont dans la vingtaine, qu'à d'autres qui ont plus de 90 ans, dont certains se trouvent actuellement en Italie, où ils visitent Ortona et d'autres localités qu'ils ont contribué à libérer lors de la guerre. Nous devons accomplir cette tâche, mais sans conserver les méthodes des années 1950. En tant qu'ancien combattant, je sais combien il est important que le gouvernement pose les gestes qu'il pose actuellement et qu'il ouvre, dans l'ensemble du pays, de 18 à 25 cliniques de traitement des traumatismes liés au stress opérationnel, qui offriront réellement des services. On ne parle pas ici d'un scénario ou huit ou neuf personnes se rendraient dans un bureau pour y remplir des formulaires.
J'espère que le projet de loi sur l'embauche des anciens combattants ne servira pas seulement à rappeler pourquoi il est très important que le gouvernement fédéral soit un chef de file dans ce domaine. J'espère que tous les députés sauront saisir cette occasion de tenir à la Chambre un débat beaucoup plus éclairé et constructif au sujet des anciens combattants.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 16:48 [p.9796]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for raising that issue.
In fact, I have enjoyed my discussions with Mr. Clarke on this very issue. After we listened to his input and the minister made the change, I called Mr. Clarke at home to tell him that we would be transferring a caseworker, maybe even the one he was used to dealing with, to the Service Canada office.
Those stand-alone VAC offices did not deliver care to our veterans; I have heard some members refer to them as hospitals. They provided administrative support.
Now, if veterans go into the Service Canada offices, and I invite that member to do this, there is a separate kiosk in Sydney manned by an experienced Veterans Affairs caseworker. In that Sydney office, there were only about 8 to 10 people in per day, so one person to help with the administration is sufficient.
The member has highlighted the Legions, and I would bet that for decades most veterans on Cape Breton Island, in greater Sydney, have been using their veterans service officers at the legion. If there are issues that they are having, we should work on those. The Auditor General is referring to their work.
I would like the member to get out and meet with those Legions, and let us see how we can make sure that they continue to do the leadership job that they have been doing.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député d'avoir soulevé cette question.
À vrai dire, j'ai aimé en discuter avec M. Clarke. Après avoir écouté ses commentaires et à la suite de la modification effectuée par le ministre, je l'ai appelé chez lui pour lui dire que nous allions transférer un agent, peut-être même un agent qu'il connaissait bien, au bureau de Services Canada.
Ces bureaux distincts d'ACC n'offraient pas de soins à nos anciens combattants; j'ai entendu certains députés en parler comme s'il s'agissait d'hôpitaux. Ils offraient un soutien administratif.
Aujourd'hui, les anciens combattants qui se rendent aux bureaux de Services Canada, et je les encourage à le faire, constateront que, à Sydney, il y a un guichet distinct auquel est affecté un agent expérimenté d'Anciens Combattants. Ce bureau de Sydney n'accueille environ que de 8 à 10 personnes par jour, et un seul employé suffit pour s'occuper des questions administratives.
Le député a attiré l'attention sur les légions, et je parie que, depuis des dizaines d'années, la plupart des anciens combattants de l'île du Cap-Breton, de l'agglomération de Sydney, ont eu recours aux services offerts par les agents de la légion. S'ils éprouvent des difficultés, nous devons essayer de les aplanir. Le vérificateur général fait d'ailleurs allusion à leur travail.
J'aimerais que le député se rendre sur place pour rencontrer les responsables de ces légions et nous dire ce que nous pouvons faire pour qu'ils continuent de faire preuve de leadership.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 16:50 [p.9797]
Mr. Speaker, I had a great visit to Windsor, where I met with a number of veterans on this specific issue, including a veteran the member knows well, Bruce Moncur, whom I consider a friend and who is an advocate on these issues.
However, to answer the member's question directly, there were fewer than 150 case-managed veterans in that wider area.
There are only 7,500 veterans across Canada who have a case manager. A case manager is assigned based on the complexity of a case on a variety of subjects, including mental health or medical issues. Therefore, within the catchment, there would be fewer than 150 case-managed veterans, which is why on most days there would be less than 10 people in that physical office. If there are only 150 people who might be using the office on a regular basis, how many are going to go in on the same day?
In Windsor, as the member knows, one of the experienced caseworkers from the Veterans Affairs office is now in the Service Canada office. I cannot remember if the Service Canada office is in the same building in Windsor, but I think it is nearby, and it can handle any of the folks who come in. They have the experience in that office, and they can give the same level of administrative support.
Change is hard, but a lot of the younger veterans tend not to go into the bricks and mortar offices anyway. Therefore, we have been doing the My VAC online account, where a number of Afghanistan veterans have registered to have their cases managed online. It is not about doing it just the way it was done in the 1950s; it is about serving veterans from the ages of 20 to 90.
Monsieur le Président, j'ai fait une visite intéressante à Windsor, où j'ai justement discuté de ce sujet avec des anciens combattants, notamment avec un ancien combattant que le député connaît bien, Bruce Moncur, que je considère comme un ami et qui défend les intérêts des anciens combattants sur ces questions.
Pour répondre directement à la question du député, il y avait moins de 150 anciens combattants qui faisaient l'objet d'une gestion de cas dans cette région.
Seulement 7 500 anciens combattants au Canada ont un gestionnaire de cas. Celui-ci est assigné en fonction de la complexité des divers aspects du dossier, notamment les problèmes de santé mentale et physique. Par conséquent, moins de 150 anciens combattants ont été touchés, et c'est ce qui explique que, la plupart du temps, ce bureau accueillait moins de 10 personnes par jour. S'il n'y a que 150 personnes qui peuvent faire appel aux services d'un bureau de façon régulière, combien d'entre elles pourraient s'y présenter la même journée?
À Windsor, comme le député le sait, un agent expérimenté qui travaillait au bureau d'Anciens Combattants a été transféré à Service Canada. Je ne me souviens plus si les bureaux de Service Canada se trouvent dans le même immeuble où se trouvaient ceux d'Anciens Combattants à Windsor, mais c'est tout près, et les gens qui s'y rendent sont servis. Le bureau de Service Canada détient donc l'expérience nécessaire pour offrir le même niveau de soutien administratif qu'auparavant.
Il est difficile de changer ses façons de faire, mais, de toute façon, bien des jeunes anciens combattants n'ont plus tendance à se rendre en personne dans les bureaux. Nous avons donc créé l'outil Mon dossier ACC en ligne. Un certain nombre d'anciens combattants qui ont servi en Afghanistan s'y sont inscrits, et leur dossier est géré sur le Web. On ne peut procéder de la même façon qu'en 1950; il faut servir les anciens combattants, et ce, qu'ils soient âgés de 20 ans ou de 90 ans.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2014-11-25 17:06 [p.9799]
Mr. Speaker, I have listened intently to the debate and appreciate the member's contribution to it.
I would note that his neighbour, the member for Windsor—Tecumseh, has a veteran working in his office, so in fact, New Democrats offices in that area are an example of the opportunities for our veterans to work with the government.
I will ask the member this question, and it is an important question. In opposition, it is easy to just oppose, but in government, we have to ask, “Can we do things better? Can we reach more veterans? Can we address rising needs?” I think we all, in this House, agree that mental health is one of those rising needs.
Should a government continue to keep open a few offices that were seeing a declining use of administrative support only, with fewer, in some cases, than 10 people in them a day, when there are other government offices nearby that did not exist when they were opened in the 1950s, or should there be a move to open 17, soon to be 25, operational stress injury clinics to deliver front-line health care to veterans who are suffering?
How would the hon. member answer that question?
Monsieur le Président, j'ai écouté le débat attentivement et je remercie le député d'y contribuer.
Je tiens à signaler qu'un ancien combattant travaille au bureau de son voisin, le député de Windsor—Tecumseh. Les bureaux des néo-démocrates dans cette région illustrent bien les occasions qui sont offertes aux anciens combattants de travailler avec le gouvernement.
Je pose au député la question importante suivante. Dans l'opposition, c'est facile de tout simplement rejeter les propositions, mais au gouvernement, nous devons nous demander comment nous pouvons améliorer les choses, rejoindre un plus grand nombre d'anciens combattants et répondre aux besoins croissants. Je pense que nous convenons tous ici que la santé mentale est l'un de ces besoins.
Le gouvernement devrait-il garder quelques bureaux ouverts, malgré une diminution de l'utilisation de leurs services administratifs, bureaux qui accueillent dans certains cas moins de 10 personnes par jour, alors qu'il y a d'autres bureaux gouvernementaux à proximité qui n'existaient pas à l'époque où ces bureaux ont été créés dans les années 1950, ou devrait-il ouvrir 17, et bientôt 25, cliniques de traitement des traumatismes liés au stress opérationnel pour offrir des soins de santé de première ligne aux anciens combattants qui souffrent?
J'aimerais entendre la réponse du député à cette question.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 702--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and the recreational and food fishery in Newfoundland and Labrador: what amount of money has been spent by the government to monitor and enforce the fishery in each of the last five years?
Response
(Return tabled)

Question No. 705--
Ms. Joyce Murray:
With regard to the staffing of Canadian Armed Forces clinics: (a) at each base or location, what is the number employed of (i) military psychiatrists, (ii) civilian psychiatrists employed directly by the Department of National Defence, (iii) Calian psychiatrists, (iv) military psychologists, (v) civilian psychologists employed directly by the Department of National Defence, (vi) Calian psychologists, (vii) military medical doctors, (viii) civilian medical doctors employed directly by the Department of National Defence, (ix) Calian medical doctors, (x) military medical social workers, (xi) civilian medical social workers employed directly by the Department of National Defence, (xii) Calian medical social workers, (xiii) military registered nurses specializing in mental health, (xiv) civilian registered nurses specializing in mental health employed directly by the Department of National Defence, (xv) Calian registered nurses specializing in mental health, (xvi) military addictions counsellors, (xvii) civilian addictions counsellors employed directly by the Department of National Defence, (xviii) Calian addictions counsellors; (b) what is the average full-time equivalent salary for (i) military psychiatrists, (ii) civilian psychiatrists employed directly by the Department of National Defence, (iii) Calian psychiatrists, (iv) military psychologists, (v) civilian psychologists employed directly by the Department of National Defence, (vi) Calian psychologists, (vii) military medical doctors, (viii) civilian medical doctors employed directly by the Department of National Defence, (ix) Calian medical doctors, (x) military medical social workers, (xi) civilian medical social workers employed directly by the Department of National Defence, (xii) Calian medical social workers, (xiii) military registered nurses specializing in mental health, (xiv) civilian registered nurses specializing in mental health employed directly by the Department of National Defence, (xv) Calian registered nurses specializing in mental health, (xvi) military addictions counsellors, (xvii) civilian addictions counsellors employed directly by the Department of National Defence, (xviii) Calian addictions counsellors; and (c) what is the average number of patients treated per month by (i) military psychiatrists, (ii) civilian psychiatrists employed directly by the Department of National Defence, (iii) Calian psychiatrists, (iv) military psychologists, (v) civilian psychologists employed directly by the Department of National Defence, (vi) Calian psychologists, (vii) military medical doctors, (viii) civilian medical doctors employed directly by the Department of National Defence, (ix) Calian medical doctors, (x) military medical social workers, (xi) civilian medical social workers employed directly by the Department of National Defence, (xii) Calian medical social workers, (xiii) military registered nurses specializing in mental health, (xiv) civilian registered nurses specializing in mental health employed directly by the Department of National Defence, (xv) Calian registered nurses specializing in mental health, (xvi) military addictions counsellors, (xvii) civilian addictions counsellors employed directly by the Department of National Defence, (xviii) Calian addictions counsellors?
Response
(Return tabled)

Question No. 707--
Hon. Geoff Regan:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Halifax West, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 708--
Mr. Emmanuel Dubourg:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Bourassa, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 709--
Mr. Rodger Cuzner:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Cape Breton—Canso, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 710--
Ms. Judy Foote:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Random—Burin—St. George's, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 711--
Ms. Lise St-Denis:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Saint-Maurice—Champlain, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 713--
Mr. Arnold Chan:
With regard to government office space from 2008 to present: (a) what is the occupancy rate for government-owned buildings both in percent and square feet; (b) by ministry and agency, what is the location and occupancy rate of each government-owned building; (c) by ministry and agency, what is the location and occupancy rate of each privately-leased office space, and for vacated buildings, what is the date the government vacated the space; (d) what is the lease cost and what is the length of the lease; (e) what was the intended use of the space; and (f) who is the owner of the property?
Response
(Return tabled)

Question No. 714--
Mr. Brian Masse:
With regard to government funding: what is the total amount of funding since fiscal year 2011-2012, up to and including the current fiscal year, allocated within the constituency of Windsor West, broken down by department or agency, initiative, and amount?
Response
(Return tabled)

Question No. 716--
Hon. Lawrence MacAulay:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans’ Deficit Reduction Action Plan Track 24: Prioritization and Restructuring Habitat Management and Associated Ecosystems Management Activities: (a) what is the government’s objective with regard to this Track; (b) how many employees have been eliminated to date due to this objective and what are their positions and locations; (c) how many employees will be eliminated in total and what are their positions and locations; (d) has the government done an analysis on what effects this reduction in funding, combined with the government’s changes to the Fisheries Act and regulatory changes authorizing the deposit of deleterious substances will have on Canada’s marine environments and fish habitat and, if so, what are the findings of any such analysis; (e) what are the internal tracking numbers for any documents, briefing materials, or communications from provincial governments and key stakeholders regarding this Track provided to senior government officials at the level of Director General or above; (f) what is the total budget reduction of the Track in (i) 2014-2015, (ii) beyond; (g) has the government developed the regulations, policies, and tools needed to implement these changes and, if so, what are the details; (h) what is the government’s definition of a practical, common-sense approach to managing threats to Canada’s recreational, commercial, and Aboriginal fisheries and the fish habitat on which they depend; and (i) since this Track has begun to be implemented has the government had any instances of failure in its objective for no net loss to fish habitat and, if so, what are all associated details?
Response
(Return tabled)

Question No. 717--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Yellowhead, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 718--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Whitby—Oshawa, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 719--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Barrie, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 720--
Hon. Lawrence MacAulay:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans’ monitoring of ocean acidification: (a) what are the details of the government’s monitoring, including (i) total budgetary resources allocated to this issue to date, (ii) projected budgetary resources allocated through 2016-2017, (iii) the number of full-time employees who are involved in researching, monitoring, or studying ocean acidification, (iv) locations of any and all researching or monitoring sites; (b) what are all reports, documents, briefing materials, and communications on this subject, broken down by (i) title, (ii) internal tracking number, (iii) recipient, (iv) date of production or distribution; (c) has there been an economic impact analysis of the effects of ocean acidification and, if so, (i) what are its findings, and, if not, (ii) why not, (iii) does the government have any plans to do such an economic impact analysis; and (d) does the government have a plan to deal with the long-term risks associated with ocean acidification and, if so, what are the details of any such plan?
Response
(Return tabled)

Question No. 724--
Mr. Scott Andrews:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Avalon, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 725--
Mr. Glenn Thibeault:
With regard to complaints filed with the Canadian Anti-Fraud Centre since 2010: (a) what is the breakdown of complaints submitted by (i) phone, (ii) email, (iii) online form, (iv) fax; (b) what is the breakdown by province; (c) how many complaints have been filed regarding (i) advance fees, (ii) identity fraud, (iii) investment fraud, (iv) online auction fraud, (v) health fraud, (vi) counterfeit, (vii) fraudulent bankruptcy, (viii) property fraud, (ix) corruption, including, but not limited to, bribery, (x) other types of fraud; and (d) how many complaints have been resolved regarding (i) advance fees, (ii) identity fraud, (iii) investment fraud, (iv) online auction fraud, (v) health fraud, (vi) counterfeit, (vii) fraudulent bankruptcy, (viii) property fraud, (ix) corruption, including, but not limited to, bribery, (x) other types of fraud?
Response
(Return tabled)

Question No. 726--
Ms. Yvonne Jones:
With regard to government funding: for each fiscal year since 2007-2008 inclusive, (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the electoral district of Labrador, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
(Return tabled)

Question No. 728--
Mr. Charlie Angus:
With respect to access to information requests to government departments, institutions and agencies: for each year from 2003 to 2013, (a) what is the number of notice-of-release or notice-of-reply requests signed by a representative from the Minister's office before an access to information request was released by the Access to Information and Privacy (ATIP) directorate; (b) were these requests identified for review by the Minister's office, and, if so, on what grounds; (c) did the ATIP directorate wait for a representative from the Minister's office to sign the release or request referred to in (a) before releasing the access to information request, and, if so, for how many days; and (d) did these delays extend the release of information beyond any established guidelines, protocols or agreed upon timelines?
Response
(Return tabled)

Question No. 729--
Mr. Charlie Angus:
With respect to government departments, institutions and agencies: for each year from 2003 to 2013, (a) broken down by department, institution or agency, (i) how many requests for information were made to non-governmental organizations under section 7(3)(c.1) of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act (PIPEDA), (ii) under what lawful authority were each of these requests made, (iii) for how many of these requests was consent received from the impacted individual, (iv) for how many of these requests was the impacted individual notified; (b) broken down by department, institution or agency, (i) how many disclosures were made under section 7(3)(d) of PIPEDA, (ii) under what lawful authority were each of these requests made, (iii) for how many of these requests was consent received from the impacted individual, (iv) for how many of these requests was the impacted individual notified; (c) what is a type 2 request for information according to Canada Border Services Agency (CBSA); (d) how many type 2 requests have been made by CBSA; (e) under what lawful authority was each type 2 request made; (f) did each of these type 2 requests by CBSA require a warrant; (g) will the Department of Justice table its legal analysis of the charter compliance of Bills S-4 and C-13; and (h) has the Department of Justice produced a legal analysis of the impacts of the Supreme Court's Spencer decision on provisions 7(3)(c.1) and 7(3)(d) in PIPEDA, and, if so, what is it?
Response
(Return tabled)

Question No. 730--
Hon. John McCallum:
With regard to the government’s processing of immigration applications: what is the total average cost to government and time required to complete a single application for (i) federal skilled worker, (ii) federal skilled trades, (iii) Canadian Experience Class, (iv) Quebec-selected skilled workers, (v) Provincial Nominee Program, (vi) start-up visa, (vii) self-employed people, (viii) live-in caregivers, (ix) spouse, common-law or conjugal partner, or dependent children sponsorship, (x) parent and grandparents sponsorship, (xi) inland asylum claimant, (xii) government-sponsored refugee, (xiii) privately sponsored refugee, (xiv) temporary resident visa, (xv) parents and grandparents super visa?
Response
(Return tabled)

Question No. 731--
Ms. Laurin Liu:
With regard to the employment of interns by the government since 2008: (a) how many internships have been hosted, broken down by (i) year, (ii) province, (iii) agency, department, Crown corporation or Canadian embassy, (iv) average durations, in weeks, (v) average number of hours per week, (vi) the number of paid versus unpaid internships, (vii) average salary, if paid; (b) what was the ratio of female to male interns, and for each of these, the ratio of paid versus unpaid positions, broken down by (i) year, (ii) province, (iii) agency, department, Crown corporation or Canadian embassy; (c) how many First Nation interns were there, in paid and unpaid positions, broken down by (i) year, (ii) province, (iii) agency, department, Crown corporation or Canadian embassy; (d) how many members of visible minority groups were interns, in paid versus unpaid positions, and broken down by (i) year, (ii) province, (iii) agency, department, Crown corporation or Canadian embassy; and (e) what proportion of interns, broken down by paid versus unpaid positions, were subsequently offered permanent full-time employment within the organization with which they had completed their internship?
Response
(Return tabled)

Question No. 732--
Mrs. Sadia Groguhé:
With regard to the Temporary Foreign Worker Program: (a) how many Labour Market Opinion (LMO) and Labour Market Impact Assessment (LMIA) applications did Employment and Social Development Canada (ESDC) receive in total in 2011, 2012, 2013, and to date in 2014, broken down (i) for each month in 2011, 2012, 2013, and to date in 2014, (ii) by province, (iii) by industry sector; and (b) after receiving these applications, how many LMOs and LMIAs did ESDC grant in total in 2011, 2012, 2013, and to date in 2014, broken down (i) for each month in 2011, 2012, 2013, and to date in 2014, (ii) by province, (iii) by industry sector?
Response
(Return tabled)

Question No. 733--
Mrs. Sadia Groguhé:
With regard to the International Mobility Programs: (a) which program streams of the International Mobility Programs enable foreign workers to work in Canada temporarily; (b) which streams were part of the Temporary Foreign Worker Program before the government announced reforms to the program on June 20, 2014; and (c) how many foreign workers entered Canada under the International Mobility Programs each year between 2005 and 2014 to date, broken down (i) by program stream, (ii) by month, (iii) by province, (iv) by industry sector?
Response
(Return tabled)

Question No. 734--
Mrs. Sadia Groguhé:
With regard to the Temporary Foreign Worker Program: for each year since 2000, (a) how many full-time equivalent (FTE) positions were assigned to review the hiring requests for temporary foreign workers and to review the processing and preparation of labour market opinions, accelerated labour market opinions, and labour market impact assessments; (b) excluding on-site audits, how many FTE positions were tasked with carrying out audits and ensuring that employers complied with the conditions of the Temporary Foreign Worker Program; (c) what departments are responsible for carrying out on-site inspections to ensure that employers comply with the rules of the Temporary Foreign Worker Program; and (d) how many FTE positions were tasked with carrying out on-site inspections to ensure that employers complied with the rules of the Temporary Foreign Worker Program?
Response
(Return tabled)

Question No. 735--
Ms. Lysane Blanchette-Lamothe:
With regard to reducing processing backlogs of sponsorship applications: (a) what are the details of Citizenship and Immigration Canada’s implementation of its Action Plan for Faster Family Reunification, in order to reunite families more quickly while reducing backlogs and improving processing times; (b) what are the details concerning the staffing levels of the processing center for inland sponsorships; and (c) what are the details of any delays currently being experienced by spousal sponsorship applicants?
Response
(Return tabled)

Question No. 736--
Hon. Geoff Regan:
With regard to Shared Services Canada: (a) what is the total amount of late payment charges for all telecommunication services incurred in each month since January 2012, inclusive; (b) what are the names of the service providers and the types of telecommunications services provided, in all cases in part (a), broken down by (i) internet, (ii) cellular telephone, (iii) telephone service other than cellular, (iv) other wireless services, (v) cable television, (vi) satellite television, (vii) rental or other provision of telecommunications equipment, specifying the type of equipment, (viii) other type of telecommunications service, specifying the type; (c) what were the location or locations of service in respect to the telecommunications services which incurred late payment charges in part (a); and (d) what is the total amount of the late payment charges?
Response
(Return tabled)

Question No. 737--
Hon. Geoff Regan:
With regard to government telecommunications: since January 2012, inclusive, (a) on how many occasions was a service terminated, disconnected, or otherwise interrupted due to non-payment or overly late payment, and for each such instance, what was the type of telecommunications service, broken down by (i) internet, (ii) cellular telephone, (iii) telephone service other than cellular, (iv) other wireless services, (v) cable television, (vi) satellite television, (vii) rental or other provision of telecommunications equipment, specifying the type of equipment, (viii) other type of telecommunications service, specifying the type; (b) what was the date on which any service was terminated, disconnected, or interrupted; (c) what was the date on which service was restored or reconnected; (d) what were the costs associated with restoration or reconnection of service; (e) what was the location of the facility where service was terminated, disconnected, or otherwise interrupted; (f) what was the number of employees whose services were affected by the termination, disconnection, or interruption; (g) what type of work was undertaken at the facility where service was terminated, disconnected, or otherwise interrupted; and (h) what were the names of the service providers?
Response
(Return tabled)

Question no 702 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la pêche récréative et de subsistance à Terre-Neuve-et-Labrador: quelle somme le gouvernement a-t-il dépensée pour contrôler et gérer les pêches pour chacune des cinq dernières années?
Response
(Le document est déposé)

Question no 705 --
Mme Joyce Murray:
En ce qui concerne l’effectif des cliniques des Forces armées canadiennes: a) à chaque base ou emplacement, combien y a-t-il (i) de psychiatres militaires, (ii) de psychiatres civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (iii) de psychiatres de Calian, (iv) de psychologues militaires, (v) de psychologues civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (vi) de psychologues de Calian, (vii) de médecins militaires, (viii) de médecins civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (ix) de médecins de Calian, (x) de travailleurs sociaux militaires - secteur médical, (xi) de travailleurs sociaux civils - secteur médical employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xii) de travailleurs sociaux - secteur médical de Calian, (xiii) d’infirmiers autorisés militaires spécialisés en santé mentale, (xiv) d’infirmiers autorisés civils spécialisés en santé mentale et employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xv) d’infirmiers autorisés spécialisés en santé mentale de Calian, (xvi) de conseillers en toxicomanie militaires, (xvii) de conseillers en toxicomanie civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xviii) de conseillers en toxicomanie de Calian; b) quel est le salaire moyen à temps plein (i) d’un psychiatre militaire, (ii) d’un psychiatre civil employé directement par le ministère de la Défense nationale, (iii) d’un psychiatre de Calian, (iv) d’un psychologue militaire, (v) d’un psychologue civil employé directement par le ministère de la Défense nationale, (vi) d’un psychologue de Calian, (vii) d’un médecin militaire, (viii) d’un médecin civil employé directement par le ministère de la Défense nationale, (ix) d’un médecin de Calian, (x) d’un travailleur social militaire - secteur médical, (xi) d’un travailleur social civil - secteur médical employé directement par le ministère de la Défense nationale, (xii) d’un travailleur social - secteur médical de Calian, (xiii) d’un infirmier autorisé militaire spécialisé en santé mentale, (xiv) d’un infirmier autorisé civil spécialisé en santé mentale et employé directement par le ministère de la Défense nationale, (xv) d’un infirmier autorisé spécialisé en santé mentale de Calian, (xvi) d’un conseiller en toxicomanie militaire, (xvii) d’un conseiller en toxicomanie civil employé directement par le ministère de la Défense nationale, (xviii) d’un conseiller en toxicomanie de Calian; c) en moyenne, combien de patients sont traités chaque mois par (i) les psychiatres militaires, (ii) les psychiatres civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (iii) les psychiatres de Calian, (iv) les psychologues militaires, (v) les psychologues civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (vi) les psychologues de Calian, (vii) les médecins militaires, (viii) les médecins civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (ix) les médecins de Calian, (x) les travailleurs sociaux militaires - secteur médical, (xi) les travailleurs sociaux civils -- secteur médical employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xii) les travailleurs sociaux - secteur médical de Calian, (xiii) les infirmiers autorisés militaires spécialisés en santé mentale, (xiv) les infirmiers autorisés civils spécialisés en santé mentale et employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xv) les infirmiers autorisés spécialisés en santé mentale de Calian, (xvi) les conseillers en toxicomanie militaires, (xvii) les conseillers en toxicomanie civils employés directement par le ministère de la Défense nationale, (xviii) les conseillers en toxicomanie de Calian?
Response
(Le document est déposé)

Question no 707 --
L'hon. Geoff Regan:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription d'Halifax-Ouest, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 708 --
M. Emmanuel Dubourg:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Bourassa, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 709 --
M. Rodger Cuzner:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Cape Breton—Canso, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 710 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Random—Burin—St. George's, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 711 --
Mme Lise St-Denis:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Saint-Maurice—Champlain, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 713 --
M. Arnold Chan:
En ce qui concerne les locaux à bureaux du gouvernement depuis 2008: a) quel est le taux d’occupation des édifices appartenant au gouvernement, en pourcentage et en pieds carrés; b) par ministère et organisme, quel est l’emplacement et le taux d’occupation de chaque édifice appartenant au gouvernement; c) par ministère et organisme, quel est l’emplacement et le taux d’occupation de chaque local à bureaux loué à titre privé, et, dans le cas des édifices inoccupés, quelle est la date à laquelle le gouvernement a cessé d’occuper les lieux; d) quel est le coût de location et quelle est la durée du bail; e) à quel usage était destiné le local; f) qui est propriétaire de l’immeuble?
Response
(Le document est déposé)

Question no 714 --
M. Brian Masse:
En ce qui concerne le financement gouvernemental: quel est le montant total du financement accordé depuis l'exercice 2011-2012 jusqu’à l’exercice en cours inclusivement dans la circonscription de Windsor-Ouest, ventilé par ministère ou organisme, initiative visée et montant?
Response
(Le document est déposé)

Question no 716 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
En ce qui concerne le volet 24 du Plan d’action pour la réduction du déficit du ministère des Pêches et des Océans sur la priorisation et la restructuration de la gestion de l’habitat et des activités associées de gestion des écosystèmes: a) quel est l’objectif du gouvernement dans le cadre de ce volet; b) combien de personnes ont été licenciées en raison de cet objectif et quels étaient leur poste et leur lieu de travail; c) combien de personnes seront licenciées en tout et quels sont leur poste et leur lieu de travail; d) le gouvernement a-t-il procédé à une analyse des effets qu’aura sur l’environnement marin et l’habitat du poisson cette compression budgétaire jointe aux modifications à la Loi sur les pêches et à ses règlements autorisant le rejet de substances délétères et, si oui, quels en sont les résultats; e) quel est le numéro de suivi interne des documents, des fiches d’information ou des communications que les gouvernements provinciaux et les principales parties intéressées ont fait parvenir à propos de ce volet aux hauts fonctionnaires de niveau égal ou supérieur à celui de directeur général; f) quelle sera la compression budgétaire totale du volet en (i) 2014-2015, (ii) au-delà; g) le gouvernement s’est-il doté des règlements, des politiques et des outils nécessaires à la mise en œuvre de ces changements et, si oui, quels en sont les détails; h) qu’est-ce que le gouvernement entend par une approche sensée et pratique pour gérer les risques qui menacent les pêches récréatives, commerciales et autochtones et l’habitat qui les soutient; i) comme ce volet est déjà en cours d’exécution, y a-t-il eu des cas où le gouvernement n’est pas parvenu à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé de ne causer aucune perte nette de l’habitat du poisson et, si oui, quels en sont les détails?
Response
(Le document est déposé)

Question no 717 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Yellowhead, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 718 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Whitby—Oshawa, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 719 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Barrie, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 720 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
En ce qui concerne le contrôle par le ministère des Pêches et des Océans de l’acidification des océans: a) quels sont les détails du contrôle par le gouvernement, y compris (i) les ressources budgétaires totales allouées à cette activité jusqu’à présent, (ii) les ressources budgétaires projetées allouées jusqu’en 2016-2017, (iii) le nombre d’employés à temps plein qui travaillent à la recherche, au contrôle ou à l’étude de l’acidification des océans, (iv) l’emplacement de tous les sites de recherche ou de contrôle; b) quels sont tous les rapports, documents, notes d’information et communications à ce sujet, ventilés selon (i) le titre, (ii) le numéro de référence interne, (iii) le destinataire, (iv) la date de production ou de distribution; c) une analyse de l’impact économique de l’acidification des océans a-t-elle été réalisée, et, dans l’affirmative, (i) quels en sont les résultats et, dans la négative, (ii) pourquoi pas, (iii) le gouvernement a-t-il l’intention de procéder à cette analyse de l’impact économique; d) existe-t-il un plan de gestion des risques à long terme de l’acidification des océans et, dans l’affirmative, quels en sont les détails?
Response
(Le document est déposé)

Question no 724 --
M. Scott Andrews:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription d'Avalon, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 725 --
M. Glenn Thibeault:
En ce qui concerne les plaintes déposées auprès du Centre antifraude du Canada depuis 2010: a) quelle est la ventilation des plaintes déposées (i) par téléphone, (ii) par courriel, (iii) par formulaire en ligne, (iv) par télécopieur; b) quelle est la ventilation par province; c) combien de plaintes ont été déposées pour (i) réclamation d’un paiement préalable, (ii) vol d’identité, (iii) fraude en matière d’investissement, (iv) fraude liée aux enchères en ligne, (v) fraude relative aux soins de santé, (vi) contrefaçon, (vii) faillite frauduleuse, (viii) fraude relative aux biens, (ix) corruption, y compris pour subornation, (x) autres types de fraudes; d) combien de plaintes ont été résolues pour (i) réclamation d’un paiement préalable, (ii) vol d’identité, (iii) fraude en matière d’investissement, (iv) fraude liée aux enchères en ligne, (v) fraude relative aux soins de santé, (vi) contrefaçon, (vii) faillite frauduleuse, (viii) fraude relative aux biens, (ix) corruption, y compris pour subornation, (x) autres types de fraudes?
Response
(Le document est déposé)

Question no 726 --
Mme Yvonne Jones:
En ce qui concerne le financement gouvernemental : au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement, a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la circonscription de Labrador, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
(Le document est déposé)

Question no 728 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne les demandes d’accès à l’information adressées à des ministères, à des institutions et à des organismes gouvernementaux : pour chacune des années de 2003 à 2013, a) combien d’avis de communication ou d’avis de réponse à une demande d’accès à l’information ont été signés par un représentant du bureau du ministre avant qu’il y ait communication de demandes d’accès à l’information par la Direction de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels; b) a-t-il été déterminé que ces demandes seraient examinées par le bureau du ministre et, le cas échéant, pour quels motifs; c) la Direction de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels a-t-elle attendu qu’un représentant du bureau du ministre signe la communication de renseignements ou la demande d’accès en question a) avant de communiquer la demande d’accès à l’information et, le cas échéant, pendant combien de jours; d) est-ce que cette attente a retardé la communication de renseignements au delà des échéanciers, des directives ou des protocoles établis?
Response
(Le document est déposé)

Question no 729 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne les ministères, les institutions et les organismes du gouvernement: pour chaque année, de 2003 à 2013, a) selon le ministère, l’institution ou l’organisme, (i) combien de demandes de communication ont été adressées à des organisations non gouvernementales en vertu de l’alinéa 7(3)c.1) de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (la Loi), (ii) au titre de quelle autorité légitime chacune de ces demandes a-t-elle été faite, (iii) pour combien de ces demandes le consentement de l’intéressé a-t-il été obtenu, (iv) dans combien de cas l’intéressé a-t-il été avisé de la demande; b) selon le ministère, l’institution ou l’organisme, (i) combien de communications ont été faites en vertu de l’alinéa 7(3)d) de la Loi, (ii) au titre de quelle autorité légitime chacune de ces demandes a-t-elle été faite, (iii) pour combien de ces demandes le consentement de l’intéressé a-t-il été obtenu, (iv) dans combien de cas l’intéressé a-t-il été avisé de la demande; c) qu’est-ce que l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) appelle une demande de renseignements de type 2; d) combien de demandes de type 2 l’ASFC a-t-elle faites; e) au titre de quelle autorité légitime chaque demande de type 2 a-t-elle été faite; f) chacune de ces demandes de type 2 faites par l’ASFC a-t-elle nécessité un mandat; g) le ministère de la Justice déposera-t-il son analyse juridique de la conformité à la Charte des projets de loi S-4 et C-13; h) le ministère de la Justice a-t-il effectué une analyse juridique de l’incidence de l’arrêt Spencer de la Cour suprême touchant les alinéas 7(3)c.1) et d) de la Loi et, dans l'affirmative, quelle est cette analyse?
Response
(Le document est déposé)

Question no 730 --
L'hon. John McCallum:
En ce qui concerne le traitement des demandes d’immigration par le gouvernement: quel est le coût total moyen pour le gouvernement et quel est le temps requis pour traiter une seule demande de la catégorie (i) des travailleurs qualifiés (fédéral), (ii) des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral), (iii) de l'expérience canadienne, (iv) des travailleurs qualifiés sélectionnés par le Québec, (v) du Programme des candidats des provinces, (vi) des visas pour démarrage d'entreprise, (vii) des travailleurs autonomes, (viii) des aides familiaux résidants, (ix) du parrainage d’un époux, d’un conjoint de fait ou partenaire conjugal ou d’un enfant à charge, (x) du parrainage de parents et grands-parents, (xi) des demandes d’asile présentées dans un bureau intérieur, (xii) des réfugiés parrainés par le gouvernement, (xiii) des réfugiés parrainés par le secteur privé, (xiv) des visas de résident temporaire, (xv) des super visas pour parents et grands-parents?
Response
(Le document est déposé)

Question no 731 --
Mme Laurin Liu:
En ce qui concerne le recrutement de stagiaires par le gouvernement depuis 2008: a) combien de stages ont eu lieu, ventilés par (i) année, (ii) province, (iii) ministère, organisme, société d’État ou ambassade du Canada, (iv) durée moyenne, en semaines, (v) nombre moyen d’heures par semaine, (vi) nombre de stages rémunérés et non rémunérés, (vii) salaire moyen, s’il y a lieu; b) quel a été le ratio entre stagiaires hommes et stagiaires femmes et, pour chacun, le ratio entre postes rémunérés et postes non rémunérés, ventilés par (i) année, (ii) province, (iii) ministère, organisme, société d’État ou ambassade du Canada; c) combien de stagiaires des Premières Nations ont occupé des postes rémunérés et non rémunérés, ventilés par (i) année, (ii) province, (iii) ministère, organisme, société d’État ou ambassade du Canada; d) combien de stagiaires membres de minorités visibles ont occupé des postes rémunérés et non rémunérés, ventilés par (i) année, (ii) province, (iii) ministère, organisme, société d’État ou ambassade du Canada; e) quelle proportion de stagiaires, par poste rémunéré et poste non rémunéré, se sont vu ensuite offrir des emplois permanents à temps plein au sein de l’organisme où ils ont fait leur stage?
Response
(Le document est déposé)

Question no 732 --
Mme Sadia Groguhé:
En ce qui concerne le Programme des travailleurs étrangers temporaires: a) combien de demandes d’avis relatif au marché du travail (AMT) et d’Étude de l’impact sur le marché du travail (EIMT), Emploi et Développement social Canada (EDSC) a-t-il reçues au total en 2011, 2012, 2013 et jusqu’à présent en 2014, ventilées (i) pour chaque mois en 2011, 2012, 2013 et jusqu’à présent en 2014, (ii) par province, (iii) par secteur d’activité; b) à la suite de ces demandes, combien d’AMT et d’EIMT, EDSC a-t-il accordés au total en 2011, 2012, 2013 et jusqu’à présent en 2014, ventilés (i) pour chaque mois en 2011, 2012, 2013 et jusqu’à présent en 2014, (ii) par province, (iii) par secteur d’activité ?
Response
(Le document est déposé)

Question no 733 --
Mme Sadia Groguhé:
En ce qui concerne le Programme de mobilité internationale: a) quels sont les volets de programme permettant à des travailleurs étrangers de venir travailler temporairement au Canada qui sont compris dans le Programme de mobilité internationale; b) quels sont ceux qui faisaient partie du Programme des travailleurs étrangers temporaires avant que le gouvernement n’annonce la réforme du programme le 20 juin 2014; c) combien de travailleurs étrangers sont entrés au Canada en vertu du Programme de mobilité internationale chaque année entre 2005 et 2014 jusqu’à présent, ventilé par (i) volets, (ii) mois, (iii) province, (iv) secteur d’activité?
Response
(Le document est déposé)

Question no 734 --
Mme Sadia Groguhé:
En ce qui concerne le Programme des travailleurs étrangers temporaires: pour chaque année depuis l’an 2000, a) combien de postes équivalents temps plein (ETP) ont été affectés à l’examen des demandes d’embauche de travailleurs étrangers temporaires, et à l’examen du traitement et de la production d’avis relatif au marché du travail, d’avis relatif au marché du travail accéléré et d’étude de l’impact sur le marché du travail; b) en excluant les vérifications sur place au lieu de travail, combien d’ETP ont eu pour tâche de mener des vérifications et de s’assurer que les employeurs respectaient les conditions du Programme des travailleurs étrangers temporaires; c) quels ministères sont responsables de mener des inspections sur place au lieu de travail pour s’assurer que les employeurs respectent les règles du Programme des travailleurs étrangers temporaires; d) combien d’ETP ont eu pour tâche de mener des inspections sur place au lieu de travail afin de s’assurer que les employeurs respectent les règles du Programme des travailleurs étrangers temporaires?
Response
(Le document est déposé)

Question no 735 --
Mme Lysane Blanchette-Lamothe:
En ce qui concerne les arriérés dans le traitement des demandes de parrainage: a) quels sont les détails concernant la mise en œuvre du Plan d'action pour accélérer la réunification familiale de Citoyenneté et Immigration Canada, pour ce qui est de réunir les familles plus rapidement tout en réduisant les arriérés et en améliorant les temps de traitement; b) quels sont les détails concernant les niveaux de dotation du centre de traitement des parrainages au pays; c) quels sont les détails concernant les délais que subissent actuellement, s’il y a lieu, les demandeurs de parrainage de conjoints?
Response
(Le document est déposé)

Question no 736 --
L'hon. Geoff Regan:
En ce qui concerne Services partagés Canada: a) quel est le montant total de tous les frais de retard de paiement encourus chaque mois depuis janvier 2012 inclusivement; b) quels sont les noms des fournisseurs de services et les types de services de communications fournis dans tous les cas visés en a, ventilés par (i) internet, (ii) téléphone cellulaire, (iii) services de téléphone autre que cellulaire, (iv) autres services sans fil, (v) télévision par câble, (vi) télévision par satellite, (vii) location ou autre fourniture d’équipements de télécommunications, en précisant le type d’équipements, (viii) autres types de services de télécommunications, en précisant le type; c) quels étaient le ou les lieux où ont été fournis les services de télécommunications pour lesquelles des frais de retard de paiement ont été encourus en a); d) quel est le montant total des frais de retard de paiement?
Response
(Le document est déposé)

Question no 737 --
L'hon. Geoff Regan:
En ce qui concerne les télécommunications du gouvernement: depuis janvier 2012 inclusivement, a) à combien de reprises un service a-t-il été annulé, déconnecté ou interrompu en raison de défaut de paiement ou de retard de paiement et, dans chaque cas, quel est le service de télécommunication concerné, ventilé par (i) internet, (ii) téléphonie cellulaire, (iii) service de téléphonie autre que cellulaire, (iv) autres services sans fil, (v) télévision par câble, (vi) télévision par satellite, (vii) location ou fourniture d’équipement de télécommunications, et quel était l’équipement en question, (viii) autre type de service de télécommunication, et quelle était la nature de ce service; b) à quelle date s’est produite l’annulation, la déconnexion ou l’interruption du service; c) à quelle date le service a-t-il été restauré ou reconnecté; d) quels ont été les coûts associés à la restauration ou à la reconnexion du service; e) quel est l’emplacement des édifices touchés par l’annulation, la déconnexion ou l’interruption de service; f) combien d’employés ont été touchés par l’annulation, la déconnexion ou l’interruption de service; g) quel était le type de travail accompli dans l’édifice touché par l’annulation, la déconnexion ou l’interruption du service; h) quel est le nom des fournisseurs de service?
Response
(Le document est déposé)
8555-412-702 Recreation and food fishery8555-412-705 Canadian Armed Forces clinics8555-412-707 Government funding8555-412-708 Government funding8555-412-709 Government funding8555-412-710 Government funding8555-412-711 Government funding8555-412-713 Government office space8555-412-714 Government funding8555-412-716 Deficit Reduction Action Plan8555-412-717 Government funding ...Show all topics
View Roxanne James Profile
CPC (ON)
View Roxanne James Profile
2014-05-15 18:03 [p.5511]
Mr. Speaker, first and foremost, it is important to recognize that policing is primarily a matter of provincial jurisdiction. However, at the federal level, we can play a leadership role in terms of ensuring that provinces are using the best practices to keep streets and communities safe.
Our government recognizes that policing in this country is changing. Crime, and thereby police work, has become diverse and complex in nature. Police are increasingly called upon to deal with non-criminal public order incidents related to mental health and addiction issues. Let us not forget that police are also dealing with significant and time-consuming new crimes and challenges, such as cyber, organized, and financial crimes, child sexual exploitation, terrorism, and large-scale gatherings and protests.
At a time when many jurisdictions are facing significant fiscal challenges, we are at a crossroads where we have the opportunity to take a hard look at how we are doing things and how our policing services can continue to improve. That is why our government is working with municipalities, provinces, territories, the RCMP, and other stakeholders to help address the many challenges facing our police services.
As part of the economics of policing initiative, our government brought the shared forward agenda to federal, provincial, and territorial ministers responsible for justice and public safety as a collective first step in shaping the future of policing in Canada. Collectively, we have taken actions to increase operational and structural efficiency and effectiveness within police services. We are investing in proactive, integrated community safety approaches to get at the roots of crime.
Since the first summit on the economics of policing in January 2013, we have made concrete progress in several areas.
We launched the index of policing initiatives to encourage information sharing and communication among police services and governments across Canada.
Last fall in P.E.I., Public Safety Canada co-hosted a summit to discuss and identify how best to deliver high-quality policy training in the most effective and efficient manner.
We have also invested in a number of projects that focus on developing a national policing research agenda and establishing a police research network. This will focus police research in this country and provide police services and policing partners with the evidence-based research they require to make informed decisions on operational and administrative policing issues and reforms.
Our government is actively seeking out innovative approaches and new partnerships to better deliver policing in this country. We are already seeing some great examples of innovation in practice.
The Community Mobilization Prince Albert Project, also referred to as the HUB, is a multi-agency team focused on crime prevention. This model is now being tested elsewhere, including in Toronto neighbourhoods.
The Association for Safer Cape Breton Communities is a community-driven organization that is working to establish community offices and other crime-reduction initiatives and to encourage involvement among residents.
Meeting our goals under the economics of policing initiative will not be easy, nor will it be quick. This multi-jurisdictional approach is critical, and we are fortunate to have a strong relationship in place with other governments and police stakeholders.
Canadians can be assured that we will continue to provide police with the tools they need to do their jobs and keep all Canadians safe. That is why we have passed over 30 justice and public safety initiatives to keep criminals behind bars where they belong. Unfortunately, the opposition parties, the Liberals and NDP, including the member for Malpeque, have consistently opposed these measures.
Monsieur le Président, premièrement, il est important de reconnaître que les services de police relèvent principalement des provinces. Toutefois, nous pouvons jouer un rôle de chef de file, à l'échelle fédérale, en nous assurant que les provinces utilisent des pratiques exemplaires pour assurer la sécurité des rues et des collectivités.
Le gouvernement admet que les services de police du Canada sont en train de changer. La nature des crimes et, par le fait même, du travail policier est devenue variée et complexe. Les policiers sont de plus en plus souvent appelés à gérer des incidents non criminels, liés à des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, qui troublent l'ordre public. Et n'oublions pas que les policiers doivent également s'attaquer à de nouveaux problèmes importants dont la résolution exige beaucoup de temps, comme la cybercriminalité, le crime organisé, les crimes financiers, l'exploitation sexuelle des enfants, le terrorisme, ainsi que les manifestations et les rassemblements importants.
Alors que bon nombre de provinces et de territoires sont aux prises avec d'importantes difficultés financières, nous sommes arrivés à un tournant où nous avons l'occasion d'examiner de près la façon dont nous faisons les choses et comment nous pouvons continuer d'améliorer nos services de police. C'est la raison pour laquelle notre gouvernement collabore avec les municipalités, les provinces, les territoires, la GRC et d'autres intervenants en vue de contribuer à régler les nombreux défis que doivent relever nos services de police.
Dans le cadre de l’initiative des Paramètres économiques des services de police, le gouvernement conservateur a présenté le programme commun aux ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux responsables de la justice et de la sécurité publique à titre de premier pas collectif vers l’orientation de l’avenir des services de police au Canada. Ensemble, nous avons pris des mesures pour accroître l’efficacité et l’efficience des opérations et de la structure des services de police. Nous investissons dans des approches de sécurité communautaire proactives et intégrées en vue de nous attaquer aux causes de la criminalité.
Depuis le premier Sommet sur les paramètres économiques des services de police qui a eu lieu en janvier 2013, nous avons réalisé des progrès concrets à plusieurs égards.
Nous avons lancé l'Index des initiatives de services de police afin d'inciter les services de police et les gouvernements de partout au pays à communiquer et à échanger des renseignements entre eux.
L'automne dernier, à l'Île-du-Prince-Édouard, Sécurité publique Canada a été l'un des hôtes d'un sommet au cours duquel les participants ont discuté des meilleurs moyens d'offrir de la formation de qualité aux policiers, et ce, de façon efficace et efficiente.
Nous avons également financé un certain nombre de projets liés à l'élaboration d'un programme national de recherche policière et à la création d’un réseau de recherche policière. Ces projets permettront de canaliser la recherche qui se fait au Canada et de fournir aux services de police et à leurs partenaires un accès à la recherche fondée sur les preuves dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées en ce qui a trait aux questions de nature opérationnelle et administrative relatives aux services de police ainsi qu'aux changements à apporter à ceux-ci.
Le gouvernement conservateur cherche activement à adopter des approches novatrices et à conclure de nouveaux partenariats en vue d'améliorer les services de police offerts au Canada. Nous pouvons déjà observer des exemples remarquables de pratiques innovatrices.
Le Programme de mobilisation communautaire du service de police de Prince Albert, qu'on appelle aussi le comité HUB, est une équipe pluriorganisationnelle qui se consacre à la prévention de la criminalité. Ce modèle est maintenant mis à l’essai ailleurs au Canada, notamment dans certains quartiers de Toronto.
L'Association for Safer Cape Breton Communities est une organisation axée sur la collectivité qui s'efforce de mettre en place des bureaux communautaires et des initiatives de réduction de la criminalité en plus de favoriser l'engagement des résidants.
L'atteinte de nos objectifs dans le cadre de l'initiative sur les paramètres économiques des services de police ne sera ni aisée ni rapide. L'approche intergouvernementale est essentielle. Nous avons la chance d'avoir établi de solides relations avec les intervenants des services de police et les représentants des autres ordres de gouvernement.
Les Canadiens peuvent être certains que nous continuerons de fournir aux policiers les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail et assurer la sécurité de l'ensemble de la population. Voilà pourquoi nous avons adopté, en matière de justice et de sécurité publique, plus de 30 initiatives pour garder les criminels là où il se doit, derrière les barreaux. Malheureusement, les partis de l'opposition, les néo-démocrates et les libéraux, notamment le député de Malpeque, se sont systématiquement opposés à ces mesures.
View Roxanne James Profile
CPC (ON)
View Roxanne James Profile
2014-05-15 18:09 [p.5512]
Mr. Speaker, it is quite the contrary. Our government has taken a leadership role on the economics of policing. However, we all can and must play a part in keeping Canada's police services efficient and effective.
Bringing together the key policing stakeholders to work on the economics of policing has demonstrated that we all share a strong interest and commitment to sustaining high quality policing services across Canada. We are focused on innovation and partnerships, and working collaboratively to enhance policing and public safety overall.
Federal, provincial and territorial ministers have committed to developing and implementing initiatives under the Shared Forward Agenda, with a focus on efficiency and effectiveness in police services, new models of community safety and efficiencies within our criminal justice system.
Canadians know that we will succeed in continuing to build a sustainable and modern police model capable of addressing current and future challenges, one that responds to the high expectations of all Canadians.
Monsieur le Président, c'est tout le contraire. Le gouvernement joue un rôle de premier plan en ce qui a trait aux paramètres économiques des services de police au Canada. Cela dit, nous pouvons et nous devons tous collaborer pour qu'ils demeurent efficients et efficaces.
Lorsque nous avons réuni les principaux responsables des forces policières pour examiner les paramètres économiques des services de police, nous avons constaté le vif intérêt et l'engagement ferme que nous avons tous à l'égard du maintien de services de police de haute qualité partout au pays. Nous nous concentrons sur l'innovation et les partenariats en plus de collaborer pour améliorer les services de police et la sécurité publique en général.
Les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux se sont engagés à élaborer et à mettre en oeuvre des initiatives dans le cadre du Programme commun, en mettant l'accent sur l'efficience et l'efficacité des services de police, les nouveaux modèles de sécurité des collectivités et l'efficience au sein du système de justice pénale.
Les Canadiens savent que nous réussirons à mettre au point un modèle viable et moderne de maintien de l'ordre pour relever les défis actuels et futurs, un modèle qui répond à leurs grandes attentes.
View Rob Nicholson Profile
CPC (ON)
View Rob Nicholson Profile
2014-04-02 14:58 [p.4179]
Mr. Speaker, I will update the member again that this has become a priority for this government, unlike when she and her party were in office, when the military was not a priority. We certainly have made that a priority. We have increased the funding for health care by $100 million. We have 400 full-time mental health professionals.
This has been a priority for this government, and it will continue to be so.
Monsieur le Président, je le répète, les militaires sont maintenant une priorité pour le gouvernement, alors que ce n'était pas le cas lorsque la députée et son parti étaient au pouvoir. De toute évidence, il s'agit d'une priorité pour nous. Nous avons alloué 100 millions de dollars de plus aux soins de santé et nous pouvons compter sur 400 professionnels de la santé mentale à plein temps.
C'est l'une des priorités du gouvernement et cela ne changera pas.
Results: 1 - 15 of 86 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data