Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 7 of 7
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2014-02-03 12:29 [p.2458]
Mr. Speaker, I am thankful for the opportunity to rise to speak to this motion today.
I guess it will not be totally surprising to indicate that I will not be supporting this motion, and I do not believe that most of my colleagues will either. It is not necessarily because of the arguments put forward by the member for Sudbury, but because I think that separating the banks from everything else is not realistic. We have to look at our ATM and ABM network as an integrated network of not only banks but also the private providers that we often see out there.
On that basis, there are a couple of things at stake, such as convenience and the competition issues. However, I think there would be unintended consequences of merely trying to throw a fixed fee on this network.
I would also say that I believe our government is going about this correctly in regulating in a smart way via the information that is out there for our consumers to make wise and informed financial decisions. Number one is the regulatory approach that we are taking, but I also want to talk for a few minutes about our comprehensive financial consumer code, which we are out consulting about right now.
Over the past number of years it has been interesting to watch the proliferation of technologies. Banking has changed significantly. I remember not so many years ago, a few decades ago, that some of our farmers and other people would leave their house in the morning with a pocket full of cash and then come back at the end of the day and check the amount in the other pocket. They would know whether they had made a profit that day if there were more money in that pocket. Also, back in the days when my father was in the provincial legislature in New Brunswick, I remember that he always carried cash and hardly ever did anything on a credit card or anything of that nature. He always had cash.
To me, when we look at the proliferation of technologies, I think we have definitely made things much more convenient as time has gone by. We can see that with the number of transactions and the data from the Canadian Bankers Association on those transactions. When we look at cash withdrawals from 2005 to 2012, they have gone down, and so have deposits and bill payments. As we go to electronic commerce and online banking, we are starting to see those changes.
I agree with some of the points made earlier in that there are some cases where a business only takes cash, and in those cases we certainly need it. However, when we look at these types of things, we can look at being a futurist as well.
It seems to me that at some point in time we will live in an era where we might have a chip, perhaps in our rear end or somewhere else, potentially. As we go through a store, it would be scanned and the money would be transferred. If there would be a charge for that, then the NDP would be really bummed, I can imagine.
That is just speculation, but I would love to be a bit of a futurist to know where this will go. From the strides we have made in the past number of decades, we can certainly anticipate that we will very much be a non-cash society, and probably very quickly.
When we look at the economics of the ATM, regulating a fixed fee such as this is misguided, because we forget about the convenience aspect of ATMs. Here, one of the points made by my hon. colleague across the way was about his store not having an ATM and there being no bank ATM in his community. In my community there is no bank ATM either. I live on the outskirts of Fredericton where there is no bank ATM. However, there is an ATM at my local convenience store and the surcharge is $2.25 to use it. I asked how much the ATM was used, and the answer was “significantly”. It is used a lot, which is somewhat surprising, but in some ways it is not.
As I said before, what people fail to take into account is the cost. In each of these cases, there is a cost to purchasing the machine, and this particular person is sharing in that cost. There are a lot of private white label ATMs. Space in a store costs money, as does the communications and encryption that goes along with these types of transactions. There is a cost to the physical security required, although there may be a bit of control when the machine is located inside as opposed to outside a store. Signage, advertising, fraud and upgrades also cost money. In most cases vendors in convenience stores, at least in this person's case, actually guarantee the float for the ATM as well, so there is an opportunity cost with respect to the vendor's own money being used to ensure that the machine is stocked with cash.
From that standpoint, if there were no surcharge in place, there would be no ATM at that location. Would the bank put in an ATM at that location? Around the outskirts of towns in my riding, some Irving convenience stores have a bank ATM because there is volume and when a store gets volume, transaction costs can be kept down.
I would argue that capping would affect the integration of these ATMs. If banks eventually cannot service some of these lower volume areas, they are going to get out of that business. They would sell those ATMs, which would go to a private operator, and the resulting surcharges could be anything, even extensive.
We should be a bit careful when we say that we want to have a fixed fee like this because there could be dire consequences. It was not too many years ago that the only choice that people had in some small rural communities and other places was to physically go to a bank. That bank would be open probably from 9 to 4, not some of the business hours banks have today. They would actually have to go and wait in line and take out who knows how much cash. However, that being said, there is an opportunity cost for those people from convenience stations. They can go to a place very close by and not burn gas to go maybe 30 or 40 miles at $1.25 or $1.30 a litre. They are better off than they would have been had they gone to a bank in the community.
Therefore, let us be careful and ensure that we do not do something with unintended consequences, which I believe would mean that we would maybe have fewer ATMs.
In the late 1990s, the U.S. had a big debate about this. It was proven that as surcharges went up, the ATM network actually expanded. More ATMs went into places like convenience stores, and private operators were doing that. This is one of the items they ran into.
Without an adequate return, these surcharges would discourage the deployment of ATMs to our rural areas as an example, and that would mean less choice. That would mean there will be slower growth, a limited number of the access points, and in effect, maybe some of the ATMs will be sold to non-owners.
The second point I would like to make is about regulating in a smart way and doing it from an information standpoint. The point was made that if people want to take out their own money, then it should be free. If a person takes cash out of an ATM in a convenience store and it is not a bank ATM, that person must realize that the money is coming out of his or her account but is not his or her cash. As I previously pointed out, the cash belongs to the vendor who loaded up the machine, so there is a cost to that transaction. It is not as simple as saying that is double-dipping.
With respect to the regulatory side, we have had some success over the past little while on this. I would like to comment on a couple of things that have happened in the dialogue with the banks. We have actively engaged the banking industry on the issue of ATM fees and have stressed the importance of consumer choice. One of the comments made before was about seniors, the disabled, and students. The banks have reacted to that and have responded by expanding some of their ATM networks near colleges and universities to help students avoid fees. The banks have also started unveiling low-fee accounts for seniors and students and are improving access for the disabled.
That is not all. The Financial Consumer Agency of Canada has provided consumers with information on banking costs, such as ATM fees. The more information that is out there, the more informative it will be for the actual consumer, because there are cases when consumers actually back away because they are provided that transaction fee. When they actually see it and are asked if they want to go ahead with the transaction, many people decide not to.
From a regulatory standpoint, that is why we have taken those numerous steps. For instance, recently the Minister of Finance announced new prepaid products regulations. A comment was made earlier about prepaid cards.
I would also like to comment on the work actually being done, as we announced in economic action 2013, on the comprehensive financial consumer code. The main goals are to better protect consumers of financial products and to ensure that they have the necessary tools to make proper financial decisions. The tools must be adaptable to suit the needs of consumers today.
As I pointed out, there has been light years of change since even a few decades ago. I remember when people taking a trip would actually go to the bank and get travellers' cheques and sign all the cheques and take them with them. I am not as young as I look. We would take all these travellers' cheques or take out big wads of cash. At the end of the day, these debit cards have provided us with a much more secure environment, so there is an opportunity cost as well.
However, we also want to provide an exclusive and comprehensive consumer protection regime. That is why this consultation we are doing with the public will be important as we develop similar products and services to replace a fairly wide and broad mix of legislation and regulations. The consultation process is on the way. That will be a better way for us to address some of the impacts we might run into.
It is important that we look at these ATMs and ABMs not just on the bank side but as a network. As I pointed out, the integration of these services is very much in play. In our rural areas, there is an impact from these private producers.
In conclusion, I would point out a couple of things. One is the regulatory side. The government is tackling this with the right approach. We are trying to keep taxes down for families so that they have more money in their pockets. That is a responsible approach.
I also think it is important for us to ensure that when we regulate, we regulate in a smart manner and not in a way that will hurt competition. Maybe we need to look at ways to provide more competition in the market and more ATMs as opposed to putting a cap on fees, which could lead to unintended consequences for consumers.
I will close on that, and I am open to questions from the opposition.
Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir à propos de la motion d'aujourd'hui.
Je doute que quiconque s'en étonne, mais je n'appuierai pas cette motion, à l'instar, je crois, de la plupart de mes collègues. Et ce n'est pas nécessairement parce que l'argumentaire du député de Sudbury n'est pas valide, mais parce que je trouve irréaliste de réserver un traitement particulier aux banques étant donné que les guichets font partie d'un réseau intégré qui englobe également les fournisseurs privés.
Divers enjeux pèsent dans la balance, comme les notions de commodité et de concurrence. Se contenter d'imposer des frais fixes à l'ensemble du réseau aurait selon moi des conséquences imprévues.
À mon avis, le gouvernement adopte la bonne stratégie. Il réglemente de manière réfléchie de manière à ce que les consommateurs aient en main toute l'information voulue pour prendre des décisions éclairées en matière de finances. En première ligne, il y a donc cette approche réglementaire. Cependant, arrêtons-nous quelques instants sur notre code exhaustif pour les consommateurs de produits et de services financiers, qui fait actuellement l'objet de consultations.
Au cours des dernières années, il a été intéressant d'assister à la prolifération des technologies. Les services bancaires ont considérablement évolué. Je me souviens qu'il n'y a pas si longtemps — quelques décennies — certains de nos agriculteurs et d'autres quittaient la maison le matin une poche pleine d'argent et, en rentrant le soir, vérifiaient la somme dans l'autre poche. Ils savaient alors s'ils avaient fait de l'argent cette journée-là. De plus, à l'époque où mon père siégeait à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, je me souviens qu'il avait toujours de l'argent sur lui et payait rarement avec une carte de crédit ou un autre instrument de la sorte. Il avait toujours de l'argent comptant.
Personnellement, j'estime que cette prolifération des technologies nous a beaucoup facilité la vie. Nous le voyons au nombre d'opérations et aux données de l'Association des banquiers canadiens sur ces opérations. De 2005 à 2012, le nombre de retraits d'espèces a diminué tout comme les dépôts d'espèces et les paiements de factures en espèces. Cette évolution se reflète dans l'évolution du commerce électronique et des services bancaires en ligne.
Je suis d'accord au sujet de quelques arguments avancés voulant que, dans les cas où une entreprise n'accepte que les paiements comptants, il doit y en avoir. Toutefois, tout en considérant ces cas, nous pouvons également envisager l'avenir.
J'ai l'impression qu'un jour nous pourrions avoir une puce intégrée, peut-être, au bas du dos ou ailleurs. Elle serait scannée au magasin et l'argent serait viré. S'il y avait des frais pour cela, les néo-démocrates seraient sûrement furieux.
Ce ne sont que des suppositions, mais j'aimerais pouvoir prédire l'avenir pour voir jusqu'où cela ira. Au vu des avancées des dernières décennies, nous pouvons certainement nous attendre à ce que l'argent en espèces disparaisse de la société, probablement très rapidement même.
Examinons maintenant les facteurs économiques liés au guichet automatique. Il serait malavisé de réglementer des frais fixes de ce genre, parce qu'on oublie l'aspect pratique des guichets automatiques. Le député d'en face a notamment fait valoir qu'il n'y a pas de guichet automatique dans son magasin et qu'on ne trouve pas de guichet automatique bancaire dans sa collectivité. Il n'y en a pas dans la mienne non plus. J'habite en banlieue de Fredericton, où l'on ne trouve pas de guichet automatique bancaire. Toutefois, il y en a un dans le dépanneur de mon coin, et il faut payer des frais supplémentaires de 2,25 $ chaque fois qu'on l'utilise. J'ai demandé au vendeur quelle était la fréquence d'utilisation du guichet automatique, et il m'a répondu qu'on y a recours très souvent. C'est quelque peu surprenant, mais à certains égards, ce ne l'est pas.
Comme je l'ai dit tout à l'heure, les gens négligent de tenir compte du coût. Dans chacun de ces cas, il y a un prix à payer pour l'achat de la machine, et le vendeur en partage le coût. Il y a beaucoup de guichets automatiques privés. L'espace qu'ils occupent dans un magasin coûte de l'argent, tout comme les technologies de communication et de cryptage qui accompagnent ces types de transactions. De plus, la sécurité matérielle comporte un coût, même si on exerce un peu de contrôle lorsque la machine est située à l'intérieur du magasin, plutôt qu'à l'extérieur. L'affichage, la publicité, la fraude et les mises à niveau coûtent aussi de l'argent. Dans la plupart des cas, les vendeurs dans les dépanneurs — du moins, c'est le cas de cette personne — garantissent les fonds de caisse pour le guichet automatique. C'est donc dire qu'il y a un coût de renonciation, car le vendeur doit utiliser ses liquidités pour s'assurer qu'il y a des fonds dans la machine.
De ce point de vue, s'il n'y avait pas de frais supplémentaires, il n'y aurait pas de guichet automatique à cet endroit. La banque y installerait-elle un guichet automatique? En périphérie des villes de ma circonscription, on trouve des guichets automatiques bancaires dans certains dépanneurs Irving, à cause de l'achalandage; lorsqu'un magasin attire beaucoup de clients, il est possible de maintenir à la baisse les coûts de transaction.
À mon avis, l'instauration du plafond aurait une incidence sur la disponibilité de ces guichets automatiques. Si les banques finissent par ne plus être en mesure d'offrir de service dans les régions où les guichets automatiques sont moins utilisés, elles cesseront d'offrir ces services. Elles vendraient ces guichets automatiques, qui seraient alors exploités par une société privée, et qui sait alors à combien les frais supplémentaires pourraient s'élever; peut-être seraient-ils même plus élevés.
Nous devrions faire preuve d'un peu de prudence lorsque nous proposons l'instauration de frais fixes, parce qu'une telle mesure pourrait avoir de graves conséquences. Il n'y a pas si longtemps, les habitants des petites localités et des régions devaient se rendre en personne à la banque, qui était probablement ouverte de 9 heures à 16 heures, contrairement aux heures d'ouverture actuelle, et ils devaient alors attendre en ligne pour retirer leur argent. Or, les guichets peuvent permettre à ces gens de faire des économies; au lieu de faire 30 ou 40 milles de route et de consommer de l'essence à 1,25 $ ou 1,30 $ le litre, ils peuvent très bien choisir de payer des frais à un guichet situé plus près de chez eux. Ces gens s'en tirent ainsi nettement mieux que s'ils se rendent à la banque de la région.
Il faut par conséquent être prudent afin d'éviter des conséquences imprévues, et j'estime que cette mesure pourrait faire en sorte qu'il y aurait moins de guichets automatiques.
Vers la fin des années 1990, un grand débat a eu lieu aux États-Unis à ce sujet. Il a été prouvé que, plus les frais supplémentaires augmentaient, plus le réseau de guichets automatiques s'élargissait. De plus en plus de guichets automatiques étaient installés dans des commerces comme les dépanneurs, et c'était le fruit de sociétés privées. Il en a notamment été question pendant ce débat.
Si les frais supplémentaires ne permettent pas d'enregistrer suffisamment de profits, l'installation de guichets automatiques en région, par exemple, serait remise en question, ce qui restreindrait les choix. La croissance serait ainsi limitée, il y aurait moins de points de service et certains guichets automatiques seraient peut-être vendus à des non-propriétaires.
Je tiens aussi à souligner qu'il faut réglementer de façon intelligente et éclairée. On a avancé que, si une personne veut retirer de l'argent qui lui appartient, elle devrait pouvoir le faire gratuitement. La personne qui retire de l'argent dans un dépanneur grâce à un guichet automatique qui n'appartient pas à une banque doit comprendre que l'argent provient effectivement de son compte, mais que ce n'est pas à proprement parler son argent. Comme je l'ai déjà précisé, cet argent appartient au vendeur qui a rempli la machine; il ne s'agit donc pas d'une transaction à coût nul. On ne peut pas simplement affirmer que l'on fait payer le client en double.
Nous avons connu un certain succès sur le plan réglementaire. J'aimerais parler de choses qui ont été dites dans le dialogue avec les banques. Nous travaillons de près avec l'industrie bancaire dans le dossier des frais d'utilisation des guichets automatiques et nous lui avons fait valoir l'importance du choix pour les consommateurs. Un député a formulé des observations au sujet des personnes âgées, des personnes handicapées et des étudiants. En réponse à cette problématique, les banques ont étendu leurs réseaux de guichets automatiques près des collèges et des universités pour éviter aux étudiants d'avoir à payer des frais. Les banques ont également commencé à offrir des comptes à frais réduits aux étudiants et aux personnes âgées et améliorent l'accès des personnes handicapées.
Mais ce n'est pas tout. L'Agence de la consommation en matière financière du Canada a mis de l'information sur les frais bancaires, comme les frais d'utilisation des guichets automatiques, à la disposition des consommateurs. Plus on fournit d'information aux consommateurs, plus ceux-ci sont renseignés; il arrive en effet que les consommateurs renoncent à une transaction lorsqu'ils savent qu'il y aura des frais. Lorsqu'on leur dit ce que cela coûtera et qu'on leur demande s'ils veulent procéder à la transaction, beaucoup de gens préfèrent arrêter.
C'est justement pour cela que nous avons pris de nombreuses mesures sur le plan réglementaire. Par exemple, le ministre des Finances a récemment annoncé un nouveau règlement sur les produits prépayés. Un député a parlé de cartes prépayées plus tôt.
J'aimerais aussi parler du travail accompli dans le dossier du code au contenu exhaustif pour les consommateurs de produits et services financiers, qui a été annoncé dans le Plan d'action économique de 2013. Les principaux objectifs du code sont d'améliorer la protection des consommateurs de produits et de services financiers et de s'assurer qu'ils ont les outils nécessaires pour prendre de bonnes décisions. Les outils doivent pouvoir s'adapter aux besoins des consommateurs d'aujourd'hui.
Comme je l'ai déjà signalé, les choses ont beaucoup changé en quelques décennies. Je me rappelle l'époque où, avant d'aller en voyage, il fallait aller à la banque pour obtenir des chèques de voyage et ensuite les signer avant de les emporter. Je ne suis pas aussi jeune que j'en ai l'air. On partait avec un paquet de chèques de voyage ou de grosses sommes d'argent comptant. Somme toute, les cartes bancaires ont créé un environnement plus sûr. Il faut tenir compte du coût d'option.
Nous voulons néanmoins établir un régime exhaustif et exclusif de protection des consommateurs. C'est pourquoi il sera important de consulter le public à mesure que nous mettons au point des produits et des services semblables pour remplacer toute une gamme de mesures législatives et réglementaires. Le processus de consultation s'apprête à commencer. Ce sera une meilleure façon pour nous de régler certains des problèmes qui risquent de se présenter.
Il ne faut pas oublier que les guichets automatiques forment un réseau et qu'il n'y a pas que le côté bancaire qui compte. Comme je l'ai dit, l'un des principaux enjeux, c'est l'intégration de ces services. L'existence de guichets privés a des répercussions dans les régions rurales.
Je signale deux choses en terminant. Premièrement, l'aspect de la réglementation. Le gouvernement aborde cette question de la bonne façon. Il cherche à réduire l'impôt des familles pour qu'elles disposent de plus d'argent. Voilà une approche responsable.
J'estime aussi qu'il faut réglementer de façon intelligente, sans nuire à la concurrence. Au lieu de limiter les frais d'utilisation, il faudrait peut-être envisager de favoriser la concurrence dans le marché et d'augmenter le nombre de guichets. Si on limitait les frais d'utilisation, les consommateurs pourraient subir des conséquences indésirables.
Je termine là-dessus et je suis prêt à répondre aux questions de l'opposition.
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2014-02-03 12:45 [p.2460]
Mr. Speaker, I would have to disagree with the previous speaker from Sudbury. As I pointed out earlier, data from the Canadian Bankers Association says that 75% of these transactions are taking place at people's home banks where, in many cases, there are no transaction fees. That is what people are doing.
However, at the end of the day, there is convenience, and for that convenience to be out there, someone has to be willing to make that investment. If the investment is not made, guess what? There is not going to be any ATM in that location at all. I am not sure how seniors are going to feel then if they have to drive 30 or 40 miles to go to a bank because of the hollowing out of the ATM market in rural areas.
Monsieur le Président, je ne suis pas d'accord avec le député de Sudbury qui vient d'intervenir. Comme je l'ai souligné tout à l'heure, d'après des données provenant de l'Association des banquiers canadiens, 75 % de ces transactions sont effectuées dans des banques locales qui, bien souvent, n'imposent pas de frais de transaction. C'est ce que les gens font.
Au bout du compte, c'est pratique, et pour pouvoir tirer parti de cet avantage, il faut que quelqu'un soit disposé à faire cet investissement. Qu'arrive-t-il si personne n'investit? Il n'y aura aucun guichet automatique dans la localité. Je ne sais pas trop comment les personnes âgées réagiront si elles doivent conduire 30 ou 40 milles pour se rendre à une banque parce qu'il y a de moins en moins de guichets automatiques dans les régions rurales.
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2014-02-03 12:49 [p.2460]
Mr. Speaker, there are two issues. I will tackle the second one first on opportunity cost. I think there is a huge opportunity cost in not having these, especially in some of our communities. I can point to some of the rural communities in my area. There would be a significant drive for people to actually go to get money, because the closest place could be 30 to 40 miles away. In many cases, we have a significant number of seniors in our rural areas. In some of these rural areas there has never been a bank. It is beginning to be harder for some of these seniors and folks to actually get out and travel. From that standpoint, it has actually been made better.
With respect to the points on the charges, I am hopeful that these consultations we are having will be helpful in that regard.
I would suggest that there would be a minimum of a couple of dollars added to charges once these ATMs are handed over to a private operator as opposed to the banks. That will happen more and more, because the low-volume areas will just dry up without the higher cost.
Monsieur le Président, ma collègue a posé deux questions. Je vais d'abord m'attaquer à la première, qui porte sur le coût d'option. Je crois qu'il y aurait un coût énorme à ne pas avoir ces guichets, surtout dans certaines de nos collectivités. Je pense notamment à certaines collectivités rurales dans ma région. Les résidants devraient parcourir 30 ou 40 milles pour aller chercher de l'argent. Nos régions rurales comptent souvent de nombreuses personnes âgées. Certaines de ces régions n'ont jamais eu de banque. Il est de plus en plus difficile pour certaines personnes âgées ou d'autres de se déplacer. De ce point de vue, les choses se sont améliorées.
En ce qui a trait aux frais, je crois que nos consultations auront des conséquences positives.
Je crois que la gestion des guichets automatiques bancaires par des exploitants privés plutôt que par les banques entraînera des frais supplémentaires d'au moins deux dollars. L'imposition de ces frais sera de plus en plus fréquente car autrement il n'y aurait plus de service dans les régions à faible volume.
View Keith Ashfield Profile
CPC (NB)
View Keith Ashfield Profile
2012-04-23 14:44 [p.7011]
Mr. Speaker, as stated many times before, these changes will not affect the availability of search and rescue. Certainly, the provision of bilingual services is critical to the operation of those sub-centres. The Coast Guard will continue to provide the same level of bilingual services to Canadians following the consolidation.
The Coast Guard has already identified some of the issues identified by the Commissioner of Official Languages and is implementing a plan to address those issues.
Monsieur le Président, comme nous l'avons dit déjà de nombreuses fois, ces changements n'auront aucune incidence sur la disponibilité des services de recherche et de sauvetage. Il est certainement essentiel que les centres secondaires puissent offrir des services bilingues. La Garde côtière continuera de fournir le même niveau de services bilingues aux Canadiens après la fusion.
La Garde côtière est déjà en train de mettre en oeuvre un plan pour résoudre les problèmes détectés par le commissaire aux langues officielles.
View Keith Ashfield Profile
CPC (NB)
View Keith Ashfield Profile
2012-04-23 14:46 [p.7011]
Mr. Speaker, that is exactly why we identified the need to have a phased-in approach in the Quebec sub-centre. We felt that because of the bilingual issue, it was the best way to ensure we have the capacity. The phased-in approach will take approximately a year for the Quebec sub-centre, and we will have the capacity in place to address any safety issues.
Monsieur le Président, voilà exactement la raison pour laquelle nous avons jugé nécessaire de procéder par étape dans le cas du centre secondaire de Québec. Nous avons conclu qu'en raison de la question du bilinguisme, c'était la meilleure façon de nous assurer que nous avions la capacité nécessaire. Il faudra environ un an pour franchir toutes les étapes au centre secondaire de Québec, avant que nous disposions de la capacité nous permettant de résoudre tous les problèmes de sécurité.
View Keith Ashfield Profile
CPC (NB)
View Keith Ashfield Profile
2012-03-07 15:01 [p.5920]
Mr. Speaker, that was an incredible statement, totally inaccurate, and not the truth at all. We will not compromise safety in any way, shape, or form, and certainly language is of the highest priority. The member is totally wrong.
Monsieur le Président, ce que vient de déclarer le ministre est incroyable et totalement inexact. C'est tout à fait faux. Nous n'avons, d'aucune façon, compromis la sécurité, et la situation linguistique figure au haut de la liste de nos priorités. Le député se trompe sur toute la ligne.
View Keith Ashfield Profile
CPC (NB)
View Keith Ashfield Profile
2011-11-24 15:01 [p.3553]
Mr. Speaker, in terms of the sub-centre in Quebec City, the member can rest assured that the services provided in Trenton will have fully bilingual people trained to perform that duty. There will be no jeopardy on safety and security.
Monsieur le Président, en ce qui concerne le sous-centre situé à Québec, j'assure au député que les services fournis à Trenton seront offerts par des personnes complètement bilingues et formées à cette fin. Il n'y aura aucun risque pour la sécurité.
Results: 1 - 7 of 7

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data