Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Nina Grewal Profile
CPC (BC)
View Nina Grewal Profile
2015-03-23 18:00 [p.12199]
Mr. Speaker, I rise today on behalf of the constituents of Fleetwood—Port Kells to speak in this House in support of Bill S-7, the zero tolerance for barbaric cultural practices act. If the measures in this bill are implemented, they will amend the Immigration and Refugee Protection Act, the Civil Marriage Act, and the Criminal Code to add further protection for vulnerable individuals, in particular women and girls.
Unfortunately, gender-based violence is a sad reality for women and girls across this country. Whether they are Canadian-born or newcomers to Canada, in too many cases the violence comes in the form of abusive cultural practices that have no place in this country. I am speaking about practices such as polygamy, underage marriage, forced marriage, and so-called honour killings. These abusive practices have damaging and wide-ranging consequences for the victims, and they also harm victims' children, homes, and communities. Indeed, they severely affect all those involved, from influencing whether individuals can successfully immigrate to Canada to breaking down opportunities for integration and economic success.
Our Conservative government made a strong commitment in the recent Speech from the Throne to prevent and counter violence against women and girls within the borders of this country. The zero tolerance for barbaric cultural practices act is a concrete example of this commitment. Its proposed measures are worthy of the support of all parliamentarians, because they would clearly help ensure that barbaric cultural practices do not occur on Canadian soil. Bill S-7 would send a clear message to newcomers to Canada, as well as to those who are already part of Canadian society, that such practices are unacceptable here.
The Minister of Citizenship and Immigration participated in many round tables and consultations across Canada. Participants told the minister that early and forced marriage, so-called honour killings, and polygamy still occur in Canada. These practices that occur across all cultures and ethnicities will not be tolerated in Canada, and our immigration system will not be used as a vehicle to perpetuate these acts. This bill reinforces the message that these practices are completely incompatible with Canadian values and will not be tolerated.
As I said, one of these practices is polygamy, which although illegal in Canada, is an accepted practice in a number of other countries around the world. In a 2011 ruling that upheld the constitutionality of Canada's polygamy law, Chief Justice Bauman, of the B.C. Supreme Court, found that there were physical, psychological, and social harms associated with the practice of polygamous marriages. He found that women in polygamous relationships “face higher rates of domestic violence and abuse, including sexual abuse”, that “[c]hildren in polygamous families face higher infant mortality” and “tend to suffer more emotional, behavioural and physical problems, as well as lower educational achievement”, that polygamous families face “higher levels of conflict, emotional stress and tension”, and that “[p]olygamy institutionalizes gender inequality”.
For these reasons and more, we must enact measures that increase our ability to prevent polygamy from occurring on Canadian soil. Bill S-7 would do so by enhancing existing immigration tools to render both temporary and permanent residents inadmissible for practising polygamy in Canada.
Of course, polygamy is not the only cultural practice that contradicts Canadian values and that causes harm to its victims. That is why Bill S-7 contains measures to help counter early and forced marriages. These measures include setting a national minimum age of 16 years of age for marriage. Currently there is no national minimum age for marriage in Canada. Federal law, which applies only in Quebec, sets the minimum age at 16.
In other parts of Canada common law applies. There is some uncertainty about the common law minimum age, but it is generally considered to be 12 for girls and 14 for boys. Although in practice very few marriages in Canada involve people under the age of 16, setting a national minimum age of 16 or older for marriage would make it clear that underage marriage is unacceptable in Canada and will not be tolerated here.
Other proposed amendments to the Civil Marriage Act in Bill S-7 include codifying the requirement that those getting married must give their free and enlightened consent to marry each other and the requirement for the dissolution of any previous marriage. In addition, Bill S-7 contains measures that would amend the Criminal Code to help prevent forced or underage marriage and would create a new peace bond that could be used to prevent an underage or forced marriage, for example, by requiring the surrender of a passport, as well as preventing a child from being taken out of Canada.
Also notable are the measures in the bill that address so-called honour killings, which are usually premeditated and committed with some degree of approval from family or community members. However, in some cases they may also be alleged to be spontaneous killings in response to behaviour by the victim that is perceived to be disrespectful, insulting or harmful to a family's reputation. In Canadian law, an individual facing murder charges can raise the defence of provocation. If this defence is successful, it can result in a reduced sentence.
The defence of provocation has been raised, so far unsuccessfully, in several so-called honour killing cases in Canada. Accused murderers have claimed that real or perceived marital infidelity, disrespect, defiance or insulting behaviour on the part of the victims toward their spouse, sibling or parent provoked the killing.
This provision may or may not have yet been successful, but what happens if it is successful one day? We must not take the chance. No one should be able to use the defence that they violently harmed another because they were provoked. It is simply contrary to Canadian values for lawful behaviour by a person, no matter how it may be perceived as insulting, to excuse their murder.
That is why measures in Bill S-7 would amend the Criminal Code so that such legal conduct by a victim could never be considered as provocation.
In conclusion, I am sure all my hon. colleagues would agree that we must stand up for all victims of violence and abuse and take necessary action to prevent these practices from happening on Canadian soil. That is exactly what we would be doing by ensuring the bill's passage into law, and that is exactly why I hope everyone in the House will join me in supporting the passage of Bill S-7. I hope all hon. members of the House look past politics and vote in favour of the bill.
Monsieur le Président, je prends la parole au nom des électeurs de Fleetwood—Port Kells pour appuyer le projet de loi S-7, Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares. Si les mesures contenues dans ce projet de loi sont mises en oeuvre, elles modifieront la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, la Loi sur le mariage civil ainsi que le Code criminel dans le but de renforcer la protection des personnes vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes filles.
La violence infligée par des hommes aux femmes et aux jeunes filles est une triste réalité au Canada. Que les agresseurs soient nés au Canada ou qu'ils y aient immigré, la violence a trop souvent comme origine des pratiques culturelles abusives qui n'ont pas leur place dans notre pays. Je parle de pratiques comme la polygamie, le mariage précoce, le mariage forcé et les prétendus crimes d'honneur. Ces pratiques ont des conséquences aussi vastes que préjudiciables sur les victimes et elles causent également des préjudices aux enfants, aux foyers et aux collectivités des victimes. Elles affectent gravement toutes les personnes concernées, qui se voient interdire la possibilité d'immigrer au Canada ou qui voient leurs perspectives d'intégration et de réussite économique considérablement assombries.
Le gouvernement conservateur a pris l'engagement ferme, dans le dernier Discours du Trône, de prévenir et de réprimer la violence contre les femmes et les jeunes filles au Canada. La Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares est un exemple concret de mesure donnant suite à cet engagement. Les mesures qui y sont proposées méritent l'appui de tous les parlementaires, car elles auraient sans nul doute comme effet d'empêcher l'adoption de pratiques culturelles barbares au Canada. Le projet de loi S-7 enverrait un message clair aux nouveaux arrivants et à ceux qui font déjà partie de la société canadienne pour qu'ils comprennent que de telles pratiques sont inacceptables ici.
Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a participé à de nombreuses tables rondes et à de nombreuses consultations au Canada. Les participants lui ont dit que le mariage précoce, le mariage forcé, les prétendus crimes d'honneur et la polygamie existaient encore au Canada. Ces pratiques qui se retrouvent dans toutes les cultures et parmi toutes les ethnies ne seront pas tolérées au Canada. Notre système d'immigration ne pourra pas être employé comme véhicule pour perpétuer de tels actes. Le projet de loi renforce le message voulant que ces pratiques soient complètement incompatibles avec les valeurs canadiennes et qu'elles ne soient pas tolérées au Canada.
Comme je l'ai dit, une de ces pratiques est la polygamie, qui, bien qu'illégale au Canada, est acceptée dans plusieurs autres pays. Dans un jugement rendu en 2011 qui a confirmé la constitutionnalité des dispositions législatives du Canada sur la polygamie, le juge en chef Bauman, de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, a jugé que la pratique des mariages polygames causait des torts physiques, psychologiques et sociaux. Il a déclaré que les femmes dans les relations polygames étaient plus susceptibles d'être victimes de violence conjugale et de maltraitance, y compris d'abus sexuels, que les familles polygames avaient un taux de mortalité infantile plus élevé, que les enfants souffraient davantage de problèmes émotionnels, comportementaux et physiques, qu'ils étaient moins instruits et que, dans les familles polygames, il y avait plus de conflits, de stress émotionnel et de tension et, enfin, que la polygamie institutionnalisait l'inégalité des sexes.
Pour ces raisons et d'autres, nous devons adopter des mesures qui nous rendent plus aptes à empêcher la polygamie en territoire canadien. Le projet de loi S-7 le ferait en améliorant les outils d'immigration existants pour interdire de territoire les résidents temporaires et permanents qui pratiquent la polygamie.
Bien entendu, la polygamie n'est pas la seule pratique culturelle qui va à l'encontre des valeurs canadiennes et qui fait du tort à ses victimes. C'est la raison pour laquelle le projet de loi S-7 contient des mesures pour contrer les mariages forcés et les mariages précoces. Il fixe notamment à 16 ans l'âge minimal pour le mariage et ce, à l'échelle nationale. À l'heure actuelle, il n'y a pas d'âge minimal national pour le mariage au Canada. Les lois fédérales, qui ne s'appliquent qu'au Québec, fixent l'âge minimal à 16 ans.
Ailleurs au Canada, c'est la common law qui s'applique. Même si un certain doute demeure, on considère généralement que la common law fixe la limite à 12 ans pour les filles, et à 14 pour les garçons. Même si, en pratique, très peu de mariages au Canada mettent en scène des jeunes de moins de 16 ans, en instaurant une norme nationale fixant à 16 ans l'âge minimal pour se marier, nous ferons clairement comprendre à tous que les mariages précoces sont jugés inacceptables au Canada et qu'ils n'y seront pas tolérés.
Le projet de loi S-7 modifiera aussi la Loi sur le mariage civil afin qu'il y soit indiqué noir sur blanc que quiconque se marie doit y consentir librement et en connaissance de cause et qu'y soit incluse l'exigence voulant qu'il faille dissoudre tout précédent mariage avant qu'un nouveau mariage puisse être contracté. Il modifiera enfin le Code criminel de manière à mieux prévenir les mariages précoces et forcés ainsi qu'à permettre aux autorités d'imposer une nouvelle forme d'engagement à ne pas troubler l'ordre public en vue d'empêcher la tenue d'un mariage précoce ou forcé, à confisquer le passeport d'une personne ou à prendre les moyens pour empêcher qu'un enfant soit emmené à l'extérieur du Canada.
Le projet de loi s'attaque en outre à ce que certains appellent les crimes d'honneur. Ces crimes sont généralement prémédités et commis avec l'approbation plus ou moins tacite de la famille ou de l'entourage. Or, dans certains cas, ils peuvent aussi être perpétrés spontanément, en réaction à un comportement jugé irrespectueux, insultant ou néfaste pour la réputation de la famille de la part de la victime. En droit canadien, les personnes accusées de meurtre peuvent invoquer la provocation pour se défendre. Si leurs arguments réussissent à porter, elles peuvent voir leur peine réduite.
Au Canada, la provocation a été invoquée, jusqu'ici sans succès, dans plusieurs affaires de crimes d'honneur. Les accusés ont prétendu qu'en étant infidèles, irrespectueuses, insubordonnées ou insultantes envers leur époux, leurs frères et soeurs ou leurs parents — ou en donnant l'impression de l'avoir été —, les victimes les avaient provoqués à les tuer.
Cette défense a beau n'avoir jamais porté ses fruits, qu'arrivera-t-il le jour où elle réussira? Ce n'est pas une chance à prendre. Personne ne devrait pouvoir se défendre d'avoir brutalisé son prochain parce qu'il a été provoqué. C'est tout simplement contraire aux valeurs canadiennes qu'une personne qui ne fait rien d'illégal puisse être considérée avoir provoqué son meurtrier, quelle que soit la mesure dans laquelle son comportement a pu être perçu comme insultant.
Voilà pourquoi le projet de loi S-7 modifiera le Code criminel afin que le comportement de la victime, pourvu qu'il soit licite, ne puisse pas être considéré comme une provocation.
En conclusion, je suis convaincue que tous les députés conviendront qu'il faut se porter à la défense de toutes les victimes de violence et d'abus, et prendre les mesures nécessaires pour éviter que ces pratiques aient cours en sol canadien. C'est exactement ce que nous ferions en adoptant ce projet de loi et c'est justement pour cela que j'espère que tous les députés de la Chambre se joindront à moi pour appuyer l'adoption du projet de loi S-7. J'espère que tous les députés iront au-delà des considérations politiques et voteront en faveur du projet de loi.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data