Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 4 of 4
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:05 [p.9880]
Mr. Speaker, I first want to congratulate the member for Oshawa on his very thoughtful remarks. We are certainly fortunate to have a parliamentary secretary who is so engaged on the topic.
It is impossible to stand today to speak about the thalidomide tragedy and not be moved. It is a story of an unspeakable tragedy of distraught parents, and children born with challenges that most of us cannot begin to comprehend. This is a tragic event from the 1960s that reminds us of why we need to take drug safety so seriously.
Nothing could ever undo the pain and suffering that was inflicted. It is a story that changed the way we regulate drugs in Canada. It opened our eyes to the fact that while drugs can bring many benefits, by curing diseases, reducing symptoms, and prolonging lives, they can also carry tremendous risks. It also serves as a constant reminder that we as parliamentarians must do all that we can to strengthen patient safety in Canada. That is why I am very pleased to hear that the Minister of Health will be meeting with thalidomide victims and working co-operatively with them to determine what government can do to support them.
Canada now has one of the safest drug systems in the world, and our government recently strengthened that even further, giving royal assent to Bill C-17, Vanessa's law. Protecting patients is a shared responsibility, one that also rests with fellow legislators in the provinces and with provincial health departments, individual health care professionals and administrators, the colleges that regulate medical practice and other professional organizations, key partners like the Canadian Patient Safety Institute, and the Drug Safety and Effectiveness Network, and last, of course, the manufacturers of drugs.
The thalidomide tragedy of the 1960s, like no other event before or since, has impressed upon us what a truly enormous responsibility that is. While the quest for new cures is vital, it is equally important that we do everything in our power to ensure that drugs that reach the market do not cause harms that outweigh their benefits. That is why all parties in the House and in the other place united to unanimously support Vanessa's law, and why so many stakeholders and individuals endorsed that legislation.
Although many steps have been taken previously to strengthen Canada's drug safety system, we all recognize that the Minister of Health and Health Canada did not have adequate powers to protect patients from drugs that were found to be unsafe once they were on the market We, as legislators, acted decisively to provide the new tools to address this gap.
I would like to take some time today to focus on how Vanessa's law will enhance patient safety, how it will reduce the risk of tragic events like those associated with thalidomide, and how it will help Canadians to make informed decisions about the drugs they are taking.
Vanessa's law will ensure that knowledge about approved drugs and medical devices continues to be gathered and shared with the public once products enter the market. This is important because clinical trials can only tell us about how a drug will affect a particular population, the population it was tested on. They do not tell us how the drug will affect everyone who might take it once it is on the market.
When a company submits an application for market authorization to Health Canada, reviewers analyze the results of all tests and studies that are submitted. If the product is safe, effective, and of high quality, the department will give the company a licence to market a drug in Canada for a particular use. However, once products reach the market, Health Canada's ability to gather knowledge about them has traditionally been limited, and its ability to take action when problems arise has also been limited. That is why there are new provisions in Vanessa's law that represent a game changer.
Let me take a moment to describe some of them and why Vanessa's law is so crucial. One important new provision is that Vanessa's law will give the Minister of Health the ability to set the terms and conditions on an authorization and to make those terms and conditions publicly available. What this means is that, as part of the authorization, Health Canada will be able to ask a pharmaceutical company to continue to gather information in the real world, after the product reaches the market, and to make the results of the information gathering public so that Canadians and their health care providers have easy access to them.
For example, Health Canada may require the company to gather information about the impacts of a drug on patients with multiple medical conditions. Health Canada could require a company to monitor and assess the effects of drugs on patients with impaired kidney function. This may or may not have been studied in the initial clinical trial, and the approved label would indicate that.
However, this information may prove to be important as we gather real-world experience and see some patients with impaired kidney function and how the drug affects them. It may become apparent that there is no difference in the benefits and harms experienced by patients with impaired kidney function.
However, should it become clear that there may be a cause for concern, Health Canada will be able to compel the manufacturer to conduct active safety surveillance or conduct a new study specifically to address the issue. The information about what activities the manufacturers are being compelled to undertake will be made public. It will be a transparent system so that prescribers and patients will know what actions are being taken. Vanessa's law also provides the Minister of Health with the power to compel a label change for a drug and to make that information publicly available to Canadians. In the past, most companies have agreed on a voluntary basis to undertake a label change. Sometimes, however, protracted negotiations have been required, and sometimes, those negotiations were not successful. The new powers provided by Vanessa's law have changed that, so if adults or children are taking a drug, they will be able to access this new information. This will allow us, as Canadians, to make informed decisions in consultation with our health care providers.
However, not all new information comes from tests, studies, or the ongoing proactive monitoring of a drug. Sometimes, adverse events are completely unexpected and only identified through a rigorous adverse drug reaction reporting system. This reflects the reality I mentioned before, that patient safety is a shared responsibility. That is why Vanessa's law included mandatory reporting of serious adverse drug reactions and medical device incidents by health care institutions. Simply put, serious adverse drug reaction reports from manufacturers, health care institutions, health care professionals, and the public often provide the first clue about an emerging drug safety issue.
To date, adverse drug reactions have been under-reported in Canada. It has only been mandatory for companies to report adverse drug reactions related to their products. It was recognized that it is critical that we increase the reporting of adverse drug reactions so that Health Canada could take quick action when a problem is detected and share the knowledge rapidly with health care professionals and, most importantly, the public, in order to prevent further harm.
Sometimes, it may be necessary to remove a drug or particular batch of the drug from the market. Other times, it may be appropriate to change the label of a drug so that health care practitioners are aware of the new information when they make their prescribing decisions. In other situations, it may be most appropriate to require the company to conduct some active monitoring to gather further information.
I mentioned earlier the important work done by the Canadian Patient Safety Institute and the Drug Safety and Effectiveness Network. The Canadian Patient Safety Institute works with governments, health organizations, leaders, and health care providers to inspire improvements in patient safety and quality care. It acts as an advocate and catalyst for improvements in patient safety, and it invests in and brokers policy and system changes to protect the health of Canadian patients. As Health Canada works to roll out the new authorities provided in Vanessa's law, either immediately or through developing regulations, these organizations will be able to provide advice.
Nothing can undo the pain and suffering endured by the thalidomide survivors and their families, and it is truly tragic. However, with the passing of Vanessa's law, federal regulators have important new tools to enhance on-market drug safety. The legislation is a very real step to reducing the risk that similar tragedies will occur in the future, and it represents a very important federal contribution to the shared goal of patient safety in Canada.
Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à féliciter le député d'Oshawa de ses observations très sensées. Nous sommes chanceux d'avoir un secrétaire parlementaire si engagé dans ce dossier.
Il est impossible de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la tragédie de la thalidomide sans être ému. C'est l'histoire d'une tragédie sans nom de parents en détresse et d'enfants qui ont dû surmonter des difficultés incompréhensibles pour la plupart d'entre nous. C'est un événement tragique des années 1960 qui nous rappelle pourquoi nous devons prendre l'innocuité des médicaments très au sérieux.
Rien ne pourra jamais réparer la douleur et la souffrance causées. C'est une histoire qui a changé notre façon de réglementer les médicaments au Canada. Elle nous a fait comprendre que, même si les médicaments comportent de nombreux avantages, comme guérir des maladies, réduire les symptômes et prolonger des vies, ils peuvent également comporter d'énormes risques. Cette histoire nous rappelle également que nous, en tant que parlementaires, devons tout faire en notre pouvoir pour renforcer la sécurité des patients au Canada. Voilà pourquoi je suis très heureux d'apprendre que la ministre de la Santé rencontrera les victimes de la thalidomide et collaborera avec elles pour déterminer comment le gouvernement peut les aider.
Le régime canadien d'homologation des médicaments est maintenant l’un des plus sûrs dans le monde, et le gouvernement l'a récemment renforcé lorsque le projet de loi C-17, la Loi de Vanessa, a obtenu la sanction royale. La protection des patients est une compétence partagée avec les législateurs provinciaux; les ministères provinciaux de la Santé; les professionnels de la santé et les administrateurs des soins de santé; les collèges qui réglementent la pratique médicale; d’autres organisations professionnelles; des partenaires clés comme l’Institut canadien pour la sécurité des patients et le Réseau sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments; et bien entendu les fabricants de médicaments.
Jamais une autre tragédie, ni avant, ni depuis celle de la thalidomide des années 1960, ne nous a fait réaliser à quel point c’est une responsabilité gigantesque. Même si de nouveaux médicaments sont essentiels, il est également important de faire tout en notre pouvoir en vue de nous assurer que les médicaments sur le marché ne présentent pas plus d'inconvénients que d'avantages. Voilà pourquoi tous les partis de la Chambre et de l'autre endroit ont unanimement adopté la Loi de Vanessa et pourquoi de nombreux intervenants et particuliers l'appuient également.
Même si de nombreuses mesures ont été prises précédemment pour renforcer le régime de surveillance de l'innocuité des médicaments du Canada, nous reconnaissons tous que le ministre de la Santé et Santé Canada n'avaient pas les pouvoirs adéquats pour protéger les patients contre des médicaments dont le caractère nuisible était prouvé après leur mise en marché. En tant que législateurs, nous avons pris des mesures décisives pour fournir de nouveaux outils et combler cette lacune.
Aujourd'hui, j'aimerais prendre le temps de parler de la Loi de Vanessa et de la façon dont elle permettra d'accroître la sécurité des patients, de réduire le risque que des situations tragiques comme celle de la thalidomide se reproduisent, et d'aider les Canadiens à prendre des décisions éclairées sur les médicaments qu'ils prennent.
Grâce à la Loi de Vanessa, nous nous assurerons de continuer à recueillir des renseignements sur les médicaments et les dispositifs médicaux approuvés, et ces renseignements seront transmis au public lorsque ces produits seront mis en marché. C'est un élément important, parce que les essais cliniques peuvent seulement montrer les répercussions d'un médicament sur un échantillon de population donné, c'est-à-dire sur les personnes qui ont participé aux essais. Ils ne nous permettent pas de prédire les réactions de toutes les personnes qui pourraient prendre le médicament une fois qu'il est sur le marché.
Quand une entreprise présente une demande d'autorisation de mise en marché à Santé Canada, des évaluateurs analysent les résultats de tous les tests et de toutes les études qui accompagnent la demande. Si le produit est jugé sécuritaire, efficace et de grande qualité, le ministère accorde alors à l'entreprise l'autorisation de commercialiser le médicament au Canada pour une utilisation particulière. Toutefois, par le passé, Santé Canada ne pouvait obtenir que très peu de renseignements sur les produits une fois qu'ils étaient sur le marché, et le ministère ne pouvait prendre que des mesures limitées en cas de problème. Voilà pourquoi les nouvelles dispositions adoptées dans la Loi de Vanessa changeront la donne.
J'aimerais prendre quelques instants pour décrire certaines de ces dispositions et expliquer pourquoi la Loi de Vanessa revêt un caractère aussi crucial. Une des nouvelles dispositions importantes prévues dans la Loi de Vanessa conférera au ministre de la Santé le pouvoir d'assujettir une autorisation à des modalités et de les rendre publiques. Cela signifie que, dans le cadre de cette autorisation, Santé Canada pourra demander aux sociétés pharmaceutiques de continuer à recueillir des renseignements pratiques après la mise en marché d'un produit et de rendre publics les résultats de ce processus pour veiller à ce que les Canadiens et les fournisseurs de soins de santé aient facilement accès à ces renseignements.
Par exemple, Santé Canada pourrait exiger que les sociétés pharmaceutiques recueillent des données sur les effets d'un médicament sur des patients souffrant d'affections multiples. Le ministère pourrait aussi leur demander de surveiller et d'évaluer les effets de médicaments sur des patients atteints d'une maladie du rein. Ces effets pourraient ne pas avoir été étudiés lors des essais cliniques initiaux, ce qui serait indiqué sur l'étiquette approuvée.
Ces données pourraient s'avérer pertinentes au fur et à mesure qu'on recueillera des renseignements pratiques et qu'on pourra constater les effets d'un médicament sur les patients ayant une fonction rénale déficiente. Il en ressortirait peut-être que les avantages et les effets nocifs du médicament sont les mêmes, qu'on ait ou non une maladie du rein.
Cependant, s'il en ressort un constat manifestement inquiétant, Santé Canada pourra obliger le fabricant à exercer une surveillance sanitaire active ou à mener une nouvelle étude portant expressément sur le problème relevé. L'information relative aux activités imposées aux fabricants sera rendue publique. Il s'agira d'un système transparent qui permettra aux médecins prescripteurs et aux patients de connaître les mesures qui auront été prises. La Loi de Vanessa confère par ailleurs au ministre de la Santé le pouvoir d'imposer le réétiquetage d'un médicament et la divulgation publique de cette information. Par le passé, la plupart des entreprises acceptaient volontairement de réétiqueter leurs produits. Cependant, il fallait parfois se livrer à des négociations interminables qui, à l'occasion, échouaient. Les nouveaux pouvoirs prévus aux termes de la Loi de Vanessa ont changé la donne. Les adultes et les enfants qui prennent un médicament pourront accéder à la nouvelle information. De cette façon, les Canadiens seront à même de prendre des décisions éclairées, en consultation avec leurs médecins.
Les essais cliniques, les études et le suivi proactif des effets des médicaments ne permettent pas, toutefois, d'obtenir toute l'information nécessaire. Les effets indésirables des médicaments sont parfois complètement inattendus; il arrive qu'ils ne puissent être détectés que grâce à un système rigoureux de déclaration des effets indésirables. Ce fait illustre ce que je viens de dire, à savoir que la protection des patients est une responsabilité commune. C'est pour cette raison que la Loi de Vanessa oblige les établissements de santé à signaler les effets indésirables graves des médicaments et les incidents liés aux instruments médicaux. Bref, les effets indésirables graves que déclarent les fabricants, les établissements de santé, les professionnels de la santé et la population sont souvent les premiers signes qui permettent de détecter un problème d'innocuité.
Jusqu'à présent, les effets indésirables des médicaments n'étaient pas signalés comme il se doit. Les sociétés pharmaceutiques étaient seulement tenues de signaler les effets indésirables de leurs produits. On s'est rendu compte qu'il fallait absolument que les effets indésirables soient mieux signalés pour que Santé Canada puisse intervenir rapidement et transmettre immédiatement l'information aux professionnels de la santé et, surtout, à la population.
Il est parfois nécessaire de retirer du marché un médicament ou un lot de production. Il peut être parfois nécessaire aussi de changer les renseignements qui se trouvent sur l'étiquette pour que les professionnels de la santé connaissent les nouveaux renseignements avant de prescrire le médicament. Dans d'autres cas, il faut obliger la société pharmaceutique à assurer activement un suivi afin de recueillir plus d'information.
J'ai évoqué tout à l'heure le travail important effectué par l'Institut canadien pour la sécurité des patients et le Réseau pancanadien sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments. L'Institut canadien pour la sécurité des patients collabore avec les gouvernements, les organismes de santé, les dirigeants et les fournisseurs de soins de santé pour susciter la volonté d'améliorer la sécurité des patients et la qualité des soins. L'institut se fait le défenseur et le catalyseur des améliorations à la sécurité des patients et, grâce à ses investissements et à son rôle d'intermédiaire, il permet de modifier les politiques et les systèmes en vue de protéger la santé des patients canadiens. Pendant que Santé Canada travaille à instaurer les nouveaux pouvoirs prévus dans la loi de Vanessa, pouvoirs qui entreront en vigueur immédiatement ou par voie de réglementation, ces organisations seront là pour fournir des conseils à cet égard.
Rien ne peut soulager les douleurs et les souffrances endurées par les survivants de la thalidomide et leurs familles, ce qui est vraiment tragique. Toutefois, grâce à l'adoption de la loi de Vanessa, les organismes fédéraux de réglementation disposent de nouveaux outils importants pour accroître l'innocuité des médicaments sur le marché. Il s'agit d'une mesure très concrète pour réduire le risque que de telles tragédies se reproduisent à l'avenir. C'est aussi une contribution très importante du gouvernement fédéral à un objectif commun: la sécurité des patients au Canada.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:16 [p.9882]
Mr. Speaker, I did sit on the health committee for several years but have not been on the committee for the last two years. I do have a keen interest in health care, and obviously this tragedy shocked all of us. It is an issue about which we all have endless concern.
The member mentioned that she is pleased that we are supporting this motion and I am glad to hear that. There is no partisanship when it comes to standing united in the face of this tragedy.
I am so pleased that the Minister of Health has announced she will be meeting with the Thalidomide Victims Association of Canada. It is important to state that it is going to happen. The government will be here to provide whatever support it can in the wake of this tragedy.
Health Canada has learned from this tragedy and has made improvements that have reduced the risk of this kind of terrible event from occurring again, including an overhaul of Canada's drug and regulatory framework. That is important. We recognize the pain and suffering of the victims and we are here to support them. At the same time, we want to make sure that we learn from what happened and that Health Canada has the framework and the regulatory ability to ensure we can prevent something like this from ever happening again.
Monsieur le Président, j'ai siégé au comité de la santé pendant plusieurs années, mais je n'y siège plus depuis deux ans. Je m'intéresse beaucoup aux questions concernant les soins de santé et, manifestement, cette tragédie nous choque tous. C'est une question dont nous ne cesserons jamais de nous préoccuper.
La députée a mentionné qu'elle était heureuse que nous appuyions cette motion et je suis content de l'entendre. Il n'y a pas de partisanerie quand il s'agit de faire cause commune devant une telle tragédie.
Je suis si heureux que la ministre de la Santé ait annoncé qu'elle rencontrera des représentants de l'Association canadienne des victimes de la thalidomide. Il est important de le dire. Le gouvernement sera présent pour fournir tout le soutien possible aux victimes de cette tragédie.
Santé Canada a tiré des leçons de cette tragédie et a apporté des améliorations qui réduisent le risque que ce genre d'incident terrible se reproduise, ayant notamment remanié complètement la réglementation et le régime d'encadrement du secteur pharmaceutique. C'est important. Nous sommes conscients de la douleur et de la souffrance que doivent endurer les victimes et nous sommes là pour les soutenir. Parallèlement à cela, nous voulons nous assurer que nous tirons des leçons de ce qui est arrivé et que Santé Canada est doté du cadre et du pouvoir de réglementation nécessaires pour empêcher qu'une chose pareille ne se reproduise.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:19 [p.9882]
Mr. Speaker, the member for Northumberland—Quinte West has made his life in public safety, and this falls into that category. This is all about public safety.
I want to touch on Bill C-17, Vanessa's law, which was raised by my colleague. It is important to recognize what this legislation will do. It is a step forward for patient safety and for public safety. Bill C-17 will bring in mandatory recall powers, so that we will not have to negotiate with big pharma companies; mandatory reporting of serious adverse drug reactions; tough new fines and jail time for companies that put Canadians at risk; and transparency for drug approvals and clinical trials. These are all critically important steps forward.
Obviously the tragic events in the 1960s remind us of why we need to take drug safety seriously. Let us be clear. Nothing can ever undo the pain and suffering inflicted on these individuals. That is why it is so important that we get it right, so this never happens again. That is why it is important that we use every power and tool within government's regulatory powers to make sure we have the proper framework in place to protect patients.
Monsieur le Président, le député de Northumberland—Quinte West a fait carrière dans le domaine de la sécurité publique, et le débat actuel est en plein dans ce domaine. Il est question actuellement de sécurité publique.
Je voudrais dire un mot sur le projet de loi C-17, la Loi de Vanessa, dont parle mon collègue. Il est important de savoir ce que fera cette loi, qui est une mesure importante pour assurer la sécurité des patients et du public en général. Le projet de loi C-17 confère au ministère le pouvoir d'ordonner le rappel d'un médicament de manière à ce que nous n'ayons pas à négocier avec les grandes sociétés pharmaceutiques. De plus, il sera désormais obligatoire de déclarer les réactions indésirables graves aux médicaments, et le ministère pourra infliger des amendes et des peines d'emprisonnement aux sociétés qui mettent en péril la santé des Canadiens. Les essais cliniques des médicaments et la décision d'en autoriser l'utilisation seront désormais entourés d'une transparence accrue. Ce sont des mesures bénéfiques d'une importance cruciale.
Évidemment, les événements tragiques des années 1960 nous rappellent pourquoi nous devons prendre au sérieux la question de l'innocuité des médicaments. Il faut bien comprendre que rien ne pourra jamais effacer la douleur et les souffrances qu'ont endurées ces personnes. C'est pourquoi il est important de ne plus commettre d'erreurs pareilles pour que plus jamais une tragédie semblable ne se produise. C'est pourquoi il est important que nous utilisions tous les pouvoirs et tous les outils dont dispose le gouvernement, sur le plan de la réglementation, pour nous assurer que le cadre établi protège efficacement les patients.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2012-05-29 14:01
Mr. Speaker, back in 1953 when Barrie resident Albert Stein was 15 years old, he suffered a terrible spinal injury after diving off a boat into shallow water. With no feeling from the neck down, young Albert was told he would be a quadriplegic for the rest of his life.
Albert worked tirelessly in rehab and started to regain mobility in his arms. He began to take steps with the help of crutches and then he began to walk short distances with leg braces. There was no slowing down Albert.
Albert has served for six years on Barrie's accessibility committee and now sits on the accessibility committees for the county of Simcoe, the Simcoe county District School Board, the Royal Victoria Hospital and the March of Dimes. He is also a board director for the Independent Living Services for Simcoe Muskoka as well as chairman of the Simcoe County Accessibility Network.
Earlier this month, I was incredibly honoured to announce to my riding of Barrie that Albert Stein was the recipient of the prestigious 2011 Robert Kerr Accessibility Award for his tireless volunteer work promoting better accessibility for disabled persons everywhere.
Monsieur le Président, en 1953, quand Albert Stein, un habitant de Barrie, avait 15 ans, il a subi un grave traumatisme médullaire après avoir plongé d'un bateau dans de l'eau peu profonde. Ne ressentant rien à partir du cou, le jeune homme s'est fait dire qu'il serait quadriplégique pour le reste de sa vie.
Albert a travaillé sans relâche en réadaptation, et il a retrouvé une certaine mobilité des bras. Il a commencé à faire quelques pas à l'aide de béquilles, puis à marcher sur de courtes distances avec des attelles. Rien ne pouvait le ralentir.
Albert a siégé pendant six ans au comité d'accessibilité de Barrie, et il siège maintenant aux comités d'accessibilité du comté de Simcoe, du conseil scolaire de district du comté de Simcoe, de l'hôpital Royal Victoria et de la Marche des dix sous. Il est également membre du conseil d'administration des services de vie autonome de Simcoe Muskoka, ainsi que président du réseau d'accessibilité du comté de Simcoe.
Plus tôt ce mois-ci, j'ai eu l'honneur incroyable d'annoncer aux habitants de Barrie, ma circonscription, qu'Albert Stein avait reçu le prestigieux prix d'accessibilité Robert Kerr de 2011 pour avoir promu inlassablement une plus grande facilité d'accès pour les personnes handicapées partout où elles vont.
Results: 1 - 4 of 4

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data