Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 5 of 5
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2015-04-28 16:39 [p.13151]
Mr. Speaker, I am proud to rise today on behalf of the constituents of Fleetwood—Port Kells to participate in the debate on the 2015 budget.
Our government is responding to the needs of my constituents. We are helping young families, seniors, veterans, and small business owners. We are putting more money into the pockets of residents, so they can raise their families and save for retirement.
Under our leadership, Canada has created more than 1.2 million new jobs since the recession, but we live in uncertain times and the global economy remains fragile. That is why economic action plan 2015 would continue our government's focus on creating more jobs and growing the economy in Surrey and across Canada.
Importantly, at the same time, this is a balanced budget. This means more tax cuts for Canadian families and individuals and less debt for future generations. It would ensure that taxpayer dollars are used to support important social services, such as health care and education.
Economic action plan 2015 includes key measures to support Surrey families and the B.C. economy, including cutting taxes for small businesses. Economic action plan 2015 proposes to further reduce the small business tax rate to 9% by 2019. Due to measures taken since we formed government, we have reduced taxes for small businesses by almost 50%.
On tax-free savings accounts, economic action plan 2015 proposes to increase the tax-free savings account annual contribution limit to $10,000, effective for the 2015 taxation year. There are now 11 million Canadians who have opened accounts, and of those who contributed the maximum amount, 60% have incomes below $60,000.
On supporting job-creating businesses, economic action plan 2015 proposes to provide tax relief to the LNG industry and new funding for the forestry sector to help diversify their markets to emerging economies. These initiatives would help create jobs and economic growth for British Columbia.
On national security, we would ensure that our armed forces continue to have what they need to accomplish the dangerous tasks Canadians ask of them. Economic action plan 2015 proposes to increase the National Defence budget by $11.8 billion over 10 years. We would now provide new funding to help counter violent extremism and terrorism.
In my riding of Fleetwood—Port Kells, there are more than 12,000 households with young children. In total, there are more than 25,000 children living in those homes. Economic action plan 2015 would benefit 100% of those families and children. It would do so by lowering taxes and increasing benefits.
We have recently introduced new tax relief and benefits to help make life more affordable for Canadian families, including increasing the universal child care benefit. For each child under the age of six, parents would receive a benefit of $160 per month, which is up from $100 per month. The universal child care benefit would be expanded to children age 6 through 17, allowing parents to receive a benefit of $60 per month, or $720 per year. There are 18,000 children in my riding who would be eligible for this benefit.
We are also introducing the family tax cut, which is a federal tax credit that would allow a higher income spouse to effectively transfer up to $50,000 of taxable income to a spouse in a lower tax bracket, providing up to $2,000 in tax relief.
Since 2006, our government has introduced more than180 tax relief measures, which will provide tax relief and benefits of up to $6,600 dollars for a typical Canadian two-earner family of four in 2015.
There are also nearly 12,000 seniors in my riding. Our government recognizes that Canada's seniors have helped build and make our country great. That is why, since taking office, we have provided over $2.3 billion in annual tax relief for seniors and pensioners, including removing over 85,000 seniors from the tax rolls, introducing pension income splitting, doubling the pension income tax credit to $2,000, increasing the age credit amount by $2,000, and establishing the landmark tax-free savings account.
Budget 2015 builds on this impressive record of support for seniors by reducing the minimum withdrawal requirement from registered retirement income funds, introducing the home accessibility tax credit to help with renovation costs so seniors can remain in their homes and, as I mentioned before, increasing the tax-free savings account annual contribution limit to $10,000.
I would be remiss if I did not also mention infrastructure. Canada has led the G7 in public investment growth over the last decade. Our government's unprecedented investments in infrastructure, the most significant in our country's history, have already yielded significant results for hard-working Canadians and their families, ensuring the resilience of our economy and creating jobs. These investments will ensure Canada's future economic growth for years to come.
Budget 2015 adds to this record by continuing to provide $5.35 billion per year on average for provincial, territorial and municipal infrastructure under the new building Canada plan, the largest, longest-running federal infrastructure commitment in our country's history. The budget also provides an additional $750 million over two years, starting in 2017-18, and $1 billion per year ongoing thereafter for a new and innovative public transit fund to promote public transit infrastructure investment in a manner that is affordable for taxpayers and efficient for commuters. The ability to invest this substantial amount in targeted infrastructure is a direct result of the government's responsible actions to return to a fiscal balance.
Already there has been unprecedented federal investment in B.C.'s Lower Mainland and Surrey under this Conservative government, impacting nearly every aspect of the lives of hard-working families. Since taking office, we have invested billions of dollars into British Columbian communities. We are making a real difference in the everyday lives of Surrey residents. In total, our government has spent $1.5 billion on local projects since 2006. This includes the new RCMP headquarters in Green Timbers, the South Fraser Perimeter Road and the new Surrey Library.
I have personally made over 50 announcements, totalling more than $40 million. All were in Surrey and most in Fleetwood—Port Kells. These investments are resulting in local jobs, local opportunities and local facilities for Surrey residents.
It is all about helping hard-working families, the unemployed, seniors and youth and it is also about improving our communities, creating jobs and stimulating the economy.
While the opposition parties support high taxes and high debt that will threaten jobs and set working families back, our Conservative government can be trusted to manage Canada's economy and keep taxes low for the people of Surrey. The province of British Columbia will receive record-high transfer payments to support health care, education and social programs. Specifically, B.C. will receive $6.1 billion in federal transfers this year, a 34% increase from under the Liberals.
Our government is acting prudently and decisively to ensure that Canada's economy creates good jobs and sustains a high quality of life for Canadian families.
We are proud of our plan that is lowering taxes and providing benefits directly to families in Surrey for them to reinvest in the Canadian economy. It is a plan that I will be happy to take to the doorsteps of the people in my riding.
With economic action plan 2015, our government remains squarely focused on the number one priority of Canadians, with a forward-looking plan to create jobs and grow the economy in British Columbia and across Canada. It is a good budget for Canada, for British Columbia and for Surrey.
Monsieur le Président, je suis fière de participer au débat sur le budget de 2015 au nom des électeurs de Fleetwood—Port Kells.
Le gouvernement répond aux besoins des électeurs de ma circonscription. Il aide les jeunes familles, les aînés, les anciens combattants et les propriétaires de petites entreprises. Nous laissons davantage d'argent dans les poches des Canadiens afin qu'ils puissent élever adéquatement leurs enfants et épargner en prévision de la retraite.
Grâce à nous, le Canada a créé, net, plus de 1,2 million d'emplois depuis la récession. Les temps n'en sont pas moins incertains pour autant, et l'économie mondiale demeure fragile. Voilà pourquoi le Plan d'action économique de 2015 continue de miser sur les priorités du gouvernement en créant des emplois et en stimulant l'économie de Surrey et de l'ensemble du Canada.
Il s'agit d'abord et avant tout d'un budget équilibré. Les familles et les particuliers canadiens verront ainsi leur fardeau fiscal s'alléger, et la dette que nous laisserons aux générations futures sera moins élevée. Nous pourrons utiliser les fonds publics pour financer les services sociaux dont nous avons tant besoin, comme la santé et l'éducation.
Le Plan d'action économique de 2015 comporte plusieurs mesures clés qui viendront en aide aux familles de Surrey et stimuleront l'économie de la Colombie-Britannique, notamment en réduisant le taux d'imposition des petites entreprises. Le Plan d'action économique de 2015 propose en effet de ramener ce taux à 9 % d'ici 2019. Si on additionne toutes les mesures prises depuis que nous avons accédé au pouvoir, le fardeau fiscal des petites entreprises a chuté de près de 50 %.
Le Plan d'action économique de 2015 propose de faire passer, dès l'année fiscale 2015, à 10 000 $ les cotisations maximales qu'une personne peut verser chaque année dans son compte d'épargne libre d'impôt. Au total, 11 millions de Canadiens ont déjà un tel compte, et parmi tous ceux qui ont atteint le plafond de cotisations autorisé, 60 % gagnent moins de 60 000 $ par année.
Pour venir en aide aux entreprises qui créent des emplois, le Plan d'action économique de 2015 propose d'alléger le fardeau fiscal de l'industrie du gaz naturel liquéfié et d'offrir de nouveaux mécanismes de financement au secteur forestier afin de leur permettre de diversifier leurs marchés et de percer dans les économies émergentes. Ces initiatives vont créer des emplois en Colombie-Britannique et y stimuler la croissance économique.
Au chapitre de la sécurité nationale, nous allons faire le nécessaire pour que nos forces armées continuent d'avoir tout ce dont elles ont besoin pour accomplir les tâches dangereuses que leur confient les Canadiens. Le Plan d'action économique de 2015 propose en effet d'accroître le budget de la Défense nationale de 11,8 milliards de dollars sur 10 ans. Nous allons aussi augmenter le financement servant à contrer l'extrémisme violent et le terrorisme.
La circonscription que je représente, Fleetwood—Port Kells, compte plus de 12 000 ménages ayant de jeunes enfants. Au total, ce sont plus de 25 000 enfants qui vivent dans mon coin de pays. Le Plan d'action économique profitera à la totalité de ces familles et enfants puisqu'il en allégera le fardeau fiscal et bonifiera les prestations auxquelles ils ont droit.
Nous avons récemment présenté de nouveaux allégements fiscaux et de nouvelles prestations afin de rendre la vie plus abordable pour les familles canadiennes. Entre autres, nous avons bonifié la prestation universelle pour la garde d'enfants. Pour chaque enfant âgé de moins de six ans, les parents toucheraient une prestation de 160 $ par mois contre 100 $ par mois actuellement. En outre, la prestation universelle pour la garde d'enfants serait étendue aux enfants de 6 à 17 ans. Pour ces derniers, les parents toucheraient une prestation de 60 $ par mois, soit 720 $ par an. Dans ma circonscription, 18 000 enfants y seraient admissibles.
En outre, nous instaurons l'allégement fiscal pour les familles, un crédit d'impôt fédéral qui permettrait au conjoint dont le revenu est le plus élevé de transférer jusqu'à concurrence de 50 000 $ de son revenu imposable à l'autre conjoint dont le revenu est situé dans une tranche d'imposition inférieure. Cette mesure se traduirait par un allégement fiscal maximal de 2 000 $.
Depuis 2006, le gouvernement a adopté plus de 180 mesures d'allégement fiscal, lesquelles, en 2015, procureront un allégement fiscal et des avantages pouvant atteindre 6 600 $ pour une famille typique de quatre personnes dont les deux parents travaillent.
En outre, ma circonscription compte près de 12 000 aînés. Le gouvernement reconnaît que les aînés du Canada ont bâti notre pays et ont contribué à sa grandeur. Voilà pourquoi, depuis notre arrivée au pouvoir, nous avons: accordé plus de 2,3 milliards de dollars en allégements fiscaux annuels aux aînés et aux retraités; rayé du rôle d'imposition plus de 85 000 aînés; instauré le fractionnement du revenu de pension; doublé le crédit pour revenu de pension en le portant à 2 000 $; augmenté de 2 000 $ le crédit en raison de l'âge et créé le fameux compte d'épargne libre d'impôt.
Le budget de 2015 fait fond sur ce bilan impressionnant de soutien aux aînés en réduisant l'exigence de retrait minimal applicable aux fonds enregistrés de revenu de retraite, en instaurant le crédit d'impôt pour l'accessibilité domiciliaire pour aider les aînés à rénover leur résidence afin qu'ils puissent y rester et, comme je l'ai mentionné, en portant à 10 000 $ le plafond de cotisation annuel à un compte d'épargne libre d'impôt.
Je m'en voudrais de ne pas mentionner l'infrastructure. Le Canada s'est hissé à la première place parmi les pays du G7 en matière d'augmentation de l'investissement public au cours de la dernière décennie. Les investissements sans précédent de notre gouvernement dans l'infrastructure, les plus importants de l'histoire de notre pays, ont déjà donné des résultats probants pour les travailleurs canadiens et leur famille. Ils ont assuré la résilience de notre économie et créé des emplois. Ces investissements stimuleront la croissance économique du Canada au cours des prochaines années.
Le budget de 2015 améliore ce bilan en continuant d'accorder 5,35 milliards de dollars en moyenne par année pour l'infrastructure provinciale, territoriale et municipale dans le cadre du Nouveau Plan Chantiers Canada, l'engagement en matière d'infrastructure le plus long du gouvernement fédéral de toute l'histoire du pays. Le budget prévoit également 750 millions de dollars supplémentaires sur deux ans à compter de 2017-2018, puis 1 milliard de dollars par année par la suite pour un nouveau fonds pour le transport en commun novateur visant à promouvoir l'investissement dans l'infrastructure du transport en commun afin de réaliser des projets abordables pour les contribuables et efficients pour les usagers. La capacité d'effectuer d'importants investissements ciblés dans l'infrastructure est le résultat direct des mesures responsables du gouvernement en vue de rééquilibrer le budget.
Des investissements sans précédent ont déjà été faits dans la vallée du bas Fraser et à Surrey en Colombie-Britannique sous le gouvernement conservateur actuel, ce qui a une incidence sur à peu près tous les aspects de la vie des familles qui travaillent dur. Depuis notre arrivée au pouvoir, nous avons investi des milliards de dollars dans les collectivités de la Colombie-Britannique. Nous améliorons vraiment le quotidien des résidants de Surrey. Au total, le gouvernement a affecté 1,5 milliard de dollars à des projets locaux depuis 2006. Des fonds ont notamment été investis dans les nouveaux quartiers généraux de la GRC à Green Timbers, la route périphérique sur la rive sud du fleuve Fraser et la nouvelle bibliothèque de Surrey.
J'ai fait personnellement plus de 50 annonces de financement, d'une valeur totale de plus de 40 millions de dollars. La majorité de ces fonds ont été versés à Surrey et à Fleetwood—Port Kells. Ces investissements créent des emplois, des débouchés et des installations pour les résidants de Surrey.
Ces investissements visent avant tout à aider les familles qui gagnent durement leur vie, les chômeurs, les aînés et les jeunes de nos collectivités, ainsi qu'à créer des emplois et à stimuler l'économie.
Alors que les partis de l'opposition sont en faveur d'un plan d'augmentation des impôts et de la dette qui mettrait les emplois en péril et appauvrirait les travailleurs et leur famille, on peut compter sur le gouvernement conservateur pour bien gérer l'économie canadienne et maintenir un faible taux d'imposition pour les habitants de Surrey. La Colombie-Britannique va recevoir des paiements de transfert records pour la santé, l'éducation et les programmes sociaux. Pour être plus précise, elle recevra 6,1 milliards de dollars en transferts fédéraux cette année, soit 34 % de plus que sous les libéraux.
Le gouvernement agit de manière prudente et décisive afin de favoriser la création de bons emplois au Canada et de permettre aux familles canadiennes de conserver une qualité de vie élevée.
Nous sommes fiers de notre plan, qui réduit les impôts et profite directement aux familles de Surrey, qui peuvent ensuite réinvestir l'argent ainsi économisé dans l'économie canadienne. C'est un plan dont je serai heureuse de parler à mes concitoyens quand je cognerai à leur porte.
Dans le cadre du Plan d'action économique de 2015, le gouvernement se concentre d'abord et avant tout sur la grande priorité des Canadiens grâce à un plan axé sur l'avenir, visant à créer des emplois et à stimuler l'économie en Colombie-Britannique et partout au Canada. C'est un bon budget pour le Canada, la Colombie-Britannique et Surrey.
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2011-09-26 17:24 [p.1470]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Selkirk—Interlake.
I am pleased to rise today on behalf of the constituents of Fleetwood--Port Kells to speak to the motion before the House, which seeks an extension of Canada's military engagement in Libya.
Canada has been at the forefront of international efforts in Libya, and from the outset has pushed for swift and decisive action. We are proud of the role Canada has played to support the Libyan people in their struggle to realize a new Libya. After 42 years of brutal dictatorship and one-man rule, the Libyan people have taken important steps to secure for themselves a brighter future.
The unanimous passing of United Nations Security Council resolutions 1970 and 1973 sent a very clear message: the murder of its own citizens by the Libyan regime and the gross violation of the population's human rights would not be tolerated by the international community and would carry serious consequences.
Canada's armed forces have played a leading role in preventing attacks and the threat of attacks against civilians. We have played a vital role in ensuring a positive outcome, but members opposite have lacked the will to see the mission to a successful conclusion.
In August the Standing Committee on Foreign Affairs, of which I am a member, met to discuss the ongoing situation in Libya. We heard from officials from the Department of Foreign Affairs, the Canadian International Development Agency and the Department of National Defence.
At that time members discussed and debated the progress of the Canadian mission and ways in which Canada and the international community could improve the protection of civilians in the near and long terms. At that time the NDP walked out of the meeting and declared the mission to be at a standstill.
Just over a week after that meeting, most of the Libyan people, including those in Tripoli, were freed from the control of the Gadhafi regime. The NDP could not have been more wrong.
Despite the progress that has been made, Libya and its people still need our help. The job is not yet done. The reasons Parliament voted to endorse military action still exist, and so it is our position that Canada's role in Libya must continue.
We must remain committed to protecting civlians under threat of attack in Libya and continue to work with NATO allies and partners until the goal of the mission has been met. We must continue protecting civilians and civilian-populated areas. We must maintain the no-fly zone and we must enforce the arms embargo.
As it did in many countries swept up in the Arab awakening, change in Libya came suddenly. Mild, peaceful protests were met with overwhelming force and violence by an autocracy that had long maintained its control through fear and its monopoly of power through the use of violence.
The Gadhafis, first the father and then the son, promised “rivers of blood”. They promised to make the people of Libya pay in blood. They called anti-Gadhafi protestors “rats” and mercenaries who deserved the death penalty. They called upon forces to cleanse Libya house by house.
The Gadhafi regime chose to wage war on its own people and included acts of sexual violence to further the regime's military goals. Canada has been at the forefront of those demanding that the regime halt attacks against its own people and ensure that perpetrators of crimes are brought to justice.
Canada was among the first to call for the UN Security Council to refer the situation to the International Criminal Court and strongly supported the creation by the human rights council of an international commission of inquiry into violations of human rights.
When used as a weapon of war, rape is a war crime. When used to systematically attack, suppress and terrorize, rape can be a crime against humanity. We condemn these attacks without reservation. These despicable acts underscore why Canada is, and should continue to be, part of the NATO mission.
Libya is a country in the grip of fundamental change. International consensus for action has come in the form of clear and very effective UN Security Council resolutions.
The Canadian and international response that followed the passage of resolutions 1970 and 1973 is one of which we can all be justly proud, and we must stay the course, not only in finishing our military mission but also in helping to assure the final outcome.
Libya's success will establish examples for the entire Arab world about how the traditions and values of the Arab world, an ancient and honoured culture, can make the transition to freedom, democracy, genuine rule of law and human security. These are the foundation stones of economic and social development.
As the Prime Minister has stated, “We presume no right to tell the Libyans how they should govern themselves, nor do we have unrealistic expectations”. It is not our place to tell the Libyans how to rebuild their country. We now expect the new government of Libya to fulfill its commitments to freedom, democracy, human rights and the rule of law.
We remain committed to supporting these next steps to assist the Libyan people in their determination to rebuild a peaceful and prosperous society.
In Libya today, as the old regime is justly swept into the dustbin of history, the people are coming face to face with these very challenges. The role of Canada and the international community is to help Libyans meet them and find Libyan solutions for a Libyan future.
Members across the way have been saying that Canada's military role in Libya is finished. They say that we have done our part.
As I said previously, the reasons for which Parliament overwhelmingly supported our mission still exist, and so do the conditions that prompted the UN and NATO to act. Civilians in some parts of Libya still face the threat of Colonel Gadhafi and his regime. They still need our protection. Our part is not done yet. For this reason, I urge all members to support the motion.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Selkirk—Interlake.
Je suis heureuse d'intervenir aujourd'hui au nom des électeurs de Fleetwood—Port Kells au sujet de la motion dont la Chambre est saisie, qui vise à prolonger l'engagement militaire du Canada en Libye.
Le Canada a été aux premières lignes des efforts internationaux et, dès le départ, a préconisé une action rapide et décisive. Nous sommes fiers du rôle que le Canada a joué pour soutenir les Libyens dans leurs efforts pour bâtir une nouvelle Libye. Après 42 ans d'une dictature brutale et de despotisme, le peuple libyen a pris des mesures importantes pour s'assurer un avenir plus reluisant.
L'adoption unanime des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies a lancé un message très clair: les meurtres perpétrés par le régime libyen contre sa propre population et les violations flagrantes des droits de la personne ne seront pas tolérés par la communauté internationale, et ces gestes seront lourds de conséquences.
Les Forces canadiennes ont joué un rôle de premier plan dans la prévention des attaques et la menace d'attaques contre des civils. Nous avons joué un rôle essentiel pour arriver à un résultat constructif, mais les députés d'en face n'ont pas eu la volonté de voir à ce que la mission soit couronnée de succès.
En août, le Comité permanent des affaires étrangères, dont je suis membre, s'est réuni pour discuter de la situation en Libye. Nous avons entendu des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, de l'Agence canadienne de développement international et du ministère de la Défense nationale.
Les membres du comité ont discuté des progrès de la mission canadienne et des moyens que pourraient prendre le Canada et la communauté internationale pour mieux protéger les civils à court et à long terme. À ce moment, le NPD a quitté la réunion et a déclaré que la mission était paralysée.
Juste un peu plus d'une semaine après cette réunion, la majeure partie du peuple libyen, y compris la population de Tripoli, a été libérée de la mainmise du régime Kadhafi. Le NPD s'était donc trompé du tout au tout.
En dépit des progrès accomplis, la Libye et sa population ont besoin de notre aide. Le travail n'est pas encore fait. Les raisons qui ont amené le Parlement à appuyer une action militaire prévalent toujours et nous estimons donc que le rôle du Canada en Libye doit se poursuivre.
Nous devons demeurer déterminés à protéger les civils contre toute menace d'attaque et continuer de travailler avec nos alliés de l'OTAN et nos partenaires jusqu'à ce que l'objectif de la mission ait été atteint. Nous devons continuer de protéger les civils et les régions peuplées par les civils. Nous devons maintenir la zone d'interdiction de vol et nous devons appliquer un embargo sur les armes.
Comme dans beaucoup de pays balayés par le réveil arabe, le changement en Libye est venu soudainement. De petites manifestations pacifiques ont été réprimées par une force excessive et dans la violence par une autocratie qui contrôlait depuis longtemps le pays par la peur et se gardait le monopole du pouvoir par un recours à la violence.
Les Kadhafi, tout d'abord le père, puis le fils, ont promis des « rivières de sang ». Ils ont promis de faire payer le peuple libyen par son sang. Ils ont qualifié les manifestants anti-Kadhafi de rats et de mercenaires qui méritaient la peine de mort. Ils ont appelé à nettoyer la Libye maison par maison.
Le régime Kadhafi a choisi de faire la guerre à son propre peuple et a eu recours à des violences à caractère sexuel pour atteindre ses objectifs militaires. Le Canada a été au premier rang des pays qui ont demandé que le régime cesse ses agressions contre le peuple et amène devant la justice les auteurs de crimes.
Le Canada a été parmi les premiers à demander au Conseil de sécurité des Nations Unies de renvoyer la situation devant la Cour pénale internationale et a fortement appuyé la création d'une commission internationale d'enquête sur les violations des droits de la personne par le Conseil des droits de l'homme.
Si on l’utilise comme arme de guerre, le viol est un crime de guerre. Si on l’utilise systématiquement pour attaquer, détruire et terroriser, il peut devenir un crime contre l’humanité. Nous condamnons fermement ces attaques. Ces actes ignobles justifient encore plus la participation du Canada à cette mission de l’OTAN et le prolongement de sa participation.
La Libye est un pays qui connaît actuellement une transformation radicale. Un consensus international sur la nécessité d’agir a abouti à la prise de résolutions claires et très efficaces par le Conseil de sécurité de l’ONU.
Nous pouvons tous, à juste titre, être fiers de la réaction du Canada et des autres pays du monde à la suite de l’adoption des résolutions 1970 et 1973 et nous devons poursuivre sur cette lancée, non seulement en terminant notre mission militaire, mais aussi en aidant à en garantir l'aboutissement.
Le succès de la Libye servira d’exemple pour tout le monde arabe, montrant comment les traditions et les valeurs de cette partie du monde, riche d’une culture ancienne et respectée, peuvent contribuer à une transition vers la liberté, la démocratie, la primauté du droit et la sécurité des personnes. Ce sont là les pierres d’assise du développement économique et social.
Comme l’a dit le premier ministre, nous ne nous arrogeons aucun droit de dire aux Libyens comment ils devraient se gouverner et nous n’entretenons pas non plus d’attentes irréalistes. Ce n’est pas à nous de dire au nouveau gouvernement de la Libye comment rebâtir son pays. Nous nous attendons simplement à ce qu'il respecte ses engagements à l’égard de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de la primauté du droit.
Nous tenons à appuyer les démarches en ce sens pour aider le peuple libyen, qui est déterminé à rebâtir une société pacifique et prospère.
Aujourd’hui, en Libye, tandis que l’ancien régime est, à juste titre, balayé sous le tapis de l’histoire, les gens doivent relever ces défis. Le rôle du Canada et de la communauté internationale est d’aider les Libyens à y parvenir et à trouver des solutions libyennes pour l’avenir de la Libye.
Les députés d’en face disent que la mission militaire du Canada en Libye est terminée. Ils disent que nous avons fait notre part.
Comme je l’ai dit tout à l’heure, les raisons qui ont amené le Parlement à accorder un appui enthousiaste à cette mission existent toujours, tout comme les conditions qui ont amené l’ONU et l’OTAN à réagir. Dans certaines régions de la Libye, les civils sont encore sous la menace du colonel Kadhafi et de son régime. Ils ont encore besoin de notre protection. Nous n’avons pas encore fait notre part, et c'est pourquoi j’exhorte tous les députés à appuyer cette motion.
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2011-09-26 17:33 [p.1471]
Mr. Speaker, I want to let the hon. member know why we are in Libya. The reason for being in Libya is to protect the human rights of the Libyan people, and our job is not finished yet.
It is all about helping the Libyan people and the wonderful society there, the women out there, the children out there. Besides doing our part to ensure a new government, we have also acted swiftly to support those affected by the violence in Libya.
I would like to let the hon. member know what Canada has done there to date. Canada's total humanitarian response to the crisis in Libya is over $10 million. Canada is helping to address urgent medical requirements, basic humanitarian needs and the repatriation of those people who are displaced into neighbouring countries and who need our help urgently.
We are working toward that, and I would--
Monsieur le Président, j'aimerais expliquer au député pourquoi nous sommes en Libye. Si nous sommes en Libye, c'est pour protéger les droits des citoyens libyens, et notre travail n'est pas encore terminé.
Il s'agit d'aider le peuple libyen, sa merveilleuse société, les femmes et les enfants. En plus de contribuer à la mise en place d'un nouveau gouvernement, nous avons aussi agi rapidement afin de soutenir les gens touchés par la violence en Libye.
J'aimerais rappeler au député ce que le Canada a fait jusqu'ici. L'aide humanitaire du Canada en réponse à la crise en Libye dépasse les 10 millions de dollars. Le Canada aide à répondre aux besoins médicaux pressants et aux besoins humanitaires les plus fondamentaux. Nous facilitons aussi le rapatriement des personnes qui ont été déplacées vers des pays voisins et ont besoin d'une aide immédiate.
C'est le travail que nous faisons, et j'aimerais...
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2011-09-26 17:35 [p.1471]
Mr. Speaker, that is the very same reason we are in Libya: security. That is what is needed there.
If this mission is not extended, how are we going to help? For various reasons, we need to extend the mission so that we can help the Libyan people in Libya.
Monsieur le Président, c'est justement la raison pour laquelle nous sommes en Libye: la sécurité. C'est ce qu'il faut là-bas.
Si cette mission n'est pas prolongée, comment allons-nous aider? Pour diverses raisons, il nous faut prolonger la mission pour pouvoir aider les gens en Libye.
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2011-09-26 17:36 [p.1471]
Mr. Speaker, I would like to let the hon. member know that I am very proud of the work our government is doing.
Our government is proud of the role Canada has played in supporting the Libyan people in their struggle to realize a new Libya. After 42 years of brutal dictatorship and one-man rule in that country, the Libyan people have taken important steps to secure for themselves a brighter future. While the job is not done yet, the Libyan-led efforts to realize their country's potential still continue to advance.
We now expect the new government of Libya to fulfill its commitment to freedom, democracy, human rights and the rule of law. That is what I would like to let the hon. member know.
Monsieur le Président, je tiens à dire à la députée que je suis très fière du travail qu'accomplit le gouvernement.
Par ailleurs, le gouvernement est fier du soutien que le Canada a apporté aux Libyens dans leur lutte pour l'établissement d'une nouvelle Libye. Après 42 ans de dictature et de despotisme, les Libyens ont pris des mesures importantes pour bâtir un avenir meilleur. Bien qu'il reste encore beaucoup de choses à faire pour réaliser le potentiel de leur pays, les efforts des Libyens se poursuivent.
Nous nous attendons donc à ce que le nouveau gouvernement de la Libye respecte ses engagements en matière de liberté, de droits de la personne et de primauté du droit. Voilà ce que je voulais dire à la députée.
Results: 1 - 5 of 5

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data